Navigation – Plan du site
Logiques moléculaires/logiques sociales: substances, organes, variations

Corps embryoïdes : biologie moléculaire et cellules vivantes

Embryoid bodies: Molecular biology and living cells
Noémie Merleau-Ponty

Résumés

L’ethnographie d’une technique de recherche fondamentale en biologie du développement (la production de corps embryoïdes ou EB) montre comment des cellules sont des matériaux de travail pour une approche scientifique qui repose sur une conception moléculaire de la vie et connecte différentes espèces. Cependant, ces corps, qui ne sont pas des embryons même s’ils leur ressemblent, renvoient à des conceptions vitales dépassant une approche simplement moléculaire. L’article montre comment certains biologistes réagissent avec des émotions fortes qui associent les cellules à une forme d’autonomie. Par ailleurs, la contextualisation de la recherche fondamentale à partir de ses interfaces avec la fécondation in vitro montre comment un embryon créé et protégé par un projet parental peut changer de laboratoire et devenir amas de cellules ou matériel de laboratoire. L’embryon humain doit être d’abord implanté dans la parenté – puis détaché de la parenté : on commence à l’humaniser, puis on arrête le processus humanisant pour le métamorphoser en lignée de cellules-souches embryonnaires humaines. Les corps embryoïdes sont des matériaux de laboratoire construits qui sont également pétris par des émotions et des marges, passées et futures, au creux desquelles bat le rythme organique du vivant.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

« […] données-frontières, à la lisière du sensible et de l’intelligible, des sensations et de l’entendement, de l’émotionnel immédiat et du symbolique pré-contraint, mais aussi du matériel, du corporel et de l’idéel, du soi et des autres êtres vivants, humains ou non ».
Margarita Xanthakou (2004 : 28).

1À la fin de l’année 2011, j’ai réalisé une enquête ethnographique dans un laboratoire de biologie de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Ce laboratoire travaille sur les cellules-souches et sur la cardiogenèse avec, entre autres, des cellules issues d’embryons de souris et d’embryons humains.

2Au cours d’une journée d’observation dans l’espace du laboratoire réservé à la culture cellulaire, un des biologistes me propose de regarder au microscope un « EB », un embryoid body ou corps embryoïde. Ayant placé mes yeux sur le microscope, je décèle une masse. Le biologiste me demande si je distingue une « zone battante1 ». Quelle ne fut pas ma surprise, mais surtout ma vive émotion mêlée d’enthousiasme, d’excitation et d’un sentiment d’étrangeté face à cette masse cellulaire pourvue de cellules cardiaques battantes ! Plusieurs fois j’ai demandé aux biologistes de me parler de ces « embryons », en faisant l’erreur de les nommer ainsi. Les corps embryoïdes ou EB ne sont pas des embryons, même s’ils leur ressemblent.

3Cette étude de cas cherche à souligner que la biologie comme science expérimentale à dimension thérapeutique spécialisée sur les cellules-souches, telle qu’elle se fait dans les laboratoires, ne peut se réduire à une conception génétique et moléculaire de la vie. Si on souhaite la traiter en termes anthropologiques, en ne réduisant pas le travail du sens au paradigme dominant actuellement (Knorr-Cetina, 1999), il y a tout intérêt à y ajouter la notion de « vivant » — à penser autour de l’expression d’émotions et de la parenté.

4Je soulignerai d’abord comment et pourquoi les chercheurs en biologie « font des EB » pour réaliser des manipulations à visée moléculaire et comment ils évoquent, par ailleurs, l’expérience de voir au microscope battre ces EB et d’en prendre soin. Je tâcherai ensuite d’établir une double trajectoire des EB. La bibliographie biologique focalisée sur les thèmes de la pluripotence et de la différenciation cellulaire s’attache à décrire des mécanismes propres à des types cellulaires issus d’espèces animales différentes. Mais, le processus extrabiologique par lequel les cellules-souches embryonnaires humaines ont été rendues disponibles pour la recherche indique qu’avant d’être matériel de laboratoire, les cellules embryonnaires de l’espèce humaine ont un tout autre statut, en partie institué par la parenté.

Cellules-souches et corps embryoïdes : une approche biologique

5Une cellule pluripotente est une cellule capable de s’auto-renouveler et de se différencier en plusieurs types cellulaires. Au départ indifférenciée, elle devient dans certaines conditions cellule de cœur, cellule nerveuse, cellule de poumon, etc. La culture des cellules-souches en laboratoire exige le maintien de la pluripotence et l’évitement d’une différenciation spontanée. Une des techniques utilisées pour étudier et caractériser les cellules-souches embryonnaires est la production de corps embryoïdes.

  • 2 Boîte cylindrique, transparente et peu profonde, employée en biologie.

6Les extraits d’un cours (annexe I) de Gail R. Martin, professeure émérite au département d’anatomie de l’université de Californie San Francisco, schématisent le processus de fabrication des EB à partir de cellules pluripotentes issues de tumeurs (tératocarcinomes). Ils permettent de définir à grands traits les EB, sans caractérisation cellulaire. Les cellules, cultivées dans une boîte de Petri2 sur un tapis de cellules nourricières appelées feeders, se multiplient en deux dimensions en restant pluripotentes jusqu’à ce que la boîte arrive à confluence, i. e. jusqu’à ce qu’elle soit « pleine ». D’une boîte on en fait deux et une partie des cellules sont prises pour être cultivées, sans feeders, afin de « faire des EB » en trois dimensions. Les cellules pluripotentes s’agrègent et forment une masse constituée de cellules qui se différencient dans les trois feuillets embryonnaires (endoderme, mésoderme, ectoderme). Les EB et le développement de la masse cellulaire interne des embryons se ressemblent. La démonstration de cette ressemblance est importante, car elle permet de montrer que, si le corps embryoïde fabriqué en laboratoire est un artefact, il apporte de nombreuses informations sur les tout premiers stades de développement des cellules embryonnaires. Cette ressemblance est une des raisons du nom donné à ces entités : un corps qui a la forme (-ïde, de eidos) de l’embryon. Plus qu’une forme extérieure, il y va d’une similarité interne qui fait de l’EB un artefact bien utile aux biologistes.

7Dans les articles bioscientifiques, il faut apporter la preuve que les cellules utilisées sont bien pluripotentes. Une de ces preuves est la fabrication de corps embryoïdes avec quelques cellules extraites du protocole expérimental. En effet, les corps embryoïdes sont une agrégation des cellules-souches qui forment une structure en trois dimensions similaire à un embryon. La capacité à s’agréger et à se différencier dans les différents tissus embryonnaires est la preuve que les cellules utilisées sont bien pluripotentes. Si elles ne l’étaient pas, elles ne seraient pas capables de s’agréger et de former un corps embryoïde. Ainsi, un des biologistes du laboratoire étudié commente un jour :

Pour les cellules-souches embryonnaires de souris, c’est un bon moyen pour obtenir, en particulier, des cellules cardiaques […]. C’est un outil, je dirais, assez…, assez intéressant et on a un index visuel sous le microscope […]. Et de temps en temps, pour les cellules-souches embryonnaires humaines, c’est un moyen de vérifier qu’elles sont restées pluripotentes.

  • 3 Polymerase Chain Reaction – « Réaction en Chaîne par Polymérase ». Cette technique permet d’obtenir (...)

8Vérifier que les cellules sont restées pluripotentes et n’ont pas commencé à se différencier, c’est s’assurer de la validité des expérimentations. C’est un des arguments pour convaincre la communauté scientifique que la différenciation cardiaque, présente dans d’autres boîtes de Petri, a bien été induite artificiellement. Après la culture des EB, plusieurs manipulations de biologie moléculaire sont effectuées : des immunofluorescences, pour marquer les protéines spécifiques aux cellules cardiaques (cardiomyocytes), ou des PCR3, montrant l’expression des gènes spécifiques à la différenciation cardiaque (annexe II). Les EB sont censés battre à environ sept jours de culture. Passé quinze jours, les cellules cardiaques cessent de battre. Les boîtes de culture sont alors jetées car, comme le dit une des étudiantes en thèse dans le laboratoire : « ce n’est plus pertinent. […] Non. Et puis ce n’est plus utile non plus parce que… Moi ce qui m’intéresse, c’est d’aller jusqu’à des jours de différenciation précoce. Parce qu’après, in vitro, on peut pas récapituler vraiment le développement, même si c’est un artefact en soi… »

  • 4 Knorr-Cetina (1999 : 140) : « Thus life is no longer a vitalistic force or the breath bestowed by a (...)

9Dans la veine de l’ouvrage de Karin Knorr-Cetina (1999) sur la biologie moléculaire, on saisit bien que les cellules sont des outils de travail, des machines à produire de l’information génétique et que la vie, je cite en traduisant, « n’est plus une force vitale ou le souffle accordé par un dieu à toutes les créatures. Elle est soudainement à la disposition du ou de la biologiste moléculaire, s’il ou si elle parvient à décoder le plan et déchiffrer les processus moléculaires qui sous-tendent les variations respectives4 ». Si je souscris tout à fait à cette proposition, certaines réactions de biologistes ou certaines manières qu’ils ont de parler de ces corps embryoïdes soulignent l’importance du « vivant ». Ce dernier terme indique que les cellules ne sauraient se réduire à une approche moléculaire et indiquent la promotion par les biologistes d’une relation de soin avec ces cellules, qui sont par ailleurs évoquées à partir de leur capacité à être autonomes.

S’émouvoir au contact de cellules vivantes

  • 5 Pour en lire davantage sur l’importance des affects dans les cultures cellulaires, cf. Merleau-Pont (...)

10Les EB nécessitent un soin quotidien. De manière presque unanime, les biologistes que j’ai rencontrés décrivent le soulagement et la satisfaction de constater la formation d’EB battants, dont la réussite est difficile à obtenir. Le souci qui préside à ces soins quotidiens s’accompagne aussi d’autres émotions5. Ainsi, une des biologistes du laboratoire commente : « Je les regarde tous les jours donc euh… Après c’est un peu… sentimental parce que… je les “connais” entre guillemets. Pendant quinze jours, je vais les regarder tous les jours. […] Je sais la tête qu’ils ont. » « L’index visuel » regardé au microscope produit des effets que les biologistes ont évoqués à l’occasion de discussions informelles ou lors des entretiens. Voici trois extraits d’entretiens avec trois biologistes qui révèlent plusieurs registres émotifs et l’impact fort de l’organisation et du mouvement des EB. Ainsi, une chercheuse postodoctorale évoque avec moi les sentiments qui l’animent quand une de ses expériences aboutit et qu’elle doit jeter ses plaques de cellules dans lesquelles sont cultivés les corps embryoïdes :

En fait, je me sens déchirée entre les deux parce que, en tant que scientifique il faut penser : déjà, ça sert à rien de faire une manip’, si on sait que ça va rien donner, ça va pas aboutir. […] Quand scientifiquement on décide de les jeter, donc il faut les jeter. Mais en même temps, j’ai le côté où j’aime pas les jeter, donc voilà, je me sens déchirée entre les deux. Mais à la fin c’est le côté scientifique qui gagne, hein […] (rire).

  • 6 Pour approfondir la manière dont les cellules sont les outils de la biologie, comprise comme une te (...)

11Elle oppose ici sa personnalité scientifique et sa personnalité non scientifique qui peuvent entrer en contradiction, tout en étant bien présentes au même moment. D’un côté, les cellules sont abordées comme les outils d’une « manip’6 », de l’autre, une réticence affective s’oppose aux conséquences d’une approche strictement scientifique. Une autre biologiste, non pas postdoctorante, mais rattachée au laboratoire comme membre d’une start-up, évoque elle aussi l’émotion liée à la culture des corps embryoïdes et à leur observation visuelle. Elle n’oppose pas science et non-science, mais associe l’émergence d’une émotion en différenciant une cellule individuelle d’un ensemble de cellules qui entrent en communication les unes avec les autres et s’organisent pour former une structure complexe :

« C’est émouvant quand même de voir […]. Autant une cellule quand tu la regardes, je trouve, dans un microscope, elle semble pas organisée, c’est-à-dire que bon elle est là, voilà, elle fait rien, tu… Alors que là pour qu’il y ait un battement tu te dis : “Elles se sont organisées entre elles !” C’est-à-dire qu’il y a un certain nombre d’émissions, de messages qui passent des unes aux autres. Ça commence quand même à avoir un niveau d’organisation qui est pas au niveau zéro, […] t’as progressé. […] C’est ça, ça a un petit côté merveilleux… »

12Une des étudiantes en thèse du laboratoire évoque elle aussi les corps embryoïdes lors d’un entretien que nous réalisons toutes les deux. Elle souligne quant à elle le caractère magique du vivant qui est associé à l’autonomie des cellules. « C’est magique parce que ça bat ! Y’a pas de fil. Y’a pas d’électricité. Y’a pas de… Y’a rien. Et […] c’est magnifique. » Cette étudiante aurait pu au contraire évoquer que le milieu de culture dans lequel baignent les cellules, la boîte de Petri qui les contient, l’incubateur qui les garde au chaud, aussi bien que la salle du laboratoire, le bâtiment tout entier, et son branchement au réseau électrique de la ville peuvent être considérés comme un « fil » d’un autre ordre. Ce n’est pas le cas. Le battement cardiaque devient ici le centre de l’attention et est associé à l’idée que ces cellules détiennent en elles-mêmes une forme d’autonomie que ni la ville, ni le bâtiment, ni la salle du laboratoire, ni l’incubateur, ni la boîte de Petri, ni le milieu de culture ne saurait remplacer. Cette autonomie devient la source d’une émotion esthétique d’ordre magique. Mais, loin d’être confondue avec la promotion d’une vie individuelle, cette autonomie renvoie à cette capacité qu’ont les cellules à communiquer entre elles et à construire des formes structurées dotées d’un mouvement interne. La vision d’un EB battant reste un souvenir fort qui peut faire prendre la mesure des enjeux thérapeutiques de la recherche fondamentale en biologie. Ainsi, un doctorant indien en biologie moléculaire travaillant à Bangalore dans un centre de recherche fondamentale m’a affirmé :

  • 7 « Tu vois un battement cardiaque, tu vois des cellules battre dans une boîte. Ça te donne la sensat (...)

You see cardiac EB beating, you see cells beating in the dish. You feel that it’s life. It’s not just cells. […] So, somehow it was a very strange feeling because it was the first time when I was seeing something which was big, which was something, which gives me information that… these cells are more than research. This is something which is happening. And that was the first time when I felt, ok, these cells… Whenever I used to read that these cells are transplanted, I never used to imagine how these cells are getting transplanted, how these cells been just growing in a culture dish, how it can be useful to human body. So is it capable of, on itself, doing something? So, that was the first time when I felt that, indeed, it can, on its own. Even if in vitro conditions can do things, when you transfer into the human body, there are a lot of things which can change, which can actually help it growing7.

  • 8 Par ailleurs, on sait aussi que l’émotion et le soin peuvent être partie prenante de la démarche sc (...)

13Cependant, tous les biologistes l’assurent, ces réactions enthousiastes s’étiolent souvent avec le temps. Pratique et mentalité scientifiques deviennent dominantes ou, pour le dire avec Lorraine Daston (1995), l’économie morale de la science hiérarchise les valeurs et les effets sur la subjectivité du chercheur. L’objectivation scientifique donne à voir les cellules comme des outils, même si aux marges de cette économie, une dimension vivante qui n’est pas réductible à l’approche strictement scientifique s’exprime de manière émotive8. En outre, en s’intéressant aux trajectoires que les cellules-souches ont prises afin de devenir des outils de laboratoire, deux histoires parallèles s’accompagnent l’une et l’autre, renvoyant à nouveau à une manière de considérer les cellules qui ne peut se limiter à une approche biologique.

Deux trajectoires : bibliographie biologique et ethnographie alternative

14L’objectivité scientifique, par des gestes techniques laborieux et savants, transmis et publiés, a produit ces machines vivantes, disponibles comme matériel de laboratoire. Mais l’histoire et l’économie morale bio-logique de la fabrication des EB peuvent être associées à une autre histoire qui a rendu possible la fabrication des EB avec des cellules embryonnaires humaines. La parenté et la bioéthique rappellent alors une autre marge de ces recherches fondamentales utilisant des cellules-souches embryonnaires humaines, celle qui a, un jour, inscrit ces cellules dans un projet parental. La marge était alors horizon, cet horizon visualisant une grossesse. Je vais maintenant m’attacher à retracer deux trajectoires possibles pour expliciter l’histoire de la production des EB dans les laboratoires de recherche.

Du tératocarcinome9 à l’EB : la pluripotence d’une espèce à l’autre

  • 9 Cellules tumorales contenant des tissus différents de ceux de l’organe dans lequel ils se développe (...)
  • 10 Document fourni par Gail R. Martin à l’auteure, avec l’autorisation de citer ce cours.

15Dans son cours10, qui a pour sous-titre : The road from teratocarcinomas to human embryonic stem cells, Gail Martin demande : « Comment a-t-on appris que des cellules pouvaient maintenir leur pluripotence en étant cultivées in vitro ? » Cette « route » passe par les EB.

16Voici une brève chronologie empruntée au cours :
1964 : Isolement de cellules de tératocarcinomes de testicules et preuve de la pluripotence (Kleinsmith et Pierce) ;
1975 : Formation d’EB in vitro à partir de tératocarcinomes (Martin et Evans) ;
1981 : Dérivation de lignées de cellules-souches à partir de blastocystes (embryon à J5/6) de souris et formation d’EB in vitro (Martin) ;
1995 : Dérivation de cellules-souches à partir de blastocystes de singe (Thomson et al.) ;
1998 : Dérivation de cellules-souches à partir de blastocystes humains (Thompson et al.) ;
2000 : Formation d’EB in vitro à partir de huES (Itskovitz et al.)

17Du point de vue de la science biologique, les EB faits à partir de cellules-souches embryonnaires humaines s’inscrivent dans des recherches sur la pluripotence et la différenciation cellulaire. Très classiquement en biologie, cette question est traitée en suivant un parcours qui traverse les espèces et les types cellulaires : de la tumeur, en passant par la souris et le singe, jusqu’à l’espèce humaine. Mais comment les cellules humaines ont-elles été rendues disponibles pour les projets de recherche ?

L’EB produit à partir d’huES11 : processus de transformation de la matière humaine

  • 11 Human embryonic stem cells ou cellules-souches embryonnaires humaines.

18À la trajectoire que je viens de dresser, je vais ajouter une date qui relie l’assistance médicale à la procréation et la recherche sur les cellules-souches :
1978 : Naissance de Louise Brown par fécondation in vitro (FIV).

  • 12 On peut se référer à l’article L2151-5 du Code de la santé publique.

19Vingt ans plus tard, aux États-Unis, la première lignée de cellules-souches embryonnaires humaines est dérivée de la masse cellulaire interne d’un embryon surnuméraire issu d’une FIV. La fécondation in vitro, cette technique qui consiste à concevoir des embryons en utilisant du sperme et des ovocytes préparés et fécondés en laboratoire, est une dimension centrale de la recherche fondamentale sur les cellules-souches. L’annexe III montre bien le processus biologique nécessaire à la dérivation de cellules-souches embryonnaires humaines. On y voit la fécondation, le développement embryonnaire jusqu’au stade blastocyste (J5), stade auquel les cellules de la masse interne (potentiel corps individuel) se différencient des cellules du trophoblaste (potentiel cordon ombilical et placenta). La masse cellulaire interne est prélevée, puis cultivée dans des boîtes de Petri où les cellules se multiplient en restant pluripotentes. Shoukhrat Mitalipov, en chercheur concentré sur son propos scientifique, présente une trajectoire strictement biologique de « l’interface entre FIV et cellules-souches » (Franklin, 2006). Une autre trajectoire mêle parenté, médecine, biologie et bioéthique. Pourquoi s’attacher à décrire cette trajectoire ? En France, c’est la seule par laquelle les cellules-souches embryonnaires humaines sont légitimement appelées à devenir des « bio-objets » (Holmberg et al., 2011) qui serviront parfois à « faire des EB ». Dans ce pays, est en effet interdit d’utiliser des cellules-souches embryonnaires humaines dérivées d’embryons conçus à seule fin de recherche12. Les cellules doivent provenir d’un embryon surnuméraire conçu dans un cadre de procréation médicalement assistée puis donné à la recherche après l’abandon du projet parental.

L’abandon du projet parental au centre du processus d’objectivation : de l’organisme vivant au matériel de laboratoire

20Les embryons conçus dans une perspective reproductive sont le reflet d’un désir d’enfanter. À ce titre, dans le laboratoire de biologie de la reproduction que j’ai observé pendant près de six mois, les embryons sont manipulés le moins possible afin de protéger leur potentiel de développement dont l’issue est une implantation dans l’utérus et la croissance en fœtus, qui pourront réaliser et incarner le projet parental moyennant la poursuite d’une grossesse. Parce qu’ils sont rattachés à la parenté, les embryons se distinguent de matériaux d’expérimentation soumis aux épistémologies de la biologie de recherche. Seul le blastomère prélevé sur l’embryon par biopsie a un statut proche de celui d’un matériau, puisqu’il se prêtera à l’analyse et sera détruit dans le processus de recherche d’information génétique pour effectuer un diagnostic préimplantatoire. Les embryons sont donc à la fois les clefs et les protégés du projet parental, car c’est l’abandon de celui-ci qui peut les transformer en matériaux et les faire passer d’un type de laboratoire à l’autre.

21Lors d’un parcours de FIV, pour de multiples raisons sur lesquelles je ne m’arrêterai pas, un embryon ne sera pas transféré, ne sera pas congelé, ne sera pas jeté. Il sera donné à la recherche par le couple après abandon du projet parental. L’embryon destitué de la parenté et de la parentalité peut alors seulement être « disponible pour des investissements juridiques et moraux d’un autre ordre » (Boltanski, 2004 : 195). Cette phrase, renvoyant au fœtus en contexte abortif, s’applique tout à fait à l’embryon donné à la recherche qui passe de la biologie médicale de la reproduction à la biologie de recherche fondamentale. Comme l’a indiqué Enric Porqueres i Gené dans un article sur l’individuation de l’embryon (2004), le potentiel d’humanité n’est pas lié à une matérialité biologique et individuelle de l’embryon détachée de toute relation. L’embryon n’a pas d’identité corporelle ou personnelle que fixerait la contrainte biologique. C’est le projet parental qui inscrit une identité dans l’être biologique. L’embryon n’a pas d’identité corporelle ou personnelle fixée par la contrainte biologique. Il est accidentel, au sens aristotélicien, comme l’a justement remarqué Marie-Angèle Hermitte dans un article sur la bioéthique et le projet parental (2009). Quand la relation à un couple est défaite, le potentiel corporel et humain n’est plus partie prenante des embryons surnuméraires donnés à la recherche. L’embryon n’a plus alors de futur personnel viable. Son potentiel de développement en corps et en personne meurt avec la disparition de son potentiel parental.

  • 13 Sur ce sujet, on peut se référer à Merleau-Ponty (2018a), article dans lequel les descriptions de l (...)

22Il a néanmoins fallu qu’il ait été investi de ce potentiel pour être conçu en laboratoire avant d’être donné à la recherche. L’embryon n’est pas, d’emblée, amas de cellules ou matériel de laboratoire. Il doit être institué comme tel par un désinvestissement parental qui en faisait au préalable un potentiel être humain, potentiel enfant et candidat à la grossesse. L’embryon humain doit ainsi être d’abord implanté dans la parenté — puis détaché de la parenté. Ce double mouvement n’est pas sans rappeler les notions de kinning et de de-kinning, forgées par Signe Howell (2006) pour traiter de l’adoption transnationale. Toutefois, ici, il ne s’agit pas de faire passer d’une parenté à une autre, mais de commencer à humaniser, puis d’arrêter un processus humanisant. Par ailleurs, cette humanité potentielle préalable, tissée par la parenté puis destituée, est la seule garantie que les cellules-souches embryonnaires humaines s’avèrent des bio-objets légaux et légitimes. Pareille bio-objectivation (Holmberg et al., 2011) implique alors une « purification », au sens que Latour a donné à ce terme (1997), purification qui réduit les cellules à un matériau vivant propre à une espèce. Pour le dire brièvement, ce processus passe par ces étapes : la sélection biologique13, l’abandon du projet parental, le don à la recherche, l’anonymisation de l’embryon, son reclassement dans un autre cadre régulatoire, sa métamorphose en lignée de cellules-souches embryonnaires humaines. La lignée est alors un matériel précieux au service d’expérimentations diverses dont la validité passe par la capacité de ces cellules à produire des corps embryoïdes battants.

23Le trouble qui fut le mien lorsque je confondis embryon et EB ne relevait pas simplement d’un manque de connaissance (savoir distinguer, biologiquement parlant et grâce à une formation spécifique, un embryon d’un EB), mais aussi d’un fonds émotionnel lié à l’activité touchant la matière humaine vivante. Ce fonds émotionnel est orienté différemment selon l’économie morale dans laquelle se trouve un sujet. Voyant cet EB battre au microscope pour la première fois, c’est certainement l’assistance médicale à la procréation que j’investissais de mon regard, du fait de la nature de mon propre travail qui cherche à dresser un portrait des conceptions et métamorphoses des embryons humains et des cellules-souches embryonnaires humaines. J’ai alors confondu les catégories de sens, et cet entrelacs a généré, outre un enthousiasme sincère, un sentiment d’inconfort, mais aussi le désir de mieux comprendre avec les outils de l’ethnographie. À l’inverse, le regard aguerri du biologiste de recherche, forgé par l’habitude professionnelle, catégorise l’entité observée selon les règles et les enjeux de sa science, qui, par l’objectivité, produit une objectivation de son matériel de travail. Les biologistes ne confondent pas les corps embryoïdes avec des embryons humains, et n’associent pas leurs matériaux de travail à des potentiels de vies individuelles, comme c’est parfois le cas dans les laboratoires de fécondation in vitro. Ils n’en sont pas moins dénués d’une certaine sensibilité à l’autonomie du vivant. Au-delà du paradigme génétique dominant en biologie qui pense la vie au travers du concept de molécule, le vivant provoque de l’émerveillement, de l’attachement parfois, et replace le travail du biologiste dans une forme concrète, dont l’enjeu n’est pas la seule connaissance, mais aussi la thérapie. Ces cellules seront peut-être un jour greffées dans des corps.

24Dès lors, que signifie le mot « corps » dans « corps embryoïde » ? Non pas qu’il y ait un potentiel de corps, car ce potentiel s’évanouit avec la disparition du projet parental et l’impossibilité de naître via une implantation dans un utérus et via la grossesse qui s’ensuit. En un sens restreint et strictement biologique, on le dit corps embryoïde, parce qu’il ressemble à un embryon. Mais il m’apparaît qu’on peut aussi l’appeler « corps » dans la mesure où il est la concrétisation, si minime soit-elle, d’un potentiel organique, signifié ici par l’auto-organisation des cellules en trois dimensions et le battement cardiaque. Ce potentiel, bien concret dans les boîtes de Petri, renvoie à l’horizon médical de la recherche fondamentale et non plus à un potentiel individuel qui serait un enfant à naître. Par ailleurs, ce retour à la parenté, via l’assistance médicale à la procréation, permet de comprendre que le matériel biologique humain n’est pas d’emblée « matériel ». Pour devenir du matériel, les cellules humaines sont réduites à leur dimension biologique par l’abandon du projet parental (la disparition d’une relation) et le don à la recherche. Ce matériel de laboratoire utile, pour répondre à des questions inscrites dans une vision génétique de la vie, n’est pas un donné, mais un ensemble construit qui laisse à ses marges, passées et futures, battre le rythme organique du vivant.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski, Luc
2004 La condition fœtale : une sociologie de l’engendrement et de l’avortement (Paris, Gallimard) [NRF Essais].

Daston, Lorraine
1995
The moral economy of science, Osiris, 2nd Series, 10 [Constructing knowledge in the history of science] : 2-24.

Franklin, Sarah
2006
Embryonic economies : the double reproductive value of stem cells, BioSocieties, 1 (1) : 71-90 ; DOI : 10.1017/S1745855205040081.
2013
Biological relatives : IVF, stem cells and the future of kinship (Durham, Duke University Press).

Fox Keller, Evelyn
1983
A feeling for the organism : The life and work of Barbara McClintock (New York, W. H. Freeman and Company).

Hermitte, Marie-Angèle
2009 Le droit de la bioéthique et la logique du projet parental, in Le corps et la loi (Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille).

Holmberg, Tora, Schwennesen, Nete et Webster, Andrew
2011
Bio-objects and the bio-objectification process, Croatian Medical Journal, 52 (6): 740-742 ; DOI : 10.3325/cmj.2011.52.740.

Howell, Signe
2006
The kinning of foreigners : Transnational adoption in a global perspective (New York, Berghahn Books).

Itskovitz-Eldor, J. et al.
2000
Differentiation of human embryonic stem cells into embryoid bodies comprising the three embryonic germ layers, Molecular Medicine, 6 (2) : 88-95 ; DOI : 10.1007/BF03401776.

Kleinsmith, Lewis J. et Pierce, G. Barry
1964
Multipotentiality of single embryonal carcinoma cells, Cancer Research, 24 (9) : 1544-1551.

Knorr-Cetina, Karin
1999
Epistemic cultures : How the sciences make knowledge (Cambridge MA, Harvard University Press).

Latour, Bruno
1997 Nous n’avons jamais été modernes : essai d’anthropologie symétrique (Paris, La Découverte).

Martin, Gail R.
1981 Isolation of a pluripotent cell line from early mouse embryos cultured in medium conditioned by teratocarcinoma stem cells, Proceedings of the National Academy of Sciences, 78 (12) : 7634-7638 ; DOI : 10.1073/pnas.78.12.7634.

Martin, Gail R. et Evans, Martin
1975
Differentiation of clonal lines of teratocarcinoma cells : formation of embryoid bodies in vitro, Proceedings of the National Academy of Sciences, 72 (4) : 1441-1445 ; DOI : 10.1073/pnas.72.4.1441.

Merleau-Ponty, Noémie
2018a Sélectionner des embryons humains. Une relation opératoire au sein de laboratoires de biologie de la reproduction en Inde et en France, L’Homme, 225 :101-124 ; DOI : 10.4000/lhomme.30724.
2018b Les catégories du vivant. Ethnographie des affects dans des laboratoires de biologie, in L. Mariani et C. Plancke (éd.), (D’)écrire les affects : perspectives et enjeux anthropologiques (Paris, Éditions Pétra) : 243-268.

Meskus, Mianna
2018
Craft in biomedical research : The iPS cell technology and the future of stem cell science (New York, Palgrave MacMillan).

Porqueres I Gené, Enric
2004 Individu et parenté. Individuation de l’embryon, in F. Héritier et M. Xanthakou (éd.), Corps et affects (Paris, Odile Jacob) : 139-150.

Thomson, James A. et al
1995
Isolation of a primate embryonic stem cell line, Proceedings of the National Academy of Sciences, 92 (17): 7844-7848 ; DOI : 10.1073/pnas.92.17.7844.

Thomson, James A. et al.
1998 Embryonic stem cell lines derived from human blastocysts, Science, 6, 282 (5391) : 1145-1147 ; DOI : 10.1126/science.282.5391.1145.

Xanthakou, Margarita
2004 L’atelier, in F. Héritier et M. Xanthakou (éd.), Corps et affects (Paris, Odile Jacob) : 27-30.

Haut de page

Annexe

Annexe I14

A/Faire des EB

B/La ressemblance entre embryons et EB

Annexe II15

Expression des gènes isl1, Nanog et Mef2c, après une PCR :

Annexe III16 – Principe de la dérivation de cellules-souches embryonnaires à partir d’un blastocyste

Haut de page

Notes

1 Pour avoir une idée : http://www.youtube.com/watch?v=sFjHVCz0Hao (consulté le 15/02/2019).

2 Boîte cylindrique, transparente et peu profonde, employée en biologie.

3 Polymerase Chain Reaction – « Réaction en Chaîne par Polymérase ». Cette technique permet d’obtenir une quantité importante d’un fragment d’ADN à partir d’un échantillon réduit. Pour une explication très claire et ludique, cf. http://www.ens-lyon.fr/RELIE/PCR/principe/anim/presentation.htm (consulté le 15/02/2019).

4 Knorr-Cetina (1999 : 140) : « Thus life is no longer a vitalistic force or the breath bestowed by a god upon every single creature. It is suddenly at the disposal of the molecular biologist-provided he or she can decode the plan and decipher the molecular processes underlying the respective variations. »

5 Pour en lire davantage sur l’importance des affects dans les cultures cellulaires, cf. Merleau-Ponty, 2018b.

6 Pour approfondir la manière dont les cellules sont les outils de la biologie, comprise comme une technologie, on peut se référer à Franklin, 2013.

7 « Tu vois un battement cardiaque, tu vois des cellules battre dans une boîte. Ça te donne la sensation que c’est la vie. Ce ne sont pas que des cellules. […] Donc, d’une certaine manière, c’était un sentiment très étrange parce que c’est la première fois que je voyais quelque chose d’important, qui était quelque chose, qui m’informe que… ces cellules sont plus que de la recherche. C’est quelque chose qui est en train d’advenir. Et c’est la première fois que j’ai ressenti, c’est ça, ces cellules… À chaque fois que je lisais que ces cellules étaient transplantées, je ne m’imaginais pas comment ces cellules sont effectivement transplantées, comment ces cellules ont juste poussé dans une boîte de culture, comment elles peuvent être utiles à un corps humain. Alors, sont-elles capables, d’elles-mêmes, de faire quelque chose ? Donc, c’est la première fois que j’ai ressenti… en effet, elles le peuvent, d’elles-mêmes. Même si les conditions de culture in vitro peuvent avoir un impact, quand tu transfères dans un corps humain, de nombreux éléments peuvent changer, qui peuvent les aider à se propager. »

8 Par ailleurs, on sait aussi que l’émotion et le soin peuvent être partie prenante de la démarche scientifique orientée vers la compréhension des mécanismes génétiques. La biographie de la biologiste Barbara McClintock par Evelyn Fox Keller (1983) montre avec force détails comment le « feeling » (à la fois sentiment et intuition) éprouvé pour le maïs fut un élément central de la découverte de la translocation de l’ADN. Mianna Meskus (2018) montre par ailleurs comment le travail manuel (craft) est fondamental dans la production du savoir-faire scientifique utilisant des cellules-souches. Ce travail manuel ne sépare pas instrumentalisation et soin des cellules.

9 Cellules tumorales contenant des tissus différents de ceux de l’organe dans lequel ils se développent et pouvant être associées à différentes phases du développement embryonnaire (cf. http://www.universalis.fr/encyclopedie/teratomes/#i_82587, consulté le 15/02/2019).

10 Document fourni par Gail R. Martin à l’auteure, avec l’autorisation de citer ce cours.

11 Human embryonic stem cells ou cellules-souches embryonnaires humaines.

12 On peut se référer à l’article L2151-5 du Code de la santé publique.

13 Sur ce sujet, on peut se référer à Merleau-Ponty (2018a), article dans lequel les descriptions de la sélection embryonnaire montrent comment l’objectivation scientifique est évaluée au prisme du potentiel parental de ces embryons.

14 Extraits d’un cours sur la pluripotence et la différenciation in vitro, avec l’aimable autorisation de l’auteur, Gail R. Martin.

15 Avec l’aimable autorisation de Vincent Fontaine et Lucile Tran.

16 Extrait d’une communication de Shoukhrat Mitalipov avec son aimable autorisation. « Mitochondrial Genome During Reproduction, Development and Aging », communication donnée à Paris, le 17 décembre 2011, lors d’une réunion de travail des membres du réseau ShapeHeart, à l’hôpital Georges Pompidou.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémie Merleau-Ponty, « Corps embryoïdes : biologie moléculaire et cellules vivantes », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 46 | 2019, mis en ligne le 03 juillet 2019, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/11031 ; DOI : 10.4000/ateliers.11031

Haut de page

Auteur

Noémie Merleau-Ponty

Associée de recherche, Reproductive Sociology Research Group (Département de Sociologie, université de Cambridge)
nm631[at]cam.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals