Navigation – Plan du site

Étudiants, sitters, nouchi et bakoroman

Une approche comparée de la jeunesse en Afrique
Students, sitters, nouchi, and bakoroman: A comparative approach to youth in Africa
Muriel Champy

Résumés

Dans un premier temps, cette contribution propose successivement le compte rendu de trois ethnographies portant sur des « jeunes », au Burkina Faso (Jacinthe Mozzocchetti, 2008, Être étudiant à Ouagadougou : itinérances, imaginaire et précarité), en Gambie (Paolo Gaibazzi, 2015, Bush bound : Young men and rural permanence in migrant West Africa) et en Côte d’Ivoire (Sasha Newell, 2012, The modernity bluff : Crime, consumption and citizenship in Côte d’Ivoire).

Dans un second temps, un rapprochement comparatif est proposé entre ces trois ouvrages, visant à formuler quelques hypothèses sur les contours implicites de « la jeunesse » qui s’y dessinent. Décliné dans des thématiques récurrentes telles que la mobilisation politique, l’attente et la mobilité, il permet de faire apparaître que, loin de n’être qu’une question d’âge, la jeunesse se présente comme une catégorie implicitement masculine, qui n’est désignée comme telle que lorsqu’elle acquiert une certaine visibilité sociopolitique et une force de frappe oppositionnelle.

Enfin, à partir des recherches de l’auteure auprès de jeunes vivant dans la rue au Burkina Faso — les bakoroman —, cet article se clôt sur le constat de l’intrusion récente de la catégorie « jeune » sur la scène politique burkinabè, au point qu’une retranscription dans la langue véhiculaire semble en train de s'imposer sous la graphie « zenna ».

Haut de page

Texte intégral

1Au-delà du constat de la multiplication des publications scientifiques portant sur les jeunes en Afrique depuis deux décennies, il est intéressant de noter qu’elles se présentent le plus souvent sous la forme d’ouvrages collectifs (D’Almeida-Topor et al., 1992 ; Abbink et Kessel, 2005 ; Honwana et De Boeck, 2005) ou de numéros de revue thématiques (Collignon et Diouf, 2001 ; Chauveau, 2005 ; Gastineau et Golaz, 2016), où des auteurs travaillant sur les objets les plus divers sont invités à contribuer à une réflexion sur « la jeunesse », à partir de leurs expériences de recherches respectives. S’ils ont assurément nourri la réflexion sur cette catégorie d’âge, ces formats « en patchwork » ont souvent postulé la « jeunesse » plutôt qu’ils ne l’ont interrogée, laissant largement en friche la réflexion sur la pertinence de cet objet d’étude. Certains ouvrages sociologiques ont évidemment proposé une réflexion plus englobante sur la question (Galland, [1990] 2009) mais, du fait de la nature de l’exercice et d’une focalisation sur les contextes occidentaux, la « jeunesse » comme catégorie d’âge à valeur universelle y reste davantage postulée qu’elle n’émerge de l’observation.

2Dans des sociétés africaines où l’âge est le plus souvent exprimé selon une grammaire relationnelle aîné/cadet, jouant aussi bien à l’échelle individuelle qu’à l’échelle des groupes — initiatiques notamment —, on peut en effet interroger la pertinence emic de la catégorie « jeune », qui postule une identité d’âge en soi et pour soi. Et pourtant, force est de constater que la jeunesse semble s’être imposée partout comme un nouvel acteur incontournable de l’agenda politique et médiatique du continent. Pour nourrir cette réflexion sur la pertinence analytique et sur les usages sociaux de la catégorie « jeune », il m’a semblé fructueux de revenir au matériau ethnographique, en adoptant une approche comparative.

3Alors que je me mettais à la recherche d’ethnographies portant sur des jeunesses africaines, je fus cependant surprise par leur apparente rareté. Le fait que les ouvrages finalement retenus soient tous trois issus de recherches doctorales nous rappelle incidemment que, passée cette période d’initiation à la recherche, les enquêtes de longue durée se font plus rares. Mais en attirant l’attention sur ce point, il s’agit surtout d’avoir à l’esprit que, dans ces travaux, les enquêteurs étaient eux aussi des « jeunes ». Il est évidemment difficile de savoir si les observations auraient été différentes si elles avaient été produites par le regard d’un enquêteur aîné, mais il ne me semble pas inutile de rappeler que, surtout si on s’intéresse à l’âge, ces rapports d’âge dans l’enquête ne sont évidemment pas sans intérêt (Peatrik, 2009 ; Auger et al., 2017).

4En partant de trois monographies sur des jeunes africains, au Burkina Faso, en Gambie et en Côte d’Ivoire, il s’agira donc de repérer d’éventuelles récurrences méthodologiques, analytiques ou descriptives entre ces travaux, portant sur des catégories apparemment très différentes : des étudiants urbains, des villageois alternant entre activités agricoles et migrations pendulaires, des urbains inactifs versant dans l’économie criminelle. Je commencerai par un compte rendu « classique » de ces trois ouvrages, centré toutefois sur la question de la jeunesse, avant d’opérer dans un second temps un rapprochement comparatif visant à mettre en avant certaines thématiques transversales et à proposer une réflexion plus personnelle sur ce qu’est, implicitement, la « jeunesse ».

5Jacinthe Mazzocchetti (2008), Être étudiant à Ouagadougou : itinérances, imaginaire et précarité (Paris, Karthala, 349 p.)
Le premier ouvrage retenu prend la forme d’une monographie consacrée aux étudiants et diplômés de l’université de Ouagadougou. Fruit de seize séjours de un à trois mois à Ouagadougou entre 1999 et 2007, soit deux années de recherches ethnographiques, cet ouvrage publié en 2008 est une réécriture d’un travail de thèse de doctorat en anthropologie. Constitué d’une introduction, de huit chapitres équilibrés et d’une conclusion, il explore les reconfigurations identitaires et les modes de subsistance de ces étudiants burkinabè en rupture avec le monde rural et paysan du fait de leur parcours scolaire, mais appartenant à une génération qui ne peut que constater avec amertume que, contrairement à leurs aînés, le diplôme ne constitue plus le sésame vers un statut social avantageux. Chaque chapitre est précédé d’un poème en prose de l’auteure, d’une plume puissante et savoureuse, qui crée l’atmosphère propice à s’immerger dans un nouveau chapitre.

6L’auteure choisit de limiter son enquête aux étudiants et diplômés qui ont commencé leurs études après les ajustements structurels imposés au Burkina Faso au début des années 1990. Du fait de ce parti pris générationnel, ses interlocuteurs et interlocutrices appartiennent tous à la même cohorte de naissance et sont âgés, au moment de son enquête, entre 20 et 35 ans. Il s’agit d’autant moins d’un portrait de la « jeunesse » burkinabè que l’auteure rappelle que seules 1 % des personnes scolarisées accèdent aux études supérieures dans un pays où 80 % de la population vit dans les zones rurales. Si ces étudiants urbains sont donc loin d’incarner la condition « jeune » typique, l’épithète « jeune » est retenu d’emblée en raison de leur tranche d’âge — 20-35 ans — qui correspond globalement à la population « jeune » des enquêtes démographiques et à « une certaine jeunesse selon les critères de dépendance économique et d’accès à la maritalité » (p. 45). De ce fait, « jeune » est explicitement utilisé comme synonyme d’« étudiant » (p. 48), sans prêter davantage à une réflexion sur la signification et les représentations liées à cet âge.

