Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier : Alfonso de Palencia, travaux en cours et perspectives

Les « gesta non Hispaniensia », actualités étrangères dans la deuxième et la troisième Décades d’Alfonso de Palencia

Las «gesta non Hispaniensia», noticias de actualidad extranjeras en la segunda y tercera Décadas de Alfonso de Palencia
The “gesta non Hispaniensia”, foreign news in Alfonso de Palencia’s Second and Third Decades
Matías Ferrera

Résumés

Cet article s'intéresse à la présence d’actualités étrangères dans la deuxième et la troisième Décades d'Alfonso de Palencia. À travers l'étude des passages consacrés à l'histoire de France, d'Angleterre, de Bourgogne, d’Italie (possessions vénitiennes en Mer Égée incluses) et de Hongrie, il prétend démontrer que l'auteur ne les conçoit pas comme des digressions ou des concordantia. Bien au contraire, ces « gesta non Hispaniensia » apparaissent comme des éléments à part entière d'un projet historiographique complexe où le rapport de causalité s'impose comme principe ordonnateur aux côtés de la chronologie. Davantage encore, ils s'inscrivent dans un programme propagandiste en faveur de Ferdinand d'Aragon et de ses alliés, Palencia ayant conscience que présenter une Chrétienté aux abois face à la menace turque et identifier les responsables de la situation lui permet de décrédibiliser et accuser les ennemis de Ferdinand d'Aragon afin de mieux exalter ce dernier.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce calembour qu’on voudra bien nous pardonner a le mérite d’être explicite, bien qu’il frôle le bar (...)
  • 2 Brian Tate, Ensayos sobre la historiografía peninsular del siglo xv, Madrid: Gredos, 1970, p. 66.
  • 3 Depuis l’Estoria de España, les événements étrangers font partie intégrante du système de datation (...)
  • 4 Cette découverte fortuite fut confortée dans un premier temps par un passage de l’introduction plac (...)

1Il ne fait aucun doute qu’Alfonso de Palencia est l’auteur des Gesta Hispaniensia. En revanche, il peut apparaître plus surprenant qu’on puisse lui attribuer des « gesta non Hispaniensia »1. Nous désignons ainsi tous les évènements qui ne concernent pas sensu proprio l’Aragon, la Castille, Grenade et le Portugal, soit qu’ils ne se déroulent pas sur leurs territoires — colonies en Atlantique et en Afrique du Nord incluses — soit qu’ils ne mobilisent aucun des acteurs de la vie politique de ces différents états. Les parties de l’œuvre « palentine » qui nous occuperont sont celles qui concernent la France, la Bourgogne, l’Angleterre, l’Italie, les possessions vénitiennes en mer Égée et la Hongrie. Leur nombre invite à battre en brèche le poncif selon lequel la production historiographique ibérique ne se serait intéressée qu’aux seules affaires internes aux royaumes de la Péninsule. Que des faits qui lui sont extérieurs soient évoqués dans des chroniques n’est pas une nouveauté en soi. C’est le cas chez bon nombre des prédécesseurs de Palencia. Il suffit de penser aux concurrentia, qui relèvent selon Brian Tate d’une « práctica largo tiempo establecida de los historiadores medievales » 2 et dont l’habitude remonte au moins à l’Estoria de España. Mais ces concurrentia n’ont là qu’une utilité chronologique et documentaire, et permettent seulement d’établir des synchronies3. L’originalité des Décades ne réside donc pas tant dans la présence d’actualités étrangères que dans leur abondance et davantage encore dans les différents rôles fonctionnels qui leur sont attribués dans le cadre général du récit. L’intérêt de Palencia pour des nouvelles non-hispaniques apparaît d’autant plus singulier qu’il constitue un véritable paradoxe dans une chronique dont le choix-même du titre affichait et revendiquait une hispanité à première vue exclusive4.

  • 5 Par commodité, nous citons le texte latin inédit de la deuxième et de la troisième Décades à partir (...)
  • 6 Antonio Paz y Melia (trad.), Crónica de Enrique IV escrita en latín por Palencia, Madrid: Tipografí (...)

2Le choix de limiter notre corpus à la deuxième et à la troisième Décades s’explique par leur caractère inédit5. Elles sont les seules à ne disposer d’aucune édition de leur texte latin. Pour l’heure, seuls les manuscrits et la traduction castillane d’Antonio Paz y Melia6 permettent d’avoir accès à leur contenu. Dans la deuxième Décade, Palencia traite de la période allant de 1468 (mort de l’infant Alphonse de Castille) à 1474 (mort du roi Henri IV). Dans la troisième, il prolonge sa narration jusqu’en 1477 (retour de France d’Alphonse V de Portugal). C’est le moment où Jean II d’Aragon sort victorieux de la Guerre civile qui l’opposait aux institutions de Catalogne (1462-1472) et où, peu après, éclate entre Jeanne et Isabelle la Guerre de succession de Castille (1475-1479). Dans ces deux conflits, le chroniqueur prend le parti des Aragonais, c’est-à-dire celui de Ferdinand, davantage que celui d’Isabelle.

  • 7 « […] uel huius uel illius partis omnes fere princeps [sic pro principes] Europæ uidebantur. […] It (...)
  • 8 « […] præcipueque ad Hispaniensia negotia propensior audatia curialium Romanorum redebatur quoniam (...)

3L’ensemble des Décades ne saurait se comprendre sans tenir compte de ce tropisme « fernandin ». Il en va de même pour les « gesta non Hispaniensia ». Elles sont la preuve que Palencia, dans sa quête perpétuelle de causalité, a conscience que ces deux guerres ont mobilisé des forces extérieures. Bien qu’elles semblent n’être qu’internes aux couronnes d’Aragon et de Castille, elles ont aussi concerné la France, le Portugal et le Saint-Siège. Ce dernier, en de si graves affaires, ne pouvait manquer d’agir, notamment parce que l’accession au trône castillan était conditionnée par les mariages des deux héritières, qui requéraient tous deux des dispenses de parenté. Or ces interventions étrangères deviennent, sous la plume de l’historien, des ingérences intéressées : l’Espagne n’était plus qu’une proie. « Presque tous les princes d’Europe semblaient favorables à l’un ou à l’autre parti » parce que « nos affaires [i.e. celles d’Espagne] étaient, en temps de guerre comme de paix, convoitées par les derniers des princes »7. À la curie, « c’était surtout vers les intérêts espagnols que penchait de nouveau l’audace des cardinaux de Rome, puisque les royaumes de Castille et de Léon, à cause de l’inaction ou de la démence des rois, étaient depuis longtemps lésés par les pontifes romains, qui en tiraient un profit injuste »8. De ce fait, apporter des informations allogènes permet bien souvent d’éclairer la series rerum hispanique, dans un pur rapport de cause à effet.

4Mieux encore, les « gesta non Hispaniensia », loin d’être des annotations ponctuelles et autonomes les unes des autres, forment un système. Difficilement perceptible au fil de la narration chronologique, il ne devient lisible que par une étude conjointe de ses différents éléments. À travers lui, Palencia offre une lecture géopolitique de l’Occident chrétien, dont Ferdinand d’Aragon constitue le pivot central. Vu à travers le double prisme de la guerre catalane et de la tumultueuse succession castillane, le tableau qui en résulte est un parfait diptyque dont le principe manichéen des valeurs repose sur la doctrine rudimentaire de la communauté des alliés et des ennemis. Il distingue, parmi les souverains, les partisans, directs ou indirects, déclarés ou objectifs, du prince aragonais d’une part et ses opposants de l’autre. Une telle présentation du contexte européen concourt à un double dessein : accuser et avilir ceux-ci de façon à mieux mettre en avant ceux-là. Pour ce faire, l’auteur des Décades choisit trois angles d’attaque principaux : la dénonciation de la politique intérieure et extérieure du roi Louis XI, la condamnation de la papauté et de la curie romaine et l’interprétation de l’avancée turque comme le symptôme d’une Chrétienté privée de tête et dont les membres, par de vaines agitations, se neutralisent mutuellement.

Louis XI, le Très Chrétien fauteur de troubles

  • 9 « […] notissima Ludouici regis inconstantia moresque ad fortunæ motus minime uero ad uirtutis respe (...)
  • 10 Le voyage qu’effectue Alphonse V de Portugal en France, d’août 1476 à octobre 1477, pour tenter de (...)
  • 11 « bellorum author pręcipuus », Déc. II, lib. II, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 35ro; « multas per orb (...)
  • 12 « […] pręsentia enim semper respiciebat, immemor pręteritorum, et orbem totum inficere bellorum con (...)
  • 13 « […] hisce litibus externis aucupari oppinabatur sibi maiorem potentiam ut aduersariis faciliorem (...)

5Les raisons de l’aversion de Palencia pour Louis XI sont multiples. Elles tiennent d’abord à son attitude face aux conflits péninsulaires. Il suffit de rappeler la rivalité pour le contrôle du Roussillon, de la Cerdagne et de l’Ampourdan, héritée de l’alliance franco-aragonaise, les tensions liées à la Navarre, la prise de position en faveur d’Alphonse V et de Jeanne, et, évidemment, les opérations militaires menées contre Ferdinand et Isabelle. Cette aversion découle aussi de l’antipathie que lui inspirent les vices qu’il prête au roi de France. Elle conditionne incontestablement le portrait qu’il fait de lui. Disséminée par touches, la dénonciation sérieuse des défauts et travers du souverain est dépourvue du sarcasme dont le chroniqueur ne se prive d’ordinaire que rarement. Sûrement faut-il voir là un indice de l’inquiétude véritable que suscitait sa puissance chez ses contemporains. La critique du tempérament de Louis XI reprend les éléments traditionnels de la caricature de l’« universelle aragne » commune à l’historiographie qui lui fut, de son vivant et après sa mort, hostile, à savoir sa tyrannie, son inconstance, sa perfidie et sa ruse9. Les traits de sa personnalité, versatile tant à l’égard de ses alliés10 que de ses ennemis et irrespectueuse des règles de la diplomatie et de la guerre, rejaillissent sur la Chrétienté tout entière. C’est là le grief principal qui lui est fait dans l’intégralité des Décades et du Bellum adversus Granatenses. Il transparaît à merveille dans la périphrase utilisée à son propos : il est le « principal instigateur des guerres ». Il est celui qui « s’efforca de semer de nombreuses discordes à travers la terre », poussé par une « insatiable soif de nouvelles conquêtes » et par un penchant naturel « pour la revanche plutôt que pour la négociation »11. « Oublieux du passé, il ne considérait jamais que le présent, et essayait d’infecter toute la terre des miasmes de la guerre »12. Attiser et entretenir des tensions chez ses voisins lui permettait, pensait‑il, de se renforcer tout en les affaiblissant. Mais leur multiplication lui fut parfois défavorable au point de se retrouver impuissant et de « sembler vaciller au milieu des nombreuses difficultés créées par la réactivation de ces conflits et, occupé à plusieurs affaires, n’accorder qu’une attention peu suivie à chacune d’entre elles »13.

  • 14 « […] prępeditus negotiis Britanicis, Anglicisque et Burgundieis nequiret Hispaniensibus vacare reb (...)

6À travers un tel constat, Palencia relève qu’en général mais de façon plus marquée à partir de 1475, à chaque fois que la guerre gronde dans le nord de son royaume, Louis XI est contraint de s’y consacrer pleinement pour préserver son territoire et son pouvoir. Un tel choix impliquait de desserrer un temps l’étau obsidional sur le Roussillon et le Guipuzcoa. Le souverain français, « empêché par les affaires bretonnes, anglaises et bourguignonnes, ne pouvait s’occuper des problèmes espagnols »14. De fait, les « gesta Gallica » sont une parfaite illustration de la double fonctionnalité des nouvelles étrangères dans les Décades. D’une part, leur évocation apporte des éléments de compréhension, puisque tel événement interne à la vie politico-militaire de la France induit des répercussions sur l’attitude des troupes françaises dans la péninsule ibérique. D’autre part, ils fournissent autant d’occasions d’accabler un des ennemis de Ferdinand.

  • 15 « […] uetus amicitia ducum Burgundię cum regibus Aragonum utruque parti utilis utilior tunc seni et (...)
  • 16 Pour bien montrer la triple alliance entre l’Aragon, la Bourgogne et l’Angleterre, le chroniqueur é (...)

7C’est la raison pour laquelle les deuxième et troisième Décades se font écho des conflits qui agitent dans les années 1470 le nord de l’Europe, à savoir les derniers feux de la Guerre de Cent ans, la Guerre des Deux-Roses, le conflit franco-bourguignon et les guerres opposant le duché de Bourgogne à ses autres voisins. Pour accentuer le ressort que représentent dans l’ensemble de sa chronique les allusions qu’il y fait, Palencia prend soin de souligner, passim, les alliances unissant la couronne d’Aragon à Charles le Téméraire15 et à Édouard IV, les maisons de Bourgogne et d’York étant de plus liées par mariage16, tous unis, en somme, contre un seul et même ennemi.

  • 17 Voir Déc. II, lib. II, cap. VI, BUS, Ms/2559, fol. 32vo.
  • 18 Voir Déc. II, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 122vo.
  • 19 Voir Déc. II, lib. VIII, cap. VII, BUS, Ms/2559, fol. 132vo

8Les conséquences de ces différentes luttes sur les affaires aragonaises sont évoquées du vivant de Jean II. Ainsi, l’avancée française dans l’Ampourdan et son occupation, en appui du prétendant Jean d’Anjou, auraient été interrompues en décembre 1469 par la reprise des attaques anglo-bourguignonnes dans le nord de la France. Ces dernières auraient contraint Louis XI à rappeler ses troupes et à se détourner momentanément du sud-ouest avant même que le roi d’Aragon ait pu intervenir17. Plus tard, Palencia évoque de nouvelles interférences anglo-bourguignonnes pour éclairer les différents soubresauts qu’a connus la tentative de reconquête française de Perpignan en 1473. Louis XI aurait dans un premier temps cherché à se débarrasser, tant bien que mal, des problèmes bourguignons, de façon à pouvoir se concentrer sur la seule question perpignanaise, devenue chez lui une véritable obsession18. Mais bientôt, à l’inverse, il dut négocier une trêve avec le roi d’Aragon pour pouvoir faire face à de nouveaux troubles survenus aux frontières de la Bourgogne et de la Bretagne, devenus alors trop gênants pour être négligés19.

  • 20 Voir Déc. II, lib. II, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 34vo et Déc. II, lib. V, cap. I, BUS, Ms/2559, (...)
  • 21 Voir Déc. II, lib. V, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 62ro. Le récit que Palencia fait de ces évènements (...)
  • 22 « […] extincta uidetur spes regis Ludouici Francorum […] », Déc. II, lib. V, cap. I, BUS, Ms/2559, (...)

9De la même manière, l’entrelacement de la Guerre des Deux Roses et du conflit franco-bourguignon fournit une autre occasion d’attaquer Louis XI et d’éclairer ses agissements de part et d’autre des Pyrénées. Certes, en 1470, la déposition d’Édouard IV d’Angleterre, et la restauration d’Henri VI marquèrent un temps d’arrêt dans les initiatives anglo-bourguignonnes à l’encontre de la France. Palencia sous-entend que le comte de Warwick, le faiseur de rois anglais, avait été à dessein soutenu par les manigances de Louis XI, désireux d’écarter un de ses rivaux20. Mais le stratagème du Capétien fit long feu et son répit ne fut que de courte durée. En 1471, le souverain yorkiste déchu, de retour de son exil auprès du Téméraire, regagne l’Angleterre avec le soutien militaire déclaré de ce dernier. Le roi de France est alors empêché d’agir en faveur d’Henri VI de peur de briser l’alliance conclue avec le Téméraire (sûrement le traité de Péronne de 1468). Édouard IV triomphe, de façon fulgurante, de l’ensemble de ses adversaires et reconquiert le trône21. Sa victoire est présentée dans les Décades comme un échec patent des manœuvres françaises : à ce moment-là, « l’espoir du roi de France Louis semble ruiné »22.

