Navigation – Plan du site
Logiques moléculaires/logiques sociales: substances, organes, variations

Des pratiques pastorales plurimillénaires expliquées à la lumière des découvertes récentes sur les hormones

Multi-millennial pastoral practices explained in light of recent discoveries about hormones
Anne-Marie Brisebarre

Résumés

Dans les systèmes d’élevage extensif, qu’ils soient sédentaires ou mobiles, les éleveurs ont souvent des relations très fortes avec leurs bestiaux. Un moment crucial est celui des mises bas : en cas de problème, éleveurs et bergers interviennent afin de créer le lien entre la mère et son petit, de lui faire reconnaître et « adopter » son nouveau-né. De même, lorsque la femelle « retient son lait » pour son petit au moment de la traite, ils ont recours à des techniques éprouvées afin de l’amener à « donner son lait ». Ces savoir-faire pastoraux, nés de la proximité quotidienne des hommes avec les bestiaux, existent depuis des siècles, voire des millénaires, et ont été transmis de génération en génération. Je donnerai quelques exemples de ces manipulations du corps des bêtes lors des mises bas ou de la traite observées en France, au Maroc ou en Afrique de l’Ouest, avant de m’appuyer sur des publications spécialisées datant des dernières décennies, pour mettre en lumière les mécanismes physiologiques en jeu, en particulier le rôle de l’ocytocine, « l’hormone de l’attachement », dont ces pratiques favorisent la libération.

Haut de page

Texte intégral

1La plupart des éleveurs dits « traditionnels » — ceux qui vivent au quotidien avec un troupeau, en système extensif, c’est-à-dire en exploitant au maximum les ressources naturelles — connaissent leurs animaux individuellement. Pendant la période des naissances existent des relations très fortes entre les hommes et leurs bestiaux. Des pratiques pastorales particulières sont mises en œuvre à cette occasion. Elles consistent en manipulations du corps des femelles et des nouveau-nés, par le berger ou l’éleveur, au moment de la mise bas ou dans les heures qui suivent, dans le but de créer ou de renforcer le lien entre mères et petits : il s’agit de permettre l’allaitement du nouveau-né ce qui facilite l’établissement de la lactation. Certaines de ces pratiques sont également utilisées pour amorcer la traite.

2Lors de mes premiers travaux sur le pastoralisme transhumant dans le sud de la France, de telles pratiques n’étaient pas facilement décrites par les éleveurs et les bergers. Il fallait avoir assisté à la mise en œuvre d’une de ces techniques d’adoption, être déjà en quelque sorte initié, pour obtenir des explications. Ainsi, en février 1970, enquêtant auprès d’un berger cévenol, j’ai eu l’occasion de le voir faire « adopter » un agneau par une brebis qui venait de perdre le sien. Ce mutisme des pasteurs est en partie dû au mépris avec lequel nombre de spécialistes encadrant l’élevage, qu’il s’agisse de vétérinaires ou de techniciens, considèrent ces pratiques, ainsi que la plupart de celles employées par les éleveurs depuis des siècles pour soigner leurs bestiaux ; elles sont qualifiées de recettes archaïques ou même de superstitions, car elles s’accompagnent parfois de renforcement magico-religieux (Brisebarre, 1989).

  • 1 Si, selon le Dictionnaire Larousse, le premier sens d’empirique est « qui s’attache exclusivement à (...)
  • 2 Pour une description plus précise de ces pratiques, voir mon article et celui de Carole Ferret, par (...)

3Ces savoir-faire « empiriques1 », résultant de l’observation quotidienne de leurs animaux et transmis de génération en génération, relèvent de la « pensée sauvage » (Lévi-Strauss, 1962), cette « science du concret » développée ici par des éleveurs. La récente découverte par un archéologue, dans le sud de la Libye, de peintures rupestres datant d’environ 4 500 ans avant notre ère, témoigne de l’emploi très ancien par des éleveurs de bovins de certaines de ces techniques favorisant la traite (Le Quellec, 2011a et b). C’est ce qui m’a amenée à qualifier de « plurimillénaires » ces pratiques pastorales observées lors de mes enquêtes en France, au Maroc et en Afrique subsaharienne. D’autres ethnologues les ont également rencontrées sur leur terrain. J’en donnerai quelques exemples2 avant de m’appuyer sur des publications spécialisées datant des dernières décennies pour mettre en lumière les mécanismes physiologiques en jeu.

Pratiques pastorales

  • 3 Ces pratiques d’adoption ou de traite sont rarement attestées pour les chèvres qui se laissent téte (...)

4Qu’il s’agisse de brebis, de vaches, de chamelles ou même de juments3, la mise bas, puis la reconnaissance par la mère de son petit et son acceptation de l’allaiter sont des étapes cruciales pour la réussite de l’élevage. Quand celui-ci est tourné vers la production de lait, pour nourrir la famille ou dans un but commercial, les premières tétées du nouveau-né participent à l’établissement de la lactation : dans la plupart des races rustiques, la présence du petit auprès de sa mère favorise la traite, quand elle n’en est pas la condition nécessaire, comme chez les vaches de race Aubrac ou Salers (Royer, 1973). Si la femelle « n’adopte » pas son petit à la naissance, ou si celui-ci meurt prématurément, la lactation ne s’établit pas ou le lait de la femelle tarit. Dans de nombreuses sociétés pastorales, des techniques éprouvées sont utilisées pour pallier ces dysfonctionnements : elles ont pour but soit de provoquer l’attachement de la mère pour son nouveau-né, ou pour un autre petit qu’on cherche à lui faire adopter ; soit de permettre de traire une femelle en l’absence de son petit.

Techniques d’adoption

5Mes enquêtes auprès d’éleveurs de divers pays et cultures, débutées en 1970 en Cévennes, ont montré que les techniques employées, quel que soit le type de bétail, reposent sur les mêmes principes : ces interventions humaines ont pour but de faire revivre à la femelle les sensations physiques – ainsi que les émotions ? – de la mise bas, afin de déclencher le processus qui n’a pas eu lieu, celui de la reconnaissance de son nouveau-né : le flairage et le léchage du petit, puis l’acceptation de la première tétée, concrétisent l’attachement réciproque, maternel et filial.

6Ainsi dans les troupeaux ovins transhumants cévenols, où les naissances sont le plus souvent groupées, parfois le lien entre une brebis et son agneau ne se crée pas. Une situation qui se produit quand la mère a été séparée de son petit juste après la mise bas, quand une autre brebis prête à agneler s’est approprié le nouveau-né, ou lors d’une naissance gémellaire si le second agneau est né trop rapidement et que la mère n’a pas eu la possibilité de s’occuper du premier né, de le sentir et de le lécher. L’éleveur doit aussi intervenir en cas de mort d’un nouveau-né ; il cherche alors à faire adopter par la brebis un agneau orphelin, un petit dont la mère n’a pas assez de lait ou un jumeau, les deux races ovines transhumantes, raïole et caussenarde des garrigues, étant mauvaises laitières et élevant difficilement deux agneaux.

7La non-reconnaissance par une mère de son propre nouveau-né, ou son rejet de celui que l’éleveur cherche à lui faire adopter, se traduit le plus souvent par une attitude agressive pour éloigner ce petit considéré comme importun et par un refus de lui « donner son lait ». Car le lait d’une femelle est une substance exclusive, imprégnée de son odeur, qu’elle réserve à son petit, lui-même porteur à sa naissance, au travers du liquide amniotique et des sécrétions vaginales, de l’odeur de sa mère.

Universalité des techniques d’adoption…

8Dans de nombreuses cultures pastorales, quand une brebis ou une vache refuse son petit à la naissance, l’éleveur le saupoudre de sel dont les herbivores sont friands : en léchant ce sel, la femelle reproduit le léchage du nouveau-né normalement destiné à le débarrasser des enveloppes fœtales et à le sécher. Ce léchage est un stimulus pour le petit dont les réactions participent à la reconnaissance et à l’établissement du lien avec sa mère. En Asie centrale, les Touvas attachent la jument qui ne veut pas allaiter son nouveau-né et arrosent d’eau salée la croupe du petit. Une femme âgée, spécialiste de l’apprivoisement des bêtes, chante pour apaiser la jument, l’amener à lécher son poulain et à le laisser téter. Ils emploient la même technique pour les brebis, seules les paroles du chant sont alors différentes. Cette utilisation du chant pour tranquilliser ou émouvoir une femelle — jument, chamelle, vache ou brebis — semble cependant spécifique aux pasteurs centrasiatiques (Ferret, 2013).

