Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Le retour d’une « demi-erreur » ? De la physiognomonie selon François Dagognet à la nouvelle psychiatrie

A “half-mistake” is back? From the physiognomony according to François Dagognet to the biopsychiatry
Laurent Dartigues

Résumés

Il est facile d’oublier que la physiognomonie connut un immense succès à son époque tant elle nous paraît aujourd’hui relever de la fantaisie. Nous pouvons en sourire avec le recul historique, mais de quelles certitudes scientifiques bien établies rira-t-on dans deux siècles ? Il convient pourtant de ne pas négliger sa permanence et ses mutations au sein d’un monde voué à la science. Non seulement parce qu’elle semblerait ouvrir une configuration historique où « déchiffrer le corps », connaître le caractère à partir du visible devient une préoccupation majeure à laquelle la « science » apporte sans cesse de nouveaux outils, des langues nouvelles, mais aussi parce qu’elle trouve grâce aux yeux de certains de nos contemporains. Tel est le cas du philosophe et psychiatre François Dagognet qui, contre le mythe de l’intériorité, n’a eu de cesse de promouvoir un point de vue externaliste. C’est ainsi qu’il cherche à renouveler la physiognomonie de Johann Caspar Lavater en lui adjoignant des techniques et des théories du XXe siècle afin de fonder une anthropologie physique moderne. Je ne cherche toutefois pas à voir en quoi Dagognet nourrit ce vieux débat philosophique entre externalisme et internalisme, mais m’intéresse plutôt à ce que cette lecture renouvelée de Lavater induit vis-à-vis de la parole de l’autre. Au fond, Dagognet ne prolongerait pas tant Lavater qu’il n’annoncerait, en ce début des années 1980, le « retour » d’une psychiatrie qui réduit le psychisme à un fonctionnement biologique.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie vivement le lecteur ou la lectrice de ce texte pour ses suggestions stimulantes.

  • 1 M. Dumont, « Le succès mondain d’une fausse science », Actes de la recherche en sciences sociales, (...)
  • 2 Il rédigea très probablement certaines parties de la physiognomonie de Lavater. Il prit ultérieure (...)
  • 3 Voir par exemple Ursule Mirouët, Une ténébreuse affaire, Le Curé de village. M. Dumont souligne qu (...)
  • 4 Les caricatures de Grandville ou Daumier sont plus malaisées à classer, à la fois hommage en metta (...)
  • 5 Le portrait d’Érasme en porte assurément l’empreinte (S. Zweig, Érasme. Grandeur et décadence d’un (...)
  • 6 Cet emploi ne surprend guère au fond : la physiognomonie fut pensée dès le XVIe siècle comme un mo (...)
  • 7 Voir M. Schneider et M.-J. Geyer, Jean-Frédéric Oberlin : le divin ordre du monde, Mulhouse, Éditi (...)

1Dans sa remarquable analyse des raisons du succès de la physiognomonie de Johann Caspar Lavater, qui court approximativement des années 1780 (dès sa publication donc) jusqu’au milieu du XIXe siècle, Martine Dumont met en avant les effets de la Révolution de 1789 qui chamboule les hiérarchisations sociales adossées à l’ordre divin : la physiognomonie permet aux élites cultivées de repérer les caractéristiques morales et intellectuelles fondant un ordre social légitime parce que conforme à leurs propres valeurs. Elle émet ainsi l’hypothèse des affinités électives qu’elle entretiendrait avec les schèmes de perception et d’évaluation spontanés de ces élites – mais partagés aussi bien par les classes populaires1. Ainsi connut-elle un engouement considérable, notamment dans le champ littéraire et artistique, où elle est bien accueillie par Goethe2, Füssli, Poe, Melville, Twain, Sand, Balzac surtout3, mais aussi Ingres ou Hogarth4 ; et au XXe siècle on trouve encore des références à Lavater chez Stefan Zweig5 par exemple. C’est aussi dans le champ politico-religieux que la théorie physiognomonique trouva des applications6. À l’exemple du pasteur Oberlin, fondateur de la cité utopique du Ban de la Roche dans l’Alsace de la fin du XVIIIe siècle, qui utilisa la physiognomonie comme un outil d’édification de soi et de contrôle social de sa communauté7.

  • 8 Dans ses fameux Aphorismes (G. Chr. Lichtenberg, Aphorismes, M. Robert trad., Paris, J.-J. Pauvert (...)
  • 9 Tout comme il fustigeait les fantaisies de la cranioscopie gallienne. Voir G. W. Fr. Hegel, Phénom (...)
  • 10 M. Dumont, art. cité, p. 29.
  • 11 Elle consacre à ce propos quelques lignes à la psychologie différentielle et son outillage statist (...)
  • 12 M. Dumont, art. cité, p. 3.

2Objet de sévères critiques scientifiques dès la fin du XVIIIe siècle et tout au long du XIXe siècle, mais aussi dénigrée, avec bien des nuances toutefois, par la philosophie, chez Kant, Lichtenberg8, Maine de Biran, Schopenhauer, et surtout Hegel9, elle finira dans le placard des curiosités amusantes. Pourtant, le XIXe siècle ne semble pas enterrer définitivement cette « fausse science », et le XXe siècle lui ménage encore une place. M. Dumont fait ainsi remarquer que, « dans un contexte social qui, respectueux de l’égalité démocratique, donne pour inexistantes les frontières entre classes, le repérage des capacités des individus à fin d’orienter chacun vers la place qui lui revient devient un problème social et politique qui exige une solution garantie par la science »10, les idées de Lavater prennent d’autres formes, s’incarnent dans d’autres types de savoirs classificatoires des valeurs individuelles. Ces nouvelles façons de catégoriser les individus substituent au vocabulaire des dispositions innées le lexique, par exemple, des inscriptions génétiques ou de la psychologie11. Dans une note de bas de page, M. Dumont signale que le philosophe François Dagognet tente même de réhabiliter, en cette fin du XXe siècle, la physiognomonie de Lavater, au moins en certains de ses aspects, perpétuant « contre les pensées de la division du sujet et de la politique, le règne des positivités biologiques »12.

  • 13 Si elle se présentait comme une science, avec les garanties de l’époque, du point de vue actuel, e (...)
  • 14 Ibid., p. 3.
  • 15 Le prix Nobel de médecine de 1963, le neurophysiologiste John Eccles, déplorait ainsi que le Hixon (...)
  • 16 Sébastien Lemerle constate que les grilles de lecture biologiques du monde social bénéficient, dès (...)

3Cet article naît ainsi d’un étonnement et d’une curiosité. Dagognet publie en effet en 1982 un livre intitulé Faces, surfaces, interfaces, qui se propose d’extraire le meilleur de Lavater dans le but de le dépasser en lui annexant d’autres repères biologiques : qu’est-ce qui peut bien pousser ce philosophe, médecin et docteur en psychiatrie, élève de Georges Canguilhem et donc pétri par une œuvre consacrée à la question de la scientificité de la médecine, à reprendre Lavater ? Qu’est-ce qui fait la séduction de Lavater auprès de Dagognet ? Comment en vient-il à qualifier la physiognomonie de simple « demi-erreur »13 ? Par quel cheminement en arrive-t-il à penser qu’elle peut révéler un caractère ou une disposition morale ? Comment s’y prend-il et surtout quel sens cela peut-il bien avoir ? Car s’il n’était question que des rapports de Dagognet à la science lavatérienne « si évidemment fausse »14, cela ne vaudrait pas une minute de peine, même si examiner la manière dont les idées de Lavater peuvent perdurer chez Dagognet interrogerait assurément sur la persistance, au cœur de certaines disciplines scientifiques, de cet éternel débat sur les rapports entre le « corps » et l’« esprit »15. Pour ma part, en m’appuyant essentiellement sur Faces, surfaces, interfaces, auquel j’adjoindrai à l’occasion d’autres ouvrages, mon objectif est, d’une part, de décrire le cheminement de la pensée de Dagognet à l’endroit de la physiognomonie, d’autre part, de mettre ce « dossier » à l’épreuve de l’hypothèse d’un « retour » du biologisme en France en ce début des années 198016. Nous verrons que, dans le domaine psychiatrique, cela induit un certain statut donné à la parole de l’autre.

  • 17 Fr. Dagognet, Philosophie d’un retournement, La Versanne, Encre marine, 2001, p. 14.

4D’une certaine manière, Lavater fait science aux yeux de Dagognet. Et pas seulement parce que sa physiognomonie s’inspire du schéma linnéen qui fait des « surfaces » une méthode d’investigation, en l’occurrence de la vie mentale. Je soumettrai l’hypothèse que la position centrale de l’observateur et de l’observation – c’est-à-dire l’objectivité, voire la pureté de l’observateur et le mode d’objectivation du réel observé – par laquelle Lavater différencie la physiognomonie scientifique de la physiognomonie vulgaire présente une puissance séductrice pour Dagognet. Condition de possibilité de décodage de l’« écriture du cerveau », la prémisse lavatérienne est en effet en adéquation avec cette posture de Dagognet consistant à purifier la vie mentale de ce qui l’encombre selon lui, à savoir la parole. L’externalisme, qu’il appelle par ailleurs une « exologie »17 et qu’il défend tout au long de nombreux ouvrages, le conduit-il pour autant vers un réductionnisme biologique ? La psychiatrie biologique naissante pourrait laisser croire que Dagognet se range sous son drapeau. Voilà qui n’est pas facile à démontrer : Dagognet n’y fait pas explicitement référence et l’hypothèse ne fonctionne qu’à partir d’indices qui ne font pas preuve en l’état de la documentation. Mais plus important, cette psychiatrie demeure à ses commencements « partagée » entre biologie et métaphysique, ce qui me semble pouvoir être repéré dans certaines ambivalences de Dagognet. Mais dans un premier temps, examinons la manière dont François Dagognet s’insère dans une trame historique qu’il fait remonter à Lavater.

