Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Hayek, penseur du « doux commerce » : la société moderne est-elle principalement soudée par des « réseaux d’argent » ?

Hayek as a thinker of “doux commerce”: does the “cash-nexus” hold modern society together?
Eva Debray

Résumés

On insiste le plus souvent, que ce soit pour critiquer ou féliciter l’entreprise de l’économiste Friedrich August von Hayek, sur sa reprise de l’expression de « main invisible » d’Adam Smith. Hayek voit dans cette métaphore une manière particulièrement heureuse de traiter de ces ordres spontanés, de ces ordres produits de manière non intentionnelle, dont lui-même cherche à rendre compte, et, plus précisément, l’ordre de marché. Cependant, plusieurs questions restent alors ouvertes lorsque l’on emprunte uniquement cette voie : de quoi Hayek cherche-t-il à rendre compte précisément lorsqu’il traite de ces ordres spontanés, c’est-à-dire que signifie le terme d’ordre ici ? Pourquoi se penche-t-il principalement sur l’ordre économique ? Pour répondre à ces questions, il est utile de mettre au jour une autre réappropriation conceptuelle à laquelle procède Hayek : celle qui prend pour objet le thème du doux commerce. Son analyse nous place au cœur de son projet de défense du libéralisme. Une étude adéquate de ce réinvestissement suppose cependant de mettre au jour le déplacement conceptuel qu’Hayek fait subir à ce thème. Il s’agit en effet pour ce dernier de défendre l’idée que les « “réseaux d’argent” […] soudent la Grande Société », c’est-à-dire sont au principe de l’ordre pacifique de la société moderne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 F. A. Hayek, Droit, législation et liberté : une nouvelle formulation des principes libéraux de ju (...)
  • 2 Nous reprenons ici une expression de Catherine Audard, dans son commentaire de Hayek : C. Audard, (...)
  • 3 Il s’agit là des principes directeurs de ce qu’on appelle habituellement le néolibéralisme. Voir s (...)
  • 4 F. A. Hayek, DLL, Introduction, p. 61.
  • 5 Loc. cit.

1Dès l’ouverture de son œuvre majeure, Droit, législation et liberté, Friedrich August von Hayek se réclame de l’héritage de Montesquieu et de son « constitutionnalisme libéral », dont l’objectif majeur, selon le premier, était d’assurer la liberté individuelle, en contenant pour ce faire le gouvernement dans des limites1. Cette revendication participe, chez Hayek, d’une volonté de réagir activement à ce qu’il perçoit alors à son époque comme une évolution néfaste du libéralisme, qui tend à abandonner ce qui à ses yeux constitue les trois piliers2 du libéralisme classique, à savoir : la défense de la liberté individuelle et, avec elle, de la liberté des marchés, ainsi que la reconnaissance du rôle, certes fondamental, mais néanmoins limité, de l’État3. Dans cette même introduction, Hayek considère à cet égard qu’il lui faut à son époque « faire à peine moins, pour le XXe siècle, que n’a fait jadis Montesquieu pour le XVIIIe »4. Il y souligne également l’apport des autres penseurs « auxquels, affirme-t-il, nous devons les conceptions fondamentales du constitutionnalisme, David Hume et Adam Smith »5. Pour saisir la manière dont Hayek conçoit et met en œuvre son entreprise de défense du libéralisme, il semble donc utile d’analyser la manière dont il réinvestit certains des arguments, idées ou notions clés auxquels recourent ces auteurs.

  • 6 Id., DLL, I, 2, « Les deux sources d’ordre », p. 126. Hayek cite directement A. Smith (Wealth of N (...)
  • 7 Id., DLL, II, 10, « Nature de l’ordre de marché », p. 529.
  • 8 Hayek considère qu’Adam Smith est même l’un des premiers penseurs à avoir mis en évidence « le pri (...)

2La théorie de l’ordre social spontané que Hayek s’emploie à développer, en particulier dans Droit, législation et liberté, constitue le cœur de cette entreprise. De ce point de vue, on insiste le plus souvent, que ce soit pour critiquer ou approuver sa démarche, sur sa reprise de l’expression de « main invisible » de Smith, expression qui renvoie à l’image par laquelle, précise Hayek, le philosophe écossais, dans la langue de son temps, « décrivait comment l’homme est conduit à “promouvoir un résultat qui ne faisait nullement partie de ses intentions” »6. Il réinvestit cette image, car il y voit une manière particulièrement heureuse de traiter de ces ordres spontanés, de ces ordres produits de manière non intentionnelle dont lui-même cherche à rendre compte au sein de sa théorie sociale, et en particulier de l’ordre qui y occupe une place centrale, « l’ordre de marché »7. Hayek se réclame en outre de Smith en le présentant comme un précurseur de ses propres analyses du mécanisme ou processus d’auto-organisation à l’œuvre au sein du marché8. Cependant, plusieurs questions restent alors ouvertes lorsque l’on emprunte uniquement cette voie : de quoi Hayek cherche-t-il à rendre compte précisément lorsqu’il traite de ces ordres spontanés, c’est-à-dire que signifie le terme d’ordre dans ces développements ? Par ailleurs, pourquoi Hayek se penche-t-il principalement sur l’ordre économique et son mécanisme de production spontanée ?

  • 9 Nous préciserons ici que Hayek ne se penche pas que sur les ordres sociaux spontanés dans cet ouvr (...)
  • 10 On notera que Hirschman ne mentionne pas la réappropriation hayékienne de ce qu’il nomme « doctrin (...)
  • 11 F. A. Hayek, DLL, II, 10, « Bien que n’étant pas une unité économique, la Grande Société est princ (...)

3Or, pour répondre à ces questions, il fait sens de mettre au jour une autre réappropriation théorique à laquelle se prête Hayek et qui mérite qu’on lui accorde une pleine attention : celle qui prend pour objet le thème du « doux commerce ». Cette réappropriation intervient centralement dans Droit, législation et liberté, ouvrage au sein duquel il développe de la manière la plus circonstanciée ce qu’il entend par « ordre spontané »9, et expose le plus clairement comment sont articulés le mécanisme du marché et l’ordre social de la société envisagé dans son ensemble. Il faut dès à présent noter que Hayek ne cite pas la célèbre formule de Montesquieu sur les douceurs du commerce dans cet ouvrage, et peu d’éléments bibliographiques permettent de cerner cette référence. Cela explique sans doute le peu d’attention porté jusqu’ici à cet aspect de la pensée hayékienne10. Mais surtout, il semble que Hayek produit un déplacement sur le sens même de ce thème. Reprenant à son compte ce dernier, l’auteur défend en effet l’idée que les « “réseaux d’argent” […] soudent la Grande Société », c’est-à-dire l’idée que les « relations économiques » sont au principe de ce qui constitue l’ordre pacifique de la société moderne11. Cette réappropriation par Hayek du thème du doux commerce nous place au cœur de son entreprise de défense du libéralisme, plus précisément encore que celle de la métaphore de la main invisible. Sans elle, en effet, on ne cernerait pas la nature précise des arguments que l’auteur formule pour défendre son modèle libéral.

  • 12 Si de nombreux travaux ont pu souligner l’écart entre le libéralisme classique tel celui d’Adam Sm (...)

4La présente contribution s’attache ainsi tout d’abord à cerner l’importance que le thème du doux commerce a pu revêtir pour un protagoniste majeur de la pensée libérale12 de la fin du XXsiècle. Dans cette perspective, on sera sensible aux enjeux propres à cette réappropriation, mais également aux déplacements auxquels procède Hayek sur le sens même de ce thème, pour interroger leur pertinence.

5Nous montrerons donc tout d’abord ce qui, selon Hayek, rend nécessaire cette réappropriation théorique. La théorie sociale de l’auteur entend résoudre le problème suivant : comment un ordre social au sein des sociétés modernes, c’est-à-dire au sein des sociétés caractérisées par un haut degré de complexité, est-il possible ? Le second moment de l’article sera consacré au geste hayékien de réappropriation de ce thème proprement dit et examinera comment il s’inscrit au cœur de son projet de défense du libéralisme. Comme nous l’avons suggéré, cette étude permet de mieux saisir ce que Hayek entend par « ordre », concept cardinal de sa théorie sociale. S’appropriant ce thème des douceurs du commerce, il commet cependant un glissement conceptuel sur la notion d’ordre elle-même. Nous mettrons en lumière ce dernier, et, dans un même mouvement, la dimension proprement idéologique du réinvestissement hayékien de ce thème.

Comment l’ordre social moderne est-il possible ?

6Hayek réactualise le thème du doux commerce afin de rendre compte de la possibilité de l’ordre social au sein des sociétés modernes. Ce problème de la possibilité de l’ordre social se pose en effet d’une manière spécifique au sein de ces sociétés, qui, selon lui, se caractérisent par un haut degré de complexité.

  • 13 F. A. Hayek, DLL, I, 1, « Connaissance des faits et science », p. 82.

7Nous indiquerons tout d’abord succinctement les éléments clés de la pensée hayékienne de la complexité. Précisons ici que, dans ses développements les plus approfondis sur cette notion, Hayek traite d’abord de phénomènes complexes. Il envisage à cet égard les phénomènes sociaux comme un certain type de phénomènes complexes, qu’il oppose par exemple aux phénomènes « relativement simples du monde physique »13. S’il élabore une théorie générale des phénomènes complexes qui, en outre, ne se limite pas à une étude des phénomènes sociaux, Hayek entend cependant ultimement souligner la complexité d’un type de phénomènes sociaux bien particulier : il s’agit pour l’auteur de montrer que c’est l’ordre social des sociétés modernes lui-même qui est caractérisé par un haut degré de complexité.

  • 14 Ces deux notions d’explication et de prédiction vont de pair pour Hayek : connaissant les facteurs (...)
  • 15 Id., DLL, I, 2, « En société, nos pouvoirs de contrôle… », p. 131.

8La complexité est une caractéristique relative aux capacités cognitives des êtres humains. Certains phénomènes peuvent être qualifiés de « complexes » dès lors qu’il est impossible d’en produire l’explication et la prédiction complètes14, la question étant de savoir ce qui, dans ces phénomènes, empêche ces dernières. La définition du degré de complexité d’un phénomène repose tout d’abord, selon Hayek, sur le nombre minimum de variables qu’il faut faire intervenir pour construire un modèle suffisamment précis permettant d’en rendre compte, et de le produire ou le reproduire. Or, dans les champs de la biologie et des sciences sociales, saisir de manière synchronique tous les facteurs qui déterminent la manifestation des phénomènes auxquels ces sciences s’intéressent s’avère souvent impossible. La complexité d’un phénomène ne tient cependant pas seulement au nombre de facteurs que doit intégrer son explication. Elle tient également à leur hétérogénéité. Hayek insiste en particulier dans Droit, législation et liberté sur les « éléments de nature diverse dont se composent les structures »15 qu’il analyse lorsqu’il se penche sur les phénomènes complexes.

  • 16 Il faudrait, en toute rigueur, les appeler « non complexes », dans la mesure où il nous est possib (...)
  • 17 F. A. Hayek, « La théorie des phénomènes complexes » [1964], dans Id., Essais de philosophie, de s (...)
  • 18 F. A. Hayek, « Le simulacre de la connaissance », dans Id., Nouveaux essais de philosophie, de sci (...)

9Pourquoi Hayek insiste-t-il sur ce point ? Concernant les phénomènes peu complexes16, il indique que peu de facteurs différents interviennent dans la production de ces phénomènes. Plus précisément : le caractère distinct de ces facteurs joue peu dans cette production. On peut dès lors se contenter de relever des propriétés qui sont communes et non pas propres à chacun de ces facteurs. Il ne sera par conséquent pas nécessaire, pour ce qui est de ces phénomènes, même dans le cas de ceux dont la manifestation est déterminée par un grand nombre de facteurs, de procéder à une collecte d’informations sur tous les facteurs à l’origine de ces phénomènes. De la sorte, cette collecte ne sera pas rendue impossible. C’est d’ailleurs cela même qui rend la méthode statistique adéquate pour l’étude de ces phénomènes, méthode qui rend possibles leur explication et leur prévision. La statistique consiste en effet, selon Hayek, en une méthode d’explication et de prévision qui remplace « les attributs individuels impossibles à définir par un attribut unique pour tout l’échantillon »17. Cette méthode peut ainsi « contourner » la complexité des phénomènes auxquels elle a affaire, ces phénomènes ne pouvant d’ailleurs pas, à proprement parler, être qualifiés de complexes. Il est possible, dans ce cas, au moyen d’une collecte d’informations sur certains éléments seulement, de se prononcer sur les autres. L’être humain est capable, dans ce cas, de collecter les informations nécessaires pour expliquer, prédire ces phénomènes, et donc contrôler leurs facteurs déterminants. C’est donc en dernière instance le caractère distinct des facteurs intervenant dans la production des phénomènes complexes qui rend nécessaire une collecte d’informations sur tous les facteurs, et qui rend par là même cette collecte irréalisable. La méthode statistique est ainsi inemployable dès lors que le caractère distinct des facteurs importe, et qu’il n’est donc pas possible de procéder au type de substitution à laquelle cette méthode procède. Ce qui empêche le recours à l’outil statistique, c’est bien la nécessité d’obtenir, dans le cas des phénomènes complexes, « une information complète sur chaque élément »18.

  • 19 Ibid., II, 7, « Volonté et opinion, fins et valeurs… », p. 346.

10On appellera donc ces phénomènes « complexes » ou « hautement complexes », car il est impossible d’embrasser par la pensée de manière synchronique toutes les informations nécessaires pour expliquer ou prédire leur apparition ou production. Ces phénomènes ne peuvent pas, par conséquent, être produits intentionnellement, dans la mesure où il n’est pas possible de contrôler leurs facteurs déterminants. Or, à quoi cette diversité correspond-elle dans le champ social ? Hayek met l’accent sur la « multiplicité d’objectifs individuels »19 qui anime la société moderne fondée notamment sur une division du travail large, société qu’il qualifie pour cette raison de « pluraliste ».

  • 20 Ibid., II, 10, « Une société libre est une société pluraliste... », p. 533.
  • 21 Loc. cit.

11Cette complexité caractérise la société moderne, dans la mesure où elle est le produit d’une évolution. Hayek explique en effet que chaque individu y poursuit des buts différents de ceux des autres individus, et y développe des talents et connaissances propres, dans la mesure où on lui a laissé la possibilité de se choisir ses propres buts et les moyens de les atteindre, c’est-à-dire dans la mesure où l’on a cessé de lui dicter ces derniers. Le développement de ce que Hayek nomme la « liberté personnelle »20 s’explique par le fait qu’à des fins concrètes obligatoires imposées aux agents se sont progressivement substituées des « règles abstraites de conduite »21, qui se caractérisent d’abord comme des règles négatives, et laissent une marge de liberté aux individus. Le développement de cette liberté a eu pour conséquence que les objectifs poursuivis par les individus se sont progressivement différenciés les uns des autres.

12La question que pose le théoricien est alors de savoir comment ces différents projets individuels peuvent être conciliés. C’est d’ailleurs en ce sens qu’il faut entendre la notion d’ordre, telle qu’il la développe dans Droit, législation et liberté tout du moins : posant la question de la possibilité de l’ordre social, il s’agit en fait de savoir comment une conciliation, plus précisément une conciliation pacifique de ces différents projets, plans, ou encore objectifs (Hayek utilisant lui-même ces termes de manière relativement indifférente) est réalisable. Cette conciliation est dite réalisée, selon Hayek, dès lors que les individus ne s’empêchent pas les uns les autres d’atteindre les objectifs qu’ils poursuivent. Deux solutions peuvent être alors envisagées selon lui :

  • 22 « Si par impossible quelqu’un parvenait un jour à organiser entièrement une telle société, celle-c (...)
  • 23 Cette idée est bien entendu encore présente dans Droit, législation et liberté : s’il était nécess (...)
  • 24 Id., « La théorie des phénomènes complexes », dans Id., Essais de philosophie, de science politiqu (...)
  • 25 Comme il l’indique dans « La théorie des phénomènes complexes », n’importe quel phénomène semble d (...)
  • 26 Sur cette idée de « phénomènes essentiellement complexes », on consultera notamment « La théorie d (...)

131) Cette diversité des buts, de ces projets individuels, vient de ce que l’on a laissé les individus libres de choisir ces derniers ainsi que les moyens pour les atteindre. Une première option pourrait donc consister à imposer aux individus des buts communs et à leur dicter les moyens qu’il leur faudrait utiliser pour les atteindre, de manière à amoindrir la différenciation interindividuelle qui caractérise la société moderne22. La société et l’ordre social qui en découleraient ne pourraient pas, de ce fait, être caractérisés comme complexes et cet ordre pourrait être produit intentionnellement. Cependant, Hayek refuse une telle solution. Il s’attache à montrer pourquoi il est nécessaire de laisser les individus libres de se fixer leurs propres objectifs, en soulignant notamment, dans la Constitution de la liberté, les « vertus créatrices d’une civilisation libre » : le progrès et même le simple maintien de la civilisation reposent sur l’irruption la plus fréquente de faits imprévus. Et cette résurgence est rendue possible par la préservation de la liberté des individus23. Le prix à payer est cependant la haute complexité qui caractérise l’ordre d’une société pluraliste. L’information qu’il serait nécessaire de collecter pour concilier intentionnellement ces différents objectifs est quantitativement trop importante, elle ne peut pas être embrassée par un cerveau humain. Il faudrait pour ce faire que ce dernier puisse avoir connaissance de tous les objectifs poursuivis par les individus composant la société moderne et des différents types de moyens pouvant être mis en œuvre pour les atteindre, ce qui est impossible. Précisons ici que l’ordre social des sociétés modernes consiste selon Hayek en un phénomène non seulement complexe, mais, en outre, « essentiellement » complexe. Cette caractéristique implique que l’on ne pourra pas, notamment, produire des « limites de découpage »24 de manière arbitraire au sein de ce phénomène pour l’expliquer. On ne pourra pas, par exemple, procéder à un simple changement d’échelle : ne pouvant expliquer, prédire, ni par conséquent produire intentionnellement l’ordre social dans son entièreté, on passerait à un niveau plus local. Si une telle opération était possible, l’ordre social pourrait être produit de manière intentionnelle, mais ne pourrait l’être dans ce cas que localement. Or, souligne Hayek, l’ordre social des sociétés modernes consiste en un phénomène essentiellement complexe, en ce qu’il ne l’est pas par « combinaison »25. Les facteurs qui interviennent nécessairement dans la production de cet ordre, c’est-à-dire, en l’occurrence, les différents buts tels qu’ils sont poursuivis par les individus, sont connectés de manière systématique, au sens où ils dépendent les uns des autres : l’effet de leur opération dépend, pour se produire, de l’effet de l’opération des autres facteurs avec lesquels ils sont interconnectés. Le phénomène de division du travail permet de rendre compte de cette organicité des facteurs concourant à la production de l’ordre social. Les différents buts poursuivis par les individus, notamment au sein du champ économique, dépendent en effet de la sorte les uns des autres (l’agent A ne pourra réaliser son objectif, c’est-à-dire vendre ses biens et services à l’agent B, que si ce dernier les achète). En ce sens, les buts poursuivis par les uns et les moyens qu’ils mettent en œuvre pour les atteindre ne peuvent conduire à la formation d’un ordre que si les autres poursuivent certains objectifs et emploient certains moyens. Il n’est donc pas possible d’en isoler certains pour prédire ni par conséquent pour produire intentionnellement un ordre social à un niveau plus local26.

142) Il faut donc trouver une autre voie de résolution : il est nécessaire de montrer comment un ordre social est possible au sein des sociétés modernes, sans que pour cela il soit nécessaire de mettre à mal cette diversité des objectifs poursuivis par les individus. Il ne pourra s’agir que d’un processus non intentionnel, c’est-à-dire d’un processus spontané. La réappropriation hayékienne du thème du doux commerce s’inscrit dans cette perspective.

Le réinvestissement hayékien de la doctrine du doux commerce

  • 27 F. A. Hayek, DLL, II, 10, « Nature de l’ordre de marché », p. 529.
  • 28 Notons ici que Hayek emploie le terme de « catallaxie » pour se référer autant à l’ordre de marché (...)

15Au chapitre II de Droit, législation et liberté, Hayek examine le « caractère général de tous les ordres spontanés »27. Il ne met cependant pas encore au jour la manière dont peut se produire un ordre social spontané. C’est au chapitre X, intitulé « L’ordre de marché ou catallaxie »28, qu’il s’attache à l’éclairer. L’analyse de l’ordre de marché et de son mécanisme de production, le mécanisme du marché, permet, selon Hayek, de saisir comment, au sein des sociétés modernes, un ordre social entendu comme conciliation pacifique des objectifs poursuivis par les individus est possible. Comment Hayek pense-t-il, de ce point de vue, la relation entre cet ordre de marché, présenté comme un ordre parmi d’autres au début de ce chapitre X, et l’ordre social envisagé dans son ensemble ? Pour répondre à cette question, il importe de montrer comment Hayek se réapproprie le thème du doux commerce.

La version hayékienne du « doux commerce » : l’identification du thème

  • 29 Ibid., p. 531, nous soulignons.
  • 30 Loc. cit.
  • 31 Ibid., p. 530.
  • 32 C’est donc l’importance de l’économie de marché que Hayek met en exergue. Cette économie se distin (...)

16S’il était nécessaire de le préciser, Hayek entend par « ordre de marché » « ordre économique ». Il emploie cependant de préférence la première expression. En effet, d’une part, l’auteur préfère éviter ce terme d’« économie », qui lui semble inadéquat pour rendre compte de phénomènes de production spontanée d’ordre. Ce terme est en effet selon lui habituellement cantonné à la désignation d’un « complexe d’actions délibérément coordonnées visant un seul faisceau d’objectifs »29. Son « sens originaire »30 renvoie à ces ensembles d’activités qui font l’objet d’un « agencement délibéré » : « un ménage, une ferme ou une entreprise » constituent des exemples d’« économies »31. D’autre part, Hayek met au premier plan le phénomène de l’échange que l’on peut prendre ici comme synonyme de commerce, dans la mesure où c’est principalement l’échange marchand32 qui l’intéresse dans ce chapitre. L’expression « ordre de marché » lui permet ainsi de souligner l’importance de ce dernier au sein des sociétés modernes et son rôle dans la réalisation de leur ordre. C’est sous cet aspect que l’on peut considérer qu’il se réapproprie d’une manière originale le thème du « doux commerce ». Mais il faut aller plus loin. Si l’auteur traite de l’ordre économique, il ne s’agit pas seulement ce faisant pour lui de traiter par exemple des questions de production de richesses ou d’allocation de ressources, c’est-à-dire de questions cantonnées au champ strictement économique. Cet « ordre de marché » n’est en fait autre que l’ordre de la société lui-même, « ordre » étant à entendre au sens de cohabitation pacifique des membres d’une société, de conciliation générale des différents objectifs poursuivis par ces derniers. Si Hayek le nomme « ordre de marché », c’est ainsi non pas pour se référer à un ordre parmi d’autres, mais pour souligner que cet ordre trouve sa source dans les relations marchandes.

17Hayek réinvestit dans cette perspective ce thème du doux commerce qui souligne les effets pacificateurs de l’échange marchand. Nous identifierons tout d’abord ce thème avant d’éclairer la spécificité de la réappropriation hayékienne.

  • 33 Voir sur ce point notamment A. O. Hirschman, Les passions et les intérêts, op. cit. Précisons que (...)
  • 34 Voir sur ce point notamment C. Larrère, « Montesquieu et le “doux commerce” : un paradigme du libé (...)
  • 35 Montesquieu, De l’esprit des lois, V. Goldschmidt éd., Paris, Garnier-Flammarion, 1979, t. II, XX- (...)

18Le thème du doux commerce est un thème constitutif de la pensée libérale33, et il n’est de ce point de vue guère étonnant que cet auteur s’inscrive dans cette tradition de pensée. Précisons en outre que ce thème ne peut qu’intéresser un penseur des processus de production non intentionnelle d’ordre comme Hayek, puisqu’il souligne les effets non intentionnels du commerce34. Il n’est cependant pas aisé à identifier comme tel dans les textes de l’auteur. Ce dernier ne cite pas Montesquieu, qui, on le sait, a livré la première formulation philosophique élaborée de ce thème en énonçant que « c’est presque une règle générale, que partout où il y a des mœurs douces, il y a du commerce ; et que partout où il y a du commerce, il y a des mœurs douces »35. En outre, peu d’éléments bibliographiques permettent, notamment en note, de cerner cette référence. Une dernière raison, qui explique que l’identification de ce thème du doux commerce ne soit pas aisée dans ce chapitre de Droit, législation et liberté, est que Hayek produit un déplacement sur le sens même de ce thème. Cela explique d’ailleurs sans doute le peu d’attention qui a jusqu’ici a été porté à cet aspect de la pensée hayékienne. Ce thème n’en est pas moins pleinement exploité par l’auteur.

19On en trouve les formulations les plus parlantes au sein du chapitre central de Droit, législation et liberté consacré à l’ordre de marché ou « catallaxie » – la notion de « catallaxie » étant mobilisée par Hayek pour se référer non seulement à l’ordre produit par le biais de ces relations marchandes, mais également au mécanisme, de nature marchande, qui intervient dans cette production. Dans ce chapitre, Hayek entend rendre compte de la manière dont un ordre peut naître spontanément. Or, l’identification de ce thème est cruciale, car elle permet, comme nous l’avons annoncé, de cerner ce que Hayek entend par « ordre de marché ». Comment, en effet, Hayek pense-t-il la relation entre cet « ordre économique » et l’ordre social envisagé dans son ensemble ? Il s’agit pour l’auteur de rendre compte de la production d’un ordre entendu au sens de cohabitation pacifique, et le marché en serait selon lui la source ultime. Comment cette idée apparaît-elle dans ce texte ?

  • 36 F. A. Hayek, DLL, II, 10, « Nature de l’ordre de marché », p. 532.
  • 37 Il cite cependant explicitement Montesquieu sur ce point précis dans La présomption fatale, op. ci (...)
  • 38 De ce point de vue, on fera remarquer que, contrairement à ce que Philippe Nemo a pu affirmer, Hay (...)
  • 39 F. A. Hayek, DLL, II, 10, « Bien que n’étant pas une unité économique, la Grande Société… », p. 54 (...)

20Premièrement, Hayek rappelle que les termes « catallactique » et « catallaxie » ont été tirés « du verbe katallein qui signifiait originairement, et de façon éclairante, non seulement “échanger” mais aussi “admettre dans la communauté” et “faire d’un ennemi un ami” »36. Le mécanisme du marché est ainsi le mécanisme par lequel est produit l’« ordre pacifique » caractérisant la société moderne dans son ensemble. En outre, Hayek ne cite certes pas Montesquieu lui-même, ni n’utilise des expressions similaires à celles qu’emploie ce dernier pour qualifier les effets du commerce37. Néanmoins, au sein de la section où il reprend ce thème, Hayek cite le Commentaire sur l’Esprit des lois de Montesquieu d’Antoine Destutt de Tracy, en particulier le commentaire des chapitres XX et XXI de la quatrième partie de De l’esprit des lois38. Il se réfère ainsi explicitement au commentaire de l’un des passages les plus célèbres de Montesquieu sur le doux commerce. Il cite en effet le passage suivant du commentaire de Destutt de Tracy : « notre vie toute entière est une suite perpétuelle d’échanges […]. [Le commerce] est la société elle-même »39.

  • 40 Ibid., p. 539.
  • 41 Ibid., p. 540.
  • 42 Ibid., p. 541.
  • 43 Ibid., « Une société libre est une société… », p. 536.
  • 44 Comme cela sera précisé plus loin, il ne s’agit pas pour Hayek de dire qu’un ordre social pacifiqu (...)

21Quel sens précis ce thème revêt-il dans la pensée hayékienne ? Voici comment l’auteur formule ce dernier : « la Grande Société est principalement soudée par ce qu’on appelle communément les relations économiques »40. D’une part, le commerce est compris comme un facteur de paix, non pas d’abord au niveau des relations internationales entre États, comme cela est le cas dans la pensée de Montesquieu, mais bien au niveau des relations interpersonnelles elles-mêmes. D’autre part, le commerce n’apparaît pas comme un facteur de paix, mais bien comme ce qui soude les sociétés modernes. On comprend d’ailleurs ainsi pourquoi Hayek cite le commentaire de Destutt de Tracy plutôt que Montesquieu lui-même : l’interprétation du premier produit elle-même sur ce thème un déplacement de sens proche de celui auquel Hayek procède lui-même. Ce dernier décline sa formulation de ce thème de plusieurs manières, notamment en affirmant que « l’interdépendance ou la cohésion des éléments de la Grande Société est purement économique »41. Il reprend la citation de Destutt de Tracy, car il s’agit pour lui de montrer ce qui fait de la société moderne une société. Sa cohésion provient, ne peut provenir que des relations d’échange elles-mêmes. La société moderne est une société marchande, non seulement parce que tous ses membres participent à ces échanges, mais parce que cette société ne peut être, à proprement parler, une société que par ces échanges marchands. Selon Hayek, « c’est l’ordre de marché qui rend possible la conciliation pacifique des projets divergents »42 et l’échange marchand constitue le principe de la conciliation pacifique des objectifs au sein des sociétés modernes : « le point important à voir dans la catallaxie, c’est qu’elle rend compatibles et complémentaires des savoirs et des buts qui seront grandement différents d’une personne à une autre »43. L’échange marchand permet aux membres d’une société de vivre de manière pacifique, tout en leur permettant de poursuivre chacun leurs buts propres44.

  • 45 Id., DLL, II, 10, « Une société libre est une société pluraliste… », p. 534.
  • 46 Ibid., p. 534-535.
  • 47 Voir en outre les précisions fournies par Hayek dans La présomption fatale sur la spécificité des (...)

22Notons en effet ici qu’outre ses effets pacificateurs, l’échange a pour caractéristique qu’en lui-même, il ne porte pas atteinte à la liberté personnelle. Cette caractéristique est centrale dans le cadre du projet politique hayékien. L’échange, affirme l’auteur dans Droit, législation et liberté, sert « des buts différents et indépendants, propres à chacun des partenaires [de l’échange] »45. Cela signifie d’abord qu’il peut se réaliser sans que les échangistes ne poursuivent les mêmes objectifs particuliers. Il n’est en outre nullement besoin, pour que cet échange ait lieu, que les parties prenantes de l’échange se mettent d’accord sur les objectifs particuliers46 que chacune a en vue en procédant à ce dernier. En ce sens, ces objectifs peuvent être pensés ici comme « indépendants » les uns vis-à-vis des autres, car ils ne sont pas soumis à des buts communs sur la base desquels un tel accord pourrait se faire. De la sorte, l’échange, en lui-même, n’implique aucunement que les échangistes soient contraints à poursuivre tel ou tel objectif concret particulier : il les laisse libres de poursuivre les objectifs particuliers qu’ils ont eux-mêmes déterminés, c’est-à-dire leurs objectifs propres, et d’employer à cette fin les moyens de leur choix47.

  • 48 Ibid., « Bien que n’étant pas une unité… », p. 542.
  • 49 Ibid., p. 543.

23Précisons, pour finir, que Hayek doit répondre à une objection : nous ne poursuivons pas uniquement des objectifs ou fins dits économiques. Aussi, dans quelle mesure la catallaxie peut-elle produire une conciliation pacifique de l’ensemble des objectifs poursuivis par les individus au sein d’une société ? En réponse à cette objection, Hayek insiste sur le fait que « cela n’existe pas, les fins économiques »48 : si nous participons aux échanges, c’est toujours, ultimement, pour satisfaire à des « buts plus lointains qui sont toujours de nature non économique »49. En ce sens, le mécanisme au principe de l’ordre de marché lui-même pourrait être au principe de l’ordre général de la société moderne, entendu comme ordre de cohabitation pacifique.

Comment l’échange marchand peut-il constituer la source de l’ordre des sociétés modernes ?

  • 50 Ibid., « Une société libre est une société pluraliste… », p. 535, nous soulignons.
  • 51 Ibid., p. 536.

24Reste à comprendre dans quelle mesure l’échange marchand est capable de produire cet ordre pacifique. Tout d’abord, Hayek souligne que, par l’échange, les individus sont « interdépendants » les uns vis-à-vis des autres. L’idée d’interdépendance et celle de cohésion ne sont pas strictement équivalentes, mais, comme semble l’indiquer la citation précédente, la première est condition de la seconde. Les participants de l’échange marchand dépendent les uns des autres, au sens où la réalisation, l’atteinte des objectifs qu’ils poursuivent au sein du marché dépend de ce que les autres y vendent ou y achètent. Par exemple, lorsque j’achète du pain au boulanger, je contribue à la réalisation de son objectif qui est de vendre du pain. Dans cette mesure, par l’échange, les individus « peuvent être utiles les uns aux autres »50. Par l’échange, chacun, poursuivant ses objectifs propres, peut « promouvoir les entreprises de beaucoup d’autres hommes »51. Il faut alors comprendre comment les individus peuvent être effectivement utiles les uns aux autres via cet échange, c’est-à-dire comment chacun peut réaliser les objectifs qui sont les siens : il s’agit de comprendre, en d’autres termes, comment les uns et les autres peuvent ne pas faire obstacle à la réalisation des objectifs des uns et des autres, et agir de manière à promouvoir, sans le vouloir, les objectifs des autres.

  • 52 Ibid., p. 537. Hayek, dans ce même passage, utilise les deux expressions de manière indifférente.
  • 53 Ibid., « La concordance des anticipations est… », p. 561.

25Une situation de paix ou d’« ordre pacifique »52 est donc une situation où tous ou, du moins, la plupart des individus atteignent les objectifs qu’ils poursuivent. Comment cette situation peut-elle se réaliser ? Hayek considère que les agents d’un groupe sont en mesure d’atteindre les objectifs qu’ils se fixent dès lors que les attentes qu’ils forment s’avèrent justes : dès lors que leurs attentes ne sont pas déçues, alors leurs objectifs ne le sont pas non plus. Dans cette situation, les attentes des individus sont dites coïncider. Le mécanisme du marché permet de rendre compte de cette coïncidence des attentes. Le mécanisme qui constitue le ressort principal du « jeu de catallaxie », par le moyen duquel, selon Hayek, peut se réaliser (et se réalise en fait) cette coïncidence ou concordance des attentes au sein des sociétés modernes, est ce qu’il nomme le « mécanisme des prix »53. Nous nous pencherons d’abord sur la description hayékienne de ce mécanisme.

26Précisons que l’auteur articule dans Droit, législation et liberté deux aspects de sa théorie jusqu’ici peu articulés l’un à l’autre : d’une part, ses développements sur le mécanisme de coordination à l’œuvre au sein du marché et, d’autre part, sa théorie générale de l’ordre spontané. C’est dans cet ouvrage que le terme d’« ordre » qu’il emploie dans son analyse de l’ordre spontané acquiert d’ailleurs, nous reviendrons sur ce point plus tard, une nouvelle signification : cantonné qu’il était à l’idée de coïncidence des attentes, il en vient alors à désigner également l’idée de cohabitation pacifique.

  • 54 Id., « L’utilisation de la connaissance dans la société » [1945], révision par E. Martin de la tra (...)

27Afin de donner à voir comment peut se réaliser cette coïncidence des attentes, nous nous pencherons sur un exemple que livre Hayek dans un article de 1937, « L’utilisation de la connaissance dans la société »54. Pour rendre compte de la manière dont le processus d’ajustement au principe de cette coïncidence peut se dérouler, l’auteur part, non d’une situation qui serait le résultat d’une abstraction logique, mais d’une situation réelle de désajustement des plans. Pour Hayek, la question de savoir comment l’équilibre, c’est-à-dire cette situation d’ajustement des attentes, peut se réaliser ou du moins s’approcher, est une question concrète à laquelle le mécanisme du marché fournit au jour le jour une réponse. Les agents sont constamment amenés à réajuster leurs attentes, via un processus spontané d’apprentissage par essais et erreurs (dans la mesure où ils ne disposent pas, comme nous l’avons vu dans le premier moment de l’article, de l’ensemble des informations qui leur permettraient de savoir, sans procéder à ces essais, quels moyens ils doivent employer pour mener à bien les objectifs qu’ils poursuivent ou encore quels objectifs peuvent être poursuivis avec succès). Hayek prend alors tout naturellement pour exemple une situation de changement au sein du marché. Elle correspond à l’apparition d’une « nouvelle opportunité pour l’utilisation d’une matière première », c’est-à-dire à une situation où cette matière première en vient à être utilisée pour d’autres fins que celles pour lesquelles elle était jusqu’ici employée (par exemple, elle en vient à être employée pour fabriquer un nouveau type d’objet), ou encore à une situation de pénurie de cette même matière première. Il prend ici comme exemple de matière première l’étain :

  • 55 Id., « L’utilisation de la connaissance dans la société », art. cité, section V.

Fondamentalement, dans un système où la connaissance des faits pertinents est dispersée entre de nombreux agents, les prix peuvent jouer de telle manière qu’ils coordonnent les actions séparées d’agents différents […]. Il est utile de s’arrêter ici un moment pour étudier un exemple banal et simple du rôle du système des prix, pour voir ce que précisément ce dernier accomplit. Supposons qu’apparaisse dans le monde une nouvelle opportunité pour l’utilisation d’une matière première, par exemple l’étain, ou qu’une des sources de production de l’étain ait disparu. Il importe peu pour notre propos – et il est significatif que cela importe peu – de savoir laquelle de ces deux causes a rendu l’étain plus rare. Tout ce que les utilisateurs d’étain ont besoin de savoir, c’est qu’une partie de l’étain qu’ils consommaient jusqu’alors est maintenant utilisée de manière plus profitable ailleurs et qu’en conséquence, ils doivent économiser l’étain. La plus grande majorité d’entre eux n’a pas même besoin de savoir où la demande supplémentaire est apparue, ou en faveur de quelle autre utilisation il doit y avoir réduction de l’offre.55

  • 56 Ibid., section VI ; voir également sur ce point : Id., DLL, II, 10, « Le jeu de catallaxie », p. 5 (...)

28Selon Hayek, grâce au changement de prix résultant lui-même du changement des conditions du marché, le prix de l’étain augmentant ainsi quand il devient plus rare, un agent informé de ce changement de prix peut prendre connaissance du fait que cette matière devient plus rare. Il pourra ainsi modifier ses attentes (« j’économiserai l’étain ») de manière à ce que ses plans ne soient plus contrecarrés : il utilisera par exemple une autre matière première pouvant se substituer à l’étain. On comprend donc 1) que cet agent peut ainsi apprendre de ses erreurs (il ne parvient alors pas à acheter l’étain à tel prix, étain qui lui aurait permis, à ce prix, de fabriquer par exemple un objet à un certain coût, comme il s’y attendait), erreurs qui l’amènent alors à modifier ses attentes, et 2) que le prix peut l’informer de ce qu’il doit faire pour réaliser les objectifs qu’il poursuit (il l’informe que l’étain, devenu plus rare, est désormais devenu trop cher). Comme on le voit, ce processus n’implique pas, pour mener à la coïncidence des anticipations des agents, que les agents aient connaissance de ce qui a produit ce changement dans les conditions du marché. De ce point de vue, l’information pertinente fournie par les prix ne dérive pas tant des prix eux-mêmes tels qu’ils sont définis à un moment déterminé, mais plutôt de leur changement56. C’est d’ailleurs de la sorte que les agents peuvent ajuster leurs attentes les unes aux autres. Grâce aux changements de prix, les agents peuvent ainsi être informés du résultat de l’activité d’ajustement des autres agents, dans la mesure où elle leur est communiquée précisément par ces changements de prix (qui « signalent » alors la survenance de ces changements au sein du marché). Le simple fait d’être informés de ces changements eux-mêmes leur permet d’ajuster leurs attentes. Pour reprendre l’exemple précédent, lorsqu’il ajustera ses attentes, et par conséquent ses plans, l’agent, en économisant alors l’étain, et en utilisant une matière de substitution, provoquera un changement de prix, qui communiquera l’information relative au changement survenu au sein des conditions du marché, ce qui permettra aux suivants d’ajuster également leurs attentes, etc.

  • 57 Hayek emploie également le terme d’« élasticité » (Id., DLL, I, 5, « Dans un ordre dynamique… », p (...)
  • 58 Id., DLL, III, 15, « Conséquences de la fixation politique des revenus des divers groupes », p. 77 (...)
  • 59 On remarquera que ces développements critiques à l’encontre de l’intervention au sein du marché co (...)

29Cette analyse du mécanisme du marché permet à Hayek de défendre sa position libérale, de promouvoir une non-intervention radicale de l’État dans le jeu du marché. Les prix, d’après l’analyse hayékienne, sont capables d’indiquer aux agents à quels ajustements ils doivent procéder pour réaliser leurs objectifs, dans la mesure où ils résultent eux-mêmes des adaptions antérieures des autres agents ou, du moins, de changements dans les conditions du marché (la découverte d’une nouvelle matière première, l’invention d’un nouveau procédé de fabrication, etc.). La concordance de leurs anticipations n’est ainsi possible que si les agents sont capables d’« adaptabilité »57, c’est-à-dire si on ne les empêche pas de s’adapter aux nouvelles conditions du marché. Nous nous trouvons là au cœur de l’entreprise théorique mise en œuvre par Hayek pour défendre son modèle libéral. Cette « adaptabilité » n’est possible que si l’on ne dicte pas aux individus quel comportement adopter ou ne pas adopter. Par exemple, indique Hayek, la « fixation politique »58 du revenu de certains groupes introduit un facteur de « rigidité » dans les activités économiques, empêchant ainsi ce processus d’adaptation de jouer pleinement, puisqu’elle impose une limite à cette adaptation. Ce mécanisme des prix ne peut en effet fonctionner pleinement que dans la mesure où l’on n’intervient pas dans le jeu de catallaxie. Ici, Hayek aurait non seulement montré qu’il est possible de faire converger les projets individuels des agents laissés libres de poursuivre les fins qu’ils désirent poursuivre et d’employer les moyens de leur choix pour atteindre ces fins, mais également que, pour ce faire, il faut, autant que possible, préserver cette liberté59.

30Il nous faut ici apporter, pour conclure, une précision sur la fonction propre que remplissent selon Hayek les « règles de conduite », c’est-à-dire les règles du droit, dans la réalisation de cet ordre. L’auteur a tendance à ne pas expliciter complètement cette fonction, mais nous tâcherons de le faire ici. Il s’agit là, pour l’auteur, de règles contraignantes qui limitent la liberté des individus, en excluant certaines actions comme le vol (mais qui, selon lui, laissent à ces derniers la possibilité de fixer et poursuivre leurs propres objectifs). Elles semblent constituer une condition sine qua non du jeu de catallaxie. En effet, sans elles, vraisemblablement aucun agent ne désirerait échanger avec autrui. Grâce au droit, les agents peuvent former certaines attentes relatives au comportement des autres agents : ils peuvent par exemple s’attendre à ce qu’autrui n’attente pas à leur propriété, et paie pour faire l’acquisition de ce qu’il possèdera grâce à tel ou tel échange. Ces attentes sont cependant générales et ne portent donc pas sur ce que les uns et les autres feront concrètement (c’est-à-dire sur ce qu’ils achèteront ou vendront, ni sur ce qu’ils en feront ensuite). Ainsi, il ne s’agit pas pour Hayek de dire qu’un ordre social pacifique serait possible sans règles de droit. On aurait tort de comparer le marché hayékien à une sorte d’état de nature. Cela étant, il faut préciser que ces règles, selon Hayek, ne produisent et ne peuvent produire l’ordre social moderne que de manière indirecte : elles n’en constituent, pour reprendre une expression durkheimienne, que « les conditions médiates et lointaines ». Elles rendent possible le jeu de catallaxie qui, lui, est au principe de l’ordre social. Cependant, dans la mesure où elles sont abstraites, ces règles n’influencent pas le jeu de catallaxie qui, de lui-même, n’impose aucune contrainte et concilie les objectifs particuliers des individus. Ces précisions importent car Hayek, au début de Droit, législation et liberté, accorde une place centrale à la notion de règles de conduite lorsqu’il traite du concept d’ordre, et n’envisage pas qu’un ordre soit possible sans de telles règles. Il faut dès lors comprendre comment il peut présenter dans le chapitre X l’ordre social comme un produit des échanges, un produit du jeu de catallaxie : c’est le marché qui rend possible la conciliation pacifique des projets divergents au sein des sociétés modernes, car c’est bien ultimement à lui qu’il faut attribuer la conciliation de ces objectifs différents, concrets et donc particuliers poursuivis par les individus.

Retour sur la notion d’ordre : la mise au jour du caractère idéologique du réinvestissement hayékien

31Hayek parvient-il cependant à montrer que le mécanisme du marché constitue la source ultime de l’ordre des sociétés modernes entendu au sens de cohabitation pacifique ? Nous entendons ici interroger de manière critique le type d’articulation que propose Hayek entre, d’une part, l’idée de coïncidence ou concordance des anticipations et, d’autre part, celle de cohabitation pacifique. C’est ainsi la notion hayékienne d’ordre qui fera l’objet principal de notre investigation critique.

  • 60 Id., La constitution de la liberté, R. Audouin et J. Garello trad., Paris, Litec, 1994, partie II, (...)
  • 61 Id., DLL, II, 10, « Une société libre est une société... », p. 533 : « En substituant des règles a (...)

32En préambule à cette analyse, on rappellera que le sens de cette notion évolue au cours de l’œuvre de Hayek, dans le cadre de son étude de l’ordre social spontané. Dans La constitution de la liberté, la notion d’ordre constitue déjà une notion cardinale de sa théorie sociale, mais elle n’est mobilisée que pour penser ce qu’il nomme lui-même « coordination », et ne renvoie pas à l’idée de cohabitation pacifique. Il affirme alors par exemple que « le caractère ordonné de l’activité sociale se manifeste dans le fait qu’un individu peut mener à bien un plan d’action cohérent »60, et souligne le rôle que la formation d’attentes justes remplit dans la réalisation de cette coordination. Chacun parvient dans ce cas à réaliser avec succès les plans qu’il se fixe, au sens où les actions des autres ne l’empêchent pas de le faire. Cette notion d’ordre avait, auparavant, été exploitée au sein de sa théorie économique, sans cependant que le terme d’ordre n’y fasse déjà l’objet d’un usage notionnel précis. Dans La constitution de la liberté, Hayek tend à envisager ce type de coordination dans le cadre d’une théorie sociale non strictement économique, et emploie à dessein un terme spécifique, celui d’ordre, pour la penser. C’est seulement dans Droit, législation et liberté que Hayek en vient explicitement à conférer à ce terme d’ordre également le sens de « cohabitation pacifique ». Le terme d’ordre est alors lui-même employé dans le cadre d’une analyse des conditions de la cohabitation sociale pacifique, comme l’adjonction, à laquelle procède alors Hayek dans cet ouvrage, du terme pacifique à celui d’ordre le prouve61.

33Le raisonnement hayékien développé dans Droit, législation et liberté ne tient de ce point de vue que si l’on occulte le fait que ce dernier procède en vérité, non pas tant à une articulation cohérente de ces deux acceptions du terme au sein d’une même notion, qu’à un glissement conceptuel sur cette notion d’ordre. Ce glissement conceptuel consiste précisément à prendre pour équivalentes ces deux acceptions du terme d’ordre : l’idée de coïncidence des anticipations des agents et l’idée de conciliation pacifique des projets ou objectifs individuels. Ce glissement est décelable dans les développements hayékiens eux-mêmes.

34Il nous faut pour ce faire nous pencher plus avant sur l’enchaînement déductif qu’opère Hayek. Accordons ici à Hayek l’idée que le jeu de catallaxie, tel qu’il le décrit, rendrait possible une coïncidence des anticipations, et qu’il réaliserait par là une concordance ou conciliation des objectifs, c’est-à-dire les rendrait compatibles, au sens où les individus parviendraient alors à atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés. Le glissement conceptuel consiste à tenir pour équivalentes l’idée de concordance des anticipations des agents et celle de conciliation pacifique des objectifs.

35Afin de mettre au jour ce glissement conceptuel, nous soulignerons tout d’abord une contradiction interne au sein de la pensée de Hayek, puis soulèverons une question que ce dernier évacue au moyen de ce raccourci conceptuel et qui touche précisément aux effets possiblement polémogènes, conflictuels, du jeu de catallaxie.

Une contradiction interne

36Selon Hayek, les membres d’une société pluraliste parviennent à vivre en situation de cohabitation pacifique dès lors qu’ils parviennent à réaliser au sein du marché les objectifs qu’ils poursuivent. Cette réalisation dépend selon l’auteur d’un processus d’apprentissage par essais et erreurs. Mais cela conduit dès lors à considérer que le mécanisme du marché produit nécessairement deux effets contraires : une conciliation pacifique et du conflit.

37En effet, le jeu de catallaxie consiste en un apprentissage par essais et erreurs et implique en ce sens que les agents échouent au sein du marché. Cette idée se traduit par le fait que la concordance des anticipations ne peut s’y réaliser que si certains révisent leurs anticipations passées : en prenant connaissance des prix, j’en viens en fait à modifier mes anticipations. En conséquence, cette modification peut m’amener à revoir à la baisse les objectifs que je m’étais fixés. La participation au jeu de catallaxie ne suppose donc pas satisfaction immédiate pour tous de leurs objectifs. Des échangistes verront, en participant au jeu du marché, leurs espérances déçues. Si la cohabitation pacifique consiste en une situation où les agents réussissent leurs plans, alors l’échec de ces plans doit nécessairement déboucher sur une situation de conflit.

38On pourrait objecter à cette critique que cet apprentissage, au cours duquel les espérances des individus se voient déçues, est une condition nécessaire de cette conciliation pacifique, et, qu’à ce titre, la situation de conflit qui en résulte ne consiste qu’en une phase, c’est-à-dire ne constitue qu’un moment d’un processus menant in fine à cette conciliation. De ce point de vue, le jeu du marché serait le pharmakon de l’ordre social, poison et remède à la fois. Néanmoins, on sait que Hayek insiste sur les changements imprévisibles, mais surtout constants, survenant au sein du marché. Suivant cette logique, le conflit doit resurgir à chaque déception occasionnée par ce type de changement.

La question des inégalités évacuée (1) : formulation de la critique

  • 62 Il faut noter que Hayek, comme cela apparaîtra plus loin, estime d’ailleurs que des inégalités éco (...)

39Nonobstant cette première critique, on fera remarquer que ce que Hayek présente comme une situation d’arrivée, c’est-à-dire la situation résultant de ce processus d’apprentissage par essais et erreurs, peut très bien consister en une situation d’inégale réussite au sein du marché (l’auteur considère d’ailleurs lui-même que les agents ne réussissent pas également au sein de ce dernier). Cette idée de processus d’apprentissage par essais et erreurs non seulement implique qu’au moins certains des échangistes verront leurs espérances déçues, mais n’exclut pas non plus que ce processus produise de fortes inégalités. Or, on peut se demander si cette inégale réussite au sein du jeu du marché n’est pas susceptible de constituer un danger pour le lien social lui-même62.

40Hayek ne traite pas cette question. Son étude des effets pacificateurs du commerce fait en effet tout d’abord fi d’une étude sur les dangers qu’une inégale réussite au sein du jeu du marché pourrait constituer pour le lien social. On pourrait même affirmer qu’à cause du glissement conceptuel sur la notion d’ordre que nous avons souligné, Hayek ne perçoit pas, et même occulte, cette question. Mais nous irons plus loin encore : ce glissement lui permet en fait d’évacuer cette question. Une fois que l’on affirme que le jeu de catallaxie produit un ordre social pacifique, dès lors les inégalités produites par ce même jeu ne sont plus perçues comme un danger pour la cohésion sociale.

41Les développements critiques de Hayek sur la notion de justice sociale confortent d’ailleurs cette idée : il y prend bien en compte le fait que les agents ne peuvent pas réussir de manière égale au sein du jeu de catallaxie. La formulation de cet argument critique à l’égard de la notion de justice sociale montre qu’il n’y voit cependant pas un danger pour le lien social lui-même. Certains devront revoir leurs objectifs à la baisse et d’autres non, et il n’y a pas lieu de procéder à une quelconque redistribution. Ces développements sur la notion de justice sociale encadrent les développements sur le jeu de catallaxie. En effet, ces derniers sont notamment élaborés au sein de la seconde partie de Droit, législation et liberté intitulée « Le mirage de la justice sociale », et le chapitre X suit directement les chapitres VIII et IX consacrés à l’analyse de la notion de justice. Rappelons en quoi consiste cet argument :

  • 63 Id., DLL, II, 9, « L’inapplicabilité du concept de justice aux résultats d’un processus spontané » (...)

[...] dans un tel système où chacun est libre d’utiliser ce qu’il sait pour atteindre ses propres objectifs, le concept de justice sociale est nécessairement vide et dénué de sens, parce que, dans ce système, la fixation des revenus respectifs de différents individus ne dépend de la volonté de personne, et personne ne peut empêcher que ces revenus dépendent en partie de circonstances fortuites.63

42Hayek s’attaque à la pertinence de l’emploi de la notion de justice sociale, mobilisée pour critiquer le mode de répartition des biens matériels réalisée par le seul mécanisme du marché. Invoquer la justice sociale conduit à soutenir que cette répartition ne doit pas dépendre de ce seul mécanisme, car elle est, dans ce cas, injuste. Selon Hayek, cette injustice, invoquée par les auteurs qu’il attaque, consiste dans le fait pour les agents de ne pas obtenir des résultats proportionnels à leur mérite au sein du jeu du marché. Il nous importe peu de discuter ici le sens que Hayek confère à cette idée de justice sociale ou encore la pertinence des contre-arguments qu’il avance. Nous soulignerons seulement la nature des arguments qu’il emploie pour critiquer tout projet de redistribution des ressources au sein du marché, de manière à montrer qu’il occulte complètement la question du danger que les inégalités peuvent constituer pour le lien social lui-même. Dans la mesure où ce jeu de catallaxie ne peut consister qu’en un mécanisme non intentionnel, personne ne peut, d’une part, selon Hayek, être tenu pour responsable de ses résultats. Il n’y a donc pas lieu, à proprement parler, de « rectifier » ses effets par une quelconque redistribution : les plus riches, n’étant pas responsables de cet état de fait, n’ont pas à payer pour cela. D’autre part, si on laisse les agents fixer eux-mêmes les objectifs qu’ils poursuivent, c’est-à-dire si l’on opte pour une économie non dirigée, dès lors, il faut accepter qu’intervienne une part de hasard dans la détermination, par le jeu du marché, du revenu de ces agents : ces derniers n’obtiendront de toute façon pas un revenu proportionnel à leur mérite. Or, ces deux arguments ne valent que dans la mesure où l’on n’envisage pas les dangers que peuvent constituer les inégalités pour le lien social lui-même.

La question des inégalités évacuée (2) : une question connue de Hayek

43Il n’est nullement question de montrer ici comment ces inégalités de revenu peuvent effectivement nuire au maintien du lien social. Il ne s’agira pas pour nous d’analyser précisément la manière dont des inégalités peuvent être source de conflit, mais plutôt de montrer que Hayek évacue bel et bien une question dont il avait sans aucun doute pleinement connaissance à son époque. Cela conforte d’ailleurs notre hypothèse selon laquelle le glissement conceptuel évoqué plus haut permet à Hayek d’occulter cette question. Il s’agit moins ici de mettre au jour ce glissement conceptuel fallacieux que de mettre en évidence le fait que ce glissement s’accompagne d’effets d’occultation et, surtout, permet à l’auteur de procéder à ces occultations. Par là même, nous mettons en évidence une question qui, semble-t-il, met Hayek en difficulté.

  • 64 Voir notamment sur ce point Id., DLL, « Préface », où Hayek note que les différences entre Rawls e (...)

44Cette question du danger que peuvent représenter ces inégalités économiques pour le lien social est traitée explicitement par des auteurs que Hayek présente lui-même comme ses adversaires directs, tel Rousseau dans son Discours sur les origines et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, mais également par des auteurs avec lesquels il prétend, par ailleurs, entretenir de fortes affinités, tels John Rawls64 ou encore Wilhelm Röpke. Hayek évacue ainsi totalement une question posée très ouvertement à son époque, et le raccourci conceptuel sur la notion d’ordre mis en évidence constitue l’opérateur de cette évacuation.

  • 65 R. M. Hartwell, A History of the Mont Pelerin Society, Indianapolis, Liberty Fund, 1995, p. xiv.
  • 66 F. Denord, « Le prophète, le pèlerin et le missionnaire… », art. cité, ici p. 15. L’auteur s’appui (...)
  • 67 Voir notamment, sur cette attitude hayékienne, les développements de S. Audier dans Néo-libéralism (...)

45Il faut ici évoquer une autre raison pouvant expliquer pourquoi Hayek évacue cette question. Comme nous venons de le suggérer, l’auteur libéral entretient des affinités avec ces deux derniers auteurs, au sens où il les range parmi les « libéraux ». Hayek tend, semble-t-il, à éviter d’entrer dans des discussions qui le conduiraient à se positionner explicitement à l’encontre de ces derniers. Il faut ici tenir compte du contexte politique dans lequel ces écrits s’inscrivent. On rappellera que Hayek fut l’un des fondateurs de la Société du Mont-Pèlerin, envisagée à l’époque comme une « académie internationale de philosophie politique »65, et dont l’objectif était de « mettre en relation des intellectuels (au sens large, il s’agit d’écrivains, de journalistes, de patrons et surtout d’économistes universitaires) hostiles au socialisme, partant du principe qu’au fondement de toute évolution sociale ou politique résident des transformations intellectuelles antérieures »66. L’une des ambitions poursuivies par Hayek était alors de fédérer les défenseurs du libéralisme contre les tenants de ce qu’il nomme dans ses écrits « collectivisme » ou « socialisme ». Il s’agissait avant tout pour lui de se trouver des alliés, tel Röpke, contre un adversaire commun. Hayek tend ainsi, de manière générale, à privilégier les convergences entre sa position et celles d’autres auteurs libéraux67, et, bien souvent, il ne discute pas les aspects des autres positions libérales sur lesquels il est en désaccord. Il évacuerait alors cette question des inégalités, car, en la traitant de front, il en viendrait à se froisser avec ces auteurs, et surtout à souligner des lignes de fracture au sein du mouvement libéral, alors qu’il sait qu’il a besoin de « faire poids ». Rappelons ici que Röpke était, avec Hayek, cofondateur de la Société du Mont-Pèlerin.

46Mais l’on peut également défendre l’hypothèse que cette question du danger que les inégalités peuvent représenter gêne en fait Hayek, dans la mesure où la prendre au sérieux l’amènerait sans doute à réexaminer sa critique de tout interventionnisme étatique dans le jeu du marché. De ce point de vue, Rawls et Röpke préconisent tous deux une forme de redistribution.

  • 68 Voir sur ce point S. Audier dans Néo-libéralisme(s), op. cit., p. 596-597 et l’interview « Le néo- (...)

47Dans sa Théorie de la justice – que Hayek cite pourtant à plusieurs reprises dans Droit, législation et liberté pour s’en réclamer – consacrée à la justification du second principe de justice, Rawls explique ainsi que si l’inégalité sociale est trop grande et si ceux qui se trouvent au bas de l’échelle sociale ne bénéficient d’aucun avantage, ils n’auront aucune raison de coopérer, ce qui fait que tous les partenaires sociaux seront perdants dans une semblable configuration. Les plus riches ou les mieux dotés socialement auront donc nécessairement intérêt à ce que les moins bien dotés et les plus pauvres coopèrent et, pour cela, il faut nécessairement que ces derniers trouvent un avantage à la coopération. Il s’agit là de la réponse par le maximin à l’argument du maximax (maximum maximal) d’après lequel ceux qui peuvent, au moyen de leurs dons naturels, de leurs talents, de leur capital déjà accumulés, concentrer dans leurs mains toute la richesse sociale ne sont pas tenus de redistribuer quoi que ce soit à ceux qui ont socialement échoué. Mais on a alors affaire, dans ce dernier cas, à une stratégie très risquée en termes de jeu, puisque si l’on perd, on ne dispose d’aucune compensation quelconque. C’est la contrepartie d’une règle du jeu selon laquelle le gagnant rafle tout et le perdant perd tout. Röpke est quant à lui un ardent défenseur d’une réduction des inégalités entre les plus riches et les plus pauvres. Il considère en effet que les inégalités extrêmes constituent un obstacle à la cohésion des communautés. Il plaide ainsi ouvertement en faveur de l’hégémonie des « classes moyennes », et défend dans cette perspective un impôt très progressif ainsi que l’instauration de lourds droits de succession68.

48On peut ainsi affirmer que Hayek avait connaissance de travaux évoquant les risques que peuvent constituer les inégalités économiques pour le lien social lui-même. On peut alors à juste titre considérer que sa réappropriation du thème du doux commerce, mais surtout le raccourci conceptuel sur la notion d’ordre sur laquelle cette réappropriation repose, lui permet en fait d’évacuer cette question. On pourrait même risquer ici une hypothèse sur les motivations qui ont pu pousser Hayek à développer une théorie générale de l’ordre spontané, et surtout, dans ce cadre, à articuler ses travaux économiques sur les questions de coordination des plans des agents à une théorie générale de l’ordre spontané pensé comme cohésion sociale : cette articulation, qui consiste à mettre en avant les effets pacificateurs des processus de marché opérant librement (c’est-à-dire sans intervention étatique dans le jeu du marché), aurait été produite par l’auteur pour devancer les critiques mettant en avant les effets politiques négatifs que le marché, laissé libre, peut produire, en l’occurrence la source de conflit qu’il peut constituer. Elle le fait, et c’est cet aspect qui véritablement pose problème, en évacuant a priori la nécessité de se pencher sur le contenu de ces critiques, et par là même d’y fournir une réponse.

Revenu minimal et réduction des inégalités : précisions, nuances ou tensions au sein de la pensée hayékienne ?

49Nous ne saurions conclure sur ce point sans faire mention de deux aspects de la pensée hayékienne qui semblent, au premier abord, nuancer l’idée que cette dernière aurait occulté cette question du danger des inégalités au sein du marché : d’une part, ses développements sur le revenu minimum ; d’autre part, ses indications sur l’évolution des inégalités au cours des deux derniers siècles.

  • 69 F. A. Hayek, DLL, II, 9, « “Justice sociale” et liberté selon le droit », p. 493.
  • 70 Id., La constitution de la liberté, op. cit., partie III, chap. XIX, 1, « Assistance publique et a (...)
  • 71 Loc. cit.
  • 72 Ibid., partie III, chap. XVII, 4.

50Hayek défend et présente en effet un projet d’instauration d’un « revenu minimum garanti, ou d’un niveau de ressources au-dessous duquel personne ne doit tomber », pensé comme une « protection contre le dénuement extrême »69. Ce dernier est présenté comme une adaptation de la « loi sur les pauvres » aux « conditions modernes »70, dans Droit, législation et liberté, mais également déjà dans La constitution de la liberté. Or, dans ce dernier ouvrage, Hayek indique lui-même que l’introduction du revenu minimum garanti s’impose « ne serait-ce que dans l’intérêt de ceux qui entendent être protégés contre les réactions de désespoir des nécessiteux »71 : l’auteur souligne ici explicitement les dangers que la situation misérable dans laquelle certains peuvent se trouver représente, ces derniers pouvant, dans une telle situation, s’en prendre à ceux qui possèdent plus qu’eux. Sortir les nécessiteux de la misère, et par là prévenir une production d’inégalités telles que certains ne puissent plus du tout subvenir à leurs besoins, est considéré par Hayek comme une mesure indispensable pour préserver la paix sociale. Cette mesure ne contredit pas, selon Hayek, le principe de non-intervention au sein du jeu du marché, dans la mesure où ce minimum peut être « fourni hors marché »72 : elle ne correspond pas à une fixation des revenus individuels par une autorité politique ; ce revenu doit être accordé à ceux qui ne sont pas en mesure de participer au jeu du marché (notamment, mais pas seulement, à ceux qui se trouvent en situation de chômage). L’octroi de ce revenu n’interfère donc pas avec le mécanisme impersonnel du marché, au moyen duquel les ressources sont allouées aux individus qui participent au jeu du marché. Les démunis se trouvent, lorsqu’ils bénéficient de ce revenu, en « dehors » du jeu de catallaxie, et c’est à ce titre qu’ils peuvent en disposer.

  • 73 Nous rejoignons sur ce point l’analyse de Gilles Dostaler dans Le libéralisme de Hayek (Paris, La  (...)

51On ne saurait considérer cependant que Hayek défend ce revenu minimum dans Droit, législation et liberté pour répondre à la question des inégalités soulevée plus haut. En effet, l’idée qu’un revenu minimum peut préserver le lien social, si elle est évoquée dans La constitution de la liberté, n’apparaît plus dans Droit, législation et liberté. En outre, soutenir cette idée dans ce dernier ouvrage amènerait Hayek à se contredire ouvertement, dans la mesure où il en viendrait à montrer qu’ultimement ce ne sont pas les « réseaux d’argent » qui soudent la société moderne. On se souvient en effet que ces derniers ne sont pas présentés seulement comme un facteur de paix, de cohésion sociale, mais comme la source ultime de cohésion des sociétés modernes. Considérer qu’ils pourraient également représenter une source de conflit reviendrait ainsi à introduire une tension dans sa pensée. Il est par ailleurs difficile de considérer que ces ajouts constituent des nuances, c’est-à-dire des corrections, à son propos sur les effets de cohésion propres au commerce. En effet, ces développements sur le revenu minimal garanti sont produits dans le même volume de Droit, législation et liberté, et interviennent même dans le texte précédant l’exposition du thème du doux commerce. En ce sens, on peut affirmer que sa réappropriation du thème du doux commerce lui permet d’occulter cette question des inégalités. On fera tout de même remarquer, pour finir sur ce point, que ces considérations sur le revenu minimal n’introduisent pas moins une tension au sein de la pensée hayékienne. Ces développements sur le revenu minimum garanti entrent en contradiction avec sa critique de l’idée de justice sociale73 : dans ses analyses critiques de l’idée de justice sociale, Hayek considère en effet qu’il n’y a pas lieu de corriger les effets du marché.

52Le second aspect de la pensée hayékienne qui retiendra notre attention touche à son analyse de certains effets du jeu du marché lui-même, effets qui ressemblent fort à des effets de redistribution non intentionnels au sein du marché, et opérés par le jeu du marché lui-même. En effet, dans ce chapitre, Hayek en vient à préciser que la participation au jeu de catallaxie ne suppose certes pas qu’à tous les coups on y gagne, c’est-à-dire qu’immédiatement on y gagne tous. Mais, tôt ou tard, on finit par y gagner (en le laissant opérer librement). Il insiste sur cette distinction entre les effets immédiats et les effets sur le long terme du jeu de catallaxie :

  • 74 F. A. Hayek, DLL, II, 10, « En jugeant les adaptations à des situations inchangées… », p. 556 (tra (...)

[...] ce bilan positif ne se réalisera que si les effets immédiats, généralement plus visibles, sont systématiquement ignorés et si la politique suivie mise sur la probabilité que, à long terme, tout le monde bénéficiera de la mise en œuvre de toutes les opportunités.74

53Reste à savoir ce que signifie cette idée selon laquelle « tout le monde bénéficiera de la mise en œuvre de toutes les opportunités ». Hayek semble par là mettre au jour un mécanisme spontané de redistribution des gains du jeu de catallaxie. La première manière de comprendre cette idée est la suivante : les individus peuvent bénéficier, non pas en même temps, mais tour à tour, des gains de ce jeu de catallaxie. Hayek formule cette idée ainsi :

  • 75 Ibid., « Des règles abstraites de juste conduite… », p. 566.

Ceux dont la position se trouve rabaissée et qui s’en plaignent en sont là pour avoir couru les mêmes chances par qui d’autres se trouvent maintenant favorisés, et dont eux-mêmes précédemment avaient bénéficié.75

  • 76 Voir notamment ibid., « Le but de la loi devrait être d’améliorer également les chances de tous », (...)
  • 77 Ibid., « Le jeu de catallaxie », p. 546.
  • 78 Ibid., « En jugeant les adaptations à des situations inchangées… », p. 556.
  • 79 Ibid., « Le jeu de catallaxie », p. 550.
  • 80 Ibid., p. 573.

54Cependant, il ne semble pas que Hayek emprunte véritablement cette voie. Il indique lui-même que ce sont souvent les mêmes qui, au sein du jeu du marché, gagnent et les mêmes qui perdent76. Mais il envisage une autre voie par laquelle cette redistribution s’opère : même les « perdants » y gagnent, de sorte que ce jeu ne peut, de lui-même, produire des inégalités trop fortes entre les participants. En effet, ce jeu est non seulement producteur d’ordre, mais également un « jeu créateur de richesse (et non pas ce que la théorie des jeux appelle un jeu à somme nulle), c’est-à-dire qu’il conduit à un accroissement du flux de biens et des chances pour tous les participants de satisfaire leurs besoins »77. Le jeu de catallaxie provoque la mise en concurrence des agents économiques, ce qui les amène donc à toujours rechercher de nouvelles « possibilités plus favorables en vue de répondre aux besoins »78. Par exemple, un producteur s’efforcera de réaliser sa production de la manière la moins dispendieuse possible, ce qui lui permettra ainsi de vendre ses produits moins chers que les autres producteurs du même produit79 ; il s’efforcera de trouver de nouvelles ressources, de trouver des conditions d’échange moins dispendieuses, etc. Or, Hayek considère qu’il s’agit là d’une source de progrès économique qui, en intervenant, profite indirectement à tous, enrichit tous les agents, même les plus pauvres. L’auteur défend là, en d’autres termes, la théorie du ruissellement. Il en vient ainsi même à affirmer que « dans l’ensemble, il paraît vraisemblable que – contrairement à une croyance largement partagée – ce qui depuis deux siècles a le plus contribué à relever la situation des groupes au plus faible revenu, non seulement en valeur absolue mais aussi relative, ce fut l’enrichissement général qui a tendu à augmenter le revenu des échelons inférieurs plus fortement que celui des échelons plus élevés »80.

  • 81 Voir Id., La route de la servitude [1943], G. Blumberg trad., Paris, PUF, 2013, I, « La route aban (...)
  • 82 Voir notamment ibid., p. 22-26.

55On peut donc se demander, à partir de ces éléments, si Hayek n’avait finalement pas perçu les dangers qu’une inégale réussite au sein du jeu du marché, du jeu de catallaxie, peut constituer pour le lien social lui-même. D’ailleurs, on pourrait au premier abord penser que ces développements précisent le propos de Hayek sur les effets du marché : cette redistribution semble consister en un effet du jeu du marché lui-même. Il ne s’agirait donc pas là d’un retour en arrière pour l’auteur. Ce dernier distingue cependant clairement l’un de l’autre les deux effets du jeu de catallaxie : il est producteur d’ordre et il est un jeu créateur de richesses. Pour finir sur ce point, on avancera une objection à l’encontre des arguments qu’invoque Hayek pour défendre sa théorie du ruissellement. Les principes libéraux qu’il expose – limiter la contrainte au seul exercice des règles abstraites de conduite – n’ont jamais été appliqués tels quels au cours de l’histoire. Aussi, la solution qu’il propose est difficilement vérifiable : d’autres règles en sus de ces quelques règles abstraites ont toujours été appliquées. Si au cours de l’histoire ce type de situation politique a déjà été fortement approché81, Hayek souligne lui-même que, durant ces deux derniers siècles, ces principes ont connu un fort recul au sein des sociétés occidentales82. À ce titre, il ne peut invoquer une évolution du revenu des individus au cours des deux derniers siècles pour défendre cette solution. Enfin, Hayek ne précise pas comment cette redistribution s’opère.

Conclusion

56Pour conclure, nous reviendrons sur l’argumentation critique que Hayek élabore à l’encontre de la notion de justice sociale et soulignerons la conception des relations interhumaines dont cette critique est solidaire. Les arguments formulés à l’encontre de cette notion reposent ultimement sur l’idée que l’invocation de cette dernière justifierait en fait une intervention étatique au sein du jeu de catallaxie. Invoquer la justice sociale conduirait en effet à une perturbation de ce jeu. Or, en voulant satisfaire les insatisfaits du jeu du marché, c’est l’ordre de marché que l’on perturbe(rait), et par là même l’ordre pacifique qu’il rend possible. Nous ne reviendrons pas ici sur le glissement conceptuel qui nous semble se trouver au principe de cette dernière thèse.

  • 83 Id., DLL, Épilogue, « La discipline de la liberté », p. 909.
  • 84 Ibid., p. 901-902.

57Ce que nous souhaiterions plutôt mettre en évidence ici, c’est le type de relations humaines qui entrent en accord avec ces principes philosophico-politiques. Dans sa conclusion à Droit, législation et liberté, Hayek met en avant la dure « discipline de la liberté » à laquelle il est nécessaire de se soumettre : cette discipline de la liberté amène à renoncer à « faire du bien à des gens que l’on connaît »83, à rompre, de manière générale, avec ce que Hayek appelle ces « instincts innés » qui font que nous nous inquiétons du sort d’autrui, et qui nous conduiraient, si nous nous laissions guider par eux, à porter secours à ceux qui pâtiraient des effets du jeu du marché. Selon l’auteur, les « mœurs marchandes impliquaient que l’on garde ce dont des voisins pauvres auraient sans doute besoin, et qu’on l’emploie à servir les demandes anonymes de milliers d’étrangers »84. On est bien loin ici de certaines réserves formulées par Montesquieu sur les bienfaits du commerce, notamment celle qui soulignait qu’avec l’essor du commerce et de sa logique, tout y devient marchand et calculable, au risque d’éteindre toute générosité et toute humanité.

Haut de page

Notes

1 F. A. Hayek, Droit, législation et liberté : une nouvelle formulation des principes libéraux de justice et d’économie politique [1973-1979] (abrégé par la suite DLL), R. Audouin et P. Nemo trad., Paris, PUF, 2007, « Introduction », p. 55. Par « constitutionnalisme libéral », Hayek entend toute entreprise qui s’attache à envisager « quel arrangement constitutionnel, au sens juridique du terme, pourrait le mieux conduire à préserver la liberté individuelle » (ibid., p. 60).

2 Nous reprenons ici une expression de Catherine Audard, dans son commentaire de Hayek : C. Audard, Qu’est-ce que le libéralisme ? Éthique, politique, société, Paris, Gallimard, 2009, chap. V, « L’éclatement du libéralisme classique », p. 347.

3 Il s’agit là des principes directeurs de ce qu’on appelle habituellement le néolibéralisme. Voir sur ce point F. Denord, « Le prophète, le pèlerin et le missionnaire : la circulation internationale du néo-libéralisme et ses acteurs », Actes de la recherche en sciences sociales, no 145, 2002, p. 9-20. Nous verrons cependant plus loin pourquoi nous éviterons d’employer le terme de « néolibéralisme » pour nous référer au projet hayékien.

4 F. A. Hayek, DLL, Introduction, p. 61.

5 Loc. cit.

6 Id., DLL, I, 2, « Les deux sources d’ordre », p. 126. Hayek cite directement A. Smith (Wealth of Nations, E. Cannan éd., Londres, Methuen & Co, 1930, vol. I, p. 421) dans le passage en question.

7 Id., DLL, II, 10, « Nature de l’ordre de marché », p. 529.

8 Hayek considère qu’Adam Smith est même l’un des premiers penseurs à avoir mis en évidence « le principe de rétroaction négative », sur lequel il fait lui-même reposer son explication de la réalisation de l’ordre produit par la catallaxie, c’est-à-dire le jeu du marché, mécanisme de production non intentionnelle d’ordre au sein du marché. Voir par exemple Id., DLL, II, 9, « Analyse du jeu économique dans lequel seule la conduite des joueurs... », p. 463. Cette lecture hayékienne de Smith est soulignée par de nombreux commentateurs. Voir par exemple M. Biziou, Adam Smith et l’origine du libéralisme, Paris, PUF, 2003, p. 209. M. Biziou souligne que Hayek fait de Smith un précurseur de ses analyses sur l’« auto-régulation » du marché. Notons au passage que Hayek n’emploie pas lui-même le terme d’« auto-régulation », mais celui d’« auto-organisation » ou encore l’expression d’« ordre spontané » pour rendre compte de ces mécanismes de production non intentionnelle d’ordre en vigueur au sein du marché. Sur l’importance de la pensée d’Adam Smith dans l’élaboration de la théorie hayékienne de l’ordre spontané, voir en outre notamment C. Petsoulas, Hayek’s Liberalism and its Origins: His Idea of Spontaneous Order and the Scottich Enlightment, Londres, Routledge, 2001, chap. V.

9 Nous préciserons ici que Hayek ne se penche pas que sur les ordres sociaux spontanés dans cet ouvrage. C’est cependant bien une théorie sociale qu’il entend d’abord proposer, et c’est sur cet aspect de sa pensée que nous nous concentrerons.

10 On notera que Hirschman ne mentionne pas la réappropriation hayékienne de ce qu’il nomme « doctrine du doux commerce » dans son opus Les passions et les intérêts : justifications politiques du capitalisme avant son apogée (P. Andler trad., Paris, PUF, 1997 [1977]), ni, à notre connaissance, par la suite. La deuxième partie de Droit, législation et liberté, dans laquelle Hayek procède à cette réappropriation, est publiée pour la première fois en 1976.

11 F. A. Hayek, DLL, II, 10, « Bien que n’étant pas une unité économique, la Grande Société est principalement soudée… », p. 539-540.

12 Si de nombreux travaux ont pu souligner l’écart entre le libéralisme classique tel celui d’Adam Smith et le projet hayékien, nous n’emploierons pas d’autre terme que celui de libéralisme pour caractériser ce dernier. Nous resterons fidèle à la terminologie hayékienne, d’autant que l’emploi d’autres termes ne va pas sans poser problème. Par exemple, on ne saurait qualifier à proprement parler Hayek de « néolibéral ». En effet, comme le remarque Serge Audier (voir notamment « Le néo-libéralisme : unité, diversité, divergences », La Vie des idées, 4 juillet 2012, http://www.laviedesidees.fr/Le-neo-liberalisme-unite-diversite.html), le « néolibéralisme » est né dans les années 1930 du besoin de définir une troisième voie entre ce qu’il nomme le vieux « laisser-faire » et le dirigisme. Hayek souligne bien l’importance du rôle de l’État, qui notamment édicte les règles délimitant le domaine protégé de chacun. Mais les tenants de ce néolibéralisme tendent à promouvoir des types d’interventionnismes, notamment économiques, que Hayek ne soutient pas. Si l’on se tourne maintenant vers le courant du même nom né dans les années 1970, représenté notamment par Milton Friedman, on remarquera que Hayek ne se réclame pas non plus de ce dernier. Dans l’article « Libéralisme » publié en 1973 (dans Nouveaux essais de philosophie, de science politique, d’économie et d’histoire des idées, C. Piton trad., Paris, Les Belles Lettres, 2008, p. 187-230, ici § 15, p. 221), Hayek se réfère à des « néolibéraux », mais il ne fait aucun doute qu’il ne s’associe pas à cet ensemble de penseurs. Pour plus de précisions sur ce point, voir E. Debray, L’ordre social spontané : étude des phénomènes d’auto-organisation dans le champ social, thèse de doctorat soutenue le 3 février 2016, université Paris Nanterre, « Introduction », p. 12-13).

13 F. A. Hayek, DLL, I, 1, « Connaissance des faits et science », p. 82.

14 Ces deux notions d’explication et de prédiction vont de pair pour Hayek : connaissant les facteurs qui sont à l’origine d’un phénomène, nous serions par là même en mesure de prédire, c’est-à-dire déduire, à partir de ces facteurs, la manifestation de ce dernier. Voir sur ce point F. A. Hayek, « Des degrés d’explication » [1955], dans Id., Essais de philosophie, de science politique et d’économie, C. Piton trad., Paris, Les Belles Lettres, 2007 [1967], p. 29-54, ici p. 38. Voir notamment la note : « la prédiction et l’explication sont deux aspects du même processus dans lequel des règles connues sont utilisées en premier lieu pour déduire de faits connus ce qui les suivra, et, en deuxième lieu, des règles connues sont utilisées pour déduire des faits connus ce qui les a précédés ».

15 Id., DLL, I, 2, « En société, nos pouvoirs de contrôle… », p. 131.

16 Il faudrait, en toute rigueur, les appeler « non complexes », dans la mesure où il nous est possible de les expliquer, et d’en prédire les manifestations particulières. Hayek, cependant, veut souligner le fait que la complexité est affaire de degré : à partir d’un certain nombre de variables de nature différente, cette explication et cette prédiction s’avèrent impossibles. En ce sens, il parle de phénomènes plus ou moins complexes.

17 F. A. Hayek, « La théorie des phénomènes complexes » [1964], dans Id., Essais de philosophie, de science politique..., op. cit., IV, p. 66. La statistique éviterait ainsi le problème de la complexité « en substituant à l’information sur les éléments individuels la fréquence [numérique] avec laquelle leurs différentes propriétés apparaissent dans les classes de tels éléments » (Id., Essais de philosophie, de science politique…, op. cit., « La théorie des phénomènes complexes », p. 66).

18 F. A. Hayek, « Le simulacre de la connaissance », dans Id., Nouveaux essais de philosophie, de science politique…, op. cit., p. 58 (nous soulignons). On précisera ici que cette critique de la méthode statistique intervient en fait dans l’étude des phénomènes « essentiellement complexes » que nous évoquerons plus loin. Néanmoins, il est nécessaire selon nous de la faire intervenir pour comprendre le type d’argument que Hayek mobilise (et qu’il ne formule pas explicitement) lorsqu’il rend compte des obstacles que toute entreprise d’explication et de prédiction des phénomènes complexes doit nécessairement rencontrer.

19 Ibid., II, 7, « Volonté et opinion, fins et valeurs… », p. 346.

20 Ibid., II, 10, « Une société libre est une société pluraliste... », p. 533.

21 Loc. cit.

22 « Si par impossible quelqu’un parvenait un jour à organiser entièrement une telle société, celle-ci ne mettrait plus en œuvre des esprits nombreux, mais dépendrait d’un seul cerveau ; elle ne serait certainement pas complexe, mais au contraire très rudimentaire – et il en adviendrait vite de même du cerveau dont le savoir et la volonté dirigeraient toute chose » (Id., DLL, I, 2, « Règles des ordres spontanés… », p. 143).

23 Cette idée est bien entendu encore présente dans Droit, législation et liberté : s’il était nécessaire de s’accorder sur des buts communs concrets, selon Hayek, « les forces de progrès intellectuel seraient confinées à l’extrême » (Id., DLL, II, 10, « Une société libre est une société pluraliste », p. 539).

24 Id., « La théorie des phénomènes complexes », dans Id., Essais de philosophie, de science politique…, op. cit., II, p. 62.

25 Comme il l’indique dans « La théorie des phénomènes complexes », n’importe quel phénomène semble d’ailleurs être susceptible d’atteindre un haut degré de complexité, même les phénomènes physiques, et ce par une « combinaison d’éléments ». Dans L’ordre sensoriel, Hayek présente les phénomènes météorologiques, tels que la formation de vagues, comme des exemples de phénomènes complexes par combinaison. Les phénomènes biologiques et sociaux qu’il entend étudier font selon lui partie de ces phénomènes essentiellement complexes (l’adverbe « essentiellement » signifiant précisément que ces phénomènes ne sont pas complexes par combinaison).

26 Sur cette idée de « phénomènes essentiellement complexes », on consultera notamment « La théorie des phénomènes complexes » (op. cit.) et « Le simulacre de la connaissance » (op. cit.). On pourra également se référer à notre étude plus approfondie sur cette question (E. Debray, L’ordre social spontané…, op. cit.).