9De façon générale, l’agneau nouveau-né abandonné parce qu’il a été léché par une autre femelle gestante qui lui a communiqué son odeur, est frotté avec le placenta de sa mère pour masquer cette odeur et lui redonner celle de sa génitrice. L’éleveur peut aussi l’enduire de l’urine ou du lait de la brebis. En Cévennes, si celle-ci continue à refuser son nouveau-né, le couple brebis-agneau est isolé dans un petit enclos au sein de la bergerie. Quand le lait gonfle le pis de la femelle, la faisant souffrir, et que le petit est affamé, le berger place son chien dans l’enclos pour détourner l’attention de la brebis et pousse l’agneau sous le ventre de sa mère pour qu’il tète : l’une comme l’autre y trouvent un soulagement. Il peut aussi maintenir la femelle pour la forcer à laisser téter l’agneau.

  • 4 Enquête en avril 2010 à Timahdite auprès d’un homme âgé spécialiste de l’adoption des agneaux.

10Il est en effet très important de maintenir le contact entre une femelle rétive et son nouveau-né. C’est pourquoi, en Savoie, on attachait ensemble brebis et agneau avec une ficelle (Digard, 1974) tandis que, dans le Moyen-Atlas marocain, on les relie grâce à un fil passant dans la cloison nasale de la mère et noué autour du cou du petit4, afin d’habituer la brebis à la présence de son agneau. Dans les deux cas, on les laisse dehors toute la nuit, mettant la femelle dans une situation stressante. Pour lui faire peur, on pousse les enfants à la harceler, ou on lâche le chien, afin de provoquer un réflexe de défense du petit. Au Niger et au Mali, pour obtenir le même résultat, les Touaregs éleveurs de chamelles ou de vaches simulent une attaque de chacal ou de hyène (Bernus, 1981 et 2002).

  • 5 Enquête en novembre 2008 en Aveyron : parlant de la technique traditionnelle de l’« empelage » de l (...)

11Quand il s’agit de faire adopter un petit (agneau, veau, chamelon ou poulain) par une femelle qui a perdu le sien, on « pèle » le petit mort et on habille celui à adopter avec cette peau afin de masquer son odeur. Au moment de pousser un agneau ainsi « empelé » sous le ventre de la brebis pour qu’il tète, de jeunes éleveuses aveyronnaises m’ont expliqué qu’elles « massaient le plancher du vagin » pour recréer chez la mère adoptive les sensations de la mise bas5. Ce que font aussi les bergers du haut Altaï, essuyant ensuite leurs doigts sur le dos de l’agneau à adopter pour lui communiquer l’odeur de la brebis (Ferret, 2013).

12Les chameliers du Tchad et du Niger utilisent les mêmes techniques ; de plus, ils privent la chamelle adoptante de la vision et de l’odorat. Ils lui ferment l’anus avec des épines et ne les retirent que quand les matières fécales se sont accumulées provoquant ainsi chez la femelle, par une défécation brutale et massive, l’impression qu’elle met bas. Le chamelon à adopter est alors poussé sous le ventre de la chamelle pour qu’il tète (Baroin, 1975 ; Bernus, 2002).

  • 6 Enquête en mai 2010 auprès d’un éleveur de vaches Aubrac.

13Les éleveurs bovins en Aubrac6, comme les Toubous et les Touaregs, pratiquent l’insufflation, technique qui consiste à souffler dans le vagin de la vache directement, à l’aide d’un roseau ou d’un tuyau, pour provoquer les sensations de la mise bas (Baroin, 1975 ; Bernus, 1981). Dans le même but, les « Peuls de vache » mauritaniens introduisent une gourde en peau dans le vagin de la femelle, ils la gonflent puis la retirent comme s’ils faisaient naître un veau. Le petit lui est alors présenté, enduit de son urine, ou recouvert de la peau du veau mort (Ba, 1982). Pour favoriser l’adoption d’un veau, les Iakoutes introduisent un bouchon oblong, fait d’herbes et de courroies de cuir pliées, dans le vagin de la vache adoptante, et ils l’y laissent durant une journée ; ils passent ensuite ce bouchon imprégné des sécrétions vaginales sur le corps de la vache et du veau. Ils pratiquent aussi l’habillage du veau avec la peau de celui qui est mort et l’insufflation pour une adoption comme pour la traite (Ferret, 2013).

