Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Las cadenillas de Hércules : stratégies discursives de l’argumentation pour convaincre, persuader et séduire (Moyen âge et Siècle d’or). Remarques préliminaires

Las cadenillas de Hércules : Estrategias discursivas de argumentación para convencer, persuadir y seducir (Edad media y Siglo de oro). Observaciones preliminares
The cadenillas de Hércules: discursive strategies of argumentation to convince, persuade and seduce (Middle Ages and Golden Age). Opening remarks
Pierre Darnis et Julia Roumier

Résumés

Présentation de ce dossier qui insiste sur l’art de l’argumentation (les procédés de l’éloquence, les questions de rhétorique et autres stratégies d’écriture) dans l’Espagne médiévale et classique. Suit une présentation des onze travaux publiés, organisés selon trois articulations : 1) stratégies de conviction des textes médiévaux et modernes ; 2) l’influence de Lucien de Samosate chez Vivès et Cervantès et 3) questions d’histoire religieuse.

Haut de page

Texte intégral

« Pero los que muchos celebran y
las miran y aún llegan atacarlas con las manos
son las mismas cadenillas de Hércules,
que procediéndole a él de la lengua,
aprisionaban a los demás de los oídos »
(Gracián, Criticón, II, 65)

1S’il fallait une image pour résumer le pouvoir du discours, ce serait celle d’Hercule Ogmios entraînant à sa suite un cortège dont les oreilles sont enchaînées à sa langue1. Emblème de la force de l’éloquence, c’est sous l’égide de cet Hercule gaulois, hérité de Lucien de Samosate et repris aussi bien par Pierre de Ronsard que par Joachim du Bellay, que nous plaçons notre réflexion ici pour tenter de saisir la nature de ces chaînes par lesquelles l’auteur captive son auditoire : comment le texte se fait-il irrésistiblement convaincant et persuasif pour faire suivre au lecteur le chemin de l’auteur séducteur ? L’image communique clairement l’emprise que confère ce pouvoir sur les autres et rappelle la défiance qu’a pu éveiller cet art de la conviction : cet outil pourrait-il être dévoyé et, manipulant la crédulité des auditeurs, convaincre de la véracité du faux ?

  • 2 Marc Fumaroli, L’âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de (...)
  • 3 James Jerome Murphy, Rhetoric in the Middle Ages: a history of rhetorical theory from saint August (...)
  • 4 Richard Rorty, The Linguistic Turn, Chicago : University of Chicago Press, 1967.
  • 5 Pierre Force. « Littérature et éloquence. Introduction », in: Cahiers de l’Association internation (...)

2L’éloquence serait ce talent propre à un orateur persuasif, mais la rhétorique serait la technique permettant de l’acquérir au-delà et indépendamment d’un don naturel. Depuis la somme fondamentale de Marc Fumaroli2, l’histoire de l’éloquence est indissociable du nouvel élan qu’elle trouve à la Renaissance, sans pour autant nier l’enracinement dans une pratique médiévale qu’a soulignée James Jerome Murphy3. Mais l’étude des procédés de l’éloquence a pris plus récemment une force nouvelle avec le linguistic turn4 ; la force des mots, le pouvoir du langage sont à nouveau reconnus pleinement comme indissociables des contenus du discours5.

3Ce dossier que nous présentons ici est issu des réflexions menées à partir des séminaires de 2017-2018 organisés à Bordeaux par l’Équipe de Recherche sur l’Espagne médiévale et moderne (EREMM), au sein d’AMERIBER. Ces rencontres s’inscrivent dans la continuité des recherches dans un premier temps consacrées au questionnement autour de la dissimulation et des ruses de l’écriture et de la pensée subreptice ; nous avons alors poursuivi notre réflexion en interrogeant plus spécifiquement les stratégies d’écriture mises en place pour atteindre la véridiction, notamment par le détournement, la dissimulation et l’insinuation. L’articulation suivante s’est naturellement tournée vers l’art de l’argumentation. Ce dossier est donc consacré aux discours, littéraire et non fictionnel, à la lumière du concept d’argumentation tel qu’il était conçu dans l’Espagne médiévale et classique. Le champ discursif doit être étudié en tenant compte de la loi des genres en ce qui concerne les textes littéraires (d’après la rota Virgilii et sa tripartition des styles). Mais il est évident que les stratégies argumentatives ne font pas appel au même arsenal rhétorique qu’il s’agisse de textes à caractère politique, voire pamphlétaire, de textes historiques ou purement fictionnels. Les études proposées ici permettront d’évaluer la grande diversité des éléments textuels et contextuels qui priment à chaque fois, afin de démasquer les ressorts qui ont vocation à emporter l’adhésion du lecteur et à construire l’apparence d’une vérité.

  • 6 George A. Kennedy, A new History of Classical Rhetoric, Princeton : Princeton University Press, 19 (...)
  • 7 Jorge Fernández López, Retórica, humanismo y filología: Quintiliano y Lorenzo Valla, Logroño : Ins (...)

4L’art d’argumenter, au Moyen Âge, est une discipline prestigieuse. Il se fonde essentiellement sur l’anonyme Rhetorica ad Herennium et sur le De inventione de Cicéron. La Rhétorique d’Aristote et le De Oratore de Cicéron ne sont redécouverts qu’à la toute fin du Moyen Âge. La rhétorique occidentale s’enracine dans un héritage, une tradition, qui s’efface cependant progressivement pour voir s’affirmer une maîtrise spécifiquement médiévale et chrétienne6. Vers le xiiie siècle, en Occident, la grammaire devient la science générale du langage et de l’art verbal, et elle comprend les figures de style (exornationes ou colores rhetorici) ainsi que le commentaire d’œuvres littéraires (enarratio poetarum). La découverte, en 1416, du manuscrit de la Institutio Oratoria de Quintilien, par l’humaniste italien Poggio Bracciolini à l’abbaye bénédictine de Saint-Gall (Suisse), marque le début de la récupération du prestige de la rhétorique parmi les humanistes de la Renaissance7. Concrètement, l’ars oratoria, c’est-à-dire la maîtrise de l’elocutio est considérée comme partie intégrante de la formation de l’humaniste.

5Sur la péninsule Ibérique, cette science fait l’objet au xvie siècle d’une attention accrue que matérialisent les publications de plusieurs traités d’humanistes de grand renom : Nebrija avec son traité De artis rhetoricae compediosa, coaptatione ex Aristotele, Cicerone et Quintiliano (1515), Juan Luis Vives avec De ratione dicendi (1533), Miguel de Salinas, Retórica en lengua castellana (1541), Alfonso García Matamoros, De ratione dicendi (1548), Juan Lorenzo Palmireno, Rhetoricae prolegomena (1567) et De arte dicendi (1573), Francisco Sánchez de las Brozas, Organnum dialecticum et rhetoricum (1588). À tout cela s’ajoute peut-être le De rhetorica facultate de Robortello (1548).

  • 8 Voir José Miguel Martínez Torrejón, « Debate y disputa en los siglos xiii y xiv castellanos », in  (...)
  • 9 Elena Leal Abad, « La fuerza ilocutiva en los debates medievales castellanos de controversia y su (...)