27 F. A. Hayek, DLL, II, 10, « Nature de l’ordre de marché », p. 529.

28 Notons ici que Hayek emploie le terme de « catallaxie » pour se référer autant à l’ordre de marché qu’au mécanisme qui le rend possible.

29 Ibid., p. 531, nous soulignons.

30 Loc. cit.

31 Ibid., p. 530.

32 C’est donc l’importance de l’économie de marché que Hayek met en exergue. Cette économie se distingue en particulier de l’économie de subsistance qui, elle, consiste en un mode de production et de consommation de biens qui n’implique pas l’échange de ces derniers (on déduit de cette définition la capacité pour l’unité sociale, qui vit de cette économie de subsistance, de ne dépendre d’aucun échange). Mais elle se caractérise également par un type d’échange particulier, l’échange proprement marchand. Dans Droit, législation et liberté, Hayek n’éclaire cependant pas la spécificité de ce type d’échange. C’est dans La présomption fatale que l’on trouve des éléments éclairants sur ce point (voir en particulier F. A. Hayek, La présomption fatale : les erreurs du socialisme, R. Audouin et G. Millière trad., Paris, PUF, 1993 [1988], chap.  III, « La densité d’occupation du monde a été rendue possible par le commerce », p. 60). L’échange marchand se caractérise non seulement par le fait de donner une chose et d’en recevoir une en retour, mais également et surtout par le fait que cet échange se fait « à des taux déterminés par leur rareté respective » (loc. cit.), c’est-à-dire en fonction des prix, qui indiquent à chaque co-contractant ce dont il doit s’acquitter s’il souhaite obtenir tel ou tel bien. Hayek souligne ici que l’échange n’intervient pas dans le cadre d’obligations sociales, et que les agents sont ainsi libres de ne pas procéder à l’échange marchand si les termes de ce dernier ne leur conviennent pas. De ce point de vue, le marché, pris en lui-même, n’exerce, selon Hayek, aucune contrainte sur les agents. Nous nous permettons de renvoyer sur ce point à notre travail de thèse : E. Debray, L’ordre social spontané…, op. cit., II, 2, « L’économie de marché : une source fondamentale de l’ordre des sociétés modernes ».

33 Voir sur ce point notamment A. O. Hirschman, Les passions et les intérêts, op. cit. Précisons que Hayek ne pouvait avoir connaissance de cet ouvrage au moment où il écrivit et publia le volume II de Droit, législation et liberté, au sein duquel il procède à la réappropriation du thème du doux commerce, puisque ce volume parut en 1976. Hayek indique cependant l’existence de l’ouvrage dans la bibliographie de La présomption fatale.

34 Voir sur ce point notamment C. Larrère, « Montesquieu et le “doux commerce” : un paradigme du libéralisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 123, 2014, p. 21-38.

35 Montesquieu, De l’esprit des lois, V. Goldschmidt éd., Paris, Garnier-Flammarion, 1979, t. II, XX-1.

36 F. A. Hayek, DLL, II, 10, « Nature de l’ordre de marché », p. 532.

37 Il cite cependant explicitement Montesquieu sur ce point précis dans La présomption fatale, op. cit., chap. III « L’évolution du marché, commerce et civilisation », p. 55.

38 De ce point de vue, on fera remarquer que, contrairement à ce que Philippe Nemo a pu affirmer, Hayek avait bien cerné l’importance de la branche « nettement libérale » du mouvement des Lumières français représenté notamment par Destutt de Tracy et Condorcet. En effet, c’est bien du commentaire rédigé par Destutt de Tracy qu’il s’inspire pour remettre au goût du jour le thème du « doux commerce ». Voir sur ce point l’introduction de Philippe Nemo à F. A. Hayek, DLL, p. 29.

39 F. A. Hayek, DLL, II, 10, « Bien que n’étant pas une unité économique, la Grande Société… », p. 540.

40 Ibid., p. 539.

41 Ibid., p. 540.

42 Ibid., p. 541.

43 Ibid., « Une société libre est une société… », p. 536.

44 Comme cela sera précisé plus loin, il ne s’agit pas pour Hayek de dire qu’un ordre social pacifique serait possible sans règles de droit (les règles protégeant la propriété de chacun, et obligeant chacun à respecter les contrats passés avec un tiers). Voir sur ce point Id., DLL, p. 254 et 558.

45 Id., DLL, II, 10, « Une société libre est une société pluraliste… », p. 534.

46 Ibid., p. 534-535.

47 Voir en outre les précisions fournies par Hayek dans La présomption fatale sur la spécificité des échanges marchands vis-à-vis des autres échanges qui ont pu les précéder au cours de l’évolution sociale, et où Hayek souligne le caractère non contraignant des premiers. Sur ce point, voir supra note 32.

48 Ibid., « Bien que n’étant pas une unité… », p. 542.

49 Ibid., p. 543.

50 Ibid., « Une société libre est une société pluraliste… », p. 535, nous soulignons.

51 Ibid., p. 536.

52 Ibid., p. 537. Hayek, dans ce même passage, utilise les deux expressions de manière indifférente.

53 Ibid., « La concordance des anticipations est… », p. 561.

54 Id., « L’utilisation de la connaissance dans la société » [1945], révision par E. Martin de la trad. de V. de Mareuil intitulée « L’utilisation de l’information dans la société », Revue française d’économie, vol. I, no 2, 1986, p. 117-140.
En ligne : [http://www.persee.fr/doc/rfeco_0769-0479_1986_num_1_2_1120] (consulté le 10/06/2019).
Traduction d’Emmanuel Martin : [http://www.libreafrique.org/Hayek_connaissance] (consulté le 10/06/2019).

55 Id., « L’utilisation de la connaissance dans la société », art. cité, section V.

56 Ibid., section VI ; voir également sur ce point : Id., DLL, II, 10, « Le jeu de catallaxie », p. 547.

57 Hayek emploie également le terme d’« élasticité » (Id., DLL, I, 5, « Dans un ordre dynamique… », p. 247).

58 Id., DLL, III, 15, « Conséquences de la fixation politique des revenus des divers groupes », p. 776.

59 On remarquera que ces développements critiques à l’encontre de l’intervention au sein du marché confortent l’idée que le marché pris en lui-même préserverait ou, du moins, n’affecterait pas la liberté individuelle. Les limitations à la liberté proviennent toujours, selon Hayek, des règles de conduite touchant à la propriété ou d’interventions au sein du jeu du marché. De ce point de vue, l’auteur tient pour équivalentes l’idée de préservation de la liberté du marché et celle de la préservation de la liberté des individus eux-mêmes.

60 Id., La constitution de la liberté, R. Audouin et J. Garello trad., Paris, Litec, 1994, partie II, chap. X, section 7, « L’ordre, sans commandements », p. 158.

61 Id., DLL, II, 10, « Une société libre est une société... », p. 533 : « En substituant des règles abstraites de conduite à des fins concrètes obligatoires, l’on découvrit que cela rendait possible l’extension d’un ordre pacifique au-delà des petits groupes poursuivant les mêmes objectifs […] ».

62 Il faut noter que Hayek, comme cela apparaîtra plus loin, estime d’ailleurs que des inégalités économiques peuvent résulter du jeu du marché. Précisons qu’il n’envisage pas non plus sérieusement les dangers qu’une inégale dotation initiale des agents (c’est-à-dire réalisée hors marché) peut représenter pour le lien social.

63 Id., DLL, II, 9, « L’inapplicabilité du concept de justice aux résultats d’un processus spontané », p. 459.

64 Voir notamment sur ce point Id., DLL, « Préface », où Hayek note que les différences entre Rawls et lui « semblent être plus verbales que substantielles » (p. 46).

65 R. M. Hartwell, A History of the Mont Pelerin Society, Indianapolis, Liberty Fund, 1995, p. xiv.

66 F. Denord, « Le prophète, le pèlerin et le missionnaire… », art. cité, ici p. 15. L’auteur s’appuie là sur l’article de F. A. Hayek, « Les intellectuels et le socialisme » [1949] (dans Id., Essais de philosophie, de science politique et d’économie, op. cit., p. 271-294) qui précise la manière dont les intellectuels peuvent instiguer des transformations sociales et politiques.

67 Voir notamment, sur cette attitude hayékienne, les développements de S. Audier dans Néo-libéralisme(s) : une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, 2012. Voir en particulier les passages consacrés à la pensée hayékienne. Hayek tend, dans ses développements sur la justice sociale (voir DLL, II, 9, « conclusions »), à souligner les convergences entre son approche et celle de Rawls, et même à affirmer, se référant notamment à sa Théorie de la justice, qu’il n’a « aucune divergence fondamentale » avec ce dernier (il insiste même en note sur le fait que ce livre a été interprété à tort « comme venant à l’appui des revendications socialistes »).

68 Voir sur ce point S. Audier dans Néo-libéralisme(s), op. cit., p. 596-597 et l’interview « Le néo-libéralisme : unité, diversité, divergences » (art. cité). Depuis les années 1940, Röpke soutient qu’une société saine doit reposer sur des « classes moyennes » disposant « d’une propriété et d’un revenu modestes ou moyens », et faisant montre de « vertus civiques » (W. Röpke, Au-delà de l’offre et de la demande, Paris, Les Belles Lettres, 2009, p. 61). S. Audier rappelle qu’à l’époque de Röpke, « le capitalisme contemporain, notamment aux États-Unis, se caractérise par une explosion des inégalités et par la captation des richesses dans les mains d’une infime minorité » (Néolibéralisme(s), op. cit., p. 596-597).

69 F. A. Hayek, DLL, II, 9, « “Justice sociale” et liberté selon le droit », p. 493.

70 Id., La constitution de la liberté, op. cit., partie III, chap. XIX, 1, « Assistance publique et assurance obligatoire », p. 285.

71 Loc. cit.

72 Ibid., partie III, chap. XVII, 4.

73 Nous rejoignons sur ce point l’analyse de Gilles Dostaler dans Le libéralisme de Hayek (Paris, La Découverte, 2001, voir notamment p. 105, 109 et 111).

74 F. A. Hayek, DLL, II, 10, « En jugeant les adaptations à des situations inchangées… », p. 556 (traduction modifiée).

75 Ibid., « Des règles abstraites de juste conduite… », p. 566.

76 Voir notamment ibid., « Le but de la loi devrait être d’améliorer également les chances de tous », p. 572. Hayek reprend ainsi à son compte l’expression « à ceux qui ont, l’on donnera ».

77 Ibid., « Le jeu de catallaxie », p. 546.

78 Ibid., « En jugeant les adaptations à des situations inchangées… », p. 556.

79 Ibid., « Le jeu de catallaxie », p. 550.

80 Ibid., p. 573.

81 Voir Id., La route de la servitude [1943], G. Blumberg trad., Paris, PUF, 2013, I, « La route abandonnée », p. 18.

82 Voir notamment ibid., p. 22-26.

83 Id., DLL, Épilogue, « La discipline de la liberté », p. 909.

84 Ibid., p. 901-902.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Debray, « Hayek, penseur du « doux commerce » : la société moderne est-elle principalement soudée par des « réseaux d’argent » ? », Astérion [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 09 juillet 2019, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/asterion/3928 ; DOI : 10.4000/asterion.3928

Haut de page

Auteur

Eva Debray

Laboratoire Sophiapol (université Paris Nanterre) et CEMS (EHESS) • Eva Debray est docteure en philosophie, chercheuse rattachée au laboratoire Sophiapol (université Paris Nanterre) et associée au CEMS (EHESS). Elle enseigne également à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Au croisement de la philosophie politique et de la philosophie des sciences sociales, sa thèse a reconstruit un débat sur l’hypothèse d’un ordre social spontané en convoquant des travaux de sciences sociales contemporaines, en particulier ceux de Friedrich August von Hayek et de Niklas Luhmann, mais en explorant également les ressources offertes par la sociologie classique et la philosophie sociale et politique moderne. Elle a récemment codirigé, avec Frédéric Lordon et Kim Sang Ong-Van-Cung, l’ouvrage collectif Spinoza et les passions du social (Éditions Amsterdam, 2019).

Articles du même auteur

Haut de page