Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Convaincre : parole d’autrui, dialogue, autorité

Le discours d’autrui dans la Crónica del rey don Pedro de Pero López de Ayala : vrai dialogisme ou fausse objectivité ?

El discurso de los otros en la Crónica del rey don Pedro de Pero López de Ayala: ¿dialogismo verdadero o falsa objetividad?
The discourse of others in Pero López de Ayala’s Crónica del rey don Pedro: true dialogism or false objectivity?
Pénélope Cartelet

Résumés

Parmi les innovations que Pero López de Ayala introduit dans son œuvre historiographique, par rapport à celle des précédents chroniqueurs, on observe un recours massif à l’insertion de discours d’autrui, rapportés au style indirect ou selon une énonciation directe, qui semble laisser entendre sans intermédiaire la parole des différents acteurs de l’Histoire. Ce procédé crée dans le texte ayalin un effet de dialogisme, qui, dans un premier temps, participe de la caractérisation du chroniqueur lui-même, dont elle souligne la volonté d’exhaustivité, la capacité d’accès aux sources et la recherche d’objectivité. Mais nous verrons aussi, à partir d’exemples de la Crónica del rey don Pedro, que cet entrelacs de voix, qu’Ayala sélectionne et dispose avec une grande maestria, transforme en réalité le chroniqueur en arbitre de toute vérité et permet d’introduire de façon subreptice, mais terriblement efficace, une lecture particulière des événements, favorable à la nouvelle dynastie Trastamare et à l’idéologie aristocratique du Chancelier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La vision de López de Ayala comme un pré-humaniste a, par exemple, été défendue par Menéndez Pelay (...)

1Vers 1478-1479, Pero López de Ayala (1332-1407) est chargé par Henri II, premier souverain de la nouvelle dynastie Trastamare, de reprendre la rédaction des chroniques royales, interrompue depuis 1344, peu avant la mort du roi Alphonse XI. Le nouveau chroniqueur est tout indiqué pour mener à bien cette tâche : en plus d’être homme de lettres, il est véritablement un témoin-clé de son temps, puisqu’il a vécu sous les règnes d’Alphonse XI, de Pierre Ier, d’Henri II, et vivra postérieurement sous ceux de Jean Ier et d’Henri III ; il a, de plus, participé au plus près aux événements majeurs de la période, en tant qu’ambassadeur, conseiller politique, observateur et acteur presque toujours en première ligne ; enfin, grâce à ses nombreuses responsabilités politiques et, en particulier, à celle de Grand Chancelier, qu’il exerce à partir de 1398 pour Henri III et Jean Ier, il bénéficie d’un accès privilégié aux sources diplomatiques et administratives du royaume, même les plus confidentielles. Son travail débouche ainsi sur la chronique de quatre règnes, celui du dernier représentant de la Maison de Bourgogne et ceux des trois premiers rois Trastamare. Cette œuvre, de grande qualité littéraire, contraste par son dynamisme et la tenue de son récit avec les chroniques royales précédentes, à tel point que López de Ayala fut un temps considéré comme le premier historien humaniste espagnol. Si cette vision a depuis été fortement nuancée1, il n’en reste pas moins que l’écriture du Chancelier présente des procédés réellement novateurs, soit de par leur existence même, soit de par l’utilisation qui en est faite. L’un de ces procédés, plusieurs fois signalé par la critique, est le recours constant au discours d’autrui. Cette présence marquée découle paradoxalement de la priorité toute traditionnelle accordée au récit des actions et relations individuelles, comme causes des événements historiques, plutôt qu’à la recherche de facteurs globaux plus profonds, tels ceux que mettront au contraire en avant les historiens humanistes italiens. Mais, dans le même temps, ce procédé crée un véritable renouveau formel à l’intérieur du texte d’Ayala, puisqu’il y instaure un dialogisme permanent entre le discours du chroniqueur et ceux des multiples intervenants auxquels il donne la parole. Après une brève considération de ce phénomène du dialogisme dans le contexte médiéval littéraire et, en particulier, historiographique, nous verrons quelle en est l’utilisation faire par Ayala, d’une part comme outil au service de la quête de vérité historique et, d’autre part, comme outil de manipulation idéologique. Bien que ce dispositif soit employé tout au long de l’œuvre historiographique du Chancelier, je me centrerai ici sur la première partie de son travail, la Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique su hermano, hijos del rey don Alfonso Onceno, qui relate la longue guerre civile castillane et l’avènement de la nouvelle dynastie Trastamare, et dont la version primitive a probablement été conclue vers 1383.

La chronique médiévale et la question du dialogisme

  • 2 Bakhtine, premier théoricien du dialogisme, s’il s’intéresse bien sûr à Rabelais, propose une anal (...)
  • 3 Je reprends ici la synthèse d’Ernst Robert Curtius : Literatura europea y Edad Media latina (1re é (...)

2La notion de dialogisme, entendue ici comme la coexistence au sein d’un même texte — et par conséquent, le dialogue — entre le discours d’autrui et le discours du « je », renvoie directement à celle d’énonciation : qui s’exprime dans le texte ou, du moins, à qui est attribué le discours ? Cette question, et les termes employés pour sa formulation, peuvent sembler relativement anachroniques si on les applique aux textes médiévaux2. Toutefois, ils rejoignent une préoccupation extrêmement ancienne, celle de la forme de la représentation choisie par l’œuvre littéraire, une problématique abordée dès Platon et qui en vient à constituer un critère dans la classification générique des œuvres. Comme on le sait, dans la République, Platon distingue les « genres » littéraires selon leur mode d’énonciation pour exclure de son État idéal toute poésie ayant recours à la mimesis (la tragédie, la comédie, et, partiellement, l’épopée, qui correspond en réalité à un troisième mode, mixte) et n’y accepter que les hymnes adressés aux dieux et les chants louant les hommes bons, c’est-à-dire des œuvres où le poète s’exprime lui-même à la première personne. Malgré les limites d’une telle division, Aristote la reprend dans les premiers chapitres de sa Poétique, mais pour se concentrer finalement sur la seule mimesis, qu’il ne condamne plus d’un point de vue axiologique comme version dégradée de la réalité, mais considère d’un point de vue anthropologique comme une tendance naturelle de l’homme. Le Moyen Âge retrouve cette classification à travers la réflexion du grammairien Diomède, qui, à la fin du IVe siècle, propose une réélaboration de la pensée platonicienne3. Il rebaptise ‘genres’ les modes distingués par Platon selon le critère du quicumque loquitur et offre ainsi une nouvelle triade, prenant en compte des œuvres inconnues des penseurs grecs :

  • Genus activum vel imitativum (dramaticon vel mimeticon) : le poète ne s’exprime jamais directement, l’énonciation étant assumée par les personnages dramatiques. Ce genre est celui de la tragédie, de la comédie et de certains poèmes pastoraux, tels les Églogues I et IX de Virgile ;
  • Genus enarrativum (exegeticon vel apangelticon) : le poète est le seul à s’exprimer. Sont inclus dans cette catégorie les livres I-III des Géorgiques de Virgile, ainsi que l’œuvre de Lucrèce ;
  • Genus commune (koinon vel mikton) : s’expriment tout autant le poète que les personnages. Ce genre est, par excellence, celui de l’épopée, puisque Diomède y rattache l’Iliade, l’Odyssée et l’Énéide, mais aussi l’œuvre d’Horace au sein d’une subdivision lyrique.
  • 4 La seule édition moderne complète du traité est la suivante : Traugott Lawler (éd. et trad.), The (...)

3La triade de genres proposée par Diomède sera diffusée au cours du Moyen Âge, comme l’attestent diverses mentions de son nom, et continuera à influencer notamment la Renaissance française, grâce à l’impression de son Ars grammatica à Paris, en 1498, puis en 1527. Par ailleurs, on peut observer également l’intérêt porté à la question du quicumque loquitur par d’autres théoriciens médiévaux, tel Jean de Garlande au xiiie siècle, qui en fait un des critères du complexe système de classification des textes qu’il propose dans sa Parisiana poetria, composée vers 1220, à côté de la forme en prose ou en vers, du degré de réalité du contenu et des sentiments suscités4.

4Pour en arriver au cas spécifique des œuvres de nature historiographique, l’on peut observer que, parmi les subdivisions créées par Diomède au sein du genus enarrativum — celui où seul parle le poète —, se trouve la sous-catégorie historice, qui inclut des récits et des généalogies, avec l’exemple d’Hésiode. Il est pourtant étrange de rattacher à ce genre, caractérisé par la seule énonciation de l’auteur, des textes historiographiques qui, d’une part, se basent nécessairement sur un ensemble de sources extérieures à l’œuvre, laquelle les intègre plus ou moins directement, et qui, d’autre part, voient, au cours du Moyen Âge, évoluer leur écriture : dans le cadre plus général du développement médiéval de la prose, étudié in extenso par Fernando Gómez Redondo dans le cas castillan, on assiste, en effet, à une complexification croissante des procédés narratifs qui font de l’historiographie un genre qui a, de plus en plus, recours à la catégorie du personnage et à l’emploi de divers dispositifs d’énonciation, qui le conduisent inévitablement vers la catégorie du genus mixtum, bien que la voix du chroniqueur puisse s’y imposer d’une façon très différente de celle du narrateur épique.

  • 5 Reprenant les définitions des historiens romains, il considère que les annales relatent les événem (...)

5Depuis le Haut Moyen Âge, le champ historiographique regroupe trois genres principaux, dont Isidore de Séville distinguait déjà les dénominations — histoires, annales, chroniques —, sans que les définitions qu’il proposait puissent réellement être retenues5. Au contraire, selon l’étude de Bernard Guenée :

  • 6 Bernard Guenée, « Histoires, annales, chroniques. Essai sur les genres historiques au Moyen Âge », (...)

Du vie au xvie siècle, la mode a pu faire passagèrement préférer un mot à un autre. Il reste que, tout au long de ce millénaire, beaucoup ont pris histoires, annales, chroniques pour de parfaits synonymes et ont, sans plus de réflexion, utilisé l’un ou l’autre pour désigner tout ouvrage dont l’auteur avait entendu relater des faits qui s’étaient réellement passés6.

6Toutefois, Guenée reconnaît que certains esprits ont bien cherché à préciser cette distinction au cours des xiiie et xive siècles. Dans les annales et les chroniques, les faits sont rapportés année après année ou règne après règne. Les histoires se distinguent alors par deux aspects :

  • 7 Ibid., p. 1008.

[…] les chroniques se reconnaissaient à leur brièveté alors que les histoires donnaient des récits détaillés ; les chronographes suivaient pas à pas la chronologie tandis que les historiographes, relativement libérés de l’ordre des temps, regroupaient la suite des faits par règne, par sujet, par matière7.

  • 8 Loc. cit. L’on peut signaler que Leonardo Funes, s’appuyant sur les travaux de Guenée, observe la (...)
  • 9 K. F. Werner, art. cité, p. 265-266.
  • 10 La liste de ces règles, que les œuvres ne suivaient pas forcément de façon intégrale, est la suiva (...)
  • 11 La liste de ces critères a, en réalité, été établie dès 1960 par Klaus Oesterle à partir de l’étud (...)

7Cette distinction, réduite par Guenée à « une simple différence de degré »8, pourrait cependant s’avérer bien plus essentielle si l’on en croit les travaux de Karl Ferdinand Werner, qui défend, au contraire, l’idée d’un véritable genre de l’historia, cultivé dès l’Antiquité tardive et le Haut Moyen Âge et qui, tandis que la chronique serait un « genre assez fruste » qui « garde toujours son caractère chronologique et reste soumise au schéma annalistique »9, chercherait à pourvoir les événements historiques d’un sens interprétatif plus profond, l’amenant ainsi à jouer un rôle fondamental dans l’éducation des princes, et répondrait à un ensemble de règles assez strictes, à la fois sur le plan des sources utilisées, des procédés d’écriture et de la finalité recherchée10. Or, parmi les critères définis par Werner pour caractériser ce genre11, l’un touche directement notre propos, puisque l’historia doit « faire entrer de (nombreux) discours dans le texte, permettant ainsi l’exposé de jugement des faits et des hommes d’une façon indirecte par l’utilisation du discours direct ». La présence du procédé dialogique se trouverait ainsi au cœur du processus de complexification du genre historiographique, qui accorde une place de plus en plus importante à la fois à la qualité littéraire du récit historique et au travail d’interprétation et d’élaboration d’un sens historique et même spirituel à partir de la simple succession des événements consignés par les chronographes.

  • 12 L. Funes, art. cité, § 13.
  • 13 Ces différentes chroniques ont été éditées en latin et en traduction espagnole : Juan Gil Fernánde (...)
  • 14 Voir l’échange entre Pélage et l’évêque Oppa, au paragraphe 9 des deux versions. Il est intéressan (...)

8Si l’on considère rapidement cette évolution dans le cas de la péninsule Ibérique, on observe clairement la prégnance de plus en plus grande du dialogisme dans ce type de narration. Dans ce que Funes désigne comme le « primer momento historiográfico hispánico »12, c’est-à-dire les œuvres historiographiques en latin rédigées dans les Asturies à la fin du ixe siècle, sous l’impulsion d’Alphonse III, telles que les deux versions de la Crónica de Alfonso III ou la Crónica Albeldense, à laquelle s’articule la Crónica Profética — toutes, d’ailleurs, désignées comme « chroniques » —13, le recours aux paroles des personnages historiques est, soit inexistant (cas de la Crónica Albeldense), soit très limité : ainsi, dans la Crónica de Alfonso III, seuls quelques événements et figures proéminentes, tel que Pélage, ont le privilège de pouvoir s’exprimer au style direct, mais très brièvement14.

  • 15 Pour une analyse comparée de ces deux étapes historiographiques, je renvoie à l’excellent article (...)

9Une seconde étape essentielle dans le développement du genre correspond à l’historiographie fernandine, qui réunit les œuvres immédiatement antérieures au vaste projet alphonsin : sous le règne de son père, en moins d’une vingtaine d’années, sont rédigées la Chronica latina regum Castellae (1226-1230/1236-1239), attribuée à l’évêque Juan de Soria, chancelier de Ferdinand III, le Chronicon Mundi (1230-1239) de Lucas de Tuy et la Historia Gothica sive Historia de rebus Hispaniae (1240-1243 / 1246-1247) de Rodrigo Jiménez de Rada, archevêque de Tolède. On sait l’importance de ces deux dernières œuvres pour la composition de la future Estoria de España15. Or, c’est précisément en leur sein que l’on voit se développer un recours plus important aux discours d’autrui. Paradoxalement, il faut sans doute rapprocher cette expansion du procédé dialogique de l’affirmation d’une voix autorale, notamment dans l’œuvre du Tolédan :

  • 16 Luis Fernández Gallardo, « De Lucas de Tuy a Alfonso el Sabio: idea de la Historia y proyecto hist (...)

Si [el Tudense], acogiéndose a una añeja tradición, cifraba la actividad del historiador en la faceta más material y elemental de la escritura, don Rodrigo, al desplazar el foco de atención hacia la construcción elocutiva, estaba mostrando tácitamente su superior condición de historiógrafo sobre la del mero amanuense que reúne y copia diversos textos. Se evidencia, de este modo, la vigorosa conciencia del autor que crea —eso sí, sobre la base de la aportación de una venerable tradición historial— un texto propio16.

10L’affirmation d’une conception propre de l’histoire de l’Hispanie, que l’on retrouve tant chez Lucas que chez Rodrigue, repose sur une indispensable différenciation entre le discours directement assumé par l’auteur et les discours relevant de perspectives autres, vfoire sur un début d’instrumentalisation de ces discours d’autrui, indirectement mis au service de la démonstration de l’auteur. Cependant, au-delà de la simple présence de ces discours rapportés, la mise en évidence, chez ces deux auteurs, d’une véritable conscience des possibilités idéologiques du procédé exigerait une analyse précise de ces textes que nous ne pouvons mener à bien ici.

  • 17 Georges Martin, « El modelo historiográfico alfonsí y sus antecedentes », in : Georges Martin (éd. (...)
  • 18 Il s’agit du chapitre 568 de l’édition de Ramón Menéndez Pidal, qui correspond bien, dans cette se (...)
  • 19 Le lien entre tradition orale et insertion de discours au style direct a aussi été mis en avant po (...)

11Chez Alphonse X, qui reprend dans l’Estoria de España bien des techniques de composition de ses deux prédécesseurs immédiats, mais en les orientant puissamment grâce à une « directa toma de palabra por el rey como enunciador del discurso histórico »17, l’intégration de divers discours est devenue un procédé fréquent. Toutefois, on peut constater que ce dialogisme est souvent repris directement du Tolédan : c’est le cas, par exemple, de l’échange entre Pélage et Oppa, qui poursuit ainsi son rôle moteur dans le développement du procédé dans les chroniques successives et donne lieu désormais à un long discours de Pélage sur le soutien que Dieu prêtera à la Chrétienté, explicitant ainsi un trait fondamental de l’idéologie néo-gothiciste et prouvant dans le même temps l’héroïsme du roi18. Par ailleurs, le procédé est notamment présent dans les passages hérités des sources non historiographiques, en particulier les sources épiques, dont l’Estoria reprend les séquences de harangues ou de dialogues19. Cette multiplicité des voix participe clairement au dynamisme et à l’agrément du récit historique, comme elle le faisait dans le cadre des poèmes épiques. Mais, s’il semble bien que les ateliers alphonsins ont perçu l’intérêt spécifique qu’elle pouvait aussi représenter pour la diffusion de l’idéologie sous-jacente dans l’œuvre du roi Sage, ce dialogisme apparaît encore avant tout comme un procédé hérité, plus que volontairement mis en œuvre par les rédacteurs de la chronique, bien que, de nouveau, seule une étude plus approfondie permettrait de confirmer ou non cette affirmation.

12Finalement, l’on peut évoquer brièvement l’étape historiographique entreprise autour de la figure d’Alphonse XI, non pas tant de son vivant, mais dans les années immédiatement antérieures à l’œuvre de Pero López de Ayala, lorsqu’Henri II ordonne la transcription de la chronique de Fernán Sánchez de Valladolid, amorce d’une réélaboration de l’œuvre, qui débouche dans les années 1376-1379 sur l’anonyme Gran crónica de Alfonso XI. Bien qu’à ma connaissance son éventuelle influence ou ses liens avec l’œuvre d’Ayala n’aient jamais été analysés en profondeur, au-delà des quelques lignes que lui consacre Diego Catalán, celle-ci pourrait constituer un véritable antécédent des chroniques du Chancelier pour la question qui nous occupe ici. En effet, selon les termes de Catalán :

  • 20 Diego Catalán, Un prosista anónimo del siglo xiv. La Gran Crónica de Alfonso XI: hallazgo, estilo, (...)

[…] comentarios del historiador, arengas, consejos, mensajes, cartas, diálogos, plegarias, profecías, llenan las páginas de la crónica primitiva; el historiador de Alfonso XI no desdeñó ningún “artificio dramático” que contribuyese a plasmar con mayor viveza la realidad fugitiva en el escenario de la Historia20.

  • 21 Il s’agit des chapitres 298 à 300 de la chronique : Diego Catalán (ed.), Gran Crónica de Alfonso X (...)

13Ainsi, contrairement à la vision plus traditionnelle et à l’écriture plutôt sobre qui caractérisent la Crónica de Alfonso XI, on peut observer dans la Gran crónica un jeu conscient avec les potentialités du discours d’autrui, par exemple avec l’inclusion des rêves et prophéties de la reine Fatima, ensuite interprétés au discours direct par le personnage de Don Clarife, des discours qui permettent de faire le panégyrique d’Alphonse XI, qui plus est depuis la perspective ennemie21. La technique tire ainsi un parti à la fois stylistique, narratif et idéologique de la variété des voix représentées dans le discours historiographique.

14Comme le montre ce trop rapide examen des principales étapes antérieures du genre historiographique hispanique, le dialogisme est loin d’être une invention du chroniqueur Pero López de Ayala. Toutefois, c’est bien lui qui, comme nous allons le voir à présent, généralise l’emploi de ce procédé, certes à des fins d’ornementation stylistique, mais aussi et surtout dans le but de convaincre le plus efficacement possible son lecteur de la vérité de la chronique qu’il est en train de lire et de l’interprétation idéologique des événements qu’elle transmet.

Pero López de Ayala : le dialogisme au service de la quête de vérité historique

15L’inclusion du discours d’autrui dans les pages de sa chronique est une caractéristique du style de Pero López de Ayala qui participe grandement de la qualité littéraire de son œuvre et de l’agrément de sa lecture, comme l’a signalé Michel Garcia :

  • 22 Michel Garcia, Obra y personalidad del Canciller Ayala, Madrid : Alhambra, 1983, p. 196.

Controversias, anécdotas en forma de apólogos, debates sobre los principios de la caballería y su aplicación, los actores de la historia hablan tanto como actúan. Pero López se hace el intérprete de todo ese flujo de palabras, reproduciéndolo a menudo en estilo directo. Los parlamentos participan de la historia y la adornan22.

  • 23 Ibid., p. 177.

16Mais ce choix n’est, en effet, pas seulement formel. Il reflète aussi une vision spécifique de l’Histoire, qui accorde une place extrêmement importante aux acteurs des événements historiques. Comme nous l’avons indiqué plus haut, il s’agit d’ailleurs d’un des éléments qui éloignent Ayala des conceptions historiques humanistes : au lieu de chercher à dégager les causes globales, d’ordre politico-économique, des événements historiques, comme le feront Leonardo Bruni (1370-1444) ou Poggio Bracciolini (1386-1459), le Chancelier castillan conserve une vision traditionnelle du déroulé historique comme enchaînement de décisions et d’actions individuelles. D’où la remarque ironique de Garcia, selon qui « el lector puede creerse invitado a un verdadero corteggio a lo político de todos los que tienen un nombre en el reino »23. Ayala ne se prive effectivement jamais d’énumérer tous les noms, ancêtres, descendants et relations de parenté des innombrables personnages amenés à jouer un rôle, même mineur, dans sa chronique.

17Mais, dans le cadre de cette personnification de l’Histoire, les personnages ne sont pas seulement cités : ils agissent et, surtout, s’expriment. Nous assistons ainsi à une sorte d’exacerbation du rôle de témoin, mis en avant par Ayala dans son « Prólogo general », à la fois en son nom propre, en tant que chroniqueur, et au sujet de ses informateurs, pour appuyer le récit proposé et emporter l’adhésion du récepteur :

  • 24 Le « Prólogo general » est uniquement présent dans certains manuscrits de la version primitive de (...)

Por ende de aqui adelante yo PERO LOPEZ DE AYALA con la ayuda de Dios lo entiendo continuar assi, e lo mas verdaderamente que pudiere: de lo que vi: en lo qual non entiendo si non dezir verdad: otrosi do lo que acaesce en mi edad: e en mi tienpo en algunas partidas donde yo non he estado: e lo sopiere por verdadera relacion de Señores e Caualleros: e otros dignos de fe: de quien lo oy: e me dieron dende testimonio: tomandolo con la mayor diligencia que pude24.

18En tant qu’acteur essentiel de la période historique qu’il relate, Ayala est donc lui-même son témoin principal, mais, dans les cas où il n’a pas été présent, c’est sur le témoignage d’autres acteurs des événements qu’il fonde son récit. Toutefois, cette mise en avant des acteurs et témoins de l’Histoire s’accompagne d’un effacement constant du chroniqueur, mu par une apparente quête d’objectivité. Cet effort de discrétion affecte avant tout l’énonciateur même de la chronique, puisque, comme l’a signalé Covadonga Valdaliso Casanova, Ayala :

  • 25 Covadonga Valdaliso Casanova, « La dimensión política de la obra cronística de Pedro López de Ayal (...)

[…] construyó una serie de máscaras: el autor se oculta en el texto tras la voz de un lector-orador, un personaje que lee en voz alta, ante un auditorio, un escrito en el que se narran los acontecimientos. El estilo es lacónico, propio de quien busca dar una impresión de inequívoca objetividad25.

  • 26 Michel Garcia liste ainsi les mentions nominatives de Pero López qui disparaissent entre la versio (...)
  • 27 Bretton Rodríguez, « Pero López de Ayala and the politics por rewriting the past », Journal of Med (...)
  • 28 M. Garcia (ibid., p. 192) ajoute à ces raisons un probable intérêt du chroniqueur pour la mentalit (...)

19Et, de fait, le seul moment où affleure le « je » de l’auteur est le passage du « Prólogo general » cité ci-dessus. Cette tendance s’accentue encore dans la version vulgaire de la chronique26, où « Ayala crafts a more indirect style by mostly erasing himself as a character from the versión vulgar, and he uses other characters within the CPE [Crónica del rey don Pedro y el rey don Enrique] to criticize the king »27, comme en atteste l’insertion nouvelle des lettres de Gutier Ferrández de Toledo et de Benahatin, sur lesquelles nous nous pencherons ci-dessous. Cet effacement concerne également Ayala en tant qu’acteur des événements relatés. Ainsi, au chapitre 2 de l’année 1376, on peut s’étonner du développement assez incongru donné à un événement à la portée historique très secondaire, l’offense faite à un serviteur d’Henri II, Don Juan Ramírez de Arellano, par un chevalier aragonais, le vicomte de Rueda. L’affaire s’envenime, puisqu’à la menace d’un duel entre deux chevaliers, s’ajoute la prise de position de chacun des rois en faveur de leurs protégés respectifs. C’est l’ambassade d’un personnage simplement présenté comme un « cauallero del rrey de Castilla », dont les discours et les échanges avec le roi d’Aragon sont fidèlement rapportés dans leurs moindres détails, qui permet finalement d’apaiser la situation et d’empêcher une nouvelle guerre entre les deux royaumes. Le rare anonymat de ce chevalier d’une part, la précision et la longueur du récit d’autre part, s’expliquent si l’on consulte la version primitive, qui révèle que cette délicate mission a été menée avec succès par Ayala lui-même, qui, loin de chercher à en tirer un prestige supplémentaire, a fait en sorte d’effacer ses propres traces, sans pour autant renoncer à faire le récit d’un événement vécu et pour lequel il pouvait insérer une multiplicité de points de vue et de prises de parole, démontrant à la fois sa parfaite connaissance des faits et sa position de chroniqueur objectif28.

  • 29 Jean-Pierre Jardin suggère que l’importance accordée par Ayala à cet événement pourrait s’explique (...)

20Laissant maintenant de côté le cas particulier des interventions — anonymes ou non — du propre chroniqueur, nous pouvons examiner, de façon plus générale, le fonctionnement du dialogisme choisi par Ayala pour rendre compte de la complexité de la vérité historique. Un bon exemple de cette technique de composition correspond au chapitre 19 de l’année 1360, où le chroniqueur cherche à expliquer les motivations de Pierre Ier, qui vient de faire tuer son grand maître de la garde-robe (repostero mayor), Gutier Ferrández de Toledo, jusque-là présenté comme l’un de ses plus fidèles serviteurs29. Afin de pouvoir contraster les diverses opinions sur la question, Ayala présente le roi, entouré de nombreux chevaliers et grands seigneurs, en train d’expliquer lui-même les raisons de son geste :

E el rrey fablo con ellos e dixoles que el mandara matar a Gutier Ferrandez de Toledo e a Gomez Carrillo por que el sabia bien que gelo auian meresçido, e las rrazones por que los mandara matar eran estas: […] despues el enbiara mandar al dicho Gutier Ferrandez que se fuesse a la villa de Tudela de Navarra a las pleytesias que se tratauan con gentes del rrey de Aragon delante el cardenal de Boloña legado del papa. E que estonçes, estando el dicho Gutier Ferrandez en la villa de Tudela, venieran a estar con el Diego Perez Sarmiento, que era estonçes partido de la su merced e era ydo para el conde don Enrrique e que andaua en su deseruiçio; […] E que non sabia commo, pero estas cosas non las fazia el dicho Gutier Ferrandez bien, nin paresçian bien a los que las veyan [II, p. 27].

21Cette citation ne constitue qu’un aperçu de la longue autojustification de Pierre Ier, qui énumère une imposante liste de reproches, d’où se dégagent l’accusation de négligence et celle de trahison (« andaua en su deseruiçio »), plus que suffisantes pour motiver la mort du grand maître. Toutefois, Ayala, profitant de la situation narrative exposée en début de chapitre, se penche ensuite sur les interprétations des interlocuteurs du roi, tout en soulignant leur peur de s’exprimer ouvertement face à lui :

E non ouo ý ninguno que osasse dezir al rrey saluo que fiziesse lo que la su merçed fuesse e que todo lo que el fiziera fuera bien fecho. E algunos auia ý estonçe que dizian secreta mente que Gutier Ferrandez dizia en su vida que toda la conversaçion que el fiziera en Tudela con Diego Perez Sarmiento e con Pero Carrillo era por los traer a la merçed del rrey; otrossi… [II, p. 28].

22En privé, l’entourage de Pierre Ier déconstruit ainsi ses arguments, en recourant au témoignage du principal intéressé — selon le procédé revendiqué par l’historien lui-même —, qui, avant sa mort, affirmait avoir mené ces tractations pour rallier les deux chevaliers trastamaristes à la cause du roi légitime. Cependant, le chroniqueur ne se limite pas à exposer ces deux lectures contradictoires du comportement de Gutier Ferrández, mais prend à son tour la parole, tout en s’appuyant sur une supposée notoriété publique, pour exposer ce qu’il présente comme la véritable cause de cet assassinat :

Enpero la verdad es esta segund que todos lo sabian, que Gutier Ferrandez fue muerto por seer atreuido en dezir al rrey algunas cosas, ca commo quier que las dixiesse a buena entençion, pero el rrey auia enojo del por ende [loc. cit.].

23Ayala finit ainsi par accuser ouvertement Pierre Ier d’injustice et, implicitement, de mensonge. Ce chapitre n’est peut-être pas le plus représentatif de l’usage que fait le chroniqueur du dialogisme, pour la simple raison qu’il ne recourt jamais au style direct, un choix pourtant fréquent dans sa chronique pour rapporter les propos des divers acteurs historiques. Cependant, la décision de privilégier le style indirect se comprend tout à fait ici, puisqu’elle permet de tenir à distance l’autojustification de Pierre Ier, que le reste du chapitre s’ingénie à saper, puis de représenter textuellement le refus des courtisans d’exprimer sur le sujet le fond de leur pensée. De plus, la crainte de parler qui habite l’entourage du roi confirme, de façon anticipée, la lecture des événements finalement avancée par le chroniqueur : les courtisans refusent de parler face au roi, puisque c’est cette parole qui a causé la mort de Gutier Ferrández, et, inversement, c’est bien là la cause de la mort du grand maître, puisque tous les conseillers du roi n’osent lui parler avec franchise. Ayala a, en outre, introduit précédemment (1360, chap. 17) une autre preuve de son interprétation des faits, en insérant dans la chronique la lettre qu’aurait adressée au roi Gutier Ferrández lui-même avant son exécution. Dans celle-ci, le personnage clame son innocence et sa fidélité au roi, tout en avançant la même explication de la décision royale que celle assumée ensuite directement par le chroniqueur :

Señor, yo sienpre vos servi; enpero creo que por vos dezir algunas cosas que cunplian a vuestro seruiçio, me mandastes matar, en lo qual, señor, yo tengo que lo fezistes por conplir vuestra voluntad, lo qual Dios vos lo perdone, mas yo nunca vos lo meresçi [II, p. 24].

24Par ailleurs, la lettre se conclut sur un nouvel exemple de la franchise mal venue du personnage, dans un avertissement que le roi ne saura pas entendre :

E agora, señor, digo vos tanto al punto de la mi muerte, por que este sera el mi postrimero consejo, que sy vos non alçades el cuchillo e non escusades de fazer tales muertes commo esta, que vos auedes perdido vuestro rregno e tenedes vuestra persona en peligro. E pido vos por merçed que vos guardedes, ca lealmente fablo con vusco, ca en tal ora esto que non deuo dezir si non verdat [loc. cit.].

25Au-delà des véritables raisons poussant Pierre Ier à se défaire de son repostero mayor, l’entrelacement des différents discours présents dans ces chapitres nous permet ainsi d’observer la façon dont le chroniqueur construit sa propre caractérisation et celle de sa tâche d’historien. Le fait de passer en revue tous les points de vue existants sur un événement donné confère, à première vue, au texte d’Ayala deux qualités visées par l’historiographie et propres à emporter l’adhésion du récepteur : d’une part, une volonté d’exhaustivité et, d’autre part, une recherche d’objectivité. En outre, pouvoir référer le détail d’un discours, le contenu d’un document confidentiel, la matière d’un échange secret entre le roi et ses plus proches conseillers, voire les pensées non exprimées des courtisans, souligne tout au long de la chronique la capacité supérieure d’accès à l’information du Chancelier, une compétence qui confère à son œuvre une indéniable force de conviction, ainsi que l’exprime très bien Michel Garcia :

  • 30 M. Garcia, op. cit., p. 180.

El cronista introduce a su lector en los arcanos de la historia, dándole acceso a las informaciones más confidenciales e insospechadas, y gana así el derecho a que se le crea, de aquí en adelante, sobre palabra, sin necesidad de descubrir sus fuentes de información30.

26L’œuvre d’Ayala diffère en cela de celles d’autres historiens médiévaux, qui mentionnent souvent précisément, et même avec une certaine fierté, les sources auxquelles ils ont eu accès. Au contraire, le chroniqueur castillan reste généralement muet sur le sujet, peut-être dans ce même souci d’effacement des traces de subjectivité déjà évoqué, ou bien parce que sa charge de Grand Chancelier lui donna, à partir de 1398, un accès illimité aux archives du royaume sans qu’il ait à le rappeler sans cesse.

  • 31 Ce regard surplombant est, sans nul doute, à rapprocher du discours moralisant que l’auteur dévelo (...)
  • 32 M. Garcia, op. cit., p. 178.

27Enfin, l’inclusion dans sa chronique de discours multiples lui attribue implicitement une supériorité herméneutique, puisque c’est lui qui est finalement amené à trancher entre les différents points de vue exprimés, comme on l’a vu dans la conclusion du chapitre 19 analysé précédemment. Cette capacité à surplomber les événements historiques31 et les interprétations qu’en donnent leurs acteurs se perçoit également dans l’adoption fréquente par Ayala d’un regard prospectif, qui lui permet de révéler la signification profonde ou les enjeux d’un épisode à la lueur des événements postérieurs, inconnus bien évidemment des acteurs immédiats, ce qui confère au chroniqueur une nouvelle forme de supériorité, induite cette fois par sa connaissance de l’intégralité du déroulé historique. Un clair exemple de cette supériorité épistémique apparaît en conclusion du chapitre 3 de l’année 1319, lorsqu’Ayala décrit la réaction de Pierre Ier à la lecture du miroir des princes synthétique que constitue la première lettre du sage Benahatin : « E el rrey don Pedro ouo esta carta e plogole con ella; enpero non se allego a las cosas en ella contenidas, lo qual le touo grand daño » [II, p. 215]. Nous reviendrons ci-dessous sur cette importante séquence. Une telle auto-caractérisation finit ainsi par instituer un rapport très inégal entre les discours d’autrui et la parole du Chancelier, pierre de touche explicite ou non de toute autre expression. La Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique révèle ainsi peu à peu une objectivité qui n’est qu’illusoire, comme l’a qualifiée Garcia32, mais qui ne disparaît pas pour autant, Ayala cherchant à en préserver les apparences pour mieux tirer parti de cette parole, certes accordée aux autres, mais afin de transmettre sa propre conception idéologique des faits.

Pero López de Ayala : le dialogisme comme outil de manipulation idéologique

28Le recours au dialogisme est, pour Pero López de Ayala, un instrument à la richesse infinie pour instiller dans son récit de la période agitée de la guerre civile castillane une interprétation spécifique des événements.

29Comme l’on a commencé à le voir dans le cas de l’explication de l’assassinat de Gutier Ferrández de Toledo, le discours d’autrui n’est jamais inclus de façon brute, mais entouré et orienté par une narration où l’on peut déceler différents niveaux d’intervention du chroniqueur. C’est bien évidemment lui qui a la responsabilité des discours inclus ou non dans son texte, mais également celle de la longueur et du nombre des interventions rapportées ou celle du recours au style direct ou indirect. Un exemple intéressant des effets produits par le seul jeu des longueurs des prises de parole est celui du chapitre 1 de l’année 1356. Pierre Ier fait le siège de la ville de Toro, où sont retranchés la reine mère Marie de Portugal et le maître de l’ordre de Saint-Jacques, Don Fadrique, frère d’Henri de Trastamare et demi-frère du roi, qui l’assassinera deux ans plus tard. Don Fadrique se trouve sur une île du Douro, lorsque, depuis la rive, l’aborde Don Juan Ferrández de Henestrosa, Grand Chambellan (camarero mayor) du roi. Un échange au style direct s’engage entre les deux personnages, sans qu’intervienne jamais explicitement le chroniqueur. Les répliques, très développées, se caractérisent par leur langage extrêmement courtois, en accord avec leur contenu, puisque Don Juan Ferrández de Henestrosa, en tant qu’ancien vassal de Don Fadrique et voulant donc remplir ses obligations à son égard, cherche à le convaincre de se rendre à Pierre Ier pour échapper à la mort :

a omne del mundo non so obligado de seruir tanto commo a vos, e assy querria e quiero vuestro serviçio e querria vos guardar de daño e de mal do pudiesse non enbargando seruiçio del rrey. […] E aperçibid vos de tanto que sy lo non fazedes, que vos estades en peligro de vuestra persona. […] si lo non fizierdes e algund mal e daño vos viniere, […] yo so quito, ca en vos dezir esto e vos aperçebir dello, tengo que cunplo mi debdo por auer seydo vuestro vasallo [I, p. 228].

30Cette mise en garde est motivée par le devoir vassalique et toute la scène constitue un exemple de comportement chevaleresque, tel que l’on en trouve plusieurs dans la chronique d’Ayala. Mais un autre discours s’insère au terme du dialogue entre Don Juan et Don Fadrique, puisque Pierre Ier, qui assistait de loin à la scène, prend la parole pour assurer son demi-frère de son pardon s’il se soumet. Les répliques du roi, bien qu’également au style direct, contrastent avec celles des deux autres personnages par leur brièveté et leur ton relativement sec :

Hermano maestre, Iohan Ferrandez vos conseja bien e vos venid vos para mi merçed, ca yo vos perdono e vos aseguro a vos e a esos caualleros e escuderos que ý estan en la isla con vos […] Sy, pero, hermano, venid vos luego para mi  [I, p. 229-230].

31Même en l’absence de tout commentaire explicite du chroniqueur, la différence de traitement entre les discours des trois intervenants laisse présager le prompt retournement du roi, qui, bien loin de faire preuve d’une telle attitude chevaleresque, ne cherchera bientôt qu’à se débarrasser de son demi-frère, comme le relate la chronique quelques pages plus loin, au chapitre 3 de la même année :

E [el rey] quisiera luego alli matar al infante don Ferrando marques de Tortosa, su primo, e al infante don Iohan, su hermano del dicho marques, e a don Fadrique maestre de Santiago e a don Iohan de la Çerda [I, p. 236].

32Cette séquence nous montre ainsi comment la simple articulation des discours des personnages permet d’orienter le récit, en créant, d’abord par leur langage, avant d’en arriver à leurs actions, un contraste entre la caractérisation des figures chevaleresques de Don Juan et Don Fadrique et celle du roi, dont la sécheresse de ton annonce le non-respect de la parole donnée. Les interventions du Chancelier peuvent, cependant, s’avérer beaucoup plus explicites que dans cet exemple, puisque le discours d’autrui peut également donner lieu à une discussion, à un jugement clairement exprimé, ou être critiqué à l’aune des évènements postérieurs. Ainsi au chapitre 10 de l’année 1359, lorsque Pierre Ier explique au légat du Pape, le cardinal de Boulogne, les raisons du conflit entre la Castille et l’Aragon, le chroniqueur accorde cette fois au récit du roi la caution de la chronique elle-même : « e [el rey] contole toda la manera e la rrazon commo acaesçiera, segund suso auemos contado quando diximos commo se boluiera la guerra de Castilla e Aragon » [I, p. 289]. C’est donc, de nouveau, Pero López qui apparaît comme le détenteur de la vérité, transmise par le récit de sa chronique, lequel vient corroborer les dires du monarque, au lieu de faire de la parole royale la garantie de la vérité historique. À l’inverse, au chapitre 32 de l’année 1354, Ayala reproduit de façon très développée, au style direct, l’échange entre, d’une part, un certain nombre de seigneurs, venus se plaindre du traitement infligé à la reine Blanche de Castille et exprimer leur inquiétude au sujet de l’influence de l’entourage de la favorite royale, Marie de Padilla, et, d’autre part, Pierre Ier, qui s’exprime ici par l’intermédiaire de son porte-parole, Gutier Ferrández de Toledo, encore dans ses bonnes grâces. Les deux parties conviennent finalement de la tenue, par leurs représentants respectifs, de discussions plus approfondies afin de trouver le meilleur arrangement. Toutefois, grâce à sa connaissance des faits à venir, le chroniqueur révèle que, malgré l’accord explicitement formulé par le roi, non seulement il ne tiendra pas son engagement, mais qu’il manœuvrera pour corrompre et diviser la partie adverse :

E el rrey dixo que assy le plazia que se fiziesse e que el hordenaria quales caualleros serian de la su parte. […] E el rrey non curo de hordenar quien fablara en este fecho mas; ca el traya apartada mente sus fablas entre ellos por los departir prometiendoles grandes merçedes, segund adelante se dira, a cada vno dellos, e segund se fizo adelante commo oyredes e vos sera contado [I, p. 180].

33Le récit oppose ici les paroles du roi au style indirect, qui semblent indiquer sa bonne disposition pour résoudre le conflit, et la narration de ses agissements postérieurs, qui font, au contraire, échouer le processus. Le chroniqueur tire ainsi parti de sa connaissance approfondie des événements, à la fois celle des premières discussions et celle de leur dénouement, mais c’est surtout son art du récit qui lui permet de rapprocher les deux moments et, par l’insertion de ce commentaire prospectif, de mettre en évidence la duplicité de Pierre Ier.

34Grâce à ces interventions de natures diverses, le chroniqueur encadre donc la réception des discours d’autrui insérés dans sa chronique, accentuant leur force de conviction ou, au contraire, faisant naître la défiance à leur égard, avant même que les faits narrés ne permettent au lecteur d’arriver à sa propre conclusion. Cependant, l’objectif d’Ayala n’est pas toujours d’imposer explicitement son point de vue, bien au contraire. Le dialogisme présent dans son œuvre lui donne aussi la possibilité de déléguer une parole qu’il ne souhaite pas assumer directement, soit par volonté de préserver l’apparence d’objectivité de la chronique, soit par simple prudence politique. C’est souvent le cas lorsque son récit cherche à transmettre la perspective aristocratique qui est généralement la sienne, mais qui s’avère difficilement conciliable avec son statut de chroniqueur officiel de la couronne. Ainsi, dans le chapitre 32 de l’année 1354 que nous venons de commenter, le discours des seigneurs est au moins trois fois plus long que celui du porte-parole du roi et, de plus, est prononcé par un certain Ferrand Pérez de Ayala, qui n’est autre que le propre père du chroniqueur, quoiqu’il soit simplement présenté comme « vn cauallero cuerdo e bien rrazonado » [I, p. 179]. Il semble ainsi clair que le Chancelier partage le point de vue de la noblesse ici exposé et que cet ensemble de reproches adressés à Pierre Ier constitue indirectement la justification de sa défection postérieure, puisqu’après avoir longtemps servi l’héritier légitime, les Ayala père et fils rejoindront le camp trastamariste à partir de 1366.

  • 33 C. Valdaliso Casanova, « La legitimación dinástica en la historiografía trastámara », Res publica, (...)

35C’est précisément cette justification personnelle qui complexifie la fonction de propagande assumée par la chronique, dans le double sens signalé par Valdaliso Casanova : « la propaganda entendida como manipulación; y también, de manera más neutra, como difusión »33. Il s’agit, en effet, pour le chroniqueur royal, de transmettre la vision officielle de la grave crise traversée par le royaume, tout en préservant autant que possible l’objectivité de l’œuvre historiographique et, plus implicitement, la propre image de l’auteur et de sa trajectoire politique. Une grande partie de la solution trouvée par Ayala pour résoudre une telle difficulté réside dans l’utilisation des discours d’autrui, à la fois pour véhiculer des accusations anti-pétristes et pour construire une nouvelle légitimité à la dynastie Trastamare, issue d’une lignée bâtarde de la maison royale et arrivée sur le trône au moyen d’un régicide. Déléguer la parole idéologiquement chargée semble même s’avérer si satisfaisant que le Chancelier amplifie ce procédé lorsqu’il réélabore sa chronique dans les années 1390, suite à l’union dynastique permise par le mariage de l’infant Henri, petit-fils d’Henri II, et de Catherine de Lancastre, petite-fille de Pierre Ier.

  • 34 Voir à ce sujet la démonstration de José Luis Moure : « Sobre la autenticidad de las cartas de Ben (...)

36Nombreux sont donc les exemples de ce dispositif tout au long de la chronique. Rappelons simplement les deux cas les plus emblématiques de cette technique. Le premier, qui concerne le discours de propagande anti-pétriste, est l’insertion, dans la version vulgaire de l’œuvre, de deux longues lettres adressées à Pierre Ier et attribuées au sage maure Benahatin, personnage qui renvoie à un conseiller historique du roi de Grenade, Ibn al-Jaṭīb de Loja (1313-1374), avec lequel le roi castillan a effectivement entretenu une correspondance. Il est peu probable que ces lettres soient authentiques, mais Ayala s’est clairement appuyé soit sur des textes de propagande trastamariste circulant d’abord de façon autonome, soit sur les échanges réels entre les deux personnages34. La première lettre, qui occupe le chapitre 22 de l’année 1367, constitue une sorte de modèle réduit de miroir du prince, dans laquelle, sous couvert de conseiller le roi castillan, Benahatin passe en revue tous les vices et crimes qui lui sont reprochés. La simple annonce des différents défauts dont font preuve les rois laisse percevoir la gravité des accusations lancées contre Pierre Ier dans ce chapitre, explicitement, certes, mais sous le couvert d’une énonciation déléguée :

E sabed que las ocasiones de los dañamientos de las faziendas de los rreyes son muchas, citationipero nonbrare algunas dellas. E la prinçipal es tener las gentes en poco, e la segunda es tener grand cobdiçia en allegar los algos, e la terçera es querer conplir su voluntad, e la quarta es despreçiar los omnes de la ley, [e] la quinta es vsar de crueldat [II, p. 209].

  • 35 B. Rodríguez, art. cité, p. 277, note 61.

37La seconde lettre de Benahatin, située au chapitre 3 de l’année 1369, correspond à l’exégèse d’une prophétie de Merlin concernant Pierre Ier. Il est à noter qu’Ayala n’inclut pas dans sa chronique la lettre du roi formulant cette demande d’interprétation de la prophétie, ce qui met en évidence l’importance initiale de la sélection des discours d’autrui introduits dans le récit, puisque, « By not including Pedro’s letter in the text, Ayala does not allow the former king any agency in the construction of his own image »35. En ne retenant que la lettre de Benahatin et donc les arguments à charge, le chroniqueur oriente déjà fortement le contenu de la séquence. En effet, de la même façon que dans la première lettre, l’explication des différents éléments du langage énigmatique du prophète breton donne lieu à des développements accusateurs, dont la sévérité n’aurait pu être assumée par le discours officiel du chroniqueur. Nous pouvons en donner deux exemples particulièrement évidents :

todos los del tu señorio biuian a grand plazer de la vida por las buenas costunbres de que husaua tu padre […] de los quales plazeres son tirados tienpo ha todos los tus subditos por que tu eres el açidente dello por muchas amarguras e quebrantos e desafueros en que los as puesto, e pones de cada dia, faziendo en ellos muchas cruezas de sangre e de finamientos e otros muchos agrauios, los quales lengua non podria pronunçiar [II, p. 272]
Âtan manifiesta es tu cubdiçia desordenada de que vsas que todos […] tienen que eres el mas señalado rrey cubdiçioso desordenado que en los tienpos passados ouo aqui en Castilla nin en otros rregnos e tierras e señorios [II, p. 272-273].

  • 36 Pour une analyse plus précise de la complexe stratégie narrative déployée par Ayala en lien avec l (...)

38Le rôle de porte-voix du sage maure est ensuite complété par l’ordonnancement choisi pour cette section de la chronique. La première lettre de Benahatin, qui enjoint au roi de s’amender sous peine de ne pouvoir conserver son royaume, est suivie d’une série de chapitres où s’accumulent au contraire ses crimes. La seconde lettre, dans laquelle la prophétie merlinienne annonce la mort de Pierre Ier, fonctionne ainsi comme une conséquence directe de l’incapacité du roi à se corriger : sans jamais le formuler explicitement, Ayala transmet ainsi de façon extrêmement convaincante l’idée d’une responsabilité personnelle de Pierre Ier dans le déroulé des événements historiques et dans sa propre mort36.

  • 37 La comparaison entre l’échange épistolaire historique et celui de la chronique a été menée par Jos (...)
  • 38 Les lettres historiques en question ont été reproduite par Germán Orduna dans son édition de la ch (...)

39Le second exemple de délégation stratégique de l’énonciation s’inscrit dans le processus de légitimation trastamariste, dont il permet de formuler explicitement plusieurs arguments. Il s’agit d’un échange de lettres, présent dans les deux versions du texte, quoique remanié dans la seconde, entre le prince de Galles, soutien de Pierre Ier, et Henri de Trastamare, déjà auto-proclamé roi, tous deux sur le point de s’affronter lors de la bataille de Nájera du 3 avril 136737. Cette fois-ci, Pero López s’appuie sur les lettres véritables des deux personnages, dont une traduction française contemporaine des faits a été conservée dans un manuscrit du British Museum38. Toutefois, au lieu des trois missives historiques, il ne présente qu’une lettre de chacun des correspondants, éliminant la première lettre d’Henri à Édouard et exonérant ainsi le Castillan de la responsabilité d’avoir initié les hostilités épistolaires, alors même qu’il allait connaître une cuisante défaite lors de la bataille sur laquelle elles allaient déboucher. En outre, si la première lettre conservée, celle du prince de Galles, qui rappelle la légitimité de Pierre Ier, est relativement fidèle à l’originale (malgré quelques modifications lourdes de sens, telle l’élimination de la référence au testament d’Alphonse XI), il réécrit en revanche intégralement celle attribuée à Henri, qui occupe le chapitre 11 de l’année 1367. En effet, au lieu de la missive historique, qui répondait sèchement à l’adversaire pour convenir des modalités pratiques de l’affrontement armé imminent, Ayala insère dans sa chronique une lettre au ton bien plus courtois et à la rhétorique beaucoup plus élaborée, qu’il a, selon toute vraisemblance, lui-même composée pour y regrouper l’essentiel des arguments en faveur du nouveau roi, soi-disant sous la plume-même de celui-ci. Moure résume ainsi les divers aspects de cette argumentation trastamariste, dont l’exposé constitue la véritable finalité du chroniqueur, au-delà de l’insertion d’un supposé document historique :

  • 39 J. L. Moure, « La correspondencia… », p. 103-104.

¿Qué pretendía [Ayala] con ello? Seguramente reemplazar un mero ofrecimiento de acuerdo para convenir el lugar de la batalla (tal el propósito del documento original), por una exposición de los hechos que legitimara el arrebato del trono de Pedro: sus crueldades, el disgusto del pueblo, la propia deserción real, la espontánea determinación de los súbditos de proclamar a Enrique como rey y señor y detrás de todo ello, la manifiesta presencia de la voluntad divina que misericordiosamente habría querido disponer así el curso de los sucesos […]39.

  • 40 La réécriture de la lettre est telle que le premier éditeur de la chronique, Jerónimo Zurita, affi (...)
  • 41 Ibid., p. 95-96.

40Dans la version primitive de la chronique, la lettre énumère longuement les crimes de Pierre Ier (assassinats de chevaliers, de femmes, de membres de sa famille, viols, appropriation de biens ecclésiastiques, etc.), ne laissant aucun doute sur la férocité du monarque. C’est cette lettre qui sera la plus révisée dans la version vulgaire40, dans le contexte de l’union dynastique de 1388 entre les petits-enfants des frères ennemis, afin d’atténuer les reproches portés contre Pierre Ier et de modifier certains des arguments trastamaristes, telle la référence à l’élection du roi par le peuple. Dans cette seconde version, « la revisión de Ayala optó por sugerir los hechos sin hacerlos explícitos »41 dans le but de ménager la future reine, Doña Catalina de Lancaster. Toutefois, l’argumentation anti-pétriste reste au cœur du dispositif épistolaire. L’énonciation prise directement en charge par Henri dans la seconde lettre la renforce en proposant une caractérisation positive du nouveau roi, qui, par son langage courtois, le bien-fondé de son action, le soutien reçu du peuple et celui démontré par Dieu à son égard, forme un puissant contraste avec les méfaits de son royal demi-frère :

E todos los de los rregnos de Castilla e de Leon ouieron dende muy grand plazer teniendo que Dios les auia enbiado su misericordia para los librar de su señorio tan duro e tan peligroso commo tenian. E todos los de los dichos rregnos de su propia voluntad vinieron a nos e nos tomaron por su rrey e por su señor assi perlados commo caualleros commo fijos dalgo e çibdades e villas, e por tanto entendimos por estas cosas sobre dichas que esto fue obra de Dios [II, p. 175].

41De plus, grâce à cette délégation de la parole, López de Ayala n’apparaît pas comme le simple porte-parole de son souverain — d’ailleurs décédé en 1379, peu de temps après avoir chargé le Chancelier de la rédaction de la chronique —, mais parvient à préserver l’image d’un narrateur objectif, capable de prendre en compte dans son récit les arguments des différents acteurs. Cette habileté du chroniqueur rejoint celle dont il fait preuve face au difficile problème historiographique de devoir narrer parallèlement les règnes de deux souverains, puisque, lorsqu’Henri de Trastamare se fait reconnaître comme roi, Ayala n’assume pas directement cette nouvelle dignité royale dans son récit :

  • 42 M. Garcia, art. cité, p. 136. À propos de la solution de la double chronique royale choisie par Ay (...)

Para expresar la nueva condición de rey del Trastámara, utiliza una fórmula sencilla a la par que desprovista de ambigüedad: e de aqui adelante se fizo llamar rey. Esa hábil fórmula, al atribuir la iniciativa del cambio al protagonista, exime al cronista de tomar partido y lo mantiene en una prudente expectativa42.

42Mais, dans le même temps, c’est désormais la mention des années de règne d’Henri II qui précèdera celle relative au roi légitime : le chroniqueur donne ainsi, subrepticement, la priorité au nouveau souverain et prépare le moment où il ne sera plus nécessaire de faire référence à Pierre Ier. Ayala révèle ainsi une parfaite maîtrise des potentialités permises par le jeu des changements énonciatifs. En outre, au-delà de la seule énonciation du discours, l’exemple des lettres d’Henri de Trastamare et du prince de Galles peut nous faire nous interroger sur la réalité historique des discours d’autrui insérés par le chroniqueur dans son récit, puisque la conservation des lettres historiques permet une exceptionnelle comparaison entre la source utilisée et son inclusion dans la chronique. Malgré la revendication du « Prólogo general » de ne se fonder que sur les faits observés ou rapportés par des témoins dignes de confiance, cette « vérité » ne s’applique pas nécessairement aux sources historiques comme l’exigerait l’historiographie contemporaine :

  • 43 J. L. Moure, « La correspondencia… », p. 106.

Si bien el Canciller no respetó la literalidad de la documentación — reproche de un prejuicio historiográfico moderno —, no sólo no la desecho sino la reelaboró con un propósito diferente. El calificativo de falsa o apócrifa referido a la documentación alegada por el Canciller en su obra histórica ha de emplearse con cautela43.

43On ne peut effectivement pas attendre de Pero López de Ayala une attitude d’historien qui ne serait autre qu’anachronique. Il est, en revanche, particulièrement intéressant de pouvoir observer les coulisses de l’élaboration textuelle de sa chronique. Prenant en compte d’une façon toute nouvelle ce que nous qualifions aujourd’hui de documents historiques, il ne les insère pas dans son œuvre comme des textes pleinement allogènes et autonomes, mais il leur fait subir un processus d’intégration à son discours, qui peut affecter la lettre même de ces textes ou bien le contexte dans lequel ils sont insérés. Les « discours d’autrui », oraux et reconstitués de mémoire ou écrits et plus ou moins réélaborés, se trouvent donc nécessairement à la frontière entre texte autre et texte propre : ce sont en réalité des discours poreux, qui entrelacent la multiplicité des voix des personnages historiques et l’unicité de la vision que le Chancelier souhaite imposer au déroulement historique qui forme la trame de son œuvre.

  • 44 « […] los sabios antiguos fallaron ciertas letras, e arte de escriuir por que las sciencias e gran (...)

44Le procédé dialogique confère ainsi à l’œuvre du Chancelier à la fois une profonde richesse littéraire et une grande efficacité argumentative. Par la création de nombreux épisodes, dont la signification historique et/ou morale est rendue plus complexe par le jeu qui s’établit entre les paroles et les actions des différents personnages, et les interventions du chroniqueur, il construit peu à peu un discours didactique sous-jacent, qui double la chronique d’un véritable miroir du prince, un rôle de l’œuvre historiographique qu’Ayala rappelait d’ailleurs au tout début de son « Prólogo general »44. Mais, plus encore, l’insertion de multiples discours attribués aux acteurs des faits historiques permet de transmettre, plus ou moins explicitement selon les cas, une justification de l’avènement de la nouvelle dynastie Trastamare, doublement légitimée par la narration assumée par le chroniqueur et par la pluralité des voix s’exprimant au fil des pages. Toutefois, l’analyse de ce dialogisme supposé permet d’échapper à une lecture trop naïve de l’œuvre et de constater l’objectivité illusoire que parvient à créer Ayala. Tout l’art du Chancelier consiste, en effet, à instaurer dans son texte une apparence de polyphonie, mais pour mieux imposer subrepticement un discours unifié par son cadre idéologique, au service de la dynastie Trastamare et des intérêts aristocratiques de l’auteur. Il ne fait aucun doute que l’œuvre d’Ayala aurait ainsi répondu aux exigences d’Enrique de Villena, pour qui :

  • 45 Enrique de Villena, « Proemio » à sa Traducción y glosas de la «Eneida», apud Julio López-Arias, « (...)

[…] en mano del coronista esta de fazer durar la fama gloriosamente de quien le ploguiera, o de afear los malos fechos quanto quisiere, e de escurescer la fama, siquiere traerla en olvidança de qual quisiere, mayormente si fuese enseñado en la retorica e en la poesia, que lo sabra fazer tan coloradamente que non podra alguno conoscer si fue parcial en su dezir45.

Haut de page

Bibliographie

Alfonso X, Primera Crónica general de España (1a ed. 1906, 3a ed.), 2 t., ed. de Ramón Menéndez Pidal, Madrid : Gredos – Seminario Menéndez Pidal, 1977.

Amran, Rica (dir.), Autour de Pedro López de Ayala, Paris : INDIGO & Côté-femmes Éditions – Université de Picardie Jules-Verne, 2009.

Cartelet, Pénélope, « Les vices du roi dans les lettres de Benahatín : transformation et manipulation du miroir du prince », e-Spania, 22, 2015, URL : http://e-spania.revues.org/24891 [consulté le 08/12/2015].

Cartelet, Pénélope, ‘Fágote de tanto sabidor’. La construcción del motivo profético en la literatura medieval hispánica (siglos XIII-XV), Paris : Les Livres d’e-Spania « Études », 2016, URL: http://e-spanialivres.revues.org/951.

Catalán, Diego, Un prosista anónimo del siglo xiv. La Gran Crónica de Alfonso XI: hallazgo, estilo, reconstrucción, La Laguna : Universidad de la Laguna, 1956.

Catalán, Diego (ed.), Gran Crónica de Alfonso XI, 2 t., Madrid : Gredos, 1976.

Curtius, Ernst Robert, Literatura europea y Edad Media latina (1ère édition 1948), 2 t., trad. de Margit Frenk Alatorre y Antonio Alatorre, México : Fondo de Cultura Económica, 1998.

Fernández Gallardo, Luis, « De Lucas de Tuy a Alfonso el Sabio : idea de la Historia y proyecto historiográfico », Revista de poética medieval, 12, 2004, p. 53-119.

Fernández-Ordóñez, Inés, « De la historiografía fernandina a la alfonsí », Alcanate: Revista de estudios Alfonsíes, 3, 2002-2003, p. 93-134.

Funes, Leonardo, « Reflexiones en torno a una poética del relato cronístico », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre. BUCEMA, Hors-série n° 2, 2008, URL : http://journals.openedition.org/cem/10813 [consulté le 01/06/2019].

Garcia, Michel, Obra y personalidad del Canciller Ayala, Madrid : Alhambra, 1983.

Garcia, Michel, « El modelo alfonsí en las crónicas del Canciller Ayala », in : George Martin (éd.), La historia alfonsí: el modelo y sus destinos (siglos xiii-xv), Madrid : Casa de Velázquez (68), 2000, p. 125-140.

Gil Fernández, Juan (ed.), Crónicas asturianas, trad. y notas de José L. Moralejo, estudio preliminar de Juan I. Ruiz De La Peña, Oviedo: Universidad de Oviedo, 1985.

Gingras, Gerald L., « López de Ayala’s Crónica del rey don Pedro: the Politics of Chivalry », Revista Canadiense de Estudios Hispánicos, 16 (2), 1992, p. 187-201.

Guenée, Bernard, « Histoires, annales, chroniques. Essai sur les genres historiques au Moyen Âge », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 28, 1973, p. 997-1016.

Jardin, Jean-Pierre, « Pero López de Ayala : un chroniqueur pour quel pouvoir ? », in : Rica Amran (dir.), Autour de Pedro López de Ayala, Paris : INDIGO & Côté-femmes Éditions – Université de Picardie Jules Verne, 2009, p. 175-188.

Jean-Marie Guirardel, Stéphanie, L’Historia gothica de Rodrigue Jiménez de Rada (1243). Écriture et discours, Thèse doctorale, Toulouse : Université Toulouse Le Mirail, 2007.

Kristeva, Julia, « Bakhtine, le mot, le dialogue et le roman », Critique, 239, 1967, p. 438-465.

López de Ayala, Pero, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique, su hermano, hijos del rey don Alfonso Onceno, 2 t., edición crítica y notas de Germán Orduna, estudio preliminar de Germán Orduna y José Luis Moure, Buenos Aires : SECRIT, 1997.

López de Ayala, Pero, Rimado de Palacio, edición, estudio y notas de Hugo O. Bizzarri, Madrid : Real Academia Española, 2012.

Martin, Georges, « El modelo historiográfico alfonsí y sus antecedentes », in : Georges Martin (éd.), La historiografía alfonsí y sus destinos (siglos xiii-xv), Madrid : Casa de Velázquez, 2000, p. 9-40.

Moure, José Luis, « Sobre la autenticidad de las cartas de Benahatín en la Crónica de Pero López de Ayala: consideración filológica de un manuscrito inédito », Incipit, 3, 1983, p. 53-93.

Moure, José Luis, « La correspondencia entre Enrique II y el Príncipe de Gales en las versiones “vulgar” y “abreviada” de las Crónicas del Canciller Ayala », Incipit, 4, 1984, p. 93-109.

Orduna, Germán, « Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique su hermano, hijos del rey don Alfonso Onceno: unidad de estructura e intencionalidad », in : Sebastian Neumeister (ed.), Actas del IX Congreso de la Asociación Internacional de Hispanistas (Berlín, 18-23 de agosto de 1986), 2 t., Frankfurt: Vervuert, 1989, 1, p. 255-262.

Rodríguez, Bretton, « Pero López de Ayala and the politics of rewriting the past », Journal of Medieval Iberian Studies, 7 (2), 2015, p. 266-282.

Tate, Robert B., « López de Ayala, humanist historian? », Hispanic Review, 25 (3), 1957, p. 157-174.

Valdaliso Casanova, Covadonga, « La legitimación dinástica en la historiografía trastámara », Res publica, 18, 2007, p. 307-321.

Valdaliso Casanova, Covadonga, « La dimensión política de la obra cronística de Pedro López de Ayala », in : Rica Amran (dir.), Autour de Pedro López de Ayala, Paris : INDIGO & côté-femmes éditions – Université de Picardie Jules Verne, 2009, p. 189-202.

Werner, Karl Ferdinand, « Dieu, les rois et l’Histoire », in : Robert Delort et Dominique Iogna-Prat (dir.), La France de l’an mil, Paris : Le Seuil, 1990, p. 264-281.

Haut de page

Notes

1 La vision de López de Ayala comme un pré-humaniste a, par exemple, été défendue par Menéndez Pelayo, mais la recherche postérieure a plutôt mis en évidence son conservatisme aristocratique et sa conception traditionnelle de l’histoire comme un entrelacs d’actions individuelles. Voir à ce sujet Robert B. Tate, « López de Ayala, humanist historian? », Hispanic Review, 25 (3), 1957, p. 157-174, qui conclut: « Ayala’s cultural links were mostly with the past » (p. 173) ; et Gerald L. Gingras, « López de Ayala’s Crónica del rey don Pedro: the Politics of Chivalry », Revista Canadiense de Estudios Hispánicos, 16 (2), 1992, p. 187-201.

2 Bakhtine, premier théoricien du dialogisme, s’il s’intéresse bien sûr à Rabelais, propose une analyse spatiale du texte comme point de rencontre et de dialogue entre le sujet de l’écriture, le destinataire et les textes extérieurs (le contexte), qui se fonde avant tout sur l’œuvre de Dostoïevski et sur les « romans polyphoniques » du xxe siècle, en opposition aux œuvres « monologiques » antérieures. Outre aux œuvres de Bakhtine, on peut se référer à l’approche proposée par Julia Kristeva : « Bakhtine, le mot, le dialogue et le roman », Critique, 239, 1967, p. 438-465.

3 Je reprends ici la synthèse d’Ernst Robert Curtius : Literatura europea y Edad Media latina (1re édition 1948), 2 t., trad. de Margit Frenk Alatorre y Antonio Alatorre, México: Fondo de Cultura Económica, 1998, 2, p. 624.

4 La seule édition moderne complète du traité est la suivante : Traugott Lawler (éd. et trad.), The Parisiana Poetria of John of Garland, New Haven et Londres : Yale University Press, 1974.

5 Reprenant les définitions des historiens romains, il considère que les annales relatent les événements du passé et l’historia, les événements contemporains, tandis que la chronique reflète la succession des temps. Voir Karl Ferdinand Werner, « Dieu, les rois et l’Histoire », in : Robert Delort et Dominique Iogna-Prat (dir.), La France de l’an mil, Paris : Le Seuil, 1990, p. 264-281, en particulier p. 264.

6 Bernard Guenée, « Histoires, annales, chroniques. Essai sur les genres historiques au Moyen Âge », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 28, 1973, p. 997-1016, la citation p. 1004.

7 Ibid., p. 1008.

8 Loc. cit. L’on peut signaler que Leonardo Funes, s’appuyant sur les travaux de Guenée, observe la même inconsistance terminologique dans le cas hispanique : « En cuanto a los problemas genéricos en torno de los conceptos de « anales », « crónica » e « historia », la confrontación de la bibliografía teórica con las obras historiográficas de los siglos xiii y xiv pone en evidencia grandes inconsecuencias entre teoría y práctica. No es posible reconocer una relación constante entre una denominación genérica y una modalidad de narración histórica en este período. […] el contexto general de la historiografía del siglo xiv (y no sólo de España) presenta la propagación del término crónica para casi toda modalidad de relato histórico. » (Leonardo Funes, « Reflexiones en torno a una poética del relato cronístico », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre. BUCEMA, Hors-série n° 2, 2008, URL : http://journals.openedition.org/cem/10813 [consulté le 01/06/2019], note 32). Funes reconnaît, cependant, que le passage du terme « crónica » au terme « estoria » peut parfois s’avérer significatif.

9 K. F. Werner, art. cité, p. 265-266.

10 La liste de ces règles, que les œuvres ne suivaient pas forcément de façon intégrale, est la suivante : « 1. Traiter un seul sujet, un thème, en une seule œuvre. 2. Utiliser un langage élevé, un style soigné. 3. Suivre les meilleures traditions de la littérature latine, en se servant des bons auteurs jusqu’à en reprendre des phrases entières. 4. Diviser l’ouvrage en livres, éventuellement les livres en chapitres qui pouvaient recevoir des titres distinctifs. 5. Donner à l’ouvrage ou mieux encore à chaque livre un prologue particulièrement soigné sur le plan rhétorique. 6. Faire précéder le traitement d’un pays ou d’un peuple par un traité (excursus) géographique et ethnographique. 7. Accompagner le récit par des portraits des personnages principaux et des jugements sur les hommes et les faits. 8. Faire entrer de (nombreux) discours dans le texte, permettant ainsi l’exposé de jugement des faits et des hommes d’une façon indirecte par l’utilisation du discours direct. 9. Révéler, si possible, le sens profond, spirituel qui se cache derrière le récit et le destin des hommes et du peuple. » (ibid., p. 278-279).

11 La liste de ces critères a, en réalité, été établie dès 1960 par Klaus Oesterle à partir de l’étude des œuvres de l’historien Rahewin, continuateur d’Odon de Freising, dans une thèse codirigée par Werner.

12 L. Funes, art. cité, § 13.

13 Ces différentes chroniques ont été éditées en latin et en traduction espagnole : Juan Gil Fernández (ed.), Crónicas asturianas, trad. y notas de José L. Moralejo, estudio preliminar de Juan I. Ruiz De La Peña, Oviedo : Universidad de Oviedo, 1985.

14 Voir l’échange entre Pélage et l’évêque Oppa, au paragraphe 9 des deux versions. Il est intéressant de signaler que Rodrigo Jiménez de Rada tirera justement un grand parti du recours au style direct dans sa réécriture de l’échange entre Pélage et Oppa. Voir l’analyse que fait de ce passage Stéphanie Jean-Marie Guirardel, L’Historia gothica de Rodrigue Jiménez de Rada (1243). Écriture et discours, Thèse doctorale, Toulouse : Université Toulouse Le Mirail, 2007, p. 158.

15 Pour une analyse comparée de ces deux étapes historiographiques, je renvoie à l’excellent article d’Inés Fernández-Ordóñez, « De la historiografía fernandina a la alfonsí », Alcanate: Revista de estudios Alfonsíes, 3, 2002-2003, p. 93-134.

16 Luis Fernández Gallardo, « De Lucas de Tuy a Alfonso el Sabio: idea de la Historia y proyecto historiográfico », Revista de poética medieval, 12, 2004, p. 53-119, la citation p. 77.

17 Georges Martin, « El modelo historiográfico alfonsí y sus antecedentes », in : Georges Martin (éd.), La historiografía alfonsí y sus destinos (siglos xiii-xv), Madrid : Casa de Velázquez, 2000, p. 9-40, la citation p. 14. Ce changement essentiel a été analysé de façon plus détaillée, à la fois du point de vue de l’énonciateur et de ses destinataires, par Fernández-Ordóñez, art. cité, p. 99-105.

18 Il s’agit du chapitre 568 de l’édition de Ramón Menéndez Pidal, qui correspond bien, dans cette section, à la Version primitive dirigée par Alphonse X : Alfonso X, Primera Crónica general de España (1a ed. 1906, 3a ed.), 2 t., ed. de Ramón Menéndez Pidal, Madrid: Gredos – Seminario Menéndez Pidal, 1977, 2, p. 322-324.

19 Le lien entre tradition orale et insertion de discours au style direct a aussi été mis en avant pour l’œuvre du Tolédan. Ainsi, à propos de deux épisodes liés au roi Ferdinand II, S. Jean-Marie Guirardel affirme : « La caractérisation des personnages, l’accent mis sur leurs sentiments, la multiplication de l’emploi du discours direct sont autant de signes qui pourraient laisser croire que Rodrigue écrit d’après le récit de témoins des scènes relatées. […] Rodrigue invente peut-être les deux épisodes, mais il n’est pas exclu qu’ils aient pu préexister sous forme orale et que le Tolédan ne fasse que les transcrire. Nous savons par ailleurs que dans l’Historia gothica, les matériaux légendaires d’origine orale sont multiples » (S. Jean-Marie Guirardel, op. cit., p. 128).

20 Diego Catalán, Un prosista anónimo del siglo xiv. La Gran Crónica de Alfonso XI: hallazgo, estilo, reconstrucción, La Laguna : Universidad de la Laguna, 1956, p. 131-132.

21 Il s’agit des chapitres 298 à 300 de la chronique : Diego Catalán (ed.), Gran Crónica de Alfonso XI, 2 t., Madrid : Gredos, 1976, p. 355-361.

22 Michel Garcia, Obra y personalidad del Canciller Ayala, Madrid : Alhambra, 1983, p. 196.

23 Ibid., p. 177.

24 Le « Prólogo general » est uniquement présent dans certains manuscrits de la version primitive de la chronique. Germán Orduna l’inclut comme Appendice I de son introduction à Pero López de Ayala, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique, su hermano, hijos del rey don Alfonso Onceno, 2 t., edición crítica y notas de Germán Orduna, estudio preliminar de Germán Orduna y José Luis Moure, Buenos Aires : SECRIT, 1997, la citation I, p. lxxxviii. Toutes les citations de la chronique proviennent de cette édition, dont j’indiquerai entre crochets le volume et le numéro de page.

25 Covadonga Valdaliso Casanova, « La dimensión política de la obra cronística de Pedro López de Ayala », in : Rica Amran (dir.), Autour de Pedro López de Ayala, Paris : INDIGO & côté-femmes éditions – Université de Picardie Jules Verne, 2009, p. 189-202, la citation p. 195.

26 Michel Garcia liste ainsi les mentions nominatives de Pero López qui disparaissent entre la version primitive et la version vulgaire : voir op. cit., p. 137, note 48. Toutefois, la recherche d’une apparente objectivité de l’historien n’est peut-être pas une explication suffisante à cet effacement, comme le suggère Michel Garcia dans un autre article : « Explicar semejante actitud por el deseo de guardar el recato propio a un observador imparcial, de borrar algunos hechos poco halagadores de su vida, o por simple prudencia satisface sólo a medias. No cabe duda de que sus contemporáneos estaban al tanto de lo que había hecho por aquellos tiempos y que resultaba algo infantil pretender engañarlos de ese modo. Cualquiera que fuera la verdadera intención de Pero López, lo que nos interesa aquí es notar que semejante actitud queda perfectamente autorizada por el modelo seguido, ya que en ningún momento, ni en la Crónica alfonsí ni en las siguientes, el cronista da fe de sí mismo, sino que se refiere únicamente a sus fuentes » (M. Garcia, « El modelo alfonsí en las crónicas del Canciller Ayala », in : George Martin [éd]., La historia alfonsí: el modelo y sus destinos (siglos xiii-xv), Madrid, Casa de Velázquez [68], 2000, p. 125-140, la citation p. 133).

27 Bretton Rodríguez, « Pero López de Ayala and the politics por rewriting the past », Journal of Medieval Iberian Studies, 7 (2), 2015, p. 266-282, la citation p. 275.

28 M. Garcia (ibid., p. 192) ajoute à ces raisons un probable intérêt du chroniqueur pour la mentalité chevaleresque, que l’anecdote aragonaise met en jeu à travers un conflit d’honneur entre deux chevaliers.

29 Jean-Pierre Jardin suggère que l’importance accordée par Ayala à cet événement pourrait s’expliquer par les liens de parenté qui l’unissait à ce personnage : « Gutier Ferrández n’est autre que l’oncle paternel de la femme du chroniqueur, Leonor de Guzmán, fille de Pero Suárez de Toledo […] Un fils de ce même Pero Suárez, Día Gómez, a épousé l’une des sœurs de Pero López (Inés) […] une autre sœur du chroniqueur, Elvira, a épousé un troisième enfant de ce même Pero Suárez, sans doute son fils aîné » (Jean-Pierre Jardin, « Pero López de Ayala : un chroniqueur pour quel pouvoir ? », in : R. Amran [dir.], op. cit., p. 175-188, la citation p. 180).

30 M. Garcia, op. cit., p. 180.

31 Ce regard surplombant est, sans nul doute, à rapprocher du discours moralisant que l’auteur développe dans son Rimado de Palacio à partir du spectacle des péchés commis par ses contemporains, un regard de supériorité critique que donne à voir, par exemple, la strophe 314 : « Asaz veo de perigros en todos nuestros estados, / de cualquier guisa que sean asaz son ocasionados, / prestos de mal fazer e del bien muy arredrados, / en que pecan los muy sinples e peresçen los letrados » (Pero López de Ayala, Rimado de Palacio, Edición, estudio y notas de Hugo Ó. Bizzarri, Madrid: Real Academia Española, 2012, p. 54).

32 M. Garcia, op. cit., p. 178.

33 C. Valdaliso Casanova, « La legitimación dinástica en la historiografía trastámara », Res publica, 18, 2007, p. 307-321, la citation p. 316.

34 Voir à ce sujet la démonstration de José Luis Moure : « Sobre la autenticidad de las cartas de Benahatín en la Crónica de Pero López de Ayala: consideración filológica de un manuscrito inédito », Incipit, 3, 1983, p. 53-93.

35 B. Rodríguez, art. cité, p. 277, note 61.

36 Pour une analyse plus précise de la complexe stratégie narrative déployée par Ayala en lien avec l’insertion des deux lettres du sage maure, discours d’autrui par excellence, mais pièces centrales, dans le même temps, de l’interprétation historique défendue par l’auteur, voir : Pénélope Cartelet, « Les vices du roi dans les lettres de Benahatín : transformation et manipulation du miroir du prince », e-Spania, 22, 2015, URL : http://e-spania.revues.org/24891 [consulté le 08/12/2015] ; et id., ‘Fágote de tanto sabidor’. La construcción del motivo profético en la literatura medieval hispánica (siglos XIII-XV), Paris: Les Livres d’e-Spania « Études », 2016, URL: http://e-spanialivres.revues.org/951, en part. le chap. VI.

37 La comparaison entre l’échange épistolaire historique et celui de la chronique a été menée par José Luis Moure, « La correspondencia entre Enrique II y el Príncipe de Gales en las versiones “vulgar” y “abreviada” de las Crónicas del Canciller Ayala », Incipit, 4, 1984, p. 93-109. Pour une étude des principaux arguments déployés par Ayala dans les deux versions de la chronique par le biais de ces lettres, voir B. Rodríguez, art. cité, en part. p. 269-272 et 274-275.

38 Les lettres historiques en question ont été reproduite par Germán Orduna dans son édition de la chronique : voir II, p. 173-174.

39 J. L. Moure, « La correspondencia… », p. 103-104.

40 La réécriture de la lettre est telle que le premier éditeur de la chronique, Jerónimo Zurita, affirme : « Una de las cosas en que mas se echa de uer la diversidad que se halla entre la historia vulgar destos principes y la abreviada, es en la differencia que vemos en esta carta; lo qual es de manera que se entiende que con particular estudio y consejo se mudo toda ella » (Jerónimo Zurita, « Relación de la diversidad que ay en la letra de las coronicas […] », ms. 431 de la Biblioteca de la Fundación Lázaro Galdiano de Madrid, fol. 24v, apud ibid., p. 93). Toutefois, Moure nuance fortement la formulation excessive de Zurita, montrant que la réécriture correspond avant tout à la suppression de deux passages de la lettre (ibid., p. 94).

41 Ibid., p. 95-96.

42 M. Garcia, art. cité, p. 136. À propos de la solution de la double chronique royale choisie par Ayala, voir l’article de G. Orduna, « Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique su hermano, hijos del rey don Alfonso Onceno: unidad de estructura e intencionalidad », in : Sebastian Neumeister (ed.), Actas del IX Congreso de la Asociación Internacional de Hispanistas (Berlín, 18-23 de agosto de 1986), 2 t., Frankfurt: Vervuert, 1989, 1, p. 255-262.

43 J. L. Moure, « La correspondencia… », p. 106.

44 « […] los sabios antiguos fallaron ciertas letras, e arte de escriuir por que las sciencias e grandes fechos que acaescieron en el mundo fuessen escritos, e guardados para los omnes los saber: e tomar dende buenos exemplos para fazer bien, e se guardar de mal » [I, p. lxxxvii].

45 Enrique de Villena, « Proemio » à sa Traducción y glosas de la «Eneida», apud Julio López-Arias, « López de Ayala: rasgos sobresalientes de su narrativa », Hispanófila, 122, 1998, p. 1-16, la citation p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pénélope Cartelet, « Le discours d’autrui dans la Crónica del rey don Pedro de Pero López de Ayala : vrai dialogisme ou fausse objectivité ? », Atalaya [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/atalaya/3705 ; DOI : 10.4000/atalaya.3705

Haut de page

Auteur

Pénélope Cartelet

Université de Lille – CECILLE (EA 4074)

Haut de page