Navigation – Plan du site
Logiques moléculaires/logiques sociales: substances, organes, variations

Sous couleur de race…

Traits somatiques, écarts biologiques, critères de classement
Under the guise of race: Somatic traits, biological disparities, classification criteria
Jean-Luc Jamard

Résumés

Les démarches adoptées pour l’étude, par l’anthropologie et d’autres sciences « douces », du « corps racisé » (certes construit socialement), devraient aussi tabler sur les données biologiques modernes. Le texte brosse d’abord à grands traits l’histoire assez récente du racialisme occidental. Puis, quelques exemples aidant, il souligne brièvement l’exigence ethnologique de sonder la réciprocité des perceptions corporelles — comment d’« autres » nous ont-ils perçus. Suivent les deux sections principales de l’article, qui relèvent d’un double questionnement ; les races sont-elles de pures « inventions » culturelles et historiques (ex. des Antilles) ? Ou alors s’agit-il d’unités « naturelles » ? (Les gènes parlent non de vraies races, mais de groupes d’ascendance). Y a-t-il là une dualité d’approches aporétiques ? Un couple de vues en complémentarité forte ?

Haut de page

Texte intégral

Il est impossible de superposer chez l’homme une première couche de comportements que l’on appellerait « naturels » et un monde culturel ou spirituel fabriqué. Tout est fabriqué et tout est naturel chez l’homme…
Maurice Merleau-Ponty, 1976 : 230 [1945 : 220-221].

1Comment nos contemporains rangent-ils une population, une personne parmi les supposées « races » humaines ? Bien des gens — même quand l’idée de race reste chez eux imprécise et confinée dans leur for intérieur — indexent cette identification sur un choix d’éléments somatiques tenus pour pertinents au regard de l’image corporelle globale. Disons, des caractères physiques mis à l’avant-scène de celle-ci, alors qu’ils sont virtuellement innombrables. De sorte qu’on ne perçoit plus qu’eux, en y rattachant volontiers des propriétés psychiques ou culturelles. La couleur de la peau paraît très souvent prioritaire. Il est pourtant bien d’autres traits saillants. Je vais d’abord en illustrer a minima la variété par quelques exemples venus du proche ou du lointain, au risque que d’aucuns les jugent banals ou scolaires, mais l’ethnologie requiert la réciprocité des perspectives — et des clichés ou préjugés. Quant à la question de l’existence socioculturelle, mais aussi biologique de « races » chez les humains, j’y viendrai : aujourd’hui, les sciences douces ne devraient pas faire cavalier seul par respect frileux du politiquement correct.

Ils ne sont pas faits comme nous : florilège

  • 1 Ces guillemets resteront désormais implicites.

2Commençons par un cas évident, celui des « Noirs » africains dont se trouvent souvent très proches par l’impression première les populations mélanodermes d’Océanie, voire celles d’Asie (notamment dravidiennes), moins connues, d’ordinaire, du public occidental. Racialistes et raciologues du xixe siècle puis grosso modo de la première moitié du xxe ont prétendu démontrer que ces « non-Blancs »-là étaient proches des Primates non humains, à la différence des caucasoïdes ou leucodermes… disons les « Blancs », la « race »1 humaine la plus accomplie, supérieure à toute autre. Apanage occidental que cette quasi-bestialisation de l’Autre ? Pas du tout. Des ethnies furent soumises à la traite négrière par les Arabes venus du Moyen-Orient dès le viie siècle, lesquels, surtout ceux établis en Afrique orientale, taxaient d’animalité les Noirs échangés ou capturés à des fins commerciales ; et ils n’étaient ni les premiers ni les seuls à penser ainsi.

Mais la science racialiste (la raciologie) proprement dite est une école ou doctrine, née en Europe et aux États-Unis vers le milieu du xixe siècle. Elle veut expliquer les faits sociaux et les compétences psychologiques par des facteurs héréditaires car « raciaux » au sens biologique. En relève de facto l’idée de hiérarchie entre les ensembles et les personnes considérés. Le racisme, lui, désigne des comportements d’hostilité, de discrimination ou de violence envers des exogroupes humains méprisés ou craints, voire haïs, que de tels facteurs définissent. Ces distinctions, bien qu’utiles pour les analyses historique et sociologique, sont quelque peu formelles : le racialisme a engendré, affermi ou côtoyé le racisme « moderne », lui-même dissemblable — au moins quant au discours — du « racisme sans races », différentialiste et culturel, visant les disparités entre sociocultures, mais non l’hérédité biologique comme le racisme stricto sensu (l’existence de races humaines une fois contestée par de nombreux savants et militants, il s’est agi d’argumenter autrement l’hétérophobie dont le racisme est une variante).

3Jadis ou naguère, aux yeux des spécialistes blancs européens et américains, en termes contrastifs, comptaient ces signes de plus grande animalité des populations dites noires : le prognathisme, la capacité crânienne, l’angle facial, l’indice céphalique… toutes choses quantifiant l’impression et les préjugés de nombre d’Occidentaux. Mais, pour ces derniers, c’est bien là le résultat de « choix » sans doute non conscients. Car auraient-ils pensé — toujours par contraste — à ces caractères fréquents de leur propre phénotype : lèvres minces, cheveux soit seulement bouclés, soit raides ou lisses, ou encore pilosité souvent abondante, que ces critères également arbitraires eussent induit l’opinion que les Blancs sont de proches voisins des « grands singes » (Panines, Gorillinés, Pongidés), ceux-ci, dès lors, paraissant plus éloignés des Noirs. D’ailleurs, bien des Africains n’ont pas manqué, aux premiers temps de leur colonisation par les Européens, de percevoir ainsi quelques traits des envahisseurs en notant leur odeur désagréable (relents cadavériques de cette sorte de « grands bébés sans peau », estimait-on parfois au Rwanda). Et loin de les juger blancs, les Noirs n’étaient pas en reste de rapprochements avec les bêtes ; beaucoup voyaient les Européens rosâtres ou rouges : « comme des grands cochons ».

