Skip to navigation – Site map

HomeComplémentsLectures et discussions2021Jean-Pierre Cléro, Lacan and the ...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2021

Jean-Pierre Cléro, Lacan and the English Language

J. Houis trad., New York, Agincourt Press, The Sea Horse Imprint, 2020, 345 p., 30 $
Laurent Dartigues
Bibliographical reference

Jean-Pierre Cléro, Lacan and the English Language, J. Houis trad., New York, Agincourt Press, The Sea Horse Imprint, 2020, 345 p., 30 $

Full text

  • 1 J.-P. Cléro, Lacan et la langue anglaise, Toulouse, Érès, 2017.

1La traduction anglaise de 2020 de Lacan et la langue anglaise de Jean-Pierre Cléro fournit l’occasion de revenir sur un livre publié en 20171, quelque peu révisé pour cette publication américaine, mais surtout augmenté d’une longue postface intitulée « From afterwardness to afterword » qui permet de mieux saisir l’ampleur de la recherche que désirerait ouvrir l’auteur en analysant les positions fort diverses que Lacan a tenues à l’égard de la langue anglaise et de la philosophie anglophone.

  • 2 Je cite dans ce compte rendu le texte original et la pagination de l’édition française, sauf mentio (...)

2J.-P. Cléro part d’une formulation de Lacan qui lui apparaît énigmatique, à savoir « les Anglais ne peuvent être analysés ». S’il semble que Lacan entende signifier ainsi la difficulté de la conceptualisation de la psychanalyse en anglais, comment peut-il tenir que la langue anglaise est en elle-même un obstacle pour la pratique de la talking cure – je me permets l’ironie – et/ou pour la théorisation de la psychanalyse ? Ainsi débute cette remarquable enquête qui suit systématiquement les indices que, tout au long de son enseignement, Lacan égrène de ses lectures en langue anglaise et qui permettent d’éclairer ce propos de prime abord extravagant. Où il apparaît que l’auteur de cette formule – elle revient à nier absurdement le fait qu’il est « toujours possible de récupérer, plus ou moins facilement, en toute autre langue, ce qui s’écrit et se dit en une autre »2 (p. 346) – s’abreuve pourtant de textes anglais : ils nourrissent son travail théorique, quand il n’en utilise pas les termes (fading pour dire l’éclipse du sujet), quitte parfois à pratiquer le franglais pour élaborer un substantif absent en français (poignance pour substantiver poignant).

3Les lectures lacaniennes ne concernent pas que la littérature anglaise, à laquelle J.-P. Cléro consacre un long chapitre. De l’inévitable Shakespeare à Joyce en passant par Poe, la chose est bien sûr connue, mais certainement beaucoup moins pour ce qui est de Thomas Stearns Eliot, Ella Sharp ou Morgan Robertson. Elles concernent certes les grands noms de la psychanalyse et de la psychologie anglaises, des époux Balint à Mélanie Klein et Donald Winnicott, de Phyllis Greenacre à Gregory Bateson, mais elles concernent aussi des savants anglophones qui, de Darwin à Newton et de Siegfried Bernfeld à Robert Needham, lui servent de points d’appui épistémologiques. L’immense culture de Lacan ne s’arrête pas là : il convoque également des philosophes anglais comme Bentham, Berkeley, Peirce et Russel, ainsi que des logiciens ou des linguistes tels Alfred North Whitehead et George Boole, mais aussi, en leurs écrits de langue anglaise ou leurs traductions anglaises, Roman Jakobson et Gottlob Frege. Au passage, J.-P. Cléro note que les philosophes analytiques daubent Lacan, le plus souvent sans l’avoir lu avec précision, ajoute-t-il. Il est vrai que Lacan ne se préoccupe pas « d’être juste » avec un auteur, de nuancer sa pensée ou d’historiciser ces concepts. Ce faisant, ses détracteurs manquent le fait que, ponctuellement, Lacan est un grand scrutateur de leur langue. Simplement, pour un usage à sa main, il traduit l’auteur dans son propre langage et s’en instruit à cette condition : « Son problème est de faire très vite les ajustements nécessaires entre le langage du philosophe et son propre montage, et de chercher à n’apprendre du philosophe ou de l’œuvre analysée que ce dont il a besoin pour sa propre recherche » (p. 50). Mais au bout du compte, que ce soit au sujet de la théorie des fictions ou du langage, « Lacan a été poussé vers des philosophes d’expression anglaise » (p. 122) pour nourrir sa propre théorisation de la pratique analytique.

4Cette liste à la Prévert de références anglophones constitue déjà en elle-même une réponse à l’énigme de la formule lapidaire de Lacan, tout au moins si on la comprend dans le sens de « pouvoir de théorisation de la psychanalyse ». Pour s’en tenir aux seules références psychanalytiques, Lacan est certes virulent vis-à-vis de l’idéologie du moi sous-jacente aux différentes théories développées par les psychanalystes de langue anglaise, par exemple des Balint, dont il critique la notion de primary love pour la mère, comme si elle devait forcément être un bloc d’amour pour l’enfant, à retrouver dans l’objet de désir, ou de Winnicott, chez qui il perçoit la tentation d’analyser au nom du bien de l’autre. Le séminaire L’éthique de la psychanalyse, souligne J.-P. Cléro, peut d’ailleurs être envisagé comme une mise en garde contre cette vision qui consiste à « produire » des gens adaptés à la société. Toutefois, Lacan non seulement respecte la finesse clinique de ses homologues anglais, mais il reste surtout très soucieux des formulations en anglais, qu’elles soient celles des analysants ou de leurs interprètes analystes.

5La question de savoir ce qui, dans la langue anglaise, fait entrave au travail de l’analysant se situe plus au pourtour de la réflexion menée à ce jour par J.-P. Cléro. Et pour cause : Lacan lui-même n’analyse pas en quoi la structure même de l’anglais obèrerait le travail de la cure pour l’analysant anglophone ou le travail interprétatif de son analyste. Si ce n’est, note J.-P. Cléro, à propos du Ich qui ne peut être traduit par le I : il n’est pour Lacan traduisible que par le latin ego. J.-P. Cléro repère également quelques pistes évoquées de façon très intermittente dans l’œuvre de Lacan : la forme progressive en ing qui permet une circularité fluide entre le nom, le verbe et l’adjectif, et qui s’avère précieuse pour dire le mouvement ou penser l’action quand elle éclot ou se dissipe ; la quasi-absence de sexualisation des noms en anglais, une caractéristique que Roman Jakobson, invité par Lacan, met en évidence lors d’une séance en février 1967 du séminaire La logique du fantasme. Mais en quoi une manière différente d’inscrire le temps dans la langue ou de marquer la différence des sexes défavoriserait-elle une analyse ? J.-P. Cléro relève d’ailleurs :

  • 3 Néologisme forgé par Lacan pour signifier que la langue n’est pas un outil pour le sujet. Au contra (...)
  • 4 J.-P. Cléro, « Lacan et la langue anglaise. Réflexions sur un ouvrage récent publié sous ce titre » (...)

Ainsi, quand Lacan dit, dans « L’étourdit », que « l’inconscient d’être structuré comme un langage, c’est-à-dire lalangue3 qu’il habite, est assujetti à l’équivoque dont chacune se distingue », et qu’il ajoute aussitôt qu’« une langue n’est rien de plus que l’intégrale des équivoques que son histoire y a laissé subsister », il ne paraît pas faire un traitement d’exception pour l’anglais, par rapport aux autres langues.4

6La postface à la traduction anglaise permet à J.-P. Cléro de revenir sur la question. Il importe de préciser que cette traduction lui fait prendre conscience des points qu’il aurait dû développer plus clairement ou bien développer tout court, ainsi que de la surestimation que Lacan a de sa maîtrise de la langue anglaise. Je reviendrai sur l’importance de la traduction.

7En reprenant la question, J.-P. Cléro la reformule en tant que « problème inverse » de celui posé par le fameux lien de l’inconscient au langage : l’inconscient est structuré comme un langage. Qu’est-ce qui ferait obstacle, dans une langue donnée, à cette affirmation générale ? Autrement dit, l’inconscient est-il structuré différemment suivant les langues dans lesquelles il s’exprime, théoriquement et pratiquement ? Ce qui signifierait que l’inconscient psychique est aussi un inconscient linguistique.

  • 5 Id., « From afterwardness to afterword », dans Id., Lacan and the English Language, J. Houis trad., (...)

8En l’occurrence, cela nécessiterait d’identifier les traits distinctifs de l’anglais par rapport aux autres langues et d’analyser en quoi ces traits singuliers empêchent systématiquement l’expression de l’inconscient. Afin d’illustrer l’étendue de la recherche, J.-P. Cléro examine notamment le cas de la profusion des mots et de la souplesse d’invention lexicale dans la langue anglaise : serait-ce un obstacle à l’expression du manque, et donc du désir, si la trame de la langue n’offre aucun « trou » qu’un mot, qu’il soit d’origine romane ou saxonne, ne puisse combler ? Mais outre que tous les locuteurs n’ont pas le même rapport (défectueux) à leur langue propre, il manquera toujours des mots, en anglais comme dans n’importe quelle autre langue, pour celui ou celle qui tente de littéralement saisir le réel. Plus généralement, si J.-P. Cléro admet certes que les langues ont des facilités différenciées pour faire émerger certains types de thèses, il argue que toute langue est apte ensuite à développer ce travail théorique originel, à le traduire avec ses propres points de « résistance », en laissant bien sûr des « résidus ». À ce propos, la piste qui me paraît particulièrement intéressante à explorer concerne le rapprochement audacieux que J.-P. Cléro suggère entre traduction, transfert et inconscient. Il ouvre sur le bilinguisme, pour lequel il sollicite une enquête afin de savoir comment les bilingues s’emparent du sujet de la traduction et jonglent sous transfert analytique entre leurs langues, et sur les rapports entre la traduction et le transfert, qui désigne à la fois le passage entre les langues et constitue « the governing principle of the unconscious »5. Le transfert analytique, avance-t-il, ne pourrait-il pas être dès lors envisagé, fondamentalement, comme un lien entre les langues tout le long d’une psychanalyse qui pour l’analysant opère un passage d’une langue à une autre. Ne pourrait-on pas dès lors envisager l’analyste plus comme un traducteur qu’un interprète ? Le rapprochement ouvre aussi sur la question de la langue « malicieuse » de Lacan faite pour faire trébucher toute traduction qui se voudrait sûre de son opération de compréhension entre les langues ; aussi langue de transfert de son enseignement à l’égard des psychanalystes dans un jeu en miroir avec le topos du « sujet supposé savoir », à la fois lieu du transfert en ce sens que celui-ci est indexé au fait que l’analysant suppose un savoir à l’analyste et lieu de l’illusion de savoir pour l’analyste dont il convient aux yeux de Lacan de reculer sans cesse la compréhension au cœur même de l’énoncé. J.-P. Cléro le note, Lacan cherche à rendre palpable à travers sa langue que quelque chose de la psychanalyse objecte à son propre transfert. Non sans ironie, J.-P. Cléro relève que l’essai est réussi, mais la victoire amère quand elle condamne ses épigones à un psittacisme insupportable.

9Assurément, cet ample et minutieux travail pourra surprendre les lecteurs académiques plus ou moins coutumiers de la pensée de Lacan. Pour les lecteurs les plus familiarisés avec sa pensée, la référence à la philosophie allemande, notamment la phénoménologie, est connue au détriment donc des auteurs anglophones. Pour les moins rompus, il est courant de moquer son usage approximatif des textes philosophiques. Je ne peux donc que chaudement recommander la lecture de cet ouvrage érudit car fondé sur une connaissance approfondie à la fois de la littérature philosophique et des textes de Lacan, et modeste car conscient que la clinique fait nécessairement obstacle à une pleine compréhension théorique de l’œuvre de Lacan. Le lecteur découvrira ainsi que si Lacan n’est certes pas philosophe, « il ne se trompe jamais sur le sens d’une doctrine philosophique » (p. 48) ; qu’il est un « fin connaisseur » (p. 20) de la Theory of Fictions de Bentham ; ou encore, que si Hume n’est pas présent dans le Séminaire de Lacan, il fait l’objet dans les Écrits d’une « foudroyante petite remarque sur la cause » qui pour J.-P. Cléro indique une compréhension « très profonde » de Hume (p. 47, note 4).

Top of page

Notes

1 J.-P. Cléro, Lacan et la langue anglaise, Toulouse, Érès, 2017.

2 Je cite dans ce compte rendu le texte original et la pagination de l’édition française, sauf mention contraire.

3 Néologisme forgé par Lacan pour signifier que la langue n’est pas un outil pour le sujet. Au contraire, le sujet colle à lalangue qui le parle.

4 J.-P. Cléro, « Lacan et la langue anglaise. Réflexions sur un ouvrage récent publié sous ce titre », Essaim, no 41, 2018, p. 135.

5 Id., « From afterwardness to afterword », dans Id., Lacan and the English Language, J. Houis trad., New York, Agincourt Press, The Sea Horse Imprint, 2020, p. 303.

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Dartigues, « Jean-Pierre Cléro, Lacan and the English Language », Astérion [Online], Lectures et discussions, 2021, Online since 12 July 2021, connection on 28 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/asterion/5568

Top of page

About the author

Laurent Dartigues

CNRS, ENS de Lyon, Triangle (UMR 5206)

By this author

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search