7L’introduction offre au lecteur peu familier du Burkina Faso une présentation générale du pays au début des années 2000 : urbanisation aussi récente que galopante, régime semi-autoritaire verrouillant les leviers d’opposition, prégnance de l’ethos communautaire dans la régulation sociale et scolarisation particulièrement faible, même au regard des autres pays subsahariens. La voie de la scolarisation « de masse » à moindre coût a par ailleurs contribué à une baisse constante du niveau scolaire tandis que les opportunités de recrutement dans la fonction publique ont été réduites à peau de chagrin. Les étudiants apparaissent ainsi piégés dans le gouffre qui s’est creusé entre « ouverture des imaginaires » du fait de la mondialisation et « fermeture des possibles ». Le temps des études se présente dès lors comme un temps d’« attente de réussite, de reconnaissance, de consommation, d’amour » (p. 54) qui, en cas d’échec devient « temps mort » (p. 322).

8Un premier volet est consacré à la présentation détaillée de ses conditions d’enquête et de sa méthodologie, où la « proximité symbolique » due à son statut d’étudiante et de jeune lui a permis de participer en tant que paire — étrangère, certes — aux causeries autour d’un thé, aux soirées alcoolisées et aux sessions d’étude à la bibliothèque. L’auteure a collecté plus de quatre cents témoignages d’étudiants mais aussi de personnels administratifs, d’enseignants, de fonctionnaires de l’action sociale et de personnalités du monde politique et religieux. L’option quantitative répond ici à un besoin assumé de saturation face à la diversité des parcours. En partant du prisme de la « génération historique » de Karl Mannheim, le deuxième chapitre fait l’inventaire d’une première série de caractéristiques communes : la mémoire vécue ou mythifiée de la période révolutionnaire sankariste (1983-1987), le coup de massue des plans d’ajustement structurel (1991) et la participation active des étudiants aux émeutes qui ont suivi l’assassinat du journaliste Norbert Zongo par le régime de Blaise Campaoré (1999). Dans ce contexte apparemment sans issue, une scolarité prenant la forme d’un parcours du combattant et le sentiment d’élection dû à la faible scolarisation ont progressivement transformé la poursuite du diplôme en quête avant tout identitaire, où il s’agit de « marquer leur parcours du sceau certifié de la distinction » (p. 63), par une transformation ontologique de la condition de paysan et d’illettré en citoyen cosmopolite et « branché ».

9La deuxième partie s’organise selon le triptyque « études-emploi-mariage » qui constitue, en principe, le modèle idéal du passage à l’âge adulte et d’homme — et, dans ce cas particulier, également de femme — accompli(e). Le chapitre 3 décrit les conditions d’étude dans la seule université publique généraliste du pays, un « temps suspendu » (p. 133), marqué par les difficultés économiques, l’adaptation à la grande ville pour la majorité des étudiants d’origine rurale, les amphithéâtres bondés nécessitant d’arriver plusieurs heures à l’avance pour avoir une place assise et par la fréquentation des cités universitaires, où l’accès à une certaine indépendance se conjugue avec le contrôle social par les pairs. Ici, la description des pratiques de rétention du savoir mises en œuvre par les professeurs, craignant de se voir un jour dépassés par leurs élèves, laisse entrevoir que, bon an mal an, ces « jeunes » continuent d’incarner la menace du remplacement générationnel. Le chapitre suivant décrit la laborieuse recherche d’emploi des jeunes diplômés où, « plus que le diplôme ou la faculté suivie, le degré de débrouillardise, l’expérience et surtout les relations sont à l’origine de l’obtention d’un emploi » (p. 146). La fin des études implique enfin l’impératif du mariage, condition indispensable pour accéder à la respectabilité. Ici, l’enquête montre que les étudiants jouissent d’une relative liberté, du fait qu’ils sont « associés aux mœurs des blancs », mais que, contrairement à leurs frères et sœurs qui ne sont pas à l’école, leur absence de participation à la subsistance familiale par l’aide agricole ne les assure d’aucun soutien pour leur mariage. Le parcours atypique des étudiants les conduit à un empilement des cérémonies visant à ne pas se couper de leurs différents réseaux (famille, église, mosquée, État). Même si l’importance des cérémonies traditionnelles est sauve en apparence, « il n’y a plus, dans le sens traditionnel du terme, alliance entre deux familles mais alliance entre deux individus, chacun dans la nécessité de ne pas se couper de sa famille respective » (p. 200).

10Alors que la deuxième partie s’intéressait à la logique de réussite « pour soi, dans l’entre-soi et vis-à-vis de la famille » (p. 233), la dernière partie ouvre les sentiers de la réussite à l’espace de la ville et de « l’ailleurs ». Dans cette dernière partie, filtre l’amertume de l’auteure, qui semble insinuer que « c’était mieux avant ». La nouvelle génération — ici, « les jeunes » — semble caractérisée par une obsession de la consommation et du paraître (chap. 6), un renoncement aux valeurs morales et communautaires au profit de la loi du plus fort et du plus malin, bref par l’option du chacun pour soi. L’auteure mobilise donc ici le topos bien connu de la jeunesse perdue et dangereuse. Le chapitre 7 montre comment les jeunes hommes « vendent leur intégrité » aux partis politiques et comment les jeunes filles « se font acheter » par de riches « tontons », qui les entretiennent. La compétition entre « tontons » et « étudiants » pour les femmes les plus jeunes et les plus séduisantes constitue à ce titre un exemple passionnant de la compétition générationnelle, où « les jeunes », derniers arrivés dans la course à la reproduction, se retrouvent en position de faiblesse pour l’accès aux femmes. Cette dernière partie a donc le rare mérite de réintégrer les femmes à « la jeunesse » et de décrire aussi bien les formes et les enjeux de leur accession au statut de femme respectable et accomplie, à travers la description de cette « période d’insouciance » et de butinage qu’elles s’octroient avant d’être trop âgées pour le mariage, qui marquera leur entrée dans le statut d’épouse, de mère et de femme au foyer. À l’exception des couples d’étudiants qui se sont choisis par inclination amoureuse et qui sont protégés par l’enclave morale protestante, une thématique jusque-là sous-jacente émerge alors : celle des rapports inégaux entre les sexes et de la violence physique et symbolique dont sont victimes les femmes, contraintes notamment d’accepter les relations sexuelles non protégées imposées par leurs partenaires. Par les portraits et les analyses qu’elle déploie, l’auteure nous rappelle ainsi qu’il y a au moins deux sortes de « jeunes » : les jeunes hommes et les jeunes femmes.

  • 1 Même si cela ne touche guère les jeunes Gambiens, l’auteur précise que son terrain se déroule au mo (...)

11Paolo Gaibazzi (2015), Bush bound : Young men and rural permanence in migrant West Africa (New York, Berghahn Books, 218 p.)
Si l’ouvrage de Paolo Gaibazzi constitue avant tout une contribution d’une grande finesse au champ des études de la migration et de la mobilité, il nous fait cadeau, sans avoir l’air d’y toucher, de concepts et éclairages précieux concernant cette « jeunesse » sans cesse convoquée, et qui pourtant ne cesse de nous glisser entre les doigts. À travers les trajectoires d’hommes au seuil de la « maturité » — entre 20 et 40 ans et quelques —, les six chapitres qui composent cet ouvrage à l’écriture soignée permettent en effet d’interroger la mobilité à travers le prisme du genre et du cycle de vie. Empruntant une méthodologie classique assumée, Bush Bound peut être lu comme une monographie villageoise. Elle s’appuie sur une recherche ethnographique menée entre 2006 et 20081 et suivie d’un séjour complémentaire en 2012, soit dix-sept mois au total, à Sabi, un village de 5 000 habitants de la haute vallée du fleuve Gambie.

