Navigation – Plan du site

Pour une ethno-trichologie tibétaine

Esquisse d’une ethno-trichologie générale
Towards a Tibetan ethno-trichology: sketch of a general ethno-trichology
Christian Bromberger

Résumés

Cheveux et poils, ces excroissances corporelles dont on peut modifier la forme sans grand risque, véhiculent quatre grands types d’informations : sur les statuts sexuels et les différences entre les genres, différences en général creusées par les sociétés ; sur les identités ethniques, sociales et personnelles ; sur l’ordre et le désordre, sur la norme et la marge au sein d’une société ; sur les tendances esthétiques à une époque donnée. L’auteur esquisse le cadre d’une ethno-trichologie générale, en l’assortissant d’exemples puisés dans différents contextes culturels. Symbolisant appartenance et manière d’être, le traitement des cheveux et poils est un sujet hautement polémique (entre générations, populations, membres d’une même société aux idéologies opposées).

Haut de page

Texte intégral

1Tout d’abord une question : pourquoi donc les sociétés ont-elles fait des poils et des cheveux un vecteur privilégié de leurs représentations et de leurs classifications ? Sa capacité à signifier, la pilosité la doit largement à ses propriétés. Contrairement aux mutilations d’organes (la circoncision, l’excision par exemple) qui sont définitives, les modifications que l’on apporte aux poils et aux cheveux sont temporaires et réversibles. Ces phanères se prêtent par ailleurs aux arrangements les plus divers sans risque biologique majeur et sans en compromettre la repousse. On peut les couper, les raser, en modifier la forme et le volume, les friser, les défriser, les crêper, les dresser en crête, les tresser, les natter, les tisser, les exhausser à l’aide d’un cimier comme dans les coiffures africaines, les oindre et les modeler avec des corps gras, voire de l’argile, les allonger par des fibres végétales ou par des cheveux humains (faisant l’objet d’un commerce lucratif à longue distance), les teindre, les déteindre, etc. Nicolas Sihlé dans sa contribution à ce volume montre la complexité des arrangements des mèches chez les tantristes de Repkong et note que les premières mèches sont similaires à une corde comportant deux torons ; ensuite les fidèles les rendent plus épaisses et plus longues en utilisant la toison du yak. Ces manipulations sont d’autant plus loisibles que la pilosité ne sert plus biologiquement et physiologiquement à grand-chose : sa fonction de thermorégulation a complètement disparu au fil de l’évolution du genre Homo. Sa fonction de protection est infirmée par les usages culturels : on s’épile les sourcils qui ont originellement pour fonction de retenir la sueur qui s’écoule du front et risque d’atteindre les yeux ; les chauves s’accommodent du soleil et la mode, chez les hommes en Occident, est de se raser l’ensemble du crâne aux premiers signes de calvitie naissante. Le moins que l’on puisse dire est que les sociétés prennent leurs aises avec ces poils censés protéger leurs membres. Et c’est précisément parce que la pilosité est un vestige largement inutile qu’elle se prête sans problème à autant de bricolages. Dit autrement, les fonctions latentes assignées à la pilosité peuvent d’autant plus s’épanouir que ses fonctions manifestes sont devenues quasi caduques.

  • 1 Sur ces différentes approches et pour plus de détails, je me permets de renvoyer à Bromberger, 2010

2Venons-en aux significations véhiculées par l’apparence pileuse. Celle-ci livre quatre types d’informations1, plus ou moins affichées selon les lieux et les époques.

1. Des informations sur les différences entres les genres, différences en général creusées par les sociétés

3Dans le monde méditerranéen à l’ostentation des signes pileux de la virilité (barbe, moustache, poils sur le torse) s’oppose traditionnellement la dissimulation de la chevelure féminine associée à la séduction. « Men with visible hair and married women with invisible hair form the normative landscape of the ancient Mediterranean », nous dit Molly Myerowitz Levine (1995 : 106).

