Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23DossierHobbes et Spinoza lecteurs de Tac...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Hobbes et Spinoza lecteurs de Tacite : histoire et politique

Hobbes and Spinoza as readers of Tacitus: history and politics
Marta Libertà De Bastiani

Résumés

Les tacitistes utilisent l’œuvre de l’historien pour en extraire des conseils aux gouvernants. Hobbes et Spinoza se servent au contraire des récits de Tacite comme matériaux pour constituer leur théorie des affects et expliquer le rôle que jouent ceux-ci dans la politique. Dans leur structure théorique, ils donnent aux exemples une fonction confirmative et une fonction anthropologique ; Spinoza leur donne en outre une fonction anticipatrice. La fonction confirmative a également pour rôle d’empêcher la théorie politique de se transformer en utopie.

Haut de page

Texte intégral

1Selon l’opinion commune des critiques, le rapport entre anthropologie et politique fait de Hobbes et Spinoza des théoriciens de la science politique, fondée sur la géométrie des affects, qui se distingue des arts de gouverner, fondés sur l’utilisation critique de l’histoire antique. Sans remettre en cause cette interprétation, nous entendons montrer ici que cette distinction est plus nuancée qu’il n’y paraît et que, pour les deux philosophes, l’histoire et les récits du passé continuent à exercer un rôle important dans la théorie politique, et ce dans une perspective particulière, qui est celle de leur lecture et de leur usage des écrits de l’historien romain Tacite. Après avoir décrit leur formation intellectuelle, ainsi que la structure du Discours sur le commencement de Tacite de Hobbes, puis celle du Traité théologico-politique et du Traité politique de Spinoza, nous analyserons l’usage particulier que ces deux philosophes font des écrits de Tacite, déterminant ainsi les analogies et les différences avec le tacitisme, un courant de la pensée moderne qui relève effectivement, lui, de l’art de gouverner. Ces différences tiennent essentiellement aux fonctions que les deux philosophes attribuent aux récits et citations qu’ils empruntent à l’auteur latin : fonction confirmative, anthropologique et parfois, chez Spinoza, anticipatrice. À partir de là, nous préciserons le rapport entre science politique, utopie et art de gouverner, en démontrant comment les narrations historiques déterminent la relation entre théorie et pratique de la politique. Cela nous permettra de conclure que l’histoire continue d’être une « maîtresse de vie » (magistra vitae), même chez Hobbes et Spinoza.

*

  • 1 Q. Skinner, Reason and Rhetoric in the Philosophy of Hobbes, Cambridge, Cambridge University Press (...)

2Tout d’abord, Hobbes et Spinoza reçoivent une éducation complètement différente. Hobbes, pour sa part, a une « formation d’humaniste complète »1. Il connaît parfaitement le grec, le latin et la pensée antique, comme le montrent ses traductions de Thucydide, d’Homère et d’Aristote. En revanche, Spinoza s’approprie la culture latine à un âge plus tardif, grâce à l’enseignement de Franciscus Van Den Enden. Sa connaissance de la culture antique (et notamment du grec) était donc plus limitée que celle de Hobbes.

  • 2 Le Discours sur Tacite fait partie d’une œuvre anonyme publiée en 1620, les Horae Subsecivae, dont (...)
  • 3 N. Dubos, Thomas Hobbes et l’histoire : système et récits à l’âge classique, Paris, Publications d (...)

3À cela s’ajoute la différence de structure des textes étudiés ici. Hobbes a écrit le Discours sur Tacite2 quand il était précepteur du fils aîné de William Cavendish. Il s’agit d’un commentaire du texte de l’historien romain, un exercice ayant pour but d’intégrer son pupille au cercle baconien3. Dans le Discours, Hobbes expose donc le texte de Tacite, et non pas sa pensée personnelle (du moins en théorie).

  • 4 Par « implicite », nous entendons les références sans mention du nom de l’auteur, dont le repérage (...)

4Si Spinoza n’écrit pas un commentaire de Tacite, du moins fait-il référence à celui-ci de façon soit explicite, soit implicite, surtout dans les deux traités politiques4. Dans ces textes, il a visiblement pour but d’exposer sa propre pensée, en l’accompagnant – et on verra dans quelle mesure – de la reprise de termes de Tacite.

5Enfin, ces textes se rapportent à des phases différentes de la production intellectuelle des deux auteurs. Le Discours sur Tacite appartient à la jeunesse de la pensée hobbesienne et il précède la découverte d’Euclide et le tournant philosophique de 1636. En ce qui concerne Spinoza, si le Traité théologico-politique (TTP) a été écrit avant une bonne partie de l’Éthique (notamment avant la formulation d’éléments importants pour la théorie des affects), il ne précède pas l’application de la méthode géométrique. Par ailleurs, le Traité politique (TP) est le dernier texte auquel Spinoza travaille et il représente donc un état mûr de sa pensée.

*

6Dès lors, on comprend pourquoi la lecture que Spinoza et Hobbes font de Tacite est, tout d’abord, sélective. Hobbes ne commente qu’une brève partie des Annales, le prologue de ce qui constitue proprement l’objet des Annales, prologue qui va de la fondation de Rome jusqu’à l’instauration du principat par Auguste. De son côté, Spinoza ne cite que des passages de l’historien, en fonction des besoins de sa démonstration. En second lieu, il s’agit d’une lecture politique. En particulier, ils considèrent Tacite comme un historien de la monarchie et du rôle de ce régime dans le contexte de la paix et des guerres civiles.

  • 5 N. Machiavel, Il principe; Scritti politici, L. Fiorentino éd., Milan, Mursia, 1969, p. 23. Nous t (...)
  • 6 J. H. Whitfield, « Livy > Tacitus », dans R. R. Bolgar éd., Classical Influences on European Cultu (...)
  • 7 J. Lipse, « Dédicace à Maximilien II », dans C. Cornelii Taciti Opera quae extant. Iustus Lipsius (...)
  • 8 Sur le tacitisme, la littérature secondaire est très vaste ; je n’en donne ici qu’une sélection. V (...)

7De ce point de vue, Hobbes et Spinoza s’inscrivent parfaitement dans le contexte culturel de leur période, qui voit l’émergence d’une vraie renaissance de Tacite, dont témoignent les nombreux commentaires et éditions de ses œuvres. Les commentaires servent un but précis : ils constituent des conseils et des avis adressés au souverain pour l’aider à maintenir son pouvoir et à bien gouverner. Les œuvres de Tacite sont donc interprétées comme des mines dont il faut extraire des conseils pratiques, utiles aux rois de l’époque moderne. Suivant Machiavel, selon lequel c’est « la longue expérience des choses modernes et la continuelle leçon des antiques »5 qui constituent le point de départ de la théorie politique, ils vont préférer Tacite, l’historien des guerres civiles et de la monarchie, à Tite-Live, l’historien de la République6. Chez Tacite, les théoriciens de la politique moderne trouvent la « similitudo temporum »7 (similitude des temps) qui permet son usage contemporain : les guerres civiles qui suivent la mort de Néron ou celles qui marquent la chute de la République constituent le miroir de la guerre civile anglaise ou des guerres de Religion qui enflammaient alors l’Europe ; la stratégie politique des empereurs détermine la conduite que le souverain devrait adopter – ou éviter. L’importance, le nombre et les analogies de ces commentaires, ou traités, ont motivé l’identification par les chercheurs d’un vrai courant de la pensée politique, le tacitisme. Les tacitistes, même quand ils exposent leur propre pensée, lient les citations de l’historien à des commentaires qui en expliquent l’application contemporaine ou les insèrent directement dans le développement de l’argumentation. De cette façon, ils font de Tacite une autorité politique incontournable8.

  • 9 Voir D. Kapust, « Tacitus and political thought », dans V. E. Pagán éd., A Companion to Tacitus, M (...)
  • 10 Les éditions des œuvres de Tacite que Spinoza possédait étaient celle de J. Lipse (C. Cornelii Tac (...)

8Hobbes et Spinoza savaient donc bien quel rôle Tacite jouait dans la tradition politique. En Angleterre, ce phénomène culturel se reflète dans un large éventail de genres littéraires, du commentaire/traité jusqu’aux pièces de théâtre9. Le Discours sur Tacite de Hobbes se situe donc dans ce contexte et il s’insère – aux niveaux structurel et thématique – dans le genre du commentaire. Par ailleurs, aux Pays-Bas, le courant tacitiste est d’autant mieux représenté qu’il a son centre à l’université de Leyde, où travaillent notamment Juste Lipse et Marcus Zuerius Boxhorn10.

9Cependant, si jusqu’ici Hobbes et Spinoza lisent Tacite comme le faisaient leurs contemporains (comme historien politique, en particulier des guerres civiles, de la monarchie et des techniques de gouvernement), l’usage qu’ils en font diffère considérablement.

  • 11 R. Tuck, « Hobbes and Tacitus », dans G. A. J. Rogers et T. Sorell éd., Hobbes and History, Londre (...)

10Chez Hobbes, tout d’abord, les événements concrets ont moins d’importance que les dynamiques politiques qui les dégagent. En outre, il réserve une attention particulière à la stratégie politique qu’Auguste met en place pour s’emparer du pouvoir11. En second lieu, l’explication des dynamiques devient l’occasion d’affirmer des vérités anthropologiques.

11Penchons-nous sur quelques exemples :

  • 12 T. Hobbes, I Tre Discorsi, dans D. Coli, Hobbes, Roma e Machiavelli nell’Inghilterra degli Stuart, (...)

La paix régnait à l’intérieur de l’État : les magistrats gardaient les titres anciens. Les jeunes étaient tous nés après la bataille d’Actium et même ceux de la génération précédente étaient nés pendant les guerres civiles : combien, parmi ceux qui avaient vu la République, étaient encore vivants ?
Commentaire : Après les violentes tempêtes des guerres civiles arrive maintenant le calme du gouvernement d’Auguste. […] Il n’y a jamais chez les hommes un fort désir pour les choses qu’ils n’ont jamais vues, mais seulement pour celles qu’ils possèdent. La nature des hommes est telle qu’ils font plus d’efforts pour récupérer un bien qu’ils ont eu dans le passé, que pour posséder un bien qu’ils n’ont jamais connu.12

  • 13 Ibid., p. 234-235.

Mais lorsque son âge avançait, qu’il était épuisé par les maladies, que sa fin approchait et que de nouveaux espoirs se dessinaient, rares étaient ceux qui discutaient des avantages de la liberté. D’autres, plus nombreux, craignaient la guerre, d’autres encore la désiraient, mais la plupart dénigraient de façon différente ceux qui allaient devenir leurs futurs princes.
Commentaire : Quand un prince s’approche de la fin de sa vie, les esprits des sujets s’enflamment de nouveaux espoirs et personne ne parle du présent, mais uniquement de ce que l’on attend. […] Au sujet de la liberté, ils n’avaient aucun espoir, mais ils en discutaient beaucoup quand même, car les hommes ont en général la faiblesse de prendre en considération leurs espoirs et de se tromper en discutant stérilement de leurs désirs : les choses agréables ont un grand effet sur l’imagination humaine.13

12Dans certains passages, le commentaire de Tacite devient presque accessoire ; Hobbes saisit l’occasion du commentaire pour parler des mécanismes affectifs et pour introduire des concepts qui deviendront très importants dans sa théorie, comme celui de l’honneur :

  • 14 Ibid., p. 237-238.

Cet homme [Tibère] avait été élevé dès son enfance dans la famille impériale et avait accumulé les fonctions du Consulat et les triomphes, lorsqu’il était encore un adolescent.
Commentaire : Ceci est un argument de plus en faveur de l’arrogance de Tibère qui est suggéré par son éducation. Parfois les honneurs ont un grand pouvoir de suggestion et ils aggravent les manières et la conduite, puisque les hommes normalement mesurent leur valeur plus sur le consentement qu’ils trouvent dans le monde que sur l’évaluation de leur conscience […]. L’honneur peut confirmer dans les hommes la tendance pour laquelle ils ont reçu des honneurs et cette tendance peut être aussi bien mauvaise que vertueuse.14

  • 15 R. Tuck souligne que dans le Discours Hobbes se focalise sur des questions qui reviendront dans sa (...)
  • 16 Voir aussi T. Hobbes, I Tre Discorsi, dans D. Coli, Hobbes, Roma e Machiavelli…, op. cit., p. 210.
  • 17 Soulignons que l’exemple historique continue à remplir cette fonction dans les écrits ultérieurs d (...)
  • 18 Par « préceptes », nous entendons les passages où Hobbes prend explicitement la parole en qualité (...)

13Dès lors, deux éléments distinguent le texte hobbesien du traditionnel commentaire de Tacite. En premier lieu, le commentaire s’écarte à tel point du texte original que la citation devient presque un expédient pour dégager sa propre pensée15. La citation sert ici à confirmer – au niveau pratique – ce que la théorie a déjà établi16 ; la citation a donc une fonction confirmative17. En outre, les enseignements qu’on peut extraire de l’histoire ne sont jamais, ou du moins rarement, monnayés sous la forme de préceptes18. La faible importance de la « règle pratique » est motivée précisément par les constantes anthropologiques que l’on peut remarquer dans les histoires : si la nature humaine est toujours la même, la science politique, plutôt que de bien conseiller le souverain, devra exposer les causes et les conséquences des affects antisociaux. À la fonction confirmative, on peut donc associer une fonction anthropologique.

14Spinoza suit le même chemin : les termes de Tacite ne constituent pas une source de préceptes et certainement pas une garantie d’autorité. Ils ont, par contre, les deux fonctions que l’on a rencontrées chez Hobbes. La fonction confirmative, qui permet de relier la pratique et la théorie, par analogie ou différence, apparaît de façon évidente au chapitre XVII du TTP, dans lequel Spinoza précise que, quoique le pouvoir du souverain soit absolu, on n’est jamais parvenu au fait que « l’État n’ait pas couru plus de danger du fait de citoyens, même privés de leurs droits, que des ennemis », et c’est à ce propos qu’il cite Tacite :

  • 19 B. Spinoza, Traité théologico-politique, F. Akkerman éd., J. Lagrée et P.-F. Moreau éd. et trad., (...)

Deux simples soldats prirent sur eux de transférer le pouvoir du peuple romain et ils le transférèrent (suscepere duo manipulares populi romani transferendum, et transtulerunt). Tacite I Hist.19

15et ensuite :

  • 20 Ibid., p. 541-543.

Témoin la République des Romains, toujours victorieuse de ses ennemis et tant de fois vaincue et misérablement abattue par ses citoyens, en particulier lors de la guerre civile de Vespasien contre Vitellius : que l’on lise sur ce sujet Tacite, au début du livre IV des Histoires où il dépeint l’aspect si misérable de la ville.20

16Dans le même chapitre, Spinoza souligne l’une des stratégies que le gouvernement monarchique utilise pour s’assurer le maintien du pouvoir : la divinisation du souverain.

  • 21 Ibid., p. 543.

Ainsi Auguste persuada-t-il les Romains que son origine remontait à Énée, qu’on croyait fils de Vénus et du nombre des dieux : il voulut être honoré par des temples, des images religieuses, par l’intermédiaire des flamines et des prêtres (Tacite, Annales, livre I).21

  • 22 B. Spinoza, Traité politique, O. Proietti éd., C. Ramond éd. et trad., Paris, PUF, 2005, p. 175.
  • 23 Cette fonction est mentionnée par P.-F. Moreau, « Spinoza romancier », Philosophie magazine, hors- (...)

17Chez Spinoza également, l’exemple historique sert à confirmer ce que la théorie avait déjà établi et, en même temps, à éviter qu’elle ne soit trop éloignée de la pratique : s’il est vrai que les citoyens sont normalement plus dangereux que les ennemis extérieurs, puisqu’ils conservent toujours une partie de leurs droits, il est néanmoins possible qu’ils obéissent spontanément, c’est-à-dire sans contraintes extérieures, et d’autant plus s’ils croient que celui qui gouverne leur est supérieur, et non égal. Inversement, l’exemple historique apparaît alors que Spinoza remarque que la théorie du pouvoir absolu esquissée au chapitre précédent « demeurera, dans bien de cas, purement théorique ». Dès lors, Spinoza utilise les écrits de Tacite avec une fonction confirmative. À ce propos, notons que la première citation se trouve également dans le TP (VII, 14), mais cette fois avec un sens différent, car il s’agit de démontrer que « pour les rois le plus grand péril vient toujours de ceux qui leur sont le plus proches »22. De ce fait, l’usage de citations et d’exemples semble orienté par l’auteur ; ils sont donc susceptibles d’être employés dans des contextes différenciés. Par conséquent, on remarque une extension de la fonction anticipatrice des récits23 aux citations qui se basent sur les récits : la citation, comme le récit, ne se limite pas à confirmer ou à illustrer la théorie, mais elle produit parfois des avancées sur la théorie elle-même, suscitant dans l’esprit du lecteur les différents arguments qu’elle pourrait étayer.

18En second lieu, la lecture de Tacite fournit des éléments pour décrire les dynamiques politiques universelles à l’intérieur d’un État, lesquelles découlent de la théorie des affects. Chez Spinoza, la fonction anthropologique est présente, bien qu’elle soit moins évidente que chez Hobbes.

19Les passages cités du chapitre XVII illustrent notamment le lien entre admiration, pouvoir et obéissance. En outre, dans le même chapitre, Spinoza cite également Quinte-Curce, en se livrant à une lecture comparée, ce qui indique clairement qu’il n’est pas question ici des événements narrés en tant que tels, mais plutôt du fait qu’ils représentent les mêmes dynamiques affectivo-politiques. On en trouve d’autres exemples dans le TP :

  • 24 Tacite, Histoires, II, 82.
  • 25 Ibid., I, 49.
  • 26 Salluste, La guerre de Jugurtha, VI, 1.
  • 27 Tacite, Histoires, I, 23 et I, 36.
  • 28 Ibid., I, 36.

Un roi en effet ne peut à lui seul contenir tous les citoyens par la crainte ; mais sa puissance, comme nous l’avons dit, repose sur le nombre des soldats, et principalement sur leur vertu et sur leur loyauté – qui toujours, parmi les hommes, restent constantes aussi longtemps qu’ils sont liés par un besoin mutuel, honorable ou honteux. De là vient que les rois encouragent les militaires plus souvent qu’ils les contraignent (incitare saepius milites quam cœrcere)24, et ont coutume d’être plus discrets sur leurs vices que sur leurs vertus (et magis eorum vitia quam virtutes dissimulare)25; et la plupart du temps, pour opprimer les meilleurs, ils recherchent des fainéants et des débauchés (inertes et luxu perditos)26, les distinguent, leur accordent argent et faveurs, leur serrent les mains, les embrassent (pecunia aut gratia iuvare, prehensare manus, jacere oscula)27, et pour dominer multiplient les marques de servilité (omnia servilia pro dominatione agere)28. (TP, VII, 12)

  • 29 Salluste, La conjuration de Catilina, IX, 5-7.
  • 30 C. Wirszubski, « Spinoza’s debt to Tacitus », Scripta Hierosolymitana, vol. II, 1955, p. 176-186. (...)

20Ici, les termes de Tacite – et ceux de Salluste29 – décrivent un mécanisme politique dont l’évolution trouve ses racines dans la théorie des affects : les soldats, comme tous les hommes, restent ensemble tant qu’ils partagent un besoin et, en général, se disposent plus facilement à l’obéissance quand ils pensent en obtenir un bénéfice. C’est pour cette raison que Spinoza juge opportun de ne pas recruter des mercenaires auxquels le besoin et, par conséquent, la loyauté font défaut aussitôt que le paiement de la solde cesse. D’ailleurs, n’importe quel homme – dans certaines conditions – « pour dominer multiplie[ra] les marques de servilité », car les dynamiques passionnelles ne sont pas socialement restreintes. En outre, Spinoza fait deux fois allusion aux Annales II, 36 pour décrire le lien entre la durée de la fonction politique et le sentiment d’arrogance (superbia) (TP, VIII, 21 et VII, 27) et une fois aux Annales I, 2, passage dans lequel il motive la préférence accordée à la « sécurité des choses anciennes » par rapport aux « dangers de la nouveauté » (TP, VII, 17 et X, 2). Enfin, Chaïm Wirszubski a remarqué la façon dont Spinoza, dans certains cas, met au présent les verbes qui, chez Tacite, étaient au passé, et il suggère que cela indique que « les affirmations de l’historien concernant des événements particuliers ont été transformées par le philosophe en affirmations de vérité générale »30.

21Ainsi, Hobbes et Spinoza utilisent les récits de Tacite en leur conférant une fonction confirmative et anthropologique. Toutefois, ils font parfois un usage opposé de la leçon tacitéenne.

*

22En effet, considérant Tacite comme un historien de la monarchie, des guerres civiles et des arts du gouvernement, Hobbes et Spinoza divergent quant à l’appréciation politique de ses récits.

23Hobbes semble défendre la portée pacificatrice du projet monarchique d’Auguste et la monarchie en général :

  • 31 T. Hobbes, I Tre Discorsi, dans D. Coli, Hobbes, Roma e Machiavelli…, op. cit., p. 233.

Après les violentes tempêtes des guerres civiles arrive maintenant le calme du gouvernement d’Auguste.31

  • 32 Ibid., p. 216.

Commentaire : […] quand le pouvoir est celui d’un seul et que ses intentions dépendent uniquement de sa volonté, il est très probable qu’il les réalise. Ceux avec lesquels on partage le pouvoir sont très rarement contents que toutes les dispositions, ou même une seule, avantagent l’autre, car tous tendent constamment à leur propre intérêt.32

24Au contraire, Spinoza démystifie le caractère idéologique d’une telle affirmation :

  • 33 Tacite, Histoires, I, 1.
  • 34 Ibid., IV, 17.
  • 35 B. Spinoza, Traité politique, op. cit., p. 143.

L’expérience cependant semble bien enseigner qu’il est dans l’intérêt de la paix et de la concorde que tout le pouvoir revienne à un seul (pacis, et concordiae interesse, ut omnis potestas ad unum conferatur)33. […] s’il faut appeler paix l’esclavage, la barbarie et le désert, il n’est rien pour les hommes de plus misérable que la paix (Sed si servitium, barbaries et solitudo pax appellanda sit, nihil hominibus pace miserius)34 […]. Transférer le pouvoir à un seul homme, c’est donc servir l’intérêt non pas de la paix mais de l’esclavage (Servitutis igitur, non pacis, interest, omnem potestatem ad unum transferre).35

25Il nie, par ailleurs, son opportunité en vue du maintien de la stabilité étatique, comme on l’a vu auparavant avec la citation de Tacite dans TP, VII, 14.

26Toutefois, Hobbes porte un jugement négatif sur le peuple romain et loue la stratégie politique d’Auguste. Sachant que les masses ne souhaitent que la tranquillité et haïssent plus les manifestations extérieures que la substance du pouvoir, l’empereur Auguste forme, au début, un régime monarchique caché, et Hobbes l’en félicite :

  • 36 T. Hobbes, I Tre Discorsi, dans D. Coli, Hobbes, Roma e Machiavelli…, op. cit., p. 212.

Il savait que le peuple ne se rebellait pas du fait d’un pouvoir extraordinaire, mais du fait des titres arrogants qui auraient pu l’inciter à évaluer ce pouvoir et la perte de sa liberté. […] Les masses sont charmées plus par les apparences du pouvoir que par sa substance. Néanmoins, ayant obtenu ce qu’il désirait le plus, il jugea utile de leur donner quelque satisfaction avec les mots.36

27Cependant, selon Spinoza, la dissimulation et l’usage des « secrets du pouvoir » (arcana imperii) atteignent rarement le but visé, et notamment la formation d’un État bien établi. Même s’il est vrai que les masses se soulèvent plus pour l’apparence que pour la réalité du pouvoir, rien ne peut les empêcher de spéculer et de murmurer malicieusement :

  • 37 Tacite, Histoires, I, 32.
  • 38 Id., Annales, II, 36 ; Histoires, I, 1.
  • 39 B. Spinoza, Traité politique, op. cit., p. 187.

Enfin, il n’est pas étonnant que la plèbe n’ait ni vérité ni jugement (plebi nulla veritas, neque judicium sit)37, puisque les principales affaires de l’État sont traitées à son insu, et qu’elle ne se forge un avis qu’à partir du peu qu’il est impossible de lui dissimuler. […] Tous sont arrogants dans la maîtrise, tous sont terribles sans crainte, et partout la vérité est mise en pièces par ceux qu’elle fâche ou met en danger (superbiunt omnes dominatione: terrent, nisi paveant, et ubique veritas plerumque infringitur ab infensis, vel obnoxiis38).39

  • 40 Tacite, Annales, I, 81.
  • 41 B. Spinoza, Traité politique, op. cit., p. 189.

J’avoue d’ailleurs que les projets d’un tel État pourront difficilement être tenus secrets. Mais aussi, chacun le reconnaîtra avec moi, il vaut bien mieux laisser accessibles aux ennemis les projets honnêtes d’un État que de tenir cachées aux citoyens les machinations honteuses des tyrans (prava tyrannorum arcana). […] Personne ne peut nier que le silence ne soit souvent utile à l’État, mais personne ne prouvera jamais que sans lui ce même État ne puisse subsister. […] Ceux qui convoitent la souveraineté absolue reprennent il est vrai toujours la même antienne : qu’il est de l’intérêt supérieur de la Cité de traiter ses affaires en secret, et d’autres propos du même genre, qui conduisent à une servitude d’autant plus cruelle qu’ils se couvrent d’une apparente utilité (quanto magis utilitatis imagine teguntur, tanto ad infensius servitium erumpunt40).41

  • 42 Un tel constat appelle une réflexion, que nous ne pouvons entamer ici, sur le caractère partisan d (...)
  • 43 En réalité, c’est Tacite lui-même qui rend possible cette double lecture, car sa position politiqu (...)

28Pour conclure, Hobbes et Spinoza lisent de façon parfois opposée les textes de l’historien romain42. Là où Hobbes met l’accent sur la fragilité des institutions républicaines, sur l’incapacité des Romains à se gouverner par eux-mêmes et, conséquemment, sur la nécessité d’un gouvernement centralisé, Spinoza, au contraire, évoque les effets restrictifs de la monarchie sur la liberté personnelle et l’inefficacité des arts du gouvernement afin de limiter les forces centrifuges au sein de l’État43.

29Quoique Hobbes et Spinoza évaluent différemment les récits de l’histoire latine, ils les utilisent quand même. Il convient donc à présent de se demander quelle valeur peut avoir l’histoire concrète d’un peuple à l’intérieur de deux systèmes qui se construisent à partir de l’analyse géométrique, déductive et a priori de la réalité politique.

*

  • 44 Le constat de Nicolas Dubos peut également être appliqué à Spinoza : « Alors qu’il revenait à l’hi (...)
  • 45 Sur Hobbes, voir K. Schuhmann, « Hobbes’ concept of history », dans G. A. J. Rogers et T. Sorell é (...)

30La politique, pour être reconnue comme une science, doit se fonder sur l’analyse des passions en termes de mécanismes et de mouvements ; elle semble donc exclure tout recours aux événements particuliers tels que l’histoire d’un peuple, notamment. Toutefois, la question se pose, tout au moins parce que Hobbes comme Spinoza44 utilisent des histoires et des personnages historiques concrets dans leurs textes. Cette problématique a été longuement débattue et continue aujourd’hui à susciter l’intérêt des spécialistes. Il est évident qu’on ne pourra pas revenir sur toutes les questions et les positions inhérentes à ce débat45. Je me limiterai donc à poser deux questions : 1) quel est le sens accordé à l’exemplification historique dans la science politique ? En d’autres termes, est-elle un artifice purement rhétorique ou a-t-elle une valeur épistémique ? Dans le second cas, 2) en quel sens peut-on dire que l’histoire est maîtresse de vie (magistra vitae) ? Ce que nous aimerions suggérer ici, c’est qu’à partir de l’usage que Spinoza et Hobbes font de Tacite, on peut extraire des indices importants pour répondre à ces questions.

31En ce sens, les deux fonctions évoquées plus haut constituent également deux rôles que les histoires et les récits remplissent dans le système. Les histoires ont d’abord pour fonction de rendre évidentes et appréciables certaines caractéristiques de la nature humaine : elles en mettent en scène les traits constitutifs. Ensuite, s’il est vrai que le statut de la science politique empêche de partir de l’histoire pour conceptualiser les mécanismes déclencheurs des affects sociaux, car cela équivaudrait à l’adoption d’une méthode empirique-inductive, cela n’empêche pas les récits d’avoir une fonction de connexion avec la réalité. Ceux-ci restent donc un outil important, car ils constituent un double rempart contre deux autres discours sur la politique : si l’art de gouverner universalise des éléments particuliers en les transformant en normes de conduite, dont les dynamiques objectives n’ont pas été comprises, l’utopie de son côté emploie un modèle d’analyse doté de cohérence interne, mais qui ne réussit pas à rendre compte de l’homme tel qu’il est.

  • 46 En ce sens, il faudrait analyser l’influence exercée sur Hobbes et Spinoza par la notion d’histoir (...)
  • 47 N. Dubos, Thomas Hobbes et l’histoire, op. cit., p. 86-96.

32Pour en venir à notre seconde question, l’histoire peut donc garder – dans une certaine mesure – son rôle de magistra vitae, pourvu qu’elle soit conçue comme une collecte de données, sans nuance performative46. Après le Discours sur Tacite, Hobbes va en effet préférer Thucydide à l’historien romain, dont le caractère injonctif, pense-t-il, influence son lecteur avec trop d’évidence47. Hobbes ne nie donc pas que l’histoire est magistra vitae. Ce qu’il refuse, c’est précisément l’explicitation de tout jugement qui, n’étant pas dérivé d’une théorie objective des dynamiques affectives, est forcément subjectif.

  • 48 B. Spinoza, Traité théologico-politique, op. cit., p. 281.
  • 49 Id., Trattato teologico-politico, P. Totaro éd., Naples, Bibliopolis, 2007, note 14, p. 587.

33De façon semblable, Spinoza, au chapitre VII du TTP, nous informe que « pour interpréter l’Écriture, il est nécessaire de mener systématiquement et en toute probité une enquête historique à son sujet »48 et cette méthodologie est définie en analogie avec l’historia naturalis (l’histoire de la nature) des sciences49. Ainsi, par « histoire » nous n’entendons rien d’autre ici que le rassemblement des données qui permettent de comprendre un texte à partir de son contexte, exactement comme on observe et on catalogue les phénomènes dans la science naturelle. En conclusion, il me semble que selon Hobbes et Spinoza l’histoire ne garde son rôle de magistra vitae que 1) lorsque l’ensemble des faits bruts est analysé et recomposé à l’intérieur d’une théorie qui explique leurs rapports immuables et 2) quand elle n’est pas conçue comme élément de départ de la théorie, mais comme banc d’essai de cette théorie.

34Finalement, ces deux valeurs correspondent tout à fait aux usages de Tacite et aux valeurs des récits : dire que les faits bruts doivent être compris grâce à une théorie universelle équivaut à dire que l’histoire met en scène certains traits de la théorie des affects. Par ailleurs, affirmer que l’histoire ne doit pas être conçue comme point de départ mais comme banc d’essai de la théorie revient à dire que les histoires ont une valeur de confirmation entre théorie et pratique de la politique, limitant la possibilité qu’elle se transforme en utopie.

Haut de page

Notes

1 Q. Skinner, Reason and Rhetoric in the Philosophy of Hobbes, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 215-249.

2 Le Discours sur Tacite fait partie d’une œuvre anonyme publiée en 1620, les Horae Subsecivae, dont la paternité a été l’objet d’un long débat et dont seuls trois essais sont actuellement reconnus comme hobbesiens : le Discours sur le commencement de Tacite, le Discours sur Rome et le Discours sur les lois. Voir W. A. Saxonhouse, « Hobbes and the Horae Subsecivae », Polity, vol. XIII, no 4, 1981, p. 541-567, et N. B. Reynolds et W. A. Saxonhouse, « Hobbes and the Horae Subsecivae », dans T. Hobbes, Three Discourses: A Critical Modern Edition of Newly Identified Work of the Young Hobbes, N. B. Reynolds et A. V. Saxonhouse éd., Chicago, The University of Chicago Press, 1995, p. 3-25.

3 N. Dubos, Thomas Hobbes et l’histoire : système et récits à l’âge classique, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 37.

4 Par « implicite », nous entendons les références sans mention du nom de l’auteur, dont le repérage est dû à J. H. Leopold, que nous suivons dans cet article.

5 N. Machiavel, Il principe; Scritti politici, L. Fiorentino éd., Milan, Mursia, 1969, p. 23. Nous traduisons.

6 J. H. Whitfield, « Livy > Tacitus », dans R. R. Bolgar éd., Classical Influences on European Culture A. D. 1500-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 1976, p. 281-293.

7 J. Lipse, « Dédicace à Maximilien II », dans C. Cornelii Taciti Opera quae extant. Iustus Lipsius postremum recensuit. Additi Commentarii aucti emendatique ab ultima manu. Accessit C. Velleius Paterculus cum eiusdem Lipsi auctoribus notis, Antverpiae, ex officina Plantiniana apud Ioannem Moretum, 1607. Voir également J. H. Waszink, « Introduction », dans J. Lipse, Politica: Six Books of Politics or Political Instruction, J. H. Waszink éd., Assen, Royal Van Gorcum, 2004, p. 95.

8 Sur le tacitisme, la littérature secondaire est très vaste ; je n’en donne ici qu’une sélection. Voir G. Toffanin, Machiavelli e il «Tacitismo», Padoue, A. Draghi, 1921, auquel on doit le terme « tacitisme ». Pour une étude générale, voir K. C. Schellhase, Tacitus in Renaissance Political Thought, Chicago, Londres, The University of Chicago Press, 1976 et A. Merle et A. Oïffer-Bomsel éd., Tacite et le tacitisme en Europe à l’époque moderne, Paris, Honoré Champion, 2017. Voir également E. Burke, « Tacitism, scepticism, and reason of state », dans J. H. Burns et M. Goldie éd., The Cambridge History of Political Thought, 1450-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 477-498 ; M. Morford, « Tacitean Prudentia and the Doctrines of Justus Lipsius », dans T. J. Luce et A. J. Woodman éd., Tacitus and the Tacitean Tradition, Princeton, Princeton University Press, 1993, p. 129-151 ; et A. Gadja, « Tacitus and political thought in early modern Europe c. 1530-c. 1640 », dans A. J. Woodman éd., The Cambridge Companion to Tacitus, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 253-268. Sur des aires géographiques plus restreintes telles que l’Espagne, voir E. Tierno Galván, « El tacitismo en las doctrinas políticas del siglo de oro español », Anales de la Universidad de Murcia, 1947-1948, 4e trimestre, p. 954-975 ; P. Badillo O’Farrell et M. A. Pastor Pérez éd., Tácito y tacitismo en España, Barcelone, Anthropos, Fundación Studia Humanitatis, 2013. Enfin, sur le tacitisme néerlandais, voir J. H. Waszink, « Lipsius and Grotius: Tacitism », History of European Ideas, vol. XXXIX, no 2, 2013, p. 151-168 et Id., « Your Tacitism or mine? Modern and early-modern conceptions of Tacitus and Tacitism », History of European Ideas, vol. XXXVI, no 4, 2010, p. 375-385.

9 Voir D. Kapust, « Tacitus and political thought », dans V. E. Pagán éd., A Companion to Tacitus, Malden, Oxford, Wiley-Blackwell, 2012, p. 504-528 ; N. Dubos, Thomas Hobbes et l’histoire, op. cit., p. 44-55 et « A Discourse upon the Beginning of Tacitus : Cavendish, Hobbes et le tacitisme anglais », dans A. Merle et A. Oïffer-Bomsel éd., Tacite et le tacitisme en Europe…, op. cit., p. 313-333.

10 Les éditions des œuvres de Tacite que Spinoza possédait étaient celle de J. Lipse (C. Cornelii Taciti Opera quae extant…, op. cit.) et, probablement, celle de M. Z. Boxhorn (C. Corn. Tacitus et in eum M. Z. Boxhornii Observationes, Amstelodami, Ex Officina Iansoniana, 1643). Spinoza possédait aussi le De arcanis rerum publicarum d’Arnoldus Clapmarius, l’un des textes les plus importants de ce genre de littérature.

11 R. Tuck, « Hobbes and Tacitus », dans G. A. J. Rogers et T. Sorell éd., Hobbes and History, Londres, New York, Routledge, 2000, p. 98-110.

12 T. Hobbes, I Tre Discorsi, dans D. Coli, Hobbes, Roma e Machiavelli nell’Inghilterra degli Stuart, Florence, Le Lettere, 2009, p. 232-233 (nous traduisons).

13 Ibid., p. 234-235.

14 Ibid., p. 237-238.

15 R. Tuck souligne que dans le Discours Hobbes se focalise sur des questions qui reviendront dans sa pensée politique de la maturité, notamment la théorie de la gloire et de l’honneur (R. Tuck, « Hobbes and Tacitus », art. cité). R. Tuck relève ici un fait important, mais nous n’irions pas jusqu’à affirmer que « le commentaire de Hobbes est essentiellement sa propre description de la chute d’une république et de l’ascension d’un prince » (« Hobbes’s commentary is essentially his own account of the fall of a republic and the rise of a successful prince », p. 102).

16 Voir aussi T. Hobbes, I Tre Discorsi, dans D. Coli, Hobbes, Roma e Machiavelli…, op. cit., p. 210.

17 Soulignons que l’exemple historique continue à remplir cette fonction dans les écrits ultérieurs de Hobbes (voir note 45 du présent article). J’emprunte le terme « confirmative » à O. Tourneux, « L’histoire et la science politique : les exemples antiques chez Thomas Hobbes », communication donnée au séminaire du laboratoire junior REPHAM, le 18 mai 2016, à l’ENS Lyon.

18 Par « préceptes », nous entendons les passages où Hobbes prend explicitement la parole en qualité de commentateur, pour suggérer l’interprétation correcte du récit : « Il est donc évident que c’est une faute très dangereuse de confier les armes pour nous défendre à un homme qui peut les utiliser pour son intérêt personnel » (T. Hobbes, I Tre Discorsi, dans D. Coli, Hobbes, Roma e Machiavelli…, op. cit., p. 22 ; voir aussi p. 217, 219, 220, 223, 227 et 229).

19 B. Spinoza, Traité théologico-politique, F. Akkerman éd., J. Lagrée et P.-F. Moreau éd. et trad., Paris, PUF, 1999, p. 688-689 (adnotatio de Spinoza p. 537).

20 Ibid., p. 541-543.

21 Ibid., p. 543.

22 B. Spinoza, Traité politique, O. Proietti éd., C. Ramond éd. et trad., Paris, PUF, 2005, p. 175.

23 Cette fonction est mentionnée par P.-F. Moreau, « Spinoza romancier », Philosophie magazine, hors-série no 29, 2016, p. 60-62.

24 Tacite, Histoires, II, 82.

25 Ibid., I, 49.

26 Salluste, La guerre de Jugurtha, VI, 1.

27 Tacite, Histoires, I, 23 et I, 36.

28 Ibid., I, 36.

29 Salluste, La conjuration de Catilina, IX, 5-7.

30 C. Wirszubski, « Spinoza’s debt to Tacitus », Scripta Hierosolymitana, vol. II, 1955, p. 176-186. « The historian’s statements of particular events were transformed by the philosopher into statements of general truths » (p. 186).

31 T. Hobbes, I Tre Discorsi, dans D. Coli, Hobbes, Roma e Machiavelli…, op. cit., p. 233.

32 Ibid., p. 216.

33 Tacite, Histoires, I, 1.

34 Ibid., IV, 17.

35 B. Spinoza, Traité politique, op. cit., p. 143.

36 T. Hobbes, I Tre Discorsi, dans D. Coli, Hobbes, Roma e Machiavelli…, op. cit., p. 212.

37 Tacite, Histoires, I, 32.

38 Id., Annales, II, 36 ; Histoires, I, 1.

39 B. Spinoza, Traité politique, op. cit., p. 187.

40 Tacite, Annales, I, 81.

41 B. Spinoza, Traité politique, op. cit., p. 189.

42 Un tel constat appelle une réflexion, que nous ne pouvons entamer ici, sur le caractère partisan des citations. Celles-ci ne se prêtent pas seulement à des usages dans des contextes différents, mais elles peuvent aussi être utilisées pour défendre des positions politiques opposées.

43 En réalité, c’est Tacite lui-même qui rend possible cette double lecture, car sa position politique reste indéfinie.

44 Le constat de Nicolas Dubos peut également être appliqué à Spinoza : « Alors qu’il revenait à l’histoire de fournir les principes empiriques de normes pratiquement “applicables”, dans le contexte humaniste d’une philosophie traditionnelle qui ne proposait pour normes éthico-politiques que des préceptes inaccessibles à la nature humaine, la philosophie nouvelle en accord avec l’homme tel qu’il est – et ce grâce à l’enquête anthropologique – n’aurait plus aucun besoin d’histoire » (N. Dubos, Thomas Hobbes et l’histoire, op. cit., p. 201). Sur la notion d’histoire chez Hobbes et Spinoza, voir également G. Boss, « L’histoire de Hobbes à Spinoza », dans D. Bostrenghi éd., Hobbes e Spinoza, scienza e politica, Naples, Bibliopolis, 1992, p. 455-495, qui reconnaît justement l’opacité de la conception hobbesienne de l’histoire. Toutefois, nous ne le suivons pas quand il affirme que chez Spinoza les récits n’ont qu’une valeur contextuelle et temporelle (p. 473), niant ainsi leur valeur anthropologique.

45 Sur Hobbes, voir K. Schuhmann, « Hobbes’ concept of history », dans G. A. J. Rogers et T. Sorell éd., Hobbes and History, op. cit., p. 3-23, qui nie le recours à l’histoire à partir de la « découverte d’Euclide ». D’avis contraire sont E. Marquer, « Histoire et philosophie : Hobbes et la pensée de la crise », dans J. Saada éd., Hobbes, Spinoza ou les politiques de la Parole, Lyon, ENS Éditions, 2009, p. 35-48, en particulier p. 45-48 ; N. Dubos, Thomas Hobbes et l’histoire, op. cit. ; O. Tourneux, art. cité, et D. Baumgold, « When Hobbes needed history », dans G. A. J. Rogers et T. Sorell éd., Hobbes and History, op. cit. Quant à Spinoza, la question est encore plus complexe si l’on considère que le concept d’histoire est stratifié. En outre, l’étude de ce concept devrait prendre en compte l’épistémologie spinozienne et, en particulier, le domaine de l’expérience et les mécanismes de la mémoire. Sur ce point, voir P.-F. Moreau, Spinoza : l’expérience et l’éternité, Paris, PUF, 1994, et Id., « Fortune et théorie de l’histoire », dans E. Curley et P.-F. Moreau éd., Spinoza: Issues and Directions, Leyde, Brill, p. 298-305, ainsi que P. Totaro, Instrumenta mentis: contributi al lessico filosofico di Spinoza, Florence, Olschki, 2009. Concernant la notion spinozienne d’histoire en relation avec l’histoire antique, voir A. Stilianou, « Spinoza et l’histoire antique », Studia Spinozana, no 12, 1996, p. 121-137 et Id., « Spinoza et le temps historique », Les Études philosophiques, no 2, 1997, p. 191-200. Les significations multiples de la notion d’« histoire » sont abordées également par T. Hippler, « L’éthique de l’historien spinoziste. Histoire et raison chez Spinoza », Astérion, no 10, 2012. En ligne : [http://asterion.revues.org/2307] (consulté le 19/11/2016). Le rapport entre Hobbes, Spinoza et le tacitisme relativement à l’histoire sacrée est abordé par I. Untea, « La raison religieuse d’État : Hobbes, Spinoza et le tacitisme », dans A. Merle et A. Oïffer-Bomsel éd., Tacite et le tacitisme en Europe…, op. cit., p. 297-311.

46 En ce sens, il faudrait analyser l’influence exercée sur Hobbes et Spinoza par la notion d’histoire de Francis Bacon, telle qu’elle se présente dans le De dignitate et augmentis scientiarum et dans le Of Seditions and Troubles. Ces textes constituent une source commune à Hobbes et Spinoza : le premier avait été chargé de la traduction des Essays de Bacon et le second possédait ces Essays ainsi que des parties du De dignitate, et il fait explicitement référence à Bacon en discutant la notion d’historiola mentis dans la lettre 37.

47 N. Dubos, Thomas Hobbes et l’histoire, op. cit., p. 86-96.

48 B. Spinoza, Traité théologico-politique, op. cit., p. 281.

49 Id., Trattato teologico-politico, P. Totaro éd., Naples, Bibliopolis, 2007, note 14, p. 587.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marta Libertà De Bastiani, « Hobbes et Spinoza lecteurs de Tacite : histoire et politique », Astérion [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/asterion/5267 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asterion.5267

Haut de page

Auteur

Marta Libertà De Bastiani

Université Roma Tre • Marta Libertà De Bastiani a soutenu, sous la direction de Roberto Finelli, Francesco Toto et Pierre-François Moreau (université Roma Tre et ENS de Lyon), une thèse intitulée Spinoza et les historiens latins : l’usage des histoires, citations et exemples dans la philosophie politique spinozienne. Elle s’intéresse à l’histoire de la philosophie et à la politique de l’âge classique, en particulier à la pensée politique de Spinoza. Elle collabore actuellement au cours d’histoire de la philosophie à l’université Roma Tre. Elle est membre du comité scientifique de la Societas Spinozana, société italienne pour les études spinozistes, et des comités de rédaction des revues de philosophie Consecutio rerum (Rome) et In Circolo (Milan). Parmi ses dernières publications : « A social perspective on Desire: the problem of the common good », In Circolo, no 10, 2020 et « La politica come téchne: storia antica e pragmatismo politico nel Tacitismo e in Botero », Consecutio rerum, vol. III, no 6, 2019, p. 77-99.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search