Navigation – Plan du site

Tentes et rails. Les « jeunes » du Sud tunisien entre chômage, attente et protestation

Tents and rails: “Young people” of southern Tunisia between unemployment, waiting and protest
Stefano Pontiggia

Résumés

Redeyef est une ville minière du sud-ouest de la Tunisie, née de l’exploitation des phosphates. Après l’application du Plan d’ajustement structurel en 1986, la région a connu une grave crise économique qui a entraîné le licenciement des trois quarts des employés de la Compagnie des phosphates de Gafsa, la principale source de travail dans la région. La dégradation des conditions sociales a conduit la population à une révolte de masse en 2008. Après la révolution de 2011, la persistance de la crise économique a poussé de nombreux jeunes chômeurs à protester contre le gouvernement en bloquant la production de phosphates dans le but d’obtenir un emploi à la Compagnie ou dans le secteur public. L’article relate l’histoire de certains d’entre eux et analyse les raisons qui les ont poussés à agir de la sorte. Il montre que ces manifestants sont souvent des célibataires qui, du fait du manque d’emplois, ne sont pas en mesure de remplir les conditions qui en feraient des adultes : bâtir une maison et établir une famille. La protestation apparaît comme une forme spécifique de recherche d’emploi faisant écho à une gestion locale particulière du mécontentement qui vise à organiser l’attente.

Haut de page

Texte intégral

1Là où la ligne de chemin de fer croise la route principale se dresse l’unique pompe à essence officielle de Redeyef, et entre la pompe et le rail se profilent les piliers d’un bâtiment inachevé. Une fumée noire envahit le lieu, produite par des pneus enflammés sur la voie ferrée. Les passants observent la scène, et une douzaine de garçons d’une vingtaine d’années, debout ou assis sur des boîtes dans l’espace de l’immeuble, continuent de tirer sur leurs cigarettes. Loin de la voie ferrée, assis à des tables à l’extérieur d’un café, des groupes d’hommes regardent en direction de l’incendie. Avec le syndicaliste Jasser, informé par un collègue, nous décidons d’aller, en scooter, voir ce qui se passe. Dès qu’il arrive sur la scène de l’incendie, en observateur habitué de ce genre de situations, Jasser se contente de remarquer que tout semble calme, fait demi-tour et nous ramène vers le centre-ville. Comme le dira plus tard Ayoub, un professeur d’école secondaire qui suit de près les manifestations, le feu a été allumé par un groupe de jeunes qui s’emploient à bloquer la production de la Compagnie des phosphates de Gafsa (cpg) pour protester contre leur situation de chômage et de sous-emploi.

  • 1 Le programme s’est déroulé entre janvier 2013 et décembre 2015, la thèse a été soutenue le 30 mars (...)

2Cet article est le résultat d’une recherche doctorale menée entre 2014 et 2015 dans le Sud-Ouest tunisien1. Il relate l’expérience de jeunes de Redeyef, ville du bassin minier de Gafsa. L’objectif est d’analyser dans ce contexte le lien entre jeunesse, transition à l’âge adulte et attentes sociales. L’article commence par exposer l’attente vécue et les difficultés croissantes pour accéder au statut d’adulte, puis montre les tactiques auxquelles les jeunes ont recours pour tenter de s’intégrer dans les réseaux locaux de patronage, seule manière d’obtenir un travail. Les protestations sont ainsi interprétées comme des moyens d’activer des liens clientélistes pour ceux qui n’ont pas de relations dans le cadre familial ou amical, ce qui conduit à reconsidérer le statut de « protestataire » des jeunes du bassin minier. Ni rebelles, ni vandales, ces « jeunes » entre guillemets, car ce vocable recouvre des traits particuliers qui apparaîtront au fil du développement, sont des acteurs sociaux en quête de sécurité économique et d’une situation sociale, qui tentent de profiter d’opportunités limitées dans un contexte de crise chronique. À l’encontre de nombreuses analyses du paysage protestataire tunisien qui mettent l’accent sur les idéaux révolutionnaires et la quête d’alternative politique, l’article montrera que, bien souvent, les actes de sabotage et la protestation permettent aux manifestants d’accéder à des ressources économiques et sociales qu’il leur serait impossible d’obtenir autrement.

L’attente comme forme de gouvernement au quotidien

3Fondée au début du xxe siècle à l’époque du Protectorat français, Redeyef est une ville du Sud-Ouest tunisien liée à l’économie minière et à la Compagnie des phosphates de Gafsa. Ses activités et la chaîne d’approvisionnement qu’elles génèrent sont encore aujourd’hui la source principale d’emplois contractualisés, la seule possible aux yeux des habitants. Cette mono activité industrielle, développée sur le modèle de la cité minière, a connu un ralentissement brutal au milieu des années 1980, lorsque la signature du Plan d’ajustement structurel aboutit à une diminution du financement de l’entreprise et à la réduction d’environ deux tiers des effectifs ouvriers. La crise économique qui s’ensuivit entraîna en janvier 2008 une révolte à laquelle le gouvernement de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali répondit en faisant occuper la ville par des milliers de policiers. Un important mouvement social en résulta qui, pendant près de sept mois, organisa des grèves de la faim, des manifestations et des blocages de la production des phosphates (Allal, 2010 ; Gobe, 2011). Aujourd’hui encore, la ville est en proie à une crise économique et sociale profonde qui perdure après les révoltes de 2010-2011 et la fuite de Ben Ali.

Paysage minier

Paysage minier

Cliché : Stefano Pontiggia, Redeyef, 2014

  • 2 Le terme waithood est une contraction de l’anglais waiting for adulthood, c’est-à-dire l’attente de (...)

4De manière générale, suivant un constat largement partagé au sujet du monde arabe (Dhillon et al., 2009 ; Honwana, 2012 ; Pontiggia, 2016b), la vie quotidienne se résumerait pour un nombre croissant de jeunes à la gestion d’un temps qui serait intrinsèquement un temps d’attente : attente d’un travail, d’une occasion pour partir ou tenter de se faire une situation. Dans une conférence, A. Honwana (2013b) analyse ce phénomène de « waithood »2, qui serait généralisé en Afrique, comme la conséquence des politiques d’ajustement structurel inaugurées dans les années 1980, lesquelles eurent pour effet de réduire l’autonomie des États dans la planification économique et la création d’emplois.

  • 3 Les Délégués sont les représentants du gouvernement et des gouvernorats, chargés d’appliquer les po (...)

5D’après le sociologue Hamza Meddeb (2015), cette situation d’attente, devenue aujourd’hui en Tunisie une véritable forme de gouvernement au quotidien, est à l’intersection de deux niveaux discordants du politique. Un premier, au niveau national, ambitionne par l’établissement d’une démocratie représentative, à travers des élections, de peser sur la politique macro-économique et les équilibres budgétaires. Le second relève de la pratique quotidienne de « gestion » de droits au travail et à la sécurité économique. Cela vaut particulièrement pour les « jeunes », invités à attendre patiemment leur intégration dans le marché du travail. L’attente est devenue une forme particulière de gouvernementalité par l’intermédiaire des Délégués3 : toujours selon Meddeb, les diverses mesures prises par ces derniers participent de la subordination des jeunes générations, non seulement dans les régions les plus défavorisées mais aussi dans les quartiers pauvres de la capitale.

6D’abord élus sous Bourguiba, puis nommés par le parti sous le régime de Ben Ali, les Délégués travaillaient dans le cadre des réseaux et du contrôle territorial opérés par le rcd (Rassemblement constitutionnel démocratique, l’ancien parti-État). L’organisation de l’attente, produit de la relation asymétrique entre gouvernants et clients, visait au contrôle des tensions sociales et à l’intégration des personnes en quête de travail. Après la dissolution du rcd en 2011, les Délégués ont été privés de leur outil principal de médiation politique qui consistait en un quota d’emplois garantis dans les entreprises privées en échange de l’octroi de divers avantages économiques et de protection. Les Délégués ont alors commencé à recourir à divers expédients pour faire face à la situation d’urgence des demandeurs d’emploi, temporisant et se présentant comme sincèrement impliqués pour résoudre les cas qui leur seraient soumis.

7Une large partie de la population vit dans une condition de chômage et d’absence de perspectives. Parmi elle, les « jeunes » se sentent bloqués dans un présent éternel et répétitif. Leurs seules occupations sont la consommation collective de café, les promenades dans le quartier du souq, le surfing sur Internet dans un publinet ou le spectacle d’un match de football à la télévision. Bien souvent ces « jeunes » ont des petits emplois informels qui ne rapportent pas suffisamment pour financer un mariage ou la location d’un studio. Dans les interviews que nous avons menées à ce propos, le futur se résume à l’alternative entre la fuite du pays ou la mort sociale et physique.

