Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27DossierSpécificités et légitimité des sc...Cartographier les sociologies cri...

Dossier
Spécificités et légitimité des sciences sociales critiques

Cartographier les sociologies critiques : définitions, justifications et modèles critiques

Mapping critical sociology: Definitions, justifications, critical models
Emmanuel Renault

Résumés

Cet article se propose de mettre en perspective les débats actuels en distinguant tout d’abord deux types de critiques de la sociologie critique : celles qui opposent sociologies critiques et non critiques, et celles qui relèvent de controverses internes à la sociologie critique. Dans l’une et l’autre de ces types de controverses, l’idée de sociologie est entendue en un sens réducteur. Il semble utile de souligner la diversité des définitions, des justifications et des modèles critiques propres aux différentes formes possibles de la sociologie critique. La première section de l’article porte sur la question de la définition, la deuxième sur celle des justifications, et la troisième sur celle des effets critiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 N. Heinich, « Misères de la sociologie critique », Le Débat, vol. V, no 197, 2017, p. 119-126, en (...)
  • 2 M. Burawoy, « Pour la sociologie publique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. I-II (...)
  • 3 Voir notamment les textes de la querelle avec Popper dans : T. W. Adorno, Le conflit des sociologi (...)
  • 4 C. Wright Mills, L’imagination sociologique, Paris, La Découverte, 2006.
  • 5 S. Beaud et G. Noiriel, Race et sciences sociales. Essai sur les usages publics d’une catégorie, M (...)
  • 6 Comme le suggère J. De Munck dans l’article « Les trois dimensions de la sociologie critique », So (...)

1Prendre un peu de recul permet de s’apercevoir que les dénonciations actuelles du dévoiement politique des sciences sociales critiques s’inscrivent dans deux histoires déjà assez longues. On peut faire remonter au moins jusqu’aux controverses ayant opposé Adorno et Popper le type de disqualification générale de la sociologie critique, dont on trouve une illustration contemporaine chez Nathalie Heinich1. Elle consiste à contester qu’une sociologie puisse continuer à revendiquer légitimement ce nom lorsqu’elle se conçoit également comme un instrument au service de la critique sociale. Face à ce type d’objection de principe, les tenants de la sociologie critique ont le choix entre deux modèles de réponse ; le premier affirmant que l’idée de sociologie critique désigne une manière parmi d’autres de pratiquer la sociologie, aussi ancrée que les autres dans la tradition sociologique (par exemple chez Burawoy)2 ; l’autre consistant à souligner qu’elle peut prétendre à une supériorité sur les autres formes de sociologie, ou bien parce qu’elle repose sur une compréhension plus adéquate du projet sociologique (par exemple chez Wright Mills3), ou bien parce qu’elle repose sur une réflexion critique sur ses objectifs et sur ses méthodes spécifiques au lieu d’en présupposer naïvement la validité (comme chez Adorno4). C’est dans une histoire différente que s’inscrivent certaines des critiques actuelles de l’intersectionnalité, des études critiques de la race et des approches décoloniales, par exemple celles qui ont été développées par Stéphane Beaud et Gérard Noiriel5 : celles des controverses internes à la sociologie critique. En effet, l’histoire des sciences sociales critiques, que nous désignerons dans ce qui suit par l’intermédiaire du terme sociologie critique entendu donc en un sens large, a toujours été celle d’un conflit entre orientations divergentes : conflits internes aux usages de Marx en sciences sociales, conflits entre approches structuralistes et sociologies de l’action, conflits entre approches pragmatistes, bourdieusiennes et foucaldiennes, etc. La sociologie critique n’est ni un programme de recherche transdisciplinaire ni une sous-discipline sociologique, mais un espace de débats et de polémiques6. Ce qui est en jeu dans ces débats et ces polémiques est tout à la fois la conformité de telle ou telle sociologie critique aux règles qui doivent présider à la production du savoir en sciences sociales, et la pertinence politique des effets critiques produits par ce savoir. Toute discipline scientifique, la sociologie y compris, repose sur une exigence de critique collective de la pertinence méthodologique, descriptive, interprétative et explicative du savoir produit en son sein, c’est-à-dire sur une exigence de critique scientifique. La sociologie critique implique en outre une exigence de critique de la pertinence politique des choix d’objets, des méthodes et des hypothèses théoriques mobilisées, c’est-à-dire de critique politique. Il en résulte que les contributions de la sociologie critique sont susceptibles d’être critiquées d’un plus grand nombre de points de vue que les sociologies non critiques, et que les controverses dans lesquelles elles sont engagées sont susceptibles d’être tout à la fois plus virulentes et plus difficiles à clore, en raison de la conflictualité propre au politique.

2Dans les polémiques actuelles, l’idée de sociologie critique est souvent entendue en un sens réducteur. Cela s’explique doublement. Ceux qui la contestent sont portés à se contenter des caricatures pour prouver plus facilement qu’elle ne peut répondre ni aux critiques scientifiques ni aux critiques politiques qui lui sont adressées. En réponse, les sociologues critiques cherchent à souligner que leur propre programme de recherche peut tout à fait répondre à cette double objection, et ils ne s’embarrassent généralement pas d’une défense d’autres versions de la sociologie critique que la leur. Au contraire, ils les soumettent parfois eux-mêmes à une critique scientifique et politique qui vise à les exclure du champ de la sociologie critique. Tout cela conduit à sous-estimer la diversité des profils épistémologiques et des orientations politiques qui sont propres aux sociologies critiques, et par là même à fausser le débat sur les spécificités et la légitimité de la sociologie critique, de même que sur les critères qu’il est permis de mobiliser dans les controverses internes à la sociologie critique. L’objectif de cet article est au contraire de cartographier cette diversité. Nous l’aborderons d’un triple point de vue, celui des critères définitionnels de la sociologie critique, celui de ses justifications et celui des types d’effets critiques qu’elle est susceptible de produire.

Qu’est-ce que la sociologie critique ?

  • 7 Voir notamment P. Bourdieu et L. Wacquant, Invitation à la sociologie réflexive, Paris, Le Seuil, (...)
  • 8 Adorno mobilise contre le positivisme et Popper l’exigence hégélienne de « l’autoréflexion critiqu (...)

3Définir la sociologie critique n’est pas chose facile, au moins pour trois raisons dont les deux premières s’expliquent par les polémiques dans lesquelles sont immanquablement engagées les sciences sociales critiques. La première tient au fait que les sociologies critiques étant sous le feu des sociologies non critiques qui leur dénient toute scientificité – alors qu’elles prétendent quant à elles revendiquer un statut de scientificité au moins équivalent aux formes plus légitimes de la production du savoir en sciences sociales –, il est tentant pour elles de récuser l’étiquette « sociologie critique », en faisant usage d’autres appellations pour identifier leur spécificité. Ainsi, Pierre Bourdieu, dont on accorde généralement qu’il est l’un des principaux sociologues critiques, a pu récuser la pertinence du terme de « sociologie critique » à propos de son propre travail en lui préférant celui de « sociologie réflexive »7 – récusation d’autant plus paradoxale que d’Adorno à Burawoy, on considère souvent que la sociologie critique se distingue d’autres modalités de production du savoir sociologique précisément par sa réflexivité8.

  • 9 Voir notamment L. Boltanski, « Sociologie critique et sociologie de la critique », Politix, vol. I (...)
  • 10 Id., « Sociologie critique et sociologie de la critique », art. cité, p. 129 : « Notre intention n (...)
  • 11 Dans De la critique, Luc Boltanski reproche à la sociologie critique d’être « décourageante sur le (...)

4Une deuxième source de difficultés tient au fait que le concept de « sociologie critique » est parfois utilisé, au sein des débats qui traversent la sociologie critique, pour désigner des formes particulières de sociologie critique dont il s’agit de se distinguer. On en trouve une illustration chez Luc Boltanski qui, notamment dans l’article « Sociologie critique et sociologie de la critique », donne un sens péjoratif au terme de « sociologie critique »9 en visant par là exclusivement la sociologie de Pierre Bourdieu – le paradoxe est alors qu’il lui reproche en définitive de ne pas assez expliciter sa propre dimension critique, et en ce sens de n’être pas assez critique10. On remarquera que c’est bien ici à une polémique interne au champ de la théorie critique que nous avons affaire, où la critique scientifique se combine à la critique politique11, et non à une critique de la sociologie critique en tant que telle.

  • 12 Les contributions d’Adorno à la théorie sociale et à l’épistémologie des sciences sociales peuvent (...)
  • 13 G. Cassano, « What is critical sociology? », dans Crisis, Politics and Critical Sociology, G. Cass (...)

5Le troisième obstacle auquel se heurtent les tentatives de définition de la sociologie critique tient à la diversité des connotations de ce terme suivant les contextes nationaux qui, aujourd’hui encore, restent aussi différents que déterminants en sociologie. En Allemagne, on sera tenté d’associer l’idée de sociologie critique aux recherches empiriques de l’École de Francfort et aux réflexions méthodologiques d’Adorno sur les spécificités d’une théorie critique de la société12. Ce type de sociologie critique resta toujours en Allemagne aux marges de la profession sociologique, notamment parce qu’il revendiquait un type d’interdisciplinarité qui entrait en conflit avec les conceptions étroitement disciplinaires de la sociologie qui sont généralement admises. Aux États-Unis, on est tenté de faire remonter la sociologie critique à Wright Mills, et L’imagination sociologique, dont on fait parfois un « manifeste pour la théorie critique »13. Comme Adorno, Wright Mills polémique avec les paradigmes sociologiques dominants, en l’occurrence, avec le fonctionnalisme de Parsons et de Merton. Mais il ne remet aucunement en cause les frontières disciplinaires de la sociologie, et la stratégie de L’imagination sociologique consiste à proposer une description de la tradition sociologique qui la lie intimement à des intentions critiques. Cette stratégie fut dans une certaine mesure victorieuse puisque L’imagination sociologique fut souvent utilisée dans les enseignements d’introduction à la sociologie – au prix sans doute d’une sous-estimation de sa portée critique. La situation est encore différente en France, où l’idée de sociologie critique en est venue à être associée aux travaux de Pierre Bourdieu et de ceux qui s’inspirent de lui, tandis qu’ils ont pu sembler exercer une forme d’hégémonie sur la sociologie contemporaine.

  • 14 E. Renault, « Le capital comme modèle pour la théorie critique », dans Que reste-t-il de Marx ?, C (...)
  • 15 R. G. Dunn, Toward a Pragmatist Sociology: John Dewey and the Legacy of C. Wright Mills, Philadelp (...)
  • 16 L’actualité politique de cette conception de la critique est indéniable dans une période comme la (...)

6À ces différences concernant le rapport à la tradition et la position dans la discipline s’ajoute le fait que la dimension critique de la sociologie est pensée suivant des modèles très différents chez Adorno, Wright Mills et Bourdieu. La critique marxienne de l’économie politique est chez le premier la principale source d’inspiration14, tandis que chez le deuxième, c’est Dewey et l’exigence de production d’instruments théoriques utiles à la résolution des principaux problèmes sociaux, moraux, culturels et politiques de l’époque qui est déterminante15. Bourdieu associe quant à lui étroitement pouvoir critique de la sociologie et autonomie du champ scientifique16, en s’inspirant notamment de l’épistémologie historique française, ce qui l’éloigne aussi bien de l’instrumentalisme deweyen que de la thèse francfortoise, inspirée de Marx, suivant laquelle les sciences sociales sont condamnées à contribuer à la reproduction sociale tant qu’elles ne remettent pas en cause les modalités de la division intellectuelle du travail qui leur confère leur autonomie.

7Pour surmonter ces différentes difficultés et parvenir à une définition de la sociologie critique qui parvienne à rendre compte des traits partagés par ses différentes familles, qu’elles s’inspirent aujourd’hui de Marx, de Dewey, de Bourdieu ou de Foucault, qu’elles soient sociologiques en un sens strictement disciplinaire ou en un sens plus large, comme les études de genre ou les subaltern studies, notamment, deux voies seulement sont ouvertes, non exclusives l’une de l’autre. La première consiste à préciser en quel sens la sociologie peut être dite critique ; la seconde à préciser en quoi une sociologie critique se distingue d’une sociologie non critique.

  • 17 D’où la caractérisation de la sociologie critique comme une sociologie « doublement critique », d’ (...)
  • 18 Une part de cette hostilité s’explique certes également par les modalités de la réception français (...)

8En quel sens du terme critique la sociologie peut-elle donc être critique ? Tout discours à prétention scientifique, et la sociologie en est un, est lié à une double opération critique : celle du savoir pré-scientifique et celle du savoir produit dans le cadre d’une communauté scientifique. Les sciences sociales mettent toujours en œuvre ces deux opérations critiques, y compris lorsqu’elles n’admettent pas de rupture épistémologique entre savoir ordinaire et savoir savant. Dans la mesure où les sociologies disqualifiant la sociologie critique sont elles aussi critiques en ce double sens, d’autres acceptions du terme critique doivent retenir notre attention. La sociologie critique se caractérise par des dimensions critiques supplémentaires17. Trois critères supplémentaires peuvent être pris en compte pour les identifier. Le premier seulement relève d’une condition nécessaire et suffisante, bien que les deux autres soient partagés par la plupart des sociologies critiques. Ce premier critère définit donc le sens minimal de l’idée de sociologie critique. Les deux autres définissent des variétés de sociologies critiques qui peuvent être dites critiques en un sens plus fort. Que l’idée de sociologie critique puisse être entendue en des sens plus ou moins forts permet notamment d’expliquer que certains programmes relevant de la sociologie critique au sens le moins fort, par exemple la sociologie bourdieusienne, puissent nourrir de la méfiance, voire de l’hostilité, envers certains programmes de sociologie critique en un sens plus fort, par exemple la théorie critique francfortoise18.

9Le propre de la sociologie critique est que la production du savoir sociologique ne soit pas seulement motivée par une volonté de contribuer à l’amélioration de la connaissance de la société, mais aussi par la production d’effets critiques. Le concept de critique n’est plus pris alors aux seuls sens de la critique du savoir préscientifique et des prétentions à la validité scientifique des contributions des différents membres de la communauté scientifique, mais également au sens de la critique sociale, c’est-à-dire de la critique des institutions, des rapports sociaux et des structures sociales qui doivent être transformés pour rendre le monde social meilleur. On parlera donc de sociologie critique dès qu’un sociologue considère que le savoir qu’il produit n’a pas seulement pour fonction de contribuer à une meilleure connaissance du monde social, mais aussi à sa transformation en monde meilleur. Nul doute qu’Adorno, Wright Mills et Bourdieu sont tous trois des sociologues critiques en ce sens minimal.

  • 19 Voir par exemple J. De Munck, « Les trois dimensions de la sociologie critique », art. cité, p. 3  (...)
  • 20 Voir sur ce point M. Weber, La Science, profession & vocation. Suivi de Leçons wébériennes sur la (...)
  • 21 Il est critiqué sur ce point par Boltanski qui lui reproche de ne pas réfléchir les présupposés no (...)
  • 22 Que l’opposition entre théorie critique et théorie traditionnelle, telle qu’elle a été formulée pa (...)
  • 23 C. Wright Mills, L’imagination sociologique, op. cit., p. 180-181 : « En aucun cas, le sociologue (...)
  • 24 Ibid., p. 181 : « Les sociologues n’ont pas à laisser les “contingences” du contexte décider du se (...)

10Le deuxième critère renvoie à la distinction des jugements de faits et des jugements de valeurs. L’exigence d’objectivité scientifique implique-t-elle que les sociologues s’abstiennent de tout jugement de valeur explicite ? C’est ce qui est généralement admis, et l’on considère parfois que le propre de la sociologie critique est précisément de le refuser19. Adorno et Wright Mills le refusent explicitement, en partant du principe que les sociologues doivent expliciter les jugements de valeur implicites qui président à leur choix d’objets, de méthodes et d’hypothèses. Mais ce n’est pas le cas de Bourdieu et de bien d’autres auteurs qui sont pourtant des sociologues critiques et qui font leur une exigence de « neutralité axiologique » – exigence reposant parfois sur une mécompréhension de la Wertfreiheit wéberienne20. Comme nous le verrons dans la troisième partie de cet article, le savoir sociologique peut contribuer à la production d’un grand nombre d’effets critiques qui ne suppose pas de formuler des jugements de valeur explicites. Si l’intention de produire des effets critiques par l’intermédiaire d’un savoir sociologique repose indéniablement sur des jugements de valeur implicites, et si en ce sens toute sociologie critique repose sur des jugements de valeur, toutes les sociologies critiques ne considèrent pas qu’il est de leur devoir d’expliciter ces jugements implicites ni de tirer les conséquences politiques de ces effets critiques en tant que sociologues. Par exemple, chez Bourdieu, ce sont indéniablement des jugements de valeur implicites qui conduisent à prendre les rapports sociaux de domination pour objet, mais ils restent implicites21. En outre, Bourdieu distinguait son activité de sociologue, qui excluait tout jugement de valeur politique, de ses interventions politiques, où les conséquences de ses analyses sociologiques étaient exprimées sous forme de jugements de valeur. Au contraire, Adorno reprend à Horkheimer l’idée que le propre d’une théorie critique, par opposition à une théorie traditionnelle, tient au fait qu’elle s’efforce d’expliciter réflexivement ses présupposés normatifs, tout autant que les intérêts sociaux qui la motivent et les effets sociaux de ses choix d’objets et de sa production de savoir22. Tout comme Wright Mills, il soutient par ailleurs que les jugements de valeur sont nécessaires à la connaissance objective de ce qui est le plus problématique dans le monde social23. On trouve par ailleurs chez Wright Mills la thèse suivant laquelle il est de la responsabilité politique du sociologue de tirer lui-même les conséquences politiques du savoir qu’il produit, ne serait-ce que pour éviter que ce savoir fasse l’objet d’instrumentalisation politique contre nature24.

  • 25 Voir tout particulièrement « Introduction à Émile Durkheim, Sociologie et philosophie », dans Le c (...)
  • 26 Les unilatéralités symétriques des approches duhrkheimienne et weberienne est un thème traité nota (...)
  • 27 Sur ces différents points, voir notamment E. Renault, « Adorno : de la philosophie sociale à la th (...)

11Le troisième critère relève d’une critique non pas seulement de la société, mais aussi des formes institutionnelles de la production du savoir sociologique. Tandis que Bourdieu et Wright Mills font de leur conception de la sociologie un prolongement de la tradition sociologique, chez Adorno, l’idée de sociologie critique est solidaire d’objections radicales adressées à certaines des figures tutélaires de cette tradition (surtout Durkheim25, Weber également26). En outre, il dénonce vivement différentes tendances qui sont propres à la sociologie contemporaine : morcellement sous-disciplinaire, fétichisation des questions méthodologiques et abandon de la théorie. Plus radicalement encore, c’est la conception de la sociologie comme discipline autonome, indépendante de la psychologie, de l’économie et de l’histoire, qu’il remet en cause. De même que les effets critiques des sciences sociales supposent d’après Adorno une capacité à élaborer des méthodes adaptées à la connaissance des spécificités des objets étudiés (d’où la critique du fétichisme méthodologique) et des caractéristiques structurelles des formations sociales dans lesquelles ils s’inscrivent (d’où la critique du morcellement disciplinaire et la défense de la théorie sociale), de même les sciences sociales doivent rendre compte de l’imbrication des dimensions sociales, économiques et psychologiques des phénomènes critiqués, ainsi que de leur spécificité historique (d’où la nécessité d’approches interdisciplinaires)27.

  • 28 On retrouve cette définition de la sociologie critique chez Graham Cassano (« What is critical soc (...)
  • 29 Voir par exemple la présentation de l’histoire et des développements actuels de la sociologie crit (...)

12On aboutit à une conception de la sociologie critique qui ne fait pas l’unanimité parmi ceux qui se conçoivent comme des sociologues critiques ou qui semblent légitimement pouvoir être considérés comme tels. Il est incontestable, par exemple, que l’idée de sociologie critique tend à être entendue en un sens étroitement disciplinaire en France, ce qui alimente différents types de disqualification des « studies » (études de genre, études post-coloniales, études décoloniales, etc.), notamment parmi ceux qui puisent leur inspiration chez Bourdieu. Il n’en reste pas moins que l’idée de sociologie critique n’entretient aucun lien essentiel avec une telle conception étroitement disciplinaire. Il n’est d’ailleurs pas besoin d’entendre l'idée de sociologie critique à partir d’Adorno pour la définir comme une approche qui est critique non pas seulement de la société, mais aussi des formes institutionnellement légitimes de l’élaboration du savoir sociologique28. D’ailleurs, l’idée ne viendrait à personne hors de France de contester que les approches foucaldiennes et les études féministes, qui ont les unes et les autres une dimension transdisciplinaire, comptent parmi les principaux lieux d’élaboration de la sociologie critique contemporaine29.

13Seul le premier des trois critères qui viennent d’être mentionnés, à savoir l’intention de produire des effets critiques, permet donc de formuler une définition de la sociologique critique qui soit assez large pour couvrir toutes ses variations internes. Il en résulte qu’il convient de se concentrer sur ce premier critère si l’on souhaite préciser la nature de la sociologie critique. Nous le ferons dans ce qui suit en considérant successivement deux questions distinctes. La première est celle des justifications épistémologiques d’une sociologie n’ayant pas seulement pour objectif de contribuer à la connaissance du monde social, mais à la critique de ce dernier ; la seconde est relative aux effets critiques que la connaissance sociologique est susceptible de produire.

Trois types de justification

  • 30 J. Dewey, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010, p. 272 : « [...] la dévotion pour ce (...)

14Comment justifier épistémologiquement qu’un discours à prétention scientifique n’ait pas pour fonction seulement de connaître la réalité, mais aussi de contribuer à sa critique, c’est-à-dire qu’il a également une visée transformatrice ? La réponse la plus évidente consiste à souligner la fragilité du présupposé suivant lequel la connaissance scientifique a sa fin en elle-même. Ce présupposé, Dewey le considère comme la caractéristique fondamentale des épistémologies « intellectualistes » auxquelles il oppose son pragmatisme instrumentaliste. La fonction des activités de connaissance, et plus généralement de la pensée, est de résoudre les problèmes qui surgissent de l’expérience. Confrontés à des problèmes assez sérieux pour que nous soyons contraints de leur trouver une solution, mais dont nous ne trouvons pas immédiatement la solution, il n’est d’autre solution que de chercher à mieux comprendre la nature du problème, ce qui en lui est problématique, ses causes, et les ressources disponibles pour le résoudre. De même que des démarches intellectuelles spécifiques, que Dewey réunit sous le terme générique d’enquêtes, sont alors requises, de même, l’intérêt des différentes démarches intellectuelles peut être mesuré à l’importance des problèmes qu’ils permettent de résoudre. Il en résulte d’une part que la valeur de la connaissance dépend de sa capacité de résolution des problèmes sociaux, moraux, culturels et politiques auxquels les humains sont confrontés, d’autre part que tous les objets de connaissance ne se valent pas et qu’il est de la responsabilité des sociologues d’étudier les principaux problèmes du temps présent plutôt que de poursuivre l’objectif illusoire de l’élaboration d’un savoir détaché des enjeux sociaux les plus pressants30.

  • 31 Id., The Need for a Recovery of Philosophy, Carbondale/Edwardsville, Southern Illinois University (...)

15On aura relevé que ce type de critique de l’intellectualisme implique également une critique du positivisme : le savoir scientifique n’a pas pour seule fin de rendre compte des faits et de tous les faits au même titre. S’agissant du savoir sociologique, la conséquence est notamment qu’une sociologie s’attachant aux principaux problèmes sociaux, moraux, culturels ou politiques de l’époque aura plus de valeur qu’une sociologie dont les choix d’objets sont déterminés par le fait qu’ils n’ont pas encore été étudiés, par la conviction qu’ils permettront plus facilement de faire carrière ou d’obtenir un financement. Dewey écrivait que la « philosophie redevient saine quand elle cesse d’être un procédé destiné à résoudre des problèmes de philosophes, et qu’elle devient une méthode, cultivée par des philosophes, pour résoudre les problèmes des hommes »31. De même, Wright Mills affirmait dans L’imagination sociologique que la sociologie doit redevenir ce qu’elle était chez ses fondateurs, notamment chez Marx, Durkheim et Weber, à savoir une méthode de transformation des principaux problèmes de l’époque en problèmes sociologiques qui puissent contribuer à leur résolution. On peut considérer que toutes les sociologies critiques, y compris celles qui s’appuient sur d’autres épistémologies que le pragmatisme (par exemple chez Adorno et Bourdieu), présupposent une telle conception instrumentaliste de la connaissance et une telle critique du positivisme : la fonction du savoir sociologique n’est pas seulement de mieux connaître le monde social, mais de mieux le connaître pour contribuer, par des moyens intellectuels, à la transformation de ses aspects les plus problématiques.

  • 32 Sur ces questions, voir D. Naudier et M. Simonet dir., Des sociologues sans qualités ? Pratiques d (...)
  • 33 M. Burawoy, « Pour la sociologie publique », art. cité.
  • 34 Voir notamment le récit de ses relations difficiles avec Lazarsfeld dans l’article « Recherches ex (...)

16Deux autres types d’arguments peuvent justifier la démarche de la sociologie critique. Le premier, de type sociologique, consiste à affirmer qu’il est en outre de la responsabilité du sociologue de thématiser réflexivement les intérêts sociaux qui s’expriment dans son savoir, voire aussi de thématiser réflexivement les usages sociaux de ce savoir. Si cette double exigence est au cœur de l’opposition francfortoise entre théorie traditionnelle et théorie critique, l’une et l’autre peuvent être formulées sous des formes différentes de celles qu’elles trouvent chez Horkheimer et Adorno. La première de ces deux exigences est au cœur du projet bourdieusien de sociologie réflexive, et elle peut être considérée comme légitime indépendamment de toute référence à Bourdieu. Les sociologues ne sont pas des individus sans qualités, mais sont, comme tous les autres individus, porteurs de qualités sociales et politiques qu’ils ont tout à gagner à réfléchir, non pas seulement dans leurs théorisations, mais aussi dans leur travail de terrain. En effet, ces qualités sont porteuses d’obstacles qu’il faut chercher à surmonter de même que d’accès spécifiques aux terrains qui conditionnent le cours de l’enquête32. On retrouve la deuxième exigence d’une explicitation réflexive des usages sociaux des savoirs sociologiques chez Burawoy lorsqu’il oppose d’une part la sociologie professionnelle (commandée par ses présupposés intellectualistes et positivistes) et la sociologie d’expertise (se mettant au service d’un mode social qu’il conviendrait de critiquer), et d’autre part la sociologie critique qui pose les deux questions suivantes : à qui s’adressent les sociologues et pour qui produisent-ils leur savoir33 ? Cette exigence sous-tendait déjà chez Adorno la critique de la sociologie administrative34, et on la retrouve également dans la critique de la sociologie d’expertise chez de nombreux sociologues critiques contemporains. Même si certains sociologues critiques soutiendront sans doute que ce qui rend ces sociologies administratives ou d’expertise contestables tient au fait qu’elles ont des finalités pratiques, la plupart considèrent que le problème tient plus précisément aux fonctions politiques de ces finalités pratiques : mieux connaître les goûts des téléspectateurs pour parvenir à les river davantage à leur écran, améliorer le climat de l’entreprise pour accroître l’exploitation, etc. Le fait que ce second type de justification de la sociologie critique soit moins consensuel que le premier, notamment parce qu’il suppose de transgresser l’interdit des jugements de valeur en évaluant les finalités pratiques des savoirs, fournit une nouvelle illustration de la diversité des sociologies critiques.

  • 35 Sur ces différents points, qui sont associés chez Adorno à la thèse suivant laquelle « le tout est (...)
  • 36 T. W. Adorno, Minima Moralia, Paris, Payot, 1980, p. 47.

17Le troisième argument est de coloration plus spécifiquement francfortoise, et plus nombreuses encore seront les sociologies critiques qui éprouveront des réticences à le mobiliser. Il consiste à souligner que l’étude rationnelle d’un mode foncièrement irrationnel ne peut conjurer le risque de le faire apparaître comme rationnel, et donc de participer de son idéologie, qu’en expliquant en quoi il est irrationnel. Le présupposé des sciences de la nature est celui de la rationalité de leur objet, et c’est selon Adorno l’une des tâches de la sociologie que de critiquer l’acceptation de ce présupposé dans l’étude du monde social et de transformer en conséquence la méthodologie scientifique. C’est donc la fidélité à l’une des valeurs fondamentales de la scientificité, celle de la rationalité, ainsi que l’exigence d’une réflexion épistémologique sur le rapport des méthodes scientifiques avec la nature de leur objet, qui fonde l’exigence critique35. Les réticences à admettre la légitimité de cette justification de la sociologie critique peuvent tenir au fait qu’elle se situe sur le plan de l’ontologie sociale (de la thèse suivant laquelle le « tout est non vrai »36) plutôt que de l’enquête empirique, ou encore qu’elle semble faire un usage substantiel, sinon amphibologique, du concept de « raison » employé tantôt en un sens épistémologique (pour désigner le type de rationalité revendiqué par les savoirs scientifiques), tantôt en un sens ontologique (lorsque le monde social est dit irrationnel). Mais cet argument peut être reformulé dans un autre vocabulaire, et en faisant l’économie de l’ontologie sociale aussi bien que de cette conception substantielle de la raison. Il consiste en effet à inviter à une vigilance critique en attirant l’attention des sciences sociales sur le fait que leur choix d’objet peut les conduire à étudier ou bien des phénomènes sociaux qui contribuent à légitimer l’ordre social, ou bien au contraire des phénomènes qui contribuent à saper ses justifications idéologiques.

Trois types d’effets critiques

18Les sociologies critiques se distinguent donc nettement s’agissant des types de justification qu’elles sont susceptibles de reconnaître comme légitimes. Les types d’effets critiques qu’elles cherchent à produire les distinguent plus fortement encore. Il est trois manières différentes de chercher à contribuer à la résolution de problèmes sociaux et à rendre le monde meilleur en produisant du savoir : en prenant pour objet i) des problèmes sociaux dont on estime qu’il est important qu’ils soient résolus, ii) ce qui fait obstacle à la résolution de ces problèmes, iii) les ressources disponibles pour les résoudre. Trois types d’effets critiques distincts en résultent, dont chacun admet, comme nous le constaterons, de nombreuses différenciations.

  • 37 T. Piketty, Une brève histoire de l’égalité, Paris, Le Seuil, 2021, p. 66.
  • 38 Ibid., p. 70-74.

19Nous avons déjà mentionné que la justification la plus générale qui puisse être donnée des sciences sociales critiques relève d’un instrumentalisme pragmatiste : la fonction des activités de connaissance en général, et des sciences sociales en particulier, est de résoudre les problèmes qui surgissent dans l’expérience. Il en résulte qu’il est de la responsabilité des sociologues de faire porter leurs enquêtes sur les principaux problèmes sociaux de l’époque et de les faire apparaître comme tels, en mettant en lumière leur généralité et leur gravité. Pour illustrer cette démarche, contentons-nous de mentionner les enquêtes portant sur les inégalités de propriété et de revenu, puis celles qui posent la question du racisme dans la police. Les intentions critiques des travaux de Thomas Piketty sont de caractériser un problème social, les inégalités de richesses, qui est largement reconnu comme tel, mais qui n’est généralement pas caractérisé assez précisément pour que sa gravité devienne incontestable. En France, les 50 % des plus pauvres ne possèdent aujourd’hui qu’environ 5 % de la propriété totale – ce qui témoigne d’une remarquable stabilité à l’échelle des deux derniers siècles37. Les inégalités en termes de revenus sont tout aussi fortes et stables : les 50 % les moins riches en recevaient environ 15 % en 1900 tandis que cette proportion ne s’élève qu’à 20 % aujourd’hui alors qu’au cours de cette même période, la proportion est passée de plus de 15 % à moins de 15 % aux États-Unis38… Le revenu national ayant très fortement augmenté dans ces pays depuis le début du XXe siècle, la permanence des écarts de revenus et la difficulté persistante pour la moitié de la population d’accéder à la propriété prouvent que le partage du revenu a continué à s’effectuer à leur détriment et à l’avantage des plus riches. Il s’agit là d’une tendance qui contredit les exigences démocratiques qui sont censées organiser la société française tout autant que la société américaine.

  • 39 F. Jobard, R. Lévy, J. Lamberth et S. Névanen, « Mesurer les discriminations selon l’apparence : u (...)
  • 40 D. Fassin, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Le Seuil, 201 (...)

20Les travaux sur les effets de préjugés racistes sur les comportements de policiers en fonction prennent eux aussi pour objets des problèmes qui sont portés dans l’espace public et qui suscitent une controverse opposant ceux qui dénoncent la présence du racisme dans la police, et ceux qui au contraire soutiennent qu’il ne constitue qu’un phénomène résiduel. Face à de telles controverses, il semble raisonnable de considérer qu’il est de la responsabilité du sociologue que de chercher à produire le savoir qui permettra le mieux de trancher. Or, pour définir les méthodes les plus adaptées, qu’elles relèvent de méthodes quantitatives (par exemple chez Fabien Jobard39) ou qualitatives (par exemple chez Didier Fassin40), il convient de prendre au sérieux le problème représenté par la possibilité que représenterait l’existence d’un racisme structurel de la police, ce qui suffit à donner une intention critique à l’enquête sociologique, sans pour autant que cette intention ne préjuge du résultat de l’enquête.

21On remarquera que dans les cas qui viennent d’être brièvement évoqués – celui d’une recherche portant sur les inégalités de propriété et de revenu, et ceux des enquêtes sur la présence du racisme dans la police –, le savoir est susceptible de produire des effets critiques sans que les chercheurs en sciences sociales n’aient besoin de formuler explicitement des jugements de valeur. Les effets critiques produits ne tiennent pas en effet à de tels jugements de valeur, mais à l’établissement de faits qui sont injustifiables au regard de jugements de valeur communément admis (il est injuste que les plus riches s’enrichissent au détriment des plus pauvres ; le racisme est un mal en général et tout particulièrement dans la police).

  • 41 E. O. Wright, Utopies réelles, Paris, La Découverte, 2017, p. 30-31.
  • 42 Id., « Piketty hors classe », La Vie des idées, 2015, en ligne : [https://laviedesidees.fr/Piketty (...)
  • 43 Id., Stratégies anticapitalistes pour le XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2020.
  • 44 Le concept de « critique explicative » est employé notamment par Roy Bhaskar, voir R. Bhaskar et A (...)

22Les sciences sociales peuvent également prendre un problème social pour objet non pas seulement pour établir les faits qui conduisent à le considérer comme un problème à résoudre, mais aussi pour en identifier les causes. Il s’agit alors également d’identifier les leviers sur lesquels il faudrait jouer pour résoudre le problème, ce qui est déterminant dès que les sciences sociales critiques revendiquent une visée transformatrice, comme chez Erik Olin Wright41. Lorsque ce dernier critique l’analyse des inégalités de revenu et de propriété qui est proposée par Thomas Piketty en soulignant qu’elle ne mentionne pas l’un des principaux mécanismes qui génère les inégalités constitutives des classes sociales, en l’occurrence l’exploitation, il souligne la nécessité de remonter aux causes structurelles d’un problème afin non seulement de produire une analyse scientifiquement convaincante, mais aussi de déterminer quelles sont les stratégies politiques pertinentes42. En l’occurrence, si les inégalités de propriété et de revenu s’expliquent par le caractère exploitatif du capitalisme, la stratégie pertinente relève de l’anticapitalisme43. On remarquera qu’ici encore, dans le passage d’une critique des inégalités à une critique du capitalisme, le sociologue n’a pas besoin de faire intervenir ses propres jugements de valeur. L’effet critique résulte en effet de l’établissement d’un lien de causalité qui, en tant que tel, ne présuppose aucun jugement de valeur. C’est le propre de ce qu’on peut appeler une « critique explicative »44, en effet, que de jouer sur le fait que la connaissance des causes de phénomènes qui sont généralement considérés comme des maux implique également la critique de ces causes de ces phénomènes.

23Au lieu de prendre directement pour objet le caractère problématique et les causes de certains problèmes sociaux, les sciences sociales critiques peuvent aussi faire porter leurs enquêtes sur ce qui fait obstacle à la résolution des problèmes sociaux. Lorsqu’elles s’engagent dans cette voie, les deux effets critiques qu’elles sont susceptibles de produire, et qu’elles cherchent fréquemment à produire, relèvent de la critique de l’absence de représentation publique de problèmes (ou critique de l’invisibilité sociale) et de la critique de la justification de ces problèmes (ou critique de l’idéologie). Considérons-les successivement.

  • 45 S. L. Star et A. Strauss, « Layers of silence, arenas of voice: The ecology of visible and invisib (...)
  • 46 M. Fricker, Epistemic Injustice, Oxford, Oxford University Press, 2007.
  • 47 Ibid.
  • 48 K. Messing, Les souffrances invisibles, Montréal, Éditions Écosociété, 2016.
  • 49 P. Bourdieu dir., La misère du monde, Paris, Le Seuil, 1993.
  • 50 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995.
  • 51 Voir notamment C. Delphy et D. Leonard dans L’exploitation domestique, Paris, Syllepse, 2019, et S (...)
  • 52 G. C. Spivak, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Amsterdam, 2020.
  • 53 K. Crenshaw, « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences (...)
  • 54 C. Dejours, Souffrance en France, Paris, Le Seuil, 1998.
  • 55 V. Das, « Language and body: Transactions in the construction of pain », dans Social Suffering, A. (...)

24Qu’un problème social ne fasse pas l’objet de représentation publique peut s’expliquer par différents types de processus. Tous peuvent être analysés par les sciences sociales, et ces analyses suffisent à produire un effet critique lorsqu’elles font prendre conscience que c’est pour de mauvaises raisons qu’un problème n’est pas publiquement représenté comme tel. Parmi ces différents processus, mentionnons l’invisibilité au sens strict (les activités s’exerçant dans les coulisses et en arrière-plan sont ou bien dissimulées ou bien n’attirent pas l’attention45), le fait que certaines activités fassent l’objet d’un défaut de catégorisation (ce que l’épistémologie sociale contemporaine décrit comme une « injustice épistémique » relevant de l’« injustice herméneutique »46), le fait que les personnes concernées par un problème fassent l’objet d’un défaut de légitimité qui les empêche de rendre public efficacement ce problème (une injustice épistémique relevant de « l’injustice testimoniale »47), ou le fait qu’un problème fasse l’objet d’un déni collectif. C’est d’une critique de l’invisibilité au sens strict que relève par exemple, chez Karen Messing, l’analyse des souffrances dues à l’invisibilité d’un travail de nettoyage qui tout à la fois s’exerce en coulisse et en arrière-plan, souffrances qui par ailleurs sont dissimulées par leur caractère non spectaculaire par comparaison avec les accidents de travail48. On peut également illustrer ce premier type de critique de la non-représentation par la problématique bourdieusienne de la « misère de position » qui n’attire pas autant l’attention que la « misère de condition »49. Une autre illustration encore est fournie, chez Robert Castel, par la tentative de désamorcer les effets d’invisibilisation du processus global de désaffiliation sociale dont la problématique de l’« exclusion » fut porteuse50. Des autres types de critique de l’invisibilité sociale également, les exemples sont nombreux. La sociologie du travail féministe a par exemple souligné de différentes manières que les problèmes liés à l’assignation des femmes au travail domestique ne pouvaient être représentés adéquatement parce que ce travail n’était pas conçu comme un travail, mais comme un ensemble d’activités faites par amour ou par devoir51. Les difficultés des groupes subalternes à rendre publics de manière satisfaisante à leurs propres yeux leurs problèmes et leurs revendications ont été étudiées par les historiens de l’école des subaltern studies (ce qui a conduit Gayatri Chakravorty Spivak à décrire certaines de ces difficultés par l’intermédiaire du concept de « subalternité »52). Ces difficultés ont aussi été thématisées par le concept d’intersectionnalité53. Quant aux processus qui conduisent à des formes de déni collectif des problèmes affectant certains groupes sociaux, ils ont été étudiés notamment dans le cadre d’enquêtes sur le déni de la souffrance sociale, sous des formes aussi différentes que celles de l’analyse psychosociale des processus conduisant au déni de la souffrance au travail chez Christophe Dejours54, et celle de l’analyse anthropologique des formes d’expression et de reconnaissance de la souffrance légitime, notamment dans l’étude par Veena Das du déni des viols collectifs liés à la partition de l’Inde et du Pakistan55.

  • 56 Sur le concept d’idéologie chez Marx et ses différents usages possibles, voir Actuel Marx, no 43, (...)

25Les effets critiques produits par les sciences sociales peuvent également relever de la critique de l’idéologie. Le concept d’idéologie, tel qu’il a été formulé par Marx, désigne des formes de justification des avantages procurés par des rapports sociaux et des structures sociales à des groupes particuliers au détriment d’autres groupes56. Cette justification peut prendre deux formes distinctes : celle des discours de légitimation (Marx critique ainsi l’idée selon laquelle les institutions politiques et sociales propres au capitalisme sont les seules à être conformes aux droits de l’homme), et celle de la naturalisation (Marx critique également la thèse suivant laquelle les lois qui gouvernent l’économie capitaliste sont analogues à des lois de la nature : des lois nécessaires et inévitables dont nous ne pourrions chercher à nous affranchir qu’à nos dépens). Une part non négligeable des effets critiques que cherche à produire la sociologie critique relève du démontage de ces deux types de discours.

  • 57 P. Bourdieu et L. Boltanski, « La production de l’idéologie dominante », Actes de la recherche en (...)
  • 58 Dans Rendre la réalité inacceptable. À propos de La production de l’idéologie dominante, Paris, De (...)
  • 59 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Éditions de Minu (...)
  • 60 P. Bourdieu, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit, 198 (...)
  • 61 D. Fassin, La vie, mode d’emploi critique, op. cit.

26La critique des discours de légitimation peut prendre deux formes différentes. La première consiste à faire apparaître que les faits qui sont censés être légitimés par des principes normatifs contredisent en fait ces principes. La seconde consiste à faire porter la critique sur ces principes eux-mêmes. La sociologie bourdieusienne illustre la première de ces deux opérations. Que la critique de l’idéologie ait constitué l’une des motivations principales de Pierre Bourdieu est corroboré aussi bien par son usage du concept d’idéologie57 que par ses choix d’objets : les classes sociales (pour contrer l’idéologie suivant laquelle les classes sociales n’existent plus58), le système universitaire et les grands corps (pour contrer l’idéologie méritocratique censée légitimer l’ordre social républicain français). Aussi bien dans Les héritiers59 que dans La noblesse d’État60, il s’agit de mettre en contradiction la méritocratie républicaine avec la reproduction des privilèges à la manière d’un héritage nobiliaire. L’objet de la critique n’est pas ici les principes méritocratiques, mais leur capacité à justifier des inégalités fort peu républicaines, car plutôt oligarchiques, y compris selon la définition méritocratique des exigences républicaines. Mais la critique des discours de légitimation peut aussi prendre pour objets les principes de légitimation eux-mêmes, par exemple en cherchant à dissoudre l’évidence de leur validité normative. Ainsi, dans le programme d’anthropologie morale développé par Didier Fassin, il s’agit notamment de dissoudre l’évidence de la biolégitimité en montrant à quel point elle est récente et en faisant apparaître les contradictions qui la minent (la logique qui conduit à affirmer la valeur inconditionnelle de la vie au sens biologique étant indissociable de la relativisation de la vie au sens éthique et de la hiérarchisation constante de la valeur des différentes vies à protéger, comme on a pu le constater notamment pendant la crise pandémique61).

  • 62 M. Mies, Patriarchy and Accumulation on a World Scale. Women in the International Division or Labo (...)
  • 63 I. Hacking, Entre science et réalité : la construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte, 20 (...)

27La critique de la naturalisation idéologique consiste elle aussi à historiciser des discours de légitimation, mais par l’intermédiaire d’une historisation des institutions dont ces discours affirment qu’ils sont naturels. En guise d’illustration de cette démarche, mentionnons les études utilisant la méthode du comparatisme anthropologique et historique pour dénaturaliser les formes de la division sexuelle du travail qui ont relégué les femmes au foyer en même temps qu’elles transformaient les hommes en pourvoyeurs de ressources. Maria Mies montre ainsi que chez les chasseurs-cueilleurs, les femmes sont les « breadwinners », non les hommes, et que c’est au terme d’évolutions historiques complexes qu’une « housewifization » s’est produite qui contribua à identifier les hommes à des « breadwinners »62. On sera sans doute tenté de considérer que l’effet critique de ce type de comparatisme est mieux décrit par le concept de construction sociale que par le concept de critique de l’idéologie. Cependant, à elle seule, l’analyse de X comme une construction sociale ne produit aucun effet critique63. Cette analyse suggère certes que ce qui a été fait (ou construit) peut être défait, et est donc susceptible d’être critiqué. Mais tout ce qui a été fait ne mérite pas d’être défait : que X ait été fait peut représenter un progrès, le défaire peut constituer une régression. Pour que l’analyse de X comme construction sociale justifie une critique, l’une de ces deux conditions supplémentaires doit être remplie : i) il faut qu’elle soit associée à des jugements de valeur sur X et ce qui importe alors n’est pas tant que X ait été fait que le fait qu’il puisse être transformé – or, même des dimensions naturelles de la vie sociale, comme notre vulnérabilité biologique à la maladie, peuvent être transformées, comme le prouve l’allongement de la durée de vie au cours du XXe siècle ; ii) il faut que l’analyse de la construction sociale porte sur des institutions dont il est affirmé qu’elles sont naturelles alors qu’elles sont le résultat d’évolutions historiques, et elle relève alors de la critique de l’idéologie. L’effet critique n’est dans ce cas pas porté par des jugements de valeur, mais résulte de la perte de légitimité des institutions dont la justification relevait de l’idéologie comme naturalisation.

28Il est bien possible que les institutions délégitimées par la critique de l’idéologie, que cette dernière relève de l’idéologie par légitimation ou par naturalisation, s’avèrent en définitive justifiées pour d’autres raisons que celles invoquées par les idéologies critiquées. Mais la critique de l’idéologie n’en produit pas moins, sous ses différentes formes, un effet critique en ce qu’elle fait perdre de leur légitimité aux institutions concernées, ce qui conduit ainsi à susciter des réflexions supplémentaires sur la nécessité de les justifier autrement ou de les critiquer. Il en va de même de la critique de l’invisibilisation : qu’un fait semblant problématique soit invisibilisé ne suffit pas à justifier qu’il soit critiqué, mais une fois le mécanisme de son invisibilisation mis au jour, il devient nécessaire de se poser la question de savoir si ce fait peut faire l’objet d’une justification ou s’il doit être critiqué. En d’autres termes, lorsque l’effet critique du savoir produit par le savoir sociologique relève de la critique de l’invisibilité ou de l’idéologie, l’effet critique n’est pas positif (il ne fait pas apparaître l’objet critiqué comme un mal), mais négatif (il détruit des raisons de ne pas critiquer), et il n’est pas direct (le savoir ne produit pas par lui-même une critique), mais indirect (il invite à prendre au sérieux l’éventualité que la critique d’un objet doit s’imposer). C’est là une double différence avec les effets critiques que nous avons examinés dans un premier temps lorsque nous avons considéré le savoir sociologique se donnant pour objet ou bien seulement le caractère problématique de certains phénomènes contrevenant à des jugements de valeur généralement acceptés, ou bien également les causes de ces derniers.

  • 64 E. O. Wright, Utopies réelles, op. cit., chap. II.
  • 65 H. Guégen et L. Jeanpierre, La perspective du possible. Comment penser ce qui peut nous arriver, e (...)
  • 66 E. O. Wright, Utopies réelles, op. cit., p. 41-55.

29Un troisième type d’effet critique susceptible d’être produit par les sciences sociales est relatif aux démarches où elles ne prennent pour objets ni les problèmes à résoudre, ni les obstacles s’opposant à leur résolution, mais les ressources disponibles pour les résoudre. Erik Olin Wright a désigné cette démarche comme celle d’une « science sociale émancipatrice »64, et suggéré à juste titre qu’elle est déjà celle de Marx dans Le capital. Il s’agit dans ce dernier ouvrage de montrer, d’une part, que les tendances immanentes et les contradictions qui caractérisent le mode de production capitaliste définissent la « possibilité réelle » d’une société meilleure, et d’autre part, que les expériences accumulées par la classe ouvrière ainsi que sa concentration dans la grande industrie en font un acteur de transformation sociale susceptible de contribuer à la transformation de ces possibilités en réalité. Comme l’ont récemment souligné Haud Guégen et Laurent Jeanpierre65, à la suite d’Erik Olin Wright, le programme d’une étude sociologique des possibilités réelles émancipatrices peut prendre bien d’autres formes que celle de l’analyse des contradictions structurelles d’un mode de production et de la constitution d’un groupe social particulier en acteur de transformations sociales décisives. Relevons qu’ici, l’effet critique est de nouveau positif et direct : affirmer qu’un monde meilleur serait possible revient à critiquer le monde existant. Mais dans ce troisième type d’effet critique, contrairement aux deux premiers, la critique repose sur des jugements de valeur. En effet, l’effet critique ne résulte pas seulement de l’identification d’alternatives « faisables » et « viables », ce qui ne supposerait certes pas de jugement de valeur. L’effet critique dépend en outre de la thèse suivant laquelle ces alternatives sont « souhaitables », et cela rend la critique indissociable de l’évaluation66.

30On le constate, les effets critiques que les sciences sociales sont susceptibles de produire sont multiples. Cette multiplicité fait toute l’importance politique de la sociologie critique qui peut contribuer tout à la fois à mieux informer les délibérations démocratiques, à les déplacer vers des objets non suffisamment pris en compte, à lever des blocages intellectuels, et à tracer l’esquisse d’un monde meilleur.

Haut de page

Notes

1 N. Heinich, « Misères de la sociologie critique », Le Débat, vol. V, no 197, 2017, p. 119-126, en ligne : [https://doi.org/10.3917/deba.197.0119] (consulté le 23/09/2022). On trouvera une discussion de différents types d’objections de principe à la sociologie critique chez F. Grandjon, « La critique est-elle indigne de la sociologie ? », Sociologie, vol. III, no 1, 2012, p. 75-86, en ligne : [https://doi.org/10.3917/socio.031.0075] (consulté le 23/09/2022).

2 M. Burawoy, « Pour la sociologie publique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. I-II, no 176-177, 2009, p. 121-144, en ligne : [https://doi.org/10.3917/arss.176.0121] (consulté le 23/09/2022).

3 Voir notamment les textes de la querelle avec Popper dans : T. W. Adorno, Le conflit des sociologies. Théorie critique et sciences sociales, Paris, Payot, 2016.

4 C. Wright Mills, L’imagination sociologique, Paris, La Découverte, 2006.

5 S. Beaud et G. Noiriel, Race et sciences sociales. Essai sur les usages publics d’une catégorie, Marseille, Agone, 2021. Pour une discussion critique, voir notamment C. Gautier et M. Zancarini-Fournel, De la défense des savoirs critiques, Paris, La Découverte, 2022, p. 232-243.

6 Comme le suggère J. De Munck dans l’article « Les trois dimensions de la sociologie critique », SociologieS, 2011, en ligne : [http://journals.openedition.org/sociologies/3576] (consulté le 16/09/2022), § 10 : « Toute sociologie critique suppose […], comme un de ses moments constitutifs, une critique rétrospective de la critique sociologique antérieure autant qu’une critique des théories sociales non critiques dont elle se démarque. De tels débats font la richesse de cette tradition ».

7 Voir notamment P. Bourdieu et L. Wacquant, Invitation à la sociologie réflexive, Paris, Le Seuil, 2014, p. 249.

8 Adorno mobilise contre le positivisme et Popper l’exigence hégélienne de « l’autoréflexion critique du savoir d’entendement » (« Introduction à la Querelle du positivisme », Le conflit des sociologies, op. cit., p. 220-221). Quant à Burawoy, il voit dans la réflexivité du savoir, par opposition à l’instrumentalité, ce qui distingue la sociologie critique de la « sociologie professionnelle » et de la « sociologie d’expertise » (« Pour la sociologie publique », art. cité). Rappelons que Burawoy distingue un quatrième type de sociologie, la « sociologie publique », qui est en fait une sociologie critique s’adressant à des publics non académiques et non administratifs.

9 Voir notamment L. Boltanski, « Sociologie critique et sociologie de la critique », Politix, vol. III, no 10-11, 1990, p. 124-134, en ligne : [https://www.persee.fr/doc/polix_0295-2319_1990_num_3_10_2129] (consulté le 23/09/2022), et id., De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.

10 Id., « Sociologie critique et sociologie de la critique », art. cité, p. 129 : « Notre intention n’est pas ici de faire le procès de la critique. Le sociologue critique a parfaitement le droit de s’engager dans les combats politiques et sociaux et il en a souvent le devoir […]. Loin de faire grief au sociologue critique de ses engagements nous lui reprocherions de ne pas les tenir jusqu’au bout ».

11 Dans De la critique, Luc Boltanski reproche à la sociologie critique d’être « décourageante sur le plan de l’action politique » (op. cit., p. 79).

12 Les contributions d’Adorno à la théorie sociale et à l’épistémologie des sciences sociales peuvent être mentionnées (Société. Intégration, désintégration, Paris, Payot, 2011 ; Le conflit des sociologies, op. cit.), ainsi que ses cours sur les mêmes questions (Einleitung in die Soziologie, Francfort, Suhrkamp, 1968 ; Philosophische Elemente einer Theorie der Gesellschaft, Francfort, Surhkamp, 2008 ; Philosophie und Soziologie, Francfort, Surhkamp, 2011 ; « Theorie der Gesellschaft. Stichworte und Entwürfe zur Vorlesung 1949/50 », Frankfurter Adorno Blätter, vol. VIII, edition tex + kritik, Munich, 2003), mais aussi les enquêtes auxquelles il a participé (Études sur la personnalité autoritaire, Paris, Allia, 2007) et les recherches empiriques moins connues qui furent développées dans le cadre de l’Institut de recherche sociale dans les années 1950 et 1960 (voir notamment : D. Braunstein, M. Becker et F. Link dir., Peter von Haselberg: Schuldgefühle. Postnazistische Mentalitäten in der frühen Bundesrepublik. Eine Studie aus dem Gruppenexperiment am Institut für Sozialforschung, Francfort et New York, Campus Verlag, 2020).

13 G. Cassano, « What is critical sociology? », dans Crisis, Politics and Critical Sociology, G. Cassano et R. Dello Buono dir., Leiden, Brill, 2010, chap. I.

14 E. Renault, « Le capital comme modèle pour la théorie critique », dans Que reste-t-il de Marx ?, C. Colliot-Thélène dir., Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 150-172.

15 R. G. Dunn, Toward a Pragmatist Sociology: John Dewey and the Legacy of C. Wright Mills, Philadelphie, Temple University Press, 2018.

16 L’actualité politique de cette conception de la critique est indéniable dans une période comme la nôtre, marquée notamment par la remise en cause, par la politique gouvernementale, de l’autonomie institutionnelle des sciences sociales, comme le soulignent Claude Gautier et Michelle Zancarini-Fournel dans De la défense des savoirs critiques, op. cit.

17 D’où la caractérisation de la sociologie critique comme une sociologie « doublement critique », d’une part au sens où toutes les sciences sociales ont une dimension critique, d’autre part au sens où elles sont plus critiques que les sociologies non critiques. Voir S. Buechler, « What is Critical About Sociology? » Teaching Sociology, vol. XXXVI, no 4, 2008, p. 318-330 et id., Critical Sociology, Londres, Routledge, 2014.

18 Une part de cette hostilité s’explique certes également par les modalités de la réception française de la théorie critique, et par l’ignorance des enquêtes empiriques auxquelles elle a donné lieu.

19 Voir par exemple J. De Munck, « Les trois dimensions de la sociologie critique », art. cité, p. 3 : « […] un programme de sociologie critique doit chercher à articuler explication d’une part, normativité de l’autre. Un tel souci appelle plus que des simples précautions épistémologiques. C’est le noyau dur du programme qui est concerné. Il faut compléter la base cognitive de la théorie par une base normative ; et il convient d’élaborer un langage scientifique “évaluatif”, explicité et assumé comme tel ». On retrouve cette thèse chez Steven Buechler (voir la note précédente) ainsi que chez Fabien Grandjon, « La critique est-elle indigne de la sociologie ? », art. cité.

20 Voir sur ce point M. Weber, La Science, profession & vocation. Suivi de Leçons wébériennes sur la science et la propagande, I. Kalinowski trad., Marseille, Agone, 2005.

21 Il est critiqué sur ce point par Boltanski qui lui reproche de ne pas réfléchir les présupposés normatifs de la critique qu’il cherche à produire (L. Boltanski, « Sociologie critique et sociologie de la critique », art. cité, p. 129-130). Il ne faudrait pas faire de Bourdieu une exception à la règle. On retrouve cette défense de la neutralité axiologique dans d’autres courants importants de la sociologie critique contemporaine, notamment parmi ceux qui s’inspirent de Foucault. Voir par exemple D. Fassin, La vie. Mode d’emploi critique, suivi de Ce que la pandémie fait à la vie, Paris, Le Seuil, 2021, p. 19 : « […] j’analyse des principes et des sentiments moraux en essayant de les dévoiler et de les interpréter plutôt que de les juger ».

22 Que l’opposition entre théorie critique et théorie traditionnelle, telle qu’elle a été formulée par Max Horkheimer (Théorie traditionnelle et théorie critique, Paris, Gallimard, 1974), soit toujours restée déterminante chez Adorno est prouvé par l’un des derniers textes, huit thèses rédigées en mai 1969 intitulées « Zur Specifikation der kritischen Theorie » (Adorno. Eine Bildmonographie, Francfort, Suhrkamp, 2003, p. 292).

23 C. Wright Mills, L’imagination sociologique, op. cit., p. 180-181 : « En aucun cas, le sociologue ne peut couper court aux options de valeur et éviter de les sous-entendre dans son travail. Les problèmes, comme les enjeux et les épreuves, se nourrissent des menaces qui pèsent sur les valeurs et ne peuvent se formuler clairement sans reconnaître ces valeurs ».

24 Ibid., p. 181 : « Les sociologues n’ont pas à laisser les “contingences” du contexte décider du sens politique de leur travail, pas plus qu’ils n’ont à laisser d’autres hommes en disposer selon leur propos. Il leur appartient de plein droit de statuer souverainement sur la signification à lui donner et sur l’emploi qu’il convient d’en faire […]. Pour ce faire, ils doivent formuler des jugements de valeur ».

25 Voir tout particulièrement « Introduction à Émile Durkheim, Sociologie et philosophie », dans Le conflit des sociologies, op. cit., p. 145-188.

26 Les unilatéralités symétriques des approches duhrkheimienne et weberienne est un thème traité notamment dans Einleitung in die Soziologie, op. cit.

27 Sur ces différents points, voir notamment E. Renault, « Adorno : de la philosophie sociale à la théorie sociale », Recherches philosophiques sur la connaissance et le langage, no 28, 2012, p. 229-258.

28 On retrouve cette définition de la sociologie critique chez Graham Cassano (« What is critical sociology? », art. cité), qui définit la sociologie critique à partir de Charles Wright Mills. C’est également en ce sens que la sociologie critique est dite réflexive chez Michael Burawoy (« Pour la sociologie publique », art. cité).

29 Voir par exemple la présentation de l’histoire et des développements actuels de la sociologie critique dans : D. Fesenfelt et R. Levine, « Scholarship from a Critical Perspective », dans Crisis, Politics and Critical Sociology, op. cit., p. 27-36.

30 J. Dewey, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010, p. 272 : « [...] la dévotion pour ce qui est “pur” et le mépris pour ce qui est “appliqué” ne peut qu’aboutir à une science distante, technique et incompréhensible, sinon pour les spécialistes, ainsi qu’à une gestion hasardeuse et partiale des affaires humaines, injuste à l’égard de la distribution des valeurs. Ce qui est appliqué et employé pour contrôler la société au titre d’une alternative à la connaissance, c’est en fait l’ignorance, le préjugé, l’intérêt de classe et l’accident ».

31 Id., The Need for a Recovery of Philosophy, Carbondale/Edwardsville, Southern Illinois University Press, Middle Works, vol. X, 2008, p. 46.

32 Sur ces questions, voir D. Naudier et M. Simonet dir., Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, 2011.

33 M. Burawoy, « Pour la sociologie publique », art. cité.

34 Voir notamment le récit de ses relations difficiles avec Lazarsfeld dans l’article « Recherches expérimentales aux États-Unis », dans id., Modèles critiques, Paris, Payot, 1984, p. 230-261.

35 Sur ces différents points, qui sont associés chez Adorno à la thèse suivant laquelle « le tout est non vrai » et au concept de « dialectique négative », nous nous permettons de renvoyer à E. Renault, « La dialectique négative entre connaissance non réduite et critique sans réserve », Implications philosophiques, 2019, en ligne : [https://www.implications-philosophiques.org/%EF%BB%BFla-dialectique-negative-entre-connaissance-non-reduite-et-critique-sans-reserve/] (consulté le 16/09/2022).

36 T. W. Adorno, Minima Moralia, Paris, Payot, 1980, p. 47.

37 T. Piketty, Une brève histoire de l’égalité, Paris, Le Seuil, 2021, p. 66.

38 Ibid., p. 70-74.

39 F. Jobard, R. Lévy, J. Lamberth et S. Névanen, « Mesurer les discriminations selon l’apparence : une analyse des contrôles d’identité à Paris », Population, vol. LXVII, no 3, 2012, p. 423-451.

40 D. Fassin, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Le Seuil, 2011. Une polémique s’est développée entre ces deux auteurs quant à la pertinence des méthodes employées par l’un et l’autre sur ce même objet : F. Jobard, « L’anthropologie de la matraque », La Vie des idées, 2012, en ligne : [https://laviedesidees.fr/Anthropologie-de-la-matraque.html] (consulté le 16/09/2022) ; D. Fassin, « L’exception, ou la règle ? Réponse à Fabien Jobard », La Vie des idées, 2012, en ligne : [https://laviedesidees.fr/L-exception-ou-la-regle.html] (consulté le 16/09/2022).

41 E. O. Wright, Utopies réelles, Paris, La Découverte, 2017, p. 30-31.

42 Id., « Piketty hors classe », La Vie des idées, 2015, en ligne : [https://laviedesidees.fr/Piketty-hors-classe.html] (consulté le 16/09/2022). Sur le rapport établi entre classe et exploitation chez Erik Olin Wright, voir notamment, parmi les textes traduits en français, « Comprendre la classe. Vers une approche analytique intégrée », Contretemps, 2014, en ligne : [https://www.contretemps.eu/comprendre-la-classe-vers-une-approche-analytique-integree/] (consulté le 16/09/2022).

43 Id., Stratégies anticapitalistes pour le XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2020.

44 Le concept de « critique explicative » est employé notamment par Roy Bhaskar, voir R. Bhaskar et A. Collier, « Introduction: Explanatory critiques », dans Critical Realism. Essential Readings, M. Archer, R. Bhaskar, A. Collier, T. Lawson et A. Norrie éd., Londres, Routledge, 1998, p. 385-394. Il désigne une critique faisant apparaître que certains faits doivent être critiqués parce qu’ils sont les causes d’autres faits dont il est manifeste qu’ils doivent être critiqués.

45 S. L. Star et A. Strauss, « Layers of silence, arenas of voice: The ecology of visible and invisible work », Computer Supported Cooperative Work (CSCW), vol. VIII, 1999, p. 9-30.

46 M. Fricker, Epistemic Injustice, Oxford, Oxford University Press, 2007.

47 Ibid.

48 K. Messing, Les souffrances invisibles, Montréal, Éditions Écosociété, 2016.

49 P. Bourdieu dir., La misère du monde, Paris, Le Seuil, 1993.

50 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995.

51 Voir notamment C. Delphy et D. Leonard dans L’exploitation domestique, Paris, Syllepse, 2019, et S. Federici, Le capitalisme patriarcal, Paris, La Fabrique, 2019.

52 G. C. Spivak, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Amsterdam, 2020.

53 K. Crenshaw, « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du genre, vol. II, no 39, 2005, p. 51-82, en ligne : [https://doi.org/10.3917/cdge.039.0051] (consulté le 26/09/2022).

54 C. Dejours, Souffrance en France, Paris, Le Seuil, 1998.

55 V. Das, « Language and body: Transactions in the construction of pain », dans Social Suffering, A. Kleinman, V. Das et M. Lock éd., Berkeley, University of California Press, 1997, p. 67-92.

56 Sur le concept d’idéologie chez Marx et ses différents usages possibles, voir Actuel Marx, no 43, 2008 : « Critiques de l’idéologie ».

57 P. Bourdieu et L. Boltanski, « La production de l’idéologie dominante », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. II, no 2-3, 1976, p. 3-73.

58 Dans Rendre la réalité inacceptable. À propos de La production de l’idéologie dominante, Paris, Demopolis, 2008 (voir tout particulièrement p. 121-135), Luc Boltanski souligne cette motivation des choix d’objets bourdieusiens dans les années 1970.

59 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Éditions de Minuit, 1964.

60 P. Bourdieu, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit, 1989.

61 D. Fassin, La vie, mode d’emploi critique, op. cit.

62 M. Mies, Patriarchy and Accumulation on a World Scale. Women in the International Division or Labour, Londres, ZED Books, 2014.

63 I. Hacking, Entre science et réalité : la construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte, 2001.

64 E. O. Wright, Utopies réelles, op. cit., chap. II.

65 H. Guégen et L. Jeanpierre, La perspective du possible. Comment penser ce qui peut nous arriver, et ce que nous pouvons faire, Paris, La Découverte, 2022.

66 E. O. Wright, Utopies réelles, op. cit., p. 41-55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Renault, « Cartographier les sociologies critiques : définitions, justifications et modèles critiques »Astérion [En ligne], 27 | 2022, mis en ligne le , consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/asterion/8429 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asterion.8429

Haut de page

Auteur

Emmanuel Renault

Université Paris-Nanterre • Emmanuel Renault est professeur de philosophie à l’université Paris-Nanterre. Ses travaux portent sur Hegel, Marx, Dewey, l’histoire et l’actualité de la théorie critique. On compte parmi ses publications récentes : Reconnaissance, conflit, domination (CNRS éditions, 2017), Marx and Critical Theory (Brill, 2018) et The Return of Work in Critical Theory (Columbia University Press, 2018, avec C. Dejours, J.-P. Deranty et N. Smith).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search