Navigation – Plan du site

Pour une anthropologie des jeunes en Afrique

Anne-Marie Peatrik
Traduction(s) :
Towards an anthropology of youth in Africa

Résumé

Déconstruire la catégorie « jeune(s) » en Afrique pour en refonder l’étude, tel est l’objectif de cet essai d’anthropologie. Saisie au travers de son émergence et de son affirmation historique, en particulier lors des séquences qui ont suivi les décolonisations, la catégorie jeune est tour à tour démêlée de l’écheveau des notions et concepts voisins (cadet social, junior, jeune génération), enrichie des composantes passées inaperçues de sa construction (âge calendaire, catégorie démographique et politique), interrogée dans l’incertitude des délimitations et des caractérisations de cette phase du développement humain. Ainsi requalifiée comparativement, les moyens d’une autre lecture de la catégorie jeune sont apparus qui permettent à la fois de penser l’hétérogénéité de la catégorie, d’en appréhender les dynamiques sous-jacentes et d’esquisser des angles d’approche pour de nouvelles enquêtes.

Haut de page

Texte intégral

1Une curiosité intellectuelle qui se transforma en questionnement méthodologique est à l’origine de cette livraison, aux titres délibérément sobres, qui présente le projet d’une anthropologie des jeunes et de la jeunesse en Afrique. Alors que s’achevait le numéro 42 des Ateliers d’anthropologie (Rivoal et Peatrik, 2015), consacré aux jeunes dans le sud de la Méditerranée à partir de la catégorie shabâb — qui désigne en arabe le « jeune homme » et recouvre un questionnement et des thèmes communs de recherche —, l’idée est venue d’interroger comparativement les catégories jeunes et jeunesses en Afrique sub-saharienne. L’actualité incitait aussi à ce prolongement puisque les jeunes, au Sénégal, au Burkina Faso et dans d’autres États paraissaient emboîter le pas de leurs comparses au nord du Sahara en se mobilisant à leur tour contre les pouvoirs en place. Les « jeunes » pouvaient ainsi offrir une entrée stimulante pour approfondir une anthropologie des âges de la vie en prenant non pas la succession des âges, mais un âge particulier envisagé dans une déclinaison transculturelle (Peatrik, 2001, 2003a, 2015a).

2C’est un fait peu connu, et il faut le rappeler d’entrée : la « jeunesse africaine », figure familière du répertoire médiatique et de l’espace public, a une histoire qui remonte au début du xxe siècle. Identifiés dès les années 1920 dans la personne du jeune « détribalisé » prompt à menacer la prééminence des anciens et à troubler l’ordre colonial (D’Almeida-Topor et al. éd., 1992 ; Burton et Charton-Bigot éd., 2010 ; Ocobock, 2017), les jeunes et la jeunesse africaine prennent leur essor dans l’imaginaire politique postcolonial, à mesure que surgissent les crises bien diverses qui ébranlent les États indépendants, avec en toile de fond l’accroissement de la population et ses effets controversés, mais manifestes.

3Les jeunes en effet sont d’abord une catégorie démographique et relèvent d’une réalité statistique. Dans la majorité des pays du continent, l’âge médian de la population se situe autour de 20 ans, voire 15 ans dans certains pays comme le Niger ou l’Ouganda. « En 2015, 44 % des Subsahariens (hors Afrique australe) ont moins de 15 ans, les deux tiers moins de 25 ans ; pour toute l’Afrique, les plus de 65 ans sont moins de 4 % » (Magrin et al., 2016 : 14-15). Ces chiffres recouvrent des réalités locales différenciées, du point de vue de la transition démographique notamment ; toutefois celles-ci n’infléchissent pas encore la tendance générale.

4Pour les auteurs réfléchissant à l’échelle du continent africain, attachés à inscrire leurs propos dans des vues perspectives, depuis l’ouvrage inaugural de Joseph-Achille Mbembe (1985) jusqu’à l’essai tout récent de Stephen Smith (2018) en passant par celui d’Alcinda Honwana (2012) — dont les dates de parution illustrent à elles seules l’ampleur temporelle du phénomène —, la jeunesse et les jeunes en Afrique tour à tour nourrissent l’espoir ou inspirent le pessimisme : tantôt fer de lance de la nation grâce à la scolarisation et gage de l’émergence économique du continent, tantôt fauteurs de trouble et voyous menaçants, tantôt encore icônes de la désespérance lorsque se profile la figure des enfants de la rue, celle des enfants-soldats, ou des jeunes migrants à la frontière-limite des 18 ans, regroupés sous l’étiquette Orphans and Vulnerable Children (ovc) suivant la dernière catégorie en date des politiques publiques internationales (Golaz et Thibon éd., 2015 ; Peatrik, 2015b).

  • 1 Liste indicative des ouvrages collectifs parus sur la jeunesse en Afrique depuis 2000 :
    – 2000, Fili (...)

5À l’échelle plus précise de leurs disciplines, les chercheurs furent aussi tentés de jouer sur les oxymores réducteurs : acteur/victime, coupable/innocent, heroes/villains, makers/breakers, vanguard/vandals, dans leurs intitulés notamment, alors que leurs études sont empreintes de la retenue et de la distance qui siéent à l’observation et à l’analyse. La liste des titres des principaux collectifs parus depuis le tournant du nouveau millénaire1 indique toutefois, outre une inflexion vers la génération, le souci de revenir à plus de neutralité et de considérer les jeunes et la jeunesse ordinaires en Afrique (Durham, 2000), dans leur diversité et leurs activités concrètes, souci qui est aussi le nôtre dans le retour à la réflexivité auquel invite ce dossier.

1. Penser l’hétérogénéité de la catégorie « jeune(s) » en Afrique

  • 2 Muriel Champy (2015, 2016, ce volume) achevait alors sa thèse consacrée à une catégorie particulièr (...)

6Les nombreuses propositions suscitées par l’appel à contribution préalable à cette livraison2 confirmèrent l’engouement suscité par la « jeunesse » parmi les chercheurs travaillant en Afrique. Cependant, peu avaient pris en compte la dimension critique et réflexive à laquelle incitait l’appel dans le traitement des catégories « jeunes » et « jeunesses » en Afrique, et les articles finalement retenus, aux propos resserrés, recouvraient encore des intentions disparates.

  • 3 Les études sur les enfants et l’enfance en Afrique, et ailleurs, se différencient sur ce point (Rab (...)

7Plutôt que de le déplorer, il parut plus judicieux de renverser l’optique et de questionner cette hétérogénéité — qui est aussi disciplinaire — révélatrice d’un domaine où les jeunes et la jeunesse en Afrique demeurent des objets de connaissance mal identifiés3. Ce constat, à l’encontre des idées reçues, appelle quelques explications tant les savoirs sur ce domaine naissant sont peu partagés. Contrairement aux sociétés occidentales pour lesquelles existe, depuis longtemps maintenant, une sociologie de la jeunesse (Galland, [1991] 2011 ; Van de Velde, 2008, 2015), il n’y a rien d’équivalent pour la jeunesse africaine. D’un côté, se sont accumulées des connaissances sur les sociétés coutumières produites par les ethnographes et les anthropologues, jugées plus ou moins dépassées par les changements contemporains et comme invalidées, de l’autre ont été réalisées des études dispersées dans les périmètres intellectuels respectifs des politistes et des démographes, des historiens aussi, et plus tardivement de quelques anthropologues et de sociologues, qui ont permis certes de cerner des problèmes, mais non de jeter les bases de savoirs cumulatifs.

  • 4 Cela d’autant que, on le verra dans ce volume (Champy, ce volume), certains auteurs traitant de jeu (...)
  • 5 Qu’il me soit permis de remercier ici les différents lecteurs dont les remarques et les suggestions (...)

8Cet essai ambitionne d’établir des passerelles entre ces savoirs, en somme de réfléchir à la possibilité d’une anthropologie des jeunes. « Comment ne pas en finir avec les jeunes et la jeunesse en Afrique ? » était le premier titre, un brin provocateur, envisagé pour cette livraison. Parodique des messages humanitaires et des prophéties sur la jeunesse africaine, il se jouait aussi de la célèbre interjection de Bourdieu ([1978] 1984) dans un entretien accordé en 1978 à une apprentie chercheuse (La « jeunesse » n’est qu’un mot), mais il créait une confusion supplémentaire dans un état des lieux qui se révéla difficile à dresser4. La présentation des articles permettra de saisir d’emblée le caractère disparate des analyses des jeunes et de la jeunesse en Afrique, et d’ancrer dans l’investigation empirique les linéaments d’une anthropologie, en dialogue avec les auteurs — et ils ne sont pas très nombreux — qui ont contribué de manière significative à ces questionnements5. Déconstruite au fil de son émergence historique, la catégorie jeune sera analysée par rapport aux concepts voisins de cadet social, de junior et de jeune génération. Son examen sous l’angle de sa dimension démographique et de l’âge calendaire conduira ensuite à interroger sur de nouvelles bases les qualifications mouvantes de cette phase du développement humain et l’incertitude de ses limites. Cette lecture inédite de la catégorie jeune en Afrique permettra ainsi d’identifier les cadres d’enquêtes nouvelles propres à capter des dynamiques sous-jacentes et de poser les jalons de comparaisons diversifiées.

9Un premier volet regroupe trois articles en provenance d’Afrique de l’Est, terre d’élection de systèmes politiques originaux fondés sur un usage poussé des critères d’âge et de génération, où l’autorité est (« était » désormais pour une bonne partie des peuples concernés) renouvelée au rythme de la transmission des pouvoirs entre générations consécutives et de l’arrivée d’une nouvelle classe de Pères (Peatrik, 1995a et b). Dans ce contexte, la jeunesse, son ou ses équivalents plus exactement, n’est pas associée à l’idée de crise ou créditée d’une valence exceptionnelle : maillon dans l’enchaînement des âges, dotée de caractéristiques morales et physiques et de dispositions distinctives, la jeunesse est socialement pensée ou conceptuellement définie au même titre que le sont les autres âges lorsqu’ils sont indexés sur un échelon ou un statut.

10Chez les pasteurs Samburu, établis au nord du Kenya, souvent confondus avec leurs cousins plus célèbres, les Maasai, et dont le mode de subsistance demeure essentiellement pastoral, Giordano Marmone examine, lors de sessions informelles mêlant jeu et apprentissage où les enfants et les garçons s’exercent au chant et à la danse, comment sont repérées et développées les aptitudes de ceux qui pourraient devenir des leaders de leurs futures promotions générationnelles. Ces modalités d’auto-sélection au sein de bandes de gamins puis de « non-circoncis », préparatoires à des choix ultérieurs, révèlent que, dès cette étape, l’égalitarisme affiché des jeunes et leur esprit de corps coexistent avec des pratiques privilégiant la compétition, la distinction individuelle et l’affirmation de l’autorité personnelle. Contre-intuitif par rapport aux idées en vogue sur les sociétés à classes d’âges, ce dispositif illustre comment, dès l’enfance, les jeunes apprennent à composer avec les valeurs d’égalité et de hiérarchie qui sont au cœur des modalités d’existence de ces démocraties traditionnelles.

11Chez ces mêmes Samburu, Bilinda Straight décale le propos et analyse la jeunesse en croisant deux points de vue : d’une part, celui des initiés-guerriers, constitués en promotions générationnelles, et de leurs amantes dont les liens privilégiés sont scellés par le don, de chaque jeune homme à son amante, de perles et de colliers que l’aimée arbore fièrement et qui font sa réputation ; d’autre part, celui de l’administration coloniale à travers un fait divers survenu dans les années 1930 et transformé en opportunité politique par des colons décidés à continuer de s’emparer des pâturages de ces pasteurs. Les colons accréditèrent l’idée que ces jeunes filles mettaient la capacité des guerriers à l’épreuve en les incitant à partir en raid et à attaquer des ennemis. Outre que cette affaire pèse encore sur les opinions et les conflits fonciers actuels, elle apporte un éclairage original sur les rapports de genre à l’œuvre entre ces jeunes et la capacité d’action prêtée aux filles et aux jeunes filles, avant que les uns et les autres, chacun de leur côté, ne passent au stade du mariage et de l’établissement de la famille.

12Dans le contexte désormais très transformé où vivent les Meru Tigania-Igembe, agro-éleveurs établis au nord-est du mont Kenya, dotés autrefois d’un système politique de classes de générations, Anne-Marie Peatrik aborde la question des limites d’âges, de la différenciation de la « jeunesse » et du passage à l’âge « adulte » dans cette ancienne société à échelons d’âges. À l’encontre des idées reçues à leur propos, le passage à l’échelon suivant n’était ni automatique ni dénué de fortes tensions, ce dont les sociétés et les cultures concernées témoignent au travers de récits, de règles et d’un vocabulaire particulier visant à en traiter. L’analyse des tensions à l’œuvre en termes de congruence de status se nourrira du rapprochement avec le concept de « vital conjunctures », non pas de manière contradictoire mais complémentaire pour contribuer à une anthropologie de la jeunesse envisagée, ici, du point de vue de ses limites.

13Le volet suivant rassemble des contributions, plus nombreuses, provenant d’Afrique de l’Ouest, non pour introduire aux différences qui existeraient entre les deux macro-régions, mais parce que d’autres phénomènes ayant trait aux jeunes y sont étudiés. Certains articles décrivent des situations mêlant aspects traditionnels et dynamiques plus contemporaines, et presque tous abordent l’engagement politique et parfois la révolte. Apparaît enfin la mobilisation de l’image de la jeunesse envisagée comme ressource rhétorique et idéologique, envisagée aussi dans sa continuité avec l’imaginaire de la génération.

14Anna Dessertine explore ce qui peut « faire jeunesse » dans une société lignagère villageoise patrilinéaire malinké de Guinée où la catégorie jeune n’existe pas en tant que telle. Elle s’y emploie au travers de l’étude des grins, ces lieux disséminés dans l’espace villageois où les garçons célibataires se retrouvent pour partager le thé. L’habitude, qui n’est pas sans prolonger une ancienne sociabilité de classe d’âge, répond également à l’injonction faite aux garçons de résider hors de l’habitation familiale. Dans les grins, les jeunes hommes, des cadets, contrairement aux apparences, loin d’attendre à ne rien faire et à s’ennuyer, jouent à s’affronter dans des joutes statutaires ; ils donnent aussi à voir aux aînés et aux anciens leur disponibilité, dans le même temps où certains s’apprêtent à organiser leur départ vers des zones aurifères ou plus loin, en migration vers l’Europe.

15Léo Montaz à son tour examine, toujours dans un contexte villageois et lignager, chez les Bété de Côte d’Ivoire — formation ethnique autrefois acéphale, intégrée de longue date dans les rouages de l’État contemporain —, d’autres modes d’action de jeunes qui cette fois-ci se réclament d’associations de jeunes. Durant et à la suite de la Crise ivoirienne de 2002-2011, de jeunes hommes revenus au village, à rebours de l’exode rural, ont réactivé des divisions d’âge coutumières ou « associations de Jeunesse » dont ils usent pour faire pression vis-à-vis des aînés et légitimer ainsi leurs demandes d’accès à la propriété foncière et aux parcelles de culture. En mobilisant le registre de l’autochtonie à l’encontre des « étrangers », ils visent aussi leur intégration dans la notabilité villageoise. Illustrative de l’historicité de la jeunesse en Afrique, l’affirmation des jeunes en tant que groupe stratégique révèle aussi des transformations en profondeur des sociétés coutumières, et du pouvoir des aînés.

16Dans une autre situation de crise aiguë, celle de l’exploitation illégale du pétrole du Delta du Niger, de la montée des violences et de la guerre civile au Nigéria entre 1996 et 2009, Akin Iwilade, a étudié les manières de « faire jeune » (being young versus being youth) comme signe d’appartenance à des gangs de trafiquants. Souvent issus de la transformation, en associations criminelles, d’anciennes sociétés cultuelles de jeunesse typiques des populations du Delta, ces gangs de jeunes liés à des réseaux de détournement du pétrole ont (avaient) mis la main sur certains quartiers, à l’instar de celui qu’ils avaient délibérément surnommé Colombia à Port Harcourt, principale ville pétrolière du Delta. Sous des allures violentes et anarchiques, une organisation complexe leur permettait de contrôler le trafic de drogue et la prostitution. Plus largement, ce contexte bien particulier a fourni un cadre d’expression à des représentations rivales et opérationnelles des jeunes et de la jeunesse, illustratives du maniement d’une image ad hoc du jeune en tant que ressource de pouvoir.

17Jeanne Lamaison-Boltanski étudie une autre trajectoire des catégories « jeune » et « jeunesse », associée à l’engagement de musiciens rasta et hip-hop qui sont devenus des protagonistes notoires du mouvement « Balai citoyen » au Burkina Faso. Ou comment ces « marginaux », adeptes et producteurs d’une contre-culture réprouvée localement, ont réussi à mobiliser l’opinion publique et à se trouver à l’avant-garde d’un mouvement protestataire qui a permis la tenue d’élections régulières (2014-2015). Produits de la combinaison d’influences globales et locales où se mêlent le rastafarisme, la référence à une culture jeune transnationale et urbaine, la revendication de l’héritage de Sankara et la diffusion des outils numériques, ces rappeurs ont fini par catalyser une critique citoyenne à l’encontre des pouvoirs en place, en cristallisant sur leurs personnes les images positives de la jeunesse et du renouvellement de la société.

18Dans les communautés touareg du Niger et du Mali, autrefois très stratifiées, désormais en proie à de profonds changements, Susan Rasmussen questionne la position singulière des jeunes qui, en contexte urbain, jouent dans diverses mini-représentations théâtrales. Utilisés par les ong pour diffuser des messages en réponse aux crises qui affectent plus particulièrement les jeunes, ces sketches produits en ville prolongent et actualisent une pratique ancienne de théâtre et de spectacle. Le ressort de l’engagement artistique de ces jeunes et l’intérêt qu’ils suscitent procèdent de ce que ces acteurs, aux origines statutaires variées, mobilisent des références communes : appartenant à une même « cohorte d’âge » marquée par la triple expérience du chômage, de la migration puis de la rébellion, ils se sont constitués en « génération historique ». De là, cet effet de catégorie trans-touareg où se reflètent toutes les composantes problématiques de leurs communautés, et leur efficacité/légitimité sur scène. De là aussi leur position de médiateurs entre les générations, mais aussi entre la société locale et le monde extérieur. Ces jeunes sur scène donnent à voir et à penser de subtiles modifications des codes sociaux ou de préservations des usages, la confrontation à des situations inédites et l’expérimentation de nouvelles interactions.

19En écho à ces diverses occurrences, Muriel Champy analyse trois monographies consacrées à des fractions de la jeunesse africaine. Le petit nombre de monographies disponibles, au sens de l’étude approfondie d’un phénomène ou d’un groupe, est en soi déjà révélateur de l’état parcellaire des savoirs. Les trois cas analysés sont saisis plus particulièrement sous l’angle de l’attente et des projets envisagés. Chez des jeunes ruraux de Sénégambie, étudiés par Paolo Gaibazzi (2015), la décision de partir ou de rester prolonge une habitude migratoire ancienne et recouvre une situation où la sédentarité, loin d’être synonyme d’immobilité, se révèle être une stratégie, soumise de nos jours à des réappréciations et à des inversions statutaires. Jacinthe Mazzocchetti (2009), dans l’étude d’une cohorte de jeunes, filles et garçons, poursuivant des études supérieures à l’université de Ouagadougou (Burkina Faso), analyse les effets prononcés sur cette génération des politiques d’ajustement structurel votées en 1991. Les conditions concrètes de la vie étudiante ont été tour à tour examinées : les manières de vivre de ces jeunes, la sociabilité dans les résidences étudiantes, la qualité des conditions d’études et des enseignements reçus. Une attention particulière a été portée à la redéfinition de leurs attentes et de leurs projets d’ascension sociale, en fonction notamment de leur milieu d’origine et des identités de genre. Enfin, Sasha Newell (2012) questionne, pour une fraction de jeunes urbains à Abidjan voués à l’économie criminelle, ce que recouvre l’identification revendiquée à la culture nouchi. Dans les « maquis » (débits de boisson) qu’ils fréquentent, cette culture « jeune » dont ils se réclament, désignée du nom d’un parler populaire ivoirien, est synonyme d’ostentation financière et physique, de démonstration de leur capacité à endurer l’alcool, à s’attacher les filles, cela comme autant de signes de la modernité en tant qu’elle s’oppose à la culture héritée, celle de la coutume et des pouvoirs en place.

  • 6 C’est une coïncidence éditoriale : Alcinda Honwana (2012 : 139-163 ; 2013) dans son essai de sociol (...)

20Deux articles formant le dernier volet apportent des points de vue à la fois décalés et convergents : l’un en provenance d’Afrique du Sud, marquée on le sait par son passé durable de colonie de peuplement et l’héritage de l’apartheid ; l’autre de Tunisie, comme en bouclage du dialogue esquissé d’entrée à propos des shabâb (Ateliers d’anthropologie, 42), et pour enrichir la réflexion comparative sur des problématiques qui se recoupent6.

21Sandrine Gukelberger opère un retour sur la jeunesse au passé, celle qui est produite par l’évocation de leur histoire de vie par des militants et des militantes de la lutte anti-apartheid, des hommes et femmes d’anciens townships du Cap, qui ont trouvé dans les violences raciales du temps de leur jeunesse les raisons de leur engagement, ou d’une forme d’évitement, du côté des femmes notamment. Cette approche rétrospective de la génération historique dite de Soweto et de l’insurrection de la jeunesse en 1976, qui fut pour certains une « génération perdue », est une contribution particulière à l’anthropologie des jeunes en Afrique. Par le biais d’une sociologie de la politisation qui fait de la jeunesse le moment où s’acquièrent des opinions appelées à persister dans le cours de l’existence, cette contribution éclaire aussi l’émergence de la jeunesse comme catégorie descriptive et explicative dans le champ des études en Afrique, au tournant des années 1980, dans la décennie de Soweto, concomitante de la fin des décolonisations.

22Stefano Pontiggia analyse les méthodes d’action et de mobilisation de jeunes hommes du Sud tunisien, dans la cité minière de Redeyef en proie à un chômage chronique, en écho bien évidemment à la Révolution de jasmin de 2011. Les tactiques spectaculaires de blocage des voies ferrées où circulent les wagons de phosphate, par la mise à feu de barrages de pneus ou l’installation de campements précaires, relèvent moins d’un attrait pour l’insurrection que d’un moyen de faire pression sur le système étatique de distribution des prébendes. Exclus pour diverses raisons des réseaux clientélistes, ces jeunes hommes, coincés dans un état durable de non-accomplissement, tentent de s’insérer et de prendre leur tour dans le système d’attente généralisée d’un travail. Cet article, illustratif de la circulation des idées et des concepts (en particulier le thème récurrent de l’attente) entre l’Afrique du Nord et l’Afrique sub-saharienne, nous rappelle que, dans le contexte nord-africain, la catégorie « jeunes hommes », correspond à un statut durable de subordination défini par la non-détention en propre d’une terre ou d’une maison, et qu’un « jeune » peut avoir dépassé l’âge de la jeunesse.

2. Des jeunes, des cadets et des générations : retour sur quelques concepts élémentaires

23Jeune(s) et jeunesse(s), désignations labiles, incantatoires parfois, dont les contours flous et passe-partout favorisent la large diffusion, circulent dans un enchevêtrement de notions voisines et de concepts tenus parfois pour synonymes que le moment est venu de préciser.

  • 7 Durham, 2000 ; Peatrik, 2001, 2003a ; Han et Antrosio éd., 2015 ; cf. infra : partie 3.

24La jeunesse, en allant au plus simple, désigne un âge de la vie différencié des autres âges (enfance, adulte, vieillesse), et le jeune désigne la personne caractérisée par les attributs distinctifs de la jeunesse. Ces catégories frappées d’évidence ne sont cependant ni universelles ni naturelles — le constat déjà ancien commence à être partagé7 — et c’est précisément autour de ces aspects que se noue une partie des problèmes analytiques.

25En Afrique, ce fut souvent souligné, l’âge de l’état civil — celui du nombre d’années écoulées depuis la date de naissance — n’a guère de sens, et cet âge qu’est la jeunesse, au même titre que les autres âges, est d’abord pensé en termes relationnels : on est plus âgé ou moins âgé que la personne considérée. En réalité, les choses ne sont pas aussi simples, mais il importe de commencer par cette dimension. Elle permet de mieux aborder la deuxième dimension : la composante catégorielle de la jeunesse et sa temporalité intrinsèque — probablement moins familière par les questionnements qu’elle recouvre — et qui trouve un prolongement dans la dernière dimension envisagée ici, à savoir la saisie par le point de vue de l’acteur, de ses projections et de ses attentes. Ainsi délimité, cet essai à caractère exploratoire ne vise pas l’exhaustivité : il dessine le périmètre ample dans lequel s’inscrit l’anthropologie des jeunes en Afrique et propose quelques problématiques clés, descriptives et analytiques.

Des cadets sociaux et des cadets

26Ces dernières décennies, les désignations jeunes et jeunesse ont peu à peu remplacé dans les études africaines, presque toutes disciplines confondues, la catégorie jusqu’alors très en vogue de « cadets sociaux » diversement indexés dans le français d’Afrique par les antonymes korocratie, grandfrèrisme, lesquels auraient pu donner le titre à ce développement. Un cadet n’est pas un jeune, et un jeune n’est pas d’emblée un dominé ou un dépendant, nous sommes d’accord, mais précisément il y a une proximité, sociale et conceptuelle, qui a permis le chevauchement et la substitution des deux notions et qui doit être scrutée.

27L’histoire ou la généalogie intellectuelle de cette mutation, révélatrice d’une inadéquation croissante des concepts avec les sociétés étudiées elles-mêmes en proie à des transformations, reste à écrire, mais elle transparaît dans nombre d’écrits (Le Meur, 2005 ; Dessertine, ce volume ; Montaz, ce volume ; Lamaison-Boltanski, ce volume ; Gaibazzi par Champy, ce volume). Retenons quelques jalons, propres à éclairer notre propos.

28On se souvient que la notion de « cadets sociaux », qui circulait déjà d’une manière ou d’une autre, a été théorisée par le politiste Jean-François Bayard (1979 : 233-281 ; [1979] 1985 : 325-326) dans son analyse de l’État au Cameroun : aux cadets de par leur position lignagère, écartés à ce titre des positions d’autorité et du contrôle des sources de revenus, furent agrégés d’autres exclus potentiels ou réels des sociétés africaines, femmes, jeunes, petites gens, travailleurs précaires, etc., d’où cette idée de cadets « sociaux », au pluriel, qui agrégeraient les petits et les laissés-pour-compte, au-delà des seuls cadets « familiaux ». Cet élargissement catégoriel aux limites mouvantes répondait au souci de qualifier la troupe des dépendants, des dominés, des subordonnés, des clients… en évitant de plaquer sur les réalités africaines les notions occidentalo-centrées, et alors inappropriées, de « classes sociales ».

  • 8 Ces rappels doivent faire sourire certains lecteurs, mais l’expérience — la nôtre en l’occurrence d (...)

29Pour en mieux comprendre les tenants et aboutissants, il faut revisiter ce qu’on entend en Afrique par cadet stricto sensu, c’est-à-dire le(s) cadet(s) de lignage, et revenir sur quelques notions de base dont certaines ressortissent à des savoirs très classiques et à des définitions élémentaires alors que d’autres doivent être explicitées8.

30Le lignage ou groupe de filiation (plus précis que l’habituel « groupe de descendance » transposé du descent group anglais) est largement représenté en Afrique, sans être toutefois universel, et c’est l’un des problèmes qui articule l’analyse de la jeunesse. Un lignage est un groupe social constitué sur une règle d’unifiliation, patrilinéaire ou matrilinéaire, tracée à partir d’un(e) ancêtre réputé(e) commun(e). Son organisation interne repose sur l’ordre de naissance des germains, et des demi-germains. L’aîné(e) (fils aîné ou fille aînée) est la pierre angulaire de l’ensemble, les suivants sont ses cadets. Le lignage en découle, dont les lignées se hiérarchisent en lignée aînée et cadette, prélude à une possible segmentation et à une dispersion.

31Cet ordre de précédence est immuable. Au fil du temps, cadets, puînés et benjamins, prennent de l’âge, vieillissent, et demeurent des cadets. Même devenu accompli, l’homme cadet demeure potentiellement un cadet. Des aménagements successoraux existent, le rapport du (des) cadet(s) à l’aîné et aux aînés peut se décliner de maintes façons (ainsi la succession adelphique), mais le principe de l’aînesse lignagère demeure. On comprend ainsi comment un jeune aîné n’est pas dans la même position, n’est pas promis à la même trajectoire qu’un jeune cadet, même si tous les deux sont passés par la case « jeunesse ».

  • 9 On touche ici à un autre point sensible de l’histoire intellectuelle des cadets en Afrique, animée, (...)

32De ces principes structurels qui sont autant de règles et de valeurs intériorisées par les acteurs, deux aspects au moins découlent. Les cadets, toujours plus nombreux que l’aîné ou les aînés, à mesure que la famille élargie se développe, sont dans un rapport de subordination durable : mobilisés dans le cadre de l’économie domestique, les cadets devront attendre leur tour pour accéder au mariage et à une position moins dépendante. On se souvient que Claude Meillassoux (1960, 1975), en quête de rapports de production sous la loupe du matérialisme historique, a théorisé cette organisation comme « mode de production domestique » ou encore « mode de production lignager », reposant sur l’exploitation de la force productive des cadets et de la force reproductive des femmes. Les débats, on l’imagine, ont été vifs et prolongés, avec notamment les théoriciens de la parenté et de l’alliance de mariage ou les représentants des divers courants du matérialisme historique9. Les générations suivantes de chercheurs africanistes ne se sont plus senties concernées par ces controverses, mais la notion de cadet social est demeurée un temps dans leur boîte à outils conceptuels.

33Par ailleurs, dans cette disjonction récurrente entre l’âge et le rang de naissance apparaissent, dans nombre de sociétés villageoises, des catégories ou des associations d’âge qui regroupent les jeunes d’un village ou d’un quartier, suivant un principe transversal aux appartenances lignagères. Ces groupes d’âge, qui se constituent et prennent des formes très diverses, combinant rituel initiatique, critère de résidence, loisirs, travail, et autrefois activité guerrière, ont particulièrement retenu l’attention des ethnologues. Agrégeant surtout des jeunes, et plus rarement les autres âges, ils ont été perçus comme une façon d’asseoir la cohésion sociale, du village ou encore celle de réseaux dont les membres sont dispersés, en contrecarrant les dynamiques de segmentation lignagère qui favorisent le départ et la sécession des cadets.

  • 10 Eisenstadt en son temps cherchait déjà à éclairer la crise de la jeunesse, en l’occurrence celle de (...)

34Là encore l’existence de ces classes de jeunes a suscité maintes analyses. Vues du point de vue du mode de production lignager, les classes et associations de jeunes renforceraient l’exploitation des cadets par les aînés. Ou alors, et ce fut l’apport théorique de Shmuel Eisenstadt (1954, 1956), les classes de jeunes viendraient compenser un défaut d’organisation familiale, ou une organisation familiale défaillante10. Ces deux positions ont été relativisées par un retour à l’ethnographie de terrain prôné par Denise Paulme (éd. 1971) qui fit apparaître toute la complexité des combinaisons lignages/classes d’âge, cela en Afrique de l’Ouest, il faut le souligner (Dugast, 1995). En effet, en Afrique de l’Est, lorsque prévalent les dynamiques des systèmes générationnels (Bernardi, 1985 ; Peatrik, 1995a et b), les dynamiques lignagères sont secondaires, voire inexistantes, nous y reviendrons.

35Cinq articles ici (Dessertine, Montaz, Iwilade, Lamaison-Boltanski, Champy à propos de Gaibazzi), cf. aussi Balac (2016), s’inscrivent dans ces problématiques et font apparaître à des degrés divers des continuités entre les anciennes associations d’âge et des formes contemporaines de regroupement des jeunes, des cadets bien souvent, nourries par l’éclatement des familles et la crise sociale. Des bandes de jeunes délinquants peuvent imposer leur règne dans le contexte paroxystique des guerres civiles, certes, mais leur existence ne signifie pas pour autant la disparition ou l’oubli des principes préexistants. La force de l’aînesse et de l’ancestralité se transforme et persiste, elle continue d’imprégner les esprits là où elle était valorisée, tissant une des toiles de fond de l’anthropologie de la jeunesse en Afrique (Marie, 1997 éd. ; Champy, 2016).

Des jeunes et des juniors

  • 11 L’emploi du terme « ancienneté » comme terme unique posait problème du fait qu’en français l’ancien (...)

36Dans des champs sémantiques proches au point d’être confondus, il faut maintenant examiner l’équivalence opérée dans le langage ordinaire et souvent dans le langage méthodique entre junior et cadet et son pendant relationnel senior et aîné, que la superposition de la séniorité avec l’aînesse vient parachever. Fruit d’une autre transposition d’un terme anglais qu’il parut commode d’utiliser, la séniorité (seniority) permettrait de penser dans un même mouvement et de désigner par un seul terme l’aîné et le senior : en somme d’opérer une forme de synthèse entre deux principes de précédence, celui du lignage et celui de la classe d’âge, l’ancienneté lignagère et l’ancienneté des classes d’âge, qui cohabiteraient au point de se superposer et de se confondre11.

37Cette tentative de synthèse dans l’anthropologie africaniste s’est nourrie de comparaisons entre Afrique de l’Ouest et Afrique de l’Est : dans ces dernières régions, l’analyse des systèmes générationnels progressait (Stewart, 1977 ; Baxter et Almagor éd., 1978) alors que la distinction entre lignage et système de générations n’était pas encore vraiment établie. La continuité apparente entre ces deux formes d’organisation semblait dès lors autoriser un rapprochement conceptuel suivant l’hypothèse de Dan Sperber en 1974 à propos des Dorzé d’Ethiopie. Cette fusion, qui reposait sur une méprise, fut reprise dans un collectif, paru dix ans après, traitant de l’âge et du pouvoir en Afrique :

Il est une séniorité ouverte, ou relative, connotée par la relation père/fils ; elle marque une supériorité à l’avantage du premier, mais elle laisse libre l’accès à cette dernière par la promotion des générations – c’est-à-dire du second terme. Il est une séniorité fermée, ou absolue, désignée par la relation aîné/cadets ; elle établit une supériorité sans recours au profit du premier terme, et le terme défavorisé n’a d’issue que dans les pratiques (de sécession) et les manipulations (des chartes généalogiques) qui lui permettent de changer de position (Balandier, 1974 :106-107 ; cité par Abélès et Collard éd., 1985 : 11).

  • 12 Au point peut-être d’avoir induit en erreur Sperber (1982 : 11) qui eut Balandier comme mentor en a (...)
  • 13 L’année 1985 est en effet une année particulière, charnière peut-être. Vingt ans se sont écoulés de (...)

38Dans cette formulation élégante, extraite du chapitre II d’Anthropo-logiques intitulé « Pères et fils, aînés et cadets », Balandier (1974 : 63-111), parlant de l’Afrique lignagère, introduisait la confusion avec l’Afrique des systèmes générationnels12. La relation père/fils du lignage, en dépit de leur ressemblance, est bien différente de la relation pères/fils des classes générationnelles. Le chapeau commun de la « séniorité » — nuancée pourtant par les épithètes « ouverte » ou « fermée », Balandier reste prudent ! — opéra une fausse synthèse qui se diffusa par ce collectif au demeurant fort intéressant qui, signe des temps probablement, tentait de penser l’« âge », toutes définitions confondues, au regard du pouvoir, quels que soient ses modes d’existence institutionnels, dans toute l’Afrique13.

  • 14 Primaire au sens de prépondérant (Bernardi, 1985). Des combinaisons existent bien sûr, mais il s’ag (...)

39Rappelons qu’un jeune/junior devient, au fil du temps, un senior ou un ancien ou un vieux ou un vieillard. Partant de là, soit on est dans un contexte lignager, soit on est dans un contexte de classes générationnelles. Le lignage est exclusif du rapport junior/senior au sens précis du terme : si le jeune devenu ancien est un aîné, il double la mise sur sa personne en quelque sorte ; si le jeune est un cadet, il est doublement subordonné dans sa jeunesse, et demeure dans sa vieillesse un ancien subordonné, à moins que son aîné ne décède. Bien sûr, les acteurs s’emploient à tirer sur ces ficelles, bien sûr des aménagements existent comme les associations d’âge évoquées ci-dessus, jusqu’à un certain point cependant au-delà duquel naît le conflit voire la rupture dans ce qui sont des institutions. Les systèmes de générations quant à eux — moins répandus mais décisifs en termes analytiques — sont structurés par la succession au pouvoir des classes générationnelles et le rapport senior/junior par lequel au fil du temps tout junior est appelé à devenir senior. Dans aucune société ces deux principes, exclusifs l’un de l’autre, ne peuvent être appliqués en tant que principe primaire d’organisation14. Si l’on s’en tient au sens précis des termes, ce qui est l’objectif recherché ici, un junior n’est pas un cadet, et un senior n’est pas un aîné, et la séniorité qui leur serait commune est une vue de l’esprit des analystes (Peatrik, ce volume, 1995a et b).

Des jeunes et des jeunes générations

40La génération, catégorie ô combien labile, vient donc de s’inviter dans ce périple des notions cousines. Cette dernière catégorie a fait une percée remarquable dans les études sur la jeunesse. Que se joue-t-il dans ce glissement des jeunes (une catégorie d’âge) à la génération (une autre sorte de catégorie) auquel les chercheurs ont recouru comme l’indiquent les titres des ouvrages évoqués au début de cet essai (cf. liste des ouvrages en note 1) ?

41Le déploiement à l’échelle de la génération ou le simple ajout d’une étoffe générationnelle donne une autre tournure aux jeunes et à la jeunesse, tout en continuant d’entretenir un certain flou dans les limites propice à l’intégration du plus grand nombre. Dès lors qu’il est envisagé comme une génération, l’agrégat de jeunes pensés comme électrons libres, souvent des cadets individualisés par la crise lignagère et familiale évoquée ci-dessus, se transforme en un grand collectif, en une totalité instaurée par l’idée de leur auto-engendrement. Leur proximité et leur identité se nourriraient aussi d’être ou d’avoir été jeunes au même moment, d’être ou d’avoir été les contemporains d’événements majeurs marquant leur période de formation, comme s’ils étaient sortis d’un même moule culturel et idéologique, d’une même école de la vie. Devenus « génération », les jeunes inscrits dans une temporalité à plusieurs dimensions gagnent une légitimité supplémentaire, idéologique mais aussi conceptuelle.

  • 15 Simultanément, voire en surimposition à d’autres modes de sociation et de structure sociale, comme (...)
  • 16 Dans l’histoire des études de la jeunesse, le Coming of Age in Samoa de Mead en 1928, réédité à de (...)

42Cette catégorie singulièrement polymorphe autorise maintes combinatoires. Elle permet tout d’abord de contourner les tiraillements conceptuels produits par la superposition cadet/junior/jeune dont on vient de voir de quels glissements subreptices elle est le fruit. Dans le même temps, elle inscrit la jeunesse et les jeunes en regard des autres générations, adjacentes et alternes, celles qui les ont précédés, et celles qui devraient suivre. Les jeunes ne sont pas d’abord pensés en tant que relevant de la même catégorie d’âge, mais dans les rapports générationnels qu’ils entretiennent, sans référence explicite à la famille, réputée anomique, et hors de la sphère des parents : on peut se dire d’une même génération sans aucune référence à un quelconque lien de parenté. Englobant ou diluant le critère du rang de naissance, la génération est porteuse d’un paradigme supplémentaire pour penser la commune appartenance, l’égalité, mais aussi la hiérarchie et la domination15. La jeune génération incarne en outre la régénération du corps social et, par là même, le possible « conflit » ou « fossé des générations », avatar par excellence de la modernité dont Mead ([1970] 1978) fut la grande prêtresse16.

  • 17 La jeunesse serait « éternelle », au sens d’un éternel retour, ce qui en fait un piètre candidat po (...)

43La génération présente aussi l’immense avantage conceptuel d’être une catégorie transfrontalière, alors que la jeunesse l’est dans une moindre mesure car elle manque d’historicité17. Certains événements marquants internationaux ont touché à vie ceux qui étaient jeunes au même moment (Newman, 1996 ; Cole et Durham éd., 2007 : 1-28). Par-là, la génération est devenue un vecteur privilégié pour penser la mondialisation ou la globalisation, celle portée par le capitalisme ou le libéralisme (Comaroff et Comaroff, 2000, 2005), ou encore les mobilisations politiques : mobilisations historiques (Burgess, 2005b) ou contemporaines (Kagwanja, 2005 ; Maupeu, 2012 ; Pontiggia, ce volume). L’un des ressorts analytiques de l’essai d’Alcinda Honwana (2012) sur la mobilisation politique de la jeunesse en Afrique et dans le monde arabe musulman (et même ailleurs) repose précisément sur la notion transnationale de « génération en attente » (waithood generation), celle des jeunes en panne d’accomplissement et de passage à l’âge adulte, nous y reviendrons.

  • 18 Nous renvoyons à la riche synthèse sous la direction de Marie-Claude Smouts (éd. 2007), à la fois d (...)

44Le constat est loin d’être neutre, car il reflète et renvoie à des débats qui ont marqué les études africaines et les traversent encore. Autant les cadets sociaux paraissent avoir perdu de leur attrait analytique, comme s’ils étaient associés à une phase révolue des sociétés africaines, de la décolonisation et des premières années des indépendances (cf. note 13), autant les notions de jeune et de jeune génération se sont diffusées ces vingt dernières années, en tant que catégories emic et etic, descriptives et analytiques, comme si elles paraissaient plus adéquates pour penser les situations post-coloniales et les nouvelles dominations (Comaroff et Comaroff, 2000 : 109, 2005 : 28). Loin de nous l’envie de trancher dans ces débats18. Il nous a paru important de capter la circulation des concepts — des concepts nomades pour suivre Stengers (éd. 1987) et Bourdieu (2016) — qui gravitent autour de la « jeunesse » en Afrique, catégorie dans laquelle se diffractent toutes les tensions politiques et analytiques qui traversent les sociétés africaines contemporaines, et dont l’intelligibilité conditionne la capacité à définir de nouveaux objets de recherche.

  • 19 Les éditeurs scientifiques des ouvrages consacrés aux générations en Afrique s’y sont chacun employ (...)

45Il faudrait plus qu’un article pour circonstancier et démêler toutes les occurrences de la génération mobilisées ci-dessus19 : par exemple, la génération historique — celle de l’Ajustement structurel par Mazzocchetti via Champy, celle de Soweto par Gukelberger, ou encore la génération tichumera par Rasmussen, ou les récits générationnels de Pontiggia dans ce volume — qui ne recouvre pas exactement les générations-cohortes des démographes et de l’analyse longitudinale (Antoine et al., 2001), tout en s’en approchant. Quant aux publicistes et aux politiques, les différents Pères de la nation, entre autres exemples, n’ont pas manqué de comprendre tout l’intérêt du « faire génération » et de cultiver la génération comme « lieu de mémoire » (Nora, [1992] 1997 ; Arnaut, 2005 ; N’Guessan, 2015 ; Gukelberger, ce volume). En remontant au temps des décolonisations, en Ouganda par exemple (Summers, 2010), la valence de la génération paraissait inversée : on a ainsi parlé de « peuple enfant » et de crise de croissance de la jeune génération de ce « peuple adolescent » pour évoquer les peuples accédant à l’indépendance, scénario qui prolonge le récit des « âges » de l’humanité propre à l’évolutionnisme du xixe siècle. Mais la génération connaît d’autres modalités d’existence en Afrique, d’ordre institutionnel, qui peuvent s’enchevêtrer avec les jeunes générations imaginaires présentées ci-dessus : la génération coutumière des systèmes générationnels est-africains (Peatrik, 2003b, ce volume ; Marmone, ce volume ; Straight, ce volume), la génération classificatoire des terminologies de parenté et la génération généalogique à la base du groupe de filiation et de l’aînesse par lesquels nous sommes entrée en matière.

3. Les jeunes comme catégorie d’âge

46La jeunesse envisagée non plus comme position relative mais comme catégorie dans une série de catégories d’âges de la vie permet d’opérer un décentrement significatif et d’accéder à un autre point de vue, celui du corps et de la personne, la question de son avancée au fil du temps, l’importance des désignations et, simultanément, des délimitations. En bref, et pour aller directement à notre propos : la « jeunesse » n’existe pas dans le répertoire classique des langues africaines et, logiquement, le jeune comme personne caractérisée par les attributs distinctifs de la jeunesse, non plus. Et lorsque de tels termes se relèvent, leur présence résulte d’emprunts, au français ou à l’anglais le plus souvent. Que recouvre ce qui pourrait passer pour un nominalisme radical ?

Catégorisations

47Ni en maa, la langue des Samburu (Marmone, ce volume ; Straight, ce volume), ni en kimeru (Peatrik, ce volume) n’existent de termes qui traduiraient ce que les Occidentaux entendent par enfant, jeune, adulte. Cela vaut pour les Malinke (Dessertine, ce volume), et pourrait être étendu, entre autres exemples en Afrique de l’Ouest, aux Wolof (Rabain, 2003), aux Dogon (Jolly, 2003), ou encore aux Gouro (Haxaire, 2003)… La liste est loin d’être limitative. Pour en juger, il faudrait disposer de l’ensemble des termes désignant les âges de la vie : du côté des hommes et du côté des femmes, ce qui permettrait de corriger l’asymétrie de genre créée jusqu’à présent par les études qui portent majoritairement sur des garçons et des jeunes hommes (Champy, ce volume). Il ne faudrait pas non plus négliger les désignations propres à chaque groupe de statut lorsqu’une société donnée est composée de plusieurs de ces groupes.

48Les sociétés et les cultures africaines ont produit nombre de divisions d’âge, maintes échelles des âges de la vie, et précisément aucune ne recouvre d’emblée ce que les Occidentaux entendent par jeune et jeunesse. Les découpages sont ou étaient différents, et les délimitations mobilisaient (et mobilisent encore) des dispositifs très divers, allant des rituels les plus élaborés aux gestes les plus triviaux, en passant par les innombrables modalités territoriales et résidentielles (Wilson, 1951 ; Gabail, 2012 ; Dessertine, ce volume ; Iwilade, ce volume) et en n’omettant pas la riche palette des termes de référence et d’adresse, et les ressources sans limites de l’onomastique. Ces manières de faire reflètent et tout autant mettent en œuvre des ethnothéories des âges et de l’ontogenèse, c’est-à-dire des représentations locales du devenir et des composants du corps-personne, de sa conception à son développement, puis à son vieillissement et à sa disparition. La séparation établie par Marcel Mauss ([1936] 1968, [1938] 1968) — de façon fortuite mais en phase avec la dualité du corps et de la personne propre à l’Occident — est ici inopérante et crée même un obstacle dans l’analyse des jeunes, et de tout autre âge de la vie. On ne peut traiter de l’âge du corps sans parler de la personne qu’il incarne, et réciproquement, l’âge d’une personne n’est pas séparable de l’état de son corps. C’est là une donnée au fondement de l’anthropologie des âges de la vie. La personne individuelle, quelle qu’elle soit, est travaillée par le devenir de son corps au fil du temps, devenir lui-même conditionné par les modalités concrètes de l’existence, à l’œuvre dans une société et une culture, à un moment particulier et dans un lieu donné. L’enjeu est donc de définir de nouvelles unités d’analyse fondée sur le « corps-personne », comme le concept d’« ontogenèse » (Peatrik, 2003a), transposé de la biologie et retravaillé pour intégrer la composante culturelle.

  • 20 Ces aspects ont été abordés par mes vieux interlocuteurs, en 1986-1993, lors de mes enquêtes d’ethn (...)

49Dans ses grandes lignes, la courbe du développement de l’être humain (Homo sapiens) est partout la même, mais, dans le foisonnement des sociétés réellement existantes, la très grande variété des dispositifs rend manifeste le lien étroit entre la définition des âges et la société ou la culture ou la période historique considérées. Ainsi, la courbe de croissance de l’être humain, dont la particularité est cette longue dépendance du petit à l’endroit des adultes — et qui serait même, en termes évolutionnaires, à l’origine de l’allongement de la durée de la vie et de l’apparition des grands-parents —, est-elle particulièrement influencée par les contextes alimentaires et sanitaires. Le déploiement de la puberté est un bon exemple de ce conditionnement. Le phénomène est connu mais demeure insuffisamment analysé dans toutes ses composantes : les règles apparaissent chez les filles à un âge de plus en plus précoce, chez certaines plus que d’autres, alors que la puberté des garçons serait moins sujette à variations. A-t-on pris la mesure des conséquences de cette tendance mondiale, attestée en Afrique et dont les anciens se font d’ailleurs l’écho20 ? Le phénomène est repéré de longue date, et il est plaisant de rappeler que Van Gennep ([1909] 1981 : 93-125) a fait de la grande variabilité des signes de la puberté l’un des ressorts analytiques de ses rites de passage, élaborés il y a plus d’un siècle maintenant. Cette variabilité, dans ses manifestations et ses causes réelles ou supposées, est au fondement de l’anthropologie des jeunes et de la jeunesse, et le constat vaut évidemment pour l’Afrique et le reste du monde.

50Dans cette entrée par les catégories d’âge, parmi maintes orientations possibles, nous considérerons plus particulièrement la question de la caractérisation de la personne « jeune » et celle des limites d’âge.

Jeunesses et cultures jeunes

51Il faudrait s’attarder sur les attributs distinctifs de la « jeunesse » et creuser le thème que les sociologues ivoiriens G. Koné et al. (2017) ébauchent non sans humour dans leur article sur les jeunes et la terre dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire :

Nous faisons remarquer que, de façon émique, nous ancrons le concept de « jeune » dans le contexte de notre étude en pays neyo. En clair, le vocable « jeune » est défini en pays neyo par opposition à celui de « vieux ». Il renvoie aux générations qui, en raison de leur état de santé et surtout de leurs aptitudes athlétiques, supportent le déploiement d’énergie physique que nécessitent de longues marches souvent organisées le long des territoires villageois en vue notamment de la démarcation de leurs limites. Le concept de « vieux » ou d’« aînés » renvoyant aux générations dites fatiguées parce qu’elles ne peuvent plus trop se déplacer. Dans ce registre, tout Neyo est relégué au statut de « jeune » (peu importe l’âge biologique) tant qu’il est apte à effectuer ces exercices (2017 : 69).

52Entre conception du corps-personne et ontologie, cette caractérisation de la jeunesse n’est pas sans faire penser aux qualités requises dans les concours de travail agricole chez les Senoufo du nord de la Côte d’Ivoire étudiés par Marianne Lemaire (2009), dont les vainqueurs parmi les jeunes hommes incarnent par excellence la Force constitutive dans ces villages de cultivateurs valeureux ; ou encore aux Soninké (Gaibazzi par Champy, ce volume) qui valorisent les « mains caleuses » et la maîtrise des activités culturales, jugées être à la base de l’accomplissement des jeunes et de la maturation de la responsabilité. Dans un autre univers rural, cela fait écho à la définition du jeune à Madagascar : « Être jeune [tanora], c’est avoir la force de travailler la terre ! » : tanora, état qui suit l’âge de l’enfant impubère (zaza) et précède celui des anciens, « pères et mères » (raiamandreny) (Burnod et al., 2016). Sur un mode plus idéologique, et en tant que ressource politique au service de leurs revendications foncières, on pensera aux jeunes Bété de retour à la campagne (Montaz, ce volume) qui se réclament, dans leur adhésion à des sociétés de jeunesse, d’un idéal de participation aux travaux agricoles collectifs. Mais cette célébration de l’énergie juvénile par l’engagement dans le travail peut se transformer en son inverse lorsque des enfants et des jeunes confiés en apprentissage sont exploités par des artisans et des aînés qui abusent de leur position de patron (Viti, 2005, 2018 ; Agbu éd., 2009).

53S’agissant des sociétés est-africaines, plus conditionnées par l’économie pastorale, la « jeunesse » ressortirait à la valorisation équivoque des raids de bétail conduits par les « circoncis–guerriers » à l’instigation des jeunes femmes, leurs amantes, suivant des images sulfureuses co-construites à l’époque coloniale et marquées de la pruderie de la morale victorienne, liant séduction et encouragement à la violence (Straight, ce volume).

  • 21 Heald, [1989] 1998, 1999 ; Casajus éd., 2005 ; Houseman éd., 2008 ; Ocobock, 2017. L’initiation, et (...)

54Dans un registre plus sombre, plus implicite et rarement questionné, il faudrait s’arrêter sur les qualités prêtées aux « enfants », tôt engagés dans l’économie domestique, dont certains furent contraints de devenir des enfants combattants. Honwana (2006 : 41, 52) l’évoque furtivement : « In Angola and Mozambique, as in many other contexts, children are often portrayed as strong and resilient, as survivors who grow in difficult conditions », laissant entendre que ces qualités ne seraient pas étrangères à l’enrôlement sans scrupules, sous des atours initiatiques (ibid. : 49-74), auquel se livrent des chefs de guerre. La force et la résilience prêtées aux enfants et aux jeunes seraient-elles aussi en rapport avec leur capacité supposée de supporter la douleur et le recours aux châtiments corporels (Last, 2000 ; Archambault, 2009 ; Ocobock, 2012 ; Peatrik, ce volume) ? Que penser alors des situations où la résistance aux épreuves infligées est revêtue de qualités purgatives et formatives — en somme de certains processus initiatiques ? Quels défauts ou quels manques la violence et la souffrance sont-elles censées corriger chez les novices ? au point que l’enjeu au cœur de l’institution soit précisément la maîtrise du degré de violence exercée par les initiateurs pour que n’échouent pas le passage et la métamorphose ? La violence lorsqu’elle devient initiatique a maintes facettes, mais toutes questionnent les caractéristiques jugées intrinsèques du corps-personne du novice21.

55Dans le monde urbain contemporain, les catégories d’âge et leurs qualités distinctives se façonnent plutôt lors des interactions individuelles et langagières. De ces rhétoriques verbales et non verbales du quotidien, performées à des occasions et dans les lieux les plus divers, émergent des prototypes et des clichés particularisants, des embrayeurs stigmatisants ou valorisants, qui sont au cœur de la fabrique des âges et de la jeunesse : à la fois s’y commentent des comportements et s’énoncent des modèles ou des injonctions de se conformer aux attentes (Masquelier et Siran éd., 2000 ; Durham, 2004).

  • 22 « Arène d’âge » pour traduire ou transposer la notion de youthscape (Maira et Soep éd., 2004), au s (...)

56Ainsi Iwilade (ce volume) à propos des gangs de Columbia à Port-Harcourt montre-t-il comment deux représentations antagonistes : being young versus being youth, forgent les existences au sein d’arènes d’âge22 où s’affrontent et se construisent les pouvoirs. Dans ce contexte, being young signifie être un moins que rien, un cadet passif et dominé, un qui « n’en est pas », « n’appartient » pas aux gangs et aux milices. En réalité, ceux qui n’en sont pas, Jew man et Angels, représentent la grande majorité des jeunes hommes, alors que seule une fraction d’entre eux relève du being youth : être jeune au sens de faire le jeune, de sur-jouer la violence virile, d’« en être », d’appartenir à un groupe, de relever d’un quasi-statut — un statut acquis qui est un quasi-statut d’âge — et par là d’accéder aux réseaux de l’économie clandestine. Ici pour certains « jouer au jeune » est devenu une ressource, situation qui n’est pas sans évoquer la culture nouchi dont se revendiquent des jeunes urbains défavorisés d’Abidjan (Newell par Champy, ce volume), ou encore la trajectoire du « faire jeune » retracée par Lamaison-Boltanski (ce volume) au Burkina Faso : celle de marginaux qui, de parangons revendiqués du jeune irresponsable, se sont transformés en fer de lance d’une jeunesse exemplaire mue par une énergie mise au service de tous.

57Dans toutes ces occurrences, la « culture jeune » de ces jeunes hommes (lesquels flirtent parfois avec la quarantaine) est nourrie par les circulations transnationales sur des supports très variés de musique et d’images, étroitement imbriquées dans les valeurs locales, comme B. Weiss (2009) l’a montré pour la sociabilité des échoppes de coiffeur en Tanzanie. Pour élargir le spectre sociologique des images de la jeunesse, on pourrait évoquer les figures de jeunes urbains croqués par des caricaturistes dans la presse nationale au Kenya, étudiés par Georges Ogola (2006), dont certains très célèbres campent les déboires des parents modernes et les manières de faire des jeunes des nouvelles classes moyennes : la fille est appelée « The Investment », au sens d’une ressource à venir, dite aussi « bridewealth » en langage technique, car, plus une fille est diplômée, plus elle est valorisée dans le champ matrimonial ; quant à son frère appelé « Whispers Jr » à la manière anglo-saxonne, il préfère se surnommer « Ras Whispero » à la façon rasta et revendique le droit aux dreadlocks et de jouer au rude boy, histoire de défier des parents en quête d’honorabilité (Lamaison-Boltanski, ce volume).

  • 23 Cf. Galland ([1991] 2011 :42-45), Honwana (2012 : 85-88, 133-134), pour un historique de ce concept (...)

58L’analyse des représentations foisonnantes de la jeunesse et des productions des « cultures jeunes », qui élaborent explicitement des images de la jeunesse, pourrait fournir la matière à tout un chapitre et même un livre. L’étude des « sous-cultures juvéniles » ou encore des « cultures jeunes » et des manières de faire des jeunes, « le style jeune », sont en effet parmi les plus anciennes et les mieux établies dans le champ de la jeunesse urbaine, celle des sociétés industrielles et post-modernes23. Selon toute évidence, ces concepts, descriptifs et analytiques, ont bien circulé dans les études sur la jeunesse en Afrique. Faut-il y voir l’effet de la proximité d’âge fréquente des enquêteurs — des chercheurs débutants — et des enquêtés, qui facilite l’immersion et l’échange ? Très probablement (Champy, ce volume). Le fait que ces « cultures » se concrétisent dans des groupes et des lieux qui se circonscrivent aisément n’est pas non plus anodin. Enfin on décèle encore dans la « culture jeune » son sens initial et séduisant de contre-culture et de subversion de l’ordre établi, même si cette dernière dimension n’est plus toujours aussi évidente. Contre-culture rime bien en effet avec marginaux, voire « tribus », avec des guillemets. Dans le prolongement de ce registre, on arrive aux questions bien travaillées par les politistes de la « culture jeune » en tant qu’elle favoriserait l’engagement politique et/ou religieux (Lamaison-Boltanski, ce volume ; Lamont, 2010).

Jeunesse et âge calendaire

59Il faut maintenant considérer une autre dimension de la jeunesse, bien plus enfouie dans les pratiques et les représentations, que le foisonnement des images risquerait de masquer et qui concerne pourtant la catégorie « jeunes » en Afrique à plus d’un titre, à savoir l’âge calendaire et ses effets rampants.

  • 24 Cf. à ce propos le très stimulant article de Boris Samuel (2016), ou encore Cabane et Tantchou éd. (...)

60Toute étude sur les jeunes et la jeunesse en Afrique est introduite par les ordres de grandeur démographiques — la nôtre ne déroge pas à cet usage — suivis ou non d’envolées catastrophistes ou optimistes. Au-delà des jugements contradictoires que ces nombres recèlent, leur statut sur la production des connaissances est rarement interrogé par les non-démographes qui étudient les « jeunes » en Afrique, révélant la présence d’une bien curieuse barrière disciplinaire. Il ne s’agit pas ici de rouvrir le vaste dossier de la politique des grands nombres (Desrosières, 1993) et de la construction des statistiques au niveau des États24, mais d’inciter à un dialogue plus serré avec les démographes qui ont développé une réflexivité croissante à l’endroit de leurs instruments et de leurs échelles d’analyse (Golaz et al., 2016 ; Héran, 2018) et produisent des recherches dont pourraient s’inspirer plus directement les anthropologues en quête de jeunes et de jeunesse en Afrique. Parce que les démographes ont besoin de données sur l’« entrée dans la vie reproductive », et que, partant, ils s’intéressent à cette phase particulière de l’existence humaine, ils produisent des matériaux éclairants sur l’apparition de l’âge de la jeunesse.

  • 25 Entre autres exemples, l’invention au tournant des xixe et xxe siècles, en Europe et aux États-Unis (...)

61Cette affaire se noue en Occident. Les investigations pionnières de Philippe Ariès ([1960] 1973) sur le sentiment de l’enfance ont ouvert la voie à maints travaux en histoire, en anthropologie, en politologie et en sociologie, qui ont montré l’historicité de la définition de la jeunesse, et la variation des catégorisations et des limites (Pellegrin, 1981 ; Zelizer, 1985 ; Percheron et Rémond éd., 1991 ; Fabre, 1996 ; Galland, [1991] 1997)25. Or, ce passé éclaire directement la trajectoire en Afrique de la catégorie « jeune » et de son complément, l’âge de naissance, deux concepts arrivés dans les bagages et — en se jouant de l’anachronisme — dans le logiciel du colonisateur.

  • 26 « Âge chronologique » car l’année de naissance permet de dater un événement survenu à une personne (...)
  • 27 Pour mémoire, rappelons que des computs calendaires existaient (ou existent encore) dans l’Afrique (...)

62La « jeunesse » et ses limites d’âge « anniversaire » sont un dispositif intellectuel et politique bien particulier (Peatrik, 2003a ; Schmitt, 2007). L’âge calculé en nombre d’années à partir de la date de naissance, parfois appelé âge chronologique26, suppose que ladite date soit mémorisée d’une façon ou d’une autre. L’état civil y pourvoit, mais, précisément, l’existence de cette administration est historiquement datée, comme l’est d’ailleurs le comput calendaire référence pour le calcul des années. L’année de naissance renvoie à un âge calendaire, indexé sur un point fixe universel, qui est différent dans sa logique de l’âge relatif propre à l’ordre de naissance, par exemple, différent aussi de l’âge porté par la catégorie d’âge ou de génération à laquelle l’individu appartiendrait. Les trois peuvent coexister, les êtres humains savent agencer des critères hétérogènes, jusqu’à un certain point cependant lorsqu’ils les utilisent à des fins pratiques27.

63En Afrique, les notions d’âge de naissance et d’état civil ont commencé à se diffuser à l’époque coloniale à partir des métropoles, pour des raisons administratives et fiscales de dénombrement et d’identification des indigènes ou des natives. Souvenons-nous de la taxe de « capitation », ou de son pendant britannique la « hut and poll tax », et de l’âge de 14 ans pour les garçons ou de 16 ans pour les filles qui traçaient la limite entre enfants et adultes, ou celle des 16 ans qui autorisait les garçons à partir travailler, dans les colonies britanniques (Ocobock, 2017 : 2, 63 ; Ferme, 1998). Ces relevés, au début très approximatifs, faussés notamment par les ruses des administrés, devinrent de moins en moins erronés à mesure que se développèrent les techniques de recensement. Des colonies aux États indépendants, une même rationalité bureaucratique a perduré et s’est peu à peu développée (Cordell et al., 2010 ; Cordell, 2010).

64L’âge calendaire par le biais de l’état civil est ainsi devenu un outil de gouvernement des peuples comme cela a été le cas en Occident (Percheron et Rémond éd., 1991 ; Peatrik, 2003a ; Deschavanne et Tavoillot, [2007] 2009 : 165-175). La scolarisation et les institutions dédiées à la formation de la jeunesse en ont amplifié l’usage, et sa légitimité s’est renforcée lorsque les organisations internationales (l’Onu et ses divers organismes, et déjà auparavant la Sdn) ont à leur tour promu diverses politiques publiques de protection des « enfants » et des « jeunes » (Oms, Unicef), annonciatrices de l’« enfant onusien » ou encore de l’« enfant du développement » (Suremain et Bonnet, 2014 : 3-21).

Tableau des limites d’âges internationales

entité/instrument/organisation

âge

Secrétariat des Nations unies/Unesco/oit

jeunes : 15-24 ans

onu-Habitat (Fonds pour la jeunesse)

jeunes : 15-32 ans

Unicef/oms/fnuap

adolescents : 10-19 ans
jeunes individus : 10-24 ans
jeunes : 15-24 ans

Unicef/Convention des droits de l’enfant

enfants : âgés de moins de 18 ans

Charte africaine de la jeunesse

jeunes : 15-35 ans

Source : d’après Gastineau et Golaz éd., 2016 : 11.

65Les travaux des uns et des autres sont révélateurs de l’impact croissant de l’âge calendaire dans les modes d’existence des enfants et des jeunes en Afrique, sans que les chercheurs en aient d’ailleurs une conscience claire. Ainsi les recherches de Honwana sur les enfants-soldats ont-elles été enclenchées par le hiatus entre la limite des 15 ans établie au niveau international en 1977, pour différencier les « enfants » engagés de force des « enfants » engagés volontaires, et la limite des 18 ans, ajoutée en 1989, distinguant l’« enfant » (et les droits universels afférents) du « jeune » (Honwana, 2006 : 19-22, 31-40). Pontiggia (ce volume), à propos des jeunes hommes en Tunisie, témoigne en passant du subtil usage de l’âge calendaire par les divers protagonistes pour éviter de recourir à la désignation plutôt stigmatisante de « jeune ».

66Là encore, les interrogations commencent à se renouveler, comme en témoigne la recherche conduite en France par Adeline Perrot (2017) sur les migrants « mijeurs » — mot-valise tiré de mineur et majeur — qui se jouent de la limite des 18 ans et des bascules statutaires qu’elle occasionne et qui les qualifient ou non pour recevoir l’Aide sociale à l’enfance (ase).

  • 28 L’anr Piaf (Papiers d’identité en Afrique 2015-2019) devrait produire des matériaux inédits sur ces (...)

67La diffusion de l’âge de naissance, produit de l’âge calendaire et de l’état civil, s’accélère de nos jours, doublée parfois de l’identité biométrique, en lien direct cette fois-ci avec les processus électoraux et la démocratisation, au Kenya par exemple, où les décomptes frauduleux des voix sont de plus en plus débattus et combattus par le recours même à cette technique28.

  • 29 Mieux connu et reconnu est l’effet des recensements sur l’identité ethnique. En conduisant à déclar (...)
  • 30 L’invention, à des fins heuristique et pédagogique, de la pyramide des âges, qui représente la stru (...)

68Dans ce nouveau paradigme, propre à la rationalité bureaucratique contemporaine coloniale et postcoloniale, les instruments de la démographie ont participé à un effet bien involontaire mais significatif. L’année de naissance et l’année de décès sont au cœur de son dispositif d’analyse. La pratique de diverses modalités de dénombrement (Ohadike, 2006 ; Pison et Ohadike, 2006), la répétition des recensements au fil des décennies ont contribué à la diffusion de ces catégories29, tout comme, dans un autre registre, la figuration en strates des pyramides des âges30 a popularisé certains résultats. En bref, l’âge de la date de naissance est une innovation dont les effets se diffusent assurément, produisant de plus en plus d’effets de seuil fondés sur les limites calendaires.

  • 31 Au Burkina Faso, Anne-Emmanuèle Calvès (2007 : 342) rapporte, autre exemple, qu’entre 1998 et 2003, (...)

69Dans un article qui a marqué les études sur les jeunes en Afrique, Philippe Antoine et al. (2001), lors d’enquêtes conduites à Dakar, Yaoundé et Antanarivo, trois capitales alors en récession économique profonde, ont mesuré et mis en évidence, grâce à l’essor de la micro-démographie, l’attente croissante des jeunes pour entrer dans l’âge « adulte », c’est-à-dire satisfaire tour à tour aux trois conditions canoniques (en Occident) qui la marquent : l’obtention d’un emploi (autonomie économique), la conclusion d’un mariage et l’accès à l’autonomie résidentielle31. La dispersion des critères indicatifs du passage à l’« âge adulte », désormais dissociés et désynchronisés, recouvre un allongement du temps préalable et un réaménagement de la socialisation, définissant un nouvel âge de la jeunesse, dont les caractéristiques se rapprochent des autres jeunesses de la société globale (Calvès et al., 2006). Jennifer Johnson-Hanks (2002, 2006), à l’aide d’une méthodologie un peu différente lors d’enquêtes conduites au Cameroun auprès de jeunes filles et de jeunes femmes beti issues des couches moyennes urbaines et éduquées, constate la même dissociation des trois critères. Elle en tire des conclusions tournées vers la critique du cycle de vie conçu comme une succession d’étapes (Peatrik, ce volume), et vers la mise au jour du rôle de certaines valeurs qui orientent implicitement le choix de ces femmes : ce serait moins la jeunesse qui se rallongerait que les modalités d’accès à un certain statut honorable, toujours valorisé, qui se seraient modifiées.

70Faisant écho à ces conclusions, dans une recherche ultérieure conduite en milieu rural chez les Bwa (Mali), Véronique Hertrich (2013) constate à son tour que l’âge au premier mariage est sensiblement repoussé et que la période le précédant s’est modifiée. Appelée yaromu, cette phase autrefois placée sous le signe de l’insouciance et d’un quotidien partagé entre compagnes et compagnons d’âge, laissait en réalité les mains libres aux aînés qui s’activaient à conclure les alliances matrimoniales garantes de la reproduction des lignages. De nos jours, d’autres modalités sont apparues, marquant cet âge d’une gravité nouvelle. Les jeunes gens, garçons et filles, entreprennent désormais des migrations temporaires et repoussent de ce fait leur mariage. Confrontés à d’autres expériences formatrices, ils pèsent à leur retour de manière inédite dans les négociations d’alliance et sur la phase préparatoire au mariage, qui échappent de plus en plus aux aînés, sans pour autant que la valorisation du mariage ne décline chez ces jeunes gens. La sphère de l’aînesse villageoise a dû composer avec de nouvelles manières de s’y prendre pour vivre sa jeunesse et conclure une union.

  • 32 Cf. la note 20 sur les mariages précoces. De façon symétrique, sur un mode encore secondaire pour l (...)

71Les études de micro-démographie, voire de micro-économie, sur les régimes de nuptialité, la scolarisation (Grysole, 2018) et les biographies reproductives permettent ainsi d’objectiver les fluctuations des limites d’âge et les caractérisations d’un nouvel âge par là-même défini, la jeunesse32. Elles offrent la matière à relancer les études sur les processus du mariage, la dot et la compensation matrimoniale, et les nouvelles parentalités. On pourrait commencer de démêler, chez les « jeunes » par là définis, l’imbroglio de l’amour et de l’argent (Thomas et Cole, 2009 ; Stasik, 2016) qui pèse sur les affects et les rapports de genre, entre la quête d’autonomie et la quête amoureuse. Elles permettent de donner corps aux attentes de la jeunesse par l’étude in situ de leurs façons concrètes de réaliser leurs projets et d’inscrire leurs itinéraires.

72Enchevêtré avec d’autres critères, l’âge calendaire à la fois reflète et acte les modifications des limites qui concourent à l’instauration de catégories jeunes en Afrique. L’âge mesuré comme une accumulation d’années « anniversaire » induit un mode d’écoulement du temps qui se surimpose ou se substitue à d’autres manières de penser l’âge et l’avenir de la personne, son futur ou l’attente de ce qui peut advenir. C’est là assurément une piste prometteuse, que nous prolongeons de quelques jalons plus qualitatifs pour clore cet essai en anthropologie des jeunes en Afrique.

4. Jeunes, sujets, individus, acteurs

73La saisie des jeunes et de la jeunesse sous l’angle des statuts et des groupements, puis par la catégorisation des âges et du devenir du corps-personne nous a menée à la question des limites et aux modalités de la sortie de la jeunesse. Dans le prolongement de certains de ces éléments, envisagés sous une autre optique, nous abordons maintenant la question des intentions individuelles et de l’attente, dernier développement qui a suscité des analyses variées et parfois controversées, révélatrices de la singularité de cette catégorie que sont les jeunes et leurs jeunesses en Afrique.

74À nouveau se présente un nuage de termes et de concepts qui se surimposent sans être synonymes et que les auteurs utilisent tour à tour : le/la jeune personne considéré(e) comme un individu/sujet, doté(e) d’intentions, ou encore acteur/actrice doté(e) d’une agentivité, et qui ne serait pas seulement « agi(e) » par une position ou une appartenance catégorielle et la conformité attendue à des rôles et des attitudes : soit autant de catégories de la sociologie générale et de l’anthropologie comparative qui, de surcroît, ont pris des contours particuliers dans le champ des études africaines (Werbner éd., 2002). Bien consciente que la place manque dans le cadre de cet essai, nous ne tirerons que quelques fils exploratoires de cette problématique qui ressortit aussi à la question clé des individualismes en Afrique (Riesman, 1974 ; Peatrik, 2003a : 15-19) et ailleurs (Dumont, 1983 ; Ehrenberg, 2018).

75Sous des atours hétérogènes, les questions des attentes et des projections individuelles affleurent dans chacune des contributions. Ce sont les itinéraires rétrospectifs de militants en Afrique du Sud (Gukelberger, ce volume), les performances sur scène actualisées de jeunes Touareg (Rasmussen, ce volume), le parcours de citoyens « balayeurs » au Burkina Faso (Lamaison-Boltanski, ce volume), celui de jeunes hommes de retour en pays bété (Montaz, ce volume). On aurait là diverses figures individuelles de l’engagement politique qui viendraient enrichir le répertoire déjà bien fourni des mobilisations de la jeunesse. À cheval sur ces modalités politiques et celles plus prosaïques de la quête de ressources, il faudrait s’arrêter sur les intentions des jeunes hommes qui barrent les voies ferrées en Tunisie (Pontiggia, ce volume), celle des « jeunes » au Nigeria tentant d’accéder aux ressources des réseaux clandestins (Iwilade, ce volume), ou encore de guerriers samburu au Kenya poussés à entreprendre des raids de bétail (Straight, ce volume). C’est là une autre entrée, repérée et associée depuis longtemps à la jeunesse, à savoir le recours à la violence et aux débordements pour accéder à des ressources.

76D’autres modalités d’action, de manières de faire et de se projeter, cette fois-ci plus discrètes et pacifiques, se relèvent chez de jeunes villageois malinké (Dessertine, ce volume ; Gaibazzi par Champy, ce volume), des Bwa étudiés par Hertrich, plus largement les jeunes ruraux considérés par Gastineau et Golaz (éd. 2016), ou encore de jeunes urbains burkinabé étudiés par Mazzocchetti via Champy (ce volume), ou des jeunes filles camerounaises par Johnson-Hanks (2002, 2006). Enfin, il ne faudrait pas omettre le point de vue peu connu mais révélateur de cette forme d’individualisme propre aux systèmes générationnels est-africains et cette projection très avant dans le temps qu’ils recouvrent, celle des garçons Samburu et du repérage des futures personnes éminentes (Marmone, ce volume), ou la transposition de ces valeurs dans l’échelonnement de l’institution scolaire contemporaine (Peatrik, ce volume, 2003a).

77Cette multiplicité du statut du faire ou de l’agir des jeunes — questionnée non sans perspicacité par Durham (2008 : 151-178) qui s’étonne de l’ubiquité de l’expression agency of youth dans les publications anthropologiques — trouve d’abord à s’éclairer par une interrogation constitutive, selon nous, de la délimitation de la jeunesse et de la temporalité inhérente à cette catégorie. L’intention ou la capacité d’action prêtée à l’individu « jeune » seraient révélatrices de la présence de certains seuils qui conditionnent, implicitement ou non, les modes d’existence de ces âges.

Du discernement et de l’autonomie comme marqueurs d’âge

78Du côté de l’enfance, et associée au sortir de cet âge, se pose la question de la capacité d’agir et d’opérer un jugement que l’on peut attribuer au sujet grandissant : ici et ailleurs, maintenant et autrefois, on a parlé sous des vocables divers de l’« âge de discrétion » ou de l’« âge de raison » au sens de la capacité de discerner le bien du mal (Pivron et al., 1991), ou encore de l’imputation de la responsabilité des actes selon diverses limites, calendaires ou initiatiques : ainsi la limite de l’âge de la sexualité licite, celle de la grossesse autorisée, celle du mariage possible, la limite qui sépare les statuts de mineur et de majeur, d’enfant et de jeune… À chaque occurrence, les marqueurs diffèrent et coïncident rarement les uns avec les autres, indicatifs d’un premier foyer de tensions et d’incongruences qui, par exemple, sont au cœur de l’activité des tribunaux pour enfants. À l’autre extrémité de ce processus temporel, ce fut évoqué précédemment au travers des travaux des démographes, le seuil de la sortie de la jeunesse et du passage à l’« âge adulte » interroge à nouveau, mais sur d’autres bases, les critères de l’autonomie et de la responsabilité, la capacité de se passer de l’aide ou de s’émanciper de sa famille d’origine, de nouer de nouveaux rapports et de s’établir pour son propre compte. En filigrane ou plus explicitement, toutes les contributions dans ce volume évoquent la question de la sortie de l’enfance ou, plus souvent, la question ou l’anticipation de la sortie de la jeunesse et de l’entrée dans l’équivalent de l’âge adulte.

79Cette tension morale, mouvante au fil du temps et constitutive du cours de cette phase de la vie dite par nous « jeunesse », pourrait faire l’objet d’un traitement comparatif au titre de la possible universalité de cette problématique dans les sociétés humaines. Elle trouve une réalisation révélatrice dans les sociétés et les cultures d’Afrique du Nord et subsaharienne où l’on peut demeurer « jeune » au sens de mineur jusque dans l’âge mûr (Pontiggia, ce volume ; Jamous, 2015 ; Simenel, 2015), voire demeurer « enfant » en cas de subordination statutaire pérenne (Rasmussen, ce volume). Sous-jacente aux études des démographes déjà cités, elle est pressentie par certains socio-anthropologues. Ainsi Honwana, dont les travaux ont marqué ces dernières années le champ naissant des études sur la jeunesse en Afrique, effleure-t-elle cette idée qui se dégage lorsque l’on rapproche ses ouvrages.

80Du point de vue de l’anthropologie des âges existe une continuité méthodologique instructive, non commentée par l’auteur, que nous aimerions souligner entre l’« enfant-soldat » étudié au Mozambique et en Angola (Honwana, 2005, 2006) et le « jeune en attente » des métropoles africaines étudié dans quatre pays africains (Honwana, 2012, 2013), en ce sens qu’ils relèvent d’une élaboration identique du sujet jeune et d’une manière commune de penser les catégories d’âge. L’enfant-combattant, comme la désignation l’indique, est à la fois un enfant et un adulte. Les rituels, du fait de la guerre, n’ont pu être effectués, et la différenciation des rôles et des limites qu’ils opéraient entre l’enfance et l’âge adulte a disparu. L’indistinction des âges a rendu possible cette incongruence maximale que l’oxymore enfant-soldat désigne et rend pensable, et qui ouvre, constat supplémentaire, à la double caractérisation de « victime » de la violence des adultes qui devraient les protéger, et de « coupable » d’exactions qu’ils ont dû se résoudre ou consentir à commettre. À l’autre bout de la séquence, les jeunes urbains de la waithood generation sont quant à eux confrontés à une condition d’âge inverse de celle des enfants-soldats. Ils ne sont plus enfants et pas encore adultes, ils n’auraient en somme pas d’âge — soit une autre façon de caractériser la jeunesse — et campent dans une phase liminaire qui a tendance à se prolonger. Mais au-delà de cette inversion, le parallèle se poursuit : eux aussi sont des jeunes pensés implicitement en rupture avec la coutume, des victimes de la crise économique précipitée par les politiques d’ajustements (Honwana, 2012 : 5), et des acteurs engagés dans diverses tactiques de débrouillage.

81Dans les deux cas, ces figures de la jeunesse ont partie liée avec la « globalisation » produite par la circulation de cassettes, par la radio puis les réseaux sociaux et l’Internet, qui ont véhiculé une culture de la violence et une culture jeune mondialisée : ainsi, les clichés à la Rambo et l’imaginaire de scènes guerrières qui ont modelé le comportement des enfants-soldats au Sierra Leone, au Mozambique ou en Angola (Richards, [1996] 1998 ; Ferme, 1998 ; Honwana, 2006 : 45) ou encore les soap operas et autres genres musicaux bien connus (hip-hop and co) qui imprègnent l’imaginaire globalisé des jeunes urbains (Honwana, 2012 : 90, 133-134).

  • 33 Le mot-valise « waithood », issu de « waiting for adulthood », a été forgé à l’instar du terme fran (...)
  • 34 À ce titre, ils sont redevables d’une anthropologie de l’affliction et de la guérison dont Honwana (...)

82Pour désigner ces états paradoxaux de « jeunesse », deux mots valises ont été forgés et mobilisés comme de bien utiles embrayeurs analytiques. Aux « child soldiers » ont répondu les jeunes de la « waithood generation », procédé qui permet de capter les tensions inhérentes constitutives de ces catégories d’âge singulières, indicatives d’un trouble dans l’écoulement du temps : à la fois enfant et adulte d’un côté, ni enfant ni adulte de l’autre33. Définis par une distorsion de la temporalité, les représentants de ces catégories d’âge bâties sur l’incongruité s’inscrivent, caractéristique supplémentaire, dans la catégorie des dominés et des victimes34. Mais, tous deux positionnés en termes de domination, ces sujets dominés aux âges singuliers n’en sont pas moins acteurs. Ils le sont toutefois de manières différentes.

  • 35 Rappelons que c’est nous, bien évidemment, qui utilisons ce concept. « Status » au sens des élément (...)
  • 36 La diffusion étonnante des analyses de Michel de Certeau — auteur qui a réfléchi sur la domination, (...)

83Pour éclairer l’incongruence de status35 poussée à son maximum dans le cas des enfants-soldats, êtres des interstices à la fois victims and perpetrators, Honwana (2005, 2006 : 70-74) a convoqué un auteur qui a fait une percée remarquable dans le champ des études africaines : Michel de Certeau ([1980] 1990) historien de l’Époque moderne auquel on doit la notion (empruntée au langage militaire formalisé par Clausewitz) d’« acteur tactique », au sens de la tactique que déploient les individus en situation de domination, sans stratégie possible autre que la subordination et l’obéissance, mais non dénués d’une capacité d’action tactique (“agency of their own”), celle qui est à la portée des faibles et des petites gens (Scott, 1985), ici transposée aux enfants-soldats36. Quant aux jeunes urbains, l’incongruence de leur situation est envisagée cette fois-ci sous le double éclairage de la culture de la débrouille — présentée comme la manifestation d’une « youth subculture » particulière, aspect déjà évoqué — et surtout de l’attente, dimension sur laquelle il faut maintenant nous arrêter.

L’attente, le propre de la jeunesse ?

84L’attente en tant qu’attitude caractéristique de la jeunesse est une notion qui a circulé comme une traînée de poudre parmi les spécialistes des mondes arabo-musulmans et sub-sahariens, au tournant des années 2010 (Rivoal, 2010, éd. 2015 ; Khosrokhavar, 2011). Elle serait le propre d’une jeunesse, nombreuse, sans perspectives de travail ou de mariage, vouée aux échappatoires (la culture de la débrouille), aux conduites délictueuses, à la révolte ou à l’enrôlement sous diverses bannières.

85Dans ce volume, diverses ethnographies ont conduit à nuancer ou à s’écarter de la vision, trop redevable à une sociologie des mobilisations, d’une « waithood generation », prête à s’enflammer, à l’exemple de la génération Soweto en 1976 (Gukelberger, ce volume) ou de la génération 1968 qui traverserait la jeunesse au nord et au sud du Sahara. Ici l’attente est apparue non comme synonyme d’ennui et de désœuvrement, mais comme moment actif de métamorphose (Dessertine, ce volume), parfois redevable d’une saisie phénoménographique des postures corporelles de l’attente et du repos (Dessertine, 2017). C’est encore l’attente des cultivateurs sédentaires qui recouvre une immobilité proactive (Gaibazzi par Champy, ce volume), ou encore l’impatience muée en violence pour tenter, très prosaïquement, de prendre son tour dans la file d’attente clientéliste de l’État tunisien et l’accès aux ressources (Pontiggia, ce volume).

86Les postures de l’attente se diffractent en un large éventail de figures qui vont de la mobilisation politique et religieuse (y compris les eschatologies et les utopies/dystopies) à des dispositions anticipatoires, affectives et cognitives, propres à l’esprit humain, en passant par diverses manières corporelles de marquer l’attente, ou encore d’anticiper le futur lors de l’esquisse ou de la mise en œuvre de projets économiques ou matrimoniaux, par exemple. Si l’on monte en généralité en prenant le point de vue de l’anthropologie des âges de la vie — le cadre de référence à l’origine de cet essai —, alors l’attente, soit une manière particulière de se projeter, pourrait s’envisager comme une temporalité inhérente à la jeunesse, en proie à la croissance du corps et à la perception incertaine de métamorphoses espérées et redoutées, soumise à des rythmes accélérés ou ralentis, entre précocité et retard (Peatrik, ce volume ; Le Courant, 2014). Il y a là assurément une piste prometteuse. L’identification des figures ultérieures du temps et des ressorts existentiels qui les sous-tendent offrirait des marqueurs originaux de chacun des âges suivants (Augé, 2014). Des évocations rétrospectives, à chaque fois changeantes de la jeunesse, viendraient ponctuer le temps à mesure que s’éloigne cette phase du commencement (Gukelberger, ce volume).

87En contrepoint, tant empirique que méthodologique et analytique, et en guise de bouclage de cette esquisse d’anthropologie des jeunes en Afrique, attachée à l’hypothèse d’une hybridation des cadres coutumiers et des réalités contemporaines, nous évoquerons brièvement un ouvrage bien connu qui a traité de jeunes en Afrique, mais ne s’est pas affiché comme tel. Il illustre d’une autre manière la grande variété des conditions intellectuelles faites à la « jeunesse ».

  • 37 Ce qui n’a d’ailleurs pas échappé à Michèle Dacher (1999) lorsqu’elle a fait le compte rendu enthou (...)

88Coordonnée par Alain Marie (1997), L’Afrique des individus est une recherche collective, en ce cas largement ouest-africaine et urbaine, qui s’est focalisée sur les effets des ajustements structurels, au travers du destin de témoins et acteurs étudiés par la méthode biographique des sociologues et des ethnographes37. Six études de cas en ont résulté, dont trois sont directement consacrées à des jeunes. Elles lient l’apparition de formes inédites d’individualisation à cette nouvelle phase de l’existence, laquelle n’est pas expressément qualifiée de « jeunesse » mais dont le constat dressé atteste la formation. Les résultats de cette recherche, par ailleurs bien connus, ont nourri nombre de travaux subséquents (ainsi Calvès et Marcoux éd., 2007 ; Mazzocchetti par Champy, ce volume). Privés assez brutalement des débouchés de la fonction publique, les étudiants diplômés à la sortie de l’université se sont retrouvés en nombre au chômage et dans l’impossibilité de rembourser ou de compenser les investissements consentis pour leurs études par les membres de leurs lignages. La difficulté croissante à répondre aux attentes et aux solidarités coutumières a provoqué de manière contradictoire le raidissement de l’autorité des aînés et la distension des hiérarchies lignagères. De plus en plus émancipé de subordinations lignagères devenant obsolètes, et après avoir fait sauter cette dernière entrave, le cadet serait devenu un électron libre préludant à la naissance du jeune et à l’affirmation d’autres formes de sociabilité. En réalité, le schéma est moins univoque. L’aînesse s’est aussi transformée, l’ancestralité a résisté et la dette a nourri les crises sorcellaires. Ici, l’individualisme procéderait d’un tiraillement jugé sans issue entre la « crise du sujet communautaire » et l’affirmation de l’individu singulier (Marie, 1997). Et c’est dans cette nouvelle phase dite jeunesse que ce virage indicatif de trajectoires inédites a été amorcé ou rendu le plus visible.

*

* *

89Au terme de ce périple exploratoire de la catégorie jeune en Afrique, que retenir de ce vaste champ en formation ? Le bilan peut paraître touffu et complexe, les chantiers multiples et dispersés, les pistes nombreuses et disparates, si l’on adopte le point de vue de la possibilité d’une anthropologie adopté ici, mais il est aussi prometteur et bien plus stimulant qu’auparavant.

90L’engouement que la catégorie jeune a suscité dans les médias et dans les institutions est révélateur des interrogations, populaires et savantes, sur les transformations cachées ou manifestes des sociétés africaines. Souvent égrenés comme un sous-texte en notes à cet essai, divers indicateurs ont conduit à revisiter cinquante années d’études africaines au cours desquelles s’est opéré presque subrepticement un changement de référent majeur. Au fil de ces décennies et de l’éloignement dans le temps du « moment » de la domination coloniale, la figure du jeune et ses diverses déclinaisons ont pris le pas sur la personne du cadet social et ses divers avatars, dans le sillage des recompositions lignagères et à l’ombre de la crise de l’aînesse et du sujet communautaire. Il y a là une première matière à creuser, à la fois dans le domaine de l’histoire et de l’actualité intellectuelles des études en Afrique, et aussi dans le bien-fondé empirique de cette substitution.

91On gagnera à scruter les (re)compositions à l’œuvre dans les nouvelles catégories d’âge de la jeunesse et dans la redéfinition d’anciennes. Les éléments de la position de cadet et/ou de junior se complexifient et se transmutent sous l’effet de la référence croissante à l’âge calendaire, par le truchement de la vie scolaire, des diverses politiques publiques, nationales et internationales, et de la bureaucratisation des États. La pragmatique des limites d’âge et le répertoire des désignations offriront un terreau privilégié pour l’observation ethnographique. De la même façon, il faudra systématiquement enrichir les données de la connaissance du versant féminin des questions d’âge, traité jusqu’à présent de manière trop épisodique ou alors sous des angles peu propices à la saisie des vies ordinaires de la jeunesse qui demeure l’objectif premier ici.

92Mise en circulation dans l’espace public en Afrique sous le double effet de la désignation politique et de la délimitation démographique, la catégorie jeune traduit tout autant la poussée inégale des âges de la vie et des générations successives. Elle reflète une croissance démographique agrégeant des situations familiales et des modalités d’existence de plus en plus diverses et inégalitaires, qui contribuent en retour à la fabrique par cohortes successives des jeunes et des nouvelles jeunesses selon des modalités inédites que les enquêtes devront examiner. Entre micro-démographie et micro-économie, et en conjuguant à bon escient la qualification des phénomènes et leur quantification, il faudra se confronter aux questions de la valence accordée à l’enfant grandissant et du nombre souhaitable d’enfants, de la place faite aux nouveaux jeunes, entre routines domestiques et nouveaux usages.

93Révélatrice de la percée inégale de nouveaux régimes d’autorité tant bureaucratique que familiale, et transversale à ces instances de pouvoir, la catégorie jeune s’appréhende également du point de vue du développement du corps-personne et de ses modes d’existence, que l’on pourrait subsumer dans le concept de « régimes d’accomplissement » dont de prochaines enquêtes devraient faire l’hypothèse. Outre que dans ces premiers âges un régime d’accomplissement ne peut être qu’une esquisse néanmoins déjà significative, ceux-ci bifurqueraient à des degrés variables selon les modes de subordination et les rapports de genre, en ce qu’ils ménagent ou non la possibilité d’un accomplissement pour toutes et tous. Il faut y insister : les âges de la vie, et la jeunesse plus particulièrement, peuvent n’être que des composantes triviales de la vie en société. Mais lorsque la catégorie jeune (ou tout autre catégorie d’âge) prend de l’importance, celle-ci doit être questionnée : en tant qu’elle pèse sur les modalités de la sociation, elle interroge l’ensemble de la structure sociale et la hiérarchie dont elle émane, et les dynamiques politiques qu’elle recouvre potentiellement.

94C’est l’un des mérites de l’approche transculturelle de la catégorie jeune, à l’origine de cet essai, que d’avoir fait apparaître certains ressorts impensés de la singularité du statut de la catégorie jeune en Afrique. Autant le « jeune » des mondes arabophones évoqué en introduction puise dans un lexème local et une catégorie émique qui offrent un tremplin à l’investigation descriptive et analytique, autant la catégorie des « jeunes » en Afrique relève d’une trajectoire bien différente, plus complexe et tout autant instructive dès lors que l’on se donne les moyens de la démêler.

95Le comparatisme, opéré d’une large aire culturelle à une autre, permet de tempérer les montées en généralité trop rapides, notamment l’idée selon laquelle la jeunesse ou les jeunes générations seraient des catégories transnationales par excellence dans notre monde globalisé. Bien sûr des traits communs se repèrent. La diffusion massive des « cultures jeunes » par l’industrie culturelle et des loisirs a ainsi contribué à la cristallisation d’une jeunesse portée comme un étendard globalisé, mais dont l’ethnographie révèle les variations locales. La poursuite de cette déclinaison transculturelle des jeunes et de la jeunesse, là où ces catégories manifestent une forme de saillance ou une valence particulière, donnera probablement des photographies originales du monde contemporain, au-delà des clichés rebattus de la mondialisation. On pense par exemple aux jeunes et aux jeunesses de l’ancienne aire soviétique, ou encore à ceux et à celles des mondes scandinaves. Des périples en quête de jeunes et de jeunesses dans les divers sous-continents asiatiques ne devraient pas manquer d’être fructueux… et il ne faudrait pas oublier les aires continentales ou insulaires, en Amérique dite latine et dans les archipels du Pacifique. Ce sera là une autre façon de donner corps à une anthropologie des jeunes dans le monde contemporain.

Haut de page

Bibliographie

Abbink, Jon et Kessel, Ineke van (éd.)
2005 Vanguard or vandals : Youth, politics and conflict in Africa (Leyde, Brill).

Abélès, Marc et Collard, Chantal (éd.)
1985 Âge, pouvoir et société en Afrique noire (Montréal/Paris, Presses de l’université de Montréal/Karthala).

Agbu, Osita (éd.)
2009 Children and youth in the labour process in Africa (Dakar, Codesria).

Alber, Erdmute, Geest, Sjaak van der et Reynolds Whyte, Susan (éd.)
2008 Generations in Africa : Connections and conflicts (Berlin, Lit) [Beiträge zur Afrikaforschung, 33].

Antoine, Philippe, Razafindrakoto, Mireille et Roubaud, François
2001 Contraints de rester jeunes ? Évolution de l’insertion dans trois capitales africaines : Dakar, Yaoundé, Antanarivo, Autrepart, 18 : 17-36 ; DOI : 10.3917/autr.018.0017.

Archambault, Caroline
2009 Pain with punishment and the negotiation of childhood : An ethnographic analysis of children’s rights processes in Maasailand, Africa, 79 (2) : 282-302 ; DOI : 10.3366/E0001972009000722.

Ariès, Philippe
[1960] 1973 L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime (Paris, Le Seuil).

Arnaut, Karel
2005 Re-generating the nation : Youth, revolution and the politics of history in Côte d’Ivoire, in J. Abbink et I. van Kessel (éd.), Vanguard or vandals : Youth, politics and conflict in Africa (Leyde, Brill) : 110-142.

Attias-Donfut, Claudine
1988 Sociologie des générations : l’empreinte du temps (Paris, Presses universitaires de France) [Le sociologue].

Augé, Marc
[1994] 2010 Pour une anthropologie des mondes contemporains (Paris, Flammarion) [édition revue et augmentée].
2014 Une ethnologie de soi : le temps sans âge (Paris, Le Seuil) [Points, Essais, 843].

Augé, Marc (éd.)
1975 Les domaines de la parenté : filiation, alliance, résidence (Paris, François Maspero) [Dossiers africains].

Awenengo Dalberto, Séverine et Banégas, Richard (éd.)
2018 Citoyens de papier en Afrique : des écritures bureaucratiques de soi en Afrique, numéro thématique de Genèses, 112.

Balac, Ronan
2016 Stratégies des jeunes dans une économie de plantation de l’Ouest ivoirien, Afrique contemporaine, 259 : 41-58 ; DOI : 10.3917/afco.259.0041.

Balandier, Georges
1974 Anthropo-logiques (Paris, Presses universitaires de France).
2007 Préface, in M.‑C. Smouts (éd.), La situation postcoloniale : les postcolonial studies dans le débat français (Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques) : 17-24.

Bardem, Isabelle et Gobatto, Isabelle
1995 Les femmes célibataires citadines face au Sida : une enquête à Ouagadougou, Journal des anthropologues, 60 : 33-39 [dossier : Anthropologie de la santé et de la maladie] ; DOI : 10.3406/jda.1995.1894.

Baxter, Paul et Almagor, Uri (éd.)
1978 Age, generation and time : Some features of East African age organisations (Londres, Hurst).

Bayart, Jean-François
1979 L’État au Cameroun (Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques).
[1979] 1985 L’État au Cameroun (Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques) [seconde édition revue et augmentée].
2010 Les études post-coloniales : un carnaval académique (Paris, Karthala) [Disputatio].

Bazin, Jean
1985 À chacun son Bambara, in J.‑L. Amselle et E. M’Bokolo (éd.), Au cœur de l’ethnie : ethnie, tribalisme et État en Afrique (Paris, La Découverte) : 87-127.

Bernardi, Bernardo
1985 Age class systems : Social institutions and polities based on age (Cambridge, Cambridge University Press).

Bois, Dominique, Rajaonah, Faranirina V. et Tisseau, Violaine (éd.)
2016 Jeunesses et dynamiques générationnelles xixe-xxie siècles (Madagascar, Mozambique, Afrique du Sud) (Paris, L’Harmattan) [Cahiers Afrique, 29].

Bonnet, Doris, Rollet, Catherine et Suremain, Charles-Edouard de (éd.)
2012 Modèles d’enfances : successions, transformations, croisements (Paris, Archives contemporaines).

Bonte, Pierre et Izard, Michel (éd.)
[1991] 2004 Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie (Paris, Presses universitaires de France) [Quadrige].

Bourdelais, Patrice
1993 Le nouvel âge de la vieillesse : histoire du vieillissement de la population (Paris, Odile Jacob).

Bourdieu, Jerôme
2016 Génération, in O. Christin (éd.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, t. 2 (Paris, Métailié) : 199-210.

Bourdieu, Pierre
[1978] 1984 La « jeunesse » n’est qu’un mot, in P. Bourdieu, Questions de sociologie (Paris, Éditions de Minuit) : 143-154.

Burgess, Thomas
2005a Introduction to youth and citizenship in East Africa, Africa Today, 51 (3) : vii-xxiv.
2005b Imagined generations : Constructing youth in revolutionary Zanzibar, in J. Abbink et I. van Kessel (éd.), Vanguard or vandals : Youth, politics and conflict in Africa (Leyde, Brill) : 55-78.

Burnod, Perrine, Rakotomalala, Heriniaina, Andriamanalina, Beby Seheno et Di Roberto, Hadrien
2016 Composer entre la famille et le marché à Madagascar, Afrique contemporaine, 259 : 23-39 ; DOI : 10.3917/afco.259.0023.

Burton, Andrew et Charton-Bigot, Hélène (éd.)
2010 Generations past : Youth in East African history (Athens, Ohio University Press).

Cabane, Lydie et Tantchou, Josiane (éd.)
2016 Mesurer et standardiser : les technologies politiques du gouvernement en Afrique, numéro thématique de Revue d’anthropologie des connaissances, 10 (2).

Calvès, Anne-Emmanuèle
2007 Trop pauvre pour se marier ? Crise de l’emploi urbain et entrée en première union des hommes au Burkina Faso, Population, 62 (2) : 339-359 ; DOI : 10.3917/popu.702.0339.

Calvès, Anne-Emmanuèle, Bozon, Michel, Diagne, Alioune et Kuépié, Mathias
2006 Le passage à l’âge adulte : repenser la définition et l’analyse des « premières fois », in P. Antoine et E. Lelièvre (éd.), États flous et trajectoires complexes : observation, modélisation, interprétation (Paris, Éditions de l’Ined) : 137-156.

Calvès, Anne-Emmanuèle et Marcoux, Richard (éd.)
2007 Sociétés africaines en mutation : entre individualisme et communautarisme, numéro thématique de Sociologie et sociétés, 39 (2).

Cartry, Michel (éd.)
1986 Calendriers d’Afrique, numéro thématique de Systèmes de pensée en Afrique noire, 7.

Casajus, Dominique (éd.)
2005 L’excellence de la souffrance, numéro thématique de Systèmes de pensée en Afrique noire, 17.

Certeau, Michel de
[1980] 1990 L’invention du quotidien, t. I : L’art de faire (Paris, Gallimard) [Folio, Essais, 146].

Champy, Muriel
2015 Ni enfants, ni adultes. Une lecture comparative de la « jeunesse » (Burkina Faso), Ateliers d’anthropologie, 42, en ligne : https://journals.openedition.org/ateliers/10024 ; DOI : 10.4000/ateliers.10024.
2016 Faire sa jeunesse dans les rues de Ouagadougou : ethnographie du bakoro (Burkina Faso), thèse de doctorat en anthropologie, université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Chauvel, Louis
1998 Le destin des générations : structure sociale et cohorte en France au xxe siècle (Paris, Presses universitaires de France).

Christiansen, Catrine, Utas, Mats et Vigh, Henrik E. (éd.)
2006 Navigating youth ; generating adulthood : Social becoming in an African context (Uppsala, The Nordic Africa Institute).

Cole, Jennifer et Durham, Deborah (éd.)
2007 Generations and globalization : Youth, age, and family in the new world economy (Bloomington, Indiana University Press).
2008Figuring the future : Globalization and the temporalities of children and youth (Santa Fe, New Mexico School for Advanced Research Press).

Collignon, René et Diouf, Mamadou (éd.)
2001 Les jeunes, hantise de l’espace public dans les sociétés du Sud ?, numéro thématique de Autrepart, 18.

Comaroff, Jean et Comaroff, John
2000 Réflexions sur la jeunesse. Du passé à la postcolonie, Politique africaine, 80 : 90-110 ; DOI : 10.3917/polaf.080.0090.
2005 Reflections on youth : from the past to the post-colony, in A. Honwana et F. De Boeck (éd.), Makers and breakers : Children and youth in Post-colonial Africa (Oxford, James Currey) : 19-30.

Coquet, Michèle et Macherel, Claude (éd.)
2013 Enfances : pratiques, croyances et inventions (Paris, CNRS Éditions).

Cordell, Dennis
2010 African historical demography in the postmodern and postcolonial Eras, in K. Ittmann, D. Cordell et G. H. Maddox (éd.), The demographics of Empire : The Colonial order and the creation of knowledge (Athens, Ohio University Press) : 22-58.

Cordell, Dennis, Ittman, Karl and Maddox, Gregory H.
2010 Counting subjects : demography and Empire, in K. Ittmann, D. Cordell et G. H. Maddox (éd.), The demographics of Empire : The Colonial order and the creation of knowledge (Athens, Ohio University Press) : 1-21.

Dacher, Michèle
1999 Compte rendu de : Alain Marie (éd.), L’Afrique des individus : itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey) (Paris, Karthala, 1997), Journal des africanistes, 69 (1) : 278-282.

D’Almeida-Topor, Hélène, Coquery-Vidrovitch, Catherine, Goerg, Odile et Guitart, Françoise (éd.)
1992 Les jeunes en Afrique, t. I : Évolution et rôle (xixe-xxe siècles), t. II : La politique et la ville (Paris, L’Harmattan).

De Boeck, Filip et Honwana, Alcinda (éd.)
2000Enfants, jeunes et politiques, dossier thématique de Politique africaine, 80.

Deschavanne, Éric et Tavoillot, Pierre-Henri
2007 [2009] Philosophie des âges de la vie : pourquoi grandir, pourquoi vieillir ? (Paris, Hachette Littératures).

Desrosières, Alain
1993 La politique des grands nombres : histoire de la raison statistique (Paris, La Découverte).

Dessertine, Anna
2017 Des êtres ensemble. Jeunes en attente en Guinée et au Maroc, in B. Haug, G. Torterat et I. Jabiot (éd.), Des instants et des jours : observer et décrire l’existence (Paris, Éditions Pétra) : 381-426.

Diouf, Mamadou
2003 Engaging post-colonial cultures : African youth and public space, African Studies Review, 46 (2) : 1-12 ; DOI : 10.2307/1514823.

Doyle, Shane
2010 Premarital sexuality in Great Lakes Africa, 1900-1980, in A. Burton et H. Charton-Bigot (éd.), Generations past : Youth in East African history (Athens, Ohio University Press) : 237-261.

Dugast, Stephan
1995 Lignages, classes d’âge, village. À propos de quelques sociétés lagunaires de Côte d’Ivoire, L’Homme, 134 : 111-157 ; DOI : 10.3406/hom.1995.369909.

Dumont, Louis
1983 Essais sur l’individualisme : une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne (Paris, Le Seuil).

Durham, Deborah
2000 Youth and the social imagination in Africa : Introduction to parts 1 and 2, Anthropological Quarterly, 73 (3) : 113-120 ; DOI : 10.1353/anq.2000.0003.
2004Disappearing youth : youth as social shifter in Botswana, American Ethnologist, 31 (4) : 589-605 ; DOI : 10.1525/ae.2004.31.4.589.
2008 Apathy and agency : the romance of agency and youth in Botswana, in J. Cole et D. Durham (éd.), Figuring the future : Globalization and the temporalities of children and youth (Santa Fe, New Mexico School for Advanced Research Press) : 151-178.

Ehrenberg, Alain
2018 La mécanique des passions : cerveau, comportement, société (Paris, Odile Jacob).

Eisenstadt, Shmuel
1954 African age groups : a comparative study, Africa, 24 (2) : 100-113.
1956From generation to generation : Age groups and social structure (New York, The Free Press).

Fabre, Daniel
1996 « Faire la jeunesse » au village, in G. Levi et J.‑C. Schmitt (éd.), Histoire des jeunes en Occident, t. II : L’époque contemporaine (Paris, Le Seuil) : 51-83.

Ferme, Mariane C.
1998 The violence of numbers : consensus, competition, and the negotiation of disputes in Sierra Leone, Cahiers d’études africaines, 150-152 : 555-580 ; DOI : 10.3406/cea.1998.1814.

Gabail, Laurent
2012 Morphologie sociale, initiation et danse dans un groupe de villages bassari (République de Guinée), thèse de doctorat en ethnologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Gaibazzi, Paolo
2015 Bush bound : Young men and rural permanence in migrant West Africa (New York, Berghahn Books).

Galland, Olivier
[1991] 1997 Sociologie de la jeunesse (Paris, Armand Colin) [3e éd.].
[1991] 2011 Sociologie de la jeunesse (Paris, Armand Colin) [5e éd.].

Gastineau, Béatrice et Golaz Valérie (éd.)
2016 Être jeune en Afrique rurale, dossier de Afrique contemporaine, 259.

Golaz, Valérie, Médard, Claire, Mwangi, Susan et Équipe M-PRAM
2016 Ouganda, les jeunes dans la région du lac Albert : attentes, revendications identitaires et nouvelles opportunités économiques, Afrique contemporaine, 259 : 95-114.

Golaz, Valérie et Sajoux, Muriel (éd.)
2018 Politiques publiques et vieillesses dans les Suds (Marseille, Laboratoire Population environnement développement), en ligne : http://www.lped.fr/les-impromptus-du-lped-4-politiques-publiques-et.html [Les Impromptus du LPED, 4].

Golaz, Valérie et Thibon, Christian (éd.)
2015 Enfants et jeunes hors les liens en Afrique de l’Est (Paris/Nairobi, Karthala/IFRA).

Gomez-Perez, Muriel et Leblanc, Marie-Nathalie (éd.)
2012 L’Afrique des générations : entre tensions et négociations (Paris, Karthala).

Gruénais, Marc-Éric
1985 Aînés, aînées ; cadets, cadettes. Les relations aînés/cadets chez les Mossi du centre (Burkina Faso), in M. Abélès et C. Collard (éd.), Âge, pouvoir et société en Afrique noire (Montréal/Paris, Presses de l’université de Montréal/Karthala) : 219-245.

Grysole, Amélie
2018 Private school investments and inequalities : negotiating the future in transnational Dakar, Africa, 88 (4) : 663-682 ; DOI : 10.1017/S0001972018000414.

Han, Sallie et Antrosio, Jason (éd.)
2015 Approaching youth in anthropology, Open Anthropology, A Public Journal of the American Anthropological Association, 3 (2), en ligne : https://www.americananthro.org/StayInformed/OAIssueTOC.aspx?ItemNumber=2567.

Haxaire, Claudie
2003 Âges de la vie et accomplissement individuel chez les Gouro (Nord) de Côte-d’Ivoire, L’Homme, 167-168 : 105-127 ; DOI : 10.4000/lhomme.21501.

Heald, Suzette
[1989] 1998 Controlling anger : The anthropology of Gisu violence (Oxford, James Currey).
1999Manhood and morality : Sex, violence and ritual in Gisu society (Londres, Routledge).

Héran, François
2018 Comment se fabrique un oracle : la prophétie de la ruée africaine sur l’Europe, La vie des idées, en ligne : https://laviedesidees.fr/migrations-afrique-prejuge-stephen_smith-oracle.html#page.

Hertrich, Véronique
2013 Freer unions, more complex itineraries ? Male premarital life in rural Mali, Journal of Comparative Family Studies, 44 (3) : 361-385 ; DOI : 10.3138/jcfs.44.3.361.

Hoggart, Richard
[1957] 2009 The uses of literacy : Aspects of working-class life (Londres, Penguin).

Honwana, Alcinda
2005 Innocent and guilty. Child-soldiers as interstitial and tactical agents, in A. Honwana et F. De Boeck (éd.), Makers and breakers. Children and youth in Postcolonial Africa (Oxford, James Currey) : 31-52.
2006Child soldiers in Africa (Philadelphie, University of Pennsylvania Press).
2012
The time of youth : Work, social change, and politics in Africa (Sterling, Kumarian Press).
2013Youth and revolution in Tunisia (Londres, Zed Book).

Honwana, Alcinda et De Boeck, Filip (éd.)
2005Makers and breakers : Children and youth in Postcolonial Africa (Oxford, James Currey).

Houseman, Michael (éd.)
2008 Éprouver l’initiation, dossier Systèmes de pensée en Afrique noire, 18.

Jamous, Raymond
2015 Être « jeune » dans le Rif oriental, Ateliers d’anthropologie, 42, en ligne : https://journals.openedition.org/ateliers/9973 ; DOI : 10.4000/ateliers.9973.

Jewsiewicki, Bogumil (éd.)
1998 Disciplines et déchirures : les formes de la violence, numéro thématique de Cahiers d’études africaines, 150-152.

Johnson-Hanks, Jennifer
2002 On the limits of life stage in ethnography : toward a theory of vital conjunctures, American Anthropologist, 104 (3) : 865-880 ; DOI : 10.1525/aa.2002.104.3.865.
2006Uncertain honor : Modern motherhood in an African crisis (Chicago, The University of Chicago Press).

Jolly, Éric
2003 Aux files des âges. Classes d’âge et générations dans cinq régions dogon (Mali), L’Homme, 167-168 : 67-104 ; DOI : 10.4000/lhomme.21497.

Kagwanja, Peter Mwangi
2005 Clash of generations ? Youth identity, violence and the politics of transition in Kenya, 1997-2002, in J. Abbink et I. van Kessel (éd.), Vanguard or vandals : Youth, politics and conflict in Africa (Leyde, Brill) : 81-109.

Khosrokhavar, Farhad
2011 La jeunesse dans le monde musulman. L’âge de l’exil intérieur, in A. Muxel (éd.), La politique au fil de l’âge (Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques) : 281-300.

Koné, Gnangadjomon, Ouattara, Ba Morou et Akindès, Francis
2017 L’autochtonie, la terre et les jeunes à Sassandra (Ouest-Côte d’Ivoire), Politique africaine, 148 : 69-88 ; DOI : 10.3917/polaf.148.0069.

Lamont, Mark
2010 Lip-synch gospel : Christian music and the ethnopoetics of identity in Kenya, Africa, 80 (3) : 473-496 ; DOI : 10.3366/afr.2010.0306.

Last, Murray
2000 Children and the experience of violence : contrasting cultures of punishment in Northern Nigeria, Africa, 70 (3) : 359-393 ; DOI : 10.3366/afr.2000.70.3.359.

Le Bris, Émile et Chauveau, Fanny (éd.)
1993 Jeunes, ville, emploi : quel avenir pour la jeunesse africaine ?, actes du colloque, Paris, 26 au 29 octobre 1992 (Paris, Ministère de la coopération et du développement/La Documentation française).

Le Courant, Stephan
2014 « Être le dernier jeune ». Les temporalités contrariées des migrants irréguliers, Terrain, 63 : 38-53 ; DOI : 10.4000/terrain.15490.

Legesse, Asmaron
1979 La mort du soleil : signes naturels, tabous et autorités politiques, in G. Francillon et P. Menget (éd.), Soleil est mort : l’éclipse totale de soleil du 30 juin 1973 (Nanterre, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative) : 245-276.

Lemaire, Marianne
2009 Les sillons de la souffrance : représentations du travail en pays senoufo (Côte-d’Ivoire) (Paris, CNRS Éditions/Éditions de la MSH).

Le Meur, Pierre-Yves
2005 L’émergence des « jeunes » comme groupe stratégique et catégorie politique dans la commune de Ouessè, Bénin, Afrique contemporaine, 214 : 103-122 ; DOI : 10.3917/afco.214.0103.

Lenski, Gerhard E.
1954 Status crystallisation : a non-vertical dimension of social status, American Sociological Review, 19 (4) : 405-413 ; DOI : 10.2307/2087459.

LeVine, Robert A.
2007 Ethnographic studies of childhood : a historical overview, American Anthropologist, 109 (2) : 247-260 ; DOI : 10.1525/aa.2007.109.2.247.

Magrin, Géraud, Dubresson, Alain et Ninot, Olivier
2016 Atlas de l’Afrique. Un continent émergent ? (Paris Éditions Autrement).

Maira, Sunaina et Soep, Elisabeth (éd.)
2004 Youthscapes : The popular, the national, the global (Philadelphie, University of Pennsylvania Press).

Marie, Alain
1997 Avatars de la dette communautaire. Crise des solidarités, sorcellerie et procès d’individualisation (itinéraires abidjanais), in A. Marie (éd.), L’Afrique des individus : itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey) (Paris, Karthala) : 249-328.

Marie, Alain (éd.)
1997 L’Afrique des individus : itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey) (Paris, Karthala).

Masquelier, Bertrand et Siran Jean-Louis (éd.)
2000 Pour une anthropologie de l’interlocution : rhétoriques du quotidien (Paris, L’Harmattan) [Logiques sociales].

Mauger, Gérard
2015 Âges et générations (Paris, La Découverte) [Repères 635].

Maupeu, Hervé
2012 Les jeunes et les élections au Kenya, in M. Gomez-Perez et M.‑N. Leblanc (éd.), L’Afrique des générations : entre tensions et négociations (Paris, Karthala) : 439-465.

Mauss, Marcel
[1936] 1968 Les techniques du corps, in Sociologie et anthropologie (Paris, Presses universitaires de France) : 365-386.
[1938] 1968 Une catégorie de l’esprit humain : la notion de personne, celle de « moi », in Sociologie et anthropologie (Paris, Presses universitaires de France) : 331-362.

Mazzocchetti, Jacinthe
2009 Être étudiant à Ouagadougou : itinérances, imaginaire et précarité (Paris, Karthala).

Mbembe, Joseph-Achille
1985 Les jeunes et l’ordre politique en Afrique noire (Paris, L’Harmattan).

Mead, Margaret
[1928] 2001 Coming of age in Samoa : A psychological study of primitive youth for Western civilisation (New York, Perennial Classics).
[1970]1978Culture and commitment : The new relationships between the generations in the 1970s (New York, Columbia University Press) [2e éd. enrichie].

Meillassoux, Claude
1960 Essai d’interprétation du phénomène économique dans les sociétés traditionnelles d’auto-subsistance, Cahiers d’études africaines, I (4) : 38-67 ; DOI : 10.3406/cea.1960.3679.
1975 Femmes, greniers et capitaux (Paris, François Maspéro) [Textes à l’appui].

Mendras, Henri
1975 Éléments de sociologie : une initiation à l’analyse sociologique (Paris, Armand Colin).

Newell, Sasha
2012 The modernity bluff : Crime, consumption and citizenship in Côte d’Ivoire (Chicago, The University of Chicago Press).

Newman, Katherine
1996 Ethnography, biography, and cultural history : generational paradigms in human development, in R. Jessor, A. Colby and R. A. Shweder (éd.), Ethnography and human development : Context and meaning in social inquiry (Chicago, The University of Chicago Press) : 371-393.

N’Guessan, Konstanze
2015 Fathers and children of Ivorian independence : metaphors of kinship and generation in the making of a national time, Africa, 85 (2) : 289-311 ; DOI : 10.1017/S0001972015000030.

Nora, Pierre
[1992] 1997 La génération, in P. Nora (éd.), Les lieux de mémoire, t. 2 (Paris, Gallimard) : 2975-3015 [Quarto].

Nyairo, Joyce et Kamaara, Eunice
2010 “Ruined lives”. An analysis of gender relations, youth sexual behavior, and Hiv and Aids in early Twenty-First-Century Kenya, in A. Burton et H. Charton-Bigot (éd.), Generations past : Youth in East African history (Athens, Ohio University Press) : 262-278.

Ocobock, Paul
2012 Spare the rod, spoil the colony : Corporal punishment, colonial violence, and generational authority in Kenya, 1897-1952, International Journal of African Historical Studies, 45 (1) : 29-56.
2017 An uncertain age : The politics of manhood in Kenya (Athens, Ohio University Press).

Ogola, George
2006 The idiom of age in a popular Kenyan newspaper seria, Africa, 76 (4) : 569-589 ; DOI : 10.3366/afr.2006.0075.

Ohadike, Patrick
2006 Attributing age in African censuses and surveys, in C. Sauvain-Dugerdil, H. Leridon et N. Mascie-Taylor (éd.), Human clocks : The bio-cultural meanings of age (Bern, Peter Lang) : 328-335.

Paulme, Denise (éd.)
1971 Classes et associations d’âge en Afrique de l’Ouest (Paris, Plon) [Recherches en Sciences humaines, 35].

Peatrik, Anne-Marie
1995a Introduction, L’Homme, 134 : 7-12 [n° thématique : A.‑M. Peatrik (éd.), Âges et générations : ordres et désordres].
1995b La Règle et le nombre : les systèmes d’âge et de génération d’Afrique orientale, L’Homme, 134 : 13-49 ; DOI : 10.3406/hom.1995.369906.
1999 La vie à pas contés : génération, âge et société dans les hautes terres du Kénya (Meru Tigania-Igembe, Kenya) (Nanterre, Société d’ethnologie).
2001 Vieillir ailleurs et ici : l’exemple des Meru du Kenya, Retraite et Société, 34 (oct.) : 151-165 [n° thématique : Images de la vieillesse].
2003a L’océan des âges, L’Homme, 167-168 : 7-23 [n° thématique : A.‑M. Peatrik (éd.), Passages à l’âge d’homme] ; DOI : 10.4000/lhomme.21476.
2003b Un paradigme africain, L’Homme, 167-168 : 271-284 ; DOI : 10.4000/lhomme.21540.
2006 Which complementarity between history and anthropology ?, Canadian Journal of African Studies, 40 (2) : 332-349
2013a Tuer pour engendrer : les agents d’une masculinité au long cours (Afrique de l’Est), Cahiers d’études africaines, 209-210 : 217-245 [n° thématique : C. Broca et A. Doquet (éd.), Masculin pluriel] ; DOI : 10.4000/etudesafricaines.17302.
2013b Kill to engender. Agencies of lifelong constructed masculinities (East Africa), Cahiers d’études africaines, 209-210 : 217-245.
2015a Un âge au prisme des stratégies intellectuelles : à propos de trois ouvrages sur la jeunesse dans le monde méditerranéen, Ateliers d’anthropologie, 42, en ligne : https://journals.openedition.org/ateliers/10032 [n° thématique : I. Rivoal (éd.), Les « jeunes » dans le sud de la Méditerranée. Ethnologie d’une catégorie singulière] ; DOI : 10.4000/ateliers.10032.
2015b Des jeunes hors-les-liens en Afrique de l’Est. Essais sur la vulnérabilité, in V. Golaz et C. Thibon (éd.), Enfants et jeunes hors les liens en Afrique de l’Est (Nairobi/Paris, IFRA/Karthala) : 13-21.
2019 A Complex polity : Generations, initiation, and territory, among the Old Meru of Kenya (Nanterre, Société d’ethnologie) [French ethnography in translation].
à paraître Par-delà un passé oblitéré, l’originalité des peuples du Kenya pré-colonial, in M.‑A. Fouéré et C. Thibon (éd.), Le Kenya contemporain (Nairobi/Paris, IFRA).

Pellegrin, Nicole
1981 Une fête de classe d’âge dans la France d’Ancien Régime : la Bachellerie de Châtillon-sur-Sèvre. Essai d’analyse, Ethnologie française, 11 (2) : 121-144.

Percheron, Annick et Rémond, René (éd.)
1991 Âge et politique (Paris, Economica).

Perrot, Adeline
2017 Les mijeurs exilés à l’épreuve du jugement. Une ethnographie des frontières d’âges et de statuts, thèse de doctorat en sociologie, Ehess Paris.

Pires Marques, Tiago
2010 Introduction, Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 23 [dossier : Michel de Certeau et l’anthropologie historique de la modernité] : 3-18.

Pison, Gilles et Ohadike, Patrick
2006 Errors and manipulations in age assessment, in C. Sauvain-Dugerdil, H. Leridon et N. Mascie-Taylor (éd.), Human clocks : The bio-cultural meanings of age (Bern, Peter Lang) : 313-336.

Pivron, Anne, Enders, Armelle et Caimari, Lila
1991 La police des âges dans l’Église catholique ou le miroir de la société moderne, in A. Percheron et R. Rémond (éd.), Âge et politique (Paris, Economica) : 15-38.

Pradelles de Latour, Charles-Henry
2018 Première et deuxième générations dans les familles d’immigrés africains en Île-de-France, Journal des africanistes, 88 (1) : 36-59.

Rabain, Jacqueline
1979 L’enfant du lignage : du sevrage à la classe d’âge chez les Wolof du Sénégal (Paris, Payot).
2003 Enfance, âge et développement chez les Wolof du Sénégal, L’Homme, 167-168 : 49-65 ; DOI : 10.4000/lhomme.21491.

Razy, Élodie
2007 Naître et devenir. Anthropologie de la petite enfance en pays soninké (Mali) (Nanterre, Société d’ethnologie).

Richards, Paul
[1996] 1998 Fighting for the rainforest : War, youth and resources in Sierra Leone (Oxford, James Curey).

Riesman, Paul
1974 Société et liberté chez les Peul Djelgôbé de Haute-Volta : essai d’anthropologie interprétative (Paris, La Haye, Mouton) [Cahiers de l’Homme, 14].

Rivoal, Isabelle
2010 Compte rendu de : Ghassan Hage (éd.), Waiting (Carlton, Melbourne University Publishing, 2009), L’Homme, 195-196 : 525-528.

Rivoal, Isabelle (éd.)
2015 Les « jeunes » dans le sud de la Méditerranée : ethnologie d’une catégorie singulière, numéro thématique de Ateliers d’anthropologie, 42, en ligne : https://journals.openedition.org/ateliers/9964 ; DOI : 10.4000/ateliers.9964.

Rivoal, Isabelle et Peatrik, Anne-Marie
2015 Les « jeunes » dans le sud de la Méditerranée : cadres conceptuels pour l’étude de sociétés sous tension, Ateliers d’anthropologie, 42, en ligne : https://journals.openedition.org/ateliers/9972 ; DOI : 10.4000/ateliers.9972.

Rochebrochard, Elise de la
1999 Les âges à la puberté des filles et des garçons en France. Mesures à partir d’une enquête sur la sexualité des adolescents, Population, 54 (6) : 933‑962 ; DOI : 10.2307/1534716.

Rollet, Catherine
2015 La Révolution française aurait-elle contribué à avancer l’âge de la puberté des filles ?, Ethnologie française, 154 : 607-620 ; DOI : 10.3917/ethn.154.0607.

Rosen, David. M.
2005
Armies of the young : Child soldiers in war and terrorism (New Brunswick, NJ, Rutgers University Press).

Samuel, Boris
2016 Étudier l’Afrique des grands nombres, Annales. Histoire, Sciences sociales, 71 (4) : 897-922.

Schmitt, Jean-Claude
2007 L’invention de l’anniversaire, Annales. Histoire, Sciences sociales, 62 (4) : 793-835.

Scott, James
1985 Weapons of the weak : Everyday forms of peasant resistance (New Haven, Yale University Press) [éd. française : La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne (Paris, Éditions Amsterdam, 2008)].

Sévédé-Bardem, Isabelle
1998 Précarités juvéniles en milieu urbain africain : « Aujourd’hui chacun se cherche » (Paris, L’Harmattan).

Simenel, Romain
2015 Les Dépravés de Dieu : une jeunesse marocaine sous l’influence du cheytan, Ateliers d’anthropologie, 42, en ligne : https://journals.openedition.org/ateliers/10017 ; DOI : 10.4000/ateliers.10017.

Singly, François de
2006 Les adonaissants (Paris, Armand Colin).

Smith, Stephen
2018 La ruée vers l’Europe : la jeune Afrique en route vers le Vieux Continent (Paris, Grasset).

Smouts, Marie-Claude (éd.)
2007 La situation postcoloniale : les postcolonial studies dans le débat français (Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques).

Sperber, Dan
1974 La notion d’aînesse et ses paradoxes chez les Dorzé d’Ethiopie méridionale, Cahiers internationaux de Sociologie, 56 (1) : 63-78.
1982 Le savoir des anthropologues : trois essais (Paris, Hermann) [Savoir].

Stasik, Michael
2016 Real love versus real life : youth, music and utopia in Freetown, Sierra Leone, Africa, 86 (2) : 215-236 ; DOI : 10.1017/S0001972016000024.

Stengers, Isabelle (éd.)
1987 D’une science à l’autre : des concepts nomades (Paris, Le Seuil).

Stewart, Frank H.
1977 Fundamentals of age-groups systems (New York, Academic Press)

Summers, Carol
2010 Youth, elders, and metaphors of political change in late colonial Buganda, in A. Burton et H. Charton-Bigot (éd.), Generations past : Youth in East African history (Athens, Ohio University Press) : 175-195.

Suremain, Charles-Edouard de et Bonnet, Doris
2014 L’Enfant dans l’aide internationale : tensions entre normes universelles et figures locales, Autrepart, 72 : 3-21 [n° thématique : L’enfant du développement] ; DOI : 10.3917/autr.072.0003.

Tcherkézoff, Serge
2001 Le mythe occidental de la sexualité polynésienne, 1928-1999 : Margaret Mead, Derek Freeman et Samoa (Paris, Presses universitaires de France).

Thiercé, Agnès
1999 Histoire de l’adolescence (1850-1914) (Paris, Belin).

Thomas, Lynn M. et Cole, Jennifer
2009 Introduction : Thinking through love in Africa, in J. Cole et L. Thomas (éd.), Love in Africa (Chicago, The University of Chicago Press) : 1-30 ; DOI : 10.7208/chicago/9780226113555.003.0001.

Tornay, Serge
2001 Les fusils jaunes : générations et politique en pays nyangatom (Éthiopie) (Nanterre, Société d’ethnologie).

Van de Velde, Cécile
2008 Devenir adulte : sociologie comparée de la jeunesse en Europe (Paris, Presses universitaires de France).
2015 Sociologie des âges de la vie (Paris, Armand Colin) [128].

Van Gennep, Arnold
[1909] 1981 Les rites de passage (Paris, Éditions Picard).

Varagnac, André
1948 Civilisation traditionnelle et genres de vie (Paris, Albin Michel).

Viti, Fabio
2005 Travailler pour rien : l’apprentissage en Côte d’Ivoire urbaine (Abidjan, Toumodi), Cahiers d’études africaines, 179-180 : 1037-1067 ; DOI : 10.4000/etudesafricaines.5738.
2018 Sous le regard de l’ethnologue : les rapports sociaux d’apprentissage (Sénégal, Côte d’Ivoire, Togo), Journal des africanistes, 88 (2) : 40-59.

Waller, Richard
2006 Rebellious youth in colonial Africa, Journal of African History, 47 (1) : 77-92 ; DOI : 10.1017/S0021853705001672.

Weiss, Brad
2009 Street dreams et Hip Hop barbershops : Global fantasy in urban Tanzania (Bloomington, Indiana University Press).

Werbner, Richard (éd.)
2002 Postcolonial subjectivities in Africa (Londres, Zed Books).

Wilson, Monica
1951 Good company : A study of Nyakyusa age-villages (Londres, Oxford University Press for International African Institute).

Winock, Michel
2011 L’effet de génération : une brève histoire des intellectuels français (Vincennes, Éditions Thierry Marchaise).

Zelizer, Viviana
1985 Pricing the priceless child : The changing social value of children (New York, Basic Books).

Haut de page

Notes

1 Liste indicative des ouvrages collectifs parus sur la jeunesse en Afrique depuis 2000 :
– 2000, Filip De Boeck et Alcinda Honwana (éd.), Enfants, jeunes et politiques (dossier), n° 80 de Politique africaine [publication en français de 6 articles sur les 12 articles du collectif anglophone 2005b]
– 2001, René Collignon et Mamadou Diouf (éd.), Les jeunes, hantise de l’espace public dans les sociétés du Sud ?, n° 18 de Autrepart [11 articles]
– 2005a, Jon Abbink et Ineke van Kessel (éd.), Vanguard or vandals : Youth, politics and conflict in Africa (Leyde, Brill) [13 articles]
– 2005b, Alcinda Honwana et Filip De Boeck (éd.), Makers and breakers : Children and youth in post-colonial Africa (Oxford/Trenton/Dakar, James Currey/Africa World Press/Codesria) [12 articles]
– 2006, Catrine Christiansen, Mats Utas et Henrik E. Vigh (éd.), Navigating youth ; generating adulthood : Social becoming in an African context (Uppsala, The Nordic Africa Institute) [10 articles]
– 2008, Erdmute Alber, Sjaak van der Geest et Susan Reynolds Whyte (éd.), Generations in Africa : Connections and conflicts (Berlin, Lit) [Beiträge zur Afrikaforsgung, Bd 33 ; 17 articles]
– 2010, Andrew Burton et Hélène Charton-Bigot (éd.), Generations past : Youth in East African history (Athens, Ohio University Press) [13 articles]
– 2012, Muriel Gomez-Perez et Marie-Nathalie Leblanc (éd.), L’Afrique des générations : entre tensions et négociations (Paris, Karthala) [21 articles]
– 2016, Dominique Bois, Faranirina V. Rajaonah et Violaine Tisseau (éd.), Jeunesses et dynamiques générationnelles xixe-xxie siècles (Madagascar, Mozambique, Afrique du Sud) (Paris, L’Harmattan) [Cahiers Afrique, 29 ; 12 articles].

Une partie de cette séquence chronologique n’est pas sans rapport avec le rôle joué par le codesria (Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique), basé à Dakar, structure de recherche semi-publique fondée en 1973 et financée entre autres par l’Onu et l’Unicef. Depuis 1994 existe le « Child and Youth programme », transformé en 2002 en Institut sur l’enfance et la jeunesse, à portée plus large donc, au sein duquel Alcinda Honwana a joué un rôle moteur. En 2003, le congrès annuel de la puissante African Studies Association est consacré au thème : « Youthful Africa in the 21st Century » (cf. Mamadou Diouf, 2003, et les témoignages des historiens Thomas Burgess, 2005a, et Richard Waller, 2006). L’essor des youth studies et des revues spécialisées s’inscrit plus largement dans le périmètre des development studies et des cultural studies qui, sous cette forme, se sont institutionnalisées principalement dans le monde académique anglo-saxon.

2 Muriel Champy (2015, 2016, ce volume) achevait alors sa thèse consacrée à une catégorie particulière d’« enfants de la rue » à Ouagadougou, les bakoroman, en réalité des garçons et des jeunes hommes, tout un programme en somme. Il parut judicieux de lui proposer de s’associer à cette entreprise, ce qu’elle accepta volontiers mettant sa diligence et sa perspicacité au service d’une livraison qui lui doit beaucoup, ce dont je la remercie amicalement.

3 Les études sur les enfants et l’enfance en Afrique, et ailleurs, se différencient sur ce point (Rabain, 1979 ; LeVine, 2007 ; Razy, 2007 ; Bonnet et al. éd., 2012 ; Coquet et Macherel éd., 2013). Les auteurs sont plus réflexifs, sur les questions de méthode notamment, car ils ont conscience que l’enfant et le petit enfant sont des sujets difficiles à appréhender, alors que ce jugement ne vient pas d’emblée à l’esprit lorsqu’il s’agit des jeunes, à propos desquels l’inverse même se constate : qui en effet ne se sentirait pas habilité à écrire sur cette expérience commune qu’est la jeunesse ? Cela étant dit, dans certaines situations, il est judicieux d’aborder la jeunesse par le biais de l’enfance et, parfois même, impossible de faire autrement.

4 Cela d’autant que, on le verra dans ce volume (Champy, ce volume), certains auteurs traitant de jeunes, ne se sont pas inscrits dans cette thématique, comme si cette indexation était vaine ou ambiguë du point de vue de la crédibilité scientifique. La stratégie de légitimation de cette nouvelle thématique de recherche lors du congrès de l’ASA en 2003 et le dispositif éditorial qui l’a accompagnée n’en paraissent dès lors que plus éloquents (cf. note 1).

5 Qu’il me soit permis de remercier ici les différents lecteurs dont les remarques et les suggestions m’ont invitée à creuser un questionnement dont les inévitables insuffisances incombent à moi seule bien évidemment.

6 C’est une coïncidence éditoriale : Alcinda Honwana (2012 : 139-163 ; 2013) dans son essai de sociologie de la mobilisation de la jeunesse en Afrique a jugé pertinent de conduire des enquêtes en Tunisie (Peatrik, 2015a), en complément de ses précédentes enquêtes au Mozambique, en Afrique du Sud et au Sénégal.

7 Durham, 2000 ; Peatrik, 2001, 2003a ; Han et Antrosio éd., 2015 ; cf. infra : partie 3.

8 Ces rappels doivent faire sourire certains lecteurs, mais l’expérience — la nôtre en l’occurrence dans cette livraison — montre que ces notions de base de l’anthropologie sociale ou de la sociologie en Afrique ont été perdues de vue. Or elles sont l’un des fondements de l’anthropologie des jeunes en Afrique : cf. Augé éd. (1975), Gruénais (1985), ou encore les entrées afférentes du dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie (Bonte et Izard éd., [1991] 2004), et Pradelles de Latour (2018) pour une revisite. Traitant de la migration d’Africains de l’Ouest en France, et du devenir des jeunes de la deuxième génération, ce dernier auteur ne peut éviter de brosser en de courts paragraphes un tableau préalable du monde lignager.

9 On touche ici à un autre point sensible de l’histoire intellectuelle des cadets en Afrique, animée, entre autres, par les divers marxistes ou marxiens qui ont occupé le devant de la scène académique francophone, et un peu moins anglophone : leurs débats et leurs désaccords ont porté leurs élans et leurs dissonances jusque dans la pratique de l’ethnographie, cela pendant une trentaine d’années, de la décennie des Indépendances à la fin de la Guerre froide. La deuxième édition de l’ouvrage de Bayart , grâce aux annexes de la fin du volume qui rassemblent les critiques suscitées par sa recherche, est un bon témoin de ces controverses ([1979] 1985 : 283-332).

10 Eisenstadt en son temps cherchait déjà à éclairer la crise de la jeunesse, en l’occurrence celle des années 1950 en Occident, en s’appuyant sur les sociétés coutumières africaines (1954), pour en tirer, à l’aide d’autres exemples tirés notamment des modèles alternatifs kibbutz/moshav au fondement de l’utopie sioniste, un modèle universel explicatif (1956). Cinquante ans après, et indépendamment, s’agissant cette fois-ci du sujet très sensible et fort médiatisé des enfants-soldats, autre catégorie d’enfants et de jeunes typiquement hors les liens du giron familial, David Rosen (2005) poursuit cette généalogie en rapprochant le cas des enfants combattants juifs en Europe et en Palestine (1920-1950), de celui des enfants combattants de Sierra Leone (1991-2001) et de ceux des territoires palestiniens à partir de 1969.

11 L’emploi du terme « ancienneté » comme terme unique posait problème du fait qu’en français l’ancienneté dénote d’abord l’âge et les précédences opérées par le vieillissement, dont on sait bien qu’elles ne sont pas celles de l’aînesse. D’où le recours à cet anglicisme qui autorisait un certain flou, et rendait possible cette fausse synthèse.

12 Au point peut-être d’avoir induit en erreur Sperber (1982 : 11) qui eut Balandier comme mentor en anthropologie sociale et publia son article sur les Dorzé dans les Cahiers internationaux de sociologie, dont Georges Balandier fut précisément l’un des directeurs.

13 L’année 1985 est en effet une année particulière, charnière peut-être. Vingt ans se sont écoulés depuis les indépendances. L’ouvrage collectif d’Abélès et Collard, Age, pouvoir et société en Afrique noire (1985), forme un bien intéressant triptyque avec l’ouvrage de Mbembe (1985) qui « lance » la question des Jeunes et de l’ordre politique en Afrique noire et fait lui-même écho à Bayart ([1979] 1985), dont la deuxième édition vient alors de paraître (cf. note 9). Dans ces années, le vocable « Jeunes » commence à faire mouche. Mbembe s’intéresse aux jeunes qui ont grandi depuis l’indépendance, cette nouvelle génération « qui n’a aucune mémoire de la colonisation […], ne se reconnaît ni dans les idéologies de la Négritude qu’elle dénonce, ni dans celle de l’authenticité qu’elle travestit dans le rire et le mépris. Le panafricanisme ne trouve pas plus de grâces à ses yeux » (1985 : 7). L’année 1985 marquerait la zone de partage entre, d’une part, le reflux de l’anthropologie d’inspiration structuro-fonctionnaliste, mêlée à des degrés divers de matérialisme historique, mais bientôt critiquée par la vague post-moderniste et post-coloniale ; d’autre part, la mise en chantier progressive de recherches sur les jeunes, objet d’actualité (Le Bris et Chauveau éd., 1993), tout juste légitimé par sa première mise en perspective historique (D’Almeida-Topor et al. éd., 1992) et les conséquences en Afrique de la chute du Mur de Berlin et du choc des ajustements structurels. Dans le même temps, et indépendamment, l’épidémie du sida, qui atteint un premier niveau d’alerte autour de 1985, contribue à l’essor de l’objet de recherche « jeunes et jeunesse » en Afrique, en tant que segment de la population particulièrement exposé, surtout dans sa composante féminine (Nyairo et Kamaara, 2010) : en témoignent par exemple les publications d’Isabelle Bardem (Bardem et Gobatto, 1995 ; Sévédé-Bardem, 1998) et son implication ultérieure dans la protection de l’« enfance » à l’Unicef (cf. note 1). Enfin, le triple numéro des Cahiers d’études africaines (Jewsiewicki éd. 1998) consacré à la montée et aux formes de la violence en Afrique offre un repère significatif dans la chronologie de la déstabilisation des États africains, dont l’émergence de l’« enfant-soldat » fut l’un des signes les plus médiatisés, alors que la figure de l’enfant de la rue, sous d’autres dénominations, est cernée dès les années 1950 (Champy, 2016 : 24). L’étude des jeunes en Afrique s’inscrit donc dans une vraie trajectoire historique, tant politique que conceptuelle et institutionnelle, souvent scandée par des générations intellectuelles successives, et ce lien, toujours actif sous des ressorts différents, doit être démêlé pour avancer dans ce projet d’une anthropologie des jeunes.

14 Primaire au sens de prépondérant (Bernardi, 1985). Des combinaisons existent bien sûr, mais il s’agit alors de modèles secondaires, où l’on passe de la notion de « classe » ou de groupe de générations ou d’âges systématiquement constitués, à celle de « catégorie » aux contours flous et aux applications moins strictes.

15 Simultanément, voire en surimposition à d’autres modes de sociation et de structure sociale, comme les rangs, les groupes de statuts (Rasmussen, ce volume ; Burgess, 2005b), les classes, les castes ou tout autre principe de hiérarchisation.

16 Dans l’histoire des études de la jeunesse, le Coming of Age in Samoa de Mead en 1928, réédité à de nombreuses reprises ([1928] 2001), attestant une liberté sexuelle chez les jeunes Tonga qui contrasterait avec l’éducation rigide reçue par les jeunes Américains, a été un jalon important, même si, bien après, la solidité de ses observations a été remise en question (Tcherkézoff, 2001).

17 La jeunesse serait « éternelle », au sens d’un éternel retour, ce qui en fait un piètre candidat pour l’historicité et le changement, alors que toute génération est certes mortelle, mais d’emblée historique par le truchement d’événements communs qui la constituent.

18 Nous renvoyons à la riche synthèse sous la direction de Marie-Claude Smouts (éd. 2007), à la fois discutée et préfacée par George Balandier qui dit se mettre ici en situation « pré-post ». Bayart ([1979] 1985 : 240) quant à lui avait envisagé la présence des jeunes et des femmes en tant que protagonistes des cadets sociaux, ce qui assoit d’autant sa Disputatio (2010) à l’endroit des subaltern studies et des études post-coloniales.

19 Les éditeurs scientifiques des ouvrages consacrés aux générations en Afrique s’y sont chacun employés en quelques pages auxquelles nous renvoyons, ainsi Alber et al. éd., 2008 : 1-23 ; Gomez-Perez et Leblanc éd., 2012 : 13-34. Pour l’approfondissement de certains aspects, en sociologie et en histoire, et plutôt centré sur l’Occident, cf. Attias-Donfut, 1988 : 9-76 ; Chauvel, 1998 ; Galland, [1991] 2011 : 99-127 ; ou encore Winock, 2011 ; Mauger, 2015 ; en anthropologie, nous travaillons à une synthèse de ces questions.

20 Ces aspects ont été abordés par mes vieux interlocuteurs, en 1986-1993, lors de mes enquêtes d’ethno-démographie chez les Meru du Kenya (1999 : 475-506, 2019 : 387-412), qui y voyaient l’effet de la modification de certaines habitudes alimentaires après la conquête coloniale : ainsi la consommation de sel, dont ils connaissent bien les effets sur la croissance puisqu’ils l’expérimentent sur leurs propres troupeaux, a-t-elle augmenté car cette denrée est devenue d’un usage courant. Mais je n’ai pas trouvé, à ce jour, de travaux traitant expressément des causes et des effets de l’abaissement de l’âge de la puberté sur la carrière féconde des femmes et sur la modification consécutive des âges de la vie, en Afrique et ailleurs. Les diverses campagnes contre les mariages précoces des filles, en Afrique notamment, pourraient susciter quelques recherches, sur l’hypothèse que, outre le rôle de la pauvreté et/ou des alliances, l’âge des filles au mariage se serait abaissé au fil du siècle, en lien avec la précocité de plus en plus marquée des menstrues. C’est un dossier qui reste à traiter. Quelques références se relèvent dans Rochebrochard (1999), Doyle (2010), Rollet (2015).

21 Heald, [1989] 1998, 1999 ; Casajus éd., 2005 ; Houseman éd., 2008 ; Ocobock, 2017. L’initiation, et le sacrifice (Tornay, 2001), ont souvent partie liée avec les qualités prêtées aux personnes jeunes. L’agencéité régénérative attribuée à la jeunesse, et partant sa capacité à affronter la mort, est une thématique ancienne de l’anthropologie des religions, qui concerne maintes cultures de par le monde (Varagnac, 1948), dans des scripts rituels très différents toutefois. En Afrique, là où se pratique un culte aux ancêtres, cette proximité est mise en œuvre dans les sociétés initiatiques, lors des rituels de sortie de masques qui manifestent aux novices la présence menaçante des esprits ancestraux et la nécessité de ne pas les courroucer ou de les apaiser avec les offrandes adéquates. Dans les systèmes générationnels d’Afrique de l’Est, la confrontation rituelle avec la mort s’opère (s’opérait) surtout lors de raids guerriers (Straight, ce volume ; Peatrik, 2013a et b). Nous n’avons pas trouvé de références pour l’Afrique traitant de l’idée selon laquelle le jeune guerrier se sacrifiant au combat gagnerait le paradis, suivant une eschatologie d’influence islamiste.

22 « Arène d’âge » pour traduire ou transposer la notion de youthscape (Maira et Soep éd., 2004), au sens de contextes très variés mais d’abord transnationaux propices à la circulation des images (y compris numériques) où se déploient et se produisent des idéologies et des modes de présentation de la jeunesse et du faire jeune en société.

23 Cf. Galland ([1991] 2011 :42-45), Honwana (2012 : 85-88, 133-134), pour un historique de ce concept, très lié à ses débuts aux interrogations sur la culture des classes dominées (est-elle aliénée ou non aux classes bourgeoises ?), en écho à d’autres concepts contemporains comme la culture du pauvre et des classes populaires (Hoggart, [1957] 2009).

24 Cf. à ce propos le très stimulant article de Boris Samuel (2016), ou encore Cabane et Tantchou éd. (2016).

25 Entre autres exemples, l’invention au tournant des xixe et xxe siècles, en Europe et aux États-Unis, de ce nouvel âge qu’est l’« adolescence », non pas le terme qui est ancien, mais le contenu en lien avec la diffusion de la scolarisation et la médicalisation du cours de vie (cf. Galland, [1991] 1997 : 37-44 ; Thiercé, 1999).

26 « Âge chronologique » car l’année de naissance permet de dater un événement survenu à une personne et de l’inscrire dans une chronologie partagée. L’âge chronologique recouvre cependant un encombrant pléonasme : quel âge en effet ne serait pas chrono-logique, et ne ressortirait pas à une quelconque composante temporelle ? D’où la notion d’« âge calendaire », plus précise culturellement et moins sujette aux ambiguïtés. En effet, la définition de l’âge dit chronologique s’est accompagnée de la décomposition en « âge biologique » et en « âge social ». Cette commodité analytique crée en réalité plus de problèmes qu’elle n’en règle. Cela fut évoqué. La revisite par l’âge calendaire permet de reprendre ces questions à nouveaux frais.

27 Pour mémoire, rappelons que des computs calendaires existaient (ou existent encore) dans l’Afrique coutumière, en étroite association avec certains rituels religieux ou politiques (ainsi le Sigui des Dogons ou le Gada des Borana par exemple), dont l’organisation à un moment calculé localement scande le temps collectif et individuel pour la société considérée (Legesse, 1979 ; Cartry éd., 1986 ; Jolly, 2003).

28 L’anr Piaf (Papiers d’identité en Afrique 2015-2019) devrait produire des matériaux inédits sur ces questions (Awenengo Dalberto et Banégas éd., 2018) et, souhaitons-le, sur la question de l’âge calendaire.

29 Mieux connu et reconnu est l’effet des recensements sur l’identité ethnique. En conduisant à déclarer une seule appartenance ethnique au détriment d’appartenances plurielles et mouvantes, les recensements ont concouru à la réification des catégories et à l’ethnicisation des relations (Bazin, 1985). Certains États y ont officiellement mis fin : ainsi au Kenya, où les recensements ont lieu tous les dix ans depuis 1948, l’appartenance ethnique n’est plus publicisée depuis les deux derniers recensements. La tension s’est réduite, mais elle n’a pas disparu car on subodore toujours que certains ont accès à des données illégalement obtenues dont les autres ne disposent pas.

30 L’invention, à des fins heuristique et pédagogique, de la pyramide des âges, qui représente la structure par âge d’une population à un temps t, remonte à 1870 (Bourdelais, 1993 : 86).

31 Au Burkina Faso, Anne-Emmanuèle Calvès (2007 : 342) rapporte, autre exemple, qu’entre 1998 et 2003, l’âge médian de l’entrée en première union chez les hommes en milieu urbain est passé de 26,6 à 29,8 ans, soit une augmentation spectaculaire de trois ans en l’espace de cinq ans.

32 Cf. la note 20 sur les mariages précoces. De façon symétrique, sur un mode encore secondaire pour le moment, l’âge de naissance est au cœur de la question du financement des retraites, en lien avec le « vieillissement démographique » des populations en Afrique : c’est une autre retombée de l’usage de l’âge calendaire pour établir la limite entre le salariat propre à la vie active et la condition de pensionné dépendant des caisses de retraite, institutionnalisant de ce fait ce nouvel âge de la vieillesse (Golaz et Sajoux éd., 2018). Aux deux extrémités de l’existence, la diffusion de l’âge calendaire révèle ses effets dans la délimitation et la définition de nouvelles catégories d’âge.

33 Le mot-valise « waithood », issu de « waiting for adulthood », a été forgé à l’instar du terme français « adulescent » qui rapproche adolescent et adulte pour parler des jeunes encore attachés au foyer de leurs parents alors qu’ils ont dépassé la bonne vingtaine. Autre bénéfice lexical, le radical -hood a le mérite de désigner un état, par nature persistant. Citons, en symétrique au début de la jeunesse, un autre mot valise français, « ado-naissant », créé par Singly (2006) pour restituer le phénomène de l’apparition précoce des signes de l’adolescence chez les enfants, en Occident tout au moins. En somme, les mots-valises permettent de capter et de qualifier le temps qui passe et son effet sur les sujets, et traduisent la difficulté à assigner des limites aux âges de l’enfance et de la jeunesse (Peatrik, ce volume). Ce qui est particulièrement vrai de cette phase de croissance et de métamorphose du corps-personne l’est aussi d’une autre façon pour les âges suivants, mais c’est une autre affaire !

34 À ce titre, ils sont redevables d’une anthropologie de l’affliction et de la guérison dont Honwana a d’abord été la spécialiste, ce qui explique (2006 : 18-25) comment elle a été initialement contactée pour proposer une aide inspirée des pratiques de la tradition aux enfants, soldats ou non, victimes de la guerre au Mozambique et en Angola.

35 Rappelons que c’est nous, bien évidemment, qui utilisons ce concept. « Status » au sens des éléments de la position propre à l’acteur considéré, et non pas « statut » (donné ou atteint) qui renvoie à la seule définition juridique de la position. Les divers éléments caractérisant la position d’un individu peuvent être congruents (harmonieux, complémentaires) ou incongruents, créant des dissensions dans la position, à la source de tensions et à la racine de l’action. Ce concept — au moins à titre descriptif — nous a paru très adapté pour saisir la dynamique inhérente aux âges de la vie, lesquels entretiennent un lien intrinsèque avec l’écoulement du temps. Celui-ci à la fois fait et défait toute catégorie d’âge, produisant à répétition tantôt des congruences tantôt des incongruences avec les autres éléments de la position, d’où le concept d’incongruence du status (Lenski, 1954 ; Mendras, 1975 : 87-90 ; Peatrik, 2003a), que le langage commun exprime dans des formules comme « être précoce », « être en retard », « faire/ne pas faire son âge », etc.

36 La diffusion étonnante des analyses de Michel de Certeau — auteur qui a réfléchi sur la domination, non sans référence à la dialectique hégélienne du maître et de l’esclave, en se focalisant sur la ruse des dominés, muée en tactique des « pauvres » et des gens de peu qu’il a mises au cœur des interactions du quotidien — est devenue un objet de recherche (Pires Marques, 2010). Cette diffusion a suivi au moins deux routes : via les États-Unis — où Certeau a été traduit dès 1984 —, dans le champ des cultural studies puis celui des études africaines anglo-saxonnes ; en France, par le biais d’un anthropologue bien connu, africaniste d’origine si l’on peut dire, Marc Augé ([1994] 2010), qui l’a mobilisé pour combler les lacunes conceptuelles des études structuro-fonctionnalistes, et mieux rendre compte des situations contemporaines (Pires Marques, 2010 : 45). On retrouverait là un autre avatar et une autre ramification de la crise analytique du cadet en Afrique (cf. notes 9, 11, 13, 18).

37 Ce qui n’a d’ailleurs pas échappé à Michèle Dacher (1999) lorsqu’elle a fait le compte rendu enthousiaste de ce livre. Indiquons que les démographes, à l’exemple de Philippe Antoine évoqué précédemment, ont leur propre méthode biographique, d’où cette précision.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Peatrik, « Pour une anthropologie des jeunes en Afrique », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 47 | 2020, mis en ligne le 14 janvier 2020, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/12114 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ateliers.12114

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Peatrik

Directrice de recherche émérite CNRS, LESC–UMR7186 (Université Paris Nanterre/CNRS)
anne-marie.peatrik[at]cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals