Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24DossierI/ Échos contemporains : la Révol...Les indépendantistes vénézuéliens...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier
I/ Échos contemporains : la Révolution française, l’Europe et le monde (1789-1830)

Les indépendantistes vénézuéliens face à l’esclavage : les défis d’une révolution atlantique dans une société coloniale (1790-1830)

Venezuelan independence fighters and slavery: the challenges of an Atlantic revolution facing the colonial society (1790-1830)
Frédéric Spillemaeker

Résumés

De la fin du XVIIIe siècle à 1830, l’Amérique hispanique est entrée dans l’ère des révolutions atlantiques. Sur les côtes du Venezuela, dans les années 1790, les échos des révolutions de France, de Saint-Domingue et d’autres îles des Antilles ont contribué à la floraison de révoltes et de conspirations aux mots d’ordre nouveaux. Les demandes de liberté des esclaves et d’égalité des métis s’inscrivaient désormais dans un nouvel horizon d’attente révolutionnaire. Cependant, la monarchie hispanique était toujours capable de mobiliser des troupes pour défendre l’ordre établi. À partir de 1806, le Vénézuélien Francisco de Miranda, ancien général de la Révolution française, tenta de coordonner, d’abord sans succès, les efforts des premiers indépendantistes. La première indépendance fut proclamée à Caracas en 1811 dans un contexte de dislocation de la monarchie hispanique, à la suite de l’invasion des troupes napoléoniennes et des conflits entre péninsulaires et hispano-américains. Les patriotes proclamèrent l’égalité civile en mettant fin aux catégories socio-raciales d’Ancien Régime, mais maintinrent l’esclavage. Ce n’est que progressivement qu’ils incorporèrent des esclaves aux armées en échange de la liberté. Malgré ces libérations par les armes, l’alliance avec Haïti et les tentatives de Simón Bolívar, l’indépendance ne coïncida pas avec l’abolition de l’esclavage, qui fut finalement proclamée au Venezuela en 1854.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les pionniers de l’approche atlantique des révolutions furent Jacques Godechot et Robert Palmer, q (...)
  • 2 Parmi les nombreuses synthèses récentes, on peut consulter : C. Leal Curiel, « Entre la división y (...)

1L’historiographie récente des révolutions atlantiques1 a démontré l’apport fondamental des indépendances de l’Amérique latine dans la formation de nouvelles cultures politiques au début de l’ère contemporaine2. De même que la Révolution française, la Révolution de Saint-Domingue ou l’indépendance des États-Unis d’Amérique, les indépendances de l’Amérique hispanique ont représenté une rupture politique majeure avec les sociétés d’Ancien Régime. Dans des sociétés structurées depuis des siècles par le pouvoir de la monarchie et de l’Église, la conception républicaine de la nation constituait une nouveauté aussi frappante qu’elle l’avait été dans la France en révolution. Le processus indépendantiste en tant que tel procède des conséquences de l’invasion de l’Espagne par la France de Napoléon Ier et de la chute des Bourbons en 1808.

  • 3 Le terme « criollo », ou « blanco criollo », désignait alors les personnes réputées blanches vivan (...)
  • 4 Concernant l’impact de la Révolution de Saint-Domingue au Venezuela, on renvoie en particulier au (...)

2Toutefois, dès les années 1790, les idées politiques de la Révolution française étaient connues d’une partie de la population en Amérique hispanique. Le plus souvent rejetées, elles faisaient aussi parfois l’objet de réappropriations, selon de nouvelles politisations. Surtout, à partir de 1791, et plus encore à la suite de la grande insurrection des esclaves de 1793, la Révolution de Saint-Domingue représentait une menace terrifiante pour les élites créoles3 de la Grande Caraïbe, dont le Venezuela, et ouvrait un nouvel horizon d’attente révolutionnaire4. Dans ces sociétés coloniales, les nouveaux principes de liberté et d’égalité ne menaçaient pas seulement l’Ancien Régime, mais aussi les inégalités socio-raciales inscrites dans le droit, et l’institution de l’esclavage, centrale sur le plan économique.

  • 5 Dans le Venezuela colonial, le terme de pardo au masculin, ou parda au féminin, désignait des indi (...)
  • 6 L. F. Pellicer, La vivencia del honor en la provincia de Venezuela, 1774-1809: estudio de casos, C (...)
  • 7 F. Langue, « La pardocratie ou l’itinéraire d’une “classe dangereuse” dans le Venezuela des XVIIIe(...)
  • 8 A. E. Gómez, « El estigma africano en los mundos hispano-atlánticos (siglos XIV al XIX) », Revista (...)
  • 9 « limpieza de sangre » en espagnol. Voir J.-F. Schaub, Pour une histoire politique de la race, Par (...)

3Tout au long du XVIIIe siècle, les pardos5 du Venezuela luttèrent pour étendre leurs droits et certains parvenaient à s’élever socialement6, non sans causer parfois l’ire de la vieille élite blanche créole qui craignait l’avènement d’une possible « pardocratie »7, particulièrement dans la période révolutionnaire à partir des années 1790. Cependant, l’ascendance africaine demeurait un stigmate8 dans le monde hispanique, en vertu du critère dit de la « pureté de sang »9, et représentait souvent un obstacle puissant pour ceux qui aspiraient à des fonctions prestigieuses auxquelles la naissance ne les destinait pas.

  • 10 S. Hazareesingh, Toussaint Louverture, M.-A. de Béru trad., Paris, Flammarion, 2020.
  • 11 Voir notamment : A. Pérotin-Dumon, « Révolutionnaires français et royalistes espagnols dans les An (...)
  • 12 W. Klooster et G. J. Oostindie éd., Curaçao in the Age of Revolutions, 1795-1800, Leyde, KITLV Pre (...)
  • 13 Parmi les multiples recherches produites récemment sur Saint-Domingue, on consultera avec profit l (...)

4Ces conceptions inégalitaires furent largement remises en cause par les transformations révolutionnaires des années 1790, dans le contexte de la Révolution française, de la Révolution de Saint-Domingue et des autres événements du bassin caribéen. C’est d’abord à Saint-Domingue que le système esclavagiste fut largement détruit par la révolte des esclaves eux-mêmes, suivie de la mise en œuvre d’une véritable révolution militaire, conduite notamment par Toussaint Louverture, ancien esclave devenu stratège10. Léger-Félicité Sonthonax et Étienne Polverel, les envoyés de la République française à Saint-Domingue, comprirent alors la nécessité de l’abolition de l’esclavage, qu’ils proclamèrent entre juin et août 1793. C’est sous l’effet de ces transformations révolutionnaire ultra-marines, également grâce à un mouvement abolitionniste préexistant, et au nom du combat contre l’Angleterre dans les Antilles que l’abolition de l’esclavage fut décidée par la Convention le 16 pluviôse an II (4 février 1794). Puis, à partir de la Guadeloupe, les corsaires de Victor Hughes, s’appuyant sur le nouvel abolitionnisme de la République française, concluaient des alliances fructueuses avec les esclaves contre l’ennemi anglais, en particulier de 1794 à 179611. Ces alliances eurent également des effets sur les côtes caribéennes du Venezuela, à travers les exils et les expéditions militaires, les circulations de marchandises et d’informations, les correspondances administratives ou privées. Les cocardes tricolores fleurirent alors dans toute la Grande Caraïbe, comme signes d’émancipation. La rupture intervint en 1802, avec le rétablissement de l’esclavage par Napoléon Bonaparte12, qui suscita de nombreuses résistances dans tous les territoires concernés, et fut mis en échec à Saint-Domingue. Les esclaves y étaient devenus des soldats, avec leurs généraux et leurs stratégies qui parvinrent à mettre en déroute les troupes napoléoniennes13. Cette émancipation par les armes a-t-elle également eu lieu dans les colonies hispaniques, et plus particulièrement au Venezuela ? C’est la question qu’on se propose d’examiner ici, en retraçant les liens complexes, tantôt contradictoires, tantôt convergents, noués, dans un processus à la fois révolutionnaire et guerrier, entre l’indépendantisme hispano-américain et l’aspiration des esclaves à la liberté. Il s’agit donc de dépasser la vision diffusionniste d’une « influence » de la Révolution française qui se propagerait dans d’autres territoires par cercles concentriques successifs. Les mouvements révolutionnaires des années 1790 dans le bassin caribéen étaient certes étroitement liés aux évolutions en métropole, mais plus selon un modèle centre-périphérie de type colonial, car c’est à Saint-Domingue que la lutte des esclaves pour la liberté avait acquis une radicalité concrète, qui changeait les conditions du débat en métropole. De plus, au niveau macro-régional, une Révolution caribéenne, à la fois connectée aux événements de France et puisant dans les résistances anciennes à l’esclavage autant que dans la nouveauté radicale de Saint-Domingue, se déployait de multiples manières, jusqu’aux territoires côtiers de l’Amérique hispanique.

  • 14 Le travail de Marcela Echeverri contient des réflexions très suggestives sur l’hégémonie de la mon (...)

5Dans un premier temps, il est nécessaire d’étudier les développements de cette Révolution caribéenne macro-régionale au Venezuela dans les années 1790-1800, pour comprendre les dynamiques d’appropriation et d’hybridation des idées nouvelles, et leurs effets sur le système esclavagiste. Cependant, il y avait également un royalisme populaire aux Amériques, y compris parmi les Amérindiens, les esclaves, les Noirs libres et les métis14.

  • 15 C. Thibaud, Libérer le Nouveau Monde, op. cit.

6Pourtant, la première constitution du Venezuela en 1811 se signalait par la rupture avec l’ordre socio-racial, en reconnaissant la citoyenneté d’hommes de toutes origines ethniques15, mais la question de l’esclavage demeurait sous le boisseau. De plus, les royalistes surent mobiliser les ressorts traditionnels de la religion et du royalisme populaire, et lors de la séquence 1812-1814 les esclaves en armes contribuèrent aux défaites patriotes.

7Enfin, à partir de 1815, l’incorporation des esclaves aux armées patriotes fut mise en pratique par plusieurs chefs militaires indépendantistes. Toutefois, contrairement à la promesse faite par Simón Bolívar au président d’Haïti Alexandre Pétion en 1816, en échange de son soutien à la cause des indépendantistes hispano-américains, l’abolition ne fut pas pleinement mise en œuvre.

Révolution caribéenne et royalisme populaire

  • 16 La bibliographie concernant la révolte de Coro est vaste, et on ne renvoie ici qu’à quelques-uns d (...)
  • 17 Archivo General de Indias (AGI) (Séville, Espagne), Gobierno, Audiencia de Caracas, 426, « Testimo (...)

8En 1795, une alliance inédite d’esclaves, de libres de couleur et d’Amérindiens avaient menacé l’ordre colonial dans la ville coloniale de Coro, en associant revendications antifiscales et antiesclavagistes16. Le principal chef de la révolte était José Leonardo Chirino, un zambo, c’est-à-dire un homme issu d’un métissage afro-amérindien. Libre mais marié à une esclave, il aurait eu vent de la Révolution de Saint-Domingue à travers les missions commerciales qu’il effectuait pour son patron, le planteur José Tellería17. Des Noirs loangos, originaires de Curaçao, avaient été accusés de prendre part à la révolte et emprisonnés pour ce motif. Étroitement liés depuis des siècles par la contrebande et le marronnage maritime, les territoires de Coro et de Curaçao appartenaient à une même région transimpériale. Finalement, la révolte de Coro fut réprimée en quelques jours à l’issue d’une bataille rangée. Capturé quelques semaines plus tard, José Leonardo Chirino fut exécuté, et José Caridad González, le chef des Noirs curaciens, fut tué alors qu’il tentait de s’évader.

  • 18 D. B. Gaspar et D. P. Geggus éd., A Turbulent Time: the French Revolution and the Greater Caribbea (...)
  • 19 L. M. Rupert, « Inter-colonial networks and revolutionnary ferment in eighteenth-century Curaçao a (...)

9Cette révolte avait eu lieu pendant l’année la plus féconde en révoltes serviles dans toute la Caraïbe, alors même que l’abolition s’étendait dans les îles du Vent et à Saint-Domingue18. Des mouvements révolutionnaires avaient lieu en alliance avec les troupes françaises abolitionnistes de Victor Hugues, comme lors de la révolution conduite par Julien Fédon qui renversa la domination britannique dans l’île de Grenade pendant plus d’un an. À Coro, au Venezuela, les événements de Saint-Domingue, bien connus grâce aux circulations des commerçants, des militaires et des exilés, avaient sans doute aussi constitué une source d’inspiration. Pour autant, les révoltés avaient également des motivations plus locales, en particulier antifiscales, dans le contexte d’un accroissement de la pression des autorités dans ce domaine. Toutefois, la monarchie hispanique montrait sa capacité à exercer encore son hégémonie, notamment par la répression de la rébellion qui incorpora des milices de pardos et d’Amérindiens. En d’autres termes, la contestation de l’ordre colonial était loin d’avoir gagné tous les subalternes de l’Empire hispanique. Une autre question se pose également à l’échelle régionale : la révolte de Coro avait-elle à son tour influencé les esclaves de l’île hollandaise de Curaçao située à quelques encablures, et qui se révoltèrent quelques mois plus tard en août 1795 ? Ce lien est encore hypothétique, et pourrait susciter d’autres recherches, comme le constatent les historiens qui s’y sont intéressés19. Malgré son échec, la révolte de Coro marqua durablement la capitainerie générale du Venezuela, parce qu’elle avait montré le potentiel révolutionnaire des catégories subalternes et fait émerger la peur de Saint-Domingue dans l’esprit des élites.

  • 20 C. L. Michelena, Luces revolucionarias: de la rebelión de Madrid (1795) a la rebelión de La Guaira (...)
  • 21 AGI, Gobierno, Audiencia de Caracas, 433, Expedientes y autos con la sublevación occurida en Carac (...)
  • 22 Dans les Amériques, on appelait Noirs « marrons » (en anglais Maroons ou en espagnol cimarrones) l (...)
  • 23 The National Archives (TNA) (Kew, Royaume-Uni), Home Office, 42/48/159, Franciso de Miranda à Will (...)
  • 24 C. L. Michelena, Luces revolucionarias, op. cit., p. 271-272.

10Par la suite, en 1797, une vaste conspiration républicaine fut déjouée au Venezuela, composée principalement d’individus résidant à La Guaira, le port de Caracas20. Ce mouvement se signalait à la fois par sa radicalité politique et par sa composition sociale extrêmement variée. Les révolutionnaires démasqués avaient projeté l’établissement d’une République et l’abolition de l’esclavage. De plus, les archives du procès qui a suivi la découverte de la conspiration montrent qu’elle impliquait des miliciens pardos, des prisonniers politiques espagnols, des propriétaires et intellectuels créoles, et des esclaves. Plusieurs femmes de divers milieux sociaux y avaient également participé. Ainsi, selon le témoignage de l’esclave Rafael, Joaquina Sánchez, propriétaire de l’hacienda de Nayaguara, l’avait appelé à se joindre au projet d’insurrection, par l’intermédiaire de deux femmes esclaves, Paula et Flora21. Elle lui demandait d’avertir les esclaves des haciendas environnantes et les Noirs marrons22 de se réunir à La Guaira, et de se préparer à combattre. L’un des conspirateurs arrêtés, Manuel Gual, parvint à s’évader et rejoignit l’île voisine de Trinidad, prise à l’Espagne par les Anglais. Il entra en contact avec Francisco de Miranda. En effet, ce dernier avait commencé à élaborer une doctrine indépendantiste pour l’Amérique et s’était établi à Londres, où il tentait de convaincre le gouvernement anglais d’appuyer ses projets. Ainsi, le 30 septembre 1799, Francisco de Miranda rapporte au gouvernement britannique avoir reçu une lettre de Manuel Gual le pressant de revenir au Venezuela comme leader national, à la suite de l’échec de la conspiration de La Guaira23. Son principal collaborateur à Londres était alors Pedro Caro, que Miranda envoya à Trinidad pour formaliser l’alliance avec Manuel Gual : mais le projet de rencontre échoua, à cause des réticences du gouverneur anglais Thomas Picton, et de Manuel Gual, qui craignait pour sa vie24.

  • 25 M. Zeuske éd., Francisco de Miranda y la modernidad en América, Madrid, Fundación Mapfre Tavera, 2 (...)
  • 26 Il n’est pas inutile de préciser qu’à ce titre, Miranda n’appartenait pas strictement aux élites t (...)
  • 27 K. Racine, Francisco de Miranda, op. cit., p. 12.

11Miranda avait déjà derrière lui une longue carrière militaire et politique, à tel point que l’historien Michael Zeuske considère qu’il fut « l’un des premiers révolutionnaires professionnels »25. Natif de Caracas, il était le fils d’un capitaine des milices originaire des îles Canaries26. Il commença sa carrière militaire dans l’armée espagnole par une affectation au Maroc espagnol, où il connut ses premiers combats, et où il vécut également une expérience politique importante, en se trouvant pour la première fois en face d’une résistance armée à la colonisation, comme l’a souligné Karen Racine27.

  • 28 Son engagement lui vaut d’ailleurs d’avoir son nom gravé sur l’Arc de Triomphe aux côtés d’autres (...)
  • 29 X. Reyes Matheus, Revolución y constitución en el pensamiento de Francisco de Miranda, op. cit., p (...)
  • 30 Le projet de constitution (1790-1798) et le projet de gouvernement fédéral (1801) sont tous les de (...)

12En 1780, il avait été envoyé en Amérique du Nord où il avait pris part au corps expéditionnaire espagnol combattant l’Angleterre, et appuyant les insurgés nord-américains. Au cours de la guerre d’indépendance des Treize colonies, Miranda, qui s’était forgé une solide culture littéraire et philosophique, noua des amitiés avec d’importantes personnalités politiques et intellectuelles. Il se rendit ensuite en Europe, où il fréquenta les élites de nombreux pays, jusqu’à la cour de Catherine II, et commença à imaginer des projets pour l’Amérique hispanique. Il participa également à la Révolution française en qualité de général dans les marches de l’Est28. Accusé d’avoir pris part à la trahison de Dumouriez, puis finalement innocenté, il gagna l’Angleterre. Militaire, Miranda était aussi un théoricien, et il fut l’un des premiers à concevoir une organisation politique pour une Amérique hispanique unifiée, en s’inspirant notamment des écrits du jésuite expulsé Juan Pablo Viscardo y Guzmán, auteur de la Carta a los Americanos. Dans les années 1790, il élabora un projet de constitution pour les colonies hispano-américaines, inspiré à la fois par la République romaine et par la monarchie parlementaire britannique. Il avait aussi imaginé puiser dans les pages les plus prestigieuses du passé amérindien, en nommant « Inca » l’empereur qui règnerait, de manière héréditaire, sur ce territoire, et dont le pouvoir continental aurait été contrebalancé par deux assemblées, par des censeurs, des édiles et des questeurs. Concernant l’équilibre entre les différentes institutions, Miranda s’était aussi inspiré en partie de Jeremy Bentham, dont il était proche29. Puis en 1801, il conçut un projet de gouvernement qui s’approchait plus de la forme républicaine : le pouvoir exécutif devait désormais être représenté par deux Incas, choisis par le pouvoir législatif30. Ce changement était-il lié à la conspiration de La Guaira en 1797, qui avait montré à Miranda qu’un mouvement républicain s’était formé au Venezuela ?

13Dans les années 1790, le Venezuela était entré dans l’ère des révolutions à travers une série de connexions internationales qu’on vient d’esquisser brièvement. Des mouvements comme la révolte de Coro, la conspiration de La Guaira ou les projets naissants de Francisco de Miranda montraient une diffusion encore limitée, mais bien réelle, d’idées républicaines et antiesclavagistes.

Les premiers indépendantistes et les esclaves : un rendez-vous manqué

  • 31 En effet, les soulèvements des Andes de 1780-1781, conduits par Tupac Amaru II au Pérou et Tupac K (...)
  • 32 Avec notamment plusieurs pertes territoriales en 1797, dont l’île de Trinidad qui faisait partie d (...)
  • 33 Il avait pu recruter des marins dans le port de New York mais, contrairement à ce qu’il espérait, (...)

14C’est finalement en 1806 que Miranda organisa une expédition sur les côtes du Venezuela : la première action militaire explicitement menée au nom de l’indépendance de l’Amérique hispanique31. Le contexte était celui d’un indéniable affaiblissement de l’Empire espagnol depuis les années 179032, et plus encore après la déroute des flottes hispaniques et françaises face à l’Angleterre, le 21 octobre 1805 à Trafalgar. Miranda avait formé son expédition à New York33, avant de chercher l’appui de la jeune République d’Haïti, née le 1er janvier 1804 de la résistance au rétablissement bonapartiste de l’esclavage. Miranda pouvait aussi compter sur le soutien de l’Angleterre, ce qui lui valait l’hostilité de la France de Napoléon Ier.

15Contrairement aux conspirateurs de La Guaira, il ne prévoyait pas l’abolition de l’esclavage dans son projet politique. En revanche, le premier article de son projet de gouvernement fédéral précisait clairement que pourraient être citoyens tous ceux qui étaient nés de parents libres. À ce titre, Miranda était tout de même plus proche de la conception de la citoyenneté de la Révolution française que de celle de l’indépendance des États-Unis d’Amérique. La citoyenneté n’était pas définie par un critère ethnique, mais par la condition d’homme libre.

  • 34 C. Bohórquez, « L’ambivalente présence d’Haïti dans l’indépendance du Vénézuéla », Outre-Mers. Rev (...)
  • 35 C. Thibaud, « “Coupé têtes, brûlé cazes” : peurs et désirs d’Haïti dans l’Amérique de Bolivar », A (...)
  • 36 Archivo General Militar de Madrid (AGMM), Colección general de documentos, 5.2.2.6, Manuel Guevara (...)

16Miranda, qui avait connu la prison dans la France de 1793 et qui, comme beaucoup d’individus du bassin caribéen de condition aisée, avait été effrayé par la Révolution de Saint-Domingue, souhaitait éviter un processus révolutionnaire trop radical34. En effet, en 1806, l’effervescence politique des années 1793-1797, qui associait républicanisme et abolitionnisme, multiplication des révoltes serviles et diffusion de Lumières radicales, semblait appartenir au passé ; Haïti, devenu indépendant le 1er janvier 1804 en résistant au rétablissement de l’esclavage décidé par Napoléon Bonaparte, apparaissait complètement isolé dans la Grande Caraïbe. En 1806, lorsque Miranda fit escale en Haïti, il rencontra le président Dessalines. Ce dernier encouragea le révolutionnaire vénézuélien à mener une guerre sans quartier, employant une formulation en créole haïtien demeurée célèbre : « Coupé têtes, brûlé cazes »35. Or, Miranda espérait rallier massivement la population qu’il imaginait mûre pour l’indépendance, et épargner le sang de ses compatriotes. Mais l’escale en Haïti fut aussi l’occasion pour les espions espagnols d’informer amplement les autorités de Terre-Ferme des projets du natif de Caracas. Une propagande redoutable fut alors mise en œuvre dans les régions côtières : dans les églises, les prêtres avertissaient de l’arrivée d’un dangereux adversaire de la religion, et les créoles étaient prévenus du risque d’une nouvelle « révolution noire » promue par un subversif venu d’Haïti. En effet, les autorités coloniales avaient été marquées par la Révolution caribéenne des années 1790, en particulier par la révolte de Coro en 1795. Dans ses lettres au ministère de la Guerre, le capitaine général du Venezuela, Manuel Guevara, s’inquiétait des promesses de liberté et d’égalité que Miranda pourrait faire aux esclaves et aux pardos, et qui pourraient déclencher une guerre révolutionnaire dans la province36.

  • 37 Comme on l’a vu précédemment, l’île prise à l’Espagne en 1797 était devenue le refuge des révoluti (...)
  • 38 TNA, CO 395 14, Thomas Hislop à William Windham, 25 juin 1806.
  • 39 Archives nationales de l’outre-mer (ANOM), Correspondance à l’arrivée en provenance de la Guadelou (...)

17Miranda fit d’abord une première tentative de débarquement le 26 avril qui échoua : deux des trois navires de l’expédition furent capturés par les Espagnols, mais le vaisseau de Miranda parvint à fuir. Miranda rechercha alors le soutien de l’Angleterre, grande rivale de l’Espagne, et fut accueilli par le gouverneur Hislop à Trinidad37 après avoir été escorté par des navires de la Royal Navy38. Alors que Miranda espérait pouvoir compter sur le ralliement spontané d’une grande partie de la population, il trouva une ville largement vide lorsqu’il débarqua à Coro. La mobilisation militaire battait son plein dans toute la province de Caracas, et même au-delà, puisque la France décida de prêter secours à l’Espagne par l’envoi d’un détachement militaire. En effet, le capitaine général de la Guadeloupe envoya le navire l’Austerlitz avec une centaine d’hommes à son bord39. Les autorités du Premier Empire voulaient empêcher ce qu’ils percevaient avant tout comme une entreprise britannique. La tentative de Francisco de Miranda tourna court, et il dut rembarquer, se réfugiant à nouveau dans l’île anglaise de Trinidad.

  • 40 Pour une étude plus détaillée de ces processus, on renvoie notamment aux travaux suivants : F.-X.  (...)

18La rupture qui déclencha les processus indépendantistes intervint dans un moment géopolitique totalement distinct, à partir de l’invasion de l’Espagne par Napoléon Bonaparte en 1808 et des abdications de Charles IV et de Ferdinand VII. Des juntes de conservation des droits du monarque déchu Ferdinand VII se constituèrent aussi bien en péninsule Ibérique que sur le continent américain. Aux Amériques, ces juntes avaient aussi une dimension subversive, car elles se substituaient au pouvoir des gouverneurs : composées de créoles, elles remplaçaient le pouvoir d’un gouverneur espagnol. Les nouvelles d’une péninsule Ibérique en proie au chaos et de la légitimité contestée du conseil de régence avaient renforcé les aspirations à l’autogouvernement. Au cœur de ce processus de rupture complexe entre 1808 et 181140 se trouvait également l’impression de nombreux Hispano-Américains d’être considérés comme des sujets de seconde zone par les Espagnols péninsulaires, impression produite par les nouvelles reçues du conseil de régence et de la Junte centrale située à Cadix. Les membres de la junte de Caracas, rejoints par des représentants de plusieurs autres provinces, proclamèrent finalement l’indépendance le 5 juillet 1811.

  • 41 J. M. Ramos Guédez, « Simón Bolívar y la abolición de la esclavitud en Venezuela 1810-1830. Proble (...)

19Nombre des créoles qui menaient le mouvement indépendantiste, comme Simón Bolívar ou le marquis de Toro, appartenaient à l’élite économique ; ils étaient propriétaires d’haciendas de cacao, de canne à sucre, de tabac, de café, de coton et d’indigo, et étaient donc d’importants propriétaires d’esclaves. Haïti demeurait toujours un cas isolé dans la Caraïbe, et c’est plutôt vers le colonialisme à l’anglaise que les patriotes tournaient leurs regards : ni l’abolition de l’esclavage ni la mobilisation des esclaves n’étaient au programme des républicains de 1810-1811 au Venezuela. Il faut néanmoins noter une avancée importante, l’abolition de la traite par la junte de Caracas établie en avril 181041, qui rapprochait les patriotes sud-américains de la position britannique.

  • 42 Pablo Rodriguez relève que le chiffre le plus souvent avancé était de dix mille morts : P. Rodrigu (...)
  • 43 C. Thibaud, Républiques en armes : les armées de Bolívar dans les guerres d’indépendance du Venezu (...)
  • 44 N. Coll y Prat, Memoriales sobre la independencia de Venezuela, Caracas, Academia Nacional de la H (...)
  • 45 C. Thibaud, Républiques en armes, op. cit., p. 90.
  • 46 N. Coll y Prat, Memoriales sobre la independencia de Venezuela, op. cit., p. 59.

20Fort de son action militaire et politique, et de son statut de précurseur de l’indépendantisme, Miranda fut rappelé pour prendre part à l’organisation de la jeune République du Venezuela, alors que plusieurs cités, notamment Valencia, Coro et Maracaibo, avaient proclamé leur fidélité à la monarchie. Le nouveau régime dut également affronter une terrible épreuve au moment du tremblement de terre du 26 mars 1812, qui provoqua entre 2 000 et 10 000 morts à Caracas, alors peuplée de 30 000 habitants42. Pour l’Église, le désastre avait un coupable désigné : la République impie. Les sermons propagèrent ce message aux effets désastreux dans toute la province. En outre, dans les régions rurales de l’est de Caracas, le Barlovento, peuplées en grande majorité de Noirs libres et d’esclaves, un royalisme populaire émergeait avec vigueur, donnant lieu à un soulèvement contre les patriotes, que Clément Thibaud propose de nommer « Vendée servile »43. L’une des principales sources concernant le soulèvement populaire qui survint alors est constituée par les mémoires de l’archevêque de Caracas, Narciso Coll y Prat44. Dans un ouvrage publié en 1818, et adressé à Ferdinand VII, le prélat valorisait le rôle de l’Église dans l’organisation du soulèvement, mais soulignait également une certaine autonomie populaire dans le déroulement des combats. Il assurait que la boîte de Pandore de la prise d’armes servile avait été ouverte par Francisco de Miranda, qui aurait assorti la proclamation de la loi martiale, le 19 juin 1812, d’une disposition offrant la liberté aux esclaves qui combattraient pour la République. Pour autant, comme l’avait déjà remarqué Clément Thibaud, cette disposition n’est pas contenue dans le texte même de la loi martiale45. C’est en tout cas dans le camp royaliste que la main-d’œuvre noire et métisse, esclave ou libre, entra dans la guerre d’indépendance. Le récit de Narciso Coll y Prat met en avant une fidélité sans faille à l’Ancien Régime, s’attribuant à l’occasion un rôle flatteur, mais aussi une capacité d’auto-organisation de la part des combattants. L’archevêque aurait informé les prêtres des régions esclavagistes qu’ils devaient s’élever contre la loi martiale de Miranda en incitant les esclaves à prendre les armes en défense de la religion et du roi46. L’homme d’Église écrivait également que la troupe royaliste entama une marche implacable sur Caracas, siège de la République honnie :

  • 47 « En muchos lugares de Barlovento por los Negros así esclavos como libres escogiendo sus Comandant (...)

En beaucoup d’endroits du Barlovento, les Noirs esclaves comme libres choisissaient leurs propres chefs, détruisaient tous les patriotes qu’ils rencontraient et s’approchaient de la capitale pour sauver leur archevêque des dangers et des malheurs qu’il souffrait ; en finir avec le gouvernement républicain, et passer au fil de l’épée tout habitant de Caracas qui leur passerait sous la main.47

  • 48 Coleccion de documentos relativos á la vida pública del libertador de Colombia y del Perú Simon Bo (...)

21Ce récit est en partie corroboré par des témoignages dans le camp patriote, notamment par Simón Bolívar dans un texte écrit en septembre 1813 et publié en 182648. L’officier indépendantiste évoque

  • 49 « La revolución de los negros, libres y esclavos, provocada, auxiliada y sostenida por los emisari (...)

la révolution des Noirs, libres et esclaves, provoquée, aidée, et alimentée par les émissaires de Domingo Monteverde, officier responsable de la chute de la Première République du Venezuela avant d’être vaincu par Manuel Piar et Simón Bolívar. Cette troupe inhumaine, se nourrissant du sang et des biens des patriotes, dont on leur avait donné une liste à Curiepe et à Caucagua, marchant contre les résidents de Caracas, commit dans ces vallées, et en particulier dans la localité de Guatire, les plus horribles assassinats, vols, violences et dévastations.49

22Le rôle des prêtres qui incitaient à se soulever contre la République est aussi mentionné par Bolívar. On remarque également dans cette description effrayée, insistant sur l’inhumanité et la cruauté de l’ennemi, un souci de stigmatiser l’adversaire, mais aussi le poids de la peur sociale, voire des préjugés racistes, chez le jeune patricien de Caracas. La peur qu’inspirait la Révolution de Saint-Domingue au Venezuela était sans doute sous-jacente dans ces propos. La mobilisation militaire en elle-même est en tout cas indéniable. Dès lors, comment expliquer ce royalisme populaire de la part des esclaves et des Noirs libres ? Comment comprendre la capacité du gouverneur, de l’archevêque et des prêtres à mobiliser les subalternes ?

  • 50 Sur l’histoire et la culture de Curiepe, on consultera avec profit la thèse de doctorat en anthrop (...)
  • 51 M. Ugueto-Ponce, Curiepe y San Mateo de Cangrejos, op. cit., p. 146.
  • 52 Ibid., p. 148-153.

23Sans doute faut-il prendre en compte le fait que les républicains du début des années 1810, contrairement aux conspirateurs de La Guaira en 1797, n’étaient pas porteurs d’un projet abolitionniste. Les patriotes n’avaient pas de point d’appui solide pour combattre la fidélité à la monarchie catholique, puissante dans une partie des classes populaires. Il faut aussi souligner la particularité du village de Curiepe, épicentre de la « Vendée servile » de 1812. La localité avait été fondée dans les années 1710-1720 par un groupe de Noirs libres menés par l’un des leurs – Juan del Rosario Blanco, capitaine de milices – et reconnue par la Couronne en 1721, puis en 173550. En 1763, menacés par une famille de grands propriétaires terriens, les Noirs libres de Curiepe se virent à nouveau reconnaître leurs droits à demeurer sur le territoire par les instances de la monarchie51. Meyby Ugueto-Ponce souligne également le rôle structurant de l’Église catholique dans la communauté, et sa capacité de négociation avec les autorités coloniales, de même que l’existence de petits propriétaires noirs. Tous ces éléments peuvent contribuer à expliquer une certaine fidélité à la monarchie et à l’Église, qui se manifesta dans la prise d’armes de 181252.

  • 53 J.-P. Tardieu, El Negro Guillermo, Venezuela (1769-1771): análisis de un discurso represivo del ci (...)

24Pour autant, ce tableau doit aussi être nuancé, car le royalisme populaire ne représentait qu’une part de la réalité sociale du Barlovento : durant toute l’époque coloniale, le marronnage et ses attaques contre les troupes coloniales étaient aussi très vivaces, comme le montre l’exemple de la communauté marronne de Guillermo Ribas, qui terrifia les autorités entre 1769 et 177153. La pratique du marronnage, persistante jusqu’au début du XIXe siècle, avait aussi favorisé une certaine culture des armes, une expérience de la guérilla avant la lettre, en somme la connaissance d’un répertoire d’actions dans lequel puisèrent aussi les esclaves insurgés de 1812 : gageons que beaucoup d’esclaves attaquèrent et volèrent les patriotes désignés par l’Église en y voyant l’occasion de rompre avec une situation de domination sociale, autant voire plus que par conviction religieuse ou politique. À son insu, l’Église contribuait ainsi à approfondir la situation révolutionnaire : certes, les patriotes avaient perdu la bataille de 1812, mais il n’était guère aisé de faire revenir les esclaves ayant porté les armes sous le joug de la plantation. Les dominations économiques et sociales étaient mises à mal, et la société coloniale se transformait irrémédiablement. Pour l’heure, Miranda capitulait le 25 juillet 1812, entraînant la chute de la première République du Venezuela.

L’incorporation des esclaves aux armées patriotes

  • 54 L’île de Trinidad était espagnole jusqu’en 1797, date à laquelle elle fut conquise par les Britann (...)
  • 55 The National Archives (NA), Colonial Office (CO), 295 36, Correspondance du gouverneur de Trinidad (...)

25Après l’échec de 1812, les patriotes connurent cependant une série de victoires en 1813, et Simón Bolívar, qui se substitua à Miranda comme général en chef, parvint à s’emparer de Caracas. Venu des Andes, Simón Bolívar mena une campagne militaire éclair, connue sous le nom de « Campagne admirable ». On connaît moins l’autre campagne menée simultanément par les républicains, dans l’est du Venezuela, à partir de l’île anglaise de Trinidad54. Pourtant, si l’on en croit la correspondance du gouverneur de Port-d’Espagne, les républicains recrutèrent à cette occasion un certain nombre de soldats à Trinidad, à l’insu de l’administration britannique : des miliciens libres de couleur, et également quelques esclaves. Le 23 juillet 1813, le Trinidad Courant and Commercial Gazette, principal périodique de l’île, contenait une annonce de recherche d’un esclave évadé nommé Jacob, maçon de profession, soupçonné de s’être engagé avec les indépendantistes55. En outre, les nouvelles qui parvenaient du continent mentionnaient le recrutement d’esclaves par le général patriote Santiago Mariño dans ses armées ; et le gouverneur Woodford insistait sur cet aspect dans sa correspondance. Ainsi, lorsqu’il mentionnait la prise de Cumaná en août 1813 par les troupes de Santiago Mariño, le gouverneur l’évoquait en ces termes : « Cumaná s’est rendue à Mariño et aux mulâtres et aux esclaves sous son commandement ». Le recrutement d’esclaves était-il devenu une pratique courante dans ces armées républicaines de l’est du Venezuela, ou était-ce seulement la peur d’un nouvel Haïti qui s’exprimait dans ces témoignages britanniques ? On penche plutôt pour la première hypothèse, mais il s’agit a priori plutôt d’un recrutement opportuniste et non d’un mouvement de libération générale.

  • 56 Les Llanos : vaste région naturelle des plaines du bassin de l’Orénoque, à cheval sur la Colombie (...)
  • 57 Voir en particulier les ouvrages suivants : G. Carrera Damas, « Boves: aspectos económico-sociales (...)
  • 58 Archivo Restrepo (AR), fonds 1, vol. XXX, pièce no 2, Boves au Teniente Justicia de Camatagua, 15  (...)
  • 59 Notamment avec la famille des marquis de Casa León : Archivo General del Ministerio de Justicia (A (...)

26Ces victoires patriotes en 1813 furent finalement de courte durée, et les républicains subirent un nouvel échec en 1814 et au début de 1815. Les troupes conduites par José Tomás Boves, composées d’habitants du Venezuela de toutes origines sociales, dont, à nouveau, d’anciens esclaves, mirent à nouveau en déroute les indépendantistes. J. T. Boves parvint incontestablement à rassembler, plus qu’aucun autre chef de guerre avant lui, une troupe nombreuse (plus de 7 000 hommes) avec des recrutements dans les classes subalternes, notamment dans la région des grandes plaines56, où il était commerçant avant la guerre57. Loin toutefois de prôner une révolution sociale, il ne recrutait pas seulement grâce à sa proximité culturelle avec ses hommes, mais aussi par des incorporations forcées58, et par une alliance avec certains membres des élites demeurés fidèles à la cause royaliste59.

  • 60 TNA, CO, 295 36, Correspondance du gouverneur de Trinidad, lettre du général Francisco Tomas Moral (...)
  • 61 F. Spillemaeker, « Quand les cocardes étaient marronnes : La Trinité espagnole en révolution », Mo (...)
  • 62 Estimation tirée de F. Brito Figueroa, La estructura economica de Venezuela colonial, Caracas, Uni (...)

27Ces circonstances désastreuses pour la cause patriote furent néanmoins propices à une première inflexion des républicains sur la question de l’esclavage. Ainsi, le 15 février 1815, quelques heures avant la prise du port de Güiria par les royalistes, le commandant patriote Jean-Baptiste Bideau proclama la liberté générale des esclaves qui prendraient les armes pour la République60. Il s’agissait de toute évidence d’une mesure opportuniste et désespérée. J.-B. Bideau commandait en effet depuis janvier 1813 la place de Guïria, port le plus oriental du Venezuela situé face à Trinidad, et avait continûment assuré aux autorités anglaises qu’il n’avait aucune velléité de lutter contre l’esclavage. C’est donc seulement lorsque la défaite lui sembla inévitable qu’il prit cette mesure. Pour autant, il faut aussi remarquer que J.-B. Bideau, libre de couleur originaire de Sainte-Lucie, était un ancien corsaire de Victor Hugues, et qu’il avait donc participé aux campagnes militaires dans les Antilles consécutives au décret abolitionniste de 1794. Ainsi, en mai 1796, dans l’île de Trinidad, il avait combattu les troupes anglaises aux côtés d’esclaves et de Noirs libres ayant pris les armes61. Même si le décret de 1815 était avant tout pragmatique (il s’agissait de compliquer la reconquête royaliste du territoire, devenue inévitable), on peut aussi remarquer qu’il remettait en œuvre une pratique révolutionnaire des années 1790. Certes, les esclaves n’avaient pas au Venezuela le même poids démographique que dans les îles à sucre (en 1800 : 9,7 % d’esclaves et 2,6 % de marrons dans la population62), mais ils pouvaient représenter un apport décisif dans une guerre où les batailles mettaient aux prises des effectifs limités à quelques milliers d’hommes, voire parfois à quelques centaines.

  • 63 Real Academia de la Historia (RAH), fonds Pablo Morillo Conde de Cartagena, 9-7696, 53, Guyane, pr (...)

28D’autres chefs de guerre s’inspirèrent d’ailleurs de cette mesure, notamment dans les guérillas patriotes qui parvinrent alors à se maintenir, malgré la terrible avancée des troupes royalistes dans les années 1814 et 1815. C’est notamment le cas dans la province de Guyane, au sud-est du Venezuela, où les commandants patriotes José Tadeo Monagas et Manuel Cedeño diffusèrent le 28 mai 1815 une proclamation en quatorze points établissant les principes de la guerre de libération qu’ils souhaitaient conduire. Le second point de ce document affirmait que tout esclave qui se présenterait pour défendre la République serait aussitôt déclaré libre, et que lui et sa famille seraient récompensés selon leur service63. Ces mesures contribuèrent sans doute au maintien de guérillas patriotes sur le territoire vénézuélien, alors même que la majorité des chefs patriotes étaient en exil.

  • 64 N. Terrien, Des patriotes sans patrie : histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole (1 (...)
  • 65 P. Verna, Petión y Bolívar: una etapa decisiva en la emancipación de Hispanoamérica (1790-1830), C (...)

29Après avoir tenté d’obtenir le soutien anglais en Jamaïque, c’est finalement en Haïti, dix ans après Francisco de Miranda, que les principaux officiers indépendantistes se réunirent64. Une nouvelle fois, l’ancienne colonie de Saint-Domingue était indispensable pour les patriotes sud-américains. Elle était alors divisée entre le royaume d’Henri Christophe d’une part, et la République du président Alexandre Pétion d’autre part : c’est vers ce dernier que se tournèrent les républicains. Bolívar en particulier s’entretenait avec Pétion, pour négocier son aide militaire et logistique. L’aide fut accordée, mais à la condition que les indépendantistes proclament l’abolition de l’esclavage en Amérique hispanique65. Aussi, lors du débarquement des troupes indépendantistes en 1816, des décrets appelant à l’incorporation des esclaves aux armées furent proclamés : le 2 juin à Carúpano, et le 6 juillet à Ocumare de la Costa. Le premier texte était spécifiquement adressé aux esclaves, et s’inscrivait dans la lignée des proclamations faites par d’autres chefs indépendantistes lors de l’année 1815 : elle offrait la liberté aux esclaves à la condition qu’ils prennent les armes pour la République. Par contre, le deuxième texte était plus radical et proclamait : « la malheureuse partie de nos frères qui a gémi dans les chaînes de l’esclavage jusqu’à maintenant est déjà libre ». La disparition de l’esclavage s’inscrivait désormais dans l’horizon d’attente républicain.

  • 66 M. Hernández González, La guerra a muerte: Bolívar y la campaña admirable (1813-1814), Santa Cruz (...)

30Cette proclamation prenait également place dans le cadre d’un texte d’ambition plus large, qui mettait aussi explicitement fin à la « guerre à mort », guerre sans merci que Bolívar avait décrétée contre les Espagnols en 181366. Il s’agissait plutôt de tracer des perspectives politiques à plus ou moins long terme, à travers une formulation générale visant à susciter le ralliement de toutes les classes de la population, en affirmant qu’il n’y aurait plus, à l’avenir, qu’une seule classe d’hommes, celle des citoyens.

  • 67 TNA, CO, 295, 39, Correspondance du gouverneur de Trinidad, Rafael Woodford à Earl Bathurst, 8 jan (...)
  • 68 TNA, CO, 295, 40, Correspondance du gouverneur de Trinidad, Rafael Woodford à Earl Bathurst, 5 oct (...)
  • 69 Voir notamment : W. Bruyère-Ostells, La Grande Armée de la liberté, Paris, Tallandier, 2009 ; M. B (...)

31Mais en raison des conditions matérielles de la guerre, et en particulier des difficultés à diffuser les informations, il faut par ailleurs relativiser les effets réels des décrets, qui ne pouvaient pas toujours être connus de ceux auxquels ils étaient destinés, et insister sur les conséquences concrètes de six années de combat qui avaient désorganisé l’économie coloniale, et offert des opportunités aux dominés. Dès lors, le marronnage avait pris une ampleur qui dépassait les autorités royalistes ou patriotes. Ainsi, le 8 janvier 1816, le gouverneur Woodford se préoccupait des guérillas d’ex-esclaves qui parcouraient les côtes vénézuéliennes, composées d’ex-esclaves de la région de Guïria67. Ce marronnage de guerre provenait également, et avant tout, des décisions des esclaves eux-mêmes, qui y voyaient un moyen de gagner la liberté, perpétuant des pratiques séculaires, indépendamment des décisions de tel ou tel chef militaire. Toutefois, après les décrets pris par Simón Bolívar, il semble y avoir eu une intensification de l’engagement des esclaves. Ainsi, le 5 octobre 1816, le gouverneur informait Londres que les esclaves de Trinidad étaient chaque jour plus nombreux à gagner le continent, en s’emparant d’embarcations, pour s’engager dans l’armée indépendantiste vénézuélienne68. Ainsi, des marrons étrangers, venus de Trinidad, prirent également part au combat pour l’indépendance du Venezuela, à travers un véritable marronnage de guerre. Ce fait mérite d’être signalé, car si l’engagement de volontaires européens dans les indépendances de l’Amérique latine est bien connu69, celui des combattants caribéens reste encore méconnu.

  • 70 NA, CO 237 49, Correspondance du gouverneur de Trinidad, Rafael Woodford à Earl Bathurst, 1er sept (...)
  • 71 José Antonio Páez est un personnage central de l’indépendance du Venezuela. Il devint le principal (...)
  • 72 J. A. Páez, Autobiografia del general José Antonio Páez, New York, Imprenta de Hallet y Breen, 186 (...)
  • 73 H. Bencomo Barrios, « Mina, Juan Antonio », dans Diccionario de Historia de Venezuela, Caracas, Fu (...)
  • 74 « Coronel negro, primer ayudante suyo, conocido por sus asesinatos ». Archivo General de la Marina (...)

32Par la suite, on peut se demander quelles furent les opportunités de ces anciens esclaves dans les armées indépendantistes. Alors qu’en Haïti, nombre d’ex-esclaves (Toussaint Louverture, Jean-François, Christophe, etc.) devinrent généraux, le processus indépendantiste hispano-américain fut essentiellement dirigé par des créoles, et par certains métis. En réalité, il est difficile de savoir de manière précise combien d’anciens esclaves purent accéder à des grades d’officier, dans la mesure où il s’agit d’une origine considérée comme honteuse et volontiers masquée par les intéressés. Les origines serviles de certains officiers sont donc souvent difficiles à établir de manière certaine. Ainsi, le gouverneur Woodford, parmi les nombreux reproches qu’il adresse au général révolutionnaire Mariño, rapporte qu’il nomma lieutenant un ancien esclave70. Un autre exemple, bien connu de l’historiographie, car décrit dans l’autobiographie du général José Antonio Páez71, est celui de Pedro Camejo, ancien esclave originaire des Llanos, devenu lieutenant de cavalerie, qui mourut le 24 juin 1821, lors de la bataille de Carabobo, décisive pour l’indépendance du Venezuela72. J. A. Páez rapporte que Pedro Camejo était généralement connu sous le surnom de « Negro Primero », le premier Noir. Ancien esclave, il aurait d’abord combattu pour les royalistes, sur ordre de son propriétaire, avant de rejoindre les troupes de Páez. José Antonio Páez rapporte une rencontre entre Pedro Camejo et Simón Bolívar, au cours de laquelle Camejo impressionna favorablement Bolívar par son bon sens et sa sincérité. Le récit est ambivalent : d’une part Páez marque son admiration pour le grand courage de Camejo lors des combats, mais il insiste aussi sur ses manières qui divertissaient et faisaient rire les autres officiers, non sans paternalisme. Le surnom lui-même mérite également qu’on s’y arrête. Le terme « negro » en espagnol, s’il n’était pas accompagné de l’adjectif « libre », était généralement synonyme d’esclave, et soulignait sans doute une origine servile rare parmi les officiers, objet d’étonnement dans l’armée. Quant à l’adjectif « primero », le « premier », il pouvait marquer la même ascension singulière (le premier des siens à accéder à ce grade) ou l’excellence (le plus brave d’entre les Noirs). Le cas du colonel Juan Antonio Mina mérite également d’être mentionné. Il fut d’abord l’un des chefs guérilleros de l’est du pays en 1815 puis parvint au grade de colonel, et combattit sous les ordres de José Antonio Páez en 1823, avant de mourir en Équateur en 182973. Or, dans la Gaceta del Gobierno de Puerto Rico du 13 avril 1824, publication royaliste, Mina est qualifié de « colonel noir, premier aide de camp [de Páez], connu pour ses assassinats »74. On relève d’emblée que cette appellation est associée à une accusation violente. Aussi, cette désignation pourrait indiquer une origine servile de cet officier, mais gagnerait à être confirmée par d’autres témoignages. En effet, dans la gazette de Porto Rico, cette référence au colonel Mina, qualifié de « connu pour ses assassinats », prend place dans cet article donnant une description extrêmement négative du Venezuela indépendant, et mentionnant un supposé projet de soulèvement des « clases », c’est-à-dire des différentes catégories de métis d’origine africaine, contre le gouvernement. En somme, on est face à un texte typique des publications contre-révolutionnaires dans le contexte caribéen : l’hostilité au républicanisme et à l’indépendantisme s’associe aux préjugés racistes, à la peur d’une nouvelle révolution inspirée d’Haïti. Bien qu’il n’ait pas lui-même fait l’expérience de l’esclavage, on peut également mentionner la carrière militaire de Juan José Rondón, fils de l’esclave affranchi Bernardo Rondón, qui mena une attaque décisive lors de la bataille du Pantano de Vargas, le 25 juillet 1819, ouvrit la voie à la conquête de Bogota et de toute la Colombie par les troupes patriotes, et mourut des suites d’une blessure lors de la bataille de Naguanagua en 1822. Au-delà de ces exemples, il y eut sans doute bien d’autres cas d’officiers d’origine servile pendant la guerre d’indépendance du Venezuela, mais qui s’ingénièrent à masquer cette expérience douloureuse et mal perçue pour tenter d’effacer le stigmate et de faciliter ainsi leurs carrières.

  • 75 Le Venezuela, l’Équateur et le Panama faisaient alors partie de cette même République de Colombie, (...)
  • 76 F. Brito Figueroa, « La población y Ia estructura social de Venezuela en las primeras décadas del (...)

33Malgré la rupture politique avec l’Ancien Régime qui survint à l’ère des révolutions, le lien entre républicanisme et abolitionnisme n’avait rien d’évident pour les patriotes des deux rives de l’Atlantique, dans les années 1790 comme dans les années 1810. De même que Léger-Félicité Sonthonax et Étienne Polverel furent amenés à décréter la liberté générale à Saint-Domingue devant la formidable mobilisation des esclaves, les premières mesures des patriotes du Venezuela contre l’esclavage furent progressives et pragmatiques. Mais à la différence de la Convention, qui la décréta le 16 pluviôse an II (4 février 1794), les indépendantistes n’instaurèrent pas l’abolition complète. Alors qu’en Haïti les esclaves représentaient l’écrasante majorité et menèrent leur propre révolution aboutissant à la naissance d’Haïti, au Venezuela, ils étaient une minorité, qui ne bénéficia pas pleinement de sa participation à la guerre d’indépendance. En effet, le congrès de Cúcuta, qui élaborait une constitution pour la République de Colombie75, choisit une solution « gradualiste », inspirée notamment par l’Angleterre, et prononça uniquement « la liberté des ventres » le 21 juillet 1821. Les enfants de femmes esclaves qui naîtraient à partir de la promulgation de la loi devaient continuer à servir leurs maîtres pendant l’enfance et l’adolescence, et théoriquement devenir libres une fois atteint l’âge de dix-huit ans. En 1829, Federico Brito Figueroa estime qu’il n’y avait plus qu’environ 49 800 esclaves au Venezuela, soit 45 % de moins qu’avant la guerre d’indépendance76. Un nombre important d’entre eux étaient morts au combat, mais le conflit avait aussi entraîné le déclin de l’économie esclavagiste, par les destructions, comme par les opportunités de liberté dont beaucoup avaient pu se saisir. C’est finalement en 1854, plus de trente ans après que l’indépendance avait été acquise sur les champs de bataille, par le sang de nombreux affranchis, que l’esclavage fut aboli au Venezuela.

34À l’ère des révolutions, les échos de la Marseillaise au Venezuela étaient étroitement liés aux échos de Saint-Domingue. Dès les années 1790, l’antiesclavagisme et le républicanisme représentaient une menace pour l’ordre colonial d’Ancien Régime, qu’il parvenait toutefois à contenir. Dans la guerre d’indépendance elle-même, qui s’engagea à partir de 1810, le choix du républicanisme fut précoce, et l’égalité entre hommes libres, quelle que soit leur origine, fut proclamée. Mais la question de l’esclavage faisait débat, en raison de la peur qu’inspirait la radicalité de la Révolution de Saint-Domingue, et des intérêts économiques puissants qui en dépendaient. C’est par nécessité militaire que les esclaves furent progressivement incorporés dans la guerre : d’abord dans le camp royaliste, puis progressivement dans le camp patriote. À partir de 1816, et grâce notamment au soutien d’Haïti, la suppression de l’esclavage devint un horizon souhaitable et légitime, mais à nouveau repoussé par des mesures gradualistes qui reportèrent l’abolition au milieu du XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Les pionniers de l’approche atlantique des révolutions furent Jacques Godechot et Robert Palmer, qui s’intéressaient principalement aux événements révolutionnaires en Europe et en Amérique du Nord : J. Godechot, Les révolutions : 1770-1799, Paris, PUF, 1963 ; R. R. Palmer, The Age of the Democratic Revolution: A Political History of Europe and America, 1760-1800, Princeton, Princeton University Press, 1959-1964, 2 vol. Depuis les années 2000, la nouvelle histoire atlantique a également inclus la révolution de Saint-Domingue et les indépendances de l’Amérique ibérique dans une réflexion qui met en avant les connexions et les analogies entre les différents processus : J. Adelman, Sovereignty and Revolution in the Iberian Atlantic, Princeton, Princeton University Press, 2006 ; A. E. Gómez, Le spectre de la révolution noire : l’impact de la révolution haïtienne dans le monde atlantique, 1790-1886, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 ; C. Thibaud, Libérer le Nouveau Monde : la fondation des premières républiques hispaniques (Colombie et Venezuela, 1780-1820), Bécherel, Les Perséides, 2017 ; D. A. Bell, Men on Horseback: The Power of Charisma in the Age of Revolution, New York, Farrar, Straus and Giroux, 2020.

2 Parmi les nombreuses synthèses récentes, on peut consulter : C. Leal Curiel, « Entre la división y la confederación, la independencia absoluta: problemas para confederarse en Venezuela (1811-1812) », dans V. Hébrard et G. Verdo éd., Las independencias hispanoamericanas: un objeto de historia, Madrid, Casa de Velázquez, 2013, p. 199‑212. Concernant le Venezuela et la Colombie en particulier, on renvoie également aux travaux suivants : C. Thibaud, Libérer le Nouveau Monde, op. cit. ; F. Ortega Martínez et Y. A. Chicangana-Bayona éd., Conceptos fundamentales de la cultura política de la Independencia, Bogota, Universidad Nacional de Colombia, 2012.

3 Le terme « criollo », ou « blanco criollo », désignait alors les personnes réputées blanches vivant au Venezuela et appartenant plutôt aux élites. L’expression « blanco de orilla » était employée pour désigner des Blancs de condition plus modeste, souvent originaires des Canaries.

4 Concernant l’impact de la Révolution de Saint-Domingue au Venezuela, on renvoie en particulier au travail d’A. E. Gómez : Le spectre de la révolution noire, op. cit.

5 Dans le Venezuela colonial, le terme de pardo au masculin, ou parda au féminin, désignait des individus aux origines à la fois européennes et africaines (et éventuellement amérindiennes), et qui avaient une condition sociale intermédiaire distincte de celle des mulatos, individus d’origine plus populaire ayant une ascendance d’une part européenne et d’autre part africaine, et de celle des zambos, aux ancêtres amérindiens et africains. Les Noirs libres étaient parfois nommés negros libres, ou alors morenos.

6 L. F. Pellicer, La vivencia del honor en la provincia de Venezuela, 1774-1809: estudio de casos, Caracas, Fondo Editorial de Humanidades y Educación, Universidad Central de Venezuela, 2005 ; Y. Artigas Dugarte, Los pardos en el orden institucional borbónico de la Provincia de Venezuela (1776-1810), Mérida, Universidad de Los Andes, Academia Nacional de la Historia, 2018.

7 F. Langue, « La pardocratie ou l’itinéraire d’une “classe dangereuse” dans le Venezuela des XVIIIe et XIXe siècles », Caravelle, no 67, 1996, p. 57-72.

8 A. E. Gómez, « El estigma africano en los mundos hispano-atlánticos (siglos XIV al XIX) », Revista de História, no 153, 2005, p. 139-179.

9 « limpieza de sangre » en espagnol. Voir J.-F. Schaub, Pour une histoire politique de la race, Paris, France, Seuil, 2015.

10 S. Hazareesingh, Toussaint Louverture, M.-A. de Béru trad., Paris, Flammarion, 2020.

11 Voir notamment : A. Pérotin-Dumon, « Révolutionnaires français et royalistes espagnols dans les Antilles », Revue française d’histoire d’outre-mer, no 282-283, 1989, p. 125‑158 ; F. Régent, Esclavage, métissage, liberté : la Révolution française en Guadeloupe, 1789-1802, Paris, Grasset, 2004 ; L. Dubois, A Colony of Citizens: Revolution and Slave Emancipation in the French Caribbean, 1787-1804, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2004. On se permet également de renvoyer à l’article suivant : F. Spillemaeker, « Guerres révolutionnaires, conspirations et naissance de l’indépendantisme sud-américain. Menaces sur la souveraineté hispanique en Nouvelle-Grenade, au Venezuela et dans l’île de Trinidad (1791-1806) », Annales historiques de la Révolution française, no 395, 2019, p. 119‑141.

12 W. Klooster et G. J. Oostindie éd., Curaçao in the Age of Revolutions, 1795-1800, Leyde, KITLV Press, 2011.

13 Parmi les multiples recherches produites récemment sur Saint-Domingue, on consultera avec profit les réflexions de Bernard Gainot sur ce sujet des esclaves devenant soldats dans La révolution des esclaves : Haïti, 1763-1803, Paris, Vendémiaire, 2017. L’œuvre classique de Cyril Lionel Robert James demeure également une référence : C. L. R. James, Les Jacobins noirs : Toussaint Louverture et la Révolution de Saint-Domingue, P. Naville et N. Vieillescazes trad., Paris, Éditions Amsterdam, 2017. L’ouvrage de Laurent Dubois représente également une bonne synthèse de diverses perspectives historiographiques sur la question : L. Dubois, Avengers of the New World: The Story of the Haitian Revolution, Cambridge, Belknap Press of Harvard University Press, 2004.

14 Le travail de Marcela Echeverri contient des réflexions très suggestives sur l’hégémonie de la monarchie dans les groupes subalternes du sud-ouest de la Nouvelle-Grenade à la fin de l’époque coloniale : M. Echeverri, « Conflicto y hegemonía en el suroccidente de la Nueva Granada, 1780-1800 », Fronteras de la Historia, vol. XI, 2006, p. 355‑387.

15 C. Thibaud, Libérer le Nouveau Monde, op. cit.

16 La bibliographie concernant la révolte de Coro est vaste, et on ne renvoie ici qu’à quelques-uns des travaux qui en fournissent une analyse approfondie : R. Aizpurua, « La insurrección de los negros de la Serranía de Coro de 1795: una revisión necesaria », Boletín de la Academia Nacional de la Historia, vol. LXXI, no 283, 1988, p. 705‑723 ; A. E. Gómez, Le spectre de la révolution noire, op. cit. ; J. F. Martínez Peria, Lazos revolucionarios: influencias encuentros y desencuentros entre Haití, Venezuela y Nueva Granada en la época de la Independencia (1789-1830), thèse de doctorat, Barcelone, Universitat Pompeu Fabra, 2015 ; C. Soriano, Tides of Revolution: Information, Insurgencies, and the Crisis of Colonial Rule in Venezuela, Albuquerque, University of New Mexico Press, 2018. On se permet également de citer l’article suivant : F. Spillemaeker, « La révolte de Coro : les catégories bouleversées à l’ère des révolutions (Venezuela, 1795) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 19 février 2019. En ligne : [https://journals.openedition.org/nuevomundo/75193] (consulté le 10/06/2021).

17 Archivo General de Indias (AGI) (Séville, Espagne), Gobierno, Audiencia de Caracas, 426, « Testimonio del expediente formado sobre la sublevación de los negros, zambos, mulatos esclavos y libres de la Jurisdicción de Coro », Manuel de Carrera, 2 juillet 1795.

18 D. B. Gaspar et D. P. Geggus éd., A Turbulent Time: the French Revolution and the Greater Caribbean, Bloomington, Chesham, Indiana University Press, Combined Academic, 2003.

19 L. M. Rupert, « Inter-colonial networks and revolutionnary ferment in eighteenth-century Curaçao and Tierra Firme », dans W. Klooster et G. J. Oostindie éd., Curaçao in the Age of Revolutions, 1795-1800, op. cit., p. 75‑96 ; W. Klooster et G. Oostindie éd., Curaçao in the Age of Revolutions, 1795-1800, op. cit.

20 C. L. Michelena, Luces revolucionarias: de la rebelión de Madrid (1795) a la rebelión de La Guaira (1797), Caracas, Fundación Centro de Estudios Latinoamericanos Rómulo Gallegos, 2010 ; R. Aizpurua, « La conspiración por dentro: un análisis de las declaraciones de La Guaira de 1797 », dans J. C. Rey et al., Gual y España: la independencia frustrada, Caracas, Fundación Empresas Polar, 2007.

21 AGI, Gobierno, Audiencia de Caracas, 433, Expedientes y autos con la sublevación occurida en Caracas (1798-1799).

22 Dans les Amériques, on appelait Noirs « marrons » (en anglais Maroons ou en espagnol cimarrones) les esclaves évadés qui formaient des communautés autonomes. Cette pratique était nommée marronnage, voir notamment cet ouvrage de synthèse : J. Moomou et Association des populations des fleuves Oyapock-Maroni éd., Sociétés marronnes des Amériques : mémoires, patrimoines, identités et histoire du XVIIe au XXe siècles, Matoury, Ibis rouge éditions, 2015.

23 The National Archives (TNA) (Kew, Royaume-Uni), Home Office, 42/48/159, Franciso de Miranda à William Pitt, 30 septembre 1799.

24 C. L. Michelena, Luces revolucionarias, op. cit., p. 271-272.

25 M. Zeuske éd., Francisco de Miranda y la modernidad en América, Madrid, Fundación Mapfre Tavera, 2004, p. 2. Pour une étude détaillée du parcours politique de Miranda, on consultera les deux biographies suivantes : C. L. Bohórquez-Morán, Francisco de Miranda : précurseur des indépendances de l’Amérique latine, Paris, L’Harmattan, 1998 ; K. Racine, Francisco de Miranda: A Transatlantic Life in the Age of Revolution, Wilmington, Scholarly Resources, 2003. Pour une réflexion sur les aspects théoriques, on consultera aussi la thèse suivante : X. Reyes Matheus, Revolución y constitución en el pensamiento de Francisco de Miranda, thèse de doctorat, Madrid, Universidad Complutense de Madrid, 2016.

26 Il n’est pas inutile de préciser qu’à ce titre, Miranda n’appartenait pas strictement aux élites traditionnelles du Venezuela, qui étaient plutôt d’origine péninsulaire. Son père Sebastián de Miranda avait d’ailleurs été en butte à l’opposition de certaines grandes familles, qui l’accusaient de ne pas répondre aux critères de la « pureté de sang ».

27 K. Racine, Francisco de Miranda, op. cit., p. 12.

28 Son engagement lui vaut d’ailleurs d’avoir son nom gravé sur l’Arc de Triomphe aux côtés d’autres officiers de la Révolution française et de l’Empire.

29 X. Reyes Matheus, Revolución y constitución en el pensamiento de Francisco de Miranda, op. cit., p. 165-167.

30 Le projet de constitution (1790-1798) et le projet de gouvernement fédéral (1801) sont tous les deux retranscrits en annexe de la thèse précédemment citée (ibid., p. 348-355).

31 En effet, les soulèvements des Andes de 1780-1781, conduits par Tupac Amaru II au Pérou et Tupac Katari dans le Haut-Pérou, n’étaient pas menés au nom d’un projet indépendantiste. Il s’agissait de révoltes d’origine antifiscale, également marquées par la figure de l’Inca, mais elles étaient dirigées contre le « mauvais gouvernement » et non contre la monarchie hispanique elle-même. On renvoie notamment aux travaux suivants : S. O’Phelan Godoy, La gran rebelión en los Andes: de Túpac Amaru a Túpac Catari, Cuzco, Centro de estudios regionales andinos Bartolomé de las Casas, 1995 ; S. Serulnikov, Revolution in the Andes: The Age of Túpac Amaru, D. Frye trad., Durham, Duke University Press, 2013 ; C. F. Walker, The Tupac Amaru Rebellion, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press, 2014.

32 Avec notamment plusieurs pertes territoriales en 1797, dont l’île de Trinidad qui faisait partie de la capitainerie.

33 Il avait pu recruter des marins dans le port de New York mais, contrairement à ce qu’il espérait, il ne reçut pas de soutien direct de la part des États-Unis.

34 C. Bohórquez, « L’ambivalente présence d’Haïti dans l’indépendance du Vénézuéla », Outre-Mers. Revue d’histoire, no 340-341, 2003, p. 227‑240.

35 C. Thibaud, « “Coupé têtes, brûlé cazes” : peurs et désirs d’Haïti dans l’Amérique de Bolivar », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58e année, no 2, 2003, p. 305‑331.

36 Archivo General Militar de Madrid (AGMM), Colección general de documentos, 5.2.2.6, Manuel Guevara au ministre de la Guerre, 1er mai 1806.

37 Comme on l’a vu précédemment, l’île prise à l’Espagne en 1797 était devenue le refuge des révolutionnaires vénézuéliens.

38 TNA, CO 395 14, Thomas Hislop à William Windham, 25 juin 1806.

39 Archives nationales de l’outre-mer (ANOM), Correspondance à l’arrivée en provenance de la Guadeloupe, C7A 65, f. 55, Jean-Auguste Ernouf au ministre de la Marine, 1er septembre 1806.

40 Pour une étude plus détaillée de ces processus, on renvoie notamment aux travaux suivants : F.-X. Guerra, Modernidades e independencias: ensayos sobre las revoluciones hispánicas, Madrid, Mapfre, 1992 ; R. Breña, El primer liberalismo español y los procesos de emancipación de América, 1808-1824: una revisión historiográfica del liberalismo hispánico, Mexico, Centro de Estudios Internacionales, Colegio de México, 2006 ; V. Hébrard et G. Verdo éd., Las independencias hispanoamericanas: un objeto de historia, op. cit. ; C. Leal Curiel, « Imaginario político republicano de la provincia de Venezuela (1808-1812) », Anuario Colombiano de Historia Social y de la Cultura, no 35, 2008, p. 311‑336.

41 J. M. Ramos Guédez, « Simón Bolívar y la abolición de la esclavitud en Venezuela 1810-1830. Problemas y frustración de una causa », Revista de Historia de América, no 125, 1999, p. 7‑20 ; ici p. 12.

42 Pablo Rodriguez relève que le chiffre le plus souvent avancé était de dix mille morts : P. Rodriguez, « Miedo, religiosidad y política: a proposito del terremoto de 1812 », dans B. Tovar Zambrano éd., Independencia, historia diversa, Bogota, Universidad Nacional de Colombia, 2012. Mais il rappelle aussi que Rogelio Altez propose une estimation moins élevée, de 2 000 morts : R. Altez, El desastre de 1812 en Venezuela: sismo, vulnerabilidades y una patria no tan boba, Caracas, Fundación Polar, 2006.

43 C. Thibaud, Républiques en armes : les armées de Bolívar dans les guerres d’indépendance du Venezuela et de la Colombie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 79-94.

44 N. Coll y Prat, Memoriales sobre la independencia de Venezuela, Caracas, Academia Nacional de la Historia, 1960.

45 C. Thibaud, Républiques en armes, op. cit., p. 90.

46 N. Coll y Prat, Memoriales sobre la independencia de Venezuela, op. cit., p. 59.

47 « En muchos lugares de Barlovento por los Negros así esclavos como libres escogiendo sus Comandantes, destrozando a todo patriota, que encontraban, y acercándose a esta capital para sacar a su Arzobispo de los peligros y desazones que sufría ; acabar con el Gobierno Republicano, y pasar a cuchillo a todo Caraqueño que les saliese de la mano », loc. cit. (nous traduisons).

48 Coleccion de documentos relativos á la vida pública del libertador de Colombia y del Perú Simon Bolívar, para servir á la historia de la independencia del Suramérica, Caracas, Imprenta de Devisme hermanos, 1826-1829, 22 tomes.

49 « La revolución de los negros, libres y esclavos, provocada, auxiliada y sostenida por los emisarios de Monteverde. Esta gente inhumana y atroz, cebándose en la sangre y bienes de los patriotas, de que se les dió una lista en Curiepe y Caucagua, marchando contra el vecindario de Carácas, cometieron en aquellos valles, y especialmente en el pueblo de Guatire los mas horrendos asesinatos, robos, violencias y devastaciones. » Ibid., t. I, p. 128 (nous traduisons).

50 Sur l’histoire et la culture de Curiepe, on consultera avec profit la thèse de doctorat en anthropologie de M. Ugueto-Ponce : Curiepe y San Mateo de Cangrejos: pueblos de negros libres y ejemplos contrahegemónicos del pensamiento afrocaribeño, thèse de doctorat, Altos de Pipe (État de Miranda, Venezuela), Instituto Venezolano de Investigación Científica, 2017. Le travail suivant, plus ancien, est également une référence fondamentale, amplement utilisée dans la thèse précédemment citée : L. G. Castillo Lara, Apuntes para la historia colonial de Barlovento, Caracas, Academia Nacional de la Historia, 1981.

51 M. Ugueto-Ponce, Curiepe y San Mateo de Cangrejos, op. cit., p. 146.

52 Ibid., p. 148-153.

53 J.-P. Tardieu, El Negro Guillermo, Venezuela (1769-1771): análisis de un discurso represivo del cimarronaje, Séville, Ediciones Alfar, 2018.

54 L’île de Trinidad était espagnole jusqu’en 1797, date à laquelle elle fut conquise par les Britanniques. Peuplée en grande partie d’hispanophones, et de francophones, parmi lesquels un grand nombre de révolutionnaires exilés, elle constituait une base arrière de choix pour les indépendantistes sud-américains.

55 The National Archives (NA), Colonial Office (CO), 295 36, Correspondance du gouverneur de Trinidad, The Trinidad Courant and Commercial Gazette, 23 janvier 1813.

56 Les Llanos : vaste région naturelle des plaines du bassin de l’Orénoque, à cheval sur la Colombie et le Venezuela, et dédiée à l’élevage extensif.

57 Voir en particulier les ouvrages suivants : G. Carrera Damas, « Boves: aspectos económico-sociales », dans Consejo de desarrollo científico y humanístico éd., Materiales para el estudio de la cuestión agraria en Venezuela. 1, 1800-1830, Caracas, Universidad central de Venezuela, 1964, p. i‑cilviii ; J. Uslar-Pietri, Historia de la rebelión popular de 1814: contribución al estudio de la historia de Venezuela, Paris, Ediciones Soberbia, 1954 ; J. I. Fernández Domingo, Boves: primer caudillo de América, Oviedo, Real Instituto de Estudios Asturianos, 2008.

58 Archivo Restrepo (AR), fonds 1, vol. XXX, pièce no 2, Boves au Teniente Justicia de Camatagua, 15 mai 1814, f. 70.

59 Notamment avec la famille des marquis de Casa León : Archivo General del Ministerio de Justicia (AGMJ), dossier 3534 Marques de Casa León, lettre de José Tomas Boves du 23 juillet 1814.

60 TNA, CO, 295 36, Correspondance du gouverneur de Trinidad, lettre du général Francisco Tomas Morales au gouverneur de Trinidad Rafael Woodford, 18 février 1815.

61 F. Spillemaeker, « Quand les cocardes étaient marronnes : La Trinité espagnole en révolution », Monde(s), no 12, 2017, p. 221‑237.

62 Estimation tirée de F. Brito Figueroa, La estructura economica de Venezuela colonial, Caracas, Universidad Central de Venezuela, Ediciones de la Biblioteca, 1978, p. 306.

63 Real Academia de la Historia (RAH), fonds Pablo Morillo Conde de Cartagena, 9-7696, 53, Guyane, proclamation de José Tadeo Monagas et Manuel Cedeño, écrite par José Manuel Olivares, 28 mai 1815.

64 N. Terrien, Des patriotes sans patrie : histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole (1810-1825), Mordelles, Les Perséides, 2015.

65 P. Verna, Petión y Bolívar: una etapa decisiva en la emancipación de Hispanoamérica (1790-1830), Caracas, Ediciones de la Presidencia de la República, 1980.

66 M. Hernández González, La guerra a muerte: Bolívar y la campaña admirable (1813-1814), Santa Cruz de Tenerife, Ediciones Idea, 2014.

67 TNA, CO, 295, 39, Correspondance du gouverneur de Trinidad, Rafael Woodford à Earl Bathurst, 8 janvier 1816.

68 TNA, CO, 295, 40, Correspondance du gouverneur de Trinidad, Rafael Woodford à Earl Bathurst, 5 octobre 1816.

69 Voir notamment : W. Bruyère-Ostells, La Grande Armée de la liberté, Paris, Tallandier, 2009 ; M. Brown, The Struggle for Power in Post-Independence Colombia and Venezuela, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012.

70 NA, CO 237 49, Correspondance du gouverneur de Trinidad, Rafael Woodford à Earl Bathurst, 1er septembre 1816.

71 José Antonio Páez est un personnage central de l’indépendance du Venezuela. Il devint le principal général patriote dans les Llanos où il remporta de nombreuses victoires. Lorsque Bolívar partit combattre hors du Venezuela, Paéz y demeura et s’imposa comme le personnage politique central du Venezuela. Il parvint à allier autorité guerrière et capacité d’institutionnalisation pour diriger la sécession du Venezuela de la Grande Colombie en 1830. Il devint le premier président du Venezuela indépendant.

72 J. A. Páez, Autobiografia del general José Antonio Páez, New York, Imprenta de Hallet y Breen, 1867, vol. I, p. 214-216.

73 H. Bencomo Barrios, « Mina, Juan Antonio », dans Diccionario de Historia de Venezuela, Caracas, Fundación Empresas Polar. En ligne : [http://bibliofep.fundacionempresaspolar.org/dhv/entradas/m/mina-juan-antonio/] (consulté le 30/07/2019).

74 « Coronel negro, primer ayudante suyo, conocido por sus asesinatos ». Archivo General de la Marina Alvaro de Bazán (AGMAB), 4615, Correspondance de Porto Rico, f. 348, Gaceta del Gobierno de Puerto Rico, 13 avril 1824 (nous traduisons).

75 Le Venezuela, l’Équateur et le Panama faisaient alors partie de cette même République de Colombie, voulue par Simón Bolívar et ses partisans.

76 F. Brito Figueroa, « La población y Ia estructura social de Venezuela en las primeras décadas del siglo XIX », Bulletin hispanique, t. LXIX, no 3-4, 1967, p. 347‑364 ; ici p. 352.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Spillemaeker, « Les indépendantistes vénézuéliens face à l’esclavage : les défis d’une révolution atlantique dans une société coloniale (1790-1830) », Astérion [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 12 octobre 2021, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/asterion/5734 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asterion.5734

Haut de page

Auteur

Frédéric Spillemaeker

Mondes Américains-CERMA (UMR 8168) • Frédéric Spillemaeker est agrégé d’histoire et docteur en histoire de l’École des hautes études en sciences sociales, membre du laboratoire Mondes Américains-CERMA (UMR 8168). Sa thèse de doctorat soutenue en 2020 s’intitule Valor et Fortuna : autorités guerrières, révolutions et indépendance en Nouvelle-Grenade et au Venezuela (1770-1831). Ses travaux portent sur la transformation des légitimités politiques à l’ère des révolutions atlantiques, à la faveur des guerres révolutionnaires. Il s’intéresse particulièrement aux nouveaux modèles de citoyenneté dans les sociétés coloniales hispano-américaines qui devinrent des républiques, mais aussi à la manière dont les guerres provoquent des logiques de concentration et de personnalisation de l’autorité.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search