Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23VariaHistoricisme et lutte de classes ...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Historicisme et lutte de classes chez José Carlos Mariátegui

Historicism and class struggle in the works of José Carlos Mariátegui
Jean-Ganesh Leblanc

Résumés

L’œuvre du Péruvien José Carlos Mariátegui place au cœur de ses analyses les catégories de praxis et de lutte des classes. Pour ce faire, il intègre de manière originale un marxisme de tradition historiciste. Cet article revient dans un premier temps sur les questions qui traversent ce courant, pour ensuite opérer une revue de la réception du terme historicisme dans les textes de Mariátegui. Dans un troisième temps, il propose de relire sa proposition stratégique révolutionnaire à l’aune d’une mobilisation des catégories de tradition, de mythe et d’histoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 N. Poulantzas, Pouvoir politique et classes sociales. I, Paris, Maspero, 1972, p. 35.
  • 2 S. Wolikow, « Aux origines de la galaxie communiste : l’Internationale », dans M. Dreyfus, B. Grop (...)
  • 3 Mariátegui a notamment voyagé en Europe entre 1919 et 1923, période pendant laquelle il lit L’Ordi (...)
  • 4 En France on peut citer M. Löwy, « L’indigénisme marxiste de José Carlos Mariátegui », Actuel Marx(...)

1Dans son ouvrage Pouvoir politique et classes sociales, Nicos Poulantzas évoque une « surpolitisation de caractère volontariste » du « gauchisme théorique »1 des années 1920. Il désigne par là les Karl Korsch, Antonio Gramsci et autres György Lukács, figures de l’historicisme dans le marxisme. Cette surpolitisation serait, selon lui, le pendant de l’économisme de la même période. Ainsi, N. Poulantzas rassemble deux des grands courants qui traversent les débats marxistes des années 1920 en une seule caractérisation générale. Cette affirmation a le mérite de nous obliger à repenser certaines évidences contemporaines. Notamment l’opposition entre orthodoxie et hétérodoxies dans la « galaxie » communiste2, quand elle recouvre les oppositions entre l’émergence de ce qui deviendra le stalinisme et la multiplicité des marxismes qui s’expriment également durant cette période. Par ailleurs, la périodisation de N. Poulantzas est éclairante par son point aveugle : elle ne prend pas en compte l’émergence d’une quantité considérable de voix non occidentales dans la décennie, qui s’inscrivent pourtant dans l’histoire du marxisme, et dans les épineux rapports entre histoire et politique, économie et histoire, stratégie et tactique. Or le début du XXe siècle voit éclore, aux quatre coins du monde extra-occidental, des productions qui problématisent ces rapports au regard de la situation particulière dans laquelle leurs auteurs se trouvent. Souvent comparé à Gramsci, le Péruvien José Carlos Mariátegui (1894-1930) joue ainsi en Amérique latine un rôle très important dans la pensée marxiste, et propose un ensemble analytique profondément original où se trouvent articulés marxisme et pensée stratégique de la conjoncture. Contemporain des auteurs cités plus haut3, son œuvre est cependant beaucoup moins reconnue en Europe, malgré quelques publications importantes4.

  • 5 Voir H. Tarcus, « Para un programa de estudios sobre los marxismos latinoamericanos », Memoria. Re (...)
  • 6 « De même que l’histoire de l’Église n’est pas identique à l’histoire du christianisme et ne la co (...)

2Plutôt que de prétendre intégrer Mariátegui à un courant du marxisme dont les idéaux-types européens auraient délimité les contours, il s’agira ici de proposer une analyse de la réception de l’historicisme5, et de sa réarticulation originale dans le cadre d’une œuvre pensée comme intervention stratégique. Dans ce sens, nous nous inscrivons dans la lignée de José Aricó, qui déclinait les marxismes au pluriel, et notamment les marxismes latino-américains6.

3Dans un premier temps, nous proposons une définition de l’historicisme qui l’intègre à l’histoire des marxismes, pour ensuite montrer comment Mariátegui y opère une sélection active, qui s’exprime dans l’usage du mythe comme axe stratégique.

Définition de l’objet

  • 7 K. Popper, Misère de l’historicisme, H. Rousseau trad., Paris, Plon, 1956, p. 15.
  • 8 J. Ladrière, « Karl Popper, Misère de l’historicisme », Revue philosophique de Louvain, vol. LVIII (...)
  • 9 M. Löwy, As aventuras de Karl Marx contra o Barão de Münchhausen, São Paulo, Cortez, 2000, p. 66.
  • 10 A. Reynolds, « What is historicism? », International Studies in the Philosophy of Science, vol. XI (...)
  • 11 P. de Lara, « Historicisme », dans G. Labica et G. Bensussan éd., Dictionnaire critique du marxism (...)

4Il est presque d’usage de commencer tout texte portant sur l’historicisme par un effort de définition, tant le mot semble problématique. Depuis Misère de l’historicisme (1944) de Karl Popper, la confusion porte sur ce que recouvre exactement le concept. Chez Popper, l’historicisme est une théorie « touchant toutes les sciences sociales, qui fait de la prédiction historique leur principal but, et qui enseigne que ce but peut être atteint si l’on découvre les “rythmes” ou les patterns, les “lois” ou les “tendances générales” qui sous-tendent les développements historiques »7. Critiquée dès la publication du livre, cette définition dérive de l’effort de Popper pour montrer que « les méthodes des sciences de la nature et de la société sont “fondamentalement les mêmes” »8. Son usage du concept entre cependant en contradiction avec l’acception commune, qui le fait plutôt remonter aux travaux de Giambattista Vico ou de Johann Gottfried von Herder, qui s’opposent notamment à l’idée des Lumières d’une rationalité anhistorique et universelle9. Une véritable école historiciste apparaît en Allemagne, avec des figures centrales comme Leopold von Ranke ou Friedrich Meinecke, et différemment en Italie dans la lignée d’Antonio Labriola et Benedetto Croce10. Posée en relation avec le marxisme, la question de l’historicisme est à la fois un problème et une tradition11. Un problème parce qu’elle interroge la relation entre l’historicité des formes sociales et l’apparition de concepts en leur sein, c’est-à-dire le degré de détermination historique des théories qui prétendent faire sens d’une formation sociale à un moment donné (ce qui s’oppose aux courants qui prétendent faire du marxisme une science à l’image des sciences naturelles). Une tradition également, parce que des œuvres marxistes d’importance capitale s’en sont revendiquées ouvertement.

  • 12 Loc. cit.
  • 13 Loc. cit.

5Les controverses sur l’historicisme dans le marxisme ont sans doute connu leur apogée avec les écrits de Louis Althusser et son anti-historicisme, et ne doivent pas nous occuper ici. Elles ne nous concernent que dans la mesure où un effort de définition supérieur a été apporté, et qu’il importe pour notre objet de faire ce détour méthodologique. Philippe de Lara décrit trois manières de comprendre la question de la détermination historique des concepts ou de l’objet d’une connaissance donnée12. D’abord avec l’idée que « la validité d’une théorie est historiquement limitée » (elle trouve ses limites avec le passage d’une réalité sociale à l’autre), ce qui nous mène à un certain relativisme méthodologique excluant toute validité anhistorique. Dans un second sens, aucun concept de science sociale n’est autonome par rapport à son contexte d’émergence, et il doit donc y être rapporté, c’est-à-dire étudié en regard avec le processus historique réel dans lequel il naît. Enfin, on trouve l’idée que « la théorie, en tant qu’historicisme, est elle-même un élément de l’histoire réelle, qu’elle y participe directement »13. Cette dernière caractéristique fait intervenir les catégories de politique et d’histoire conjointement, sans les séparer : la politique est une des composantes du processus de l’histoire réelle, la théorie se trouvant perpétuellement dans une position de création paradoxale, dans la mesure où elle n’est création qu’en fonction de limites – tant scientifiques que méthodologiques – qui sont par définition historiques.

  • 14 Ibid., p. 543.
  • 15 L. Salamini, « Gramsci and Marxist sociology of knowledge: an analysis of hegemony–ideology–knowle (...)

6La question qui se pose à nous est donc celle du rapport entre le processus historique général, les forces sociales qui le composent et les individus qui se meuvent en son sein. Ramené à une dimension empirique, l’historicisme devient description : « Le moment venu, qui n’est autre que le moment présent, le fait brut vient à coïncider avec son concept le plus achevé et ce concept peut apparaître. »14 La théorie est dans ce cas l’expression directe d’une réalité historique concrète, la traduction de rapports sociaux dans le monde des idées. Cette acception laisse peu de marge à la dimension d’autonomie relative de la théorie et des intellectuels, et elle peut alors se décliner en un sociologisme et un économisme. Une telle interprétation ouvre la voie à une vision linéaire de l’histoire – longtemps dominante dans le marxisme – où la succession des modes de production obéit à des lois historiques qui s’affranchissent de la politique. En d’autres mots, l’histoire-économie détermine complètement l’éclosion de théories en son cours, tout comme l’éclosion des classes ou couches sociales qui les portent, et les devenirs – tant de la théorie que de la politique – se trouvent relégués à un plan secondaire (comme superstructure, reflet de mouvements plus profonds). Cette vision va caractériser la lecture dominante de la IIe Internationale, qu’Anton Pannekoek qualifiait de « radicalisme passif ». Ce que N. Poulantzas appelle le « gauchisme théorique » des années 1920 (les thèses du jeune Lukács, de Korsch, de Gramsci, auxquels on peut ajouter Mariátegui) est aussi une réaction à cette dernière lecture. Mettant au cœur de l’analyse la lutte des classes comme instance fondamentale, et s’inscrivant ainsi dans la continuité de l’œuvre tardive de Lénine, il s’oppose au néo-kantisme positiviste de la IIe Internationale, et s’opposera par la suite au matérialisme historique soviétique. Nous reprenons donc à notre compte la formule de Leonardo Salamini, pour qui « à l’origine de ces divisions historiques majeures se trouve la question de savoir si la politique est un simple reflet de procès infrastructurels en cours ou si elle a un rôle indépendant à jouer dans la création d’une société socialiste »15.

7Une fois cernés les contours de l’historicisme dans le marxisme, soulignons que l’accent mis sur la lutte des classes est directement fonction de la centralité de la catégorie de praxis. Dans les mots de Néstor Kohan :

  • 16 N. Kohan, Marx en su (Tercer) Mundo: hacia un socialismo no colonizado, Buenos Aires, Editorial Bi (...)

Si la matière est le résultat objectivé, cristallisé et coagulé d’une praxis antérieure (avec toutes les conséquences que cela implique dans l’analyse, par exemple, du capital comme travail vivant cristallisé, passé et devenu objectivé) et non une « réalité en soi à la marge de l’humain », tout ce qui existe est donc résultat ou est modelé par l’action transformatrice des humains.16

  • 17 Par exemple de la VIthèse : « Mais l’essence de l’homme n’est pas une abstraction inhérente à l’ (...)

8L’historicisme radical est ici exprimé par la négation de toute extériorité à l’histoire, cette dernière étant entendue comme pratique humaine. On perçoit l’écho assourdissant des Thèses sur Feuerbach17.

  • 18 Domination effective après l’éviction de Boukharine lors du 10e plénum de l’Internationale communi (...)

9La Grande Guerre et la révolution bolchevique apparaissent à ce titre comme un moment de bascule. Ouvrant une période d’agitation et de transformations sans précédent, elles bouleversent le tandem orthodoxie/hétérodoxie au sein du marxisme. Le parlementarisme social-démocrate, terni par sa participation aux gouvernements « bourgeois » (tant dans la guerre que dans la répression des mouvements révolutionnaires, par exemple en Allemagne), voit son hégémonie s’effriter à mesure que croît la révolution en Russie. Précisément, les textes de la première partie des années 1920 restent attachés à une critique du positivisme attentiste de la IIe Internationale et des partis qui l’ont composée, tout en prenant part aux débats stratégiques qui traversent la « galaxie communiste » (on pense notamment aux objections aux thèses soutenues par Lénine dans La maladie infantile du communisme, le gauchisme). Précisément, les textes de la première partie des années 1920 restent attachés à une critique du positivisme attentiste de la IIe Internationale et des partis qui l’ont composée. Leur qualification en tant qu’hétérodoxes ne peut cependant être opérante qu’en regard d’une orthodoxie, or celle à laquelle ils s’opposent dans ces textes n’est pas celle à laquelle ils sont rapportés aujourd’hui. L’expérience révolutionnaire russe ouvre le champ des possibles politiques, et la théorie produite « à chaud » fait la part belle à la stratégie, à la lutte politique (et militaire), à l’autonomie relative de la politique vis-à-vis de l’économie. Cette fenêtre ne se referme qu’à la toute fin de la décennie, quand se dénouent les luttes de pouvoir au sein du Parti communiste d’Union soviétique avec l’affirmation de la domination de Staline18. Une nouvelle orthodoxie, le stalinisme, peut alors apparaître comme la référence, le point de passage obligé de toute théorisation marxiste hétérodoxe. Pour autant, dans les textes des années 1920 dont il est question ici, la critique n’est pas adressée au stalinisme ! Elle est largement dirigée contre le positivisme de la IIe Internationale, et contre d’autres tendances qui n’ont pas, alors, le statut d’orthodoxie dans le marxisme.

  • 19 D. Bensaïd, La politique comme art stratégique, Paris, Syllepse, 2011, p. 44.
  • 20 A. Tosel, Le marxisme du 20e siècle, Paris, Syllepse, 2009, p. 29.
  • 21 D. Bensaïd, La politique comme art stratégique, op. cit., p. 40.

10Si le stalinisme et les écrits historicistes des années 1920 partagent un rejet de l’attentisme d’avant-guerre, leur « volontarisme » politique emprunte rapidement des chemins très différents. En effet, l’orthodoxie de la IIe Internationale repose sur un modèle positiviste téléologique, que le stalinisme modifie en lui intégrant une vision où le parti d’avant-garde remplace le mouvement social19, où il ne fait plus qu’un avec la classe. André Tosel identifie cette continuité paradoxale dans l’« économisme, la croyance en des lois de l’histoire, le culte de l’organisation, la perspective utopique de l’extinction de l’État et des classes ». Il lui adjoint un « volontarisme forcené »20, où toute décision du parti est justifiée par l’identification classe/parti. Pour Daniel Bensaïd, cet « ouvriérisme vulgaire réduit la politique au social »21, dans la mesure où elle réduit la conflictualité aux figures du prolétaire et du patron, quand la lutte de classes dépasse ces seuls acteurs. À l’opposé, on retrouve la centralité de la praxis et de l’étude des possibilités de l’action politique. Ici, tant Gramsci que Mariátegui trouvent leur place dans le panthéon des grands hétérodoxes. Le cœur de cette opposition tient justement à leur vision de l’histoire. Alors que la nouvelle orthodoxie fait peu à peu ressurgir une lecture linéaire du développement historique, l’accent mis sur la praxis et la conflictualité fait intervenir une pluralité, qui est fonction des déterminations locales de chaque théâtre stratégique ou tactique.

11Étudier l’historicisme dans le(s) marxisme(s) suppose donc une triple focale : c’est d’une part se concentrer sur ce que tel ou tel auteur entend par le concept d’historicisme lorsqu’il l’utilise ; c’est aussi statuer sur la nature et le rôle de l’histoire qu’il définit ; enfin, c’est appliquer un cadre d’analyse critique qui adopte lui-même ouvertement une certaine perspective par rapport à son objet.

Mariátegui et l’historicisme

12Le mot apparaît dans un certain nombre d’articles de Mariátegui, sans que sa signification soit fixe. Ainsi, son utilisation peut être liée à l’évolutionnisme, tant de la bourgeoisie que de la IIe Internationale. Dans El alma matinal, il écrit :

  • 22 J. C. Mariátegui, « Dos concepciones de la vida », dans Id., El alma matinal y otras estaciones de (...)

La philosophie évolutionniste, historiciste, rationaliste, unissait dans la période précédant la guerre, par-delà les frontières politiques et sociales, les deux classes antagoniques. Le bien-être matériel, la puissance physique des villes avaient engendré un respect superstitieux pour l’idée de Progrès. L’humanité semblait avoir trouvé une voie définitive. Conservateurs et révolutionnaires acceptaient dans la pratique les conséquences de la thèse évolutionniste. Les uns et les autres coïncidaient dans la même adhésion à l’idée de Progrès et la même aversion pour la violence.22

13De quel historicisme est-il question ici ? C’est avant tout un des éléments de la conscience de soi d’un Occident en proie à une profonde crise identitaire. La fin de la Première Guerre mondiale sonne le glas, selon Mariátegui, du rayonnement incontesté de la rationalité universaliste européenne, en même temps qu’elle constitue l’étincelle d’une série de mouvements qui secouent l’hégémonie militaire et coloniale de l’Europe (des mouvements indépendantistes aux révolutions socialistes). En effet, lors de son séjour en Europe (1919-1923), Mariátegui a été témoin de la crise révolutionnaire des années de l’immédiat après-guerre, et de la profonde crise intellectuelle et culturelle que traversent les grandes puissances occidentales. On trouve ainsi, dans un cours qu’il donne dans le cadre de l’Universidad Popular González Prada, ce diagnostic englobant :

  • 23 Id., « La crisis mundial y el proletariado peruano », dans Id., Historia de la crisis mundial, Lim (...)

C’est, de plus, et surtout, une crise idéologique. Les philosophies affirmatives, positivistes, de la société bourgeoise sont, depuis longtemps, minées par un courant de scepticisme, de relativisme. Le rationalisme, l’historicisme, le positivisme déclinent irrémédiablement. C’est, sans aucun doute, l’aspect le plus profond, le symptôme le plus grave de la crise. C’est l’indice le plus précis et profond que ce qui est en crise n’est pas seulement l’économie de la société bourgeoise, mais que c’est la crise de toute la civilisation capitaliste, la civilisation occidentale, la civilisation européenne.23

  • 24 Id., « Pasadismo y futurismo », dans Id., Peruanicemos al Perú, Lima, Amauta, 1986, p. 33 (notre t (...)

14L’historicisme est une des formes de la conscience bourgeoise, de la philosophie idéaliste. Dans un article de 1924 intitulé « Pasadismo y futurismo », il écrit : « On appelle historicisme un courant notoire de la philosophie de l’histoire […] »24.

  • 25 J. Aurell, Tendencias historiográficas del siglo XX, Santiago du Chili, Globo, 2008, p. 27 (notre (...)

15Ainsi, l’historicisme comme courant de pensée occidental se trouve en décadence, comme le reste des éléments qui forment la conscience bourgeoise. En ce sens, Mariátegui s’inscrit dans une vision commune de l’historicisme : pour l’historien Jaume Aurell, le terme d’historicisme s’est implanté de manière péjorative au début du XXe siècle. Cependant, J. Aurell note un changement dans la période qui suit la Première Guerre mondiale, quand « l’historicisme se convertit d’une histoire métaphysique à une épistémologie historique. L’histoire est une projection de la pensée et des intérêts présents du passé »25. Le passage qui suit immédiatement la phrase de Mariátegui fait clairement apparaître une acception double du terme :

  • 26 J. C. Mariátegui, « Pasadismo y futurismo », dans Id., Peruanicemos al Perú, op. cit., p. 33 (notr (...)

On appelle historicisme un courant notoire de la philosophie de l’histoire. Et si par historicisme on comprend l’aptitude pour l’étude historique, il n’y a pas ici [au Pérou] et il n’y a pas eu d’historicisme. La capacité à comprendre le passé est solidaire de la capacité à sentir le présent et à s’inquiéter pour l’avenir. L’homme moderne n’est pas seulement celui qui a le plus avancé dans la reconstruction de ce qui fut, mais aussi celui qui a le plus avancé dans la prévision de ce qui sera.26

16Les citations précédentes de Mariátegui se retrouvent manifestement dans la première compréhension du terme décrite par J. Aurell, mais le Péruvien introduit pourtant une vision alternative de l’historicisme : la sensibilité au présent commande une étude de l’histoire et des forces qui la façonnent, sa prise en compte sérieuse étant la condition d’une proposition pour l’avenir. Dans ce sens, et une fois le jugement sur la décadence des formes démocratiques bourgeoises rendu, le socialisme et le marxisme sont historicistes ! Dans un article sur l’Action française, daté du 15 décembre 1926, Mariátegui écrit :

  • 27 Id., « “L’Action Française”, Charles Maurras, Léon Daudet », dans Id., El alma matinal…, op. cit., (...)

Les révolutionnaires voient dans la société bourgeoise un progrès par rapport à la société médiévale. Les monarchistes français la considèrent simplement comme une erreur, un faux-pas. La pensée révolutionnaire est historiciste et dialectique. Elle part de l’idée que dans les entrailles du régime bourgeois prend forme le régime socialiste.27

17L’historicisme n’est donc pas seulement un courant de la philosophie idéaliste. La « pensée révolutionnaire », autrement dit le socialisme ou le marxisme, est historiciste en cela qu’elle s’ancre dans l’histoire pour faire la critique du présent et préparer le futur. On trouve dans Défense du marxisme une forme de synthèse qui vient éclairer la confusion dans les termes :

  • 28 Id., « El idealismo materialista », dans Id., Defensa del marxismo: polémica revolucionaria, Lima, (...)

La bourgeoisie historiciste et évolutionniste […], à l’époque où, contre le rationalisme et l’utopisme égalitaire, suffisait la formule « tout le réel est rationnel », disposait de la quasi-unanimité des « idéalistes ». Maintenant que les mythes de l’Histoire et de l’Évolution ne lui servent plus pour résister au socialisme, elle devient anti-historiciste, elle se réconcilie avec toutes les églises et toutes les superstitions, elle favorise le retour à la transcendance et à la théologie, elle adopte les principes des réactionnaires qui l’ont combattue lorsqu’elle était révolutionnaire et libérale.28

18Le développement historique lui-même fait ainsi glisser la bourgeoisie d’une posture universaliste fondée sur une certaine position vis-à-vis de l’histoire vers le pôle réactionnaire de l’échiquier politique du moment. Plus précisément, face à l’affirmation historique du socialisme, sa croissance et sa force, la bourgeoisie se déporte vers ses ennemis d’hier, supplantée dans sa potentialité transformatrice.

19Une première ébauche de systématisation fait ainsi apparaître une acception double de ce qu’est l’historicisme. D’un côté, c’est un courant de la pensée bourgeoise idéaliste, et de l’autre il s’agit d’une attitude qui est en elle-même révélatrice de la situation historique de la classe qui la porte. La décadence bourgeoise déporte ses défenseurs vers un discours qui s’affranchit de l’histoire en faisant appel à des motifs transcendants, quand le projet révolutionnaire socialiste est au contraire plongé dans l’immanence d’une articulation nouvelle du passé et du présent en vue d’un futur. Le projet révolutionnaire – qui fut bourgeois dans le passé – se trouve décliné sous une forme nouvelle, née du mode de production capitaliste et portée par les travailleurs (ceux qui ne possèdent que leur force de travail) : le socialisme. C’est donc la capacité de transformation de la société d’une classe à un moment donné qui lui confère sa sensibilité à l’histoire, à sa propre immanence, à la conscience de sa pratique. Autrement dit, c’est la potentialité transformatrice elle-même, et donc une inscription dans la lutte de classes – l’insertion sociale particulière et antagonique des différentes classes sociales –, qui commande une certaine acception de l’histoire.

20La difficulté est alors de pouvoir discriminer, pour chaque texte, le sens accordé au mot. Le contexte est cependant d’une aide précieuse, dans la mesure où les textes de Mariátegui s’adressent à un public large sur lequel ils prétendent agir. La vision du monde et les points de doctrine qui se dessinent servent également de garde-fou, à tout le moins de repères. On peut en tout cas mettre en avant une certaine matrice unique : le motif du dépassement, de l’avènement d’un ordre nouveau né des entrailles de l’ordre ancien, invite à modérer l’opposition entre l’historicisme comme courant et l’historicisme comme attitude à l’égard du mouvement social historique. Effectivement, en tant que rénovation et transformation, la révolution marque à la fois une rupture et une assimilation :

  • 29 Id., « Henri de Man y la “crisis” del marxismo », dans Id., Defensa del marxismo, op. cit., p. 21 (...)

À travers [Georges] Sorel, le marxisme assimile les éléments et les acquis substantiels des courants philosophiques postérieurs à Marx. Dépassant les bases rationalistes et positivistes du socialisme de son époque, Sorel trouve en Bergson et chez les pragmatistes des idées qui revigorent la pensée socialiste, lui restituant la mission révolutionnaire de laquelle l’avait éloigné l’embourgeoisement intellectuel et spirituel des partis [socialistes et sociaux-démocrates] et de leurs parlementaires qui se satisfaisaient, dans le champ philosophique, de l’historicisme le plus plat et de l’évolutionnisme le plus timide.29

21La figure étonnante de Georges Sorel est ici le symbole, presque la métaphore, d’un point commun à l’ensemble des communistes : la critique de la stratégie attentiste de la IIe Internationale. Par l’intégration de nouvelles questions, de nouvelles méthodes, bref par une certaine acclimatation à une période, le socialisme renaît à lui-même, et donc à sa « mission » historique : la réalisation du communisme. Par opposition, le socialisme d’avant-guerre est discrédité par son attentisme, son attachement à une vision du monde et des luttes plus pacifiée, qu’il partagerait avec la bourgeoisie. C’est précisément sur ce point que porte la critique de Mariátegui, et dans lequel il voit un effet propre à la période d’avant-guerre. Un long passage de « La crisis mundial y el proletariado peruano » est très éclairant à cet égard :

  • 30 Id., « La crisis mundial y el proletariado peruano », dans Id., Historia de la crisis mundial, op. (...)

Les idéologues de la révolution sociale, Marx et Bakounine, Engels et Kropotkine, vécurent à l’époque de l’apogée de la civilisation capitaliste et de la philosophie historiciste et positiviste. Par conséquent, ils ne purent prévoir que l’ascension du prolétariat aurait à se faire en vertu de la décadence de la civilisation occidentale. Le prolétariat était destiné à créer un nouveau type de civilisation et de culture. La ruine économique de la bourgeoisie serait en même temps la ruine de la civilisation bourgeoise. [Ils ne purent prévoir] que le socialisme se trouverait dans la position de devoir gouverner non dans une époque de plénitude, de richesse et d’opulence, mais dans une époque de pauvreté, de misère et de rareté. Les socialistes réformistes, accoutumés à l’idée que le régime socialiste n’est pas tant un régime de production que de distribution, croient y voir le signe que la mission historique de la bourgeoisie n’est pas épuisée et que le moment n’est pas encore assez mûr pour la réalisation socialiste. Dans un reportage pour La Crónica, je rappelais cette phrase selon laquelle la tragédie de l’Europe serait la suivante : le capitalisme ne peut plus et le socialisme ne peut pas encore. Cette phrase, qui donne la sensation, en effet, de la tragédie européenne, est celle d’un réformiste, elle est saturée de mentalité évolutionniste, et imprégnée de la conception d’un pas lent, graduel et serein, sans convulsions et sans secousses, de la société individualiste à la société collectiviste. […] L’histoire nous enseigne que tout nouvel état social s’est érigé sur les ruines de l’état social précédent. Et qu’entre le surgissement de l’un et la chute de l’autre il y eut, logiquement, une période intermédiaire de crise.30

22Il ressort de l’opposition entre réformistes et révolutionnaires sur l’histoire un rejet évident de la position attentiste. En revanche, les points aveugles des réformistes font apparaître en creux les éléments cruciaux de la position révolutionnaire : une rupture nette avec le parlementarisme de la démocratie libérale, l’affirmation d’un modèle concurrent de production (et non une distribution alternative) qui incarne un futur universel. Par-dessus tout, il y a un rejet de la posture théorique-pratique de la social-démocratie européenne. C’est bien contre la collusion idéologique entre bourgeoisie et réformisme que Mariátegui porte le fer, contre l’idée d’un développement progressif de l’économie capitaliste, entraînant de lui-même une croissance exponentielle des effectifs des grands partis socialistes d’avant-guerre, jusqu’au jour de la Révolution. L’apogée de l’historicisme (comme courant idéaliste) et du positivisme – avec toutes les difficultés que cette juxtaposition peut poser – correspond ainsi à une période donnée, et leur crise est un symptôme d’une phase de transition où de nouvelles formes idéologiques émergeront. La crise est un moment de confrontation par excellence et, chez Mariátegui, les idées y jouent un rôle tout à fait saillant. C’est un moment d’intervention, où l’action politique fait correspondre la lecture du passé et du présent avec les efforts de réalisation du futur socialiste. C’est par sa capacité à projeter un avenir renouvelé et à agir volontairement pour sa réalisation que le marxisme rompt avec le réformisme.

  • 31 K. Marx et F. Engels, « Le Manifeste communiste », dans K. Marx, Philosophie, M. Rubel éd., Paris, (...)

23L’historicisme « plat » représente cette version désormais dépassée du socialisme, ayant finalement adopté une vision pacifiée de l’histoire. Le communisme de la IIIe Internationale, révolutionnaire, celui que prétend défendre Mariátegui, est précisément l’imposition d’une compréhension foncièrement antagonique de l’histoire. Il donne chair à l’interprétation volontariste de la célèbre phrase du Manifeste : « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours, c’est l’histoire de luttes de classes. »31 L’historicisme « dialectique » de la pensée révolutionnaire est alors fondé sur une lecture diamétralement opposée à l’attentisme, faite d’intervention dans l’histoire au nom de l’irruption des masses des travailleurs exploités. Elle tourne pour cela résolument le dos au « respect superstitieux pour l’idée de Progrès ». La crise de la civilisation bourgeoise peut certes découler partiellement de facteurs internes, mais cela n’empêche pas qu’une force politique grandie en son sein doive lui porter le coup de grâce. Point alors de passation naturelle du pouvoir, et place au contraire à une irruption volontariste, au nom d’un futur universel, prétendant infléchir le cours de l’histoire.

24Mariátegui se situe donc à un carrefour paradoxal, ou pour le moins ambigu. D’un côté, il rejette l’historicisme comme forme de la conscience historique bourgeoise, imprégnée de métaphysique et de foi superstitieuse dans le « Progrès ». De l’autre, il introduit une compréhension de l’historicisme comme sensibilité à la nature dialectique des faits sociaux, et donc à leur historicité, ainsi qu’aux formes et acteurs de la politique auxquels ils donnent naissance. Ces derniers sont inextricablement liés à leur contexte d’émergence, et ils y sont actifs, partie prenante du mouvement historique lui-même – au nom du dépassement du mode de production capitaliste ! Ainsi, le socialisme se pose en s’opposant (il naît des « entrailles » du mode de production capitaliste), et rejette la métaphysique historique au nom de l’historicité des formes sociales, et des forces qui les meuvent. Toute la difficulté réside ici dans l’usage du même mot pour qualifier ces deux mouvements contradictoires. Ce faisant, il s’inscrit dans une forme d’historicisme marxiste telle que la définit Philippe de Lara, au sens où la théorie est elle-même une force historique, active dans le processus qui lui donne naissance, et non un simple reflet superstructurel. Les acteurs historiques participent directement aux processus, ouvrant ainsi la possibilité d’une liberté historiquement conditionnée, et d’une révolution, bien entendu.

Histoire, tradition et mythe dans la stratégie révolutionnaire

  • 32 F. Beigel, El itinerario y la brújula: el vanguardismo estético-político de José Carlos Mariátegui(...)

25On rencontre dans les articles de Mariátegui une indéniable insistance sur l’historicité des formes sociales. Au-delà du truisme, il entreprend une véritable reconstruction de la « réalité péruvienne » dans son ouvrage, devenu classique, intitulé Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne (1928), qui est sans doute une des premières analyses marxistes d’une formation sociale latino-américaine. Il y propose une périodisation de l’histoire péruvienne qui mêle les formes économiques (la survivance de rapports de production « communistes primitifs » incas et « féodaux » issus de la colonisation, surdéterminés par des rapports de production capitalistes) aux formes littéraires (la littérature coloniale ou espagnole, la littérature cosmopolite, et la littérature nationale à venir) et à l’histoire de la formation de l’État. C’est précisément cette ambition heuristique globale qui caractérise l’historicisme de Mariátegui, ce qu’il nomme lui-même, on l’a vu, une « sensibilité à l’histoire ». En cela, le projet mariatéguien est également révélateur d’un mouvement avant-gardiste plus large de remise en cause de l’État oligarchique péruvien, et d’articulation des champs politique et culturel permettant l’expression de nouveaux sujets émergents (Indiens, ouvriers, travailleurs ruraux), mouvement auquel il participe activement. Dans ce contexte « se produit la récupération particulière de la tradition sur la base d’un temps triangulé »32, où le futur se joue aujourd’hui, mais ne peut advenir sans une révision radicale du passé.

  • 33 J. C. Mariátegui, « Heterodoxia de la tradición », dans Id., Peruanicemos al Perú, op. cit., p. 16 (...)
  • 34 Mouvement culturel et politique de défense des Indiens mené par des Blancs et des Métis s’inscriva (...)
  • 35 Qu’il nomme des « éléments de socialisme pratique ». Voir J. C. Mariátegui, 7 ensayos de interpret (...)
  • 36 Id., « Aniversario y balance », dans Id., Ideología y política, Lima, Amauta, 1986, p. 249 (notre (...)

26Mariátegui entreprend ainsi de différencier la tradition du traditionalisme par leur rapport à l’histoire. Quand le second prétend figer le passé, le momifier33, l’option révolutionnaire que défend Mariátegui se revendique au contraire de l’indigénisme34, qui s’oppose aux usages et pratiques hérités de la conquête espagnole. Observant dans les communautés indigènes des survivances de pratiques collectivistes35, il identifie la permanence, dans le Pérou des années 1920, de formes d’organisation compatibles avec le communisme moderne. Ainsi, plongeant ses racines dans le passé précolombien, le socialisme est présent dans la « tradition américaine » comme « l’organisation communiste primitive la plus avancée qu’a connue l’histoire »36, mais également dans le présent dans la vie des communautés. Le traditionalisme apparaît alors comme le rempart d’un ordre dominant fondé sur l’exclusion de la grande masse des Indiens, l’exploitation du travail des classes populaires et la naturalisation des hiérarchies sociales.

27Il s’agit pour Mariátegui de produire une narration alternative, capable d’incarner une articulation dialectique entre le passé indigène et le présent des luttes (tant des Indiens que des travailleurs au sens large) en vue d’un futur capable de produire une certaine cohésion, de créer une nation qui soit émancipatrice. Dans un premier sens, la critique historienne lui permet de remettre en cause toute naturalisation anhistorique. De plus, Mariátegui peut ainsi piocher dans le passé d’une couche majoritaire de la population nationale pour justifier son socialisme taxé d’« européisme ». Cela suppose cependant, pour ne pas tomber dans l’analogie vulgaire, de clarifier le rapport entre ce communisme « inca » et le communisme du mouvement ouvrier moderne :

  • 37 Id., 7 ensayos de interpretación de la realidad peruana, op. cit., p. 64 (notre traduction).

Le communisme moderne est distinct du communisme inca. L’un et l’autre sont le produit d’expériences humaines différentes. Ils appartiennent à des époques historiques distinctes. La seule chose que l’on puisse comparer est leur similarité essentielle incorporelle, dans la différence essentielle de temps et d’espace.37

  • 38 Ibid., p. 65 (notre traduction).
  • 39 Id., « El socialismo en el Japón », dans Id., Figuras y aspectos de la vida mundial. II : 1926-192 (...)

28Plus loin, Mariátegui souligne cette distinction dans la genèse même du socialisme moderne, « antithèse du libéralisme ; mais né de ses entrailles et se nourrissant de son expérience. Il ne renie aucune de ses conquêtes intellectuelles »38. Ou encore, dans une formule plus lapidaire : « Le socialisme, au Japon, comme partout, est né dans les fabriques. »39

  • 40 « Le socialisme ordonne et définit les revendications des masses, de la classe laborieuse. Et au P (...)
  • 41 Terme désignant le pouvoir des grands propriétaires terriens de la sierra.

29Le socialisme moderne ne peut donc être la répétition d’une forme historique caduque, mais il peut être l’instrument d’une synthèse entre les apports théoriques du mouvement ouvrier et les formes populaires, indigènes, d’organisation du travail. Un futur socialiste se doit donc de résoudre la fracture entre Indiens et non-Indiens s’il prétend à l’émancipation40, et l’inscription du projet révolutionnaire dans une continuité avec le passé inca, incarnée par le présent des pratiques communautaires, apparaît comme l’impératif de toute émancipation. Pour affronter l’État oligarchique, le gamonalisme41, mais aussi l’impérialisme, que protège et naturalise le traditionalisme, Mariátegui convoque la tradition dans ses diverses ramifications : le « communisme inca », mais aussi les auteurs péruviens refusant les codes hiérarchiques de la République. Dans ce panthéon d’auteurs se côtoient Garcilaso de la Vega, la figure tutélaire de Manuel González Prada, ou encore des artistes et écrivains contemporains (José María Eguren, Magda Portal, et bien d’autres). La tradition ainsi mobilisée tient donc de la généalogie, mais aussi de la revendication d’une profondeur historique pour un projet révolutionnaire qui ne se limite pas au protagonisme anarchiste ou socialiste, somme toute récent. Né d’une hybridation, il ne peut qu’être une forme particulière, locale, d’un mouvement qui traverse la modernité capitaliste, à savoir la contestation socialiste. En ce sens, la tradition péruvienne rencontre la tradition des luttes sociales du monde, et s’y inscrit, tout en gardant ses déterminations propres.

  • 42 Citons en particulier un rapport envoyé à la première conférence communiste latino-américaine orga (...)
  • 43 Voir El movimiento revolucionario latinoamericano, opcit., p. 272.

30L’enjeu qui traverse tant l’œuvre écrite que le militantisme de Mariátegui est de faire coïncider la pratique et la théorie. Résorber les fractures de la réalité péruvienne implique de combiner les luttes qui la traversent pour composer un front uni des exploités et des dominés. La tradition sert de fondement, d’ancrage historique auquel les formes modernes de la lutte des classes donnent leurs traits. Encore faut-il s’appuyer sur une mobilisation effective des corps et des esprits d’individus issus de catégories de la population dont les chemins ont été la plupart du temps différents, qui ne parlent souvent pas la même langue, ou qui se méfient les uns des autres. Le projet d’une nation socialiste, émancipatrice, peut sembler utopique au vu des obstacles qui se dressent contre lui, et que Mariátegui lui-même contribue à nommer42. Il appuie un certain volontarisme politique sur une dimension néanmoins pragmatique. Les luttes paysannes, indigènes et ouvrières ont effectivement en commun, selon lui, de voir se soulever des exploités, et la révolution latino-américaine ne pourra advenir que lorsque les indigènes, les noirs, les prolétaires blancs et métis uniront leurs forces après avoir pris conscience de cette communauté de condition43. La théorie révolutionnaire n’a alors de sens que par la praxis des luttes, par le travail de conscientisation de classe qui seul serait à même d’abattre les piliers de l’ordre dominant (impérialiste et raciste).

  • 44 Sorel définissait ainsi le mythe : « […] les hommes qui participent aux grands mouvements sociaux, (...)
  • 45 J. C. Mariátegui, 7 ensayos de interpretación de la realidad peruana, op. cit., p. 290 (notre trad (...)
  • 46 Id., « El hombre y el mito », dans Id., El alma matinal…, op. cit., p. 19.
  • 47 Ibid., p. 21 (notre traduction).
  • 48 « L’idéal ne prospère que lorsqu’il représente un vaste intérêt. Quand il acquiert, en somme, un c (...)
  • 49 Ibid., p. 18.

31L’opérateur de l’union est le mythe, que Mariátegui emprunte à Georges Sorel en le modifiant substantiellement44. Dans un passage souvent ignoré des Sept essais, il en donne une brève définition : le mythe correspond aux « éléments spirituels et formels de ces phénomènes qui sont désignés par les termes de société et de culture »45. Cela vient compléter l’affirmation claire d’une ontologie trans-historique, qui déclare que l’humain est un « animal métaphysique »46, tout en rapportant les mythes qui naissent à leur historicité : « La vérité d’aujourd’hui ne sera pas celle de demain. Une vérité n’est valide que pour une époque. Contentons-nous d’une vérité relative. »47 Cela ne revient pas à nier la conflictualité sociale sous une unanimité du mythe. Au contraire, les contradictions sociales donnent naissance à des mythes antagoniques. Ainsi, la déchéance de la civilisation bourgeoise peut se lire dans l’évanouissement des mythes qui l’ont portée (la Raison, le Progrès), et à l’inverse le mythe de la révolution sociale apparaît comme une espérance nouvelle. Le mythe – qui n’a alors rien de transcendant, mais qui surgit bien des rapports sociaux réels, et donc de la lutte des classes – prend un caractère religieux, un caractère de croyance, lui-même fonction de la dimension concrète du projet auquel il donne chair48. Le scepticisme bourgeois est alors la manifestation à la fois de la crise matérielle de l’Occident et de la déchéance idéelle et idéale d’une classe, incapable de combler le « moi profond »49 des individus. Les vies et les œuvres des grands créateurs (vecteurs d’expression des mythes) sont ainsi historicisées comme autant de singularités dans un ensemble fondamentalement déterminé par la praxis de classe. Mariátegui évoque le dramaturge « petit-bourgeois » Pirandello soutenant le fascisme, ou encore Proust comme pendant culturel des Noske et des fascistes italiens réprimant la révolution. C’est par leur pratique collectiviste du travail que les Indiens sont à même de partager le mythe prolétarien de la révolution sociale, et c’est cette pratique sociale commune, jointe à une insertion dans la lutte des classes, qui donne son fondement à la possibilité d’une alliance. Autrement dit, c’est la lutte des classes qui détermine in fine les mythes qui s’opposent.

  • 50 Id., « Aniversario y balance », art. cité, p. 249.
  • 51 Id., « La lucha final », art. cité, p. 14.

32L’utopie ne peut alors apparaître qu’en fonction de la réalité de laquelle elle naît, et seule sa potentialité lui fait accéder à un statut mythique. Ses déterminations étant, en dernière instance, sociales, la lutte oppose des directions historiques possibles et opposées – Mariátegui reprend le concept d’agonistique de la vie de l’œuvre de Miguel de Unamuno – dans lesquelles sont mobilisées l’histoire, la tradition, mais aussi la science, ou toute autre instance de légitimation. Là encore, il n’est pas de sortie de l’histoire, mais il n’est pas non plus de téléologie. Point de fatalité, ni de garantie de victoire, qui ne serait que l’expression d’un positivisme ranci emprunté à une bourgeoisie aux abois. Mariátegui postule au contraire la force de l’imagination, de la création. Dans l’un de ses textes les plus fameux, il en appelle au socialisme indo-américain comme « création héroïque » et non comme calque ou copie50. L’utopie n’est mythe qu’en tant qu’elle est « réaliste », qu’elle mobilise les masses en répondant à leur intérêt historique, en incarnant un futur possible à partir du présent. Cette création est héroïque en ce qu’elle se doit de vaincre tous les obstacles sur chacun des théâtres d’action où la lutte se déroule, et en ce qu’elle doit transformer le monde en transformant tant l’imaginaire que le réel. En ce sens, la « lutte finale » de l’Internationale est une illusion et une réalité à la fois51.

  • 52 Id., « Ética y socialismo », dans Id., Defensa del marxismo, op. cit., p. 56.

33La démarche de Mariátegui entre alors pleinement dans l’historicisme tel que Philippe de Lara le définit, c’est-à-dire comme une pensée qui conceptualise tant ses limites historiques que sa capacité d’intervention, et trace, plus largement, les contours d’une dualité (capitalisme/socialisme) déterminante d’une époque précise, et dont la fin est inéluctable sans être définie. Les sujets historiques, mus par les mythes que les formes sociales génèrent, trouvent et constituent ainsi une vérité historiquement située, mais d’apparence absolue, dans laquelle leur nature métaphysique trouve sa réalisation. Le passage d’une période à l’autre prend la forme d’un diptyque décadence/ascension où la lutte des classes est incarnée par des mythes, des croyances à même de mobiliser les masses. En ce sens, Marx n’est pas un professeur, mais un « prophète »52.

Conclusion

34Parcourir les textes de Mariátegui nous permet de mettre en évidence une proposition théorique et stratégique d’articulation entre la lutte des classes et l’histoire qui prétend faire surgir le socialisme des pratiques même des sujets historiques. Largement méconnu en Europe, il incarne néanmoins une élaboration théorique tout à fait originale, qui contribue – en problématisant le rapport à l’histoire – à déconstruire un certain européocentrisme. Parce qu’il est autodidacte, la réception de l’historicisme dans son œuvre n’est pas celle d’un érudit ou d’un philologue, mais celle d’un militant attentif à la praxis et aux grands mouvements historiques. Sa proposition d’un socialisme indo-américain doit être comprise comme une formulation tant programmatique que théorique, et elle révèle une perspective profondément historiciste. Dans ce sens, Mariátegui a beaucoup été lu comme un marxiste hétérodoxe, opposé à la stalinisation des partis communistes et en conflit ouvert avec le Komintern entre 1929 et 1930. Sans revenir sur cette question, aujourd’hui dépassée, nous croyons avoir montré à quel point Mariátegui est beaucoup plus préoccupé par la construction d’une proposition socialiste et révolutionnaire au Pérou, et par une opposition au positivisme « décadent » de la IIe Internationale, que par une controverse avec les partisans de Staline. Par son sens tragique de l’histoire, par sa récupération du mythe et de la tradition, il se démarque cependant clairement de ce courant encore naissant.

  • 53 E. Traverso, Left-Wing Melancholia: Marxism, History, and Memory, New York, Columbia University Pr (...)

35Avec la figure de C. L. R. James, Enzo Traverso identifie, à côté du marxisme « occidental », un marxisme anticolonial53. Mariátegui, qui est plus théologien qu’exégète, est un autre exemple de théoricien et dirigeant marxiste qui allie la critique anti-impérialiste à l’impératif révolutionnaire, pour qui l’histoire est la condition de la création, et la création une accoucheuse de l’histoire. Le « volontarisme » condamné par N. Poulantzas apparaît ainsi comme la condition même d’un futur socialiste, comme une création nécessaire.

Haut de page

Notes

1 N. Poulantzas, Pouvoir politique et classes sociales. I, Paris, Maspero, 1972, p. 35.

2 S. Wolikow, « Aux origines de la galaxie communiste : l’Internationale », dans M. Dreyfus, B. Groppo, C. S. Ingerflom et al. éd., Le siècle des communismes, Paris, Seuil, 2004, p. 293-320.

3 Mariátegui a notamment voyagé en Europe entre 1919 et 1923, période pendant laquelle il lit L’Ordine Nuovo dirigé par Gramsci et suit de près la formation du Parti communiste italien. Voir F. Beigel, La epopeya de una generación y una revista: las redes editoriales de José Carlos Mariátegui en América Latina, Buenos Aires, Editorial Biblos, 2006.

4 En France on peut citer M. Löwy, « L’indigénisme marxiste de José Carlos Mariátegui », Actuel Marx, no 56, 2014, p. 12-22. Ou encore la thèse historique de Robert Paris : La formation idéologique de José Carlos Mariátegui, Paris, École pratique des hautes études, 1969.

5 Voir H. Tarcus, « Para un programa de estudios sobre los marxismos latinoamericanos », Memoria. Revista de crítica militante, 12 octobre 2016. En ligne : [https://revistamemoria.mx/?p=877] (consulté le 06/05/2020).

6 « De même que l’histoire de l’Église n’est pas identique à l’histoire du christianisme et ne la contient pas in toto, l’histoire du marxisme déborde les vicissitudes de la vulgate et de ses déviations. », J. M. Aricó, Marx y América Latina, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2010, p. 253.

7 K. Popper, Misère de l’historicisme, H. Rousseau trad., Paris, Plon, 1956, p. 15.

8 J. Ladrière, « Karl Popper, Misère de l’historicisme », Revue philosophique de Louvain, vol. LVIII, no 60, 1960, p. 632. Nicola Badaloni rappelle également que l’ouvrage de Popper « est une réfutation du marxisme qui se présente comme réfutation de l’historicisme », N. Baladoni, « Gramsci historicista frente al marxismo contemporaneo », dans F. F. Buey éd., Actualidad del pensamiento político de Gramsci, Barcelone, Grijalbo, 1977, p. 280.

9 M. Löwy, As aventuras de Karl Marx contra o Barão de Münchhausen, São Paulo, Cortez, 2000, p. 66.

10 A. Reynolds, « What is historicism? », International Studies in the Philosophy of Science, vol. XIII, no 3, 1999, p. 275-276.

11 P. de Lara, « Historicisme », dans G. Labica et G. Bensussan éd., Dictionnaire critique du marxisme, Paris, PUF, 1985, p. 542.

12 Loc. cit.

13 Loc. cit.

14 Ibid., p. 543.

15 L. Salamini, « Gramsci and Marxist sociology of knowledge: an analysis of hegemony–ideology–knowledge », The Sociological Quarterly, vol. XV, no 3, 1974, p. 359.

16 N. Kohan, Marx en su (Tercer) Mundo: hacia un socialismo no colonizado, Buenos Aires, Editorial Biblos, 1998, p. 82-83 (notre traduction ; italiques de l’auteur).

17 Par exemple de la VIthèse : « Mais l’essence de l’homme n’est pas une abstraction inhérente à l’individu isolé. Dans sa réalité, elle est l’ensemble des rapports sociaux. », K. Marx, « Thèses sur Feuerbach », Marxists Internet Archives. En ligne : [https://www.marxists.org/francais/marx/works/1845/00/kmfe18450001.htm] (consulté le 06/05/2020).

18 Domination effective après l’éviction de Boukharine lors du 10e plénum de l’Internationale communiste, en juillet 1929. S. Wolikow, L’Internationale communiste, 1919-1943 : le Komintern ou le rêve déchu du parti mondial de la révolution, Ivry-sur-Seine, Paris, Éditions de l’Atelier, Éditions ouvrières, 2010, p. 82.

19 D. Bensaïd, La politique comme art stratégique, Paris, Syllepse, 2011, p. 44.

20 A. Tosel, Le marxisme du 20e siècle, Paris, Syllepse, 2009, p. 29.

21 D. Bensaïd, La politique comme art stratégique, op. cit., p. 40.

22 J. C. Mariátegui, « Dos concepciones de la vida », dans Id., El alma matinal y otras estaciones del hombre de hoy, Lima, Amauta, 1970, p. 14-15 (notre traduction ; nous soulignons).

23 Id., « La crisis mundial y el proletariado peruano », dans Id., Historia de la crisis mundial, Lima, Amauta, 1986, p. 24 (notre traduction ; nous soulignons).

24 Id., « Pasadismo y futurismo », dans Id., Peruanicemos al Perú, Lima, Amauta, 1986, p. 33 (notre traduction).

25 J. Aurell, Tendencias historiográficas del siglo XX, Santiago du Chili, Globo, 2008, p. 27 (notre traduction) ; cité par J. Massardo, « En torno a la concepción de la historia de José Carlos Mariátegui », communication au colloque « Sobre la singularidad histórica de América Latina: encuentro internacional a 80 años de la muerte de José Carlos Mariátegui », université de Valparaíso (Chili), 18-20 août 2010, p. 32.

26 J. C. Mariátegui, « Pasadismo y futurismo », dans Id., Peruanicemos al Perú, op. cit., p. 33 (notre traduction ; nous soulignons).

27 Id., « “L’Action Française”, Charles Maurras, Léon Daudet », dans Id., El alma matinal…, op. cit., p. 207 (notre traduction ; nous soulignons).

28 Id., « El idealismo materialista », dans Id., Defensa del marxismo: polémica revolucionaria, Lima, Amauta, 1976, p. 80 (notre traduction ; nous soulignons).

29 Id., « Henri de Man y la “crisis” del marxismo », dans Id., Defensa del marxismo, op. cit., p. 21 (notre traduction ; nous soulignons).

30 Id., « La crisis mundial y el proletariado peruano », dans Id., Historia de la crisis mundial, op. cit., p. 24-25 (notre traduction ; nous soulignons).

31 K. Marx et F. Engels, « Le Manifeste communiste », dans K. Marx, Philosophie, M. Rubel éd., Paris, Gallimard, 1994, p. 399.

32 F. Beigel, El itinerario y la brújula: el vanguardismo estético-político de José Carlos Mariátegui, Buenos Aires, Editorial Biblos, 2003, p. 22 (notre traduction).

33 J. C. Mariátegui, « Heterodoxia de la tradición », dans Id., Peruanicemos al Perú, op. cit., p. 164. Le mirage du retour en arrière, ou de l’immobilité des formes hiérarchiques, est typique, pour lui, du fascisme (qu’il ne limite pas à l’Italie) auquel se rallie la bourgeoisie contre le bolchevisme.

34 Mouvement culturel et politique de défense des Indiens mené par des Blancs et des Métis s’inscrivant dans une problématique de construction nationale ayant à répondre de l’exclusion des indigènes. Il comprend des courants humaniste, tellurique, pédagogique, moral ou révolutionnaire. Voir H. Favre, Le mouvement indigéniste en Amérique latine, Paris, L’Harmattan, 2009.

35 Qu’il nomme des « éléments de socialisme pratique ». Voir J. C. Mariátegui, 7 ensayos de interpretación de la realidad peruana, Caracas, Fundación Biblioteca Ayacucho, 2007, p. 41.

36 Id., « Aniversario y balance », dans Id., Ideología y política, Lima, Amauta, 1986, p. 249 (notre traduction).

37 Id., 7 ensayos de interpretación de la realidad peruana, op. cit., p. 64 (notre traduction).

38 Ibid., p. 65 (notre traduction).

39 Id., « El socialismo en el Japón », dans Id., Figuras y aspectos de la vida mundial. II : 1926-1928, Lima, Amauta, 1977, p. 141 (notre traduction).

40 « Le socialisme ordonne et définit les revendications des masses, de la classe laborieuse. Et au Pérou les masses – la classe laborieuse – sont aux quatre cinquièmes indigènes. Notre socialisme ne serait donc pas péruvien – il ne serait même pas socialiste – s’il ne se solidarisait, d’abord, avec les revendications indigènes. » Id., « Intermezzo polémico », dans Id., Ideología y política, op. cit., p. 217 (notre traduction).

41 Terme désignant le pouvoir des grands propriétaires terriens de la sierra.

42 Citons en particulier un rapport envoyé à la première conférence communiste latino-américaine organisée à Buenos Aires en 1929, et intitulé « El problema de las razas en América Latina », rapport dans lequel Mariátegui montre comment le racisme de l’élite blanche participe à sa politique favorable à la pénétration impérialiste. Voir El movimiento revolucionario latinoamericano: versiones de la Primera Conferencia Comunista Latinoamericana, Buenos Aires, La Correspondencia Sudamericana, 1929.

43 Voir El movimiento revolucionario latinoamericano, opcit., p. 272.

44 Sorel définissait ainsi le mythe : « […] les hommes qui participent aux grands mouvements sociaux, se représentent leur action prochaine sous forme d’images de batailles assurant le triomphe de leur cause. Je proposais de nommer mythes ces constructions dont la connaissance offre tant d’importance pour l’historien : la grève générale des syndicalistes et la révolution catastrophique de Marx sont des mythes. […] je voulais montrer qu’il ne faut pas chercher à analyser de tels systèmes d’images, comme on décompose une chose en ses éléments, qu’il faut les prendre en bloc comme des forces historiques, et qu’il faut surtout se garder de comparer les faits accomplis avec les représentations qui avaient été acceptées avant l’action. » G. Sorel, Réflexions sur la violence, Paris, Genève, Slatkine, 1981, p. 26-27.

45 J. C. Mariátegui, 7 ensayos de interpretación de la realidad peruana, op. cit., p. 290 (notre traduction).

46 Id., « El hombre y el mito », dans Id., El alma matinal…, op. cit., p. 19.

47 Ibid., p. 21 (notre traduction).

48 « L’idéal ne prospère que lorsqu’il représente un vaste intérêt. Quand il acquiert, en somme, un caractère d’utilité et de commodité. Quand une classe sociale se convertit en instrument de sa réalisation. » Id., « La imaginación y el progreso », dans Id., El alma matinal…, op. cit., p. 38 (notre traduction).

49 Ibid., p. 18.

50 Id., « Aniversario y balance », art. cité, p. 249.

51 Id., « La lucha final », art. cité, p. 14.

52 Id., « Ética y socialismo », dans Id., Defensa del marxismo, op. cit., p. 56.

53 E. Traverso, Left-Wing Melancholia: Marxism, History, and Memory, New York, Columbia University Press, 2016, p. 166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Ganesh Leblanc, « Historicisme et lutte de classes chez José Carlos Mariátegui », Astérion [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/asterion/5382 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asterion.5382

Haut de page

Auteur

Jean-Ganesh Leblanc

Université Lumière Lyon 2 • Doctorant en études latino-américaines à l’université Lumière Lyon 2 sous la direction d’Alvar de la Llosa, Jean-Ganesh Leblanc prépare une thèse intitulée Le socialisme comme création héroïque : la question de la praxis chez José Carlos Mariátegui. Il a notamment publié « Quel espace théorique pour l’Amérique latine dans la révolution mondiale ? Le Komintern et l’Amérique latine 1917-1929 », Actuel Marx, no 67, 2020, p. 144-166 ; « Le Parti Socialiste du Pérou : la révolution, mais par qui ? », Caravelle, no 113, 2019, p. 159-172 ; « Le Pérou de Mariátegui et Haya de la Torre : une décennie de définition idéologique », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 08/10/2019, en ligne : [https://journals.openedition.org/nuevomundo/77848].

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search