4Plus généralement, comme le note Anthony Synnott (1987 : 390), « What is beautiful for one gender is ugly for the opposite sex » : ainsi s’opposent, encore en Méditerranée, le dru masculin et le lisse féminin. De nombreuses sociétés consacrent la puberté biologique et sociale par un rite pileux (telle la coupe de la première barbe, depositio barbae, accompagnant la prise de la toge virile à Rome), tout comme le changement de statut sexuel lors du mariage (épilation dans le monde musulman, recouvrement de la chevelure féminine par une perruque, un foulard, un turban dans la tradition juive…). Françoise Robin indique, dans sa contribution, que dans certaines zones agricoles de l’Amdo on pratique le rite du trabap, littéralement « chute/descente des cheveux » : quand une jeune fille atteint seize ou dix-sept ans et devient potentiellement mariable on attache, lors de cette cérémonie, des ornements capillaires à sa chevelure. Nicola Schneider, dans son introduction sur « Le fait capillaire dans la culture tibétaine », fait écho au même usage et remarque que ce rite était naguère pratiqué à l’âge de treize ans.

5Renoncement, humiliation, rébellion sexuels se traduisent tous par une modification de l’apparence pileuse, qui en souligne la portée symbolique : tonsure des moines et des moniales bouddhistes dont il est largement question dans ce volume, rasage ou coupe de la chevelure lors de l’entrée dans plusieurs ordres féminins catholiques, arrachage des cheveux à la main chez les ascètes jaïn du monde indien ; « tonte » des femmes adultères ou ayant pratiqué la « collaboration horizontale » pendant la deuxième guerre mondiale, mèches féminines infamantes qu’on laissait pousser sur la tête des jeunes guerriers aztèques qui s’étaient fait aider pour capturer un ennemi ; « garçonnes » des années 1920 en France, refusant l’ordre socio-sexuel et adoptant les cheveux courts, féministes juives, se plaçant sous le patronage de Lilith, première femme (rebelle) d’Adam selon la tradition kabbalistique, et arborant une chevelure libre et flottante (ill. 1)… Dans l’exemple littéraire tibétain qu’analyse Françoise Robin, c’est la teinture en blond de la bru Gemotsang qui est signe de transgression des normes et de volonté d’émancipation.

ill. 1 – Dante Charles Gabriel Rossetti, Lady Lilith, 1868

ill. 1 – Dante Charles Gabriel Rossetti, Lady Lilith, 1868

Cliché Delaware Art Museum ; Samuel and Mary R. Bancroft Memorial, 1935 ; licence CC BY-SA 3.0 ; https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Lady-Lilith.jpg

2. Des informations sur les identités sociales, ethniques et personnelles

6Doit-on rappeler que les façons d’arranger cheveux et poils enregistrent les distinctions statutaires (d’âge, de génération, de statut marital, de rang, de profession) au sein d’une société ?

7Tout rite de passage, tout changement d’état a sa sanction pileuse. D’où l’intérêt, comme le note Nicolas Sihlé, d’établir des « capillatory biographies ». Donnons quelques exemples de cette scansion pileuse des âges de la vie. Dans la tradition juive, la première coupe de cheveux (à trois ans) inaugure la différenciation vestimentaire entre garçons et filles. C’est à partir de ce moment que les enfants (mâles) commencent à fréquenter le héder (l’école religieuse élémentaire) et à porter un « vêtement frangé ». Dans la tradition musulmane, circoncision et première coupe de cheveux (qui ni l’une ni l’autre ne sont mentionnées dans le Coran) sont, en général, pratiquées à des dates rapprochées ; selon la norme traditionnelle, c’est lors de l’aqîqa (la fête du nouveau-né), sept jours après sa naissance, que l’on donne un nom à l’enfant et qu’on lui rase la tête. Noyontsang Lhamokyab, dans son article et, Donyol Dondrup et C. Makley, dans leur présentation de l’autobiographie capillaire de Menla-kyap, évoquent un rite similaire chez les nomades de l’Amdo : la chevelure des garçons est rasée, à l’âge de trois ans ; on en forme une boule qui est fixée au dos de leur vêtement et vouée à leur protection.

