Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27DossierSpécificités et légitimité des sc...Les fonctions de la critique dans...

Dossier
Spécificités et légitimité des sciences sociales critiques

Les fonctions de la critique dans la sociologie de Pierre Bourdieu

The functions of the critique in the sociology of Pierre Bourdieu
Claude Gautier

Résumés

Dans cet article, il s’agit de restituer la complexité et la multiplicité des fonctions de la critique dans la sociologie de Pierre Bourdieu. Celle-ci a d’abord une fonction théorique et scientifique qui permet d’accomplir la rupture épistémologique de type bachelardien. Elle a, ensuite, une fonction autoréflexive qui permet d’objectiver le sujet connaissant en lui faisant prendre conscience des privilèges épistémiques (et en partie sociaux) de sa condition de savant. C’est dans ce contexte seulement qu’il est possible d’envisager le rapport de cette sociologie à la critique sociale, laquelle émerge aussi comme un devoir moral et politique. Cette dimension ne relève toutefois pas, comme on a tendance à l’affirmer, d’une posture militante de dénonciation. Elle suppose, au contraire, la satisfaction de conditions qui font de la sociologie une science. Nous envisagerons l’une des formes possibles de cette dimension de critique sociale qui peut faire du sociologue un porte-parole.

Haut de page

Texte intégral

Trois significations possibles de la critique…

  • 1 Il n’est pas question ici de faire le point sur cet aspect polémique. Parmi les critiques les plus (...)

1Dans le contexte actuel d’une remise en cause radicale de la scientificité des sciences sociales, et tout particulièrement de la sociologie, il s’agira de montrer que les fonctions de la critique, dans la sociologie de Pierre Bourdieu, sont plus nombreuses et complexes que ne le supposent des points de vue souvent unilatéraux qui réduisent celle-ci à n’être que dénonciation1. Il s’agira de montrer que c’est autour de ces fonctions de la critique que se dessine, de manière originale chez Pierre Bourdieu, la réponse à une double exigence qui évite de reconduire la classique antinomie entre le « savant » et le « politique » : d’une part, respecter le canon épistémologique et méthodologique de la science et, d’autre part, et en raison de son objet qui est de décrire et connaître le monde social, rendre ces connaissances accessibles, c’est-à-dire contribuer à augmenter les ressources cognitives socialement disponibles en vue de construire d’autres visions et représentations du monde, de fournir d’autres instruments d’émancipation.

2Nous pouvons distinguer trois fonctions principales de la critique dans la sociologie de Pierre Bourdieu. Tout d’abord, une fonction scientifique positive portée par l’exigence de rupture épistémologique sans laquelle, dans la tradition durkheimienne et bachelardienne qui est la sienne, il n’est de science qui tienne. Ce travail de la critique vise la constitution d’une certaine distance – s’éloigner pour mieux voir – depuis laquelle construire et contrôler un certain « point de vue » savant sur le monde. Un point de vue qui suppose, également, de construire l’objet à connaître. Ensuite, une fonction autoréflexive de la critique ou « objectivation » du sujet connaissant. Cette objectivation doit permettre de prendre conscience du caractère privilégié des conditions sociales depuis lesquelles produire les connaissances en sciences sociales et, ainsi, éviter la projection de ces conditions et de leurs effets dans l’objet à connaître. Ce faisant, une telle prise de conscience, dont nous verrons qu’elle ne peut être que collective, fait apparaître, et fonde tout en même temps, une autre exigence, morale et politique cette fois, ou fonction sociale de la critique, qui est celle de rendre disponible ces connaissances du monde pour celles et ceux qui sont susceptibles d’en faire usage comme instrument de mobilisation – faire voir.

  • 2 Il n’entre pas dans l’intention de cette étude de rendre compte plus rigoureusement de ces rapport (...)

3Ces trois fonctions ne sont probablement pas indépendantes les unes des autres2. Elles fonctionnent comme un dispositif de régulation de l’attitude de connaissance du sociologue. La critique scientifique, pour être réellement opératoire, implique la critique autoréflexive, laquelle permet de contrôler l’accomplissement de la première et, tout en même temps, de mettre au jour les conditions toujours particulières – les privilèges épistémiques de la skholè – depuis lesquelles elle peut s’accomplir. Cette prise de conscience dessine à son tour les contours d’un certain devoir qui vise la mise en commun de ces ressources cognitives – au nom précisément de ces privilèges que suppose leur production.

  • 3 Sur ce point de la distinction des formes d’engagement axiologique du sociologue nous renvoyons à (...)

4Ainsi la dimension de critique sociale se trouve-t-elle portée par le jeu normal des critiques scientifique et autoréflexive et non pas, directement, par la prise de position axiologique du savant à l’égard de tel ou tel problème3. De surcroît, cette critique sociale peut revêtir plusieurs modalités. Elle peut, par exemple, se comprendre comme l’effort de publicisation de la connaissance sociologique et consiste alors en un travail de diffusion, lequel contribue à la pluralisation des visions et descriptions de la société. Mais elle peut, aussi, prendre des formes plus directes d’« interventions » à l’occasion desquelles le sociologue peut se faire « porte-parole ».

  • 4 Un article publié dans Sociological Forum, en mars 1991, vol. VI, no 1, qui a pour titre : « The p (...)

5C’est dans un certain nombre de textes rédigés tout au long des années 19904 que Pierre Bourdieu fixe, à quelques variations près, certaines des formulations les plus typiques de son engagement théorique concernant l’attitude de connaissance du sociologue et les conditions sociales d’exercice de son « métier ».

  • 5 Sur ce point, nous renvoyons à notre livre : C. Gautier, La force du social. Enquête philosophique (...)
  • 6 Nous choisissons de laisser de côté une certaine inspiration mertonienne des premières élaboration (...)

6S’appuyant sur une lecture de l’épistémologie bachelardienne de la rupture, il s’agissait pour lui de reconduire et d’amplifier le geste durkheimien de constitution de la sociologie comme « science ». Cette reconduction s’imposait à ses yeux en raison de l’évolution du champ scientifique des sciences humaines d’après-guerre5. C’est en reconstruisant les termes de cette « rupture » que nous pourrons délimiter les trois fonctions de la critique dans sa sociologie6.

  • 7 L. Boltanski, « Sociologie critique et sociologie de la critique », Politix, vol. III, no 10-11, 1 (...)
  • 8 « Vouloir maintenir une distance radicale entre l’activité dénonciatrice [d’une injustice] des per (...)
  • 9 Luc Boltanski parle, pour caractériser la société contemporaine, de « société critique ». À propos (...)

7Partir des positions explicites de Pierre Bourdieu en la matière, c’est aussi tenter de comprendre que sa conception du « métier de sociologue » n’exclut pas, loin s’en faut, la reconnaissance des capacités critiques des agents sociaux ordinaires. Selon nous, sa position articule ce que l’opposition entre « sociologie critique » et « sociologie de la critique »7, dans les années 1990, avait tendance à séparer. Les trois fonctions de la critique telles que nous les avons posées doivent permettre de conjuguer à nouveaux frais la possibilité d’une science critique à propos de la sociologie et la reconnaissance de capacités critiques propres aux agents sociaux8. C’est sans doute dans la relation entre ces deux ressources de critique que pourraient s’élargir les termes d’une démocratie cognitive9 ou d’une instrumentalisation possible des connaissances produites par la sociologie.

8Pour comprendre ces trois fonctions – épistémologique, autoréflexive et sociale – de la critique et leurs relations, il faut rappeler le cadre dans lequel elles s’insèrent. Pierre Bourdieu revendique et entend montrer que, sous conditions, la sociologie parvient à produire des connaissances vraies du monde social – à ce titre, elle est une science positive. C’est à l’aune de la vérité de ces connaissances que peut se justifier, épistémologiquement et politiquement, la contribution de la sociologie à une forme élargie de critique sociale qui pourrait être instrumentalisée par les capacités cognitives des agents sociaux ordinaires.

  • 10 Expression récurrente que l’on trouve dans les textes de ce corpus. Pour un exemple parmi bien d’a (...)
  • 11 Ibid., p. 130-131 ; nous soulignons.
  • 12 Ibid., p. 130.
  • 13 « [O]n n’est nullement contraint d’en conclure, comme on le fait d’ordinaire, qu’elle [la raison] (...)

9Ce cadre relève alors de l’examen des « conditions sociales de possibilité »10 de la sociologie comme science et suppose de répondre à la question préjudicielle des conditions de possibilité de la science en général. Ce qui revient à faire porter la réflexion sur les conditions d’émergence de la raison scientifique. Mais traiter cette question des conditions de la raison scientifique et, inclusivement, de la raison sociologique, suppose de surmonter une difficulté majeure que Pierre Bourdieu formule en ces termes dans ses Méditations pascaliennes : « C’est dans l’histoire, et dans l’histoire seulement, qu’il faut chercher le principe de l’indépendance relative de la raison à l’égard de l’histoire dont elle est le produit »11. Ce qui veut dire qu’admettre que la raison ne tombe pas du ciel12 ne doit pas conduire à limiter la raison et ses usages aux conditions historiques de leur émergence13.

10Il s’agira donc, dans cette contribution, d’analyser ces trois dimensions de la critique en montrant qu’elles se justifient, sur le plan des pratiques de connaissance, par l’émergence et la réalisation des conditions sociales d’un usage indépendant de la raison scientifique, notamment, bien sûr, dans le domaine des sciences sociales.

11Dans une première partie, nous revenons sur les conditions historiques de constitution de l’indépendance relative de la raison pour comprendre que ces conditions sont tributaires d’un travail de la critique dont la fonction est de substituer à la logique sociale ordinaire des rapports de force et de pouvoir – celle-là même qui prévaut dans les rapports sociaux ordinaires – une logique d’interaction entre agents qui fait prévaloir l’argumentation critique et l’échange de positions tenues pour légitimes par les membres de la communauté savante quand elles respectent les règles épistémologique et méthodologique de cette dernière. À ce titre, l’émergence de champs scientifiques relativement autonomes est, tout à la fois, ce qui permet et ce qui est conditionné par la fonction scientifique de la critique.

12Dans une seconde partie, nous montrerons qu’une telle fonction scientifique de la critique, qui se soutient de la rupture avec le sens commun – les « prénotions » dirait Émile Durkheim – ne peut aboutir, c’est-à-dire produire des effets contrôlables en termes de connaissance, que si le sujet connaissant est lui aussi soumis à la critique. Autrement dit, il s’agira de comprendre de quelle manière la dimension autoréflexive de la critique constitue un instrument indispensable et relié de réalisation de la critique scientifique.

  • 14 Il faut noter, sans y insister dans cette étude, que la réalisation d’un tel projet socio-historiq (...)

13Dès lors que ces deux fonctions de la critique sont pleinement réalisées, il est possible d’admettre que l’attitude de connaissance du savant-sociologue permet la constitution d’un savoir vrai sur le monde social qu’il observe et décrit. Il sera alors possible, dans une troisième et dernière partie, de poser en des termes plus complexes qu’on ne le fait habituellement la question du rapport de la sociologie de Pierre Bourdieu à la critique sociale ou, pour le dire dans un autre langage, de considérer la légitimité de l’implication sociale du sociologue – ou de la sociologie – dans le développement d’un savoir mis à la disposition des agents sociaux ordinaires, en tant que ressources de connaissance et comme visions du monde14.

De la logique sociale à la logique scientifique : le règne de la critique

  • 15 Cette distinction entre « conditions logiques » et « conditions sociologiques » est récurrente. Po (...)

14La reconstruction socio-historique des conditions d’apparition d’une raison scientifique relativement autonome doit permettre de comprendre, selon Pierre Bourdieu, comment s’opère la substitution d’une « logique scientifique » à une « logique sociale »15. Une telle substitution est précisément ce que réalise la constitution des champs scientifiques spécialisés. Cette reconstruction doit donc rendre raison d’une transformation déterminante de la fonction sociale des relations d’échange qui impliquent les agents produisant des connaissances. Si les rapports sociaux ordinaires sont gagés sur des luttes d’intérêts et de positions, les rapports d’échange entre hommes et femmes de science doivent pouvoir donner prise à l’argument rationnel et faire en sorte que l’intérêt de connaissance prime voire détermine les autres intérêts.

  • 16 MP, p. 131, souligné par P. Bourdieu. Rajoutons que pour y parvenir, une telle démarche doit évite (...)

15Une telle substitution ne s’explique cependant pas par des arguments transcendantaux. Son histoire est celle de la constitution des champs scientifiques, lesquels sont « [d]es microcosmes qui, sous un certain rapport, sont des mondes sociaux comme les autres, avec des concentrations de pouvoir et de capital, des monopoles, des rapports de force, des intérêts égoïstes, des conflits, etc., [et] sont aussi, sous un autre rapport, des univers d’exception, un peu miraculeux, où la nécessité de la raison se trouve instituée à des degrés divers dans la réalité des structures et des dispositions »16.

16L’enjeu d’une telle substitution, pour ce qui est des fonctions de la critique, est alors celui d’une véritable inversion. Comprendre comment émerge la critique comme usage possible de la raison à l’intérieur du champ scientifique qui s’autonomise et décrire de quelle manière sa généralisation en modifie le statut : de possibilité contingente, elle devient condition nécessaire à l’arrachement de la raison à ses conditions historiques d’apparition. C’est ce qu’il faut indiquer désormais.

  • 17 Ibid., p. 131 ; nous soulignons.
  • 18 Sur ce tous ces points, voir C. Gautier, La force du social, op. cit., « Se retirer du monde pour (...)
  • 19 MP, p. 129 ; nous soulignons.

17Ce que montre une telle histoire, c’est que ces « champs » sont des univers fondés sur la « skholè », c’est-à-dire « sur la distance scolastique à l’égard de la nécessité et de l’urgence, économiques notamment »17. La constitution de ces champs est donc ce qui instaure une distance sociale qui relativise le poids des déterminations habituelles du monde de la vie ; elle en neutralise la force18. En neutraliser la force ne veut pas dire la supprimer mais, plutôt, déplacer la forme et la logique de son expression : « sous un autre rapport […] la nécessité de la raison se trouve instituée »19. Ce que permet la distance, autre manière de poser la question de l’indépendance relative du champ ou, plus généralement, des conditions d’exercice de la raison, c’est qu’elle remplace la nécessité comme force sociale par la nécessité comme force des arguments rationnels.

  • 20 Car il s’agit aussi de cela, ce qui justifie, en partie tout au moins, le vocabulaire employé de P (...)
  • 21 « La compétition scientifique présuppose et produit une forme spécifique d’intérêt, qui ne paraît (...)
  • 22 Ibid., p. 133 ; nous soulignons.

18Une telle conversion20 ne signifie pas que dans ces champs la force sociale ne joue pas21. Elle indique que son jeu vient renforcer celui des arguments rationnels. Ainsi Pierre Bourdieu peut-il affirmer que « toute proposition à prétention scientifique […] est une construction qui s’affirme contre d’autres, et que les différentes visions ainsi confrontées au sein des champs scientifiques doivent une part de leur force relative, même dans les champs les plus autonomes, à la force sociale de ceux qui les défendent (ou de leur position) et à l’efficacité symbolique de leurs stratégies rhétoriques »22.

  • 23 Il reste que cette histoire, du moins dans les textes de Pierre Bourdieu, n’est jamais véritableme (...)
  • 24 Privilège de l’« épochè » qui n’est possible que par suspens de l’intensité de la force sociale. A (...)
  • 25 « [S]ous quelles conditions historiques, peuvent s’arracher à l’histoire des vérités irréductibles (...)

19Tel est donc le premier résultat de cette reconstruction23 : la constitution d’un ensemble de conditions sociales que nous pouvons subsumer sous les auspices de la distance par rapport à la nécessité ; distance depuis laquelle une autre « logique » des échanges parvient à s’imposer24. Mais si de telles conditions finissent, historiquement, par s’imposer, si donc il y a bien, en ce sens, une origine historique des conditions dans lesquelles peut s’imposer la force des arguments rationnels, il reste encore à montrer de quelle manière se produit l’« arrachement » de la raison à sa condition historique25. Et c’est ici qu’intervient la conversion de la fonction scientifique de la critique.

20L’argument principal peut se formuler ainsi : c’est la forme généralisée de la critique, comme opérateur de sélection des hypothèses, des faits et des arguments, qui va permettre un tel arrachement, donner prise à un critère de discrimination des arguments qui n’est autre que celui de la vérité. En un mot, il s’agit de rendre raison, historiquement, de ce que la vérité de toute connaissance, lorsqu’elle est établie à l’intérieur d’un champ scientifique, est, en même temps, le produit d’une histoire sociale et de quelque chose qui lui échappe.

  • 26 SSR, p. 141 sq.

21Dans « Histoire et vérité »26, Pierre Bourdieu rappelle que la vérité d’une connaissance d’objet, dans un champ donné, est tributaire des méthodes de constitution de l’objet — le constructivisme bachelardien. Ces méthodes doivent être objectives, et cette objectivité est à comprendre comme un produit social du champ :

  • 27 Ibid., p. 141 ; nous soulignons.

Les principes de la logique et de la méthode expérimentale sont mis en jeu en permanence dans leur mise en pratique à l’occasion des transactions et des négociations qui accompagnent le processus de publication et d’universalisation. Les règles épistémologiques ne sont pas autre chose que les règles et les régularités sociales inscrites dans les structures et/ou les habitus, notamment en ce qui concerne la manière de conduire une discussion (les règles d’argumentation) et de régler un conflit.27

  • 28 Ibid., p. 143.
  • 29 MP, p. 133.

22La justification de l’émergence de la vérité est donc portée par un « ethos de la discussion »28 qu’il ne faut cependant pas comprendre comme l’expression et la revendication individuelles d’une déontologie professionnelle ou, moins encore, comme l’effet d’une quelconque décision. Il s’agit bien de « normes constitutives du champ » qui s’imposent aux agents qui participent à la compétition ou entrent dans le jeu de la confrontation des arguments : « […] la lutte se déroule toujours sous le contrôle des normes constitutives du champ et avec les seules armes agréées dans le champ »29.

  • 30 Pierre Bourdieu dit encore, à propos des constructions « individuelles » d’hypothèses, qu’elles «  (...)

23Cet ethos est d’origine sociale30 puisqu’il émane et exprime le degré d’autonomie du champ qui l’impose et le rend effectif :

  • 31 MP, p. 133-134.

L’affrontement anarchique des investissements et des intérêts individuels ne se transforme en dialogue rationnel que dans la mesure (et dans la mesure seulement) où le champ est assez autonome (donc doté de barrières à l’entrée assez élevées) pour exclure l’importation d’armes non spécifiques, politiques ou économiques notamment, dans les luttes internes.31

  • 32 Ibid., p. 134.
  • 33 Loc. cit.

24Ce n’est qu’à cette condition sociale, que la « libido dominandi » se transforme en « libido sciendi »32, tout simplement parce que les agents participant au jeu de la confrontation des arguments deviennent obligés d’opposer « une réfutation à une démonstration, un fait scientifique à un autre fait scientifique »33.

25C’est donc par la radicalisation de l’exigence praxéologique d’une critique des arguments, soumise au respect des règles de la conduite de la disputatio scientifique, que viennent à prévaloir les formes rationnelles d’échange des arguments – sorte d’épurement tendanciel des contenus où l’intrusion des armes non agréées de la critique devient l’exception et non pas – ou non plus – la règle.

  • 34 SSR, p. 143 ; nous soulignons.

26Telle est donc la conséquence majeure du « fait de jouer le jeu de la discussion, du dialogue (au sens socratique), de soumettre ses expériences et ses calculs à l’examen critique, de s’engager à répondre de sa pensée devant les autres, et de manière responsable, c’est-à-dire dans la constance à soi-même, sans contradiction, bref en se pliant aux principes pratiques d’un ethos de l’argumentation »34.

  • 35 MP, p. 133 ; nous soulignons.

27À ce compte, mais à ce compte seulement, les échanges contradictoires qui constituent le cours ordinaire des rapports sociaux dans un champ scientifique donné ne peuvent revendiquer que le statut de vérité pour critère parce que « les propositions engagées dans cette lutte se reconnaissent de manière tacite ou explicite comme justiciables de l’épreuve de la cohérence et du verdict de l’expérience »35.

  • 36 Ou des « normes de communication et d’argumentation », SSR, p. 143.
  • 37 MP, p. 133 ; nous soulignons.

28La défense de la raison – dont l’émancipation de ses usages vis-à-vis des conditions de son émergence peut se lire à travers la prévalence toujours plus exclusive de la confrontation des positions respectant les règles de cet ethos de la communication et de l’argumentation36 – résulte ainsi d’« un travail collectif de confrontation critique placé sous le contrôle des faits »37.

  • 38 Nous parlons ici de la « communauté épistémique ».
  • 39 « Les chercheurs s’arrêtent dans leur expérimentation lorsqu’ils pensent que leur expérience est c (...)

29Les principes de socialisation spécifiques imposés par l’appartenance au champ déterminent donc les voies de la dé-singularisation de tout ce qui pourrait apparaître, au premier abord, comme le fruit d’une évidence seulement subjective, et avèrent le caractère collectif ou communautaire38 de ce qui, au terme provisoire du processus de confrontation, est accepté pour vrai39.

  • 40 Ibid., p. 161.

30Dès lors, nous parvenons à cet état où, sans avoir recours à aucun argument de type transcendantal, l’histoire et la sociologie montrent que le champ scientifique devient un espace où prédomine la critique comme pratique de mise à l’épreuve des faits et des arguments parce qu’il s’agit d’un « univers » dans lequel « pour avoir raison, il faut faire valoir des raisons, des démonstrations reconnues comme conséquentes, et où la logique des rapports de force et des luttes d’intérêt est ainsi réglée que la “force du meilleur argument” (dont parle Habermas) a des chances raisonnables de s’imposer »40.

31Le projet sociologique de Pierre Bourdieu assigne donc à la critique, entendue en un sens praxéologique, comme disposition produite par un mode spécifique de socialisation propre au champ scientifique, une fonction déterminante dans le jeu de la disputatio scientifique pour y faire prévaloir les arguments de la raison, pour mettre à l’épreuve les hypothèses et les faits et, finalement, toujours de manière provisoire, pour établir la vérité de ce qui est connu. En ce sens, la critique opère au sein de la communauté épistémique et elle ne concerne, pour ce qui est de la sociologie proprement dite, que de manière indirecte son rapport au monde social.

32Mais il est clair que, même de manière indirecte, ce rapport produit des effets, et s’il n’est pas rendu explicite, il est l’occasion de biais qui nuisent à l’effort nécessaire de rupture.

33C’est la raison pour laquelle il convient, désormais, de relier cette fonction épistémologique et praxéologique à une autre fonction de la critique, autoréflexive celle-là, qui permettra de contrôler les conditions de réalisation de la rupture et ses conséquences sur la définition de la relation entre sujet et objet de connaissance. Dès lors, le travail de la critique porte sur la manière de prendre conscience des effets que ne manque pas de produire la relation du savant-sociologue au monde social auquel il appartient. Le travail de la critique intervient alors spécifiquement sur la construction d’une telle relation et il impose un effort collectif de réflexivité. C’est ce qu’il faut désormais présenter.

La critique comme autoréflexivité ou prise de conscience des privilèges de la condition de sujet connaissant

  • 41 Ibid., p. 168 ; nous soulignons.

[…] pour accomplir le projet scientifique en sciences sociales, il faut faire un pas de plus, dont les sciences de la nature peuvent se dispenser […], il faut historiciser le sujet de l‘historicisation, objectiver le sujet de l’objectivation ; c’est-à-dire le transcendantal historique dont l’objectivation est la condition de l’accès de la science à la conscience de soi, c’est-à-dire à la connaissance de ses présupposés historiques.41

34L’exigence d’un contrôle réflexif de la position du sujet connaissant répond donc à une spécificité des sciences sociales et ne s’impose pas avec la même nécessité aux sciences de la nature – probablement parce que l’homme y est tout à la fois sujet et objet de connaissance. Cette distinction n’intervient pas du côté des méthodes d’objectivation qui, par certains côtés, peuvent avoir des éléments communs avec les méthodes des sciences de la nature ; elle vise le contrôle de la position d’observation. Elle porte donc sur l’objectivation du « sujet » connaissant.

  • 42 Que Pierre Bourdieu nomme « doxa épistémique », voir par exemple MP, p. 26.

35L’exigence, in fine, de cette seconde rupture avec le monde du sens commun savant42 – ce « pas de plus » qu’il faut désormais franchir – est portée par la nécessité de ne pas oublier que le savant est un être social et que sa double condition est source de biais multiples. En tant que membre de la skholè, une fois admis dans son champ scientifique, le savant doit prendre conscience de tout ce que le privilège épistémique de sa position implique de conditions sociales.

  • 43 Ibid., p. 26 ; nous soulignons.

36Si ces dernières déterminent la possibilité de toute connaissance scientifique, il reste qu’à ce titre elles « agissent en quelque sorte négativement, par défaut, donc de manière invisible, notamment parce qu’elles sont pour l’essentiel négatives, comme la neutralisation des urgences et des fins pratiques et, plus précisément, le fait d’être arraché pour un temps plus ou moins long au travail et au monde du travail »43. C’est l’ensemble des présupposés inscrits dans cette disposition qu’incarne exemplairement la « condition scolaire » qu’il s’agit de mettre au jour pour lutter contre l’ignorance des conditions sociales et économiques qui la rendent possible ; pour lutter, autrement dit, contre l’ignorance des privilèges sociaux que suppose l’accès à une telle condition de savant.

  • 44 Sur ce point précis, nous renvoyons également à C. Gautier, « Critique et criticisme. De l’extério (...)

37Cette seconde objectivation a donc pour fonction de retrouver ce qui fait lien entre pratiques scientifiques et conditions sociales extraordinaires du savant, c’est-à-dire d’avérer l’illusion d’extériorité du point de vue du sujet par rapport à son objet. Une illusion qui est souvent entretenue par l’ignorance des conditions qui permettent de voir à distance le monde comme un ensemble de représentations. Ce n’est qu’à partir de là, collectivement et au sein de sa communauté épistémique, que le savant pourra transformer cette illusion en idéal régulateur44.

  • 45 MP, p. 27 ; nous soulignons.

38Toute la justification de la réflexivité critique se tient là dans le fait que « la coupure scolastique avec le monde de la production [sociale et économique] est à la fois rupture libératrice et séparation, déconnexion, qui enferme la virtualité d’une mutilation »45.

  • 46 P. Bourdieu, Le sens pratique, Paris, 1980, Le Seuil, p. 43 sq. L’oubli des présupposés qui défini (...)

39C’est l’« oubli » de cette condition sociale du sujet connaissant et ses effets qu’il s’agit de rendre explicites par le travail collectif de réflexivité critique, lequel est une véritable anamnèse sociologique du champ scientifique proprement dit. Dans sa « Critique de la raison théorique »46, Pierre Bourdieu construit une partie de sa présentation des paradigmes structurants du champ des sciences sociales dans les années 1960-1970 autour de la mise au jour des conséquences mutilantes de cet oubli ; des conséquences qui affectent non seulement la définition de l’objet à connaître, mais aussi l’ethos du sujet connaissant.

  • 47 MP, p. 142 ; nous soulignons.

40Dès lors, « pratiquer la réflexivité » critique, c’est, dit encore Pierre Bourdieu dans ses Médiations, « mettre en question le privilège d’un “sujet” connaissant arbitrairement exclu du travail d’objectivation. C’est travailler à rendre compte du “sujet” empirique de la pratique scientifique dans les termes mêmes de l’objectivité construite par le “sujet” scientifique […] et se donner par là une conscience plus aiguë et une maîtrise plus étendue des contraintes qui peuvent s’exercer sur le “sujet” empirique, à ses intérêts, à ses pulsions, à ses présupposés, et qu’il doit rompre pour se constituer »47.

  • 48 Ibid., p. 142-143.

41L’opération de réflexivité critique porte ainsi sur la différence, jamais complètement dissoute, qu’il faut sans cesse ré-expliciter pour mieux la contenir, entre « sujet empirique » de connaissance et « sujet » [idéal] de la science objective. La critique intervient en ce point précis qui consiste à « situer », notamment dans « l’espace-temps social »48, le sujet qui pratique empiriquement la science de son objet.

42Dès lors :

  • 49 Ibid., p. 143 ; nous soulignons.

[o]n ne peut plus se contenter de chercher dans le “sujet” comme l’enseigne la philosophie classique (kantienne) de la connaissance […], les conditions de possibilité et les limites de la connaissance objective. Il faut chercher dans l’objet construit par la science (l’espace social ou le champ) les conditions sociales de possibilité du “sujet” et de son activité de construction de l’objet (dont la skholè […]) et porter ainsi au jour les limites sociales de ses actes d’objectivation.49

43Deux déplacements majeurs soutiennent alors sociologiquement cette réflexivité critique.

  • 50 Loc. cit.

44D’une part, elle ne porte pas sur la figure d’un sujet abstrait et transpersonnel50, mais sur la communauté épistémique ou le champ scientifique d’appartenance. C’est, en effet, ce dernier qui, réalisant les conditions sociales de la skholè, permet la distance sujet-objet. D’autre part, ce n’est pas à proprement parler le savant comme individu mais la communauté épistémique, à travers ses normes toujours révisées et modifiées, qui impose à l’individu-savant les règles d’une conduite réflexive laquelle, par socialisation professionnelle, incorpore les fruits de cette anamnèse socio-épistémologique du champ :

  • 51 SSR, p. 178-179 ; nous soulignons.

La vigilance épistémologique sociologiquement armée que chaque chercheur peut exercer pour son propre compte ne peut être que renforcée par la généralisation de l’impératif de réflexivité […] seule capable d’instituer la réflexivité comme loi commune du champ qui se trouverait ainsi voué à une critique sociologique de tous par tous capable d’intensifier et de redoubler les effets de la critique épistémologique de tous par tous.51

45Cette généralisation de l’impératif de réflexivité est alors, tout comme pour l’arrachement de la raison à ses conditions historiques, le fait d’une radicalisation des comportements critiques, celle de « la critique de tous par tous » qui tend à réduire l’écart entre la position empirique du sujet scientifique – « la critique sociologique » – et la position épistémologique du sujet connaissant – « la critique épistémologique ».

  • 52 Ibid., p. 173 ; nous soulignons.

46Le contrôle réflexif de la position de sujet connaissant est donc rendu possible par la conjonction de cette double critique, sociologique et épistémologique, dont la réalisation, toujours tendancielle, est conséquence d’une confrontation généralisée des conduites critiques – « de tous par tous ». Cette critique est ainsi « un moyen particulièrement efficace de renforcer les chances d’accéder à la vérité en renforçant les censures mutuelles et en fournissant les principes d’une critique technique qui permet de contrôler plus attentivement les facteurs propres à biaiser la recherche »52.

  • 53 Ibid., p. 179.
  • 54 « [L]es sociologues doivent convertir la réflexivité en une disposition constitutive de leur habit (...)

47L’opérativité du contrôle réflexif qui soutient la vigilance épistémologique du savant est donc tributaire de cette « critique technique » qui, lorsqu’elle est généralisée et s’impose comme « loi commune du champ »53, fonctionne comme une véritable « censure mutuelle », c’est-à-dire comme une objectivation praxéologique de la contrainte. Dans l’idéal, ce mouvement, entretenu par la critique généralisée, devrait aboutir à une véritable « conversion » de la disposition à la réflexivité critique en « réflexivité-réflexe »54.

  • 55 Loc. cit. ; nous soulignons.

48Cependant, cette « conversion » – pensable au moins dans l’idéal – est rendue plus délicate encore pour les sciences sociales et, tout particulièrement, pour la sociologie. Pour ces sciences, exercer cette forme spécifique de « vigilance » revient à admettre qu’elle opère « sur un terrain où les obstacles épistémologiques sont primordialement des obstacles sociaux »55.

  • 56 Pierre Bourdieu distingue deux formes de réflexivité critique : la « réflexivité narcissique » et (...)

49Que faut-il entendre par là ? Au-delà de ce qui a été dit, il importe de tenir compte d’une difficulté propre aux sciences sociales, lesquelles, pour être sciences, n’engagent pas seulement la condition sociale du chercheur à qui est imposé un effort de réflexivité « non narcissique »56, mais aussi un travail spécifique de « construction » de l’objet, pour lequel, une fois encore, la réflexivité critique se trouve nécessitée.

  • 57 Ibid., p. 172 ; nous soulignons.

50En effet, ce qui spécifie le social depuis lequel on « construit » l’objet de connaissance, c’est qu’il est déjà une « construction ». Pierre Bourdieu rappelle que « [d]ans le cas des sciences sociales, le “réel” […] est lui-même une construction sociale, un produit des luttes antérieures […]. Il faut donc associer une vision constructiviste de la science et une vision constructiviste de l’objet scientifique »57.

  • 58 ISR, p. 295.

51Dans Invitation à la sociologie réflexive, Pierre Bourdieu précise que ce n’est pas seulement avec les représentations du sens commun qu’il faut rompre, lesquelles sont « partagées par tous » y compris par le savant, mais c’est aussi avec les « représentations officielles » portées par les institutions, et qui s’imposent avec l’objectivité des organisations sociales : « [l]e préconstruit est partout »58.

  • 59 Loc. cit. La formule est « pour ne pas être l’objet des problèmes que l’on prend pour objet » – le (...)

52La rupture doit donc opérer entre deux modes de construction de la réalité. D’un côté, les préconstructions partagées qui nourrissent le sens commun et ses croyances ; de l’autre, l’objet reconstruit par le savant au terme d’un processus graduel et progressif dont le parcours est jalonné d’obstacles venant troubler la distance sujet-objet et que la « vigilance épistémologique » doit permettre de surmonter. En ce sens, le caractère préconstruit du réel dont on prétend faire la reconstruction ajoute à la difficulté puisqu’il est toujours possible que le savant ne devienne, par ignorance de toutes ces conditions, l’objet des problèmes qu’il « prend pour objet »59 :

  • 60 ISR, p. 291 ; nous soulignons.

C’est [donc] au prix d’un tel travail de construction, qui ne se fait pas d’un coup mais par une série de tâtonnements, que l’on construit peu à peu des espaces sociaux qui, bien qu’ils ne se livrent que sous la forme de relations objectives très abstraites et qu’on ne puisse ni les toucher ni les montrer du doigt, sont ce qui fait toute la réalité du monde social.60

  • 61 En tant que projet de connaissance qui inclut l’élucidation des conditions d’apparition et d’auton (...)

53La sociologie de Pierre Bourdieu implique l’activité critique de deux manières au moins. Au-delà de sa dimension structuralement critique61, elle suppose que la critique y soit impliquée comme praxéologie, c’est-à-dire comme attitude ou ethos de connaissance.

54D’une part [I], elle permet, par sa généralisation, de réaliser l’arrachement de la raison, et avec elle de la vérité, à ses conditions sociales et historiques d’apparition. En ce sens, l’établissement historique des normes de la discussion critique fait que, « sous un certain rapport », les champs scientifiques sont des espaces privilégiés où la force des arguments devient la seule manière légitime de réfuter ou de valider une position sociale. Dans Science de la science et réflexivité, Pierre Bourdieu ira jusqu’à parler, dans ces conditions, de « discussion socratique ».

55D’autre part [II], elle permet, également par sa généralisation, de réaliser un second arrachement, celui du savant vis-à-vis de ses propres illusions, celles-là mêmes qui le conduisent, par ignorance, à s’excepter du travail d’objectivation qu’implique toute rupture épistémologique conduite à terme. Cette objectivation de l’objectivation est alors ce vers quoi doit tendre l’effort critique de réflexivité.

  • 62 Pierre Bourdieu évoque, à ce propos, la nécessité de défendre un antiréalisme méthodologique. C’es (...)

56Cet effort ne peut pas être soutenu dans la solitude du cabinet, il doit être la conséquence d’une conduite généralisée dont la norme s’impose à l’échelle de la communauté épistémique au point de devenir une « réflexivité-réflexe » – mieux se voir pour voir mieux. Reste, bien sûr, que dans le cas particulier de la sociologie, cette exigence d’un retour réflexif critique est plus impérative encore en raison même des conditions dans lesquelles se fait la rupture entre réel préconstruit et réel reconstruit62.

57Ces fonctions de la critique – scientifique et autoréflexive – ne sont pas, à l’évidence, redevables d’une quelconque prise de position à l’égard de l’agent social ordinaire, notamment à propos de ses compétences critiques en matière de dénonciation des injustices. Ces opérations critiques sont d’abord déterminées par l’exigence toute positiviste, durkheimienne et bachelardienne, d’opérer la rupture et de réaliser les conditions d’accès à une connaissance vraie du monde social. Elles sont portées par la nécessité de frayer entre historicisme et idéalisme pour fonder historiquement l’autonomie relative du champ scientifique et, en son sein, des usages légitimes de la raison.

58Répondre à de telles conditions d’accès à la connaissance du monde social ne résume cependant pas tout l’horizon de sens du projet sociologique de Pierre Bourdieu. C’est du monde social qu’il s’agit, et la démarcation effective entre réels préconstruit et reconstruit ne manque pas de dévoiler toutes sortes d’inégalités, de formes variées d’expérience de la domination, etc.

  • 63 Id., « Préface », dans Contre-feux 2, Paris, Raisons d’Agir, 2001.

59Dans sa « Préface » à Contre-feux 2, Pierre Bourdieu dénonçait celles et ceux des chercheurs qui, confondant « neutralité axiologique » et « objectivité scientifique », prônaient les vertus de l’enfermement académique. Il rappelait ainsi : « […] il faut coûte que coûte faire entrer dans le débat public, d’où elles sont tragiquement absentes, les conquêtes de la science »63. L’articulation des fonctions épistémologique et autoréflexive de la critique permet, en principe tout au moins, de réaliser ces « conquêtes de la science ».

60Pierre Bourdieu fait alors valoir comme un devoir moral la nécessité de les porter dans l’espace public de la discussion. Cette exigence de publicité trouve une justification éthique dans le fait que de telles conquêtes supposant, pour celles et ceux qui les accomplissent, des conditions sociales si particulières ou privilégiées [II] – notamment, pouvoir se mettre à l’écart des urgences de la vie ordinaire – que s’impose l’obligation, dès lors qu’il s’agit du monde social, de les faire connaître, de les diffuser et, par la même, de sortir de l’espace autonome du champ scientifique pour contribuer à l’élargissement des visions du monde disponibles.

61Cette justification éthique s’adosse, il faut le rappeler, à cette autre justification, épistémologique, selon laquelle la réalisation d’un tel arrachement de la raison à ses conditions d’apparition et l’autonomisation de ses usages [I et II] sont ce qui permet au sociologue d’accéder à la vérité des descriptions du monde social qu’il reconstruit.

  • 64 P. Bourdieu dir., La misère du monde, Paris, Le Seuil, 1993.
  • 65 Notamment à partir des mobilisations sociales de l’automne 1995.
  • 66 Id., Interventions 1961-2001. Science sociale et action politique, Paris, Agone, 2002.
  • 67 Il faut rappeler toutefois, comme le dit explicitement la citation donnée, que cette « interventio (...)

62Cette double justification, épistémologique et éthique, de l’obligation « de faire entrer dans le débat public […] les conquêtes de la science » est alors ce qui permet d’envisager la troisième fonction critique de la sociologie chez Pierre Bourdieu, laquelle concerne, plus directement cette fois-ci, son rapport à la critique sociale. Depuis la publication de la grande enquête La misère du monde64, la question de l’« intervention » du sociologue Pierre Bourdieu dans l’espace public65 s’est posée avec acuité. Il importe de revenir sur quelques-unes des justifications de cette « intervention »66 et sur ce qu’elles indiquent, possiblement, de cette intention critique67.

La critique comme intervention ou « “Essayer” de donner la parole aux gens sans parole »68

  • 68 Id., Interventions, op. cit., p. 99 ; p. 100.
  • 69 Champs politique, médiatique, etc.

63Cette nécessité de faire entrer les « conquêtes de la science » dans le débat public s’expose toutefois, pour ce qui est des sciences sociales, à des difficultés spécifiques : d’une part, il y a la complexité des rapports entre le champ sociologique et son extérieur69 ; d’autre part, il y a l’indétermination du rapport entre production des connaissances et instrumentation de ces dernières en vue de transformer les conditions de vie. Car, pour utiliser la métaphore visuelle, il ne s’agit pas seulement de voir, il s’agit peut-être aussi de faire voir, si l’on admet que le savoir sur le monde social est un facteur, parmi d’autres, qui peut favoriser la revendication et l’action politiques notamment en rendant disponibles, comme ressources de justification, des descriptions critiques du monde social.

64L’un des effets notamment produits par la reconstruction du monde social est de montrer que le nécessaire, le taken for granted, se trouve posé comme un possible parmi d’autres : dévoiler le caractère historique, et donc arbitraire, de cette pré-construction. Une telle modification est cependant tributaire du point de vue depuis lequel elle s’observe, comme si penser la possibilité d’un autre monde demeurait lié à cette aptitude non naturelle à penser – et non pas à vivre – la nécessité comme possibilité.

  • 70 La référence à la seconde nature, même si elle est problématique, est récurrente chez Bourdieu qui (...)

65Comment faire voir de tels possibles alors même que les conditions d’une telle possibilité sont tributaires d’une seconde nature, au sens pascalien70 du terme, c’est-à-dire d’habitudes et de dispositions façonnées par les coutumes et les mœurs d’un champ relativement autonome qui est le champ scientifique ?

  • 71 On retrouve ici, implicitement, la question classique de la fonction des intellectuels révolutionn (...)

66Il y a donc, d’un côté, l’exigence pratique de la science sociologique qui réside dans un faire voir – véritable dimension de critique sociale – et, de l’autre côté, l’assomption dogmatique, ruineuse sur le plan pratique, qui consisterait dans un voir pour. Il ne s’agit donc pas d’affirmer, pour Pierre Bourdieu, parce que le sociologue voit en raison de sa posture et des règles d’une méthode contrôlée dans ses usages, qu’il voit pour les agents qu’il observe ou dont il parle71.

  • 72 Id., Interventions, op. cit., « Dévoiler et divulguer le refoulé », p. 321.

67Le problème général est celui-ci : la condition sociale de la skholè, qui permet au sociologue de voir et de connaître quelque chose du monde social, n’est pas transposable coeteris paribus dans celle des agents qui, eux, sont immergés dans le flux permanent des urgences de la vie pratique. Comment, dès lors, donner à voir ce qui, par principe, reste tributaire d’un point de vue spécifique non transposable ? Tel est bien le problème que pose la « divulgation »72 et la publicisation du savoir sociologique.

  • 73 Pour reprendre l’un des aspects de la typologie proposée par Emmanuel Renault dans son article déj (...)

68Poser en ces termes la question de la socialisation des connaissances acquises dans le champ de la sociologie ne revient donc pas à disqualifier ou méconnaître les compétences des agents ordinaires. La question posée est autre et elle se limite à comprendre comment peut opérer la divulgation d’un certain type de connaissance, étant entendu que cette dernière peut nourrir, voire profondément modifier, nos représentations communes73.

  • 74 C’est là une question complexe que nous ne prétendons pas traiter ici exhaustivement. Nous voulons (...)

69L’un des problèmes pratiques que pose la divulgation des connaissances du monde social est alors de conjuguer deux types de conditions que tout oppose : d’un côté, le rapport d’éloignement et de mise à distance qu’exige la vision scientifique et, de l’autre, le rapport de proximité et de coexistence qu’implique la vision politique comme condition non suffisante d’un agir. D’un côté, pour la communauté savante, la constitution d’une attitude de connaissance qui se soutient d’artifices, de médiations multiples et d’une socialisation complexe de ses membres – en un mot, une connaissance produite par et pour le champ sociologique. De l’autre côté, des ressources d’action multiples parmi lesquelles des représentations viennent objectiver certaines situations d’oppression ou de domination et pour lesquelles des savoirs disponibles peuvent devenir des ressources ou des instruments d’action74.

  • 75 Nous avons développé ailleurs cette question du rapport entre représentation, délégation et porte- (...)

70Cette tension ou ces deux bornes délimitent l’espace à l’intérieur duquel Pierre Bourdieu s’efforce, de manière plus ou moins explicite d’ailleurs, de dessiner la légitimité d’un travail de critique sociale que pourrait effectuer la sociologie. C’est dans cet espace que nous pouvons comprendre les ambivalences de la position du sociologue « porte-parole »75 dont la fonction pratique est, pour l’essentiel, de rendre accessible, en termes de représentations, l’idée d’une pluralité des mondes possibles.

71Cette ambivalence peut se lire à deux niveaux : par le haut, depuis la question de la divulgation de la connaissance scientifique ; par le bas, depuis la question de l’objectivation des expériences de la souffrance et de la domination. Dans les deux cas, la transformation du sociologue en porte-parole paraît difficile à accomplir jusqu’à son terme.

  • Par le haut tout d’abord : dans ce cas, le sociologue se heurte aux difficultés classiques qui tiennent à la fonction même du porte-parolat que Pierre Bourdieu a, par ailleurs, analysées dans plusieurs textes76.
  • 77 Il s’agit de constituer une « personne », c’est-à-dire ce qui, en plus d’être persona ficta, se tr (...)
  • 78 Voir par exemple C. Gautier, « La représentation chez Pierre Bourdieu : de la délégation comme déc (...)

72Reprenant à sa manière la conception hobbesienne de la convention d’autorisation, Pierre Bourdieu affirme que la délégation de la parole au porte-parole produit notamment cet effet de dépossession de la voix de « ceux qui sont condamnés à être parlés »77. Tout le paradoxe de la condition du porte-parole est là : il est condamné à confisquer la voix de celui qui ne peut pas dire et qui, pour parler, doit accepter de déléguer pour être parlé78.

  • 79 Sans doute avons-nous ici l’une des raisons qui expliquent pourquoi, pendant longtemps, Pierre Bou (...)

73Dire du sociologue qu’il peut, sous conditions, se faire le porte-parole des dominés, des opprimés, etc., c’est admettre une confiscation originaire de la parole – de celles et ceux qu’il représente – laquelle risque, à son tour, de ramener au schéma classique et contestable de la division sociale du travail entre ceux qui savent et pensent – parce qu’ils ont le temps et la distance nécessaires – et ceux qui ne le peuvent pas, qui n’ont ni le temps ni le recul ; entre ceux qui voient et ceux pour qui l’on voit. Quels sont alors les garde-fous qui permettraient d’éviter une telle confiscation de la parole, de tels effets d’impositions symboliques ? Rien ne permet de dire a priori qu’ils existent.79

74Nous pourrions, sur ce point, étudier historiquement les conditions dans lesquelles Pierre Bourdieu en vient à endosser un tel rôle depuis et à partir des mouvements sociaux de 1995. Cela reste encore à comprendre. Nous n’avons pas les moyens, ici, de le faire.

  • Par le bas, ensuite : dans un chapitre conclusif « Comprendre »80 de la grande enquête La misère du monde, se dessinent en filigrane toutes les impasses propres au statut du sociologue en tant que porte-parole. Quelques formulations nous paraissent délimiter le problème ainsi posé.
  • 81 Ibid., p. 902.

75Ce texte conclut un ensemble de contributions et de narrations d’expérience de la misère, de la domination ; il soulève de manière réflexive le problème que pose, dans les situations d’enquêtes, la question de la parole dite par les enquêtés. Il soulève la question des moyens qui seraient à la disposition du sociologue enquêteur pour permettre à une parole empêchée de se dire et, ce faisant, de produire sinon des effets thérapeutiques, du moins des formes de conscientisation dont nous pouvons résumer l’énoncé dans cette formule empruntée par Pierre Bourdieu à un ouvrier métallurgiste : « Moi, je ne rejette pas tout, je cherche toujours à voir le comportement des individus, comment ils se comportent, d’où ils viennent, quels sont les intérêts et j’arrive à comprendre »81. Comprendre, en ce contexte, pourrait bien s’entendre d’une démarche particulière, tournée d’abord vers le soi et comme première étape en vue d’une connaissance objective du monde dans lequel on se trouve.

  • 82 Ibid., p. 904 sq.

76À propos des fonctions méthodologiques de l’entretien et rappelant le pouvoir symbolique qui est celui de l’enquêteur qui détermine la situation de l’échange par et pour la connaissance82, Pierre Bourdieu revient, une fois de plus, sur la qualification de l’enquête comme « relation sociale » et tente de comprendre à quelles conditions il serait possible de faire de cette situation d’enquête, non pas seulement un enjeu de connaissance qui objective pour ainsi dire l’enquêté, mais un dispositif qui permette à l’enquêté, par ce retour réflexif contrôlé, d’être le destinataire de cette connaissance qui émerge de l’échange inégal dans une telle situation.

77Comment donc transformer la situation d’entretien en quelque chose qui ne soit pas d’abord porté par les seules exigences d’une connaissance objective consacrant, quoi qu’il en soit, la supériorité pratique et symbolique de l’enquêteur sur l’enquêté ? Comment faire de cette situation quelque chose qui permette à celui qui est la source même de cette connaissance de devenir lui-même destinataire de cette parole produite.

  • 83 Ibid., p. 904.

78Comment donc faire en sorte que « [par une sorte] de réflexivité réflexe, fondée sur un “métier”, un “œil” sociologique, [il me soit permis] de percevoir et de contrôler sur le champ, dans la conduite même de l’entretien, les effets de la structure sociale dans laquelle [il s’accomplit] »83 ?

  • 84 Voir supra, partie : « La critique comme intervention ou “ ‘Essayer’ de donner la parole aux gens (...)

79La possibilité de transformer la situation d’entretien pour en faire un dispositif de libération de la parole résiderait dans cette hyper réflexivité, devenue seconde nature, devenue « réflexe »84 une fois encore, au moyen de laquelle neutraliser les effets sociaux de structure pour laisser libre cours à une parole nue qui pourrait dire la souffrance, l’aliénation, etc.

  • 85 Ibid., p. 905-908.
  • 86 Ibid., p. 907 ; souligné par P. Bourdieu.

80Réduire alors les effets de violence symbolique induits par l’imposition des règles mêmes de l’entretien85 serait une condition minimale. Car, ainsi qu’il le rappelle, il ne suffit pas d’agir, comme le fait tout enquêteur confirmé, sur ce qui « peut être consciemment ou inconsciemment contrôlé dans l’interaction », il faut encore et bien plus agir « sur la structure même de la relation (et, par là, sur la structure du marché linguistique et symbolique), donc sur le choix même des personnes interrogées et des interrogateurs »86.

81Là, comme en bien d’autres endroits, s’exprime avec netteté la tension qui nourrit le paradoxe du sociologue s’efforçant de devenir un porte-parole. L’hyper réflexivité ne suffit pas ; elle requiert une sorte de négation qui veut que l’enquêteur soit joué par un acteur, une persona qui, par ses idiosyncrasies et ses dispositions, se rapprocherait de celui qui doit parler et dire sa souffrance au point de faire disparaître toute distance.

82Ce remplacement du sociologue par un tiers a beau être requis comme un effet méthodologique nécessaire au contrôle de la violence symbolique contenue dans toute situation d’entretien, il reste qu’il indique aussi qu’à un moment donné, le sociologue doit céder la place, parce qu’il ne peut accomplir jusqu’à son terme, c’est-à-dire jusque là où les conditions de la parole libérée pourraient permettre cette objectivation pour soi de la souffrance, la métamorphose qui ferait de lui un porte-parole véritable. Preuve, s’il en est, des limites inhérentes à la condition de sociologue et à l’impossible transformation qu’exigerait ce rôle d’accoucheur de la souffrance et de la misère.

83Du dialogue socratique propre au jeu de la critique rationnelle dans l’espace de la communauté épistémique au dialogue maïeutique propre à permettre l’accouchement et l’expression, sous une forme plus distanciée, d’expériences de la souffrance et de la domination, il y a comme une impossible conversion du rôle du sociologue. Pourtant, cette « objectivation » de la condition subjective d’une expérience de la souffrance par la parole est sans doute ce qui apparaît comme l’une des conditions, là encore, à un élargissement des vues sur le monde en lequel on se trouve pour tenter de le transformer.

84Dans les deux cas, donc, par le haut comme par le bas, et pour des raisons qui tiennent aussi à l’autonomie relative du champ scientifique concerné, le passage du voir au faire voir, s’il demeure une exigence pratique moralement et théoriquement fondée pour poser l’effectivité d’une connaissance critique du monde social, semble pourtant compromis par l’impossible retour qu’il faudrait faire du savant à l’homme ordinaire.

Pour conclure…

85Ces considérations permettent de restituer les formes complexes d’engagement critique qui soutiennent le projet d’une science sociologique selon Pierre Bourdieu. La multiplicité des fonctions qui incombent à la critique suffit, nous semble-t-il, à récuser les schémas simplistes et dualistes en lesquels on a trop souvent enfermé la compréhension de ce problème.

86La sociologie de Pierre Bourdieu est, à n’en pas douter, critique ; mais elle l’est en posant, tout d’abord, l’exigence de constituer une véritable science positive pour laquelle reconnaître le caractère historique de sa constitution ne conduit pas pour autant à sombrer dans un relativisme indéfendable. Elle l’est, ensuite, en revendiquant un ethos par lequel mettre à l’épreuve des hypothèses, des « faits » et des résultats et conduire à l’établissement de certitudes toujours provisoires. Elle l’est enfin parce que, étant un savoir du monde social qui reconstruit ce qui se donne comme toujours déjà là, elle ouvre à la possibilité de penser la nécessité comme un possible parmi d’autres. Pour cela, au moins, elle doit – impératif moral – mettre à disposition du débat public ses conquêtes les plus utiles. Reste que, dans ce cas, celui d’une forme contrôlée de critique sociale, l’énoncé de la question, chez Pierre Bourdieu, revêt une dimension aporétique.

  • 87 Sur ce point, voir C. Gautier et M. Zancarini-Fournel, De la défense des savoirs critiques, op. ci (...)

87Ces trois fonctions de la critique, scientifique, autoréflexive et sociale, dans le cas de la sociologie des pratiques de Pierre Bourdieu, forment un ensemble délimitant les contours d’une véritable attitude de connaissance, celle du sociologue et de son métier. Dès lors, toute intervention dans l’espace public, quand il s’agit de rendre ses connaissances plus communes, ne peut pas être interprétée de manière réductionniste comme exprimant la confusion entre le « savant » et le « politique »87. La médiation par les trois fonctions de la critique permet de sortir, selon nous, de cette lecture dualiste du rapport entre la science et la politique.

Haut de page

Notes

1 Il n’est pas question ici de faire le point sur cet aspect polémique. Parmi les critiques les plus virulentes à l’égard de Pierre Bourdieu sociologue, nous renvoyons, entre autres, à N. Heinich, « L’engagement en personne : la science dans la politique », dans id., Pourquoi Bourdieu ?, Paris, Gallimard, 2007, p. 73-82 ; sur la critique de Jacques Rancière, voir entre autres « L’éthique de la sociologie », dans L’empire du sociologue, Collectif « Révoltes logiques » éd., Paris, La Découverte, 1984, p. 13-36 et « Le maître ignorant. Entretien avec Jacques Rancière », Vacarme, vol. II, no 9, 2 octobre 1999, p. 4-8. Enfin, B. Latour, Reassembling the Social: An Introduction to Actor-Network Theory, Oxford, Oxford University Press, 2005. Sur ce point, voir C. Gautier et E. Renault, « Pragmatism and sociology. The French debate », dans Pragmatism and Social Philosophy. Exploring a Stream of Ideas from America to Europe, M. G. Festl éd., New York, Routledge, 2021, p. 80 sq. Voir également C. Gautier et M. Zancarini-Fournel, De la défense des savoirs critiques. Quand le pouvoir s’en prend à l’autonomie de la recherche, Paris, La Découverte, 2022, p. 7 sq. ; p. 135 sq.

2 Il n’entre pas dans l’intention de cette étude de rendre compte plus rigoureusement de ces rapports d’interdépendance qui existent entre ces critiques. On se contentera du constat, suffisant toutefois pour suggérer toute la complexité des rapports qu’entretient la sociologie de Pierre Bourdieu avec la critique.

3 Sur ce point de la distinction des formes d’engagement axiologique du sociologue nous renvoyons à l’article d’E. Renault ici même, dans le présent dossier : « Cartographier les sociologies critiques : définitions, justifications et modèles critiques ». Nous ne partageons pas tout à fait la position de S. Buechler qui, dans « What is Critical about Sociology » (Teaching Sociology, vol. XXXVI, no 4, octobre 2008, p. 318-330), propose de classer les différents courants de la sociologie en fonction de leur rapport à la « critique » (p. 324b sq.). Il retient que l’une des fonctions critiques de la sociologie est d’orienter la connaissance du monde social en fonction de valeurs qui sont celles de l’égalité, de la justice (p. 319b-320a). Ce rapport n’est pas véritablement discuté. Il évoque seulement le choix de valeurs à l’aune desquelles constituer la sociologie comme connaissance critique du monde social (p. 323b sq.).

4 Un article publié dans Sociological Forum, en mars 1991, vol. VI, no 1, qui a pour titre : « The peculiar history of scientific reason », p. 3-26. Le séminaire de Paris « Les moyens de la sociologie réflexive », dans L. Wacquant et P. Bourdieu, Invitation à la sociologie réflexive [1991], Paris, Le Seuil, 2014, p. 275 sq. – notamment : II. « Penser relationnellement », p. 285 sq. et III. « Un doute radical », p. 295 sq. ; désormais, ISR suivi de la page. Positions qui seront reprises et étendues dans P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil, 1997, notamment dans III. « Les fondements historiques de la raison », p. 111 sq. Sur ce point, voir les sous-sections : « Un historicisme rationaliste », p. 128 sq. ; « Le double visage de la raison scientifique », p. 130 sq. ; « Censure du champ et sublimation scientifique », p. 133 sq. ; désormais MP suivi de la page. Enfin, une nouvelle reprise et amplification dans le texte de son dernier cours au Collège de France, id., Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’Agir, 2001 ; désormais SSR suivi de la page. Tels sont les textes sur lesquels nous appuierons la présentation de cette étude. Nous laissons de côté P. Bourdieu, J.-C. Chamboredon et J.-C. Passeron, Le métier de sociologue [1968], Paris, Mouton éditions, 1973, éd. révisée.

5 Sur ce point, nous renvoyons à notre livre : C. Gautier, La force du social. Enquête philosophique sur la sociologie des pratiques de Pierre Bourdieu, Paris, Le Cerf, 2012. Notamment, chapitre IV « Lectures de la discontinuité […] », p. 230 sq. Enfin, sur les raisons pour lesquelles Pierre Bourdieu s’engage lui-même, après-guerre, dans la sociologie et l’anthropologie, voir P. Bourdieu, « Fieldwork in Philosophy », dans Choses dites, Paris, Éditions de Minuit, 1987, p. 13 sq.

6 Nous choisissons de laisser de côté une certaine inspiration mertonienne des premières élaborations de Pierre Bourdieu portant sur la sociologie des sciences qu’il appelle de ses vœux. Bourdieu discute de manière explicite la position de Merton dans son article de 1991 déjà cité « The peculiar history of scientific reason », voir p. 16, p. 21 sq. Bien que non cité dans les références bibliographiques de fin d’article (p. 25-26), c’est à R. K. Merton (The Sociology of Science. Theoretical and Empirical Investigations, Chicago, Londres, The University of Chicago Press, 1973) qu’il se rapporte principalement.

7 L. Boltanski, « Sociologie critique et sociologie de la critique », Politix, vol. III, no 10-11, 1990, p. 124-134. Pour une version plus développée, voir id., L’amour et la justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métailié, 1990, notamment I. « Ce dont les gens sont capables » ; III. « Dénonciations ordinaires et sociologie critique », p. 37 sq.

8 « Vouloir maintenir une distance radicale entre l’activité dénonciatrice [d’une injustice] des personnes et l’activité scientifique des sociologues présentait une difficulté liée au travail de terrain lui-même » (ibid., p. 37).

9 Luc Boltanski parle, pour caractériser la société contemporaine, de « société critique ». À propos de l’analyse des « opérations critiques » des acteurs, il affirme : « […] cet objet est essentiel pour une compréhension des sociétés qui sont les nôtres, et qui peuvent être définies comme des sociétés critiques au sens où les acteurs disposent tous des capacités critiques, ont tous accès, bien qu’à des degrés inégaux, à des ressources critiques […] » (ibid., p. 54 ; souligné par Boltanski).

10 Expression récurrente que l’on trouve dans les textes de ce corpus. Pour un exemple parmi bien d’autres : la skholè est « la première et la plus déterminante de toutes les conditions sociales de possibilité de la pensée “pure” […] » (MP, p. 24 ; nous soulignons).

11 Ibid., p. 130-131 ; nous soulignons.

12 Ibid., p. 130.

13 « [O]n n’est nullement contraint d’en conclure, comme on le fait d’ordinaire, qu’elle [la raison] soit réductible à l’histoire », loc. cit. ; nous soulignons. Pierre Bourdieu dit encore : « […] les sciences historiques ne sont pas condamnées au pur constat (pascalien), par soi salutaire et libérateur, de l’arbitraire originel », ibid., p. 128.

14 Il faut noter, sans y insister dans cette étude, que la réalisation d’un tel projet socio-historique visant l’étude des « conditions sociales de possibilité » de la raison scientifique et d’une science sociologique confère à cette dernière, en tant que « science historique » (ibid., p. 99), une autre dimension qui est, selon les propres mots de Pierre Bourdieu, celle d’une reprise et d’une radicalisation du projet critique de Kant : « […] si les sciences historiques ruinent l’illusion de la transcendance d’une raison transhistorique et transpersonnelle […], elles permettent de prolonger et de radicaliser l’intention critique du rationalisme kantien et de donner sa pleine efficacité à l’effort pour arracher la raison à l’histoire en contribuant à armer sociologiquement l’exercice libre et généralisé d’une critique épistémologique de tous par tous, émanant du champ lui-même », ibid., p. 143 ; nous soulignons. Nous revenons ultérieurement sur ce point de « la critique de tous par tous ».

15 Cette distinction entre « conditions logiques » et « conditions sociologiques » est récurrente. Pour un exemple parmi d’autres, voir Langage et pouvoir symbolique [1982], Paris, Le Seuil, 2001, p. 328 ; désormais LPS suivi de la page.

16 MP, p. 131, souligné par P. Bourdieu. Rajoutons que pour y parvenir, une telle démarche doit éviter, d’un côté, « l’écueil » (ibid., p. 129) de l’historicisme qui conduit au relativisme épistémologique et, de l’autre, l’écueil de l’idéalisme rationaliste (« The peculiar history of scientific reason », art. cité, p. 20) qui suppose qu’il serait possible de reconstruire une telle substitution par des arguments exclusivement épistémologiques et logiques. C’est la raison pour laquelle Pierre Bourdieu qualifie sa démarche d’« historicisme rationaliste » (ibid., p. 128-129).

17 Ibid., p. 131 ; nous soulignons.

18 Sur ce tous ces points, voir C. Gautier, La force du social, op. cit., « Se retirer du monde pour mieux le penser », p. 55 sq.

19 MP, p. 129 ; nous soulignons.

20 Car il s’agit aussi de cela, ce qui justifie, en partie tout au moins, le vocabulaire employé de Pierre Bourdieu qui parle, dans la citation précédente, d’exception miraculeuse.

21 « La compétition scientifique présuppose et produit une forme spécifique d’intérêt, qui ne paraît désintéressée que par comparaison avec les intérêts ordinaires, pour le pouvoir et l’argent notamment, et qui est orientée vers la conquête du monopole de l’autorité scientifique […] », ibid., p. 132.

22 Ibid., p. 133 ; nous soulignons.

23 Il reste que cette histoire, du moins dans les textes de Pierre Bourdieu, n’est jamais véritablement écrite. Il en donne fréquemment des indications ; il en définit souvent les orientations programmatiques. Ainsi, dans ses Méditations, sans doute le texte le plus explicite à ce propos, il propose, notamment dans le troisième chapitre « Les fondements historiques de la raison », d’en esquisser les contours sous la forme d’un vaste programme de recherche.

24 Privilège de l’« épochè » qui n’est possible que par suspens de l’intensité de la force sociale. Aussi, comme le rappelle Pierre Bourdieu, « [n]ombre de professions de foi universalistes ou de prescriptions universelles ne sont que le produit de l’universalisation (inconsciente) du cas particulier, c’est-à-dire du privilège constitutif de la condition scolastique », ibid., p. 80. Sur ce point, voir C. Gautier, La force du social, op. cit., p. 56 sq.

25 « [S]ous quelles conditions historiques, peuvent s’arracher à l’histoire des vérités irréductibles à l’histoire », MP, p. 130.

26 SSR, p. 141 sq.

27 Ibid., p. 141 ; nous soulignons.

28 Ibid., p. 143.

29 MP, p. 133.

30 Pierre Bourdieu dit encore, à propos des constructions « individuelles » d’hypothèses, qu’elles « sont engagées dans des transactions réglées non par les règles transcendantes d’une épistémologie, d’une méthodologie ou même de la logique, mais par les principes de sociabilité spécifiques imposés par l’appartenance au champ », SSR, p. 142 ; nous soulignons.

31 MP, p. 133-134.

32 Ibid., p. 134.

33 Loc. cit.

34 SSR, p. 143 ; nous soulignons.

35 MP, p. 133 ; nous soulignons.

36 Ou des « normes de communication et d’argumentation », SSR, p. 143.

37 MP, p. 133 ; nous soulignons.

38 Nous parlons ici de la « communauté épistémique ».

39 « Les chercheurs s’arrêtent dans leur expérimentation lorsqu’ils pensent que leur expérience est conforme aux normes de leur science et qu’elle peut affronter les critiques anticipées », SSR, p. 141.

40 Ibid., p. 161.

41 Ibid., p. 168 ; nous soulignons.

42 Que Pierre Bourdieu nomme « doxa épistémique », voir par exemple MP, p. 26.

43 Ibid., p. 26 ; nous soulignons.

44 Sur ce point précis, nous renvoyons également à C. Gautier, « Critique et criticisme. De l’extériorité des points de vue chez Bourdieu », dans Bourdieu, théoricien de la pratique, M. de Fornel et A. Ogien éd., Paris, Éditions de l’EHESS, 2011, p. 265 sq.

45 MP, p. 27 ; nous soulignons.

46 P. Bourdieu, Le sens pratique, Paris, 1980, Le Seuil, p. 43 sq. L’oubli des présupposés qui définissent la position d’objectivation du sujet connaissant, pour le structuralisme comme pour l’individualisme et l’holisme méthodologiques, conduit à des formes de projection et d’indentification du sujet dans l’objet qui sont autant d’obstacles à l’accomplissement de la rupture. Pour une présentation détaillée, voir C. Gautier, La force du social, op. cit., « La réintroduction de la force dans le mouvement de l’action », p. 174 sq.

47 MP, p. 142 ; nous soulignons.

48 Ibid., p. 142-143.

49 Ibid., p. 143 ; nous soulignons.

50 Loc. cit.

51 SSR, p. 178-179 ; nous soulignons.

52 Ibid., p. 173 ; nous soulignons.

53 Ibid., p. 179.

54 « [L]es sociologues doivent convertir la réflexivité en une disposition constitutive de leur habitus scientifique, c’est-à-dire une réflexivité réflexe », ibid., p. 174 ; nous soulignons.

55 Loc. cit. ; nous soulignons.

56 Pierre Bourdieu distingue deux formes de réflexivité critique : la « réflexivité narcissique » et la « réflexivité réformiste » : « […] pour achever de marquer la différence avec la réflexivité narcissique, […] la réflexivité réformiste n’est pas l’affaire d’un seul et […] elle ne peut s’exercer pleinement que si elle incombe à l’ensemble des agents engagés dans le champ », ibid., p. 178.

57 Ibid., p. 172 ; nous soulignons.

58 ISR, p. 295.

59 Loc. cit. La formule est « pour ne pas être l’objet des problèmes que l’on prend pour objet » – le sujet renvoyant ici au chercheur. Car, comme le rappelle encore Pierre Bourdieu dans son cours de 2000, « les faits sociaux sont socialement construits et tout agent social, comme le savant, construit tant bien que mal, et vise à imposer, avec plus ou moins de force, sa vision singulière de la réalité, son “point de vue”. Ce qui fait que la sociologie, qu’elle le veuille ou non (et le plus souvent elle le veut) est partie prenante des luttes qu’elle décrit », SSR, p. 172.

60 ISR, p. 291 ; nous soulignons.

61 En tant que projet de connaissance qui inclut l’élucidation des conditions d’apparition et d’autonomisation de la raison scientifique, la sociologie a vocation à reconduire et radicaliser l’intention critique du projet kantien. Cette sociologie est, en ce sens, une socio-épistémologie critique.

62 Pierre Bourdieu évoque, à ce propos, la nécessité de défendre un antiréalisme méthodologique. C’est parce que le social qui s’offre au premier regard est lui-même le résultat de préconstructions qu’il importe de s’en détacher pour reconstruire autrement et de manière réfléchie l’objet du sociologue. Voir ISR, p. 289-290.

63 Id., « Préface », dans Contre-feux 2, Paris, Raisons d’Agir, 2001.

64 P. Bourdieu dir., La misère du monde, Paris, Le Seuil, 1993.

65 Notamment à partir des mobilisations sociales de l’automne 1995.

66 Id., Interventions 1961-2001. Science sociale et action politique, Paris, Agone, 2002.

67 Il faut rappeler toutefois, comme le dit explicitement la citation donnée, que cette « intervention » de la sociologie dans les débats publics peut revêtir différentes formes. Qu’à ce titre, donc, le rapport de la sociologie – au sens où Pierre Bourdieu la promeut – à la critique sociale est lui aussi pluriel. Rendre public, faire connaître, contribuer à la pluralisation des visions du monde en fait partie. Ce n’est pas cette dimension-là que nous retiendrons dans les lignes qui suivent. Si nous choisissons la fonction de « porte-parole » comme modalité possible d’intervention du sociologue dans le monde social, c’est aussi parce qu’elle a souvent concentré les critiques les plus virulentes. Voir supra, la note 1.

68 Id., Interventions, op. cit., p. 99 ; p. 100.

69 Champs politique, médiatique, etc.

70 La référence à la seconde nature, même si elle est problématique, est récurrente chez Bourdieu qui, souvent, cite Pascal à cet égard.

71 On retrouve ici, implicitement, la question classique de la fonction des intellectuels révolutionnaires et professionnels ou, dans le vocabulaire de Pierre Bourdieu, de la distinction entre « profanes » et « professionnels ». Mais c’est aussi parce que la position du savant n’est pas celle du « surplomb » que le problème se pose de la manière dont il faut transmettre ces connaissances acquises.

72 Id., Interventions, op. cit., « Dévoiler et divulguer le refoulé », p. 321.

73 Pour reprendre l’un des aspects de la typologie proposée par Emmanuel Renault dans son article déjà cité « Cartographier les sociologies critiques », l’« effet critique » produit par les enquêtes historiques de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron sur la reproduction des inégalités scolaires (Les héritiers, Paris, Éditions de Minuit, 1964 ; La reproduction, Paris, Éditions de Minuit, 1970) est de rendre visible la contradiction entre le discours d’institution sur la méritocratie par l’école et le diplôme et la réalité des logiques de reproduction des inégalités sociales en milieu scolaire.

74 C’est là une question complexe que nous ne prétendons pas traiter ici exhaustivement. Nous voulons seulement souligner par ces quelques remarques que la posture du sociologue Pierre Bourdieu ne se réduit pas, comme on le dit trop souvent, à une attitude de dénonciation.

75 Nous avons développé ailleurs cette question du rapport entre représentation, délégation et porte-parolat. Voir C. Gautier, « La voix des sans-voix : condamnés à être parlés ? La condition du porte-parole », dans Langages politique et histoire avec Jean-Claude Zancarini, R. Descendre et J.-L. Fournel éd., Lyon, ENS Éditions, 2015, p. 597-608. Enfin, une fois encore, nous sommes parfaitement conscients du fait que le porte-parolat n’est pas le seul mode d’intervention de la sociologie dans l’espace public.

76 Deux articles réédités dans Choses dites qui ont pour titre : « La délégation et le fétichisme politique » (Choses dites, Paris, Le Seuil, 1987, p. 187 sq.) et « Décrire et prescrire : les conditions de possibilité et les limites de l’efficacité politique » (ibid., p. 149 sq.).

77 Il s’agit de constituer une « personne », c’est-à-dire ce qui, en plus d’être persona ficta, se trouve doté d’une voix qui revêt le caractère particulier d’être la voix de ces individus qui, dit encore Pierre Bourdieu, « à l’état isolé, silencieux, sans parole, n’ayant ni la capacité ni le pouvoir de se faire écouter, de se faire entendre, sont placés devant l’alternative de se taire ou d’être parlés », ibid., p. 188.

78 Voir par exemple C. Gautier, « La représentation chez Pierre Bourdieu : de la délégation comme décision à la délégation comme dépossession – hypothèses de lecture », Cités, vol. III, no 51, 2012, p. 65 sq.

79 Sans doute avons-nous ici l’une des raisons qui expliquent pourquoi, pendant longtemps, Pierre Bourdieu a refusé d’endosser un tel rôle, au motif précisément de ce rapport de pouvoir et d’imposition symbolique qui sous-tendait inévitablement la condition de porte-parole.

80 P. Bourdieu, « Comprendre », dans id. dir., La misère du monde, op. cit., p. 903 sq.

81 Ibid., p. 902.

82 Ibid., p. 904 sq.

83 Ibid., p. 904.

84 Voir supra, partie : « La critique comme intervention ou “ ‘Essayer’ de donner la parole aux gens sans parole” ».

85 Ibid., p. 905-908.

86 Ibid., p. 907 ; souligné par P. Bourdieu.

87 Sur ce point, voir C. Gautier et M. Zancarini-Fournel, De la défense des savoirs critiques, op. cit., III. « Valeurs », p. 135 sq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Gautier, « Les fonctions de la critique dans la sociologie de Pierre Bourdieu »Astérion [En ligne], 27 | 2022, mis en ligne le , consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/asterion/8525 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asterion.8525

Haut de page

Auteur

Claude Gautier

ENS de Lyon • Claude Gautier est professeur de philosophie à l’École normale supérieure de Lyon. Ses travaux portent sur Hume et les Lumières écossaises, sur le premier pragmatisme, précisément John Dewey et sur la philosophie et l’épistémologie des sciences sociales. Parmi ses publications : La force du social. Enquête philosophique sur la sociologie des pratiques de Pierre Bourdieu (Le Cerf, 2012) ; en collaboration avec Lucie Chataigné Pouteyo, Stéphane Madelrieux et Emmanuel Renault, traduction, annotation et postface de John Dewey, L’influence de Darwin sur la philosophie (Gallimard, 2016) ; Voir et connaître la société. Regarder à distance dans les Lumières écossaises (ENS Éditions, 2020).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search