12La profondeur historique et l’omniprésence des pratiques de mobilité sont désormais bien documentées en Afrique de l’Ouest. Sabi, village soninké de l’est de la Gambie, apparaît comme un modèle du genre. Le chapitre inaugural situe Sabi sur l’une des principales routes commerciales de la région où les caravanes soninké transportèrent pendant des siècles or, esclaves, sel et denrées européennes avant de se redéployer au siècle dernier vers le commerce d’arachides, de tissus et de poudre à canon de contrebande. Alternant entre commerce à la saison sèche et agriculture durant l’hivernage, mobilité et sédentarité constituaient alors « les deux faces d’une même pièce ». Après la seconde guerre mondiale, les Sabinko essaimèrent dans toute l’Afrique de l’Ouest et centrale, se spécialisant dans le commerce de diamant et d’art africain, avant d’investir le secteur des emplois peu qualifiés en Europe et aux États-Unis. La mondialisation n’est donc en aucun cas la source des mobilités actuelles. L’auteur montre qu’elle a au contraire imposé une sédentarité inédite par le verrouillage progressif des frontières nationales, tout en renforçant l’impératif de la migration du fait de la monétarisation et de la séduction exercée par la consommation. L’impossibilité de voyager au loin n’implique cependant pas la fin de la mobilité (chap. 3), notamment en raison de l’impossibilité affirmée d’accumuler tout en restant auprès des siens, du fait de l’obligation de redistribution. Ainsi, au moment de ses recherches, l’auteur estime qu’un tiers des jeunes se rend à Serekunda, la capitale économique du pays, pendant la saison sèche.

13Loin de représenter les jeunes comme les porteurs de nouveaux modèles de consommation et de résistance, ou comme les victimes nouvelles d’une panne des mécanismes du passage à l’âge adulte, il articule sa réflexion autour de l’idée que ces jeunes continuent de se conformer à « l’ethos agraire » et communautaire. En effet, bien que le village assure sa subsistance par sa capacité à attirer les revenus de ses ressortissants plutôt que par l’agriculture, les vertus indispensables à une migration réussie continuent d’être cultivées aux champs en même temps que les céréales (chap. 2). La sueur qui perle sur le front et les mains calleuses constituent même des marqueurs revendiqués de l’identité soninké. Par un double mouvement, les activités agricoles sont mises au service de l’apprentissage des compétences nécessaires à la migration, tandis que les dynamiques migratoires contribuent à soutenir l’ethos agraire. L’endurance, la parcimonie, l’autonomie, l’habituation à la souffrance et au labeur constituent ainsi les qualités indispensables au futur « hustler » — associant ici ruse et combativité, ce terme est habituellement utilisé en Gambie pour qualifier les migrants. Par ailleurs, l’activité agricole inclut l’individu dans un champ relationnel fondé sur l’aînesse. L’intériorisation du sentiment d’appartenance à une communauté fondée sur le partage constitue ici la meilleure assurance de son soutien futur envers ses parents restés au village. Filant tout au long de son ouvrage la métaphore maritime, Paolo Gaibazzi fait du village non un échec résiduel de la mobilité, mais un point d’amarrage (« mooring ») et un port d’attache qui rendent possible la mobilité sur les vastes mers d’un monde capitaliste et globalisé.

14En portant son attention sur « ceux qui restent » mais au travers du prisme de la mobilité, l’auteur entreprend de sortir ces laissés-pour-compte de la globalisation des bas-fonds de l’oubli. Son analyse s’adosse au verbe taaxu, littéralement « s’asseoir », localement utilisé pour désigner le retour de migration et la capacité à « soutenir » les siens. Dans ce terme polysémique, la mobilité est vouée à culminer dans l’immobilité tandis que l’immobilité se tisse d’imaginaires de la mobilité. Alors que ces termes habituellement antithétiques se fondent ici dans le terme « (im)mobilité », l’auteur s’attache plutôt à comprendre pourquoi et comment certains restent. Il en vient alors à distinguer ceux qui « just sit » (juste être assis), terrassés par l’inertie (chap. 4), ceux qui « sit » à la tête d’une maisonnée transnationale (chap. 5) et ceux qui « stay put » (qui ne bougent pas, qui restent ancrés), à l’affût d’une opportunité de départ (chap. 3) ou d’un sens à donner à leur immobilité (chap. 6). Alors que les jeunes d’Afrique de l’Ouest sont habituellement représentés comme étant passivement assis à boire le thé en refaisant vainement le monde — incarnation saisissante de la « waithood generation » (Honwana, 2012) —, la figure rebattue de l’attente, du blocage existentiel et de l’immobilité sociale de la jeunesse s’affine ici en une multitude de facettes.

  • 2 Yahya Jammeh, alors jeune lieutenant de l’armée gambienne, prend le pouvoir par un coup d’État en 1 (...)

15Les jeunes qui sont « juste assis » sont incarnés par ces groupes de sociabilité masculine qui se réunissent dans des « ghettos », à l’ombre d’un manguier ou dans une arrière-cour, pour écouter du reggae, fumer du cannabis et rêver d’ailleurs. Vide de projet et de valeur morale, cette « immobilité nue » (« bare immobility ») est souvent assimilée à la paresse, la faiblesse d’esprit, l’incapacité et est amplement fustigée par le régime autocratique de Yahya Jammeh2. Selon l’auteur, cette sociabilité masculine spécifique est une façon de traiter somatiquement l’impasse de la mobilité géographique et sociale, en s’évadant ailleurs par l’imagination et par l’appropriation des référents de la culture jeune mondialisée.

16À l’autre bout de l’échiquier de l’immobilité, certains jeunes sont aujourd’hui amenés à occuper la position exclusivement masculine de kagume (chef de concession), qui permet de rester assis tout en revendiquant sa légitimité à bénéficier du travail et de la loyauté des autres, au nom de la subsistance collective et de l’honneur familial. Mais la dévaluation économique et morale des revenus agricoles contraint le kagume à compter toujours davantage sur la bonne volonté des migrants en même temps qu’à négocier la redistribution des revenus de la migration avec les autres membres de la maisonnée. Du fait de cette position ambivalente d’autorité et de dépendance accrue, les hommes semblent préférer assurer leur autonomie, craignant notamment de se retrouver impuissants dans le cas d’une diminution des revenus de l’extraversion. De ce fait, la migration de longue durée a sapé le principe de la primogéniture, au point que c’est souvent le dernier à n’avoir pas su partir qui doit assumer ce rôle autrefois envié.

17Entre ces deux pôles « naviguent » ceux qui « stay put », alternant entre sédentarité forcée et opportunités de migrations pendulaires à Serekunda ou dans la sous-région. Une autre façon de gagner en visibilité sociale en tant que « sitter » est cependant abordée : celle qui consiste à s’investir dans la vie communautaire villageoise. La création du Sabi Youth Committee (syc) marque ainsi la volonté des jeunes de dépasser leur statut subordonné de cadets en devenant des protagonistes incontournables de la vie civique de leur village. Inspirés par le coup d’État de Yahya Jammeh en 1994, par les sollicitations de ce jeune président à l’égard des forces vives — « les jeunes » — du pays et encouragés par les ong prônant l’implication des jeunes comme vecteurs de développement, le syc a fait revivre le système des classes d’âge (sappanu) aujourd’hui disparues, en s’appropriant les rôles autrefois dévolus aux groupes cadets, subordonnés au pouvoir décisionnel du sappa le plus âgé. Même si cette initiative n’a guère duré, elle a permis aux jeunes de Sabi d’affirmer leur capacité à contribuer à la reproduction sociale en y restant activement « assis ».

18Pour les hommes, la jeunesse devient ici cette étape, en principe temporaire, marquée par le « hustling », la recherche de l’argent (xalisi mundiye). Qu’ils se débrouillent à domicile ou ailleurs dans le vaste monde est en fait avant tout une affaire de hasards et de circonstances. D’une part, parce que la complexité des trajectoires rend impossible de distinguer nettement ces différentes conditions, d’autre part, parce que toutes ces expériences restent orientées vers la mobilité, du moins jusqu’au jour où il n’est plus temps de « play around » (p. 104), mais de s’établir et de se marier. Alors que la jeunesse masculine est requalifiée comme ontologiquement mobile — malgré parfois une immobilité apparente — du fait de la nécessité de constituer autour de soi des réseaux de dépendants pour accéder au statut d’adulte, on pourra déplorer que la jeunesse féminine reste largement invisible, autrement que par le statut de future épouse amenée « à rester », sans que la nature de cette immobilité soit explorée. D’une immobilité nourrie de l’imminence de la mobilité à une immobilité autorisée par la mobilité des dépendants, l’ethnographie de Paolo Gaibazzi nous rappelle au moins avec éloquence qu’il faut toujours se méfier de l’eau qui dort.

19Sasha Newell (2012), The modernity bluff : Crime, consumption and citizenship in Côte d’Ivoire (Chicago, University of Chicago Press, 296 p.)
L’ouvrage de Sasha Newell expose les résultats d’une recherche de terrain menée en 2000-2001 à Abidjan, auprès de jeunes urbains des faubourgs défavorisés qui côtoient, voire alimentent, les réseaux de l’économie criminelle et qui se rassemblent autour d’une identification revendiquée à la culture nouchi.

20Même si la catégorie est abondamment mobilisée tout au long de l’ouvrage, la réflexion sur la jeunesse est, ici encore, secondaire. Son enquête porte en effet moins sur les jeunes que sur les adeptes du « bluff » ; qui se trouvent être des jeunes. Grâce à des vêtements à la pointe de la mode, des attitudes inspirées de la culture ghetto étasunienne et un affichage calculé de son aptitude à dépenser sans compter, le bluffeur déploie une « performance du succès » méticuleusement préparée, où le « faux » — le lendemain, le bluffeur devra probablement aller quémander quelques pièces à ses connaissances afin de s’acheter à manger —, grâce à la perfection de la mise en scène, devient, « dans le réel », un opérateur de prestige. Tout comme dans le jeu de poker, le bluff permet ainsi de faire de l’argent avec du rien (p. 4). « Leur but n’était pas de faire croire aux autres qu’ils étaient riches, mais plutôt de les convaincre qu’ils savaient comment être riches, qu’ils savaient incarner l’identité et le mode de vie de ceux qu’ils aspiraient à devenir » (p. 144, ma traduction).

21Tout au long de l’ouvrage, et notamment dans une introduction et une conclusion à l’ambition analytique assumées, cette jeunesse urbaine constitue avant tout le support d’une réflexion originale sur la question de la « modernité », qui, vue depuis la postcolonie, se révèle essentiellement comme un art du bluff. Cette « modernité » aux airs prophétiques s’est ainsi imposée dans les imaginaires comme stade ultime de la culture grâce à la position dominante de l’Occident, sur le plan économique bien sûr, mais surtout sur le plan idéologique, comme nous le rappelle très justement l’auteur. Loin de réduire l’Afrique à une position de simple imitatrice de la modernité — de seconde zone nécessairement —, l’auteur montre que l’économie capitaliste repose sur la diffusion de la mécanique de l’imitation à l’échelle mondiale. Alimenté par la production de masse, le marché doit s’étendre sans cesse. Ainsi, la publicité enjoint le public à imiter les pratiques de consommation qu’elle met en scène, en lui faisant miroiter la possibilité de rejoindre lui aussi le rêve de la modernité. De ce fait, les bluffeurs ne sont ni des imitateurs ni des réinventeurs de modernité, ils sont modernes tout simplement. Et cette redéfinition de la nation ivoirienne par l’adhésion à la modernité, ce sont les jeunes qui la portent.

  • 3 Il s’inspire ici des travaux de Comaroff et Comaroff (2009), qui ont affirmé que la logique des mar (...)
  • 4 Il s’agit d’un concept fumeux inventé par le président Henri Konan Bédié afin de discréditer son ri (...)

22Cette ethnographie des bluffeurs de la capitale ivoirienne au tournant du xxie siècle constitue donc également un portrait passionnant d’une certaine « jeunesse » africaine, dont l’auteur dresse le portrait en six chapitres. Le premier chapitre décrit l’invention progressive d’un langage cryptique spécifique aux milieux criminels, désigné d’abord par l’appellation Français Populaire ivoirien puis nouchi, et devenu progressivement un support essentiel d’une culture nationale ivoirienne distinctive. L’auteur montre ensuite que l’économie illégale du bizness et de la fraude portée par les nouchi s’inscrit dans l’imaginaire d’un jeu à somme nulle, où tout profit se fait aux dépens d’un autre, où il s’agit donc de capter les richesses « des autres » pour les redistribuer « aux siens » (chap. 2). Après avoir rappelé la dimension économique de l’accumulation de l’entregent, la description des soirées où l’alcool et les billets coulent à flots, forme renouvelée du potlatch, rappelle que la redistribution agit avant tout sur les imaginaires, la démonstration de puissance de l’hôte exerçant une attraction irrésistible sur son public (chap. 3). Le chapitre 4 explore l’hypothèse selon laquelle la puissance performative attribuée aux vêtements et aux accessoires désirés par les nouchi se traduit par une obsession pour leur authenticité, c’est-à-dire l’assurance qu’ils proviennent bien « du monde de derrière l’eau », une expression qui désigne à la fois l’Occident et le monde des morts, ce qui les doterait d’une puissance surnaturelle qui se transmettrait à son porteur. Cet imaginaire trouve son aboutissement dans la migration à Beng (le nord, le pays des blancs), forme ultime de la consommation de la puissance de la modernité (chap. 5). Le dernier chapitre prolonge l’enquête menée en 2000-2001, en montrant que l’obsession de consommer uniquement des produits authentiquement modernes, articulée à une culture du bluff généralisée, trouve son pendant dans la crise politique qui a déchiré la Côte d’Ivoire jusqu’en 20113, pendant laquelle la volonté de définir une citoyenneté ivoirienne authentique s’est muée en chasse aux imitateurs d’ivoirité4 (chap. 6).

23Selon l’auteur, la culture nouchi concerne essentiellement les jeunes, de sexe masculin, âgés de 15 à 35 ans (p. 3). Mais est-ce là une question d’âge ou une question générationnelle ? De quel âge parle-t-on ? D’un âge biologique ou d’un âge social ? De quelle génération parle-t-on ? De générations familiales ou de générations historiques ? En d’autres termes, cette culture criminelle attire-t-elle les jeunes du fait de caractéristiques liées à leur développement physique et psychologique, de caractéristiques sociologiques telles que la propension au célibat et une faible insertion professionnelle ou de dynamiques générationnelles, qu’il s’agisse d’un positionnement vis-à-vis de leurs pères ou simplement du fait qu’ils ont été socialisés à un certain moment du développement historique de la Côte d’Ivoire, marqué par l’effondrement du mythe du miracle ivoirien et de l’avènement du multipartisme — et de l’instabilité politique ? Si l’auteur n’apporte pas de réponses à ces questions, se contentant de constater que les « jeunes » sont les premiers concernés, la richesse de son ethnographie permet au moins de sérier les enjeux en présence.

24Tout d’abord, l’auteur décrit finement une certaine culture jeune, inspirée de Hollywood et de la culture ghetto noire-américaine. Spécifiquement urbaine, elle se déploie dans tout son faste dans les maquis, ces débits de boisson installés dans l’espace public, où les noceurs attablés peuvent s’exposer aux regards admiratifs des passants. Il s’agit pour eux de « gâter la table », c’est-à-dire de la remplir de bouteilles afin de démontrer publiquement leur aisance financière et leur résistance à l’alcool, et de susciter les louanges des dj qui vantent la prospérité des tablées les plus éclatantes. Ces maquis offrent également une arène pour démontrer sa force physique. Dans la continuité de la danse zigueï, qui consistait principalement en un enchaînement de poses musclées, la dernière danse en vogue est alors le logobi, dont les mouvements alternent gestes inspirés des combats de rue et poses visant explicitement à attirer le regard sur leurs vêtements de marque et éléments de style — coiffure, accessoires. Les filles, quant à elles, dansent le mapouka, une danse visant à mettre en avant leur corps et surtout, disons-le, leurs fesses. Car si la culture nouchi est avant tout masculine, les filles, en tant qu’accessoires de prestige et bénéficiaires des largesses de leurs prétendants, participent activement à l’économie nouchi. Les plus actives d’entre elles sont appelées godrap (littéralement, les « filles-problème »), indiquant des différences normatives genrées dans la mise en scène de sa jeunesse. Tandis que les hommes rivalisent dans l’espace public des maquis, c’est avant tout dans les fêtes familiales, également ouvertes sur la rue, que les jeunes filles livrent leur guerre de style, par des pagnes cousus à la dernière mode et des danses suggestives. On peut ici estimer que la centralité de la force physique et de la puissance sexuelle dans la culture nouchi n’est pas sans relation avec l’âge physiologique des individus. La forme de ces performances évolue cependant avec les modes et revêt donc une dimension générationnelle.

25Alors que la génération précédente s’était positionnée vis-à-vis de ses aînés en adoptant le costume-cravate et le français châtié comme symboles de modernité et de distinction, la nouvelle génération a puisé dans les modes venues des États-Unis, un pays jugé plus « fort » que le modèle français de leurs aînés, afin de construire une identité ivoirienne alternative. L’opposition envers les modèles hérités a pris progressivement une dimension politique explicite, lorsque la culture nouchi a commencé à s’incarner dans les émeutes organisées par la fesci, un syndicat étudiant luttant pour le multipartisme, ou dans la musique zouglou, aux textes politiques portant un regard acéré — mais plein d’humour — sur la situation politique du pays. Tout comme les pratiques vestimentaires du mouvement de la Sape et la musique soukouss sont devenues les supports culturels de l’identité congolaise, les danses logobi et mapouka, la musique zouglou puis coupé décalé, et la langue nouchi sont donc devenues progressivement les véhicules d’une identité nationale résolument moderne mais spécifiquement ivoirienne, détachée des référents ethniques et « traditionnels ». Mais Sasha Newell montre que cette nouvelle identité ivoirienne porte également en elle les ferments de l’exclusion, rejetant dans la « non-ivoirité » les villageois, les musulmans, les gens du Nord, les illettrés, les inadaptés à la modernité. À partir de 2002, le pays est divisé entre l’armée des Forces Nouvelles de Guillaume Soro au nord, et les milices des Jeunes Patriotes de Charles Blé Goudé au sud, bras armés respectifs des prétendants à la présidence Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo. En 2007, Laurent Gbagbo nomme Guillaume Soro Premier Ministre et Charles Blé Goudé Président des Jeunes — un poste qui révèle bien la centralité des « jeunes » dans le nouvel échiquier politique ivoirien. Or, ces deux leaders des jeunes ont tous deux commencé leur carrière politique comme présidents de la fesci. Bref, des étudiants, urbains, issus de la culture nouchi. Ainsi, même si l’aînesse reste un élément structurant des relations sociales, ce sont les jeunes générations qui apparaissent ici comme les principaux acteurs de transformation du pays. Sasha Newell rejoint cependant McGovern (2011) dans l’idée que l’engagement armé de la jeunesse répond davantage à la volonté de « s’échapper » (p. 239) qu’à des motivations idéologiques. Et c’est peut-être là l’une des principales caractéristiques de « la jeunesse » : pour s’affirmer, elle doit souvent jouer des coudes si elle veut que les anciens jeunes lui cèdent la place.

*

* *

Que pouvons-nous tirer de ces trois portraits ? Sans prétention à l’exhaustivité sur ce que serait « la jeunesse » dans chacun de ces contextes, et encore moins « en Afrique », nous pouvons tout de même avancer quelques hypothèses.

L’âge n’est pas qu’une question d’âge

26Premier constat : parmi les trois ouvrages monographiques finalement retenus, seul l’un d’entre eux mentionne explicitement la jeunesse dans son titre, et tous balaient d’un revers de la main la question de la définition de cette catégorie, qu’ils mobilisent pourtant abondamment. Si Mazzocchetti a explicitement adopté une approche démographique et générationnelle, en choisissant de s’intéresser aux cohortes d’étudiants qui ont subi les premiers effets des plans d’ajustement structurels, Gaibazzi et Newell n’ont pas délimité leur objet en fonction d’un âge spécifique mais se sont contentés d’enregistrer un état de fait : l’obsession migratoire et la culture nouchi qui les intéressent sont avant tout l’apanage de « jeunes ». Jacinthe Mazzocchetti explique que son étude porte sur les « 20-35 ans » (p. 44), Paolo Gaibazzi sur les « 20-la quarantaine et quelques » (p. 19), et Sasha Newell sur les « 15-35 ans » (p. 3). Certes, on tourne toujours autour de la vingtaine et de ses prolongements. Mais, une fois mises bout à bout, la précision chiffrée de ces délimitations d’âge se défait. Tout d’abord, parce que cette mention d’âge un peu trop laconique pour être honnête et les variations non négligeables d’un auteur à l’autre ne peuvent que révéler la labilité de ces lignes tracées dans le continuum de la vie, qui plus est lorsqu’aucune cérémonie n’est venue les « instituer » (Bourdieu, 1982). Ensuite, parce que tous les chercheurs travaillant en Afrique de l’Ouest savent bien que ces âges calendaires sont le fruit d’estimations etic des chercheurs occidentaux à propos de groupes qui, généralement, n’en ont que faire.

27Deuxième constat : alors qu’en principe « la jeunesse » est une question d’âge — et, pour les plus avertis, aussi de génération —, ces ouvrages ne dérogent guère à la règle selon laquelle elle est aussi une question de genre : les jeunes sont, de façon plus ou moins implicite, des jeunes hommes. Dans l’étude de Gaibazzi, les jeunes filles sont tout simplement absentes. Peut-être parce qu’elles ne migrent pas. Peut-être aussi parce qu’on ne veut pas voir qu’elles participent, elles aussi, à cet imaginaire de la migration. Chez Newell, les godrap se présentent comme des filles dont l’indépendance — caractéristique masculine bien sûr — en fait des anomalies, ou en tout cas des prolongements d’un mouvement incarné par des hommes. L’auteur indique à plusieurs reprises qu’elles font pourtant partie intégrante du mouvement nouchi, mais qu’en tant qu’homme il a eu davantage de difficultés pour les approcher. Il est surtout probable que sa focalisation sur les hommes enregistre les discours de ses interlocuteurs à Abidjan. Il ne me paraît pas anodin que l’enquête qui réserve la plus grande place aux femmes — en plus d’avoir été réalisée par une femme, mais cela n’en est aucunement le gage — revient longuement sur les étudiantes résidant à la cité universitaire, donc des femmes largement extraites de l’univers domestique et familial qui constituerait leur environnement naturel.

28Cette observation nous amène à un troisième constat. La « jeunesse » ne semble devenir une catégorie opératoire que lorsqu’elle devient visible en tant que groupe. Cela expliquerait pourquoi il n’est question de jeunesse que lorsqu’elle se rassemble dans des lieux exclusifs : les campus universitaires, les « ghettos », les grins de thé, les maquis, les associations et syndicats recrutant sur critères d’âge. Tandis que la jeunesse comme passage est vouée à nous filer entre les doigts — comment décrire le temps qui passe ? —, la jeunesse devient à nouveau un lieu possible d’enquête lorsqu’elle s’investit dans des espaces culturels, sociaux, territoriaux. Il n’est donc pas anodin que les pratiques culturelles des femmes, largement cantonnées à l’espace domestique et intergénérationnel de la reproduction familiale, soient invisibles, contrairement à celles de leurs homologues masculins qui peuvent publiquement s’afficher dans l’arène politique, mais aussi dans les maquis et les ghettos, autour de pratiques récréatives telles que la consommation d’alcool et de cannabis. Cette possibilité légitime de se regrouper entre pairs autorise dès lors l’élaboration de formes culturelles distinctives, relativement détachées des normes et des pratiques de leurs aînés. Ainsi, les jeunes Ivoiriens ne dansent pas le zouglou, ils « libèrent en zouglou » ; où la culture jeune est aussi une rupture.

29Dernier constat : la jeunesse se présente toujours comme une catégorie oppositionnelle, donc politique. De la même façon qu’on ne mobilise le registre de l’identité que lorsqu’il s’agit de se positionner vis-à-vis « d’autres », la catégorie jeunesse ne semble émerger que lorsqu’il s’agit de se positionner vis-à-vis de « non-jeunes ». Elle sépare ainsi « le jeune » des individus des générations qui l’ont précédé et de celles qui suivront, en même temps qu’elle distingue l’ensemble générationnel « des jeunes » des autres ensembles générationnels. Le reste du temps, le jeune est menuisier, commerçant ou chauffeur, ami, amant ou voisin. La catégorie « jeune » constitue ainsi un segment d’âge en ensemble autonome, doté d’une capacité d’action propre. Voilà peut-être une autre explication au biais masculin des discours sur la jeunesse. En effet, les femmes sont généralement pensées comme des filles, des mères, des épouses, des copines à la limite. Alors que les hommes peuvent licitement être pensés comme des individus autonomes, la place des jeunes femmes dans la société se définit souvent par rapport à un autre — et, disons-le, un autre plutôt masculin : un père, un mari, un fils. De même, les hommes sont plus facilement invités à se constituer en groupe d’âge — rôle dévolu autrefois aux institutions initiatiques —, tandis que les femmes suivent des parcours plus individualisés, de l’espace domestique de leur enfance à celui de leur foyer marital. À Sabi, on trouve un exemple de cet encouragement social aux groupements d’âge masculins dans les sappa, groupes d’âge initiatiques, et les lappe, associations d’âge volontaires, responsables des travaux communautaires et de l’application des décisions politiques des aînés. Aujourd’hui à Abidjan, Sasha Newell montre également que les hommes s’investissent principalement dans des réseaux d’amitié entre pairs, tandis que les jeunes femmes investissent avant tout dans leur réseau de parenté, par une participation régulière aux cérémonies familiales (2011 : 137). L’auteur rappelle cependant à plusieurs reprises que le modèle de la femme au foyer et de l’homme mobile et productif, vanté par les jeunes générations, est en fait une évolution récente, héritée du modèle patriarcal importé par la puissance colonisatrice et par les monothéismes. Ainsi, la « jeunesse » au sens d’un groupement politique autonome semble implicitement liée à une représentation individualiste et démocratique du social, où tout individu peut s’exprimer et agir en son nom propre, et où les cadets peuvent revendiquer en toute légitimité des intérêts et des pratiques distinctives de celles de leurs aînés.

Jeunesse debout ! Jeunesse assise

30Ces trois ethnographies nous permettent également de dégager quelques thèmes récurrents. J’ai choisi de m’arrêter ici sur trois d’entre eux : la mobilisation politique, l’attente et la mobilité.

31Jacinthe Mazzocchetti a commencé ses recherches auprès des étudiants de l’université de Ouagadougou en 1999, au moment où le pays était secoué par d’importantes manifestations consécutives à l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, dont les enquêtes constituaient une menace pour le pouvoir en place. Ces manifestations furent largement portées par la jeunesse, celle qui avait été socialisée dans les groupes de « jeunes pionniers » mis en place par le président révolutionnaire Thomas Sankara afin d’assurer la formation idéologique de la nation nouvelle. En Côte d’Ivoire, nous avons vu que les jeunes ont joué un rôle déterminant durant la guerre civile, incarné dans le face-à-face entre les Jeunes Patriotes de Charles Blé Goudé et les Forces Nouvelles de Guillaume Soro, des appellations qui font apparaître clairement l’équivalence symbolique opérée entre jeunesse et renouveau. En Gambie, le jeune Yahya Jammeh — il avait 30 ans — arrive au pouvoir en 1994 par un coup d’État. Il appelle alors la jeunesse à nettoyer le pays des politiciens corrompus, les instituant ainsi en acteurs politiques autonomes et en fer de lance du développement du pays (Gaibazzi, 2015 : 163). Mais cinq ans plus tard, une fois « bien assis », le président semble s’être orienté plutôt vers une politique de patronage des dignitaires locaux, en même temps qu’il a développé un discours de stigmatisation de la jeunesse, désormais désignée comme oisive et scandaleuse.

32Le rôle central de la jeunesse dans ces différents bouleversements politiques s’explique certainement par le fait qu’elle a l’avantage de combiner la force physique et une faible insertion dans les institutions politiques, économiques et familiales en présence. Pour les jeunes, tout reste en effet à conquérir. Rappelons à cette occasion que dans les projets politiques révolutionnaires, qu’ils soient d’inspiration fasciste ou marxiste, la jeunesse a toujours fait l’objet d’une attention et d’un encadrement physique et idéologique accrus. Loin de l’idée d’une jeunesse intrinsèquement révolutionnaire et du rêve de l’homme nouveau qui hante nombre de discours sur la jeunesse, Sasha Newell nous rappelle ainsi que la mobilisation des jeunes Ivoiriens s’inscrit avant tout dans une lutte de positions, où la destruction des structures en présence vise avant tout à rebattre les cartes pour se faire sa place. De la même façon à Ouagadougou,

derrière les manifestations pour l’amélioration des conditions de vie des étudiants se joue une lutte beaucoup plus cruciale : celle de la reconnaissance de leur valeur et de leur différence. Derrière ces luttes acharnées, parfois violentes, il y a le désespoir d’être déchu de sa condition, il y a la souffrance de quémander de quoi vivre alors qu’on se croyait promis à l’aisance et à la réussite, il y a un cri de désespoir face aux « années de bancs » perdues si elles ne rapportent pas. Ces luttes sont de vie ou de mort sociale (Mazzocchetti, 2008 : 14).

  • 5 Notons que, malgré la grande qualité de cet ouvrage, il présente hélas de très nombreuses coquilles (...)

33Cette hésitation entre l’attente et les entreprises de conquête d’un statut plus avantageux explique peut-être en partie la récurrence du thème de la mobilité dans les travaux sur les jeunes, notamment en Afrique. Certes, elle n’apparaît pas dans l’ouvrage de Jacinthe Mazzocchetti. Depuis plus d’un siècle, la migration vers la Côte d’Ivoire — et d’autres pays de la sous-région — constitue pourtant bien un élément incontournable des trajectoires masculines burkinabè. Peut-être cette absence s’explique-t-elle par le fait que les étudiants avec lesquels elle travaille sont plutôt « bien assis », au sens où l’université offre en principe la promesse d’un bel avenir depuis les bancs. Mais dans les travaux de Paolo Gaibazzi comme de Sasha Newell, c’est bien la mobilité qui constitue la matrice à partir de laquelle se structurent les rêves de transformation individuelle, une transformation économique pour Gaibazzi, ontologique pour Newell. Dans les deux cas, l’impératif de la migration se présente comme une façon d’échapper temporairement à l’impératif de la redistribution et à la hiérarchie de l’aînesse. Cette brèche spatio-temporelle leur offre ainsi le loisir d’accumuler, loin des regards envieux ou miséreux de leurs proches, dans l’espoir de revenir sur un nouveau pied. Ces expériences de mobilité peuvent prendre deux formes, dans le prolongement l’une de l’autre : la migration intérieure vers les grands centres urbains et la migration internationale vers l’Europe ou les États-Unis. Si à Sabi comme à Abidjan les rêves de « ces jeunes » se structurent autour d’un ailleurs, celui-ci est toujours envisagé comme une étape transitoire, avant un retour glorieux où les richesses accumulées en migration leur permettront de sortir définitivement leurs familles du besoin. Certes, la réussite économique n’est que rarement au rendez-vous. Sasha Newell rappelle cependant que la transformation ontologique a bien lieu : les migrants jouissent à leur retour d’une influence sociale nouvelle, qui leur permet d’accroître leurs réseaux, et donc, leurs opportunités économiques. Cette transformation affecte aussi bien les bengistes (qui ont été initiés au monde des blancs) de retour à Abidjan, que les ruraux qui « ont fait » la capitale, dont Christine Denot (1992) — incorrectement citée par Newell5 — note qu’ils sont souvent désignés par des termes liés au respect dû à l’âge, tels que tonton, grand frère ou vieux, même lorsqu’ils sont plus jeunes que le locuteur. Cependant, du fait de la politique migratoire européenne et du renforcement des frontières dans ces États-Nations encore en construction, la migration à Sabi et à Treichville se déroule aujourd’hui en premier dans les imaginaires. Les jeunes se dotent de surnoms issus des cultures hip hop, gangsta et du cinéma de Hollywood, et consomment dès qu’ils le peuvent les produits de la modernité. Selon Gaibazzi, penser à la migration constitue dans ce contexte une façon d’injecter du mouvement à l’inertie, de se donner un répit face au sentiment de blocage existentiel ; même s’il note que ces rêves infiniment ressassés finissent par devenir une souffrance supplémentaire (p. 124). Malgré l’omniprésence du thème de la mobilité, ces trois ouvrages présentent donc surtout des variantes de l’inertie, en équilibre fragile entre morbidité — relations sexuelles non protégées, embarquement sur des pirogues vers l’Europe, activités criminelles sous la menace du lynchage — et apathie, adoucie par l’alcool, les drogues et les escapades dans l’imaginaire. Dans ces trois ouvrages, l’attente apparaît moins comme une caractéristique de la jeunesse que le résultat d’un système économique et politique grippé, où ceux qui sont déjà « bien assis » rechignent à faire de la place aux nouveaux entrants.

34L’image de la jeunesse debout contraste donc avec cet autre thème récurrent dans la littérature sur la jeunesse : la jeunesse assise, sur les bancs de l’université, dans les maquis, dans les grins de thé. Mais le paradoxe n’est qu’apparent. Ne perdons pas de vue qu’on ne parle d’attente que parce que ces jeunes ont quelque chose à faire. Lorsque les anciens sont assis toute la journée à l’ombre de l’arbre à palabres, qui songerait à dire qu’ils représentent une « waithood generation » ? Les jeunes sont donc moins ceux qui attendent que ceux qui ont encore tout à faire. La diversité des situations décrites vient surtout nous rappeler que des matrices conceptuelles telle que l’attente ou la révolte ne sont utiles que par les déclinaisons qu’elles appellent, les stratégies qu’elles autorisent, et que seule l’approche ethnographique permet de cerner.

Étudiants, « sitters », nouchi… et bakoroman

  • 6 L’étymologie exacte du terme reste un mystère.
  • 7 Jeune Afrique, hebdomadaire panafricain créé en 1960 à Tunis, est probablement le magazine consacré (...)

35En guise de conclusion, je souhaiterais apporter quelques éléments issus de mes propres recherches doctorales, menées auprès de jeunes vivant dans les rues de la capitale du Burkina Faso, les bakoroman (Champy, 2016). Alors que j’ai mobilisé le terme « jeune » et ses déclinaisons à 336 reprises dans ma thèse, j’ai pris conscience à l’occasion de cette réflexion critique sur la jeunesse que mes interlocuteurs ne l’utilisaient que très rarement. Pour m’en assurer, j’ai repris au hasard cinq retranscriptions d’entretiens réalisés en mooré — la principale langue véhiculaire à Ouagadougou — et j’ai, à chaque occurrence du terme « jeune » dans la retranscription, recherché le terme employé initialement dans l’entretien. En fait, ce ne fut pas long. Si l’on omet les quelques fois où j’ai pris l’initiative de traduire par « jeunes » des termes comme « enfants » (koamba) ou « gens » (neba), ne restent que quatre occurrences du mot « jeune », cité dans trois des cinq entretiens. Je constatais alors que mes interlocuteurs avaient en fait utilisé le terme français « jeune », mais dans une version compatible avec la prononciation du mooré (« zenna »). Le terme apparaissait : comme équivalent de bakoroman — litt. « homme du bakoro6 », que j’ai cependant traduit spontanément par « jeune de la rue » dans mes travaux — ; par opposition à « un vieux » (nikiema) ; pour signaler l’existence de cases pour les cadets célibataires dans les concessions au village et enfin pour désigner un artiste musicien qui travaillait en relation avec une ong. Dans les entretiens réalisés en français, le terme apparaissait évidemment davantage, mais pas assez pour justifier l’emploi massif que j’en faisais dans ma thèse. Je me souviens d’ailleurs que lorsque j’interrogeais l’un de mes principaux informateurs sur la définition qu’il donnerait à ce terme, qu’il utilisait pourtant occasionnellement et à propos dans nos entretiens en français, il m’avait donné une réponse très embrouillée ; avant de me demander ce que ça voulait dire en fait. Il croyait vaguement que « jeune » désignait un tonton, un intellectuel. Lorsque je lui demandais d’où lui venait cette drôle d’idée, il me répondit que c’est parce qu’ils constituaient à ses yeux le lectorat du journal Jeune Afrique ! Sans gloser sur la confusion que peuvent provoquer les drôles de questions des anthropologues et que ces derniers enregistrent parfois trop hâtivement comme « représentations locales », cette anecdote — où l’on retrouve la dimension générationnelle7 — peut au moins nous laisser penser que ce terme n’a probablement pas toujours l’évidence que nous lui attribuons fréquemment dans nos travaux.

36En mooré, il existe des termes pour désigner les jeunes hommes (rasanga) et les jeunes femmes (pogsada), mais ceux-ci ne sont manifestement pas des équivalents exacts du terme « jeune » et sont plutôt utilisés pour désigner le statut de célibataire. En revanche, l’usage du terme « jeune » (ou zenna) semble s’être généralisé depuis quelques années, notamment depuis que la « jeunesse » burkinabè a massivement contribué à la destitution du président Blaise Campaoré qui tentait de briguer un quatrième mandat en 2014, puis pour défendre le respect du processus électoral après la tentative de coup d’État du général Gilbert Diendieré en 2015. Au cœur de ces événements, l’ami qui croyait deux ans plus tôt que les jeunes étaient des tontons lecteurs de Jeune Afrique m’avait appelé et expliqué son engagement dans les manifestations d’un « nous les jeunes, on n’est pas d’accord ». Plus récemment, Frère Malkhom, un célèbre rappeur burkinabè a sorti une chanson intitulée « Boin taar zenna » (Qu’ont les jeunes ?), pour décrier les jeunes d’aujourd’hui, obsédés par l’alcool, le show et la luxure. Le terme français « jeune » semble ainsi avoir été absorbé par la langue mooré, du moins, dans sa version urbaine.

37Si la catégorie « jeune » apparaît ici comme un produit d’importation récente, il semblerait qu’à l’heure où j’écris ces lignes, « les jeunes » sont désormais bien dans la place.

Haut de page

Bibliographie

Abbink, Jon et Kessel, Ineke van (éd.)
2005
Vanguard or vandals : Youth, politics, and conflict in Africa (Leyde, Brill).

Auger, Fanny, Lefrançois, Claire et Trépied, Valentine
2017 Penser l’âge dans l’enquête et ses enjeux, SociologieS, La recherche en actes : Que faire de l’âge dans l’enquête ? Penser les rapports sociaux d’âge entre enquêtés et enquêteurs, en ligne : http://journals.openedition.org/sociologies/5990.

Bourdieu, Pierre
1982 Les rites comme actes d’institution, Actes de la recherche en sciences sociales, 43 : 58-63 ; DOI : 10.3406/arss.1982.2159.

Champy, Muriel
2016 Faire sa jeunesse dans les rues de Ouagadougou. Ethnographie du bakoro (Burkina Faso), thèse de doctorat en anthropologie, université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Chauveau, Jean-Pierre (éd.)
2005 Introduction thématique. Les jeunes ruraux à la croisée des chemins, Afrique contemporaine, 214 : 15-35 ; DOI : 10.3917/afco.214.0015.

Collignon, René et Diouf, Mamadou (éd.)
2001 Les jeunes, hantise de l’espace public dans les sociétés du Sud ?, numéro thématique de Autrepart, 18.

Comaroff, John L. et Comaroff, Jean
2009
Ethnicity, Inc. (Chicago, University of Chicago Press).

D’Almeida-Topor, Hélène, Coquery-Vidrovitch, Catherine, Goerg, Odile et Guitart, Françoise (éd.)
1992 Les jeunes en Afrique, t. I : Évolution et rôle (xixe-xxe siècles), t. II : La politique et la ville (Paris, L’Harmattan).

Denot, Christine
1992 Petits métiers et jeunes déscolarisés à Abidjan (Côte d’Ivoire), mémoire de maîtrise en sociologie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/IEDES.

Gaibazzi, Paolo
2015 
Bush bound : Young men and rural permanence in migrant West Africa (New York, Berghahn Books).

Galland, Olivier
[1990] 2009 Les jeunes (Paris, La Découverte).

Gastineau, Béatrice et Golaz Valérie (éd.)
2016 Être jeune en Afrique rurale, dossier de Afrique contemporaine, 259.

Honwana, Alcinda
2012 
The time of youth : Work, social change, and politics in Africa (Sterling VA, Kumarian Press).

Honwana, Alcinda et De Boeck, Filip (éd.)
2005
Makers and breakers : Children and youth in Postcolonial Africa (Oxford, James Currey).

Mazzocchetti, Jacinthe
2008 Être étudiant à Ouagadougou : itinérances, imaginaire et précarité (Paris, Karthala).

McGovern, Mike
2011 
Making war in Côte d’Ivoire (Chicago, University of Chicago Press).

Newell, Sasha
2012 
The modernity bluff : Crime, consumption and citizenship in Côte d’Ivoire (Chicago, University of Chicago Press).

Peatrik, Anne-Marie
2009 Du texte au terrain : temps, durée, assignation dans la relation d’enquête, Ateliers du LESC, 33, en ligne : https://journals.openedition.org/ateliers/8203 ; DOI : 10.4000/ateliers.8203.

Haut de page

Notes

1 Même si cela ne touche guère les jeunes Gambiens, l’auteur précise que son terrain se déroule au moment où les jeunes Subsahariens qui rejoignent l’Europe en pirogue font la une de l’actualité.

2 Yahya Jammeh, alors jeune lieutenant de l’armée gambienne, prend le pouvoir par un coup d’État en 1994. Après vingt-deux ans d’un régime aussi fantasque qu’autoritaire, Yahya Jammeh perd les élections présidentielles de novembre 2016, à la surprise générale. Après une période d’incertitudes, il finit par céder le fauteuil présidentiel à son successeur, l’homme d’affaires Adama Barrow.

3 Il s’inspire ici des travaux de Comaroff et Comaroff (2009), qui ont affirmé que la logique des marques s’est étendue aux identités ethniques et nationales, devenues ainsi produits de consommation.

4 Il s’agit d’un concept fumeux inventé par le président Henri Konan Bédié afin de discréditer son rival Alassane Ouattara, dont la mère est burkinabè. Né de manœuvres politiciennes, ce concept a néanmoins immédiatement rencontré son public.

5 Notons que, malgré la grande qualité de cet ouvrage, il présente hélas de très nombreuses coquilles dans les citations, expressions et références de langue française.

6 L’étymologie exacte du terme reste un mystère.

7 Jeune Afrique, hebdomadaire panafricain créé en 1960 à Tunis, est probablement le magazine consacré au continent africain le plus diffusé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Champy, « Étudiants, sitters, nouchi et bakoroman », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 47 | 2020, mis en ligne le 14 janvier 2020, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/12408 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ateliers.12408

Haut de page

Auteur

Muriel Champy

Maître de conférences Aix-Marseille université, IMAF–UMR8171 (CNRS/IRD/EHESS/EPHE/université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Aix-Marseille université)
muriel.champy[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals