Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier Semyr

Toulouse, 14 juillet 1489 : la première impression de l’Historia de la linda Melosina

Laura Baquedano

Résumés

Présentation de la première édition de l’Historia de la linda Melosina, traduction au castillan du Roman de Mélusine de Jean d’Arras, à travers les spécificités de cette impression réalisée en 1489 en France, à Toulouse. Trajectoire du roman de la fée depuis ses origines françaises jusqu’aux éditions en castillan.Premières considérations sur le travail des imprimeurs Jean Parix et Etienne Clebat et du traducteur anonyme qui œuvrèrent ensemble au transfert du roman français dans un nouveau champ de réception hispanique

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Je tiens à remercier sincèrement tous ceux qui m’ont accompagnée au fil de cette première année de (...)
  • 2  Voir à ce sujet les hypothèses que propose Carlos Heusch pour expliquer la discrétion de ce genre (...)
  • 3  A propos de la version française du Roman de Mélusine, on pourra consulter avec profit les travaux (...)
  • 4  Pour plus d’informations sur les débuts de l’imprimerie dans la Péninsule, on consultera notamment (...)
  • 5  Les incunables toulousains en langue espagnole sont : Jacques de Vorágine, Legenda aurea ; Clement (...)
  • 6  Voir Antonio Odriozola, Los libros impresos por Juan Parix en Segovia y Toulouse y los atribuibles (...)
  • 7  C’est le cas, notamment, avec la mention du nom de Vicente de Mazuelo dans le Pelegrino de la vida (...)
  • 8  Depuis l’appel d’Alan Deyermond, « La Historia de la linda Melosina : Two Spanish Versions of a Fr (...)

1La littérature1 française de fiction en langue vernaculaire est longtemps restée en marge des processus de traduction au castillan qui vinrent augmenter au Moyen Âge les bibliothèques hispaniques2. Contrairement aux textes à caractère scientifique, religieux, juridique ou didactique, traduits souvent depuis leur version latine, ce genre dut attendre la fin du xve siècle pour connaître son succès dans la Péninsule, profitant ainsi des avancées techniques de l’imprimerie naissante. L’une des premières œuvres à être traduite au castillan dans ce contexte est le Roman de Mélusine, écrit par Jean d’Arras entre 1392 et 1393 et dont le succès, tant dans sa forme manuscrite que dans ses éditions imprimées ne faisaient plus aucun doute3. Comme je le développerai par la suite, la première impression de l’Historia de la linda Melosina ne fut pas réalisée, comme on pourrait l’imaginer, à Ségovie, à Séville ou à Salamanque, hauts lieux de l’impression des incunables hispaniques4, mais en France, à Toulouse. En 1489, l’Historia de la linda Melosina s’ajoute à la série d’impressions en langues ibériques (castillan et catalan) qui constituent, à la fin du xve siècle, la plus grande part des impressions en langue vernaculaire des ateliers des imprimeurs d’origine allemande qui travaillèrent dans la ville rose entre 1475 et 14965. Malgré la nette prédominance des œuvres en latin, l’étude minutieuse menée par Jean-François Courouau sur l’ensemble du corpus toulousain a souligné l’importance numérique et qualitative des seize impressions en castillan et en catalan au sein de la production toulousaine. Afin de contribuer à l’étude sur les livres hispaniques à Toulouse à la fin du xve siècle, je m’intéresserai précisément à la traduction au castillan du Roman de Mélusine qui figure parmi les ouvrages de littérature dans la production en langue espagnole des incunables toulousains, selon la typologie générique établie par Jean-François Courouau. Ces deux textes furent imprimés par les mêmes imprimeurs : Jean Parix, originaire d’Heidelberg, qui introduisit l’imprimerie en Espagne et imprima à Ségovie en 1472 le Sinodal de Aguilafuente6, et Étienne Clébat, lui aussi d’origine allemande. Ces deux hommes choisirent, à un moment donné de leur carrière, d’imprimer des livres en castillan et en catalan. Afin de mener à bien leur entreprise, ils travaillèrent avec des traducteurs dont l’identité est plus difficile à déterminer. Si certaines des œuvres toulousaines font mention du nom du traducteur dans leur colophon7, l’Historia de la linda Melosina ne fait état que de l’identité de ses imprimeurs. Malgré l’anonymat, l’étude de cet imprimé permet d’aborder, d’une part, l’examen des procédés d’édition et d’impression qui nous renvoient au livre dans sa dimension concrète ; d’autre part, l’analyse du mode opératoire du traducteur. Ne pouvant ici développer ces deux aspects, je m’intéresserai uniquement au processus de traduction de l’Historia de la linda Melosina. J’examinerai tout d’abord la trajectoire que suivit le Roman de Mélusine de Jean d’Arras depuis sa première impression en français jusqu’à ses versions en castillan afin de situer l’étape que constitue dans ce cheminement la traduction toulousaine de 1489. Je présenterai ensuite quelques marqueurs de la réécriture qui, dans le texte et le paratexte de l’édition toulousaine, laissent apparaître l’intervention du traducteur. À travers les formules employées et les signes de construction du discours se dessine le mode opératoire d’un anonyme qui va au-delà du simple transfert d’une langue à l’autre, et ce à une période où l’exercice de la traduction n’impliquait pas nécessairement la fidélité absolue au texte-source, nous y reviendrons. Les travaux menés jusqu’à présent n’ont pas réellement souligné les spécificités de l’édition princeps de l’Historia de la linda Melosina8. Pourtant, l’impression toulousaine est une version « à part » dans la trajectoire de diffusion de l’œuvre en castillan.

Du Roman de Mélusine à l’Historia de la linda Melosina

  • 9  M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 157.
  • 10  L’exemplaire de la British Library, IB. 42463, est incomplet, tout comme celui de la Hispanic Soci (...)
  • 11  M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 435.
  • 12  Clive Griffin, Los Cromberger. La historia de una imprenta del siglo xv en Sevilla y Méjico, Madri (...)
  • 13  Cet aspect linguistique fera l’objet d’une étude détaillée que je n’aurai pas l’occasion de détail (...)
  • 14  A propos de la présence hispanique à Toulouse à la fin du xve siècle, voir l'introduction d'Amaia (...)
  • 15  Sur les divers échanges entre le Midi toulousain et le nord de la Péninsule, voir : Jean-Michel Mi (...)

2En France, la légende de la fée Mélusine passe du monde des récits folkloriques et de la tradition orale à celui de la littérature grâce à Jean d’Arras qui, entre 1392 et 1394, à la demande du duc Jean de Berry (1340-1416) et de sa sœur Marie de France (1344-1404), duchesse de Bar, mit en forme ce récit merveilleux et chevaleresque afin d’asseoir la gloire du lignage des Lusignan en terre poitevine. Cette œuvre connut un immense succès en France comme en témoignent le grand nombre des copies manuscrites et des éditions qui se succédèrent depuis 1393 : ce roman fut l’un des premiers livres illustrés imprimés en France. L’existence de différentes impressions de l’œuvre de Jean d’Arras en français antérieures à la traduction toulousaine pose problème au moment d’identifier le texte-source qui servit de référence au traducteur. Même si Alan Deyermond et Ivy Corfis avancent l’hypothèse selon laquelle l’Historia de la linda Melosina suit, d’un point de vue textuel, le modèle de l’édition princeps du Roman de Mélusine de Jean d’Arras imprimée par Adam Steinschaber à Genève en 1478, je suivrai plutôt l’analyse proposée par Miguel Ángel Frontón Simón, qui avance l’idée que le traducteur travailla visiblement à partir de l’une des éditions lyonnaises9. En effet, l’héritage iconographique de l’Historia de la linda Melosina est clairement lyonnais : l’impression toulousaine reproduit à l’identique le jeu de xylographies dont les imprimeurs lyonnais avaient eux-mêmes hérité d’une édition allemande. En plus du matériel iconographique, on retrouve dans l’Historia de la linda Melosina de 1489 la disposition typographique et les remaniements textuels caractéristiques de ces éditions. Trois exemplaires de l’impression toulousaine sont conservés : l’un se trouve à la British Library, un autre à la Hispanic Society of America, à New York, et le dernier se trouve actuellement conservé à la Bibliothèque Royale de Belgique, à Bruxelles10. Une fois franchie la frontière linguistique, l’Historia de la linda Melosina connut elle-même le succès comme le laisse entendre l’existence de deux autres éditions du roman en castillan : celle de Valence, imprimée en 1512, dont il ne reste aucun exemplaire localisé et dont on ne connaît l’existence que par une mention dans un registre11, et celle de Séville éditée par Jacob et Jean Cromberger en 1526 dont un exemplaire est aujourd’hui conservé à la British Library de Londres12. L’édition sévillane se distingue de l’édition toulousaine : un important remaniement linguistique efface dans le texte de Séville la présence de gallicismes, ou peut-être même d’occitanismes, caractéristique de l’Historia de la linda Melosina toulousaine13. On pourrait donc peut-être se demander si, avant de franchir la frontière des Pyrénées, l’Historia de la linda Melosina toulousaine n’était pas destinée à un lectorat hispanique établi à Toulouse, lectorat que les croisements linguistiques et les formes de mots hybrides ne dérangeaient pas autant que le lectorat espagnol. En effet, la présence de marchands et d’universitaires hispaniques dans la ville rose pourrait suggérer une opération commerciale destinée à de lecteurs toulousains avant même que les livres ne passent la frontière14. Les livres toulousains purent en effet emprunter ensuite la même route que le pastel pour conquérir un nouveau lectorat dans la Péninsule. L’étude de cette entreprise d’impression et de diffusion des œuvres en castillan apportera sans doute un éclairage nouveau sur les réseaux de communication entre Toulouse et les royaumes hispaniques15. Quoiqu’il en soit, l’Historia de la linda Melosina voyagea d’autant plus facilement à travers les frontières pyrénéennes que le texte-source, c’est-à-dire le roman de Jean d’Arras, faisait lui-même référence à la Catalogne et à l’Aragon.

Une œuvre placée sous le signe de l’hispanité : premières pistes de réflexion

3Jean d’Arras en effet relie le Roman de Mélusine à la sphère hispanique : plusieurs pistes indiquent qu'il séjourna lui-même en Espagne, plus précisément en Catalogne. Ainsi, on trouve dans la documentation des Archives de la Couronne d’Aragon un ordre de paiement que le roi avait concédé à un certain Jean d’Arras « maestre en art de trovar » :

  • 16  Antoni Rubio i Lluch, Documents per a la historia de la cultura catalana medieval, éd. fac-similé (...)

Item done an Joan d’Arras, maestre en art de trovar e de casa del duch de Bar, los quals li eren deguts ab albara de scriva de racio, scrit en Barchelona primer dia del mes de juny del any .mccclxxx., per ço com aquells lo dit señor li mana donar graciosament, segons que en lo dit albara se conte, que cobre : .xxx. florins d or16.

  • 17  Je reprends ici la formule d’Ana Pairet, art. cité, p. 49.

4Ce document est daté d’août 1380. La présence de Jean d’Arras est donc à resituer dans le contexte de la cour de Pierre IV et surtout dans le moment des noces du prince Jean et de Yolande de Bar, la fille de Robert et Marie de Bar, cette dernière étant l’une des commanditaires du Roman de Mélusine. Il est donc très probable que Jean d’Arras officia au cœur de la cour d’Aragon qui se caractérisait alors par ses liens très fort avec le royaume de France. C’est très certainement au cours de ce séjour que l’auteur du Roman de Mélusine s’imprégna des routes et des lieux qui sont évoqués dans l’œuvre, comme le monastère et les ermitages de Montserrat. L’histoire des amours de Mélusine et Raymondin ainsi que celle de leurs fils mettent en effet en rapport les deux aires culturelles convoquées dans le travail de traduction. Cette géographie familière17 pour le lecteur hispanique facilita très certainement la diffusion de l’œuvre. Les territoires catalans apparaissent dans les dernières sections du roman. En effet, après avoir rompu le pacte qui scellait son union avec la fée Mélusine, attristé par la fuite de celle-ci et honteux de sa trahison, Raymondin quitte sa terre poitevine et se rend à Rome pour se confesser auprès du Pape. Sur le retour, il quitte ses gens et franchit les Pyrénées pour se rendre à Montserrat où il devient ermite et où il finira ses jours. On lit dans le texte français :

  • 18  Je cite le texte français à partir de l'édition de Gaspard Ortuin et Peter Schenck, Lyon, 1485-148 (...)

et fut la nouvelle espandue parmy le royaulme darragon et parmy castellongne et aussi par deca par tout languedoch quil estoit venu ung baron amontserrat pour soy rendre hermite. mais on ne scavoit de quelle contree il estoit. et aussi iln nen vouloit riens dire. Et le furent veoir plusieurs nobles du pays et dailleurs. aussi y fut le roy darragon les ducs les contes les barons et nobles du pays a luy enquestayent de son estre mais de luy nen peurent oncques riens scavoir18. [Fo. xiii]

5La traduction espagnole, en revanche, nous dit que :

  • 19  M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 935-936.

E fue la nueva por todo el reino de Aragón, e aun por Cataluña e por toda la tierra de Tholosa, cómo era venido un grand caballero a Montserat e avía ende tomado el ábito de hermitaño ; mas ninguno savía do fuesse, e no menos él no lo quería decir. E muchos nobles señores lo vinieron a ver, entre los quales fue el rey de Aragón e toda su caballería ; mas por ninguna cosa quiso decir su estado. E así torna la historia a contar de la gente de Remondín que dexó en Tholosa19.

  • 20  Ibid., p. 957.
  • 21  Alan D Deyermond, art. cité, p. 62.

6Dans le récit se dessine dès lors l’aire de diffusion de la rumeur, qui fait écho aux réseaux de communication existant entre le royaume d’Aragon, la Catalogne et le Midi toulousain. L’œuvre de Jean d’Arras, grâce à l’acte de traduction et à l’édition réalisée par Parix et Clebat, suivit probablement le même chemin que ses protagonistes. Dans l’espace diégétique, la réputation exemplaire de Raymondin est soulignée par cette rumeur qui circule de part et d’autre des Pyrénées mais aussi par la présence à ses funérailles du roi et de la reine d’Aragon et de membres des nobles lignées locales20. L’évocation dans le texte de ces personnages pourrait être l’une des motivations de la traduction de 1489 : comme le souligne Alan D. Deyermond21, cette première édition de l’Historia de la linda Melosina apparut précisément au moment où le Conte de Cardona offrit l’asile à Thomas de Lusignan, contraint à fuir le royaume de Chypre. Par ailleurs, si l’on prête attention à la traduction de ce court passage, on remarque que la ville de Toulouse, lieu de l’impression, est elle-même convoquée dans les mots du récit par l’intervention du traducteur. En effet, le Languedoc est substitué, dans l’Historia de la linda Melosina, par « la terre de Toulouse ». Le contexte d’impression toulousain vient d’une certaine façon se dessiner dans l’espace diégétique, soulignant ainsi la cohérence du projet de traduction et d’impression. Ce détail pourrait nous permettre de penser que, tout comme l’impression, le travail de traduction fut lui aussi réalisé dans la ville rose. Cette hypothèse viendrait ainsi expliquer certaines caractéristiques du mode opératoire du traducteur que nous évoquerons par la suite.

Modus operandi du traducteur anonyme

7L’identité toulousaine de la première impression de l’Historia de la linda Melosina est clairement exprimée dans le colophon qui clôt le texte :

  • 22M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 986.

Fenesçe la ystoria de Melosina inpremjda en Tholosa por los honorables e discretos maestros, Juan Paris e Estevan Clebat, alemanes, que con grand diligençia la hizieron pasar de françes en castellano. E después de muy emendada, la mandaron ynpremir en el año del Señor de mill e quatroçientos e ochanta e nueve años a .xiiij. dias del mes julio22.

  • 23  Je reprends et développe ici certaines remarques de María Silvia Delpy à propos du prologue et de (...)
  • 24  La traduction médiévale a été bien explorée au cours de ces dernières années. On pourra consulter (...)

8Le processus d’édition est identifié de façon complète grâce à la mention des deux imprimeurs, de la date et du lieu d’impression. En revanche, le nom du traducteur n’apparaît pas. Pourtant, le mode opératoire de cet anonyme infléchit véritablement la portée du texte qui se dessine de façon explicite dans le travail d’introduction et de conclusion du roman23. L’Historia de la linda Melosina n’est pas une simple transcription de l’œuvre française de Jean d’Arras, elle est une œuvre renouvelée par l’intervention d’un traducteur qui modifie le texte, l’abrège, l’amplifie, le réécrit et le recrée en quelque sorte. On est bien loin de l’image d’un traducteur invisible, translucide, qui ne serait qu’un filtre linguistique et qui ne devrait en aucun cas avoir d’impact sur la nature du texte d’origine. Une telle pratique de la traduction est des plus usuelles à la fin du xve siècle24. Le traducteur anonyme de l’Historia de la linda Melosina ne fait en ce sens que respecter les normes et les usages en vigueur à cette époque et dont les travaux de Carlos Alvar font état :

  • 25Carlos Alvar, Traducciones y traductores…, p. 250.

El mundo de la traducción presenta unos límites poco definidos en algunos de sus territorios : las adaptaciones, paráfrasis y abreviaciones pierden casi por completo su naturaleza original y deben ser consideradas en muchos casos como nuevas creaciones literarias, casi independientes del texto que sirvió de base para la primera versión25.

9Malgré l’anonymat, le traducteur impose presque immédiatement sa voix dans l’œuvre. A l’instance d’énonciation établie par Jean d’Arras s’ajoutent de nouvelles marques de première personne qui servent de filtre au récit et le réorientent parfois afin de l’adapter au nouveau champ de réception hispanique. Le discours de l’Historia de la linda Melosina se construit dès lors par sédimentation. Si de façon générale la traduction respecte à la lettre le texte-source, le prologue et la première section du roman se présentent aussi comme l’un des lieux privilégiés de la réécriture qui infléchissent la portée de l’œuvre et programment une réception nouvelle adaptée au lectorat hispanique. Le processus de transfert s’affiche donc dans le texte lui-même. Ainsi on peut lire :

  • 26  M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 467.

Al presente entiendo vos declarar cómo la muy noble e muy fuerte fortaleza de Leziñá[n] fue fundada por una fada, según más verdaderamente pude coger en las corónicas e libros de Francia ; e esto por ser rogado del noble señor maestre Juan Parix, que la presente obra con grand diligençia puso en emprenta porque las presentes istorias y fundación de tan noble castillo fuesse no menos en el nuestro eçelente reino de España manifestada26.

  • 27Je reprends ici la formule de Víctor Infantes, « La prosa de ficción renacentista : entre los géne (...)

10La présentation de la démarche de l’imprimeur sert de légitimation au projet de transfert de l’œuvre. Au projet initial énoncé de façon explicite par Jean d’Arras, que l’on retrouve dans le début de la phrase, vient s’ajouter dans un second temps d’énonciation la mise en scène du processus éditorial, qui ne convoque que la figure de Jean Parix – on pourra se demander si Étienne Clebat ne serait intervenu comme collaborateur que dans une phase ultérieure de l’impression. Le nouveau projet est spécifique à l’acte de traduction et répond à la volonté de diffuser le récit au-delà des Pyrénées, dans l’« excellent royaume d’Espagne ». C’est au cœur de ce nouvel espace hispanique que la voix du traducteur et l’image en creux du lectorat convergent grâce à la première personne du pluriel. Le projet de diffusion est donc inscrit dans les mots-mêmes du texte. L’Historia de la linda Melosina apparaît dès lors comme un produit éditorial27 à part entière. En ce sens, cette toute première traduction du roman au castillan est un objet nouveau, pensé et élaboré par les imprimeurs toulousains qui projettent ainsi l’œuvre française dans un champ de réception nouveau en termes de lecture mais aussi en termes d’échanges commerciaux ; une démarche bien spécifique qui caractérise véritablement les presses toulousaines à la fin du xve siècle. C’est pour servir ce projet éditorial que le traducteur est amené à façonner la matière textuelle initiale pour l’adapter aux attentes du public –ou clientèle– hispanique.

11C’est ainsi que, quelques lignes plus loin, le traducteur insère une phrase nouvelle qui vient renforcer l’orientation du texte remanié. Comme pour informer un lecteur en manque d’informations, le traducteur ajoute un paragraphe dans lequel il détaille le lignage issu de l’union de Mélusine et Raymondin :

  • 28  M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 467-468.

Síguense los nombres e los estados de los hijos que vinieron del casamiento de Remondín e Melosina. Desta generación salió primeramente el noble rey Urián, que reinó en Chipre, e el rey G[u]yón, que muy potentemente reinó en Armenia, e el rey Reinaldo, que muy prósperamente reinó en Viana, e Antonio, duque de Luçemborg, e Remón, conde de la Floresta, e Geofre del Gran Dente, que fue señor de Leziñán, e Tierrí, que fue señor de Pertanay, e Froimont, que fue monge de Malleres, el qual Geofre quemó con su avadía con el abad e çient religiosos28.

12L’insertion de ce fragment nouveau au tout début du roman vient confirmer et réaffirmer l’ancrage lignagier de la fiction. Le transfert de la « matière de France » dans les lettres hispaniques rend nécessaire l’éclairage de certains éléments qui n’étaient pas une évidence pour le lecteur espagnol. La caractérisation laudative des adverbes, les structures accumulatives et répétitives ainsi que la gradation donnent d’emblée du relief aux noms que le lecteur retrouvera tout au long du roman. À travers cette brève section, le traducteur pose le premier jalon du cheminement textuel qui fera de la « génération » des Lusignan un lignage exemplaire, non seulement en France, mais aussi en Espagne. L’histoire d’amour de Mélusine et Raymondin, les joutes chevaleresque et les épisodes épiques de la lutte des fils de Mélusine contre les Sarrazins, s’érigent en modèle tout en conservant une certaine couleur locale. Le traducteur lui-même évoque cette composante dans le long texte d’introduction qui précède l’entrée dans l’Histoire :

  • 29  Ibid., p. 463.

[…] tornemos a lo que en verdad avemos oído dezir a nuestros ançianos e a lo que oy oímos a los que lo vieron en la noble tierra de Puitiers en Françia, lo qual, por más colorar nuestra istoria, se hallerá aún en las corónicas del mesmo reino29.

13On découvre donc tout à la fois dans l’Historia de la linda Melosina une référence au modèle français et un éclairage au service de la réception hispanique du roman. L’expression explicite de cette approche par le traducteur lui-même témoigne d’une conscience certaine des tenants et aboutissants du transfert du texte d’une aire culturelle à une autre. Afin d’adapter l’œuvre aux attentes du nouveau lectorat, le traducteur s’employa à réécrire deux fragments qui s’organisent autour du motif des revers de Fortune : la lamentation de Raymondin suite à la fuite de Mélusine par sa faute, et une partie de l’épilogue.

  • 30  M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 859.

¡Oh, falsa e maldita Fortuna, dura e amarga, cómo me has así hechado de tan alto logar en tan bajo, de tanta alegría en tanto dolor ! ¡Oh, tú seas agora de Dios maldita, que bien son locos los que más en ti se apoyan ! Tú me heziste la otra vez caer en aquella muy grand desfortuna de matar a mi señor, e dende me sacaste como e quando te plugo, e agora, después que en tu rueda me avías dado la cumbre, súpitamente has hechado vajo fasta el çentro. Agora me falta por tu amor vivir en tristeza, ¡oh cosa de poca constançia ! Agora amas, después aborresçes. Agora enriquesçes, después quitas todo fasta dexar la plaça baçía. Agora honras e después dexas los honrados caer en infinitas vergüenças, tanta seguridad hay en tu estado e menos mucho que en el del viento, que siempre se mueve. ¡Oh mi dulçe amiga Melosina, yo vos he por mi mal traída ! Vos me avíades librado del cruel paso de la muerte e de mi grand tristeza quando primeramente os vi, e en premio de tanto bien yo vos he tan bien pagada. Yo os prometo, mi coraçón e mi bien, si yo por esta causa vos pierdo, de siempre vevir en destierro en logar do jamás de mi sepa alguno nuevas. Estos plantos e aun mayores mucho hazía el triste Remondín departiendo con su corazón30.

  • 31  Ibid., p. 986.

Mas vos suplico humilmente si en la presente istoria ay cosa a vós enjosa, queráis dar perdón e lo dicho toméis en grado, ca todo es hecho por aleviar vuestros enojos quande ende leerés e alegrar vuestros coraçones, e vos enseñar quánto es esta triste vida de poca firmeza e cómo da e quita quando le plaze Fortuna a los hombres, e cómo alça los unos e baxa los otros e cómo se pierde el nombre et honras mundanas después de muerto el hombre. E aunque no sea la obra trasladada como pertenesçe, la buena voluntad suplirá, que no faltó en hazerlo mejor si pudiera, e ésta escusará nuestra inorançia e vuestra discreçioón suplirá nuestros defectos, los quales perdone Aquél que en trinidad perfecta vive e reina, uno solo Dios, por todos los sieglos de los sieglos. AMÉN31

  • 32  A propos du motif de la Fortune dans la littérature hispanique du xve siècle, on pourra consulter  (...)
  • 33  Pour plus d’informations sur la traduction du De Consolatione de Boèce, voir dans ce même volume, (...)

14Ces fragments, absents du texte français s’inscrivent dans des modes caractéristiques du panorama littéraire du xve siècle32. Qui plus est, la répétition du motif de la Fortune dans le texte et dans son paratexte pourrait aussi correspondre à une orientation des choix des imprimeurs toulousains. En effet, Jean Parix édita entre 1480 et 1482 trois impressions du De Consolatione de Boèce, une œuvre marquée elle aussi par le motif de la Fortune changeante ; en 1488, un an avant l’impression de l’Historia de la linda Melosina, Henri Mayer imprimait El libro de consolación, première traduction au castillan de l’œuvre de Boèce qui, dans sa version latine, faisait autorité en cette fin de xve siècle33. La convergence de ces deux œuvres dans les presses toulousaines et l’existence de ce motif commun de la Fortune pourrait être une piste permettant d’envisager un système de choix éditoriaux en termes de motifs et de genres qui correspondraient aux attentes d’un lectorat particulier : la question reste pour l’instant entière.

15Cette étude n’est qu’une étape dans l’étude de l’édition toulousaine de l’Historia de la linda Melosina. Nombreuses sont les questions soulevées par l’existence de cette première version en castillan du roman de la fée. Nous pouvons néanmoins déjà constater que l’édition de Jean Parix et Étienne Clébat en 1489 témoigne d’un projet très cohérent de diffusion de l’œuvre au sein d’un lectorat hispanique nouveau : au service de ce projet, la voix du traducteur anonyme vient renforcer les marqueurs diégétiques qui renvoient à la péninsule Ibérique, tout en soulignant l’opération de transfert d’une langue à une autre, et d’une culture à une autre. L’étude de la langue employée par le traducteur, tout comme des indices de la réception du texte présents dans les trois exemplaires conservés, viendront par la suite faire évoluer la connaissance de la trajectoire de l’Historia de la linda Melosina toulousaine de 1489.

Haut de page

Notes

1  Je tiens à remercier sincèrement tous ceux qui m’ont accompagnée au fil de cette première année de recherche mélusinienne et ceux grâce à qui cet article a pu prendre forme. Je pense tout particulièrement à Amaia Arizaleta et Luis González Fernández qui ont su sans cesse trouver les mots pour m’aider et me donner confiance et qui ont si gentiment pris le temps de me conseiller et de me guider.

2  Voir à ce sujet les hypothèses que propose Carlos Heusch pour expliquer la discrétion de ce genre dans le panorama de la littérature hispanique médiévale : Carlos Heusch, « Traductions et pouvoir d’Alphonse X à Alphonse XI : l’exemple de la fiction littéraire », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 33, 2010, p. 19-96.

3  A propos de la version française du Roman de Mélusine, on pourra consulter avec profit les travaux suivants : Arlette Bouloumié (éd.), Mélusine moderne et contemporaine, Angers : L’Âge d’homme, 2001 ; Françoise Clier-Colombani, La fée Mélusine au Moyen Âge : images, mythes et symboles, Paris : Le Léopard d’or, 1991 ; Laurence Harf-Lancner, Les fées au Moyen Âge, Paris : H. Champion, 1984 ; Id., Le monde des fées dans l’Occident médiéval, Paris : Hachette littératures, 2003 ; Myriam White-Le Goff, Envoûtante Mélusine, Paris : Klincksiek, 2008 ; Jean D’Arras, Mélusine ou La Noble histoire de Lusignan, éd. Jean-Jacques Vincensini, Paris : Librairie générale française, 2006.

4  Pour plus d’informations sur les débuts de l’imprimerie dans la Péninsule, on consultera notamment : Lotte Hellinga, Impresores, editores, correctores y cajistas : siglo xv, trad. Pablo Andrés Escapa, Salamanca : Instituto de historia del libro y de la lectura, 2006 ; María Luisa López-Vidriero Abello et Pedro M. Cátedra, La imprenta y su impacto en Castilla, Salamanca : Compañía de Ediciones & BESXV, 1998 ; Miguel Ángel Pallarés, La imprenta de los incunables de Zaragoza y el comercio internacional del libro a finales del siglo xv, Zaragoza : Institución Fernando el Católico, CSIC, 2008 ; Julián Martín Abad, Los primeros tiempos de la imprenta en España, c. 1471-1520, Madrid : Ed. Del Laberinto, 2003 ; Fermín de los Reyes Gómez, La imprenta en Segovia, 1472-1900, Madrid : Arco-Libros, 1997 ; Id., « Segovia y los orígenes de la imprenta española », Revista General de Información y Documentación, 15 (1), 2005, p. 123-148.

5  Les incunables toulousains en langue espagnole sont : Jacques de Vorágine, Legenda aurea ; Clemente Sánchez de Vercial, Sacramental ; Grégoire le Grand, El Libro del dialogo de sant Gregorio ; Esopete ystoriado ; Boèce, El libro de consolación ; Jacobus Mediolanensis, Stimulus amoris, Alfonso de la Torre, Visión deleytable (deux éditions différentes) ; Juan de Mena, Coronación a don Iñigo López de Mendoza ; Jean d’Arras, Historia de la linda Melosina ; Diego de Valera, La Crónica de España ; Guillaume de Diguleville, El pelegrino de la vida humana ; Dionysius Cato, Disticha de moribus ; Barthélémy l’Anglais, El libro de las propiedades de las cosas. Pour plus d’informations sur chacune de ces impressions, on consultera dans ce même numéro, l’étude de Jean-François Courouau, « Langues et incunable à Toulouse (1475-1500) ».

6  Voir Antonio Odriozola, Los libros impresos por Juan Parix en Segovia y Toulouse y los atribuibles a Turner y Parix en esta última ciudad (1472-1478) : una investigación sobre protoincunables, Gran Canaria : Caja insular de Gran Canaria, 1975 ; Id., Nacimiento y ocaso del libro y la imprenta de Juan Parix en Segovia, 1472-1474, Segovia : Publicaciones de la Caja de Ahorros y Monte de Piedad de Segovia, 1974 ; M. A. Pallarés, op.cit, p. 240-243, Fermín de los Reyes Gómez, La imprenta en Segovia…, p. 25-31.

7  C’est le cas, notamment, avec la mention du nom de Vicente de Mazuelo dans le Pelegrino de la vida humana, traduction à laquelle Élise Arnaud consacre son étude dans ce même volume. Ce même traducteur est aussi mentionné dans le Libro de las propiedades de las cosas sous le nom de Vicente de Burgos.

8  Depuis l’appel d’Alan Deyermond, « La Historia de la linda Melosina : Two Spanish Versions of a French Romance », in : Alan Deyermond (éd.), Medieval Hispanic Studies presented to Rita Hamilton, Londres : Támesis, 1976, p. 58, deux éditions du texte de 1489 ont été réalisées : Ivy A. Corfis (éd.), Historia de la linda Melosina, ed., study and notes, Madison : The Hispanic Seminary of Medieval studies, 1986 et Miguel Ángel Frontón Simón (éd.), La Historia de la linda Melosina. Edición y estudio de los textos españoles, Madrid : Universidad Complutense de Madrid, 1996. À ces éditions se sont ajoutées des études dont je ne dresserai ici qu’une liste partielle. On peut donc évoquer les travaux suivants : Ana Pairet, « Histoire, métamorphose et poétique de la réécriture : les traductions espagnoles du Roman de Mélusine (xve-xive siècles) », in : Arlette Bouloumié (éd.), op. cit., p. 47-55 ; Isidro J. Rivera, « The Historia de la linda Melosina and the Construction of Romance in Late Medieval Castile », MLN, 112 (2), 1997, p. 131-146 ; María Silvia Delpy, « Notas sobre algunos aspectos de las traducciones españolas de 1489 y 1526 del Roman de Mélusine de Jean d’Arras », Filología, 1-2, 2002-2003, p. 9-20.

9  M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 157.

10  L’exemplaire de la British Library, IB. 42463, est incomplet, tout comme celui de la Hispanic Society of America, 18648. Le seul exemplaire complet est celui de la Bibliothèque Royale de Belgique, B 840.

11  M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 435.

12  Clive Griffin, Los Cromberger. La historia de una imprenta del siglo xv en Sevilla y Méjico, Madrid : Ediciones de Cultura Hispánica, 1991, p. 199 et 325.

13  Cet aspect linguistique fera l’objet d’une étude détaillée que je n’aurai pas l’occasion de détailler ici.

14  A propos de la présence hispanique à Toulouse à la fin du xve siècle, voir l'introduction d'Amaia Arizaleta et Luis González Fernández dans ce même numéro.

15  Sur les divers échanges entre le Midi toulousain et le nord de la Péninsule, voir : Jean-Michel Minovez et Patrice Poujade, Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées, xiiie-xix e siècle, Toulouse : CNRS – UMR 5136 / FRAMESPA / Université de Toulouse-Le Mirail, Collection « Méridiennes », 2 vols., 2005 ; Gilles Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse : de 1450 environ à 1561, Toulouse : Privat, 1962 ; Gilles Caster et Bartolomé Bennassar, Les routes de cocagne, Toulouse : Privat, 1998 ; Patrick Ferté, Toulouse et son université, relais de la Renaissance entre Espagne et Italie (1430-1550), Genève : Droz, 2003 ; Id., Les étudiants catalans à l’Université de Toulouse du xiiie au xviiie siècle, Valencia : Universitat de Valencia, 2003.

16  Antoni Rubio i Lluch, Documents per a la historia de la cultura catalana medieval, éd. fac-similé d’Albert Balcells et Albert Hauf, 2 vols. Barcelona : Institut d'Estudis Catalans, 2000, v. 2, n° ccxxxiv, p. 221-222.

17  Je reprends ici la formule d’Ana Pairet, art. cité, p. 49.

18  Je cite le texte français à partir de l'édition de Gaspard Ortuin et Peter Schenck, Lyon, 1485-1486, dont un exemplaire est conservé à la Bibliothèque nationale de France, Rés. m. Y2. 31, disponible en ligne sur Gallica : URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7300067s.

19  M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 935-936.

20  Ibid., p. 957.

21  Alan D Deyermond, art. cité, p. 62.

22M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 986.

23  Je reprends et développe ici certaines remarques de María Silvia Delpy à propos du prologue et de l’épilogue de l’Historia de la linda Melosina, art. cité, p. 17-18.

24  La traduction médiévale a été bien explorée au cours de ces dernières années. On pourra consulter de nombreux travaux sur la question, notamment pour le domaine hispanique Carlos Alvar, Traducciones y traductores : materiales para una historia de la traducción en Castilla durante la Edad Media, Alcalá de Henares : Centro de Estudios Cervantinos, 2010 ; Id., « Materiales para una taxonomía de la traducción al castellano en el siglo xv », in : Francisco Moreno Fernández, et al. (coord.), Lengua, variación y contexto : estudios dedicados a Humberto López Morales, Madrid : Arco/Libros, v. 1, 2003, p. 67-79 ; Id., « Promotores y destinatarios de traducciones en Castilla durante el siglo xv », Cahiers d’Études Hispaniques Médiévales, 27, 2004, p. 127-140. On consultera aussi Anna Alberni, Lola Badia y Lluís Cabré (ed.), Translatar i transferir. La transmissió dels textos i el saber (1200-1500), Santa Coloma de Queralt : Obrador Edèndum-Publicacions URV, 2010 et l’ensemble des articles publiés dans Cahiers d’études hispaniques médiévales, 33, 2010.

25Carlos Alvar, Traducciones y traductores…, p. 250.

26  M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 467.

27Je reprends ici la formule de Víctor Infantes, « La prosa de ficción renacentista : entre los géneros literarios y el généro editorial », Journal of Hispanic Philology, 13, 1989, p. 117.

28  M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 467-468.

29  Ibid., p. 463.

30  M. A. Frontón Simón, op. cit., p. 859.

31  Ibid., p. 986.

32  A propos du motif de la Fortune dans la littérature hispanique du xve siècle, on pourra consulter : Lourdes SIMÓ, « Partenople la Fulgente de Diego del Castillo y el género de la elegía epistolar en la poesía cancioneril del siglo xv », Revista de poética medieval, 6, 2001, p. 87-114 ; Elena Rossi, « Style and Pathos in the Spanish Epic Planctus », Revista Canadiense de Estudios, 18 (1), 1993, p. 81-90 ; Juan de Dios Mendoza Negrillo, Fortuna y providencia en la literatura castellana del siglo xv, Madrid : Real Academia Española, 1973 ; Erna Ruth Berndt, Amor, muerte y fortuna en « La Celestina », Madrid, Gredos, 1963 ; Josep Miquel Manzanaro i Blasco, Fortuna en el « Tirant lo Blanch » i en el « Curial i Güelfa », Alacant : Universitat d’Alacant, 1998.

33  Pour plus d’informations sur la traduction du De Consolatione de Boèce, voir dans ce même volume, l’article de Jean-François Courouau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Baquedano, « Toulouse, 14 juillet 1489 : la première impression de l’Historia de la linda Melosina », Atalaya [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/atalaya/1140

Haut de page

Auteur

Laura Baquedano

Université de Toulouse 2, Toulouse. FRAMESPA, UMR-CNRS 5136
laura.baquedano@orange.fr

Haut de page