La physiognomonie de Johann Caspar Lavater, un bref rappel

5Lavater, fils de médecin devenu pasteur à Zürich après une formation théologique, est l’auteur des Physiognomische Fragmente publiés en 1775-1778. Ils lui valurent une rapide célébrité, notamment en France où sa Physiognomonie est traduite à partir du milieu des années 1780, puis diffusée sous la forme d’éditions abrégées et illustrées.

  • 18 J. C. Lavater, La physiognomonie ou L’art de connaître les hommes d’après les traits de leur physi (...)
  • 19 Loc. cit.
  • 20 Ibid., p. 3.
  • 21 Ibid., p. 47.

6La physiognomonie se présente comme une sémiologie, une théorie du corps comme signe, en l’occurrence du caractère. Dans les termes de Lavater, elle est une science du rapport entre l’intérieur et l’extérieur, entre la surface visible et l’invisible que celle-ci recouvre18. Elle est autrement dit la recherche du signe physique d’une disposition morale, plus précisément « la connaissance des traits du visage et de leur signification »19. Le sens mobilisé pour l’observation est donc le regard, dont le point d’application est constitué par les lignes et les surfaces du visage : « Tous les êtres que la vue peut saisir se montrent à nous sous une certaine forme, avec une certaine surface ; nous les voyons terminés par des limites qui sont le résultat de leur organisation »20. Cet œil qui « doit être fin, lucide, pénétrant, prompt et sûr » pour « remarquer les indices »21 s’intéresse donc à la forme de la figure, aux lignes que dessinent les joues, la bouche, la mâchoire, le nez, le profil, les yeux, le front, à la proportion des surfaces des différents éléments du visage.

  • 22 Ibid, p. 90.
  • 23 Ibid, p. 253.

7Mais les choses sont un peu plus complexes, et Lavater s’intéresse également, quoique plus marginalement, à la forme du cou, des épaules, du thorax, des jambes, mais aussi à la forme des jointures ou de la chevelure. Lavater ne s’attache pas uniquement à ce qu’il appelle les parties solides et les contours extrêmes, la question de la mobilité et de la gestuelle captivent également son attention : la démarche, le mouvement des yeux, le rythme de la respiration, la voix, etc. Il appréhende donc l’être dans sa globalité, et recommande en particulier pour cela l’étude de la silhouette, « l’image la plus vraie et la plus fidèle qu’on puisse donner d’un homme »22. Il propose également « de déterminer le rapport de la hauteur du sommet à la base [du front] jusqu’au sourcil, ainsi que la diagonale »23, autant de mesures chiffrées du corps dont son texte témoigne à l’occasion.

  • 24 Voir J.-J. Courtine et Cl. Haroche, Histoire du visage, op. cit.
  • 25 M. Dumont, art. cité, p. 9.

8La physiognomonie serait donc inhérente à la manière dont tout un chacun se fait une idée d’autrui dans le quotidien des interactions sociales. C’est ce qui fait dire à Martine Dumont que pour aussi fausse que soit la physiognomonie, il y a néanmoins du vrai en elle pour ceux qui la pratiquent. Ces derniers sont spontanément enclins à tisser une correspondance « naturelle » entre l’intérieur et l’extérieur, dans une sorte d’intuition un peu magique par laquelle le visage parle. Cette physiognomonie puiserait en effet dans un mode astrologique de connaissance24 de si longue date incorporé que cela explique peut-être « qu’elle est susceptible de resurgir, sous de nouveaux masques savants »25.

  • 26 Sa physiognomonie participe à une politique du regard consubstantielle de la construction au XVIIe(...)

9À ce titre, Lavater ne serait que le continuateur d’une longue tradition que d’aucuns feraient remonter à Aristote, passer par la littérature arabe médiévale, et aboutir au De humana physiognomonia de Giambattista Della Porta (1586). En tout cas, l’art de connaître les hommes par la physionomie renaît en Europe au début du XVIe siècle. Mais, si cet art s’inscrit encore dans une forme de divination héritée de l’Antiquité, l’avènement de la science médicale, de la mesure, de la systématisation, va faire émerger un autre corps, moins zodiacal, plus organique, et transformer cette physiognomonie. Petit à petit, elle s’extrait de la référence astrologique, sans toutefois l’abolir totalement, ou bien s’insère dans d’autres coordonnées avec par exemple Charles Le Brun qui, référant les traits du visage aux passions de l’âme26, élabore un code esthétique à destination de la « grande peinture ». Puis, ce que Jean-Jacques Courtine et Claudine Haroche appellent le « paradigme de l’expression » (voir infra), progressivement désenchanté par la science, subit une perte d’intérêt au XVIIIe siècle. Il n’est cependant toujours pas réduit par le discours savant lorsque Lavater fait revivre une physiognomonie à la fin du XVIIIe siècle, qu’il revendique comme pleinement scientifique, en tout cas « désastrologisée ». Lavater cherche à lire sur les visages l’ordre sous-jacent des classes, des nationalités, voire des races, et non les correspondances entre le microcosme humain et l’ordre de la nature.

  • 27 Ch. Letourneau, « Rapport sur un ouvrage intitulé : De la physiognomonie, par J. B. Delestre », Bu (...)
  • 28 Tel P. Rayer, « Rapport sur l’ouvrage de M. le Docteur Duchenne de Boulogne », AN F/17/3100/1, cit (...)

10Elle connaît alors un nouveau pic d’intérêt jusqu’au milieu du XIXe siècle, avant son ensevelissement dans les oubliettes de la pensée magique par la science. Il convient néanmoins de noter que, contrairement à ce que laisse entendre M. Dumont, le monde savant ne fut pas unanime à combattre la physiognomonie et à la dénoncer comme une fantaisie non scientifique. L’anthropologie physique fait certes un sort à Lavater dans la seconde moitié du XIXe siècle, mais l’ambivalence est de mise quant à la physiognomonie. À titre d’exemple, si le médecin et « anthropologiste » Charles Letourneau, un des successeurs de Paul Broca à la présidence de la Société d’anthropologie de Paris, estime que l’école de Lavater n’est que sensiblerie et déclamation, la physiognomonie lui semble une « science possible » des rapports « incontestés et incontestables »27 entre le moral et le physique, sous condition qu’elle s’adjoigne la craniologie comparée des races comme fondement. Et c’est encore dans la perspective de Lavater que certains commentateurs accueillent les travaux de Duchenne, sur l’expression des passions, qui en constituent pourtant une rupture28.

La physiognomonie de Lavater selon Dagognet, en quatre actes

  • 29 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, Paris, Vrin, 1982, p. 7.

11La position de François Dagognet ne serait pas sans évoquer celle de Letourneau. Il va s’échiner à restaurer puis grandir la physiognomonie en lui greffant des techniques modernes dans le but d’objectiver la représentation. Il s’agit donc de déchiffrer le caractère sur le visage de l’homme en reprenant sur d’autres bases la « classique et trop plate physiognomonie »29. Mais ce n’est là qu’une étape vers ce qu’il appelle le « but ultime », à savoir esquisser les principes d’une anthropologie physique rénovée.

Acte I – La réhabilitation

  • 30 Ibid., p. 18.
  • 31 Ibid., p. 10.
  • 32 Ibid., p. 20. On ne peut que s’étonner que Dagognet, philosophe, présuppose que les couples intéri (...)
  • 33 À l’encontre de la primauté généralement donnée à la tête pour pénétrer l’âme, Dagognet se félicit (...)
  • 34 Ibid., p. 31. Le statut de ce texte dans l’ensemble de la production abondante de Dagognet n’est p (...)

12Dagognet soutient que la physiognomonie « si décriée, parce que trop diminuée et caricaturée »30 doit être réhabilitée. Car la pertinence de la physiognomonie comme « méthode généralisée et morphologisante »31 est avérée. Elle s’inscrit en effet pleinement dans le privilège qu’il faut accorder aux surfaces – là où « les lueurs de l’âme se projettent »32 – par rapport aux profondeurs. C’est du corps observable33 qu’il faut partir pour extraire des renseignements sur le psychisme. L’enveloppe révèle, l’écorce signifie, l’extérieur déploie une valeur informative, poursuit-il, ajoutant que la physiologie branchée sur la fonction a tendu à dévaluer « les propriétés évanescentes, rudimentaires et superficielles, comme l’éclat, la cassure... de simples et fines craquelures, de légers sillons, des rides minuscules »34.

  • 35 Ibid., p. 38.

13La physiognomonie est en outre un examen dynamique. La forme, en effet, constitue le résultat « d’un compromis entre les énergies qu’elle visualise ou équilibre »35. Dagognet fait ici valoir l’intérêt de la physiognomonie de Lavater au motif qu’elle ne s’intéresse pas uniquement aux structures osseuses fixes ou aux seuls volumes, mais également à l’expression corporelle, à la démarche et au maintien, aux jeux de la mimique. La physiognomonie en tant que morphologie dynamique doit donc être restaurée, à condition de l’adosser à des instruments actuels (banque de données, iconothèque), de l’appuyer à de jeunes disciplines (la biochimie, la mécanique des fluides, les sciences des modelés terrestres). Mais à ce sujet, Dagognet reste uniquement suggestif.

  • 36 Ibid., p. 51.
  • 37 Ibid., p. 74.

14Si la physiognomonie devrait puiser sa légitimité théorique dans les disciplines scientifiques dont les objets relèvent de la matière inanimée, elle se hausse néanmoins en référence à ce que Dagognet appelle une organologie, entendu « [qu’] il va de soi que les vivants sont eux aussi soumis à des contraintes qui... façonnent leurs lignes »36. Il postule au fond une similitude structurale entre le corps inanimé et le corps animé qu’il définit comme « un cimetière de signes et de trophées... il n’est aucun repli, aucune crête, aucune particularité épidermique qui ne porte un sens »37.

  • 38 Ibid., p. 104-105.

15Dagognet cherche en outre à dégager, derrière ce qu’il nomme par ailleurs une « folle entreprise » de lecture de l’âme sur la peau et les os, des innovations à ses yeux plus déterminantes. « S’il mêle l’analyse parfois pénétrante à l’effusion et au quasi-délire, il ouvre également le chemin à quelques audaces... Osons extraire de Lavater le meilleur ! »38. Quelles sont donc ces audaces ? Dagognet en consigne trois :

  • sa méthode sémiotique faisant du signe extérieur le traducteur d’un dedans et fondant donc une science générale – les termes sont de Dagognet – des surfaces et de leurs contours, attentive aux détails infimes39 ;
  • sa conception que tout n’est que variation, qu’il n’y a pas deux objets semblables, et rapportant cette dissemblance externe avec une différence interne ;
  • sa lutte résolue contre les contempteurs de la physiognomonie qui lui objectaient, par exemple, qu’il existe des assassins gracieux. Pour Dagognet, ce dernier reproche nie la grande attention que Lavater porte aux minuscules antagonismes entre les « différents segments »40. Lavater serait en réalité sensible à la présence de plusieurs figures à l’intérieur d’un même corps.
  • 41 Ibid., p. 92.

16La nécessité de rétablir la physiognomonie de Lavater s’arrime enfin à des considérations plus philosophiques. À de fausses conceptions du corps, que ce soit l’idée que le corporel se définit comme pure machine anatomique ou celle qui considère le corporel comme la simple marionnette d’une conscience avisée, Dagognet oppose que le corps est « le centre du psychisme »41. Et il ajoute que le corps et l’âme sont congruents, non dans le sens de l’incarnation soutenue par les métaphysiciens qui ont en fait opacifié la question en mettant en avant l’idée de mystère d’une intériorité cachée dans d’insondables tréfonds, mais parce que le vouloir ne peut pas être abstrait du « mouvoir ». Toutes choses donc où Lavater apparaît, pour Dagognet, dans son élément.

  • 42 Ibid., p. 128. Affirmation que je ne peux m’empêcher de rapprocher de ce que Lavater écrit : « Tou (...)

17Dagognet tient aussi à écarter la critique philosophique qui reproche à cette physiognomonie de condamner l’homme à ses limites organologiques et de promouvoir un système pénal qui aboutirait à intervenir sur le déviant avant l’effectuation même du délit. Dagognet repousse ces accusations en conseillant de ne pas caricaturer Lavater, et de lui savoir gré, au contraire, de sa lucidité lorsqu’il parle d’angélisme à propos de ceux qui croient pouvoir fuir toute détermination : ces derniers lui paraissent aveugles au fait que la liberté revient en réalité à élire certaines tendances latentes et non à décider en fonction de prétendues préférences. Dagognet affirme : « L’homme se sculpte peu à peu, il écrit son destin, mais avec l’encre de ses potentialités »42. Le programme qui ferait de la formule « si on veut, on peut » n’est dès lors à ses yeux qu’un mensonge politique : sous-entendant une égalité abstraite comme s’il suffisait d’apprendre pour devenir ou être, il ne peut guère viser autre chose qu’une forme de consolation.

Acte II – La bénédiction

  • 43 Si Darwin, dans l’introduction à la première édition de L’expression des émotions chez les hommes (...)

18La mariée étant désormais plus belle, il convient de la parer des meilleurs atours théoriques. C’est ainsi que Dagognet place Lavater dans l’ombre de Darwin, lui offrant a posteriori une consécration majuscule43. Sur quelles voies de l’évolution darwinienne Dagognet s’engage-t-il pour effectuer cette absolution ? S’il n’est pas toujours aisé de comprendre le rôle que Dagognet assigne à Darwin dans l’éloge qu’il fait de la physiognomonie, c’est cependant moins la théorie de l’évolution que les repères méthodologiques en matière d’observation qui autoriserait l’actualisation de Lavater.

  • 44 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 73.
  • 45 Ibid., p. 87.
  • 46 Selon Dagognet, le grand naturaliste a pu en effet démontrer, d’une part, qu’il n’est pas aisé d’e (...)

19La recherche darwinienne s’étant effectuée « à travers le seul examen du visible, de ses moindres replis, excroissances, singularités »44, elle constitue une leçon sur le fait que la vie se loge dans la surface. Par le fait qu’elle privilégie une optique « extérioriste », la physiognomonie est donc en communion avec le fait évolutif : « La seule dynamique d’un être léger, jeune, incertain, susceptible d’apprentissage, au pied bien cambré, définit une corporéité qui, dans son seul apparaître, affirme et affiche sa spécificité. Ce n’est donc pas au-dedans, dans un viscéral commun et aveugle, que l’homme se livre, mais plutôt par sa face, son érection, sa souplesse, ses gestes, surtout ses extrémités, – ses pieds et ses mains »45. Plus essentiel aux yeux de Dagognet, Darwin a su alerter quant à une interprétation sommaire des traits extérieurs. Sans que l’on sache bien clairement s’il fait de Lavater un précurseur d’une partie de l’enseignement de Darwin, Dagognet voit en tout cas dans le père de la théorie de l’évolution un précieux appui à la physiognomonie sur ce point46.

  • 47 Ibid., p. 89.
  • 48 Ibid., p. 93.
  • 49 Dagognet fait référence à L’expression des émotions chez l’homme et les animaux (1872).
  • 50 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 97.

20La proposition physiognomonique tire également sa grandeur dans le fait qu’elle se pense comme un déchiffrement. Le somatique ne doit pas être perçu comme l’expression immédiate du psychisme. Si « le moi se comprend à travers le seul dépliement de sa trouble surface »47, le corporel, soutient Dagognet, forme un écran. Il faut par conséquent déployer un art du décryptage et Lavater a su mettre en garde contre une lecture directe des surfaces. Dagognet poursuit : « L’homme extérieur, quasi-cutané et gestuel, nous propose un texte, délicat, changeant et assez protéiforme, il est vrai, malaisé à déchiffrer. Tel est justement notre programme : apprendre à le lire »48. C’est de nouveau à Darwin qu’il fait appel afin de pointer les illusions qui président à une interprétation naïve de ce « texte ». Darwin, en dégageant les règles évolutives de décodage de l’émotionnel pour l’homme49, attirerait en effet l’attention sur les chausse-trapes qui font obstacle à l’interprétation des signes du corps, que ce soit la persistance d’habitudes anciennement utiles, devenues désuètes d’un point de vue adaptatif, qui demeurent toutefois, sans signification actuelle, encore perceptibles à la surface des corps, ou bien les débordements musculaires inévitables dans le cas des émotions excessives qui peuvent venir perturber le « signal » dévoilé par la physionomie ; pièges interprétatifs encore quand la traduction d’un sentiment passe par l’inversion des traits d’expression usuellement constitutifs de cet affect ou quand une gestuelle conduisant à imputer un caractère à une personne ne renvoie en réalité qu’au « ruissellement gestuel irrésistible »50 inhérent aux phénomènes de participation mimétique à l’action.

Acte III – La modernisation des acquis

21Le discrédit qui a frappé Lavater est dû à des résultats assez fumeux, Dagognet l’admet. Mais, ajoute-t-il, et non sans contredire les propos rapportés plus haut, c’est surtout son désir de vouloir saisir immédiatement le psychisme qui fait problème. Or, le visage révèle moins qu’il ne masque cette réalité. S’il convient donc de mettre ses pas dans ceux de Lavater – afin de fonder cette anthropologie physique que Dagognet appelle de ses vœux –, c’est à condition de le reprendre avec d’autres méthodes.

  • 51 Dagognet explique que Pierre Abraham manipule et recompose l’image pour en extraire deux visages, (...)

22Dagognet se tourne dès lors vers une technique photographique mise au point dans les années 1930 par Pierre Abraham51, qu’il désigne comme un « photo-psychologue ». Elle me semble jouer le même rôle que la silhouette pour Lavater (voir infra).

  • 52 Ibid., p. 118.
  • 53 Ibid., p. 121.

23C’est tout à la fois parce qu’un sujet « équivaut partiellement à son image », que la photographie « enferme un peu ce que nous sommes » et que le psychisme apparaît en affinité avec cette image, que Dagognet met en avant cette invention52. Avec un peu de provocation, ainsi qu’il le reconnaît lui-même, il affirme que « l’enseignement de la psychologie devient “un cours d’images” ! Et c’est à l’aide d’un tableau noir et de la craie qu’on pourra découvrir les hommes »53.

  • 54 En particulier, la somme des notes attribuées à chaque composant génératif n’excède pas le chiffre (...)
  • 55 Ibid., p. 122.

24Dagognet érige également un piédestal à la grille de William Sheldon (1898-1977), créateur de la psychologie constitutionnelle. Cette dernière s’inspire de l’embryologie et de son découpage en trois composants génératifs, l’endoderme à la base du développement des tissus conjonctifs et intestinaux, le mésoderme des tissus musculo-osseux, et l’ectoderme des tissus nerveux. Sheldon attribue une note de 1 à 7 suivant leurs degrés de développement respectifs, déterminés par une simple mesure de l’épaisseur de ces trois couches. Cela détermine donc en théorie 343 (73) somatotypes différents, que Sheldon réduit à 76 dans la mesure où toutes les combinaisons ne sont pas possibles54. Dagognet nous fournit un exemple avec la combinaison 711 : ce somatotype indique un endomorphe extrêmement développé et non compensé, par conséquent un sujet « obèse, avec un abdomen proéminent et même envahissant »55.

  • 56 Dagognet ne fournit pas d’exemple sur la manière dont Sheldon prédit à partir d’un somatotype donn (...)
  • 57 Terme médical, la dysplasie désigne des anomalies du développement de certains tissus ou organes, (...)

25L’intérêt de cette psychologie réside surtout à ses yeux dans la possible traduction de ces données anthropométriques en termes psychiques concernant les attitudes, voire les aptitudes mentales : la classification somatotypique est en effet corrélée avec des caractéristiques psychologiques56. Et plus qu’une anthropométrie, cette psychologie constitue une « anthroposcopie » – pour reprendre le terme de Dagognet – dès lors qu’elle permet de combiner à une analyse purement quantitative une exploration de l’ensemble du corps à l’aide de deux concepts de grand intérêt : celui de dysplasie qui pour Sheldon57 décrit l’hétérogénéité du corps, qu’il sépare en cinq bandes parallèles créditées chacune d’une note ; celui de coefficient gynandromorphique, qui mesure le degré de bisexualité.

  • 58 Ibid., p. 126.

26Dagognet conclut : grâce à Abraham et Sheldon, « la physiognomonie du XXe siècle dépasse celle de Lavater ». Mieux, elle progresse, « arrachée à son hiératisme mortel »58.

Acte IV – L’art comme instance de confirmation

  • 59 Au sujet de l’idée que l’art est une partie intégrante du matériel d’étude de la phrénologie dans (...)

27L’appel à l’art pourrait surprendre : est-il bien raisonnable de fonder une scientificité pleine et entière en empruntant ce chemin ? La contradiction n’est patente que si l’on oublie l’importance de la peinture ou du dessin dans l’histoire des physiognomonies, de Charles Le Brun à Lavater59. Dagognet ne fait donc que creuser un sillon déjà tracé et il n’y a rien que de très banal de le voir revigorer la physiognomonie de Lavater en lui adjoignant ce qu’il appelle la « leçon des portraits » :

  • 60 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 134.

Nous demanderons à la fois aux portraitistes de nous aider à déchiffrer et ensuite nous interrogerons les psychopathologues : psychiatres et artistes se séparent moins qu’on ne le croit, non seulement parce que les malades mentaux visualisent leurs délires (pathographie) mais parce que nous tenons les peintres… pour des spécialistes des « sciences humaines » ; eux aussi démasquent et extériorisent les tréfonds du sujet, ainsi que ses drames.60

  • 61 Ibid., p. 141.
  • 62 Lavater explique longuement ce choix. La silhouette annule l’épaisseur de l’existence, la sédiment (...)
  • 63 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 139.
  • 64 Ibid., p. 158.

28Le graphisme, précise Dagognet, n’est certes pas une science, mais une « forme éminente de traduction » qui sait mettre en lumière la « structure profonde qui éclaire et anime la surface ». Et non sans réserves – « en dépit d’un texte décevant, parfois émollient » –, il loue le fait que Lavater y amorce néanmoins « des études métriques sur la figuration, [se] forge même un lexique du langage visuel – pourcentage, sériations, codages et même un fichier typologique »61. Il rappelle en outre que Lavater valorisait le dessin et analysait les apparences, forcément floues, à partir des silhouettes62 dans lesquelles il recherchait des corrélations ou des « échancrures symptomatiques »63. En quelque sorte, Lavater préfigure les grands noms de ce qu’il nomme la psychographie des XIXe et XXe siècles. Tels Hogarth ou Daumier qui, loin du pur empirisme, proposent une « icono-analyse » des mouvements et des disproportions qui permet de déjouer les ruses de composition de l’homme social, puisque « ce n’est pas en regardant mais en opérant et en déformant qu’on parviendra à la lecture du faciès »64.

Prolonger Lavater, vers une nouvelle psychiatrie ?

29Le cheminement de la pensée de Dagognet et la langue utilisée, tels qu’ils sont décrits dans la partie précédente, peuvent donner le vertige. Il convient toutefois, me semble-t-il, de prendre au sérieux son propos. Le réduire à de pures élucubrations n’aide ni à en comprendre la rationalité ni à en dégager les enjeux – et ceux-ci, je crois, ne sont pas anecdotiques.

Externalisme, cérébralité et biopsychiatrie

  • 65 G. Deleuze, Logique du sens, Paris, Minuit, 1969, p. 158, cité dans Fr. Delaporte, op. cit., p. 13 (...)
  • 66 Voir par exemple Fr. Dagognet, La peau découverte, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, 1993. Une défe (...)
  • 67 Ibid, p. 160.
  • 68 Fr. Dagognet, Philosophie d’un retournement, op. cit., p. 62.

30« Tout ce qui arrive, et tout ce qui se dit, arrive et se dit à la surface ». Assurément Dagognet ferait sienne cette phrase de Gilles Deleuze65, tant il se pose en défenseur systématique de l’extériorité66, dont la tradition métaphysique et la pensée religieuse détournent67. La séduction de Lavater opère évidemment par ce biais, Dagognet accordant « du prix à l’œuvre de Lavater » précisément sur la question du repérage de ce qui se donne au-dehors68.

  • 69 Fr. Dagognet, « Entretien avec François Dagognet. Propos recueillis par Martine Robert », Le Philo (...)
  • 70 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 11.

31Mais plus que de reprendre Lavater, il s’agit de le prolonger, ce qui implique pour ce « matériologue », comme il se nomme, de doter cette physiognomonie d’un support organique absent chez Lavater. Dans Faces, surfaces, interfaces, il s’agit de tenir compte du respiratoire, du musculaire, du rachidien. Le biologique est ici compris dans une dimension extensive d’organique, de corps, « la structure qui est fondamentale pour comprendre la relation du corps et de l’esprit, c’est le corps »69. Alors qu’il louait en Lavater le fait de faire en partie tomber le primat de la tête au profit des surfaces du corps, Dagognet propose ici, non sans quelque contradiction, d’élire le cerveau au rang de ce « support organique » dont il faudrait doter la théorie lavatérienne. En faisant appel aux travaux du neurologue Michel Jouvet, ou bien en indiquant que « nous ne voyons rien qui puisse autoriser le détachement du psychisme de ces dispositifs neuroélectro-physiologiques »70, Dagognet indique une nouvelle direction qui prendra une tournure à la fois plus précise et plus radicale dans des ouvrages ultérieurs.

  • 71 Fr. Dagognet, Le cerveau citadelle, Chilly-Mazarin, Laboratoires Delagrange, 1992, p. 12. S’il me (...)
  • 72 Ibid., p. 19.
  • 73 Ibid., p. 51.
  • 74 Ibid., p. 36.
  • 75 Fr. Dagognet, « Entretien avec François Dagognet », art. cité, p. 8.

32Dans Le cerveau citadelle, ouvrage que Dagognet adresse à ces neuropsychiatres, heureusement « de plus en plus rares », qui récusent « les médicaments de l’esprit »71, il dégage la spécificité du cérébral, une « région centrale », « siège de tous les commandements » et niveau principal qui fait exister le corps puisque c’est là qu’il est « surtout recomposé et resitué »72. Dagognet soutient que la connaissance du cerveau permet une compréhension renouvelée de la vie mentale et notamment de « ses échecs (la névrose) »73, précisant que « parfois, souvent même » des phénomènes de décompensation psychiatrique ont pour origine des troubles enfouis « dans la neurogenèse »74. Et « parce que finalement le corps c’est le cerveau »75, l’exploration physiologique de l’activité cérébrale, que ce soit par l’électro-encéphalogramme connu depuis les années 1930 ou l’imagerie par résonance magnétique plus récente, ouvre à la vie mentale, notamment si elle fait de la maladie un analyseur privilégié de cette cérébralité.

  • 76 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 89. Freud, dira-t-il dans un autre texte, (...)
  • 77 Fr. Dagognet, Le trouble, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, 1994, p. 191.
  • 78 Voir le chapitre « Le traitement psychiatrique » dans Le cerveau citadelle, op. cit., notamment p. (...)

33Il s’agit donc pour Dagognet de fonder une nouvelle anthropologie extérioriste et physique, et au-delà une « biopsychiatrie », ainsi que l’annonce l’intitulé de l’ultime chapitre de Faces, surfaces, interfaces. Cette nouvelle discipline, qui conjugue point de vue externaliste et investigation du corps, notamment du cerveau, est une psychiatrie qui met à distance la psychanalyse. Dagognet s’oppose tout d’abord à l’idée que l’exploration de l’âme passe par un inconscient tapi dans les profondeurs : « toujours […] les refoulements montent à la surface »76. Répétant que pour sa part il ne sépare pas le neurologique et le psychiatrique77, il fustige en outre les psychanalystes qui refusent le neuronal et la pharmacologie au motif qu’un intermédiaire médicamenteux fausserait le transfert. Il raille également leur crainte qu’un tel intermédiaire puisse faire obstacle à la survenue d’une crise nécessaire pour le sujet ou empêcher la recherche des causes de la souffrance psychique. Dagognet considère au contraire que la pharmacopée peut favoriser le travail du patient et la relation de ce dernier avec son médecin. Sans compter, défend-il, qu’elle est parfois indispensable pour parer au plus pressé, face à des débordements de souffrance qu’il faut soulager78.

Le statut de la parole

34Dans le droit fil de cette position vis-à-vis de la psychanalyse, la biopsychiatrie présentée par Dagognet promeut un point de vue sur la parole qui ne laissera pas de surprendre. Il est loisible d’avancer que l’attrait de Dagognet pour Lavater n’est pas sans rapport avec un geste essentiel qui forme une des conditions de possibilité de la physiognomonie, à savoir l’évacuation de la parole, afin d’interpréter, sans interférences, les traces corporelles comme autant de signes – notons que la dépréciation de la parole est passablement intriquée à la valorisation morale de l’œil de l’observateur qui assure le repérage des indices chez Lavater.

  • 79 Lacan pose la question de savoir ce qui nous fait dire que, après tout, l’alchimie n’est pas une s (...)

35Si le discours de Lavater fait en effet reposer explicitement la scientificité de sa théorie sur la perfection morale de l’opérateur79 et la connaissance qu’il a de lui-même, la question de l’occultation de la parole du sujet est tacite : cela va de soi, l’autre n’a pas voix au chapitre pour le pasteur. De ce qu’il a à dire sur ce qu’il est, Lavater, sûr de son talent, s’en contrefiche.

  • 80 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 129.
  • 81 Ibid., p. 182. Dans un ouvrage ultérieur, Dagognet mettra en avant l’intérêt, pour l’analyse des r (...)
  • 82 Ibid., p. 208.
  • 83 Ibid., p. 186. Dagognet cite les réussites d’Edmond Locard en matière d’expertise graphologique de (...)
  • 84 Fr. Dagognet, Le corps multiple et un, op. cit., p. 163.
  • 85 Fr. Dagognet, Le trouble, op. cit., p. 143-144. Ce texte assez déroutant s’intéresse essentielleme (...)

36Cette question est en revanche explicite chez Dagognet. Faces, surfaces, interfaces insiste sur le corporel comme écran, et si Dagognet souligne la nécessité d’apprendre à le déchiffrer, il voit dans la parole un obstacle majeur à ce travail. Seul l’homme silencieux peut s’offrir, en quelque sorte, comme un homme transparent à la science de l’anthropologue. La « parole somatique » est muette mais « éloquente et surabondante » pour le regard aiguisé de ce dernier80. Le verbal, en revanche, embarrasse ses oreilles, l’empêche de se centrer sur l’organique. Prenant l’exemple du rêve, Dagognet encense la méthode du neurobiologiste Michel Jouvet, passage obligé en la matière dans la France de ces années-là. En enregistrant les activités électriques des neurones ainsi que diverses motricités durant le sommeil, il devient possible « [d’aborder] enfin le rêveur non plus à travers ses récits fictifs et réarrangés ou une parole qui “logicise” nécessairement le film »81. Dans sa conclusion, Dagognet indique même qu’il faut alléger la nature de ce qui lui est accessoire, à savoir la parole, pour que « la représentation panoramique » puisse l’appréhender et l’éclairer82. Le verbal est donc dévalorisé non seulement au profit de tout ce qui concerne l’enregistrement de l’activité motrice, mais aussi au profit du graphisme. Malgré la charlatanerie qui entoure la graphologie – il en convient –, Dagognet avance cependant que « l’analyse de l’écriture […] semble un univers privilégié d’empreintes » pour comprendre l’âme83. Je précise que ce discours n’est pas propre à cet ouvrage, que l’on pourrait considérer comme un écrit de circonstance. Il est au contraire un leitmotiv de sa pensée, appréciant, dans Le corps multiple et un, le rejet du verbal chez Wilhelm Reich parce qu’il forme un écran mensonger et protecteur au sujet84, et déplorant, dans Le trouble, que « le langage, avec ses vides, sa fausse incomplétude, ses silences, ses bifurcations, favorise une guerre qui déjoue les ripostes et paralyse la réglementation »85.

  • 86 En tant que psychiatre, Dagognet ne peut ignorer que la clinique psychiatrique présuppose un lieu (...)
  • 87 G. Canguilhem, « Le statut épistémologique de la médecine », dans Études d’histoire et de philosop (...)
  • 88 J. Clair, Éloge du visible. Fondements imaginaires de la science, Paris, Gallimard, 1996, p. 67.

37On peut s’étonner de lire chez Dagognet cette volonté d’occulter la parole, alors même que médecin et psychiatre86, il fut l’élève de Georges Canguilhem. Dans une conférence prononcée en 1985, Canguilhem émettait l’hypothèse que le progrès de la médecine s’était fait en mettant entre parenthèses la dimension subjective du malade. Il faisait également ressortir, pour l’acte même du soin à prodiguer aux malades, les tensions consécutives à ce qu’il nomme un séisme épistémologique qui substitue progressivement le laboratoire d’examens au cabinet de consultation, le signe recherché et obtenu par l’instrumentation médicale au symptôme offert et commenté par le patient87. Simplement, le propos de Canguilhem avait une dimension critique là où Dagognet endosse sans état d’âme cette évolution. Dans le même temps, Canguilhem fournit peut-être une clé de compréhension du geste de Dagognet quand il précise que c’est justement dans le mouvement même de suspension de ce qu’il appelle la « présence interrogative » du malade que la médecine s’est constituée comme science. La volonté de Dagognet de faire science est en effet très clairement affichée. Cela nécessite notamment à ses yeux d’évacuer la singularité de l’être parlant au profit de l’idée d’un alignement topographique de la vie corporelle sur la vie psychique. C’est une autre façon de dire que l’homme est tout entier contenu par son corps, alors même que la parole fait advenir l’humain dans l’infinie trame de la représentation, ouvre une part obscure et inconnaissable, résistant à toute définition scientifique de son être centrée sur le corps organique88. Mais à ceci, Dagognet apparaît singulièrement imperméable.

Ambivalence : la question freudienne

  • 89 S. Kirk et H. Kutchins, Aimez-vous le DSM ? Le triomphe de la psychiatrie américaine, Le Plessis-R (...)
  • 90 Il me semble que Steeves Demazeux, plus nuancé et convaincant, a quelque raison de soutenir qu’il (...)
  • 91 J.-Cl. Maleval, « Limites et dangers des DSM », L’évolution psychiatrique, vol. LXVIII, no 1, 2003 (...)

38Faces, surfaces, interfaces est il est vrai publié dans ces années où se dessine avec le DSM III (le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux édité en 1980 par l’Association américaine de psychiatrie) une rupture dans l’ordre psychiatrique89, ou tout au moins un bouleversement90. En tout cas, cette troisième version marque une volonté de s’extraire de la référence psychanalytique afin d’ancrer la psychiatrie dans un modèle scientifique biomédical qui fait de la maladie mentale une pathologie somatique, un dysfonctionnement organique. Ce faisant, le prix à payer est l’élimination de la subjectivité, à la fois du patient et du clinicien91.

  • 92 Fr. Dagognet, « L’imagerie médicale, une ambivalence certaine, quoique relative », Recherches en p (...)
  • 93 Fr. Dagognet, « Entretien avec François Dagognet », art. cité, p. 11.

39Formé à la psychiatrie dans les années 1950, François Dagognet est évidemment imprégné du référent freudien. Il fait preuve toutefois d’une assez grande ambivalence vis-à-vis des « leçons » de la psychanalyse, au moins dans ces années-là. Mais on est loin du rejet. S’il monte son principe d’extériorité contre le mythe de l’intériorité, il conceptualise par ailleurs le psychanalyste comme un écran sur lequel le patient vient projeter ses symptômes et fantasmes, et le compare ainsi à l’imagerie médicale capable d’extérioriser l’intérieur92. L’intériorité pulsionnelle se discerne donc dans le dehors, car « l’inconscient parle. Il est ce qui parle le plus »93. Et se désolant de la normalisation des étudiants à une médecine hypertechnicienne, il dira même en 2007 :

  • 94 Voir Fr. Dagognet, « La médecine générale est une science humaine », entretien réalisé par S. Carna (...)

La médecine générale est une science humaine, comme l’est la psychanalyse. Aujourd’hui, Freud est détesté, alors qu’il est un modèle pour les généralistes. On a oublié qu’il était avant tout un clinicien génial : il a inventé une discipline qui aide à repérer des signes que l’on n’avait pas l’habitude de retenir. Par exemple, à tenir éventuellement comme un symptôme fondamental le retard d’un quart d’heure d’un patient. De plus, il a montré que le médecin lui-même est déjà un remède.94

  • 95 Fr. Dagognet, Le trouble, op. cit., p. 181.
  • 96 Ibid., p. 193.
  • 97 Fr. Dagognet, Le cerveau citadelle, op. cit., p. 83-85.
  • 98 Ibid., p. 144.

40En fait, Dagognet tente de tenir les deux bouts de la ficelle, avec des formulations mouvantes. Prenant à témoin les travaux d’Uta Frith sur l’autisme, qui mettent en évidence des désorganisations neuronales, il stipule : « le psychiatre se dressera contre cette interprétation réductrice du trouble »95. Il faut tenir compte, ajoute-t-il, d’une psychogenèse, sans nier toutefois qu’elle a des répercussions cérébrales directes. La causalité devient plus complexe : soit l’effondrement cérébral est à l’origine de la folie, soit il est l’effet d’un trauma96. Enfin, si Dagognet ne cesse, comme nous l’avons vu, de mettre en doute la parole par laquelle le malade se leurre lui-même et ouvre une discordance entre les mesures instrumentales et les vécus subjectifs, plus fragiles, voire mensongers, il en appelle à ne pas trop exagérer la béance entre le subjectif et l’objectif97. Et s’il reproche à la psychanalyse d’abraser l’originalité du sujet avec la catégorie de névrose, il convient, parce que « la pathologie passe toujours à travers un sujet qui l’individualise »98, que la pharmacopée mentale doit s’accompagner d’une psychothérapie dont le but est de remonter à la racine de la souffrance psychique.

  • 99 Alain Ehrenberg a montré que ce nouveau paradigme code la souffrance psychique de sorte qu’il ne s (...)

41François Dagognet se situe donc aux côtés des neuropsychiatres qui, dit-il, n’ont pas succombé, en maintenant un lien avec la tradition philosophique et l’enseignement de la psychanalyse. Toutefois, son anthropologie physique, soucieuse avant tout de la détection de signes biologiques objectifs, en ferait plutôt l’annonciateur des neurosciences actuelles que le prolongateur de la physiognomonie lavatérienne. Et de façon plus décisive, me semble-t-il, sa position mouvante vis-à-vis du statut de la parole le situe de préférence, peut-être à son corps défendant, du côté des thérapies comportementales modernes qui nient la valeur de la parole et de ses effets sur le corps99.

En guise de conclusion

  • 100 J.-J. Courtine, Déchiffrer le corps. Penser avec Foucault, Grenoble, Jérôme Millon, 2011, p. 23.

42Ne doit-on pas s’interroger sur la visée de l’homme que sous-tendent la physiognomonie et sa reprise par Dagognet et se demander si, dans une autre langue, avec d’autres techniques, notre modernité scientifique ne ménage pas une place à des objectifs similaires de liaison du psychisme au physique ? Par certains côtés, l’anthropologie physique de Dagognet, et bien plus encore la neuropsychiatrie, ne nous mettent-elles pas en présence d’une « formation discursive transversale » qui nouerait un vaste ensemble de textes et d’images hétérogènes, éparpillés dans des institutions différentes, et rendrait compte « ainsi tout à la fois de l’unité et de la dispersion d’un pan entier des savoirs qui […] viennent exprimer le lien entre le corps et l’âme, l’apparence et l’intériorité du sujet »100 ? Jean-Claude Courtine, sur une période qui court du XVIe au XVIIIe siècle, subsume une telle formation quant à ce type de savoirs sous la notion de paradigme de l’expression. Que Courtine écrit ainsi : X dénote Y (X réfère à un trait manifeste du corps extérieur et Y à un état psychologique de l’âme). Le cas Dagognet inviterait à la formuler plutôt sous cette forme : X dévoile Y à la condition de taire S le sujet ?

  • 101 Une remarque pénétrante que Claude Blanckaert adresse à propos de l’anthropologie physique. Voir C (...)
  • 102 S. Giampino et Cl. Vidal, Nos enfants sous haute surveillance. Évaluations, dépistages, médicament (...)

43Dès lors, ne devient-il pas possible de comprendre la signification de recherches actuelles qui, sans aucun doute, dénigreraient scientifiquement la physiognomonie, mais qui, par ailleurs, pourraient en perpétuer le questionnement et les attentes101 ? Dans deux siècles, comment un historien des sciences analysera-t-il les théories et technologies actuelles à propos de ces « bouts de corps » qu’elles font parler ? Qu’aura-t-il à dire par exemple sur la morphopsychologie ou le dépistage précoce des dispositions intellectuelles sur la base d’une IRM du cerveau des enfants102 ?

  • 103 G. Canguilhem, « Le cerveau et la pensée », dans Georges Canguilhem. Philosophe, historien des sci (...)
  • 104 J. M. Carré, Ch. M. McCormick, « In your face: facial metrics predict aggressive behaviour in the (...)
  • 105 J. C. Lavater, op. cit., p. 93.

44Mais sommes-nous, actuellement, tout aussi critiques vis-à-vis de ces techniques et discours que nous le sommes, aujourd’hui, en lisant Lavater ? Ou Dagognet. « On a bien ri de la bosse des mathématiques, alors que l’on paraît moins disposé, ces temps-ci, à rire de chromosomes de “surdoués” ou de l’hérédité génétique du quotient intellectuel »103, écrivait à ce sujet Canguilhem. Soulignons du reste que les indicateurs biologiques ne présentent pas forcément les raffinements techniques qu’on attendrait de la part de sciences prétendument à la pointe du progrès. Conduisant une étude dans le milieu du hockey sur glace, une équipe canadienne en neuroscience du comportement a pu récemment déterminer que le rapport entre la longueur et la largeur du visage constitue un bon prédicteur de l’agressivité. Plus la tête est large, plus l’individu est violent104. Citons Lavater : « Une tête plus large que longue… quand les contours sont durs, roides et angulairement tendus, marque la plus terrible inflexibilité accompagnée presque toujours d’une affreuse méchanceté »105.

  • 106 G. Canguilhem, « Le cerveau et la pensée », art. cité, p. 14. Ajoutons une hypothèse tout à fait c (...)
  • 107 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit. p. 108-109. Dans la version allemande, Lavater (...)
  • 108 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit. p. 120.
  • 109 Ibid., p. 123.

45Une autre leçon de Canguilhem pointe ici, à savoir la portée pratique immédiate de ce type de théories, notamment dans l’ordre de la police ou de la justice, « comme si la démarche théorique était congénitalement suscitée par un intérêt de pratique »106, réveillant ce désir plus ou moins enfoui suivant les périodes de faire de technologies à composantes psychologiques des instruments d’identification scientifique des comportements déviants. Dagognet loue effectivement l’originalité de la physiognomonie dans son programme de détection des anomalies physiques indicatrices de désordres moraux, Lavater annonçant et même devançant Lombroso par son « originale volonté » de débusquer les anomalies physiques, toutes ces « transgressions », « asymétries », « lézardes », qui sont « opératrices de déséquilibres »107. Notons d’ailleurs que c’est à cette aune également qu’il encense le procédé photographique d’Abraham parce qu’il trouve quelque validation hors de l’expérience de laboratoire dans le cas des criminels qui en effet « portent à leur comble la scission : sous des traits parfois jeunes et affables, on discernera un arrière-fond, un pointillé impulsif et barbare »108 ; ou la théorie de la dysplasie de Sheldon dont la crédibilité est confirmée par l’examen des criminels : « la dysplasie éclate surtout chez les psychopathes – argument en faveur des thèses constitutionnalistes – comme si les difficultés existentielles, voire la désintégration mentale, se parallélisaient avec les antagonismes corporels de base, inscrits dans les volumes et la topographie même »109. Sous les différences à expliciter, les transitions à décrire, les discours scientifiques sur le cerveau présentent d’indéniables parentés à ce sujet.

Haut de page

Notes

1 M. Dumont, « Le succès mondain d’une fausse science », Actes de la recherche en sciences sociales, no 54, 1984, p. 2-30. Les jugements populaires au XVIIIe siècle sembleraient toutefois plus obéir à un désir de revendication d’une maîtrise du langage et du raisonnement et à une adaptation pragmatique à la fluidité des relations sociales quotidiennes où, d’une part, le faire importe plus que l’être dans l’échange et, d’autre part, l’évaluation morale importe peu, ou en tout cas bien moins qu’aux élites pour lesquelles l’assignation identitaire (familiale ou sociale) à une essence soustraite au temps constitue une préoccupation centrale. Voir D. Cohen, La nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social (XVIIIe-XXIe siècles), Seyssel, Champ Vallon, 2010, p. 342-348.

2 Il rédigea très probablement certaines parties de la physiognomonie de Lavater. Il prit ultérieurement ses distances avec le pasteur de Zürich. Voir É. de Fontenay, Sans offenser le genre humain. Réflexions sur la cause animale, Paris, Albin Michel, 2008, p. 133. Selon Antoine Faivre, qui consacre un article à Lavater dans l’Encyclopædia Universalis, c’est en raison du prosélytisme de Lavater que Goethe s’éloigna de lui.

3 Voir par exemple Ursule Mirouët, Une ténébreuse affaire, Le Curé de village. M. Dumont souligne que Lavater servit à construire les personnages de La Comédie humaine. On se rappellera que Ursule Mirouët met en scène un magnétiseur et une somnambule dont la puissance de clairvoyance convertira le docteur Minoret, pourtant disciple des Lumières et antimesmérien notoire. Balzac associait physiognomonie et phrénologie en les fondant toutes deux sur l’existence d’un fluide qui déterminerait aussi bien les formes du visage que celles du crâne.

4 Les caricatures de Grandville ou Daumier sont plus malaisées à classer, à la fois hommage en mettant l’animal au service de la représentation et amusement critique à l’égard des outrances de cette animalisation.

5 Le portrait d’Érasme en porte assurément l’empreinte (S. Zweig, Érasme. Grandeur et décadence d’une idée, Paris, Grasset, 1935, p. 52), de même qu’on reconnaît l’organologie de Franz Gall lorsque Zweig évoque les bosses de la volonté de Luther (ibid., p. 103).

6 Cet emploi ne surprend guère au fond : la physiognomonie fut pensée dès le XVIe siècle comme un moyen de gouverner les autres (voir J.-J. Courtine et Cl. Haroche, Histoire du visage. Exprimer et taire ses émotions (XVIe-début XIXe siècle), Paris, Payot & Rivages, 1994 [1988]).

7 Voir M. Schneider et M.-J. Geyer, Jean-Frédéric Oberlin : le divin ordre du monde, Mulhouse, Éditions du Rhin, 1991.

8 Dans ses fameux Aphorismes (G. Chr. Lichtenberg, Aphorismes, M. Robert trad., Paris, J.-J. Pauvert, 1966 [1775-1779]), il en raille la dimension de chimère (p. 133-134), de fantaisie (p. 140) ou de fausseté (p. 171-172), souriant à la déraison de la prétention scientifique de Lavater : « Il est très singulier, et je ne l’ai jamais remarqué sans sourire, que Lavater ait vu plus de choses sur le nez de nos écrivains contemporains que le monde raisonnable dans leurs œuvres » (ibid., p. 174-175).

9 Tout comme il fustigeait les fantaisies de la cranioscopie gallienne. Voir G. W. Fr. Hegel, Phénoménologie de l’esprit, B. Bourgeois trad., Paris, Vrin, 2006 [1806], p. 297 et suiv.

10 M. Dumont, art. cité, p. 29.

11 Elle consacre à ce propos quelques lignes à la psychologie différentielle et son outillage statistique, ou au grand médecin hongrois Léopold Szondi (1893-1986). Fondateur de la psychologie du destin, Szondi, qui se rêvait comme le « Linné des pulsions », postulait que le destin était lié à un petit nombre de vecteurs pulsionnels (J.‑L. Feys, « Quel système pour quelle classification psychiatrique ? De Linné à Schotte en passant par le DSM et Szondi », L’évolution psychiatrique, vol. LXXIX, no 1, 2014, p. 117-118). Il chercha notamment à définir le profil psychologique à partir des signes cachés du visage que certains individus reconnaissent préférentiellement chez l’autre.

12 M. Dumont, art. cité, p. 3.

13 Si elle se présentait comme une science, avec les garanties de l’époque, du point de vue actuel, elle est bien évidemment une fausse science et non un propos qui serait demi-vrai ou demi-faux. Constatons que le fait de parler en termes de vrai ou de faux inscrit d’emblée la physiognomonie dans le modèle de la science. La question étant dès lors celle d’un défaut de savoir ou d’une faute de raisonnement, elle occulte ainsi la signification subjective de la croyance physiognomonique qui à ce titre relève de l’illusion et non de l’erreur.

14 Ibid., p. 3.

15 Le prix Nobel de médecine de 1963, le neurophysiologiste John Eccles, déplorait ainsi que le Hixon Symposium de 1948 n’abordât point le problème des rapports entre le corps et l’esprit, faisant comme si le problème était définitivement réglé. Voir J. Eccles, « Cerebral Mechanisms in Behaviour. The Hixon Symposium by Lloyd A. Jeffress », The British Journal for the Philosophy of Sciences, vol. IV, no 16, 1954, p. 345-347.

16 Sébastien Lemerle constate que les grilles de lecture biologiques du monde social bénéficient, dès les années 1970, d’une diffusion de plus en plus large. Les éditions Odile Jacob ont joué un rôle majeur dans le renouveau d’une vision du monde que Lemerle qualifie de « biopsychologique ». Voir S. Lemerle, Le singe, le gène et le neurone. Du retour du biologisme en France, Paris, PUF (Science, histoire et société), 2014.

17 Fr. Dagognet, Philosophie d’un retournement, La Versanne, Encre marine, 2001, p. 14.

18 J. C. Lavater, La physiognomonie ou L’art de connaître les hommes d’après les traits de leur physionomie, leurs rapports avec les divers animaux, leurs penchants, etc., Lausanne, L’Âge d’homme, 1998 [1845], p. 6.

19 Loc. cit.

20 Ibid., p. 3.

21 Ibid., p. 47.

22 Ibid, p. 90.

23 Ibid, p. 253.

24 Voir J.-J. Courtine et Cl. Haroche, Histoire du visage, op. cit.

25 M. Dumont, art. cité, p. 9.

26 Sa physiognomonie participe à une politique du regard consubstantielle de la construction au XVIIe siècle de la société de cour au sein de laquelle le repérage des émotions de l’autre constituait un atout dans le jeu politique des places.

27 Ch. Letourneau, « Rapport sur un ouvrage intitulé : De la physiognomonie, par J. B. Delestre », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 1867, IIe série, t. II, p. 179.

28 Tel P. Rayer, « Rapport sur l’ouvrage de M. le Docteur Duchenne de Boulogne », AN F/17/3100/1, cité dans Fr. Delaporte, Anatomie des passions, Paris, PUF, 2003, p. 202.

29 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, Paris, Vrin, 1982, p. 7.

30 Ibid., p. 18.

31 Ibid., p. 10.

32 Ibid., p. 20. On ne peut que s’étonner que Dagognet, philosophe, présuppose que les couples intérieur/extérieur, âme/corps, voire moral/physique, soient substituables, comme si les protagonistes très divers de cette histoire de longue durée y rangeaient les mêmes éléments ou les référaient au même univers théorique. Mais peut-être n’écrit-il pas ici au titre principal de philosophe, et portant la conviction que le corps est le « centre du psychisme » (ibid., p. 92), il lui importerait peu d’historiciser ces notions.

33 À l’encontre de la primauté généralement donnée à la tête pour pénétrer l’âme, Dagognet se félicite que Lavater appréhende le corps dans sa totalité.

34 Ibid., p. 31. Le statut de ce texte dans l’ensemble de la production abondante de Dagognet n’est pas aisé à cerner. Il a une évidente dimension provocatrice, développe un style peu rigoureux, peu serré, comme si l’ouvrage était mineur. L’écriture se veut « littéraire », non sur le mode d’une certaine « légèreté », le style est au contraire assez ampoulé. Notons toutefois que l’ouvrage a paru chez Vrin et qu’il est réédité en 2007. Toujours est-il que, afin de faire résonner ce statut incertain, je ferai une place la plus large possible à la langue de Dagognet et à sa dynamique (ce qui ne veut pas dire sa cohérence).

35 Ibid., p. 38.

36 Ibid., p. 51.

37 Ibid., p. 74.

38 Ibid., p. 104-105.

39 Pour Dagognet, Lavater évite les interprétations trop légères ou trop étroites, grâce, d’une part, à une critique du localisme de Franz Gall dont la phrénologie n’examine ni les relations entre les surfaces osseuses, ni la dynamique des axes, et, d’autre part, à une extension du champ de l’examen sémiologique non seulement à l’écriture ou la voix, mais aussi à l’habillement et à la face sociale (ornementation de la maison, etc.).

40 Ibid., p. 106.

41 Ibid., p. 92.

42 Ibid., p. 128. Affirmation que je ne peux m’empêcher de rapprocher de ce que Lavater écrit : « Tout homme ne peut que ce qu’il peut et n’est que ce qu’il est. Il ne peut s’élever qu’à un certain point et pas plus haut, dût-on le torturer avec toute l’inflexible cruauté d’un bourreau irrité... “Jusqu’ici et pas plus loin, mais jusqu’ici !” Voilà ce que Dieu, la vérité et la physiognomonie crient à chaque homme » (J. C. Lavater, op. cit., p. 50). Notons que Dagognet emploie le terme de « potentialité » sans s’attacher à le définir, en particulier dans son rapport à la problématique des correspondances entre l’intérieur et l’extérieur.

43 Si Darwin, dans l’introduction à la première édition de L’expression des émotions chez les hommes et les animaux, classe l’œuvre de Lavater dans la catégorie des ouvrages méritant « la plus grande considération », c’est l’édition réalisée par Moreau de la Sarthe (1806-1809) qui l’intéresse, et notamment les articles que ce dernier y insère au sujet des mouvements des muscles faciaux. Voir Ch. Darwin, L’expression des émotions chez l’homme et les animaux, D. Férault trad., Paris, Rivages & Payot, 2001 [1872], p.  9-11.

44 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 73.

45 Ibid., p. 87.

46 Selon Dagognet, le grand naturaliste a pu en effet démontrer, d’une part, qu’il n’est pas aisé d’exhumer les « résidus signifiants » masqués par des remaniements évolutifs peu visibles, d’autre part, qu’il existe des bizarreries délicates à interpréter ou bien, même, qu’il faut se garder d’interpréter, encore, que des infirmités peuvent persister en tant que simples envers d’un succès adaptatif alors même qu’elles auraient dû disparaître du point de vue de l’évolution, enfin, que certains organes ne sont que des « dérivés » perdus dans la profondeur du temps, des effets de contingence hors du champ de la signification.

47 Ibid., p. 89.

48 Ibid., p. 93.

49 Dagognet fait référence à L’expression des émotions chez l’homme et les animaux (1872).

50 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 97.

51 Dagognet explique que Pierre Abraham manipule et recompose l’image pour en extraire deux visages, la partie gauche et la partie droite, qui présentent, comme Lavater l’avait signalé, une légère dissymétrie logiquement cohérente avec la psychophysiologie du cerveau dit double. La valeur de la technique repose donc sur le fait qu’elle montre ce que l’œil nu ne peut voir. Il faut cet appareillage, ce montage pour percer l’énigme du masque que chacun porte, pour aller au-delà de la « moitié sociale » de la face par laquelle le modèle cherche à afficher pour le photographe le visage le plus amène.

52 Ibid., p. 118.

53 Ibid., p. 121.

54 En particulier, la somme des notes attribuées à chaque composant génératif n’excède pas le chiffre de 12 ou 13, car le taux de développement de l’un influe sur les deux autres.

55 Ibid., p. 122.

56 Dagognet ne fournit pas d’exemple sur la manière dont Sheldon prédit à partir d’un somatotype donné une caractéristique mentale, il pose plutôt la question d’un possible glissement au cours de la vie d’un somatotype à un autre voisin (du « 523 » au « 434 », donne-t-il en termes d’illustration). Voir ibid., p. 125.

57 Terme médical, la dysplasie désigne des anomalies du développement de certains tissus ou organes, dès le stade embryonnaire ou à partir de la naissance, qui provoquent des malformations morphologiques.

58 Ibid., p. 126.

59 Au sujet de l’idée que l’art est une partie intégrante du matériel d’étude de la phrénologie dans une perspective qui par ailleurs prolonge la physiognomonie dans son rapport au dessin, voir L. Baridon, « Du portrait comme une science. Phrénologie et arts visuels en France au XIXe siècle », dans La physiognomonie. Problèmes philosophiques d’une pseudo-science, C. Bouton, V. Laurand et L. Raïd éd., Paris, Kimé, 2005, p. 143-170. En ligne : [http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00468899] (consulté le 22/02/2014).

60 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 134.

61 Ibid., p. 141.

62 Lavater explique longuement ce choix. La silhouette annule l’épaisseur de l’existence, la sédimentation des accidents de la vie qui s’inscrivent dans les parties molles et musculeuses. Elle présente donc la figure en la réduisant à son contour et ses limites, à sa dimension figée, éternelle, épurée. En outre, elle rend la comparaison plus facile et plus précise. Le profil chez Lavater est donc ce qui trahit le plus sûrement l’origine. L’âme s’y révèle sans masque. Dit autrement, la silhouette ne ment pas. Voir J. C. Lavater, op. cit., p. 90 et suiv.

63 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 139.

