Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Dossier SemyrEl pelegrino de la vida humana pu...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier Semyr

El pelegrino de la vida humana publié à Toulouse à la fin du XVe siècle

Elise Arnaud

Résumés

Cet article étudie la traduction au castillan du Pèlerinage de vie humaine en prose, réalisée à Toulouse à la fin du xve siècle. El pelegrino de la vida humana constituera l’objet d’une analyse axée sur le contenu et le sens global du texte, présentant les premières conclusions sur le travail du traducteur et quelques hypothèses sur les lecteurs de l’œuvre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir l’article de Jean-François Courouau dans ce même numéro.
  • 2  Seul les aspects textuels seront étudiés ici : le travail sur l’objet-livre fera l’objet d’analyse (...)

1L’importance de Toulouse comme centre d’impression dans l’Europe de 1400 reste tout à fait relative en comparaison de Paris et Lyon, ou encore Venise et Bâle à un niveau européen1. Cependant, cette ville n’en reste pas moins digne d’intérêt : 10 % des ouvrages sortis des presses toulousaines entre 1475 et 1500 sont en langue castillane, soit 14 sur un total de 135 incunables. L’objectif de ces pages n’est autre que de présenter l’un d’entre eux, El pelegrino de la vida humana, traduction du Pèlerinage de vie humaine en prose, publié à Lyon dans l’atelier de Mathieu Husz en 14862.

  • 3  Parmi les travaux qui ont pour objet d’étude El pelegrino de la vida humana : Flor María Bango de (...)

2El pelegrino de la vida humana est le fruit du travail de traduction de Vicente de Mazuelo. Contrairement à d’autres textes traduits en castillan à la même période, celui-ci n’a, jusqu’à présent, que peu intéressé les chercheurs et a seulement été l’objet de quelques travaux ponctuels3. Pourtant, l’étude de El pelegrino de la vida humana constitue une source de données intéressante pour la connaissance du contexte socio-culturel hispanique et français de la fin du xve siècle, époque charnière, marquée par des mutations profondes de toutes sortes. En tant que traduction, ce texte est également un échantillon du goût du lectorat des années 1490, une démonstration du travail du traducteur de la fin du Moyen Âge et une preuve des échanges entre la Castille, l’Aragon et le Midi de la France. Allégorie spirituelle, il s’inscrit parmi les ouvrages qui intéressent un lecteur chrétien dévot et enclin à un rapprochement intérieur avec Dieu qui s’établira grâce à une attitude conforme à l’idéal ascétique du moment. Suite à la peste noire et à l’émergence de nouveaux courants religieux favorisant une dévotion plus personnelle, le rapport entre le chrétien et la mort évolue. Le fidèle prend alors conscience du pouvoir qu’il peut avoir sur son propre destin. Enfin, ayant pour origine un poème de 1330, écrit par Guillaume de Digulleville, le texte du Pèlerinage de vie humaine a connu, par ses diverses adaptations et traductions, un immense succès.

  • 4  Carlos Alvar, Traducciones y traductores. Materiales para una historia de la traducción en Castill (...)

3Je tenterai donc, dans cet article, de proposer un premier état des lieux sur le texte de El pelegrino de la vida humana, à travers un bref historique de la tradition de l’œuvre, ainsi qu’une première approche du mode opératoire de son traducteur, pour enfin essayer de déterminer les profils de son public4.

Histoire d’un pèlerinage

  • 5  L’étude se fondera sur l’exemplaire conservé à la Biblioteca Nacional de Madrid (INC/1362). D’autr (...)

4El pelegrino de la vida humana appartient à la catégorie des incunables. Son colophon contient une première série de données suffisamment conséquente pour nous permettre de délimiter le contexte de production de l’exemplaire en question5.

5Fenesçe el quarto libro y ultimo del pelegrinaje humano trasladado de frances en castellano por el reverendo padre presentado fray viçente de maçuelo a ynstançia del honorable señor maestre henrico aleman que con grand diligencia lo hizo imprimir enla villa de tholosa enel año del señor de mill y quatroçientos y LXXXX. (fol.101vo)

  • 6  Voir également, sur ce point, l’introduction d’Amaia Arizaleta et Luis González Fernández dans ce (...)
  • 7  Bartolomé Ánglico, El libro de las propiedades de las cosas, Toulouse : Henri Mayer, 1494, fol. 32 (...)

6El pelegrino de la vida humana apparaît donc comme la traduction directe du français en castillan du Pèlerinage de vie humaine, réalisée par un religieux répondant au nom de Vicente de Mazuelo, imprimée dans l’atelier d’Henri Mayer à Toulouse, en 1490. Nous possédons très peu d’informations sur Vicente de Mazuelo ; quelques précisions sur ce personnage peuvent toutefois être apportées6. Il s’agit probablement du même traducteur qui mit en langue castillane le Libro de las propiedades de las cosas (De propietatibus rerum, de Barthélémy l’Anglais), également publié à Toulouse, dans l’atelier d’Henri Mayer, en 14947. Mazuelo est le nom d’un petit village situé à proximité de Burgos. Vicente de Burgos et Vicente de Mazuelo pourraient donc être une seule et même personne.

  • 8  Philippe Maupeu, Pèlerins de vie humaine : autobiographie et allégorie narrative de Guillaume de D (...)
  • 9  Tania Van Hemelryck et Hélène Haug, « De l’émulation bibliophile à la création auctoriale. La dyna (...)

7Le texte-source de la traduction au castillan est la mise en prose réalisée par un moine d’Angers du poème Le pèlerinage de vie humaine du cistercien Digulleville, qui proposa deux rédactions différentes de son texte : une première en 1330-1331 et une seconde en 1355. Selon le prologue de cette deuxième version, Digulleville aurait souhaité retravailler son œuvre, diffusée contre son gré et non-conforme à son intention de départ8. Malgré cette réécriture plus proche de l’intention de son auteur, c’est sur la première version qu’un clerc anonyme angevin s’appuie pour la mise en prose. Le commanditaire de celle-ci est Jeanne de Laval, seconde épouse de René d’Anjou9. On proposera le schéma suivant :

Le pèlerinage de vie humaine
En vers / français
Guillaume de Digulleville
1330-1331

Le pèlerinage de vie humaine
En prose / français
Moine anonyme d’Angers
À la demande de Jeanne de Laval
Imprimé par Mathieu Husz à Lyon en 1486

El pelegrino de la vida humana
En prose / castillan
Fray Vicente de Mazuelo
Imprimé par Henri Mayer à Toulouse en 1490

8Le récit de El pelegrino de la vida humana, fidèle transposition du récit français, propose une structure assez complexe, riche en péripéties et personnages, dont l’argument pourrait être ainsi résumé : il est question du pèlerinage effectué par le narrateur suite à la vision qu’il reçoit une nuit, en songe, à travers un miroir de sa chambre. Il aperçoit la ville merveilleuse de la Jérusalem Céleste et décide alors d’entreprendre le voyage qui le conduira aux portes de la Cité. Gracia de Dios lui servira de guide mais ne l’empêchera pas de mettre à mal son âme de bon chrétien face aux dangers que représenteront successivement les personnifications des vices. Néanmoins, sa détermination sera récompensée par sa bienfaitrice qui le guidera jusqu’à la Nef de Religion, qui le conduira jusqu’à destination à travers la Mer du Monde. Au moment où l’on apprend que la Mort vient s’emparer de notre héros, à la fin du récit, le narrateur se réveille. Il décide de mettre par écrit sans plus tarder son expérience pour l’édification de ses frères.

9Par la construction allégorique du récit, El pelegrino de la vida humana possède deux niveaux de lecture. Le voyage entrepris par le narrateur, le premier niveau, doit être interprété comme la métaphore de sa propre vie terrestre, deuxième niveau. Au cours de cette existence, il rencontrera de nombreuses difficultés mais recevra un apprentissage qui le rendra digne du Paradis. Cette œuvre appartient donc au genre de l’allégorie spirituelle et s’inscrit dans une large tradition littéraire dont les premières manifestations remontent à Prudence avec sa Psychomachia ou encore à Martianus Capella, auteur du De Nuptiis. À travers le récit d’un voyage pénible, on instruit le lecteur, et à travers les différents obstacles rencontrés, on le guide sur le chemin du salut. On essaie de susciter en lui un désir de mutation, de réorientation. Une prise de conscience, voire un acte de sa part, devrait être l’aboutissement du récit. Le pèlerin est un exemple auquel chacun peut s’identifier. Rejoindre le monde céleste du Paradis est un objectif commun à tous les chrétiens du Moyen Âge. Par un effort d’imagination, le lecteur entrevoit les mêmes dangers que ceux rencontrés par le héros et peut ainsi mieux s’en protéger. Il perçoit également les différents moyens auxquels il peut lui aussi avoir recours pour se perfectionner. Plusieurs éléments sont ainsi utilisés pour construire un discours persuasif : l’emploi de la première personne qui favorise l’exemplarité du héros, l’intervention manichéenne des personnifications, les symboles et les lieux communs qui facilitent la compréhension du texte et enfin les adjuvants du pèlerin qui font figure de véritables prédicateurs, porte-paroles de l’auteur-traducteur.

La traduction au castillan de Vicente de Mazuelo

10Après cette sommaire présentation du contenu et du sens global de El Pelegrino de la vida humana, il convient de s’intéresser à cette œuvre en tant que traduction. Tenter d’évaluer entièrement le travail réalisé par le traducteur serait trop long dans l’espace imparti : c’est pourquoi nous comparerons dans cet article une partie du paratexte du texte-cible avec son texte-source. Le titre, les prologues respectifs du moine anonyme d’Angers et de Guillaume de Digulleville, puis l’épilogue permettront de donner une première idée du modus operandi de Vicente de Mazuelo.

11La page de garde de l’incunable toulousain indique le titre de l’ouvrage, illustré par une xylographie représentant un pèlerin revêtu de certains éléments constituant l’armure d’un chevalier. Le titre utilisé est El pelegrino de la vida humana et correspond à celui que retiendront les siècles à venir. Pourtant, dès les premières lignes, un titre différent est proposé au lecteur : « Comiença el prologo del trasladador deste presente libro intitulado el pelegrinage de vida humana » (fol. 2ro). Tout au long du texte, le titre donné à l’œuvre reste El pelegrinaje de vida humana. L’incunable lyonnais présente le même cas de figure : la page de garde propose le titre Le pèlerin de vie humaine, tandis que le corps du texte se réfère à Le pèlerinage de vie humaine. Cette page de garde restait l’œuvre de l’imprimeur. Il est possible que Mathieu Husz ait choisi volontairement ce titre et qu’Henri Mayer ait suivi à la lettre le modèle de l’édition lyonnaise, allant jusqu’à rajouter la gravure d’un pèlerin pour corroborer le titre de l’ouvrage. Nous avons déjà dit que le lecteur de El pelegrino de la vida humana rechercherait sans doute dans le texte un guide pour modeler son attitude en fonction d’un certain idéal chrétien, incarné par le pèlerin : ce titre attirait ainsi plus facilement son attention. Il est possible aussi qu’il s’agisse d’une simple erreur de l’imprimeur, peu scrupuleux sur le titre exact. Il en est de même dans le colophon : une autre version du titre est proposée et l’œuvre devient El pelegrinaje humano (fol. 101v). De manière différente mais équivalente, ce titre insiste sur l’idée de pèlerinage. À la fin du xve siècle, les pratiques spirituelles et dévotionnelles évoluent : il s’agit d’un phénomène général applicable à tout l’Occident européen. Tandis que la pratique du pèlerinage jusqu’en Terre Sainte perd de l’importance, les fidèles adoptent l’idée selon laquelle l’existence humaine s’apparente à un chemin de perfection. Le seul voyage réellement important devient ainsi celui de sa propre vie, que l’individu entreprend en son for intérieur. Il est difficile de confirmer une hypothèse plutôt qu’une autre : s’agit-il de choix conscients des imprimeurs ou d’erreurs ? Il reste néanmoins intéressant de souligner cette variation des titres car ils mettent en avant, dans tous les cas, les différents intervenants au cours de la réalisation d’une édition.

12Pour ce qui est des prologues, il faut signaler tout d’abord l’absence de texte rédigé par Vicente de Mazuelo lui-même. Le corps de l’œuvre est précédé du prologue du moine anonyme d’Angers qui a mis en prose Le pèlerinage de vie humaine et d’un autre, écrit par Guillaume de Digulleville. Mais, mis à part le colophon, aucune autre référence à Vicente de Mazuelo et à son travail n’est présente dans le texte. Il n’y a pas, par conséquent, de prise de parole, de revendication de la part du traducteur castillan : cette absence semble révéler que la contribution de Mazuelo à la réalisation de cette impression a été jugée comparable à celle de l’imprimeur, c’est-à-dire une simple donnée de plus à mentionner dans le colophon. Néanmoins, tout travail de traduction exige un effort d’acculturation, d’adaptation et d’harmonisation du texte-source au texte-cible pour optimiser la qualité de la réception. Un mode opératoire précis de la part du traducteur implique sa présence, même implicite, dans le texte-cible : quand bien même un traducteur prône une fidélité totale à la version-source, il est paradoxalement toujours là, caché derrière chaque mot et chaque phrase. Il laisse toujours des traces.

13C’est ce qui transparaît dès le prologue du moine anonyme d’Angers :

  • 10  Nos citations du Pèlerinage de vie humaine en français sont extraites de l’exemplaire conservé à l (...)

A lonneur et gloyre de dieu tout puyssant. Et pour obeir a la requeste de treshaute est excellente princesse. Et ma tres redoubtee dame/Dame Jehane de Laval par la grace de dieu royne de iherusalem et de cecile duchesse danjou et de bar contesse de prouvence. Je tres humble clerc/serviteur/et subject dycelle dame demourant a angiers indigne de moy nommer pour evader vaine gloyre reputant ladicte requeste pour especial mandement me suis mys a convertir de ryme en prose franchoyse le livre du pelerinaige de vie humayne. Soubz la noble correccion y benigne interpretacion de ladicte dame et de tous aultres que mieulx le sauront sil leur plaisoit disposer et amander. En le poursuyvant a mon pouvoir principalement la sentence de lentendement de lacteur dicelluy livre qui fut notable clerc et religieulx nomme frere guillaume de guilleville en labbaye de chalis pres la cite de senlis10. (fol. 2ro)

A honor y gloria de dios todo poderoso por obedeçer ala demanda dela muy alta y muy exçelente princesa juana de labal por la divina providençia reyna de iherusalem y de çiçilia. Duquesa de avion y de bar. Condesa de provensa yo su humill servidor y subjecto indigno de ser aqui nombrado reputando su requesta por singular mandamiento tome pena a trasladar el presente libro de metro en prosa : sometiendo me a su correçion y mas benigna interpretaçion delos otros que mejor pasar lo sabran y enmendar do les paresçiere faltoso. E esto seguiendo mas propiamente la propiedad sentençia delos vocablos del componedor que fue un muy notable religioso y letrado muy profundo llamado fray guillelmo de guillevila dela abadia de chalis çerca dela cibdad de sant lis. (fol. 2 ro)

14Si nous comparons le prologue du moine angevin dans le texte français avec sa traduction en castillan, on peut constater, tout d’abord, une certaine fidélité à la lettre de la part de Mazuelo. La fonction traditionnelle du prologue, qui est celle de la présentation d’un ouvrage de manière générale pour en rendre sa lecture plus accessible à un potentiel lecteur, est conservée. L’équivalence sémantique est quasi totale et les informations suivantes sont maintenues : la commande passée par Jeanne de Laval au moine anonyme pour mettre en prose Le pèlerinage de vie humaine (« […] por obedeçer ala demanda dela muy alta [...] »), le topos de l’anonymat (« […] indigno de ser aqui nombrado […] »), ainsi que quelques données sur le texte d’origine (« […] un muy notable religioso y letrado muy profundo llamado fray guillelmo de guillevila dela abadia de chalis çerca dela cibdad de sant lis »). En revanche, Mazuelo semble avoir opté pour la suppression de quelques éléments. Les références à Jeanne de Laval sont en effet réduites à une seule et les origines angevines du moine ont disparu. L’allusion à la souveraine et à Angers, bien des années après son règne, ne devait évoquer que peu de choses pour un public étranger. Certains ajouts sont également remarquables. La notion de fatigue générée par le métier de traducteur ne figurait pas dans le prologue en français mais se retrouve dans la version espagnole sous la forme du verbe « […] tome pena […] ». Mazuelo la rajoute pour évoquer l’activité de traduction et compléter ici le prologue de son prédécesseur par une touche personnelle qui valorise son « métier ». Enfin, au moment d’évoquer Guillaume de Digulleville, Vicente de Mazuelo définit celui-ci comme « […] letrado muy profundo […] ». Cet ajout sur les capacités intellectuelles de l’auteur originel confirme l’idée d’un public hispanique ignorant, qui n’aurait pas connu le cistercien. Ce type de détail laudatif rajoute également du crédit à l’œuvre.

15L’édition lyonnaise comporte un fragment qui introduit le corps du texte, entre le prologue du moine angevin et celui de Digulleville.

Cy commence ce present livre intitule le pelerinage de vie humaine qui fut fait et compose en rime en labbaye de Chalis pres la cite de Senlis. par venerable religieux frere guillaume de Guilleville lequel de nouvel a este translate de rime en prose franchoyse. (fol. 3 ro)

16Celui-ci n’est pas repris dans l’édition toulousaine. On peut imaginer que ce texte, répétant les mêmes informations, a été jugé superflu et inutile par le traducteur, ou même peut-être par l’imprimeur qui aurait ainsi économisé de l’espace, et donc du papier.

17Le prologue de Guillaume de Digulleville, dans l’édition de Lyon et sa version espagnole, sont également révélateurs du travail opéré par le traducteur :

A tous princes princesses et aultres habitants sur la terre/en laquelle comme dit mon seigneur saint pol lapostre ilz non point de demoure permanente/mais ilz sont tous et toutes pelerins et pelerines tant comme il plaist a dieu. Anoncer vueil une vision que en mon lyt dormant a labbaye de chalis pres la cite de senlis mest advenue. Apres ce que iavoye paravant vueille a estudier et lire le tresbeau romant de la rose lequel comme ie croy fut occasion de mon songe que ie songe et que ientens cy apres declarer. Or sapprouchent doncqs ceulx et celles qui le vouldront ouir pour eulx et mirer et prendre bons exemples et salutaires enseignemens moyennant laide de dieu qui me vueille donner grace de bien le desclarer et aux lisans et escoutants bonne voulente de y proffiter au sauvemens de leurs ames/Car par y celle vision que cy apres est convertie de rime en prose francoyse comme dit est y pourra ung chescun bien entendant apprendre quel chemin il doit tenir et poursuyvir/et quelz perilz evader et fuyr en ceste miserable vie lesquelles choses sont moult necessaires a tous pelerins faisans longtains chemins ou voyages par my le monde. (fol. 3vo)

A todos prinçipes y prinçesas señores y ricos hombres de toda condiçion y estado sobre la tierra vivientes enla qual non han permanesçiente morada commo el apostol sant pablo afirma. mas son por quanto a dios plaze viadores y pelegrinos dispuse contar une vision que en mi cama dormiendo enla abadia de sant lis me avino. Commo antes alguna mente me oviesse fatigado por luenga vigilia a estudiar el lindo romanze dela rosa el qual creo de mi vision fue la causa un muy dulçe sueño me avino y maravillosa vision la qual quien oyr contar quisiere sera menester que de mi açerque su oydo. Ca ayudando nos dios creo mis enseñamientos les seran provechosos asi acabar su camino commo asaber mejor sus almas salvar. ca bien considerando cada un pelegrino hallara que para pasar su camino y se guardar de todos inconvenientes y grandes peligros mis dotrinas seran provechosas. (fol. 3vo)

  • 11  Épître aux Éphésiens (6, 10-17).
  • 12  Frederick Bliss Luquiens, « The Roman de la Rose and medieval Castillan literature », Romanische F (...)
  • 13  Jean-Claude Schmitt, « Récits et images de rêves au Moyen Âge », Ethnologie française, 33, 2003, p (...)

18Dans le cas du prologue de Digulleville, Mazuelo entreprend sa traduction avec un peu plus de liberté. Certaines formulations et idées sont simplifiées, bien que chaque unité de sens du texte français se retrouve dans la version espagnole. Il est intéressant de remarquer la reprise de chaque référence utilisée par le moine cistercien dans le texte de l’espagnol. Saint Paul fait figure d’autorité, accréditant le texte à venir. Dans ses Épîtres, l’importance de l’édification des fidèles était très importante : il est donc tout à fait logique que Digulleville, puis par la suite Mazuelo, l’aient érigé en autorité étant donné le contenu et la fonction de l’œuvre. Pour saint Paul, la base de la prédication correspondait à l’enseignement de ce qu’il faut croire, ce qu’il faut faire, ce qu’il faut éviter, ce qu’il faut craindre et enfin, ce qu’il faut espérer. Le discours de l’apôtre semble avoir inspiré Digulleville en tout point. Par exemple, saint Paul, dont le rôle dans l’expansion initiale du christianisme fut déterminant, développait l’idée d’une lutte permanente du chrétien avec le Mal et inaugurait ainsi la figure du miles christi. Cette image du chrétien comme véritable défenseur de l’Église, soldat du Christ, s’impose progressivement au Moyen Âge et se concrétise avec les croisades. Saint Paul conseillait ainsi à ses frères de revêtir les armes de Dieu telles que l’Écu de la Foi, l’Épée de l’Esprit, le Heaume du Salut11. Avant d’entreprendre son pèlerinage, dans les chapitres quatorze à seize du premier livre, Gracia de Dios propose au pèlerin une armure symbolique composée des différentes vertus chrétiennes. Quant à l’allusion à la lecture du Roman de la Rose comme explication du songe, celle-ci est aussi maintenue : justification de la création littéraire et cadre diégétique, le songe est un topos commun aux deux textes12. Dans le cas de El pelegrino de la vida humana, il semble que celui-ci constitue une sorte de précaution rhétorique13. Cet artifice permet, en effet, d’éluder d’éventuelles critiques de l’Église en les anticipant. En divulguant un message à travers une illusion, un prisme onirique, la condamnation possible de propos jugés répréhensibles par les autorités ecclésiastiques est ainsi évitée. Cette hypothèse se voit confortée dans l’épilogue : « […] y si falsedad o mentira aqui es contenida por daros plazer sea por lo mesmo reputada ca sueños no son siempre verdad […] » (fol. 101r°). Le songe n’est pas le seul élément que notre texte emprunte au Roman de la Rose, bien que ce soit le seul revendiqué. Le topos du bivium, les interventions allégoriques et l’alternance description-commentaire explicatif en sont d’autres. En revanche, la notion de fatigue est, quant à elle, ajoutée grâce à l’expression « […] fatigado por luenga vigilia […] », de la même manière que dans le prologue du moine angevin. En outre, on signalera qu’une erreur a été commise par notre traducteur. D’origine castillane, il ne connaissait probablement pas l’abbaye où Digulleville rédigea son poème : cela explique la traduction erronée de « […] en la abadia de sant lis » pour « […] a labbaye de chalis pres la cite de senlis ». Quant au public, Mazuelo semble agrandir son cercle d’auditeurs-lecteurs en incluant dans son adresse les « […] señores et ricos hombres de toda condiçion […] ». Enfin, les deux versions insistent toutes deux sur l’importance du profit à tirer de la lecture : le projet docere et placere est clair.

19En ce qui concerne l’épilogue du texte français et sa traduction, Mazuelo agit en traducteur fidèle au message initial mais conscient des adaptations à opérer pour garantir la compréhension du lecteur.

Si ie ne bien songe ie prie a dieu que a droit soyt corrige de ceulx qui mieulx songier ou qui mieulx faire le pourront. Tant dis ie aussi que sil y a mensonge elle soyt pour songe tenue et reputee. Car pour songier nest pas toujiours verite sceue. Jamais pour quelconque voye ne vouldroye erreur soustenir mais bien vouldroie que pour le songe que iay veu tous pelerins se redressassent et se gardassent de forvoyer car comme dit ung proverbe ancien. Bonne doctrine mect en luy aui se chastie par aultruy. Lerreur et le forvoyement daultruy doit estre advisement que chescun preigne telle voye quil puisse aller a bonne fin. Cette fin est le guerdon le loyer et la remuneracion de la gloire de paradis que dieu doint aux mors et aux vifz. Amen. (fol. 96 ro)

Sy caso es que yo no aya bien soñado ruego al señor soverano en cuya mano es todo poder ponga en coraçon delos que mejor soñaran enmienden mi sueño y si falsedad o mentira aqui es contenida por daros plazer sea por lo mesmo reputada/ca sueños no son siempre verdad jamas no fue mi intençion de tener algun error ny falsia. Bien queria que por este sueño todos pelegrinos se adreçassen a mirar su camino ca commo dize el refran mucho toma buena dotrina quien por mal de otro se castigua. la tribulaçion delos unos es alas vezes adreço de buen camino alos otros y guya para venir a buen fin el qual es remuneraçion que dios da alos que en este mundo le sirven y le plega aver dado alos que ya este camino passaron y a nos que cada dia llegamos mas çerca. Amen. (fol. 105 ro-vo)

20L’épilogue français et sa traduction en castillan s’adressent tous les deux à Dieu. Néanmoins, « […] a dieu […] » devient « […] al señor soverano en cuya mano es todo poder […] ». Il peut s’agir d’une préférence du traducteur pour cette évocation plus laudative du Seigneur. On le prie de bien vouloir pardonner la présence de toute erreur, et surtout d’inviter les futurs lecteurs à les corriger eux-mêmes. Le message moral à retenir est rappelé : tout chrétien doit rester sur la bonne voie, la bonne ou mauvaise conduite d’autrui aide à y parvenir. Mazuelo insiste d’ailleurs davantage sur l’idée du chemin de la vie qu’il considère probablement comme une image au fort pouvoir expressif et donc efficace pour garantir la réception optimale de son texte. L’usage d’un proverbe est commun aux deux versions afin de donner au discours plus de persuasion encore : le recours à ces formules populaires figées permet l’expression d’une vérité d’expérience, du bon sens, commun à l’auteur-traducteur et au lecteur. Il s’agit d’un argument qui fait autorité. Il ne se contente pas d’une traduction littérale de la sentence française : tout en conservant le sens, il adopte une formule connue de son lectorat hispanique. Enfin, l’idée finale, porteuse d’espoir, sur la récompense accordée par Dieu aux plus méritants est conservée. Mais Mazuelo tente par l’emploi de la première personne du pluriel de mieux toucher encore son public : « […] y a nos que cada dia llegamos mas çerca » est une sorte de promesse faite directement au lecteur, dimension absente du texte français. Les équivalences sémantique et formelle sont donc totales.

  • 14  On pourra bientôt lire, d’Elise Arnaud, La traduction en castillan du Pèlerinage de vie humaine : (...)

21La comparaison de ces éléments du paratexte permet de tirer les premières conclusions sur la traduction de Fray Vicente de Mazuelo du Pèlerinage de vie humaine en prose. Bien entendu, il ne s’agit là que d’une première approche14.

22Le traducteur reste généralement fidèle au texte-source. Ce respect de la version française, associé à l’absence de prologue rédigé par Mazuelo, peut surprendre : aucune revendication du travail fourni n’est exprimée. Malgré cela, la voix du religieux castillan est présente dans sa traduction. Implicite, elle se manifeste par un ensemble d’opérations qui fait de l’œuvre le fruit d’une translatio réalisée par un individu bien particulier, dont l’objectif est avant tout de toucher un public large, comme cela est dit dans sa traduction du prologue de Digulleville. Il s’adresse aux fidèles de toute condition, désireux de se perfectionner moralement. Pour cela, il va parfois simplifier et reformuler certains passages pour assurer une parfaite compréhension de son écrit. Il s’adapte à son futur lectorat et les modifications réalisées prouvent qu’il connaît par avance le type de lecteur qui se procurera son texte et le consultera à bon escient. Vicente de Mazuelo apparaît comme un bon exemple de traducteur médiéval. La fin du xve siècle correspond à une période charnière dans l’évolution de la traduction mais il semble évident que cette période est plutôt marquée par les usages du Bas Moyen Âge que par la conception que s’en feront les hommes de la Renaissance, plus axée sur une vision de la traduction comme un nouvel espace de création. Mazuelo s’approprie le texte, reconfigure la capacité persuasive du discours en fonction du nouvel horizon de réception qui l’attend mais ne dénature en aucun cas l’œuvre sur laquelle il s’appuie. Son intérêt ne porte que sur la réception du message moral et spirituel, déjà correctement divulgué par Guillaume de Digulleville et, plus tard, par le moine anonyme d’Angers.

Quelques hypothèses sur les lecteurs de El pelegrino de la vida humana

23El pelegrino de la vida humana est une traduction fidèle du Pèlerinage de vie humaine. L’effort du traducteur s’est principalement concentré sur l’adaptation nécessaire du texte à un public de la fin du xve siècle dont les références n’étaient naturellement pas les mêmes que celles d’un Français de 1465. Mais quel était ce public hispanique ? El pelegrino de la vida humana est une œuvre susceptible de toucher un vaste lectorat, entre monde séculier et monde régulier. L’adresse à un public de toute condition énoncée dans la traduction du prologue de Guillaume de Digulleville se confirme : « A todos prinçipes y prinçesas señores y ricos hombres de toda condiçion y estado sobre la tierra vivientes […] » (fol. 3 vo). Bien qu’il soit difficile de déterminer précisément qui a lu El pelegrino de la vida humana, à partir des caractéristiques de celui-ci et des données contextuelles, certaines hypothèses peuvent être faites. On imagine facilement que le lectorat du Pèlerinage de vie humaine présente des similitudes avec celui de El pelegrino de la vida humana. Il y a adéquation entre le message divulgué par Digulleville en 1330, puis par le moine angevin du milieu du xve, et les lecteurs espagnols de la fin du siècle, préoccupés par cette recherche de perfectionnement intérieur.

24La première réception de l’œuvre qu’il semble juste d’aborder est la lecture du texte par un public composé de religieux. En introduisant le pèlerin dans la Nef de Religion, métaphore du monastère, Gracia de Dios offre au pèlerin le moyen de voyager sûrement jusqu’à la Jérusalem Céleste. Il s’agit d’une véritable action de propagande de la vie monastique qui doit être interprétée comme la meilleure des voies pour atteindre le Paradis. La lecture de l’œuvre pendant la période du noviciat pouvait aider le futur moine à confirmer son choix de consacrer sa vie à Dieu. Le huitième chapitre du livre IV est totalement dédié à la description du monastère et des différentes personnifications, présentes pour garantir le parfait fonctionnement de la vie régulière. En tant que guide, Gracia de Dios décrit chacune d’entre elles et explique de cette manière la conduite exemplaire que doit tenir un frère. Son discours s’adresse parfois même implicitement à ces religieux qui ont choisi la vie monastique. Elle leur rappelle les conseils fondamentaux de la vie cénobitique. De plus, les discours sur les grands préceptes théologiques de la foi chrétienne, développés notamment dans le premier livre, ainsi que la longue justification des sacrements font de El pelegrino de la vida humana un parfait outil de prédication pour tous les clercs qui prêchaient la bonne parole. Le baptême, le mariage, l’ordination, etc. sont tour à tour expliqués au pèlerin qui ne cesse de s’émerveiller. Le discours pédagogique du texte se construit parfois comme un véritable sermon de prédicateur qui peut alors servir de modèle aux prêcheurs. À partir du xiiie siècle, la prédication devient une mission à part entière pour le clergé qui diffuse, à travers de long discours habilement construits, le véritable message de la foi catholique. À plusieurs reprises, il est d’ailleurs fait référence dans notre texte aux prédicateurs de sorte à ce qu’ils apparaissent aux côtés des hommes bons, récompensés d’un laissez-passer pour le Paradis. Dans le premier chapitre du livre I, le pèlerin raconte sa vision de la Ville Céleste. Il mentionne notamment dans sa description les différentes personnes qu’il reconnaît. Parmi elles, saint Dominique et saint François. Ainsi, El pelegrino de la vida humana, au moyen de son éloge de la vie monastique et des enseignements dispensés, pouvait susciter chez le religieux un intérêt particulier.

  • 15  Georg Eickhoff, « Claraval, Digulleville, Loyola : la alegoría caballeresca de El pelegrino de la (...)

25Mais si les caractéristiques propres au texte et le contexte socio-culturel de l’époque nous aident facilement à imaginer un lectorat ecclésiastique, les travaux de certains chercheurs viennent conforter notre idée et nous en apportent un solide exemple à travers la figure de Íñigo López de Loyola15. Le fondateur de la Compagnie de Jésus fut un extraordinaire directeur de conscience. La spiritualité qu’il développe dans ses Ejercicios Espirituales devient rapidement l’une des principales sources d’introspection religieuse du catholicisme. Selon Georg Eickhoff, Loyola se serait inspiré de El pelegrino de la vida humana pour la rédaction de son œuvre dont la construction allégorique et le public visé sont similaires. On sait que Loyola put découvrir notre texte grâce à son précepteur Juan Velázquez de Cuéllar, qui était le gestionnaire des biens d’Isabelle la Catholique. Celui-ci aurait conservé pour lui-même à la mort de la souveraine une grande partie des ouvrages de la reine. Dans son œuvre, Loyola propose au lecteur un combat spirituel qui en fait métaphoriquement un miles christi, un caballero a lo divino. Il le conduit au renoncement du péché en décrivant l’enfer. Les similitudes entre les deux textes sont évidentes et mettent en lumière l’influence de la traduction en castillan du Pèlerinage de vie humaine sur Íñigo López de Loyola.

  • 16  Isabel Beceiro Pita, « De las peregrinaciones al viaje interior : las transformaciones en la relig (...)

26À la fin du xve siècle, dans un contexte où se développe la pratique de la devotio moderna, un public de laïcs a pu voir dans El pelegrino de la vida humana un guide de perfection. En parallèle de l’influence des ordres mendiants et de la diffusion de traductions en langue vernaculaire d’œuvres provenant de la tradition classique ou patristique, certains textes, qui développaient le thème allégorique du voyage avec pour objectif l’édification du lecteur, ont contribué à l’évolution de la spiritualité et des pratiques dévotionnelles dès le xiiie siècle16. Il semble évident que El pelegrino de la vida humana compte parmi ceux-ci puisque le texte insiste sur la nécessité de renoncer au péché, sur le besoin de recevoir les sacrements et sur l’obligation de pratiquer miséricorde et charité. L’identification au pèlerin est favorisée par le recours à un discours à la première personne ; les dialogues récurrents entre le pèlerin et les personnifications des vices et des vertus garantissent un rythme suffisamment dynamique pour faire ressentir chez le lecteur les mêmes peurs, les mêmes questions et doutes, les mêmes surprises que le héros. C’est l’introspection de l’individu-lecteur qui est recherchée afin qu’elle agisse en arme infaillible contre le péché. L’importance de la charité, de la pauvreté et de l’humilité est constamment rappelée. Le texte invite à la pénitence et à l’austérité.

  • 17  Pedro Cátedra, Amor y pedagogía en la Edad Media, Salamanque : Universidad de Salamanca, 1989 ; E. (...)

27Juan Rodríguez del Padrón est un exemple de lecteur laïc de El pelegrino de la vida humana. Il appartenait à une famille noble dont les biens économiques et la réputation sociale n’étaient plus à faire en Galice. En 1439, il est l’auteur du Siervo Libre de amor, œuvre traditionnellement considérée comme le premier exemple de fiction sentimentale. Michael Gerli, Pedro Cátedra et Juan Carlos Conde se sont tour à tour intéressés au problème non encore résolu des sources et des modèles de ce texte17. Michael Gerli a démontré l’influence directe de El pelegrino de la vida humana sur El Siervo, à partir de trois éléments communs aux deux textes : le songe, l’allégorique descente aux Enfers dans la profonde vallée du désespoir et la Nef de Religion qui, à travers la Mer du Monde, assure la protection du héros. Néanmoins, Juan Carlos Conde émet quelques réserves et préfère rejoindre Pedro Cátedra sur l’influence, non pas d’une œuvre en particulier, mais celle d’un certain climat littéraire et intellectuel caractéristique de la période dans lequel s’inscrit parfaitement El pelegrino de la vida humana. En dépit de ces divergences, tous s’accordent sur un véritable lien entre El Siervo Libre de amor et une littérature pénitentielle et confessionnelle d’origine française, dont la structure allégorique commune des textes constitue l’élément le plus révélateur. Il est donc tout à fait envisageable de considérer Rodríguez del Padrón comme un lecteur laïc de El pelegrino de la vida humana dont l’influence a marqué ses propres écrits.

  • 18  Pedro Cátedra, « Bibliotecas y libros de mujeres en el siglo xvi », Península. Revista de Estudios (...)
  • 19  Ibid., p. 23.

28Enfin, Pedro Cátedra s’est également intéressé au lectorat féminin du xvie siècle (1527-1599) à travers l’étude d’un corpus de 250 inventaires de livres ayant appartenu à des femmes de la ville de Valladolid18. Bien que la notion de « bibliothèques » reste controversée parmi les historiens de l’époque moderne, « La relación motora entre la mujer y el libro es una evidencia que va de la Edad Media hasta la época de la máxima aculturación urbana tipográfica »19. L’observation de certains testaments qui mentionnent des biens littéraires révèle l’attrait des femmes pour un type précis d’œuvres. Il s’agit généralement d’ouvrages de taille assez réduite, toujours rédigés en langue romane, dont le contenu varie peu. Bien que les romans chevaleresques apparaissent comme le genre féminin par excellence, les livres de prières et d’autres traitant de thèmes religieux et spirituels constituent un groupe représentatif du goût féminin en matière de lecture au xvie siècle. Parmi les textes les plus fréquents, on retrouve les Épîtres de saint Jérôme qui rassemblent près de 150 lettres abordant des sujets divers et variés. On peut également mentionner El espejo de consolación de Juan de Dueñas, El espejo de conciencia de Juan Bautista de Viñones, El purificador de la conciencia de Agustín de Esbarroya ou El pecador dormido de Francisco Núñez. Ces quelques titres correspondent à des œuvres spirituelles qui trouvent leur point commun dans une quête de perfection, une remise en question du lecteur et un exposé des vices et des vertus pour lui offrir un guide pour l’au-delà. Ces quelques observations nous invitent donc à envisager un lectorat féminin de El pelegrino de la vida humana.

  • 20  Elisa Ruiz García, Los libros de Isabel la Católica : Arqueología de un patrimonio escrito, Salama (...)
  • 21  Ibid., p. 365-582.
  • 22  La cote de l’exemplaire de la British Library est IB 42453. Les gravures ici mentionnées apparaiss (...)

29Elisa Ruiz s’est intéressée au patrimoine écrit de la reine Isabelle la Catholique20. Elle explique que tous les biens de la souveraine furent soumis à un processus juridique de liquidation et que Juan Velázquez, exécuteur testamentaire et membre du Conseil, fut chargé de cette mission. Malgré une localisation laborieuse de ce patrimoine aujourd’hui dispersé dans diverses bibliothèques et collections, elle dresse un précieux inventaire des biens littéraires royaux qui lui permet d’affirmer que l’ensemble reflète largement la profonde piété d’Isabelle. Elle précise également que certains ouvrages ne sont pas mentionnés dans son Inventario General car leur localisation reste mystérieuse et qu’elle ne peut apporter de réponse satisfaisante puisque même l’hypothèse de présents offerts par la reine, avant sa mort, semble peu convaincante21. El pelegrino de la vida humana ne fait pas partie des livres répertoriés par Elisa Ruiz. Cependant, l’exemplaire conservé actuellement à la British Library de Londres contient un ex libris représentant les armoiries des Rois Catholiques22. À la suite de la page de garde, cette gravure indique l’appartenance du livre aux souverains et précise qu’ils dirigent l’Ordre de saint Jacques de l’Épée. Au verso de ce deuxième folio, une magnifique xylographie met en scène saint Jacques. Par conséquent, en parallèle des conclusions tirées par Elisa Ruiz sur les goûts littéraires de la reine Isabelle, nous pouvons tout à fait envisager que El pelegrino de la vida humana ait pu constituer une lecture de choix de la souveraine. Le contenu de ce patrimoine écrit reflète amplement un goût de celle-ci pour des lectures pieuses, qui l’auraient aidée à devenir un modèle de souveraine exemplaire.

30Il ne s’agissait ici que d’une simple présentation de El pelegrino de la vida humana qui contient encore de nombreuses données à exploiter. Une étude lexicale du texte pourra déterminer de possibles transferts linguistiques entre castillan, latin, français et occitan. La mise en commun de son étude avec d’autres textes hispaniques publiés à Toulouse permettra d’approfondir nos connaissances sur le centre d’impression qu’était alors Toulouse. Un travail sur le contexte culturel devrait confirmer et préciser les échanges spécifiques qui avaient lieu entre l’Aragon, la Castille et le Midi de la France, notamment entre Burgos, Saragosse et la Ville Rose.

Haut de page

Notes

1  Voir l’article de Jean-François Courouau dans ce même numéro.

2  Seul les aspects textuels seront étudiés ici : le travail sur l’objet-livre fera l’objet d’analyses ultérieures.

3  Parmi les travaux qui ont pour objet d’étude El pelegrino de la vida humana : Flor María Bango de la Campa, « Le pèlerinage de vie humaineversus El pelegrino de la vida humana », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 30, 2007, p. 85-108 ; Georg Eickhoff, « Claraval, Digulleville, Loyola : la alegoría caballeresca de El pelegrino de la vida humana en los noviciados monástico y jesuítico », in : Juan Plazaola (dir.), Ignacio de Loyola y su tiempo, Bilbao : Mensajero, 1992, p. 861-869 ; Maryjane Dunn-Wood, El pelegrino de la vida humana : a Study and Edition, Philadelphie : University of Pennsylvania, 1985.

4  Carlos Alvar, Traducciones y traductores. Materiales para una historia de la traducción en Castilla durante la Edad Media, Alcalá de Henares : Centro de Estudios Cervantinos, 2010 ; Claude Buridant, « Translatio medievalis. Théorie et pratique de la traduction médiévale », Travaux de Linguistique et Littérature, 21, 1983, p. 81-136. Ces deux références constituent deux outils précieux pour toute étude de traduction.

5  L’étude se fondera sur l’exemplaire conservé à la Biblioteca Nacional de Madrid (INC/1362). D’autres exemplaires de cette même édition toulousaine de 1490 sont conservés dans différentes bibliothèques. The Incunabula Short Title Catalogue de la British Library permet la localisation de ces derniers : l’un d’eux est conservé à la Biblioteca Colombina de Séville (9-1-10), un autre à la British Library de Londres (IB 42453) ; The Hispanic Society of America, établie à New York, en possède un ; deux autres sont consultables à la New York Public Library, au sein de la Rare book division pour le premier et parmi les ouvrages anciens de la Spencer Collection pour le second. Le catalogue réalisé par la British Library constitue une base d’études indispensable pour tout travail sur des incunables. Malheureusement, certaines notices restent incomplètes. Dans le cas de El pelegrino de la vida humana, il est fait mention de la présence d’un exemplaire à la Bibliothèque de l’Escorial qui n’apparaît pourtant pas dans le catalogue en ligne. De plus, il est indiqué que les dominicains de Poitiers en possèdent un, incomplet, mais aucun autre renseignement n’est donné. Enfin, un exemplaire conservé à Toulouse, aujourd’hui perdu, est évoqué. Une étude plus approfondie de la question devra être réalisée afin de compléter ces informations.

6  Voir également, sur ce point, l’introduction d’Amaia Arizaleta et Luis González Fernández dans ce même numéro.

7  Bartolomé Ánglico, El libro de las propiedades de las cosas, Toulouse : Henri Mayer, 1494, fol. 320v° (Biblioteca Nacional de Madrid : I-226, I-441, I-447, I-594, I-747, I-894, I-914, I-1590, I-1688, I-1884, I-2259 et I-2386). D’autres exemplaires de l’édition du texte complet sont conservés dans différentes bibliothèque européennes et américaines. María Nieves Sánchez González Herrero et Enrique Jiménez RÍos, « El proceso de la traducción castellana de Fray Vicente de Burgos del De propietatibus rerum a partir del análisis léxico », in : Javier San José Lera (dir.), La fractura historiográfica : las investigaciones de Edad Media y Renacimiento desde el tercer milenio, Salamanque : SEMYR, 2008, p. 409-425.

8  Philippe Maupeu, Pèlerins de vie humaine : autobiographie et allégorie narrative de Guillaume de Deguilleville à Octovien de Saint-Gelais, Paris : Honoré Champion, 2009 ; Fabienne Pomel, Les voies de l’au-delà et l’essor de l’allégorie au Moyen Âge, Paris : Honoré Champion, 2001.

9  Tania Van Hemelryck et Hélène Haug, « De l’émulation bibliophile à la création auctoriale. La dynamique littéraire à la cour de René d’Anjou », in : Florence Bouchet (dir.), René d’Anjou, écrivain et mécène (1409-1480), Turnhout : Brepols, 2011, p. 285-305.

10  Nos citations du Pèlerinage de vie humaine en français sont extraites de l’exemplaire conservé à la Bibliothèque Nationale de France : Le pèlerinage de vie humaine, Lyon : Mathieu Husz, 1486 (BNF : 4-BL-2847).

11  Épître aux Éphésiens (6, 10-17).

12  Frederick Bliss Luquiens, « The Roman de la Rose and medieval Castillan literature », Romanische Forschungen, 20, 1907, p. 284-324.

13  Jean-Claude Schmitt, « Récits et images de rêves au Moyen Âge », Ethnologie française, 33, 2003, p. 553-563.

14  On pourra bientôt lire, d’Elise Arnaud, La traduction en castillan du Pèlerinage de vie humaine : El pelegrino de la vida humana, Mémoire de Master 2, Université de Toulouse II Le Mirail, 2011.

15  Georg Eickhoff, « Claraval, Digulleville, Loyola : la alegoría caballeresca de El pelegrino de la vida humana en los noviciados monástico y jesuítico », in : Juan Plazaola (éd.), Ignacio de Loyola y su tiempo, Bilbao : Mensajero, 1992, p. 869-881 ; Luis Fernández Martín, Los años juveniles de Iñigo de Loyola. Su formación en Castilla, Valladolid : Caja de Ahorros Popular, 1981.

16  Isabel Beceiro Pita, « De las peregrinaciones al viaje interior : las transformaciones en la religiosidad nobiliar castellana », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 30, 2007, p. 109-125.

17  Pedro Cátedra, Amor y pedagogía en la Edad Media, Salamanque : Universidad de Salamanca, 1989 ; E. Michael Gerli, « The old french source of Siervo libre de amor : Guillaume de Deguilleville’s Le Rommant des trois pèlerinages », in : Joseph J. Gwara et E. Michael Gerli (éd.), Studies on the Spanish sentimental romance, 1440-1550, Londres : Tamesis Books, 1997, p. 3-19 ; Juan Carlos Conde, « De las fuentes y los modelos del Siervo Libre de Amor : algunas conexiones con la literatura medieval francesa de índole penitencial y confesional », Atalaya, 11, 2009.

18  Pedro Cátedra, « Bibliotecas y libros de mujeres en el siglo xvi », Península. Revista de Estudios Ibéricos, O, 2003, p. 13-27.

19  Ibid., p. 23.

20  Elisa Ruiz García, Los libros de Isabel la Católica : Arqueología de un patrimonio escrito, Salamanque : Instituto de Historia del Libro y de la Lectura, 2004.

21  Ibid., p. 365-582.

22  La cote de l’exemplaire de la British Library est IB 42453. Les gravures ici mentionnées apparaissent au folio 2 (recto et verso).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Arnaud, « El pelegrino de la vida humana publié à Toulouse à la fin du XVe siècle », Atalaya [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/atalaya/1125 ; DOI : https://doi.org/10.4000/atalaya.1125

Haut de page

Auteur

Elise Arnaud

Université Toulouse 2, Toulouse. Framespa, UMR-CNRS 5136
elise1331@hotmail.fr

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search