Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2019

Ninon Grangé, L’urgence et l’effroi : l’état d’exception, la guerre et les temps politiques

Lyon, ENS Éditions, 2018, 405 p., 39 €
Emmanuel Pasquier
Référence(s) :

Ninon Grangé, L’urgence et l’effroi : l’état d’exception, la guerre et les temps politiques, Lyon, ENS Éditions, 2018, 405 p., 39 €

Texte intégral

  • 1 G. Agamben, État d’exception, J. Gayraud trad., Paris, Seuil, 2003.

1Depuis les attentats du 11 septembre et le USA Patriot Act de 2001, jusqu’à la loi du 30 octobre 2017, pérennisant, en France, certaines dispositions exceptionnelles, l’état d’exception est devenu une notion clé de la politique contemporaine, le corollaire, à l’intérieur des États, de la « guerre contre le terrorisme » et des conflits asymétriques. L’ouvrage de Giorgio Agamben paru en 2003, État d’exception1, a constitué celui-ci en point de focalisation de discussions multiples, venant aussi bien du droit, de la philosophie, que des sciences politiques. Le livre que Ninon Grangé consacre à l’état d’exception, avec quinze ans de recul sur ces discussions, est d’abord un ouvrage de philosophie. Il s’agit, selon les termes de l’auteure, de « rapatrier dans le domaine de la philosophie politique » ce concept, c’est-à-dire de le constituer en un concept philosophique, nous informant en retour sur la nature même du politique. Les quatre chapitres qui constituent le livre permettent de couvrir un champ très riche et protéiforme, explorant les multiples dimensions de la notion, à la recherche de sa constitution unitaire en un concept.

2La première partie, « Le problème état d’exception », constitue un premier examen de la définition de l’état d’exception. Défini comme « une situation perçue comme grave qui pousse le pouvoir politique à sortir de l’ordinaire législatif et à y introduire de nouvelles règles, la plupart du temps restreignant les droits et libertés et concentrant les différents pouvoirs », l’état d’exception renvoie au caractère paradoxal ou contradictoire d’un droit « qui se suspend lui-même ». Il s’agit d’éviter une compréhension purement procédurale, technico-juridique, de l’état d’exception. L’évaluation du sens de l’« exception » dans l’état d’exception peut donner lieu à des appréciations très hétérogènes. N. Grangé renvoie dos-à-dos plusieurs approches antagonistes : celles de juristes non critiques, normativistes, pour qui l’état d’exception ne représente pas une infraction au droit, mais constitue une institution de l’État de droit lui-même ; mais aussi celles qui voient dans l’état d’exception la sortie du droit, une pure transgression de la constitutionnalité, voire une manipulation antidémocratique.

  • 2 N. Grangé, Oublier la guerre civile ? Stasis, chronique d’une disparition, Paris, Vrin-EHESS, 2015.

3L’idée-force du livre de N. Grangé consiste à faire apparaître le lien, inattendu, entre l’état d’exception et la menace de la guerre civile. Ou encore, comme N. Grangé l’annonce dans son introduction, à « [m]ettre l’accent sur le rapport entre entité politique et guerre, et se poser la question de leur consubstantialité » – en référence à son travail précédent sur la « stasis »2, c’est-à-dire la possible désagrégation de la cité. L’exception agit de manière centrifuge, elle brouille la distinction entre guerre externe et guerre civile. Prétendre réduire l’état d’exception à son caractère strictement juridique, c’est conjurer sa force de dissolution. L’usage politico-juridique de la notion d’état d’exception a pour effet de « crypter la guerre civile », c’est-à-dire d’« user du spectre de la guerre civile pour se légitimer » et ramener ce qui est hors limites à la régularité. « Ce qui se passe dans le processus structurel de l’état d’exception, dit N. Grangé, c’est l’escamotage du passage par le paradigme de la guerre civile : des circonstances extraordinaires, on passe immédiatement à la restriction des libertés, sans penser ni vivre le maillon caché, mais logique, de l’état de guerre civile. » (p. 89). Le recours au discours de l’état d’exception apparaît comme le symptôme du refoulement du risque de la « stasis », c’est-à-dire de la dissolution de la cité dans la guerre et la guerre civile, devenues indiscernables.

  • 3 M. Troper, « L’état d’exception n’a rien d’exceptionnel », dans Y. Thomas, F. Saint-Bonnet, A. Joxe (...)

4C’est pourquoi l’état d’exception engage une ontologie politique complexe. Le deuxième chapitre vise à mettre au jour les « cercles vicieux » dont le concept est traversé. L’état d’exception est « pauvre ontologiquement ». Toujours défini comme un entre-deux, il « dit qu’il sauve une situation qui n’est pas encore devenue irréversible » (p. 111). L’opposition entre Michel Troper et Giorgio Agamben sert d’abord d’opposition paradigmatique, entre celui pour qui « l’état d’exception n’a rien d’exceptionnel »3, et celui, à l’inverse, pour qui, dans l’état d’exception, le droit dit « je ne suis pas le droit ». Dans cette alternative, l’exception devient difficile à trouver, car, dans le premier cas, elle n’est qu’une modalité particulière d’un État de droit ininterrompu ; dans le second cas, elle est également introuvable, puisqu’elle dissout l’ordre sur le fond duquel elle prendrait sens comme exception.

  • 4 C. Schmitt, Politische Theologie, Berlin, Duncker & Humblot, 1979, p. 11, cité par N. Grangé p. 169 (...)
  • 5 J. Derrida, Force de loi, Paris, Galilée, 2005, p. 100 et suiv., cité par N. Grangé p. 123.

5N. Grangé voit en Carl Schmitt celui qui, menant à son terme la logique du concept d’exception, a mis en évidence son lien fondamental avec le pouvoir constituant. Schmitt inverse le rapport ontologique entre la norme et l’exception pour faire apparaître le caractère premier de l’exception, car, dit-il, « la règle ne vit que par l’exception ». On connaît la célèbre formule de la Théologie politique : « Est souverain celui qui décide de la situation exceptionnelle. »4 N. Grangé rappelle qu’elle est indissociable d’une autre formule : « Il faut qu’une situation normale soit créée, et celui-là est souverain, qui décide définitivement si cette situation normale existe réellement. » Ainsi, dit N. Grangé, « l’antikelsénisme atteint son degré le plus haut : le pouvoir constituant est tout entier décision et cette décision ne peut être qu’une décision qui s’autorise elle-même ». Avec Carl Schmitt, l’exception ramène paradoxalement au pouvoir constituant lui-même. Elle rejoint alors une « stasis » dans laquelle on ne doit pas voir seulement la dissolution politique, mais la possibilité de la « violence fondatrice », comme l’avait analysé Jacques Derrida à propos de Walter Benjamin dans Force de loi5. Cependant, au-delà même du cadre de l’État et du droit constitutionnel, N. Grangé tisse le lien qui relie plus fondamentalement l’état d’exception et la notion schmittienne de « guerre civile mondiale », donnant une extension universelle, extra-étatique, à l’exception politique, apparaissant comme « fiction de l’antipolitique », analogue à l’état de nature comme fiction de l’origine.

  • 6 G. Agamben, Homo sacer. I, Le pouvoir souverain et la vie nue, M. Raiola trad., Paris, Seuil, 1997, (...)

6L’ontologie politique de l’exception, dans cette tension entre la dissolution et la fondation, mène, dans le troisième chapitre, à une réflexion sur la temporalité propre de l’exception. N. Grangé considère que les thèses d’Agamben portent moins sur l’état d’exception en lui-même qu’elles ne constituent un support à une critique de la démocratie contemporaine destinée à en révéler la supposée « structure concentrationnaire ». N. Grangé déconstruit les analyses d’Agamben en montrant que celui-ci élabore une « spatialité de l’état d’exception », construite autour de la figure du « camp » et d’une opposition entre intérieur et extérieur. Dire, comme le fait Agamben dans Homo sacer6, que le camp est le « nomos de la modernité », constituerait, dit N. Grangé, un refus, par Agamben, de la part temporelle de l’état d’exception. La spatialisation serait plus qu’une facilité : « opération de prestidigitation », elle permettrait de mettre en suspens un certain type de questionnement, et ainsi de « ne plus se poser la question de l’origine du droit » (p. 255).

  • 7 R. Koselleck, Le futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques, J. et M.-C. Hooc (...)

7Il faut donc penser la temporalité propre de l’exception, son « épaisseur temporelle ». L’exception prend consistance dans le temps. Elle ne se réduit pas à une abolition du passé. En référence à l’historien Reinhart Koselleck7, pour qui c’est l’action qui produit le temps historique, N. Grangé explore les temporalités multiples et complexes de l’exception, dont elle livre une typologie stimulante, qui éclaire le titre du livre, L’urgence et l’effroi : l’impératif d’action (l’urgence) ; l’impossibilité du choix à faire (la nécessité) ; la prise en compte du risque et de l’imminence attendue (projection et anticipation de l’extinction politique, l’effroi) ; la complication historique du progrès et de la domination (temps des opprimés et de la révolution) ; le projet politique différent à partir d’une même situation de départ (l’état d’exception de Vichy, ou la Résistance).

8L’exception va de pair avec une dramatisation, une théâtralisation baroque, une mise en scène du politique par lui-même. D’où le passage, dans le chapitre IV, à la notion de « fictions façonnantes ».

  • 8 H. Vaihinger, La philosophie du comme si, C. Bouriau trad., Paris, Kimé, 2008.

9Les « fictions » dont parle N. Grangé, faisant en particulier référence à Hans Vaihinger8, ne sont bien sûr pas de simples simulacres, mais « un moyen naturel de la psyché humaine pour résoudre des problèmes complexes […] dans un moment de crise par exemple, et, partant, comme le résultat, transposé au domaine exclusivement politique, d’une volonté même vague de performation du politique » (p. 297). L’état d’exception a ici une place particulière, car la suspension du droit par le droit est à la fois le moment du risque du pouvoir, mais aussi le moment où les fictions politiques – « fictio civitatis » – se dévoilent comme fictions, montrant « que l’édifice politique est un artifice » et que « l’on bâtit le politique sur de l’imagination » (p. 298).

  • 9 A. Simonin, Le déshonneur dans la République : une histoire de l’indignité, 1791-1958, Paris, Grass (...)

10La question de la permanence d’une identité politique rejoint la question de la durabilité de l’exception. À titre de cas pratique, N. Grangé reprend les analyses d’Anne Simonin9 sur la question de la continuité de l’identité nationale française, à travers son passage par la Terreur, puis par le régime de Vichy.

11Faut-il reprocher à l’auteure ce qu’elle a elle-même revendiqué dans son introduction, à savoir que « le travail de finesse sera plus long que le travail thétique proprement dit » ? En prenant le soin d’analyser de manière très exhaustive tout l’arrière-fond philosophique de la notion d’état d’exception – de Cicéron à Agamben, en passant par Machiavel, Schmitt, Kelsen et beaucoup d’autres –, N. Grangé nous livre ce qui peut apparaître comme une sorte d’encyclopédie philosophique de l’état d’exception. Un tel jugement ne rendrait cependant pas justice aux analyses proprement « thétiques » originales proposées par N. Grangé : la mise au jour du scénario de la guerre civile caché sous la référence à l’état d’exception ; sa dialectique interne, à la fois provocation et conjuration du risque de la « stasis » ; la substantialité temporelle de l’exception, se déployant en moment d’une refondation possible de l’ordre politique ; la place du discours sur l’état d’exception dans une « fictio civitatis » nécessitant toujours une réélaboration historique.

12« Qu’avons-nous découvert ? », demande N. Grangé en conclusion. Ce que l’analyse de l’exception révèle, c’est, d’abord, son ambivalence, entre répression et opportunité : « L’état d’exception, dit N. Grangé, a, dans l’histoire, été utilisé à des fins autoritaires, dictatoriales, contraires à l’État de droit et à la plus élémentaire liberté publique et privée. Cependant, moment ouvert, espace hors-temps ordinaire, il est aussi possibilité de création, d’auto-engendrement révolutionnaire, d’invention du politique. » (p. 362).

13Les analyses de N. Grangé convergent ainsi en un effort pour sortir de l’offuscation politique que les analyses de l’état d’exception, celles d’Agamben en particulier, ont contribué à plaquer sur le monde contemporain. Si le monde contemporain est un « camp », quelle place reste-t-il pour l’action politique ? Des analyses de ce type, dans leur radicalité provocante et stimulante, n’aboutissaient-elles pas à une forme d’inhibition ? Le projet de N. Grangé rend lisible une forme d’urgence, théorique aussi bien que politique, à déconstruire cet imaginaire conceptuel, pour restituer au politique, à travers l’exception, la possibilité d’une fluidité, d’une temporalité, d’un renouvellement, qui laisse une place à l’« espoir » – mot qui, de manière significative, est le dernier mot du livre.

Haut de page

Notes

1 G. Agamben, État d’exception, J. Gayraud trad., Paris, Seuil, 2003.

2 N. Grangé, Oublier la guerre civile ? Stasis, chronique d’une disparition, Paris, Vrin-EHESS, 2015.

3 M. Troper, « L’état d’exception n’a rien d’exceptionnel », dans Y. Thomas, F. Saint-Bonnet, A. Joxe et al., L’exception dans tous ses états, Marseille, Parenthèses, 2007, p. 163-175. M. Troper explique ainsi : « Il n’y a pas d’abord un état d’exception, puis des règles pour le régir, mais l’état d’exception est la situation qui fait l’objet de règles sur l’état d’exception. En d’autres termes encore, l’état d’exception est la situation qu’une autorité compétente décide de qualifier d’état d’exception. »

4 C. Schmitt, Politische Theologie, Berlin, Duncker & Humblot, 1979, p. 11, cité par N. Grangé p. 169. Traduction de J.-F. Schlegel (Théologie politique, Paris, Gallimard, 1988, p. 15).

5 J. Derrida, Force de loi, Paris, Galilée, 2005, p. 100 et suiv., cité par N. Grangé p. 123.

6 G. Agamben, Homo sacer. I, Le pouvoir souverain et la vie nue, M. Raiola trad., Paris, Seuil, 1997, cité p. 226.

7 R. Koselleck, Le futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques, J. et M.-C. Hoock trad., Paris, EHESS, 1990.

8 H. Vaihinger, La philosophie du comme si, C. Bouriau trad., Paris, Kimé, 2008.

9 A. Simonin, Le déshonneur dans la République : une histoire de l’indignité, 1791-1958, Paris, Grasset, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Pasquier, « Ninon Grangé, L’urgence et l’effroi : l’état d’exception, la guerre et les temps politiques », Astérion [En ligne], Lectures et discussions, 2019, mis en ligne le 13 septembre 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/asterion/4049

Haut de page

Auteur

Emmanuel Pasquier

Professeur de philosophie en classes préparatoires, rattaché au laboratoire NoSoPhi, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page