Navigation – Plan du site
Corps imposés, corps vécus

Organes du corps et dispositifs de la forge chez les Moose du Burkina Faso

Body organs and forging tools among the Moose of Burkina Faso
Lidia Calderoli

Résumés

Les forgerons moose utilisent les outils habituellement employés pour le travail du fer afin d’accomplir des rites thérapeutiques. Leur travail leur permet d’élaborer un imaginaire spécifique sur le corps et leurs rituels sont fondés sur des métaphores techniques.
Les organes du corps sont comparés par les forgerons moose aussi bien aux outils qu’au fer à modeler. Un exemple de ces parallélismes nous est offert par le rite thérapeutique qui vise à soigner une maladie affectant la partie finale de l’intestin (prolapsus anal ou rectal notamment). Le soufflet de la forge que l’on utilise dans ce cas est essentiel pour les analogies qui sont établies entre le corps et la forge ; et la buse du soufflet est employée pour soigner cette maladie que l’on attribue au fait d’avoir porté atteinte, par un certain type de vol, au domaine de la forge. La description locale des causes, des symptômes et du traitement met en relief un réseau d’analogies qui lie le corps humain d’une part à la buse du soufflet, et de l’autre au travail du fer.
Ces analogies s’insèrent de manière cohérente dans une idéologie explicitée par les forgerons, qui concerne leur rôle de producteurs d’outils et de garants de l’activité agricole. La buse du soufflet et la maladie qui y est associée deviennent alors des dispositifs matériels qui rappellent par des signes non arbitraires et des effets physiques les liens oubliés entre les puissances rattachées à la forge et les hommes et, par là même, les liens entre les forgerons et les non-forgerons. Par conséquent, le corps de l’individu malade renvoie à un corps social plus étendu, à sa famille et à ses relations avec le groupe des forgerons. Le rite de soin, par le recours aux outils de forge, renvoie la maladie à son sens social le plus large.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Burkina Faso
Haut de page

Texte intégral

1Ce texte a pour objet la conception du corps humain propre à certains artisans-techniciens, les forgerons moose (ou mossi) du Burkina Faso, dont la particularité est d’accomplir des rites thérapeutiques à l’aide des outils habituellement employés pour le travail du fer. Leur discours sur le corps et ses pathologies semble fort original, car la forge et ses parties y assument des fonctions cognitives et interprétatives.

  • 1 Cette recherche a été publiée (Calderoli, 2010). Le rituel de soin que je présente dans cet article (...)

2Ce travail s’inscrit dans une recherche plus vaste concernant le rapport entre le rite et la technique1, et dans une perspective qui présuppose que la frontière qui sépare le premier de la deuxième varie selon les cultures. Cette frontière présente une configuration singulière dans le cas du forgeron : celui-ci apparaît alors comme un spécialiste du rituel utilisant des métaphores techniques, ce qui est considéré comme une garantie d’efficacité. On observe ainsi une sorte d’objectivation de l’action symbolique.

3Je me limiterai à exposer la vision forgeronne du corps malade, en montrant notamment la manière dont s’articulent les analogies corps/forge dans le récit sur la maladie. On verra alors comment de telles analogies font référence à la relation entre forgerons et non-forgerons ; à partir de là, il sera possible de voir dans quelle mesure la maladie est un fait social, non seulement du point de vue des représentations de son étiologie, mais aussi sous l’angle symptomatique.

  • 2 Je n’ai rien trouvé de semblable au type de symbolisme manifeste formulé dans les célèbres mythes d (...)

4L’image d’un « corps-forge » ressort implicitement des récits que j’ai recueillis auprès de forgerons moose du Burkina Faso à propos de certaines maladies. Dans la région d’Oubritenga où j’ai travaillé, ces artisans — qui ne constituent pas un groupe endogame — fabriquent des outils agricoles qu’ils vendent aux populations environnantes ; on leur confie des tâches rituelles spécifiques : ils accomplissent, entre autres, des rites thérapeutiques. Leur savoir technique devient alors une grille de lecture du monde, du corps humain et de ses pathologies. Le corps et ses organes renvoient à la forge et à certains de ses outils. Mais cela n’est pas présenté comme une dénotation simple et directe qui associerait un organe à chacune des parties de la forge2. Le lien complexe entre la forge et le corps humain, entre les outils et les organes du corps ne se manifeste que lors de la narration forgeronne relative aux maladies et à leurs traitements.

  • 3 Les forgerons moose traitent également les brûlures et certaines maladies de la peau. Il est fait é (...)
  • 4 N’ayant pu observer de telles pratiques, je me réfère exclusivement au discours des forgerons pour (...)

5Le forgeron soigne des affections de l’anus et du rectum en utilisant une partie de son soufflet, il s’occupe de problèmes de stérilité féminine et tente de réduire les risques de mortalité infantile grâce à un cérémonial pratiqué sur l’« autel de forge ». Il prévient même le suicide par un rite qui utilise la masse à forger3. Je ne présenterai ici qu’une seule de ces pratiques de soins telle qu’elle m’a été décrite4 : celle qui implique le soufflet de forge.

ill. 1 – Les soufflets et leur buse, le foyer de forge et l’autel de forge (la butte arrondie près de la buse)

ill. 1 – Les soufflets et leur buse, le foyer de forge et l’autel de forge (la butte arrondie près de la buse)

Cliché Lidia Calderoli, 1992

ill. 2 – Un forgeron au travail aux soufflets au cours du forgeage d’une houe

ill. 2 – Un forgeron au travail aux soufflets au cours du forgeage d’une houe

Cliché Lidia Calderoli, 1994

1. La description de la maladie et de son traitement

  • 5 Les Moose parlent le moore, langue du groupe linguistique « voltaïque » ou « gur ».
  • 6 Dans les catégories de la médecine occidentale, le prolapsus anal n’est pas une maladie. Les forger (...)
  • 7 Le prolapsus, qui atteint le plus souvent les enfants, provient d’un décollement de la paroi intest (...)

6C’est la buse du soufflet qui est employée pour soigner certaines affections de l’anus et du rectum, appelées en moore5 kudgu (« forge ») ou sε-moomde (« derrière rouge »). Pour soigner cette « maladie de la forge », le forgeron prête sa buse au malade, lequel l’emploiera chez lui en suivant les prescriptions reçues. Les forgerons décrivent la « maladie » du kudgu comme une affection qui provoque, après la défécation, la « sortie » de l’anus qui devient rouge et saillant6. La maladie de la forge semble donc correspondre au prolapsus (« procidence ») anal ou rectal, et il est probable que le terme puisse s’appliquer également à certains types d’hémorroïdes7.

  • 8 Des pratiques mettant en œuvre une partie des soufflets comme « anti-vol » sont connues dans d’autr (...)

7Ce mal apparaît, dans l’interprétation que les forgerons en donnent, comme une punition pour un type particulier de vol, notamment celui de produits agricoles, considéré comme un tort fait à la forge. La maladie serait consécutive au chapardage de fruits ou de légumes en présence de la buse, placée bien en évidence par le forgeron lui-même. La buse peut en effet être disposée dans les champs, par exemple pour protéger le maïs, les arachides, les haricots, les tomates ou les aubergines. On peut aussi l’installer sur un arbre pour en protéger les fruits. La buse, qui va servir à soigner la maladie, est donc également évoquée comme une de ses causes, puisque c’est le vol8 d’un bien « protégé » par cet objet qui engendre la « maladie de la forge ».

  • 9 Le terme tιιm (pl. tιto) désigne, selon le contexte, aussi bien des herbes et d’autres produits nat (...)
  • 10 D’après mon interprétation, le forgeron s’occupe de la préparation du lavement, mais non de son adm (...)

8La cure se compose de trois phases principales qui font intervenir un élément puissant (tιιm9), employé tout d’abord sous forme de lavement, puis comme ingrédient du repas, et enfin comme pommade par application directe sur l’anus. Ce produit, dont la composition est secrète, servira à préparer le liquide utile au lavement10. La buse sera elle aussi utilisée dans ce cadre. À cet effet, le patient l’emporte chez lui pour constituer un foyer destiné à la cuisson de la substance du lavement.