6Une ligne de recherche féconde dans ce contexte est celle du dialogue comme cadre démonstratif, sans oublier l’ambiguïté ou équivoque que pouvait entraîner pour un lecteur peu lettré la lecture des objections et des contre-arguments8. L’ars dictamini en lui-même concerne les règles de l’écriture épistolaire (salutatio, captatio benevoletiae, narratio, petitio, conclusio) et un colloque sur ce sujet a été organisé par l’EREMM en collaboration avec CLARE, en mai 2016. Mais, les missives n’étaient pas les seuls véhicules de la petitio : on repère au Moyen Âge, en Espagne, plusieurs exemples de « poesía de petición », comme dans le Cancionero de Baena. Pour cette période, on pourrait prendre en compte également le genre du débat, qui est une variante de la disputatio, une discipline de la rhétorique classique très importante, en particulier dans la production scolastique, aussi connue sous la forme de la declamatio suasoria. On voit ici apparaître l’articulation entre l’art d’argumenter et l’art de persuader, qui passe par des stratégies d’écriture faisant appel à la séduction (étymologiquement « attirer à soi ») et à la conviction (cum-vincere). Il ne faudrait pas oublier alors que les dialogues littéraires médiévaux pouvaient aussi mettre en scène une vivacité du débat et un esprit de polémique touchant à l’agressivité, une sorte d’argumentation par la virulence et la prise à partie9.

7Une bonne synthèse de ces différentes facettes de l’argumentation est celle que nous trouvons dans le Tesoro de Covarrubias (1611), à l’entrée « argüir » :

Del verbo latino arguo, is, vale contradezir, tentar, calumniar, acusar, reprehender. Argüir a uno de pecado, levantarle algún falso testimonio, torciendo en mal sentido lo que ha hecho o dicho. Algunas vezes vale dar indicio, como rescatarse un hombre, arguye tener enemigos. Lo mesmo es en la lengua latia. Virgilio, Aeneidos: Degeneres animos timor arguit. En las disciplinas vale disputar, que también se dize argumentar. Arguyente, el que arguye. Argumento, la qüestión o contrario que le pone, porque como dize Quintiliano: Argumentum est ratio, probationem praestans, qua colligitur aliud per aliud et quae, qoud est dubium, per id quo dubium non est confirmat. Otras vezes significa la materia de que trata alguna cosa que llamamos hypothesis, del nombre griego upoqesiz suppositio, como los argumentos de las comedias y de cualquier obra; y también sinifica el tema y el propósito de algún discurso.

8Pièce nouvelle parmi ces quelques jalons bibliographiques, le présent dossier veut offrir un ensemble d’analyses centrées sur des formes précises que nous regrouperons au sein de trois parties.

9La première, consacrée aux stratégies de conviction des textes médiévaux et modernes, fournit une réflexion sur les usages de la parole de l’autre, du dialogue au discours rapporté, en passant par le discours d’autorité. La contribution de Pénélope Cartelet se penche sur une œuvre historiographique de grande qualité littéraire, la Crónica del rey don Pedro de Pero Lopez de Ayala, pour questionner l’utilisation innovante qui y est faite du discours d’autrui. On observe en effet un recours massif à l’insertion de discours rapportés au style indirect ou selon une énonciation directe, qui semble laisser entendre, sans intermédiaire, la parole des différents acteurs de l’Histoire. L’analyse s’efforce de comprendre si cette diversité discursive relève d’un vrai dialogisme, ou bien d’une fausse objectivité instrumentalisée par l’auteur dans sa visée didactique et idéologique. C’est, au final, un examen de la fonction même du texte qui apparaît alors à la faveur du questionnement sur sa rhétorique illusoirement polyphonique.

10Dans la deuxième contribution, Sophie Coussemacker étudie les stratégies argumentatives de la Doncella Teodor, texte castillan rédigé sans doute au xiiie siècle à partir d’une source arabe et selon le modèle d’autres traités gnomiques de l’époque alphonsine. La confrontation victorieuse de la jeune esclave érudite Teodor aux divers sages de la cour connut un vif succès dont témoignent les abondantes versions imprimées du xvie siècle, qui reprennent le texte tout en l’amendant quelque peu. L’étude des procédés employés par Teodor pour convaincre ses juges met en doute la qualité argumentative de son discours pour mieux dégager la force d’assertion de l’idée reçue et revaloriser la gestuelle de la belle érudite comme élément à part entière de la démonstration.

11Frédéric Alchalabi consacre son étude à un ouvrage généalogique anonyme et inédit, dont le seul exemplaire connu est un manuscrit conservé à la bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid. Dans Origen de la Casa de Granada, l’auteur retrace l’histoire des ancêtres de la famille morisque grenadine Granada Venegas. La visée de l’auteur est double : faire des Alnayar – les ancêtres musulmans de la famille Granada Venegas – les héritiers légitimes du trône de Grenade tout en niant les droits en la matière de la dynastie Alhamar ; démontrer que les Alnayar ont régulièrement collaboré avec les princes chrétiens de la péninsule Ibérique. Pour ce faire, l’écrivain reprend à son compte les témoignages d’autres auteurs, des historiographes mais aussi des personnalités reconnues ou compétentes, aptes à assumer la responsabilité du propos élogieux tenu à l’égard de la famille Granada Venegas. L’auteur s’appuie donc en premier lieu sur l’argument d’autorité, mais comment et pourquoi est-il intégré au texte afin de prouver la noblesse d’une famille d’origine infidèle ?

12Elisabet Rascón complète cette section par une étude des péritextes de vies de soldats, qui, encore aujourd’hui, souffrent d’un relatif vide épistémique et bibliographique. De ses recherchent sur le Libro de la vida y costumbres de don Alonso Enríquez de Guzmán, la Historia del maestre último que fue de Montesa de Suárez Montañés, la Vida y trabajos de Jerónimo de Pasamonte et les Comentarios de Diego Duque de Estrada, se dégagent à la fois les grands traits de la culture du soldat des xvie et xviie siècles et le sens qu’ils attribuent narcissiquement aussi bien à leur fonction qu’à leur engagement personnel au sein de la Monarchie hispanique. On comprendra, dès lors, que les stratégies argumentatives de ces auteurs relèvent du statut hybride de ces textes qui se situent « a medio camino entre la realidad y la ficción ». De cette double dimension découle ainsi les effets attendus de cette prose, au premier rang desquels on trouvera la fascination pour les événements rencontrés et pour le sujet même de l’histoire, à savoir le « moi » des narrateurs. Il n’est que de rappeler la lancinante quête d’autorité qu’expriment Enrique, Suárez, Pasamonte ou Estrada : au « possible » lignage nobiliaire, doit se constituer sous les yeux des lecteurs une soif de reconnaissance et d’autorité que l’expérience vécue et la condition de témoin oculaire doivent garantir et, pour tout dire, magnifier.

13La deuxième partie du dossier s’intéresse à l’incidence du modèle incarné par l’auteur grec Lucien de Samosate dans le discours de Juan Luis Vivès et de Miguel de Cervantès. Alice Vintenon étudie dans son article la critique adressée par le premier contre les dialecticiens. Tant la lettre In Pseudo-dialecticos que le De disciplinis projettent la figure du rêveur sur les « sophistes », coupables selon Vivès d’avoir forgé un langage coupé du monde. Avec le Somnium, néanmoins, la stratégie rhétorique du Valencien évolue et la caricature gagne en nuance puisqu’il choisit de désigner son propre texte par un terme constamment employé pour dénigrer les dialecticiens. Le recours à une forme narrative inspirée des Histoires véritables de Lucien de Samosate n’est pas sans conséquence : jouant de l’ambivalence lucianesque, Vivès semble placer sa démonstration sous le signe de l’humilité comme s’il refusait de reproduire l’arrogance ou les rapports de domination de ses adversaires.

14Suivant ce même fil, Nicolas Correard s’interroge, quant à lui, sur l’empreinte du lucianisme dans trois œuvres de Cervantès : le « Colloque des chiens » (Nouvelles exemplaires), la Seconde partie de Don Quichotte et le Persilès. La reprise du modèle des Histoires véritables, mais aussi du Philopseudes (L’Amateur de mensonges) inscrit la prose cervantine dans la lignée des satires humanistes qui dénoncent la crédulité superstitieuse. Si Nicolas Correard montre bien que Lucien est une source plus certaine que L’âne d’or d’Apulée, il précise néanmoins que la thématique cervantine de la superstition démonologique est en grande partie redevable à la lecture du livre IV du Jardín de flores curiosas de Torquemada, laquelle, précisément, « nous permet de mieux comprendre l’exploitation que Cervantès a pu faire du filon de l’ironie littéraire de Lucien ».

15Montserrat Jufresa offre, pour sa part, un éclairage sur les enjeux axiologiques les plus saillants des deux parties de Don Quichotte. Les repérages qui sont menés ici dans le prolongement des remarques de Nicolas Correard sur les reflets lucianesques tendent à affirmer la valeur cardinale de deux thèmes : celui de la fiction (le pseúdos) et celui de l’amitié. Une différence, notamment, singularise le point de vue cervantin au regard de la production de Lucien. Monserrat Jufresa remarque en effet que les héros cervantins ne contemplent pas le monde du haut d’une vision surplombante, telle celle d’un Ménipe observant la terre depuis la lune. Les deux héros du livre regardent l’Espagne « a lomos de un rocín viejo y de un rucio dócil ». C’est paradoxalement cette innovation qui rapproche Cervantès de Lucien : les montures de don Quichotte et de Sancho montrent « irónicamente la simplicidad de una vida natural, que quizás es la que mejor se adapta a la recomendación de Menipo en Diálogos de los Muertos ».

16Dans la troisième et dernière partie du dossier, consacrée aux questions d’histoire religieuse, Marco Antonio Coronel Ramos, Vincent Parello, Marc Zuili et Germán Redondo Pérez interrogent les stratégies discursives des auteurs de la Première Modernité. Les deux premiers travaux se penchent sur un corpus où s’entrechoquent les trois confessions du Livre, les deux suivants analysent les modes argumentatifs de deux arts de bien mourir. Pour Marco Antonio Coronel Ramos, qui étudie les forces de la « multiculturalité » d’un point de vue tant historique de philosophique, l’évolution du xve au xviie siècle porte témoignage du passage d’une religiosité qui vise à défendre l’égalité de tous les baptisés à une pensée laïque qui exige le respect de la dignité de tous les hommes. L’article « Los combates por la fe y el nacimiento de Europa » signale ainsi ces figures qui, de fray Anselm Turmeda à Cervantès, formèrent les jalons d’une histoire intellectuelle hispanique qui subsuma le paulinisme militant dans un esprit de tolérance religieuse vis-à-vis des musulmans et des juifs et, globalement, de tous les « nouveaux chrétiens ».

17Étudiant un même contexte potentiellement pluri-confessionnel, Vincent Parello propose une lecture des premières références aux repas de don Quichotte sous l’angle de l’ambivalence. Tant la précision sur la « olla de algo más vaca que carnero » que celles sur les lentilles du vendredi, les « duelos y quedrantos » du samedi ou les palombes du dimanche sont soumises à analyse pour dégager la possible hétérodoxie religieuse de l’incipit de Don Quichotte. Pour Vincent Parello, on présuppose que « la olla del hidalgo de la Mancha lleva tocino, pero nada nos dice el texto al respecto. ¡Y si no lo llevara! ». De la même manière, si l’hidalgo manchègue consomme des œufs et du lard comme un bon chrétien : l’expression « duelos y quebrantos » suggère pour l’auteur qu’il ne se soumet à un tel régime qu’« a regañadientes ».

18Dans « De l’art d’argumenter et de convaincre : Alejo Venegas ou la dialectique de la persuasion », Marc Zuili propose, quant à lui, un commentaire de La Agonía del tránsito de la muerte. À travers cette œuvre, le moraliste tolédan cherche à convaincre ses contemporains de la nécessaire préparation à la mort : « la muerte del cuerpo es tan buena que, aun a los malos, se puede decir que hace gran bien porque da fin a las maldades en que estaban envueltos ». Le spécialiste montre que si Venegas est une figure éclairée dans sa condamnation des préjugés des démonolâtres et des défenseurs de la pureté de sang, il reste attaché à ceux de la lutte antiluthérienne : pour mettre fin à la «serpiente hidra» du protestantisme, Venegas, censeur et « visitador de libros » pour le compte de l’Inquisition, entend bel et bien expédier au bûcher la «canalla de Vitenbergo».

19Pour finir, la recherche de Germán Redondo Pérez s’intéresse à un ars moriendi dialogué, La última batalla y final congoja con que aflige el demonio al hombre, de Jerónimo de los Ríos Torquemada du xvie siècle. Pour mieux asseoir sa force de conviction, la fonction argumentative est ici assumée par les interlocuteurs protagonistes d’une guerre, comme l’indique la métaphore belliqueuse que file l’auteur depuis son titre. Les arguments sont assimilés à des armes, chaque assaut devant s’adapter en fonction du coup précédent pour mieux y parer. Le traité didactique se transforme ainsi en fiction pour séduire un plus large lectorat préoccupé par ses faiblesses face aux menaces de la tentation mais, aussi au contexte de la réforme.

20En somme, les analyses de ce corpus auront peut-être montré quelques formes argumentatives spécifiques (récits de vie, « roman », traités, etc.) où se rejoignent les périodes médiévale et moderne.

21Le présent dossier n’aurait pu voir le jour sans l’investissement de qualité de tous les contributeurs que nous remercions vivement pour leur participation, ainsi que le directeur de l’EREMM Elvezio Canonica, bien sûr, pour son soutien et sa confiance.

Haut de page

Notes

1 Voir l’emblème 180 d’Alciat : http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/alciato/emblem.php?id=A50a180

(consulté le 10/07/19).

2 Marc Fumaroli, L’âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Paris : Droz, 1980. James Jerome Murphy, Renaissance eloquence: studies in the theory and practice of Renaissance rhetoric, Berkeley : University of California Press, 1983.

3 James Jerome Murphy, Rhetoric in the Middle Ages: a history of rhetorical theory from saint Augustine to the Renaissance, Tempe : Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies, 2001.

4 Richard Rorty, The Linguistic Turn, Chicago : University of Chicago Press, 1967.

5 Pierre Force. « Littérature et éloquence. Introduction », in: Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 61, 2009, p. 213-216.

6 George A. Kennedy, A new History of Classical Rhetoric, Princeton : Princeton University Press, 1994. Rééd. 2009, chap. 13, p. 271.

7 Jorge Fernández López, Retórica, humanismo y filología: Quintiliano y Lorenzo Valla, Logroño : Instituto de Estudios riojanos, 1999.

8 Voir José Miguel Martínez Torrejón, « Debate y disputa en los siglos xiii y xiv castellanos », in : Juan Salvador Paredes Núñez (coord.), Medioevo y literatura: actas del V Congreso de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval, Grenade : Universidad de Granada, 1995, vol. 3, p. 275-286.

9 Elena Leal Abad, « La fuerza ilocutiva en los debates medievales castellanos de controversia y su plasmación lingüística », e-Spania [En ligne] http://journals.openedition.org/e-spania/13833 ; DOI : 10.4000/e-spania.13833 (consulté le 15 juillet 2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Darnis et Julia Roumier, « Las cadenillas de Hércules : stratégies discursives de l’argumentation pour convaincre, persuader et séduire (Moyen âge et Siècle d’or). Remarques préliminaires », Atalaya [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/atalaya/3609

Haut de page

Auteurs

Pierre Darnis

Université Bordeaux Montaigne, Ameriber EA 3656

Julia Roumier

Université Bordeaux Montaigne, Ameriber EA 3656

Haut de page