Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier : Alfonso de Palencia, travaux en cours et perspectives

Alfonso de Palencia : travaux en cours et perspectives

Alfonso de Palencia: trabajos en curso y perspectivas
Alfonso de Palencia: works in progress and new approaches
Alice Carette

Résumés

L’œuvre de l’humaniste Alfonso de Palencia, reconnue par les médiévistes hispanistes pour sa valeur historique et culturelle, est encore peu exploitée, notamment en raison du caractère très incomplet de son édition et de sa diffusion. Elle fait néanmoins l’objet d’une nouvelle dynamique de recherche depuis quelques années. Les journées d’études Alfonso de Palencia : travaux en cours et perspectives, organisées à l’ENS de Lyon les 9 et 10 juin 2016, entendaient s’inscrire dans ce renouveau des études consacrées à l’historien. Ce texte offre une présentation synthétique du dossier constitué par les cinq contributions qui en sont issues. Leurs auteurs, Susanna Allés Torrent, Francisco Bautista, Alice Carette, Matías Ferrera et Jeremy Lawrance proposent ici de nouvelles approches philologiques et éditoriales de l’œuvre.

Haut de page

Dédicace

Ce dossier est dédié à la mémoire de Madeleine Pardo

Texte intégral

Que Michel Garcia, Olivier Brisville-Fertin et Matías Ferrera soient remerciés pour l’aide précieuse qu’ils ont apportée à sa réalisation.

  • 1 Cette rencontre a été organisée dans le cadre d’une délégation qui m’a été accordée par le CNRS au (...)

1Ce dossier, sous la direction d’Alice Carette, rassemble des articles issus de communications présentées à l’ENS de Lyon les 9 et 10 juin 2016, lors des journées d’études Alfonso de Palencia : travaux en cours et perspectives, dans le cadre du Séminaire des hispanistes du CIHAM-UMR 5648, dirigé par Carlos Heusch et Denis Menjot1.

2Auteur de la source historique de premier plan que sont les Gesta Hispaniensia, Alfonso de Palencia (1423-1492) est considéré par les spécialistes du xve siècle comme l’un des meilleurs témoins de son temps, ce qui lui vaut d’être régulièrement cité par les historiens spécialistes des règnes d’Henri IV de Castille et des Rois Catholiques. 

3Jusqu’à une date récente, seules les première et quatrième décades des Gesta hispaniensiae ex annalibus suorum dierum collecta bénéficiaient d’éditions scientifiques bilingues latin-castillan. Le reste de la production de l’auteur, riche d’une diversité caractéristique de l’humanisme italien dont elle se nourrit (deuxième et troisième décades, Guerre de Grenade, traductions, ouvrages lexicographiques, traité de géographie et de toponymie, correspondance avec de grands acteurs de la vie intellectuelle et politique) est encore en grande partie inédite. Presque vingt ans après les éditions de la Perfección del triunfo militar (Durán Barceló, 1996), de la première Décade des Gesta Hispaniensia (Tate et Lawrance, 1998), et dans le sillage de la thèse de Madeleine Pardo (Alfonso de Palencia, historien, 1999), l’œuvre du chroniqueur suscite aujourd’hui un légitime regain d’intérêt parmi les chercheurs.

  • 2 Thèse de Susanna Allés Torrent —“Parallelae sive Vitae illustrium virorum” (Las vidas de Plutarco, (...)

4Dans la continuité des travaux critiques et éditoriaux consacrés à Palencia au cours des dernières années2, ces journées se proposaient de réunir des spécialistes de l’auteur, confirmés ou novices, afin de dresser un bilan des recherches récentes et en cours et de poser les jalons d’un travail collectif à mener dans les prochaines années.

  • 3 Voir Francisco Bautista, « La Segunda Parte de las Antigüedades de España», Boletín de la Real Aca (...)

5Les articles de Francisco Bautista et Matías Ferrera proposent, en premier lieu, des réflexions sur des textes ou des thèmes encore peu étudiés de l’œuvre de l’auteur. Le premier est en effet consacré au discours sur la chute de la monarchie wisigothique dans la deuxième décade des Antigüedades de España, texte présumé perdu jusqu’à une date récente et découvert par Francisco Bautista3 peu avant son édition par Javier Durán Barceló. On découvre dans cette étude que Palencia se détache nettement de la tradition : faisant fi des sources autorisées, il se démarque du discours néo-gothique qui imprègne depuis longtemps l’historiographie castillane, et présente au contraire la monarchie wisigothique comme une institution déclinante et pécheresse, qui précipita sa propre chute. Le chroniqueur insiste, par ailleurs, sur les liens entre l’histoire de l’Espagne et celle de Rome. Cette dernière, en effet, constitue pour lui un modèle plus viable et légitime pour les royaumes ibériques que l’ancienne Hispanie wisigothique. Un tel point de vue explique notamment la place accordée à certains épisodes de l’histoire romaine dans ce récit de l’histoire ancienne de l’Espagne.

6La contribution de Matías Ferrera étudie minutieusement la place et la fonction des actualités étrangères européennes (France, Angleterre, Italie), de l’époque de Palencia cette fois, dans la deuxième et la troisième décade des Gesta Hispaniensia. Elle démontre systématiquement leur place centrale dans un projet historiographique qui ne conçoit pas les événements extérieurs à l’Espagne comme de simples concordantia, mais comme des éléments nécessaires à la compréhension globale d’une histoire en construction. Palencia accorde d’autant plus d’importance aux actualités étrangères qu’il les utilise également pour mettre en valeur la figure de Ferdinand d’Aragon.

7Les deux contributions suivantes portent sur divers aspects de la subjectivité de Palencia, trait qui constitue l’une des marques de fabrique de son écriture.

8L’article de Jeremy Lawrance s’intéresse ainsi à l’apparente contradiction entre les reproches souvent adressés à l’humaniste pour le caractère mordant, voire cruel, de son regard sur ses contemporains, et la manière dont il se considérait, pour sa part, comme simplement dévoué à la vérité historique. Jeremy Lawrance montre comment ce paradoxe se résout dès lors l’on considère le discours historique de l’auteur, alors très novateur, comme celui d’un satiriste ; point de vue qui, s’il fait partie des codes culturels des lecteurs actuels de Palencia, fut mal compris par ses contemporains.

9Le texte d’Alice Carette analyse quant à lui la place des principaux affects mis en avant dans le Bellum adversus Granatenses : ceux qu’éprouvent et suscitent Isabelle de Castille et, surtout, Ferdinand d’Aragon, mais également ceux que sont censés ressentir et provoquer les populations musulmanes assiégées. Ces affects, omniprésents dans ce récit de guerre, sont, comme souvent dans les textes « palentins », mis au service d’un discours de propagande destiné à légitimer la guerre de reconquête et la victoire chrétienne. Ils favorisent en outre l’adaptation des lecteurs à la nouvelle situation des musulmans de Grenade à l’issue du conflit

10Enfin, la contribution de Susanna Allés Torrent propose une réflexion autour du renouveau des études consacrées à Palencia, en tant qu’historien et lexicographe, et à la possibilité de l’inscrire dans le développement actuel des techniques d’édition numérique, ce qui faciliterait l’accès à ses œuvres. Elle envisage l’ensemble des possibilités d’une telle entreprise et illustre ces perspectives en présentant un projet d’édition en cours des Vitae Illustrium Virorum, écrites en latin par les humanistes italiens Leonardo Bruni, Guarino Veronese et Donato Acciaiuoli. Ces derniers traduisirent également du grec vers le latin des Vies parallèles de Plutarque, dont Palencia produisit ensuite une version castillane. Susanna Allés insiste, enfin, sur la nécessité morale et intellectuelle d’utiliser, pour de telles éditions, des outils technologiques simples, accessibles et gratuits, pour éviter qu’ils ne deviennent rapidement obsolètes et permettre leur utilisation collaborative sur le long terme.

Haut de page

Notes

1 Cette rencontre a été organisée dans le cadre d’une délégation qui m’a été accordée par le CNRS au sein du CIHAM-UMR 5648, de février à juillet 2016. Que Jean-Louis Gaulin, directeur du CIHAM, soit remercié pour avoir soutenu ce projet ; que Carlos Heusch et Denis Menjot le soient également pour avoir accueilli ces journées d’études dans le cadre de leur séminaire.

2 Thèse de Susanna Allés Torrent —“Parallelae sive Vitae illustrium virorum” (Las vidas de Plutarco, Sevilla 1491). Estudio y edición crítica de la traducción de Alfonso de Palencia de las vidas compuestas por Donato Acciaiuoli, Leonardo Bruni y Guarino Veronese —, suivi par la publication de la traduction par Palencia des VitaeHannibalis et Scipionis de Donato Acciaiuoli (Brepols, 2014) ; édition de la Batalla campal de los perros contra los lobos par Julio Martín Romero (Cilengua, 2013); publication de la deuxième Décade des Antigüedades de España, par Javier Durán Barceló (2014).

3 Voir Francisco Bautista, « La Segunda Parte de las Antigüedades de España», Boletín de la Real Academia Española, 93, 2013, p. 5-25.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Carette, « Alfonso de Palencia : travaux en cours et perspectives », Atalaya [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 23 août 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/atalaya/1978

Haut de page

Auteur

Alice Carette

Université Grenoble Alpes/ILCEA 4 – alice.carette@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page