9Les forgerons perçoivent ainsi le pouvoir spécifique de la buse : elle est d’abord « rougie », séchée et cuite par le feu de la forge, ce qui la rend dure et solide (terre cuite). Son rôle est crucial dans la forge. Elle est placée entre le foyer et les soufflets et joue le rôle de médiateur incontournable entre l’air et le feu : grâce à elle, l’air arrive dans le foyer et attise le feu. On évoque, de la sorte, la qualité de la matière (dureté et couleur), sa fonction dans le travail, sa proximité et le contact entre l’air et le feu — on pourrait presque parler d’imprégnation par le feu. Comme nous allons le voir, ces caractéristiques de la buse sont associées par analogie à la partie du corps à soigner.

2. La forge et le forgeron comme garants des activités agricoles

10Les représentations culturelles sous-jacentes à la conception de la maladie en question concernent, à un premier niveau, la relation entre forgerons et non-forgerons. La maladie de la forge étant pensée comme la conséquence d’une offense faite à la forge, elle semble représenter un cas « classique » de maladie-sanction. L’infraction commise à l’encontre de la forge, à travers le vol de ses outils, ou l’atteinte à une propriété protégée par la buse — donc une propriété d’un forgeron ou de son neveu utérin —, se révèle sanctionnée par la « sortie » de l’anus ou du rectum, marque flagrante de cette faute lorsqu’elle reste inavouée.

11Cependant, d’autres éléments doivent être pris en compte pour cerner le sens de ces pratiques, un sens qui va bien au-delà d’une défense des biens personnels. La conception moose du vol en général éclaire un de ces cas particuliers : l’offense faite à la forge. Le vol, qui était autrefois très sévèrement puni, est associé à un défaut capital : la paresse de l’homme qui ne veut pas cultiver, et la gourmandise qui lui est liée. Le vol de fruits et de légumes constitue une menace portée à un ordre social fondé sur l’activité agricole, dont le forgeron est le garant puisqu’il en fabrique les outils. Et la sanction frappe l’appareil de la digestion, l’exposant ainsi de façon honteuse en empêchant l’assimilation de ce qui a été indûment prélevé.

3. Les analogies soufflet/intestin, fer rouge/corps humain

12Si la « maladie de la forge » est une sorte de sanction, nous allons voir que la « sortie de l’anus » est loin d’être une sanction arbitraire puisqu’elle découle de la nature de la faute. De même, dans le système de transgression-sanction et de communication, la buse n’est pas non plus arbitraire en tant que signe. Il s’agit d’un signe métonymique et iconique, évoquant à la fois le sujet dont les propriétés sont atteintes (la forge) et la partie du corps du voleur qui risque d’être atteinte, en vertu de certaines analogies établies entre la buse et l’anus — et par là même entre la forge et le corps humain. L’étude de ces questions permet de dépasser le cadre d’une analyse uniquement fondée sur le schéma de la maladie-sanction et focalisée sur le discours étiologique. En effet, le discours sur la symptomatique montre fort bien lui aussi que la représentation de la maladie est imbriquée dans le social. Nous allons ici détailler certaines analogies mises en relief par les forgerons.

13D’abord, comme on l’a vu, la couleur rouge est soulignée dans la description de la maladie. Selon un des forgerons que nous avons rencontrés, l’analogie est immédiate entre le morceau de fer rougi par le feu du foyer et que les forgerons martèlent sur l’enclume, et l’anus ou le rectum rougi du malade. Ainsi l’anus rougi est-il indirectement renvoyé à l’action du feu de la forge, qui se manifeste au surplus en laissant sa marque sur l’outil même du forgeron : l’extrémité mobile des soufflets en terre qui, eux, ne sont pas cuits, a longuement subi l’action du feu, et elle est à maintes reprises décrite comme « rouge ». Sans doute l’utilisation de la buse pour soigner se rattache-t-elle à une certaine analogie entre ses propriétés, la dureté, et celles qui font défaut au malade et qui sont donc recherchées. La buse serait ainsi au centre des représentations, tant pour ses analogies (la « rougeur ») que pour ses différences (la dureté) avec la région corporelle affectée par la maladie. Mais, l’analogie mise en relief est également fonctionnelle : la buse et l’anus font référence à une extrémité, une limite, qui permet, dans le cas de la buse, de maîtriser la sortie et le flux de l’air produit par les soufflets, et, dans le cas de l’anus, la sortie des excréments (et de l’air). Or, l’un des symptômes de la maladie est l’impossibilité de déféquer. Rien d’étonnant dès lors à ce que la buse soit prise comme modèle du bon fonctionnement de la partie terminale de l’intestin imaginée comme dispositif régulateur de l’un des flux qui sortent du corps. Il y a plus. La même analogie — entre la buse et l’anus — peut être envisagée non seulement sur le plan fonctionnel, mais également d’un point de vue « plastique » : certains forgerons expliquent que l’anus s’allonge comme la pointe « effilée » de la buse. En définitive, on distingue trois niveaux de ressemblance : (1) entre la buse et la partie saine du corps (dureté et fonction de régulateur des flux) ; (2) entre la buse et la partie malade du corps (forme et couleur rouge) ; et enfin (3) entre le fer rougi et la partie malade (rougeur dans les deux cas).