  • 2 Niggerology : intitulé de conférences que J. C. Nott, raciologue états-unien, présenta dans le Deep (...)

4Les savants racialistes, experts chevronnés en « négrologie2 », afin d’établir des hiérarchies raciales, fixèrent leurs mesures anthropométriques de prédilection sur le volume et la forme des crânes en tant que contenants du cerveau, souvent sans tenir compte d’autres caractères physiques censés relier cet organe aux aptitudes et comportements. À présent, en réciproque, voici comment apparut l’« Européen » à deux ou trois catégories de population aux physiques différents du sien lorsqu’elles eurent à le connaître. (Les sources sont trop nombreuses pour être citées.)

  • 3 « En 1964, un groupe d’Aborigènes découvre les hommes blancs. Les réalisateurs australiens Bentley (...)

5Vus par les Chinois, et les Japonais en bonne partie, les Blancs étaient, en tout cas dans les débuts du contact, des « Barbares au long nez », « aux yeux de poisson » (ou de chien, de chèvre), des « Hommes au poil et aux oreilles rouges ». Nanbanjin, « Barbares méridionaux », ainsi les Nippons appelaient-ils d’abord ces étrangers très laids, trop velus, à l’odeur forte, à la haute taille ridicule avec ces grandes jambes grêles… « Yeux pâles » ou même « Yeux blancs » vraiment bizarres pour certains Amérindiens du sud-ouest des actuels États-Unis — Apaches et apparentés tout au moins —, les Blancs furent perçus par d’autres Natives d’Amérique du Nord comme les « Faces poilues » : figures rebutantes pour des hommes qui, déjà presque glabres naturellement, n’avaient de cesse de s’épiler soigneusement (sauf rares exceptions surtout dans l’aire de la « Côte Nord-Ouest »). Les Indiens des Plaines les ont souvent nommés « Voleurs de graisse », Wasi’chu en lakota et dakota (sioux), au sens de spoliateurs des tribus dont ils dérobaient les meilleures ressources. Mais là, pas d’image corporelle. En revanche, voici pour finir la réaction d’une Martu, Aborigène australienne : « C’est comme un dingo dont on aurait pelé la peau ! » dit-elle, relatant il y a peu sa première vision de l’homme blanc lors d’une rencontre initiale survenue en 19643. Peut-on extrapoler à ses congénères proches ou lointains ? Ce serait à voir.

Autre registre : on ne peut passer sous silence certaines conjectures portant sur un extrême exotisme somatique. Des Papous isolés au cœur de la Nouvelle-Guinée et trois orpailleurs australiens se « découvrirent » réciproquement vers 1930. Aux yeux des premiers, presque nus, les vêtements que portaient les Blancs devaient dissimuler des pénis démesurés (enroulés autour de la taille, ou d’une cuisse ?). En outre, les arrivants étaient-ils humains ou « surnaturels » — ancêtres « revenus » ? Les Papous se convainquirent que c’étaient des hommes après avoir soigneusement vérifié que, comme eux, ils crachaient, urinaient, déféquaient, copulaient avec des jeunes femmes indigènes : cfFirst contact, film de Bob Connolly et Robin Anderson, 1983, 52’, et leur livre, 1987. (Deuxième contrôle expérimental d’humanité, celui, bien connu, de Mexica-Aztèques qui, au début du xvie siècle, maintiennent un conquistador au fond d’une cuve pleine d’eau : l’Espagnol se noie, c’est donc un humain ; à la même époque et bien avant, voire après, les Européens, pensons-y, firent montre de perplexités et de conduites analogues envers quelques « étranges étrangers ».)

6Ce florilège, tel un fort maigre sondage, suffira à rappeler que partout, en tout temps, des traits ostensibles du corps sont mis en relief par les groupes humains qui entendent se différencier des autres et, du coup, se « distinguer » lorsqu’ils les dominent. Dans le cas contraire, la sujétion s’affirmant, arrive le moment de l’autodépréciation des physionomies propres puis, parfois, vient son inversion autogratifiante. Bien sûr, j’énonce là des généralités. Il n’empêche : on peut dans cet esprit invoquer comme Jean-Luc Bonniol (2006) l’existence de « caractères “raciaux” […] porteurs de contraste », en demeurant critique pour le reste de la pensée commune.

7Mais les races ? Cette même opinion commune l’affirme : Bien sûr qu’il y en a ! — sans égard pour une acception stable du terme. Le bon sens, maître de tant d’erreurs… D’où la question : quel est alors leur mode d’existence ?

Des races inventées ?

8Nous forgeons encore nombre de races en les instituant divisions infrangibles du genre humain. Scrutons-les maintenant suivant une visée connexe de quelques processus qui relèvent de ce qu’il est convenu d’appeler les problématiques ou rhétoriques identitaires dont l’action se manifeste partout aujourd’hui de façons résurgentes, ou nouvelles en apparence, souvent effervescentes. Cela sous des formes nationalistes, régionalistes, ethniques, religieuses… et racisantes.

Mais quantité de positions et de relations sociales surdéterminent le sémantique-linguistique, donc les dénivellations statutaires à dénotation raciale renvoyant au teint. L’argent blanchit : Nèg rich se Milat, Milat pòv se Nèg, « Nègre riche est Mulâtre, Mulâtre pauvre est Nègre », prévient un lucide adage haïtien. À Saint-Domingue, un planteur esclavagiste proposa à des gens de couleur cet état honoris causa : « Blancs pour services rendus », dignité pareille à celles d’« Aryens pour services rendus » ou d’« Aryens d’honneur » octroyées par les autorités nazies respectivement aux Juifs à « ménager » et aux alliés japonais. En quelques contrées de l’Amérique hispanique, les Blancs pauvres sont appelés Indios, de même qu’en Andalousie on considère parfois comme Gitanos des « gueux » plus ou moins marginaux… (A contrario, les Gitans s’autodénomment là-bas Calé, « Noirs ».) Et beaucoup de Russes qualifient avec dédain tout Tchétchène de чёрный, « noir » ; ils déprécient pareillement d’autres natifs du Caucase. Il n’y a là, on s’en doute, que constructions idéelles et langagières enracinées dans de multiples rapports hiérarchisés.

