Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28VariaLe siège cérébral des facultés me...

Varia

Le siège cérébral des facultés mentales au XVIIe siècle

The cerebral seat of the mental faculties in the 17th century
Raphaële Andrault

Résumés

En 1810, Gall et Spurzheim posent le diagnostic suivant : la piètre connaissance du substrat cérébral des facultés mentales doit être imputée à la longue inféodation de l’anatomie par la métaphysique. Dans le présent article, nous interrogeons un tel jugement historique à partir du Discours sur l’anatomie du cerveau de Niels Steensen. La présentation des « systèmes » de localisation cérébrale que Steensen critique (celui des « Anciens », celui de Thomas Willis et celui de Descartes) nous permettra d’abord de brosser un tableau des différentes conceptions possibles du « siège de l’âme » au XVIIe siècle. Nous montrerons ensuite comment, dans ces trois cas de figure, la mise en correspondance d’une anatomie neurocérébrale lacunaire et d’une topique des grandes facultés mentales conduit à postuler que telle ou telle partie cérébrale est le siège de la mémoire, celui de l’imagination ou encore celui du sens commun. Enfin, nous montrerons que c’est au nom de la science anatomique, restreinte à ce qui peut être attesté par des témoins oculaires, que Steensen a écarté le principe même des localisations cérébrales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 F. Gall et J. G. Spurzheim, Anatomie et physiologie du système nerveux en général et du cerveau en (...)

En partant de l’époque où l’on regarda assez généralement le cerveau comme l’organe de l’âme, les idées qu’on avait à ce sujet étaient mal assurées et disparates. Les métaphysiciens s’en tenaient à la simplicité de la pensée, et conséquemment à un simple organe de l’âme [...]. Les métaphysiciens auraient dû demander aux anatomistes et aux physiologistes des preuves pour appuyer leurs principes ; au lieu de cela, ce furent ces derniers qui se laissèrent dicter des lois par les métaphysiciens.1

  • 2 Pour une analyse nuancée, voir W. Bechtel et R. C. Richardson, Discovering Complexity: Decompositi (...)
  • 3 Voir le propos critique de Céline Chérici et Jean-Claude Dupont sur « la supposée pauvreté des sci (...)

1C’est ainsi qu’en 1810 Franz Gall et Johann Gaspar Spurzheim expliquent le retard accusé dans la compréhension des fonctions du cerveau. Le nom de Franz Gall est désormais indissociable de la « cranioscopie », ou phrénologie, cette discipline consistant non seulement à associer des parties cérébrales bien délimitées avec des facultés mentales distinctes, mais également à penser que la morphologie du crâne indique le développement notable de telle ou telle faculté. Quel que soit le discrédit qui entoure la phrénologie aujourd’hui2, le jugement de Gall et Spurzheim correspond à peu de chose près à l’opinion commune sur l’histoire de la connaissance du cerveau avant le XIXe siècle : il est souvent tenu pour acquis que l’entreprise de « localisation cérébrale », à savoir l’identification, dans le cerveau, de régions responsables des différentes fonctions mentales, ne débuterait vraiment qu’à la fin du XVIIIsiècle, moment d’essor de l’anatomie neurocérébrale fondée sur l’expérimentation3.

  • 4 Voir par exemple la synthèse de G. Hatfield, « Mind and Psychology in Descartes », dans S. Nadler, (...)

2L’une des difficultés du jugement de Gall et Spurzheim est qu’il postule une hétérogénéité totale entre deux disciplines : l’anatomie (et, avec elle, la connaissance physiologique de l’homme) et la métaphysique (et, avec elle, la réflexion philosophique sur l’homme). La citation donnée plus haut l’indique bien : l’anatomie est du côté des « preuves » ; la métaphysique du côté des « principes » ; et si les deux disciplines entrent en rapport, ce ne peut être qu’un rapport de domination, l’une dictant ses lois à l’autre. Selon Gall et Spurzheim, par exemple, le postulat de la « simplicité de la pensée » est du côté de la métaphysique. Mais l’anatomie peut-elle se développer sans hypothèse d’arrière-plan sur la nature de la pensée ou la matière du corps ? Il ne s’agit pas seulement de se demander si l’anatomiste n’est pas guidé par ses propres croyances, mais aussi, plus fondamentalement, si la connaissance expérimentale du cerveau, de ses parties et de leurs fonctions peut être neutre, métaphysiquement parlant. Réciproquement, le principe de la « simplicité de la pensée » implique-t-il réellement d’envisager le cerveau tout d’un bloc, comme un organe ou un instrument général de l’âme sans distinction de fonctions ou de facultés ? Ainsi, affirmer l’indivisibilité de l’âme, dont toute l’activité est de penser, n’empêche pas Descartes d’identifier les parties et mouvements cérébraux impliqués dans les différentes opérations requises par cette pensée : la perception sensorielle, la mémoire, l’attention et l’imagination mobilisent une physiologie cérébrale spécifique4. En quoi est-ce que la physiologie proposée par le « métaphysicien » Descartes diffère-t-elle, dans ses fondements, de celle proposée par « les anatomistes » de son temps, pour reprendre les termes de Gall et Spurzheim ?

  • 5 Voir F. Gall et J. G. Spurzheim, op. cit., préface, p. XXVIII : « à l’exception de quelques expéri (...)
  • 6 C’est d’après la réédition de ce texte par J.-B. Winslow, dans son Exposition anatomique de la str (...)

3Leur jugement est symptomatique d’une tendance générale à voir dans l’anatomie du cerveau une stricte discipline d’observation ou d’expérimentation, résumable à son instrument emblématique : le scalpel, et à son instrument sensoriel : l’œil5. Aujourd’hui, cette assimilation n’est pas toujours au service d’une valorisation de l’anatomie, comme c’est le cas chez Gall et Spurzheim ; elle peut au contraire alimenter un discours critique sur son caractère descriptif et limité qui rendrait l’anatomie peu à même de nous informer sur la nature de la pensée. Pour interroger une telle conception, le Discours sur l’anatomie du cerveau, prononcé par Niels Steensen (Nicolas Sténon) en 1665, offre un point d’entrée idéal6 : ce texte, cité plusieurs fois par Gall et Spurzheim, oppose la « science » anatomique du cerveau – fondée sur son analyse, la visualisation de ses composants et la description de leurs structures – aux « systèmes », c’est-à-dire aux hypothèses spéculatives sur la façon dont s’accomplit dans le cerveau le jugement, la mémoire ou l’imagination. La science d’observation y est donc opposée aux discours spéculatifs sur l’ancrage cérébral de la pensée, comme chez Gall et Spurzheim. Or, la scientificité de l’anatomie que Steensen défend s’appuie en réalité sur une restriction au moins méthodologique de la matière à la res extensa, ou étendue. Sa conception exigeante des limites de l’anatomie est donc alimentée par des postulats qui ont bien quelque chose de métaphysique.

  • 7 Une première version de cet article a été rédigée en 2013 et a bénéficié du soutien du LabEx COMOD (...)

4Dans le présent article, nous allons adopter provisoirement la perspective critique de Steensen, qui renvoie dos à dos les localisations cérébrales de Descartes, de Willis (1664) et des « Anciens », toutes fameuses au XVIIe siècle, au motif qu’elles s’appuieraient sur des descriptions inexactes des parties anatomiques. Nous verrons que sous ce point de vue, le principe de l’indivisibilité de l’âme adopté par Descartes n’interdit pas la comparaison avec d’autres localisations cérébrales qui ne postulent pas cette unité, ni l’hétérogénéité absolue entre l’esprit et le corps. Inversement, adopter une métaphysique en rupture avec celle de Descartes n’empêche pas de s’intéresser aux conditions cérébrales de la perception et de la mémoire, sujet de curiosité pour tous les philosophes de l’époque moderne, quelles que soient par ailleurs leurs options métaphysiques sur la nature du rapport corps-esprit. Nous montrerons ensuite quelles présuppositions d’arrière-plan conditionnent aussi bien les entreprises de localisation cérébrale des facultés, ou opérations de l’âme, que la critique de ces localisations7.

Les « lieux » cérébraux

  • 8 Sur ces conditions de réception, voir notre édition : N. Steensen, Discours sur l’anatomie du cerv (...)
  • 9 Voir, à ce propos, la lettre de Melchisédec Thévenot du 16 octobre 1666 au Prince Léopold de Médic (...)

5Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut donner quelques éléments de contexte. Le Discours sur l’anatomie du cerveau est prononcé à Paris en 1665, devant une assemblée de savants réunis chez Melchisédech Thévenot, dont le salon est considéré comme l’un des cercles précurseurs de l’Académie royale des sciences, fondée en 16668. Le texte de Steensen n’est publié que quatre ans plus tard, en 16699. (On ignore d’ailleurs le degré de conformité entre le discours prononcé en 1665 et le texte qui a été publié en 1669 à Paris, un texte très bref accompagné de huit images non légendées. On ignore également qui a aidé Steensen à écrire ou corriger son texte en français, toutes ses autres publications étant rédigées en latin). Niels Steensen, d’origine danoise, a été formé à l’anatomie à l’université de Copenhague, avec Thomas Bartholin, puis à Leyde, avec Franciscus Sylvius notamment, avant d’entamer un grand tour européen, qui le mène en particulier à Paris, Montpellier et Florence. Lors de son séjour à Paris en 1664-1665, il pratique régulièrement des dissections publiques qui rencontrent beaucoup de succès, comme l’atteste ce propos enthousiaste du Journal des sçavans :

  • 10 Journal des savants, t. I [1665-1666], éd. De Houdeville, Amsterdam, Pierre Le Grand, 1685, p. 155 (...)

Ce savant Danois est présentement à Paris où il fait tous les jours des dissections, en présence de beaucoup de personnes curieuses, et il en fait dans l’École de médecine, où il s’est fait admirer de tout le monde par ses nouvelles découvertes, car il a cela de particulier qu’il rend la plupart de ces choses si sensibles qu’on est obligé d’en demeurer convaincu, et d’admirer qu’elles aient pu échapper à tous les Anatomistes qui l’ont précédé.10

  • 11 Selon une lettre de Steensen, écrite en 1677, qui accompagne sa dénonciation de Spinoza auprès de (...)

6La correspondance de Steensen montre qu’il s’est intéressé très tôt à la constitution du cerveau. Lors de ses années d’études à Leyde, il aurait pratiqué de nombreuses dissections animales en présence de Spinoza, alors l’un de ses amis, afin « d’identifier [dans le cerveau] le siège du principe du mouvement et du terme de la sensation »11 . Reste que Steensen n’a jamais publié d’études sur le cerveau ou le système nerveux. On lui doit en revanche des ouvrages sur les glandes (1662), sur les muscles (1664 et 1667) ou sur les fossiles (1669), les deux derniers étant publiés à Florence, alors que Steensen vit à la cour du Grand Duc de Toscane, Ferdinand II.

  • 12 Discours, p. 79.

7Le Discours sur l’anatomie du cerveau se présente de la manière suivante. Au cours d’une très brève introduction, Steensen rappelle que le cerveau est le « principal organe de notre âme, et l’instrument avec lequel elle exécute des choses admirables »12 . Le propos reste général : que le cerveau soit le principal organe ne signifie pas qu’il soit l’organe exclusif de l’âme ; et parler d’instruments ne préjuge aucunement de la nature de l’âme et de son lien précis avec le corps. Ce maigre consensus sur l’importance du cerveau est cependant le seul énoncé positif sur le rapport du cerveau à l’âme dans le Discours, dont toute la première partie est la liste des erreurs, des disputes et des imprécisions sur cet organe du corps humain.

  • 13 Ibid., p. 112 : « Ceux qui s’y adonnent sont d’ordinaire Médecins, ou Chirurgiens ; ils sont oblig (...)

8La seconde partie de l’ouvrage explique les raisons de ces erreurs : le cerveau est un organe si mou et si intriqué qu’il demeure difficile à observer, difficile à dessiner après avoir été extrait de la boîte crânienne et difficile à décomposer selon ses parties naturelles. S’ajoute à cela un vocabulaire anatomique inadéquat, source de confusion : par exemple, on appelle « glande » une partie cérébrale sans s’être assuré qu’elle a bien une fonction sécrétrice ; ou encore, on caractérise comme « pinéale » l’une de ces glandes pour le motif qu’elle ressemblerait à une pomme de pin, ce que Steensen conteste. Enfin, l’organisation des professions médicales peut expliquer en partie le piètre état de l’anatomie cérébrale. D’une part, les chirurgiens ou médecins n’ont pas le temps d’approfondir leur connaissance anatomique, car ils doivent s’occuper des malades. D’autre part, ceux qui se consacrent aux « démonstrations anatomiques » sont chargés d’ouvrir les corps et de montrer les différentes parties telles qu’elles sont déjà représentées dans les manuels, sans pouvoir eux-mêmes accorder du temps – ou du moins suffisamment de temps – aux « recherches », qui impliquent variation des méthodes et des outils, et, bien souvent, correction du savoir anatomique établi13. La dernière partie du texte de Steensen aborde les moyens d’amender la discipline et de progresser dans la connaissance du cerveau sans y créer d’artéfacts, que ce soit grâce à l’anatomie comparée, l’anatomie fœtale, l’anatomie pathologique (observer chez les animaux les effets des blessures, maladies et médicaments), les inventions techniques (scie circulaire, « liqueur » pour dissoudre les os, etc.) et les expérimentations ciblées sur le cerveau d’animaux vivants (appliquer « certaines drogues à la dure-mère, à la substance du cerveau ou aux ventricules » et observer leurs effets ; « injection dans les vaisseaux »).

  • 14 Ibid., p. 95.

9Au sein du premier moment, le moment purement critique, Steensen rapporte très vite les erreurs des « Anciens » sur les ventricules et très succinctement les incertitudes de l’anatomie cérébrale de Willis, jugée par ailleurs la moins fautive. Il s’attarde sur l’anatomie cérébrale cartésienne, sans doute pour se conformer aux attentes de ses auditeurs : la « glande pinéale » où Descartes situe le siège principal de l’âme est selon lui « le sujet des plus grandes questions sur l’Anatomie du cerveau »14. C’est ici à ces trois critiques qui courent sur quelques pages seulement que nous nous attacherons successivement pour répondre à la question suivante : est-ce que la nature de l’âme – matérielle ou immatérielle, composée ou simple – modifie substantiellement, chez ceux que Steensen critique, les modes de description du cerveau et de ses fonctions ?

  • 15 A. Du Laurens, Toutes les œuvres de Me. André Du Laurens…, trad. Th. Gelée, Rouen, Raphael Du Peti (...)

10Avant d’y répondre, il faut revenir sur le vocabulaire de la « localisation cérébrale ». Nous avons adopté ce terme tout en soulignant qu’il pouvait paraître anachronique au regard des conceptions communes du développement tardif de l’anatomie cérébrale, qui s’accélèrerait seulement à la fin du XVIIIe et au XIXe siècle, c’est-à-dire, à peu de chose près, à l’époque de Franz Gall. Si le terme « localisation » nous semble pertinent malgré tout, c’est d’abord parce qu’il correspond au vocabulaire topographique adopté par les anatomistes du début de l’époque moderne quand ils s’intéressent au cerveau : ils se demandent si les facultés comme l’imagination ou la mémoire « sont logées séparément », en quels « lieux » elles sont « logées » ou encore quels sont leurs « sièges », pour reprendre les expressions employées dans les traductions françaises de l’Historia anatomica humani corporis (1600) d’André Du Laurens, parues au début du XVIIsiècle15. On peut également mentionner le Theatrum anatomicum (1592) de Caspar Bauhin, cité par Steensen : le cerveau est le « siège » de la faculté animale (qui produit sensations et mouvements), de la mémoire, de l’imagination et du raisonnement. Même lorsque les anatomistes refusent la localisation de chaque grande faculté dans une région cérébrale précise, comme c’est le cas d’André Du Laurens, ils mentionnent ce vocabulaire du, ou des « lieux » et « sièges », qui constituent donc une interrogation topique dans les livres d’anatomie du début de l’époque moderne.

  • 16 Sur les différentes conceptions de la localisation de l’âme comprise comme substance immatérielle (...)
  • 17 Sur les différentes procédures de « localisation » aux XIXe et XXe siècles, voir W. Bechtel et R.  (...)

11On nous dira peut-être que cette localisation reste très générale et diffuse : placer quelques grandes facultés dans le cerveau ou en différents endroits du cerveau mérite-t-il vraiment le nom de « localisation » qui s’imposera ultérieurement ? Nous ne voyons pas de raison décisive de répondre par la négative. Qui plus est, adopter ce vocabulaire permet de prendre au sérieux l’anatomie du cerveau de l’époque moderne – ce qui nous semble méthodologiquement plus fécond que d’adopter sur elle le regard disqualifiant de Gall et Spurzheim ou, plus généralement, de l’histoire positiviste de la médecine qui s’est construite au XIXe siècle et dont nous sommes restés tributaires. De fait, aux XVIe-XVIIe siècles comme aux XIXe-XXsiècles, ce vocabulaire de la localisation est relativement peu déterminé : parler du « siège de l’âme » ou du « siège de la mémoire » ne signifie pas forcément que l’on localise l’âme ou la mémoire elles-mêmes dans une partie matérielle étendue et circonscrite, à la façon dont on localiserait un objet dans une boîte ; cela peut désigner aussi bien le lieu via lequel, ou l’instrument par lequel, l’âme agit sur le corps, et réciproquement16 ; ou encore, de façon plus parlante pour nous aujourd’hui, cette localisation peut simplement renvoyer aux parties dont l’intégrité matérielle est requise pour qu’une faculté s’exerce, c’est-à-dire ce qui conditionne le plus immédiatement l’exercice de cette faculté ou, plus généralement, de la pensée – ce sans quoi elles ne peuvent s’accomplir. À cet égard, parler du « lieu » d’une faculté, de « siège de l’âme » ou d’« instrument avec lequel elle exécute des choses admirables », comme le fait Steensen, peut renvoyer à la même chose17.

  • 18 Spinoza, Œuvres IVEthica-Éthique, éd. F. Akkerman et P. Steenbakkers, trad. P.-F. Moreau, Paris, (...)

12Cette relative indétermination lexicale et conceptuelle est l’un des éléments permettant de comprendre que la localisation cérébrale des « facultés » cognitives soit un point de passage classique des ouvrages d’anatomie et de philosophie, quelles que soient par ailleurs les options métaphysiques des anatomistes et philosophes en question. Chercher à connaître ce qui, dans le cerveau, et plus particulièrement à la jonction des sensations perçues et des mouvements impulsés, conditionnerait la mémorisation, l’imagination, le langage, l’attention, etc., est une attitude qui transcende les différentes positions possibles sur la nature de l’esprit, celle du corps et leurs éventuelles interactions. (Il n’y a ainsi rien d’étonnant à ce que Spinoza se soit intéressé de très près aux dissections cérébrales de Steensen en dépit de son refus d’envisager que l’âme agisse causalement sur le corps via son siège principal dans une petite partie cérébrale18.)

Le « système19 » des Anciens

  • 19 Discours, p. 90. Il faut entendre ici « système » au sens d’hypothèse explicative globale, selon l (...)

13Commençons par la critique de Steensen à l’égard de la localisation proposée par ceux qu’il appelle « les Anciens » :

  • 20 Ibid., p. 89.

Les Anciens ont été tellement préoccupés sur le sujet des ventricules [cérébraux], qu’ils ont pris les ventricules antérieurs pour le siège du sens commun, et destiné les postérieurs à la mémoire, afin que le jugement, à ce qu’ils disent, étant logé dans celui du milieu, pût faire plus aisément ses réflexions sur les idées qui lui viennent de l’un et l’autre des ventricules20.

14Ce que Steensen présente de façon monolithique comme la conception « des Anciens » a été attribué à Thomas d’Aquin, Duns Scot, Albert le Grand, Avicenne et Averroès. Du Laurens l’associe à « la philosophie des Arabes ». Au XVIe siècle, c’est celle qu’adopte le chirurgien Ambroise Paré par exemple. Mais un certain nombre d’auteurs lui préfèrent alors une autre opinion, laquelle fait dépendre ces opérations de l’âme, non de différentes parties mais des différents tempéraments du cerveau (tempérament comme le froid, l’humide, le chaud et le sec, qui peuvent varier d’une région cérébrale à l’autre).

  • 21 A. Paré, œuvres complètes, éd. J.-F. Malgaigne, Paris, chez J.-B. Baillière, 1840-1841, t. I, intr (...)
  • 22 Sur ce sujet complexe, et en particulier la conception d’Avicenne, voir A. de Libera, « Le sens co (...)

15Cette précision faite, revenons à ce que Steensen considère comme l’opinion des Anciens, qui accorde un rôle prédominant aux ventricules, ces cavités du cerveau contenant ou fabriquant les esprits animaux, substance « fort subtile et ignée »21, c’est-à-dire apparentée à une flamme. Pour la plupart des médecins et philosophes du début de l’époque moderne, ces esprits animaux, élaborés dans le cerveau à partir du sang, sont responsables des fonctions sensori-motrices chez les animaux et les humains : c’est leur circulation au niveau des nerfs qui permet de sentir et de (se) mouvoir ; c’est parfois leurs déplacements à l’intérieur du cerveau qui conditionnent d’autres facultés comme la mémoire et l’imagination. Quant au « sens commun », il s’agit de la faculté qui rassemble les données provenant des différents sens et produit à partir de là une véritable perception sensorielle consciente22. Le sens commun est parfois rapproché de l’imagination, qui retient ou transforme cette perception sensorielle consciente, permettant d’avoir une représentation de l’objet en son absence.

  • 23 Discours, p. 90.

16La critique que Steensen adresse aux Anciens repose sur deux aspects. Le premier relève uniquement de la topographie cérébrale : les ventricules, supposés abriter les esprits animaux et donc jouer un rôle central pour l’exécution de certaines facultés, ne sont pas disposés comme le prétendent les Anciens. Par exemple, « cette belle cavité voûtée du troisième ventricule où ils avaient posé le siège du jugement, et dressé le trône de l’âme, ne s’y trouvant même pas, vous voyez bien ce qu’il faut juger du reste de leur système »23 . Le second aspect mentionné par Steensen est l’absence d’élément « convaincant » donné par les Anciens pour justifier leur système de localisation. Qu’en est-il en réalité ?

  • 24 Les facultés animales comprennent les facultés princeps, la faculté sensitive et la faculté motive (...)

17On ne trouve pas de justifications à proprement parler chez Ambroise Paré. Mais à le lire, il semble que le lien entre les différentes facultés animales princeps, c’est-à-dire principales ou encore « princesses »24, commande une certaine liaison topographique entre les différentes parties qui en sont les sièges :

  • 25 A. Paré, œuvres complètes, op. cit., t. I, le troisième livre de l’anatomie contenant les parties (...)

L’utilité particulière et principale d’iceux ventricules [antérieurs] est de loger la faculté imaginative et estimative, lors qu’il est question que l’âme par icelle examine toute et chacune pièce illec rapportée par les sens extérieurs, les conférant ensemble et mettant par ordre, pour en avoir vrai et juste jugement de la faculté raisonnable, laquelle tient son consistoire au ventricule moyen.
[...] Le quart et dernier ventricule est [...] entre tous le plus petit, et aussi plus solide : plus petit, pource qu’il n’avait à recevoir que l’esprit parfaitement élaboré, et pour ce moindre en quantité : plus dur et plus solide, pour le mieux et plus sûrement contenir. L’usage et utilité d’icelui est de garder et conserver ce qui aura été conclu et délibéré de l’esprit, afin que toutes les fois que la personne se voudra aider des conclusions prises auparavant, ou des choses notables qu’elle aura voulu retenir, elle puisse tirer de là, comme d’un trésor, ce dont il sera besoin en temps et en lieu.25

18Selon ce texte, le jugement doit s’exercer dans une partie cérébrale qui est spatialement un sas entre les ventricules antérieurs où sont traitées les données sensibles et le ventricule postérieur, siège de la mémoire qui enregistre les données sélectionnées par le jugement. Or le troisième ventricule, ou ventricule moyen, est un candidat idéal à cette position de sas.

  • 26 Voir Toutes les œuvres de M.  Du Laurens, op. cit., p. 309, où Du Laurens se réfère au De symptoma (...)
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid., p. 307. Voir aussi A. Vésale, De Humani corporis fabrica Libri Septem, Basileae, J. Oporinu (...)
  • 30 Ibid., p. 309.

19Du Laurens donne quelques informations supplémentaires sur les justifications avancées par les partisans de la localisation ventriculaire, qu’il conteste par ailleurs, comme Galien. Le lecteur d’aujourd’hui peut identifier différents types d’arguments. Le premier argument s’appuie sur l’expérience clinique : on peut avoir la mémoire troublée sans que le raisonnement s’en ressente, et il en va de même pour l’imagination ; ce qui implique que ces trois facultés ne dépendent pas de la même partie cérébrale. Du Laurens reprend ici des cas rapportés par Galien, comme celui de « Théophile ayant la raison et le discours très bons [mais] l’imagination dépravée » : « il pensait qu’il y eût des joueurs d’instruments en sa chambre »26. Du Laurens se réfère aussi à Thucydide qui raconte que lors d’une épidémie de peste, plusieurs personnes « oublièrent tout ce qu’ils savaient auparavant, jusque à ne connaître plus leurs parents et amis ». Dans ce dernier cas, « il n’y avait donc que la mémoire offensée », tandis que dans le premier, ce n’était que l’imagination27. Un deuxième type d’argument repose sur la « physiognomie », qui peut évoquer la cranioscopie de Gall : « les physiognomes disent que ceux qui ont le derrière de la tête bien éminent, ont la mémoire fort heureuse : ceux qui ont le front grand et élevé, ont l’imagination très belle : et ceux à qui les deux éminences défaillent, selon l’opinion du vulgaire même, sont stupides et fols »28. Un troisième argument tient à l’anatomie nerveuse, ou plus précisément à l’appréhension des liens entre les nerfs et la partie antérieure du cerveau : les ventricules antérieurs se situent à l’avant de la tête, là où déboucheraient les nerfs, ce qui est une bonne raison d’y situer la fantaisie ou l’imagination, c’est-à-dire cette faculté qui « conçoit, appréhende et retient les mêmes espèces que le sens commun, mais plus pures, et séparées de la communion, et présence de la matière »29. Par espèces, il faut entendre ici images ou représentations des choses, qui parviennent à l’imagination via la transmission nerveuse. Enfin, un quatrième type d’argument associe les différentes facultés aux tempéraments des parties cérébrales : requérant la réception, l’imagination doit avoir son siège dans la partie molle du cerveau, « parce que l’impression des images se fait plus aisément en un corps mol ». La mémoire, qui doit retenir les espèces, « en la plus dure : autrement l’image serait aussitôt effacée que tracée »30. Et la raison en un lieu tempéré. Ce qui correspondrait aux attributs respectifs des ventricules antérieurs, du troisième ventricule et du quatrième ventricule.

  • 31 Ibid., p. 13. Voir également note 62 infra.
  • 32 William Bechtel distingue cette « décomposition phénoménale » (simple division et description préa (...)

20Selon Du Laurens, l’anatomie est à la fois « la dissection artificielle de toutes les parties du corps humain » et « la science qui épluche et recherche exactement la nature de chaque partie et les causes d’icelle nature »31, sachant que la « nature » comprend la substance, c’est-à-dire la partie en tant que siège et domicile d’une faculté, la température, les qualités comme la mollesse, la dureté ou l’odeur, les accidents comme la situation, le nombre ou la grandeur, et enfin l’action et l’usage des parties. Or, ce qui commande l’identification du cerveau ou des parties cérébrales aux « sièges » des facultés, c’est une distinction puis une description de plusieurs fonctions cognitives (imagination, jugement, mémoire) : l’imagination reçoit, la mémoire retient, le jugement est intermédiaire entre les deux. Et c’est à partir de cette description que sont ensuite déterminées les propriétés matérielles (sécheresse, humidité) ou la situation spatiale (au milieu, devant, derrière) qui leur correspondent le mieux. Ce que le philosophe William Bechtel appelle la « décomposition phénoménale »32 de l’esprit, qui correspond à la façon dont la psychologie identifie différentes facultés mentales, a donc un rôle premier, tandis que l’anatomie et, avec elle, la description morphologique des parties cérébrales, jouent un rôle second.

  • 33 Toutes les œuvres de Me. André Du Laurens, op. cit., p. 310.
  • 34 Ibid., « Des Praeceptes generaux de l’Anatomie », p. 1 : « Il n’y a [que l’Âme seule] qui soit imm (...)

21Ne pas souscrire à une localisation différenciée des facultés, c’est-à-dire préférer appréhender le cerveau en son ensemble comme le siège unique des facultés princesses, n’empêche d’ailleurs pas de préciser les conditions matérielles d’accomplissement de ces facultés, qu’il s’agisse du tempérament de la substance cérébrale ou de l’organisation des parties. Selon Du Laurens, en effet, « les facultés princesses sont toutes logées en un même lieu, et [...] se servent toutes d’un même organe corporel, à savoir la substance du cerveau ; et toutefois [...] elles font leurs opérations en diverse manière, selon la diversité de la température, et du moyen »33. Les facultés comme l’imagination, la raison et la mémoire auraient de toute façon besoin, pour accomplir leurs actions, de lieux ou d’un lieu du corps humain, en l’occurrence, du cerveau : cela signifie que l’intégrité, l’intégration anatomique (lien avec les autres parties du corps) et la constitution physique du cerveau (mou, humide, etc.) conditionnent l’exercice de ces actions. Dans les textes anatomiques qui reprennent à leur compte la localisation ventriculaire, comme dans ceux qui la contestent, le fait que l’âme, ou l’un de ses aspects (l’âme en tant que siège des facultés « princesses », et non seulement « sensitives »), soit de nature immatérielle, n’est pas invoqué comme une difficulté ou limite éventuelle d’une telle localisation cérébrale34.

22Passons au deuxième système cérébral critiqué par Steensen : celui de Thomas Willis.

Le système de Willis

  • 35 Discours, p. 90.

Monsieur Willis nous donne un système tout particulier. Il loge le sens commun dans le corpus striatum, ou corps rayé ; l’imagination dans le corpus callosum, et la mémoire dans l’écorce, ou dans la substance grisâtre, qui enveloppe la blanche.35

  • 36 T. Willis, De cerebri anatome, Londres, Martyn et Allestry, 1664, p. 136.

23C’est ainsi que Steensen résume la localisation cérébrale de Willis. Qu’en est-il en réalité ? Selon le De cerebri anatome (1664) visé par cette critique, la perception sensible a lieu lorsque l’impression, venant de l’« extérieur » et véhiculée jusqu’au cerveau par les esprits animaux, touche les corps striés tout au centre du cerveau. Si cette impression, comme une onde, traverse ensuite le corps calleux, l’imagination se produit. Enfin, si le flux des esprits se brise contre le cortex ou l’écorce externe du cerveau, l’image (icon) de l’objet s’y imprime ; et si ce flux est réfléchi depuis l’écorce jusqu’au centre, la mémoire de l’objet se ravive36. La perception et l’imagination correspondent à un mouvement cérébral centrifuge ; la mémoire à un mouvement centripète. La reformulation de Steensen n’est donc pas fautive, quoi qu’elle fige ce qui est décrit par Willis en des termes plus dynamiques : pour Willis, ce sont les flux d’esprits animaux qui, traversant ou résidant dans les parties cérébrales en question (corps striés, corps calleux, cortex), produisent la perception, l’imagination et la mémoire.

24Au nom de quoi Steensen critique-t-il Willis ? La critique est expédiée en quelques phrases, qui sous-entendent néanmoins que d’autres arguments anatomiques pourraient être invoqués. Exactement comme c’était le cas pour le système des Anciens, elle comporte deux aspects : d’une part, une objection factuelle et locale, sur l’un des aspects de la description cérébrale de Willis et, d’autre part, un argument sceptique plus général, à savoir l’absence d’« assurance », de preuves convaincantes données à sa localisation.

Quelle assurance peut-il donc avoir pour nous faire croire que ces trois opérations se font dans les trois corps qu’il leur destine ? Qui est-ce qui nous peut dire si les fibres nerveuses commencent dans le corps rayé [...] ? Certes, le corps calleux nous est si inconnu que, pour peu qu’on ait d’esprit, on en peut dire tout ce qu’on veut.

25Les « esprits animaux », au centre de toutes les localisations cérébrales à l’époque, font également partie des éléments anatomiques incertains :

  • 37 Discours, p. 85-86.

On voit encore moins de certitude sur le sujet des esprits animaux. Est-ce le sang ? Serait-ce une substance particulière […] ? Il y en a qui les comparent à l’esprit de vin, et l’on peut douter si ce ne serait point la matière même de la lumière. Enfin les dissections dont nous nous servons d’ordinaire ne nous peuvent éclaircir l’esprit sur aucun de ces doutes.37

  • 38 Sur ce texte, et le caractère collectif du travail sur lequel il s’appuie, voir R. G. Frank, « Tho (...)

26Le De cerebri anatome de Thomas Willis consiste pour l’essentiel en une description du cerveau, du cervelet et de l’ensemble du système nerveux à laquelle s’ajoutent un certain nombre de précisions fonctionnelles38. À plusieurs reprises, Willis mentionne ce qu’il appelle les facultés supérieures de l’homme et des quadrupèdes, à savoir la mémoire, la fantaisie (c’est-à-dire l’imagination créative), l’appétit et même l’attention. Selon lui, ce sont des facultés propres à « l’âme sensitive », matérielle, donc bien distincte de l’âme rationnelle immatérielle propre aux hommes. Les esprits animaux en sont le substrat. Willis ne justifie pas beaucoup ses propos sur les facultés supérieures et précise parfois que ce qu’il affirme est « bien connu », comme si aucune démonstration n’était requise. On peut tout de même identifier plusieurs ressorts de son « système » critiqué par Steensen.

  • 39 Discours, p. 91 : « Il nous décrit le corps rayé comme s’il y avait deux sortes de raies, dont les (...)
  • 40 « Scientia interior », dans T. Willis, De anima brutorum quae Hominis Vitalis ac Sensitiva est : e (...)
  • 41 Ibid., p. 212.

27Tout d’abord, la situation cérébrale attribuée au sens commun, à savoir les corps striés au centre du cerveau, correspond à la région dont Willis pense qu’elle communique directement avec les terminaisons nerveuses et, partant, avec le flux des esprits animaux supposément responsables des actions sensori-motrices. Donc comme chez les Anciens, la situation des nerfs et les savoirs anatomiques disponibles sur les conditions des actions sensori-motrices est le fondement de la localisation cérébrale des facultés supérieures. Willis pense en outre que la « structure anatomique » des corps striés l’autorise à distinguer deux types de fibres : les fibres ascendantes, auxquelles il donne un rôle sensitif, et les fibres descendantes, auxquelles il donne un rôle moteur39. Ensuite, un certain nombre d’expériences communes et cliniques sont invoquées pour attester la localisation cérébrale particulière de chacune de ces facultés propres aux « animaux les plus parfaits », celles impliquant une « connaissance intérieure »40. Par exemple, s’il faut estimer que les impressions ou espèces sonores vont plus vite dans le cervelet que dans le cerveau, c’est-à-dire qu’elles ne dépendent pas des aptitudes conscientes et volontaires qui se réalisent dans le cerveau, c’est parce que des hommes très intelligents doués d’une excellente mémoire n’ont aucun talent pour la musique, tandis que des enfants parviennent avant même de savoir parler à restituer toute une mélodie41.

  • 42 Ibid., p. 125.
  • 43 Ibid., p. 187.

28Comme chez les Anciens également, certains arguments de Willis impliquent le partage préalable de certaines opérations intellectuelles : celui-ci adopte la tripartition traditionnelle sens commun/imagination/mémoire, tout en prenant appui sur des données introspectives un peu différentes. Prenons le cas de la mémoire. Willis invoque deux raisons pour justifier d’identifier la mémoire au mouvement de reflux des esprits animaux depuis le cortex. D’une part, l’écorce cérébrale est molle et pleine de circonvolutions ; ce qui permet que les impressions sensibles s’y impriment facilement et, une fois imprimées, qu’elles soient conservées sous la forme d’« espèces et idées » dans les divers « cellules et magasins »42  que contiennent ses replis. D’autre part, Willis identifie la mémoire à une action « réflexe » et « inverse » par rapport à l’imagination43. Il faut donc que ces deux types d’actions se réalisent dans des lieux similaires et soient provoquées par des mouvements d’esprits animaux antagonistes. Outre ce lien en miroir entre l’imagination et la mémoire, la localisation paraît également étayée par une analogie implicite entre l’opération consciente de remémoration, appréhendée comme la remontée en surface de souvenirs restés jusqu’alors enfouis, et le mouvement des esprits animaux, de la périphérie au centre.

  • 44 Ibid., p. 127.
  • 45 Ibid., cap. III, p. 309.

29En grande majorité cependant, les arguments de Willis à l’appui de sa théorie relèvent indirectement de l’anatomie comparée et de l’anatomie pathologique. Ainsi, le fait que les animaux doués d’une grande imagination et d’une bonne mémoire aient une partie médullaire (substance blanche) plus grande que les poissons ou les oiseaux, qui ont au contraire une partie corticale (substance grise) plus grande, signale que ces facultés ne dépendent pas directement de la substance corticale, qui produit les esprits animaux, mais bien de la substance blanche, qui les propage44. Ou encore : le fait que les hommes, ou les « bêtes à quatre pattes » pourvues d’une bonne mémoire, aient un cortex avec beaucoup de circonvolutions, indique le rôle de celles-ci dans la mémorisation. Quant à l’anatomie pathologique, si elle est peu développée dans le De cerebri anatome, elle l’est davantage dans la « pathologie » du De anima brutorum quæ hominis vitalis ac sensitiva est (1672). Par exemple, dans le chapitre consacré à la léthargie, caractérisée selon Willis par une « éclipse de la mémoire », il dit avoir observé que les plis du cerveau de personnes mortes de cette maladie étaient remplis d’eau claire. Ce qui plaiderait pour une implication de ces plis corticaux dans la mémorisation ou remémoration45.

Le système de Descartes

  • 46 Sur l’origine, la destinée éditoriale et les interprétations de ce texte de Descartes, voir D. Ant (...)
  • 47 Discours, p. 93. Pour la complexité du rapport critique de Steensen à la philosophie cartésienne ( (...)

30Les critiques que Steensen adresse à Descartes se cantonnent également aux éléments qu’il juge faux ou infondés dans la description cérébrale proposée dans L’Homme, ouvrage publié en 1664, quatorze ans après la mort de Descartes (la traduction latine, elle, a été publiée dès 1662)46. Steensen en cite plusieurs passages et conclut sa critique par ces mots : « Il ne faut donc pas condamner Monsieur Descartes, si son système du cerveau ne se trouve pas entièrement conforme à l’expérience ; l’excellence de son esprit qui paraît principalement dans son Traité de l’Homme, couvre les erreurs de ses hypothèses. »47 Cependant, toutes les caractéristiques morphologiques réfutées par Steensen au nom de la seule observation anatomique sont essentielles à la théorie cartésienne, qu’il s’agisse de la situation anatomique de la glande pinéale par rapport aux ventricules et au réseau artériel, ou de sa mobilité.

  • 48 Ce rapprochement, souvent réalisé par les lecteurs de Descartes au XVIIe siècle, ne rend pas justi (...)
  • 49 Voir la lettre à Mersenne, 30 juillet 1640, AT III, p. 123-124. La glande pinéale est aussi identi (...)
  • 50 Lettre de Descartes à Meyssonnier, 29 janv. 1640, AT III, p. 19.
  • 51 Lettre de Descartes à Mersenne, 24 déc. 1646, AT III, p. 264. Voir aussi Passions de l’âme, art. 3 (...)
  • 52 Respectivement Passions de l’âme, art. 32, AT XI, p. 353 et L’Homme, AT XI, p. 176.
  • 53 Ibid., art. 43, AT XI, p. 361.
  • 54 Delphine Antoine-Mahut souligne la focalisation sur la glande pinéale dans les Passions de l’âme, (...)
  • 55 L’Homme, AT XI, p. 177.
  • 56 Sur la mémoire chez Descartes (et son caractère dynamique, selon un modèle distribué, et non selon (...)

31Si l’on rapproche les différents textes de Descartes sur le sujet48, il apparaît que l’identification de la glande pinéale au siège particulier de l’âme dans le cerveau, ou à la partie à laquelle elle est « immédiatement jointe et unie »49, est principalement motivée par son unicité, par sa centralité et par sa mobilité. L’unicité est notamment prescrite par la nature de la perception sensible qui implique une unification en un seul point central des stimuli nerveux émanant des différents organes sensoriels – car « nous ne voyons qu’une seule chose des deux yeux »50. Or, comme « il n’y a que la [glande pinéale] de partie solide en tout le cerveau, qui soit unique, il faut de nécessité qu’[elle] soit le siège du sens commun, c’est-à-dire de la pensée et par conséquent de l’âme »51. Ainsi, « on peut aisément concevoir que ces images ou autres impressions se réunissent en cette glande par l’entremise des esprits qui remplissent les cavités du cerveau », c’est-à-dire que la glande pinéale est « le siège du sens commun et de l’imagination » à la surface duquel les esprits tracent les figures ou idées des choses sensibles52. La mobilité de la glande est également capitale. Selon les Passions de l’âme, c’est en s’inclinant diversement que la glande fait sentir à l’âme les différentes impressions sensibles. Dans L’Homme, elle est requise pour rendre compte de l’attention : « quand on veut arrêter son attention à considérer quelque temps un même objet, cette volonté retient la glande pendant ce temps-là penchée vers un même côté »53. À partir de la localisation de la glande suspendue entre les différents ventricules au milieu du cerveau, sur le passage des flux d’esprits animaux, se déploient les autres fonctions cérébrales54. Par exemple, le « siège de la mémoire »55 est « la partie intérieure du cerveau », composée de petits filets dont les plis modelés par les passages des esprits animaux conservent les différentes figures des objets perçus56. La « souvenance des choses » est expliquée grâce à l’analogie avec des aiguilles ou poinçons laissant des pores plus ouverts dans une toile, et donc facilitant le passage ultérieur des esprits animaux. La description des fonctions du cerveau implique donc, aussi bien chez Descartes que chez Willis ou « les Anciens », l’assignation d’un « siège de l’imagination et du sens commun », ou encore d’un « siège de la mémoire ».

  • 57 Par exemple Discours, p. 120.

32Comme pour les autres systèmes critiqués par Steensen, l’anatomie cérébrale cartésienne est construite à partir de deux types d’arguments, de nature hétérogène, mais le plus souvent entremêlés dans le récit. D’un côté, cette anatomie est déterminée par la recherche des lieux et moyens d’exercice de facultés ou fonctions dont le partage n’est alors pas justifié. D’un autre côté, s’articulent à cette topique des facultés des arguments anatomiques relatifs à l’insertion des nerfs dans le cerveau, aux sources des esprits animaux (artères, ventricules), ou encore aux qualités propres des parties (mobilité ou fixité, mollesse ou dureté). Or, selon Steensen, non seulement ces arguments anatomiques ne sont pas tous inférés de l’observation elle-même, mais certains seraient contredits par cette observation bien conduite – c’est-à-dire conduite en présence de « spectateurs »57 ou témoins contrôlant les gestes et les dires de l’anatomiste – et réitérée en suivant d’autres méthodes de dissection. Steensen montre qu’aussi bien la mobilité de la glande que sa « situation » décrite par Descartes est anatomiquement impossible :

  • 58 Ibid., p. 99.

Quant à ce que dit Monsieur Descartes, que la glande peut servir aux actions, quoi qu’elle penche tantôt d’un côté et tantôt de l’autre, l’expérience nous assure qu’elle en est tout-à-fait incapable ; car elle nous fait voir qu’elle est tellement engagée entre toutes les parties du cerveau, et tellement attachée de tous côtés avec ces mêmes parties, que vous ne lui sauriez donner le moindre mouvement sans la forcer, et sans rompre les liens qui la tiennent attachée […]. La connexion de la glande avec le cerveau, par le moyen des artères, n’est pas plus véritable.58

  • 59 S’agissant de Descartes, voir D. Antoine-Mahut, L’homme cartésien, op. cit., p. 33 : « La définiti (...)

33Sous cet éclairage, adresser le même type d’objections aux Anciens, à Willis et à Descartes, dire que leurs hypothèses ou « systèmes du cerveau » visant à « expliquer les fonctions animales » sont soit démentis par la configuration anatomique réelle du cerveau, soit non indiqués par elle, ce n’est pas méconnaître la diversité de leurs options métaphysiques, ou produire un contresens sur la nature de ce que ces différents auteurs entendent par « siège de l’âme ». C’est aussi prendre acte des ressorts et effets comparables de ces différentes options psychophysiques : elles conduiraient toutes à inventer une cartographie cérébrale sur la seule base d’une théorie préalable des fonctions mentales, mêlée à quelques données anatomiques parcellaires59.

L’« assurance » de l’anatomiste

34Nous avons relevé plus haut le scepticisme de Steensen au sujet de la localisation ventriculaire ou de l’explication fonctionnelle de Willis : pas d’élément « convaincant » à l’appui de la première, pas d’« assurance » à l’égard de la seconde. Mais comment peut-on avoir quelque assurance que ce soit sur des localisations cérébrales ? Celles-ci ne sont pas nécessairement prouvées ou prouvables. Elles sont présentées par leurs partisans comme préférables, c’est-à-dire aptes à rendre compte du plus grand nombre de données d’expériences, que celles-ci soient cliniques, comportementales, qu’elles relèvent indirectement de l’anatomie comparée ou de la pure description morphologique. On voit là une ligne de fracture entre Steensen et les auteurs qu’il critique sur la certitude que doit viser l’anatomie cérébrale et, avec elle, le discours sur le siège des facultés de l’âme.

  • 60 Discours, p. 116.

35Selon le Discours sur l’anatomie du cerveau, une condition doit en effet être remplie pour que cette « science » qu’est l’anatomie soit « traitée avec succès » : il faut d’abord disposer d’une « histoire [ou description] des parties » « dans laquelle il est nécessaire de démontrer ce qui est vrai et certain, pour le pouvoir distinguer d’avec des propositions qui sont fausses ou incertaines. Ce n’est pas même assez de s’en pouvoir éclaircir soi-même, il faut que la démonstration oblige tous les autres à en demeurer d’accord »60. Dans ce cadre, une description anatomique est « certaine » si elle a fait l’objet de recoupements prouvant que la voie employée n’a pas produit d’artéfacts, ou d’« artifices » pour rependre le vocabulaire du Discours :

  • 61 Ibid., p. 119.

Ce n’est pas assez d’avoir à tout moment une attention exacte, il y faut ajouter le changement des manières de disséquer, qui sont comme autant de preuves de la vérité de votre opération, et qui peuvent également vous contenter vous-même et convaincre les autres.61

  • 62 Voir le compte rendu de dissection d’un cerveau d’agneau hydrocéphale (1669) : Steno, Opera philos (...)
  • 63 Discours, p. 123.

36Après avoir réalisé « un plan véritable et très exact des parties du cerveau », uniquement, il sera possible d’avancer des hypothèses sur les usages de ces parties grâce aux ressources conjointes de l’anatomie pathologique62 et de l’anatomie comparée. Steensen s’en tient lui-même à cette position critique : « Je n’ai rien dit jusqu’ici de l’usage des parties, ni des actions qu’on appelle animales [les sensations et les mouvements], parce qu’il est impossible d’expliquer les mouvements qui se font par une machine, si l’on ne sait l’artifice de ses parties. »63 

  • 64 Ibid., p. 88.

37Ces précisions sur ce qui conditionne les « progrès » de l’anatomie révèlent indirectement les problèmes posés selon Steensen par les systèmes des Anciens, de Willis et de Descartes : d’une part, ces différents auteurs s’appuient parfois sur des descriptions du cerveau qui peuvent être « convaincues de fausseté »64 par l’anatomie elle-même, c’est-à-dire qui ne correspondent pas à la conformation du cerveau sur laquelle tous les anatomistes pratiquant dissections et vivisections peuvent s’accorder  ; d’autre part, leur explication des usages du cerveau n’est pas étayée par suffisamment d’expériences ou d’expérimentations pour faire l’objet d’un consensus, c’est-à-dire pour « obliger tous les autres à en demeurer d’accord ».

38S’il suffit à Steensen de dire que certaines descriptions anatomiques sur lesquelles se fondent les localisations sont fausses pour révoquer ces localisations elles-mêmes, c’est donc en vertu d’une définition de l’anatomie extrêmement resserrée, qui impose de fonder les hypothèses fonctionnelles sur une description morphologique exhaustive et attestable. Cela interdit par exemple de mentionner dans l’explication fonctionnelle certaines parties anatomiques partiellement invisibles, certaines propriétés non observées ou certains mouvements cérébraux insaisissables, tous déduits à partir de la localisation préalable du sens commun et d’un partage des tâches entre imagination et mémorisation.

39On est cependant en droit de se demander si s’en tenir aux énoncés anatomiques « certains » permet de se prononcer sur les conditions organiques des fonctions que sont la perception, l’imagination ou la mémoire. Si l’on adopte les critères de Steensen, est-il encore possible d’affiner l’anatomie cérébrale de façon hypothético-déductive en dissociant d’après des critères non morphologiques certaines zones de la substance grise et de la substance blanche, assignées à différentes fonctions mentales ? Pris à la lettre, l’exigence de certitude et son criterium de vérification oculaire creusent l’écart entre l’expérience externe, en troisième personne, et l’expérience interne, en première personne. À ce titre, ils paraissent ôter à la discipline anatomique la tâche de circonscrire les divers moyens cérébraux d’opérations cognitives prédifférenciées.

De la périphérie au centre : les « actions » sans facultés

  • 65 Discours, p. 81.
  • 66 Ibid., p. 87.

40Dans le Discours sur l’anatomie du cerveau, Steensen envisage bien une piste anatomique susceptible d’informer sur les modes de production cérébrale des « actions animales », ainsi qu’il les appelle. La substance blanche est fibreuse, dit-il. Or, « partout où il y a des fibres dans le corps, partout elles observent une certaine conduite entre elles, plus ou moins composée, selon les opérations auxquelles elles sont destinées ». Pour ce qui concerne la substance blanche du cerveau, « la disposition de ces fibres doit être rangée avec un grand art, puisque toute la diversité de nos sentiments et de nos mouvements en dépend »65. Une voie anatomique pertinente consisterait donc à « continuer les filets des nerfs au travers de la substance du cerveau pour voir par où ils passent et où ils aboutissent »66 . La difficulté est que les fibres sont fragiles ; elles sont pour l’instant trop difficiles à étudier, c’est-à-dire à suivre et démêler.

  • 67 Dans Nicolai Stenonis Epistolae, op. cit., t. II, add. 24, p. 949-951, ici p. 950, transcription p (...)
  • 68 Lettre à Spinoza (écrite vraisemblablement en 1671, puis publiée à Florence en 1675), ibid., t. 1, (...)

41Steensen a précisé sa conception des fibres musculaires motrices dans son De Elementorum myologiae specimen de 1667, mais il n’a, à notre connaissance, jamais développé sa connaissance des fibres cérébrales. À une exception près : dans un manuscrit sans doute écrit à Hambourg en 1684, Steensen s’interroge sur la connexion possible entre les filaments nerveux sensitifs et les filaments nerveux moteurs. Le texte ne se présente absolument pas comme une étude anatomique : lacunaire et inachevé, sans indication de destinataire et sans titre, il présente un raisonnement permettant de conclure que le « moi » percevant, assurant la connexion entre les sensations et les mouvements, est de nature immatérielle. Il s’agissait donc de montrer l’impossibilité d’expliquer par la science des corps et de l’étendue la connexion observable des sensations et des mouvements. Sur le plan doctrinal, le manuscrit visait vraisemblablement à dénoncer chez les philosophes cartésiens les impasses d’une approche purement physicienne et matérialiste des corps animaux et humains et, au-delà, à montrer la nécessité du recours à une instance immatérielle et à Dieu. Vers la fin du texte, en effet, alors que celui-ci devient de plus en plus difficile à interpréter, on trouve l’idée selon laquelle il n’y aurait chez Spinoza « aucun intérêt pour les vertus, mais seulement pour les vérités »67. Or, dans une lettre à Spinoza rédigée une dizaine d’années plus tôt, Steensen avait déjà soulevé le point suivant : la philosophie de Descartes, même « réformée » par Spinoza, est impuissante à démontrer comment l’âme « unie à la matière » peut percevoir l’impulsion de la matière sur la matière ; elle est également incapable d’expliquer les sensations de plaisir et de douleur ou les émotions d’amour et de haine68. Mais tenons-en nous ici à la conception des fibres nerveuses qui transparaît dans le manuscrit.

42On remarque que dans ce texte Steensen opère un déplacement remarquable par rapport aux auteurs dont il relève les erreurs anatomiques dans le Discours. Loin de s’interroger sur les parties cérébrales conditionnant les actions humaines impliquant des représentations (mémoire, imagination), il part de la périphérie, les stimulations reçues et les mouvements émis, pour ensuite se demander de quelles façons ceux-ci peuvent se connecter en un lieu central. En adoptant des termes contemporains, on pourrait dire que Steensen endosse dans ce manuscrit un point de vue behavioriste, qui laisse de côté tout ce qui relève d’un partage préalable des facultés cognitives et de l’introspection pour se concentrer sur ce qui peut faire l’objet d’une vérification empirique relativement directe. On le voit quand il énumère une série de propositions qui font l’objet de certitudes et qui, de fait, se fondent soit sur l’observation du comportement humain, soit sur les éléments anatomiques dégagés par les dissections et vivisections (à savoir le trajet des fibres nerveuses dans le corps). Quelles sont ces certitudes ?

  •  « Il est certain que le mouvement et la sensation sont accomplis dans les animaux en partie par des filaments nerveux dont l’extrémité intérieure est continue à la substance blanche du cerveau et à la moelle épinière [...] ».
  •  « Il est certain que les filaments nerveux par lesquels l’impulsion émanant des objets des sens est transmise ne sont pas les mêmes que ceux par lesquels est communiquée aux muscles la détermination du mouvement »69 . Steensen appelle les premiers les filamenta nervosa sensuum et les seconds les filamenta nervosa motuum.
  •  Et enfin, pour reformuler la dernière phase du raisonnement illustrée par plusieurs schémas70 : il est certain que les mêmes impulsions transmises depuis l’extérieur par les objets sensibles ne conduisent pas toujours aux mêmes déterminations des mouvements musculaires. Et réciproquement, des impulsions sensibles différentes peuvent conduire aux mêmes types de mouvement. Steensen prend deux exemples. D’abord celui de la vue d’une note de musique (sans doute écrite sur une partition) qui peut déclencher des réponses motrices diverses : celle des mains, des pieds, ou encore celle des muscles de la phonation. Ensuite, il expose l’exemple d’une brûlure : quelle que soit la partie du corps qu’elle affecte, du sommet du crâne au bout des pieds, elle déclenche la même série de réactions motrices, à savoir le mouvement des muscles de la phonation pour crier, le mouvement des yeux pour identifier la cause de la douleur, le mouvement de la main pour éloigner la cause et le mouvement des pieds pour fuir.
  • 71 Ibid., p. 950 : « Illud mei medium inter sensus et nervos motus, percipiens et determinans motus, (...)

43Un problème se pose, compte tenu de ces certitudes : comment expliquer que ces deux types de fibres motrices et sensitives soient connectées ensemble de façon à la fois si complexe et si variable ? Selon ce manuscrit, on ne pourrait rendre compte ni de la diversité des réponses motrices à une même stimulation sensorielle, ni de l’identité des réponses motrices à plusieurs stimulations sensorielles, en supposant soit une connexion un à un des filaments nerveux sensitifs et des filaments nerveux moteurs, soit une connexion globale d’un filament sensitif à une multiplicité de filaments moteurs. Citons-le : « ce milieu qu’établit le moi entre les sens et les nerfs du mouvement, percevant et déterminant le mouvement, ne peut pas être étendu »71 . Il ne peut être ni fluide, ni solide, que ce solide soit carré, rond ou triangulaire, qu’on l’imagine « ouvert par des pores » ou non. Cet intermédiaire doit donc être non étendu, c’est-à-dire, selon ce vocabulaire cartésien, incorporel.

44En rapprochant ce raisonnement du Discours, on perçoit d’abord les effets d’une réduction de la science anatomique aux structures et modifications rigoureusement observées : il est certes possible d’identifier l’itinéraire nerveux impliqué dans la sensation grâce à une série de lésions ciblées et à l’observation concomitante de leurs effets corporels ; il n’est pas possible en revanche de s’interroger plus avant sur les opérations mentales complexes telles que la remémoration ou l’imagination créative – toute mise en relation des données d’une psychologie introspective avec une anatomie neurocérébrale est impossible. Ensuite, on voit bien ce qui conditionne l’exigence de démonstration visuelle : c’est la réduction au moins méthodologique du corps à la res extensa – ou tout au moins à un corps qui n’agit sur un autre corps que par des déterminations mécaniques (pulsion ou traction) et qui est en droit visible, même s’il est trop petit ou caché pour être vu à l’œil nu sans opération chimique ou sans instrumentation optique particulière. C’est très net quand Steensen énumère la liste des certitudes données plus haut. Les aspects du corps qui sont alors mentionnés sont la couleur (substance blanche ou grise), les déplacements locaux (impulsion, détermination du mouvement – c’est-à-dire ce qui déclenche un mouvement dans telle ou telle direction) et l’agencement géométrique (arrondi, carré ou triangulaire). Les corps sont par ailleurs divisés en « solides » et « fluides ». Sont exclues en particulier les facultés, ou capacités, qui ne seraient pas actualisées dans un mouvement visible, ou dont les conséquences directes ne seraient pas visibles. Aussi l’exigence de visualisation semble-t-elle étroitement liée à une option métaphysique bien répertoriée à l’époque : l’identification des propriétés physiques aux déterminations géométriques de corps étendus et, plus généralement, l’identification des propriétés des éléments composant les corps animaux et humains aux propriétés générales des corps macroscopiques non animés.

  • 72 Dans le Elementorum myologiae specimen, Steensen affirme que le fait que le muscle ne soit autre c (...)

45Il est bien possible que Steensen adopte dans ce manuscrit la réduction des corps à la res extensa pour produire un raisonnement par l’absurde : prouver que les prémisses de la physique cartésienne ne peuvent expliquer la connexion cérébrale des sensations et des mouvements. Il n’en demeure pas moins qu’à notre connaissance, aucun des travaux de Steensen relevant de l’anatomie ou de la philosophie naturelle ne suppose d’admettre des propriétés matérielles irréductibles aux propriétés mécaniques. Au tout début de son étude géologique intitulée De solido intra solidum naturaliter contento prodromus dissertationis, il affirme vouloir s’en tenir aux principes communs à toutes les écoles philosophiques ; ce qui impliquerait de ne pas chercher à déterminer si, oui ou non, les corps naturels possèdent des propriétés irréductibles à l’étendue et à la dureté. En respectant les principes communs, estime-t-il, on peut affirmer sans risque d’erreur que tout corps naturel est un agrégat de particules insensibles (c’est-à-dire en dessous du seuil de la perception), que tout corps naturel est perméable à l’action de l’aimant, du feu et parfois de la lumière, que du mouvement des particules composant les corps et de leur agencement respectif dépend la fluidité ou solidité du corps en question, et enfin que rien dans ce qu’on connaît des corps naturels ne permet d’expliquer l’origine du mouvement et la façon dont les mouvements des corps peuvent faire l’objet d’une perception. De là, afin de fonder son explication des fossiles, il déduit quelques conséquences sur les différentes façons dont un corps peut être produit ou transformé naturellement. Steensen ne présente donc pas sa conception globalement mécanique des corps naturels comme un emprunt, tactique ou sincère, à la philosophie cartésienne, mais comme un point de départ commun pour pouvoir contrôler les hypothèses sur les interactions des corps naturels et attester leur support empirique (à savoir la rigueur de l’analyse des corps et l’exactitude de la description de leurs éléments72).

Conclusion

46En introduction, nous avons cité Gall et Spurzheim pour qui le postulat métaphysique de la simplicité de la pensée avait, à l’époque moderne, entravé les recherches sur le lien entre structures cérébrales différenciées et facultés intellectuelles. Suivre les trois « systèmes » de localisation critiqués dans le Discours sur l’anatomie du cerveau a permis de montrer que, sous ce point de vue très précis, l’indivisibilité de l’âme assumée par Descartes ne le distinguait pas nécessairement d’un médecin comme Thomas Willis. Dans ces deux cas en effet, la mise en correspondance d’une anatomie neurocérébrale lacunaire et d’une topique des grandes facultés mentales conduit à postuler que telle ou telle partie cérébrale est le siège de la mémoire, celui de l’imagination ou encore celui du sens commun. Le partage préalable d’un certain nombre d’opérations ou de capacités mentales détermine donc au moins partiellement la délimitation des parties et des mouvements cérébraux inobservables en tant que tels. En outre, la liste exhaustive des types d’opérations mentales, les raisons de les distinguer ou les relations mutuelles qu’elles entretiennent précisément ne sont pas explicitées au moment où il s’agit d’identifier les conditions ou instruments cérébraux de ces opérations.

47C’est en réalité au nom de l’anatomie, non au nom de la métaphysique, que Steensen restreint les propositions anatomiques certaines à celles qui peuvent être attestées par des témoins oculaires et qu’il évacue hors du champ de la science les localisations cérébrales qui suscitaient le plus d’adhésion ou d’intérêt en 1665, date à laquelle il prononce publiquement son Discours. Autrement dit, c’est pour des raisons presque opposées à celles envisagées par Gall et Spurzheim, à savoir une attitude métaphysique sans lien avec la dissection anatomique, que Steensen tout à la fois rejette ces localisations cérébrales historiques et refuse de s’engager lui-même dans l’opération de localisation des facultés – ou même seulement de localisation du centre perceptif nommé alors « sens commun ». On ne peut pour autant dire que ce positionnement épistémologique exigeant est radicalement étranger à toute métaphysique : il semble bien que la limitation des propriétés des corps naturels à des propriétés mécaniques visualisables, si ce n’est visibles, conditionne la conception de l’anatomie que Steensen défend et illustre dans ses propres travaux. Selon un manuscrit tardif et lacunaire, la seule connexion observable en troisième personne des stimuli reçus et des stimuli émis autoriserait même à postuler un intermédiaire « non étendu » entre les filaments nerveux sensitifs et les filaments nerveux moteurs. À tout le moins, l’impossibilité de rendre compte de certaines liaisons sensori-motrices à partir des propriétés connues de la matière interdirait de passer par le détour d’une ou plusieurs parties cérébrales pour expliquer le lien entre l’âme et le corps – si l’on s’en tient au cadre dit dualiste –, ou pour rapporter les facultés cognitives supérieures aux mouvements cérébraux – si l’on s’en tient plutôt au vocabulaire de Willis.

48La démarche anatomique de Steensen, loin de donner des armes aux partisans des localisations cérébrales comme le voudraient Gall et Spurzheim, implique donc de mettre entre parenthèses toute mise en correspondance des facultés conscientes et des régions cérébrales. Cette démarche critique se fonde sur une définition resserrée des corps et de leurs propriétés dans un contexte historique où les moyens d’investigation anatomique sont techniquement très limités. Ainsi, la possibilité d’assigner au cerveau une ou des fonctions intellectuelles, tout comme la possibilité d’un dialogue entre observations anatomiques et psychologie introspective, dépend de la manière de concevoir la tâche même de l’anatomiste, qui n’est nullement univoque tout au long de l’époque moderne.

Haut de page

Notes

1 F. Gall et J. G. Spurzheim, Anatomie et physiologie du système nerveux en général et du cerveau en particulier, Paris, F. Schoell, 1810, p. 24.

2 Pour une analyse nuancée, voir W. Bechtel et R. C. Richardson, Discovering Complexity: Decomposition and Localization as Strategies in Scientific Research [Princeton University Press, 2000], Cambridge (Mass.), MIT Press, 2010, p. 65-72. Pour une compréhension péjorative de la « phrénologie » dans les neurosciences aujourd’hui et un retour sur le rôle de Gall et Spurzheim dans cette histoire, voir W. R. Uttal, The New Phrenology. The Limits of Localizing Cognitive Processes in the Brain, Cambridge (Mass.), MIT Press, 2001, p. 102-109.

3 Voir le propos critique de Céline Chérici et Jean-Claude Dupont sur « la supposée pauvreté des sciences du cerveau d’avant l’âge du neurone » dans l’introduction à l’ouvrage qu’ils ont dirigé : Les querelles du cerveau. Comment furent inventées les neurosciences, Paris, Vuibert, 2008, p. 5.

4 Voir par exemple la synthèse de G. Hatfield, « Mind and Psychology in Descartes », dans S. Nadler, T. M. Schmaltz et D. Antoine-Mahut (dir.), The Oxford Handbook of Descartes and Cartesianism, Oxford, Oxford University Press, 2019, en particulier p. 114-115 et p. 119-121.

5 Voir F. Gall et J. G. Spurzheim, op. cit., préface, p. XXVIII : « à l’exception de quelques expériences par lesquelles nous avons cherché à faire ressortir, pour ceux qui ne voulaient pas voir, la structure fibreuse de la substance blanche du cerveau et les couches fibreuses des circonvolutions, nous n’avons qu’une trousse à dissection ordinaire, laquelle se compose de ciseaux, de pinces, d’un tube, de quelques scalpels, d’un marteau, d’une scie pour le crâne, et de tenailles incisives » ; p. XXIX (sur le microscope) : « [nous avons] mieux aimé nous en rapporter à l’œil nu ».

6 C’est d’après la réédition de ce texte par J.-B. Winslow, dans son Exposition anatomique de la structure du corps humain, Paris, G. Desprez, 1732, que Gall et Spurzheim citent le Discours. Pour l’ensemble des sources, nous avons modernisé l’orthographe des textes en français ; la syntaxe et la ponctuation restent inchangées.

7 Une première version de cet article a été rédigée en 2013 et a bénéficié du soutien du LabEx COMOD (ANR-11-LABEX-0041) de l’Université de Lyon, dans le cadre du programme « Investissements d’Avenir » (ANR-11-IDEX-0007) de l’État français, géré par l’Agence nationale de la recherche (ANR). Le contexte historique du Discours sur l’anatomie du cerveau ainsi que le commentaire du manuscrit de Steensen sur l’articulation entre sensations et mouvements, qui fait ici l’objet d’une dernière sous-partie, ont été développés dans notre article : « Human Brain and Human Mind. The Discourse on the Anatomy of the Brain and its philosophical reception », dans R. Andrault et M. Lærke dir., Steno and the Philosophers, Leyde, Brill, 2018, p. 87-112.

8 Sur ces conditions de réception, voir notre édition : N. Steensen, Discours sur l’anatomie du cerveau [Paris, Robert de Ninville, 1669], Paris, Classiques Garnier, 2009, désormais cité : Discours. Sur le cercle de Thévenot, voir S. Roux, « Was there a cartesian experimentalism in 1660s France? », dans M. Dobre and T. Nyden dir., Cartesian Empiricisms, Dordrecht, Springer, 2013, p. 47-88.

9 Voir, à ce propos, la lettre de Melchisédec Thévenot du 16 octobre 1666 au Prince Léopold de Médicis : « J’éprouvais une grande réticence à me servir de la liberté accordée par M. Sténon, de m’occuper de son très exact discours de l’anatomie du cerveau, mais, puisque V. A. S. a daigné m’en toucher un mot, je le ferai imprimer aussitôt que possible avec l’intention, avant de le publier, de le montrer à l’auteur qui avait apporté de nouvelles lumières dans l’Accademia del Cimento, considérant la grâce que V. A. S. a daigné lui faire en l’admettant à Votre présence et conversation » (dans R. McKeon, « Une lettre de Melchisédec Thévenot sur les débuts de l’Académie des Sciences », Revue d’Histoire des sciences et de leurs applications, t. XVIII-no 1, janvier-mars 1965, p. 3). Il n’est pas absolument impossible que Steensen n’ait pas revu son texte avant publication.

10 Journal des savants, t. I [1665-1666], éd. De Houdeville, Amsterdam, Pierre Le Grand, 1685, p. 155-156. Pour tous les textes de l’époque moderne, nous modernisons l’orthographe mais nous conservons la syntaxe et la ponctuation.

11 Selon une lettre de Steensen, écrite en 1677, qui accompagne sa dénonciation de Spinoza auprès de l’Inquisition. Voir L. Spruit et P. Totaro, The Vatican Manuscript of Spinoza’s Ethica, Leyde, Brill, 2011, p. 68. Notons que ce que l’on sait par ailleurs des pratiques de Steensen au début des années 1660 à Leyde rend son propos tout à fait crédible. Voir aussi la lettre de Steensen à Marcello Malpighi du 24 novembre 1671, dans Nicolai Stenonis Epistolae : et epistolae ad eum datae, editit Gustav Scherz, Hafniae, A. Busck, 1952, t. I, p. 249.

12 Discours, p. 79.

13 Ibid., p. 112 : « Ceux qui s’y adonnent sont d’ordinaire Médecins, ou Chirurgiens ; ils sont obligés les uns et les autres à voir leurs malades, et dès qu’ils ont acquis quelque connaissance, et quelque réputation, ils ne peuvent plus donner le temps nécessaire aux recherches […] Les autres qui ne voient point de malade et qui n’ont point d’autre emploi que la profession de l’Anatomie dans les écoles ne se croient pas plus obligés à faire des recherches que les Médecins, et les Chirurgiens. Car le but de leur profession est d’enseigner à ceux qui veulent pratiquer la médecine, ou la chirurgie, la description que les Anciens nous ont laissée du corps humain ».

14 Ibid., p. 95.

15 A. Du Laurens, Toutes les œuvres de Me. André Du Laurens…, trad. Th. Gelée, Rouen, Raphael Du Petit Val, 1621, livre X, question deuxième, p. 308-309.

16 Sur les différentes conceptions de la localisation de l’âme comprise comme substance immatérielle chez Descartes et avant lui, voir J.-P. Anfray, « Étendue, corps et esprit : le dualisme en questions », dans Descartes, Correspondance René Descartes-Henry More, éd. bilingue latin-français, lettres traduites, annotées et présentées par J.-P. Anfray, Paris, Eliott, 2023, p. 57-98.

17 Sur les différentes procédures de « localisation » aux XIXe et XXe siècles, voir W. Bechtel et R. C. Richardson, Discovering, op. cit.

18 Spinoza, Œuvres IVEthica-Éthique, éd. F. Akkerman et P. Steenbakkers, trad. P.-F. Moreau, Paris, Presses universitaires de France, 2020, V, préface. Voir R. Andrault, « Spinoza’s missing physiology », Perspectives on Science, MIT Press, 27 (2), 2019, p. 214-243, ici p. 224-226.

19 Discours, p. 90. Il faut entendre ici « système » au sens d’hypothèse explicative globale, selon l’usage au XVIIe siècle.

20 Ibid., p. 89.

21 A. Paré, œuvres complètes, éd. J.-F. Malgaigne, Paris, chez J.-B. Baillière, 1840-1841, t. I, introduction à la chirurgie, chap. 10, p. 58.

22 Sur ce sujet complexe, et en particulier la conception d’Avicenne, voir A. de Libera, « Le sens commun au XIIIe siècle. De Jean de La Rochelle à Albert le Grand », Revue de Métaphysique et de Morale, 1991/4, p. 475-496.

23 Discours, p. 90.

24 Les facultés animales comprennent les facultés princeps, la faculté sensitive et la faculté motive. Ces facultés animales se distinguent par ailleurs de la faculté vitale (liée à la fonction cardiaque et respiratoire) et de la faculté naturelle (liée à la fonction nutritive et à la génération).

25 A. Paré, œuvres complètes, op. cit., t. I, le troisième livre de l’anatomie contenant les parties animales situées en la tête, respectivement p. 215-2016 et p. 217.

26 Voir Toutes les œuvres de M.  Du Laurens, op. cit., p. 309, où Du Laurens se réfère au De symptomatum differentiis et au De locis affectis.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Ibid., p. 307. Voir aussi A. Vésale, De Humani corporis fabrica Libri Septem, Basileae, J. Oporinum, 1555, lib. VII, cap. I, p. 774, sur lequel s’appuie Du Laurens.

30 Ibid., p. 309.

31 Ibid., p. 13. Voir également note 62 infra.

32 William Bechtel distingue cette « décomposition phénoménale » (simple division et description préalables des tâches cognitives) de la « décomposition mécaniste », qui, elle, joue un rôle explicatif en identifiant les processus sous-jacents impliqués dans l’exécution de la tâche globale (« Decomposing the mind-brain: A long-term pursuit », Brain and Mind, no 3, 2003, p. 229-242, ici p. 231-232). Sur le rapport complexe et potentiellement fécond entre décomposition phénoménale de l’esprit et localisation cérébrale, voir Denis Forest, qui commente le débat entre Uttal et Bechtel dans  « Localisation fonctionnelle et stratégies de recherche : le cerveau hier et aujourd’hui », dans F. Parot, Les fonctions en psychologie, Bruxelles, Éditions Mardaga, 2008, p. 19-48.

33 Toutes les œuvres de Me. André Du Laurens, op. cit., p. 310.

34 Ibid., « Des Praeceptes generaux de l’Anatomie », p. 1 : « Il n’y a [que l’Âme seule] qui soit immatérielle, ayant seulement cela de commun avec la matière, c’est qu’elle est capable de recevoir toutes les espèces, non autrement que la matière première toutes les formes ; et toutefois la manière de la réception n’est point semblable. Car la matière reçoit les formes indivisibles et sans connaissance ; et l’Âme seulement les espèces universelles et avec connaissance ». Mais il n’est plus question de cette hétérogénéité au moment où Du Laurens s’interroge sur le ou les sièges cérébraux des facultés princesses de l’âme, par exemple ibid., p. 308.

35 Discours, p. 90.

36 T. Willis, De cerebri anatome, Londres, Martyn et Allestry, 1664, p. 136.

37 Discours, p. 85-86.

38 Sur ce texte, et le caractère collectif du travail sur lequel il s’appuie, voir R. G. Frank, « Thomas Willis and his circle: brain and mind in seventeenth-century medicine », dans G. S. Rousseau (dir.), The Languages of Psyche: Mind and Body in Enlightenment Thought, Berkeley, California University Press, p. 107-146.

39 Discours, p. 91 : « Il nous décrit le corps rayé comme s’il y avait deux sortes de raies, dont les unes montent, et les autres descendent ; et néanmoins, si vous faites une séparation du corps gris d’avec la substance blanche, vous verrez que ces raies ne sont toutes que d’une même nature. »

40 « Scientia interior », dans T. Willis, De anima brutorum quae Hominis Vitalis ac Sensitiva est : exercitationes duae, Oxonii, E Theatro Sheldoniano, impensis Ric. Davis, 1672, cap. VI, p. 103.

41 Ibid., p. 212.

42 Ibid., p. 125.

43 Ibid., p. 187.

44 Ibid., p. 127.

45 Ibid., cap. III, p. 309.

46 Sur l’origine, la destinée éditoriale et les interprétations de ce texte de Descartes, voir D. Antoine-Mahut, « Présentation. Le roman de L’Homme », dans Descartes, L’Homme, Paris, Flammarion (GF), p. 9-64.

47 Discours, p. 93. Pour la complexité du rapport critique de Steensen à la philosophie cartésienne (et à son modèle mécaniste, dont il valorise l’intérêt méthodologique), voir notre introduction, ibid., p. 37-72.

48 Ce rapprochement, souvent réalisé par les lecteurs de Descartes au XVIIe siècle, ne rend pas justice aux différences notables entre L’Homme, écrit dans les années 1630, d’un côté, et la Dioptrique (1637) et les Passions de l’âme (1649), de l’autre, rédigées plus tard mais publiées plus tôt, avant la mort de Descartes. Voir notamment D. Kambouchner, L’homme des passions. Commentaires sur Descartes, Paris, Albin Michel, 1995, en part. t. I, p. 133-138, où l’auteur montre l’évolution entre L’Homme et les Passions de l’âme.

49 Voir la lettre à Mersenne, 30 juillet 1640, AT III, p. 123-124. La glande pinéale est aussi identifiée au lieu en lequel « l’âme exerce ses fonctions plus particulièrement qu’en les autres parties » (Passions de l’âme, AT XI, p. 351). Il faut bien entendre qu’en droit l’âme est unie avec tout le corps, qui forme un ensemble fonctionnellement indivisible. Cependant, un certain nombre de ses opérations implique une union plus particulière avec une partie cérébrale. Sur le sujet, voir D. Kambouchner, L’homme des passions, op. cit., t. I, p. 132-133 ; D. Antoine-Mahut, L’homme cartésien. La force qu’a l’âme de mouvoir le corps, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, chap. 2, p. 31-37.

50 Lettre de Descartes à Meyssonnier, 29 janv. 1640, AT III, p. 19.

51 Lettre de Descartes à Mersenne, 24 déc. 1646, AT III, p. 264. Voir aussi Passions de l’âme, art. 32, AT XI, p. 353.

52 Respectivement Passions de l’âme, art. 32, AT XI, p. 353 et L’Homme, AT XI, p. 176.

53 Ibid., art. 43, AT XI, p. 361.

54 Delphine Antoine-Mahut souligne la focalisation sur la glande pinéale dans les Passions de l’âme, par rapport à L’Homme et son attention « au cerveau en général » (L’homme cartésien, op. cit., p. 35).

55 L’Homme, AT XI, p. 177.

56 Sur la mémoire chez Descartes (et son caractère dynamique, selon un modèle distribué, et non selon un archivage figé), voir J. Sutton, Philosophy and Memory traces. Descartes to Connectionism, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press, 1998, en part. p. 61-66. Voir également, sur les enjeux de l’interprétation de Sutton, G. Alban Zapata, « Biaiser. John Sutton et la conception cartésienne des “vestiges du corps” », dans D. Antoine-Mahut et S. Lézé (dir.), Les Classiques à l’épreuve. Actualités de l’histoire de la philosophie, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2018, p. 121-136.

57 Par exemple Discours, p. 120.

58 Ibid., p. 99.

59 S’agissant de Descartes, voir D. Antoine-Mahut, L’homme cartésien, op. cit., p. 33 : « La définition anatomique de la glande humaine est donc tout autant […] déduite de son rôle psycho-physiologique, que l’inverse. »

60 Discours, p. 116.

61 Ibid., p. 119.

62 Voir le compte rendu de dissection d’un cerveau d’agneau hydrocéphale (1669) : Steno, Opera philosophica, éd. W. Maar, Copenhague, V. Tryde, t. II, p. 229-237. En présentant les « usages » des parties cérébrales dans le prolongement de la description de leur structure, Steensen reprend une conception classique de l’anatomie à son époque, sur laquelle il convient de ne pas projeter la distinction actuelle entre physiologie et anatomie. Voir A. Cunningham, « The pen and the sword: recovering the disciplinary identity of physiology and anatomy before 1800. II : Old Anatomy - the Sword », Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 34, 2003, p. 51-76. (Voir la définition de l’anatomie par Du Laurens citée supra dans le texte.)

63 Discours, p. 123.

64 Ibid., p. 88.

65 Discours, p. 81.

66 Ibid., p. 87.

67 Dans Nicolai Stenonis Epistolae, op. cit., t. II, add. 24, p. 949-951, ici p. 950, transcription par G. Scherz que nous avons comparée au manuscrit, numérisé par la bibliothèque nationale centrale de Florence : coll. 291, p. 183.

68 Lettre à Spinoza (écrite vraisemblablement en 1671, puis publiée à Florence en 1675), ibid., t. 1, p. 235-236. Au-delà de son rapport à Spinoza, Steensen a toujours exprimé une inquiétude à l’égard de la possibilité d’expliquer comment l’âme, qu’elle soit humaine ou animale, immatérielle ou matérielle, perçoit les mouvements du corps (voir la lettre à Malpighi citée supra note 11). Cette inquiétude, et cette insatisfaction à l’égard des limites de l’anatomie et de la médecine, a sans doute joué un rôle dans sa conversion au catholicisme en 1666, puis son ordination, en 1675.

69 Nicolai Stenonis Epistolae, op. cit., t. II, p. 949-950 ; notre traduction.

70 Nous en reproduisons deux dans « Human Brain and Humain Mind », art. cit.

71 Ibid., p. 950 : « Illud mei medium inter sensus et nervos motus, percipiens et determinans motus, non potest esse extensum... »

72 Dans le Elementorum myologiae specimen, Steensen affirme que le fait que le muscle ne soit autre chose qu’une collection de fibres motrices est montré par l’analysis sensibus (Elementorum myologiae specimen, seu Musculi descriptio Geometrica, Florence, ex Typographia sub signo Stellae, 1667, p. 4). Cette idée d’analysis sensibus (décomposition par les sens) nous paraît bien traduire la pratique anatomique de Steensen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaële Andrault, « Le siège cérébral des facultés mentales au XVIIe siècle »Astérion [En ligne], 28 | 2023, mis en ligne le 01 octobre 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/asterion/9618 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asterion.9618

Haut de page

Auteur

Raphaële Andrault

Chargée de recherche HDR au CNRS (IHRIM-ENS de Lyon) • Raphaële Andrault travaille principalement sur le problème corps-esprit à l’époque moderne, au croisement de l’histoire de la médecine et de la philosophie. Elle est notamment l’autrice de La vie selon la raison. Physiologie et métaphysique chez Spinoza et Leibniz (Champion, 2014) et de La raison des corps. Mécanisme et sciences médicales (Vrin, 2016). Elle a également publié une édition critique du Discours sur l’anatomie du cerveau de Nicolas Sténon (Classiques Garnier, 2009).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search