  • 11 La littérature ethnologique concernant d’autres populations africaines a décrit à maintes reprises (...)

14L’objet buse apparaît, à l’instar de quelques autres outils, comme un puissant artefact, en vertu de toutes ces analogies qu’il entretient avec le corps. Il s’avère d’abord rattaché à l’extrémité de l’appareil intestinal11, en représentant cette partie dans ses deux états, normal et pathologique. Il constitue une sorte d’« admonition iconique » qui réunit les images de la cause de la maladie, de ses symptômes et de la partie atteinte. Cela permet du même coup de rappeler le pouvoir ou le monopole du forgeron sur l’appareil digestif dans son entier, par le biais d’une corrélation culturelle implicite entre la bouche et l’anus.

4. La forge comme outil cognitif

15Les récits des forgerons n’évoquent qu’une partie des composantes du corps humain. Il s’agit des organes du corps malade : ceux-ci ne se manifestent et n’acquièrent quelque pertinence aux yeux de l’artisan-thérapeute moose que lorsqu’ils ne fonctionnent pas ou qu’ils fonctionnent mal.

16Compte tenu du parallèle établi entre le fonctionnement du corps humain, de ses organes et de l’appareil digestif d’un côté, et l’activité des outils de la forge de l’autre, on serait en droit de s’interroger : le corps sert-il de modèle primaire pour la représentation de la forge ? Ou la forge est-elle au contraire un modèle de représentation du corps ? L’alternative est fallacieuse. Car, en fait, la forge, au même titre que le corps humain, se pose en objet essentiel de réflexion et d’expérimentation sur les qualités de la matière et sur sa transformation. De plus, la forge fournit le modèle pour penser le corps — par conséquent, la personne humaine. En retour et, pourrions-nous dire, dans un même mouvement, le corps avec ses organes fournit une représentation possible de l’action technique et de la transformation de la matière.

  • 12 Cf. Douglas, 1970 ; Calderoli, 2010 ; Héritier, 1994 et 1996 ; Bachelard, [1949] 1997. Sur la motiv (...)

17Le travail d’une matière par le feu — qui est l’expérience quotidienne du forgeron — prend part, tout comme l’expérience du corps, à l’élaboration des catégories cognitives. La technique et les éléments qu’elle met en jeu (matière, objets, gestes et sources d’énergie) pourraient se rapprocher d’un système de « symboles naturels » comme celui qu’apporte le corps humain12. Les systèmes de ce genre, comme les couples d’oppositions (froid/chaud, dur/mou, ouvert/bouché, etc.) que ces systèmes engendrent principalement, varient bien entendu selon les sociétés. Ainsi, diverses sociétés africaines ont-elles investi l’air, le feu, l’eau, les outils de la forge, les gestes, les matières de significations différentes.

*

* *

  • 13 Dans d’autres contextes techniques, le vent est au centre des représentations et le leitmotiv du fo (...)

18Chez les Moose, le forgeron est « maître du feu » dans un sens univoque et spécifique : son action symbolique se focalise surtout sur le fait de « refroidir » le feu de la forge et de la foudre13, tandis que, dans le cadre de soins, ses outils sont comparés à des organes du corps devenus trop chauds.

19Ici, les forgerons intéressés ne proposent pas d’analogies globales et systématiques entre le corps et la forge, mais ils utilisent chacun des outils de la forge et leur action sur le fer au cours de différents rituels pour mettre en évidence des analogies précises et ponctuelles avec des parties du corps atteintes de maladies spécifiques. En définitive, il s’avère que le point commun entre ces maladies est le fait de provoquer un effet de « surchauffe » : la notion de chaleur et de feu ainsi que l’opposition chaud/froid couvrent une grosse partie des correspondances entre le corps et la forge. En outre, une logique unitaire réunit les différentes pathologies traitées par les forgerons dans le cadre d’un récit où le forgeron s’avère être un fabricant d’outils, mais aussi le garant de l’agriculture et un pacifique « refroidisseur » de la matière.

  • 14 Cf. Augé, 1984, Lock et Scheper-Hughes, 1990. Augé écrit : « Le recours à la magie ne semble pas po (...)

20Un des acquis de l’anthropologie de la maladie est que l’interprétation des pathologies inclut des relations du pouvoir, et cela aussi bien dans le domaine de la biomédecine que dans celui des médecines traditionnelles14. Cela est particulièrement évident dans le cas des forgerons. L’idéologie du forgeron, à savoir sa manière orientée de penser le monde, se répercute sur l’interprétation de la maladie. Cette dernière marque les rôles et les hiérarchies idéales des hommes puisque, dans la perspective du forgeron, ceux-ci sont vus comme ses « débiteurs » en même temps que ceux de la forge.

Haut de page

Bibliographie

Adler, Alfred
1982 La mort est le masque de roi : la royauté sacrée des Moundang du Tchad (Paris, Payot).

Augé, Marc
1979
Magia, in Enciclopedia, VIII (Torino, Einaudi) : 708-723.
1984 Ordre biologique, ordre social ; la maladie, forme élémentaire de l’événement, in M. Augé et C. Herzlich (éd.), Le sens du mal. Anthropologie, histoire, sociologie de la maladie (Paris, Éd. des Archives contemporaines) : 35-91.

Bachelard, Gaston
[1949] 1997 La psychanalyse du feu (Paris, Gallimard).

Calame-Griaule, Geneviève
[1965] 1987 Ethnologie et langage. La parole chez les Dogons, seconde édition augmentée d’une postface de l’auteur (Paris, Institut d’Ethnologie).

Calderoli, Lidia
2003 Objets rituels, maladie et transmission : l’emploi de la buse du soufflet par les forgerons moose (Burkina Faso), Journal des africanistes, 73 (1) : 74-93 ; DOI : 10.3406/jafr.2003.1328.
2010 Rite et technique chez les forgerons moose du Burkina Faso : forger, apaiser, soigner (Paris, L’Harmattan).

Cerulli, Ernesta
1956 Sacralità della fucina e degli strumenti di lavoro del fabbro in Africa, Annali Lateranensi. Pubblicazione del pontificio museo missionario etnologico, XX : 29-59.

Collett, D. P.
1993
Metaphors and representations associated with precolonial iron-smelting in eastern and southern Africa, in T. Shaw, P. Sinclair, B. Andah et A. Okpoko (éd.), The archeology of Africa : Foods, metals and towns (Londres-New York, Routledge) : 499-511.

Dieterlen, Germaine
1964Contribution à l’étude des forgerons en Afrique occidentale, Annuaire de l’École pratique des hautes études (section des sciences religieuses), 73 (année 1965-1966) : 3-28.

Douglas, Mary
1970
Natural symbols : Explorations in cosmology (New York, Random House).

Griaule, Marcel
[1948] 1966 Dieu d’eau. Entretiens avec Ogotemmêli (Paris, Fayard).

Guibert de La Vaissière, Véronique
2002 Le forgeron irlandais : de Goibhniu à Gobnait, le gabha irlandais, in La forge et le forgeron, 1 : Pratiques et croyances (Paris, L’Harmattan) : 155-206 [Eurasie. Cahiers de la Société des Études Euro-Asiatiques, 11].

Héritier, Françoise
1994 Les deux sœurs et leur mère : anthropologie de l’inceste (Paris, Odile Jacob).
1996 Masculin/féminin, la pensée de la différence (Paris, Odile Jacob).

Leroy, Célestine
1936 Forgerons guérisseurs, Revue de folklore français et de folklore colonial, VII (1) : 1-14.

Lock, Margaret et Scheper-Hughes, Nancy
1990
A critical-interpretive approach in medical anthropology : rituals and routines of discipline and dissent, in T. Johnson, C. Sargent (éd.), Medical anthropology : A handbook of theory and method (Westport, Praeger Publishers) : 47-72.

Makarius, Laura
1974 Le forgeron, in L. Makarius, Le sacré et la violation des interdits (Paris, Payot) : 105-141.

Marcel-Robillard, Charles
1964 Forges et forgerons du pays chartrain, Arts et traditions populaires, 12 (1) : 30-71.

McNaughton, Patrick R.
1988
The Mande Blacksmiths. Knowledge, power and art in West Africa (Bloomington-Indianapolis, Indiana University Press).

Netter, Frank H.
1962
The Ciba collection of medical illustration, vol. 3, Digestive system, part III (New York, Ciba).

Peatrik, Anne-Marie
1999 La vie à pas contés : génération, âge et société dans les hautes terres du Kénya (Meru Tigania-Igembe) (Nanterre, Société d’ethnologie).

Perrois, Louis
2002 Le soufflet de forge au Gabon : objet technique, objet rituel, objet d’art, Arts & Cultures, 3 : 130-141.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche a été publiée (Calderoli, 2010). Le rituel de soin que je présente dans cet article a été décrit de manière plus détaillée dans Calderoli, 2003 et Calderoli, 2010 : chap. V.

2 Je n’ai rien trouvé de semblable au type de symbolisme manifeste formulé dans les célèbres mythes dogons recueillis par Marcel Griaule et Germaine Dieterlen, où les composantes de la forge sont les parties du corps d’un personnage mythique. Mes informateurs n’ont jamais formulé de discours unitaire explicite sur les différentes composantes de la forge et sur leurs correspondances ou leurs analogies anatomiques. Dieterlen (1964 : 16) résume : « Les outils et matériaux que manipule l’artisan sont les symboles des organes et des membres d’un être sacrifié. » Ogotemmêli parle ainsi de la forge : « La forge […] est comme une maison d’habitation et comme une personne dont la tête est le four et les deux bras la soufflerie aux deux tuyaux […] La masse est la main palmée du génie de l’eau » (Griaule, [1948] 1966 : 93 et 94 ; Ogotemmêli est ce vieil aveugle, très au fait de la culture dogon, avec lequel Marcel Griaule s’est fort longuement entretenu lors de ses séjours au Mali).

3 Les forgerons moose traitent également les brûlures et certaines maladies de la peau. Il est fait état de pratiques thérapeutiques associées au travail du fer également en Europe. En Irlande, par exemple, le forgeron soignait les enfants rachitiques, la jaunisse, le feu de Saint-Antoine et le ténia (Guibert de La Vaissière, 2002). En France aussi, cet artisan pouvait assumer le rôle de guérisseur (Leroy, 1936 ; Marcel-Robillard, 1964).

4 N’ayant pu observer de telles pratiques, je me réfère exclusivement au discours des forgerons pour cette analyse.

5 Les Moose parlent le moore, langue du groupe linguistique « voltaïque » ou « gur ».

6 Dans les catégories de la médecine occidentale, le prolapsus anal n’est pas une maladie. Les forgerons ont parfois qualifié le kudgu de bãaga (pl. bãase), de « maladie ».

7 Le prolapsus, qui atteint le plus souvent les enfants, provient d’un décollement de la paroi intestinale. Il est causé par la malnutrition et par certaines pathologies. C’est sur la base des descriptions données et en m’appuyant sur d’autres auteurs que j’avance l’hypothèse d’une correspondance partielle entre cette affection et des catégories nosologiques occidentales. (Pour une définition du prolapsus du rectum et des hémorroïdes, cf. Netter, 1962 : 170 et 171.)

8 Des pratiques mettant en œuvre une partie des soufflets comme « anti-vol » sont connues dans d’autres pays africains : cf. les exemples fournis par Cerulli (1956 : 54, 55, 32 et 38), par Makarius (1974 : 113) et par Adler (1982 : 128). Les traitements qui emploient les soufflets existent aussi dans plusieurs populations : cf. les exemples fournis par McNaughton (1988 : 57), Makarius (1974 : 137 notes) et Cerulli (1956 : 56). Peatrik (1999 : 372) décrit pour le Kenya une malédiction accomplie par le forgeron qui consiste à casser le soufflet ou sa buse.

9 Le terme tιιm (pl. tιto) désigne, selon le contexte, aussi bien des herbes et d’autres produits naturels que le produit final, accompagné d’incantations et d’autres opérations rituelles. Je n’ai pas traduit le terme tιιm par « remède » ou par « gri-gri » parce que ces deux traductions ne rendent pas toujours compte de sa polysémie.

10 D’après mon interprétation, le forgeron s’occupe de la préparation du lavement, mais non de son administration, qui est laissée aux soins de la famille des malades. Ceux-ci étant souvent des enfants en bas âge, ce sont généralement les mères qui se chargent du lavement.

11 La littérature ethnologique concernant d’autres populations africaines a décrit à maintes reprises l’analogie entre les soufflets et le sexe masculin (plus rarement le sexe féminin). Chez les Moose, les forgerons ont décrit le soufflet comme un élément masculin (père), et le foyer comme un élément féminin (mère). Mais ce qui ressort des récits concernant la « maladie de la forge » est surtout l’analogie entre les soufflets et l’appareil intestinal. Dans certains cas, la figuration anthropomorphe du soufflet est à la fois féminine et masculine. C’est le cas rapporté par Perrois (2002 : 140) au Gabon (bassin de l’Ogooué), où le soufflet en bois présente en même temps la forme d’une figure féminine et d’un sexe masculin. Je n’ai pas trouvé, chez les Moose, d’analogie associant la peau des soufflets avec les poumons, ou la tuyère des soufflets avec le larynx, comme c’est le cas chez les Dogons (cf. Calame-Griaule, [1965] 1987 : 81-82).

12 Cf. Douglas, 1970 ; Calderoli, 2010 ; Héritier, 1994 et 1996 ; Bachelard, [1949] 1997. Sur la motivation de cette approche, cf. Calderoli, 2010 : 29 sqq.

13 Dans d’autres contextes techniques, le vent est au centre des représentations et le leitmotiv du forgeron « maître du feu » se trouve ainsi enrichi par l’émergence d’autres figures possibles, comme celles liées à la maîtrise de l’air. Collett (1993) a mené une étude comparative fort intéressante sur les représentations de la réduction du minerai chez deux populations africaines. Chez les Karanga du Zimbabwe, le processus est mis symboliquement en relation avec la reproduction humaine et la cuisine. En revanche, chez les Nyoro d’Ouganda, il est lié au contrôle du vent et à sa conception. Il en découle une considération différente et une autre valorisation des agents de la transformation technique, le feu ou le vent.

14 Cf. Augé, 1984, Lock et Scheper-Hughes, 1990. Augé écrit : « Le recours à la magie ne semble pas pouvoir se réduire aux lois de la pensée symbolique dont il se sert. Le désir du sens procède en même temps que la prise en considération de la part de l’individu de la place qu’il occupe dans ce qu’il veut comprendre […] Tout l’appareil symbolique du pouvoir en charge a pour tâche de faciliter cette “intégration” » (1979 : 722, ma traduction).

Haut de page

Table des illustrations

Titre ill. 1 – Les soufflets et leur buse, le foyer de forge et l’autel de forge (la butte arrondie près de la buse)
Crédits Cliché Lidia Calderoli, 1992
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/11335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre ill. 2 – Un forgeron au travail aux soufflets au cours du forgeage d’une houe
Crédits Cliché Lidia Calderoli, 1994
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/11335/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lidia Calderoli, « Organes du corps et dispositifs de la forge chez les Moose du Burkina Faso », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 46 | 2019, mis en ligne le 03 juillet 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/11335 ; DOI : 10.4000/ateliers.11335

Haut de page

Auteur

Lidia Calderoli

Docteur, EHESS–Paris ; anthropologue indépendante
lidia.c22[at]outlook.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals