Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures et discussions2020Diego E. Machuca et Stéphane Marc...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2020

Diego E. Machuca et Stéphane Marchand éd., Les raisons du doute : études sur le scepticisme antique

Paris, Classiques Garnier, 2019, 332 p., 39 €
Sylvia Giocanti
Référence(s) :

Diego E. Machuca et Stéphane Marchand éd., Les raisons du doute : études sur le scepticisme antique, Paris, Classiques Garnier, 2019, 332 p., 39 €

Texte intégral

1L’ouvrage est consacré à ce qui rassemble les différents courants du scepticisme antique (Pyrrhon mis à part) dans la production de « raisons de douter », tout en y intégrant d’autres sources (Platon, Protagoras, Épicure, Plutarque, Cicéron, Augustin) qui ont permis d’y accéder et d’entrer en débat avec le sens même du scepticisme.

2Mais, dès la préface, on comprend que les auteurs des articles ont pour point commun de prendre position en faveur de la rationalité du courant sceptique. Cette position interprétative est soutenable à condition de redéfinir – comme ils s’y emploient en effet – ce que l’on entend par « rationalité ». Si l’on demeure en effet prisonnier d’une conception de la rationalité fondée sur le respect de critères formels du raisonnement et sur l’affirmation de son autonomie, le scepticisme, à la différence des autres traditions philosophiques, ne peut être considéré comme viable, sur le plan théorique comme sur le plan pratique.

3Tel est principalement le défi de ce recueil d’articles : il s’agit de s’extraire d’une façon d’aborder le scepticisme antique qui en condamnerait d’emblée la pertinence, tout en inscrivant chaque étude dans le débat contemporain. Comme le souligne tout particulièrement Voula Tsouna, le spécialiste du scepticisme antique se heurte, sans qu’il en ait toujours conscience, à une difficulté : ne pas évaluer le scepticisme à partir des critères qui lui sont étrangers, telles l’adoption du formalisme logique et la justification de toute action à partir de valeurs préalablement posées comme sûres et dignes d’être crues.

4Et l’une des manières de manifester cet écart à l’égard des travaux actuels consiste à publier ces études en langue française. En effet, la grande majorité des publications dans ce domaine se fait actuellement en langue anglaise. Ceci implique le recours à des méthodes critiques philosophiques du monde anglo-saxon marquées d’une part par la tradition analytique, et d’autre part par un contexte culturel (considéré trop souvent de manière naïve comme universel) qui valorise la croyance comme étant au fondement de toute activité mentale requise pour l’insertion dans le monde.

5Pourtant, comme le fait remarquer judicieusement Christophe Grellard (p. 231-232), cette importance accordée à la croyance comme adhésion personnelle à des valeurs prend sens dans un contexte post-tridentin ou réformé impropre à l’étude de l’Antiquité. Cette construction historique, de surcroît, est valable uniquement dans certaines régions du monde occidental, à divers titres d’ailleurs, selon le rôle joué par la laïcité dans les systèmes éducatifs depuis le XIXe siècle.

6En ce sens, les déclarations préliminaires des deux directeurs de la publication (p. 18-19), selon lesquelles il s’agit de discuter avec le scepticisme, et non de vérifier la vérité d’une pensée, ni même d’en éprouver le sens, tel qu’il a pu se transformer jusqu’à aujourd’hui, pèchent par excès de modestie. Les études qui suivent abordent bien cette philosophie en prenant en compte les préoccupations contemporaines à son sujet, tout en veillant à ne pas être dupe des certitudes qu’elles véhiculent et qui pourraient empêcher de comprendre le scepticisme, tel qu’il était en son temps et pour son temps. L’ouvrage est dominé par cette double préoccupation historique et axiologique. L’une est articulée à l’autre, puisque ce qui pouvait avoir de la valeur à un moment donné peut ne plus avoir de valeur ni de sens à un autre, et en l’occurrence « pour nous », sachant que ce « nous » ne renvoie pas nécessairement à la même communauté d’expérience. Les neuf chapitres constitutifs du recueil sont répartis dans quatre parties : la rationalité de l’action sceptique, les problèmes que pose la défense des valeurs sceptiques, la question de la justice et de la religion dans l’Académie sceptique, les rapports entre scepticisme et empirisme. Mais ce qui les réunit est bien cette volonté d’inscrire chaque question dans le débat contemporain, sans s’y laisser engloutir.

7Les trois articles de Svavar Hrafn Svavarsson, de Diego Machuca et de Voula Tsouna visent à soustraire le scepticisme au double reproche d’irrationalité et de passivité selon lequel chacun pourrait agir d’une manière mécanique et irréfléchie indigne d’un homme. Dissociant la rationalité d’une détermination délibérée à agir, pour l’articuler à l’affectif et à l’effectivité, et à une flexibilité des concepts liée à leur usage, ils montrent la valeur pragmatique du scepticisme.

8Cette nouvelle approche de l’action ne vise pas tant à défendre le scepticisme, qu’à réviser, à partir du scepticisme, notre manière même d’envisager l’action humaine. Au lieu de supposer que cette dernière est toujours motivée par des raisons, elle se propose d’y réinjecter la part d’émotivité qu’elle comporte. Les dispositions liées au tempérament, à l’expérience personnelle de la vie, à l’éducation familiale, aux circonstances historiques et sociales, à la culture d’appartenance sont ainsi mises au cœur de l’activité humaine. Le scepticisme antique n’apparaît plus alors comme une position aberrante mais, selon la suggestion de Diego Machuca, comme consonnant avec le scepticisme moral contemporain de Richard Joyce ou David Copp, ainsi qu’avec les travaux de la psychologie ou de la sociologie contemporaine. Ces derniers conduisent à réviser à la baisse la part de rationalité dans les décisions de la vie ordinaire, et du même coup à réviser la définition de la rationalité. Ils intègrent dans le raisonnement, de manière pyrrhonienne, ce que nos représentations nous portent à suivre d’une manière appropriée, sans que ce soit sur la base d’une adhésion ferme. La conduite des hommes, selon eux, est en effet surtout guidée par une expérience des situations, par ce que les sceptiques antiques, comme les empiristes de l’école médicale d’ailleurs, appellent « les observations de la vie » (biotikos teresis).

9En ce sens, ces trois articles rejoignent certaines considérations de la partie IV du recueil (« Scepticisme, phénomène et empirisme ») : l’article de Stéphane Marchand, consacré au phénomène commun chez Énésidème, rappelle qu’il faut s’abstenir de penser que la passivité du phénomène (que l’on suit parce qu’il s’impose à nous) implique sa réduction au sensible. On peut suivre les phénomènes par communauté de lois, de coutumes, de rites, qui se manifestent aussi de manière théorique. Et cette conduite n’est pas incompatible avec une forme de rationalité, comprise comme cohérence comportementale, telle qu’elle s’organise à partir de faits d’expérience qui produisent des effets de manière constante. Ainsi, le scepticisme antique donne une légitimité à la rationalité qui sera mise en œuvre au XXe siècle dans les sciences sociales : celle qui s’exerce dans l’examen de variations intégrées aux structures communes de l’expérience.

10L’article de Lorenzo Perilli, qui clôt la partie IV du recueil, confirme que le scepticisme rompt avec l’approche de la rationalité philosophique et scientifique selon laquelle il doit y avoir un fondement ontologique des phénomènes et une orientation téléologique de ces derniers, afin d’autoriser une approche normative universelle du réel. Dans les sciences de la nature également, le scepticisme permet d’envisager que ce qui apparaît (non pas seulement de manière sensible, mais aussi et surtout de manière intellectuelle) épuise la réalité connaissable. L’article de Richard Bett, dans la partie II de l’ouvrage, qui s’interroge sur la viabilité du scepticisme aujourd’hui, prolonge cette réflexion sur la valeur épistémologique du scepticisme. Toutefois, ce recueil d’articles sollicite davantage l’épistémologie des sciences humaines et sociales, ou les théories morales – qui engagent une certaine conception de l’homme et de la rationalité pratique –, que les sciences de la nature.

11C’est la conception sceptique de l’homme agissant qui est sans cesse soumise à l’évaluation. Ainsi, Richard Bett, même s’il ne parvient pas à faire l’économie d’une référence à « une personne normale » pour évaluer les vertus éventuelles de l’éthique sceptique, tente d’examiner à nouveaux frais l’attitude sceptique. Sa contribution se traduit par une résistance remarquable à l’orientation dépréciative de bon nombre d’études déjà parues sur la vie guidée par les critères sceptiques, études qui ne consistent jamais à montrer en quoi le mode de vie sceptique pourrait être désirable et heureux, mais à montrer en quoi il ne peut pas l’être. Dans l’article qui le précède immédiatement, Casey Perin fait preuve d’une même détermination à examiner « pour nous » la valeur du détachement qui serait impliquée par l’attitude du sceptique antique. Mais, reposant sur la thèse de l’unité psychologique du « moi » comme un bien acquis, son propos voue le sceptique à l’impasse éthique. De ce point de vue, l’argument pourrait être confronté avec profit à la conception sceptique de l’individu chez Montaigne. Ce dernier, à l’aune du scepticisme ancien, et en rupture avec la tradition stoïcienne de l’autarcie et d’une maîtrise de soi fondée sur l’autonomie de la volonté, soutient que le moi, « fait de lopins », se constitue d’une manière « empruntée ». Il en résulte que l’individu est unifié selon des critères extrinsèques, par rapport auxquels, pour garder un esprit critique, il doit être capable d’introduire de la distance.

12C’est à ces critères extrinsèques qui régissent l’expérience phénoménale, telle qu’elle est conçue par Énésidème, que renvoie Stéphane Marchand (partie IV), lorsqu’il différencie le sens sceptique du sens dogmatique (épicurien ici) du commun. C’est également à ce critère extrinsèque que renvoie Christophe Grellard (partie III), lorsqu’il manifeste le sens social de la piété sceptique, tel qu’il le reconstitue à partir du discours de Cotta dans De la nature des dieux de Cicéron. La tradition sceptique de l’Académie converge ici avec celle du néo-pyrrhonisme de Sextus Empiricus. La piété peut être pensée à partir de pratiques rituelles codifiées par la tradition, dont le caractère public constitue la valeur, dans une différenciation, ici aussi, avec Épicure, qui pour sa part rompt le contrat social qui unit les hommes aux dieux. Christophe Grellard montre ainsi que la religion sociale du sceptique est tout à fait compatible avec une réserve dans l’adhésion. On retrouve alors une attitude que l’on pourrait qualifier de « détachée » (pour reprendre le terme utilisé par Casey Perin) dans la conception sceptique de l’action. Cette dernière, en effet, ne suppose pas un assentiment préalable (un consentement engageant des positions d’existence ou d’essence incompatibles avec l’epochè), mais seulement une approbation. Cette manière faible, car circonstanciée, d’adhérer est dépourvue d’hypocrisie. Elle n’engage pas pour autant « corps et âme » dans la défense d’une cause fondée sur la croyance, notamment en l’existence des dieux, thèse qui d’ailleurs bénéficie d’un certain degré de crédibilité.

13En ce qu’il n’est pas fondé sur des raisons de croire, le respect de la religion par le sceptique romain Cotta (porte-parole de l’Académie sceptique) peut être mis sur le même plan que la reconnaissance de l’existence d’une justice universelle par Carnéade, telle que l’analyse Thomas Benatouïl à partir du discours de Philus dans le livre III de la République de Cicéron. De la même manière, selon le sceptique néo-académicien Carnéade, l’existence d’une justice universelle ne peut être soutenue par des raisons de manière solide, ni se manifester dans la réalité sociale, qui est toujours particulière et dominée par la recherche de la réputation ou la peur du déshonneur. Le fait que la valeur de la justice soit susceptible d’être énoncée non en elle-même, mais selon des critères extrinsèques qui sont ceux de la communauté, rappelle l’importance du discours sceptique à divers titres : premièrement dans la critique de l’idéalisme philosophique ; deuxièmement dans la promotion d’une philosophie morale suffisamment humble pour accepter que le discours vrai n’ait pas d’autre prétention que d’observer et analyser attentivement les phénomènes sociaux.

14À ce titre, le recueil Les raisons du doute trouve son prolongement non seulement dans la critique sceptique d’un Montaigne ou d’un Pascal, mais aussi dans celle, dirigée contre la philosophie (et tout particulièrement la métaphysique), qui est à l’origine des sciences humaines et sociales. Ce en quoi il ne faut pas en réserver la lecture aux seuls spécialistes de philosophie antique, mais la recommander aux modernistes, et à toute personne intéressée par l’articulation entre la philosophie, sceptiquement conçue, et les sciences de l’homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvia Giocanti, « Diego E. Machuca et Stéphane Marchand éd., Les raisons du doute : études sur le scepticisme antique », Astérion [En ligne], Lectures et discussions, mis en ligne le 03 avril 2020, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/asterion/4616 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asterion.4616

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search