  • 23 Voir Déc. III, lib. IV, cap. VII, BUS, Ms/2559, fol. 253ro-254ro.
  • 24 « Quippe soluit Gallus quęcunque Eduardus ad illam expeditionem consumpsisset multaque firmioris ne (...)
  • 25 Palencia indique qu’en contrepartie un fils et un bâtard du connétable de Saint-Pol auraient été li (...)
  • 26 « […] cupiens alia omnia qualitercunque componere ut Vasceorum occupationi belloque Hispaniensi int (...)

10Le triomphe d’Édouard IV est aussi une aubaine pour l’Aragon, puisqu’elle permet la reconstitution de l’alliance anglo-bourguignonne contre le communis hostis. Elle porte ses fruits en 1475 quand le Britannique entend reconquérir les anciennes possessions de sa couronne en France23. Charles de Bourgogne lui apporte son concours théorique mais est occupé par le Conflit ecclésiastique de Cologne et par le siège de Neuss. Face au débarquement anglais et à l’échec de ses nouvelles tentatives de division de la noblesse anglaise, Louis XI, acculé et lâche, est contraint d’acheter la paix au prix fort : « en effet, le Français paya tout ce qu’Édouard avait dépensé pour cette expédition et lui donna de nombreux gages d’une alliance plus solide »24. Parallèlement, il conclut un cessez-le-feu avec le Téméraire. Sans être nommés explicitement, il s’agit bien du traité de Picquigny et de la trêve de Soleuvre. Mention est aussi faite de l’exécution du connétable Louis de Luxembourg, comte de Saint-Pol, livré par son ancien protecteur bourguignon, comme victime expiatoire de ce nouvel apaisement25. Pour Palencia, l’issue négociée de cette grande conspiration de 1475 s’explique par la pusillanimité de Louis XI. À ce moment-là, les rapports entre les différents théâtres d’opération où agit le roi de France s’inversent. Auparavant, ce dernier avait cherché à se débarrasser de ses implications péninsulaires autour de Perpignan pour se consacrer aux enjeux anglais et bourguignons. À présent, au contraire, il préfère s’attacher au Sud et il se hâte « de régler toutes ses autres affaires pour pouvoir se consacrer à l’invasion des Basques et à la guerre d’Espagne »26. À cette date-là, le conflit couve entre Louis XI et les Isabellins. Désormais libéré des menaces venant du nord, le roi de France peut leur déclarer la guerre ouvertement au début de l’année 1476. Aussitôt, il se lance dans le siège de Fontarrabie, avant pour objectif de rejoindre la ville de Burgos, rebelle à Ferdinand, et de gagner la Navarre, tandis que, de l’autre côté, son allié Alphonse de Portugal tient Zamora.

11Jusqu’ici les « gesta non Hispaniensia » permettent avant tout au lecteur de mieux appréhender les circonstances des intrusions françaises dans les querelles espagnoles. Si parallèlement elles ne contribuaient pas à discréditer Louis XI, elles pourraient n’être que des digressions utiles, telles qu’en offrent certaines autres chroniques castillanes de la période. Cependant, il est des cas où les interactions avec la péninsule sont bien moins patentes, voire inexistantes, et où la vocation documentaire et la concomitance des faits ne suffisent pas à expliquer l’attention que Palencia y porte. C’est alors le désir de flétrir l’ennemi qui prédomine sur toute autre logique.

  • 27 Les dernières tribulations du duc de Bourgogne sont consignées dans un chapitre entier. Voir Déc. I (...)
  • 28 « […] ad eos inclinasse quos Gallicus inuadebat exercitus eosque odisse quos Gallicum nomen tueri c (...)
  • 29 « Dux enim Burgundię, uir arduus maritique intentissimus Germanorum bello aduersus Colonienses prim (...)
  • 30 « […] Ludouici fauore percitus, uexare contenderat populos Carolo duci obnoxios. », Déc. III, lib.  (...)
  • 31 « Itaque ubi Ludouicus rex angustiis extremis animaduertit affili amicum Lothoringiæ ducem, ad call (...)
  • 32 Voir Déc. III, lib. IX, cap. VII, BUS, Ms/2559, fol. 367vo et Déc. III, lib. X, cap. III, BUS, Ms/2 (...)

12Quand les Décades en viennent à raconter la tragique fin de Charles de Bourgogne27, la reconstitution des différentes étapes de la chute du duc n’a pas d’autre but que de montrer la responsabilité de Louis XI dans la mort de celui qui, selon Palencia, soutenait et protégeait ses ennemis et s’opposait à ses alliés28. Conjointement au conflit de Cologne, Charles s’enlise peu à peu dans la Guerre de Bourgogne, qui débute en 1474. Pour le chroniqueur, il ne fait aucun doute que c’est son vieux rival qui a poussé les Suisses à prendre les armes contre leur voisin29. Ayant fait le choix risqué d’envahir les Cantons, le Téméraire est battu par trois fois (probable allusion aux batailles d’Héricourt, de Grandson et de Morat) avant qu’une trêve ne soit conclue et qu’il ne se retourne contre René II de Lorraine. Palencia légitime cette initiative guerrière, qui aurait pu passer pour une agression, parce que ce dernier, « exalté par le soutien de Louis [XI], cherchait à tourmenter les peuples sujets du duc Charles »30. Le Bourguignon assiège Nancy en 1477. Le roi de France, ne pouvant intervenir ouvertement de peur de réactiver l’alliance anglo-bourguignonne, « recourut à des stratagèmes fourbes et perfides »31. L’historien l’accuse d’avoir soudoyé le commandant des troupes bourguignonnes, le comte de Campobasso, d’avoir incité les Suisses à la vengeance et d’avoir conseillé aux Lorrains d’attirer leur ennemi dans le piège d’une bataille rangée. Il leur aurait aussi envoyé des troupes en soutien. Le duc, loin de se douter de ces machinations, se jette dans la mêlée. Trahi par son condottiere, il trouve la mort dans des circonstances empreintes de doutes. Le récit se poursuit aussitôt sur les prémices de la Guerre de succession qu’entraîne sa disparition32. Palencia dénonce la prédation et les appétits territoriaux de Louis XI, qui entendait faire main-basse sur le domaine. Après avoir un temps projeté une solution matrimoniale, en envisageant l’alliance du Charles VIII et l’héritière du duché, il envahit bientôt les États de son défunt vassal.

  • 33 L’expression « dominandi libidines » apparaît dans le passage que consacre Palencia à la mort de Lo (...)
  • 34 « Uniuersam simul Italiam implicare bello studebat Ludouicus cum rex Citerioris Çicilię Fernandus p (...)
  • 35 « Iam infectis Anglię proceribus, Italię principes populosque conaturi implicare seditionibus quas (...)
  • 36 Voir Déc. II, lib. II, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 34vo. — La naissance du dauphin bat aussi les (...)
  • 37 Au préalable, Palencia avait fait allusion au conflit opposant pape Paul II et Ferrante de Naples a (...)
  • 38 Voir Déc. II, lib. V, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 62vo.

13À côté de la Bourgogne, l’Italie apparaît comme un parfait exutoire aux désirs de domination du roi de France33. Palencia est conscient de l’importance des intrigues qui s’y jouent, du fait de la présence de Ferrante de Naples, cousin et allié de poids de Ferdinand. Quand il affirme que Louis XI s’échinait à empêcher l’Italie dans la guerre pour y freiner les ambitions des Napolitains et des Vénitiens, qui soutenaient Jean II et Ferdinand d’Aragon34, il témoigne de l’intelligence qu’avaient les contemporains de l’importance des enjeux italiens et des répercussions qu’ils pouvaient avoir. Là-aussi, il établit une corrélation entre accalmies de la menace anglo-bourguignonne et intrusions françaises dans la Péninsule. Après la victoire yorkiste de 1471, profitant de la faiblesse du pape et des divisions intestines des seigneuries, Louis XI, « après avoir gangrené la noblesse d’Angleterre, avait entrepris d’empêtrer les princes et les peuples d’Italie dans des querelles qu’il savait faciles à provoquer »35. Le roi de France avait aussi gagné en assurance du fait de la naissance du futur Charles VIII (1470), qui lui assurait une perspective successorale sereine36. À ce moment-là, il gagne à sa cause le duc de Milan, Galeazzo Maria Sforza, qui n’est autre que son beau-frère. Face à cette menaçante amitié, un rapprochement s’organise entre les ennemis de la veille, à savoir le Saint-Siège et le royaume de Naples37, auxquels s’adjoignent les Vénitiens et les Florentins. Ces derniers se détachent bientôt de cette reconfiguration diplomatique bien trop éphémère, pour se ranger du côté français, à l’instar de Gênes, passée sous influence milanaise38.

  • 39 Voir Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 291ro-293vo.

14Les terres italiennes offraient surtout à Louis XI, comme l’Espagne le faisait dans le cas du Roussillon, des perspectives d’expansion. Palencia aborde ce thème à travers la crise successorale de Savoie. Ouverte en 1472 par la mort d’Amédée IX, elle avait fourni au roi de France et au duc de Bourgogne une occasion de lutte indirecte39. La principauté de Chambéry échoit alors à un fils mineur, Philibert Ier. La régence est confiée à sa mère, Yolande de France, qui n’est autre que la propre sœur du Capétien, lui-même marié à la sœur du défunt duc. Pour tenir à l’écart son voisin français qui soutient la révolte nobiliaire de Philippe de Bresse, frère d’Amédée IX, Yolande appelle à l’aide le Téméraire. Le chroniqueur, fort de son subtil entendement des causes cachées, révèle le véritable motif de l’implication française dans la question savoyarde : outre la volonté de déstabiliser et de désamorcer un état frontalier, Louis XI conçoit la Savoie comme la porte d’entrée idéale vers la Péninsule italique où l’attire le port de Savone, sur le territoire de Gênes, quitte à violer l’amitié qui l’unissait aux Sforza, protecteurs de la république maritime. Face à ce projet, les Milanais et les Génois, se sentant trahis, se résolvent à soutenir le parti de l’héritier de Savoie.

  • 40 Voir Déc. III, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 340ro-341vo. Notons que le chapitre de la mor (...)
  • 41 « Haud aliena quidem uidetur aferte narrationis hoc in loco si breuiter explicetur mors ducis Medio (...)
  • 42 Voir Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 293ro et Déc. III, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms (...)
  • 43 « […] in occidentem plagam uires conabatur factiosas extendere […] », Déc. III, lib. VIII, cap. IV, (...)
  • 44 À propos des liens de proximité entre le duc, le gouverneur et l’épouse et maîtresse, Palencia se f (...)
  • 45 « […] publicę rei ultores […] », Déc. III, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 341ro.
  • 46 « […] humanissimum cuiuscunque tyranniæ tabis expertem […] », Déc. III, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms (...)

15Le dernier des « gesta Italica » concerne la mort du duc de Milan, Galeazzo Maria Sforza, survenue en 147640. Le chroniqueur se prémunit d’une éventuelle surprise de son lecteur en prétendant rapporter brièvement la mort de ce personnage41. En effet, Sforza présentait le triple tort d’avoir été l’allié de Louis XI, l’ennemi de Ferrante de Naples (malgré quelques fluctuations ponctuelles) et, pis encore, d’avoir aidé militairement les entreprises d’occupation française du Roussillon contre Jean II d’Aragon42, ce qui lui vaut d’être accusé, à son tour, d’employer ses forces pour troubler l’Occident tout entier43. Pour justifier son assassinat dans une église, il dénonce ses vices, son avidité, ses mœurs corrompues, sa violence, sa luxure ainsi que son goût pour les femmes, surtout mariées. C’est ce dernier travers qui pousse Giovanni Andrea Lampugnani, gouverneur de Gênes, à poignarder celui qui avait été l’amant de son épouse44. Le choix de rapporter cette mort sordide s’explique à coup sûr par la volonté de porter atteinte au souvenir d’un duc de Milan détesté et dont les meurtriers sont qualifiés de « vengeurs du bien public »45. À ce même but concourent les quelques lignes que Palencia consacre aux lendemains heureux de l’événement. Il souligne la réaction admirable de la veuve — et l’on connaît pourtant sa misogynie — qui parvient à conserver le duché de Milan et à le transmettre à leur fils Gian Galeazzo, décrit en parfaite antithèse de son père, comme « très humain et exempt de la corruption d’une quelconque tyrannie »46. Le compliment n’est pas gratuit, puisque le jeune duc épousera, un peu plus tard, Isabelle d’Aragon, petite-fille de Ferrante de Naples.

  • 47 Jeremy Lawrance propose exactement la même interprétation: « Para nosotros, en efecto, los rumores (...)
  • 48 Palencia est extrêmement critique envers le « Diable d’Arras », incarnation des manigances de Louis (...)
  • 49 Les attaques contre Louis XI et le cardinal d’Albi sont teintées des couleurs d’un sentiment anti-f (...)

16Toutes ces actualités étrangères en lien avec le roi de France nourrissent donc conjointement une déclaration à charge contre lui et ses complices et une défense des alliés des couronnes aragonaise et napolitaine. Dans cette stratégie d’attaque personnelle, il est impossible de nier que la rumeur occupe une place privilégiée. L’efficacité de cette arme redoutable réside en ce qu’elle était connue de ses contemporains et qu’elle leur paraissait crédible ou, tout du moins, faisait naître le doute en eux. Son intérêt, pour qui étudie la période, est de faire entrer, selon le mot de Miguel de Unamuno, l’intrahistoria, pour partie orale, dans l’historiographie écrite, officielle47. Elle est, par essence, dépréciative et doit révéler la turpitude de celui qu’elle vise. Dans les Décades, Louis XI est la principale cible d’un tel procédé d’avilissement, qui frappe aussi, par contrecoup, le cardinal Jean Jouffroy, ancien évêque d’Arras, alors titulaire du siège épiscopal d’Albi, qui fut l’émissaire du roi de France auprès d’Henri IV de Castille48. Il n’est guère besoin de rappeler combien ces deux personnages ont cristallisé, de leur vivant même, une multitude de bruits. La propagande bourguignonne ne s’est pas privée de les colporter et de les exploiter, si elle ne les a pas elle-même créés. De la même manière, les Décades expriment l’hostilité vis-à-vis des Français qui régnait au sein des partisans de Ferdinand et Isabelle, sinon de tous les Espagnols49.

  • 50 Voir Déc. II, lib. VI, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 90vo-91vo. Le titre du chapitre est éloquent : (...)
  • 51 « […] insita menti prauitas dissimulationem superauit et non potuit diutius rex cohibere ingenium a (...)
  • 52 Palencia, qui situe de façon erronée la rencontre sur la Loire, décrit en revanche ce qu’il appelle (...)
  • 53 L’entrevue entre Louis XI et Charles de France a lieu en 1469 et ce dernier ne meurt en réalité qu’ (...)
  • 54 « […] post dies paucos, infœlix dux subita conficitur ęgritudine […] », Déc. II, lib. VI, cap. VIII (...)
  • 55 « Capilli decidunt ciliaque et ungues cutisque a carne se jungitur. Multa etiam alia uenefitii sign (...)
  • 56 « Et ubi mors acerba subsequitur, claruit satis quod nihilo molesta fuerit seuissimo regi sed animo (...)

17La mise à profit de la fama transparaît de façon éclatante à propos de la mort de Charles de France, duc de Guyenne, à laquelle un chapitre entier est consacré50. S’il n’évoque jamais explicitement la guerre du Bien public, Palencia insiste à l’envi sur la haine que vouait Louis XI à son frère. Il l’explique par le fait que leur père avait un temps envisagé que Charles lui succédât, mais aussi parce que ce dernier avait su gagner l’amitié des nobles hostiles à Louis et notamment celle du Téméraire. En outre, jusqu’à la naissance du dauphin, il était le seul et unique héritier mâle de la couronne. Les projets de mariage avec Jeanne puis Isabelle de Castille visaient à l’éloigner et à en faire un pion dans le plan de conquête française des royaumes péninsulaires. Après avoir longtemps rongé son frein, il ne put contenir plus longtemps ses envies de crime et en vint à accomplir les pires méfaits51. Les Décades évoquent l’entrevue de réconciliation des deux frères organisée non loin de Port-Braud, sur la Sèvre niortaise52. Du fait d’un écrasement chronologique53, peut-être ménagé pour accentuer la dramatisation et la flagrance du délit, Palencia situe à quelques jours de là la mort du duc54. La description clinique des symptômes des maux dont souffre le duc de Guyenne vise à rendre irréfutable la thèse de l’empoisonnement55. L’indifférence trahit l’émule de Caïn, qui s’empare des domaines de son défunt frère56. Dans une prudence toute feinte, qui en ajoute à la calomnie, l’historien fait ricocher son trait sur l’homme de main de Louis XI, le cardinal d’Albi :

Hic ipse cardinalis si forsam ueneficii quo periit Carolus fuerit conscius uel ne haud satis mihi constat. Confestim tamen post mortem Caroli acceptissimus Ludouico regi auricularius apud eum permanebat, nullaque affici ęgrimonia obseuissimam necem iuuenis, quem tantopere extulerat laudibus, uidebatur ; sed hilari fronte, lęto uultu iocundissimisque uerbis uersabatur cum infamis huiusmodi scelerum ministr[i]s […]

  • 57 Déc. II, lib. VI, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 92vo.