  • 4 J’emprunte le terme au regretté Jean-Paul Valabrega, psychanalyste très versé en anthropologie.

9Les variantes ou catégories de la race sont bien des rouages du différentiel d’identification collective et, partant, se révèlent tout aussi construites que d’autres régimes d’« idaltérité4 » (d’identité donc d’altérité). Leur référent est le biologique dans une acception assez récente. Néanmoins, déjà dans notre Antiquité, Hérodote par exemple croyait dépister, indexés, outre l’éloignement géographique, sur l’altérité somatique — la peau foncée —, des conduites et certains traits physiologiques étrangers à l’humanité véritable :

  • 5 Mais le Stagirite contestera cela (Jérôme Wilgaux, historien helléniste, me l’a signalé et je l’en (...)

[Tous ces habitants de l’Inde, voisins de ceux qui mangent de la chair crue ou les malades qu’ils tuent], s’accouplent publiquement, comme des bêtes. Ils sont tous de la même couleur, proche de celle des Éthiopiens. La semence qu’ils émettent en s’unissant aux femmes n’est pas, comme chez les autres hommes, blanche, mais noire comme leur teint ; il en est de même des Éthiopiens (Hérodote, Histoires, III, 101)5.

  • 6 Jean-Luc Bonniol (1992) développe des formulations analogues.
  • 7 Les sociétés « de plantation » caribéennes furent l’une de mes aires de recherche ethnologiques, éc (...)

10Le référent biologique… Qu’est-ce qu’une race pour les sciences sociales régies par l’épistémè des temps présents ? Un groupement fondé sur une croyance qui le différencie des autres en vertu de caractères physiques innés et immuables — pensés comme tels. Par surcroît, ces critères sont censés s’unir à des attributs intellectuels et moraux6. En sommes-nous déjà mieux lotis pour saisir toutes les dimensions du problème ? Guère. L’avère le cas à première vue particulier, mais particulièrement révélateur, de la Martinique — et en moindre mesure celui de la Guadeloupe —, dont l’analyse est généralisable, avec certaines nuances, au reste des sociétés caribéennes, mais pas seulement7, et par quoi nos considérations vont prendre corps dans les faits.

  • 8 Aristote, La politique, I, 1 : l’esclave est un « outil animé », « doué de voix » et, selon Fossaer (...)

11Aux Antilles, table rase a été faite aux dépens de populations amérindiennes (Arawak, Karib…). La sociogenèse ressortit en l’espèce à l’esclavage colonial devenu assez vite celui d’Africains importés par des Européens. Dès lors, en amont de questions globales quant à l’élaboration des identités, toujours plurielles, toujours « feuilletées » (Mona Ozouf), se pose celle d’un agencement durable des classements sociaux et des catégories identitaires qu’induit une telle origine. Incipit : au degré zéro de la racialisation des rapports sociaux et des identités collectives — un moment peut-être plus heuristique qu’historique —, les deux classes cardinales en présence étaient aussi deux races, les possesseurs blancs de la plantation et de son appareillage technique ainsi que des moyens de subsistance, d’un côté, le noir cheptel humain qui leur appartient8, de l’autre. Les rapports de races fonctionnent alors comme rapports de production, dirais-je en empruntant la logique que Maurice Godelier applique à d’autres faits (1984 : chap. 3). Ensuite, un mouvement va se déployer sur des gammes tant socio-économique qu’idéelle.

12Période formative, donc, l’esclavage « biracial ». Aux époques moins anciennes en revanche, pas de recouvrement véritable entre race et classe mais des partitions tendancielles, des synergies ou des concurrences de l’économique et du socioracial où résonnent encore les échos des premiers âges, combinés à des causes et fonctions nouvelles. C’est qu’entre-temps, dans le segment non blanc de la population insulaire, s’est développée, succédant à l’opposition statique des attributs respectifs de l’esclave et du maître, la racialisation distinctive d’où procèdent toutes sortes de « races sociales ». Entendons un processus né du métissage et des affranchissements, que compliquera l’abolition de l’esclavage. L’hypothèse est que s’y manifeste l’autonomie différentielle des traits physiques qui, aux yeux des personnes impliquées, relèvent de la race et de ses dosages. La valeur propre de ces caractères a grandi en raison directe de l’entropie raciale dans le système des identités de classe, c’est-à-dire, sommairement, de rapprochements d’abord très relatifs dans la « coloration » des catégories socio-économiques. Il y a donc eu dérive. Entre les deux pôles de la société esclavagiste, s’est formé un espace hiérarchisé auquel idées et pratiques racisantes impriment une certaine courbure. Ces rapports socioraciaux relèvent à ce stade d’un « champ », quand initialement, ils étaient fixés par un « appareil », supposera-t-on à tenter de les inclure dans les théories de Pierre Bourdieu (1980 : surtout 113-120 et 136-137.)

  • 9 Du reste, Bonniol (1992) parle d’« idéologie incarnée » ; ce concept et celui de « capital racial » (...)

13Ce sont là tout le contexte, tous les effets d’une double référence de l’identification collective, découplant classe et race, mais en oblique seulement, au sein d’une histoire qui hiérarchise les humains par des marqueurs inscrits dans les corps. Pour les stratégies sociales des non-Blancs, que deviennent alors les phénotypes valorisés ? À la fois enjeux et moyens ; c’est ce que j’appelle le capital racial, l’une des formes si l’on veut du « capital symbolique » façon Bourdieu — mais un capital symbolique à la lettre incorporé : incarné9. Sur ce chapitre, l’idéologie pilote une bonne part du biologique, les allèles de la « coloration » entre autres. C’est l’inverse de la sociobiologie : une sociobiologie à l’envers.

14La taxinomie vernaculaire des traits somatiques, socialement hiérarchisée, est indissociable de la mise en œuvre de ce capital : un type physique très proche de l’image du Blanc, voilà son optimum. Il permet une relative hypergamie économique. Qui est « coloré », mais a les moyens — en fortune, en prestige — de s’unir à plus « pâle » que soi peut s’éclaircir par contiguïté et surtout dans sa descendance. On se rapproche soit du différent, le plus clair ou le plus opulent, soit du semblable mais seulement pour tout privilégié, tout sang-mêlé riche, et blanc de blanc en apparence.

15Bien sûr, des idéologies et courants noiristes ou négristes inversent les barèmes (souvent en vain pour le gros des populations) : Black is beautiful ! Mais changer la donne peut donner le change sans que change le jeu. On objectera peut-être : « Tout ça, c’est du passé », ou « Voici venu le temps de la “créolité” triomphante ». Aux yeux d’intellectuels, sans doute est-ce le cas, mais il faudrait y voir de plus près. Du moins les propos qui précèdent, certes schématiques, nous arment-ils pour déceler des opérateurs de l’émergence de races sociales y compris là où elle est indiscernable à première vue.

16L’identité de race et sa notion dynamique, le capital racial, font des caractères somatiques de tout individu l’épiphanie des situations sociales par où sont passées les lignées dont il procède : l’aspect physique de chacun objective son histoire — aux Antilles, du « Nègre bleu » très foncé aux très clairs « Mulâtre blanc » et « Chabin », en passant par tout un bertillonnage socioracial. L’idéologie comme la contre-idéologie qui se réfractent dans les pratiques matrimoniales ou les unions reproductives moins légitimes gouvernent ainsi le phénotypique et ses trajectoires. De la sorte, cette perspective mouvante ouvre la voie à une sorte de « biologie politique ».

17Pour peu que l’on soit bien conscient de l’hyperspécificité des sociétés antillaises ou d’espaces insulaires homologues, cas limite en matière de « colorisme » — avec le Brésil où se pratiquent près de cent désignations phénotypiques ! —, leur compréhension donne à penser aux acteurs et aux observateurs de diverses sociétés devenant « multiraciales » (cfe.g. Giraud, 2010). L’analyse de faits extrêmes stimule la réflexion sur un vaste problème bioculturel. Car, au fond, les idéologies et les systèmes sociaux s’incarnent toujours, partout dans les corps, infléchissant les flux géniques : nulle part il n’y a panmixie, pas même dans le monde animal. L’incarnation est seulement rendue plus sensible quand la « couleur » des humains la manifeste aussi. C’est pourquoi l’étude des collectivités de « type antillais » fournit à cet égard de bons analyseurs à large spectre. (Pour s’en convaincre, il n’est que de noter combien de social scientists ont pressenti en ces sociétés autant de « laboratoires ».) Non, cependant, que l’on puisse oublier ceci : pas plus qu’ailleurs, cette démarche-là ne profile des ensembles stables et discrets, bien délimités — des races. Oui, ainsi comprises, celles-ci n’existent pas en soi, nous les avons inventées.

Des groupes naturels ?

18Toutefois, n’allons pas seulement au cimetière des théories mortes pour y trouver la trace de sciences racialistes. Certaines sont encore de ce monde. Des universitaires bien en place ont publié assez récemment quelques ouvrages où des cortèges de données à l’ordre du jour — gènes, hormones, tests statistiques et autres — suscitent à les en croire l’aggiornamento de présomptions, par là corroborées, à l’appui d’une hiérarchie raciale rendue incontestable. Cache-misère de bien vieilles lunes ? Voyez spécialement J. P. Rushton (2000), professeur de psychologie à l’université du Western Ontario : les populations les plus « intelligentes » (sur la base du QI !) sont les Chinois et les Japonais (des résidents états-uniens, je présume), nuls cependant question sprint, boxe, libido, et dont les Blancs sont très proches par l’intellect, quoique bien meilleurs sur les trois derniers points ; les Noirs arrivent fort loin derrière, sauf pour moult sports et leur grande vigueur sexuelle… Son ouvrage a suscité de rudes polémiques.

  • 10 Rushton, Jean Philippe et Jensen, Arthur R., 2005, Wanted : more race-realism, less moralistic fall (...)
  • 11 Gottfredson, Linda S., 1997, Mainstream science on intelligence : An editorial with 52 signatories, (...)

Ces dernières années, l’étude de J. P. Rushton fut applaudie par plusieurs scientifiques également connus pour leurs vues racialistes (et racistes même s’ils s’en défendent) : Charles Murray, l’un des deux auteurs du fameux livre The Bell Curve, paru en 1994 et concernant l’inégalité intellectuelle des « races » aux États-Unis (réfutée par les résultats d’expériences du célèbre généticien Luca Cavalli-Sforza) ; Richard Lynn, professeur émérite de psychologie, université de l’Ulster (The Global Bell Curve, 2008, qui étend et prétend confirmer les résultats du précédent à plusieurs pays dans cinq continents) ; Mark Snyderman, chercheur à Harvard (The IQ Controversy, 1988) — ou encore Arthur R. Jensen, de l’université de Berkeley10… Sous ce jour (avec quelques rares nuances), on peut aussi se référer au Mainstream Science on Intelligence, tribune d’un groupe de chercheurs et enseignants (52 signataires) d’abord parue dans le Wall Street Journal en 1994, puis republiée en 1997 dans la revue Intelligence. A Multidisciplinary Journal11.

  • 12 Déjà il y a un siècle environ, le célèbre eugéniste M. Grant proférait cet argument dans un ouvrage (...)

19Exemple édifiant : d’après Rushton, les hormones qui confèrent aux Noirs un avantage physique les rendent agités à l’école et… enclins au crime. Mais ce n’est pas tout. Le même auteur effectue une inférence sommaire qui d’ailleurs n’a rien d’inédit. À pays chauds, peaux sombres, à pays froids, peaux claires. La vie est plus dure dans les climats froids. S’y adapter exige donc plus d’intelligence. Par conséquent, celle-ci constitue un avantage sélectionné par l’évolution pour croître et multiplier dans ces fraîches contrées. Voilà pourquoi les Blancs sont tellement brillants12. (Bon, mais les Inuit, ces non-Blancs des régions arctiques ?) Pareils « éclaircissements » que, dans les années 1990, prodiguèrent P. Rushton et R. Lynn ont été testés avec soin par deux autres universitaires (Templer et Arikawa, 2006).

[De fait,] Donald I. Templer et Hiroko Arikawa [psychologues américain.es], ont [mesuré] la corrélation entre couleur, climat et intelligence. 129 pays [sont pris en compte]. Pour chacun d’eux, l’intelligence est mesurée par le QI ; la couleur de peau, par un chiffre de 1 à 8 [du plus clair au plus sombre] ; le climat, par la température moyenne en hiver et en été. Or le résultat […] apparaît spectaculaire, en particulier [quant à] la couleur de peau, pour laquelle ils établissent une corrélation presque parfaite (– 0,93). [Cette] corrélation inverse entre QI et température permet de conclure qu’un climat froid est plus favorable […] au développement de l’intelligence. Les auteurs se rallient donc à l’hypothèse Rushton et Lynn : […] sélection par l’évolution des gènes de l’intelligence plus poussée dans les pays froids (Bert, 2006, à propos de Templer et Arikawa, 2006).

  • 13 Dans un volume collectif (de la série « Philosophy of Race »), S. M. Fullerton (2007) s’étonne de l (...)

20Que des publications scientifiques contemporaines diffusent pareilles thèses, qui ne sont pas uniques en leur genre, il faut le savoir pour prendre la pleine mesure de leurs tenants et aboutissants factuels (et passons sur ce que quantifie le QI) ; toutes les idées sont des faits vrais, même les fausses. Ce simplisme louche n’emporte ni la conviction ni le respect, pas plus qu’en France, il n’y a pas si longtemps, les retours de flamme d’un « mythe indo-européen » racialisé (cf. Demoule, 1998, et surtout 2014, chap. 9 et 10 notamment). Cela n’autorise en aucun cas à battre en brèche d’autres investigations, mieux étayées, a priori nullement suspectes, aujourd’hui en vigueur sur les différences biologiques entre les groupes humains et dont la validité semble irrécusable avant toute épreuve de réfutation expérimentale en bonne et due forme13. Mais les sciences de la vie peuvent-elles pour autant parler encore de races ? Au cours des dernières décennies, la biologie a jeté le discrédit sur l’idée d’une humanité fractionnée en races dissemblables.

21En premier lieu, tous les humains auraient en commun 99,9 % de leur patrimoine génétique (cf. Jordan, 2013). Mais en second lieu, il ressort d’expériences engagées depuis une cinquantaine d’années que la variabilité génétique entre individus d’une même population géographique — en très gros Africains, Européens, Asiatiques — se révèle plus importante que les variabilités moyennes comparées de plusieurs de ces populations.

  • 14 Gènes influençant cette couleur : mc1r, slc24a5, d’autres restent à préciser. Une mutation de slc24(...)

22Les avancées récentes de la génétique nuancent ces allégations. Grâce à l’étude détaillée du génome humain, des différenciations héréditaires se font jour. Au-delà des apparences : couleur de peau14, chevelure, morphologie, etc., elles permettent de remonter aux lointaines origines spatiales des personnes — ou parfois d’expliquer leurs fragilités inégales face à certaines maladies (mais l’action de médicaments « raciaux » tel le BiDil© semble controversée ; Stoczkowski, 2006, 2013, la thématise bien). Néanmoins, les groupes ainsi discernés ne sont pas nettement circonscrits : la notion de « race spatialement bornée » ne serait recevable que si tous les gradients — génétiques, morphologiques, topographiques… — étaient superposables ; il n’en est rien chez l’homme. Et voici ce que conclut en 2008 Bertrand Jordan, biologiste moléculaire dont je me fais l’écho des ouvrages remarquables, à la fois clairs et très fouillés :

[…] les races humaines au sens strict n’ont pas d’existence biologique. La notion d’une humanité divisée en races, définissant l’appartenance de chaque individu en fonction d’éléments physiques aisément identifiables et lui attribuant des aptitudes et des comportements spécifiques et héréditaires, […] n’est pas tenable au vu de l’analyse de nos génomes. Notre relative homogénéité, liée à notre origine récente et aux multiples mélanges de populations qui ont marqué notre histoire, rend impossible des distinctions aussi tranchées. […] l’analyse de l’ADN permet néanmoins de définir des groupes d’ascendance au sein de l’espèce humaine. Même si leurs limites sont floues, même si la variabilité génétique à l’intérieur d’un groupe est bien plus élevée que la divergence moyenne de l’un à l’autre, une étude moléculaire fine est capable de repérer l’appartenance d’une personne à ces ensembles. [Enfin], il est concevable que certaines aptitudes “innées” varient en fonction du groupe d’ascendance, mais de telles variations n’ont pas été démontrées jusqu’ici. Elles ne le seront peut-être jamais, tant la diversité au sein des groupes est élevée, d’autant que génétique et environnement sont indissolublement imbriqués dans la formation du phénotype individuel et qu’en conséquence la définition de ce qui est véritablement inné s’avère singulièrement difficile (Jordan, 2008 : 188-189, italiques dans le texte ; citer ce long développement vaut mieux que les paraphrases : il synthétise l’exposition très précise — dans les chapitres précédents — des méthodes et des résultats d’analyses génétiques).

Vu du pont

23Mettons, s’il se peut, les choses au point. D’un côté, la « race » nous apparaît d’assez fraîche date comme un donné fallacieusement tenu pour naturel ; de l’autre, le « groupe d’ascendance » acquiert ces temps-ci droit de cité chez des biologistes, maints généticiens surtout. Qu’en penser au juste ? Paradoxe, inconséquence, contradiction ? Incommensurabilité aporétique des sciences douces et d’une science un peu plus dure ? Pas forcément.

24Tout cadre de référence, en biologie, en anthropologie ou pour d’autres disciplines, ne connaît que les objets qu’il construit, lesquels sont donc « faits », « fabriqués » : hiérarchies raciales, gènes — mais oui, les gènes, unités composées d’ADN dont on fit de prime abord des êtres de raison avant de les découvrir. Mais nous voici à l’orée d’une voie dont l’issue pourrait bien desservir les prodromes de cadres de références inédits.

25Sur les systèmes de parenté et leurs transformations, analysables more geometrico, à la différence d’autres champs de la recherche ethnologique, j’avais il y a assez longtemps noté ceci :

[…] les anthropologies ont toujours subi la tension, le balancement entre deux régimes de connaissance : prospection nomothétique d’un côté, recherche idiographique de l’autre, disons “Science” et “Histoire” pour faire image (Jamard, 2006 : 58 ; voir aussi sur ce sujet mais à bien plus grande échelle, Jamard, 1993 : passim).

26Déjà, on le voit, la cohésion épistémique, voire méthodologique de l’« anthropologie », apparaît captieuse : à mon sens, il est des anthropologies, véritables arlequins théoriques, réparties entre deux pôles, et souvent concurrentes, parfois discordantes si elles s’avèrent commensurables (passibles d’un commun arbitrage). Que dire alors quand la biologie moléculaire, quand la génétique entrent en scène ! Disjonction totale des démarches ? Offense faite au monisme ? Maintes appellations plus ou moins contrôlées dont usent couramment nos textes et débats ne peuvent faire office d’analyses que l’anathème subroge à tort ; toute discontinuité objectale ne saurait être, par essence, un péché scientifique. Dévoilements du caché en dyade : ici, deux incursions dans un même soubassement des réalités, naturel et fabriqué à la fois — procédés distincts mais en complémentarité forte.

  • 15 La sociobiologie, n’en parlons pas : en mordant sur l’espèce humaine, elle se casse trop facilement (...)
  • 16 Ce n’est pas le cas de L. Hirschfeld (ni, en France, de Maurice Bloch ou Dan Sperber).
  • 17 « La nature n’existe pas » : c’est ce que sous-entendent bien souvent les propos venus des sciences (...)
  • 18 Cf. Descola, 2005, plutôt que ceux qui prennent trop vite le « tournant ontologique » au risque de (...)

27Ces temps derniers, l’anthropologie cognitive et la psychologie évolutionniste, d’origine ultramarine, tentent de nouvelles alliances avec des sciences dites naturelles15. Ces deux disciplines mitoyennes s’attaquent d’ailleurs à la question des races (cf. Hirschfeld, 1996, 2000, et son débat avec Guille-Escuret, 2000). Nombre de leurs zélateurs brûlent les étapes en voulant rejoindre au plus vite les sciences positives, sans médiations, et attrapent parfois des moucherons avec un appareillage digne de la guerre des étoiles16. Mais, à tout prendre, pourquoi ignorer ce qu’ils ambitionnent ? Peut-être leurs objectifs sont-ils encore confinés dans de lointains horizons. Cela n’empêche nullement d’en découdre avec les surdéterminations ni de tendre à faire un sort — afin d’y substituer des principes-ponts — au découplage causal entre nature et culture17, distinguées hic et nunc, l’« animisme » dernier cri n’étant pas ou plus prépondérant dans notre rapport au monde comme il l’est ailleurs18. Entre les domaines d’objets accostés ici même, tentons au moins de préparer des traversées.

28J’évoquais « de lointains horizons », mais convaincu qu’en matière d’expériences du corps « racisé », anthropologie, histoire et biologie devront faire cause commune : idéal régulateur… La belle phrase compendieuse du philosophe cité en exergue de ce texte entre en résonance avec la remarque d’un généticien dont nous avons déjà entendu la voix :

L’être humain est à la fois biologique et social […]. Les différences génétiques entre individus sont cependant indéniables, et aujourd’hui lisibles dans l’ADN. Mais ces deux versants de la personnalité humaine sont inextricablement mêlés, et interagissent à tel point qu’il nous est bien souvent impossible d’identifier leurs influences respectives (Jordan, 2008 : 67).

29Les « races » socialement construites existent, les « groupes d’ascendance » aussi, mais à des titres différents. Au reste, ceux-ci, outre qu’ils offrent pour celles-là matière à penser des hiérarchies, ne sont-ils pas les produits de pratiques reproductives forgées pour une grande part dans la fabrique socioculturelle ?

  • 19 « Feu de tout bois » : que diront aujourd’hui des raciologues racistes au trop léger bagage devant (...)

30Ici, nulle sournoise conjecture. Qu’il y ait des populations humaines aux contours flous, entrelacés ou poreux, entre lesquels se répartissent des écarts génétiques indéniables pourrait d’emblée effaroucher, ou pire, certains antiracistes. Mais, tout bien pesé, l’alliage entre les sciences de la culture et celles de la vie devrait les pourvoir en arguments forts. Ils ne peuvent s’en tenir à l’axiologie, quand la partie adverse sait fort bien faire feu de tout bois19.

31Gardons-nous cependant d’oublier ceci : certes, les racialistes d’antan se révèlent bien de leurs temps et milieu. Mais nous le sommes aussi des nôtres. Comment faire partie du paysage et en avoir la vue ?

Haut de page

Bibliographie

Bert, Claudie
2006 Intelligence : une hypothèse racialiste ressurgit, Sciences humaines, 175 (octobre) : 16-17.

Bonniol, Jean-Luc
1992 La Couleur comme maléfice : une illustration créole de la généalogie des Blancs et des Noirs (Paris, Albin Michel) [Bibliothèque de synthèse].
2006 Penser et gérer l’hérédité des caractères discriminants dans les sociétés esclavagistes et post-esclavagistes, Rives nord-méditerranéennes, 24 : 23-34 ; DOI : 10.4000/rives.552.

Bonniol, Jean-Luc et Meyran, Régis
2013 Anthropologie et racisme, in P. A. Taguieff (éd.), Dictionnaire historique et critique du racisme (Paris, Presses universitaires de France) : 51-57 [Quadrige].

Bourdieu, Pierre
1980 Le marché linguistique, in P. Bourdieu, Questions de sociologie (Paris, Éditions de Minuit) : 121-137.

Connolly, Bob et Anderson, Robin
1987
First contact : New Guinea’s highlanders encounter the Outside World (Londres, Penguin Books Ltd).

Demoule, Jean-Paul
1998 Les Indo-Européens, un mythe sur mesure, La Recherche, 308 (avril) : 40-47.
2014 Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d’origine de l’Occident (Paris, Le Seuil) [La librairie du xxie siècle].

Descola, Philippe
2005 Par-delà nature et culture (Paris, Gallimard) [Bibliothèque des sciences humaines].

Fossaert, Robert
1977 La société, tome 2 : Les structures économiques (Paris, Le Seuil).

Frost, Peter
2010 Femmes claires, hommes foncés. Les racines oubliées du colorisme (Québec, Presses de l’Université Laval).

Fullerton, Stephanie Malia
2007
On the absence of biology in philosophical considerations of race, in S. Shannon et T. Nancy (éd.), Race and epistemologies of ignorance (Albany, State University of New York Press), chap. 13 : 241-258 [Suny series, Philosophy of Race].

Giraud, Michel
2010 « Question noire » et mémoire de l’esclavage, Cahiers d’études africaines, 198-199-200 : 677-706 [n° thématique : J.-L. Amselle (éd.), 50 ans !] ; DOI : 10.4000/etudesafricaines.16321.

Godelier, Maurice
1984 L’idéel et le matériel : pensée, économies, sociétés (Paris, Fayard).

Gould, Stephen Jay
1983 La Mal-mesure de l’homme. L’intelligence sous la toise des savants (Paris, Ramsay) [Le livre de poche/Biblio-essai ; éd. orig. : The Mismeasure of Man (New York, W. W. Norton, 1981)].

Grant, Madison
1916
The passing of the great race ; Or, the racial basis of European history (New York, Charles Scribner’s Sons) [trad. fr. : Le Déclin de la grande race (Paris, Payot, 1926 ; rééd. Paris, L’Homme Libre, 2002)].

Guille-Escuret, Georges
2000 L’enfant, la race et la hiérarchie [débat avec Lawrence A. Hirschfeld], L’Homme, 153 : 291-298 : DOI : 10.4000/lhomme.15.

Hammer, Michael
2013 Le métissage des espèces humaines, Pour la science, 430 (août) : 58-64.

Hirschfeld, Lawrence A.
1996
Race in the making : Cognition, culture, and the child’s construction of human kinds (Cambridge MA, The MIT Press).
2000 Race et réductionnisme. Réponse à Georges Guille-Escuret, L’Homme, 153 : 299-302 ; DOI : 10.4000/lhomme.16.

Jamard, Jean-Luc
1992 Consomption d’esclaves et production de « races ». L’expérience caribéenne, L’Homme, 122-123-124 (avril-décembre) : 209-234 [n° thématique : C. Bernand et S. Gruzinski (éd.), La redécouverte de l’Amérique] ; DOI : 10.3406/hom.1992.369533.
1993 Anthropologies françaises en perspective : presque sciences et autres histoires (Paris, Kimé) [Anthropologies].
2006 Histoire ou évolution ? Les anthropologues face aux transformations de la parenté, in A. Bresson et al. (éd.), Parenté et société dans le monde grec, de l’Antiquité à l’âge moderne (Bordeaux, Ausonius Éditions) : 45-58 [Études, 12].
2013 Nott (Josiah Clark) et Gliddon (George Robins), in P. A. Taguieff (éd.), Dictionnaire historique et critique du racisme (Paris, Presses universitaires de France) : 1279-1283 [Quadrige].

Jordan, Bertrand
2008 L’humanité au pluriel. La génétique et la question des races (Paris, Le Seuil) [Science ouverte].
2013 Génétique et races, in P. A. Taguieff (éd.), Dictionnaire historique et critique du racisme (Paris, Presses universitaires de France) : 724-729 [Quadrige].

Merleau-Ponty, Maurice
[1945] 1976 Phénoménologie de la perception (Paris, Gallimard) [Tel ; 1re éd. : Bibliothèque des idées].

Rushton, Jean Philippe
2000
Race, evolution, and behavior : A life-history perspective (Port Huron MI, Charles Darwin Research Institute) [2nd special abridged edition].

Stanton, William
1960
The leopard’s spots : Scientific attitudes toward race in America, 1815-59 (Chicago, University of Chicago Press).

Stocking, George W. Jr
1982
Race, culture, and evolution : Essays in the history of anthropology (Chicago-Londres, University of Chicago Press) [2nd edition, with a new preface].

Stoczkowski, Wiktor
2006 L’antiracisme doit-il rompre avec la science ?, La Recherche, 401 (octobre) : 44-48 [dossier La science et les races].
2013 Race (Histoire), in P. A. Taguieff (éd.), Dictionnaire historique et critique du racisme (Paris, Presses universitaires de France) 1479-1484 [Quadrige].

Templer, Donald I. et Arikawa, Hiroko
2006 Temperature, skin color, per capita income, and IQ : An international perspective, Intelligence. A Multidisciplinary Journal, 34 (2, mars-avril) : 121-139 ; DOI : 10.1016/j.intell.2005.04.002.

Haut de page

Notes

1 Ces guillemets resteront désormais implicites.

2 Niggerology : intitulé de conférences que J. C. Nott, raciologue états-unien, présenta dans le Deep South au milieu du xixe siècle ; cf. Jamard, 2013, où l’on trouve une brève évocation d’autres spécialistes de l’époque. Sur ce genre de travaux, y compris sur les biais qu’introduisirent dans leurs résultats les préjugés, parfois les fraudes, cf. Stanton, 1960 ; Stocking, 1982 — et Gould (1983) qui démonte quelques jolies supercheries « scientifiques ». Cf. aussi Bonniol et Meyran (2013 : 56) illustrant de plus une rude tâche des anthropologues contemporains, « […] penser la race comme construction sociale, alors qu’elle est, du côté des acteurs sociaux, vécue et pensée comme essence biodéterminée ».

3 « En 1964, un groupe d’Aborigènes découvre les hommes blancs. Les réalisateurs australiens Bentley Dean et Martin Butler reviennent dans Contact [2009, 80’] sur cette première rencontre » (https://www.courrierinternational.com/chronique/2011/01/26/contact-recit-de-la-rencontre-avec-l-homme-blanc, consulté le 5/03/2019).

4 J’emprunte le terme au regretté Jean-Paul Valabrega, psychanalyste très versé en anthropologie.

5 Mais le Stagirite contestera cela (Jérôme Wilgaux, historien helléniste, me l’a signalé et je l’en remercie) : « Le sperme de tous les animaux est blanc : Hérodote se trompe quand il affirme que le sperme des Éthiopiens est noir, comme s’il fallait nécessairement que tout fût noir chez ceux dont la peau est noire, alors qu’il voyait pourtant que leurs dents sont blanches » (Aristote, Génération des animaux, II, 2, 736a 10-13).

6 Jean-Luc Bonniol (1992) développe des formulations analogues.

7 Les sociétés « de plantation » caribéennes furent l’une de mes aires de recherche ethnologiques, économiques et historiques ainsi que, de plus haut, certaines contrées « de terre ferme » comparables, qui cernent ou avoisinent le bassin des Caraïbes (Jamard, 1992 et autres).

8 Aristote, La politique, I, 1 : l’esclave est un « outil animé », « doué de voix » et, selon Fossaert — historien-économiste marxiste —, un travailleur « inclus dans les moyens de production » (1977).

9 Du reste, Bonniol (1992) parle d’« idéologie incarnée » ; ce concept et celui de « capital racial » me paraissent à la fois proches et étroitement complémentaires.

10 Rushton, Jean Philippe et Jensen, Arthur R., 2005, Wanted : more race-realism, less moralistic fallacy, Psychology, Public Policy, and Law, 11 (2) : 328-336 ; DOI : 10.1037/1076-8971.11.2.328.

11 Gottfredson, Linda S., 1997, Mainstream science on intelligence : An editorial with 52 signatories, history, and bibliography, Intelligence. A Multidisciplinary Journal, 24 (1) : 13-23 [n° thématique : Intelligence and Social Policy].

12 Déjà il y a un siècle environ, le célèbre eugéniste M. Grant proférait cet argument dans un ouvrage retentissant, plusieurs fois réédité (Grant, 1916 pour la 1re édition ; c’était un des livres de chevet d’Adolf Hitler).

13 Dans un volume collectif (de la série « Philosophy of Race »), S. M. Fullerton (2007) s’étonne de l’« absence de biologie » au sein des « philosophical considerations » sur les races.

14 Gènes influençant cette couleur : mc1r, slc24a5, d’autres restent à préciser. Une mutation de slc24a5 éclaircit la peau, d’où une synthèse interne plus aisée de la vitamine D dans les milieux faiblement ensoleillés, atout local anciennement sélectionné. Des faits qui prennent par le travers la taxinomie « raciale » des colorations compliquent celle-ci ; les études sur le dichromatisme sexuel suggèrent que, une fois les facteurs culturels mis hors-jeu, les femmes s’avèrent plus claires que les hommes, virilement foncés, eux, et ce depuis la plus haute Antiquité, dans toutes les populations, des plus « noires » aux plus « blanches » (causes de pâleur : hormones, graisse sous-cutanée…). En outre, il existerait presque partout une préférence masculine tendancielle pour des partenaires féminines bien claires — mais, en Occident, seulement jusqu’au début de l’époque où l’on a valorisé le bronzage (cf. Frost, 2010).

15 La sociobiologie, n’en parlons pas : en mordant sur l’espèce humaine, elle se casse trop facilement les dents.

16 Ce n’est pas le cas de L. Hirschfeld (ni, en France, de Maurice Bloch ou Dan Sperber).

17 « La nature n’existe pas » : c’est ce que sous-entendent bien souvent les propos venus des sciences humaines et sociales, surtout en France. (Je sais bien, Durkheim, expliquer le social [seulement] par le social : ce fut un progrès si l’on n’en fait pas un dogme). Qu’il s’agisse là d’ontologie ou de méthode, j’affirme mon désaccord avec un tel sociologisme prescriptif : il verrouille des portes — ces remarques ne visent pas les thèses de Bruno Latour ; leur nature est tout autre, et je les ai contestées ailleurs.

18 Cf. Descola, 2005, plutôt que ceux qui prennent trop vite le « tournant ontologique » au risque de déraper.

19 « Feu de tout bois » : que diront aujourd’hui des raciologues racistes au trop léger bagage devant les indices génétiques de métissages anciens de l’Homme moderne avec des Hominina archaïques (néandertaliens, denisoviens…), hybridations qui différent par le ratio de gènes hérités de ces derniers et par le type de croisement, l’un comme l’autre distincts selon les groupes géographiques actuels : africains, européens, asiatiques, mélanésiens, aborigènes australiens… ? (cf. par exemple Hammer, 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Jamard, « Sous couleur de race… », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 46 | 2019, mis en ligne le 03 juillet 2019, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/11161 ; DOI : 10.4000/ateliers.11161

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Jamard

Directeur de recherche honoraire CNRS
jl.jamard[at]free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals