Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Convaincre : parole d’autrui, dialogue, autorité

Inventer, prouver, convaincre dans Origen de la Casa de Granada (manuscrit 9/195, bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid)

Inventar, probar, convencer en Origen de la Casa de Granada (manuscrito 9/195, biblioteca de la Real Academia de la Historia de Madrid)
Invent, prove, convince in Origen de la Casa de Granada (manuscript 9/195, library of the Royal Academy of History of Madrid)
Frédéric Alchalabi

Résumés

C’est dans un manuscrit conservé à la bibliothèque de l’Académie royale d’histoire de Madrid que l’on peut lire Origen de la Casa de Granada. L’auteur de l’ouvrage retrace l’histoire des ancêtres de la famille morisque grenadine Granada Venegas. La visée de l’auteur d’Origen de la Casa de Granada est double : faire des Alnayar – les ancêtres musulmans de la famille Granada Venegas – les héritiers légitimes du trône de Grenade et nier les droits en la matière de la dynastie Alhamar ; démontrer que les Alnayar ont régulièrement collaboré avec les princes chrétiens de la péninsule Ibérique, en particulier avec les rois de Castille. Pour ce faire, l’écrivain reprend à son compte les témoignages d’autres auteurs, des historiographes mais aussi des personnalités reconnues ou compétentes aptes à assumer la responsabilité du propos élogieux tenu à l’égard de la famille Granada Venegas.

Haut de page

Texte intégral

1Mon ambition est d’étudier un ouvrage généalogique intitulé Origen de la Casa de Granada, conservé à la bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid sous la cote 9/1951. L’œuvre est inédite ; à ma connaissance, seul un travail lui a été consacré par Enrique Soria Mesa il y a un peu plus de vingt ans2. Il s’agit donc d’une œuvre presque méconnue, à la diffusion discrète, aucun autre exemplaire n’étant conservé ailleurs qu’à la bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire.

  • 3 Par exemple, il n’y a plus de numérotation entre les folios 32ro-35ro.
  • 4 Sur l’histoire de la famille Granada Venegas, voir José Antonio García Luján, « Genealogía del lin (...)

2Le manuscrit prend la forme d’un volume in quarto. Il compte quatre-vingts folios. La numérotation de ceux-ci est d’époque mais elle est irrégulière3. On distingue clairement trois écritures différentes : trois copistes se sont succédés et ont contribué à la rédaction de l’exemplaire. L’auteur d’Origen de la Casa de Granada est anonyme. Dans son ouvrage, il retrace l’histoire d’une puissante famille morisque de Grenade, les Granada Venegas. Il élabore les biographies, plus ou moins longues, de tous les ascendants de Juan de Granada Venegas — troisième marquis de Campotéjar, mort sans descendance en 1660 — et il reproduit de nombreux documents, présentés comme officiels et authentiques4. Dans ceux-ci, sont principalement énumérés les privilèges accordés par les Rois Catholiques à Pedro de Granada, l’un des ancêtres des Granada Venegas, un Morisque connu — avant son baptême — sous le nom de Yahya Alnayar, présenté comme ayant été très influent dans la vie politique et dans l’histoire de l’émirat de Grenade à la toute fin de la Reconquête achevée le 2 janvier 1492.

  • 5 « […] se acabo la subcesion de la varonia en don Juan de Granada, marques de Campotejar, que casso (...)

3Dans les dernières lignes du manuscrit, l’auteur anonyme mentionne le fait que Juan de Granada Venegas n’avait pas d’héritier au moment de la rédaction de l’ouvrage, ce qui permet de considérer cette dernière comme proche ou postérieure à 16605. En dépit de la méconnaissance de l’identité de l’écrivain, celui-ci est vraisemblablement lié aux Granada Venegas, à qui il rend un hommage appuyé.

  • 6 Il s’agit du manuscrit 7 867.

4Le quasi silence critique entourant le témoignage conservé à la bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire n’est pas mérité. Le manuscrit est digne d’intérêt aussi bien pour les hispanistes médiévistes et spécialistes de l’Espagne moderne que pour les historiens ou, plus largement, pour ceux qui s’intéressent aux efforts d’intégration de membres d’une minorité dans un groupe socio-politique dominant. En effet, Origen de la Casa de Granada est l’une des pièces constituant un vaste ensemble historiographique et généalogique méconnu, pensé par la famille Granada Venegas à partir des vingt-cinq dernières années du xvie siècle. Origen de la Casa de Granada complète deux œuvres historiographiques apocryphes promues par les Granada Venegas : d’une part, le Tractado del origen de los reyes de Granada attribué à Fernando de Pulgar, l’historiographe des Rois Catholiques ; d’autre part, une version altérée des Claros varones de Castilla de Fernando de Pulgar, postérieure au Tractado del origen de los reyes de Granada et conservée à la Bibliothèque Nationale d’Espagne, dans laquelle sont interpolés les portraits de Pedro de Granada et de son fils, Alonso6. Ces trois documents partagent une double visée : leur but est de faire des Alnayar – les ancêtres musulmans de la famille morisque Granada Venegas – les héritiers légitimes du trône de Grenade et, par conséquent, de nier les droits en la matière de la dynastie Alhamar ; leur ambition consiste aussi à démontrer que les Alnayar ont régulièrement collaboré au Moyen Âge avec les princes chrétiens de la péninsule Ibérique, en particulier avec les rois de Castille.

  • 7 Sur la définition de l’argumentation par autorité, voir par exemple Oswald Ducrot, Le dire et le d (...)

5Compte tenu de l’intérêt de l’EREMM pour les stratégies discursives de l’argumentation afin de convaincre, persuader et séduire, je me propose d’étudier la principale forme argumentative mise en place par l’auteur anonyme d’Origen de la Casa de Granada, l’argumentation par autorité, laquelle permet à un locuteur de justifier le propos qu’il tient par le biais d’une allusion à une tierce personne – reprise d’une phrase ou d’un discours supposément tenu, mention d’un ouvrage précédemment écrit et faisant autorité – reconnue pour sa compétence dans un domaine déterminé, dans le but de convaincre un interlocuteur7. Plusieurs questions se posent : quelles sont les auctoritates présentes dans l’ouvrage ? Quelle est leur nature ? Comment l’auteur les a-t-il intégrées à sa généalogie et dans quel but l’a-t-il fait ?

  • 8 Les informations qui suivent sont tirées de l’article de J. A. García Luján, « Genealogía del lina (...)

6Il est nécessaire, tout d’abord, de retracer dans ses grandes lignes l’histoire de la famille Granada Venegas, qui nous est plus ou moins connue8. Pedro de Granada est né vers 1442 et il est décédé en 1506. Après avoir épousé Cetti Meriem Venegas – devenue, après son baptême, María Venegas –, il s’est marié à une noble chrétienne, Elvira de Sandoval Solier.

7Le fils de Pedro, Alonso de Granada, a vécu de 1467 à 1534. Avec sa première épouse, Juana Mendoza Ayala, il a eu plusieurs enfants, dont Pedro de Granada Venegas (1502-1565), qui a épousé María Rengifo Dávila, la fille de Gil Vázquez Rengifo, alors gouverneur du Generalife de l’Alhambra : grâce à cette union, le lignage Granada Venegas a eu la charge du Generalife jusqu’en 1921, année où sa gestion est passée entre les mains de l’état espagnol.

8Alonso de Granada Venegas, né à la fin des années 1530 et décédé en 1611, est issu du mariage de Pedro de Granada Venegas et de María Rengifo Dávila. Il est connu, en particulier, pour s’être illustré dans la guerre contre les Morisques menée par Philippe II de 1568 à 1570. Alonso de Granada Venegas a servi loyalement la monarchie espagnole. Diego Hurtado de Mendoza, l’auteur de la Guerra de Granada, nous apprend que, dans les premiers temps de la rébellion des Morisques, les révoltés ont écrit à Alonso de Granada Venegas afin de lui demander d’être leur roi ; pour Alonso, la tentation a été grande mais il a tenu bon, préférant servir loyalement Philippe II :

  • 9 Diego Hurtado de Mendoza, Manuel Gómez moreno (éd.), De la guerra de Granada, Madrid : Real Academ (...)

[…] enviaron personas ciertas a solicitar, entre otros, a don Alonso Venegas, hombre noble, de gran autoridad entre ellos, que con la carta cerrada fué a el ayuntamiento de regidores, y leída, pensando un poco cayó desmayado ; mas tornándole los otros regidores y reprehendiéndolo, respondió : recia tentación es la de reino, y dióles la carta en que parescía cómo le ofrecían tomalle por rey de Almería. Vivió doliente desde entonces, pero leal y ocupado en servicio del rey9.

  • 10 Mercedes García Arenal, Fernando Rodríguez Mediano, Un Oriente español. Los moriscos y el Sacromon (...)

9Dans un autre témoignage, recueilli entre 1568 et 1570, le prestige dont jouissaient les Granada Venegas, à l’époque, parmi la communauté morisque est palpable. Dans ce document, sont consignées les déclarations d’un Morisque ayant pris part à la révolte des siens, ayant été capturé par l’armée du roi d’Espagne puis interrogé par les autorités. Ses interrogateurs veulent s’assurer de la sincérité de sa conversion au christianisme. À cette occasion, il leur fait part de son interprétation, très personnelle, de la Trinité. Celle-ci se compose de Dieu, de Mahomet… et d’Alonso de Granada Venegas : « Dixo que auía tres dioses y que uno era dios del çielo y el otro era Mahoma y en la tierra hera don Alonso Benegas y que por estos avía de morir »10.

10Pedro de Granada Venegas, fils d’Alonso de Granada Venegas et premier marquis de Campotéjar, naît en 1559 et décède en 1643. Il n’a pas été concerné par la déportation des Morisques de Grenade après la guerre de 1568-1570 ni par l’expulsion des Morisques d’Espagne entre 1609 et 1614. Mourant sans descendance, ses héritiers sont choisis dans une branche indirecte de la famille. C’est ainsi que Fernando de Granada Venegas, né à une date inconnue et décédé en 1647, puis Juan de Granada Venegas, né en 1589 et décédé en 1660, lui succèdent. Juan de Granada Venegas n’ayant pas non plus d’héritiers à sa mort, ses biens iront à la famille Lomellini puis aux lignages Grimaldi et Pallavicini.

  • 11 J. A. García Luján, La Casa de los Tiros de Granada, Grenade : José Antonio García Luján, 2006, p. (...)
  • 12 Inmaculada Osuna, Poética Silva. Un manuscrito granadino del Siglo de Oro (Cordoue-Séville : Unive (...)
  • 13 Frédéric Alchalabi, Le charme du Maure. Enquête sur le Tractado del origen de los reyes de Granada (...)

11La famille Granada Venegas vivait à la Casa de los Tiros de Grenade, édifiée entre 1525 et 1535 à la demande de Gil Vázquez Rengifo11. C’est dans cette belle demeure — aujourd’hui transformée en musée — que Pedro de Granada Venegas réunissait des écrivains dont la production poétique a été révélée et étudiée par Inmaculada Osuna au début des années 200012. La production historiographique de ces auteurs a été bien réelle ; je lui ai consacré plusieurs travaux13.

  • 14 Augustin Redondo, « Légendes généalogiques et parentés fictives en Espagne, au Siècle d’Or », in : (...)
  • 15 Sur le livre de Diego Matute de Peñafiel Contreras, ibid., p. 26-27.

12L’auteur d’Origen de la Casa de Granada s’intéresse aux événements fondateurs et marquants de l’histoire du lignage. La forme choisie — une généalogie — n’est pas isolée au xviie siècle : depuis la deuxième moitié du xvie siècle, ce type d’œuvres connaissait un grand succès. Dans un article consacré aux légendes généalogiques et aux parentés fictives en Espagne au Siècle d’Or, Augustin Redondo est revenu sur la véritable « obsession du lignage » qui a pu conduire de nombreux auteurs d’ouvrages généalogiques à des affabulations14. L’une des plus célèbres date de 1614, année où est publiée Prosapia de Christo de Diego Matute de Peñafiel Contreras, qui fait du roi Philippe III un descendant du Christ15.

13L’auteur d’Origen de la Casa de Granada n’a pas l’audace de Diego Matute de Peñafiel Contreras, même si son ouvrage repose sur plusieurs manipulations idéologiques. L’intérêt de celles-ci réside dans la capacité de l’auteur à les rendre acceptables par les lecteurs, en s’appuyant sur une argumentation par autorité travaillée.

  • 16 Les ancêtres se nomment Ibdinabal, Marsil, Muza Abenhazin, Abenlope ou Abenalfaje, Abenayar, Mudir (...)
  • 17 Jerónimo de Blancas, Comentarios de las cosas de Aragón, obra escrita en latín por Jerónimo de Bla (...)

14Si l’auteur du Tractado del origen de los reyes de Granada ne donne à aucun moment les noms des ancêtres d’Ibn Hud Alnayar — un parent musulman des Granada Venegas ayant vécu au xiiie siècle, présenté comme ayant été le premier émir de Grenade puis ayant été dépossédé du pouvoir de façon injuste par Mohammed Ier et la famille Alhamar —, celui d’Origen de la Casa de Granada énumère tous ceux qui lui sont connus. Il en distingue seize et il leur consacre les folios 2vo-10ro16 ; la liste qu’il a établie est identique à celle de Jerónimo de Blancas, l’auteur des Aragonensium rerum comentarii imprimés en 158817.

15L’aïeul le plus ancien ayant sa place dans Origen de la Casa de Granada s’appelait Ibdinabal. Celui-ci était roi de Saragosse ; il a commencé à régner en 775 :

Por la intercesion de estos bienaventurados santos y para honra y gloria suyas se escribe en este libro la generacion de la dicha casa de Granada y los reyes donde dezienden cuyo principio fue un principe del linaje de los godos que vino a ser rey de Zaragoza en el año del señor de setecientos y setenta y cinco y poseyeron aquel reino hasta el año de mil ciento y diez (fol. 1ro).

16L’auteur insiste immédiatement sur le fait que les descendants d’Ibdinabal ont conservé le pouvoir à Saragosse pendant plus de trois cents ans. Assez vite, il présente Ibdinabal comme descendant à la fois de Wisigoths et de musulmans : « Ibdinabal, uno de los principes moros que […] quedaron mezclados con los godos según memorias antiguas […] » (fol. 2vo).

17Surtout, l’écrivain ajoute :

Clemente Treleo en sus emblemas de la casa de Lorena refiere que Carlos caso con Galiana, hija del rey de Toledo Galafre, y que el hubo en ella a Luis el piadoso, rey de Francia. San Nicolas, el de Ledesma, fue hermano de Galiana, refiérelo Gil Gonzalez de Avila. Fue hermano de Galafre, rey de Toledo, cuya hija Galiana caso con Carlos, hijo de Pepino rey de Francia, a cuya contemplación edifico en Burdeos los palacios de Galiana como los que tenia deste nombre en Toledo de que hace mención la Coronica general de España a hojas ducientas y diez y nueve y otros autores (fol. 2vo).

  • 18 A. Redondo, « Légendes généalogiques et parentés fictives en Espagne, au Siècle d’Or », art. cité, (...)

18Ces deux passages appellent plusieurs commentaires. D’une part, l’auteur d’Origen de la Casa de Granada prétend que la mixité était un fait général et répandu à l’époque où a régné Ibdinabal, même si le mélange envisagé est réducteur puisque seules les unions matrimoniales entre chrétiens et musulmans sont retenues. Idinabal est l’ancêtre idéal des Granada Venegas : roi, bien sûr, personnalité présente dans les Aragonensium rerum comentarii de Jerónimo de Blancas, mi-Wisigoth et chrétien, mi-musulman. Ces trois caractéristiques sont importantes : dans une Espagne à la recherche de son identité, hantée par l’ancienneté et l’authenticité gothico-castillane de la souche, une telle affirmation n’est pas anodine18.

19D’autre part, l’écrivain de l’ouvrage généalogique construit son argumentation par le biais de références plus ou moins précises à des œuvres historiographiques écrites par des auteurs auxquels il accorde tout son crédit : on y voit des allusions à l’histoire de la maison de Lorraine de Clemente Treleo, à Gil González Dávila – dont l’œuvre n’est pas clairement mentionnée ; il peut s’agir de l’histoire de Salamanque publiée en 1606 –, à une chronique générale sans auteur mais avec l’indication précise des folios où se trouve le récit fabuleux de la construction du Palais Galien de Bordeaux, à d’autres auteurs non nommés. L’auteur d’Origen de la Casa de Granada écrit donc sous couvert de plusieurs auctoritates qui, il faut bien le dire, n’ont pas toujours été considérées comme crédibles. Ainsi, à propos de l’histoire de la maison de Lorraine, Pedro Salazar de Mendoza – l’auteur de la Crónica del gran cardenal de España don Pedro González de Mendoza, publié à Tolède en 1625 – affirme :

  • 19 Pedro Salazar de Mendoza, Crónica del gran cardenal de España don Pedro González de Mendoza, arzob (...)

Clemente Treleo en la genealogía de la casa de Lorena dixo que el emperador Ludovico Pio rey de Francia fue hijo de esta mora Galiana y del emperador Carlos Magno. Espanta mucho que se haya dicho y escrito una cosa tan sin fundamento ni apariencia19.

20L’union matrimoniale entre Galiana et Charlemagne, jugée comme admirable par l’auteur de la généalogie, tient pour Pedro Salazar de Mendoza de l’affabulation. En dépit de la condamnation de l’ouvrage par l’auteur de la Crónica del gran cardenal de España don Pedro González de Mendoza, l’écrivain d’Origen de la Casa de Granada continue d’accorder toute sa confiance à Clemente Treleo. En d’autres termes, tous les moyens sont bons, pour l’écrivain de l’ouvrage consacré à l’histoire des Granada Venegas, afin de convaincre les lecteurs du nombre important d’unions matrimoniales mixtes au Moyen Âge, quitte à se servir d’une histoire sévèrement jugée et peu crédible.

21Pourtant, il est injuste de ranger l’auteur d’Origen de la Casa de Granada parmi les écrivains d’histoire et de généalogie les plus crédules et les moins regardants sur la qualité des sources choisies. Ainsi, dans d’autres passages consacrés à Ibdinabal, les ouvrages historiographiques consultés sont plus prestigieux et les affirmations qui y sont consignées ne souffrent d’aucune contestation. En plus des Aragonensium rerum comentarii de Jerónimo de Blancas, l’auteur a recours à la Crónica general de España d’Alphonse X, à la Valeriana de Diego de Valera, aux Anales de Aragón de Jerónimo Zurita, au Compendio historial d’Esteban de Garibay.

  • 20 Lire la série d’articles écrits par Georges Cirot publiée dans le Bulletin Hispanique (des numéros (...)

22Aux yeux de l’auteur d’Origen de la Casa de Granada, Ibdinabal n’est pas seulement un ancêtre noble, puissant et présent dans les pages de chroniques antérieures ; c’est aussi un émir christianophile. Dans une série d’articles des années 1930-1940, Georges Cirot a défini la maurophilie littéraire comme étant le goût des romanciers espagnols de la deuxième moitié du xvie siècle et des premières années du xviie siècle pour le monde musulman20 ; le mouvement inverse ou complémentaire, la christianophilie, témoignerait de l’intérêt pour la défense de la cause chrétienne — de la foi et des princes chrétiens de la péninsule Ibérique — par une partie de l’aristocratie musulmane tout au long du Moyen Âge. D’après l’auteur de la généalogie des Granada Venegas, peu de temps après le début de son règne à Saragosse, Ibdinabal a dû faire face à une révolte des siens, matée par Charlemagne ; Ibdinabal choisit alors de protéger les chrétiens, ce qui lui coûtera la vie. L’auteur de l’ouvrage généalogique prend appui sur l’Histoire d’Espagne d’Alphonse X :

[…] el rey Carlos vino en su ayuda, el año del señor de setecientos y setenta y ocho, y tomo por fuerza la ciudad de Zaragoza y le derribo los muros. Y restituyo en el reino a Ibdinabal e hizo que sus convecinos le reconociesen vasallaje y dejo vivir los godos cristianos que llamaban mozarabes en la fee, como lo refiere la coronica general de España del señor rey don Alonso el Sabio […] y a este rey mataron los moros porque ayudaba y favorecia a los cristianos como lo refiere la coronica (fol. 3ro).

23Ibdinabal n’était pas le seul émir christianophile de la famille Alnayar. L’auteur d’Origen de la Casa de Granada voit dans tous les descendants musulmans du premier ancêtre des Granada Venegas des hommes toujours prêts à collaborer avec les chrétiens. Marsil, le fils d’Ibdinabal, a imité son père en aidant le roi d’Aragon Alphonse II dit le Chaste au cours de la bataille de Roncevaux, relatée ici dans une version singulière, puis en faisant la paix avec Louis le Pieux, le successeur de Charlemagne :

Marsil, segundo rey de Zaragoza, de quien se hace mencion en diferentes hechos de armas, trujo guerra con Carlomagno, rey de Francia, y fue en ayuda del rey don Alonso el Casto contra el, año de ochocientos y nueve, a la batalla de Roncesvalles donde llevo reyes moros sus vasallos con que ayudo a ganar aquella tan famosa victoria en que Carlomagno y los doce pares fueron vencidos y desbaratados. Despues desto, invio sus embajadores a Aquis, gran señor de Alemania, a ofrecer paces al emperador Luis, rey de Francia, llamado el Piadoso, que habia sucedido a Carlomagno, su padre, y asentolas con el (fol. 3ro).

24Tous ces faits sont énoncés parce qu’ils se trouvent dans plusieurs autres chroniques faisant autorité :

[…] como lo refiere la coronica general del rey don Alonso el Sabio en la tercera parte a hoxas trecientas y cinco, Zurita en sus Anales de Aragon en el primer libro de los cinco, libro primero a hoxas siete, Esteban de Garibay, en el libro treinta y siete de los reyes moros de Cordoba a hoxas novecientas y setenta y siete, fray Alonso Venero en el Ynquiridion de los tiempos, a hoxas ciento y cincuenta y dos, y Jeronimo Blancas a folio ciento y diecisiete (fol. 3ro-3vo).

25Comme à son habitude, l’auteur voit dans la production historiographique du Moyen Âge et du xvie siècle la preuve de la notoriété et de la grandeur d’âme des Alnayar.

26Dans les dernières années du xve siècle, la christianophilie des ancêtres des Granada Venegas est poussée à son paroxysme par Yahya Alnayar, qui choisit de se convertir au christianisme avant même la fin de la Reconquête. Le récit qui est fait de sa conversion mérite une attention toute particulière car il témoigne, pour la première fois, d’une mise à distance de l’auctoritas par l’écrivain de l’ouvrage généalogique.

27Alors qu’il défend la ville andalouse de Baza depuis six mois, comme le lui a ordonné l’émir Mohammed Al Zagal, et qu’il se trouve sur la muraille de la cité en train de combattre auprès de ses hommes qui luttent contre les troupes chrétiennes, Yahya Alnayar est le témoin d’un miracle : saint Pierre, muni de ses clefs, fait son apparition sur le champ de bataille, s’adresse au Maure, lui ordonne d’interrompre immédiatement le combat et de se convertir au christianisme :

[…] y unos dicen que vio una cruz muy resplandesciente en el aire y que era una vision de un santo con unas llaves en la mano que juzgaron por esto ser san Pedro que le habia amonestado en su lengua entregase las llaves de la ciudad a los Reyes Catolicos y se hiciese cristiano (fol. 25ro).

28Yahya Alnayar obéit à saint Pierre : il se convertit puis, après avoir reçu le baptême, devient Pedro de Granada. L’apparition de saint Pierre et la conversion de Yahya Alnayar ne sont répertoriées que dans une chronique antérieure à l’ouvrage généalogique, le Tractado del origen de los reyes de Granada, où il est écrit :

  • 21 La citation est extraite du manuscrit 150 conservé à la bibliothèque de la Real Academia Española (...)

Se entendio por medio de algunos captivos y de otras personas fidedignas que se allanavan los moros y que esta improvisa determinaçion naçia del acçidente que sobrevino en el animo y determinaçion de Zidi Haiai, a quien referian haber apareçido el Apostol sanct Pedro con unas llaves en la mano al salir a la muralla con la gente de pelea y le habia amonestado creyese en el verdadero Dios, y entregase las llaves y la çiudad y que Dios le abriria las puertas del çielo i que mirase en señal de esta verdad la señal de la Cruz en el Çielo (fol. 79ro-79vo)21.

29Le Tractado del origen de los reyes de Granada est connu grâce à neuf manuscrits conservés en Espagne, au Portugal et en Argentine. Les neuf manuscrits ne sont pas tous identiques et se divisent en trois branches : une branche majoritaire, composée de six témoignages ; une branche contenant un seul manuscrit reproduisant une refonte de la version majoritaire ; une dernière branche faite de deux manuscrits et diffusant une version tardive inspirée de la tradition majoritaire, imprimée en 1788 dans la revue Semanario erudito.

  • 22 Voir F. Alchalabi, Le charme du Maure, op. cit. et id., « La fabrique de l’histoire. À propos de l (...)
  • 23 F. Alchalabi, « Présence de la Historia general de España de Juan de Mariana dans le Tratado del o (...)

30Le Tractado del origen de los reyes de Granada est attribué à Fernando de Pulgar mais il s’agit d’une chronique apocryphe promue par les Granada Venegas, écrite après les années 1575-1579 et achevée avant 1602. L’ouvrage peut avoir été rédigé par Francisco Bermúdez de Pedraza, l’auteur d’une histoire de Grenade intitulée Antigüedad y excelencias de Granada imprimée en 160822. La version majoritaire et la version tardive diffusent des informations issues du Compendio historial d’Esteban de Garibay, tout en les détournant. À ces informations, l’auteur de la refonte ajoute des passages trouvés dans la Historia general de Juan de Mariana, imprimée en latin en 1592 et en espagnol en 160123.

31Même si Origen de la Casa de Granada et le Tractado del origen de los reyes de Granada ont été commandés par la famille Granada Venegas, l’auteur de l’ouvrage généalogique n’accepte pas dans son intégralité la version de l’écrivain de la chronique apocryphe. Le désaccord entre les deux auteurs a lieu au moment de traiter de l’arrêt des combats à Baza après l’apparition de saint Pierre. L’auteur d’Origen de la Casa de Granada affirme que, par sa seule présence sur le champ de bataille, la reine Isabelle la Catholique est parvenue à mettre un terme aux affrontements militaires et à rendre silencieux les canons de l’armée de la souveraine et de son époux Ferdinand. Ce faisant, il adopte la version établie par Fernando de Pulgar dans la Chronique des Rois Catholiques. Celui-ci écrit :

  • 24 Fernando De Pulgar, Juan de Mata Carriazo (éd.), Crónica de los reyes católicos. Edición facsímil, (...)

E porque fuymos presentes e lo vimos, testificamos verdat delante Dios que la sabe, y delante los onbres que lo vieron, que después del día que esta Reyna entró en el real pareçió que todos los rigores de las peleas, todos los espíritus crueles, todas las yntençiones enemigas e contrarias, cansaron e çesaron, e pareçió que amansaron. De tal manera, que los tiros de espingardas e ballestas, e de todo género de artillería, que sola vna ora no çesauan de se tirar de la vna parte a la otra, dende en adelante no se vido ni oyó, ni se tomaron armas para salir a las peleas que todos los días antepasados fasta aquel día se acostunbrauan tomar, salvo la gente del real que continava yr a las guardas del canpo en los lugares que solían estar […]24.

32Dans le Tractado del origen de los reyes de Granada, c’est la décision de se convertir au christianisme prise par Yahya Alnayar qui met un terme aux combats et non pas la présence de la reine sur le champ de bataille :

[…] habiendo movido a Zidi Haiai esta vision y acordandose de que estando con el infante Zelin su padre en la corte del rey don Henrique se habia agradado de la ley y trato de los christianos se determino a creer que Dios le habia hecho aquella misericordia y se determino a hacer aquello en que habia dudado […]. Cesaron asimismo los rigores de las espingardas y valestas y de todo genero de artilleria que en muchos dias no habian cesado de se tirar de una y otra parte, y dende en adelante ni se oyo ni se vio ni mas se tomaron las armas para volver a pelear […] (fol. 79vo).

  • 25 Lire par exemple José Cepeda Adán, « El providencialismo en los cronistas de los reyes católicos » (...)

33Dans ce dernier passage, l’insistance de Pulgar sur le rôle joué par la reine — después del día que esta Reyna entró en el real pareçió que todos los rigores de las peleas, todos los espíritus crueles, todas las yntençiones enemigas e contrarias, cansaron e çesaron, e pareçió que amansaron — est absente du Tractado del origen de los reyes de Granada. L’écrivain de l’ouvrage généalogique renoue avec un motif répandu dans la littérature historique et politique de la fin du xve siècle visant à voir en Isabelle la Catholique une reine providentielle25. Pour sa part, l’auteur du Tractado del origen de los reyes de Granada ne manque pas de toupet : il modifie sciemment le contenu de la Chronique des Rois Catholiques de Pulgar en faisant jouer à un Maure le rôle tenu par la reine de Castille. L’auteur du Tractado del origen de los reyes de Granada était-il allé trop loin pour celui d’Origen de la Casa de Granada ? Le deuxième essaie-t-il de corriger ce que le premier avait fait en élaborant une version de l’épisode plus proche de la Chronique des Rois Catholiques que du Tractado del origen de los reyes de Granada ? Un constat paradoxal émerge : à la fin du xvie siècle ou au début du xviie, les Granada Venegas ont commandé une œuvre historiographique entièrement favorable à leurs ancêtres mais — plusieurs décennies plus tard — l’auteur de l’ouvrage généalogique — qui, lui aussi, s’efforce de rendre hommage aux ascendants de la famille morisque — prend la décision de s’en éloigner.

34Des contrats, des privilèges et d’autres documents officiels côtoient les sources historiographiques exploitées par l’écrivain d’Origen de la Casa de Granada. La présence de ces documents n’est pas négligeable puisqu’ils occupent les folios 17ro-79ro, pratiquement sans interruption. Leur poids provient du fait qu’ils ont été écrits à la demande de personnages éminents, des rois ou bien des émirs.

35L’auteur reproduit une lettre qu’il présente comme ayant été écrite par l’émir Youssef IV, longue de six folios, destinée au roi Jean II. Youssef — seigneur de Baza et Almería, membre du lignage Alnayar — était parvenu à s’emparer du pouvoir à Grenade en 1432 par l’entremise du père d’Isabelle la Catholique. Il ne règnera que six mois. Dans cette lettre, Youssef IV s’engage à garantir la liberté de culte aux chrétiens, à l’instar d’Ibdinabal :

Otrosi prometemos por nos e por los que despues de nos vinieren y heredaren el dicho reino de no consentir que ningun christiano natural e subdito de los reinos de nuestro señor el rey sea tornado moro en el dicho reino de Granada (fol. 15ro).

36L’écrivain affirme que la lettre a été rédigée en arabe puis translatée en castillan ; d’après lui, elle est conservée aux Archives de Simancas. Il ajoute qu’elle a été authentifiée par Antonio de Ayala :

El cual dicho traslado va bien y fielmente sacado, corregido y emendado y conservado en el registro original donde fue sacado escripto en diez hoxas de diez pliegos de papel rubricadas […] de lo cual yo, el dicho Antonio de Ayala, lo firme de mi nombre en la dicha villa, a veinte y seis dias del mes de noviembre del dicho año (fol. 17ro).

  • 26 Patrick Williams, « The Ayala family and the development of the Archivo General de Simancas, 1546- (...)

37L’auctoritas choisie dans le passage diffère des auctoritates rencontrées jusqu’à présent. Il ne s’agit plus de l’œuvre d’un historiographe mais de l’écrit d’un conservateur ayant officié aux Archives de Simancas de 1594 à 1610, les Ayala ayant occupé cette charge de père en fils de 1546 à 167626. Aux yeux de l’auteur de la généalogie, le crédit dont jouissait Antonio de Ayala ne laissait planer aucun doute sur l’authenticité du document venant d’être reproduit ; la christianophilie des ancêtres musulmans des Granada Venegas se voyait ainsi renforcée.

38Il est difficile de pouvoir affirmer que tous les documents reproduits dans Origen de la Casa de Granada entre les folios 17ro-79ro sont authentiques ou faux : il faudrait les comparer aux lettres, contrats, documents, conservés de nos jours, tout en tenant compte du fait que certaines de ces pièces peuvent avoir disparu. En revanche, il est plus aisé d’affirmer qu’au moins une lettre de l’ensemble est fausse.

39Celle-ci est présentée par l’auteur de l’ouvrage généalogique comme ayant été rédigée par l’infant Alphonse, le frère d’Isabelle la Catholique qu’une partie de la noblesse — mécontente de la politique menée par Henri IV de Castille — a désigné comme roi lors de la farsa de Ávila.

40La lettre de l’infant Alphonse reproduite dans l’ouvrage généalogique est datée du 7 juin 1469… soit un an après la mort du jeune garçon... Dans cette lettre, qui occupe les folios 21r-22r, Alphonse promet le trône de Grenade à Selim Alnayar, le père de Yahya.

41Alphonse insiste sur la relation étroite qui l’unit à Selim : « Enbio mucho a saludar al engrandezido y honrado de los moros, el infante de Almeria Aben Zelin Aben Ayar como aquel que mucho aprecio y amo » (fol. 21ro). Alphonse a été particulièrement sensible à l’effort militaire consenti par Selim afin de consolider son pouvoir au détriment d’Henri IV. L’infant tient au courant son ami Selim des progrès de son avancée :

Espero en Dios no sera menester de presente porque a Dios ha plazido que mis cosas van muy prosperas y mejor de lo que algunos me habian informado cuando escribi a la Vuestra Merced » (fol. 21ro).

42Après la mort de l’infant, c’est à Ferdinand le Catholique de s’adresser, dans une lettre reproduite aux folios 22vo-23ro, à Selim Alnayar et d’insister sur l’éminence de son statut ainsi que sur sa satisfaction de pouvoir le considérer comme un allié :

Al muy honrado y engrandezido de los moros, el infante de Almeria Aben Zelin Abrahem Alnayar […]. Mucho me ha plazido saber vuestra voluntad de querer mi amistad y alianza segun que la tubo el rey don Juzaf con el rey don Juan de Castilla, mi señor, que santo Parayso haya, y a mi me plaze de vuestra amistad e de fazer alianza con vuestro poder y con vuestro hijo […] (fol. 22vo).

43La variété des témoignages utilisés — des chroniques, des lettres —, l’accumulation de ces derniers contribuent à rendre crédible Origen de la Casa de Granada. Se cachant derrière les auteurs des sources qu’il a choisies, l’auteur révèle à ses lecteurs les preuves et les traces confirmant la noblesse du lignage et détaillant les conditions des soutiens apportés aux chrétiens par les ascendants musulmans de la famille.… à condition de ne pas douter de l’authenticité de l’ensemble ni du crédit — parfois relatif — des auctoritates.

*

44Les Granada Venegas avaient de nombreuses raisons de commander des œuvres — une chronique apocryphe, une généalogie — rendant hommage à leurs ancêtres. Bien entendu, tout le contexte historique du xvie siècle et du début du xviie siècle, défavorable à la communauté morisque dans son ensemble, n’y est pas étranger. Une fois la Reconquête achevée, une fois la conversion au christianisme des Mudéjars ayant été rendue obligatoire en 1502 en Castille — contrairement à Youssef IV, les Rois Catholiques n’ont pas tenu promesse : ils ont forcé les musulmans à embrasser la foi chrétienne en dépit des accords passés dans les dernières années de la Reconquête —, les autorités ecclésiastiques se sont efforcées de mettre en œuvre les moyens nécessaires afin d’obtenir une conversion sincère au christianisme des Morisques. Nous connaissons les conséquences de cette politique : la rébellion des années 1568-1570 puis l’expulsion des Morisques d’Espagne entre 1609 et 1614.

45Les Granada Venegas n’ont pas été affectés par les conséquences de la rébellion des Morisques de Grenade ni par l’expulsion de la masse morisque. Néanmoins, ils ont dû régulièrement apporter les preuves de leur noblesse et de la sincérité de leur foi. Ces preuves étaient destinées aux autres chrétiens, ceux qui qui ne descendaient pas de Maures et qui n’ont pas eu à être convertis de force au christianisme. Francisco Henríquez de Jorquera, l’auteur d’une œuvre intitulée Anales de Granada, rapporte que, le jeudi 16 juin 1588, un représentant du roi en visite officielle à Grenade a fait retirer les dais où figuraient les armes de la famille Granada Venegas, provoquant le courroux d’Alonso de Granada Venegas. Celui-ci — songeant, dans un premier temps, à tuer de sang-froid le responsable de cet affront — s’est ensuite ravisé, préférant faire part de l’outrage à Philippe II. Un an plus tard, en guise de compensation, Alonso de Granada Venegas est devenu chevalier de l’Ordre de Santiago :

  • 27 Apud E. Soria Mesa, « De la conquista a la asimilación. La integración de la aristocracia nazarí e (...)

[…] andando visitando las calles como es costumbre una personal del real acuerdo, lo fué agora el señor licenciado don García de Medrano, del consejo de su magestad y su alcalde de corte en esta real chancillería y vido colgados unos doseles en las casas de don Pedro de Granada y Venegas, en la calle de la cárcel en cuyas colgaduras estaban los escudos y coroneles de las armas desta real casa, los quales fueron mandados descolgar por el señor alcalde, por lo qual se alborotaron don Alonso Venegas de Granada y todos sus hijos y muchos cavalleros, deudos y amigos de suerte que se entendió que mataran al dicho alcalde; y abiéndolos apaciguado los tribunales y otras personas, este día se partió a la corte el obispo don alonso a quexarse a su magestad de este agravio en contra de su nobleça y sangre y de sus grandes preheminencias y mercedes y previlegios de los reyes católicos y del emperador Carlos quinto que le escribía a su abuelo deste noble cavallero, llamándole de primo como se hallan en cartas que estan aun oy en los archivos desta novilisima casa27.

  • 28 El caso y pareceres de veinte y quatro teologos, doctores y maestros en santa teologia y lectores (...)

46En 1603, dans un autre document conservé à la bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid, vingt-quatre théologiens se sont prononcés sur l’intégration de Pedro de Granada Venegas à l’Ordre d’Alcántara28. La question que soulève le document, à laquelle les vingt-quatre théologiens sont tenus de répondre, est la suivante : compte tenu des statuts de l’Ordre d’Alcántara, qui excluent ceux qui ne sont pas hidalgos et tous ceux qui ont des origines juives ou musulmanes, Pedro de Granada Venegas y a-t-il sa place ? À première vue, Pedro de Granada Venegas est concerné par les règles d’exclusion puisqu’il descend de Maures. Pourtant, une exception est faite. Pedro de Granada Venegas est au-dessus de ces règles notamment parce qu’il descend d’émirs de Grenade christianophiles ; il devient donc membre de l’Ordre en 1607.

47Origen de la Casa de Granada n’est pas uniquement le résultat du travail d’un écrivain à l’esprit inventif voulant retracer la généalogie d’une illustre famille morisque de Grenade. Si l’auteur mêle des sources crédibles à d’autres qui le sont moins, s’il invente une lettre, ce n’est pas en vain. Origen de la Casa de Granada est avant tout une œuvre utile, dont l’ambition est de prouver que les Granada Venegas — issus d’une longue lignée de princes infidèles mais proches des chrétiens — étaient des nobles comme les autres.

Haut de page

Notes

1 Le manuscrit peut aussi être lu sous une forme numérisée : http://bibliotecadigital.rah.es/dgbrah/es/consulta/resultados_ocr.cmd?buscar_cabecera=Buscar&id=25570&tipoResultados=BIB&presentacion=mosaico&posicion=5&forma=ficha (page consultée le 25 septembre 2017).

2 Enrique Soria Mesa, « Una versión genealógica del ansia integradora de la élite morisca : el Origen de la casa de Granada », Sharq al-Andalus, 12, 1995, p. 213-221.

3 Par exemple, il n’y a plus de numérotation entre les folios 32ro-35ro.

4 Sur l’histoire de la famille Granada Venegas, voir José Antonio García Luján, « Genealogía del linaje Granada Venegas desde Yusuf IV, Rey de Granada (1432), hasta la extinción de la varonía del linaje (1660) », in : José Antonio García Luján (dir.), Nobleza y monarquía. Los linajes nobiliarios en el reino de Granada, siglos xvi-xix. El linaje Granada Venegas, marqueses de Campotéjar. Actas del simposio celebrado en Huéscar del 16 al 18 de septiembre de 2010, Huéscar : Asociación Cultural Raigadas, 2010, p. 13-43.

5 « […] se acabo la subcesion de la varonia en don Juan de Granada, marques de Campotejar, que casso con doña Gertrudes de Granada y Alarcon, su prima, de quien no hubo subcession […] », Origen de la Casa de Granada, fol. 79ro.

6 Il s’agit du manuscrit 7 867.

7 Sur la définition de l’argumentation par autorité, voir par exemple Oswald Ducrot, Le dire et le dit, Paris : Minuit, 1984, vid. spéc. p. 45-46 : « (« Selon certains, le prochain indice des prix sera nettement encourageant »). Toute l’astuce du procédé est que le locuteur peut continuer en appuyant son argumentation sur le contenu même de l’information donnée. Il continuera, par exemple, par un « donc » qui tirera des conséquences de l’amélioration de l’indice […]. Et cependant le locuteur a dégagé sa responsabilité en s’en déchargeant sur les « certains ». C’est ce mouvement qu’illustre le sous-entendu : pour dire quelque chose, on fait dire par autrui qu’on l’a dit ». Lire aussi : Antoine Compagnon, La seconde main ou le travail de la citation, Paris : Seuil, 1979, Olivier Biaggini, « L’argumentation d’autorité : théorie et pratique », Atalaya, 9, 1998, http://journals.openedition.org/atalaya/71, page consultée le 25 septembre 2017.

8 Les informations qui suivent sont tirées de l’article de J. A. García Luján, « Genealogía del linaje Granada Venegas desde Yusuf IV, Rey de Granada (1432), hasta la extinción de la varonía del linaje (1660) », art. cité. Voir aussi Bernard Vincent, « Algunas voces más: de Francisco Núñez Muley a Fátima Ratal », in : Bernard Vincent, El río morisco, Valence-Grenade-Saragosse : Universitat de València-Universidad de Granada-Universidad de Zaragoza, 2006, p. 89-104.

9 Diego Hurtado de Mendoza, Manuel Gómez moreno (éd.), De la guerra de Granada, Madrid : Real Academia de la Historia, 1948, p. 41.

10 Mercedes García Arenal, Fernando Rodríguez Mediano, Un Oriente español. Los moriscos y el Sacromonte en tiempos de Contrarreforma, Madrid : Marcial Pons Historia, 2010, p. 90.

11 J. A. García Luján, La Casa de los Tiros de Granada, Grenade : José Antonio García Luján, 2006, p. 23.

12 Inmaculada Osuna, Poética Silva. Un manuscrito granadino del Siglo de Oro (Cordoue-Séville : Universidad, 2000) et Poesía y academia en Granada en torno a 1600 : la Poética Silva (Séville : Universidad, 2003).

13 Frédéric Alchalabi, Le charme du Maure. Enquête sur le Tractado del origen de los reyes de Granada, œuvre apocryphe attribuée à Fernando de Pulgar (Bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole de Madrid, manuscrit 150), à paraître en 2019 dans la collection Les livres d’e-Spania. Je prépare une édition en trois parties du Tractado del origen de los reyes de Granada.

14 Augustin Redondo, « Légendes généalogiques et parentés fictives en Espagne, au Siècle d’Or », in : Augustin Redondo (éd.), Les parentés fictives en Espagne (xvie-xviie siècles). Colloque international (Sorbonne, 15, 16 et 17 mai 1986) organisé par le Centre de recherche sur l’Espagne des xvie et xviie siècles, études réunies et publiées par Augustin Redondo, Paris : Publications de la Sorbonne, 1988, p. 15-35, vid. p. 18.

15 Sur le livre de Diego Matute de Peñafiel Contreras, ibid., p. 26-27.

16 Les ancêtres se nomment Ibdinabal, Marsil, Muza Abenhazin, Abenlope ou Abenalfaje, Abenayar, Mudir, Inmundar, Almugdabir, Iralmundafar, Zulema ou Zelin, Abet Abenhut, Iusef Abenhut, Albozaben, Abdimelech, Abet Almuzacaith, Abulazen.

17 Jerónimo de Blancas, Comentarios de las cosas de Aragón, obra escrita en latín por Jerónimo de Blancas cronista del reino ; y traducida al castellano por el P. Manuel Hernandez de las Escuelas Pías, Saragosse : Diputación Provincial, 1878, p. 115-123.

18 A. Redondo, « Légendes généalogiques et parentés fictives en Espagne, au Siècle d’Or », art. cité, p. 31 et 35.

19 Pedro Salazar de Mendoza, Crónica del gran cardenal de España don Pedro González de Mendoza, arzobispo de la muy santa iglesia primada de las Españas. En la imprenta de doña María Ortiz de Sarauia, 1625, p. 388.

20 Lire la série d’articles écrits par Georges Cirot publiée dans le Bulletin Hispanique (des numéros 40 à 46, de 1938 à 1944), depuis « La maurophilie littéraire en Espagne au xvie siècle », Bulletin hispanique, 40 (2), 1938, p. 150-157, jusqu’à « La maurophilie littéraire en Espagne au xvie siècle (suite et fin) », Bulletin hispanique, 46 (1), 1944, p. 5-25.

21 La citation est extraite du manuscrit 150 conservé à la bibliothèque de la Real Academia Española de Madrid.

22 Voir F. Alchalabi, Le charme du Maure, op. cit. et id., « La fabrique de l’histoire. À propos de l’activité historiographique de la famille morisque Granada Venegas », publié au sein du dossier monographique issu de la journée d’étude Histoire et création littéraire au Siècle d’Or : falsification et fiction (CLEA EA 4083, ENS Ulm, novembre 2018) [coordonnateurs : Roland Béhar et Muriel Elvira], e-Spania, février 2019, 32, http://journals.openedition.org/e-spania/29697, page consultée le 8 mars 2019.

23 F. Alchalabi, « Présence de la Historia general de España de Juan de Mariana dans le Tratado del origen de los reyes de Granada (manuscrit 150 de la Bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole de Madrid) », publié au sein du dossier monographique De l’éducation du prince à la critique du pouvoir : le jésuite Juan de Mariana (1536-1624) ou l’art de la composition [coordonnateur : Renaud Malavialle], e-Spania, octobre 2018, 31, https://journals.openedition.org/e-spania/28830, page consultée le 8 mars 2019.

24 Fernando De Pulgar, Juan de Mata Carriazo (éd.), Crónica de los reyes católicos. Edición facsímil, 2 t., présentation par Manuel González Jiménez et étude préliminaire de Gonzalo Pontón, Grenade-Séville-Madrid : Universidad de Granada, Universidad de Sevilla : Marcial Pons, 2008, vid. p. 419.

25 Lire par exemple José Cepeda Adán, « El providencialismo en los cronistas de los reyes católicos », Arbor, 17, 1950, p. 177-190.

26 Patrick Williams, « The Ayala family and the development of the Archivo General de Simancas, 1546-1676 », in : Alberto Marcos Martín (éd.), Hacer historia desde Simancas. Homenaje a José Luis Rodríguez de Diego, Valladolid : Junta de Castilla y León, Consejería de Cultura y Turismo, 2011, p. 847-858.

27 Apud E. Soria Mesa, « De la conquista a la asimilación. La integración de la aristocracia nazarí en la oligarquía granadina. Siglos xv-xvii », Áreas, 14, 1992, p. 51-64, p. 57. Voir également M. García Arenal, F. Rodríguez Mediano, Un Oriente español. Los moriscos y el Sacromonte en tiempos de Contrarreforma, op. cit., vid. p. 92.

28 El caso y pareceres de veinte y quatro teologos, doctores y maestros en santa teologia y lectores della, sobre el despacho del habito de Alcantara, que su magestad hizo merced a don Pedro de Granada Venegas, document 9/323, fol. 272ro-288ro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Alchalabi, « Inventer, prouver, convaincre dans Origen de la Casa de Granada (manuscrit 9/195, bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid) », Atalaya [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/atalaya/3909 ; DOI : 10.4000/atalaya.3909

Haut de page

Auteur

Frédéric Alchalabi

Université de Nantes, CLEA EA 4083 (Sorbonne Université)

Haut de page