64 Ibid., p. 158.

65 G. Deleuze, Logique du sens, Paris, Minuit, 1969, p. 158, cité dans Fr. Delaporte, op. cit., p. 132.

66 Voir par exemple Fr. Dagognet, La peau découverte, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, 1993. Une défense qui vaut à Wilhelm Reich un éloge appuyé de sa part : ce dernier est décrit comme un « maître de la biopsychologie » qui, avant d’être emporté par son délire énergétique, selon Dagognet, écrivait : « Il faut toujours prendre comme point de départ la surface ». W. Reich, L’analyse caractérielle, P. Kamnitzer trad., Paris, Payot, 1971, p. 45, cité dans Fr. Dagognet, Le corps multiple et un, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, Laboratoires Delagrange, 1992, p. 160.

67 Ibid, p. 160.

68 Fr. Dagognet, Philosophie d’un retournement, op. cit., p. 62.

69 Fr. Dagognet, « Entretien avec François Dagognet. Propos recueillis par Martine Robert », Le Philosophoire. Laboratoire de philosophie, no 21, 2003, p. 7. C’est dans cet entretien qu’il se définit comme un matériologue, à savoir un dualiste qui suppose un monisme et pose que si l’esprit se détermine dans le corps, il l’amplifie aussi.

70 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 11.

71 Fr. Dagognet, Le cerveau citadelle, Chilly-Mazarin, Laboratoires Delagrange, 1992, p. 12. S’il me faut signaler que ce texte paraît dans la collection « Les empêcheurs de penser en rond » éditée par le département Communication des laboratoires Delagrange – l’information n’est pas accessible au premier coup d’œil –, je fais toutefois l’hypothèse, suggérée par le fait qu’il tient des propos similaires dans d’autres lieux, qu’il ne s’agit pas là d’un discours téléguidé mais d’énoncés parfaitement assumés.

72 Ibid., p. 19.

73 Ibid., p. 51.

74 Ibid., p. 36.

75 Fr. Dagognet, « Entretien avec François Dagognet », art. cité, p. 8.

76 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 89. Freud, dira-t-il dans un autre texte, « nous a égaré [sic] avec son inconscient » qui au contraire est « ce qu’il y a de plus manifeste » (Fr. Dagognet, « Entretien avec François Dagognet », art. cité, p. 11).

77 Fr. Dagognet, Le trouble, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, 1994, p. 191.

78 Voir le chapitre « Le traitement psychiatrique » dans Le cerveau citadelle, op. cit., notamment p. 147-154.

79 Lacan pose la question de savoir ce qui nous fait dire que, après tout, l’alchimie n’est pas une science : « Quelque chose à mes yeux est décisif, que la pureté de l’âme de l’opérateur était comme telle, et de façon dénommée, un élément essentiel en l’affaire » (J. Lacan, Le séminaire. Livre XI : les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, J.-A. Miller éd., Paris, Seuil, 1973, p. 14). Ce critère m’apparaît en effet déterminant pour qualifier la physiognomonie de fausse science. Martine Dumont place cette phrase de Lacan en incipit de son chapitre « Autoportrait ».

80 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 129.

81 Ibid., p. 182. Dans un ouvrage ultérieur, Dagognet mettra en avant l’intérêt, pour l’analyse des rêves, de l’électro-encéphalogramme qui permet de se passer des « impossibles renseignements du vécu » (Fr. Dagognet, Le cerveau citadelle, op. cit., p. 81). Plus généralement, en ce qui concerne l’étude de ce qu’il appelle la cérébralité, il note la discordance entre les résultats obtenus par les instruments et les vécus subjectifs « plus fragiles ou plus relatifs ». Cela doit conduire à privilégier les premiers, ajoute-t-il (ibid., p. 84). Il écrit pourtant que l’essentiel des rêves demeure inconnu et que seul le dormeur peut en donner une signification à travers l’histoire personnelle de ses fantasmes. Voir Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit., p. 181.

82 Ibid., p. 208.

83 Ibid., p. 186. Dagognet cite les réussites d’Edmond Locard en matière d’expertise graphologique devant les tribunaux.

84 Fr. Dagognet, Le corps multiple et un, op. cit., p. 163.

85 Fr. Dagognet, Le trouble, op. cit., p. 143-144. Ce texte assez déroutant s’intéresse essentiellement à l’affrontement juridique de logiques contradictoires entre la sphère publique et l’intérêt individuel.

86 En tant que psychiatre, Dagognet ne peut ignorer que la clinique psychiatrique présuppose un lieu de l’énonciation qui articule le sujet et l’objet de la demande : l’expérience vécue, les confidences forment l’essentiel de la clinique. Voir G. Lantéri-Laura, « La sémiologie psychiatrique : son évolution et son état en 1982 », L’évolution psychiatrique, vol. LXXII, no 4, 2007, p. 751-753.

87 G. Canguilhem, « Le statut épistémologique de la médecine », dans Études d’histoire et de philosophie des sciences concernant les vivants et la vie, Paris, Vrin, 2002, p. 413-428.

88 J. Clair, Éloge du visible. Fondements imaginaires de la science, Paris, Gallimard, 1996, p. 67.

89 S. Kirk et H. Kutchins, Aimez-vous le DSM ? Le triomphe de la psychiatrie américaine, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, 1998.

90 Il me semble que Steeves Demazeux, plus nuancé et convaincant, a quelque raison de soutenir qu’il ne s’agit pas tant d’une rupture que d’une continuité logique avec la tradition statistique et classificatoire de la psychiatrie américaine qu’un « collège invisible » de jeunes psychiatres, opposés à l’hégémonie de la psychanalyse, a su capitaliser à la fin des années 1960 et au début des années 1970 (S. Demazeux, Qu’est-ce que le DSM ? Genèse et transformations de la bible américaine de la psychiatrie, Paris, Ithaque, 2013).

91 J.-Cl. Maleval, « Limites et dangers des DSM », L’évolution psychiatrique, vol. LXVIII, no 1, 2003, p. 39-61.

92 Fr. Dagognet, « L’imagerie médicale, une ambivalence certaine, quoique relative », Recherches en psychanalyse, no 8, 2009, p. 172.

93 Fr. Dagognet, « Entretien avec François Dagognet », art. cité, p. 11.

94 Voir Fr. Dagognet, « La médecine générale est une science humaine », entretien réalisé par S. Carnasse en décembre 2007. En ligne : [http://www.carnetsdesante.fr/Dagognet-Francois] (consulté le 22/02/2014).

95 Fr. Dagognet, Le trouble, op. cit., p. 181.

96 Ibid., p. 193.

97 Fr. Dagognet, Le cerveau citadelle, op. cit., p. 83-85.

98 Ibid., p. 144.

99 Alain Ehrenberg a montré que ce nouveau paradigme code la souffrance psychique de sorte qu’il ne s’agit pas tant d’accueillir et de comprendre sa signification pour le sujet que de le réparer, si possible rapidement, afin de le réadapter à la norme sociale. Voir A. Ehrenberg, La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 2010 [1998].

100 J.-J. Courtine, Déchiffrer le corps. Penser avec Foucault, Grenoble, Jérôme Millon, 2011, p. 23.

101 Une remarque pénétrante que Claude Blanckaert adresse à propos de l’anthropologie physique. Voir Cl. Blanckaert, « La météorologie du “microcosme cérébral” : controverses raciologiques autour de Paul Broca et Pierre Gratiolet », dans C. Cherici et J.-C. Dupont éd., Les querelles du cerveau. Comment furent inventées les neurosciences, Paris, Vuibert, 2008, p. 285.

102 S. Giampino et Cl. Vidal, Nos enfants sous haute surveillance. Évaluations, dépistages, médicaments..., Paris, Albin Michel, 2009, p. 14.

103 G. Canguilhem, « Le cerveau et la pensée », dans Georges Canguilhem. Philosophe, historien des sciences, Paris, Albin Michel, 1993, p. 13.

104 J. M. Carré, Ch. M. McCormick, « In your face: facial metrics predict aggressive behaviour in the laboratory and in varsity and professional hockey players », Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 275 (1651), 22 novembre 2008, p. 2651-2656.

105 J. C. Lavater, op. cit., p. 93.

106 G. Canguilhem, « Le cerveau et la pensée », art. cité, p. 14. Ajoutons une hypothèse tout à fait complémentaire : ces démarches théoriques, de Lavater à Dagognet en passant par Gall, s’appuient sur une épistémologie des « limites » qui envisage les phénomènes anormaux ou pathologiques comme les révélateurs de ce qui est caché dans les phénomènes normaux.

107 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit. p. 108-109. Dans la version allemande, Lavater avait fourni des instructions aux juges quant à la scène d’interrogatoire, suggérant de placer le criminel debout en pleine lumière, le juge devant s’asseoir dans l’ombre afin de l’examiner (M. Stingelin, « Friedrich Nietzsche et l’image du criminel dégénéré », Déviance et société, 1994, vol. XVIII, no 2, p. 193). Lavater voyait la physiognomonie comme une alternative à la torture, qu’il récusait, et donc comme le moyen d’affermir un verdict de culpabilité : elle ne doit en effet pas se substituer au juge, mais être mise à l’épreuve pour aider à la décision (J. C. Lavater, Physiognomische Fragmente zur Beförderung der Menschenkenntniß und Menschenliebe, Leipzig, Winterthour, Weidmanns Erben und Reich, H. Steiner und Compagnie, 1778, t. IV, p. 475).

108 Fr. Dagognet, Faces, surfaces, interfaces, op. cit. p. 120.

109 Ibid., p. 123.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Dartigues, « Le retour d’une « demi-erreur » ? De la physiognomonie selon François Dagognet à la nouvelle psychiatrie », Astérion [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 04 juin 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/asterion/3161 ; DOI : 10.4000/asterion.3161

Haut de page

Auteur

Laurent Dartigues

CNRS, laboratoire Triangle (UMR 5206) • Ingénieur agronome et docteur en anthropologie historique de l’EHESS, Laurent Dartigues travaille sur Michel Foucault et la psychanalyse, Edward Said et le postcolonialisme, ainsi que sur le neurodroit.

Articles du même auteur

Haut de page