… et des techniques de traite

14En effet, l’insufflation permet également de traire une vache qui « retient son lait » pour son veau. Elle est très ancienne puisqu’elle figure sur les peintures rupestres libyennes découvertes par Jean-Loïc Le Quellec (2011a). Elle est aussi attestée chez les Hottentots dans un manuscrit de la bibliothèque du Cap datant du xviie siècle. Dans les années 1930, l’ethnologue E. Evans-Pritchard l’a photographiée chez les Nuer. Sur l’une des photographies, elle est associée à la mise sous le nez de la vache d’un faux veau, un mannequin fait avec la peau d’un veau remplie de paille (Evans-Pritchard, 1968). À la fin du xixe siècle, en Aubrac, on retrouve la même pratique, appelée ici « soufflement », venant également renforcer l’utilisation d’un faux veau que le trayeur place sous le nez de la vache à traire, enduit d’un peu de son lait pour lui communiquer son odeur et lui faire croire qu’il s’agit de son petit (Martel, 1894).

Mode d’action de ces pratiques pastorales expliqué par les éleveurs

15S’appuyant sur ces savoir-faire transmis de pères en fils et sur leurs propres observations du comportement des femelles de leur troupeau au cours de la mise bas, tous ces éleveurs ont conscience du moment où se crée normalement le lien entre une mère et son nouveau-né, dans les quelques heures suivant la naissance. Ils savent aussi que, ce moment passé, ils doivent intervenir pour rapprocher mères et petits, d’où les multiples techniques mises au point.

16Ainsi, en apaisant par leur présence ou, au contraire, en faisant peur à une femelle de leur troupeau qui « n’aime pas son petit », en la stressant en présence de son nouveau-né, ils tentent de provoquer un réflexe de protection maternelle. En manipulant son corps afin de lui faire croire qu’elle vient de mettre bas, ils cherchent à revenir en arrière, à mettre de nouveau la femelle en situation de reconnaître le petit qu’on lui présente, qu’il soit sien ou adoptif, et ils l’amènent à accepter de l’allaiter.

  • 7 En Aubrac, chaque veau est amené à sa mère afin qu’il « amorce » la venue du lait en tétant quelque (...)

17Quant à la traite, chez certaines races bovines, très maternelles, elle nécessite comme l’allaitement le bon vouloir de la femelle : outre l’obligation de la présence ou même de la tétée de leur veau7, qui oblige à des pratiques de leurre — avec un « faux veau » si le petit est mort — comme celles que je viens de présenter, certaines vaches ne « donnent leur lait » qu’à un trayeur dont elles connaissent la voix, l’odeur et les gestes.

18Si tous ces éleveurs ont éprouvé l’efficacité de leurs pratiques, ils n’en connaissent pas les mécanismes physiologiques, en particulier l’action de certaines hormones que je vais évoquer maintenant et à propos desquelles les avancées de la recherche biologique sont très récentes.

Les mécanismes physiologiques à l’œuvre

19Si mes premières observations de ces pratiques d’adoption datent de 1970, c’est une dizaine d’années plus tard, en 1981, que mon attention a été attirée par un article de la revue Sciences et avenir s’interrogeant sur « l’instinct maternel des brebis » et faisant état d’investigations menées par des chercheurs de l’INRA et du CNRS pour « améliorer les conditions d’élevage intensif moderne ». Il s’agissait, dans un contexte expérimental, de « comprendre quelles conditions physiologiques s’unissent pour favoriser et déclencher à un moment donné l’apparition d’un comportement maternel durable ; et voir ce qui se passe et ce qui peut être fait dans des conditions difficiles » (Dischert, 1981 : 85). En effet, dans certains élevages intensifs où les brebis sont en grand nombre et où la prolificité est recherchée (naissances doubles, trois mises bas en deux ans), il a fallu mettre en place un système de « maternage », un berger devant surveiller de façon continuelle l’agnelage afin de présenter les nouveau-nés, parfois immatures, à leurs mères.

L’action des hormones

20D’après les travaux de M. Johnson et B. Everitt (2001) sur la reproduction, en fin de gestation et lors de la mise bas, il se produit une libération massive d’hormones chez les femelles. Ces hormones facilitent l’établissement du comportement maternel.

21Les recherches endocrinologiques sur la brebis rapportées dans l’article de Sciences et Avenir précisent que « des dosages d’œstrogènes montrent un pic très net durant les 12 heures précédant la mise bas […]. Après injection d’œstradiol, des brebis en dehors de toute période de gestation peuvent devenir maternelles à l’égard d’agneaux étrangers, tout au moins dans un cas sur deux […]. L’apparition d’un comportement d’attrait pour le jeune est donc soudaine et directement placée sous contrôle hormonal » (Dischert, 1981 : 85).

22Cela explique la possible captation d’un agneau nouveau-né par une brebis prête à mettre bas dans les élevages intensifs où la reproduction est synchronisée par pose d’éponges vaginales et insémination artificielle. Dans les élevages extensifs, par exemple ceux dont les troupeaux transhument en été, où les agnelages ont lieu à la descente d’estivage, ces captations se produisent le plus souvent la nuit, à la bergerie, quand l’espace du troupeau est réduit.

23C. Dischert ajoute : « Lors de la naissance, toute brebis accepte indifféremment tout agneau nouveau-né qu’on lui présente, mais cette acceptation indistincte ne dure guère plus d’une à deux heures. Passé ce délai, la brebis ne reconnaît et ne s’intéresse plus qu’au sien » (ibid.). Précisons : à condition qu’elle ait pu, dans ce court laps de temps après la mise bas baptisé par les chercheurs « période sensible », sentir et lécher son agneau et que le petit ait aussi reconnu sa mère en trouvant sa mamelle et en tétant ses premières gorgées de colostrum (premier lait d’une accouchée, légèrement purgatif). Sinon, « elle ne l’aimera pas » comme disent les bergers, il sera pour elle un étranger. Car durant cette période « en plus des hormones de la mère, qui ont pour rôle de rendre significatifs les signaux émanant du petit, intervient toute une série de stimulations, sortes de “bip-bip” sensoriels fournis par le jeune. Olfactives, visuelles, acoustiques et tactiles, ces stimulations réciproques permettent à la brebis d’établir un contact avec le jeune, la poussant par exemple à le lécher » (ibid. : 87).

24Lorsqu’une brebis, une vache, une chamelle ou une jument qui vient de mettre bas semble peu intéressée par son nouveau-né — ce qui peut arriver si la mise bas a été difficile, l’accouchée étant fatiguée et le petit peu vivace — l’éleveur doit inciter la mère à établir des liens avec lui. Ces liens sont renforcés si le petit se met à téter en adoptant la position dite « en parallèle inverse » par rapport à sa mère, ce qui favorise le flairage du nouveau-né au niveau de la queue, sa reconnaissance et son adoption.

25Des expériences sur les brebis montrent en effet que « l’odorat semble être le vecteur le plus important dans la reconnaissance d’un agneau encore enduit des liquides amniotiques provenant de la mère » (idem) : privée de l’odorat avant la mise bas, une brebis accepterait n’importe quel agneau. Les chameliers des pays d’Afrique subsaharienne l’ont constaté empiriquement lorsqu’ils cherchent à faire adopter un chamelon orphelin : ils ferment les naseaux de la chamelle adoptante ou en scarifient l’intérieur pour que l’odeur du sang couvre celle du petit étranger.

L’ocytocine, hormone de l’attachement

26Dans l’article de Sciences et avenir publié en 1981, il n’est fait mention que de l’action des œstrogènes. Il faut en effet attendre la fin des années 1990 pour que le rôle lors de la mise bas et de la lactation d’une autre hormone : l’ocytocine, découverte en 1954, soit vraiment démontré. Son nom vient du grec ôkutokos, « qui procure un accouchement (tokos) rapide (ôkus) ». Elle est désignée comme l’« hormone de l’attachement », car des études récentes ont montré qu’elle était impliquée dans l’attachement affectif, la gestion des sentiments, de l’anxiété, plus globalement le comportement social et émotionnel (Lambert et Lotstra, 2005 : 86-87). On la qualifie aussi d’« hormone de la communication ».

  • 8 Chez la vache, 20 % du lait produit journellement sont du lait citernal, situé dans le bas de chaqu (...)
  • 9 Communication olfactive intraspécifique, http///www.vetopsy.fr/sens/olf_attach.php (consulté le 22 (...)

27Fabriquée dans l’hypothalamus et la posthypophyse, l’ocytocine stimule les contractions de l’utérus chez les mammifères et accélère le travail de la parturition. Elle intervient également dans la contraction des cellules myoépithéliales des glandes mammaires et la libération du lait8. Pendant la mise bas, la dilatation de l’utérus et du col utérin stimule l’hypothalamus qui synthétise l’ocytocine produisant des réactions en chaîne, en particulier le comportement maternel ainsi que la reconnaissance du nouveau-né ; car cette hormone agit sur le bulbe olfactif de la femelle, provoquant une attraction pour le liquide amniotique et l’apprentissage sélectif de l’odeur du petit9. La succion de la mamelle maternelle par le petit provoque également une montée d’ocytocine, renforçant sa reconnaissance par sa mère. Dès lors, la femelle rejette tout autre petit qu’on lui présente. Par la suite elle peut aussi retenir son lait pour son petit et refuser de le libérer lors de la traite.

*

* *

28Selon les chercheurs de l’inra et du cnrs (Dischert, 1981), la connaissance des mécanismes physiologiques et comportementaux de la relation mère-petit n’a pas permis de trouver d’autres solutions que ce qu’ils désignent comme des « trucs de berger », et dont ils ont constaté l’efficacité, au problème de l’adoption et de la traite dans les élevages intensifs, surtout ceux destinés à la production de lait. Les expériences menées sur le comportement maternel des brebis ont montré qu’il dépend « des stimulations fournies par le jeune, de l’état physiologique de la mère, de l’environnement ; mais aussi de l’histoire individuelle de la brebis », en particulier de son statut par rapport à la maternité (idem : 88). Comme les éleveurs, les chercheurs ont en effet constaté que l’abandon de l’agneau nouveau-né manifesté par le refus de l’allaiter serait plus fréquent chez les primipares que chez les femelles ayant déjà mis bas (Lambert et Lotstra, 2005). Le comportement maternel nécessite chez la jeune femelle une sorte d’apprentissage ou d’apprivoisement de son nouveau statut.

29Au cours de mes enquêtes, des éleveurs de plusieurs pays ont évoqué un autre facteur important : la relation quotidienne, s’appuyant sur les sens (toucher, ouïe, vue et odorat) mais possédant aussi une dimension affective, qu’ils nouent avec les animaux de leur troupeau, en particulier avec les femelles, et qui se renforcerait au moment de la mise bas, surtout quand celle-ci est difficile et qu’ils doivent intervenir. En cas de dysfonctionnement, l’éleveur ou le berger est alors un médiateur qui, en gagnant la confiance de ses bêtes, peut remettre de l’ordre dans le comportement du couple mère-petit.

30Qu’il s’agisse d’allaitement ou de traite, tout reposerait donc sur l’acceptation par la femelle de « donner son lait » à un petit, le sien ou un adopté, ou à un humain. Ce que J. Ribstein explique ainsi, s’agissant de la traite des vaches dans les Vosges : « Le berger, en prélevant le lait prend la place du petit veau d’où l’importance de cette entente entre la vache et l’homme. Il faut que la vache veuille bien se faire traire par cette personne, à l’image de la mère qui ne se laisse pas téter par n’importe quel veau […]. Le berger met sa tête contre le flanc de l’animal comme le ferait le veau. Il l’imite car il prend sa place, une place privilégiée […]. C’est une relation réciproque qui s’établit entre les deux partenaires, une relation de dépendance, de symbiose. La traite est l’expression d’une relation privilégiée et personnalisée entre l’homme et l’animal » (2006 : 42).

  • 10 Ce nom fait symboliquement référence au « massacre des innocents », les garçons premiers-nés, ordon (...)

31Cette relation réciproque, cet « échange » entre un éleveur et ses animaux, ne peut s’établir dans le contexte des systèmes d’élevage intensifs où l’intérêt productif à très court terme est recherché et les animaux réifiés (Porcher, 2002). Dans les systèmes intensifs laitiers, les veaux sont séparés de leurs mères dans les 24 ou 48 heures suivant la mise bas. D’où le choix dans ces systèmes d’une race bovine comme la Prim’Holstein, sélectionnée pour la précocité et la facilité du vêlage, la conformation de la mamelle en faisant des « usines à lait », et dont le comportement peu maternel permet la séparation rapide des veaux. Poussant à son maximum la réification des veaux, qualifiés de « viande du lait en surproduction », des fonctionnaires de la commission de Bruxelles avaient créé en 1992 la « prime Hérode10 » destinée à la « régulation de l’offre de viande en Europe » en dédommageant les éleveurs d’importants cheptels laitiers s’ils faisaient abattre les veaux dans les quelques jours suivant leur naissance. Une négation du statut d’êtres vivants des veaux que la plupart des éleveurs français avaient qualifiée d’immorale et avaient refusée (Brisebarre, 1998 : 119-121).

Haut de page

Bibliographie

Ba, Abou Sidi
1982 L’art vétérinaire des pasteurs sahéliens (Dakar, ENDA) [Environnement africain, série études et recherches, 73-82].

Baroin, Catherine
1975 Techniques d’adoption en milieu animal (Daza du Niger), in L’Homme et l’Animal, 1er colloque d’ethnozoologie (Paris, Museum national d’histoire naturelle) : 493-495.

Bernus, Edmond
1981 Touaregs nigériens. Unité culturelle et diversité régionale d’un peuple pasteur (Paris, Éditions de l’ORSTOM).
2002 Laits touaregs. Usages et symboles, in C. Raimond, E. Garine et O. Langlois (éd.), Ressources vivrières et choix alimentaires dans le bassin du lac Tchad, colloque international Mega-Tchad 11 (Paris, IRD) : 399-412.

Brisebarre, Anne-Marie
1986 La difficile implantation des vétérinaires en Aveyron et Haute-Auvergne : la concurrence des empiriques au xixe siècle, Revue du Rouergue, 6 : 191-216.
1989 Le quotidien et l’accidentel : les éleveurs et la santé de leurs bestiaux au xixe siècle, in Homme, Animal, Société. Histoire et animal (Toulouse, Presses de l’Institut d’Études Politiques) : 257-278.
1998 Préserver la vie des bestiaux pour programmer leur mort, Études rurales, 147-148 : 115-128 [n° thématique : A.‑M. Brisebarre (éd.), Mort et mise à mort des animaux] ; DOI : 10.3406/rural.1998.3623.
2013 Leurrer le bétail : techniques d’adoption et de traite (France, Maghreb, Afrique subsaharienne), in H. Artaud (éd.), Leurrer la nature (Paris, L’Herne) : 59-71 [Cahiers d’anthropologie sociale, 9].

Digard, Jean-Pierre
1974 La vie pastorale à Bonneval-sur-Arc (Haute-Maurienne), Le Monde Alpin et Rhodanien, 2 (2-4) : 7-57 ; DOI : 10.3406/mar.1974.954.

Dischert, C.
1981 La brebis, l’agneau, l’instinct… et l’élevage, Sciences et Avenir, 407 : 85-88.

Evans-Pritchard, Edward E.
1968 Les Nuer. Description des modes de vie et des institutions politiques d’un peuple nilote (Paris, Gallimard) [1re éd. anglaise, 1937].

Ferret, Carole
2013 Leurrer la nature. Quelques exemples de manipulations des bêtes en Asie intérieure, in H. Artaud (éd.), Leurrer la nature (Paris, L’Herne) : 72-96 [Cahiers d’anthropologie sociale, 9].

Johnson, M. H. et Everitt, B. J.
2001 Reproduction (Bruxelles, De Boeck Université) [Sciences médicales, série Pasteur].

Lambert, Nelle et Lotstra, Françoise
2005 L’attachement. De Konrad Lorenz à Larry Young : de l’éthologie à la neurobiologie, Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux, 35 : 83-97 ; DOI : 10.3917/ctf.035.0083.

Le Quellec, Jean-Loïc
2011a La boisson invisible : le lait sur les images rupestres du Sahara, in Cultures des laits du monde (Paris, OCHA) : 39-63 [Cahiers de l’Ocha, 15].
2011bProvoking lactation by the insufflation technique as documented by the rock images of the Sahara, Anthropozoologica, 46 (1) : 65-125 ; DOI : 10.5252/az2011n1a4.

Lévi-Strauss, Claude
1962 La pensée sauvage (Paris, Plon).

Martel, Edouard-Alfred
[1890] 1894 Les Cévennes et la région des Causses (Paris, C. Delagrave).

Porcher, Jocelyne
2002 L’esprit du don : archaïsme ou modernité de l’élevage ? Éléments pour une réflexion sur la place des animaux d’élevage dans le lien social, Revue du MAUSS, 20 : 245-262 ; DOI : 10.3917/rdm.020.0245.

Ribstein, Josiane
2006 La transhumance bovine dans le massif vosgien et l’arc alpin : approche ethno-écologique, Ethnozootechnie, hors série 7.

Royer, Claude
1973 L’homme des burons, in L’Aubrac, étude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d’un établissement humain, t. IV (Paris, Éditions du CNRS) : 65-119.

Haut de page

Notes

1 Si, selon le Dictionnaire Larousse, le premier sens d’empirique est « qui s’attache exclusivement à l’observation et au classement des données sans l’intervention d’un système ou d’une théorie a priori », ce terme s’applique aussi à ce qui est « pragmatique ». Au xixe siècle, lorsque les médecins et les vétérinaires se sont regroupés en organisations professionnelles, ce qualificatif considéré comme péjoratif a souvent été appliqué à leurs « concurrents » populaires traités également de « charlatans » (Brisebarre, 1986).

2 Pour une description plus précise de ces pratiques, voir mon article et celui de Carole Ferret, parus en 2013 dans un numéro intitulé « Leurrer la nature » des Cahiers d’anthropologie sociale.

3 Ces pratiques d’adoption ou de traite sont rarement attestées pour les chèvres qui se laissent téter plus facilement par un autre chevreau que le leur. Les éleveurs cévenols avaient quelques chèvres « nourrices » dans leurs troupeaux de moutons. Ils les faisaient chevroter au moment de l’agnelage et leur enlevaient leurs chevreaux pour les remplacer par des agneaux dont les mères n’avaient pas assez de lait. Ces chèvres pouvaient adopter et nourrir deux agneaux.

4 Enquête en avril 2010 à Timahdite auprès d’un homme âgé spécialiste de l’adoption des agneaux.

5 Enquête en novembre 2008 en Aveyron : parlant de la technique traditionnelle de l’« empelage » de l’agneau, ces éleveuses disent qu’elles « font le pyjama ».

6 Enquête en mai 2010 auprès d’un éleveur de vaches Aubrac.

7 En Aubrac, chaque veau est amené à sa mère afin qu’il « amorce » la venue du lait en tétant quelques gorgées ; le petit est ensuite attaché devant elle pendant la traite, puis il finira de « sécher » sa mère. La traite des vaches Salers nécessite de laisser un des trayons au veau qui tète tandis que le trayeur opère sur les trois autres trayons.

8 Chez la vache, 20 % du lait produit journellement sont du lait citernal, situé dans le bas de chaque quartier (citerne) de la mamelle et facilement disponible lors de la traite, tandis que 80 % sont stockés dans les alvéoles. C’est ce lait alvéolaire que la vache peut retenir pour son veau : il est libéré par la tétée du veau qui induit une montée d’ocytocine.

9 Communication olfactive intraspécifique, http///www.vetopsy.fr/sens/olf_attach.php (consulté le 22 mars 2010).

10 Ce nom fait symboliquement référence au « massacre des innocents », les garçons premiers-nés, ordonné par Hérode pour éliminer dès sa naissance Jésus, le « futur roi des Juifs ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Brisebarre, « Des pratiques pastorales plurimillénaires expliquées à la lumière des découvertes récentes sur les hormones », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 46 | 2019, mis en ligne le 03 juillet 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/11099 ; DOI : 10.4000/ateliers.11099

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Brisebarre

Directrice de recherche émérite CNRS, LAS–UMR7130 (Collège de France/CNRS/EHESS)
anne-marie.brisebarre[at]ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals