Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier Semyr

Les imprimeurs allemands et leur activité toulousaine à la fin du xve siècle

Sophie Cassagne

Résumés

L’histoire des débuts de l’imprimerie à Toulouse est celle d’une brutale mutation qui voit la ruine des anciens métiers du livre sans pour autant profiter aux promoteurs de cette innovation technologique et culturelle. Les deux dernières décennies du xve siècle sont marquées par l’arrivée successive de quatre imprimeurs allemands Jean Parix, Henri Turner, Henri Mayer et Étienne Clébat qui installent à Toulouse les premières presses destinées, non seulement au marché local, mais aussi à la péninsule Ibérique. Cette ambitieuse politique commerciale se heurte néanmoins à des réalités économiques et culturelles qui la dépassent et provoquent la ruine des premiers imprimeurs. Au début du xvie siècle, l’imprimerie survit à Toulouse, mais sous une forme beaucoup plus modeste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Marshall McLuhan, The Gutenberg galaxy. The making of the typographicman, Toronto : Toronto Univer (...)

1Dans cette célèbre missive envoyée le 1er janvier 1472 à l’humaniste Robert Gaguin, Guillaume Fichet, recteur de l’Université de Paris, célèbre sans le savoir ce que des siècles plus tard le canadien Marshall Mc Luhan qualifiera d’entrée dans la galaxie Gutenberg1. La naissance de « l’homme typographique », vécue avec enthousiasme à la Sorbonne, n’a guère été questionnée depuis qu’en termes de progrès. Pourtant quand Guillaume Fichet parle de « cheval de Troie », il ne croit pas si bien dire car, derrière cette révolution technique, se profile une véritable révolution culturelle, une révolution qui, comme toute révolution, aura ses victimes et verra la mise à mort de pans entiers de la culture médiévale, et plus concrètement un bouleversement des métiers du livre.

  • 2  Comme le souligne Dominique Coq dans « L’apparition du livre avec Gutenberg, le changement dans la (...)

2Cette bouleversante entrée dans la galaxie Gutenberg se fait à Toulouse comme ailleurs par l’arrivée d’imprimeurs allemands, mais elle ne se limite pas à la production de livres imprimés destinés seulement au marché local, elle prend dès ses débuts une perspective internationale, par un détour dans la péninsule Ibérique, aussi bien dans le Royaume d’Aragon, que dans celui de Castille2.

  • 3  Il existe une tradition historiographique toulousaine de l’histoire de l’apparition du livre impri (...)

3C’est une histoire bien connue, mais, faute de documents, il n’est pas toujours donné d’approcher cette mutation au plus près, parmi les hommes et les femmes qui l’ont vécu. Or, le cas toulousain nous en donne une illustration complexe, qui montre que l’accouchement de ce nouveau monde de la culture ne s’est pas fait sans douleur, loin de l’idéologie du progrès qu’elle véhiculait3.

La supplique des enlumineurs de Toulouse

  • 4  La supplique est intégrée dans le prologue du nouveau statut des enlumineurs publié un an plus tar (...)

4Tout commence par une supplique adressée par les enlumineurs le 16 septembre 1477 aux Capitouls de Toulouse4. Jehan Jehannet, Laurent Robin, Pierre du Claus, Macé Cochin et Pierre Pasquier rappellent qu’ils sont habitants de Toulouse où :

[…] pieça se feissent par et plusieurs docteurs et seigneurs habitans en icelle escripre plusieurs livres scribentum manu moyennant lescripture desquels livres les enlumineurs estoient entretenuz et passoyent leurs temps.

5Les enlumineurs soulignent qu’ils se sont toujours acquitté des impôts et du service de guet dû à leur ville mais que, depuis quelques temps, ils ne gagnent plus leur vie. La cause en est que « nulz livres a present se font escripre en ceste dicte ville de Tholose ne es autres villes du royaume se non au molle et par impressure ».

6Ils pourraient éventuellement gagner petitement leur vie en les enluminant mais en sont empêchés par deux libraires de l’Université, dont un certain Guyot Brisson lequel :

[...] desja trois ou quatre ans a eu et a encore de present charge de vendre ou faire vendre tous les livres d’impressure qui dehors pays sont amenez pour vendre comme dallemaygne, Rome, Venisse, Paris, Lyon et dautres bonnes villes, lequel Guyot comme stationnayre devroyt vendre lesdits livres sans soy mesler denluminer car ung chascun vivre de son office est de nécessité, qui est bien lopposite. Attendu ce quest devant dit, et a icellui Guyot entreprins et délibéré destruire et mectre à néant et pouvreté lesdits pauvres enlumineurs [...].

7Le libraire a en effet pris sous sa coupe des compagnons :

[...] besoignant dudit office denluminure, icelluy Guyot les subornoit et faisoit saillir hors de leurs maysons et les tiroyt à luy et fait encores, et de présent, il en a trois ou quatre esquelz il baille ou fait bailler toute la besoigne quest en ladite ville [...].

8Les enlumineurs se présentent comme ruinés et sans défense et menacent de quitter la ville et pire, de ne plus pouvoir payer leurs impôts, si les Capitouls ne prennent pas des mesures immédiates pour mettre un terme à cet abus.

  • 5  Genève, Bibliothèque, Marcus Tullius Cicero, De Officiis, Mainz, 1466, GW 6922. Son ex-libris port (...)

9Tous les acteurs de cette mutation sont ici présents, enlumineurs, relieurs, libraires et imprimeurs, perdants ou gagnants ; mais peut-être pas forcément ceux que l’on croit. Les livres imprimés sont déjà connus à Toulouse depuis au moins une décennie. Le premier président du Parlement du Languedoc, Louis de Lavernade, y apporte un exemplaire du De Officiis de Cicéron imprimé à Mayence en 1466 que lui a donné l’un des premiers imprimeurs, Jean Fust, en 1468 lors d’un séjour à Paris5. Il s’agit alors d’une rareté.

10Si l’on en croit la supplique des enlumineurs, le commerce des imprimés ne se développe véritablement que dans les années 1474-1475. Une certitude existe pour 1476, année où est imprimé à Toulouse un traité de droit romain, la Repetitio solemnis rubrice de fide instrumentorum, d’Andrea de Barbazza de Messine. Son colophon porte l’inscription : Tholose est impressa XI calendas Julii M CCCCLXXVI, finit feliciter.

  • 6  A. Claudin, art. cité, p. 8.
  • 7  Toulouse, A.M., HH 66, fol. 367r°, Statuta artis luminature et religate, 12 novembre 1481 : « Quod (...)

11Moins d’un an plus tard, la situation des enlumineurs est devenue insupportable et ils ne peuvent plus lutter. Les nouveaux statuts du métier promulgués par les Capitouls ne suffisent pas. Les enlumineurs comprennent assez vite qu’ils doivent s’unir aux relieurs pour ne plus former qu’un seul métier ; de nouveaux statuts sont présentés et approuvés par les Capitouls le 12 novembre 14816. Dans ce texte, trois relieurs, Jean Penatau, Etienne Laine et Jacques Mestre, expliquent que les métiers d’enlumineur et de relieurs, séparés, sont bien pauvres qu’il y a déjà des enlumineurs qui sont aussi relieurs et vice-versa7.

  • 8  Les registres d’impôt comprennent deux séries, la taille ordinaire et les contributions supplément (...)

12Pourtant, ce dernier effort semble dérisoire face à l’invasion du livre imprimé. Les enlumineurs et les relieurs se voient contraints de changer de métier comme en témoignent les registres fiscaux toulousains8.

  • 9  A. Claudin, art. cité, p. 45. Première mention du coloriste Jehan Fabrol.

13La mutation est brutale. Dès 1510, les documents ne comptent presque plus de mentions de copistes ou d’enlumineurs, seuls demeurent les libraires et les relieurs. Un nouveau métier apparaît à partir de 1520, celui de coloriste. Les coloristes sont employés par les libraires et les imprimeurs pour mettre en couleur les images de confréries et les cartes à jouer9. Si l’on songe que depuis le xiiie siècle, Toulouse a été l’un des grands centres de l’enluminure du sud de la France, l’on ne peut qu’être frappé par la perte infligée aux arts de la couleur ; de véritables artistes se voient remplacer par des coloristes !

14Avec l’imprimerie et la gravure sur bois, indissociables l’une de l’autre, le livre devient un produit de consommation courante et se détache rapidement des arts de la couleur. Les enlumineurs toulousains ont bien compris que ce bouleversement était inéluctable et se sont engouffrés dans la carrière qui leur semblait la plus prometteuse, celle de libraire.

Le métier de libraire

  • 10  Ibid., p. 8.

15Ce n’est pas un imprimeur que dénonce leur pétition en 1477, mais un libraire. Avant même que les premières presses s’installent à Toulouse, les libraires y font leur apparition. Ils viennent de loin : d’Allemagne, d’Italie, de Paris et surtout de Lyon, d’abord simples courtiers, installés dans les hôtelleries de la ville. En 1480, un marchand de livres imprimés tient boutique chez un barbier et est imposé par la ville à une livre sous la rubrique « lo vendor de los libros de pressa que demora a l’ostal de Mre Antony Frayret, una livra »10.

16Comme le souligne la supplique des enlumineurs, il n’existe pas à Toulouse de métier organisé de libraire, fermé aux étrangers. Les stationnaires sont protégés par l’Université et ne sont pas soumis aux règlements municipaux. Quant aux libraires, rien n’a été prévu pour eux. Il leur suffit de s’installer dans une hôtellerie pour y écouler leurs produits sans autre formalité, sinon de s’acquitter des impôts.

  • 11  Ibid., p. 23.
  • 12  Ibid., p. 10.

17Les libraires de Lyon, en particulier le célèbre Barthélémy Buyer, l’ont vite compris ; il crée un dépôt permanent à l’hôtellerie de la Croix Blanche entre 1481 et 149011. Le choix de cet hôtel n’est sans doute pas un hasard, car les mêmes registres fiscaux nous apprennent que son propriétaire, « Johan lo Alaman », est d’origine germanique. Antoine Koberger, le célèbre imprimeur de Nuremberg, qui a déjà établi une succursale à Lyon dirigée par Hans Koberger, possède dès 1498 un dépôt de livres dans la boutique de Jean Chanadel dans le quartier de Saint-Sernin12. Jacques Huguetan utilise, quant à lui, celle du relieur Jean Penatau dans le quartier de Saint-Pierre des Cuisines, en 1497. On comprend mieux comment l’ancien maître du métier des relieurs et enlumineurs est devenu libraire. Quand son associé devient libraire, Huguetan s’installe, en 1503, dans le quartier de Saint-Sernin, où il voisine avec Hans Koberger. Tous deux semblent avoir parfaitement réussi et sont taxés à 6 livres.

  • 13  Ibid., p. 64.

18Il ne s’agit pas ici de faire la liste de tous les libraires venus de Lyon, puis de Paris, s’installer à Toulouse, ce serait impossible ; les registres fiscaux ne comptent pas moins de 500 mentions de libraires ou stationnaires pour les premières décennies du xvie siècle alors que dans les années précédentes, ils ne dépassaient pas la dizaine13.

19Tandis qu’une profession disparaît, celle des enlumineurs, une autre fleurit, celle des libraires. Au métier juré, succèdent des marchands, libres, témoins d’une nouvelle économie du libre échange, marquée par la dissociation entre la production et le marché, devenus deux entités distinctes.

20Les livres que ces libraires apportent à Toulouse sont imprimés en Allemagne, à Venise, à Lyon ou à Paris ; produits d’exportation, ils ne répondent à aucune commande locale, mais, au contraire, créent la demande. Si les libraires viennent à Toulouse, c’est qu’ils savent y trouver un marché libre, un marché alimenté par la présence d’un Parlement, le premier propriétaire d’un livre imprimé n’a-t-il pas été le président du Parlement de Toulouse, d’une université de droit renommée et de riches marchands pasteliers.

21Le marché toulousain est donc rentable, d’autant plus qu’il ouvre d’autres horizons en raison des échanges commerciaux étroits que la ville entretient avec les royaumes d’Aragon et de Castille. Philippe Wolff a parlé du système de Burgos pour décrire cet étroit réseau d’échanges qui se noue entre les producteurs de laine de Castille et le pastel du Lauragais. Cependant, les échanges avec la Catalogne demeurent également très présents.

22C’est sans doute cette conjonction qui a amené quelques imprimeurs à venir tenter leur chance à Toulouse.

Les déboires des premiers imprimeurs allemands

23En dépit de leurs efforts pour conserver le monopole de leur invention, les pionniers de l’imprimerie voient dès les années 1460-1470 la création de nombreuses presses en Allemagne, en Italie, puis en France. Les allemands diffusent l’imprimerie, attirés par les centres universitaires, les sièges de juridictions souveraines ou les cités marchandes. Après Paris et Lyon, Toulouse est la troisième ville française à accueillir de façon durable des imprimeurs.

24L’implantation d’une imprimerie dans une ville est chose moins aisée que celle d’un stock de livres dans une hôtellerie. L’imprimeur doit disposer d’un local, d’un ou de plusieurs jeux de caractère mobiles, d’un stock important de papier, d’une ou de plusieurs presses. Il doit en outre faire appel à des ouvriers qualifiés et donc bien payés. Ces conditions sont donc très différentes de celles des métiers du livre traditionnel où l’essentiel de l’investissement se trouve dans le travail manuel. Il faut donc un capital de départ ou bien des emprunts pour financer l’imprimerie avant même d’avoir produit.

25Tous les historiens des débuts de l’imprimerie soulignent cette nouvelle difficulté issue de la contradiction entre la demande d’un marché local, habitué à la pénurie de livres et donc restreint, et une productivité toujours plus grande. La situation traditionnelle est renversée, désormais c’est la demande qui est insuffisante, même si l’imprimeur s’installe dans un centre culturel actif.

26Dès avant 1500, une presse peut produire en moyenne plusieurs centaines de pages par jour, quand un copiste pouvait tout au plus espérer en écrire quatre ou cinq. Les imprimeurs ont donc la nécessité de conquérir sans cesse de nouveaux marchés pour écouler leur production et rentabiliser le capital de départ. L’industrie du livre acquiert donc une nouvelle tendance expansionniste.

27L’implantation des premières presses à Toulouse s’explique par le fait que la ville réunit les conditions idéales. Les premiers imprimeurs y sont tous d’origine germanique, même si parfois ils ne viennent pas directement d’Allemagne, comme le premier, Jean Parix, originaire d’Heidelberg.

  • 14  Antonio Odriozola, « Los libros impresos por Juan Parix en Segovia y Toulouse y los attribuibles a (...)
  • 15  A. Claudin, art. cité, p. 22 et 28. En 1479, Johann Parix d’Heidelberg s’établit près du pont vieu (...)
  • 16  ADHG, 3E 2706, fol. 27r°, octobre 1491. Il donne pouvoir à son employé Nicolas Zimmerlin de se ren (...)

28Jean Parix est célèbre pour avoir introduit l’imprimerie en Espagne, à Ségovie. En 1472, il y imprime les actes d’un Synode, considérés comme le premier livre imprimé en Espagne14. Vers 1474, il quitte la Castille pour Toulouse où il s’installe définitivement15. Il y travaille d’abord seul, puis s’associe à Henri Turner, une collaboration qui dure jusqu’à la mort de celui-ci entre février et juillet 1477. L’atelier continue de fonctionner jusque dans les années 1480-1482. Pendant les six années suivantes, on perd sa trace, il reparaît en 1488 pour s’associer à Étienne Clébat, un autre Allemand, sept ouvrages sont le fruit de cette collaboration. La presse est installée près de Saint-Pierre des Cuisines, le quartier des libraires, relieurs, imprimeurs et enlumineurs. Jean Parix ne produit plus de livres après 1489, il semble s’être orienté vers des activités financières tournées vers l’Espagne comme en témoigne un certain nombre d’actes notariés16. Il finance, en 1495, l’impression d’un ouvrage d’Albertus de Eyb, les Praecepta artis rhetoricae, par Henri Mayer et apparaît une dernière fois, le 8 avril 1510, pour vendre à un imprimeur toulousain, Jean Grandjean, tous les droits qu’il possède sur le matériel d’imprimerie ayant appartenu à Henri Mayer.

  • 17  A. Claudin, art. cité, p. 26-28.
  • 18  ADHG, 3E 6149 bis, Instrumentum Jacobi Gasparis mercatoris Narbone et magistri Johannis Paris impr (...)
  • 19  « Et demum dictus magister Henricus Tornerii venisset ad infirmitatem talem quod ab illa non potui (...)
  • 20  « [...] venit M. Johannes Paris impressor librorum Tholose habitator, socius dicti Henrici, qui ei (...)
  • 21  Aucun de ses incunables ne porte de d’indication typographique, sauf le De Fide instrumentorum, de (...)

29Henri Turner est originaire de Bâle, en 1460 son nom y figure sur les registres de l’Université, il se rend à Rome, puis à Toulouse avant 1475, laissant des dettes dans sa ville, toujours impayées en juillet 1477, époque où l’on apprend qu’il vient d’y mourir17. Un messager envoyé à Toulouse y apprend que l’imprimeur a laissé une situation financière désastreuse. Il a emprunté la somme considérable de 445 écus à un riche marchand de Narbonne, Jacques Gaspard18. Mais, malade et infirme19, il ne peut tenir ses engagements. Le 4 avril 1483, son associé Jean Parix accepte de garantir le paiement de sa dette20. Turner n’a donc pas travaillé plus de deux ans ou deux ans et demi à Toulouse et y a imprimé seulement quatre ouvrages avant de collaborer avec Jean Parix pour une dizaine d’impressions21. Si la carrière d’Henri Turner à Toulouse s’est achevée par la ruine, celle de son compatriote Henri Mayer a été tout autant difficile.

  • 22  Christian Péligry, Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, Bord (...)
  • 23  Ibid., p. 250.
  • 24  Apud S. Macary, art. cité, p. 7 : « [...] ad causam reparationis certarum litteratum eorum officii (...)
  • 25  Le 31 mars 1493, il reconnaît une dette de 8 écus en faveur de Jean de Bazeler pour le payer des s (...)

30Henri Mayer (circa 1484-1496) est connu des bibliophiles pour la beauté et le nombre de ses impressions. Originaire de Bâle, il arrive à Toulouse vers 1484, où il produit ses premiers ouvrages22. La fin de son activité doit se situer vers 1496, dernière année où un livre porte un colophon à son monogramme23. Il semble qu’il soit mort à la fin du xve siècle, après avoir connu bien des difficultés financières. En 1491, il fait de la prison pour dette. Le 16 février 1492, il reconnaît devoir à Pierre Hongre, un libraire qui l’a aidé à financer la réparation de ses caractères mobiles, la somme de 34 livres tournois24. Il ne parvient pas toujours à payer ses ouvriers et s’endette auprès d’eux25.

  • 26  ADHG, 3E 2706 à 2710.
  • 27  Le 17 décembre 1493, il achète à Colombier, facteur de Guillaume Nuisson, marchand d’Ambert, diocè (...)
  • 28  ADHG 101 h, fol. 36-38, 9 juillet 1501.

31Henri Mayer est un imprimeur ambitieux qui cherche à conquérir le marché espagnol par des éditions de grande qualité. Le 25 janvier 1493, il passe contrat avec Ambroise Borckseker qui doit corriger pendant cinq mois les épreuves du De proprietatibus rerum qu’un ouvrier catalan, Jacques Benoît Beyfar, est chargé de composer et de corriger à raison de deux formes par jour26. Cette superbe édition, dont un exemplaire est conservé à Toulouse, ne lui rapporte pas la fortune espérée ; en effet Mayer s’est endetté pour la produire. Le 17 décembre 1493, il laisse en gages à un marchand d’Ambert 700 de ses exemplaires car il n’a pas pu lui payer le papier utilisé pour l’impression27. L’année suivante, il ne s’est toujours pas acquitté de sa dette qui monte à la somme très importante de 425 l. t. À sa mort, son matériel est vendu par le sénéchal à la requête du trésorier royal pour rembourser ses débiteurs. Jean Parix s’en porte acquéreur et le revend le 8 avril 1501 à Jean Grandjean. La minute notariale fait l’inventaire du matériel d’imprimerie : deux presses dont une en état de marche, plusieurs matrices de lettres gothiques et romaines, des fontes de caractères pesant en tout huit quintaux, des bois gravés en assez grand nombre, et des pierres pour broyer les couleurs28.

32Henry Mayer a publié une majorité de livres en latin, deux opuscules en français, parfois reliés ensemble, L’imitation de Jésus Christ et l’Échelle de Paradis, dotés de belles gravures, un Doctrinal de Sapience en langue d’oc et plusieurs ouvrages en espagnol dont un Boèce, la Cronica de España de Diego de Valera, et surtout le beau De proprietatibus rerum de Barthélémy d’Anglais en catalan. Cependant, ses tentatives pour percer sur le marché du livre en Espagne n’ont guère été couronnées de succès.

  • 29  A. Claudin, art. cité, p. 27-28.
  • 30  Ch. Peligry, op. cit., p. 141.

33Le dernier des imprimeurs d’origine allemande est Étienne Clébat, qui s’installe à Toulouse où il publie entre 1488 et 1491 neuf ouvrages, dont deux en collaboration avec Jean Parix29. Sur ces neuf impressions, trois le sont en espagnol et deux particulièrement remarquables par leur qualité. Le premier est le missel à l’usage de la cathédrale Saint-Étienne, achevé le 24 juillet 149030. Sa préface précise que son édition a été commandée par l’archevêque de Toulouse Pierre du Lyon. Imprimé sur parchemin en beaux caractères rouges et noirs et rehaussé de plusieurs gravures dont l’une figure le martyre de saint Étienne, il a sans aucun doute servi de modèle au missel réalisé un an plus tard pour la cathédrale d’Auch. On perd ensuite sa trace, sans doute a-t-il quitté Toulouse.

  • 31  Ibid., p. 355.

34Le sort de ces quatre pionniers de l’imprimerie n’est sans doute pas celui que l’on pouvait espérer. Bénéficiant d’un terreau favorable, ayant ruiné les anciens métiers du livre, ils n’ont pourtant pas su tirer parti de leur avance technique. Les documents d’archives toulousains soulignent leurs difficultés à s’imposer face à leurs concurrents lyonnais qui disposent d’un réseau de distribution beaucoup plus efficace31. Tandis qu’Henri Turner et Henri Mayer font faillite, le libraire Barthélémy Buyer s’implante à Toulouse et en Espagne pour y écouler son stock de livres.

35Les imprimeurs ont été les victimes de la révolution qu’ils ont provoquée, victimes d’une compétition acharnée, ils n’ont pas su ou pas pu développer leur part de marché. L’histoire des débuts de l’imprimerie est partout chaotique, rythmée par des crises de croissance. Face à l’abondance des produits mis sur le marché, la concurrence se fait vive et les plus faibles n’y résistent pas comme Henri Turner, déjà chargé de dettes lorsqu’il arrive à Toulouse. Les survivants sont contraints de se spécialiser pour conquérir de nouveaux marchés comme l’Espagne, mais, pour finir, seuls les grands centres comme Lyon, Paris ou Venise réussissent à s’assurer un monopole au niveau national et international.

Jean Grandjean où l’adaptation au marché

  • 32  R. Corraze, art. cité.
  • 33  ADHG 3E 6187, fol. 110r°. Quand les libraires toulousains commencent à s’organiser, il le désignen (...)
  • 34  En 1512, un opuscule de Nicolas Bertrand, Habetis hic Romane fidei spectatissimi cultores, insigne (...)
  • 35  ADHG, 3E 6187, fol. 168, 22 novembre 1513. Le 18 février 1511, un double instrument de dette au no (...)

36Dans le cas de Toulouse, cette « politique éditoriale » finit par s’adapter à la relative modestie du marché local comme en témoigne la carrière du premier imprimeur local, le premier aussi à avoir réussi, Jean Grandjean32. Nous l’avons déjà rencontré à deux reprises achetant en 1501 le matériel d’impression d’Henri Mayer. Fils d’un notaire toulousain, il connaît parfaitement la vie économique locale ; d’abord libraire33, en relation étroite avec ses collègues venus de Lyon, il se fait aussi imprimeur à partir de 1502 et commence toute une série de publications propres à satisfaire le goût toulousain. Il est aussi contrôleur des moulins à papier du Bazacle, ce qui lui confère un avantage certain sur ses collègues imprimeurs. Il publie, en 1502, L’epitaphe de frère Olivier Maillard, un prédicateur franciscain fort renommé et mort à Toulouse, puis deux ans plus tard, Lo doctrinal de sapiensa en lo lenguatge de Tholosa, en 1505, Los dictats de Madona Clamensa, une figure mythique locale Clémence Isaure, etc34. Il produit aussi des Évangiles vendues sur le marché local et au-delà35.

  • 36  ADHG 3E 6189, fol. 64r° ; ADHG 3E 6185 fol. 111.
  • 37  ADHG 3E 6189, fol. 65r°.
  • 38  ADHG 3E 6189, fol. 66r°. Même travail pour un monastère d’Aurillac, l’hôpital des Quinze-Vingt de (...)

37Bien plus que les livres, la fortune de Jean Grandjean lui vient d’une activité beaucoup plus modeste, celle de l’impression de feuilles volantes appelées perpetue ou perpeture, articuli sommaria où sont inscrites les indulgences perpétuelles accordées par divers ordres religieux. Le 24 mars 1507, Barthélémy et Guillaume Duval, clercs de Toulouse, lui font imprimer des articles pour les afficher aux portes des églises « ad finem obtinendi et impetrandi indulgencias ». Le 12 janvier 1515, le frère Nicolas Barranch, commandeur de Saint-Antoine de Montpellier, lui achète des lettres et articles concernant le culte de saint Antoine. Le 26 août 1516, le vicaire de Saint-Antoine de Vienne à Toulouse, procureur de frère Arnaud de Arcepto, prieur des augustins du bourg de Carcassonne et commissaire du Pape pour la réparation du couvent de Carcassonne, reconnaît lui devoir 88 l. 16 s. pour 3000 perpeture scellées sur parchemin, une rame et demi d’articles de mortuis et des indulgences pour les morts36. Le 3 septembre 1517, frère François Duci, prêtre de l’ordre de Saint-Esprit de Paris, procureur de frère Arnaud de Arcepto, lui achète 1000 perpeture in pergameno sigillate et 2000 in papirosigillate37 ; le même jour, le frère Arnaud de Jonqueto des Carmes de Tarbes lui achète 2500 perpeture en parchemin scellées de cire rouge, deux rames de perpeture de mortuis, une rames d’articulis, une demi rame d’armes peintes et cent de sommaris38.

38Dans l’ensemble, ses premiers imprimés se réduisent donc à des feuilles volantes ou de petites plaquettes qui témoignent d’une politique éditoriale modeste, face aux ambitions parisiennes et lyonnaises. Avec Jean Grandjean, l’imprimerie toulousaine se tourne vers un marché sûr, celui de la dévotion, encouragée par le clergé local, l’évêché, mais aussi les ordres mendiants, en particuliers les franciscains qui ont très vite compris l’intérêt de l’invention pour la diffusion des vies de leurs martyrs, des prédications d’Olivier Maillard et de Thomas Illyricus, qui avaient connu un grand succès à Toulouse. Si l’Université, et surtout la faculté de droit, fournit un autre marché, plus modeste, les ambitions des premiers imprimeurs allemands tournées vers la littérature, la science et l’histoire universelle sont vite abandonnées.

39Jean Grandjean réussit parce qu’il a fait le bon choix et cela parce qu’il est libraire. La nécessité de connaître le marché oblige l’imprimeur à s’adapter au milieu culturel. L’imprimerie ne joue qu’un rôle secondaire dans sa carrière et témoigne d’un mouvement d’ensemble souligné par tous les historiens du livre qui constatent une nouvelle soumission de l’auteur à l’imprimeur, et de l’imprimeur au libraire-éditeur qui lui impose ses choix, fondés uniquement sur la loi du marché. La recherche de la nouveauté, de l’inédit n’empêche pas une sélection drastique des œuvres qui se doivent avant tout d’être rentables. Loi du marché, capital et politique éditoriale ne signifient donc pas seulement l’entrée dans la galaxie Gutenberg avec la destruction de quantités de manuscrits, mais aussi dans celle du modernisme et du capitalisme dont les imprimeurs sont, bien malgré eux, les acteurs involontaires et parfois les victimes.

Haut de page

Notes

1  Marshall McLuhan, The Gutenberg galaxy. The making of the typographicman, Toronto : Toronto University Press, 1962.

2  Comme le souligne Dominique Coq dans « L’apparition du livre avec Gutenberg, le changement dans la continuité », in : Alain Mercier (dir.), Les trois révolutions du livre. Catalogue de l’exposition du musée des arts et métiers, Paris : Imprimerie nationale, 2002, p. 163-167, il ne faut pas non plus surestimer les changements qui se sont produits à la fin du xve siècle et au début du xvie siècle.

3  Il existe une tradition historiographique toulousaine de l’histoire de l’apparition du livre imprimé à Toulouse illustrée au xixe siècle et au début du siècle dernier par les travaux de Tibulle P. Desbarraux-Bernard, Établissement de l’imprimerie dans la province du Languedoc, Toulouse : E. Privat, 1875 ; du Baron Désazars de Montgaillard, « L’iconographie des incunables imprimés à Toulouse », Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse, 1903, 10° série, t. 3, p. 303-355 ; d’Anatole Claudin, « Les enlumineurs, les relieurs, les libraires et les imprimeurs de Toulouse aux xve et xvie siècles (1473-1530), documents et notes pour servir à leur histoire », Bulletin du bibliophile, 1892, p. 1-24, et 1893, p. 142-165 ; de Sylvain Macary, « Étude sur l’origine et la propagation de l’imprimerie à Toulouse au xve siècle », Bulletin historique et philologique, 1898, p. 242-252 ; de l’abbé Raymond Corraze, « Jean Grandjean, maître imprimeur toulousain (1460-1519) », Bulletin historique et philologique, 1936-1937, p. 79-92. Ces premières études demeurent indispensables pour la compréhension des premiers incunables toulousains.

4  La supplique est intégrée dans le prologue du nouveau statut des enlumineurs publié un an plus tard, le 17 mars 1478, Toulouse, A.M. Toulouse, HH 66, fol. 323v°-324r°, Statuta illuminatorum librorum.

5  Genève, Bibliothèque, Marcus Tullius Cicero, De Officiis, Mainz, 1466, GW 6922. Son ex-libris porte l’inscription : « Ce livre de Marcus Tullius m’appartient à moi, Louis de Lavernade, chevalier, chancelier du duc de Bourbon et d’Auvergne ; Jean Fust me l’a donné à Paris, au mois de juillet de l’année du Seigneur 1466, alors que j’étais dans cette ville pour la Réformation générale du royaume de France ».

6  A. Claudin, art. cité, p. 8.

7  Toulouse, A.M., HH 66, fol. 367r°, Statuta artis luminature et religate, 12 novembre 1481 : « Quod si quidem officia de se ipsa sunt pauperula et bene modica et quasi ad invicem connexa quoniam aliquis ex illuminatoribus, religatores existant et aliqui ex religatoribus illuminatores et copia. Et sicuti confidenter traduntur libri illuminatoribus ad illuminandum, ita religatoribus ad religandum. Cumque hiis nuper preteritiis annis instantibus et requerentibus dictis illuminatoribus alteris supplicanibus fuerint per vos dominos de Capitulo facta, condita et ordinata non nulla municipalia statua prou auctoritate vobis premissum est concessum et dictam artem dum taxat illuminature pertinenci et condecencia et nulla mentione facta de are predicta religature librorum ».

8  Les registres d’impôt comprennent deux séries, la taille ordinaire et les contributions supplémentaires ou extraordinaires.

9  A. Claudin, art. cité, p. 45. Première mention du coloriste Jehan Fabrol.

10  Ibid., p. 8.

11  Ibid., p. 23.

12  Ibid., p. 10.

13  Ibid., p. 64.

14  Antonio Odriozola, « Los libros impresos por Juan Parix en Segovia y Toulouse y los attribuibles a Turner y Parix en esta ultima ciudad (1472-1478) », in : Homenaje a Don Agustín Millares Carlo, Las Palmas : Caja Insular de Ahorros de Gran Canaria, 1975, p. 286-288.

15  A. Claudin, art. cité, p. 22 et 28. En 1479, Johann Parix d’Heidelberg s’établit près du pont vieux à Toulouse, non loin du quartier de la Dalbade et du Parlement. Il est inscrit au registre de taille du Pont Vieux, il paie 2 l. en 1488, puis dans le capitoulat de Saint-Pierre des Cuisines en 1489, il paie 1 l. 7 s.

16  ADHG, 3E 2706, fol. 27r°, octobre 1491. Il donne pouvoir à son employé Nicolas Zimmerlin de se rendre en Espagne pour arrêter les comptes avec un prêtre de Pampelune, Pierre Verdet, et Denis de la Roche, habitant de Saragosse, et réclamer son dû à Jean Rosenbach, imprimeur de Valence, « levandum, perpiciendum et exigendum a magistro Johanne Rosenbach, impressaotre Valencie magne, omnes res, libros et summas [...], a quodam Petro Verdet, presbitero habitatore Pampelone [...], a Dionisio de La Roche habitatore de Sarragosse ».

17  A. Claudin, art. cité, p. 26-28.

18  ADHG, 3E 6149 bis, Instrumentum Jacobi Gasparis mercatoris Narbone et magistri Johannis Paris impressorislibrorum, 4 avril 1483.

19  « Et demum dictus magister Henricus Tornerii venisset ad infirmitatem talem quod ab illa non potuit evadere » (loc. cit.).

20  « [...] venit M. Johannes Paris impressor librorum Tholose habitator, socius dicti Henrici, qui eidem M. Gaspari dixisset quod non faceret dictam excecutionem […] quia ipse Paris erat contentus respondere pro dicto Henrico ejus socio » (loc. cit.).

21  Aucun de ses incunables ne porte de d’indication typographique, sauf le De Fide instrumentorum, deux comportent une signature, le traité d’Antonius Florentinus, De sponsabibus et matrimonio, et un livre sur les échecs, De ludo scachorum. Le premier se termine par les initiales H.T.D.B.M.H.O, le second, M.H.T.B., soit Henricus Turner de Basilea Magister Hujus Operis et Magister Henricus Turner de Basilea (apud S. Macary, art. cité, p. 245).

22  Christian Péligry, Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, Bordeaux : Bibliothèques de la région Midi-Pyrénées, 1982, vol. 8, p. 30.

23  Ibid., p. 250.

24  Apud S. Macary, art. cité, p. 7 : « [...] ad causam reparationis certarum litteratum eorum officii impressure et ex accordio et finalis compoti inter ipsos in Tholosa facti ».

25  Le 31 mars 1493, il reconnaît une dette de 8 écus en faveur de Jean de Bazeler pour le payer des services qu’il a rendu dans son atelier et promet de la lui payer 15 jours après Pâques, soit à Toulouse soit à Lyon (loc. cit.).

26  ADHG, 3E 2706 à 2710.

27  Le 17 décembre 1493, il achète à Colombier, facteur de Guillaume Nuisson, marchand d’Ambert, diocèse de Clermont, 400 rames de papier gros bâtard (« grossi bastardi »), livrables d’ici à la fin du mois d’avril suivant au prix de 425 livres tournois, et promet de payer 100 écus petits d’ici à la foire de Pâques à Lyon, et le solde au mois d’août. Le 10 novembre 1494, il n’a toujours pas payé la somme de 425 l. t., le même jour Colombier déclare avoir reçu en gage 700 volumes du De proprietatibus rerum en langue espagnole.

28  ADHG 101 h, fol. 36-38, 9 juillet 1501.

29  A. Claudin, art. cité, p. 27-28.

30  Ch. Peligry, op. cit., p. 141.

31  Ibid., p. 355.

32  R. Corraze, art. cité.

33  ADHG 3E 6187, fol. 110r°. Quand les libraires toulousains commencent à s’organiser, il le désignent à l’unanimité comme leur premier syndic, chargé de négocier le 22 janvier 1511 l’approbation des statuts de leur corporation par les Capitouls.

34  En 1512, un opuscule de Nicolas Bertrand, Habetis hic Romane fidei spectatissimi cultores, insignem ac unionibus comparandam repetitionem C. ut inquisitionis hereticis ; en 1515, Los estatuts de la tresque devota et antiqua confrayria de la sagrada conception de Nostra Dama Mayre de Nostre Seigneur Dieu Jhesu xpt fundada en la devota et antiquissima gleysa de la Daurada de Tholosa ; la même année, de Nicolas Bertrand, L’opus de Tholosanorum gestis ; en 1518, la Concordata inter papam Leonem Decimum et regem Franciscum I ; en 1519, Thomas Illyricum, Epistolae.

35  ADHG, 3E 6187, fol. 168, 22 novembre 1513. Le 18 février 1511, un double instrument de dette au nom du prêtre Privat de Colomb, diocèse de Mende, habitant de la Canourgue, à deux reprises nous apprend qu’il a acheté à crédit un certain nombre d’Évangiles à Jean Grandjean.

36  ADHG 3E 6189, fol. 64r° ; ADHG 3E 6185 fol. 111.

37  ADHG 3E 6189, fol. 65r°.

38  ADHG 3E 6189, fol. 66r°. Même travail pour un monastère d’Aurillac, l’hôpital des Quinze-Vingt de Paris, Saint–Sépulcre d’Annecy (ADHG 3E 6187, fol. 158, 173 et 231).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Cassagne, « Les imprimeurs allemands et leur activité toulousaine à la fin du xve siècle », Atalaya [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/atalaya/1004 ; DOI : 10.4000/atalaya.1004

Haut de page

Auteur

Sophie Cassagne

Université Toulouse 2 – Framespa, UMR 5136
brouquet@sfr.fr

Haut de page