Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21DossierUn manuscrit de Michel Foucault s...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Un manuscrit de Michel Foucault sur la psychanalyse

A manuscript by Michel Foucault on psychoanalysis
Michel Foucault et Elisabetta Basso

Résumés

Dans ce manuscrit du début des années 1950, Foucault met en relief la perspective freudienne qui substitue à l’approche biologique de la maladie fondée sur l’évolutionnisme une démarche basée sur la compréhension de sa signification psychologique. Cependant, puisque le point de vue évolutif n’est jamais abandonné par Freud, se pose la question de savoir comment, dans la définition psychanalytique de la maladie et de ses rapports à la personnalité, se distribuent les éléments d’une analyse évolutive et ceux d’une compréhension significative : quel équilibre peut être instauré entre eux, et quelle image de l’homme malade en résulte ? En outre, si la maladie a un sens, et si elle se définit par un ensemble de réactions significatives et cohérentes, en quoi est-elle maladie ?

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à remercier Henri-Paul Fruchaud d’avoir relu la transcription de ce manuscrit et les ayants droit d’avoir autorisé sa publication.

1La transcription qui suit est due à Elisabetta Basso et a été revue par Henri-Paul Fruchaud. Ce manuscrit autographe du début des années 1950 est conservé dans le fonds Michel Foucault, à la Bibliothèque nationale de France (BnF), sous le numéro d’inventaire NAF 28730 (boîte 46). Il est composé de 14 feuillets A4 recto verso non numérotés. Nous avons inséré les numéros de page entre crochets à l’intérieur du texte. Nous avons choisi de marquer les mots dont nous ne sommes pas certains par [mot ?] et nous avons réintroduit l’ensemble des mots abrégés par Foucault. Sauf dans les cas où cela nous a semblé important pour la compréhension du texte, nous avons décidé de ne pas conserver les mots raturés ni les phrases biffées par Foucault. Généralement, nous avons intégré dans le texte, sans l’indiquer, les mots et les passages qui ont été ajoutés par Foucault par la suite et qui se trouvent soit dans la marge du manuscrit soit au-dessus des mots dans le texte. Nous sommes également intervenue dans la ponctuation dans le but de faciliter la lisibilité du document. Dans les notes en bas de page, les interventions entre crochets sont de l’éditeur.

Transcription du manuscrit

2[1] L’aventure de la psychanalyse, et le risque qu’elle a pris en face de la pathologie traditionnelle, consistent sans doute à avoir dépassé l’analyse d’une orientation biologique de la maladie vers une compréhension de sa signification psychologique. Ce dépassement ne s’est pas fait, toutefois, dans le style de la rupture ; et la « révolution » psychanalytique a plutôt l’allure d’un virement, progressif et lent, d’une psychobiologie de l’évolution, à une psychologie historique de la genèse. De plus le point de vue évolutif n’est jamais abandonné, et jusque dans les formes les plus récentes de l’approche psychanalytique des névroses, l’horizon évolutionniste – première patrie de la pensée freudienne – demeure présent, plus réel qu’un décor, plus vrai qu’un mythe, paysage véritable où se meuvent les personnages du drame freudien.

3Aussi exigeante que soit la psychanalyse dans l’unité de ses pratiques et la cohérence de ses théories, il ne faut pas se cacher qu’en parlant de l’apport de la psychanalyse à la maladie mentale, on parle de plusieurs choses à la fois ; et l’on intègre sous [2] un vocabulaire commun, une perspective évolutionniste qui analyse la maladie comme une orientation régressive des structures, et une perspective génétique qui la restitue comme une signification intelligible des conduites. Cette équivoque, et cette impureté conceptuelle, font peut-être de la psychanalyse un des efforts les plus larges pour saisir les rapports de la maladie à la personnalité. Sans doute la psychanalyse, comme théorie de l’homme, restaure-t-elle ainsi la dualité de sa situation réelle, à la fois définie dans une nature et cernée par une histoire ; sans doute, comme thérapeutique et comme interprétation de la maladie, retrouve-t-elle l’unité d’un avatar biologique qui compromet la personnalité, et d’une aventure personnelle qui assume l’histoire individuelle. Mais cette ambiguïté peut-elle être retenue comme ferment de vérité, sans qu’un destin la condamne à la contradiction ? Inscrire au compte de l’homme l’illogisme des théories qui l’analysent est une solution de facilité ; ce n’est pas là toutefois qu’est la solution des difficultés.

  • 1 [Ici, le manuscrit s’ouvre sur le passage suivant, entièrement biffé par Foucault : « Dans L’homme (...)
  • 2 [Foucault n’indique aucune référence bibliographique. Il se réfère probablement soit à l’édition f (...)

4[3]1 Prenons, parmi bien d’autres exemples, l’analyse de L’homme aux rats2. Le sujet est victime d’obsessions comme celle-ci : un jour il se convainc lui-même de restituer de l’argent à un camarade, sous peine de voir son père et sa maîtresse soumis à un supplice où les rats jouent un rôle essentiel. Mais le camarade en question n’est pas le créancier. Pendant plusieurs jours, ce fut un chassé-croisé inextricable de démarches pour rendre cette somme due on ne sait à qui, et dont personne ne semble vouloir – sorte de dette anonyme contractée envers un inconnu, et qui se fait d’autant plus criante à la conscience du malade qu’il s’épuise à vouloir s’en acquitter.

5[4] Or cette malchance peut être facilement dénoncée comme complicité, et ce destin retourné en culpabilité quand on s’aperçoit que le malade a su parfaitement à un moment donné à qui il devait cet argent ; mais il l’a oublié dès l’instant où fut évoqué devant lui, comme exemple de cruauté, le supplice des rats. Obsession doublement étrange : étrange par le contenu mythique de la crainte obsédante, puisque le créancier supposé n’est pas le créancier véritable, et puisque le père menacé de supplice est mort depuis de longues années déjà ; plus étrange encore par la forme de raisonnement qui lie par une réciprocité absurde l’omission d’une dette et le supplice d’une personne particulièrement aimée.

6Freud analyse ce monde étrange de l’obsession à deux niveaux différents, et en suivant deux lignes de réflexion dont les croisements perpétuels constituent le texte même de l’interprétation psychanalytique. D’un côté il essaie de mettre à jour les structures et les contenus archaïques qui sont sous-jacents aux conduites actuelles : cette dette que le malade rend, intentionnellement si difficile à payer, n’est que la réédition d’une situation dont on l’avait entretenu quand il était enfant ; il s’agissait des scrupules que son père se faisait à propos d’une dette de jeu qu’il n’avait pu rembourser malgré tous ses efforts ; et le fils, retournant à l’identification infantile au père, reprenait à son compte la situation paternelle, comme, enfant, il essayait de l’assumer à l’époque de l’Œdipe.

7[5] Mais dans la réciprocité dette-châtiment, et dans le retard voulu à s’acquitter, on retrouve un autre trait de la situation infantile, l’agressivité contre le père et la révolte contre l’interdiction faite par lui de la sexualité : c’est que finalement la seule personne à qui il ait dû de l’argent, était une jeune fille avec laquelle il avait l’intention d’entretenir des relations. Pour résumer cet aspect de l’analyse, toute l’obsession apparaît comme la remise à jour d’une structure infantile définie par l’ambivalence des sentiments à l’égard du père, et par l’agressivité masochiste qui cherche la punition dans la vengeance.

8Mais l’analyse n’est pas épuisée par cette description des structures régressives. Ces résidus du passé, ou ces fixations à des stades antérieurs qui expliquent le caractère toujours infantile des conduites névrotiques s’organisent en un ensemble où passé et présent ont signification l’un par rapport à l’autre. Ce n’est pas un hasard si l’obsession est apparue au moment précis où on la voit surgir : le malade était alors en manœuvre de réserviste, identifié par la force des choses à un père qui avait été lui-même militaire, et dans des conditions de liberté sexuelle qu’il n’avait plus connues depuis que son père lui avait interdit la masturbation. La réapparition des structures infantiles a donc une raison d’être ; elles portent comme sens implicite le désir de s’affranchir de l’interdiction paternelle, de rejeter sur lui le châtiment de cette libération, et en même temps le désir de ne pas [6] perdre son affection. Alors sous la contradiction du comportement explicite se lit l’unité implicite d’une conduite que la conscience claire du malade a morcelée, travestie et rendue par ses contradictions presque méconnaissable : contre son désir de la jeune fille dont il était débiteur s’est élevée l’interdiction paternelle ; et contre cette interdiction s’est élevé à son tour le désir de retourner contre le père le châtiment mythique dont sa conscience encore infantile se croit menacée ; le jeu de l’interdiction et de ces deux désirs dont l’un la suscite et dont l’autre cherche à la dépasser constitue le sens du symptôme obsessionnel ; c’est lui qui donne son unité significative à la contradiction d’une conduite dans laquelle le sujet cherche à ne pas acquitter une dette alors qu’il s’est promis de se punir de ne la point payer par le châtiment d’une personne qu’il aime.

  • 3 [Dans des notes préparatoires de Maladie mentale et personnalité (BnF, cote NAF 28083), Foucault é (...)

9La maladie n’est donc pas entièrement définie par l’orientation régressive qui fait surgir des traces de comportements archaïques ; elle se dessine dans l’ensemble significatif qui, en assurant leur cohésion, rend leur apparition intelligible, et permet, dans l’unité du phénomène pathologique, de faire la lecture d’un sens3.

10Nous voudrions montrer comment dans la définition psychanalytique de la maladie, et de ses rapports à la personnalité se distribuent les éléments d’une analyse évolutive, et ceux d’une compréhension significative ; quelle sorte d’équilibre peut être instaurée entre eux, et quelle image de l’homme malade peut être figurée au terme de cet effort.

  • 4 S. Freud, Ma vie et la psychanalyse, suivi de Psychanalyse et médecine, M. Bonaparte trad., Paris, (...)

11[7] L’origine réelle de la pensée de Freud semble avoir marqué le destin de la psychanalyse et lié la compréhension psychanalytique de la maladie au mythe biologique d’un devenir de la vie : « J’étais mû par une sorte de soif de savoir qui portait plus sur ce qui touche les relations humaines que sur les objets propres aux sciences naturelles… Cependant la doctrine de Darwin m’attirait puissamment, comme promettant de donner une impulsion extraordinaire à la compréhension des choses de l’univers »4. Ce n’est donc pas à l’idée déjà élaborée d’une évolution physiologique scandée par l’intégration des structures que la psychanalyse va emprunter le modèle évolutif de la psychologie ; mais à la notion beaucoup plus fruste d’une force vitale qui se développe et cherche à s’épanouir dans les formes les plus complètes et les plus adaptées. La personnalité psychologique est cernée dans son devenir par les notions les plus bâtardes de l’évolutionnisme ; et l’histoire psychologique semble écrite, pour la psychanalyse, avec les concepts les plus problématiques et les plus contradictoires de la biologie évolutionniste.

12Le devenir de l’espèce et de l’individu aurait été dominé par le principe d’adaptation, qui en cherchant la conservation de l’individu suscite les besoins vitaux, les pulsions alimentaires, les réactions de défense, bref, [8] toutes ces adaptations qui contraignent l’individu à se soumettre au milieu, et qui organisent sa conduite selon ce que Freud appelle le principe de réalité ; mais l’adaptation biologique est tout autant propagation de l’espèce, appétit de procréation et pulsions sexuelles qui s’organisent selon le principe de plaisir. Du problème biologique des adaptations individuelles et spécifiques Freud a fait une structure psychologique, et l’a cristallisée comme une double polarité du devenir humain ; du problème de leurs rapports, il a fait l’origine des conflits psychiques entre la perception, la motricité, la conscience d’une part, et de l’autre la pulsion aveugle des instincts sexuels.

13Le problème de l’adaptation est lié à celui de l’hérédité de l’acquis dont on sait quels conflits il a fait naître dans la biologie. Là encore la psychanalyse reprend les termes du problème et feint de trouver dans leur juxtaposition une solution réelle. Elle admet que les expériences et les adaptations individuelles disparaissent avec l’individu et que l’enfant naît avec un équipement instinctif tellement primitif qu’il est obligé de parcourir au long de son apprentissage les stades adaptatifs déjà franchis par ses ascendants. Mais la psychanalyse freudienne reconnaît, comme celle de Jung, la présence, au cœur de l’inconscient individuel, [9] d’expériences traumatiques vécues par l’espèce à des stades antérieurs de son évolution ; et si la crainte de la castration est si vive chez le petit garçon ce n’est pas en raison des menaces actuelles qui sanctionnent ses activités autoérotiques ; les menaces n’évoquent tant d’anxiété que parce qu’elles font écho dans l’inconscient de l’enfant aux castrations ancestrales qui, punitives ou rituelles, marquaient la structure patriarcale des sociétés primitives.

  • 5 Id., « Psychanalyse et médecine », dans Ma vie et la psychanalyse, op. cit., p. 169 et p. 223. [Fo (...)

14Enfin Freud reprend l’idée haeckelienne si discutée d’une répétition au niveau individuel des stades évolutifs du devenir spécifique : le développement de l’enfant restituerait une image réduite du développement de l’espèce ; l’histoire de son passé ancestral se lirait dans son progrès actuel : « L’enfant, au cours de son développement psychologique, referait en abrégé l’évolution de l’espèce, ainsi que l’embryologie nous l’a appris en ce qui concerne le corps… La tâche sous laquelle ploie notre enfance est écrasante : nous devons en peu d’années parcourir l’évolution, la distance énorme qui sépare le primitif de l’âge de la pierre de l’homme civilisé actuel. »5

  • 6 [À ce point du manuscrit, une partie commençant par « Chez le névrosé… » est marquée par un astéri (...)

15Freud fait des problèmes de la biologie les principes de sa psychologie. Ils sont devenus la « libido », avec son énergie pulsionnelle, sa plasticité adaptative et son évolution. Il transforme les [contradictions ?] épistémologiques des sciences, en conflits violents de l’homme. Il a défini dogmatiquement l’évolution psychologique de l’individu par les questions que les biologistes posaient à l’évolution de l’espèce. Il y [a] ainsi défini l’horizon dans lequel la [10] psychanalyse s’est efforcée de retrouver l’essence de la maladie et ses rapports avec la personne.6

16[11] On peut donc décrire une évolution psychologique qui soit le cadre naturel d’une pathologie mentale, et définir avec chaque stade d’évolution libidinale la forme de régression qu’elle prépare implicitement. C’est à cette tâche qu’ont été conviés tous les psychanalystes depuis Freud, et les Trois essais sur la sexualité ; et il s’est agi pour eux de dessiner ce développement psychologique d’un style qui soit significatif aussi bien pour le psychologue de l’enfant que pour le psychiatre et pour l’ethnologue ; il s’est agi de retrouver dans ce devenir de la libido des articulations qui pussent marquer la genèse de l’enfant, l’histoire des sociétés, et les formes spécifiques de la maladie.

  • 7 Voir S. Freud, Trois essais sur la théorie de la sexualité, B. Reverchon-Jouve trad., Paris, Galli (...)

17En complétant la description de Freud par les travaux d’Abraham et de Fenichel, on obtient le tableau suivant, qui avec quelques modifications est admis par tous les psychanalystes, et sert de propédeutique à toute étude de la maladie7.

18La première fixation de la libido se fait sur la bouche à un stade où les instincts de conservation prédominent avec la forme alimentaire. L’organisation libidinale n’est pas dirigée vers une autre personne ; l’enfant se satisfait de son corps, selon une distribution autoérotique de ses plaisirs. C’est ce stade que retrouvent certains schizophrènes en état de stupeur, effondrés dans la conscience diffuse, mi béate mi anxieuse de leur corps propre.

19Après le sevrage, et coïncidant avec la dentition, et le développement musculaire, on voit s’organiser, [12] au-dessus des pulsions, une instance adaptative, le « moi » dont le rôle est essentiellement de défense, et de maîtrise du monde extérieur. L’absorption et la morsure servent à la fois à la satisfaction des besoins et à la défense agressive : ce qu’on désire est en même temps ce qu’on détruit, dans une ambivalence que l’on retrouve dans certaines passions morbides, et qui rappelle les rites anthropophagiques de certaines sociétés primitives.

20Les formes agressives de la libido se développent dans les mois suivants, en relation avec l’éducation sphinctérienne. Le plaisir de l’excrétion devient dominant par rapport à celui de l’absorption, développant les formes ambivalentes de l’érotisme puisque le plaisir vient désormais de ce qu’on rejette. Avec la discipline sphinctérienne toutes les instances sociales deviennent présentes à l’individu et s’insèrent dans son équilibre libidinal : elles constituent le « surmoi », qui contrôle, régule et refoule les pulsions. L’inconscient comme masse indifférenciée de pulsions fait place peu à peu à un inconscient cerné par les instances du refoulement. Et dès lors se préparent les névroses qui réitèrent dans leurs symptômes le processus du refoulement. C’est d’abord la névrose obsessionnelle, cristallisée autour de l’ambivalence d’un objet désiré et rejeté, qui répète, dans ses mécanismes de défense, les premiers refoulements de ce stade sadico-anal ; et selon Freud, c’est elle aussi qui rappellerait ces formes archaïques de la vie sociale où la contrainte du chef refoula, pour la première fois, la satisfaction des plaisirs. Et les religions monothéistes maintiennent, valeur mythologisée, l’image du Père tout puissant, dont les sanctions intériorisées prennent l’allure des mécanismes [obsessionnels ?].

  • 8 [S. Freud, Nouvelles conférences sur la psychanalyse, op. cit., IVe conférence : « L’angoisse et l (...)

21[13] Vers la troisième année apparaît, chez l’enfant, la masturbation ; c’est le début de la fixation libidinale au membre viril. L’affirmation, ou la revendication de l’intégrité corporelle permet la constitution d’une conscience de soi personnelle. Le narcissisme devient une structure érotique, en même temps que la peur de la castration restitue dans l’angoisse enfantine les conflits cristallisés jadis par les pratiques castratrices de la horde primitive. Investissement libidinal du corps propre, angoisse de la mutilation, tels sont les thèmes que met à jour l’analyse de l’hystérie, des conversions psychosomatiques et de beaucoup d’homosexualités où s’affirme ainsi le retour au stade phallique. L’évolution n’est complète que du jour où est atteint le stade génital, celui qui « s’établit après la puberté et même l’organe génital féminin, longtemps après l’organe viril, s’affirme enfin »8. La libido investit l’objet hétérosexuel auquel elle semblait se destiner, mais qu’elle n’a pu découvrir pour s’y attacher qu’après la longue évolution que nous venons de dire.

  • 9 [Id., « Psychanalyse et médecine », art. cité, p. 174. Foucault cite librement cette traduction.]

22En ce sens la psychanalyse semble achever l’évolutionnisme, et la psychologie des profondeurs pour faire la psychologie de l’archaïsme. Une unité très cohérente est instaurée entre phases historiques, stades infantiles et formes de névroses : histoire, psychogenèse, et pathologie mentale appartiennent au même cosmos de la libido. Dans chaque névrose on pourra retrouver toute l’évolution de l’individu et de la société ; et dans celle-ci on verra se dessiner les articulations naturelles de la maladie. L’historique, le pathologique et le [14] génétique ne font plus qu’une seule et même chose : « Un très grand nombre de nos enfants traversent[,] au cours de leur développement[,] une phase décidément névrotique… Sur le chemin menant du plan primitif de l’enfant à celui du civilisé adapté à la vie sociale, la névrose est pour ainsi dire inévitable »9.

  • 10 [Voir la note 6.]

23En fait la psychanalyse ne mériterait pas d’être envisagée comme un mode original d’approcher la maladie mentale, si dans cette analyse il n’y avait de quoi dépasser radicalement l’horizon évolutionniste où elle semble s’inscrire. L’archaïque à lui seul n’épuise pas la nature du pathologique. « Chez le névrosé10

  • 11 Id., Totem et tabou : interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples primitifs, (...)
  • 12 Id., Introduction à la psychanalyse, S. Jankélévitch trad., Paris, Payot, 1921, p. 367.

24[10] « Chez le névrosé nous trouvons des restes considérables d’infantilisme psychologique soit parce qu’il n’a pas été capable de s’affranchir des conditions infantiles de la psycho-sexualité, soit parce qu’il y est retourné. »11 C’est dire qu’il y a deux formes majeures de la pathologie psychologique : la fixation qui bloque l’évolution de l’enfant à un stade transitoire et cristallise sa libido dans des formes ancestrales ; ainsi le délinquant asocial qui n’a jamais pu découvrir un équilibre entre les économies de plaisir et de réalité qui se partagent ses satisfactions libidinales, qui n’a pu trouver dans le contrôle social, dans le châtiment intériorisé de la conscience, l’instance qui maîtrisera sa violence pulsionnelle ; la régression qui est retour à des stades dépassés par l’évolution : le même geste agressif qui marque la fixation infantile d’un délinquant peut désigner chez un névrosé la régression aux formes frustes de l’affectivité. En fait ces deux formes pathologiques sont liées et si la régression se fait vers tel stade plutôt que vers tel autre, c’est qu’une fixation implicite et partielle s’y était produite : « Plus la fixation est forte au cours du développement, plus il sera facile à la fonction d’échapper aux difficultés extérieures par la régression jusqu’aux éléments fixés. »12 Ainsi une armée qui s’affaiblit en maintenant des éléments à des postes occupés, et qui se replie sur ces postes [15] au moment de la retraite. Il n’y a pas de régression sans fixation antérieure ; ni de fixation qui soit à ce point posée qu’elle prévient toute évolution ultérieure.

25Cette distinction de la fixation et de la régression est importante : elle dissocie le fait pathologique en deux moments et implique une double analyse : celle de l’événement qui a fixé la libido, celle du processus qui la fait régresser. Dans l’évolutionnisme jacksonien le pathologique était épuisé par sa nature archaïque ; ici, il doit être défini et par l’événement anormal qui détermine la fixation, et [par] le processus de retour. La personnalité est anormale avant d’être pathologique. Le rapport du normal, de la maladie et de la personnalité s’est déplacé : chez Jackson la maladie était retour à une personnalité antérieurement normale ; la personnalité enveloppait la maladie comme une virtualité, et la maladie enveloppait l’anormal comme sa conséquence ; chez Freud la maladie est retour à une situation anormale qui a cristallisé une certaine forme de la personnalité ; c’est l’anormal qui détermine la structure de la personnalité, et la maladie apparaît comme une conséquence de cette structure. Cet événement anormal c’est le traumatisme. On n’a jamais insisté suffisamment sur la place que la notion d’anormal occupe réellement dans la psychanalyse, et aussi tout ce qui oppose la notion de traumatisme à celle de libido.

26C’est la découverte de cette dimension nouvelle qui fait sortir la psychanalyse de l’horizon évolutionniste où elle avait trouvé son origine. Pour n’avoir voulu donner au pathologique que le sens de l’anachronique, et pour avoir voulu [16] inscrire la maladie comme une virtualité interne de la personne, l’évolutionnisme laisse échapper la notion de personnalité, et lui substitue soit une sous-personnalité inconsciente et biologique, soit une sur-personnalité saisissable seulement comme pure conscience ou comme liberté pure. Le sens de la psychanalyse est sans doute, à partir d’une conception évolutionniste, d’avoir mis à jour des éléments qui permettent de ne définir la maladie comme une virtualité que par rapport à des événements réels de l’histoire de l’individu dans son milieu, et de l’analyser en fonction d’un passé qui n’est anachronique que dans la mesure où il a été anormal. Désormais les raisons d’être malade ne sont plus les raisons d’avoir été sain ; mais celles de s’être trouvé dans une situation pathogène.

27La pensée psychanalytique a fait éclater la notion d’archaïsme et en a montré la double polarité : la fixation, qui lui donne le poids d’un événement passé et réel, la régression qui lui confère une signification de conduite actuelle.

28[17] Une nouvelle dimension de l’analyse s’impose. Au-delà des structures infantiles du comportement pathologique, se dessine l’unité d’un traumatisme ancien, et d’une situation actuelle de maladie. Cette unité constitue le sens de la maladie et se présente sous deux aspects. C’est d’abord le profit réalisé par le sujet lorsqu’il tombe malade et parce qu’il tombe malade ; profit qui consiste à fuir une situation réelle en la transposant mythiquement dans les termes infantiles qui l’irréalisent ; profit qui consiste à régresser à un stade où les formes magiques de la conduite – croyance à la toute-puissance de la pensée, satisfaction hallucinatoire du désir – permettent d’affronter le réel avec des moyens qui le vident de ses menaces, et en évacuent le contenu réel : la régression pathologique n’est pas une chute naturelle, elle est une fuite intentionnelle. C’est d’autre part le sens que l’on peut lire dans le symbolisme des symptômes : le symptôme n’est réapparition de conduites infantiles que dans la mesure où la situation actuelle implique les mêmes réactions que le traumatisme passé. L’anorexie d’une jeune fille n’a de sens que dans la mesure où elle répond à la même frustration, au même « sevrage affectif » que celui qu’elle avait subi dans ses premières relations avec la mère. La double analyse d’un profit de la maladie et d’un symbolisme des symp- [18] tômes permet de définir l’ensemble significatif de la maladie, et de l’intégrer à la personne comme conduite qui manifeste son histoire et désigne sa cohérence réelle. Paradoxe de cette compréhension psychanalytique de la maladie : la psychiatrie évolutionniste classique, en intégrant la maladie à la personnalité comme une virtualité interne, a dissocié l’unité de la personnalité et perdu la spécificité de la maladie. La psychanalyse, en comprenant l’origine de la maladie comme un traumatisme, et en la définissant à partir d’une situation extérieure à l’individu, a permis de l’intégrer réellement dans la personnalité, et de l’analyser comme une conduite.

29Mais quels sont les éléments de cette conduite, et les constellations qui en fixent la nature pathologique ?

301/ Une conduite pathologique est toujours une conduite dont le sens demeure inconscient. Une femme, analysée par Freud, ne peut voir un billet de banque sans éprouver le besoin pulsionnel d’en noter le numéro : geste qui lui est opaque et qu’elle ne peut réduire à une conduite de prudence ou à un sentiment d’avarice. L’anamnèse du cas montre qu’à l’origine de cette conduite gît un événement du passé recouvert par l’épaisseur de l’oubli : cette femme aurait voulu qu’un homme qu’elle aimait gardât sur lui une pièce d’argent donnée par elle ; elle avait regretté que toutes les pièces se ressemblent et qu’elles ne puissent porter témoignage [19] de la fidélité de son ami. Les billets de banque, eux, sont individualisés par leur numéro. Si elle pouvait s’assurer d’un amour, comme on vérifie un chiffre… La structure d’une conduite pathologique renvoie donc à un sens inconscient par la voie du symbolisme. Le point où se recueille l’essence du pathologique n’est donc pas le déséquilibre chronologique des structures, – leur forme archaïque ou infantile –, mais l’opacité des structures à leurs sens, le symbolisme qui, en les reliant, maintient leur unité à distance de la conscience. Mais, après tout, lapsus, actes manqués, thèmes oniriques, et peut-être œuvres d’art, peuvent être expliqués selon une même analyse : et ils ne sont point par essence pathologiques.

  • 13 [Id., Métapsychologie, M. Bonaparte et A. Berman trad., Paris, Gallimard, 1952, p. 19.]

312/ C’est que dans le cas du symptôme pathologique, l’oblitération du sens est l’effet d’un processus actif de défense contre cette signification. Si une femme montre tant de jalousie injustifiée à l’égard d’un mari qui l’aime, et si cette jalousie symbolise son propre désir de le tromper, c’est qu’elle se refuse à ce désir, c’est que ce désir comporte des significations affectives qu’elle rejette : amour pour son gendre, amour ambivalent qui recèle lui-même une jalousie et un attachement homosexuel à sa fille. Entre la jalousie morbide, comme conduite pathologique, et le sens affectif véritable qui l’anime et qu’elle cache sous des symbolismes presque méconnaissables, il y a donc [20] eu un processus qui a rejeté l’émoi affectif originaire dans l’inconscient : c’est le refoulement. L’inconscient dans la psychanalyse n’est donc pas exactement cette chose morte, ce sujet en troisième personne qu’a dénoncé Politzer, mais cet ensemble d’expériences qui ne prennent la figure personnelle de l’inconscient qu’en fonction des mécanismes personnels de défense. L’inconscient n’est ni antérieur ni extérieur au conscient : ils sont l’un par rapport à l’autre dans un statut de réciprocité que Freud a lui-même défini, lorsqu’il écrit dans la Métapsychologie : « La distinction entre les activités préconscientes et inconscientes n’est pas primaire ; elle ne s’établit qu’une fois que la défense est entrée en jeu »13. La maladie sera donc l’unité indissociable et [...] d’un émoi inconscient et des mécanismes par lesquels le sujet se protège en le refoulant dans l’inconscient.

  • 14 Id., Métapsychologie [op. cit., « Le refoulement », p. 69-70. Foucault cite librement cette traduc (...)

323/ Mais il faut faire un pas de plus et analyser l’élément refoulé. Pourquoi un désir est-il rejeté dans l’inconscient, pourquoi le sujet se défend-il contre un plaisir que lui promettent ses pulsions ? Sans doute parce que la pulsion provoquerait un déplaisir et que la conscience rejette dans l’inconscient l’excitation pénible, comme le corps rejette à l’extérieur ou fuit l’objet douloureux. L’inconscient serait cette forme relative d’extériorité où seraient rejetées les excitations internes douloureuses. Mais arrêtons-nous : comment une pulsion pourrait-elle être douloureuse, n’est-il pas contradictoire que la satisfaction d’un instinct [21] soit pénible ? Ceci n’est possible que sous la forme de la contradiction : « La satisfaction de la pulsion soumise au refoulement eut été possible, et elle eut provoqué du plaisir ; mais cette satisfaction eut été incompatible avec d’autres exigences, provoquant ainsi d’une part du plaisir et du déplaisir. »14 Est donc refoulé ce qui est contradictoire, ce qui emporte une « double postulation simultanée », ce qui implique deux satisfactions libidinales opposées. Et si le complexe d’Œdipe est le thème presque constant de tous les refoulements, c’est dans la mesure où la situation de l’enfant devant ses parents enveloppe deux contradictions majeures dans les sollicitations affectives : attachement actif « captatif » à l’égard de la mère et attachement passif et « oblatif » à l’égard du père ; ambivalence jalouse, toute mêlée d’érotisme et d’agressivité, à l’égard d’une mère désirée qui se refuse ou du moins se partage, et à l’égard d’un père dont la rivalité triomphante suscite la haine et le désir d’identification.

334/ Ce sont des contradictions de ce type qui provoquent la réaction affective de l’angoisse. Ce qu’on retrouve à travers toute la maladie – au long de son évolution depuis la contradiction pathogène initiale jusqu’à la prolifération des symptômes –, ce qu’on retrouve toujours aussi à un étage quelconque du psychisme du malade, soit écrasée sous le refoulement, soit sourdant dans la conscience et pénétrant dans les symboles, c’est l’angoisse. L’angoisse apparaît comme la désorganisation majeure de l’affectivité quand l’équilibre libidinal est rompu : angoisse de l’enfant qui découvre, par la morsure, que l’érotisme de l’absorption est chargé d’agressivité [22] destructrice, et, comme tel, punissable ; angoisse de l’enfant qui, par la perte précoce de la mère, se trouve privé de toute possibilité d’investissement objectal, et ne peut plus connaître de satisfaction que sur le mode fragmentaire, pulsionnel, et irréalisant de l’autoérotisme. L’analyse la révèle comme le dénominateur commun qui chez un sujet permet d’unir un symptôme présent et un symptôme passé, un symbole et le thème symbolisé : ainsi dans ses phobies où l’animal redouté éveille la même angoisse, l’angoisse elle-même qu’éveillait la crainte du père. Enfin elle constitue le noyau de toute pathologie : et même dans ces symptômes morbides qui comme l’hystérie excluent le sentiment manifeste de l’angoisse, le rôle du thérapeute est de découvrir ce traumatisme anxiogène qui a suscité la maladie, et la guérison s’annoncera par le reflux dans la conscience de l’angoisse cachée par les symptômes.

34Lien symbolique à des structures inconscientes, refoulement et mécanismes de défense, ambivalence contradictoire qui suscite l’angoisse, tels sont les caractères essentiels de la maladie mise en perspective par la psychanalyse ; tels sont les principaux moments de l’analyse théorique d’un symptôme, tels sont aussi les phases de l’action thérapeutique. On peut en effet schématiser la cure, comme nous venons d’esquisser la théorie : l’association libre, l’analyse des rêves et des actes manqués permet à travers la trame du symbolisme de saisir quelques-unes des forces inconscientes ; les rapports affectifs de l’analysé à l’analyste, le transfert sur ce [23] dernier des investissements libidinaux de l’enfance rendent possible la mise à jour des conflits cardinaux du sujet ; et finalement l’abréaction fait revivre au malade l’émoi anxieux qui à la fois, comme cause, comme effet, et comme expression de ce conflit, a provoqué la première rupture traumatique de l’équilibre libidinal.

35La maladie comme ensemble significatif des conduites est ainsi constituée dans une cohérence qui l’intègre au comportement d’ensemble et à l’histoire de la personne. Résumons les points que cette prise de vue sur la maladie nous a permis d’acquérir :

  1. La maladie ne doit pas être intégrée à la personne comme une virtualité interne déposée par l’évolution normale ; mais on doit l’y intégrer à la fois comme un événement traumatique qui fait partie de son histoire et comme un ensemble de réactions de défense qui fait partie de son évolution structurale. La maladie est rendue possible, non par une évolution interne, mais [par] la réaction à une contradiction externe. La compréhension de la maladie doit passer par l’analyse des rapports du malade avec son milieu.
  2. Ce qui, dans la maladie, relève des conduites archaïques n’est pas la résurrection des stades normaux intégrés dans l’évolution ; on ne revient à son passé que dans la mesure où il n’a pas été intégré, dans la mesure où il s’est trouvé anormalement fixé. Ce qui hante la maladie, et lui donne son contenu, ce n’est pas le passé normal, mais ce qui dans le passé ne s’est pas passé normalement. L’archaïque n’est pas l’essence, mais l’effet seulement du pathologique.
  3. [24] L’analyse du morbide ne relève plus d’une pathologie de la négation, mais d’une pathologie de la contradiction. L’évolutionnisme pur et simple définit le devenir normal par l’inhibition intégrative, et le processus pathologique par la désinhibition ; manière purement logique et abstraite de concevoir l’équilibre de la personne et le déséquilibre pathologique. Par la notion de mécanisme de défense, de conflit, d’ambivalence, c’est la contradiction réelle que la psychanalyse substitue à la négation logique dans le domaine de la psychopathologie. Les paradoxes de la conduite morbide ne peuvent plus s’expliquer par un jeu de disparition et de réapparition : ils ont pour contenu des forces en conflit. La compréhension de la maladie ne doit pas tenter de résorber la contradiction, mais au contraire de la mettre en valeur.
  4. Du même coup, nous retombons sur le problème du normal et du pathologique. L’évolutionnisme ne connaissait guère l’anormal que comme conséquence du pathologique. Il définissait comme pathologique toute régression par rapport au stade d’évolution d’un individu d’un âge donné et d’une espèce donnée ; cette régression découvrait des stades antérieurement normaux ; il n’y avait guère anomalie que dans l’opposition entre ces comportements archaïques et le stade d’évolution de l’individu qui les manifestait ; l’anormal n’existait que secondairement, à l’intersection du pathologique et du normal. Dans l’analyse significative de la maladie, c’est [le] traumatisme initial qui est anormal ; à cette situation répondent des mécanismes de défense [25] qui font partie des réactions normales de l’individu. Ces réactions peuvent cacher le traumatisme, ou céder au contraire sous la pression de l’angoisse. Dans tous les cas, s’il y a maladie, elle n’apparaîtra que comme résultat de cette situation et de ces réactions ; le pathologique se définira au point d’intersection du normal et de l’anormal.
  5. Finalement il faut dépasser les pathologies de l’évolution pour accéder aux pathologies de la genèse[,] c’est-à-dire ne plus chercher le sens de la maladie dans l’orientation évolutive, mais dans la signification des conduites. La personne malade ne trouve pas sa cohérence dans quelque structure ancienne, à la fois préétablie – c’est-à-dire rendue possible – par l’évolution, mais dépassée – c’est-à-dire rendue morbide par elle ; elle la trouve dans la solution qu’elle donne, ou du moins qu’elle cherche à ses conflits : ce sont ces conflits qui rendent la maladie possible ; c’est leur non-solution qui rend la conduite morbide.

36Voilà à peu près ce que nous voulions dire quand nous disions que la psychologie de la libido s’oppose à la psychologie du traumatisme : elles s’opposent comme une pathologie de la négation, du morbide, et de l’évolution, s’oppose à une pathologie de la contradiction, de l’anormal et de la genèse. Sans doute chez Freud et la plupart des psychanalystes ces deux formes de compréhension de la maladie sont-elles à ce point mêlées qu’elles forment un texte apparemment unique. Mais ce n’est pas restituer l’unité et la cohérence de la pensée freudienne qui était notre but ; mais seulement [26] dans la pathologie contemporaine de distinguer les modes d’approche de la maladie mentale. Il semble bien que deux modes non pas opposés, mais très différents de niveaux, se juxtaposent chez Freud : et que c’est le second qui restera toujours à sa gloire.

*

37Il est de tradition d’opposer la théorie freudienne et la pratique psychanalytique : la seconde seule serait valable ; la première serait le lieu de toutes les illusions, de tous les mythes, de toutes les contradictions de la méthode. Le problème n’est malheureusement pas si simple. Il nous semble que dans la psychanalyse, il y a au moins ces deux formes de compréhension de la maladie qui se définissent comme la perspective évolutionniste et la perspective génétique ; ce sont deux conceptions de la maladie qui s’affrontent, et deux manières de définir ses rapports avec la personne.

38On pourrait sans doute voir dans les spéculations de Freud sur les instances et sur les instincts un effort théorique pour dépasser l’opposition de ces deux points de vue, et diminuer la tension qu’elle suscitait dans son œuvre : l’idée d’une topique répartissant les forces du conflit entre le ça, le surmoi et le moi, l’idée d’une dynamique décrivant la situation pathologique comme une contradiction entre les instincts objectaux et narcissiques ou les instincts de vie et de mort, bref, tout cet [27] ensemble de la métapsychologie représente chez Freud la tentative pour raccorder une pathologie du traumatisme à une pathologie de la libido. Il s’agit, dans ce genre de spéculations, de donner aux éléments du conflit le sens des forces évolutives, et d’analyser une genèse psychologique, comme on décrirait une évolution biologique. Ce n’est pas dans ce sens que va l’apport de la psychanalyse à la compréhension de la maladie. Les successeurs de Freud l’ont bien senti, qui n’ont cessé de porter leur attention sur ce qu’ils appellent « l’analyse du moi ». Ils n’ont pas, certes, la prétention de rayer la notion d’inconscient de leur théorie ; mais ils évitent autant qu’il leur est possible de réduire la psychanalyse à une psychologie de la libido dont le devenir se ferait dans le style de l’évolution biologique ; ils cherchent au contraire à saisir la maladie au niveau des mécanismes de défense, c’est-à-dire au niveau des réactions de l’individu à la situation traumatique. Ainsi, dans la psychanalyse contemporaine, la typologie des maladies selon les formes régressives qu’elles revêtent a fait son temps ; elle est peu à peu remplacée par une typologie des conduites pathologiques selon les mécanismes de défense qu’elles exigent. Mme A[nna] Freud fait l’inventaire de ces mécanismes : le refoulement, la régression, la formation réactionnelle, l’isolation, l’annulation rétroactive, l’introjection, le retournement contre soi, la transformation en son contraire. Et chaque type de maladie pourra se définir par une forme déterminée de défense ; l’hystérie soustrait au conscient toutes les représentations sexuelles, rompant, par mesure [28] de protection, la continuité du psychisme (d’où l’inconscience et l’indifférence des hystériques), brisant aussi l’unité du corps pour en effacer tous les symboles et substituts de la sexualité (d’où les anesthésies ou les paralysies pithiatiques). Au contraire le névrosé obsessionnel se défend par « l’isolation » ; il sépare l’émoi conflictuel de son contexte : il lui donne des symboles et des expressions sans rapport apparent avec son contenu réel ; et les forces en conflit font surgir brusquement des conduites pulsionnelles et absurdes au milieu d’un comportement adapté. Délirant, à la fois persécuté et persécuteur, dénonçant dans le cœur des autres ses propres désirs et ses propres haines, aimant ce qu’il veut détruire, le paranoïaque se défend contre l’angoisse par la projection et le retournement en son contraire. C’est l’analyse de ces mécanismes qui tend désormais à donner son contenu à la compréhension psychanalytique de la maladie.

39Mais le problème n’est pas, pour autant, disparu ; et si l’affirmation que la maladie a un sens emporte avec elle le développement d’une psychologie de la genèse, ce sont les problèmes de cette genèse que rencontre désormais la réflexion psychanalytique.

  • 15 [Parmi les notes préparatoires de Maladie mentale et personnalité, il y a un feuillet isolé qui po (...)

40Si la maladie a un sens, et si elle se définit par un ensemble de réactions significatives et cohérentes, en quoi est-elle maladie ? Sera-t-elle maladie parce que réaction à un traumatisme ? Mais la sublimation, conduite normale et normative, [...]15

Note sur le texte

41Ce manuscrit autographe est conservé dans le fonds Michel Foucault, à la Bibliothèque nationale de France (BnF), sous le numéro d’inventaire NAF 28730, dans la boîte 46, dossier no 4. La boîte 46 est composée d’à peu près 400 feuillets recto verso, regroupés dans quatre dossiers rassemblant respectivement les manuscrits de la période de Lille (1952-1954) – les trois premiers dossiers – et un ensemble de manuscrits autographes assez hétérogènes du début des années 1950. Ces textes pourraient être soit des notes préparatoires de cours soit des esquisses préparatoires d’ouvrages.

  • 16 M. Foucault, Maladie mentale et personnalité, Paris, PUF (Initiation philosophique), 1954.
  • 17 Voir, en particulier, une série de fiches respectivement intitulées : « Maladie et personnalité ch (...)

42Le texte ici proposé se trouve à l’intérieur d’une chemise sans titre et il est précédé par trois manuscrits intitulés, respectivement, « L’angoisse chez Freud » (2 f.), « Maladie et personnalité chez Freud » (15 f.) et « Un exemple de psychanalyse : l’homme aux loups. La notion de milieu psychanalytique » (20 f.). Le texte est malheureusement fragmentaire et le dossier ne contient pas d’autres documents qui pourraient le compléter. La chemise qui suit dans la boîte 46 est intitulée « Essence phénoménologique et notion psychologique », il n’y est donc plus question de Freud. La forme du texte nous amène à faire l’hypothèse que ce manuscrit sur la psychanalyse est une esquisse préparatoire d’un chapitre d’ouvrage. Par son contenu, ce fragment pourrait constituer une partie du matériel utilisé par Foucault dans la rédaction de Maladie mentale et personnalité16, plus précisément des chapitres II (« La maladie et l’évolution ») et III (« La maladie et l’histoire individuelle ») de cet ouvrage. En effet, parmi les manuscrits et les tapuscrits préparatoires de cette étude de 1954 – conservés à la BnF (cote NAF 28083) – il y a de nombreuses fiches de lecture, ou peut-être notes de cours, qui contiennent les mêmes références bibliographiques et citations que celles présentes dans le manuscrit proposé ici17.

  • 18 Les titres de ce groupe de manuscrits autographes sont les suivants : « Psychologie et phénoménolo (...)
  • 19 Il s’agit de : « Introduction » [à propos de magie] (8 f.). Ce manuscrit a été retranscrit et publ (...)
  • 20 Par exemple : « conscience de soi », « désir », « négation », « certitude et vérité », « vie », «  (...)

43Dans le dossier qui comprend ce document se trouvent également des manuscrits qui semblent constituer le matériel sur lequel Foucault avait travaillé à l’époque de la rédaction de son cours de Lille sur « Phénoménologie et psychologie »18. L’on y trouve aussi un manuscrit sans titre sur la magie, lequel a été récemment identifié comme une leçon que Foucault aurait donnée à l’École normale supérieure sur des thèmes relevant de l’ethnologie19. Le dossier contient finalement une trentaine de feuillets qui portent sur la philosophie de Hegel et, en particulier, sur certaines des notions clés de la dialectique20.

Haut de page

Notes

1 [Ici, le manuscrit s’ouvre sur le passage suivant, entièrement biffé par Foucault : « Dans L’homme aux loups, Freud analyse un cas de névrose phobique. Autour de sa quatrième année, un enfant manifeste une angoisse très violente à toutes les images de loup, et singulièrement à propos d’une gravure représentant un loup dressé sur ses pattes de derrière. Or à la même époque l’enfant ». Dans les archives de Foucault, dans la même chemise contenant le manuscrit ici reproduit, il y a un document de 6 feuillets A4 recto verso intitulé : « Un exemple de psychanalyse : l’homme aux loups. La notion de milieu psychanalytique ».]

2 [Foucault n’indique aucune référence bibliographique. Il se réfère probablement soit à l’édition française de 1935 : « L’homme aux rats : une névrose obsessionnelle » (S. Freud, Cinq psychanalyses, M. Bonaparte et R. M. Loewenstein trad., Paris, Denoël et Steele, 1935), soit à celle de 1954 : « Remarques sur un cas de névrose obsessionnelle (l’Homme aux Rats) » (Id., Cinq psychanalyses, M. Bonaparte et R. M. Loewenstein trad., Paris, PUF, 1954), qu’il mentionne également dans Maladie mentale et personnalité.]

3 [Dans des notes préparatoires de Maladie mentale et personnalité (BnF, cote NAF 28083), Foucault écrit : « La régression pathologique, sous les formes fines qu’elle manifeste dans la névrose, n’est pas une libération de structures psychocorporelles, mais simplement une réapparition d’organisations affectives. L’analyse évolutionniste – exacte sans doute pour les déficits massifs – est un vêtement trop large pour les phénomènes névrotiques ; dans cette mesure elle ne saisit sans doute que l’effet structural du pathologique, et pas les mécanismes internes de son origine : l’orientation régressive n’est que le phénomène d’un sens plus profond. Quel sens caché révèle une régression infantile comme celle de L’homme aux rats ? Le sens d’un profit, d’abord. Si le malade s’obstine à vouloir rendre à une personne la somme qu’il doit à une autre, c’est que cette pseudo-restitution est pour lui plus facile que ne le serait la vraie, c’est que l’acquittement de sa dette présente des obstacles qu’il ne peut surmonter. S’il évoque des menaces infantiles comme punition de sa dette, c’est qu’il préfère ce châtiment à la conduite apparemment si simple de restitution. Bref, rendre l’argent, et le rendre à la jeune fille à laquelle il le doit, est pour lui une tâche impossible ; il invoque à son secours et le thème du père endetté, et la menace qui punit l’érotisme pour éviter cet acquittement qui lui coûte tant. La maladie n’est pas seulement une régression des conduites ; elle ne se constitue comme telle que dans la mesure où elle est conduite de régression. Elle n’est pas une chute naturelle hors du temps ; elle est une fuite intentionnelle dans le passé. Mais de quel secours sera le passé, et comment peut-il être un refuge contre le présent ? Il l’est de deux manières. D’une façon générale, les formes infantiles du comportement permettent mieux que tout autre cette labilité de la représentation, cette aptitude à la substitution, ces transformations du désir qui desserrent l’emprise du réel. Pensée magique, la pensée de l’enfant ne fait pas entre l’intention verbale et le mot, entre le mot et l’objet, les distinctions logiques qui seules donnent un sens au vrai, à l’objectif et au réel. Croyant que le nom est une dimension naturelle du nommé, l’enfant changera le mot pour changer la chose, et donnant à sa pensée la même consistance qu’aux choses, il se croira punissable ou justifié par ses seules intentions. Pour fuir le réel le névrosé se laissera glisser à ces formes mythiques d’action, qui visent à transformer les choses en métamorphosant les symboles : et de cette plasticité de la représentation dérive une aptitude remarquable à la satisfaction imaginaire. Il n’en faut pas plus pour expliquer l’infantilisme névrotique : il fournit au sujet un substitut de satisfaction, et un mode d’action symbolique. Le malade a tout à gagner à la régression. » Le manuscrit s’arrête ici.]

4 S. Freud, Ma vie et la psychanalyse, suivi de Psychanalyse et médecine, M. Bonaparte trad., Paris, Gallimard, 1949 [1928], p. 12. [Foucault cite librement cette traduction.]

5 Id., « Psychanalyse et médecine », dans Ma vie et la psychanalyse, op. cit., p. 169 et p. 223. [Foucault cite librement cette traduction.]

6 [À ce point du manuscrit, une partie commençant par « Chez le névrosé… » est marquée par un astérisque qui renvoie à la fin de la p. 14 (f. 7 verso), où il y a de nouveau un astérisque qui accompagne le début de phrase suivante : « Chez le névrosé… ». Apparemment, les feuillets ont été déplacés. Notre transcription reprend donc de la p. 11 (f. 6 recto). La suite de la p. 10 (f. 5 verso) semble se poursuivre à la p. 15 (f. 8 recto).]

7 Voir S. Freud, Trois essais sur la théorie de la sexualité, B. Reverchon-Jouve trad., Paris, Gallimard, 1945 [1923]. Id., Nouvelles conférences sur la psychanalyse, A. Berman trad., Paris, Gallimard, 1952 [1936]. Abraham [Foucault n’indique aucune référence bibliographique spécifique. Il se réfère probablement à l’ensemble de l’œuvre de Karl Abraham (1877-1925), dans laquelle l’étude des stades du développement de la sexualité infantile occupe une place centrale. À l’époque où Foucault rédige ses notes, seulement quelques articles de Karl Abraham avaient été traduits en français.] O. Fenichel, La théorie psychanalytique des névroses, M. Schlumberger, C. Pidoux, M. Cahen et M. Fain trad., Paris, PUF, 1953.

8 [S. Freud, Nouvelles conférences sur la psychanalyse, op. cit., IVe conférence : « L’angoisse et la vie instinctuelle », p. 135.]

9 [Id., « Psychanalyse et médecine », art. cité, p. 174. Foucault cite librement cette traduction.]

10 [Voir la note 6.]

11 Id., Totem et tabou : interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples primitifs, S. Jankélévitch trad., Paris, Payot, 1924, p. 31. [Foucault cite librement cette traduction.]

12 Id., Introduction à la psychanalyse, S. Jankélévitch trad., Paris, Payot, 1921, p. 367.

13 [Id., Métapsychologie, M. Bonaparte et A. Berman trad., Paris, Gallimard, 1952, p. 19.]

14 Id., Métapsychologie [op. cit., « Le refoulement », p. 69-70. Foucault cite librement cette traduction.]

15 [Parmi les notes préparatoires de Maladie mentale et personnalité, il y a un feuillet isolé qui pourrait être la suite et la conclusion de ce manuscrit. On y lit les lignes suivantes, rayées par Foucault : « […] est-elle aussi réponse de défense à un conflit traumatisant ? Il faut trouver soit dans l’ensemble des réactions de défense, soit dans le traumatisme originaire le moment pathologique… La maladie ne situe pas seulement, elle dit. Son origine n’est pas entièrement définie par sa date » (BnF, cote NAF 28083).]

16 M. Foucault, Maladie mentale et personnalité, Paris, PUF (Initiation philosophique), 1954.

17 Voir, en particulier, une série de fiches respectivement intitulées : « Maladie et personnalité chez Freud » ; « La dogmatique évolutionniste » ; « Les concepts significatifs de la nouvelle psychologie ».

18 Les titres de ce groupe de manuscrits autographes sont les suivants : « Psychologie et phénoménologie » (6 f.) ; « Les thèmes psychologiques de la phénoménologie de Husserl et de Merleau-Ponty » (6 f.) ; « Introduction générale » [sur psychologie et phénoménologie] (6 f.) ; « L’agressivité, l’angoisse et la magie » (6 f.) ; « Essence phénoménologique et notion psychologique » (32 f.).

19 Il s’agit de : « Introduction » [à propos de magie] (8 f.). Ce manuscrit a été retranscrit et publié par Jean-François Bert dans M. Foucault, « La magie – le fait social total », Zilsel, no 2, 2017, p. 305-326.

20 Par exemple : « conscience de soi », « désir », « négation », « certitude et vérité », « vie », « concept », etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Foucault et Elisabetta Basso, « Un manuscrit de Michel Foucault sur la psychanalyse », Astérion [En ligne], 21 | 2019, mis en ligne le 12 décembre 2019, consulté le 22 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/asterion/4410 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asterion.4410

Haut de page

Auteurs

Michel Foucault

Elisabetta Basso

ENS de Lyon, Triangle (UMR 5206) • Elisabetta Basso est docteure en philosophie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de l’université Ca’ Foscari de Venise. Ancienne boursière de la fondation Alexander von Humboldt, elle est actuellement chercheuse Marie Curie à l’ENS de Lyon et membre associé du CAPHÉS (UMS 3610, Paris). Elle a publié plusieurs articles sur Michel Foucault et sur l’histoire du mouvement phénoménologique en psychiatrie. Parmi ses publications : Foucault e la Daseinsanalyse (Milan, Mimesis, 2007), le volume collectif Foucault à Münsterlingen : à l’origine de l’Histoire de la folie, avec J.-F. Bert (Paris, EHESS, 2015) ; le numéro « Philosophie de la psychiatrie », avec M. Delbraccio (Revue de synthèse, vol. CXXXVII, no 1-2, 2016), le numéro « Archives des sciences : contribution à l’histoire de la psychiatrie », avec M. Delbraccio (Revue d’histoire des sciences, vol. LXX, no 2, 2017). Elle est membre du comité éditorial pour la publication des « Cours et travaux de Michel Foucault avant le Collège de France » (Seuil, EHESS, Gallimard), et membre du projet ANR « Foucault fiches de lecture » (ENS de Lyon).

Articles du même auteur

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search