Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2018

Gilles Barroux, La médecine de l’Encyclopédie. Entre tradition et modernité

Paris, CNRS Éditions, 2017, 279 p., 25 €
François Pépin
Référence(s) :

Gilles Barroux, La médecine de l’Encyclopédie. Entre tradition et modernité, Paris, CNRS Éditions, 2017, 279 p., 25 €

Texte intégral

1L’ouvrage de Gilles Barroux propose une présentation de la médecine de l’Encyclopédie, organisée en trois parties : une introduction d’une cinquantaine de pages, intitulée « Les sources médicales de l’Encyclopédie », une anthologie réunissant des articles ou de larges extraits d’articles, et une annexe comportant un tableau de renvois partant de l’article « Malade ». L’ensemble se conclut par une bibliographie d’une dizaine de pages.

2Comme l’indique le titre de l’ouvrage, Gilles Barroux ne se propose pas seulement d’examiner la présence de la médecine dans le dictionnaire raisonné, mais encore d’étudier la forme particulière qu’il lui donne et qui justifie de parler de médecine de l’Encyclopédie. L’introduction replace ainsi la médecine encyclopédique dans le cadre de la médecine de l’époque pour en ressaisir l’intérêt et, parfois, l’originalité. Gilles Barroux restitue le contexte médical du XVIIIe siècle en le déclinant sur plusieurs plans : les théories principales et leurs débats, la question de la juste pratique médicale, les enjeux institutionnels. Pour articuler ces dimensions, Gilles Barroux a fait l’heureux choix d’organiser sa présentation autour de six notions transversales : l’analogie, la circulation, l’expérience, l’histoire, l’institution et l’anthropologie. Cela permet ensuite de faire jouer la tension entre tradition et modernité, qui parcourt tant la médecine de l’époque que les articles de l’Encyclopédie, et d’examiner plus précisément les sources de la médecine encyclopédique. Sur ce dernier plan, Gilles Barroux propose un bilan précis qui, outre les grandes traditions théoriques, prend en compte les journaux médicaux, la pratique quotidienne, les traductions (à commencer par celle du Dictionnaire universel de médecine de Robert James, à laquelle Diderot collabora), les histoires de la médecine, pour dessiner un ensemble riche et complexe. À ce titre, selon la distinction de l’auteur (p. 36), la médecine dont l’Encyclopédie se nourrit est moins une discipline qu’une somme.

3Le repérage des collaborateurs de l’Encyclopédie articule une présentation des principaux auteurs et de leur approche (les vitalistes de Montpellier, Louis de Jaucourt), des sous-secteurs médicaux (l’anatomie avec Pierre Tarin), et des présences du savoir médical moins connues mais révélatrices (la maréchalerie avec Claude Bourgelat, pionnier dans l’édification d’une véritable médecine vétérinaire). On aurait pu poursuivre ce repérage par l’examen des sources de la matière médicale et de la pharmacopée encyclopédiques, ainsi que par un propos plus développé sur la médecine vitaliste qui, en raison de son importance dans et hors de l’Encyclopédie, méritait quelques compléments. L’analyse se conclut par un récapitulatif des collaborateurs médicaux de l’Encyclopédie, outil précieux malgré quelques inexactitudes (La vie de Leibniz de Jaucourt publiée – en accompagnement d’une nouvelle édition de la Théodicée – en 1756 au lieu de 1734 puis 1747 ; Venel auteur de « nombreux ouvrages », alors que, en dehors de son importante collaboration à l’Encyclopédie, il n’a publié que quelques mémoires académiques ou rapports officiels et des Instructions sur l’usage de la houille en 1775).

4L’anthologie elle-même est organisée autour de six grands thèmes, dont le choix se révèle là encore heureux : « La médecine au XVIIIe siècle : entre héritage et régénération », « Les différentes branches de l’article “Médecine” dans l’Encyclopédie », « La maladie et les maladies », « La médecine, le pouvoir et les lois », « Les rapports du physique et du moral ; la normalité et l’anormalité », « Être malade, être soigné au XVIIIe siècle ». Cette organisation permet des rapprochements féconds, éclairés par les courtes introductions inaugurant chaque thème. Gilles Barroux offre ainsi au lecteur un parcours intéressant dans la médecine encyclopédique qui en souligne les enjeux épistémologiques, pratiques, institutionnels et philosophiques. Cela justifie la publication de cette anthologie à une époque où chacun peut consulter l’Encyclopédie en ligne, notamment sur le site du projet ENCCRE (Édition numérique collaborative et critique de l’Encyclopédie), qui met à disposition un texte fiable et tous les outils utiles pour l’étudier. On pourra en revanche regretter que les planches d’anatomie ne soient pas abordées et que l’anthologie ne comporte pas davantage de notes (certains articles sont complétés par quelques notes terminologiques et notes de sources, d’autres non, et dans l’ensemble l’annotation est assez sporadique).

5L’ouvrage de Gilles Barroux offre une présentation synthétique et informée de la médecine encyclopédique. La question des sources médicales est précisément traitée et les lectures thématiques proposées sont éclairantes. Le format de l’anthologie ne permet sans doute pas d’approfondir certains points comme ils le mériteraient, et le propos doit souvent rester assez général – par exemple sur le projet encyclopédique et sur le rôle de l’expérience. Mais le pari d’offrir à la fois une vue synoptique de la médecine encyclopédique et des mises au point précises est tenu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Pépin, « Gilles Barroux, La médecine de l’Encyclopédie. Entre tradition et modernité », Astérion [En ligne], Lectures et discussions, 2018, mis en ligne le 04 juin 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/asterion/3144

Haut de page

Auteur

François Pépin

IHRIM (UMR 5317)

Haut de page