Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Les fiançailles entre Catherine d...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Les fiançailles entre Catherine d’Aragon et l’Angleterre à travers l’Historia de Inglaterra de Rodrigo de Cuero

El « noviazgo » entre Catalina de Aragón e Inglaterra a través de la Historia de Inglaterra de Rodrigo de Cuero
Historia de Inglaterra de Rodrigo de Cuero The “engagement” between Catherine of Aragon and England in the Historia de Inglaterra by Rodrigo de Cuero
Cécile Alex-Codet

Résumés

Dans cet article, nous souhaiterions nous intéresser à l’Historia de Inglaterra, ouvrage composé par Rodrigo de Cuero pour Catherine d’Aragon entre 1502 et 1509. Ce texte, qui se veut une synthèse de l’histoire d’Angleterre et, plus largement, de l’histoire universelle, ne se présente néanmoins pas seulement comme une chronique. A travers les événements historiques racontés, il s’agit en effet pour Cuero de constituer un véritable miroir de prince, mais également un plaidoyer en faveur de l’union entre Catherine d’Aragon et le futur Henri VIII. Dès lors, l’Historia aurait un triple objectif : enseigner à l’infante l’histoire de son futur royaume, lui apprendre son métier de souveraine et démontrer le bien-fondé de l’alliance que son mariage doit permettre de sceller.

Haut de page

Dédicace

À Grégoire

Texte intégral

  • 1 Pour plus d’informations concernant la jeunesse de Catherine d’Aragon ou la formation reçue par le (...)

1Quand Catherine d’Aragon arrive en Angleterre à la fin de l’année 1501, elle n’est encore qu’une adolescente. En effet, née le 16 mars 1485, la dernière fille des Rois Catholiques était destinée, en accomplissement du traité de Medina del Campo (1489), à épouser Arthur, prince de Galles et fils aîné d’Henri VII d’Angleterre. Elle n’a donc que 16 ans au moment de son départ et, même si ses années à la cour de Castille lui ont permis d’acquérir une éducation soignée, à l’image de celle reçue par ses sœurs, sa formation n’est pas encore achevée, notamment sur le plan politique1. Ses premières années à la cour d’Angleterre (1501-1509) vont néanmoins lui permettre de parfaire celle-ci, compte tenu des circonstances, d’abord, mais aussi grâce à l’Historia de Inglaterra de Rodrigo de Cuero, qui l’accompagne pendant ces années ou peine à se concrétiser l’alliance hispano-anglaise.

2Cette alliance aurait dû prendre corps à travers le mariage de Catherine et d’Arthur. Néanmoins, le 2 avril 1502, l’aîné des fils d’Henri VII meurt, laissant Catherine veuve. Celle-ci, toutefois, ne peut choisir son destin : dans la mesure où l’alliance avec l’Angleterre était indispensable aux yeux de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle de Castille, ceux-ci font tout pour qu’elle reste en Angleterre. En outre, Henri VII refusant de la renvoyer en Espagne pour des raisons financières, Catherine est donc contrainte de rester en Angleterre, entourée d’une suite d’Espagnols qui doivent affronter, comme elle, les conditions de vie parfois précaires qui lui sont imposées.

3De fait, Rodrigo de Cuero faisait vraisemblablement partie de cette suite, qui reste aux côtés de Catherine jusqu’en 1509, année de son mariage avec le futur Henri VIII. Ainsi, l’Historia de Inglaterra fut composée entre 1502 et 1509, à la demande de la Princesse de Galles elle-même :

  • 2 Vid. Rodrigo de Cuero, Historia de Inglaterra, Bibliothèque de l’Escurial, ms. X.II.20, fol. 115r° (...)

Por quanto yo, Rodrigo de Cuero, deseando cumplir el mandamiento de la muy esclarescida e yllustríssima señora doña Catalina Princessa de Gales, mi Señora […] que me mandó tornase en lengua castellana sumariamente las corónicas de todos los reyes que en Inglaterra han seydo, que en su natural lengua inglesa están2.

4Ainsi, cet ouvrage répond, semble-t-il, au souhait de Catherine de mieux comprendre un pays dans lequel elle va être amenée à passer de nombreuses années.

  • 3 Vid. F. Gómez Redondo, Historia de la prosa…, p. 289.

5Toutefois, si les circonstances de la composition de l’ouvrage et l’identité de la dédicataire sont relativement bien connues, celle de l’auteur de l’Historia reste nettement plus mystérieuse. Ainsi, Fernando Gómez Redondo indique que l’infante prit la route de l’Angleterre avec « un nutrido grupo de fieles servidores entre los que debería contarse este Rodrigo de Cuero que compila para ella una crónica general del nuevo reino al que llega »3. Par ailleurs, selon Lourdes Soriano Robles et Antonio Contreras Martín, Rodrigo de Cuero serait le neveu de Juan de Cuero, camérier et régisseur de Catherine d’Aragon à la cour d’Angleterre, et aurait pu jouer le rôle de « tuteur » de la princesse. Ils ajoutent que :

  • 4 Lourdes Soriano Robles et Antonio Contreras Martín, « La Historia de Inglaterra de Rodrigo de Cuer (...)

Un «sobrino de Juan de Cuero» es también citado en una lista confeccionada hacia 1500 «de las damas y caballeros que fueron a Inglaterra con la Infanta doña Catalina, para quedar allí a su servicio, cuando se casó con Arturo, Príncipe de Gales», conservada en el Archivo de Simancas4.

6Cependant, selon ces mêmes auteurs, le nom de Rodrigo de Cuero n’apparaît pas explicitement dans la liste. Il est, en revanche, bien mentionné dans l’Historia de Madrid de Jerónimo de Quintana, qui nous dit, à propos de Juan de Cuero :

  • 5 Jerónimo de Quintana, A la muy antigua, noble y coronada villa de Madrid. Historia de su antigüeda (...)

No bastó el aver dado este cavallero de mano a las ocupaciones y trato de la corte para que el Rey Católico le dexasse de ocupar, por ser su persona tan de importancia a su real servicio, y así ofreciéndose que el exército de Inglaterra era venido, como tenía tanto conocimiento con los Ingleses y sabía tan bien la lengua [actuó como embajador]. Fue hermano del camarero Rodrigo de Cuero, contino de la casa de Castilla, el qual sirvió a los reyes en muchas ocasiones, así de paz como de guerra5.

7Enfin, Soriano Robles et Contreras Martín évoquent une lettre écrite en Angleterre par Rodrigo de Cuero, dans laquelle il se qualifie lui-même de « camarero » et se plaint des mauvaises conditions de vie infligées à l’infante d’Espagne :

  • 6 L. Soriano Robles et A. Contreras Martín, « La Historia de Inglaterra… », p. 124.

Existe además una carta autógrafa firmada por Rodrigo de Cuero, fechada en Richmond a 4 de marzo de 1509, antes del casamiento de Catalina con el futuro Enrique VIII, en la que el «camarero», como se denomina, se queja al embajador en Londres Gutierre Gómez de Fuensalida, del exiguo séquito que acompañó a la princesa de Gales en su traslado al palacio de Richmond, así como de la indiferencia hacia su persona mostrada por Enrique VII6.

  • 7 De fait, Soriano Robles souligne qu’il s’agit là, vraisemblablement, de la première traduction con (...)
  • 8 Pour composer son ouvrage, Cuero a donc eu recours à plusieurs sources, que Soriano Robles et Cont (...)
  • 9 L. Soriano Robles, « La Historia de Inglaterra con el fructo… », p. 1059.

8De ces maigres indices, nous pouvons donc retenir que l’auteur de l’Historia appartenait à une famille dont plusieurs membres gravitaient autour de la famille royale et occupaient à la cours diverses charges. De même, il semble que les Cuero aient été réputés pour leur connaissance de la langue anglaise, ce qui aurait motivé le choix de l’infante qui, comme nous l’avons signalé plus haut, demande à Rodrigo de Cuero « que tornase en lengua castellana sumariamente las corónicas de todos los reyes que en Inglaterra han seydo, que en su natural lengua inglesa están ». La commande de la princesse concerne donc bien un travail de traduction et non pas un travail de composition7, même si l’auteur va aller largement au-delà de cette commande initiale, dans la mesure où il va en réalité inclure dans son ouvrage bien d’autres composantes que les seules chroniques anglaises8. De fait, en plus de l’histoire de l’Angleterre proprement dite, l’Historia de Inglaterra se compose d’une histoire universelle des premiers temps, d’une histoire des principales civilisations européennes de l’Antiquité, d’une histoire de l’Italie et d’une histoire de France, mais également d’une histoire des papes, sans oublier quelques allusions à l’histoire d’Espagne. Cependant, Cuero se base avant tout, pour son travail, sur les Chronycles of Englonde with the Fruyte of Tymes, et plus précisément sur la version imprimée sortie des presses de Wynkyn de Worde en 1502, à laquelle, selon Lourdes Soriano, « es fiel […] desde el inicio hasta el último capítulo de la edición impresa, siguiendo su misma estructura »9, du moins pour ce qui concerne l’histoire anglaise.

  • 10 Pour une description précise de ces deux exemplaires, vidibid., p. 1056.

9Celle-ci s’articule aux éléments appartenant aux autres chroniques dans une structure à la fois complexe et organisée. Dans le manuscrit conservé à la Bibliothèque de l’Escurial (ms. X.II.20), néanmoins, les éléments extérieurs à l’histoire de l’Angleterre apparaissent sous forme de gloses marginales, alors que, dans le manuscrit conservé à la Bibliothèque de l’Université de Salamanque (ms. 1850)10, ces gloses sont pleinement intégrées au texte, ce qui suggère plusieurs conclusions. D’une part, le manuscrit conservé à l’Escurial serait un exemplaire autographe :

  • 11 Loc. cit.

Según el Catálogo del padre Miguélez (1935: 32), este manuscrito parece ser autógrafo de Rodrigo de Cuero «por las notas marginales (a veces ilegibles a causa de la encuadernación), por las adiciones y enmiendas interlineales de la misma mano»11.

  • 12 Soriano Robles et Contreras Martín écrivent en effet que « el manuscrito autógrafo de El Escorial (...)

10D’autre part, le manuscrit de Salamanque serait une copie, au propre pour ainsi dire, du manuscrit de l’Escurial12.

11Quoi qu’il en soit, il demeure que le résultat finalement obtenu par Cuero a donc largement outrepassé ce qui semblait être son objectif de départ et la demande de Catherine, à savoir traduire en espagnol les chroniques anglaises. Il convient donc de s’interroger sur les buts poursuivis par l’auteur. S’agit-il simplement, pour lui, de faire montre de son érudition et de ses capacités de traducteur dans différentes langues en composant une nouvelle encyclopédie historique ? Nous pensons, en réalité, qu’il poursuit deux buts, nullement contradictoires et sans cesse articulés l’un à l’autre. Ainsi, Cuero aurait, tout d’abord, des visées didactiques, qui seraient, d’une part, de permettre à Catherine de mieux connaître le royaume sur lequel elle est appelée à régner, et, d’autre part, de lui enseigner son métier de souveraine. Ainsi, l’Historia de Inglaterra serait un avatar de ce genre maintes fois décliné qu’est le miroir de prince, et utiliserait l’histoire comme un catalogue d’exemples à suivre ou de contre-exemples à éviter. Cependant, l’aspect politique de l’ouvrage ne se limite pas à la formation de la souveraine, dans la mesure où le texte de Cuero se veut un ardent promoteur de l’union entre l’Espagne et l’Angleterre, union qui, dans les années 1502-1509, peinait à se concrétiser. Dans les pages qui suivent, nous allons donc aborder le texte de Cuero selon ces deux axes, afin de mieux comprendre, peut-être, ce que Catherine d’Aragon a pu connaître de son futur rôle de souveraine et de son futur royaume au cours de ses années de veuvage.

Expliquer l’Angleterre

12Comme nous l’avons vu plus haut, la commande passée à Rodrigo de Cuero consiste à résumer les chroniques contenant l’histoire de l’Angleterre, afin que Catherine d’Aragon puisse connaître, notamment, les faits et gestes des différents souverains ayant régné depuis la constitution du royaume. Pour remplir sa mission, Cuero choisit comme texte de base les Chronycles of England ou Brut en prose, qui racontent l’histoire complète de l’Angleterre, depuis sa découverte et l’arrivée des premiers habitants jusqu’à 1461, du moins pour la version la plus complète du texte. Cet ouvrage était donc particulièrement adapté au but recherché, mais surtout :

  • 13 L. Soriano Robles, « La Historia de Inglaterra con el fructo… », p. 1057.

El Brut en prosa se considera una de las obras historiográficas más populares en Inglaterra durante el siglo xv y a principios del xvi, a juzgar por el gran número de manuscritos que la preservan, unos 183, a los que hay que añadir las trece ediciones aparecidas entre 1480 y 1528 […]. Su transmisión textual es bastante compleja debido a las continuaciones añadidas a la crónica y a la diversidad de fuentes utilizadas por los escribanos con la intención de actualizarla13.

13Bien que régulièrement actualisées, les Chronycles n’étaient cependant pas suffisantes, puisque les cinquante dernières années de l’histoire d’Angleterre manquaient. Or, il s’agissait d’années cruciales pour la compréhension des alliances et des tensions présentes à la cour d’Angleterre au moment de l’arrivée de Catherine, puisqu’elles avaient notamment vu les développements de la Guerre des Deux Roses, entre les York et les Lancastre (1455-1485). Dès lors, Cuero se propose de compléter les Chronycles en changeant de méthode :

  • 14 R. de Cuero, Historia de Inglaterra, fol. 104v°.

Por no pasar tan grande escalón, dexando en medio de hazer memoria de lo que tanta razón es de no olvidar, y como en escritura ninguna cosa de lo siguiente pudiesse hallar por no ser cumplido aquel término que para divulgar las historias de los reyes se suele guardar, acogíme a hombres antiguos de buena memoria, que de entonces acá enteramente de todo muy bien se acordaron, los cuales de palabra lo dixeron, y de las cosas que ellos me recontaron, dexando lo superfluo, escreví lo necessario14.

  • 15 Notons, cependant, qu’il a vraisemblablement eu recours à des sources écrites, même pour la deuxiè (...)
  • 16 R. de Cuero, Historia de Inglaterra, fol. 9r°. Nous soulignons.

14Faute de trace écrite15, notre auteur décide donc de s’en remettre aux témoins oculaires pour les événements de l’histoire récente. Ce passage nous permet, en outre, de souligner un autre aspect essentiel de la méthode mise en place par Cuero, qui fait un effort de synthèse, en ne sélectionnant que les éléments vraiment significatifs (« dexando lo superfluo, escreví lo necesario »). De fait, l’auteur revient à trois reprises sur cet aspect de son travail. Au tout début, comme nous l’avons vu (« que me mandó que tornase en lengua castellana sumariamente las corónicas »16). Au moment d’aborder les faits qui ne sont pas recueillis dans les Chronycles, comme nous venons de le voir. Enfin, à la toute fin de son ouvrage, où il énumère les difficultés rencontrées dans la composition de son ouvrage :

  • 17 Ibid., fol. 115r°. Nous soulignons.

Por tres razones, muy dificultoso a sido: lo uno, por copilar tantas y tan grandes materias en tanta brevedad, lo segundo por averlo aquí puesto por orden en sus tienpos e lugares lo que en muchas e diversas partes estava, lo tercero por ser la lengua inglesa de do fue traduzido a la nuestra muy cerrada y escura de entender17.

15Sont donc résumés ici les trois principes qui guident Cuero dans son travail et constituent les bases de sa pédagogie : rendre accessible les Chronycles en les traduisant, les rendre plus digestes en les synthétisant, et plus compréhensibles en ordonnant leur contenu.

16De fait, l’adjonction aux chroniques anglaises de multiples détails concernant d’autres pans de l’histoire implique un effort d’ordonnancement chronologique, afin que le propos reste compréhensible. Ainsi, notre auteur impose à sa source principale, les Chronycles of England, une division en six âges qui sont autant d’étapes dans l’histoire de l’humanité, le dernier débutant avec l’Incarnation et incluant donc les temps présents. Cette division permet également d’ordonner les informations provenant d’autres sources, et se reflète dans l’organisation de la table des matières située au début de l’ouvrage et dont la visée est explicitement pédagogique :

  • 18 Ibid., fol. 2r°.

Aquí comiença una breve tabla d’estas presentes corónicas, y es a saber que cualquier nombre o otra alguna cosa que en ella en suma se hallare, quien mirarlo quisiere, verlo a más cumplidamente adelante, guardando esta forma en buscarlo18.

  • 19 Ibid., fol. 10r°.
  • 20 Ibid., fol. 12v°-13r°.
  • 21 Ibid., fol. 26r°.

17L’Historia est donc conçue, dès le « brouillon » de Cuero, comme un ouvrage pratique, dont l’utilisation doit être facile. En effet, les titres de la table des matières sont repris et mis en relief dans le manuscrit. Ainsi, pour le premier âge, l’auteur insère l’intertitre suivant : « Aquí comiença la primera hedad del mundo, que duró desde Adán hasta Noé », puis une subdivision (« Adán / Eva »19) est encadrée, et ce procédé est repris régulièrement, selon des formules variées. Ainsi, pour le troisième âge, l’auteur utilise la mention suivante : « Aquí comiença la devota y santa ystoria de los santos patriarcas que creyeron en el verdadero Dios »20, et, pour le sixième âge, la mention latine « Cristus natus est »21.

18La partie chronologique de l’Historia ne constitue pas, cependant, la totalité de l’ouvrage de Cuero, dans la mesure où celui-ci a également souhaité transcrire pour Catherine la Description of England, une brève description des particularités géographiques et, si l’on peut dire, ethnographiques de l’Angleterre. Faisant cela, notre auteur suit de près l’édition des Chronycles of England de 1502 :

  • 22 L. Soriano Robles, « La Historia de Inglaterra con el fructo… », p. 1058.

La siguiente edición [de las Chronycles] en ver la luz, hacia el año 1483, presenta importantes modificaciones respecto a las dos anteriores. Ésta es una versión extendida del texto, más conocida como Crónica de Saint Albans, basada en la primera edición de William Caxton e interpolada con una historia sobre los papas y diversos asuntos eclesiásticos. Al texto, además, antecede un prólogo sobre el uso de la historia y la sección principal comienza con el Fructus Temporum de Werner Rolevinck, incluyendo desde la Creación hasta Homero. […] Ésta sería la edición en la que, en 1497-1498, Wynkyn de Worde, discípulo de William Caxton, se basaría para publicar su propia versión de la obra, y que reimprimiría en 1502, esta vez recuperando y acompañándola de la Description of Britain, a partir de entonces titulada Description of England. De acuerdo con la crítica, este es el original del que se sirvió nuestro traductor en 1509, ya que es la única edición publicada antes de este año donde figuran por primera vez Chronicle y Description juntas, ambas obras, recordemos, traducidas por Rodrigo de Cuero22.

19Nous pensons cependant qu’il ne faut pas voir dans le fait que Cuero traduise la Description uniquement le témoignage d’une fidélité aveugle à son modèle, qu’il n’hésite pas, par ailleurs, à résumer ou à amender. De fait, la Description est d’une grande utilité pour Catherine, qui peut, à travers ses pages, parcourir la Grande Bretagne, de Londres à Cardiff en passant par Dublin, et acquérir une première connaissance des particularités géographiques du Pays de Galles, de l’Écosse ou de l’Irlande, et des coutumes des habitants de ces régions. Dès lors, l’inclusion de cette section non historique dans l’Historia nous semble avoir un vrai sens pédagogique, et participer pleinement de l’effort de divulgation mené par l’auteur. Il s’agit en effet pour lui d’expliquer l’Angleterre, au sens étymologique du terme : déplier, dérouler pour aplanir les difficultés de compréhension et dévoiler ce qui est caché, notamment sous les subtilités de la langue anglaise.

  • 23 R. de Cuero, Historia de Inglaterra, fol. 123r°.
  • 24 Ibid, fol. 19r°, 22v° et 39r° respectivement.
  • 25 Ibid., fol. 60r°.

20En outre, bien que celle-ci, du fait même de la traduction, disparaisse quasiment de l’Historia, Rodrigo de Cuero n’hésite pas à signaler à Catherine le sens de certains mots anglais. Loin de constituer un glossaire, ces précisions lexicales soulignent néanmoins, là encore, l’effort pédagogique de notre auteur, dont l’ouvrage peut également être lu comme une introduction aux particularités de la langue anglaise. En effet, la Descripción de Inglaterra en analyse quelques spécificités dans une courte section linguistique23, et ce bref commentaire général vient compléter la liste des quelques mots anglais mentionnés par Cuero, au nombre desquels « gate », « stone » ou « men »24. Dans les deux premiers cas, il s’agit d’expliquer le nom d’un toponyme, tandis que dans le troisième, l’auteur analyse la formation du gentilé « engleymen ». Par ailleurs, il fait également une brève observation sur le terme « syr », dont il était, bien entendu, fort intéressant pour Catherine de connaître la signification dans le contexte de la cour25.

  • 26 Gómez Redondo propose un résumé des faits (F. Gómez Redondo, Historia de la prosa…, p. 289 et suiv (...)

21Ainsi, l’introduction ponctuelle de mots anglais dans le texte de l’Historia permet à l’auteur de donner à voir l’étrangeté de cette langue tout en offrant à Catherine quelques détails supplémentaires sur l’histoire de l’Angleterre. Néanmoins, l’essentiel de l’effort de Cuero consiste à rendre compréhensible pour Catherine l’environnement étranger dans lequel elle fit ses premiers pas à l’automne 1501, univers dans lequel, de 1502 à 1509, elle sera moins une veuve royale que l’otage de manœuvres politiques et diplomatiques. La relation entre Catherine et son royaume commence, en effet, sous de bien mauvais auspices, comme le laisse d’ailleurs entendre la lettre de Cuero évoquée plus haut, et il s’agit pour l’infante d’acquérir les armes et les connaissances qui doivent lui permettre de savoir comment se comporter en fonction des personnes en présence et des circonstances26.

Un miroir pour la Princesse de Galles

22Le texte de Cuero a donc, selon nous, une portée politique, et ce à plus d’un titre. D’une part, en effet, il peut être considéré comme un miroir de prince. D’autre part, il constitue un véritable panégyrique en faveur de l’union des royaumes anglais et espagnols, celle-ci étant le fruit logique de leurs histoires respectives, comme le montrent à la fois les multiples événements historiques qui les ont rapprochés et le fait que l’union de Catherine et d’Henri soit la fin – au double sens du terme – de l’histoire, comme l’indique l’organisation du propos de Cuero.

23Le prologue de l’Historia, du reste, est relativement précis quant à l’intentio auctoris, dans la mesure où il met en avant la double finalité de l’ouvrage, qui n’est pas seulement de donner des informations sur le déroulement des événements, mais aussi de permettre à Catherine de savoir comment régler sa conduite en tant que souveraine. Cuero explicite clairement cette visée en faisant de l’utilité didactique des événements un critère de sélection, puisque, face à la multiplicité des anecdotes, il affirme n’avoir retenu que :

  • 27 Ibid., fol. 9r°.

Las más notables, virtuosas e dignas de memoria e también las contrarias a nobleza, por que de las primeras pueda tomar dotrina y exemplo y de las que tales no fueren se sepa con prudencia evitar e guardar27.

  • 28 Ibid., fol. 10v°.
  • 29 Ibid., fol. 12r°. Par cette brève mention, déjà présente au fol. 11r°, Cuero prend position dans l (...)

24Dès lors, l’enseignement politique de l’Historia commence dès la chronique des premiers âges, dans la mesure où le premier souverain injuste et cruel n’est autre que Caïn, tellement dur avec son peuple qu’il fut obligé de se réfugier dans une ville fortifiée et fut finalement tué par un de ses sujets28. Le deuxième âge du monde voit, par ailleurs, l’instauration de la noblesse, dont le rôle est valorisé. En effet, elle naît de la nécessité de réguler les comportements sociaux, dans la mesure où, l’homme étant prompt à faire le mal, il devient nécessaire de protéger ceux qui ne savent pas se défendre. Dès lors, est appelé noble ou hidalgo celui qui est supérieur aux autres en vertu, cette supériorité étant induite par l’ancienneté de sa lignée29. Ainsi, le rôle du noble est, avant tout, de défendre la vertu et de protéger le faible, et cette mention des fondements de la noblesse constitue déjà tout un programme de gouvernement pour Catherine.

  • 30 R. de Cuero, Historia de Inglaterra, fol. 16r°.
  • 31 Ibid., fol. 17v°, 19r°.
  • 32 Ibid., fol. 20v°.
  • 33 Ibid., fol. 25r°.
  • 34 Ibid., fol. 28v°. Il convient bien entendu de rappeler l’origine espagnole du second, même si, en (...)

25Cependant, cette dernière doit avant tout tirer un enseignement des exemples fournis par les actions menées par différents souverains, hommes ou femmes. De fait, les femmes fortes ne manquent pas dans l’Historia, et sont même à l’origine de la fondation de l’Angleterre, même si les compagnes d’Albana – à l’origine du nom « Albion », selon le texte – ne sont guère des exemples de vertu30. Dès les premiers temps de l’histoire (avant même l’avènement de David en Israël, selon l’auteur), on trouve néanmoins dans l’histoire de l’Angleterre des exemples de reines qui ont su à la fois faire respecter leur droit et régner pacifiquement31, ce qui en fait des sources d’inspiration possibles pour Catherine. Une autre figure féminine dont l’histoire est racontée en détail est Lucrèce, et cette minutie de l’auteur doit être soulignée, dans la mesure où il peut au contraire passer rapidement sur des règnes entiers. De fait, le cas de Lucrèce est particulièrement intéressant, puisqu’ il met à la fois en avant la valeur de la chasteté féminine, mais également les conséquences d’un mauvais gouvernement, car le forfait de Tarquin mit fin à la royauté romaine32. De fait, l’histoire romaine fournit déjà de nombreux exemples de souverains à Cuero, qui s’étend notamment sur les différentes actions de César, qualifié de « onbre de grand virtud y muy magnánimo »33 avec ses ennemis. De même, Titus ou Trajan sont considérés comme des souverains exemplaires34.

  • 35 Ibid., fol. 30r°.

26Néanmoins, c’est avant tout dans l’histoire d’Angleterre que Cuero trouve ses exemples, au premier rang desquels Constantin. La Grande Bretagne apparaît en effet comme le point de départ de ce dernier pour la conquête de Rome, dont le premier objet (inspiré à Constantin par sa mère, à qui l’Historia attribue par ailleurs une origine anglaise) est d’en chasser tous les païens35. Cette vision de l’histoire a, notamment, un mérite, qui est de présenter l’Angleterre comme la deuxième source, après Rome, du christianisme européen, aspect qui ne pouvait manquer d’être perçu positivement par la fille des Rois Catholiques. De fait, l’auteur ne néglige aucune occasion de souligner la force et l’ancienneté de l’implantation chrétienne en Angleterre, et de faire l’éloge des saints rois qui en ont occupé le trône. C’est, le cas, par exemple, d’Édouard le Confesseur, dont Cuero nous dit que :

  • 36 Ibid., fol. 52r°.

No olvidó, aunque se vido rey, la santa vida que antes hazíe, mas continuamente la mejorava, cresciendo en virtudes, él guardando su virginidad tan bien que aunque se casó no la perdió36.

  • 37 Ibid., fol. 36r°. À ce sujet, Soriano Robles affirme que « queremos llamar la atención sobre la pr (...)
  • 38 On retrouvera une mention similaire dans l’évocation d’un autre roi exemplaire, Edgar le Pacifique (...)

27Au nombre des souverains emblématiques de la Grande Bretagne, il faut ensuite citer, bien entendu, le roi Arthur, dont les qualités sont soulignées, puisqu’il est qualifié de « muy noble ombre, cortés, franco, virtuoso y amigable con los suyos, feroz, áspero e rigurroso contra sus enemigos »37. Du reste, les épisodes de la légende arthurienne sélectionnés par Cuero permettent de mettre en scène un roi chrétien, qui respecte donc l’Église et ses représentants38, et se montre miséricordieux avec ses ennemis. L’accent est également mis sur la gestion des rapports avec la noblesse, notamment dans l’instauration de la Table ronde, qui établit l’égalité entre les différents membres de la cour et contraste donc avec le système du favoritisme que l’auteur condamne, comme nous allons le voir. On retrouve ces mêmes caractéristiques, entre autres, dans le portrait qui est fait d’Édouard III, souverain d’Angleterre de 1327 à 1377, que Cuero considère, par ailleurs, comme un héritier de l’esprit arthurien :

  • 39 Ibid., fol. 82v°.

Este buen rey fue muy gracioso y lleno de virtudes et de ardid, e victoriosos en batallas. Fue magnánimo, pasciente y benigno, tan bien a estranjeros como a sus naturales. Fue caritativo y piadoso y devoto en el servicio de Dios. Tuvo mucho acatamiento y reverencia a la Iglesia y a sus ministros. Alcançó grande entendimiento. Fue tal, y de tan cumplidas gracias dotado que generalmente de todos era muy bien amado e quisto, y también temido, como todos los buenos reyes que quieren permanescer deven ser39.

28On remarquera que l’auteur ne se contente pas, ici, de mentionner les faits, mais qu’il invite explicitement à s’en inspirer, ce qui est relativement rare dans sa chronique. Les qualités d’Édouard III et d’Arthur réapparaissent enfin dans les deux portraits suivants, qui concernent deux rois exemplaires du xve siècle, à savoir Édouard IV :

  • 40 Ibid., fol. 105r°.

[…] fue ombre animoso y amigable a sus naturales, áspero y feroz con sus enemigos. Usó más de la virtud de liberalidad que de su vicio contrario de avariçia, ayuntó tesoros de sus propias rentas sin gemidos de hombres pobres40.

29Et Henri VII, père des deux maris de Catherine :

  • 41 Ibid., fol. 110v°.

Él es príncipe muy devoto, cristianíssimo y caritativo […]. Es tan doctíssimo y discreto que pocos se le pueden comparar, tiene su reyno en mucha tranquilidad y buen regimiento por ser esforçado y por usar de justicia rectamente y con igualdad […]. Es tan grande hedificador que ha hecho tres palacios memorables y de harta admiraçión41.

30Ainsi, les éloges dont l’auteur gratifie chacun de ses monarques permettent de tracer le portrait d’un souverain exemplaire, dont les caractéristiques sont les suivantes : le sens de la justice (être bon avec ses alliés et punir ses ennemis dans une juste proportion, ne pas faire peser tout le poids des impôts sur les plus pauvres), l’intelligence (« ardid », « doctíssimo y discreto », « alcançó grande entendimiento »), la générosité (« caritativo », « virtud de liberalidad »), le courage (« victorioso en batallas », « esforçado ») et la piété (« piadoso y devoto en el servicio de Dios », « mucho acatamiento y reverencia a la Iglesia », « muy devoto, cristianíssimo y caritativo »), toutes ces caractéristiques devant servir à obtenir l’amour des sujets et à garantir la paix du royaume.

  • 42 Ibid., fol. 31v°. Cuero évoque ici un roi légendaire de Bretagne.

31Cependant, l’histoire anglaise fournit aussi quelques exemples de mauvais souverains, dont le comportement doit servir de contre-exemple. C’est notamment le cas de Constant, victime de son mauvais conseiller, Vortigern, dont l’auteur nous dit que « Vortiger mandava tan absolutamente lo que quiríe, que él era el rey aunque Constançe tiníe el nombre »42. D’ailleurs, ce mauvais conseiller finit par tuer le roi et par se faire couronner à sa place avec l’approbation du peuple, qu’il abreuvait de « mercedes ». Nul besoin de glose morale, donc : l’exemplum parle de lui-même, et invite fermement Catherine à bien choisir ses conseillers. La critique des válidos est, en outre, une constante de l’Historia, puisqu’on la retrouve dans le portrait de Hugues le Despenser, favori et chambellan du roi Édouard II,

  • 43 Ibid., fol. 67r°.

[…] de quien mucho confiava y a quien gran parte de todos sus mayores hechos y secretos dava, y en conclusión, que por él hera governada su casa y reyno. Éste era de tan malas maneras que grandes enbidias y enemistades con los grandes traíe43.

32De fait, les mauvais souverains agissent comme autant de contre-exemples, et l’énumération de leurs défauts ou de leurs manquements suffit pour indiquer à Catherine qu’elle doit adopter la conduite inverse.

  • 44 Nous pensons qu’en l’occurrence, la mise en avant d’événements scellant l’alliance entre l’Espagne (...)

33Le programme que Cuero lui-même établit au début de son ouvrage est donc respecté, dans la mesure où il mentionne, certes, les hauts faits des souverains, mais n’omet pas de faire allusion à leurs méfaits, afin que des uns comme des autres sa destinataire puisse tirer des leçons. En outre, la sélection et la mise en avant de certains faits n’a pas pour seul but la formation de la souveraine, dans la mesure où l’on peut également retrouver dans l’Historia tout un réseau d’événements qui tendent à prouver que l’Angleterre et l’Espagne sont faites pour s’allier, qu’il s’agisse de mariages, de luttes communes ou d’intérêts partagés44. Dès lors, ce texte doit aussi être compris comme une histoire orientée vers la justification de l’union conjugale entre Henri et Catherine.

Une alliance dans la logique de l’Historia

34En effet, leur mariage constitue expressément la fin de l’Historia de Inglaterra composée par Cuero :

  • 45 R. de Cuero, Historia…, fol. 104v°.

Porque my yntençión ha seydo fenesçer estas corónicas mías hablando de la muy esclarescida señora doña Catalina princesa de Gales y de Inglaterra, forçado me fue escrevir primero algund poco del rey Eduardo y del rey Richart, y del serenísimo rey Enrique que oy es, hasta llegar en su ystoria al tiempo en donde aquello a de entrar45.

35Le mariage des deux jeunes gens constitue donc non seulement le point d’arrivée des chroniques synthétisées par l’auteur, mais également, semble-t-il, leur but. L’Historia est en effet parsemée d’allusions qui tendent à rendre cette union tout à fait logique, en vertu de deux arguments essentiels : l’Angleterre et l’Espagne sont deux nations alliées depuis longtemps, et elles ont des intérêts en commun.

36Pour comprendre ceux-ci, il suffit d’ailleurs d’observer les qualificatifs attribués par Cuero à Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille :

  • 46 Ibid., fol. 9r°. Nous soulignons.

[…] los muy altos y muy poderosos señores don Fernando quinto e doña Isabel, reyes de España que ganaron de los moros, enemigos de nuestra santa fe católica, todo el reyno de Granada, e de los franceses en su mayor prosperidad el reyno de Nápoles46.

  • 47 Deux personnages, néanmoins, sont mentionnés de façon relativement positive : saint Louis (fol. 60 (...)

37L’accent est donc mis sur deux aspects : la promotion du christianisme, et la lutte contre les Français, que la Guerre de Cent Ans avait par ailleurs opposés aux Anglais jusqu’en 1453. Ainsi, il est frappant de constater que, dans l’Historia, les Français et leurs actions sont presque systématiquement qualifiés négativement47. En effet, dès le tout début de la chronique, ils apparaissent comme les perdants d’un affrontement guerrier mené par le fondateur légendaire de la Grande Bretagne, Brutus (fol. 17r°). Cette première mention devient très rapidement un leitmotiv, la France étant toujours du côté des vaincus, qu’elle le soit comme nation ou comme alliée d’une des factions anglaises (fol. 18r°, fol. 36v° [épisode arthurien], fol. 53v° [guerre de Guillaume le Conquérant contre la France], fol. 54r° [guerre d’Henri Ier Beauclerc contre la France], fol. 65r° [guerre d’Édouard II contre la France], etc.).

  • 48 Ibid., fol. 42r°. Il va de soi que l’hostilité que l’Historia développe envers les Français vient (...)
  • 49 Ibid., fol. 46r°.
  • 50 Ibid., fol. 63r°.

38L’Historia semble donc parler d’elle-même : la France est un ennemi commun à l’Angleterre et à l’Espagne. Cependant, outre cette inimitié persistante du royaume français avec ses deux voisins, un autre motif apparaît encore plus légitime pour susciter l’alliance de Madrid et de Londres contre Paris : la France est presque systématiquement associée à l’hérésie. De fait, Cuero ne se prive pas de souligner la supériorité de l’Angleterre sur la France en matière de religion : « nota que luengo tiempo antes fueron cristianos en Ynglaterra que en Francia »48. Loin d’apparaître comme « Fille aînée de l’Eglise », la France apparaît au contraire comme son ennemie, dans la mesure où, par exemple, Cuero nous dit que les rois français perdent le titre d’empereur auquel ils avaient droit pour ne pas avoir voulu aider l’Église dans sa campagne contre les Lombards. En outre, les Danois, pour combattre les Anglais, font appel aux « africanos » qui stationnent en France. Dès lors, « con esto los franceses fueron constreñidos a estarse en su tierra, a jamás ser emperadores por su mal vivir »49. En outre, au moment de l’expulsion des Juifs d’Angleterre par Édouard Ier (1290), Cuero mentionne que « ellos se pasaron a Francia al rey Felipe que los rescibió »50. Ainsi, par ces mentions ponctuelles, la France apparaît comme un pays d’accueil pour les religions que l’Espagne vient justement de s’efforcer d’expulser de son sol au moment où l’Historia est écrite. Au contraire, l’Angleterre partage tous les intérêts du royaume dirigé par Isabelle et Ferdinand, puisque la lutte contre les Français s’accompagne également d’une promotion du christianisme.

  • 51 Ibid., fol. 19v°.
  • 52 Peut-être était-ce l’occasion, pour Catherine, de se rappeler son propre voyage vers la Grande Bre (...)

39Souligner le fait qu’Angleterre et Espagne aient des intérêts communs constitue donc le premier aspect de la stratégie déployée par Cuero pour présenter comme inéluctable et naturelle l’union de Catherine et d’Henri, laquelle apparaît, par ailleurs, comme le couronnement d’une longue suite d’alliances diplomatiques et matrimoniales. En effet, la première rencontre des deux nations se produit dès le quatrième âge (avant la fondation de Rome), quand le fils d’un roi nommé Belin « topó en la mar con treynta navíos españoles » dont les occupants se trouvent être des exilés à la recherche d’une terre d’accueil, et qui se voient offrir la province d’Irlande par le roi lui-même51. Le symbolisme du passage est évidemment très fort, dans la mesure où il permet de souligner l’ancienneté de l’alliance entre les deux royaumes, mais aussi la générosité du roi anglais qui accueille les occupants des trente navires espagnols52.

  • 53 Ibid., fol. 56r°.
  • 54 Ibid., fol. 60r°.

40Cette alliance est ensuite confirmée par les liens matrimoniaux qui se tissent entre les dynasties occupant successivement les trônes anglais et espagnols. La première de ces alliances est celle de la fille d’Henri II le Court-manteau avec le roi Alphonse IX, vainqueur de la bataille des Navas de Tolosa53. Un nouveau mariage dynastique a lieu au xiiie siècle, entre le futur Édouard Ier d’Angleterre et Leonor, fille de Ferdinand III d’Espagne et de Jeanne de Ponthieu54. Dans les deux cas, c’est l’occasion pour l’auteur de dévier de l’histoire d’Angleterre pour s’intéresser à celle de l’Espagne, et de revenir sur les hauts faits de la Reconquête qui marquèrent les règnes d’Alphonse IX et de Ferdinand III, associant ainsi implicitement alliances matrimoniales avec l’Angleterre et progrès significatifs des armées chrétiennes dans la Péninsule.

  • 55 Ibid., fol. 64r°.

41On peut, par ailleurs, souligner la place toute particulière que Cuero souhaite donner à la reine Leonor, et ce, malgré le silence de ses sources, puisqu’il avoue lui-même que « las corónicas a este caso muy cortamente hablan »55. Cependant, il dresse d’elle un portrait flatteur :

  • 56 Ibid., fol. 63v°.

La noble y católica reyna doña Leonor, muger del rey Eduardo primero […] fue tal persona en sus días que es cosa muy justa e razonable su vida se aya de escrevir […] pues digna fue de memoria y asy mismo la noble generación y personas notables que d’ella descendieron56.

42Cependant, l’importance de la reine ne tient pas uniquement aux nombreux enfants qu’elle mit au monde et aux grands mariages que ceux-ci purent conclure. En effet, Cuero nous la décrit comme une bâtisseuse, qui traça des routes, donna des terres à des monastères, fonda des chapelles, etc.. Et il ajoute :

  • 57 Ibid., fol. 64v°.

Y quando esta excellente reyna en sus días todo esto ovo hecho e avíe reynado notablemente diez y nueve años, quísola llevar Nuestro Señor a su gloria, donde por sus buenas obras e méritos se cree su ánima reposa57.

43Souveraine exemplaire, Leonor est d’autant plus inspirante pour Catherine qu’elles ont connu le même parcours, étant infantes de Castille puis reines d’Angleterre. En outre, sa mise en valeur permet aussi de souligner les bienfaits apportés à l’Angleterre par la famille royale castillane.

44Néanmoins, c’est bien l’union entre Catherine de Lancastre et Henri III de Castille qui constitue l’ultime étape décisive avant celle de Catherine d’Aragon et du futur Henri VIII, dans la mesure où il existe entre les deux reines un lien familial direct, puisque de Catherine de Lancastre descend directement :

  • 58 Ibid., fol. 85r°.

[…] la illustrísima señora doña Catalina, princesa de Gales, por cuyo mandamiento esta obra es hecha, por donde paresce esta ínclita y esclarescida persona descender linialmente de la noble y alta sangre de los reyes de España e Inglaterra, de larga antigüedad58.

  • 59 Ibid., fol. 112v°.

45Autrement dit, Catherine d’Aragon appartient déjà à la famille d’Angleterre par ses ascendants, et il est donc tout à fait logique qu’elle puisse porter la couronne anglaise en devenant reine, conclusion à laquelle semblent d’ailleurs être parvenues les deux parties au bout des négociations concernant son remariage, finalement organisé « porque a cada uno paresçió ser aquello lo que más cumplíe a toda la cristiandad »59.

  • 60 Ibid., fol. 112v°.
  • 61 Loc. cit. L’auteur ajoute qu’elle aurait passé ces années dans la contemplation religieuse. Il s’a (...)
  • 62 Ibid., fol. 112r°. Notons que Cuero fait très probablement appel, ici, à ses propres souvenirs, pu (...)
  • 63 Pour cette description, nous renvoyons au passage cité dans L. Soriano Robles et A. Contreras Mart (...)

46Toutefois, même si l’infante pouvait être convaincue du bien-fondé de l’alliance recherchée par ses parents à travers son mariage, elle ne pouvait que constater le peu d’enthousiasme que suscitait sa présence à la cour d’Angleterre. Or, la façon dont Cuero présente les années 1501-1509 qui constituent l’épilogue de sa chronique ne laisse rien paraître des difficultés rencontrées par Catherine – dont il était pourtant pleinement conscient, si l’on en croit la lettre à l’ambassadeur d’Espagne mentionnée plus haut – ni de l’âpreté des négociations entre Ferdinand et Isabelle, d’un côté, et Henri VII, de l’autre. En ce sens, la version de l’histoire présentée par Cuero est donc particulièrement consensuelle. Ainsi, chacune des parties est présentée sous son meilleur jour, qu’il s’agisse d’Henri VII, dont nous avons cité plus haut le portrait élogieux, d’Henri VIII, décrit comme « una criatura muy hermosa, de nobles costumbres y grandes inclinaciones »60, ou, bien entendu, d’Isabelle la Catholique, dont Cuero fait l’éloge à l’occasion de son décès. D’autre part, l’auteur sélectionne soigneusement les événements sur lesquels il souhaite mettre l’accent. Ainsi, les sept années du veuvage de Catherine sont simplement évoquées par l’expression euphémistique « estrecha bibdez »61. Au contraire, les fêtes données, tant à l’occasion de l’arrivée de Catherine en Angleterre que pour son mariage avec Henri sont décrites avec précision et emphase. Ainsi, lors de son arrivée à Londres le 12 novembre 1501, le déploiement de faste et de musique laisse penser que « cada uno en amor no parescíe sino que rescibíe su padre o pariente muy propinco que más amase, y en estado y acatamiento que adorava criatura celestial »62. Enfin, l’Historia se conclut sur la longue description de la fête de mariage organisée au mois de juin 150963, qui constitue, selon le plan de Cuero, l’apogée de son ouvrage et le dernier événement qu’il mentionne avant d’y mettre un point final, le 20 décembre 1509.

  • 64 « De acuerdo con José Luis Gonzalo Sánchez-Molero [el volumen del Escorial] permaneció en la bibli (...)

47L’auteur a ainsi atteint son but : sa chronique achevée, il peut la remettre à Catherine qui pourra l’utiliser pour guider ses premiers pas de souveraine et y retrouver les événements qui ont conduit à son union avec Henri VIII. Cependant, compte tenu de l’insistance que met Cuero à démontrer la nécessité de cette union, on peut se demander si l’infante d’Espagne était le seul public visé. S’agissait-il, en effet, de convaincre Catherine elle-même, peut-être sceptique et dubitative quant à la nécessité de cette union, ou, du moins, quant à la réalité de l’affection que lui portaient les Anglais ? Ou s’agissait-il, pour Cuero, de convaincre un plus large public ? À moins qu’il ne s’agisse, dans une perspective encore plus ample, de laisser pour la postérité un récit consensuel qui permette de donner du mariage d’Henri et de Catherine une vision apaisée. Toujours est-il que ce texte fut précieusement conservé par la souveraine et, vraisemblablement, utilisé par ses descendants64, à une époque où de nouvelles tensions s’étaient fait jour entre les royaumes dont l’union paraissait si logique aux yeux de Cuero cinquante ans plus tôt.

Haut de page

Notes

1 Pour plus d’informations concernant la jeunesse de Catherine d’Aragon ou la formation reçue par les filles d’Isabelle la Catholique, on pourra consulter : Gareth Mattingly, Catherine of Aragon, Boston : Little, Brown & Co., 1941 (réédité de nombreuses fois depuis) ; Giles Tremlett, Catherine of Aragon : The Spanish Queen of Henry VIII, Londres : Faber & Faber, 2010 ; María Isabel del Val Valdivieso, « Isabel la Católica y la educación », Aragón en la Edad Media, XIX, 2006, p. 555-562.

2 Vid. Rodrigo de Cuero, Historia de Inglaterra, Bibliothèque de l’Escurial, ms. X.II.20, fol. 115r°. Sauf mention contraire, les citations de l’Historia seront tirées de cet exemplaire du texte. En effet, selon Gómez Redondo, celui-ci est « seguramente el autógrafo de Rodrigo de Cuero » (Fernando Gómez Redondo, Historia de la prosa de los Reyes Católicos: el umbral del Renacimiento, Madrid : Cátedra, 2012, p. 290). Il existe toutefois un autre exemplaire de ce texte, le manuscrit 1850 de la Bibliothèque de l’Université de Salamanque, qui est, toujours selon Gómez Redondo, une copie du manuscrit de l’Escurial, dont la principale caractéristique est d’intégrer les gloses au corps du texte. Pour les citations présentes dans cet article, il convient de mentionner que les accents et les tildes ont été ajoutés par rapport au texte initial, mais l’orthographe du manuscrit (doubles consonnes, alternance y /i, utilisation de la lettre q) a été respectée. En revanche, la ponctuation, ainsi que l’usage des majuscules et des minuscules ont été rétablis selon la norme actuelle. Enfin, on remarquera dans cette citation le titre de « princesse de Galles » donné à Catherine par Cuero, qui souligne ainsi son appartenance à la cour anglaise, et tend à faire passer au second plan son lien avec la cour de ses parents.

3 Vid. F. Gómez Redondo, Historia de la prosa…, p. 289.

4 Lourdes Soriano Robles et Antonio Contreras Martín, « La Historia de Inglaterra de Rodrigo de Cuero : fuentes y elaboración », Revista de Literatura Medieval, 30, 2018, p. 121-152, vid. p. 123. Nous tenons à remercier madame Soriano Robles, qui a bien voulu nous faire parvenir un exemplaire de cet article. Notons, par ailleurs, que Gómez Redondo mentionne également Juan de Cuero comme étant celui qui aurait permis à Rodrigo de Cuero de faire partie de la suite de l’infante (F. Gómez Redondo, Historia de la prosa…, p. 290, n. 424).

5 Jerónimo de Quintana, A la muy antigua, noble y coronada villa de Madrid. Historia de su antigüedad, nobleza y grandeza, Madrid : Imprenta del Reino, 1629, fol. 215r°.

6 L. Soriano Robles et A. Contreras Martín, « La Historia de Inglaterra… », p. 124.

7 De fait, Soriano Robles souligne qu’il s’agit là, vraisemblablement, de la première traduction connue d’un ouvrage anglais en castillan, et que Cuero « debe ser considerado como uno de los pioneros de la traducción directa del inglés al castellano de una obra de clara tradición medieval, la cual además amplía y continúa » (Lourdes Soriano Robles, « La Historia de Inglaterra con el fructo de los tiempos de Rodrigo de Cuero (1509) », in : Armando López Castro et María Luzdivina Cuesta Torre (ed.), Actas del XI Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval (Universidad de León, 20 al 24 de septiembre de 2005), León : Universidad de León, 2007, p. 1055-1063, p. 1063).

8 Pour composer son ouvrage, Cuero a donc eu recours à plusieurs sources, que Soriano Robles et Contreras Martín ont étudiées dans « La Historia de Inglaterra de Rodrigo de Cuero : fuentes y elaboración », p. 126-147. On trouve notamment, parmi les sources de l’auteur : le De origine et gestis francorum per utile compendium, pour l’histoire de France, et le Fasciculus Temporum de Werner de Rolevinck, pour l’histoire italienne ainsi que pour celles des papes, ouvrage qu’il a complété avec les Vitae pontificum de Bartolomeo Sacchi.

9 L. Soriano Robles, « La Historia de Inglaterra con el fructo… », p. 1059.

10 Pour une description précise de ces deux exemplaires, vidibid., p. 1056.

11 Loc. cit.

12 Soriano Robles et Contreras Martín écrivent en effet que « el manuscrito autógrafo de El Escorial tiene toda la apariencia de haber sido el borrador de la traducción castellana de la crónica, porque presenta muchas notas marginales e interlineales […] cuya disposición nos ayuda a entender su método de trabajo » (L. Soriano Robles et A. Contreras Martín, « La Historia de Inglaterra de Rodrigo de Cuero… », p. 126.

13 L. Soriano Robles, « La Historia de Inglaterra con el fructo… », p. 1057.

14 R. de Cuero, Historia de Inglaterra, fol. 104v°.

15 Notons, cependant, qu’il a vraisemblablement eu recours à des sources écrites, même pour la deuxième moitié du xve siècle, comme le notent Soriano Robles et Contreras Martín (« La Historia de Inglaterra de Rodrigo de Cuero… », p. 133). Du reste, dans l’épilogue de la partie historique de son ouvrage, Cuero cite un certain nombre de titres d’ouvrages dont il s’est servi pour compléter ou corroborer les commentaires des témoins oculaires qu’il a pu trouver.

16 R. de Cuero, Historia de Inglaterra, fol. 9r°. Nous soulignons.

17 Ibid., fol. 115r°. Nous soulignons.

18 Ibid., fol. 2r°.

19 Ibid., fol. 10r°.

20 Ibid., fol. 12v°-13r°.

21 Ibid., fol. 26r°.

22 L. Soriano Robles, « La Historia de Inglaterra con el fructo… », p. 1058.

23 R. de Cuero, Historia de Inglaterra, fol. 123r°.

24 Ibid, fol. 19r°, 22v° et 39r° respectivement.

25 Ibid., fol. 60r°.

26 Gómez Redondo propose un résumé des faits (F. Gómez Redondo, Historia de la prosa…, p. 289 et suivantes). Pour plus de détails, on pourra consulter les ouvrages de Mattingly et de Tremlett cités plus haut (note 1).

27 Ibid., fol. 9r°.

28 Ibid., fol. 10v°.

29 Ibid., fol. 12r°. Par cette brève mention, déjà présente au fol. 11r°, Cuero prend position dans les débats sur la définition de la noblesse qui avaient cours à l’époque. Pour plus de précisions, voir, notamment, Sara González-Vázquez, Représentation et théorisation de la noblesse dans les traités castillans du xve siècle : une édition du Nobiliario Vero de Ferrán Mexía, thèse soutenue le 06/12/2013 à l’École Normale Supérieure de Lyon sous la direction de Carlos Heusch. Disponible en ligne à l’adresse https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00951093 (consulté le 11/11/2019).

30 R. de Cuero, Historia de Inglaterra, fol. 16r°.

31 Ibid., fol. 17v°, 19r°.

32 Ibid., fol. 20v°.

33 Ibid., fol. 25r°.

34 Ibid., fol. 28v°. Il convient bien entendu de rappeler l’origine espagnole du second, même si, en mettant en avant ses qualité de gouvernement, l’Historia ne fait que rendre compte de l’opinion commune concernant l’ « optimus princeps ». Il est également intéressant de constater que Cuero en fait un souverain vertueux dans une perspective chrétienne, puisqu’il affirme que saint Grégoire pria pour lui après sa mort, sans savoir si, pour autant, il a pu échapper à l’Enfer.

35 Ibid., fol. 30r°.

36 Ibid., fol. 52r°.

37 Ibid., fol. 36r°. À ce sujet, Soriano Robles affirme que « queremos llamar la atención sobre la presencia en la crónica de diversos capítulos dedicados al rey Arturo, texto que podría pasar a engrosar la lista de testimonios en castellano que avalan la difusión de la literatura artúrica en territorio peninsular » (L. Soriano Robles, « La Historia de Inglaterra con el fructo… », p. 1063). Le roi Arthur incarne par ailleurs de façon emblématique la courtoisie et l’esprit chevaleresque, remis au goût du jour en plein xive siècle par deux autres souverains : Édouard III et Richard II.

38 On retrouvera une mention similaire dans l’évocation d’un autre roi exemplaire, Edgar le Pacifique, dont il est dit que « amava mucho el servicio de Dios, onrrava la Iglesia » (R. de Cuero, Historia de Inglaterra, fol. 47v°).

39 Ibid., fol. 82v°.

40 Ibid., fol. 105r°.

41 Ibid., fol. 110v°.

42 Ibid., fol. 31v°. Cuero évoque ici un roi légendaire de Bretagne.

43 Ibid., fol. 67r°.

44 Nous pensons qu’en l’occurrence, la mise en avant d’événements scellant l’alliance entre l’Espagne et l’Angleterre ou les parallélismes que Cuero peut créer entre les histoires respectives de ces deux royaumes constitue bien un apport personnel de l’auteur par rapport à l’original anglais dont il s’inspire. Toutefois, pour plus de précisions concernant la relation entre le contenu de l’œuvre éditée par Wynkyn de Worde en 1502 et celui de l’œuvre de Cuero, nous renvoyons à l’article de L. Soriano Robles, « La Historia de Inglaterra con el fructo… », déjà cité, où la chercheuse insiste sur la fidélité de Cuero par rapport au texte dont il s’inspire. Soulignons, néanmoins, que les chroniques anglaises ne vont pas au-delà des années 1460. Dès lors, Cuero ne peut s’inspirer de l’œuvre éditée par de Worde pour les portraits d’Henri VII et d’Édouard IV.

45 R. de Cuero, Historia…, fol. 104v°.

46 Ibid., fol. 9r°. Nous soulignons.

47 Deux personnages, néanmoins, sont mentionnés de façon relativement positive : saint Louis (fol. 60r°), qui doit cette exception à ses vertus chrétiennes et sans doute, également, au fait qu’il était le fils de Blanche de Castille (ce que l’auteur de manque pas de souligner au fol. 56v°), et Jeanne d’Arc, qui n’est pas nommée explicitement, mais que l’on peut aisément reconnaître derrière les mots « la valentía de una donzella que le ayudava, que los franceses llamaron la pucella de Dieu que quiere decir la virgen de Dios. […]. Hera muy esforçada e ynstruta capitana. Ella tomava a sus manos peligrosas empresas, hizo cosas bien señaladas » (fol. 96v°).

48 Ibid., fol. 42r°. Il va de soi que l’hostilité que l’Historia développe envers les Français vient essentiellement des sources de Cuero dans la mesure où les Chronycles ont été, pour partie, composées durant la Guerre de Cent Ans. Néanmoins, son travail de synthèse ne le conduit pas à gommer cet aspect, et le choix qu’il fait de mentionner, parmi tous les hauts faits des Rois Catholiques, leur victoire sur la France, suggère qu’il n’était pas opposé au point de vue adopté par les Chronycles.

49 Ibid., fol. 46r°.

50 Ibid., fol. 63r°.

51 Ibid., fol. 19v°.

52 Peut-être était-ce l’occasion, pour Catherine, de se rappeler son propre voyage vers la Grande Bretagne, voyage mouvementé et minutieusement décrit par Cuero (fol. 111r°-111v°).

53 Ibid., fol. 56r°.

54 Ibid., fol. 60r°.

55 Ibid., fol. 64r°.

56 Ibid., fol. 63v°.

57 Ibid., fol. 64v°.

58 Ibid., fol. 85r°.

59 Ibid., fol. 112v°.

60 Ibid., fol. 112v°.

61 Loc. cit. L’auteur ajoute qu’elle aurait passé ces années dans la contemplation religieuse. Il s’agit sans doute là, néanmoins, d’une mention inspirée d’avantage par les recommandations des moralistes du temps et le modèle de comportement alors conseillé aux veuves que d’un véritable fait historique. Dans le Libro de las donas, en effet, on lit par exemple que « el estado de las mugeres viudas es grande, çerca de Dios, que es asy como religión diputada a servir a solo Dios », ou encore que « pues que la viuda es desamparada del cuidado de su marido, tenga cuidado de su señor e esposo Jesucristo » (Libro de las donas, Madrid : Bibliothèque de l’Université Complutense, ms. 153, fol. 72v° et 74r° respectivement).

62 Ibid., fol. 112r°. Notons que Cuero fait très probablement appel, ici, à ses propres souvenirs, puisqu’il a dû vivre ces fêtes en tant que membre de la suite de l’infante. Par ailleurs, on peut être sensible à l’utilisation du lexique de la famille, qui reprend l’idée soulignée lors de l’évocation de Catherine de Lancastre, à savoir celle de la parenté existant entre les deux familles royales.

63 Pour cette description, nous renvoyons au passage cité dans L. Soriano Robles et A. Contreras Martín, « La Historia de Inglaterra… », p. 143-145.

64 « De acuerdo con José Luis Gonzalo Sánchez-Molero [el volumen del Escorial] permaneció en la biblioteca de Catalina y tras la muerte de esta pasaría a su hija María Tudor, incluso quizá con anterioridad para favorecer su aprendizaje del castellano. Posteriormente, el códice sería regalado a Felipe II en 1554 lo que explicaría su presencia en la rica biblioteca del monarca » (ibid., p. 123). 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Alex-Codet, « Les fiançailles entre Catherine d’Aragon et l’Angleterre à travers l’Historia de Inglaterra de Rodrigo de Cuero », Atalaya [En ligne], 20 | 2020, mis en ligne le , consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/atalaya/4976 ; DOI : https://doi.org/10.4000/atalaya.4976

Haut de page

Auteur

Cécile Alex-Codet

UMR 5648-CIHAM

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search