Les « jeunes » de Redeyef et le passage à l’âge adulte

8Si l’on s’en tenait à la célèbre affirmation de Pierre Bourdieu (1980) selon laquelle la jeunesse n’est qu’un mot, alors il faudrait conclure que cette désignation vide de sens relève de la manipulation. En réalité des recherches récentes, menées en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, se sont employées à montrer que la jeunesse s’y définit en termes de quête et d’attente de responsabilité et de respectabilité sociales (Bennani-Chraïbi et Faraj, 2007 ; Honwana et De Boeck, 2005). Suivant Laurent Bonnefoy et Myriam Catusse (2013), malgré l’amorce d’une transition démographique entre 1980 et 1990 dans ces régions, la structure de la population demeure très jeune, et le taux de chômage moyen pour les moins de 35 ans aux environs de 25 % a des répercussions sur la vie familiale comme l’indique la hausse du célibat. La crise du modèle familial relève toutefois davantage des difficultés matérielles et économiques rencontrées par les jeunes couples, qu’elle ne traduirait une désaffection pour cette institution. On se marie simplement bien plus tard qu’auparavant : dans les années 1960, la moyenne de l’âge au mariage se situait entre 18 et 20 ans dans la plupart de ces pays ; elle est passée maintenant à 27 ans, sauf au Yémen. Si l’on considère la jeunesse comme une phase de transition entre l’enfance et l’âge adulte, alors cette transition est de plus en plus prolongée, ce que montrent l’augmentation de l’âge au mariage et l’accroissement de la durée des études. Le chômage et l’attente ne sont plus transitoires, ils tendent à devenir la norme.

9En Tunisie, et plus particulièrement dans la ville de Redeyef, le passage à l’âge adulte est marqué par deux étapes : de l’école au travail, puis du travail à la fondation d’une famille. Dans ce processus, les difficultés économiques contribuent significativement à repousser les mariages. Les frais sont en effet élevés, et assumés le plus souvent par le marié ou sa famille : boucles d’oreilles, bague et collier pour la femme en vue des fiançailles ; nouvelle parure de bijoux pour le mariage et robe de cérémonie ; durant les festivités, musique, nourriture et sodas pendant au moins deux nuits, un ou plusieurs moutons pour le dîner ; un titre de propriété ou, au moins, un contrat de location en bonne et due forme. La femme habituellement apporte une petite dot constituée par sa famille d’origine. Le coût total avoisine les huit ou dix mille dinars, une somme conséquente pour ceux gagnant trois ou quatre cents dinars par mois, et qu’il est presque impossible de réunir pour ceux qui sont au chômage ou en sous-emploi. La famille exerce aussi des pressions supplémentaires pour que les jeunes hommes respectent les critères habituellement associés au statut d’adulte. Ainsi l’étudiant Rafik met-il en avant la détention en propre d’une maison :

Rafik : Dans certains coins, essentiellement les régions de l’intérieur et le Sud, à Tunis je pense pas, tu peux pas avoir une famille pendant que tu es encore dans une location. C’est mal vu, c’est mal vu.

Stefano : Pour devenir un père de famille tu dois bâtir ta propre maison ?

Rafik : Oui, tu dois avoir ton propre logement. [Vivre en location avec sa propre femme] c’est encore mal vu, à Redeyef c’est encore mal vu, c’est… c’est de la honte, voilà, et ils vont le harceler pendant des années et des années pour qu’il commence à bâtir sa propre maison (Rafik, Tunis, le 3 juin 2015).

10L’accès au mariage est au centre des préoccupations de nos interlocuteurs. La respectabilité sociale et l’appartenance citoyenne selon les jeunes de Redeyef (et plus généralement du Sud tunisien) paraissent associées à la création d’une famille plutôt qu’au statut conféré par l’exercice d’une profession. Ici, mais aussi plus généralement en Tunisie, les trois conditions à remplir pour devenir adulte sont un travail stable (de préférence dans le secteur public), une maison détenue en propre et une famille. Par conséquent sont « jeunes » des hommes de 35 ans qui ne remplissent aucune de ces trois conditions. La jeunesse, masculine mais aussi féminine, serait définie en termes de manque. Et lorsque les aspirations sont de plus en plus difficiles à satisfaire, la période entre l’enfance et l’âge adulte se prolonge, laissant en marge du monde des adultes une partie notable de la population.

11Il faut souligner que la désignation « jeune » a rarement été utilisée en tant que telle par nos interlocuteurs qui préféraient se référer à l’âge de naissance (calendaire) ou à la situation professionnelle de la personne considérée. L’appellation « jeunesse » est surtout mobilisée par les médias et dans le champ politique. En ce cas, le terme est souvent associé à l’idée de « classe dangereuse ». Dans ce contexte, rappelons-le, le jeune est pensé en termes de relations de pouvoir et de subordination à d’autres individus (Rivoal et Peatrik, 2015). Et la réussite sociale associée à l’âge adulte se mesure au nombre de personnes qu’un homme est capable de dominer, et sur lesquelles il peut exercer une autorité plus ou moins directe. Elle suppose un ancrage social permettant d’être pris au sérieux, à savoir une famille bien établie, préalable à la considération et à l’exercice de l’influence.

12Pour l’homme, l’accès au mariage dépend donc de sa capacité à disposer de moyens de subsistance. Pour un grand nombre de chômeurs, l’attente s’étend sur un temps indéfini et marque la rupture du contrat social entre générations, selon lequel on donne aux jeunes les moyens de devenir adultes, de contribuer à la société d’une manière productive, de fonder une famille et de s’acquitter des obligations religieuses, surtout pour les hommes. Tel est le cas dans le Sud tunisien : un « homme » est celui qui a bâti ou acheté sa maison, a fondé une famille et trouvé un emploi stable. Dans ce contexte, la pression des parents, en particulier des mères, est très forte : leurs enfants doivent, avant de s’occuper d’engagement politique ou religieux, s’employer à trouver un emploi et construire ou acheter une maison. Zied, un jeune homme dont nous reparlerons plus bas, nous explique très clairement le problème :

Stefano : Tu es fiancé ?

Zied : Non, pas de fiancée.

Stefano : J’ai remarqué que beaucoup des jeunes chômeurs sont célibataires ; ils m’ont dit qu’avant d’avoir une fiancée, il faut un salaire.

Zied : Oui, c’est vrai [en riant]. La première question que les parents de la fille posent, est : « [Le garçon] a-t-il un travail ? », et la deuxième c’est : « A-t-il une maison ? ». Tout le monde demande ça, mais surtout les mères. Les mères sont terribles ! Ici, pas d’argent, pas d’amour [en riant] (Zied, Redeyef, le 5 juin 2015).

13Dans une situation de crise économique et sociale comme celle que connaît actuellement la Tunisie, les perspectives des jeunes sont devenues encore plus complexes et encore plus bouchées (Salehi-Isfahani et Dhillon, 2008). Cela pousse les jeunes désireux de devenir adultes à « combattre », pour surmonter l’incertitude, sur un certain nombre de fronts interconnectés : acquérir la meilleure éducation possible, s’assurer un travail de qualité, trouver un moyen de payer les frais de fondation d’une famille. Le mariage devient une perspective autant désirée que redoutée. Transition vers le monde des adultes, le mariage marque l’intégration des jeunes en tant que sujets dignes de confiance parce qu’ils sont responsables d’une femme et de sa progéniture. Cependant, il est aussi une source de peur et d’inquiétudes à cause des problèmes matériels majeurs qui font obstacle à sa réalisation. Ghadi, un jeune homme d’un peu moins de 20 ans, qui a ouvert une boutique de vêtements de marques au centre-ville, est parmi ceux qui vivent cette étape avec des sentiments mitigés. Lors d’une conversation, après avoir montré la photo de sa fiancée, Ghadi énumère les difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes hommes et les femmes qui veulent se marier.

Ghadi : « Pour se marier, il faut beaucoup, beaucoup d’argent. C’est l’homme qui paie tout, la maison, le mariage, la fête, les cadeaux pour l’épouse… quand vous allez connaître les parents [de la fille], la première chose qu’ils vous demandent c’est où est votre maison, si elle est achetée ou louée, combien vous gagnez avec votre travail… il est difficile, surtout pour les filles, parce qu’ici c’est normal qu’à 22-23 ans, une jeune fille se marie. Mais souvent, elles ne disposent pas d’un emploi, et donc c’est tout sur les épaules des hommes. Avoir un emploi à proximité de la maison est important, et il doit avoir un beau salaire, une voiture, etc. » (notes de terrain, Redeyef, le 28 novembre 2014).

Les blocages de la production à la mine : un phénomène émergent

14Étant donné la crise économique chronique dans la région, il n’est pas étonnant que les protestations sociales soient devenues fréquentes un peu partout dans le bassin minier de Gafsa. De plus en plus souvent, au cours des quatre dernières années, le processus d’extraction, d’enrichissement et de transport des phosphates a été interrompu par divers mouvements de protestation. Selon l’Observatoire social tunisien, les protestations sont particulièrement nombreuses dans le gouvernorat de Gafsa : pour la seule année 2015, entre trente et cinquante événements par mois ont été enregistrés. Les protestations ont diminué en juillet lors du Ramadan, pour remonter à partir d’août (Observatoire social tunisien, 2015a) et atteindre le chiffre de soixante-cinq cas de protestation individuelle ou collective en octobre 2015 (Observatoire social tunisien, 2015b).