8Mais c’est sans doute dans les pays chrétiens, où la parenté spirituelle (le parrainage, le marrainage) connaît le plus grand essor, à savoir les Balkans, le monde slave, l’Amérique latine, que la première coupe de cheveux revêt la plus forte importance sociale et institutionnelle. Il existe, en effet, un parrain (ou une marraine) de la coupe de cheveux, distinct(e) de celui (celle) du baptême, et plus important(e), en Albanie, que celui (celle) du baptême. Noyontsang Lhamokyab rappelle de son côté l’importance du statut de celui qui pratique la coupe de cheveux au Tibet, l’oncle paternel pour les garçons, l’oncle maternel pour les filles. Dans une optique proche, Jean-Louis Christinat (1989 : 67) montre bien à quel point, dans les communautés andines (hispanisées) du Pérou, cette première coupe de cheveux, effectuée par un parrain ou une marraine spécifique, est « un moment crucial dans la vie de l’enfant ». Cette coupe est concomitante du sevrage brutal de l’enfant : « Sa mère s’enduit les seins du jus d’une herbe amère ou d’un citron acheté au chef-lieu » (ibid. : 68). Désormais, vêtements masculin et féminin sont différenciés : poncho pour le garçon, phullu (châle) pour la fille. « Le temps de l’insouciance est révolu » et l’enfant est progressivement initié à des tâches domestiques de plus en plus contraignantes. Les garçons garderont dès lors les cheveux courts ; les filles les auront longs. Ces pratiques nous rappellent qu’une des fonctions des rites de passage suivant la naissance est de marquer la séparation progressive entre le nouveau-né et sa mère, d’instituer l’enfant en tant que personne sociale. Elles nous montrent aussi que le thème de la coupure (du cordon ombilical, du prépuce, des cheveux) est une constante de ces rites de séparation. Symboliquement, sinon pratiquement, circoncision et première coupe de cheveux sont des opérations équivalentes, souvent effectuées par la même personne, le coiffeur barbier qui, dans de nombreuses sociétés, est également circonciseur. Cheveux et poils scandent donc les âges de la vie naturellement tout comme culturellement. Nicolas Sihlé montre, dans son texte, comment la longueur et la complexité des mèches et de leurs arrangements signalent les différentes étapes de la vie tantriste, la « dreadlocks consecration » sanctionnant l’accession à un stade avancé de l’itinéraire biographique. En examinant ces différentes étapes, Nicolas Sihlé note les variations dans les usages, selon les lieux, les personnes, les circonstances, ce qui amène à nuancer les schémas trop réducteurs.

9Cette évocation des rapports entre âges de la vie et apparence pileuse rappelle des usages proches et lointains. Chez nous, les adolescents guettent avec fébrilité l’apparition de leurs premiers poils, la transformation de leur duvet en moustache tandis que les jeunes filles les traquent sur leurs jambes et leur visage pour les faire disparaître. Les Borana, un groupe oromo dont le territoire chevauche le sud de l’Éthiopie et le nord du Kenya, offrent un exemple d’association symbolique particulièrement marquée entre la chevelure et les âges de la vie. La société masculine s’y organise en classes et grades générationnels d’une durée de huit ans chacun, à deux exceptions près. Chaque passage d’une classe générationnelle à l’autre inaugure un changement d’identité que symbolise une nouvelle apparence pileuse. Jusqu’à huit ans, les enfants ont une coiffure typiquement féminine ; ils portent les cheveux longs ornés de cauris. On s’adresse à eux comme à des filles. Leur entrée dans la deuxième classe consacre leur naissance en tant que garçons ; ils sont dotés d’un nom et tonsurés comme des moines franciscains, si bien qu’on les appelle « petits tonsurés » et « grands tonsurés », pendant ces deux cycles de huit années où ils s’occupent de leurs troupeaux, parfois fort loin de leur résidence. Ce rasage, à la sortie de l’enfance, est effectué concomitamment avec celui du grand-père, qui entre dans la huitième classe, et surtout avec la circoncision du père, qui intervient à l’entrée dans la sixième classe, et marque son accès aux responsabilités politico-rituelles. Robert Hazel (1999) établit justement un parallélisme entre les rasages du fils et du grand-père et la circoncision du père. Les rasages des représentants des générations alternées apparaissent comme des « pré-circoncisions » et des « post-circoncisions ». Le même auteur parle de « pseudo-circoncision » pour le rasage qui intervient lors de l’entrée dans la quatrième classe qui inaugure le passage au statut de guerrier. Cette nouvelle identité est symbolisée par la croissance et l’érection d’une touffe de cheveux (guutu) au-dessus du front. Progressivement la tonsure disparaît et le guutu continue de s’exhausser ; il atteindra sa plus haute dimension lors des cinquième et sixième stades, où les hommes, devenus des guerriers confirmés, sont successivement autorisés à se marier, à avoir des enfants et à diriger les affaires politiques. Les entrées dans les classes suivantes scandent une retraite progressive qui se traduit par une disparition graduée des emblèmes pileux de la virilité. Aux stades ultimes, les vieillards se parent, lors des cérémonies, d’une corne métallique sur le front (ill. 2), substitut du guutu des guerriers et des dirigeants, puis, au terme de leur vie, se rasent entièrement le crâne et s’isolent définitivement du monde, « comme des moines ». L’exemple borana amène, en outre, à distinguer les signes pileux qui sont arbitraires (la forme donnée aux cheveux ou aux poils ne renseigne pas sur la signification) des symboles pileux (où il y a, comme dans le guutu, un lien analogique entre le signifiant et le signifié).

ill. 2 – Corne métallique, substitut du guutu, dont se parent les vieillards borana lors des cérémonies

ill. 2 – Corne métallique, substitut du guutu, dont se parent les vieillards borana lors des cérémonies

Source : Free African Photos, http://freeafricanphotos.com/​ethiopia-borana-elder/​

10Puissant marqueur de différenciation, l’apparence pileuse joue un rôle important dans les processus d’affirmation ou de stigmatisation des identités sociales, ethniques et religieuses. Tous les auteurs réunis dans ce volume notent l’importance de la chevelure, ce symbole visible de l’affiliation auquel les pouvoirs s’en prennent pour imposer leur domination. Françoise Robin note que « la célébration de la longueur des cheveux peut acquérir au Tibet sous contrôle chinois une dimension ethnico-nationaliste tant chez les hommes que chez les femmes, par opposition aux Hans ». Nicolas Sihlé rappelle le drame que constitua, pour les tantristes du Repkong, l’obligation, lors de la révolution culturelle, de se couper les cheveux, désormais destinés à finir dans le Fleuve jaune. Les soldats de l’armée communiste chinoise, nous dit, pour sa part, Nicola Schneider, trouvait les cheveux longs des Tibétains « réactionnaires et sales », puis les gardes rouges se munirent de ciseaux pour couper la chevelure des hommes et des femmes. En « Mark Twain tibétain », Menla-kyap stigmatise, de son côté, l’acharnement du corps politique à imprimer sa marque et ses normes sur le corps des individus, en l’occurrence sur leur chevelure. Il rappelle comment sa coiffure d’enfant était vilipendée comme une « coiffure de traître » et les ennuis que lui a causés le « haircut movement ». Il conclut par un ardent appel à la liberté capillaire : « The body hair that grows on the head is an emblem of freedom », écrit-il.

11Les groupes voisins se démarquent volontiers les uns des autres, soit en accentuant leurs différences pileuses, tels les Mexicains d’origine espagnole arborant une moustache face aux Indiens peu velus et trichophobes, ou les Japonais dévalorisant la barbe et la pilosité corporelle face aux Aïnous trichophiles, qui ne se coupaient jamais la barbe et dont les femmes portaient une moustache factice (ill. 3), soit en les créant (rappelons qu’un des arguments et une des expressions du schisme de 1054 entre chrétientés d’Orient et d’Occident fut la pilosité des clercs). Quant à l’opposition capillaire entre les Tibétains et les Hans, elle est notée à plusieurs reprises dans les textes qui suivent. À chaque statut professionnel aussi son type ou son style de coiffure. Nicola Schneider évoque ainsi « la fameuse coiffure distinctive des fonctionnaires laïques » du gouvernement du Ganden Phodrang.

ill. 3 – Femme Aïnou portant une moustache factice

ill. 3 – Femme Aïnou portant une moustache factice

Cliché anonyme (Mann und Weib. III. p. 458), domaine public, via Wikimedia Commons : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Ainusch%C3%B6nheit_(Sammlung_B%C3%A4lz).jpg

  • 2 Cité par Starobinski, 1957 : 294.

