Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

 

Ateliers d'anthropologie est une revue thématique électronique à comité de lecture référencée ERIH-plus et DOAJ. Ouverte aux objets les plus divers, ancrés dans des ethnographies alliant rigueur empirique et innovation théorique, la revue édite l'anthropologie en train de se faire. Sa mise en ligne intégrale permet d'inclure toute ressource documentaire et multimédia.

Elle publie un à deux numéros thématiques par an et des varia au fil de l'eau.

Dernier numéro en ligne
49 | 2021
Mobilité, territoire et pouvoirs en Himalaya : pour Philippe Sagant

Mobility, Territory and Powers in the Himalayas: For Philippe Sagant
Sous la direction de Gisèle Krauskopff
Couverture d'Ateliers d'anthropologie, 49|2021
Informations sur cette image
Crédits : Cliché auteur inconnu

À la fin des années 1950, la recherche sur les régions himalayennes connaît un tournant majeur : les enquêtes de terrain des premiers ethnologues professionnels prennent le pas sur les travaux textuels orientalistes. Le Népal, royaume himalayen jamais colonisé, vient de s’ouvrir au monde. Environné d’états dorénavant fermés où s’était illustrée la recherche britannique des administrateurs coloniaux de l’Asie du Sud, il devient un laboratoire centré sur l’ethnologie des minorités dites tibéto-birmanes prises sous la double influence du monde indien et du monde sino-tibétain, une configuration d’une infinie richesse.

Engagé après la guerre d’Algérie dans le métier d’ethnologue, Philippe Sagant, à la mémoire duquel ce numéro des Ateliers d'anthropologie est consacré, est un acteur de ce moment pionnier. Ses travaux nouent les exigences de la collecte ethnographique, entièrement à faire au Népal, à une réflexion dépassant les clivages régionaux culturels ou religieux pour développer une anthropologie des sociétés des marges prises entre des forces centralisatrices où les domaines du politique et du religieux sont indissociables. Ils témoignent des réflexions à l’œuvre dans l’aire himalayenne et dans la discipline ethnologique, depuis la formation de Philippe Sagant au musée de l’Homme, sa participation aux RCP des années 1960 et aux institutions créées à cette époque, jusqu’à ses ambitions comparatives sur un modèle de pouvoir archaïque, « le chef élu des dieux ». Son engagement dans la formation à l’université de Nanterre et à l’Inalco a marqué toute une génération. Les écrits de Philippe Sagant, c’est aussi un style très personnel, une voix très moderne par l’importance qu’il attribua à la parole et au vécu de ses informateurs, à la forme en ethnologie, vecteur de l’ethnocentrisme. Cet élan fut brisé par une maladie terrible qui le coupa de la recherche en 1996 jusqu’à son décès en 2015.

Pour renouer les fils de ce temps suspendu, ce recueil propose des contributions reprenant certains de ses travaux, qui dialoguent avec des pages inédites issues de ses archives sur le vécu des Limbu de l’est du Népal à la fin des années 1960, période marquante dans l’histoire de ce pays. Il offre aussi la traduction en anglais de deux textes sur le « chef élu des dieux » en milieu hindou et bouddhiste et des inédits tardifs destinés à un public plus large.

  • Gisèle Krauskopff
    Writing about power figures [Texte intégral | traduction]
  • Dialogues posthumes…

    Posthumous dialogues…
  • … avec les écrits de Philippe Sagant

    … with writings by Philippe Sagant

    Faire entendre une voix, trop tôt étouffée par la maladie, près de vingt ans avant son décès en 2015 : les écrits de Philippe Sagant qui suivent dialoguent avec les contributions en son hommage tout en illustrant les strates temporelles et stylistiques de ses travaux, du premier terrain en 1966, à l’est du Népal, à une vision distanciée et comparative des figures du pouvoir en Himalaya et au delà.

    Un domaine, une époque, un style personnel : des pages non publiées éclairent certains silences de l’œuvre scientifique et ses aspirations, dévoilant le laboratoire intérieur de l’ethnologue en quelque sorte. Si ces textes posent le problème de la construction du savoir anthropologique à partir de son écriture, les étapes qu’ils dévoilent s’inscrivent dans l’évolution de la discipline et plus spécifiquement du champ des études himalayennes depuis l’époque pionnière à laquelle Sagant participa dans les années 1960. Les formes scripturales qu’il adopte se transforment, en réponse à son souci majeur : la recherche d’une écriture ethnologique et ce qu’elle révèle de la discipline et des questions que pose sa pratique.

    On lira d’abord des extraits d’ouvrages sur le vécu de ses amis Limbu autour de deux thèmes, les migrations et le jeu, en dialogue avec les contributions proposées dans ce volume. Trois textes sur les migrations, sujet sur lequel il travailla dans les années 1970, nous font vivre le départ saisonnier des scieurs de long en Assam, mais aussi les forces et violences sociales conduisant à des exils parfois définitifs. Ils ancrent l’organisation sociale dans une instabilité continue et ancienne.

    Les textes traitant du jeu sont extraits d’un projet d’histoire de vie — un genre ethnographique qu’il affectionnait mais auquel il fut réticent à donner forme — sur Mundhunge, un grand chef limbu et quasi roi de la vallée de la Mewa. Il s’appuyait, comme la plupart de ses travaux, sur les récits des villageois autour d’une figure marquante. L’un décrit les échanges de l’ethnologue, au cours d’un voyage vers une vallée de culture tibétaine au nord du pays Limbu, avec ses amis limbu qui l’initient à leur passion du jeu. Il rend présent l’ethnologue dans sa pratique et dans la relation ethnographique. L’autre est une synthèse, non narrative cette fois, qui dit comment, grâce au jeu et à l’argent ainsi accumulée, Mundunghe entama sa carrière de grand chef devenant une figure à la fois crainte et admirée,en quelque sorte un héros local.

    Associant textes, dessins et photographie, les extraits d’un manuscrit sur les funérailles et les rites du cycle de vie témoignent d’un genre ethnographique que l’on ne pratique plus, mais qui a marqué la formation de Philippe Sagant au musée de l’Homme : la monographie descriptive.

    Philippe Sagant ne fut pas seulement un spécialiste des Limbu comme le voulait l’ethnologie de cette époque. Sa largesse de vue l’entraîna dès ses débuts à s’intéresser aussi bien aux Tibétains de Tokpe qu’aux Newars des bazars avec qui les Limbu partageaient leur quotidien, aux relations des chefs avec les autorités centrales qu’à l’histoire de l’implantation des familles sherpa ou indo-népalaises pour saisir la vie d’une vallée dans le temps et dans l’espace. L’ethnologue ne doit pas « chouchouter » sa tribu, disait-il avec humour. La comparaison était indispensable.

    S’attachant aux figures de chefs et à la fragmentation de leur pouvoir, il orienta sa recherche sur la question du « double pouvoir » en Himalaya au tout début des années 1980. Deux articles, publiés dans les années 1990, sont traduits en anglais dans ce volume : l’un traite des rituels liés à la centralisation politique à Nyishang, une région de culture tibétaine du Népal, l’autre analyse le pouvoir délégué des chefs Yakthumba (ou Limbu), au travers de la fête royale et nationale de Dasaĩ. L’ethnographie y tient une place centrale, associée à des sources textuelles concernant la Chine, le Tibet ou l’Inde à des fins comparatives en contexte hindou et bouddhiste. Ce faisant, il montre comment le « double pouvoir » a transformé des institutions anciennes, tout particulièrement le modèle du chef « élu des dieux » qu’il analysa avec Samten Karmay chez les Sharwa de l’Amdo tibétain.

    Si Philippe Sagant ne publia rien sur les jeux d’argent chez les Limbu, « le jeu » fut, dans la dernière phase de ses travaux, une préoccupation majeure autour des joutes et des chasses rituelles qui véhiculaient les valeurs de l’exploit au cœur de sa réflexion sur le chef « élu des dieux » et sur la « chance » conduisant à cette élection. Les deux inédits qui clôturent ce volume illustrent l’analyse globale qu’il envisageait au moment où la maladie le terrassa, une comparaison qu’il voulait « débridée » et débarrassée du carcan académique. Si l’appel à des récits villageois est toujours de mise, l’écriture est différente. Ces textes inspirés donnent à voir une autre logique, une conception autre du temps et de l’espace.

  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search