(Je ne sais pas avec certitude si ce cardinal [d’Albi] put avoir été complice ou non de l’empoisonnement dont mourut Charles. Cependant, aussitôt après la mort de Charles, il était encore le conseiller intime le plus apprécié du roi Louis et il ne semblait éprouver aucun chagrin pour la mort très cruelle d’un jeune homme qu’il avait tant exalté par ses louanges ; au contraire, il discutait, le visage riant, l’air heureux et avec des mots très agréables, avec les auteurs de ce crime infâme […])57

18Cette rumeur de fratricide n’est pas inventée par Palencia. Elle se retrouve dans toutes les chroniques hostiles à Louis XI. De semblables accusations contre le roi de France et le « Diable d’Arras » sont réitérées dans les échos que les Décades rapportent des vengeances menées, dans les années 1470, contre les princes qui avaient participé à la guerre du Bien public.

  • 58 Voir Déc. II, lib. VI, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 91vo-93vo. Le seul titre du chapitre suffit à co (...)
  • 59 Jean V d’Armagnac, qui avait connu quelques déboires sous Charles VII, apparaît dans la première (...)
  • 60 Cette mise sous séquestre du comté d’Armagnac est évoquée à deux reprises dans les Décades, la prem (...)
  • 61 « […] hereditatem rex Ludouicus habiturus erat quum comes liberis careret et secundum Gallicas lege (...)
  • 62 « […] per secreta colloquia […] excidium comitis […] », Déc. II, lib. VI, cap. IX, BUS, Ms/2559, fo (...)
  • 63 « […] tanquam triumphator […] », Déc. II, lib. VI, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 93vo.

19Plus encore que l’exécution du connétable de Saint-Pol, présentée comme la conséquence d’une tractation diplomatique, le récit de la mort de Jean V d’Armagnac en 1473 est tout à fait révélateur de la méthode « palentine ». Comme dans le cas du duc de Guyenne, un chapitre entier est consacré à l’affaire58. L’historien revient, comme à chaque fois qu’il traite d’une disparition, sur les évènements des dernières années de la vie du comte. Il cherche ainsi à le présenter comme victime de son inique souverain. L’intérêt porté à ce prince s’explique autant parce qu’il fut un des ennemis de Louis XI que parce qu’il était conjointement vassal des rois de Castille, en tant que seigneur des terres asturiennes de Cangas et de Tineo, et allié des rois d’Aragon59. Cela n’empêche pas le chroniqueur de rappeler la relation incestueuse qu’il entretint avec sa propre sœur, cause, pour partie, de ses malheurs. Après avoir évoqué, sans grand détail, le premier séquestre de ses terres sous Charles VII, en 1455, qui l’avait poussé à se réfugier auprès du souverain aragonais, Palencia indique que, durant l’hiver 1469-1470, le roi de France avait fait de nouveau occuper ses possessions. Le comte avait alors gagné Fontarrabie avec son épouse, dans le vain espoir d’obtenir du secours d’Henri IV60 . Il est de retour à Lectoure lorsque la guerre éclate en 1473. Louis XI complote pour faire assassiner son opposant. Le chroniqueur précise le mobile intéressé du crime : « […] le roi Louis allait recevoir l’héritage puisque le comte n’avait pas d’enfants et, selon les lois françaises, son domaine revenait au roi »61. Il dévoile le nom de sa cheville ouvrière : le cardinal d’Albi. Envoyé au siège de Lectoure, ce dernier obtient la reddition, corps et âme, de Jean V, qui fait amende honorable et pénitence en contrepartie d’une paix définitive. Le prélat, ayant gagné l’amitié de l’ennemi d’hier, est reçu bien volontiers, tandis qu’il prépare, en sous‑main, la perte du comte. Et bientôt, ce dernier « est transpercé d’un coup de poignard et s’écroule d’une morte soudaine »62. Le roi de France réunit ses terres à la Couronne et félicite son fidèle sicaire, en lui faisant un triomphe à son retour à la cour63.

20Les artifices dont use Palencia pour exposer les faits sont redoutables. Il prend soin de lier chacun des troubles européens à l’une de ses machinations, et recourt à la rumeur, ce qui a pour effet de dévaloriser les actions et la personne même du roi de France. Il n’est jamais rien d’autre que le responsable du chaos de la Chrétienté. Ainsi, dans la deuxième et la troisième Décades, il côtoie, sur le banc des accusés, deux autres boucs-émissaires du chroniqueur, les deux souverains pontifes, Paul II et Sixte IV qu’il juge inaptes à gouverner l’Église et coupables d’en dilapider les ressources, au moment où celle-ci avait à affronter des difficultés d’une gravité sans précédent.

Une Église acéphale, sclérosée par les plaisirs et le népotisme

  • 64 Voir Alice Carette, « Actualités italiennes… », p. 391-399. Dans la deuxième et la troisième Décade (...)
  • 65 Voir éd. et trad. Tate et Lawrance, t. I, p. xxxviii-xxxix.
  • 66 Voir Déc. II, lib. VII, cap. VI, BUS, Ms/2559, fol. 104vo-105ro ; voir Déc. III, lib. IX, cap. VIII (...)
  • 67 Dans ces deux Décades, Palencia ne présente pas encore Ferdinand d’Aragon comme un recours face à l (...)

21La critique du Saint-Siège et de sa curie, peuplés d’hommes incompétents et même dangereux, est un des motifs récurrents de l’idéologie de Palencia, tant dans les Décades que dans le Bellum adversus Granatenses64. Elle peut s’expliquer, comme l’indiquent Brian Tate et Jeremy Lawrance, par l’adhésion du chroniqueur aux thèses de son protecteur, Alfonso Carrillo de Acuña, archevêque de Tolède, qui accusait la papauté et les hauts prélats d’être responsables des troubles péninsulaires65. Les hésitations pontificales concernant la provision des bénéfices ecclésiastiques de Castille les plus importants (maestrazgos de Santiago, de Calatrava ou d’Alcántara, archevêché de Séville) sont autant de raisons supplémentaires à convoquer pour comprendre au mieux la pensée antipapiste et anticurialiste de Palencia. Il en va de même pour la convoitise des richesses espagnoles et le train de vie luxueux des cardinaux et des légats a latere (Antonio de Veneris, Rodrigo Borgia, Nicolás Franco), qui privaient Ferdinand et Isabelle de l’argent dont ils manquaient pour soutenir leurs guerres66. Il faut y ajouter le soutien actif des papes à Henri IV, leurs flottements durant la Guerre civile catalane et leurs tergiversations dans le règlement de la succession castillane. Le conflit entre Ferrante de Naples et les souverains pontifes successifs y contribue aussi. Dans la deuxième et la troisième Décades qui nous occupent, ce sont Paul II et Sixte IV qui incarnent successivement cette Église malade et corrompue, qui aurait dû être, tout au contraire, l’antidote contre les funestes divisions des puissances temporelles67.

  • 68 « […] ludis potius […] quam moribus corrigendis […] », Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. (...)
  • 69 Voir infra les accusations du Sénat de Venise à l’encontre de Paul II après la chute de Négrepont.
  • 70 « […] cum otio turpi ad nutum regere negotia difficilima et ex latebris speculari omnia etiam remot (...)
  • 71 « […] obblectationemque precipuam qua afficiebatur ipse in inspiciendis numismatibus antiquorum pri (...)
  • 72 Voir Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 63ro-64ro.
  • 73 Voir Déc. II, lib. V, cap II, BUS, Ms/2559, fol. 63vo.
  • 74 « Habebat pontifex anulum et intra gemmam familiarem, ut aiunt, spiritum a quo multa requirere esse (...)

22Le chroniqueur-moraliste reproche au premier de ces deux papes, entre autres torts, d’avoir consacré ses efforts aux jeux plutôt qu’à corriger les mœurs68 et d’avoir préféré s’enfermer dans son studiolo plutôt que d’affronter les défis d’une Église corrompue et d’une Chrétienté confrontée à l’Empire ottoman69. Paul II, tout à son oisiveté, croyait pouvoir administrer ses domaines spirituels et temporels depuis sa retraite70. De la sorte, ses intérêts humanistes et sa passion de collectionneur pour les monnaies et les statues antiques deviennent des loisirs ignobles71. Le chapitre des Décades consacré à la mort de Paul II (1471)72 est un condensé des rumeurs qui l’accusaient d’une pratique quotidienne de la magie. Certains proches attribuaient à cette activité le fait que le pape parvenait à avoir connaissance du contenu de conversations secrètes ayant eu lieu en divers points d’Europe73. Un de ses pages avait, quant à lui, fait courir le bruit qu’il possédait un anneau qui contenait un esprit, qu’il consultait souvent et qui pourrait être la cause du trépas du pape74.

  • 75 Marie-Madeleine Dubrasquet Pardo considérait que « la mort, dans les Gesta Hispaniensia, prend une (...)
  • 76 « […] tamquam seorsum aliqua facturus haud reuelanda cuique […] », Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, M (...)

23Les circonstances de son décès et de ses funérailles donnent l’occasion au chroniqueur d’illustrer sa théorie de la mors ut speculum judiciumque vitæ, ou, selon ses propres termes, de la mors vitæ consona75. Écartant l’hypothèse de la maladie, il préfère lier la disparition du pape à son penchant pour la sorcellerie. Ce jour-là, rapporte-t-il, le souverain pontife avait récupéré les clefs d’ordinaire conservées par l’un de ses serviteurs, Pietro Gallo, « comme s’il avait à faire quelque chose qui ne devait être révélée à personne […] »76. La description du cadavre de Paul II, loin d’être mal fondée, tend à démontrer la conséquence de la corruption de l’âme sur la putréfaction du corps :

Fuit inditio deformitas et liuior cutis in capite uelut uiuicibus maculatum atque paruo temporis spatio effigies tetra alias semper decora membraque mirabiliter redacta ad incredibilem peruitatem [sic pro parvitatem] tanquam si nerui ossaque igni fuissent contracta. Quę omnia horrorem atque terrorem sucurrentibus famulis festinantibusque deinde nonullis cardinalibus incussere, adeo ut sepulturę cura celerior fuerit solito. Nec potuerit solicitudo simulatioque cauta celantium satisfacere murmuranti multitudini recensentique consonam vite fuisse mortem, cum in latibulis animam amisserit, qui plerumque tota die inclussus esse uoluisset, numismata contemplans uacansque inutilibus rebus, dum utilia dedignaretur exercere negotia pontifice summo indignissima.

  • 77 Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 63vo-64ro.

(La difformité et la lividité de la peau de sa tête, comme marquée par des bleus, son visage, autrefois toujours beau, devenu noir, en peu de temps, et ses membres réduits, de façon extraordinaire, à une petitesse incroyable, comme si ses nerfs et ses os s’étaient contractés sous l’effet du feu, en étaient les indices [i.e. d’une mort liée à la magie]. Tout cela fit naître de l’horreur et de la peur chez les serviteurs venus l’aider et par la suite chez quelques cardinaux qui s’étaient pressés auprès de lui, de sorte que ses funérailles furent plus rapides que d’ordinaire. Mais la précaution et la dissimulation prudentes de ceux qui tenaient le secret ne purent satisfaire la foule, qui murmurait et racontait que sa mort avait été conforme à sa vie, puisqu’il avait rendu l’âme dans ses appartements, lui qui généralement voulait y rester reclus toute la journée, contemplant des monnaies et vacant à d’inutiles occupations, tandis qu’il dédaignait s’occuper des affaires utiles, tout à fait indignes, selon lui, d’un souverain pontife.)77

  • 78 « […] in angustissima fouea miserabiliter atque infelicissime […] », Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, (...)

24Pour éviter tout scandale, alors que les langues se délient, les cérémonies funéraires sont organisées à la hâte et en catimini. Sa dépouille ayant été déposée « dans une très petite fosse, pathétiquement et très misérablement »78, Palencia, cinglant, insiste sur ce que Paul II mourut et fut enterré comme il avait vécu, dans un réduit.

  • 79 « Potius credendum est quod honores detegant quam quod mutent mores […] », Déc. II, lib. V, cap. II (...)
  • 80 « Maximum induxit spem futurę alicuius integritatis morum hęc successio Sixti […] », Déc. II, lib.  (...)
  • 81 « […] omnium hominum pessimus […] », Déc. II, lib. VIII, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 135ro.
  • 82 « […] il était le neveu du pape par sa sœur […] tandis que beaucoup croyaient qu’il était son propr (...)
  • 83 « […] non tantum religiossum preterritum dimissit habitum cum licencia pontificis, sed uestes cardi (...)
  • 84 « […] adolescentulam lasciuam nimis illexit concubinam tan turpiter ut secretis amplexibus puelę ha (...)
  • 85 Voir Déc. II, lib. V, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 65ro et Déc. II, lib. V, cap. III, BUS, Ms/2559, (...)
  • 86 « Totius orbis obnoxii ecclesiastici ditioni erogationes uni prodigo committebantur. », Déc. II, li (...)

25L’élection de Sixte IV aurait pu imprimer un changement de cap. Or, elle s’inscrit parfaitement dans la conception que Palencia se fait du pouvoir : « il faut croire que les honneurs révèlent les mœurs plus qu’ils ne les changent »79. Francesco de Savone, génois, sévère vicaire de l’Ordre des frères mineurs, ancien élève du cardinal Bessarion, théologien, lecteur et orateur, aussitôt ceinte la tiare, abdique ses prérogatives. Pourtant, l’élection de Sixte IV avait fait naître beaucoup d’espoirs80. Il confie, dans le plus pur népotisme, les rênes du Saint-Siège à son neveu, frère Pietro Riario. Plutôt que d’attaquer frontalement le pape, l’historien fait le choix, pour mieux démontrer son impuissance, de se concentrer sur le véritable détenteur du pouvoir, qu’il tient pour le « pire de tous les hommes »81. Il ne se prive pas de faire état de rumeurs malveillantes sur ses origines familiales82. Par ailleurs, il dénonce des comportements inacceptables de la part d’un membre de la curie. Ainsi, dès qu’il eut obtenu le chapeau cardinalice de San Sisto, Pietro Riario aurait quitté les habits ecclésiastiques pour revêtir des tenues somptueuses et se serait adonné aux fêtes et réjouissances83. Il aurait pris une maîtresse, qu’il aurait aimé à exhiber dans les rues de Rome, montée sur une mule, entourée de valets et portant aux pieds les pierres précieuses ornant d’ordinaire la tiare pontificale84. Face au mécontentement d’une partie de la curie, il est un temps exilé mais bien vite Sixte IV le rappelle. Les dépravations du cardinal redoublent. Pour financer ses plaisirs et ses spectacles85, il usurpe les revenus de l’Église (dont ceux de l’archevêché, vacant, de Séville) et recourt à la simonie, vendant au plus offrant les dignités et les bénéfices86.

  • 87 « […] legationes fabricauit ad relegationem eorum qui destinari uidebantur […] », Déc. II, lib. V, (...)
  • 88 « […] res tota arbitrio fratris Petri omissa est […] fuisset […] difficilius negotium si severus Bi (...)
  • 89 « […] qui, post Bisarionis mortem, insolentius quotidie magis rem ecclesiasticam criminibus inficie (...)

26Si Palencia jette une telle ombre sur la curie romaine, c’est pour mieux en détacher la pure figure du cardinal Bessarion. Il était, selon lui, l’ultime rempart face à l’omnipotence de Pietro Riario, à qui il vouait depuis sa jeunesse une détestation sans borne du fait de l’influence pernicieuse qu’il avait sur le futur Sixte IV. Après son bref exil, le cardinal-neveu, pour se débarrasser de tous ses opposants, leur confia des légations éloignées de Rome87. Bessarion fut un de ceux-là et dut rejoindre la cour de France, ce qui, à en croire Palencia, laissa désormais les mains libres aux frères Riario88. Il meurt à Ravennne en 1472, à son retour de la légation. Comme à chaque fois, l’auteur des Décades nomme les coupables : Pietro Riario, Sixte IV et Louis XI, qui aurait interdit au Grec de demeurer plus longtemps en son royaume. Le règne absolu du neveu du pape fut de courte durée. En 1474, il meurt, avec sa concubine, de maladie ou peut-être sous l’effet d’un poison89.

  • 90 Palencia réserve ses traits les plus sévères contre Girolamo Riario pour la quatrième Décade et le (...)
  • 91 Déc. III, lib. VIII, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 351vo.
  • 92 « […] fautor[es] Gallicę Lusitanęque factionis […] aurigas ducesque liberi immo servilis arbitrii [ (...)
  • 93 « […] omnia Romanorum curialium studia […] aut his aut illis fauebant […] », Déc. III, lib. VIII, c (...)

27Loin de se ressaisir de ses prérogatives, Sixte IV persévère dans l’erreur en choisissant deux nouveaux ministres, tous deux ses neveux, à savoir Girolamo Riario, frère de Pietro et seigneur d’Imola90, et Giuliano della Rovere, cardinal de San Pietro in Vincoli et futur Jules II91. En 1477, lors des tractations franco-portugaises en cour de Rome pour obtenir la dispense de parenté indispensable au mariage d’Alphonse V et de l’infante Jeanne, ces deux nouveaux hommes forts, « partisans de la faction française et portugaise […] auriges et conducteurs du libre ou plutôt du servile arbitre »92 du pape, s’opposent aux partisans d’Isabelle, à savoir les cardinaux Pedro González de Mendoza, Antonio de Veneris et Rodrigo Borgia. Selon Palencia, la curie est tout entière partagée entre les deux partis93. La cause isabeline est défendue par une partie de la noblesse romaine (les Orsini, les Colonna et les Cætani) du fait de leur proximité avec Ferrante de Naples, qui utilise son influence pour soutenir son cousin aragonais et son épouse. Dans une telle situation, le souverain pontife, par lâcheté, fit en sorte de renvoyer à plus tard toutes les décisions relatives à la provision des bénéfices espagnols et à la dispense matrimoniale, se gardant de prendre parti trop nettement.

  • 94 « […] quę profecto mala Turco Machometo peramplius imperium policita sunt et christicolarum succumb (...)

28Cet affaiblissement de l’Église militante et l’état de guerre permanent en Europe, tout entiers mis sur le compte de Louis XI, en soi déjà inquiétants, ne révèlent l’étendue véritable de leurs conséquences que si elles sont replacées dans un contexte plus large, méditerranéen. En effet, aux portes du monde chrétien, le sultan Mehmet II se fait de plus en plus menaçant. Il avance avec d’autant plus de facilité que personne ne semble y prêter garde, toutes ces puissances rivales s’annihilant entre elles, trop occupées à des querelles futiles94.

La prise de Négrepont, ou la résistible ascension du Grand Turc

  • 95 Notons que les mêmes raisons étaient avancées par Palencia pour expliquer la chute de Constantinopl (...)

29Dans la conception que se fait Palencia des rapports de force de son époque, la menace musulmane, qu’elle soit grenadine ou ottomane, n’est due qu’à la division de la Chrétienté, dont les défenseurs naturels, le pape, l’empereur, les rois, les princes et les seigneurs, au lieu d’unir leurs énergies dans une entreprise commune préfèrent s’adonner à des querelles intestines et mortifères95 :

Hoc tantum nostrę narrationi quadrat fuisse haud mediocrem communis excidii Christianę religionis materiem principum sęcularium simultates ecclesiasticorumque nequitiam atque auaritiam quę in dies magis aucta est, dum in dies maiora discrimina cladesque suorum nuntiabantur.

  • 96 Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 293ro-293vo.

(En ce qui concerne notre récit, il suffit de dire que les inimitiés des princes séculiers et la débauche et l’avarice des ecclésiastiques, qui s’aggravaient de jour en jour, furent les causes non négligeables de la destruction de la religion chrétienne, tandis que, de jour en jour, s’annonçaient des dangers plus grands et la défaite des leurs.)96

  • 97 Le début du livre I du Bellum adversus Granatenses offre la possibilité d’un rapprochement intéress (...)
  • 98 Indiquons quelques uns des « gesta Turca » rapportés dans les Décades I et IV : la conquête de Cons (...)

30Cette dénonciation s’applique tout autant à l’Espagne97. L’inquiétude vis-à-vis de la progression de Mehmet II dans les Balkans et en Italie répparaît à plusieurs reprises dans l’ensemble des Décades98. Elle fait écho à l’abondance des écrits anti-turcs — que l’on pense à ceux de Bessarion lui-même — produits dès avant même la conquête de Constantinople et dont l’argumentaire repose bien souvent, comme ici, sur une exhortation à l’alliance de tous les souverains chrétiens afin de mener une croisade universelle. Avec l’acidité et l’ironie qui lui sont propres, Palencia souligne dans plusieurs passages que le seul à avoir pleinement pris conscience de ces enjeux n’est autre que le Sultan lui‑même, qui n’hésite pas à en tirer avantage pour progresser en Europe :

Vigilantissimus quidem Machometus Bei, Turcorum inperator, qui ob paruam christicolarum repugnantiam magni offensoris nomen optinuit, nam ex discordia ignauiaque principum nostrorum imperii sui amplitudinem gloriamque adauxit […]

  • 99 Déc. II, lib. II, chap. X, BUS, Ms/2559, fol. 35vo.

(Le très vigilant Mehmet Bey, empereur des Turcs, qui avait obtenu, du fait de la faible résistance des Chrétiens, la réputation de grand combattant, augmentait, grâce à la discorde et à l’inaction de nos princes, l’étendue de son empire et sa propre gloire.)99

Turcus Magnus Machumetus […] discidia christianorum principum in suam convertere amplitudinem studuit semper et astutia solentia ex huiusmodi disensionibus uendicabat passim sibi Europe ditionem […]

  • 100 Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 293ro.

(Le Grand Turc Mehmet […] travailla toujours à détourner les divisions des princes chrétiens à son profit et il prétendait, avec sa ruse habituelle et grâce à ces conflits, soumettre à son autorité toute l’Europe.)100

  • 101 Ce passage des Décades permet de nuancer la détestation viscérale des Vénitiens que Tate et Lawranc (...)

31Les deux Décades qui nous occupent coïncident, pour partie, avec la première Guerre vénéto-ottomane (1463-1479). Les Vénitiens constituent alors, dans le système de valeurs palentin, l’un des deux seuls bras armés actifs de la Chrétienté — à côté, nous le verrons plus loin, des Hongrois. Bientôt, leur hostilité à Ferrante de Naples durant la Guerre de Ferrare (1482-1484) leur vaudra bien moins d’éloges. Mais, pour l’heure, alliés des Napolitains, ils sont dignes de louanges101. En effet, la République, bien qu’engluée dans des affaires internes à la péninsule, est la seule puissance italienne ayant le courage d’affronter, par terre et par mer, les forces de l’Empire ottoman, desquelles, selon l’historien, même les forces conjointes de tous les chrétiens ne seraient pas parvenues à triompher :

Nam Venitis diu ambiguis et in rebus Italicis aprime impeditis succrevit dif[f]icultas prouidendi bello quod Magnus Turcus, harum omnium titubationum haud ignarus, in Euboeam parauerat.

  • 102 Déc. II, lib. II, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 35vo.

(En effet, les Vénitiens étant incertains et avant tout retenus dans les affaires italiennes, resurgit la difficulté de se pourvoir face à la guerre que le Grand Turc, n’ignorant pas tous leurs embarras, préparait contre Eubée.)102

[…] senatu[s], intolleranda mole belli grauatu[s], quod uix uniuersę christianorum vires fęliciter capesserent, et aduersus potentissimum in orbe imperatorem Machumetum soli Veneti pręsumps[erunt] summere arma et tam terrestri expeditioni in finibus Aquilegieę quam maritimis classibus prouidere […]

  • 103 Déc. II, lib. III, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 37vo.

([…] le Sénat écrasé sous le poids insupportable d’une guerre que l’ensemble des armées des chrétiens auraient eu peine à gagner, seuls les Vénitiens avaient osé prendre les armes contre l’empereur Mehmet II, dont la toute puissance s’étendait à toute la terre, et préparer aussi bien des expéditions terrestres dans la province d’Aquilée que des flottes en mer […])103

  • 104 « […] lugubris clades Euboæ […] », Déc. II, lib. II, cap. X, BUS, Ms/2559, fol. 35vo.
  • 105 Voir Déc. II, lib. II, cap. X, BUS, Ms/2559, fol. 35vo‑37ro et Déc. II, lib. III, cap. I, BUS, Ms/2 (...)
  • 106 « […] ab iis qui e[a] uiderunt […] », Déc. II, lib. II, cap. X, BUS, Ms/2559, fol. 36vo.
  • 107 Nous renvoyons, au sujet des témoignages italiens de la conquête de Négrepont, à l’article de John  (...)

32La conquête de l’île de Négrepont (1470), le « lugubre désastre d’Eubée »104, constitue l’un des épisodes majeurs de cette guerre entre Vénitiens et Turcs. Elle occupe un chapitre et demi de la deuxième Décade105. Le récit des évènements mériterait en soi une étude à part entière. Bien plus détaillé que celui de la prise de Constantinople, il semble indiquer que Palencia a eu accès à des sources fiables et plus disertes. Le chroniqueur affirme tenir une partie de ses informations de témoins oculaires106, mais n’en dit pas davantage. Outre l’emphase topique sur la cruauté des Ottomans, l’étroite similitude factuelle entre sa version et les nombreuses sources italiennes de la période est éloquente. Comme dans le cas de la narration de la mort de Charles de Bourgogne et du duc de Milan, seule l’édition du texte latin originel permettra d’essayer de replacer la relation du chroniqueur castillan dans l’importante littérature (lettres, relations d’ambassadeurs, chroniques, lamentations, manuscrites ou imprimées) qui a vu le jour à la suite de la prise de l’île d’Eubée par les musulmans et qui autorise Margaret Meserve à la présenter comme l’un des premiers évènements à avoir bénéficié d’une diffusion massive à travers tout l’Occident107.

33L’impact psychologique qu’eut une telle défaite chrétienne sur les contemporains est incontestable. Toutefois, l’attrait d’un auteur et de ses lecteurs pour un récit d’entreprises militaires exotiques ne suffit pas à justifier la place que lui accorde Palencia. Pour lui, elle est le symptôme, l’illustration et la conséquence de la décadence de la Chrétienté. À ce titre, elle aurait dû faire l’effet d’un coup de semonce incitant tous ses partisans à s’unir dans une lutte contre le véritable ennemi.

  • 108 « […] uirtus et pro libertate conatus probatissimorum millitum […] », Déc. II, lib. II, cap. X, BUS (...)
  • 109 « Infelix interea Nicolaus de Canali, dux classis Venetorum, quinque et quadraginta trirremes naues (...)

34Alors que des projets turcs d’intervention maritime en Méditerranée orientale étaient connus de tous, seuls les Vénitiens se mobilisent, dès début juin 1470, en confiant une flotte à l’amiral Niccolò Canal et en mettant sur le qui-vive les gouverneurs de leurs îles. Ceux-ci résistent vaillamment à Ténédos et à Imbros (actuelles îles turques de Bozcaada et de Gökçeada) ainsi qu’à Lemnos et à Skyros. À Négrepont, après un siège de trois semaines, dont Palencia rapporte les moments importants, l’artillerie turque parvient à abattre les murs de la forteresse. Bien que le courage et l’effort pour sauver leur liberté soient loués chez les soldats de la garnison108, la responsabilité de la défaite est attribuée par Palencia à la trahison de deux des fils de la Sérénissime. D’une part, un certain Tommaso Illirico, a indiqué aux Ottomans l’endroit de la muraille à attaquer ; d’autre part Niccolò Canal lui-même, loin de porter secours aux assiégés, tourne ses bâtiments contre des galères venues les aider en provenance de Chypre, alors entre les mains de la famille des Lusignan, et de Rhodes, siège de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem109.

  • 110 « Erant qui foedus iniri cum Turcis suaderent, erant qui diuturni temporis indutias expetendas comm (...)

35Après la défaite, des dissensions éclatent au sein-même du Sénat de Venise entre partisans d’une trêve avec le Sultan et défenseurs de la création d’une ligue des puissances chrétiennes contre ce dernier110. La seconde hypothèse est la seule solution acceptable pour un penseur comme Palencia. Elle lui offre l’occasion rêvée de traiter la perte de Négrepont comme un cas pratique de sa théorie géopolitique. Cette éventuelle Sainte Ligue est en réalité mort-née. Outre les divisions au sein des élites politiques vénitiennes et même de son armée, le contexte occidental ne s’y prête pas. Le chroniqueur résume brièvement le constat qu’il dresse :

Eadem ferme tempestate qua Egei maris insulas classis turcorum subigebat, nulla principibus cristianis uidebat inesse solicitudo subueniendi Venetis […] querella erat Venetis de inmani desidia principum christianorum, aperte existimantium nihil ad se attinere fidei deffensionem.

  • 111 Déc. II, lib. III, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 37vo.

(Au funeste moment où la flotte des Turcs soumettait les îles de la mer Égée, il ne semblait y avoir chez les princes chrétiens aucune préoccupation de venir en aide aux Vénitiens […] on se plaignait chez les Vénitiens de la cruelle inaction des princes chrétiens, qui estimaient ouvertement que la défense de la foi ne les concernait en rien.)111.

  • 112 L’organisation par thèmes de notre article ne doit pas occulter la succession narrative des faits t (...)

36Prétextant rapporter les avis et reproches de plusieurs des sénateurs de la Sérénissime, l’historien impute la perte de Négrepont à ses deux bêtes noires habituelles, à savoir le Saint-Siège et la France112.

  • 113 « Ignauiam pontificis Pauli plerique ex senatoribus increpabant cum commemoratione accerba ueteris (...)
  • 114 « […] Paulum pontificem, ut jamdudum ceteros, ex hujusmodi terroribus aucupari pecunias federaque n (...)

37Paul II, originaire de Venise, avait suscité, lors de son élection, un espoir au sein du Sénat. L’institution pensait trouver en lui un allié indéfectible. Mais la cité des Doges se heurta bien vite à l’apathie du souverain pontife113. L'absence d’initiative pontificale, en soi scandaleuse, est aggravée, tant aux yeux des Vénitiens que de Palencia lui-même, par l’opportunisme dont fait preuve le pape. Il en tire un profit, à la fois politique, en réactivant son activité diplomatique et ses manigances au cœur de l’Italie, et économique, en spéculant sur la menace ottomane et en levant des décimes, aussitôt détournées de leur but premier, l’organisation d’une croisade114. En lieu et place de la préparation d’une guerre sainte, la République doit se contenter, pour unique soutien pontifical, d’un simulacre de procession dans les rues de Rome.

  • 115 « Pręcipue incusabatur Gallorum rex Ludouicus, qui non tantum negligebat opem ferre catholicis ab i (...)
  • 116 « Itaque rex Ludovicus minime intentus reparationi cladium agentibus Turci illatarum christicolis e (...)

38Le réquisitoire dressé contre Louis XI repose, une nouvelle fois, sur l’accusation qui lui est faite d’être le principal fomentateur de troubles du monde occidental en général et de l’Italie en particulier. Cette fois, il s’en prend précisément aux puissances qui s’efforcent de lutter contre les Infidèles. Pour mémoire, les Vénitiens étaient intervenus contre les Turcs, alors qu’ils étaient en même temps embarrassés par la situation de la Péninsule, causée par les agissements du Capétien. Il a, en outre, le génie de lier les ingérences françaises en Italie et celles menées en Espagne pour mieux mettre en parallèle le rôle joué par les Vénitiens contre les Ottomans et celui qu’assumera bientôt Ferdinand d’Aragon contre les Grenadins. Ce faisant, il présente le souverain français comme un allié indirect des ennemis de la croix115. Non sans quelque ironie, dans une trouvaille dont le génie mérite d’être souligné, l’historien des Décades, au moment d’évoquer les dangers d’invasion turque, souligne le paradoxe d’un roi de France qui, alors qu’il jouit du titre héréditaire et honorifique de « Très Chrétien », ne se soucie en aucune manière du sort de la Chrétienté, sinon pour l’aggraver116.

  • 117 En effet, en 1444, dans un contexte semblable à celui de 1470, par contraste à la mollesse pontific (...)
  • 118 « Neque aliud magis obstabat monarchię Turcorum quam Venetorum perseuerantia profecto laudabilis et (...)
  • 119 « […] Fernandi regis Neapolitani gener […] », Bellum, fol. 145vo.
  • 120 Dans le récit de la Guerre de Grenade, Palencia insiste sur le fait que Matthias Corvin s’oppose au (...)

39Par opposition, Palencia prend soin de ménager, aux côtés des Vénitiens, sur l’étroit piédestal des défenseurs de la religion chrétienne, une certaine place aux Hongrois. Ayant mérité précédemment quelque compliment117, la dynastie des Hunyadi se trouve de nouveau glorifiée en 1470 à travers la figure de Matthias Corvin. En effet, « rien ne s’opposait davantage à la monarchie des Turcs que la persévérance des Vénitiens, assurément louable, et le roi de Pannonie [i.e. de Hongrie] »118. L’intérêt du chroniqueur pour les affaires hongroises ne se comprend que s’il est éclairé par le Bellum adversus Granatenses. Leur souverain y réapparaît, présenté de façon insistante comme « le gendre du roi Ferrante de Naples » 119, ce qui le fait entrer, selon la géographie politique bipartite de Palencia, dans le camp des bons, place de choix qu’il confirme alors par plusieurs prises de position en faveur de Ferdinand d’Aragon120.

  • 121 Précédemment, Palencia avait tenu un raisonnement semblable au sujet de son père Jean II. Il évoqua (...)

40Or, dans ce tableau de l’année 1470, quelle place occupent les champions aragonais et napolitains de Palencia ? Ils brillent tout bonnement par leur absence. La perte d’Eubée apparaît aussi comme un exemple de la mauvaise foi du chroniqueur, plus prompt aux reproches qu’à l’autocritique. Ferdinand, bien que pressé de tourner ses armes contre les Maures, est dédouané, trop occupé par les querelles internes de la Guerre de Succession et gêné par les interventions de Louis XI121. Mais comment ne pas attribuer à la mémoire sélective de l’auteur l’absence totale d’allusion à l’inaction de Ferrante de Naples ?

Conclusion

41Il ressort de l’examen de la deuxième et de la troisième Décades que les « gesta non Hispaniensia » doivent être considérés comme des éléments constitutifs du projet historiographique de Palencia. Leur abondance interdit de ne les considérer que comme des concurrentia. Le récit de certaines de ces actualités étrangères pourrait se justifier parce qu’elles influencent les évènements des guerres aragonaises et castillanes. En réalité, toutes s’inscrivent dans une rhétorique argumentative plus complexe, dans laquelle leurs protagonistes sont jugés à la double lumière des conflits ibériques et de la confrontation entre les religions chrétienne et musulmane. L’art du chroniqueur consiste alors à présenter les ennemis de Ferdinand d’Aragon comme les responsables de la division de l’Occident et de l’avancée turque en Méditerranée. Les lignes de fracture d’une telle lecture du monde recoupent parfaitement la dichotomie entre alliés et adversaires du héros principal de l’œuvre de Palencia. Alors qu’ils auraient dû défendre la Chrétienté, Louis XI, Paul II et Sixte IV s’en sont pris précisément à ceux qui le faisaient et palliaient leurs manquements à leur devoir. S’ils sont noircis, c’est pour mieux faire éclater le courage de tous ceux qui ont dû leur résister. De là découle la défense des Anglais yorkistes, des Bourguignons, des Vénitiens et des Hongrois, alliés et parents des Aragonais ou des Napolitains. De là aussi vient l’injonction à admirer l’énergie de Ferdinand, prince bientôt appelé à régner. À une époque de grande confusion, non content d’avoir à affronter une partie de ses sujets et de sa noblesse et son voisin portugais, il dut faire face aux machinations et aux interventions du souverain le plus redoutable de son époque, le roi de France, et aux louvoiements du Saint-Siège.

42Par conséquent, l’innovation de Palencia réside dans le rôle que les « gesta non Hispanensia » jouent dans l’économie générale de son récit. Ils s’inscrivent dans le plaidoyer en faveur de Ferdinand d’Aragon et dans la satire d’une société incapable de vaincre ses propres maux et de lutter contre le véritable ennemi, l’Infidèle, qu’il soit roi de Grenade ou sultan ottoman. Et il est bien difficile de dire s’il existe une hiérarchie entre ces deux desseins, tant ils sont pensés conjointement. Il n’est pas concevable que l’allusion récurrente au péril turc ne s’explique que par une volonté de le détourner. Il fait partie des peurs du temps. Toutefois, il ne pouvait y avoir de meilleur moyen que l’identification des coupables pour rendre les adversaires de Ferdinand absolument irrémissibles, au-delà des luttes internes à l’Espagne.

  • 122 Jeremy Lawrance, « Palencia como cultor ueritatis… ».

43Cependant, il faut rester prudent si l’on prétend apprécier l’impartialité de Palencia. Comme tout historien de la période, bien qu’il prétende à la vérité et qu’il se présente en cultor veritatis122, il ne dit jamais qu’une vérité, la sienne. Elle implique inévitablement une interprétation personnelle des faits et est conditionnée par un objectif argumentatif. Que la propagande des Décades soit élogieuse quand il s’agit de célébrer le souverain aragonais et ses soutiens n’a rien d’insolite. En revanche, elle est rendue singulière par le goût de l’auteur, sans commune mesure chez ses émules, pour une éloquence dépréciative à l’égard de ses adversaires. Le traitement accordé aux affaires européennes en fournit un parfait exemple : en permettant de dénigrer ses ennemis, elles contribuent à glorifier Ferdinand. Palencia est un propagandiste de trébuchet. Dans sa chronique, semblable à un Jugement dernier vicié, pour mieux élever le plateau de la balance où il a installé Ferdinand, il accumule les poids sur celui où il jette pêle-mêle tous ses adversaires, quitte à fausser la pesée, en y ajoutant sa mauvaise foi. La satire participe de cette entreprise d’aggravation. Elle induit, pour louer les vertus et dénoncer les vices, un dualisme sans concession, des attaques ad hominem et des caricatures. Mais il s’agit ici d’une satire angoissée. Pour en juger, la fortune critique des Gesta apparaît comme un frein parce qu’elle influence l’image-même du chroniqueur. Elle invite à se ranger soit du côté de leurs partisans, louant leur stricte vérité, soit de celui de leurs détracteurs, les accusant de malveillance. Peut-être le modus scribendæ historiæ palentin révèle-t-il plus qu’il ne le semble la naturalis indoles d’un homme au caractère bien trempé, aux opinions arrêtées et au sourire crispé, retranché dans un cynisme anxieux et dans une vision sinistre de son époque. La mauvaise foi et la médisance apparaissent dès lors comme autant de moyens de consolider une telle appréhension du monde. La nature véritable de la satire du Palencia historien réside sûrement dans les récits des morts atroces du cardinal d’Albi ou du pape Paul II. Si l’on se refuse à ne les considérer que comme des revanches moqueuses, l’humour du chroniqueur y apparaît tragique, inquiet et inquiétant. Certes, il porte atteinte à des ennemis politiques, mais, sous la plume d’un homme du Moyen Âge qui croit aux prodiges et à la punition divine, il est aussi une mise à distance face à une situation terrible.

44Pour l’heure, dans la deuxième et la troisième Décades, cette angoisse ne trouve aucune figure salvatrice. En effet, les actualités étrangères, entendues comme composantes du discours pro-fernandin, sont encore loin d’être mises à profit pour forger la figure providentielle d’un Ferdinand messianique. Il faut attendre pour cela le Bellum adversus Granatenses. Palencia utilise alors les affaires italiennes pour présenter un souverain, roi d’Aragon, de Castille et de Sicile, non seulement appelé à bouter les Nasrides hors de Grenade mais aussi à sauver et pacifier l’Italie et à triompher des Turcs. Peut-être fallait-il ménager l’effet afin de rendre plus éclatante l’apparition du murciélago, désormais délivré des ténèbres des viles tribulations et des guerres hispano-chrétiennes, pouvant se consacrer tout entier à sa véritable mission : restaurer la religion chrétienne et la débarrasser de ses ennemis, maures ou ottomans.

45Le présent article a l’ambition de poser, au côté des travaux d’Alice Carette et de ceux réunis dans ce numéro thématique de la revue Atayala, les bases de recherches futures qui devront envisager de façon plus globale toute la production de Palencia et autoriser des comparaisons avec les chroniques de ses contemporains, Diego Enríquez del Castillo et Fernando del Pulgar, qui, bien qu’ils fassent tous deux mention de faits extérieurs à la Péninsule, ne semblent pas leur accorder une attention et une importance aussi grandes que lui. Seule l’édition de l’intégralité des textes originaux latins permettra d’apprécier combien les « gesta non Hispanensia », leur traitement et les différentes relations qu’elles établissent entre elles permettent de concevoir les Décades et le Bellum comme un seul ensemble. Et bien que le rôle que l’historien leur accorde évolue à travers les différents livres, elles concourent toutes à la thèse principale sinon unique de son œuvre historiographique : la magnification de Ferdinand d’Aragon.

Haut de page

Notes

1 Ce calembour qu’on voudra bien nous pardonner a le mérite d’être explicite, bien qu’il frôle le barbarisme. Nous faisons le choix de conserver, pour les accords en français, le genre neutre du latin « gesta ».

2 Brian Tate, Ensayos sobre la historiografía peninsular del siglo xv, Madrid: Gredos, 1970, p. 66.

3 Depuis l’Estoria de España, les événements étrangers font partie intégrante du système de datation des chroniques castillanes. Après le triple comput (ère de César, année de l’Incarnation et ère de l’Hégire), les actions des rois d’Espagne sont inscrites dans l’histoire de la Péninsule par le renvoi aux souverains d’Al Andalus, et dans le cours général de celle de la Chrétienté, représenté par la succession des papes, des empereurs et des rois de France. Bien qu’il ait pu connaître des variations et des amplifications, ce procédé est un héritage commun à l’ensemble de l’historiographie postérieure. Parallèlement, dès la compilation alphonsine, les chroniqueurs rapportent aussi des concurrentia comme les nomment Alfonso de Cartagena dans son Anacephaleosis. Il s’agit d’allusions factuelles à des évènements marquants ou importants (morts de souverain, débuts de règne, grandes batailles, emprisonnements, mariages…) survenus ailleurs dans le monde. Si l’on excepte le cas particulier des longues notices consacrées à l’histoire arabe, ces concurrentia sont la plupart du temps très brefs et placés à la fin des chapitres qui épousent un rythme annuel. Même s’ils ont pu prendre davantage de consistance, ils demeurent des informations secondaires par rapport au récit principal, purement hispanique. Ils n’entretiennent avec lui qu’un rapport de concomitance. Ils peuvent l’éclairer, mais ils ne s’inscrivent jamais véritablement dans un dessein historiographique ou argumentatif.

4 Cette découverte fortuite fut confortée dans un premier temps par un passage de l’introduction placée par Brian Tate et Jeremy Lawrance en tête de leur édition et traduction de la première Décade : « la primera innovación de Palencia fue de rechazar el método y el punto de vista de estos antecesores romancistas, ensanchando sus miras para incluir los reinos y ciudades de Francia, Alemania, e Italia (florentinos, genoveses, venecianos) » (Brian Tate et Jeremy Lawrance (éd. et trad.), Gesta Hispaniensia ex annalibus suorum dierum collecta, Madrid : Real Academia de la Historia, 1998, t. I, p. lviii). Elle le fut tout autant par des échanges avec Alice Carette, qui était parvenue à des conclusions semblables à propos du récit de la Guerre de Grenade. Voir Alice Carette, « Actualités italiennes et relations hispano-italiennes dans le Bellum adversus Granatenses de Palencia. », Alice Carette et alii (dir.), Italie et Espagne, entre Empire, cités et États. Constructions d’histoires communes (xve-xvie siècles), Rome : Viella, 2017, p. 377-400 (à partir d’ici, Alice Carette, « Actualités italiennes… »).

5 Par commodité, nous citons le texte latin inédit de la deuxième et de la troisième Décades à partir du manuscrit 2559 de la Biblioteca Universitaria de Salamanca (à partir d’ici, « BUS, Ms/2559 »), qui présente l’avantage de les contenir toutes deux ; le manuscrit Nouv. Acq. Lat. 2058 de la Bibliothèque nationale de France, que nous avons aussi consulté, bien qu’il s’agisse d’une partie de la minuta commandée par Palencia, ne contient que la deuxième. — Pour les citations de la première Décade, nous renvoyons à l’édition et à la traduction de Brian Tate et Jeremy Lawrance (Brian Tate et Jeremy Lawrance (éd. et trad.), Gesta Hispaniensia ex annalibus suorum dierum collecta, Madrid : Real Academia de la Historia, 1998-1999, II tomes, xc+349 p. et xv+578 p. – à partir d’ici, « éd. et trad. Tate et Lawrance », suivi des numéros de tome et de pages). — Pour les citations de la quatrième Décade, nous renvoyons à l’édition et à la traduction de José López de Toro (José López de Toro [éd.], Cuarta Década de Palencia, t. I, Estudio y texto latino, Madrid: Real Academia de la Historia, « Archivo Documental Español » [t. XXIV], 1970, [262]+272 p.  — et José López de Toro (trad.), Cuarta Década de Palencia, t. II, Estudio y texto latino, Madrid: Real Academia de la Historia, « Archivo Documental Español » (t. XXV), 1974, 248 p.). À partir d’ici, nous y renvoyons sous la forme abrégée « éd. et trad. López de Toro » suivi des renvois à la page de l’édition et à celle de la traduction. — Pour le Bellum adversus Granatenses, nous citons le texte latin inédit à partir du manuscrit 1627 de la Biblioteca Nacional de Madrid (à partir d’ici, Bellum). — Les citations des Décades se présenteront de la forme suivante : « Déc. …, lib. …, cap. …, (renvoi à l’édition disponible ou, à défaut, au manuscrit) ». Celles du Bellum adversus Granatenses le seront de cette manière-ci : « Bellum, [renvoi au folio] ».

6 Antonio Paz y Melia (trad.), Crónica de Enrique IV escrita en latín por Palencia, Madrid: Tipografía de la Revista de Archivos, « Colección de escritores castellanos - historiadores » (t. 126, 127, 130 et 134), 1904-1908, IV tomes, 559+499+486+500 p.  Antonio Paz y Melia (trad.), Bellum adversus Granatenses, Guerra de Granada escrita en latín por Palencia, Madrid: Tipografía de la Revista de Archivos, « Colección de escritores castellanos - historiadores » (t. 138), 1909, 515 p. — Cette traduction est consultable en ligne sur la Biblioteca Digital de Castilla y León : http://bibliotecadigital.jcyl.es/es/consulta/registro.cmd?id=3711et http://bibliotecadigital.jcyl.es/es/consulta/registro.cmd?id=19223. Bien qu’il s’agisse d’un moyen commode pour aborder l’œuvre « palentine », ses imperfections et ses nombreuses erreurs tant de traduction que d’identification des personnages et des lieux rendent indispensable le recours aux manuscrits.

7 « […] uel huius uel illius partis omnes fere princeps [sic pro principes] Europæ uidebantur. […] Itaque res nostræ uel bello uel pace iam appetebantur a principibus extremis. », Déc. III, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 340ro.

8 « […] præcipueque ad Hispaniensia negotia propensior audatia curialium Romanorum redebatur quoniam regna Castellæ et Legionis uel desidia uel uecordia regnum dui iam a pontificibus Romanis questu iniquo defraudebantur. », Déc. III, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 340ro.

9 « […] notissima Ludouici regis inconstantia moresque ad fortunæ motus minime uero ad uirtutis respectum propensiores. Qui nec amare nec odisse didicerat nisi dum ex ficto amore falsum luctum uel ex odio resultaret aliis iniuria bellica ad proprię amplitudinem dictionis. », Déc. III, lib. VII, cap. VI, BUS, Ms/2559, fol. 322ro-vo ; « solitam […] perfidiam tyrannicosque affectus », Déc. III, lib. IV, cap. VII, fol. 255r ; « contendens occupare omnia prę nimia tyrannidis dissolutione », Déc. II, lib. VI, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 81vo.

10 Le voyage qu’effectue Alphonse V de Portugal en France, d’août 1476 à octobre 1477, pour tenter de convaincre Louis XI, son allié, de s’impliquer plus intensément dans le conflit successoral castillan, permet à Palencia d’illustrer sa sournoiserie. Celui-ci tarde à le recevoir, pour ne pas sembler favoriser les partisans de Jeanne et pour pouvoir s’en tenir, un temps du moins, à un double jeu. Il ne lui accorde finalement qu’une brève entrevue. Bien vite, le roi de Portugal voit son séjour se transformer en résidence surveillée. Louis XI craint une crypto-alliance avec son ennemi le duc de Bourgogne et n’hésite pas à faire espionner son hôte. Ce dernier est alors contraint, face aux bruits d’une éventuelle captivité et d’une demande de rançon, à ourdir un stratagème rocambolesque pour pouvoir quitter la France et regagner son royaume, où son propre fils a, entre temps, usurpé sa couronne. Voir les différents passages qui en traitent, à savoir : Déc. III, lib. VII, cap. VI, BUS, Ms/2559, fol. 3-21vo-324ro, Déc. III, lib. X, cap. III, BUS, Ms/378vo-380vo, Déc. III, lib. X, cap. X, BUS, Ms/2559, fol. 392ro-393vo.

11 « bellorum author pręcipuus », Déc. II, lib. II, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 35ro; « multas per orbem conatus est […] seminare discordias », Déc. II, lib. II, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 35ro; « […] inextinguibili siti ulterioris occupationis […] », Déc. II, lib. III, cap. X, BUS, Ms/2559, fol. 48vo; « […] potius uindictę quam fœderis […] », Déc. II, lib. VIII, cap. VIII - BUS Ms/2559, fol. 136ro.

12 « […] pręsentia enim semper respiciebat, immemor pręteritorum, et orbem totum inficere bellorum contagionibus contendebat […] », Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 293ro.

13 « […] hisce litibus externis aucupari oppinabatur sibi maiorem potentiam ut aduersariis faciliorem ob hoc investigabat erumnam […] », Déc. II, lib. V, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 62ro; « […] inter plurimas difficultates innouatarum contentionum uidebatur uacillare et multis intentus rebus parum constanter in singulis mentem apponere […] », Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 292ro.

14 « […] prępeditus negotiis Britanicis, Anglicisque et Burgundieis nequiret Hispaniensibus vacare rebus […] », Déc. II, lib. VIII, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 136ro.

15 « […] uetus amicitia ducum Burgundię cum regibus Aragonum utruque parti utilis utilior tunc seni et filio cognoscebatur quum post solidam confirmationem magis magisque teneretur dux Carolus resistere sevitię Ludouici Francorum regis […] », Déc. II, lib. VI, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 81vo. Toutefois, Palencia témoigne des doutes nés à l’égard du Téméraire chez les Aragonais, qui craignaient qu’il ne leur préférât sa parenté avec Alphonse V de Portugal et estimaient qu’il pouvait trouver un avantage à ce que Louis XI tournât ses troupes vers l’Espagne plutôt que vers la Bourgogne : « At post habito iam respectu antiqui fœderis regem Joannem Aragonię a Gallo perculsum id eo parum aduitabat quod uel in ea expeditione uel in obsidione Fontisrabidii occupari Gallos gaudebat, dummodo ipse suas prosequeretur in Germania lites. Suspicabantur pręterea multi ex Hispanis propensiorem esse ducem Carolum ad successum consanguinei regis Lusitani, quo cum arcta necessitudo amicitiam ueram conglutinasset. Itaque cogitabant libenter ipsum ducem alia capessere in remotioribus partibus bella, ne deesset excusatio supetiis dif[f]erendis Aragonensibus atque Ferdinand regi Castellę quem aurei fœdere uelleris uelot pignore perennis beneuolentię complicem elegerat. », Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 292ro-vo. L’alliance entre la Bourgogne et l’Aragon était notamment symbolisée par les insignes de de la Toison d’Or, (voir Déc. II, lib. IX, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 148vo et 159vo) attribués par le duc Philippe à Jean II et par Charles à Ferdinand, distinction qui obligeait ses membres à observer entre eux une amitié et un soutien indéfectibles. Cette obligation de secours mutuel s’imposait de la même manière à Édouard IV d’Angleterre, qui était lui-aussi chevalier de l’Ordre.

16 Pour bien montrer la triple alliance entre l’Aragon, la Bourgogne et l’Angleterre, le chroniqueur évoque clairement l’alliance existant entre Édouard IV et Ferdinand d’Aragon (voir Déc. III, lib. IV, cap. VII, BUS, Ms/2559, fol. 254vo) et le mariage entre Charles de Bourgogne et la sœur d’Édouard IV (voir Déc. III, lib. IV, cap. VII, BUS, Ms/2559, fol. 253vo).

17 Voir Déc. II, lib. II, cap. VI, BUS, Ms/2559, fol. 32vo.

18 Voir Déc. II, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 122vo.

19 Voir Déc. II, lib. VIII, cap. VII, BUS, Ms/2559, fol. 132vo

20 Voir Déc. II, lib. II, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 34vo et Déc. II, lib. V, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 62ro.

21 Voir Déc. II, lib. V, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 62ro. Le récit que Palencia fait de ces évènements est en réalité simplificateur. Selon lui, en une seule bataille Édouard IV aurait tué ou fait prisonniers Henri VI, son épouse et le Prince de Galles, ainsi que Warwick et ses propres enfants. Il commet quelques erreurs notamment en faisant l’amalgame entre les batailles de Barnet et de Weymouth et en affirmant que le comte de Warwick aurait été décapité à Londres, avec sa descendance, alors qu’il est mort durant le premier de ces deux affrontements.

22 « […] extincta uidetur spes regis Ludouici Francorum […] », Déc. II, lib. V, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 62ro.

23 Voir Déc. III, lib. IV, cap. VII, BUS, Ms/2559, fol. 253ro-254ro.

24 « Quippe soluit Gallus quęcunque Eduardus ad illam expeditionem consumpsisset multaque firmioris nexus pignora dedit. », Déc. III, lib. IV, cap. VII, BUS, Ms/2559, fol. 254ro.

25 Palencia indique qu’en contrepartie un fils et un bâtard du connétable de Saint-Pol auraient été livrés par Louis XI à Charles de Bourgogne, qui les aurait à son tour fait exécuter. Il n’a pas été possible de les identifier.

26 « […] cupiens alia omnia qualitercunque componere ut Vasceorum occupationi belloque Hispaniensi intendat […] », Déc. III, lib. IV, cap. VII, BUS, Ms/2559, fol. 254ro.

27 Les dernières tribulations du duc de Bourgogne sont consignées dans un chapitre entier. Voir Déc. III, lib. VIII, chap. V, BUS, Ms/2559, fol. 341vo-344ro .

28 « […] ad eos inclinasse quos Gallicus inuadebat exercitus eosque odisse quos Gallicum nomen tueri conabatur […] », Déc. III, lib. VIII, chap. V, BUS, Ms/2559, fol. 342ro.

29 « Dux enim Burgundię, uir arduus maritique intentissimus Germanorum bello aduersus Colonienses primum et deinde contra Heluetios gentem duram inito multa onera sustinere haud ualebat, si simul Gallię regem coercere pręsumeret. » (Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 292ro); « […] fundamenta bellica aduersus Heluecios quos callide Ludouicus irritauerat ad inimiticias Caroli. », Déc. III, lib. VII, cap. VI, BUS, Ms/2559, fol. 323ro. La responsabilité française est aussi invoquée plus loin (voir Déc. III, lib. VIII, chap. V, BUS, Ms/2559, fol. 342ro).

30 « […] Ludouici fauore percitus, uexare contenderat populos Carolo duci obnoxios. », Déc. III, lib. VIII, chap. V, BUS, Ms/2559, fol. 342vo.

31 « Itaque ubi Ludouicus rex angustiis extremis animaduertit affili amicum Lothoringiæ ducem, ad callidas perfidasque artes recurrit. », Déc. III, lib. VIII, chap. V, BUS, Ms/2559, fol. 342vo-343ro.

32 Voir Déc. III, lib. IX, cap. VII, BUS, Ms/2559, fol. 367vo et Déc. III, lib. X, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 380ro et vo.

33 L’expression « dominandi libidines » apparaît dans le passage que consacre Palencia à la mort de Louis XI dans le Bellum adversus Granatenses (Bellum, fol. 35ro).

34 « Uniuersam simul Italiam implicare bello studebat Ludouicus cum rex Citerioris Çicilię Fernandus patruo ac patrueli cum complicibus Venetis faueret », Déc. II, lib. V, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 62vo.

35 « Iam infectis Anglię proceribus, Italię principes populosque conaturi implicare seditionibus quas facile commouendas cognouerat », Déc. II, lib. II, cap. IX (ce chapitre est entièrement consacré aux « nouitates ab eodem Ludouico Galliarum rege in Italiam illis diebus inductę »), BUS, Ms/2559, fol. 35ro. Palencia rapproche de nouveau affaires anglaises et italiennes un peu plus avant (Déc. II, lib. V, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 62ro).

36 Voir Déc. II, lib. II, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 34vo. — La naissance du dauphin bat aussi les cartes des affaires matrimoniales franco-castillanes puisqu’elle ruine les espoirs du frère de Louis XI, Charles de France, duc de Guyenne, jusqu’alors son seul héritier, de conclure un mariage avec l’infante Jeanne. À en croire Palencia, qui les rapporte à dessein pour tacher la mémoire du roi de France, d’insistantes rumeurs auraient circulé sur la bâtardise du dauphin (voir Bellum, fol. 35ro-vo et 110vo-111ro).

37 Au préalable, Palencia avait fait allusion au conflit opposant pape Paul II et Ferrante de Naples au sujet de Rimini et des Malatesta. En 1468, la victoire des Napolitains sur les troupes pontificales qui assiégeaient la ville est présentée comme une nouvelle qui provoqua une grande joie chez les partisans de Ferdinand (« […] lętitiam haud minuit quoniam Paulus pontifex nostris partibus adversabatur maxime […] », Déc. II, lib. II, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 28vo). Rimini avait été ensuite occupée par Ferrante et ne fut restituée alors au Saint-Siège qu’à la condition que soit maintenu à sa tête Roberto Malatesta.

38 Voir Déc. II, lib. V, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 62vo.

39 Voir Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 291ro-293vo.

40 Voir Déc. III, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 340ro-341vo. Notons que le chapitre de la mort du duc de Milan précède immédiatement celui consacré à la disparition du duc de Bourgogne. Palencia affirme que ces deux décès survenus en peu de temps ont ébranlé l’esprit des contemporains (« […] vehementer commovit animos mortalium nuncius utriusque casus duorum ducum in Europa clarissimorum […] », Déc. III, lib. VIII, cap. V, BUS, Ms/2559, fol. 344ro). Il faut taire ici les détails du récit de l’assassinat de Galeazzo Maria Sforza, comme nous l’avons fait pour la mort de Charles le Téméraire. Toutefois ils sont suffisamment précis et nombreux pour laisser penser que Palencia disposait de sources sûres, au-delà de la seule fama qu’il revendique. Ces deux passages mériteraient une étude comparative, prenant en compte le traitement que lui accordent les témoignages contemporains, italiens, français et bourguignons (chroniques, libelles, dépêches diplomatiques…), pour tenter d’identifier les rapports qui ont pu exister entre eux et les Décades et de savoir si l’historien a travaillé à partir de sources écrites.

41 « Haud aliena quidem uidetur aferte narrationis hoc in loco si breuiter explicetur mors ducis Mediolani […] », Déc. III, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 340ro-341vo.

42 Voir Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 293ro et Déc. III, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 340ro.

43 « […] in occidentem plagam uires conabatur factiosas extendere […] », Déc. III, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 340vo.

44 À propos des liens de proximité entre le duc, le gouverneur et l’épouse et maîtresse, Palencia se fend d’une formule ironique dont il a tant le secret : « […] unus ex carioribus extimabatur [i.e. Lampugnagni] ; carior tamen duci fuit pulcherrima uxor […] », Déc. III, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 340vo.

45 « […] publicę rei ultores […] », Déc. III, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 341ro.

46 « […] humanissimum cuiuscunque tyranniæ tabis expertem […] », Déc. III, lib. VIII, cap. IV, BUS, Ms/2559, fol. 341vo.

47 Jeremy Lawrance propose exactement la même interprétation: « Para nosotros, en efecto, los rumores y opiniones que Palencia nos trasmite (o inventa) incluso pueden ser más reveladores que los hechos que cuenta; nos dan acceso a la intrahistoria del período, que no era menos real ni menos importante que su historia. », Jeremy Lawrance, « Palencia como cultor ueritatis : la historia y la sátirica », Atalaya, 17, 2017 http://journals.openedition.org/atalaya/1966.

48 Palencia est extrêmement critique envers le « Diable d’Arras », incarnation des manigances de Louis XI dans le conflit successoral castillan, du vivant d’Henri IV. Le portrait qu’il en dresse est sans concessions (voir Déc. II, lib. I, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 15vo). Plus loin, recourant à la fama, le chroniqueur rapporte les on-dit nés durant son séjour en Andalousie lors de sa première ambassade auprès du roi de Castille : « […] notatum scurilitatę et pro ganeone atque lurcone habitum. Nam sepe numero meretricibus circum, sepius leuissime inpudentissimeque colloquebatur cum impudicissimis et ulteriora perpetrabat scelera. », Déc. II, lib. III, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 39ro. L’auteur des Décades vide sûrement un contentieux personnel. Il avait été partisan du mariage d’Isabelle avec Ferdinand tandis que le cardinal d’Albi venait négocier une union avec Charles de France. Isabelle avait envoyé le chroniqueur auprès de l’infant aragonais afin de l’informer des tractations françaises et de mettre sur pied une stratégie pour les rendre caduques (voir Déc. II, lib. II, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 23ro).

49 Les attaques contre Louis XI et le cardinal d’Albi sont teintées des couleurs d’un sentiment anti-français diffusé dans la société (voir Déc. II, lib. III, cap. II, BUS, Ms/25-59, fol. 38vo-39ro). Il fait pendant au mépris des Espagnols de la part des Français, dont Palencia fait du cardinal d’Albi le parangon. Quand il est reçu par Henri IV à Medina del Campo en 1470, avant la Ceremonia de la Val de Lozoya, le prélat se fend d’un discours dans lequel il oppose les Espagnols, qu’« il blâme pour leur mauvaise foi et leur paresse » aux Français « excellents et réformateurs des mœurs » et justifie le mariage entre Charles de France et Jeanne parce qu’il permettra que « la noblesse toute pure de la vertu française éradique les dépravations honteuses du peuple espagnol » (voir Déc. II, lib. III, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 38ro). Pour Palencia, bien éloigné de la réalité historique, les rivalités franco-castillanes seraient millénaires. Il s’autorise à inscrire la volonté de Louis XI de conquérir la Castille dans la lignée de l’invasion de la péninsule par Charlemagne. Et il n’hésite pas à comparer la résistance d’Isabelle à la victoire légendaire d’Alphonse le Chaste et de Bernardo del Carpio à Roncevaux face à l’Empereur. Il invoque, pour le passé et pour le présent, une lutte « pour la liberté des Espagnes » contre la « cruauté des Français » (voir Déc. II, lib. III, cap. VII, BUS, Ms/2559, fol. 45r).

50 Voir Déc. II, lib. VI, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 90vo-91vo. Le titre du chapitre est éloquent : « Capitulo octavo. Continetur acerbissima mors infœlicis Caroli Aquitanię ducis, ut fertur, ueneficios perpetrata cum scelere fratris hoc ipsum jubente ». Le récit détaillé de la mort de Charles de France s’explique aussi parce qu’elle a des conséquences en Espagne puisque les soutiens de Jeanne perdent un argument de poids en faveur d’une alliance avec la France.

51 « […] insita menti prauitas dissimulationem superauit et non potuit diutius rex cohibere ingenium ad scelus utcunque propensius quin peiora perpetraret […] », Déc. II, lib. VI, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 91ro.

52 Palencia, qui situe de façon erronée la rencontre sur la Loire, décrit en revanche ce qu’il appelle le « mos Gallicum », c’est-à-dire l’habitude des nobles français de se rencontrer sur un pont de barques, au centre duquel est installé un petit édifice de bois, les troupes de chacun étant stationnées sur l’une et l’autre rives. Sans doute se souvient-il de la tragique entrevue du pont de Montereau, lors de laquelle le duc de Bourgogne Jean Sans Peur fut assassiné sous les yeux du Dauphin (1419).

53 L’entrevue entre Louis XI et Charles de France a lieu en 1469 et ce dernier ne meurt en réalité qu’en 1472, des suites de la tuberculose et de la syphilis. Palencia insère correctement le décès du duc de Guyenne dans le fil chronologique ; c’est donc l’épisode de la réconciliation qu’il semble postdater.

54 « […] post dies paucos, infœlix dux subita conficitur ęgritudine […] », Déc. II, lib. VI, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 91ro.

55 « Capilli decidunt ciliaque et ungues cutisque a carne se jungitur. Multa etiam alia uenefitii signa videntur […] », Déc. II, lib. VI, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 91ro.

56 « Et ubi mors acerba subsequitur, claruit satis quod nihilo molesta fuerit seuissimo regi sed animo intentiore serenaque fronte operam dedit acquisitioni ditionis quam Carolus frater possederat. », Déc. II, lib. VI, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 91ro .

57 Déc. II, lib. VI, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 92vo.

58 Voir Déc. II, lib. VI, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 91vo-93vo. Le seul titre du chapitre suffit à comprendre le sens que Palencia a voulu lui donner : « Capitulum 9. De morte infœlicissima comitis Arminiaquis et scelere cardinalis Albiensis ». Il ne s’agit évidemment pas d’un hasard si le chapitre de la mort de Jean V d’Armagnac suit immédiatement celui consacré à l’assassinat de Charles de France. La rumeur de la participation du cardinal à l’empoisonnement du duc de Guyenne est d’ailleurs évoquée dans ce chapitre, qui constitue de fait un véritable réquisitoire à l’encontre de l’agent de Louis XI.

59 Jean V d’Armagnac, qui avait connu quelques déboires sous Charles VII, apparaît dans la première Décade en tant qu’ambassadeur de Louis XI auprès d’Henri IV en 1462. Palencia rappelle à dessein le lien vassalique entre le comte et les rois de Castille, la première (voir Déc. I, lib. VI, cap. V, éd. et trad. Tate et Lawrance, t. II, p. 236) et dans la deuxième décade (« […] rex Henrricus Castellę, cuius in regnis duo oppida Asturum Cangas atque Tineum comes possidebat […] », Déc. II, lib. VI, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 92vo). Concernant son alliance avec Jean II et Ferdinand, le chroniqueur parle des liens qui les unissaient depuis longtemps (« necessitudinem antiquam Arminiquensium cum regibus Aragonię », Déc. II, lib. VI, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 92ro).

60 Cette mise sous séquestre du comté d’Armagnac est évoquée à deux reprises dans les Décades, la première fois dans le récit chronologique des événements (voir Déc. II, lib. II, cap. VI, BUS, Ms/2559, fol, 32vo) et la seconde dans le chapitre consacré à sa mort. Palencia commet en réalité une maladresse, peut-être volontaire. Quand il évoque les raisons de cette dépossession, il présente le mariage du comte et de Jeanne de Foix comme un signe bienveillant de pacification avec ses anciens voisins et ennemis. En réalité, c’est très exacement le casus belli qui pousse Louis XI à agir militairement, dans la crainte qu’une telle alliance du sud-ouest ne devienne menaçante. Le chroniqueur invoque, quant à lui, un bas désir de vengeance du roi qui lui reproche la mollesse de son implication dans la guerre contre l’Ampourdan (il semble le confondre avec son cousin Jacques d’Armagnac) et à ses amitiés avec l’Aragon et l’Angleterre. Il est cependant permis de douter, contrairement à ce qu’affirment les Décades, que Jean V ait été une pure et innocente victime, et qu’il vivait paisibilement retiré sur ses terres (« quiete afficiebatur plurimum gaudebatque post exactas erumnas aliquantis permanere domi », Ibidem).

61 « […] hereditatem rex Ludouicus habiturus erat quum comes liberis careret et secundum Gallicas leges dominium ad regem spectaret », Déc. II, lib. VI, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 92vo.

62 « […] per secreta colloquia […] excidium comitis […] », Déc. II, lib. VI, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 93ro; « […] affectati facinoris pugione transfigitur et subita morte ruit […] », Déc. II, lib. VI, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 93ro-vo.

63 « […] tanquam triumphator […] », Déc. II, lib. VI, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 93vo.

64 Voir Alice Carette, « Actualités italiennes… », p. 391-399. Dans la deuxième et la troisième Décades, Palencia insiste notamment sur le caractère coutumier et institutionnalisé des abus du Saint-Siège. « […] hęc uitia [i.e. ceux des papes] non solum hęreditaria iam, sed aucta plurimum uelut ex contentione amplioris excessus noscebantur inesse. », Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 293ro (« […] les vices des papes étaient connus pour être non seulement héréditaires mais considérablement aggravés par une concurrence qui recherchait des excès toujours plus grands. »). La succession des papes ne changeait rien aux pratiques : « Nam pessima pontificium Romanorum gesta haud terminata sunt cum fine pessimo au[c]torum sed quicunque in pontificatu succedebat addebat mala malis, tanquam si honori inputatum iri existimaretur ubi detestabiliora facinora perpetraret qui preficeretur ecclesiasticę potestati. », Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 63ro (« les ignobles actions des pontifes romains ne s’achevaient pas avec l’ignoble mort de leur auteur, mais quiconque succédait au pontificat ajoutait des maux aux maux, comme si celui qui était à la tête de la puissance de l’Église pensait pouvoir se glorifier d’un honneur quand il commettrait des forfaits plus détestables encore. ») Les cardinaux ne sont pas en reste dans la critique « palentine » : « Quę quidem falsa liberalitas Romanis magnatibus inest, ut propre curiis [sic pro curie] omnia videantur elargiri in detestationem priscę integritatis. Et in dies magis magisque insolescere reputent decentissimum esse ita ut abuti rebus optime institutis non estimetur scelus. Sed si unquam mali aliquid contigerit, inde consuetudinem deinde ex consuetudine jus tanquam naturale connectant. », Déc. II, lib. VII, cap. VI, BUS, Ms/2559, fol. 104vo (« Cette fausse libéralité se retrouve chez tous les prélats romains, de sorte que tout ce qui relève de la curie, au mépris d’une intégrité qui n’existait plus, semble être donné avec largesse. Et ils estiment chaque jour un peu plus que leur arrogance est à ce point décente qu’abuser de ce qui avait été de la plus excellente façon institué n’est plus tenu pour un crime. Mais si jamais il advient par hasard quelque chose de mauvais, cela devient dans un premier temps une coutume, et ensuite, à partir de cette coutume, ils inventent un droit pour ainsi dire naturel. »).

65 Voir éd. et trad. Tate et Lawrance, t. I, p. xxxviii-xxxix.

66 Voir Déc. II, lib. VII, cap. VI, BUS, Ms/2559, fol. 104vo-105ro ; voir Déc. III, lib. IX, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 369ro-vo; voir Déc. III, lib. VIII, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 335ro-vo.

67 Dans ces deux Décades, Palencia ne présente pas encore Ferdinand d’Aragon comme un recours face à l’impuissance pontificale. Ce sera le cas dans le Bellum adversus Granatenses, où « la critique du pape […] contribue à renforcer la légitimation de Ferdinand en Italie » et à le présenter « non seulement en tant que souverain chrétien d’Espagne, mais en tant que sérieux rival du pape » (Alice Carette, « Actualités italiennes… », p. 393-394).

68 « […] ludis potius […] quam moribus corrigendis […] », Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 63ro. Peut-être faut-il envisager ici aussi un contentieux personnel. Palencia a pu connaître le futur Paul II durant son séjour en Italie. Le chroniqueur semble inviter à une telle conclusion quand il dit que « […] percepi successionem Pauli, corrui prae moestitia, quum iam oliam notissimus mihi fuisset Petrus Barbus Venetus diaconus cardinalis Sanctę Mariae Nouae », Déc. I, lib. VIII, cap. III ‑ éd. et trad. Tate et Lawrance, t. II, p. 292.

69 Voir infra les accusations du Sénat de Venise à l’encontre de Paul II après la chute de Négrepont.

70 « […] cum otio turpi ad nutum regere negotia difficilima et ex latebris speculari omnia etiam remotissima solertique attentione digna […] » (« […] gérer, dans son loisir indécent, d’un simple signe de la main les affaires les plus difficiles et, depuis sa retraite, surveiller toutes les affaires, même les plus lointaines et celles dignes d’une attention aiguë […] ») Déc. II, lib. II, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 35ro.

71 « […] obblectationemque precipuam qua afficiebatur ipse in inspiciendis numismatibus antiquorum principum atque in statuis priscę gentilitatis contemplandis et unde quaque colligendis […] », Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 63ro-vo. (« […] l’éminent plaisir, qu’il éprouvait à examiner les monnaies de princes de l’Antiquité et à contempler les statues du paganisme ancien, monnaies et statues qu’il faisait rassembler de toutes parts […] »). Brian Tate et Jeremy Lawrance soulignaient déjà la mauvaise foi dont Palencia faisait preuve dans la première Décade en dénonçant les intérêts culturels de Paul II alors qu’il les partageait et avait les mêmes. Voir Déc. I, lib. VII, cap. IV, éd. et trad. Tate et Lawrance, t. II, p. 298 et p. 326, n. 62.

72 Voir Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 63ro-64ro.

73 Voir Déc. II, lib. V, cap II, BUS, Ms/2559, fol. 63vo.

74 « Habebat pontifex anulum et intra gemmam familiarem, ut aiunt, spiritum a quo multa requirere esset solitus et forte qui constringi simulauisset jam illa hora imperare maluerit quam imperari. », Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 63vo (« Le pape possédait un anneau et à l’intérieur de la pierre précieuse se trouvait, dit-on, un esprit, auquel il avait l’habitude de poser beaucoup de questions et qui, peut-être, ayant longtemps fait semblant d’être soumis, avait à ce moment-là préféré dominer qu’être dominé. »)

75 Marie-Madeleine Dubrasquet Pardo considérait que « la mort, dans les Gesta Hispaniensia, prend une puissance hautement dramatique, surtout lorsqu’elle arrache à l’homme son dernier masque ou lorsqu’il s’agit de la mort du roi. » (Marie-Madeleine Dubrasquet Pardo, « Palencia, historien. Études sur les Gesta Hispaniensia. », Atalaya, 10, 1999 [consultable sur http://atalaya.revues.org/93]). Palencia, qui consacre, il est vrai, de nombreux passages à la disparition des différents protagonistes des Gesta hispaniensia, fait état de la croyance répandue de l’exemplarité de la mort au moment où il entreprend de traiter de celle de Paul II : « opinabantur enim terrori fore succedenti in appostolica sede pontifici tam dira mors Pauli […] », Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 63ro. Il faut évoquer ici brièvement la disparition du cardinal d’Albi (1473). Elle s’inscrit dans un même imaginaire et, comme dans le cas de Paul II, elle est redoublée par de la satire. On a déjà dit combien ce prélat figurait en bonne place parmi ceux que le chroniqueur vouait aux gémonies. Comment ne pas sourire au malin plaisir que Palencia prend à donner le coup de pied de l’âne au cadavre de l’éminence grise et main rouge de Louis XI ? Le chroniqueur raconte que, durant le siège de Perpignan par les troupes françaises, il meurt de fièvre, le sommet de son crâne, pareil à une cheminée, laissant s’exaler une fumée : « […] cardinalis Albiensis ægritudine graui correptus discesserat a castris, et, inflammato capite, per summum verticem tanquam per caminum incendii interioris fumus exalabat, quod mirabile morbi genus ascribebatur perfidis profanisque moribus hominis corruptissimi, qui acerbissima morte pœnas dedit turpissime vite. Primus quidem fuerta in illo bello incendii ecclesiarum monitor atque irritator nefarius. », Déc. II, lib. VIII, cap. VI, BUS, Ms/2559, fol. 129ro-vo. En réalité, contrairement à ce qu’affirme le chroniqueur, Jean Jouffroy mourut en France, au prieuré de Reuilly, près d’Issoudun.

76 « […] tamquam seorsum aliqua facturus haud reuelanda cuique […] », Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 63ro.

77 Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 63vo-64ro.

78 « […] in angustissima fouea miserabiliter atque infelicissime […] », Déc. II, lib. V, cap. II, BUS, Ms/2559, fol. 64vo.

79 « Potius credendum est quod honores detegant quam quod mutent mores […] », Déc. II, lib. V, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 64vo.

80 « Maximum induxit spem futurę alicuius integritatis morum hęc successio Sixti […] », Déc. II, lib. V, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 64vo.

81 « […] omnium hominum pessimus […] », Déc. II, lib. VIII, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 135ro.

82 « […] il était le neveu du pape par sa sœur […] tandis que beaucoup croyaient qu’il était son propre fils, quelques uns murmuraient qu’il était à la fois l’un et l’autre […] » (« […] nepotem suum ex sorere […] esse, cum multi filium crederent, nonnulli aliud atque aliud murmurarent utcunque sit […] », Déc. II, lib. V, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 65ro).

83 « […] non tantum religiossum preterritum dimissit habitum cum licencia pontificis, sed uestes cardineę [sic pro cardinalis] dignitatis neglexit at potius militaribus priuatim cum in domo permanebat sagis sericcis indutus et nonnumquam machili persica, scilicet ueste, tectus audiebat adeuntes. Nimisque et historionica letabatur scurrilitate simul et lenocinio sodalium iocunditatem sibi queritabat […] », Déc. II, lib. V, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 64vo.

84 « […] adolescentulam lasciuam nimis illexit concubinam tan turpiter ut secretis amplexibus puelę haud contentus, novus ille cardinalis mula uectam ad ostentationem fędi facinoris multitudine famulorum concomitantium per uias publicas circumductam uideri ab omnibus oblectabatur amicam, et non solum patagiatam pallaque picta indutam sed pręciossos lapides quibus thiaram pontificalem ornauerat Paulus ammouit inde atque imponi iussit ore pedis meretricis, ut videretur quam preciossis ornamentis etiam uestigia amicę circummunirentur », Déc. II, lib. V, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 64vo-65ro.

85 Voir Déc. II, lib. V, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 65ro et Déc. II, lib. V, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 65ro.

86 « Totius orbis obnoxii ecclesiastici ditioni erogationes uni prodigo committebantur. », Déc. II, lib. V, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 65vo.

87 « […] legationes fabricauit ad relegationem eorum qui destinari uidebantur […] », Déc. II, lib. V, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 65ro.

88 « […] res tota arbitrio fratris Petri omissa est […] fuisset […] difficilius negotium si severus Bisarion […] Romę permanisset[…] », Déc. II, lib. V, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 65vo.

89 « […] qui, post Bisarionis mortem, insolentius quotidie magis rem ecclesiasticam criminibus inficiebat […] », Déc. II, lib. VIII, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 135ro; « […] uel uenefitio, uel morbo […] », Déc. II, lib. VIII, cap. VIII, BUS, Ms/2559, fol. 135ro.

90 Palencia réserve ses traits les plus sévères contre Girolamo Riario pour la quatrième Décade et le Bellum adversus Granatenses. Il y sera présenté comme le responsable de l’alliance entre le Saint-Siège et la Sérénissime contre Ferrante de Naples et comme le très coûteux capitaine, tantôt des troupes vénitiennes, tantôt des pontificales. Après la mort de Sixte IV, il se retire sur ses terres. Le chroniqueur revient alors sur ses forfaitures durant le règne de son oncle : « Itaque solus ipse [i.e. Girolamo Riario] inter Italos potentatus ditissimus tam Venetę quam Florentinę regisque Neapolitani necnon Mediolanensium inopię causas induxerat. […] Fama est pręter sumptus ingentes retinuisse sibi Hieronimum plusquam uicies centena ducatorum milia. Quibus diuitiis lucupletatus in ea loca se contulit, quę nefandis artibus occupauerat. », Bellum, fol. 48ro.

91 Déc. III, lib. VIII, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 351vo.

92 « […] fautor[es] Gallicę Lusitanęque factionis […] aurigas ducesque liberi immo servilis arbitrii […] », Déc. III, lib. VIII, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 351vo.

93 « […] omnia Romanorum curialium studia […] aut his aut illis fauebant […] », Déc. III, lib. VIII, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 351ro.

94 « […] quę profecto mala Turco Machometo peramplius imperium policita sunt et christicolarum succumbentium, maxime regni Castellę, minabantur excidium […] », Déc. II, lib. V, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 65vo. (« […] assurément, ces maux promettaient au Turc Mehmet un très vaste empire et menaçaient de destruction les chrétiens soumis, et principalement ceux du royaume de Castille […] »). Ce n’est pas la première fois que Palencia lie la décadence du Saint-Siège à l’affaiblissement de la Chrétienté et à sa mise en danger face aux Turcs. Cette idée se trouvait déjà dans la première Décade. Citons les passages les plus significatifs : « Verum quidem haud ab re erit si mentio fiat deterioris condicionis pontificii, quum inde subsecuta sunt ingentia orbi, praesertim Hispaniæ discrimina, unde uniuersæ fidelium reipublicæ remedia iure succedere debuissent », Déc. I, lib. VI, cap. III - éd. et trad. Tate et Lawrance, t. II, p. 296 ; « Quibus temporibus nanque totus fere orbis religioni catholicæ parebat honestissime incedebant ecclesiæ praelati, inpraesentariarum autem quando Asiam uniuersam, Africam prorsus et terciam fere partem Europæ Machometistæ possident et Magnus Turcus grassatur in catholicos et quotidie magis urget atque intra Romana mœnia pertimetur, lasciuiunt exemplares uiri et tanquam possessores orbis cuiuslibetque necessitatis expertes ingenia ad insolentissimum ornatum et dissolutionem uituperandissam uertunt. », Déc. I, lib. VI, cap. III, éd. et trad. Tate et Lawrance, t. II, p. 298-299.

95 Notons que les mêmes raisons étaient avancées par Palencia pour expliquer la chute de Constantinople. Le titre du chapitre en atteste. Il lie l’événement aux mœurs dissolues de l’Église et à l’inaction des puissances temporelles : « De excidio Constantinopolitano et moribus ecclesiasticorum conformique regum partium Europæ ignauia desidiaque uituperabili. », Déc. I, lib. II, cap. VII, éd. et trad. Tate et Lawrance, t. I, p. 71. À la fin du chapitre, le chroniqueur revient sur la même idée : « Hec acerbissima clades, quæ ob desidiam ignauiamque ciruialium Romanorum amarior iudicari potest, in dies affert nomini crucis calamitates innumeras, non sine crimine principum Christianorum parem ignauiam incurrentium […] », Idem, p. 74.

96 Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 293ro-293vo.

97 Le début du livre I du Bellum adversus Granatenses offre la possibilité d’un rapprochement intéressant. Palencia y impute aux divisions entre Castillans et Léonais une partie des échecs de la première Reconquista : « Quicumque enim ex regibus Legionis dum Castellæ patrocinium ducibus egregibus commissum extitit, pugnabat strenue adversus Mahometistas […] Sed conjuncta Legionensium cum castellanisma restitti potentius mauris. […] Quod si multarum provinciarum recuperationem incidentes inter nostros discordiæ retardabant, paulatim tamen referentes pedem Arabes Chrystianis victoribus cedebant. », Bellum, fol. 1ro-vo.

98 Indiquons quelques uns des « gesta Turca » rapportés dans les Décades I et IV : la conquête de Constantinople (Déc. I, lib. II, cap. VIII, éd. et trad. Tate et Lawrance, t. I, p. 71-74) ; les expéditions contre les Albanais et les Macédoniens (voir Déc. I, lib. IX, cap. I, éd. et trad. Tate et Lawrance, t. II, p. 399-403) ; la prise de Shkodër (voir Déc. IV, lib. IV, cap. VII, éd. et trad. López de Toro, t. I, p. 115-117 et t. II, p. 135-137) et l’offensive contre l’île de Rhodes (voir Déc. IV, lib. VI, cap. X, éd. et trad. López de Toro, t. I, p. 197-202 et t. II, p. 229-235).

99 Déc. II, lib. II, chap. X, BUS, Ms/2559, fol. 35vo.

100 Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 293ro.

101 Ce passage des Décades permet de nuancer la détestation viscérale des Vénitiens que Tate et Lawrance attribuent à Palencia : « […] sólo como papa Gabriele Condulmer [i.e. Eugène IV] habría provocado la sorna de Palencia, pero como veneciano era blanco de un odio más vivo, siendo los venecianos según Palencia la nación más despreciable del mundo (sin excluir a los turcos » […] » (éd. et trad. Tate et Lawrance, t. I, p. 90, n. 79). Cette haine semble s’expliquer jusqu’alors par la conjonction d’une origine vénitienne et de l’état ecclésiastique (c’est vrai pour Paul II) ou de celui de marchand. Elle ne devient générale que dans le Bellum, quand Venise et Naples s’affrontent.

102 Déc. II, lib. II, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 35vo.

103 Déc. II, lib. III, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 37vo.

104 « […] lugubris clades Euboæ […] », Déc. II, lib. II, cap. X, BUS, Ms/2559, fol. 35vo.

105 Voir Déc. II, lib. II, cap. X, BUS, Ms/2559, fol. 35vo‑37ro et Déc. II, lib. III, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 37vo-38ro.

106 « […] ab iis qui e[a] uiderunt […] », Déc. II, lib. II, cap. X, BUS, Ms/2559, fol. 36vo.

107 Nous renvoyons, au sujet des témoignages italiens de la conquête de Négrepont, à l’article de John B. Bury, « The Lombards and Venetians in Euboia (1340-1470) (Continued), The Journal of Hellenic Studies, 9, 1888, p. 91-117. Il est certes ancien mais présente l’avantage de comparer les informations de quatre textes italiens (p. 112-117). Quant à la diffusion des nouvelles du siège et de la prise de l’île, voir Margaret Meserve, « News from Negroponte : Politics, Popular Opinion, and Information Exchange in the First Decade of the Italian Press. », Renaissance Quarterly, 59, 2006, p. 440-480 et la communication prononcée devant la Société Nationale des Antiquaires de France par Jean-Bernard de Vaivre et Laurent Vissière, « La prise de Négrepont en 1470. Un récit oublié de Guillaume Caoursin. », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 2013, p. 68-96.

108 « […] uirtus et pro libertate conatus probatissimorum millitum […] », Déc. II, lib. II, cap. X, BUS, Ms/2559, fol. 36vo.

109 « Infelix interea Nicolaus de Canali, dux classis Venetorum, quinque et quadraginta trirremes naues quoque honerarias quindecim, haut procul ab opppido continuerat neque oppitulari uoluit miseris oppidanis atque militibus auxilium expetentibus quod ferre potuisset dum modo uoluisset sed noluisse dicitur. Quinimo quatuor triremibus e Cipro Rhodoque accersitus et uni magne navi oppem ferre adintentibus conatum strenuum interdixerit. », Déc. II, lib. II, cap. X, BUS, Ms/2559, fol. 37ro ; « Nec constaret satis qua pusillaminitate affectus dux classis Nicolaus de Canali, alias uir strenuus, omnem oportunitatem subueniendi miseris oppidanis militibusque fortissime apud Nigropontem propugnantibus neglexisset. », Déc. II, lib. III, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 37vo.

110 « Erant qui foedus iniri cum Turcis suaderent, erant qui diuturni temporis indutias expetendas commonerent. », Déc. II, lib. III, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 37vo.

111 Déc. II, lib. III, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 37vo.

112 L’organisation par thèmes de notre article ne doit pas occulter la succession narrative des faits telle qu’elle avait été pensée par Palencia. Il faut la rétablir ici de façon à démontrer qu’elle contribue elle-aussi à la corrélation qu’il établissait entre les agissements de Louis XI et les avancées turques en Méditerranée. Ainsi évoque-t-il la présence des Ottomans en Aquilée juste après l’occupation de l’Ampourdan par la France. De la même manière, la prise d’Eubée est racontée immédiatement après la mention d’interventions françaises dans la Péninsule italique. Plus loin, après avoir traité de la succession de Savoie, il fait aussitôt état de nouveaux progrès des Infidèles. Ces juxtapositions établissent incontestablement des liens de cause à effet. Il en va de même pour les manigances de Pietro Riario, dont le chroniqueur dit qu’elles contribuaient à faciliter les projets hostiles à la Croix.

113 « Ignauiam pontificis Pauli plerique ex senatoribus increpabant cum commemoratione accerba ueteris odii quod jamdudum ante pontificatum impulerat ipsum senatum Venetorum ut nonnullos ex consanguineis Petri Barbi in exilium relegaret. Quas ob res infaustam fuisse sortem dicebant quam falso multi benetorum felicem putauissent ubi fauisset fortuna eidem Petro quoniam pontificem Venetum rei Venetorum apprime fauorabilem existimauissent et longe aliter euenisset […] », Déc. II, lib. III, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 37vo ; « deses […] intra cellam auro gemmisque fulgentem omnigenis molliciebus uaca[ns] », Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 37vo.

114 « […] Paulum pontificem, ut jamdudum ceteros, ex hujusmodi terroribus aucupari pecunias federaque noua inuestigare, ad fauorem perniciosissimi questus tollerantiamque turpissime vite. », Déc. II, lib. II, cap. X, BUS, Ms/2559, fol. 35,vo‑36,ro ; « […] Paulus […] ut hammo uteretur ad surripiendas opes fama belli aduersus Magnum Turcum gerendi, tamquam si sibi lascibienti mollissimoque cura esset futurę subventionis dum oppugnabatur oppidum Nigripontis, finxi[t] ferre, incedens semel per uias publicas Romę cum processione et cantibus quos eiusdem mentis multitudo ignauissima proferebat. », Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 37vo.

115 « Pręcipue incusabatur Gallorum rex Ludouicus, qui non tantum negligebat opem ferre catholicis ab infidelibus conculcatis, immo potius quos principes quasque provincias induxisset pietas ad subventionem laborantium fatigabat injustissime, et usque in Hispaniam ulteriorem, postquam citeriorem uexauisset, iaciebat semina discordiarum. », Déc. II, lib. III, cap. I, BUS, Ms/2559, fol. 37vo-38ro.

116 « Itaque rex Ludovicus minime intentus reparationi cladium agentibus Turci illatarum christicolis etsi christianissimus appellatur quicunque Gallorum possidet sceptrum. », Déc. II, lib. II, cap. IX, BUS, Ms/2559, fol. 35ro ; « Inmemor cladium nomini christiano illaturum a crucis hostibus, quos saltem retardare aliqua exercituum catholicorum oppositione satius foret magisque deceret regem titulo christianissimum. », Déc. II, lib. III, cap. X, BUS, Ms/2559, fol. 48vo.

117 En effet, en 1444, dans un contexte semblable à celui de 1470, par contraste à la mollesse pontificale et occidentale face aux incursions turques en Europe, Palencia louait déjà la résistance malheureuse de Ladislas Jagellon, roi de Pologne et de Hongrie, à la bataille de Varna, où il meurt en même temps que le cardinal Giuliano Cesarini, tandis que Jean Hunyadi, voïvode de Transylvanie triomphe des Turcs qui l’assiégeaient dans son camp. Voir Déc. I, lib. II, cap. VIII, éd. et trad. Tate et Lawrance, t. 1, p. 72-73, § 3-5.

118 « Neque aliud magis obstabat monarchię Turcorum quam Venetorum perseuerantia profecto laudabilis et Pannonie rex », Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 293ro.

119 « […] Fernandi regis Neapolitani gener […] », Bellum, fol. 145vo.

120 Dans le récit de la Guerre de Grenade, Palencia insiste sur le fait que Matthias Corvin s’oppose au pape Sixte IV en aidant la ville rebelle d’Ancône. Il rapporte qu’il fait partie des rares souverains étrangers à manifester un soutien aux rois de Castille durant les opérations de conquête, en leur envoyant un messager au cours du siège de Baza (1489). À cette occasion, le chroniqueur le qualifie expressément de « allié très aimé de notre roi Ferdinand » (« affinis carrissimus Fernandi regis nostri », Bellum, fol. 145vo). Ces considérations confirment nos suppositions. Peu importe finalement que Matthias ait été un temps lié aux Turcs par un traité (voir Bellum, fol. 114ro). Le chroniqueur se rassure, armé d’une certaine malhonnêteté, en indiquant que cet accord fut contraint et forcé (voir Bellum, fol. 55vo). Ainsi, les actualités hongroises invitent à reconsidérer les rapports génétiques existant entre les deux œuvres historiographiques « palentines ». En effet, l’évocation de Matthias Corvin dans la troisième Décade et le résumé d’histoire magyar et impériale qui l’accompagne ne prennent de relief que s’ils sont rapprochés des réapparitions postérieures du souverain dans le Bellum. Sans elles, on comprend assez mal le soin que Palencia prend à légitimer les circonstances particulières dans lesquelles la couronne échut à ce roi (voir Déc. III, lib. VI, cap. III, BUS, Ms/2559, fol. 293ro). Ce jeu d’échos tire son efficacité de ce qu’il ne peut relever que d’une organisation systématique pensée à l’échelle de l’ensemble de l’œuvre historiographique. Par conséquent, il n’est pas impossible que la rédaction du Bellum ait obligé Palencia à quelques retouches, a posteriori, dans les Décades afin d’annoncer et de rendre plus significatifs une partie des « gesta non Hispaniensia » du récit de la guerre de Grenade.

121 Précédemment, Palencia avait tenu un raisonnement semblable au sujet de son père Jean II. Il évoquait alors très brièvement les entreprises menées par les Turcs, fin 1469 et début 1470, dans la Terra ferma de la Sérénissime, dans les alentours d’Aquilée. Ce premier véritable coup de butoir au cœur-même de l’Italie laissa indifférents tous les princes chrétiens, Louis XI compris. Plutôt qu’intervenir contre les Ottomans, ce dernier préféra lutter contre le roi d’Aragon. Cette guerre apparaît, aux yeux du chroniqueur, d’autant plus injuste — la guerre juste ne saurait être menée que contre les Infidèles, évidemment — qu’elle affaiblit le seul roi chrétien qui était véritablement le seul souverain chrétien à souffrir de l’abattement de la Croix (« crucis jacture condolen[s] ») : « Qua denique tempestate in Italia quoque formidinem horridam intulit incursio Turcorum haud longe ab Aquilegię finibus hibernantium. Quę quidem calamitas minime solicitauit principes christicolarum ad pręsidium decens cum pręsertim rex Ludovicus prefatus scieret iniustum adversus regem Aragonię bellum. », Déc. II, lib. II, cap. VI, BUS, Ms/2559, fol. 32vo.

122 Jeremy Lawrance, « Palencia como cultor ueritatis… ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matías Ferrera, « Les « gesta non Hispaniensia », actualités étrangères dans la deuxième et la troisième Décades d’Alfonso de Palencia », Atalaya [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 23 août 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/atalaya/2090

Haut de page

Auteur

Matías Ferrera

École nationale des Chartes/École pratique des hautes études

Haut de page