12Les revendications ethniques se traduisent souvent par une modification radicale de la chevelure qui a été soumise à la domination. On pense au passage chez les Afro-Américains du défrisage et de la « coque lisse » assimilationniste à la coiffure « afro » et aux dreadlocks contestataires. C’est que la chevelure est une marque d’identification collective et personnelle au même titre que le nom. Le rasage de la chevelure, tout comme l’attribution d’un nouveau nom personnel ou d’un numéro matricule, sont des marques constantes de soumission et de dénégation de l’identité (des esclaves, des prisonniers, des déportés, des asservis). Nicola Schneider note cette identité de traitement entre la chevelure et le nom : lors de l’occupation mandchoue, Zhao Erfeng tenta tout à la fois de siniser les coupes de cheveux et les noms des Tibétains. C’est que le cheveu, cet élément imputrescible, est considéré comme une pars pro toto, une synecdoque de la personne qui survit au défunt et en conserve les pouvoirs, un « signe mémoratif » selon l’expression de Jean-Jacques Rousseau2. Cette croyance au pouvoir des cheveux consubstantiels à la personne est attestée dans de nombreux rites propitiatoires et prophylactiques. Les cheveux longs de la khandroma, cette religieuse au pouvoir et au prestige considérables qu’étudie également Nicola Schneider, sont censés protéger, attirer des bénédictions mais aussi aider à révéler des textes sacrés. Ces précieux cheveux, substituts de la personne, peuvent être conservés dans un autel, comme le fait le disciple d’un maître, mentionné par Nicolas Sihlé. Ce pouvoir des cheveux fait aussi l’objet de précautions ; ainsi une khandroma étudiée par Nicola Schneider prend soin de faire ramasser ses cheveux tombés pendant la nuit et après chaque brossage. Et le même auteur indique qu’« on ne jette pas les cheveux comme on le ferait de n’importe quel autre déchet ». Cet usage rappelle celui, longtemps vivace chez les coiffeurs de nos provinces, qui s’empressaient de vite balayer leur salon de peur qu’une mauvaise âme ne vienne jeter un sort sur les cheveux de leurs clients.

3. Des informations sur l’ordre et le désordre, sur la norme et la marge au sein d’une société

13Aux chevelures conformes, qui n’attirent pas le regard, s’opposent les styles capillaires de ceux que l’on a mis ou qui se sont mis en marge. Christopher R. Hallpike (1969) distingue ainsi les in et les out. Cette pilosité hors norme peut signifier le refus de l’ordre social et politique (rebelles, insoumis, tels les Barbudos castristes) ou un rapport singulier au sacré. Rasage intégral et hirsutisme peuvent symboliser deux pôles antithétiques de l’expérience religieuse : dans le monde indien, si je suis les analyses de Michel Hulin (1992) et de Patrick Olivelle (1998), au sannyasin rasé, ascète errant et renonçant, à la spiritualité intériorisée et respectant les prescriptions brahmaniques, s’oppose le vânaprashta, aux cheveux en torsades collées par du suc de figuier, couvert de peaux, se nourrissant d’aliments crus et pratiquant un sacré de transgression (exercices ascétiques violents). Cette opposition entre rasage et chevelure longue, entretenue ou non, se retrouve dans la plupart des traditions religieuses. Nicola Schneider souligne le contraste entre la nonne à la tête rasée qui symbolise « l’abandon des attachements matériels et le triomphe sur l’orgueil » et la longue chevelure des khandroma aux pouvoirs spirituels extraordinaires. Une opposition similaire existe entre les moines rasés et les tantristes. Benjamin Bogin (2008) dans son article sur les « Tantric Hairstyles in Tibetan Buddhism » en montre les significations. Ce contraste entre le « short-haired monk » et le « long-haired tantrist » est encore mis en évidence par Nicolas Sihlé dans sa contribution. Notons que c’est dans ce cadre structural et différentiel que doivent être envisagées la signification symbolique des cheveux et les interprétations locales de leurs pouvoirs. Cette opposition entre deux modes de spiritualité traverse aussi le christianisme où l’ordre du monastère avec ses moines tonsurés sous l’autorité d’un abbé l’a emporté sur l’érémitisme et ses fous de Dieu pratiquant l’errance dans le désert ou la forêt, une relation fusionnelle avec le divin et ayant une chevelure négligée (ill. 4) à l’image du monde sauvage qu’ils parcourent. L’ordre du monastère l’a, au fil du temps et malgré quelques sursauts de l’érémitisme, emporté sur le désordre du désert et de la forêt. Entre le clerc tonsuré et l’ermite échevelé, un personnage occupe dans l’ancienne vie monastique un statut intermédiaire que symbolise son apparence pileuse : le frère convers, qui est chargé des travaux des champs. Il n’était pas tonsuré mais portait, à la différence des moines, une longue barbe qui était, contrairement à celle de l’ermite, soigneusement façonnée : on la comparait aux gerbes confectionnées avec minutie au terme de la récolte.

ill. 4 – Saint Onuphre

ill. 4 – Saint Onuphre

Source : http://www.svetigora.com/​node/​219, domaine public, via Wikimedia Commons : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Saint_Onuphrius.jpg

14Dans L’homme et le sacré, Roger Caillois distinguait trois mondes : le profane, le sacré droit et le sacré gauche. « Le “droit”, commente Daniel Fabre (1996), est un sacré d’institution, s’exprimant par la fixité dogmatique et liturgique, par la construction hiérarchique , le « gauche » un sacré de dissolution qui fait toute sa place à l’expérience fusionnelle, à la transe, à l’extase… ». Chacun de ces sacrés aurait donc son expression capillaire. Et c’est ce contact direct avec le divin, dégagé des normes et des rites contraignants, qu’expriment les chevelures broussailleuses et défaites des possédés, des fous de Dieu, des ermites…

15La pilosité hors norme peut aussi être la marque d’un rapport excessif avec le monde naturel, voire d’un retour à l’animalité : hommes des bois, chasseurs furieux, fous ensauvagés. La domestication du poil est le symbole, par excellence, du passage vers l’humanité : d’où les représentations mythologiques et fantasmatiques des hommes préhistoriques entièrement velus, des démons et des êtres extraordinaires hirsutes. Le châtiment divin n’est-il pas, au moins, dans la tradition judéo-chrétienne, l’hirsutisme pénitentiel (je pense aux mythes de Nabuchodonosor — ill. 5 —, de Saint Jean Chrysostome par exemple). Certaines cérémonies (tel le Carnaval avec ses personnages couverts de fourrure et de plumes) évoquent symboliquement cette transition de l’animalité vers l’humanité.

ill. 5 – William Blake, Nabuchodonosor, 1795

ill. 5 – William Blake, Nabuchodonosor, 1795

Source : Minneapolis Institute of Arts, domaine public, via Wikimedia Commons : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:William_Blake_-_Nebuchadnezzar_(Minneapolis).jpg

4. Des informations sur les normes esthétiques en vigueur dans une société à une époque donnée

  • 3 Cf. le catalogue de l’exposition Parures de tête (Falbayrettes-Leveau et Hahner, 2003).

16Les normes esthétiques reposent sur une série de choix entre le naturel et l’artificiel, le symétrique et le dissymétrique, le lisse et le frisé, le long et le court, le tressé ou le natté et le flottant, le plat et le volumineux, le brillant et le rêche, le clair et le foncé, le glabre et le poilu. La complexité des coiffures féminines en Afrique de l’Ouest3, tout comme celle des techniques utilisées par les femmes, à travers l’histoire de l’Occident, pour se teindre les cheveux en blond, couleur valorisée (contrairement au roux, symbole de débauche et de trahison), témoignent de l’importance de l’apparence pileuse dans le façonnage de la beauté corporelle. L’art d’accommoder ses poils peut être mis en relation avec les tendances esthétiques générales d’une culture ou d’une époque (affinité, par exemple, à la période baroque en Occident, entre la prolifération ornementale des châteaux et des églises, l’exubérance des jardins et l’extravagance des perruques ou encore entre le minimalisme en architecture et en décoration, d’une part, et le ras et le rasé, d’autre part, qui ont dominé en Europe occidentale dans les années 1990).

*

* *

17Symbolisant appartenance et manière d’être, le traitement des cheveux et des poils est un sujet hautement polémique (entre générations, populations, membres d’une même société aux idéologies opposées). Ici et là, dans les pays à régime autoritaire, l’apparence pileuse fait l’objet de codification et de sanctions ; les spécialistes du Tibet savent à quel point l’apparence pileuse est un sujet sensible et les textes réunis dans le présent numéro nous aident à mieux comprendre pourquoi et avec quels enjeux.

Haut de page

Bibliographie

Bogin, Benjamin
2008The dreadlocks treatise : On tantric hairstyles in Tibetan buddhism, History of Religions, 48 (2) : 85-109. DOI : 10.1086/596567.

Bromberger, Christian
2010 Trichologiques : une anthropologie des cheveux et des poils (Montrouge, Bayard) [rééd. 2015 : Les sens du poil : une anthropologie de la pilosité, Creaphis].

Caillois, Roger
[1939] 1966 L’homme et le sacré (Paris, Gallimard) [Idées].

Christinat, Jean-Louis
1989 Des parrains pour la vie : parenté rituelle dans une communauté des Andes (Neuchâtel/Paris, Éditions de l’Institut d’ethnologie/Éditions de la Maison des sciences de l’homme).

Collectif
2017 La Grande Oreille, 69 [nº thématique : O mon beau poil !].

Fabre, Daniel
1996 Conclusions, Martor, 1 [nº thématique : L’étranger autochtone] : 127-133.

Falbayrettes-Leveau, Christiane et Hahner, Iris (éd.)
2003 Parures de tête (Paris, Musée Dapper) [exposition, Paris, musée Dapper, 25 sept. 2003-11 juil. 2004].

Hallpike, Christopher R.
1969 Social hair, Man, 4 (2) : 256-264. DOI : 10.2307/2799572.

Hazel, Robert
1999 La circoncision en pays maasai et borana. Guerre, procréation et virilité en Afrique orientale, Cahiers d’études africaines, 154 : 293-336. DOI : 10.3406/cea.1999.1313.

Hulin, Michel
1992 Dharma des renonçants et renoncement au dharma, in S. Bouez (éd.), Ascèse et renoncement en Inde ou La solitude bien ordonnée (Paris, L’Harmattan) : 27-39.

Myerowitz Levine, Molly
1995 The gendered grammar of ancient Mediterranean hair, in H. Eilberg-Schwartz et W. Doniger O’Flaherty (éd.), Off with her head. The denial of women’s identity in myth, religion and culture (Berkeley, University of California Press) : 76-130.

Olivelle, Patrick
1998 Hair and society : social significance of hair in south asian traditions, in A. Hiltebeitel et B. D. Miller (éd.), Hair : Its power and meaning in Asian cultures (Albany, State University of New York) : 10-49.

Starobinski, Jean
1957 Jean-Jacques Rousseau : La transparence et l’obstacle (Paris, Gallimard).

Synnott, Anthony
1987Shame and glory : A sociology of hair, British Journal of Sociology, 38 (3) : 381-413. DOI : 10.2307/590695.

Haut de page

Notes

1 Sur ces différentes approches et pour plus de détails, je me permets de renvoyer à Bromberger, 2010.

2 Cité par Starobinski, 1957 : 294.

3 Cf. le catalogue de l’exposition Parures de tête (Falbayrettes-Leveau et Hahner, 2003).

Haut de page

Table des illustrations

Titre ill. 1 – Dante Charles Gabriel Rossetti, Lady Lilith, 1868
Crédits Cliché Delaware Art Museum ; Samuel and Mary R. Bancroft Memorial, 1935 ; licence CC BY-SA 3.0 ; https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Lady-Lilith.jpg
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre ill. 2 – Corne métallique, substitut du guutu, dont se parent les vieillards borana lors des cérémonies
Crédits Source : Free African Photos, http://freeafricanphotos.com/​ethiopia-borana-elder/​
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre ill. 3 – Femme Aïnou portant une moustache factice
Crédits Cliché anonyme (Mann und Weib. III. p. 458), domaine public, via Wikimedia Commons : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Ainusch%C3%B6nheit_(Sammlung_B%C3%A4lz).jpg
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre ill. 4 – Saint Onuphre
Crédits Source : http://www.svetigora.com/​node/​219, domaine public, via Wikimedia Commons : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Saint_Onuphrius.jpg
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10522/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre ill. 5 – William Blake, Nabuchodonosor, 1795
Crédits Source : Minneapolis Institute of Arts, domaine public, via Wikimedia Commons : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:William_Blake_-_Nebuchadnezzar_(Minneapolis).jpg
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10522/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Bromberger, « Pour une ethno-trichologie tibétaine », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/10522 ; DOI : 10.4000/ateliers.10522

Haut de page

Auteur

Christian Bromberger

Professeur émérite, IDEMEC-UMR7307, Aix-Marseille Université/CNRS
brombergerchristian8@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals