Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Convaincre : parole d’autrui, dialogue, autorité

Stratégies argumentatives et discursives dans la Doncella Teodor

Estrategias argumentativas y discursivas en la Doncella Teodor
Argumentative and discursive strategies in the Doncella Teodor
Sophie Coussemacker

Résumés

La Doncella Teodor est un texte castillan composé sans doute au milieu du xiiie siècle, inspiré d’une source arabe, comme d’autres traités gnomiques d’époque alphonsine. Opposée à divers sages de la cour, chargés de mesurer l’étendue de son savoir, la doncella Teodor les convainc, tour à tour, par les sentences qu’elle assène sans aucune justification, mais que ses opposants reconnaissent comme des vérités. Pourtant, dans les versions imprimées du début du xvie siècle, le dernier de ses opposants l’accuse d’avoir utilisé des arguments mensongers pour vaincre les premiers sages. Comment peut-on qualifier d’arguments ce qui ne semble être que des idées reçues partagées entre questionneurs et questionnée ? Quelles sont les stratégies à la fois gestuelles et discursives qu’a déployées Teodor pour convaincre ses juges ?

Haut de page

Texte intégral

Prolégomènes. Présentation générale

  • 1 En dehors des références aux éditions, citées infra, les études sur la « sage demoiselle » se sont (...)
  • 2 C’est la partie la plus connue du récit : la jeune fille parie avec le sage que celui des deux qui (...)

1La Doncella Teodor est, avant tout, le récit d’un dialogue entre une jeune fille très cultivée et les interrogateurs successifs qui cherchent à la confondre1. Quelles « stratégies » la jeune fille va-t-elle mettre en œuvre, face à ces maîtres du savoir, pour les convaincre et les vaincre ? C’est là tout l’enjeu d’un récit que l’on peut résumer brièvement : une jeune esclave (Teodor) est achetée par un marchand de Babylone dans son enfance. Éduquée dans tous les arts d’agrément mais surtout dans toutes les sciences, elle devient une parfaite savante ; mais son maître ayant été ruiné par un coup du sort, la jeune fille lui propose de la vendre au roi, en demandant un prix exorbitant. Elle prouvera alors sa valeur dans toutes les sciences connues ; de fait, elle éblouit la cour, répond à divers savants avec autant de sagesse que d’astuce, et obtient finalement que son maître la récupère, nantie en sus d’une somme rondelette, gagnée grâce à un pari audacieux avec le dernier sage2.

  • 3 La Doncella Teodor se démarque cependant des autres récits sapientiels contemporains par la minceu (...)
  • 4 L’adab désigne à la fois la bonne éducation (qui inclut la récitation d’anecdotes et d’histoires d (...)
  • 5 Sur les origines grecques ou les analogies avec le monde grec, y compris avec le personnage de Cat (...)

2L’histoire de Teodor connaît plusieurs versions successives, élaborées sans doute entre le xiiie et le xve siècle pour ce qui concerne la Castille, même si les premiers manuscrits conservés datent seulement du xve siècle ; puis le récit est remanié et étoffé dans les versions imprimées du xvie siècle. Avant d’en venir à l’analyse du parcours textuel du récit, quelques précisions s’imposent. Dans ces occurrences successives, la Doncella Teodor relève du genre didactique (gnomique ou sapientiel) si spécifique de la Castille du xiiie siècle3. Le texte a la saveur et l’apparence d’un « conte » arabe, c’est-à-dire un texte appartenant à la littérature de l’adab, conte réélaboré dans al-Ándalus4. D’autres analyses relèvent cependant des analogies entre le récit et le stéréotype de la femme cultivée dans la littérature gréco-byzantine, ainsi Teodor présente certaines accointances avec la Tarsania du Libro de Apolonio contemporain, mais les deux origines ne sont pas incompatibles, en fait5.

Les différentes versions : de l’Orient à l’Occident

  • 6 Margaret R. Parker (éd.), The story of a story across cultures. The case of the ‘Doncella Teodor’, (...)
  • 7 Le processus est le même que celui qui conduit le Sirr al-Azrar pseudo-aristotélicien en Castille (...)
  • 8 La première traduction occidentale est celle d’Antoine Galand (Les mille et une Nuits, contes arab (...)

3La transmission du récit a été bien analysée, et je n’en ferais ici qu’un bref résumé6. Comme dans les contes réunis, plus tardivement, dans les collections type Mille et une Nuits, l’inspiration du récit est probablement indienne, mais c’est par le monde arabe que le texte a été transmis à la Castille7. Avant d’en venir aux versions castillanes, un mot sur les versions arabes du conte, telles qu’elles purent être connues et diffusées dans la péninsule Ibérique, afin de mesurer ce qui en est passé — ou non — dans la version castillane8.

  • 9 Je n’ai malheureusement pu consulter qu’une traduction castillane très partielle, celle donnée par (...)
  • 10 La première mention de cette collection apparaît dans les Prairies d’or de Mas’ūdī (m. 956 : je do (...)
  • 11 Bayard Dodge, The Fihrist of al-Nadim, a tenth century survey of Muslim culture, New York : Columb (...)
  • 12 Même si la critique continue à discuter de l’origine exacte de ces contes (certains les pensent pl (...)

4Le conte apparaît en fait sous sa forme la plus développée dans les Mille et une Nuits (Kitāb Alf Layla wa Layla), sous le titre de L’histoire de l’esclave Tawaddud (nuits 436-462)9. La collection des Mille et une Nuits ne fut pas constituée comme telle avant le xive ou le xve siècle, mais les origines de la collection sont bien plus anciennes et remontent au moins au milieu du xe siècle10. Peu après, Ibn al-Nadīm écrit le Fihrist vers 987-88, sorte de catalogue « éditorial »11. Dans la section 8 littéraire, parmi la liste des œuvres de toutes natures, il évoque sous le titre de Hazār afsān (= mille histoires) une collection d’environ deux cent contes traduits en arabe, qu’il dit remonter au ixe siècle et qu’il aurait vu plusieurs fois sous une forme complète. Il explique aussi que l’auteur ou le traducteur, al-Jahshiyārī, aurait eu le projet d’écrire une collection de mille histoires venues des Arabes, des Persans12, des Grecs et d’autres, qu’il aurait collectées auprès de récitants convoqués par lui ; mais il serait mort avant de mener le projet à bien. L’histoire de Tawaddud, prototype de la Teodor castillane, y est déjà mentionnée (n° 196 de la collection d’Ibn al-Nadīm). Elle appartient donc au noyau le plus ancien de la collection. Certains contes semblent avoir été ajoutés à la collection initiale au xe siècle à Bagdad, et d’autres encore furent ajoutés ou remaniés en Egypte entre le xe et le xiiie siècle, tandis qu’à l’inverse, d’autres contes étaient éliminés dans ce processus de compilation. Ces contes passèrent assez tôt en Occident, puisque l’on en trouve des traces jusque dans les Nibelungen (v. 1200) ; en Espagne, Raymond Lulle (m. 1315) insère dans le Livre des Bêtes un conte similaire à l’un de ceux des Nuits. Même si l’on ne connaît pas à proprement parler de traduction castillane complète des Nuits pour le Moyen Âge, l’histoire de Teodor a laissé suffisamment de traces en Espagne pour que l’on suppose sa diffusion en arabe et/ou en castillan, peut-être sous la forme d’un conte circulant de façon autonome avant son insertion dans la collection.

  • 13 M. R. Parker, op. cit., p. 2-6. Le manuscrit découvert par Pascual de Gayangos se trouve aujourd’h (...)
  • 14 Le codex de Grenade a été étudié et édité par J. Vázquez Ruiz, « Una nueva versión arabe del Cuent (...)

5De fait, deux versions arabes sont conservées dans des manuscrits ibériques : d’une part celui découvert par Gayangos où le conte est intitulé L’Histoire de la Jāriya Tūdūr et ce qui lui advint avec les astrologues, les philosophes, et an-Nazzām, en présence d’Haroun al-Rachid13. Le conte présente une forme nettement plus brève que dans les Nuits, mais assez voisine de celle des récits castillans. L’auteur (réel ou fictionnel), Abu Bakr al-Warrac situe l’intrigue à l’époque du calife Haroun al-Rachid (765-809), l’apogée de la dynastie Abbasside, époque qui est évidemment aussi celle des Mille et une Nuits. Second témoin arabo-castillan, le codex de Grenade, aurait été élaboré à Grenade, dans un dialecte marocain ; il est plus long mais aussi plus éloigné sur le plan narratif des versions castillanes14. Ces versions arabo-castillanes dateraient du xiiie ou du xive siècle, voire seraient plus récentes.

  • 15 Dans les versions arabes, Tawaddud/Tūdūr est la propriété d’un riche marchand dont hérite à sa mor (...)
  • 16 Dans les versions arabes, l’histoire se déroule à Bagdad, transposée en Babylone dans les versions (...)

6Le récit-cadre diffère un peu dans les versions arabes et castillanes15. Les textes castillans introduisent des variantes topographiques et onomastiques, qui servent en général à gommer un peu les traits les plus orientaux du récit, sans les faire complètement disparaître16. L’élément le plus significatif est le remplacement de l’un des interrogateurs, l’arabe Ibrahim (déjà très arrogant) par un Juif encore plus méprisable, Abrahén, ce qui répond sans doute à une forme d’antijudaïsme satirique propre à la Castille chrétienne. L’autre élément clef de la christianisation du récit serait peut-être l’attitude humble et soumise de la jeune Teodor, qui est certes des plus savantes, mais sait aussi faire preuve d’une compassion toute chrétienne. Mais les divergences narratives n’ont que peu d’impact sur notre problématique, c’est-à-dire sur les modalités mêmes de l’interrogatoire et les stratégies discursives.

Des manuscrits aux imprimés

  • 17 Manuscrits dits « h » (Escorial h III 6), « g » (BN Madrid 17853), « p » (BN Madrid 17822), et « m (...)
  • 18 Les Bocados sont la traduction en castillan d’un autre texte arabe, le Mukhtār al hikam, également (...)
  • 19 La comparaison des deux ou trois versions arabes avec la structure narrative de la version castill (...)

7Si elle n’est connue que par cinq manuscrits du xve siècle, la 1ère version castillane daterait du milieu du xiiie siècle. Les spécialistes de linguistique estiment en effet que l’état conservé du texte renvoie à la période alphonsine ou post-alphonsine. Cependant, le texte n’est connu que par cinq codices bien plus tardifs17, et dans quatre d’entre eux (manuscrits dits « h », « g », « p » et « m »), Teodor se présente comme une sorte de dernier chapitre ou d’appendice d’un autre grand libre sapientiel du xiiie siècle, les Bocados de Oro ou Bonium18 ; dans le cinquième (« a », fragmentaire), Teodor est cette fois associée au Libro del conoscimiento de todos los rregnos y señorios. En dépit de son aspect très lacunaire, ce manuscrit présente des variantes importantes par rapport aux autres, qui pourraient témoigner d’une autre famille de manuscrits arabes à la base de cette traduction19.

  • 20 Ces premières versions imprimées ont nourri le récit et les questions en y incluant tout un matéri (...)
  • 21 N. Baranda et V. Infantes, Narrativa popular de la Edad Media…, p. 15.

8À partir de 1498, au moins, l’histoire de Teodor connut un tel succès éditorial que l’on en compte au moins 59 versions20. Les imprimés s’organisent en trois ou quatre grandes familles ; Mettmann édita la plus ancienne (imprimé B), qu’il datait de 1498, mais des critiques plus récents penchent plutôt pour 1500-1503. Une deuxième version (imprimé G), attribuée aux presses sévillanes de Juan Varela de Salamanca, v. 1516-1520, est peut-être celle mentionnée par Hernando Colón (le fils de Christophe Colomb) comme ayant été achetée à Medina del Campo pour six maravédis, en 152421. De nombreuses autres éditions suivirent, notamment la P (Séville, 1526-1526) dont dérivent toute une série d’éditions jusqu’en 1554, certaines étant connues mais non conservées (voir la liste dans les annexes).

  • 22 Ces questions semblent avoir été empruntées à l’Infante Epitus, édité la même année à Burgos après (...)
  • 23 Pour la présentation et les évolutions de ces éditions tardives, N. Baranda et V. Infantes, Narrat (...)

9Enfin, une nouvelle famille d’imprimés apparaît avec la version dite M (Madrid, BN R/-10.688) imprimée à Saragosse en 1540 ; plus riche que les précédentes, elle incorpore de nouveaux matériaux et intègre notamment à la fin un grand nombre de questions nouvelles22. Nombre d’éditions postérieures, surtout du xviie siècle, suivirent un schéma voisin de M23.

  • 24 Le récit-cadre des imprimés est à peu près le même que celui des manuscrits, mais les remanieurs o (...)

10Les versions imprimées du xvie siècle ne diffèrent pas radicalement des versions manuscrites antérieures, même si aucune n’y correspond non plus totalement : il est possible que les ateliers d’imprimeurs aient élaboré eux-mêmes une version spéciale. Plusieurs changements apparaissent toutefois entre les manuscrits et les imprimés ; d’abord dans la mise en place du récit-cadre, plus étoffé24, mais aussi dans la localisation et la dénomination des lieux et des personnages principaux (le marchand, le roi et son royaume, les sages etc.). Et c’est surtout la liste des questions posées à Teodor qui change, assez radicalement, notamment dans la fin de la version de Saragosse, qui christianise un peu l’interrogatoire.

Un débat (disputatio) qui n’en est pas vraiment un

  • 25 Olga WeijersLa ‘disputatio’ dans les Facultés des arts au Moyen Âge, Turnhout : Brepols, 2002.

11Dans les imprimés du xvie siècle, les remanieurs ont beau employer les termes scolastiques de disputa (« mandó el Rey [a los sabios] que disputassen con la donzellahablaron luego con la donzella en razón de disputa ») il ne s’agit pas à proprement parler d’une disputatio25, car il n’y a pas une question problématique (quæstio) résultant de la discordance entre deux livres faisant autorité, ni de débat entre un respondante et un oponente, ni de maître qui détermine à la fin le savoir magistral. Le roi lui-même ne peut en tenir lieu, car ce n’est pas lui qui dit, in fine, qui a remporté le pseudo-débat ; le sage opposé à la jeune fille s’avoue simplement vaincu. D’une dispute scholastique, il ne reste finalement que l’aspect public.

12Il s’agit en fait plutôt d’un interrogatoire de compétence que d’un débat à proprement parler, puisque Teodor n’est pas conduite à justifier ses réponses, c’est-à-dire à argumenter, face à ses interrogateurs. Contrairement au débat scolastique, où les arguments doivent être étayés par des citations d’autorité, ici notre excellente élève assène aux prétendus maîtres une série de sentences assez brèves, développant les savoirs basiques d’une encyclopédie naturaliste sur l’homme, la femme, les âges de la vie, l’astrologie, les humeurs et la façon de rester en bonne santé selon son tempérament, mais aussi la théologie et la poésie, etc. Et chacun, sans jamais questionner les origines de son savoir ou la justesse de ses réponses, ni même exiger qu’elle mentionne les auctoritates qui sous-tendent ses affirmations, se montre simplement ébahi de la profondeur de ses connaissances, sans lui demander de les justifier.

13Cependant, dans les versions imprimées, il est bien question d’argumentos, le terme est employé clairement. Ainsi, après la défaite des deux premiers sages, le troisième, Abrahén, s’exclame agressivement : « no soy yo tan simple como eran los otros sabios con quien has disputado y tan malamente vencido con tus argumentos falsos. » Elle-même s’offusque – tout en restant poliment humble – qu’il suggère qu’elle ait déployé des arguments mensongers : « Dígovos que me maravillo mucho de todo lo que avéis hablado de tener en poco saber y por nescios a los sabios que comigo han disputado e cómo dezís que con argumentos falsos los vencí. » Quels arguments, pourrait-on se demander, alors que la jeune fille n’a fait que réciter, question après question, des savoirs donnés comme absolus, évidents, sans qu’il soit besoin de preuve pour en affirmer la vérité. On essayera donc de comprendre ce qui relève d’une forme de « stratégie argumentative », de la part d’une jeune fille confrontée à des savants.

Emporter la conviction par l’apparence : le corps et le geste

  • 26 Dans les versions manuscrites, le maître est ruiné mais s’adresse à l’un de ses amis, Mahomad, qui (...)
  • 27 Sur l’esthétique et l’art de la séduction : Marta Haro, « Erotismo y arte amatoria en el discurso (...)
  • 28 Dans la version Tawaddud, le calife convoque non seulement des savants, mais aussi des joueurs d’é (...)

14Un passage du récit-cadre peut laisser, à première lecture, dubitatif : alors que le marchand est ruiné, Teodor prend le temps de soigner sa mise avant de se présenter devant le roi, exigeant de son maître qu’il lui achète les plus beaux vêtements et les plus beaux atours disponibles sur le marché26. Il s’agit de se mettre en valeur pour justifier le prix exorbitant que le maître va demander pour elle. L’apparence semble donc essentielle à ses yeux, et l’on peut se demander si ce n’est pas le premier des arguments qu’elle va déployer devant ceux qu’elle cherche à convaincre. La séduction physique est une arme de conviction. Ce n’est que dans un second temps, une fois le roi ébloui, que l’esprit de la jeune fille devra prendre le relai pour emporter définitivement la conviction. Que la beauté des femmes soit une question importante dans le monde oriental est évident ; au lieu de stigmatiser l’apparence des femmes, comme le fait le monde chrétien contemporain, la Doncella Teodor en fait un sujet de savoir à part entière. Ainsi, les signes de la beauté de la femme constituent l’une des questions que pose à Teodor l’un des médecins de la cour du roi, on y reviendra27. Mais l’esthétique doit s’accompagner d’autres qualités ornementales mettant en valeur la femme : savoir jouer à la fois d’instruments et de jeux de société, qui sont aussi des outils de séduction28.

  • 29 Jean-Claude Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris : Gallimard, 1990.

15Au-delà de l’apparence physique, la gestuelle joue aussi un rôle non négligeable dans les débats qui opposent Teodor aux maîtres, notamment dans les versions manuscrites. Le geste, les échanges de regards, les silences, les hésitations, sont perçus comme autant de moyens physiques définissant l’état d’esprit des interlocuteurs (le roi, les interrogateurs, la jeune fille), dans le cadre de la physiognomonie gréco-arabe, qui examine aussi bien les aspects ou apparences corporelles fixes (couleur des cheveux, forme du corps, etc.) que les aspects mouvants dynamiques : voix, geste, pas. Le geste est perçu comme révélateur, lui aussi29. Voici la liste des mouvements corporels que l’on peut repérer dans la version manuscrite « g » :

Acteur et contexte

Gestuelle

Teodor, quand le marchand lui annonce sa ruine

Abaxó la donzella los ojos e la cabeça contra tierra comidiendo. E después alzó los ojos arriba et dixo…

Teodor et le marchand au palais

E entraron e paráronse emntramos antel rrey

Teodor devant le roi

ella abaxó el velo de vergüença, e el rrey alço los ojos…

Question du médecin 1 à Teodor sur coucher avec des femmes

E la donzella, con grand verguença que ovo, abaxó los ojos con su rrostro contra tierra. E levantose el físyco en pie et dixo

Le 2médecin à la fin de l’interrogatoire

E levantóse el físyco

Debut de l’interrogatoire d’Abrahén


Teodor :

El rrey… mandó luego al otro sabidor que se levantase a fablar con la donzella. E levantose luego Abrahén el trobador…

Pero asentadvos e preguntadme…

Fin de l’interrogatoire d’Abrahén

E Abrahén en trobador se levantó en pie e dixo…

Abrahén despojo sus paños e dioles a la donzella. E luego la donzella se levantó en pie

Teodor remercie le roi de ses présents

E la donzella tomolas e besó las manos al rrey e la tierra antel rey e fuese…

16Comme dans une disputatio médiévale, les deux protagonistes semblent assis face à face, il n’y a pas en tous cas de disparité spatiale entre la jeune fille et ses interrogateurs successifs, ils sont assis et elle aussi. Ils ne sont pas dans une posture de supériorité qui serait marquée, par exemple, par la position assise tandis qu’elle serait debout devant eux. Chacun se lève, tour à tour, au moment de prendre la parole. Le début et la fin de l’interrogatoire sont donc marqués par ces jeux assis/debout. Les signes de respect marqués au roi sont aussi attendus : la jeune fille baise les mains du roi et s’agenouille à terre devant lui pour embrasser le sol, dans une proskynèse toute orientale. Le fait que la jeune fille arrive voilée puis retire son voile devant le roi pour parler est aussi très médiéval. Certes les termes « abaxó el velo de vergüença » pourrait laisser penser qu’elle l’abaisse sur son visage, par pudeur, mais comme le roi admire aussitôt sa grande beauté, il est évident qu’il s’agit d’un dévoilement.

  • 30 Sur la notion et l’expression de la honte pudique : Damien Boquet, Piroska NagySensible Moyen Âg (...)

17L’élément gestuel le plus intéressant, ce sont donc les mouvements du regard et de la tête de la jeune fille. Lorsque son maître lui apprend sa ruine, le fait qu’elle baisse les yeux est avant tout un signe de réflexion, de parole prudente, elle « mâche » ses mots, puis relève les yeux et la tête avant de parler. Par la suite, lorsqu’elle baisse par deux fois les yeux devant la cour, il s’agit peut-être d’un signe de honte et d’embarras30, de même que son silence, quand on l’interroge sur la sexualité. Le premier médecin croit d’ailleurs l’avoir vaincue à cause de ce silence ; mais elle explique qu’elle hésite seulement à cause de sa virginité et de sa jeunesse, et quand le roi lui demande de répondre, elle s’exécute sans problème. Le fait que Teodor se défende aussitôt des attaques du premier médecin témoigne que baisser les yeux à terre a été pour elle non seulement un signe de pudeur, mais aussi un signe de réflexion : de nouveau, comme devant son maître, elle s’est donné le temps de « comedir » sa réponse, qu’elle offre ensuite sans la moindre honte, parfaitement articulée et construite.

  • 31 La gestuelle était parfois encore plus dynamique dans les versions arabes : ainsi, quand l’astrono (...)

18Sur ce plan, le récit castillan ne fait que reprendre les mentions des récits arabes. En effet, on trouve déjà dans la version Tawwaddud des éléments de dramatisation qui se retrouvent dans la version castillane, par exemple quand le médecin interroge Tawaddud sur la copulation, elle baisse la tête — embarrassée ou réfléchissant ? — avant de se décider à parler31.

19Les gestes doivent évidemment être analysés à l’aune du discours qui les accompagne.

Questions et réponses : comment parler pour convaincre

  • 32 Les versions arabes soulignent d’abord l’excellence de son éducation dans tous les domaines, la lo (...)

20Les savoirs que son maître a inculqués à Tawaddud/Tūdūr/Teodor ne sont pas tout à fait de même nature, dans les versions arabes et ibériques. Dans les versions manuscrites castillanes, c’est le marchand lui-même qui a enseigné sa jeune esclave : « E llevola a su casa e demostrole todas las artes et sabidurías quántas pudo saber. » Aucun autre enseignant n’intervient dans l’apprentissage, et l’on ne sait pas non plus comment le marchand a éduqué la jeune fille. Il est parvenu à lui transmettre un savoir très encyclopédique, moins complet cependant que dans les versions arabes32. Ce qui a été éliminé par les Castillans concerne avant tout la loi coranique et ses commentaires et traditions prophétiques, ce qui est résumé dans la version manuscrite par « yo aprendí la ley e el libro », ce qui reste assez ambivalent aux yeux d’un lecteur chrétien ibérique… et disparaît complètement dans la version de 1540, remplacé par les sept arts libéraux !

Mille et une nuits Manuscrit « g » Imprimé M (1540)
Grammaire, poésie, droit, exégèse, lexicologie, musique, droit des héritages, comptabilité, géométrie, histoire antique
Coran et droit coranique (…) avec les méthodes d’exégèse La loi et le livre
Sciences mathématiques Les quatre vents, les sept planètes astrologie
Les lois, commandements et traduction ( ?), créations de Dieu
Discours sur les oiseaux et les animaux Physique (médecine) Propriétés des pierres, des herbes, des animaux et oiseaux
Philosophie péripatéticienne, logique, rhétorique, éloquence Philosophie, logique Les 7 arts libéraux
Bonnes manières
Poésie, jouer du luth, chant Échecs, luth, etc., chant, danse Musique, chant, jouer instruments
Travaux manuels
  • 33 On l’a souligné plus haut, les imprimés du xvie siècle introduisent des motifs nouveaux en élimina (...)

21Chaque culture, chaque époque aussi au sein du christianisme33, ne développe donc pas les mêmes centres d’intérêt : ce ne sont pas les mêmes savoirs qui sont considérés comme indispensables à la formation de l’honnête homme (ou femme). Ce sont ces savoirs à la fois religieux, naturalistes, médicaux, et logiques que Teodor va devoir démontrer devant ses interrogateurs. En revanche, les connaissances pratiques (jeux, musique, bonnes manières, chant et danse, tissages et autres ouvrages manuels) sont évoqués dans la liste initiale de ses compétences, mais ne seront pas passés sur le grill de la démonstration.

22Ce qui m’intéresse ici est cependant moins le contenu de ce savoir que la façon dont Teodor parvient à le mettre en œuvre pour répondre aux questions, plus ou moins malveillantes, de ses interrogateurs. On s’interrogera donc à présent sur les modalités du questionnement imposé par les sages, et les formes des réponses de Teodor.

  • 34 Ménendez Pelayo, op. cit., les évoque avec sa « verve » très personnelle : « Bajo otro aspecto, qu (...)
  • 35 El filósofo Segundo ou El Capítulo de Segundo filósofo relate – dans son récit-cadre – que le phil (...)
  • 36 Adrián y Epitus ou Diálogo de Epicteto y el emperador Adriano est d’origine grecque, même si la ve (...)

23Certes, les sujets des questions peuvent changer et s’adapter au fil du temps au public ciblé, mais il n’en reste pas moins que dans toutes les versions, manuscrites ou imprimées, le savoir est diffusé sous la forme de questions/réponses. Le dialogue comme modalité didactique n’est pas une spécificité arabe ou ibérique, il n’est que de rappeler les formes grecques de la maïeutique, les questions que la reine de Saba pose au roi Salomon34 ou encore les Joca monachorum médiévaux que l’on rencontre dans des manuscrits dès le viiie siècle. Bien d’autres œuvres castillanes médiévales prennent la forme de questions-réponses : El filósofo Segundo35, Adrián y Epitus36 et plus tard, nombre des traités de don Juan Manuel sont aussi dialogués. Les jeux de questions/réponses semblent avoir aussi été un passe-temps apprécié par les cours. Il y a cependant des différences dans la formulation des questions/réponses dans les versions manuscrites et les versions imprimées, que j’examinerai donc en deux temps.

L’ordre des questions dans les manuscrits

  • 37 Dans la version des Nuits, Tawaddud est interrogée une première fois sur tous les sujets, et elle (...)

24La structure de l’interrogatoire est particulièrement compliquée dans la version connue par les manuscrits du xve. C’est peut-être le résultat du mixage par l’adaptateur castillan des deux versions arabes37, ou bien l’utilisation d’une autre version encore.

  • 38 Le manuscrit « a » commence avec l’alfaquí mais Teodor répond à une question qui n’apparaît pas da (...)

25À l’exception du manuscrit « a », très lacunaire38, la séquence des questions commence par (1) un físico, un médecin, ou plutôt un spécialiste de physiognomonie, puisqu’il pose des questions concernant la santé et les régimes de santé, et termine par des questions sur les signes de la beauté des femmes, ce qui renvoie à la physiognomonie qui observe surtout les complexions ou les tempéraments pour en tirer des déductions sur le caractère de la personne. Mais Teodor a beau accepter la question (« acuçioso sodes de preguntar »), elle ne répond pas à cette question, du moins dans le manuscrit « g ».

26Le texte passe alors, de façon peu claire, aux noms des sages qui vont interroger Teodor, liste spécifiant leurs compétences et qualifications respectives. Puis vient l’interrogatoire à proprement parler. Il commence avec un alfaquí (interrogateur 2) dont les questions sont assez confuses, me semble-t-il par la faute du manuscrit édité par Margaret R. Parker, qui comporte des lacunes ; puis Teodor est de nouveau interrogée par un físico (je l’appellerai ensuite le médecin n°1bis pour éviter toute confusion), et là, dans la série des questions, Teodor lui répond bien sur les huit signes de la beauté des femmes ; et enfin vient (3) un juif du nom d’Abrahén, présenté comme maître de grammaire, logique et rhétorique, selon la liste initiale, mais qui est qualifié de trovador quand il apparaît en tant qu’examinateur. Il ne pose en fait aucune question sur la poésie, à la différence des versions arabes ; le terme de trovador est peut-être le souvenir confus de ces questions poétiques dans les versions arabes. C’est lui et lui seul qui lance le pari — risqué — sur les vêtements.

27Il y a évidemment beaucoup moins de questions que dans les versions arabes : une vingtaine à peine contre 200 environ. D’autre part, l’ordre des devinettes du Juif Abrahén varie selon les manuscrits, et parfois les réponses ne correspondent pas aux questions ! La seule question nouvelle propre au texte castillan est celle qui concerne les âges de la vie des femmes.

Attitudes et formulations des questions et des réponses dans les manuscrits

28Les questions sont initialement formulées de façon péremptoire, ainsi le juge comme le médecin n°1bis s’exclament tous deux : « Rrespondedme a lo que vos preguntare » et Teodor répond immédiatement humblement « [Sy]. Rrespondere con la merçed de Dios [del criador] e de nuestro señor el rrey Abomelique Almançor, que Dios mantenga ». L’humilité de la réponse, inscrivant le savoir énoncé sous la double autorité de Dieu et du prince, semble suffire à désarçonner l’animosité des premiers interrogateurs. Sur le plan formel, les questions du premier médecin, du juge et du deuxième médecin, sont formulées de façon simple et courte. À aucun moment, la réponse n’est contestée, tout au plus l’interrogateur peut-il manifester son approbation de façon plus ou moins détaillée.

29Ex. dans le manuscrit « g », question du juge (alfaqui) sur la Création :

– Donzella, ¿ qué ordenó Dios en nuestro día sobre su siervo en su dia ?
– A las gentes y a las animalias, dixo : « Servidme e non me menospreçiedes, e yo non menospreçiare a vos. » E dixo el alfaquí :
– Donzella, muy bien rrespondistes.

30À propos des sept ciels l’alfaqui approuve de même : « muy bien dexistes ».

  • 39 Questions et réponses renvoient à la pensée ou à la théologie musulmane, de toute évidence, notamm (...)
  • 40 Ses réponses sont clairement inspirées par les théories physiognomoniques, et il faudrait examiner (...)

31L’interrogateur peut aussi demander des précisions, des détails, parfois plusieurs fois de suite, par exemple à la question de l’alfaqui concernant les jugements et des commandements divins, Teodor répond simplement d’abord « trois et cinq » et le juge demande : « Glosadme quáles son ». Teodor répond d’abord par trois propositions, puis quand le juge demande « ¿ Los tres que son çinco ? », elle ajoute deux nouvelles propositions39. On retrouve, à propos de la question sur les douze signes astrologiques, la même demande du juge : « Glosadme quáles son ». De même, sur les 18 signes de la beauté des femmes, le médecin 1bis demande par deux fois des précisions à Teodor (« dezitme cómo es esto »), ses réponses lui semblant trop succinctes ou énigmatiques. Teodor ne fait que développer la réponse initiale, en modifiant un peu l’ordre de ses réponses, mais sans y ajouter d’argument justificatif40.

Les 18 signes de la beauté chez une femme (en fait 21)

Réponse initiale Réponse développée (dans un autre ordre, attention)
es luenga en tres que sea luenga de estado e que aya el cuello luengo e los dedos luengos 1
e pequeña en tres boca pequeña, e nariz pequeña e los pies pequeños 5
e ancha en tres ancha de caderas e ancha de espaldas e ancha la fruente 6
e blanca en tres el cuerpo blanco e los dientes blancos e lo blanco de los ojos blanco 2
e prieta en tres cabellos prietos e lo prieto de los ojos prieto e las cejas prietas 3
e bermeja en tres mexillas bermejas e beços bermejos e enzías bermejas 4
Ø e que sea muy plazentera a su marido e muy ayudadera e que sea pequeña de edad 7

32En dehors de ces demandes de précisions, on ne requiert pas la jeune fille de justifier sa réponse et d’argumenter ; tout se passe comme si ces questions ou ces énigmes faisaient partie d’un patrimoine culturel partagé entre les interrogateurs et l’interrogée. Et évidemment, in fine, l’interrogateur s’avoue vaincu par le savoir de la jeune fille ; ainsi le juge s’exclame : « esta donzella más sabe que non yo, e yo le dó mejoría en el saber. » Le médecin 1bis approuve aussi sans réserve « Dios vos faga bien, que en todo fablastes bien – Et dixo al rrey : Por verdad, señor, esta donzella más sabe que non yo, e yo la dó por verdadera ».

33L’interrogatoire, tant dans la forme que dans le fond, se complexifie avec le dernier questionneur, le Juif Abrahén, qui s’avère plus coriace que ses prédécesseurs, et annonce d’emblée : « – Donzella, aparejadvos, que non só de los que avedes ençerrado y vencido ».

34Teodor semble parfaitement consciente que le duel maïeutique ne sera pas de même nature et répond, sur un ton relativement agressif elle aussi, en demandant à son interrogateur de se présenter. Ce qu’il fait : il est Abrahén el trobador, affirme-t-il, comme si ce seul nom devait suffire à impressionner la jeune fille… qui répond avec malice : « – Abrahén, nunca vos conocí. Pero asentadvos e preguntadme, que yo vos rrespondere con la merçed de Dios e de nuestro señor el rrey, que Dios mantenga ». La teneur de la réponse est donc à peu près semblable que celle qu’elle a formulée devant les trois autres interrogateurs, à ceci près que Teodor met d’emblée en doute la qualification de son interlocuteur, et répond donc à son animosité évidente par un mépris léger. C’est à la suite de cette première passe d’armes qu’intervient la fameuse séquence sur le vêtement, gage de bataille pour celui qui réussira l’épreuve. C’est Abrahén qui propose le gage, et Teodor n’y consent que lorsque le roi, vers lequel elle s’est tournée, accepte l’enjeu. Mais la suite témoigne que la jeune fille n’est pas prête à se laisser dépouiller de ses vêtements : « – Aparejad vuestras rropas, que yo vos rresponderé, con la merced de Dios ». Abrahén propose alors des questions clairement destinées à piéger Teodor.

  • 41 Le tableau ci-dessous montre cependant que le jeu de questions/réponses n’est pas parfaitement sym (...)

35Les questions d’Abrahén sont en apparence aussi simples, mais leur formulation est autrement plus complexe que celles de ses prédécesseurs, du fait de leur enchaînement : elles semblent destinées à construire une énigme emboîtée dont la complexité devrait désarçonner Teodor. En fait, les questions se bousculent dans la bouche d’Abrahén, qui ne laisse pas le temps à Teodor de répondre point par point. Quand il se tait enfin, la jeune fille répond sans se laisser démonter, de façon systématique, et dans l’ordre, en reprenant à chaque fois la teneur de question ; la reprise de la question dans la réponse est un outil discursif qui fonctionne à plusieurs niveaux : il est destiné, sur un premier plan, à aider l’auditeur fictionnel (le roi, la cour) à se retrouver dans les questions confuses d’Abrahén, et à un second niveau, à guider aussi le lecteur de l’encyclopédie ; mais, à un troisième niveau d’analyse, il s’agit aussi de montrer qu’à la confusion des questions d’Abrahén s’oppose la rigueur méthodique des réponses de Teodor41.

Les questions d’Abrahén et les réponses de Teodor (manuscrit « g »)

Question d’Abrahén (« g ») Réponse de Teodor (« g »)
[1ère série]
¿ quál es la cosa más pesada que ay en los montes Lo que es más pesado que los montes es el agua
e más apresudara que la saeta e [lo que es] más apresurado que la saeta es el ojo
e más aguda que [la] espada e [lo que es] más aguda que la espada es la lengua
e más ardiente que el fuego … es el coraçon
e más dulce que la miel … es el buen fijo
e lágrimas de ojos ( ?) Ø
e dolençia syn melezina … es la locura
Ø e el más çierto es el llamamiento del señor del mundo
e más rrezio que hueso e lo que es más rrezio que hueso es la verdad
[2ème série]
e talente de una ora … es yazer con la muger
Ø e solás de un día es ganançia
e plazer de tres días … son obras de baño
Ø e plazer de syete días es el novio los primeros syete dias
e plazer de un mes … es quel viene de camino
e plazer de cinco días ? Ø
[question finale]
¿ E una ave que se cría en los montes que en ella ha ocho señales de grandes animalias ? … es la çigarra que el su pescueço es de baca ; el su pecho es de cavallo ; e sus rrostros de león ; e sus alas de águila ; e su çinta de alacrán ; e la cola de syerpe ; e los pies de avestrús ; e el vientre de buey
  • 42 On retrouve le même type de questionnement numérique progressif — plus ou moins bien organisé dans (...)
  • 43 Vu l’importance du chiffre 8 dans l’ensemble des jeux de questions/réponses, il me semble aussi qu (...)

36Dans la 2e série, les réponses de Teodor correspondent le mieux à la progression numérique du questionnement (une heure, un jour, trois jours, sept jours, un mois) alors que l’ordre des questions d’Abrahén est confus (une heure, trois jours, un mois, cinq jours)42. Mais s’agit-il d’une volonté de l’auteur destinée à manifester la confusion mentale de l’interrogateur juif, ou bien d’une coquille involontaire du copiste43 ?

  • 44 Concernant la question sur « l’oiseau » monstrueux qui s’avère être une cigale — mais est mentionn (...)
  • 45 M. Menéndez y Pelayo, op. cit., p. 219-254

37Il n’est pas dans mon propos, ici, d’analyser les origines des réponses de Teodor44. Ménendez Pelayo a resitué l’origine clairement arabe de cette série de questions, même si elles sont au nombre de treize et non de huit, dans le manuscrit arabo-andalou découvert par Gayangos45. Voici la comparaison entre les versions arabo-andalouse et castillane.

 

Version arabo-andalouse « Gayangos » Version castillane « g » (ordre des questions)
Plus doux que le miel L’amour filial 5. Plus doux que le miel Le bon fils
Plus lourd que la montagne Le mensonge 1. Plus pesant que les montagnes L’eau
Plus coupant que l’épée La langue 3. Plus coupant que l’épée La langue
Plus rapide que la flèche Le regard 2. Plus rapide que la flèche L’œil
Plaisir d’une heure Acte sexuel 10. Plaisir d’une heure Coucher avec une femme
Plaisir d’une semaine Le mariage 13. Plaisir de 7 jours Les 7 premiers jours du mariage
Vérité que le menteur ne peut nier La mort
Fièvre des yeux Le fils pervers
Plaie du cœur La femme à la langue bien pendue
Rancœur de l’âme Le serviteur insolent
Mort du vivant La pauvreté
Maladie incurable La nature perverse 7. Maladie incurable La folie
Honte impossible à effacer La fille perverse
Ajouts/inventions/ajouts ( ?) du texte castillan
4. Plus ardent que le feu Le cœur
6. larmes des yeux ?
8. Plus certain Rappel de Dieu auprès de lui ( ?)
9. Plus dur que l’os La vérité
11. Plaisir d’un jour Le gain
12. Plaisir de trois jours Les bains
14. Plaisir d’un mois Le chemin
15. Plaisir de 5 jours ?

38La filiation entre le texte arabo-andalou et le texte castillan est donc assez claire au moins dans sept questions même si pour deux d’entre elles, la réponse varie (pour la nature perverse = la folie, passe encore ; en revanche le mensonge devient l’eau, ce qui relève peut-être d’une mauvaise traduction de l’arabe par le traducteur castillan du xiiie siècle). Les 7 ou 8 questions qui n’apparaissaient pas dans le texte arabo-andalou sont-elles vraiment des inventions du castillan, ou la trace d’une autre filiation, l’utilisation par le traducteur castillan d’un autre manuscrit de base que celui dit de Gayangos ? Il est vrai que ce dernier semble désorganisé, alors que le texte castillan est finalement mieux structuré. Par ailleurs, la fameuse question sur la cigale n’apparaît pas, au moins dans la recension de Ménendez Pelayo.

  • 46 Dans les versions arabes, Tawaddud/Tūdūr se montre tout aussi pugnace, sauf pour les questions rel (...)
  • 47 Conformément au pari initial, le malheureux se dépouille aussitôt de ses vêtements, en dehors de s (...)

39La pugnacité de la jeune fille ne fait pas de doute46, tout autant que la qualité de son savoir. En fin de compte, Abrahén n’ajoute pas de nouvelle question après cette rafale : lui aussi se donne pour vaincu devant le roi (qui entérine sa défaite) ; Abrahén reconnaît le savoir supérieur de la jeune fille sur tous les sages de la cour, et perd donc le pari sur les vêtements47.

L’ordre des questions dans les imprimés

40Les premiers imprimés présentent des caractères communs et des différences, aussi.

41Mettmann avait déjà divisé les imprimés « anciens » (avant 1630) en trois groupes.

  • 48 Je n’ai malheureusement pas pu examiner ces versions en détail. Il semble aussi que la liste des s (...)

42- Les éditions les plus anciennes, i.e. B et G48, diffèrent notablement des suivants : le 1er examinateur pose des questions concernant les pratiques agricoles propres à chaque mois, puis interroge Teodor sur les recommandations hygiéniques et la diète. Le second examinateur l’interroge sur les activités sexuelles, et Teodor cite Aristote de façon détaillée et ses réponses précisent longuement comment un homme peut donner du plaisir à une femme.

  • 49 Ainsi, dans l’imprimé P, non seulement le nombre de questions est plus réduit que dans les premier (...)

43– Dans le deuxième groupe, le 1er examen est quelque peu modifié au profit d’un interrogatoire sur les douze signes du zodiaque et leur effet sur les gens en fonction des mois et des travaux agricoles ; les questions sur les relations sexuelles disparaissent ; s’y ajoute — à la place des deux premières parties du 2ème examen — une présentation de la figure de l’homme et une table décrivant les effets des purges et des saignées en fonction des signes astrologiques49.

44– Dans le troisième groupe, c’est-à-dire l’imprimé de Saragosse (M) et les imprimés qui dépendent de la même famille, s’ajoutent à la fin du 1er et à la fin du 3e examen des questions provenant d’Adrianus et Epictetus ; et après le dernier examen, s’ajoute une série de questions de nature théologique posées par le roi lui-même.

  • 50 Les 58 questions et devinettes qu’il pose à la jeune fille ont des sources variées, car toutes ne (...)

45L’imprimé de 1540 (M) rétablit clairement de l’ordre là où les manuscrits étaient plus confus ; il limite en effet les interrogateurs à trois sages : un juriste spécialiste du droit ; un médecin qui a des connaissances aussi bien en chirurgie qu’en astrologie, mais aussi en logique et en philosophie ; enfin le fameux Abrahén qui réunit sur sa personne un peu tout, philosophie, grammaire, logique, arts libéraux et peut-être même poésie50. En évitant la réitération des questions entre deux médecins, l’organisation interne du récit devient plus cohérente. On peut aussi souligner que la rafale étourdissante de questions d’Abrahén disparaît au profit d’une série de questions/réponses, qui est beaucoup plus longue (58 questions contre une quinzaine dans les versions manuscrites), mais qui semble un peu mieux structurée, encore que dans le détail, il y ait des retours parfois confus sur les sujets et les thèmes abordés. Mais c’est surtout la teneur de l’interrogatoire qui change : au lieu d’offrir un inventaire succinct des connaissances qu’un honnête homme doit posséder dans le monde arabo-musulman, les versions du xvie siècle christianisent quelque peu le récit… encore que sur les 58 questions que pose Abrahén à Teodor, la grande majorité soient plutôt d’ordre naturaliste, et surtout se réfèrent avant tout à l’Ancien Testament. C’est surtout l’adjonction des questions du roi et des réponses que lui fait Teodor qui donnent une coloration nettement plus chrétienne au récit.

Les modalités du questionnement dans les versions imprimées

46Les modalités générales ne diffèrent pas radicalement, d’abord dans l’animosité croissante des trois sages vis-à-vis de la jeune fille, l’apogée étant atteinte de nouveau avec Abrahén ; la jeune fille répond avec le même sérieux que dans les manuscrits, et là aussi chacun des interrogateurs approuve et se donne pour vaincu à l’issue de sa série de questions.

47Les questions prennent le plus souvent la forme d’une énigme (semblable à celle du sphinx). Teodor répond sans hésiter à chaque fois, sous la forme d’une sentence brève, parfois assortie spontanément d’une subdivision, sans attendre de question complémentaire.

48Ex. dans l’imprimé P de 1526-28 et M de 1540 :

« El sabio le preguntó : – ¿ Por quántas cosas o maneras mienten los hombres ? La donzella le respondió : – Por tres maneras : por deleite de hablar, por dezir bien de quien bien quieren o por dezir mal de quien mal quieren » (question {24} du Juif Abrahén, chap. VI).

49On retrouve ces mêmes subdivisions à propos du meilleur jour de la semaine, le vendredi, Teodor donnant cinq raisons détaillées pour justifier sa réponse (question {57} ibid.).

50Ces subdivisions sont assez semblables à celles qui structurent chacune des sentences du Calila et Dimna. Elles restent cependant assez rares, par rapport au Calila où c’est un jeu permanent, hérité des modalités maïeutiques arabes. Ce qui est le plus étonnant, c’est qu’elles n’apparaissaient pas encore dans les versions manuscrites, pourtant plus proche du contexte culturel arabe, à l’exception de la question des dix-huit signes de beauté chez la femme.

51Les imprimés offrent aussi, à propos des jours des purges et des saignées rapportés aux signes (chap. IV) ce que Teodor appelle una tabla, et qui est retranscrite par la figure de l’homme astrologique, avec les signes rapportés à chaque partie du corps, et les indications (bon, mauvais, indifférent) concernant les purges et saignées pour chaque signe.

52Il y a donc une certaine volonté, dans les versions imprimées, de justifier, argumenter, et préciser la pensée. Ce qui manque en revanche, c’est le recours aux autorités, y compris bibliques, qui ne sont jamais avancées par la jeune fille. Une exception cependant : l’imprimé G (Séville, 1516-1520) — du moins d’après le bref extrait donné en note par Baranda et Infantes à propos de la sexualité — fournissait, au contraire, des éléments d’autorité justifiant la réponse, en l’occurrence la référence à Aristote (ou pseudo-Aristote, car il s’agit d’une référence au Secret des secrets, me semble-t-il). Ces auctoritates n’auraient pas été reprises par les imprimeurs plus tardifs, peut-être pour alléger le texte et en gommer l’aspect encyclopédique au profit du récit-cadre, en l’apparentant plus à un roman ou une nouvelle.

53Le plus important, comme on le notait dès le début de l’exposé, est cependant la présence du terme argumentos dans les versions imprimées, au moins dans P et M. Le terme apparaît au chapitre V, qui introduit la dispute entre Abrahén et Teodor, chapitre qui a été le plus remanié, me semble-t-il, entre les deux éditions de Séville et Saragosse. Alors que dans les versions manuscrites, le dernier interrogateur se contentait de dire « non só yo de los que avedes ençerrado y vencido », à plusieurs reprises, dans les versions imprimées, Abrahén reproche à Teodor d’avoir vaincu ses confrères par ses argumentos falsos.

[Abrahén] … no soy yo tan simple como eran los otros sabios con quien has disputado y tan malamente vencido con tus argumentos falsos…. [Teodor] Dígovos que me maravillo mucho de todo lo que avéis hablado de tener en poco saber y por nescios a los sabios que comigo han disputado e cómo dezís que con argumentos falsos los vencí. (Séville, 1526-1528, chap. V)

[Abrahén] … no soy yo tan simple como eran los otros sabios con quienes tú has disputado y tan malamente vencido con tus argumentos falsos… [Teodor] Dígo que me maravillo de vos que lo avéis hablado de tener en poco a los maestros que comigo han disputado y dezir que con argumentos falsos los vencí. (Saragosse, 1540, chap. V)

54Dans les deux cas, Teodor, vexée, relève clairement l’expression des argumentos falsos. Mais à quoi renvoie ici le syntagme, alors que la jeune fille n’a jamais utilisé d’arguments, au sens actuel du terme, pour justifier ses réponses ; elle a offert des réponses toutes faites et qui, malgré leur simplisme, ont suffi à convaincre les deux premiers interrogateurs. Il faudrait donc comprendre ce que le mot argumentos signifie dans l’esprit d’un auteur du début du xvie siècle ? Rappelons que dans notre lexique actuel, l’argument est le raisonnement dont on se sert pour établir et étayer une proposition et en tirer des conséquences. Le vocabulaire castillan-latin/grec de Nebrija donne et traduit en latin (en fait, une latinisation d’un terme hérité de la logique et de la rhétorique grecque) quinze occurrences aux substantifs argumento et argumentador, et au verbe argumentar51. On voit bien se déployer toute la gamme des stratégies logiques et rhétoriques d’un raisonnement, que les arguments soient fondés ou non, et qu’ils parviennent ou non à emporter l’adhésion. Or jamais Teodor n’a déployé ce type de stratégie discursive, même a minima. Se présenter dans une tenue suggestive, dévoiler son beau visage, baisser les yeux au moment opportun, et asséner des idées reçues (et partagées) tiendrait-il lieu d’argumentation logique ? Ce que fournit Teodor, ce sont des réponses toutes faites, pas des démonstrations étayées. La question ne semblait d’ailleurs ne pas même se poser pour les auteurs arabes et les traducteurs castillans des manuscrits. Le fait que les remanieurs du début du xvie siècle aient éprouvé le besoin de qualifier d’« arguments » les réponses de Teodor en dit surtout long sur leur volonté de donner un certain lustre savant à un discours qui répondait à d’autres modalités discursives, peut-être perçues comme obsolètes à leur époque. Pourtant, ils n’ont pas pour autant cherché à couler les réponses de Teodor dans un réel argumentaire logique : son discours reste construit sur des réponses assénées et non démontrées. Seul le terme d’argumentos vient « moderniser » une forme de pensée qui reste, fondamentalement, caractéristique de la logique gnomique médiévale.

Conclusions

  • 52 On conserve au moins trois éditions du xviie siècle, quatre pour le xviiie (en dépit de l’inclusio (...)

55L’histoire littéraire de Teodor ne s’achève pas avec les imprimés du xvie siècle52. Le récit est aussi mentionné dans les Inventarios de livres envoyés aux Indes à partir de la fin du xvie siècle. Lope de Vega en fait l’héroïne de l’une de ses pièces au début du xviie siècle, écrite entre 1610-1612, mais située « historiquement » un siècle plus tôt, envoyant le spectateur depuis Tolède jusqu’à des lieux exotiques, à Oran, en Perse et à Constantinople, lorsque la savante jeune fille et son amoureux contrarié, don Félix Manrique, sont enlevés par des pirates barbaresques qui la revendent au Soudan (l’homme, pas le pays), lequel finira par lui rendre sa liberté, Teodor provoquant partout l’admiration générale par l’étendue de son savoir. Tirso de Molina se contente pour sa part d’une brève allusion à la « donzella Teodor » dans El vergonzoso en palacio (entre 1606 et 1612) ce qui témoigne de la popularité très large du personnage que l’on ne présente même plus, désormais.

  • 53 Les Libros de cordel désignent un genre populaire, souvent versifié, relatant des histoires légend (...)
  • 54 Chilam est le terme maya pour prophète. Sur cette version, M. R. Parker, op. cit., p. 11-14.

56Le texte est aussi traduit en portugais au moins à partir de 1712, voire sans doute plus tôt. L’histoire apparaît dans maints supports, dans les libros de cordel portugais53, dans le Livre de Chilam Balam maya54, et on a même une version brésilienne, dans des libros do povo, de 1947. L’histoire de Teodor a donc rencontré un succès persistant sous d’autres formes que le traité didactique initial (théâtre, livres populaires etc.). La plasticité du motif (une jeune fille offrant un compendium de ce qu’il faut savoir pour être considéré comme cultivé) offrait en effet la voie à bien des réécritures. Cependant, c’est bien l’aspect romanesque du récit qui est mis en valeur, plus que son caractère encyclopédique. Et ce n’est certainement pas la qualité de la démonstration argumentative de la sage Teodor qui a retenu l’attention !

Haut de page

Bibliographie

Marcelino Menéndez y Pelayo, « La doncella Teodor (un cuento de Las mil y una noches, un libro de cordel y una comedia de Lope de Vega) », in : Homenaje a D. Francisco Cordera, M. Escar, Saragosse, 1904, p. 483-511 ; rééd. dans Estudios y discursos de crítica histórica y literaria, CSIC, Madrid, 1941, I, p. 219-254 (extraits des textes arabes et arabo-castillans).

Bayard Dodge, The Fihrist of al-Nadim, a tenth century survey of Muslim culture, New York : Columbia University Press, 1970.

Claudine Gerresch, « Un récit des Mille et une nuits : Tawaddud, petite encyclopédie de l’Islam médiéval », Bulletin de l’Institut Français d’Afrique noire, séries B. 35-1, 1973, p. 57-175.

André Miquel, « Tawaddud la servante », dans Sept contes des Mille et une Nuits, Paris : Sindibad, 1980, p. 13-49.

Les soins de beauté. Moyen Âge – Temps modernes, actes du colloque de Grasse (avril 1985), éd. Denis Menjot, Nice : Faculté des lettres et sciences humaines, Université de Nice, 1987.

Jean-Claude Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris : Gallimard, 1990.

Marta Haro, « Erotismo y arte amatoria en el discurso medico de la Historia de la doncella Teodor », Revista de Literatura Medieval, 5, 1993, p. 113-125.

Maria Jesús Lacarra, « El tipo de la doncella sabia, ejemplificado con la Historia de la doncella Teodor », dans La mujer en la literatura hispánica de la Edad media y el Siglo  de Oro, Rodopi, Amsterdam/Atlanta, 1993, p. 11-21.

Nieves Baranda et Víctor Infantes, « Post Mettmann. Variantes textuales y transmisión editorial de la Historia de la donzella Teodor », La Corónica, 22, 1993-1994, p. 61-88.

Claude Bremond et Bernard Darbord, « Tawadudd et Teodor : les enjeux ludiques du savoir », in : Michelangelo Picone (dir.), L’Enciclopedismo Medievale, Ravenne : Longo Editores, 1994, p. 253-273.

Pino Valero Cuadra, « El mito literario medieval de la mujer sabia : la doncella Teodor », in : Las sabias mujeres : educación, saber y autoría (siglos iii-xvii), Madrid : Asociación Cultural Al-Mudayna, 1994, p. 147-154.

Pino Valero Cuadra, La doncella Teodor. Un cuento hispanoárabe, Alicante : Instituto de Cultura Juan Gil-Albert y Diputación provincial de Alicante, 1996.

Bernard Darbord, « La tradición del saber en la Doncella Teodor », in : Juan Paredes (coord.), Medioevo y literatura, actas del V congreso de la asociación hispánica de literatura medieval, Grenade : Universidad de Granada, I, 1995, p. 13-30.

Pilar Díez de Revenga Torres, « La Historia de la doncella Teodor : variaciones sobre un mismo tema », Cahiers de Linguistique hispanique médiévale, 1998, 22, p. 105-118. Accessible par le portail Persée : https://www.persee.fr/doc/cehm_0396-9045_1998_num_22_1_889

Emily Francomano, « ¿ Qué dizes de las mugeres ? : Doncella Teodor as the Conclusion of Bocados de Oro », La Corónica, 30 (1) (automne 2001), p. 87-110.

Francisco Rodríguez Adrados, Modelos griegos de la sabiduría castellana y europea, Madrid : RAE, 2001.

Olga Weijers, La ‘disputatio’ dans les Facultés des arts au Moyen Âge, Turnhout : éd. Brepols, 2002.

Laurence Moulinier-Brogi, « Esthétique et soins du corps dans les traités médicaux latins à la fin du Moyen Âge », Médiévales, 46, printemps 2004, p. 55-72.

Ana I. Benito, De madres, sabias y amantes : la construcción cultural de la mujer judía y musulmana en la literatura castellana medieval, thèse soutenue à l’université Purdue Fort Wayne, Indiana, département d’espagnol et de portugais, 2004, 358 p. [chap. II : comparaison entre Doncella Teodor et l’exemple 50 du Conde Lucanor, notamment]. En ligne  : file:///C:/Users/Sophie/Downloads/Tesis-AnaBenito-Completa.pdf

Julián González-Barrera, « La historia de la doncella Teodor : una invención greco-bizantina, un cuento de Las mil y una noches y, finalmente, un pliego de cordel », Boletín Hispánico Helvético, 8, 2006, p. 5-33. En ligne sur : file:///C:/Users/Sophie/Downloads/01-Glez-Barrera-final.pdf

Damien Boquet, Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris : Seuil, 2015.

Histoire des émotions sous la dir. d’Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, 3 vol., t. 1 De l’antiquité aux Lumières, Paris : Seuil, octobre 2016.

Haut de page

Annexe

Tableaux annexes

Tableau 1. Les variantes onomastiques, topographiques et narratives dans les récits-cadres

Manuscrit « g » Imprimés P (1526) et M (1540)
Lieu intrigue Babilonia reinos de Túnez
Le marchand 1 mercador [sans nom] muy rrico e bueno e muy linpio e oraçionero en las çinco oraçiones e fasedor de bondades a los menesterosos e a las viudas. E avía muchos algos e thenía muchos hermanos e muchos parientes e non avía fijo nin fija natural de las partes de Ungría
Jeune fille Donzella
« a mí disen Teodor »
doncella cristiana que era de las partes de España… al moro que la traía… devía ser fijadalgo
Prix d’achat muchas doblas e muchos florines
Le marchand 2 Mahomad [ami marchand 1] tendero un moro que se lIamava Mahoma
achats afeytamientos para muger e nobles vestiduras
fermosas vestiduras e fermosos afeytamientos
(ou nobles…)
Lieu d’achat alcaçeria de los boticarios
Le roi et la cour Abomelique Almanzor
Var « a » : Almancorre
rey Miramamolín Almançor… presente está con toda su cavallería y nobles hombres de la su real corte
Palais royal subit conmigo al alcáçeria del rrey alcáçar del rrey pidieron liçencia que entrasen al rrey. E el rrey mandó que entrasen al alcácar… El portero le abrió luego la puerta… la cámara donde estava el Rey… humillándose a él
Prix demandé puis négocié avec le roi diez mill doblas de buen oro fino
diez mill doblas de buen oro bermejo
diez mil doblas de buen oro bermejo
Prix extorqué au 3sage diez mill doblas de buen oro bermejo

Tableau 2. Les savoirs dont se prévaut Tawaddud/Teodor

Mille et une nuits Manuscrit « g » Imprimé M (1540)
Gramática, poesía, derecho, exégesis, lexicología, música, ciencia de la división de herencias, contabilidad, geometría y la historia fabulosa de los antiguos tiempos. Conozco también el Alcorán y le he estudiado por el método de las siete lecturas, de las diez y de las catorce. Conozco el número de sus versículos, de sus secciones y partes cuartas, mitades, octavas y décimas, el número de las prosternaciones que contiene y el de sus letras. Sé también cuáles son los textos derogantes y los derogados, qué capítulos son de Medina y cuáles de la Meca, y las circunstancias de la revelación divina. Conozco igualmente las tradiciones del Profeta por razón y autoridad, y distingo las que ascienden hasta el Profeta de las que están interrumpidas. También he estudiado las ciencias matemáticas y la filosofía peripatética, la lógica, la retórica y la elocuencia. He aprendido de memoria muchos saberes y he escrito poesía. Sé tañer el laúd y conozco el arte del canto. En suma, he llegado en todos los conocimientos humanos a un grado a que sólo llegan los más eximios sabios. Señor, yo aprendí la ley e el libro e aprendí más los quatro vientos e las syete planetas e las estrellas e las leyes e los mandamientos e el traslado, e los prometimientos de Dios e las cosas que crió en los çielos. E aprendí las fablas de las aves e de las animalias e la física, e la filosofía, e la lógica e las cosas provadas. Señor Rey, vos devéis saber que el primer saber que yo deprendí fue todas las siete artes liberales y la arte de astrología y las propiedades de las piedra, y de las aguas, y de las yerbas y de las propiedades que tienen todas las maneras de animalias o aves que Nuestro Señor crió en el mundo.
E aprendí más el juego del axedrés. E aprendí tañer laúd e canon e las treynta trobas, e aprendí las buenas costumbres de leyes. E aprendí baylar e cantar e sotar, e aprendí texer paños de peso, e aprendí labrar paños de seda, e aprendí labrar de oro e de plata e de todas las artes e cosas nobles E sé la música, cantar y tañer más que ninguna persona deste mundo.

Tableau 3. Les caractéristiques des trois sages et les questions posées à Teodor

S.

Manuscrit « g »

Imprimés de 1526/28 et 1540

No 1 Físico [1er interrogatoire] el uno era muy gran sabidor en todas las leyes y en todos los mandamientos de Dios
Régime de santé = fleurs, fruits (usage médical), saignée, causes du vieillissement prématuré, bains, types de viandes, activité sexuelle avec une femme, âges des femmes, signes de beauté des femmes (question posée mais pas de réponse) Création céleste, astres, signes rapportés à leurs mois et leurs propriétés et pouvoirs sur les parties des corps, signe après signe et mois après mois (chap. III)
No 1 bis Físyco [2interrogatoire, après celui du juge]
Complexion (confaçión) humaine et humeurs, quatre éléments, quatre saisons 18 signes de beauté chez les femmes
N° 2 Alfaquí
el alfaquí, sabidor de justiçias et de leyes el alfaquí, sabidor de las leyes e del libro
el otro era muy gran sabidor y gran letrado en sciencia de la lógica y de la cirurgía, y era muy gran astrólogo y filósofo, y en todas las artes era muy entendido y conoscía bien las naturalezas y cosas deste mundo, y sabía obrar de todas cosas
Création du monde par Dieu, jugement et commandements divins
[coupure]
sept ciels et étoiles, douze signes astrologiques
[coupure]
état de chasteté nécessaire à la prière
Signes et mois bons pour les purges et saignées
Âges des femmes (20, 30, 40, 50, 60, 70 et 80 ans)
18 éléments nécessaires à la femme pour être belle
(chap. IV)
No 3 Trovador Abrahén
Var « a » : Abray Alfatas
Abrahán, el trobador y maestro en la música
el judío
El tercero era sabidor en la filosofía y en gramática y en lógica, y era maestro en todas las siete artes liberales
Série de devinettes ou énigmes morales de nature comparative (8 + 5 + 1)
8 : ce qui pèse le plus, ce qui est le plus rapide, le plus aiguisé, le plus ardent, le plus doux, la douleur sans médecine…
5 : 5 types de plaisirs + ou – durables
1 : identifier un « oiseau » montagnard à huit parties qui sont aussi propres aux grands animaux (= la cigale)
58 questions naturalistes ou philosophiques : ce qui pèse le plus, ce qui est le plus aiguisé, le plus rapide, le plus ardent, le plus doux, le plus amer, qu’est-ce que la maladie incurable, la dette jamais remboursée, ce qui est plus dur que l’acier ; l’activité la plus délicieuse quand on dispose d’une heure (le sexe !), un jour, une semaine, un mois ;
Quel oiseau montagnard a huit parties qui sont aussi propres aux grands animaux (= la sauterelle)
Qu’est-ce que l’homme, la femme, le sommeil, qui mourut sans être né, de quoi l’homme ne peut se rassasier, qu’est-ce qu’un jeune, un vieux, une chose peu sûre, la chose la plus sûre, de combien de façon mentent les hommes, qui a donné un nom à toutes les créatures, etc. (série de questions sur l’Ancien Testament essentiellement, mais aussi la littérature et l’histoire), questions de nouveau morales, les péchés, le meilleur jour de la semaine, la condition de l’homme (chap. VI)
No 4 Ø Questions du roi à Teodor
Uniquement dans M (Saragosse, chap. VIII)
Vertus de la pénitence
Vertus liées au suivi de la messe
Le pire jour de la création (Jugement dernier)
Le meilleur état pour faire son salut (mariage)

Sources et bibliographie commentées

Sources manuscrites et premières éditions du xvie siècle

Manuscrits arabo-ibériques

  • Real Academia de la Historia Gayangos 71 (ms cité par M. Menéndez Pelayo, mais pas édité)
  • Escuela de Estudios Árabes de Granada (voir éd. ci-dessous, J. Vásquez Ruiz)

Manuscrits castillans du xve siècle

  • texte associé aux Bocados de oro :
    • « h » (Escorial h-III-6, fol. 119v-124v)
    • « g » (BN Madrid 17853, fol. 112r-117r)
    • « p » (BN Madrid 17822, fol. 116v-122v)
    • « m » (Université de Salamanque ms 1866, fol. 91v-96v)

Suivi d’un compendium chronologique lui-même daté du 4 février 1433.

  • texte associé à Libro del conoscimiento de todos los rregnos y señorios
    • « a » (BN Madrid 9055), fragments.

Éditions incunables et imprimés début xvie siècle

  • B (Biblioteca central de Barcelone, Inc. 7), attribué par Mettmann à l’imprimerie de Pedro Hagenbach à Tolède, 1498 (16 folios) ; datée depuis 1500-1503.
  • G (Biblioteca de don Bartholomé March A/7/5/23), attribuée aux presses sévillanes de Juan Varela de Salamanca, v. 1516-1520.
  • P (British Library C.63.b.15), Séville, Jacobo Cromberger, entre 1526-1528 => ses dérivées :
    • {3} Medina del Campo, Pierre Touvans, 1533 (pas d’exemplaire conservé)
    • {4} s.d., autour de 1535 (id.)
    • Q (British Library C.39.e.8), Séville, Domenico de Robertis, 1543.
    • R (Univeristätsbibliothek Heidelberg D 6926), Séville, Juan Cromberger, 1545
    • S (Staatsbibliothek Munich Po.hisp. 47), Burgos, Juan de Junta, 1554
    • T (Vienne, Bibliothèque impériale 93 F 91), Ségovie, s. a.
  • M (Madrid, BN R/10.688), Saragosse, Juana Milián veuve de Pedro Hardoyn, 1540.

Éditions des sources arabes, castillanes, et imprimés (dans l’ordre chronologique)

  • Hermann Knust, Capítulo que fabla de los enxenplos e castigos de Teodor, la donsella, dans Mitteilungen aus dem Eskurial, Tübingen : Bibliothek des Litterarischen Vereins in Stuttgart 141, 1879, p. 507-517.

= édition du manuscrit « h » avec des variantes prises sur « g », « p » et « a ».

  • J. Vázquez Ruiz, « Una nueva versión arabe del Cuento de la Doncella Teodor », Miscelánea de Estudios Árabes y Hebreos, I, 1952, p. 149-153 (présentation seulement).
  • Id., « Una versión en árabe granadino del Cuento de la Doncella Teodor », Proemio, II, 1971, p. 331-365 (texte édité p. 336-365).
  • Walter Mettmann, « La historia de la donzella Teodor. Ein spanisches Volksbuch arabischen Ursprungs ; Untersuchung und kritische Ausgabe der ältesten bekannten Fassungen, Deutsch und Italienisch [Les origines arabes d’un manuel espagnol. Examen et édition critique des plus anciennes versions allemandes et italiennes] », Akademie der Wissenschaften und der Literatur, III, 1962, p. 74-173.

= édite tous les manuscrits ibériques, sur la base de « m », p. 146-155 + transcription de l’imprimé B (Tolède, Pedro Hagenbach, v. 1500-1503) et présente les manuscrits « m » et « a » dans ses appendices. Attention, il réarrange le manuscrit « m » pour la liste des sages.

  • Nieves Baranda et Víctor Infantes, Narrativa popular de la Edad Media. La Doncella Teodor, Flores y Blancaflor, París y Viana, Madrid : Akal Nuestros clásicos, 1995 (introduction surtout p. 10-20). = transcription intégrale de l’imprimé P (Séville, Jacobo Cromberger, v. 1526-28, 16 fol.), corrigé par G (et extraits de G cités en note) et B pour les lacunes du premier (textes appartenant à la même famille par comparaison avec M).
  • Margaret R. Parker (éd.), The story of a story across cultures. The case of the “Doncella Teodor”, Londres : Tamesis, 1996 (introduction p. 1-32 ; transcription de plusieurs versions anciennes, modernes et brésilienne p. 33-102 = transcription intégrale du ms « g » p. 33-38 ; édition de l’imprimé M (Saragosse 1540) p. 43-60 ; étude p. 103-138.
  • Historia de la Donzella Teodor. Edition and study, Isidro J. Rivera et Donna M. Rogers (éd.), New York : Binghamton University, Center for Medieval and Renaissance Studies, 2000 (introduction p. V-XXXII), édition critique des textes de : Biblioteca de Catalunya Inc. 7 p. 33 ; Universidad de Salamanca Library MS 1866 p. 71 ; BNM 9055 p. 85 ; BNM 17822 p. 91 ; BNM 17853 p. 109 ; Escorial h-III-6 p. 125 ; et BNM Incunable R 10688 p. 133 + édition des imprimés B (Saragosse, v. 1500) et M (Saragosse 1540).
Haut de page

Notes

1 En dehors des références aux éditions, citées infra, les études sur la « sage demoiselle » se sont multipliées ces trente dernières années. Citons, dans l’ordre chronologique : Maria Jesús Lacarra, « El tipo de la doncella sabia, ejemplificado con la Historia de la doncella Teodor », in : La mujer en la literatura hispánica de la Edad media y el Siglo de Oro, Amsterdam/Atlanta : Rodopi, 1993, p. 11-21 ; Claude Bremond et Bernard Darbord, « Tawadudd et Teodor : les enjeux ludiques du savoir », in : Michelangelo Picone (dir.), L’Enciclopedismo Medievale, Ravenne : Longo Editores, 1994, p. 253-273 ; Pino Valero Cuadra, « El mito literario medieval de la mujer sabia : la doncella Teodor », in : Las sabias mujeres : educación, saber y autoría (siglos iii-xvii), Madrid : Asociación Cultural Al-Mudayna, 1994, p. 147-154 ; Id., La doncella Teodor. Un cuento hispanoárabe, Alicante : Instituto de Cultura Juan Gil-Albert y Diputación provincial de Alicante, 1996 ; Bernard Darbord, « La tradición del saber en la Doncella Teodor », in : Juan Paredes (coord.), Medioevo y literatura, actas del V congreso de la asociación hispánica de literatura medieval, Grenade : Universidad de Granada, I, 1995, p. 13-30 ; Pilar Díez de Revenga Torres, « La Historia de la doncella Teodor : variaciones sobre un mismo tema », Cahiers de lingusitique hispanique médiévale, 1998, 22, p. 105-118. Accessible par le portail Persée : https://www.persee.fr/doc/cehm_0396-9045_1998_num_22_1_889 ; Ana I. Benito, De madres, sabias y amantes : la construcción cultural de la mujer judía y musulmana en la literatura castellana medieval, thèse soutenue à l’université Purdue Fort Wayne, Indiana, département d’espagnol et de portugais, 2004, 358 p.

2 C’est la partie la plus connue du récit : la jeune fille parie avec le sage que celui des deux qui perdra devra se dépouiller entièrement de ses vêtements. Sûr de son savoir, le dernier sage parie orgueilleusement et sans sourciller, mais il est évidemment vaincu, et honteux de devoir se présenter devant le roi en tenue d’Adam, il offre à la rusée jeune fille une petite fortune pour « racheter » au moins ses braies… fortune qui permettra au maître et à son esclave, désormais affranchie, de mener des jours heureux après leur mariage !

3 La Doncella Teodor se démarque cependant des autres récits sapientiels contemporains par la minceur du récit-cadre, réduit à presque rien, i.e. à la mise en place des protagonistes (de plus en plus étoffée dans les versions imprimées) ; en outre, le texte même n’inclut pas de fables, contes ou apologues annexes, mais uniquement le très long « débat » qui oppose l’héroïne aux savants de la cour.

4 L’adab désigne à la fois la bonne éducation (qui inclut la récitation d’anecdotes et d’histoires de type contes), la littérature en général, mais c’est aussi tout ce qui fait l’honnête homme. La littérature ibérique sapientielle du xiiie siècle émane le plus souvent du monde oriental et/ou indien, à l’instar du Calila et Dimna ou du Sendebar.

5 Sur les origines grecques ou les analogies avec le monde grec, y compris avec le personnage de Catherine d’Alexandrie, voir Francisco Rodríguez Adrados, Modelos griegos de la sabiduría castellana y europea, Madrid : RAE, 2001 ; et Julián González-Barrera, « La historia de la doncella Teodor : una invención greco-bizantina, un cuento de Las mil y una noches y, finalmente, un pliego de cordel », Boletín Hispánico Helvético, 8, 2006, p. 5-33. En ligne sur : file:///C:/Users/Sophie/Downloads/01-Glez-Barrera-final.pdf

6 Margaret R. Parker (éd.), The story of a story across cultures. The case of the ‘Doncella Teodor’, Londres : Tamesis, 1996 ; Nieves Baranda et Víctor Infantes, « Post Mettmann. Variantes textuales y transmisión editorial de la Historia de la donzella Teodor », La Corónica, 222, 1993-1994, p. 61-88 ; Historia de la Donzella Teodor. Edition and study, Isidro J. Rivera et Donna M. Rogers (éd. scientifiques), New York : Binghamton University, Center for Medieval and Renaissance Studies, 2000.

7 Le processus est le même que celui qui conduit le Sirr al-Azrar pseudo-aristotélicien en Castille (traduit deux fois : Poridad de poridades et Secreto de los Secretos) ; ce texte n’est pas sans entretenir certains rapports avec Teodor, dans les parties médicales, les régimes de santé. Pour le processus de transmission entre le Alf Layla wa Layla (Livre des Mille et une nuits arabe) et le récit castillan, voir M. R. Parker, p. cit., p. IX et p. 1, p. 14-21, puis p. 21-28.

8 La première traduction occidentale est celle d’Antoine Galand (Les mille et une Nuits, contes arabes traduits en françois, Paris, 1704) ; mais les contes remontent évidemment bien plus tôt dans le temps. Maqqārī (m. 1632) confirme que ces contes circulaient depuis longtemps en Espagne. On sait que Calderon (m. 1681) s’inspira de l’un d’eux dans La vida es sueño (conte n° 66). Voir M. R. Parker, op. cit., p. 14-21; et Ch. Pellat, « Alf Layla Wa Layla », Encyclopædia Iranica, I/8, 1985, p. 831-835 ; mis en ligne en 2011; version plus récente (2014) sur : http://www.iranicaonline.org/articles/alf-layla-wa-layla

9 Je n’ai malheureusement pu consulter qu’une traduction castillane très partielle, celle donnée par Ménendez Pelayo, assortie de quelques délicieux jugements de valeur que je ne résiste pas au plaisir de citer : « El cuento, como se ve, pertenece a la parte enteramente árabe o musulmana de Las Mil y Una Noches, que suele ser la menos ingeniosa y divertida. La invención es pobrísima y el fondo se reduce a un alarde pedantesco de todo lo que el vulgo árabe tenía por ciencia. Pero el tipo de la resabida doncella Teodor (caso fulminante de feminismo) resulta, contra el propósito del autor, cómico por todo extremo, y tan contemporáneo nuestro como del espléndido Califa Harún Arraxid. » Marcelino Menéndez y Pelayo, « La doncella Teodor (un cuento de Las mil y una noches, un libro de cordel y una comedia de Lope de Vega) », in : Homenaje a D. Francisco Cordera, Saragosse : M. Escar, 1904, p. 483-511 ; rééd. dans Estudios y discursos de crítica histórica y literaria, Madrid : CSIC, 1941, I, p. 219-254. La version des Nuits a été étudiée plus sérieusement par Claudine Gerresch, « Un récit des Mille et une nuits : Tawaddud, petite encyclopédie de l’Islam médiéval », Bulletin de l’Institut Français d’Afrique noire, séries B. 35-1, 1973, p. 57-175 ; et André Miquel, « Tawaddud la servante », in : Sept contes des Mille et une Nuits, Paris : Sindibad, 1980, p. 13-49.

10 La première mention de cette collection apparaît dans les Prairies d’or de Mas’ūdī (m. 956 : je donne ici les dates selon l’ère chrétienne uniquement) qui se réfère à une série d’histoires — fausses, dit-il — transcrites du persan, du sanskrit et du grec, et mémorisées et récitées par les Arabes ; elles racontent l’histoire d’un roi, son vizir, la fille de celui-ci Šīrāzād, et son esclave Dīnāzād.

11 Bayard Dodge, The Fihrist of al-Nadim, a tenth century survey of Muslim culture, New York : Columbia University Press, 1970.

12 Même si la critique continue à discuter de l’origine exacte de ces contes (certains les pensent plutôt d’origine grecque, et même en relation avec la figure de Catherine d’Alexandrie, voir note supra), ils semblent être provenus au monde arabe par l’intermédiaire de l’Iran de l’époque sassanide : les noms des principaux personnages du récit-cadre sont en effet iraniens.

13 M. R. Parker, op. cit., p. 2-6. Le manuscrit découvert par Pascual de Gayangos se trouve aujourd’hui à la Real Academia de la Historia, à Madrid (cote RAH Gayangos 71). Voir aussi Nieves Baranda et Víctor Infantes, Narrativa popular de la Edad Media. La Doncella Teodor, Flores y Blancaflor, París y Viana, Madrid : Akal (Nuestros clásicos), 1995, p. 12-13. Jāriya signifie à la fois jeune fille, servante et esclave.

14 Le codex de Grenade a été étudié et édité par J. Vázquez Ruiz, « Una nueva versión arabe del Cuento de la Doncella Teodor », Miscelánea de Estudios Árabes y Hebreos, 1, 1952, p. 149-153 (présentation seulement) ; id., « Una versión en árabe granadino del Cuento de la Doncella Teodor », Proemio, 2, 1971, p. 331-365 (texte édité p. 336-365).

15 Dans les versions arabes, Tawaddud/Tūdūr est la propriété d’un riche marchand dont hérite à sa mort son seul fils, Abu al-Husn dans la version des Nuits (Tawaddud) et dans la version de Grenade ; le personnage du fils n’apparaît pas dans la version éditée par Gayangos (Tūdūr). La question du fameux pari est présentée aussi différemment dans les versions arabes : dans la version Tawaddud, le pari est mentionné pour chacun des sages interrogateurs, qui, une fois vaincus, doivent abandonner turban et vêtements ; ainsi, lorsqu’elle vainc son opposant au jeu de table, alors que le malheureux devrait lui remettre son pantalon, elle accepte de le lui laisser, mais gagne en contrepartie des vêtements de velours et de brocard, et mille pièces d’or. La version castillane « réserve » le pari à la seule opposition entre Teodor et le Juif Abrahén. Enfin, concernant la conclusion de l’histoire, dans la version Tawaddud, le calife paye le prix demandé au fils du marchand, et offre à Tawaddud d’accomplir tous ses vœux, mais elle désire seulement retourner auprès de son maître. Le calife en fait son échanson grassement payé, et la jeune fille et le marchand vécurent désormais fort heureux. Dans la version Tūdūr, là aussi, la jeune fille choisit de rester avec son maître, à qui le calife paye plus que la somme en jeu au départ. La principale divergence narrative se trouve dans la version de Grenade : à la fin l’émir refuse de rendre la jeune fille à son maître et la place dans son propre harem, puis ému par sa tristesse il finit par la lui renvoyer avec dix boîtes en ivoire remplies chacune de 10 000 dinars, une mule et une servante.

16 Dans les versions arabes, l’histoire se déroule à Bagdad, transposée en Babylone dans les versions castillanes manuscrites, Tunis dans la version imprimée M de 1540. Le calife ou émir arabe est devenu dans les manuscrits castillans le roi Abomelique Almanzor, peut-être s’agit-il du sultan égyptien al-Mansur (1279-90) ce qui renverrait à un passage ou une réécriture du texte dans un contexte égyptien ; ou bien s’agit-il plus vraisemblablement, dans un contexte ibérique, d’al-Mansour de Cordoue qui ravagea Léon et Santiago à la fin du xe – début xie siècle. Abomelique est la contraction castillane pour ab-malik (père/roi). Dans la version imprimée de 1540 (M), le roi devient le Miramamolín, déformation castillane du titre arabe signifiant « commandeur des croyants ».

17 Manuscrits dits « h » (Escorial h III 6), « g » (BN Madrid 17853), « p » (BN Madrid 17822), et « m » (Université de Salamanque ms 1866), plus « a » (BN Madrid 9055) qui ne comprend que des fragments. Tous sont de toute façon lacunaires. Dans le ms « m », l’histoire de Teodor est suivi d’un compendium chronologique lui-même daté du 4 février 1433 mais il n’est pas sûr que la date s’applique à l’ensemble de la compilation. Hermann Knust a édité le ms « h » en 1879, avec des variantes prises sur « g », « p » et « a » : Hermann Knust, Capítulo que fabla de los enxenplos e castigos de Teodor, la donsella, in : Mitteilungen aus dem Eskurial, Tübingen : Bibliothek des Litterarischen Vereins in Stuttgart 141, 1879, p. 507-517. Walter Mettmann a reconstitué (p. 94-97) le stemma des 4 manuscrits voisins (m, g, p, et h) qui doivent avoir une origine commune, un archétype comportant des fautes reproduites par les 4 manuscrits (p. ex., les erreurs dans les questions du médecin). Le manuscrit « p » est complet, de bonne facture, avec peu d’erreurs. Le manuscrit « m » est aussi de bonne facture et comporte le moins d’erreurs. En outre, m, g et p semblent venir d’un scriptorium aux mêmes caractéristiques, tandis que « h » fut sans doute composé ailleurs, et présente certaines variantes par rapport aux trois autres, même si la composition est tout aussi soignée. Le manuscrit « a », quant à lui, diverge notablement des quatre autres ; il se termine par une allusion à la mort du roi Jean II en 1454. Walter Mettmann, « La historia de la donzella Teodor. Ein spanisches Volksbuch arabischen Ursprungs ; Untersuchung und kritische Ausgabe der ältesten bekannten Fassungen, Deutsch und Italienisch [Les origines arabes d’un manuel espagnol. Examen et édition critique des plus anciennes versions allemandes et italiennes] », Akademie der Wissenschaften und der Literatur, 3, 1962, p. 74-173.

18 Les Bocados sont la traduction en castillan d’un autre texte arabe, le Mukhtār al hikam, également réalisée à la cour d’Alphonse X. Il s’agit d’une série de vies et surtout de dichos de sages antiques. Sur la relation entre les Bocados et Teodor, voir l’édition de M. Crombach, Bocados de oro. Kritische Augsgabe des altspanischen Textes, Bonn : Romanisches Seminar der Universität, 1971, p. XXIII-XXIV. Voir aussi Emily Francomano, « ¿ Qué dizes de las mugeres ? : Doncella Teodor as the Conclusion of Bocados de Oro », La Corónica, 30 (1) (automne 2001), p. 87-110.

19 La comparaison des deux ou trois versions arabes avec la structure narrative de la version castillane témoigne que le traducteur espagnol connaît essentiellement la deuxième (Tūdūr) car il y manque presque tous les éléments propres à la version Tawaddud (le fils du marchand, le luth, les jeux etc.). En revanche le texte castillan a étonnamment repris à la version Tawaddud les questions du médecin sur la beauté des femmes. Le castillan semble donc avoir mêlé les deux versions.

20 Ces premières versions imprimées ont nourri le récit et les questions en y incluant tout un matériel venant de la littérature d’almanachs et de calendriers populaires, par exemple le Repertorio de los tiempos d’Andrés de Li, dont les premières versions incunables datent de 1492, pour les questions sur les labeurs des champs. N. Baranda et V. Infantes, Narrativa popular de la Edad Media…, p. 13.

21 N. Baranda et V. Infantes, Narrativa popular de la Edad Media…, p. 15.

22 Ces questions semblent avoir été empruntées à l’Infante Epitus, édité la même année à Burgos après d’autres éditions antérieures (1528 et 1535). Ce dernier traité connu par trois manuscrits médiévaux — outre les imprimés — a été étudié par W. Suchier, L’enfant sage. Das gespräch des kaisers Hadrian mit dem klugen kinde Epitus, Dresde : Max Miemeyer, 1910 ; et id. avec L.W. Daly, Altercatio Hadrian Augusti et Epicteti Philosophi, Urbana : University of Illinois Press, 1939.

23 Pour la présentation et les évolutions de ces éditions tardives, N. Baranda et V. Infantes, Narrativa popular de la Edad Media…, p. 16 et 19.

24 Le récit-cadre des imprimés est à peu près le même que celui des manuscrits, mais les remanieurs ont ajouté quelques détails narratifs : les biens du marchand se sont perdus dans une tempête, et il se lamente sur ses péchés qui lui ont valu cette disgrâce, par exemple. Les remanieurs semblent avoir voulu faire évoluer le récit vers une nouvelle aux éléments discursifs plus prégnants.

25 Olga WeijersLa ‘disputatio’ dans les Facultés des arts au Moyen Âge, Turnhout : Brepols, 2002.

26 Dans les versions manuscrites, le maître est ruiné mais s’adresse à l’un de ses amis, Mahomad, qui lui procure le tout.

27 Sur l’esthétique et l’art de la séduction : Marta Haro, « Erotismo y arte amatoria en el discurso médico de la Historia de la doncella Teodor », Revista de Literatura Medieval, 5, 1993, p. 113-125. Pour les discours sur la beauté féminine en Occident, voir notamment Les soins de beauté. Moyen Âge – Temps modernes, actes du colloque de Grasse (avril 1985), éd. Denis Menjot, Nice, 1987 ; Laurence Moulinier-Brogi, « Esthétique et soins du corps dans les traités médicaux latins à la fin du Moyen Âge », Médiévales, 46, printemps 2004, p. 55-72.

28 Dans la version Tawaddud, le calife convoque non seulement des savants, mais aussi des joueurs d’échecs et d’autres jeux de table (de type backgammon), et là encore la jeune fille les bat, même en leur ayant laissé l’avantage. Enfin, le calife lui demande de montrer ses capacités au luth et au chant, charmant l’assemblée. Sur ce plan, la littérature courtoise occidentale recommande aussi aux jeunes filles aristocratiques l’apprentissage de ces capacités ludiques afin de charmer leur auditoire.

29 Jean-Claude Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris : Gallimard, 1990.

30 Sur la notion et l’expression de la honte pudique : Damien Boquet, Piroska NagySensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris : Seuil, 2015 ; et Histoire des émotions sous la dir. d’Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, 3 vol., t. 1 De l’antiquité aux Lumières, Paris : Seuil, octobre 2016.

31 La gestuelle était parfois encore plus dynamique dans les versions arabes : ainsi, quand l’astronome lui demande s’il pleuvra durant le mois à venir, elle se tait longuement puis demande une épée pour trancher la tête de son examinateur, un horrible infidèle, puisque seul Allah Tout-Puissant connaît la réponse. Il va de soi qu’on ne lui donne pas l’épée en question. Mais les textes chrétiens ont même complètement supprimé cette mention, sans doute trop contradictoire avec les stéréotypes sur la femme soumise dans le monde chrétien (encore qu’il faille être très prudent concernant ceux-ci).

32 Les versions arabes soulignent d’abord l’excellence de son éducation dans tous les domaines, la loi islamique, l’exégèse coranique, la jurisprudence, le langage, la grammaire, la philosophie et la rhétorique, le calcul, la médecine, et l’astronomie (plus la calligraphie, la voie des soufis, les jeux de table et d’échecs, et même les arts du métal et de la soie dans la version Tūdūr). Il reste bien peu de choses en fait de ces savoirs dans la version castillane. Voir tableau synthétique ci-dessous, et en annexes, tableau 2, la liste des savoirs dont se prévaut la jeune fille lorsque l’émir/le roi veut savoir ce qui justifie le prix de 10 000 doubles d’or qu’exige le marchand.

33 On l’a souligné plus haut, les imprimés du xvie siècle introduisent des motifs nouveaux en éliminant d’autres thèmes, comme l’ars amandi, l’agriculture ou l’astrologie.

34 Ménendez Pelayo, op. cit., les évoque avec sa « verve » très personnelle : « Bajo otro aspecto, que pudiéramos decir de pedagogía popular, tienen interés las preguntas y respuestas del examen de Teodor. El enigma es una de las formas primitivas y constantes del Folklore, o saber del pueblo, y el ejercicio de proponerlos y resolverlos se remonta a la mayor antigüedad, especialmente en la raza semítica. ¿Quién no recuerda el capitulo X del libro III de los Reyes, donde se relata cómo la Reina de Saba, noticiosa por fama de la sabiduría de Salomón, fué a probarle o tantearle en enigmas, y entró en Jerusalén con gran comitiva, e inestimables riquezas, con camellos cargados de aromas, oro y piedras preciosas, y propuso a Salomón sus problemas sin que hubiera ninguno a que el sabio Rey no contestara?  La doncella Teodor parece una caricatura de esta sabia y discreta Reina, a quien los árabes llamaron Balkis, y de la cual fantasearon portentosas historias de amores con Salomón, no sin que algún malicioso supusiera que su hermosura estaba afeada por un pie de cabra. ».

35 El filósofo Segundo ou El Capítulo de Segundo filósofo relate – dans son récit-cadre – que le philosophe Segundo est envoyé à Athènes où il reçoit le grade de maître, et apprend qu’il n’existe pas une seule femme chaste. Il rentre dans sa patrie en secret, et met à l’épreuve sa propre mère qui faillit. Lorsqu’elle apprend la vérité, elle en meurt. Segundo s’impose de garder le silence pour le restant de ses jours et revient en Grèce. Plus tard, l’empereur Hadrien, ayant été informé de sa sagesse, le fait mander à sa cour. Segundo obéit mais ne rompt pas son vœu de silence. L’empereur tente de mettre à l’épreuve sa fermeté d’âme en prétendant qu’il va le tuer s’il ne parle pas. Finalement, admirant sa persévérance, Hadrien lui demande de répondre à ses questions en écrivant sur une tablette. La 3e partie présente leur dialogue à la fois oral et écrit. Le récit a été transmis à l’Occident par deux branches : l’orientale qui amplifie le récit-cadre narratif et le nombre de questions, et l’occidentale qui est fondée sur la traduction latine de Willelmus, abbé de Saint-Denis (xiie siècle). L’histoire de Segundo est largement reproduite dans la Crónical general d’Alphonse X.

36 Adrián y Epitus ou Diálogo de Epicteto y el emperador Adriano est d’origine grecque, même si la version castillane provient d’une traduction latine (Adrianus et Epictetus) et non pas arabe. Luvre comprend 133 questions, structurées ainsi par Fernando Gómez Redondo : {7-24} Dieu et l’homme, la création du monde ; {25-39} définition de la nature du péché et moyens de l’éviter ; {40-51} réalités mondaines ; {52-70} questions sur la Bible ; {71-95} la nature, ses éléments, ses propriétés ; {96-133} retour approfondi à l’Écriture sainte. Fernando Gómez Redondo, Historia de la prosa medieval castellana, vol. I: La creación del discurso prosístico: el entramado cortesano, Madrid : Cátedra, 1998, p. 476-479. Pour l’édition, voir Hugo Óscar Bizzarri, Diálogo de Epicteto y el emperador Adriano, Francfort : Vervuet, 1995, p. 53-129 pour les textes médiévaux. L’incorporation de questions/réponses venant de l’Epitus dans le manuscrit M (1540) ne transforme pas radicalement la logique discursive maïeutique de l’œuvre.

37 Dans la version des Nuits, Tawaddud est interrogée une première fois sur tous les sujets, et elle répond si bien aux questions que le calife convoque une nouvelle série de sages venus de Basra (Bassorah), notamment Ibrahim bin Siyyar ; après avoir épuisé les quatre premiers examinateurs, la jeune fille pose à son tour des questions aux sages, qui ne parviennent pas à lui répondre. Les 6e et 7e examinateurs (le dernier est Ibrahim) lui posent des devinettes, notamment sur des questions poétiques. Dans la version Tūdūr, le faqīh (juge) de Bassorah s’est aussi joint aux sages et c’est le faqīh qui attaque l’interrogatoire par une longue série de questions sur le Coran ; le 3e examinateur, spécialiste du langage, essaye de la piéger en posant des questions hétérodoxes, mais elle s’en sort haut la main. Le 4e est le médecin, qui tente de l’embarrasser par des questions sur la sexualité, mais elle finit par répondre avec l’aide d’Allah. Le 5e, l’astronome essaye aussi de la piéger avec la question sur la pluie puis l’interroge sur l’algèbre, et c’est là seulement qu’intervient le pari sur les vêtements. Le 6e est le philosophe, et la jeune fille répond en justifiant ses arguments par des citations coraniques. Le philosophe en perd son turban. Le 7e, l’arrogant Ibrahim, l’abreuve de devinettes, sur des sujets variés dont notamment la poésie.

38 Le manuscrit « a » commence avec l’alfaquí mais Teodor répond à une question qui n’apparaît pas dans le manuscrit, expliquant que l’on va en pèlerinage à Jérusalem, Rome et Santiago. La question sous-jacente était, là encore, inconnue dans les versions arabes.

39 Questions et réponses renvoient à la pensée ou à la théologie musulmane, de toute évidence, notamment dans la dernière réponse (tenez votre corps propre et lavez-le : mundat el cuerpo e alinpiadlo renvoyant aux ablutions rituelles). Il s’agit donc bien de décrire des obligations rituelles dans l’Islam.

40 Ses réponses sont clairement inspirées par les théories physiognomoniques, et il faudrait examiner un par un les critères de beauté énoncés pour les faire correspondre aux savoirs physiognomoniques grecs et arabes. Le plus étonnant est qu’aux dix-huit signes annoncés (6 subdivisés en 3 à chaque fois), in fine Teodor ajoute trois nouveaux signes qui ne sont plus physiques mais moraux (plaisante à son époux, adjuvante de celui-ci) et concernent enfin son âge.

41 Le tableau ci-dessous montre cependant que le jeu de questions/réponses n’est pas parfaitement symétrique, mais il me semble que cela tient avant tout à la transmission manuscrite imparfaite, ou à la traduction des sources arabes qui a introduit des distorsions et des lacunes ; ainsi, on constate que Teodor ne répond pas en apparence à deux des questions d’Abrahén, et en revanche, elle ajoute trois réponses pour lesquelles on n’a pas de questions (du moins dans la version du manuscrit « g » éditée par Margaret R. Parker ; je n’ai pas pu vérifier pour les autres mss). J’ai scindé ce jeu de questions/réponses en trois séries (la première comprend 8 questions, ou plus exactement 8 réponses de Teodor ; la deuxième 5 réponses ; la dernière est une question unique à 8 variables)

42 On retrouve le même type de questionnement numérique progressif — plus ou moins bien organisé dans les jeux progressifs de questions dans le Calila et Dimna, notamment dans le chapitre de l’alguazil Beled.

43 Vu l’importance du chiffre 8 dans l’ensemble des jeux de questions/réponses, il me semble aussi qu’il faudrait peut-être envisager une réduction des questions/réponses dans la version castillane par rapport au modèle arabe, pour les questions sur les plaisirs, mais là encore je n’ai pu faire la comparaison avec les trois modèles arabes.

44 Concernant la question sur « l’oiseau » monstrueux qui s’avère être une cigale — mais est mentionné comme une sauterelle à la fois dans le texte arabe (version Gayangos) et dans les imprimés du xvie siècle, voir notre article en cours : « La cigale et la sauterelle : figures monstrueuses dans la Doncella Teodor ».

45 M. Menéndez y Pelayo, op. cit., p. 219-254

46 Dans les versions arabes, Tawaddud/Tūdūr se montre tout aussi pugnace, sauf pour les questions religieuses, où il lui arrive de se montrer plus prudente. Ainsi, quand Ibrahim essaye quant à lui de la piéger en lui faisant dire qui de deux hommes serait le meilleur successeur de Muhammad, et elle s’en sort par une réponse diplomatique : les deux, bien sûr !

47 Conformément au pari initial, le malheureux se dépouille aussitôt de ses vêtements, en dehors de ses paños menores, de son linge de corps, que Teodor réclame aussi. Pour éviter la honte de se retrouver nu devant son roi, Abrahén est contraint de verser dix mille doubles d’or à la jeune fille. Le roi demande ensuite à la jeune fille ce qu’elle souhaite de sa part en récompense, par exemple un bon mariage dans sa cour, mais elle demande seulement à être renvoyée auprès de son maître, n’ayant jamais connu d’autre père que lui. Le roi lui remet dix milles doubles d’or en plus ; elle retourne alors auprès de son seigneur, l’épouse, et l’histoire se termine ainsi abruptement.

48 Je n’ai malheureusement pas pu examiner ces versions en détail. Il semble aussi que la liste des savoirs dont se targue la jeune fille est nettement plus longue que dans les versions manuscrites.

49 Ainsi, dans l’imprimé P, non seulement le nombre de questions est plus réduit que dans les premiers imprimés (B et G), mais les connaissances de Teodor en matière de sexualité et d’agriculture disparaissent au profit d’autres sur l’astrologie. Cette modification va de pair avec l’insertion dans P de très nombreuses gravures liées aux signes du zodiaque, dont la figure complète de l’homo astrologicus.

50 Les 58 questions et devinettes qu’il pose à la jeune fille ont des sources variées, car toutes ne proviennent pas de la version arabe et/ou des manuscrits castillans. Margaret R. Parker a identifié plusieurs sources, notamment Poridad de poridades pour le régime de santé, des almanachs astrologiques et astronomiques etc.

51 http://www.cervantesvirtual.com/obra-visor/vocabulario-espanollatino--0/html/003fb036-82b2-11df-acc7-002185ce6064_29.html : Argumentar, argumentor, aris / Argumentador, argumentator, oris / Argumento breve, argumentum, i / Argumento luengo, argumentatio, onis / Argumento contencioso, sophisma, atis / Argumento aparente, elenchus, i / Argumento de contradiction, aporisma, atis / Argumento de dos cabeças, dilemma, atis / Argumento demostrativo, apodycticon / Argumento reciproco, antistrephon / Argumento oratorio, entimema / Argumento de libro, argumentum libri / Argumento de pintura, argumentum picturae / Argumento de sinzel, argumentum celaturae / Argumentum de cimalte, emblemma, atis. les expressions composées renvoient à sophisme (argument, raisonnement faux malgré une apparence de vérité), aporisme ou aporie (problème difficile voire impossible à résoudre), elenchus (examen et réfutation), dilemme (raisonnement présentant deux prémisses contradictoires menant à une seule et même conclusion qui, de ce fait, s’impose), apodictique (qui a une évidence de droit et non pas seulement de fait), antistrephon (en logique, un argument dans une poursuite qui est d’une nature telle que l’une ou l’autre des parties peut l’opposer à l’autre avec une certaine apparence de force de chose jugée), enthymème (syllogisme dans lequel une partie des prémisses ou la conclusion est sous-entendue).

52 On conserve au moins trois éditions du xviie siècle, quatre pour le xviiie (en dépit de l’inclusion brève du livre dans l’Index des livres prohibés en 1755), et encore une vingtaine au xixe siècle.

53 Les Libros de cordel désignent un genre populaire, souvent versifié, relatant des histoires légendaires, religieuses ou des anecdotes (ils ne sont pas très différents des romances). Le nom vient de ce que les récits étaient diffusés sous forme de pliegos de cordel, de petits carnets imprimés sans couverture, parfois ornés de gravures sur bois, et surtout exhibés par les marchands et colporteurs, ouverts, accrochés par la tranche sur des cordes. Ils furent exportés, depuis la péninsule Ibérique, vers les colonies, surtout au Brésil.

54 Chilam est le terme maya pour prophète. Sur cette version, M. R. Parker, op. cit., p. 11-14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Coussemacker, « Stratégies argumentatives et discursives dans la Doncella Teodor », Atalaya [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/atalaya/3807 ; DOI : 10.4000/atalaya.3807

Haut de page

Auteur

Sophie Coussemacker

Université Bordeaux-Montaigne, EA 3656 Ameriber (centre EREMM)

Haut de page