  • 4 Tunisie : le bassin minier ravagé par les mouvements sociaux, Huffpost, mis en ligne le 03/06/2015, (...)
  • 5 La laverie est une structure industrielle dans laquelle la matière extraite des carrières est netto (...)

15La contestation sociale est une constante du paysage social du gouvernorat, en particulier dans le bassin minier4. Les nouvelles ou les rumeurs de blocages de la production de phosphates se sont multipliées, surtout depuis la révolution, au point que les blocages ne surprennent plus personne aujourd’hui. Certaines actions ne sont pas visibles dans la ville parce qu’elles se déroulent sur les sites d’extraction du phosphate et que d’autres concernent la laverie5, les voies ferrées ou l’ancienne gare construite à l’époque coloniale et actuellement sous-utilisée.

  • 6 Le syndicat tunisien Union générale des travailleurs tunisiens, qui fut pendant longtemps la seule (...)

16Ces actions peuvent être réparties en deux grandes catégories. D’une part, les employés de la Compagnie (ouvriers des laveries, transporteurs du phosphate, travailleurs embauchés dans les centres miniers) se joignent à des grèves organisées par l’Union régionale du travail, la cellule locale du syndicat ugtt6. Ils exigent de meilleures conditions de travail ou le respect des accords syndicaux. D’autre part, de petits groupes de personnes, souvent des jeunes au chômage ou employés dans des activités informelles, brûlent des pneus, plantent une tente dans différents points de la ville ou lancent une grève de la faim pour exprimer leur malaise. La Compagnie des phosphates de Gafsa est donc confrontée au risque d’une paralysie permanente de ses activités. Les grèves des employés de la cpg ressortissent au double rôle (politique et syndical) que l’ugtt a joué et joue encore en Tunisie après la fuite de Ben Ali, alors que les blocages de la production, organisés de manière spontanée et apparemment non coordonnée, sont une nouveauté qui émerge surtout à partir de 2011.

  • 7 Cf. Aleya-Sghaier, 2014 ; Benin et Vairel, 2011 ; Honwana, 2013a ; Kiwan, 2015 ; Lagrange, 2014 ; M(...)

17Le lien entre jeunes générations et protestations arabes a été particulièrement souligné dans l’analyse des émeutes de 2010-2011 en Tunisie et ailleurs en Méditerranée7. L’accent a aussi été mis sur la façon dont ces « jeunes » générations ont été mobilisées au sein de nouvelles structures collectives telles que l’Association des diplômés chômeurs au Maroc (Emperador, 2009), ou encore sur les similitudes entre les mouvements nés de part et d’autre de la Méditerranée (Fregonese, 2013).

18Les petites actions de revendication, très nombreuses, qui ne sont encadrées ni par des syndicats ni par des associations, mais qui peuvent à la longue recevoir le soutien de divers acteurs sociaux institutionnels, ont moins retenu l’attention. Ces initiatives, dont nous avons souvent entendu parler lors de notre terrain, sont illustratives de ce que E. Murphy (2012) entend par « récit générationnel ». L’auteure désigne par là une expérience vécue et partagée qui traverse la vie publique et privée des jeunes arabes et reflète les échecs économiques, politiques et sociaux des régimes autoritaires. Cette histoire est partagée par un grand nombre de personnes qui se considèrent encore « jeunes » en raison des limites et des contraintes qui leur sont imposées. La « jeunesse arabe » est la figure du récit de l’exclusion d’une partie de la population du marché du travail et du système de protection sociale. Par rapport à ce que recouvre l’expression « Printemps arabe », le concept de « récit générationnel » désigne les diverses tentatives des gens, des « jeunes » en particulier, pour parvenir à d’autres positions que celles qui leur ont été assignées. L’analyse de certaines situations de protestation, de leurs modèles d’organisation et des attentes de leurs protagonistes aidera à comprendre comment ce « récit » se construit dans les régions périphériques de la Tunisie.

Tente de jeunes protestataires

Tente de jeunes protestataires

Cliché : Stefano Pontiggia, Redeyef, 2015

Anatomie de la protestation en bassin minier

19Comme l’écrit B. Hibou (2015), les tensions sociales qui s’expriment dans la zone minière depuis 2011 ont reçu le même traitement qu’avant 2008 : inaction et indifférence. Au lendemain du 14 janvier 2011, les revendications se sont axées sur la suppression dans le secteur public de la sous-traitance et de l’externalisation des tâches ainsi que sur le recrutement à la Compagnie d’au moins un membre par famille. Originaire de la région et ancien directeur de la Compagnie pendant de courtes périodes dans les années 1990 et 2000, Kaïs Daly fut nommé à la tête de la cpg par le Premier ministre Mohamed Ghannouchi. Daly accepta le poste en échange de trois engagements de la part du gouvernement : un mea culpa à propos des événements de 2008, le recrutement d’au moins quatorze mille hommes et femmes, le réinvestissement d’un cinquième du chiffre d’affaires de la cpg dans le développement local. En quelques semaines, la cpg inaugura le processus de réintégration de toutes les sociétés de transport, de nettoyage et de maintenance, et entama un dialogue avec les anciens chefs de la révolte de 2008. Ces négociations furent interrompues par la démission du gouvernement Ghannouchi. Le gouvernement de transition mené par Béji Caïd Essebsi arrêta l’étude de projets de développement local et revint à une gestion directe et centralisée de la Compagnie, à la façon des gouvernements de Ben Ali. Après les élections de 2014, qui virent Essebsi lui-même devenir président de la République et son parti Nidaa Tounes gagner la majorité au parlement, ce retour à la gestion centralisée s’est doublé d’une intervention de la police, d’arrestations et de procès contre les manifestants. C’est dans ce contexte, et suivant les modalités d’un système de subordination inhérent aux relations économiques locales, que nous devons comprendre ce qui s’est produit au début de l’année 2015.

  • 8 Violents affrontements avec les forces de l’ordre, un poste de police incendié, Huffpost, mis en li (...)

20La nuit du 5 janvier 2015, lors des journées de commémoration du mouvement social de 2008, le bâtiment qui abritait la police de Redeyef fut brûlé, et les derniers agents encore en activité dans la ville s’enfuirent8. L’incendie faisait suite à des affrontements durant les jours précédents entre des jeunes et des policiers qui eurent recours aux gaz lacrymogènes. Le centre-ville, en particulier le quartier du souq où la caserne de la police se trouvait, devint le théâtre d’une bataille inédite par son ampleur, même au plus fort de la révolution de 2011.

  • 9 Environ dix millions d’euros. Gafsa : 1 700 agents de la société de transport de la cpg en grève, T (...)
  • 10 Le Parlement tunisien.

21La situation s’était tendue dès le mois de décembre 2014, en raison d’une grève massive coordonnée par la section de l’ugtt de Gafsa et publiquement soutenue par le Front populaire, formation politique de la gauche tunisienne. Employés dans des sociétés de transport et de l’exploitation minière, les manifestants exigeaient la fermeture des filiales et leur intégration complète dans l’entreprise mère. La grève, qui dura jusqu’aux premiers jours de janvier, provoqua la paralysie presque totale du processus d’extraction, du lavage et du transport des phosphates, et occasionna une perte d’environ vingt millions de dinars9. Toutefois les affrontements avec la police ne furent pas le fait des employés des sociétés de transport, mais d’un groupe de travailleurs temporaires embauchés au noir dans des sociétés, propriétés de l’entrepreneur Lotfi Ali qui venait d’être élu à l’Assemblée du peuple10. La découverte, la nuit du 4 janvier 2015, de camions de phosphates escortés par la police, et commandités par la société de transport pour contourner la grève, enflamma les esprits. Ces camions sont généralement utilisés pour le transport des phosphates lorsque la voie ferrée n’est pas exploitable, même si le coût en est cinq fois plus élevé.

22Parmi les jeunes ayant organisé la plupart des blocages, Zied était dans la rue la nuit où le siège de la police fut brûlé. Il connaît l’étudiant Rafik, et soutient le Front populaire. Il habite chez ses parents. Zied coordonne les activités d’une cinquantaine de personnes qui ont entre 20 et 30 ans, à l’exception de deux qui approchent la quarantaine. Il a négocié (sans succès) avec les autorités pour trouver des emplois pour lui-même et ses amis. Durant la négociation, il a été aidé par Habib, un professeur d’école secondaire également actif en tant que syndicaliste. Nous le rencontrons dans un café du centre-ville, au début du mois de juin 2015, et discutons des raisons qui l’ont incité à protester et de la façon dont ces actions ont été organisées.

  • 11 Une ville du bassin minier à quarante kilomètres de Redeyef.

Nous sommes cinquante. Certains, comme Mohamed et son frère, ont été arrêtés et ont fait deux mois de prison à Gafsa [en les pointant du doigt lorsqu’ils rentrent dans le café]. D’autres, y compris moi-même, sont recherchés par la police. C’est nous qu’avons placé les tentes sur la voie ferrée, avec l’aide du syndicat. Beaucoup d’entre nous sont sans emploi, et donc c’est un moyen pour nous d’essayer de changer cette condition. Si huit ou dix d’entre nous parviennent à trouver un emploi, c’est toujours mieux que rien. Je coordonne le tout, j’appelle les gens et je les invite à participer. Nous sortons dans la nuit, à trois heures par exemple, en nous couvrant le visage. Nous sortons avec des lampes de poche, et l’un des nôtres, qui a une vingtaine de chiens, nous en prête habituellement deux ou trois pour notre protection. Nous utilisons le téléphone portable pour être au courant si les flics arrivent, parce que souvent, quand ils viennent faire des contrôles, ils proviennent de Metlaoui11. Voilà ce que nous avons fait même avec ceux qui étaient en train de charger les camions de phosphates. Nous avons également participé aux affrontements, mais ce n’est pas nous qui avons brûlé le poste de police (Zied, Redeyef, le 5 juin 2015).

  • 12 Sous-traitance.
  • 13 Environ un euro cinquante.

23Zied se qualifie de chômeur. Il a un diplôme en langue et littérature arabe, et a cherché du travail à la Compagnie des phosphates, aux sociétés de mounawla12, et même à l’hôpital : son dossier a toujours été rejeté. Quand nous lui demandons s’il a un khit, un réseau de contacts à exploiter, il dit qu’il ne connaît personne. Pour cette raison, il est exclu du marché du travail formel tandis que : « Un homme que je connais, il a trouvé un travail. Il n’a pas d’expérience, il n’a pas étudié, mais il connaissait quelqu’un et maintenant, il travaille. » Depuis plusieurs mois, en fait, Zied est employé comme bayecha. Le terme vient du français « bâche » et désigne les toiles cirées ou goudronnées utilisées sur les chantiers de construction pour la protection des matériaux ou de l’équipement. La tâche assignée aux travailleurs est de couvrir les camions qui transportent le phosphate avec des bâches pour éviter la chute de minerai : d’où le terme arabe bayecha. C’est un travail informel géré directement par des entreprises appartenant à Lotfi Ali, et un emploi journalier coordonné par un « chef ». Le non-paiement de plusieurs mois de salaires est à l’origine de la participation de Zied aux manifestations. Zied, bayecha depuis un an et demi, a toujours travaillé au noir. Après trois mois de travail, son « chef » ne l’a plus payé. L’argent des salaires sort directement de caisses de la Compagnie des phosphates, mais la gestion en est confiée aux sociétés de Lotfi Ali qui en retiennent la grande majorité. Les « employés » touchent un salaire de trois dinars par jour13, mais, si un jour ils ne travaillent pas, ils ne sont pas payés.

24Les raisons de la protestation, dans le cas de Zied et d’autres membres de sa liste de bayecha, ne sont pas seulement liées au non-paiement des arriérés de salaires mais aussi aux conditions de travail. Outre qu’il est sans contrat, le travail est occasionnel. Le transport routier est en effet utilisé au cas où le service de train (moins coûteux) n’arrive pas à couvrir les besoins. De ce fait le travail est insuffisant et les salaires manquent. Les journées de Zied et de ses amis ne sont pas bien différentes de celles des jeunes chômeurs de Redeyef : ils se lèvent le matin, vont au café et là ils attendent, dans l’espoir que leur « chef » vienne avec un peu de travail à distribuer.

  • 14 Labess est une expression en arabe tunisien qui signifie « Tout va bien ».

En fait, le travail n’existe pas vraiment ; on est appelé à la journée, mais en fait il n’y a pas d’outils pour travailler. À la fin du mois, on prend l’argent, soixante ou soixante-cinq dinars, mais si pour quelques jours vous ne travaillez pas, ou vous n’êtes pas appelé, vous allez obtenir moins. C’est la raison pour laquelle nous avons protesté. Je suis ici toute la journée [en riant]. Le matin, je me lève, je vais faire quelques courses pour ma mère, puis je viens au café. J’organise des activités, puis je mange, je dors, café, cigarettes ... Toute la journée. C’est toujours le même. Nous restons ici, le café et les cigarettes, nous continuons à dire labess labess14, alors que ce n’est pas vrai. Bien que nous disions que tout va bien, ici ce n’est pas bien [en touchant son cœur] (Zied, Redeyef, le 5 juin 2015).

25Le cas des beyecha n’est pas unique dans le bassin minier, et leurs protestations ne détonnent pas dans le paysage des villes minières dont la vie quotidienne est ponctuée par des manifestations et des revendications. Plaintes individuelles ou démonstrations de petits groupes émaillent l’espace urbain et investissent les lieux symboliques de l’histoire de la Compagnie des phosphates. Lorsque l’on réside dans la ville pour une période suffisamment longue, il est fréquent d’apprendre la nouvelle d’une interruption du travail à la Compagnie qui dure souvent plusieurs jours consécutifs.

Espaces, temps et relations de la protestation

26L’origine de ces initiatives est très diverse : manifestations syndicales visant à faire pression sur les autorités lors de négociations, protestations de personnes à propos des listes d’attente de certaines sociétés de mounawla, population exaspérée par le manque de services de base. La protestation peut devenir une ressource politique pour une personne démunie, un moyen pour tenter de modifier les relations avec les institutions et négocier des conditions de vie meilleures. À Redeyef, comme partout dans le bassin minier, la forme la plus visible de ces protestations est représentée par les tentes de fortune, fabriquées à partir de tapis et de tissus, plantées dans les points stratégiques de la ville. Au mois de juin 2015, il était encore possible de les voir, toujours ornées d’un drapeau tunisien et flanquées d’une pancarte écrite en arabe indiquant les raisons de la protestation.

  • 15 À titre de comparaison, cf. Combes et al., 2016.

27En écho aux grands mouvements de jeunesse des années 1960 et 1970, le campement est récemment redevenu un outil de lutte politique, à l’exemple notamment de l’expérience de la place Tahrir au Caire en 2011. Par leur organisation et leur taille, mais aussi les liens transnationaux noués par leurs participants, les campements du Caire ont constitué un espace public expérimental pour une action politique radicale. En raison de leur très petite taille, les bivouacs du bassin minier ne peuvent être comparés à ceux du Caire ou à d’autres rassemblements observés à New York pendant le mouvement Occupy. Il est cependant possible de rapprocher ces diverses expériences, lesquelles ont d’ailleurs trouvé un prolongement à Tunis lors des deux grands rassemblements de la Kasbah en janvier et février 2011. La spatialisation singulière des manifestations transforme l’espace (public ou pas) en lieu de protestation et de partage du mécontentement15. À Redeyef, la protestation apparaît intimement associée au système de transport des phosphates, aux centres de lavage et aux sites d’extraction des matériaux, en somme aux infrastructures qui matérialisent la façon dont l’espace minier a été conçu et utilisé par le Protectorat puis les gouvernements postcoloniaux. On peut supposer que la localisation des manifestations dans ces endroits a un double sens : bloquer physiquement la principale source d’emploi réglementé et contractuel dans la région ; dénoncer la gestion de la zone d’exploitation minière en tant que point d’extraction et de transfert, pur et simple, des ressources brutes, sans retombées pour la région.

28Les protestations peuvent durer des mois. À notre retour à Redeyef en juin 2015, nous rencontrons près de la gare ferroviaire des personnes qui s’étaient mobilisées trois ans auparavant. Nadhir et Mounir, deux de ces manifestants, se tiennent à côté d’un lit de fortune : le premier a 35 ans, le deuxième 32. Mounir est le premier à parler.

Nous avons mis la tente en 2012, parce que nous avions remis le dossier pour entrer à mounawla et à la Société des phosphates, mais rien n’est arrivé. Le syndicat a traité notre dossier, mais nous sommes toujours au chômage et n’avons pas d’assurance maladie. Nous savons que quelqu’un a payé pour être embauché, six mille dinars pour mounawla, dix ou douze mille dinars pour la Société. D’autres avaient quelqu’un dans la famille qui les a aidés (Mounir, Redeyef, le 6 juin 2015).

  • 16 Une carte de taux de réussite au Baccalauréat, organisé sur tous les gouvernorats du pays, est disp (...)

29Iheb, un troisième homme, arrive. Leurs histoires se ressemblent. À la base on trouve l’expression de ce que l’anthropologue A. Boum (2011) définit comme la « culture du désespoir », c’est-à-dire l’ensemble des insuffisances du marché du travail local et du système éducatif contre lesquelles les jeunes nord-africains réagissent en fuyant ou en protestant. Ces insuffisances impliquent un échec dans le passage de l’école au travail qui, en Tunisie, dépend moins des inégalités familiales que de l’inégale répartition spatiale des ressources éducatives : en raison de la mauvaise qualité de l’enseignement en 2015, le taux de réussite au baccalauréat dans le gouvernorat de Gafsa fut de 15 %, contre une moyenne nationale de 27,22 %16. Même pour ceux qui ont connu un relatif succès au cours de leur scolarité, la transition vers le monde du travail est marquée par l’emploi précaire dans le secteur du tourisme sur la côte.

  • 17 Le système de hadira « chantier » est un programme d’emploi pour les chômeurs créé pendant les anné (...)

Mounir : J’ai 32 ans, j’ai étudié jusqu’à la sixième [école secondaire], puis j’ai pris un diplôme en mécanique en 2005. Je faisais tout, j’ai travaillé dans le tourisme sur la côte, puis dans les constructions, puis hadira17 pendant quelques mois. Je prenais quatre dinars par mois. Ensuite, j’ai fait des petits boulots : peinture ou bâtiment. Je ne suis pas marié, et je n’ai pas de petite amie.

Nadhir : J’ai eu mon Bac en 1998, puis de 2003 à 2010, j’ai travaillé dans le tourisme à Djerba et Sousse. Je suis également formé comme un technicien pour les appareils, je l’ai eu à Gafsa. Après 2010 je me suis enfui, j’ai payé sept cents dinars et j’ai débarqué à Lampedusa, mais j’ai été arrêté. J’y ai été quinze jours et puis ils m’ont fait revenir ici. Pas de petite amie, mais je veux rester ici et me marier.

Iheb : J’ai étudié jusqu’à la troisième, à l’école secondaire, puis je suis allé travailler. Pendant cinq ans, j’ai travaillé à Sousse dans le tourisme, par exemple dans les bars, les hôtels ou les restaurants. Cela de 2007 à 2011. Après la révolution, je suis revenu ici et je me suis marié, mais je ne travaille pas. Il n’y a rien ici, vous ne pouvez que manger et dormir (Mounir, Nadhir et Iheb, Redeyef, le 6 juin 2015).

30Les personnes qui décident de bloquer le travail de la Société (alias la Compagnie) se réfèrent implicitement aux événements de 2008 dont ils tirent la légitimité de leurs actes. Kenneth Perkins (2014), dans son histoire de la Tunisie, propose une reconstruction du mouvement social qui a touché la région minière. Les manifestants d’alors utilisèrent un large éventail de moyens, arrêts de travail, sit-in, grèves de la faim, défilés, blocages des transports du phosphate et, dans certains cas, destruction des voies ferrées, édification de campements. Certaines de ces initiatives sont aujourd’hui reproduites par des petits groupes, comme si une réponse réflexe se déclenchait lorsqu’une situation de crise sociale fait émerger une revendication. La mémoire, en tant qu’elle est le produit d’un mouvement social, se donne comme un frame où puiser des symboles et des modes d’action transposables au présent.

31En plantant une tente sur les voies ferrées, les protestataires rendent implicitement hommage aux protagonistes des événements de 2008 et légitiment en retour leurs propres actions. L’histoire des émeutes de Gafsa est l’histoire des actions de quelques leaders bien connus et d’une masse de citoyens anonymes, demeurés à l’écart des plateaux de télévision ou des tournages documentaires. Un dirigeant syndical de Redeyef, élu au Parlement, a ainsi utilisé les images des anciens affrontements et des manifestations au cours de sa campagne électorale : dans ces vidéos, sa figure charismatique d’alors émerge pour donner force et légitimité à sa candidature d’aujourd’hui. Toutefois, ceux qui peuvent se présenter comme « héros » de 2008 et qui ont la chance d’être reconnus comme leaders, ne sont pas nombreux. Le boycott de la Compagnie raviverait alors un geste héroïque dont la reproduction conférerait un statut « révolutionnaire » et, donc, légitime à l’action en cours. Preuve en est que personne n’a jamais soulevé d’objections quant au sens ou à la légitimité de ces actions alors que leur pertinence et leur efficacité ont souvent été questionnées.

32Mais ces actions ne sont pas massives comme le furent celles de 2008. Lorsque les protestations se produisent de nos jours, la vie continue dans une apparente normalité, les magasins restent ouverts, les employés suivent leur routine, au contraire des images et des vidéos de 2008 qui montrent que l’ensemble de la population était alors impliqué. Les actions de protestation sont en outre dispersées, à l’exception des négociations qui finissent par s’établir entre les représentants des institutions de l’État et des manifestants. Alors interviennent les organismes intermédiaires tels que le syndicat ugtt ou les associations comme le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (ftdes).

33Si l’on suit le sociologue K. McDonald (2002, 2004), le principe de ces initiatives semble être fondé sur l’expérience subjective. Certains mouvements contemporains, comme le mouvement anti-mondialisation, sont en rupture avec les structures classiques de délégation et de représentation ; ils s’organisent sous une forme plus fluide propre aux petits réseaux sociaux dont les participants ne se sentent pas nécessairement représentés par une communauté ou par une entité collective. Cette configuration entraîne la disparition de la figure du porte-parole, remplacée par une organisation et une gestion horizontales des initiatives au sein du même réseau social : ce dernier agit comme un « groupe d’affinité » au sens d’une entité définie par des relations fondées sur la connaissance interpersonnelle et la confiance. Les cas présentés dans cet article répondent assez bien à ces caractéristiques : avant d’être unis par leur condition de chômeurs ou leur détresse professionnelle, les manifestants sont liés par des relations d’amitié qui permettent l’organisation horizontale des protestations, et une forte capacité d’adaptation au contexte. Une certaine forme d’institutionnalisation apparaît plus tard, lorsque le syndicat ugtt ou d’autres organismes représentatifs se mettent aux côtés des acteurs pour négocier avec les autorités.

34Le travail est au cœur des revendications des manifestants qui plantent une tente et cherchent à bloquer les opérations de la Compagnie des phosphates. Les chômeurs et les travailleurs dans le secteur informel essaient toujours d’obtenir un « vrai » travail, avec un contrat stable et bien payé, puisque seul le travail donne les moyens de la construction d’une identité à la fois personnelle et sociale. Emploi et dignité sont des mots-clés des slogans révolutionnaires. En Tunisie, l’accès à l’emploi a une valeur sociale très spécifique, car le salaire permet de réaliser le passage de l’« adolescence » à l’« âge adulte », ou plus exactement l’âge d’homme. Rappelons-le, dans la société tunisienne, plus particulièrement les régions du Sud, l’identité de l’homme est étroitement liée à son rôle social : seuls ceux qui ont fondé une famille méritent d’être considérés comme des adultes à part entière. L’emploi est le ressort premier de la réalisation de soi, car il permet d’obtenir des ressources suffisantes pour se marier et acheter ou bâtir une maison. Dans une situation de crise à la fois politique et économique, les « jeunes » sont le secteur le plus vulnérable : ce n’est pas un hasard, si presque tous les manifestants que nous avons rencontrés au cours de notre travail étaient au chômage, célibataires et âgés entre 25 et 35 ans. Et cela, même si les protestions de 2008 et de 2011 étaient, à leur début, des protestations plus larges, d’ordre générationnel.

La protestation comme stratégie d’insertion dans les réseaux clientélistes

35Les manifestations de Redeyef, dans leurs dimensions spontanées et non coordonnées, ne relèvent pas d’une visée stratégique. Ce sont des actions politiques qui s’inscrivent dans la gestion complexe du « jeu de l’attente ». Elles rappellent les actions des chômeurs et des employés précaires d’Ouargla, une ville algérienne étudiée par le sociologue Nawal Belakhdar (2015). La région d’Ouargla présente des caractéristiques très semblables à celles de la zone minière. La population locale ne trouve pas d’emplois dans les puits de pétrole localisés à une centaine de kilomètres du centre-ville, et ne peut de ce fait accéder aux infrastructures et divers équipements dont disposent les salariés de l’économie pétrolière. Située géographiquement et politiquement en marge de l’État algérien, après des années caractérisées par divers mouvements de masse, la région d’Ouargla a connu depuis le début du xxie siècle, une hausse continue de mouvements localisés, micro manifestations, sit-in, blocages et occupations des rues et de la mairie. Les manifestants ont pour objectif de trouver un emploi dans les entreprises publiques de la région, car le secteur privé a mauvaise réputation, considéré comme synonyme d’exploitation, d’absence de droits et d’insécurité sociale. En dénonçant la corruption et le népotisme du système de recrutement, les protagonistes des manifestations expriment une relation ambivalente à l’État. D’une part, ils rejettent sa dimension violente, répressive, et génératrice de marginalité et d’exclusion ; d’autre part, ils exigent une plus grande présence des institutions, sous la forme d’une prise en charge globale des besoins locaux de développement. Ce double mouvement de rejet et de désir d’État contribue à la renégociation des termes du contrat social algérien par le moyen de la protestation. Cela n’est pas sans faire écho aux jugements et aux attentes des habitants de Redeyef : l’État est présent sous la forme de la violence, tandis qu’il disparaît à la faveur d’une privatisation des services sociaux et dans l’apparent renoncement à l’amélioration des conditions de vie.

36Les paroles de Zied confortent cette interprétation. La durée du conflit se confond avec la durée de l’attente : comme on le voit dans le cas de Mounir et ses amis, il peut s’écouler beaucoup de temps entre l’installation d’une tente sur les rails et une rencontre avec un membre du gouvernement. Entre-temps, l’expérience de la « politique de la rue » peut être remplacée par l’expérience de la prison. C’est ce qu’indique un slogan écrit en français sur un mur d’un des quartiers les plus pauvres de Redeyef : « La rue, puis la prison. » Toutefois, cette forme d’attente est aussi un acte politique, réalisé par le seul fait d’occuper un espace public pour réclamer l’intégration dans le marché du travail formel. Ce type d’acte de force s’est répandu au cours des dernières années.

  • 18 Ancien militant pour les droits de l’homme, Kamel Jendoubi est le ministre chargé des Instances con (...)
  • 19 La troïka est le nom qui désigne divers gouvernements de coalition qui se sont constitués depuis la (...)
  • 20 Mehdi Jomâa a été chef d’un gouvernement « technocrate » pendant l’année 2014.

Ici, malheureusement, vous avez besoin de le faire. Nous ne sommes pas à Monastir ou à Sousse, ici il n’y a pas de travail, et vous ne pouvez pas attendre d’aller à Tunis pour négocier avec Kamel Jendoubi18 en demandant : « S’il vous plaît, donnez-nous un emploi », peut-être avec l’air effrayé. J’ai 32, je suis né sous Bourguiba, puis j’ai vu Ben Ali, la troïka19, Jomâa20 et maintenant Essebsi, et rien n’a changé. Ici, pour avoir quelque chose, vous devez faire un peu de bruit, vous devez taper du poing sur la table afin que le gouvernement ait peur et alors vous pourrez négocier. Si vous ne faites pas de bruit, vous ne pouvez pas avoir quoi que ce soit. Après les manifestations, je suis allé à Tunis deux fois, j’ai négocié avec Jendoubi et le syndicat, et pour certains, un travail est arrivé (Zied, Redeyef, le 5 juin 2015).

37Les initiatives de Zied, Mounir et d’autres, loin d’être dépourvues de rationalité, font écho aux techniques de gestion du mécontentement décrites par H. Meddeb (2015) évoqué plus haut. Les protestations sont menées dans le but de négocier avec les autorités étatiques, en lien direct avec le manque d’argent et d’entregent des protestataires pour obtenir un emploi. Les blocages apparaissent comme des tactiques de recherche de travail mises en œuvre par des fractions de la population particulièrement marginalisées et exposées au risque de pauvreté et d’exclusion. La protestation vise à établir un contact entre manifestants et « hommes du pouvoir » : le principe qui la sous-tend est relationnel. Cela est cohérent avec la manière dont les institutions répondent aux blocages, de plus en plus nombreux, de la production : elles reconnaissent les besoins et les exigences de justice sociale, qui sont en elles-mêmes collectives, en y apportant des réponses au cas par cas. Le problème de la répartition inégale des ressources et des possibilités est ainsi transformé en problèmes individuels, alors que les protestations à l’origine émanaient d’initiatives collectives. En ce sens, les protestataires n’ont ni les moyens ni l’objectif de menacer ou de réduire le pouvoir étatique ou de s’en prendre aux modes de gestion du mécontentement. Habib, un syndicaliste impliqué dans les tractations au sujet des bayecha, est très explicite à ce sujet.

Stefano : Qu’est-ce que vous pensez à propos des blocages à la voie ferrée ?

Habib : Vous savez, les gens sont à la recherche des intérêts individuels ou pour des petits groupes, mais c’est aussi une faute de l’État. Au lieu de réunir tous les groupes de Redeyef, les associations, les syndicats, la société civile, pour négocier, ils ont choisi de diviser les gens, de négocier directement avec des individus ou des groupes, de proposer des solutions pour se débrouiller pendant deux à trois mois, sans un projet de longue durée.

Stefano : Mais de cette façon, c’est impossible de trouver une solution structurelle au problème, au maximum on peut gérer une petite urgence, mais rien de plus…

Habib : Oui, c’est vrai, les protestations suivent souvent des intérêts individuels ou des groupes, et il n’y a aucun projet futur. Voilà pourquoi je pense qu’il est nécessaire d’unir l’ensemble de la population. Mais il est vrai aussi qu’il y a une contradiction entre le temps long d’un projet et les besoins d’aujourd’hui. Ici, la situation, en particulier après la révolution, s’est tellement détériorée que la seule chose qu’on peut faire est de gérer les situations d’urgence (Habib, Redeyef, le 5 juin 2015).

38Cette forme particulière de négociation des droits entre l’État et les populations locales est plutôt une réponse situationnelle à la crise économique et sociale, et résulte d’une longue histoire d’attention sélective envers le bassin minier. Même les événements de 2008 et ceux de 2011 n’ont pas véritablement changé cette dynamique. L’absence d’un nouveau plan quinquennal de développement (un premier résumé a été publié juste fin 2015), les difficultés de l’après-14 janvier 2015 et le désintérêt général de l’élite politique — pendant sa première année de mandat, le président Beji Caïd Essebsi n’a jamais voyagé dans les gouvernorats du Sud — ont créé les conditions d’une gestion relationnelle des besoins et des demandes des manifestants.

39Sabri, originaire de Redeyef, professeur d’université spécialisé dans les questions de développement durable, s’intéresse plus particulièrement à la zone minière. Il est un ami de Rafik et membre du Front populaire. Nous le rencontrons à Tunis pour discuter des événements de janvier 2015 et de la vague de protestations dans la région au cours des derniers mois. Il décrit une situation faite d’un ensemble de petites initiatives éparpillées, cela en l’absence d’un mouvement social cohérent, coordonné et reposant sur des revendications communes comme celui de 2008. En effet, nées comme « soulèvement générationnel », les révoltes du bassin minier en 2008 furent par la suite encadrées par une classe de leaders syndicaux et impliquèrent presque toute la population. D’après Sabri, la situation actuelle est au contraire caractérisée par la dispersion et l’émiettement des protestations.

  • 21 Au mois de mars 2015, des ministres du gouvernement Essid et le gouverneur de Gafsa sont venus visi (...)

Sabri : [Les gouvernants] ils ont tout essayé pour faire disloquer cette union et orienter les gens vers des choses très… qui n’ont aucune relation avec les choses réelles, dont les demandes d’embauche. Mais je crois qu’en fonction du temps, il y a beaucoup d’intervenants qui n’ont pas les mêmes tendances, les mêmes demandes, et à travers là on a eu, au mois de mars, par exemple, des centaines de tentes, et chaque tente a ses problématiques, a sa propre demande21.

Stefano : J’ai l’impression que ces actions de protestations sont dispersées, parce que souvent ce sont de petits groupes qui agissent spontanément.

Sabri : C’est-à-dire qu’on a transformé la révolte de masse en manifestations « corpusculées », et à travers ça le danger est réel.

Stefano : Mais y a-t-il une coordination de ces actions ?

Sabri : Non, personne ne peut l’affirmer (Sabri, Tunis, le 2 juin 2015).

40Déconnectées l’une de l’autre, et chacune singularisée par un contenu particulier, ces actions partagent une autre caractéristique : elles se reproduisent sur la base du bouche-à-oreille. Lorsque les protagonistes d’un blocage obtiennent de négocier avec les autorités locales, d’autres sont poussés à manifester dans un jeu d’imitation lorsque se propage la nouvelle. De cette façon, le blocage de la production de la Compagnie fait partie d’un mécanisme de négociation avec les autorités qui en favorisent la perpétuation, cela en l’absence de perspectives de réponse politique à la crise structurelle du bassin minier. Le manque de moyens, de volonté et de vision politique du gouvernement contribue tout autant au déclenchement des protestations. La protestation sociale et la négociation directe entre citoyens et autorités deviennent le lieu d’une pratique d’attente dans laquelle les représentants des institutions cherchent à contrôler la dissidence avant qu’elle n’explose dans des formes plus amples et violentes.

Sabri : Moi j’étais à Redeyef pendant le mois d’avril, sept fois, et j’ai déjà discuté avec les différentes associations de la société civile et avec les gens dans les tentes, j’ai compris quelque chose d’important : l’union du mouvement a été frappée, et par conséquent il y a des manifestants… c’est pratiquement… chacun fait son boulot, chacun a sa propre demande, et il n’y a pas une vision claire du développement de la région. Les mêmes méthodes, les mêmes fautes, le même esprit de corruption qui se répètent depuis 2008. Il y a des ouvriers qui veulent travailler, et des gens qui maintiennent les blocages jusqu’à ce qu’il y a un conflit entre les travailleurs et les chômeurs. Pourquoi ? Parce que la Société [des phosphates] a décidé que toute journée sans travail ne soit pas payée. Ça c’est logique, ça fait partie des règlements.

Stefano : Mais qui a intérêt à faire ça ?

Sabri : Il n’y a pas d’intérêts, c’est l’évolution normale des choses, elles vont converger. L’État a réagi tard, sans proposer des solutions radicales, même s’il propose des solutions, ce sont des solutions qui vont aggraver la situation. Il n’y a pas de logique. L’État intervient toujours d’une manière très folklorique, en distribuant des salaires et des emplois, ou en créant quelque unes de ces entreprises de mounawla où les gens ne travaillent pas. J’ai vu au moins vingt-sept procès-verbaux signés par le Gouverneur ou le délégué, pour faire embaucher deux cent cinquante-deux personnes.

Stefano : Et qui a la responsabilité des embauches ?

Sabri : Il n’y a aucune embauche. Ça marche comme ça : un groupe de chômeurs vont couper le chemin de fer, d’accord ? Le gouverneur vient et dit : « Allez, on va négocier et après la négociation on doit signer un procès-verbal et je vous promets de vous embaucher pendant un mois, deux mois. » Les gens acceptent, et il n’y a pas de coupure du chemin de fer ou de la route. D’autres gens qui sont chômeurs entendent ça et allez, vont bloquer (Sabri, Tunis, le 2 juin 2015).

Ni vandales, ni héros

41Tentes, blocages et occupations, comme d’autres actes évoqués dans l’article, sont des indicateurs de la persistance de la crise économique et sociale qui façonne l’espace contemporain du bassin minier dans le Sud-Ouest tunisien. Cette crise touche surtout ces « jeunes » qui ne peuvent s’accomplir en devenant homme adulte. Chômage, absence d’investissements étatiques et clientélisme rendent impossible l’achat ou la construction d’une maison, le mariage et la fondation d’une famille. Les protestations sont aussi le lieu et l’instrument de formation de l’État dans les régions périphériques d’un pays postcolonial et postrévolutionnaire. En ce sens, le problème va au-delà de la définition des protestations et des dimensions structurelles, au niveau social et économique, qui les rendent possibles (Fillieule et Bennani-Chraïbi, 2003).

42Nous estimons que le caractère dispersé des protestations, apparemment non orienté vers le changement social et parfois violent, doit être compris comme un événement étroitement lié à son contexte. Il ne faut pas plaquer sur ce phénomène le cadre d’analyse des mouvements sociaux, en vogue dans le domaine des études africaines, qui, non sans ethnocentrisme, fait de ces « jeunes » des héros du processus de démocratisation. De même, des termes comme « société civile », fréquemment utilisés par les analystes et les journalistes de la capitale dans les interviews que nous avons menées, ne permettent pas de saisir les dimensions politiques, sociales et économiques à l’œuvre au sein des populations du bassin minier : ils induisent une vision verticale du pouvoir dans laquelle la couche inférieure serait celle des populations locales, la couche supérieure, celle de l’État — entité insaisissable et placée dans un « ailleurs » — et la couche intermédiaire, celle des organes représentatifs tels que les syndicats et les associations.

43Ni soumis ni rebelles (Bennani-Chraïbi, 1994), ni vandales ni à l’avant-garde (Abbink et Kessel, 2005), Zied, Mounir, Idriss et tous ceux qui se mobilisent dans des actions de protestation ne sont pas facilement classables. La logique à l’œuvre, plus utilitariste que politique, n’est pas sous-tendue par une vision alternative du devenir du bassin minier et de ses potentialités. Elle vise à la négociation avec les autorités publiques, lorsque l’on ne peut compter sur un capital social ou économique suffisant pour obtenir un emploi. Les « jeunes protestataires » du bassin minier, pleinement conscients des limites dans lesquelles ils vivent, tentent au quotidien diverses actions pour atteindre un statut social, bénéficier de la considération et de la sécurité économique qui lui sont associées, dans une région caractérisée par un manque d’opportunités qui les relègue dans une position subalterne. En ce sens, le désir de transformer les structures sociales n’existe pas. Ces actes de protestation sont plutôt une tentative de créer de nouveaux liens clientélistes. Le caractère de ces actions est donc profondément conservateur et parfaitement maîtrisable par l’État. Désireux de participer à la distribution de la richesse et aux possibilités d’une réalisation de soi, empêchés dans leur but de devenir pleinement des adultes, les « jeunes » de Redeyef et du bassin minier utilisent les ressources économiques et sociales qui leur sont offertes, en contribuant à l’occasion, et en dépit d’eux-mêmes, à la reproduction de l’inégalité et de la crise.

Haut de page

Bibliographie

Abbink, Jon et Kessel, Ineke van (éd.)
2005 
Vanguard or vandals : Youth, politics and conflict in Africa (Leyde, Brill).

Aleya-Sghaier, Amira
2014 The Tunisian revolution : the revolution of dignity,
in R. R. Larémont (éd.), Revolution, revolt, and reform in North Africa : The Arab Spring and beyond (Londres, Routledge) : 30-52.

Allal, Amine
2010 Réformes néolibérales, clientélismes et protestations en situation autoritaire. Les mouvements contestataires dans le bassin minier de Gafsa en Tunisie (2008), Politique africaine, 117 : 107-125 ; DOI : 10.3917/polaf.117.0107.

Belakhdar, Nawal
2015 « L’éveil du Sud » ou quand la contestation vient de la marge. Une analyse du mouvement des chômeurs algériens, Politique africaine, 167 : 27-48.

Ben Hamida, Abdesslem
1994 Discours fondateur du syndicalisme tunisien et mobilité sociale, Cahier de la Méditerranée, 49 : 19-35 ; DOI : 10.3406/camed.1994.1124.

Benin, Joel et Vairel, Fréderic
2011 Afterword : Popular uprisings in Tunisia and Egypt,
in J. Benin et F. Vairel (éd.), Social movements, mobilization, and contestation in the Middle East and North Africa (Stanford, Stanford University Press) : 237-251.

Bennani-Chraïbi, Mounia
1994 Soumis et rebelles : les jeunes au Maroc (Paris, CNRS Éditions).

Bennani-Chraïbi, Mounia et Faraj, Iman
2007 Jeunesses des sociétés arabes : par-delà les promesses et les menaces (Le Caire/Paris, CEDEJ/Aux Lieux d’être).

Bonnefoy, Laurent et Catusse, Myriam
2013 Introduction. Déconstruire les stéréotypes : portraits croisés des jeunes arabes, in L. Bonnefoy et M. Catusse (éd.), Jeunesses arabes. Du Maroc au Yemen : loisirs, cultures et politiques (Paris, La Découverte) : 11-23.

Boum, Aomar
2011 The culture of despair : Youth, unemployment, and educational failures in North Africa,
Mediterranean Journal of Educational Studies, 16 (1) : 237-244.

Bourdieu, Pierre
1980 La jeunesse n’est qu’un mot, in Questions de sociologie (Paris, Éditions de Minuit) : 143-154.

Combes, Hélène, Garibay, David et Goirand, Camille (éd.)
2016 Les lieux de la colère : occuper l’espace pour contester, de Madrid à Sanaa (Paris, Karthala).

Dhillon, Navtej, Dyer, Paul et Yousef, Tarik
2009 Generation in waiting : An overview of school to work and family formation transitions,
in N. Dhillon et T. Yousef (éd.), Generation in waiting : the unfulfilled promise of young people in the Middle East (Washington DC, The Brookings Institution) : 11-38.

Emperador, Montserrat
2009 Les manifestations des diplômés chômeurs au Maroc : la rue comme espace de négociation du tolérable, Genèses, 77 : 30-50 ; DOI : 10.3917/gen.077.0030.

Fillieule, Olivier et Bennani-Chraïbi, Mounia
2003 Exit, voice, loyalty et bien d’autres choses encore…, in M. Bennani-Chraïbi et O. Fillieule (éd.), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes (Paris, Presses de Science Po) : 43-126.

Fregonese, Sara
2013 Mediterranean geographies of protest,
European Urban and Regional Studies, 20 (1) : 109-114 ; DOI : 10.1177/0969776412460528.

Gobe, Eric
2011 The Gafsa mining basin between riots and a social movement : Meaning and significance of a protest movement in Ben Ali’s Tunisia,
HAL-SHS (pré-publication), en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00557826.

Haddad, Tahar
2013 La naissance du mouvement syndical tunisien (Paris, L’Harmattan).

Hamzaoui, Salah
1999 Champ politique et syndicalisme en Tunisie, Annuaire de l’Afrique du Nord, XXXVIII : 369-380.

Hibou, Béatrice
2015 Le bassin minier de Gafsa en déshérence. Gouverner le mécontentement social en Tunisie, in I. Bono, B. Hibou, H. Meddeb et M. Tozy, L’État d’injustice au Maghreb : Maroc et Tunisie (Paris, Karthala) : 301-343.

Honwana, Alcinda
2012 
The time of youth : Work, social change, and politics in Africa (Sterling, Kumarian Press).
2013
aYouth and revolution in Tunisia (New York, Zed Books).
2013
bYouth, waithood, and protest movements in Africa, Lugard Lecture, 5th European Conference on African Studies, Lisbonne, en ligne : https://www.internationalafricaninstitute.org/downloads/lugard/Lugard%20Lecture%20%202013.pdf.

Honwana, Alcinda et De Boeck, Filip (éd.)
2005 
Makers and breakers : Children and youth in Postcolonial Africa (Oxford, James Currey).

Kiwan, Dina
2015 Contesting citizenship in the arab revolutions : Youth, women, and refugees,
Democracy and Security, 11 (2) : 129-144 ; DOI : 10.1080/17419166.2015.1036237.

Lagrange, Hugues
2014 Révoltes juvéniles sur les deux rives de la Méditerranée, Esprit, 10 : 64-84 ; DOI : 10.3917/espri.1410.0064.

McDonald, Kevin
2002 From solidarity to fluidarity : social movements beyond “collective identity” – the case of globalization conflicts,
Social Movement Studies, 1 (2) : 109-128 ; DOI : 10.1080/1474283022000010637.
2004 Oneself as another : from social movement to experience movement,
Current Sociology, 52 (4) : 575-593 ; DOI : 10.1177/0011392104043492.

Meddeb, Hamza
2015 L’attente comme mode de gouvernement en Tunisie, in I. Bono, B. Hibou, H. Meddeb et M. Tozy, L’État d’injustice au Maghreb : Maroc et Tunisie (Paris, Karthala) : 345-377.

Mulderig, Chloe M.
2013 
An uncertain future : Youth frustration and the Arab spring (Boston, Boston University) [The Pardee papers, 16].

Murphy, Emma
2012 Problematizing Arab youth : Generational narratives of systemic failure,
Mediterranean Politics, 17 (1) : 5-22 ; DOI : 10.1080/13629395.2012.655043.

Observatoire social tunisien
2015aRapport de l’Observatoire social tunisien, septembre 2015, en ligne : https://ftdes.net/rapport-de-lobservatoire-social-tunisien-septembre-2015__trashed/.
2015bRapport de l’Observatoire social tunisien, octobre 2015, en ligne : https://ftdes.net/rapport-ost-mouvements-de-protestation-en-octobre-2015__trashed/.

Perkins, Kenneth
2014 
A history of modern Tunisia (New York, Cambridge University Press) [2e éd.].

Pontiggia, Stefano
2016 “Every day is a copy-and-paste” : Waithood among Tunisian men,
Allegra Laboratory, en ligne : http://allegralaboratory.net/every-day-is-a-copy-and-paste-waithood-among-tunisian-men/.
2017 
Il bacino maledetto. Disuguaglianza, marginalità e potere nella Tunisia postivoluzionaria (Roma, Aracne).

Rivoal, Isabelle et Peatrik, Anne-Marie
2015 Les « jeunes » dans le sud de la Méditerranée : cadres conceptuels pour l’étude de sociétés sous tension, Ateliers d’anthropologie, 42, en ligne : https://journals.openedition.org/ateliers/9972 ; DOI : 10.4000/ateliers.9972.

Roberts, Ken
2015 Youth mobilizations and political generations : Young activists in political change movements during and since the twentieth century,
Journal of Youth Studies, 18 (8) : 950-966 ; DOI : 10.1080/13676261.2015.1020937.

Salehi-Isfahani, Djavad et Dhillon, Navtej
2008 
Stalled youth transitions in the Middle East : A framework for policy reform (Dubai, Dubai School of Government) [The Middle East Initiative, Working paper, 8].

Yousfi, Héla
2015 L’UGTT, une passion tunisienne : enquête sur les syndicalistes en révolution 2011-2014 (Sfax, Med Ali Éditions).

Haut de page

Notes

1 Le programme s’est déroulé entre janvier 2013 et décembre 2015, la thèse a été soutenue le 30 mars 2016 et elle a été publiée l’année suivante (Pontiggia, 2017). L’article a été traduit de l’italien.

2 Le terme waithood est une contraction de l’anglais waiting for adulthood, c’est-à-dire l’attente de devenir adulte.

3 Les Délégués sont les représentants du gouvernement et des gouvernorats, chargés d’appliquer les politiques de l’État à l’échelle locale.

4 Tunisie : le bassin minier ravagé par les mouvements sociaux, Huffpost, mis en ligne le 03/06/2015, http://www.huffpostmaghreb.com/2015/06/03/tunisie-conflits-minier_n_7500134.html, consulté le 23/08/2019. Les derniers événements de janvier-mars 2018 ne démentent pas ce constat !

5 La laverie est une structure industrielle dans laquelle la matière extraite des carrières est nettoyée, triée puis transportée vers la côte pour être vendue comme engrais agricole (phosphates).

6 Le syndicat tunisien Union générale des travailleurs tunisiens, qui fut pendant longtemps la seule force représentative des travailleurs tunisiens, a toujours joué un rôle à la fois politique et militant depuis l’indépendance du pays. Organisé en cellules locales, il est traversé de tensions concurrentes liées à des affiliations partisanes ou idéologiques, ou encore à des ancrages territoriaux et à diverses appartenances « familiales ». Pour une explication historique et une analyse de l’époque postrévolutionnaire, cf. Haddad, 2013 ; Ben Hamida, 1994 ; Hamzaoui, 1999 ; Yousfi, 2015.

7 Cf. Aleya-Sghaier, 2014 ; Benin et Vairel, 2011 ; Honwana, 2013a ; Kiwan, 2015 ; Lagrange, 2014 ; Mulderig, 2013 ; Roberts, 2015.

8 Violents affrontements avec les forces de l’ordre, un poste de police incendié, Huffpost, mis en ligne le 07/01/2015, http://www.huffpostmaghreb.com/2015/01/07/redeyef-tunisie-phosphate_n_6427974.html, consulté le 23/08/2019.

9 Environ dix millions d’euros. Gafsa : 1 700 agents de la société de transport de la cpg en grève, Tunis webdo, mis en ligne le 03/01/2015, http://www.webdo.tn/2015/01/03/gafsa-1700-agents-societe-transport-cpg-en-greve/, consulté le 23/08/2019.

10 Le Parlement tunisien.

11 Une ville du bassin minier à quarante kilomètres de Redeyef.

12 Sous-traitance.

13 Environ un euro cinquante.

14 Labess est une expression en arabe tunisien qui signifie « Tout va bien ».

15 À titre de comparaison, cf. Combes et al., 2016.

16 Une carte de taux de réussite au Baccalauréat, organisé sur tous les gouvernorats du pays, est disponible sur : http://www.targa-consult.com/index.php?option=com_content&view=article&id=167, consulté le 23/08/2019.

17 Le système de hadira « chantier » est un programme d’emploi pour les chômeurs créé pendant les années Bourguiba, largement utilisé par Ben Ali, et encore très répandu aujourd’hui. Dédié spécifiquement aux régions les plus pauvres, il offre un emploi à temps déterminé dans des organismes publics auxquels a été accordée la possibilité de déroger à la loi en ne respectant pas le salaire minimum actuellement fixé à un peu moins de 290 dinars par mois.

18 Ancien militant pour les droits de l’homme, Kamel Jendoubi est le ministre chargé des Instances constitutionnelles et de la société civile, des Droits de l’homme et du processus de justice transitionnelle. Il est le réfèrent institutionnel des négociations avec les populations locales.

19 La troïka est le nom qui désigne divers gouvernements de coalition qui se sont constitués depuis la crise de 2011.

20 Mehdi Jomâa a été chef d’un gouvernement « technocrate » pendant l’année 2014.

21 Au mois de mars 2015, des ministres du gouvernement Essid et le gouverneur de Gafsa sont venus visiter la région minière. Beaucoup de jeunes ont bloqué la production de phosphates dans différentes villes pour attirer l’attention sur leurs problèmes de travail. Quand nous sommes retournés à Redeyef trois mois plus tard, les tentes étaient encore visibles dans la rue.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Paysage minier
Crédits Cliché : Stefano Pontiggia, Redeyef, 2014
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/12466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Tente de jeunes protestataires
Crédits Cliché : Stefano Pontiggia, Redeyef, 2015
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/12466/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stefano Pontiggia, « Tentes et rails. Les « jeunes » du Sud tunisien entre chômage, attente et protestation », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 47 | 2020, mis en ligne le 14 janvier 2020, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/12466 ; DOI : 10.4000/ateliers.12466

Haut de page

Auteur

Stefano Pontiggia

PhD, Lecturer in anthropology, Verona Academy of Fine Art (Verona) Italy
stefano.pontiggia[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals