Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27DossierPrésentation du dossier

Dossier

Présentation du dossier

Introduction of the issue
Claude Gautier et Emmanuel Renault

Résumés

Ce dossier saisit l’occasion des vives controverses qui, récemment, ont porté sur la neutralité et la scientificité des sciences sociales pour revisiter la discussion épistémologique et politique sur les rapports entre critique et sciences sociales.

Haut de page

Texte intégral

1Des controverses récurrentes remettent en cause la scientificité de certaines orientations des sciences sociales contemporaines. Elles sont portées notamment par des hommes politiques. On se souvient de l’accusation que Manuel Valls porta contre elles en 2016 : « [e]xpliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser »1. Plus récemment, différents acteurs politiques de premier plan, comme un président de la République, un ministre de l’Éducation nationale et une ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche s’en sont pris à l’« islamogauchisme », la pensée décoloniale, le féminisme et la « pensée woke » qui gangrèneraient les sciences sociales et feraient le jeu de tous les séparatismes. Certains objets ou prismes d’analyse comme la race, le genre, les sexualités, mais aussi des outils théoriques comme l’intersectionnalité se retrouvent ainsi au banc des accusés.

  • 2 Notamment J.-F. Braunstein, La philosophie devenue folle : le genre, l’animal, la mort, Paris, Gra (...)
  • 3 Mentionnons C. Gautier et M. Zancarini-Fournel, De la défense des savoirs critiques, Paris, La Déc (...)

2Ces accusations, qui relèvent le plus souvent de caricatures grossières et de procès d’intentions sans étayage textuel, n’en ont pas moins le mérite d’inviter les sciences sociales à un retour réflexif sur les dimensions critiques des savoirs qu’elles produisent, d’autant plus que ces accusations sont relayées au sein des débats académiques par un « observatoire de la pensée décoloniale » et par une série de publications d’universitaires qui visent à en établir le bien-fondé. Force est de constater que ces publications sont d’ailleurs plus nombreuses2 que celles qui ont cherché à établir que ces critiques manquent de pertinence ou de sérieux3. D’où le double objectif de ce dossier « Critique et sciences sociales » : premièrement, proposer une vision plus juste des spécificités et de la diversité interne des sciences sociales critiques ; deuxièmement, saisir l’occasion des attaques contre les sciences sociales critiques pour relancer une réflexion épistémologique et politique sur la légitimité de leurs méthodes et l’intérêt des effets critiques qu’elles sont susceptibles de produire.

  • 4 Fractures révélées notamment à l’occasion de la publication de l’ouvrage de S. Beaud et G. Noiriel (...)

3Si la question des motivations, des démarches et des justifications politiques des sciences sociales critiques était au cœur de débats qui ont consisté, dans l’espace francophone dans les années 1990, à opposer à la « sociologie critique » ou bien une sociologie respectueuse de la « neutralité axiologique » ou bien une « sociologie de la critique », cette question ne semble plus si souvent avoir été posée depuis, et encore moins en des termes vraiment renouvelés. Relancer cette discussion s’impose d’autant plus que ces dernières années ont vu apparaître de profondes fractures4, au sein des sciences sociales critiques francophones, entre ceux qui défendent la thèse du primat des rapports sociaux de classe sur les autres formes de la domination et ceux qui refusent de voir minimiser l’importance des analyses en termes de genre ou de rapports sociaux de sexe, de racisme, d’intersectionnalité. La critique des dimensions eurocentriques de la tradition sociologique suscite d’autres clivages.

4Ce dossier est donc une invitation à prendre de nouveau au sérieux la question des spécificités et des justifications des sciences sociales critiques tout en tenant compte du fait que les dualismes des faits et des valeurs, de la théorie traditionnelle et de la théorie critique, de la sociologie critique et de la sociologie de la critique, ne permettent pas de rendre compte adéquatement de la pluralité des dimensions critiques des sciences sociales. Il s’agit d’analyser les différents rapports des sciences sociales contemporaines à la critique, plutôt que de défendre tel ou tel profil épistémologique et politique tout en dénonçant les autres. Il s’agit aussi d’explorer les ressources offertes par les recompositions actuelles des sciences sociales critiques, plutôt que de chercher à défendre des programmes de recherche déjà solidement établis, ou plus généralement, les « disciplines » contre les « studies ».

5Dans la première partie de ce dossier, Emmanuel Renault, Maud Simonet, Claude Gautier, Laurent Jeanpierre et Haud Guéguen prennent pour point de départ la manière dont la question des spécificités et de la légitimité des sciences sociales critiques a été posée dans les débats récents pour faire apparaître quelques points aveugles et proposer des approches plus fécondes. Emmanuel Renault propose une cartographie critique des sciences sociales critiques qui visent à faire apparaître leur diversité interne, leurs justifications et la complémentarité de leurs effets critiques. Opérant un retour réflexif sur ses recherches et sur les modalités de leur réception, Maud Simonet montre comment une chercheuse peut être contrainte par son terrain à se transformer en sociologue critique. Elle souligne également que lors des présentations publiques de ses travaux, elle a pu faire l’expérience qu’un auditoire partageant les expériences sociales qu’elle avait étudiées pouvait trouver ses analyses trop descriptives, alors que d’autres auditoires pouvaient trouver ces mêmes analyses trop critiques. Que peut donc signifier la dénonciation des a priori de la sociologie critique, et le reproche qui lui est adressé de n’être intéressée dans le monde social que par ce qui est négatif ? Qui décide ce qui est négatif et positif ? Claude Gautier prend pour objet la sociologie de Pierre Bourdieu qui, dans les débats actuels, fait l’objet d’usages contrastés puisqu’elle est tantôt prise en exemple pour illustrer les dérives des sciences sociales critiques, tantôt considérée comme la seule forme de sociologie critique légitime qu’il conviendrait de défendre contre les errements des théories intersectionnelles et des studies. Il apparaît en fait que la sociologie est critique chez Bourdieu en différents sens et que cette diversité a des implications épistémologiques et politiques qui interdisent de brandir Bourdieu contre les reconfigurations actuelles des sciences sociales critiques. Haud Guéguen et Laurent Jeanpierre soulignent quant à eux, tout en faisant dialoguer Pierre Bourdieu, Erik Olin Wright et la théorie critique francfortoise, que les discussions concernant la sociologie critique mériteraient d’être déplacées sur le terrain de la réflexion portant sur les spécificités et la fécondité d’une science sociale émancipatrice. Qui d’autre qu’une sociologie critique consciente de ses responsabilités pourrait s’engager dans une étude empirique des possibilités réelles d’un monde meilleur ?

6La seconde partie du dossier revient sur les principaux points de cristallisation des polémiques récentes en cherchant tout à la fois à sortir des caricatures et à rendre compte de la fécondité de programmes de recherche déjà anciens hors de France, mais encore émergents dans la province académique hexagonale. Dans les trois cas, c’est bien un nationalisme épistémologique étroit qui prédomine dans les débats actuels qui est en question. Isabelle Clair se propose d’éclairer les critiques nourries dont les « théories intersectionnelles » font l’objet en revenant d’une part sur les obstacles qui expliquent le caractère tardif de leur réception dans les sciences sociales en France, et d’autre part sur les malentendus qui ont accompagné cette réception. Stéphane Dufoix étudie la manière dont la « pensée décoloniale » a été reçue et dénoncée, notamment dans le cadre de l’« observatoire du décolonialisme » ; il souligne que la question de la décolonisation de la sociologie a conduit, de très longue date, des sociologies non européennes à se concevoir comme des sociologies critiques. Quant à Magali Bessone, elle aborde la question des « critical race studies », si souvent vilipendées en France comme du reste aux États-Unis, par l’intermédiaire de la « critical philosophy of race ». Tout comme la pensée décoloniale, les approches critiques du racisme sont quasiment inexistantes dans l’université française, mais on peut espérer qu’elles s’y développeront, ne serait-ce que parce qu’elles renouvellent les manières de poser la question des effets critiques des sciences sociales critiques.

Haut de page

Notes

1 Revue de presse de France Culture, 11 janvier 2016, en ligne : [https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-revue-de-presse/expliquer-c-est-excuser-4707811] (consulté le 2 mai 2022).

2 Notamment J.-F. Braunstein, La philosophie devenue folle : le genre, l’animal, la mort, Paris, Grasset, 2018 et La religion woke, Paris, Grasset, 2022 ; P.-A. Taguieff, Liaisons dangereuses : islamo-nazisme, islamo-gauchisme, Paris, Hermann, 2021 et L’antiracisme devenu fou : le « racisme systémique » et autres fables, Paris, Hermann, 2021 ; N. Heinich, Ce que le militantisme fait à la recherche, Paris, Gallimard, 2021 et Oser l’universalisme. Contre le communautarisme, Lormont, Le bord de l’eau, 2021.

3 Mentionnons C. Gautier et M. Zancarini-Fournel, De la défense des savoirs critiques, Paris, La Découverte, 2022.

4 Fractures révélées notamment à l’occasion de la publication de l’ouvrage de S. Beaud et G. Noiriel, Race et sciences sociales. Essai sur les usages publics d’une catégorie, Marseille, Agone, 2021 et de l’ouvrage de S. Beaud, La France des Belhoumi. Portraits de famille (1977-2017), Paris, La Découverte, 2018. Voir notamment l’analyse critique de ce dernier ouvrage par I. Clair : « Les Belhoumi, une famille modèle ? Note critique de La France des Belhoumi, Stéphane Beaud, 2018 », Revue française de science politique, vol. I, no 70, 2020, p. 124-129.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Gautier et Emmanuel Renault, « Présentation du dossier »Astérion [En ligne], 27 | 2022, mis en ligne le , consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/asterion/8417 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asterion.8417

Haut de page

Auteurs

Claude Gautier

ENS de Lyon • Claude Gautier est professeur de philosophie à l’École normale supérieure de Lyon. Ses travaux portent sur Hume et les Lumières écossaises, sur le premier pragmatisme, précisément John Dewey et sur la philosophie et l’épistémologie des sciences sociales. Parmi ses publications : La force du social. Enquête philosophique sur la sociologie des pratiques de Pierre Bourdieu (Le Cerf, 2012) ; en collaboration avec Lucie Chataigné Pouteyo, Stéphane Madelrieux et Emmanuel Renault, traduction, annotation et postface de John Dewey, L’influence de Darwin sur la philosophie (Gallimard, 2016) ; Voir et connaître la société. Regarder à distance dans les Lumières écossaises (ENS Éditions, 2020).

Articles du même auteur

Emmanuel Renault

Université Paris-Nanterre • Emmanuel Renault est professeur de philosophie à l’université Paris-Nanterre. Ses travaux portent sur Hegel, Marx, Dewey, l’histoire et l’actualité de la théorie critique. On compte parmi ses publications récentes : Reconnaissance, conflit, domination (CNRS éditions, 2017), Marx and Critical Theory (Brill, 2018) et The Return of Work in Critical Theory (Columbia University Press, 2018, avec C. Dejours, J.-P. Deranty et N. Smith).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search