Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série48Prélude

Texte intégral

1Pourquoi « la nuit » ? Pourquoi, d’années en années qui ne se comptent plus sur les doigts de la main, écouter tant de récits, parcourir tant de paysages, remonter les siècles, solliciter avidement des neurophysiologistes, des ethnologues, des historiens, des géographes… pour raconter, analyser, interpréter ou tout simplement « dire la nuit » ?

2Notre attachement à la nuit est venu par le biais candide du sommeil, universel, indispensable, commun à tous les êtres vivants : et cependant, immédiatement, des interrogations ont surgi. Pourquoi le sommeil de nourrissons élevés à Florence ou à Naples montre-t-il des organisations non strictement identiques ? Comment se stabilisent ou se bouleversent les rythmes du sommeil dans une prison, sur un chalutier, à la campagne ou en ville, si l’on vit aux pôles ou à l’équateur, au Moyen Âge ou au xxie siècle ? Quelques années après les premières découvertes concernant les stades du sommeil — celles où l’on plantait des aiguilles dans le cerveau des chats pour observer les épisodes du rêve ou quand on posait des électrodes sur les crânes des nourrissons pour étudier les rythmes de leur sommeil —, des questions nous ont été posées de la part de neuro- et psycho-physiologistes prenant acte du fait que les variations culturelles induisaient des différences notables dans l’architecture du sommeil. La réponse des ethnologues ne pouvait être que faire l’ethnographie la plus fine possible du sommeil et de la nuit pour en révéler la fabrication culturelle. Cette si longue promenade nous a fait survoler un nombre impressionnant d’us et coutumes, pensées et rituels à travers le monde ancien et contemporain. Dans le métro japonais, dans les mines de Tanzanie, dans les couvents médiévaux, chez des pêcheurs en Inde ou des essarteurs amazoniens… De plus, une autre porte s’est ouverte et imposée : il fallait se confronter à cette immense forêt de nuits dont il semble que l’Orient comme l’Occident la coupent impitoyablement sous le scalpel de la lumière, en Amazonie comme en Chine. C’est un phénomène dont nous n’avions pas pleinement conscience au début de cette longue enquête : la « pollution lumineuse ». Certes des historiens et des sociologues donnaient des signaux forts sur l’impact de l’illumination puis de l’éclairage public (Verdon, 1994 ; Delattre, 2000 ; Cabantous, 2009 ; Koslofsky, 2011 ; Reculin, 2017). Les artistes aussi utilisaient leur sensibilité aux couleurs pour « peindre la nuit » et ses lumières. « Peindre la nuit consiste à saisir ce qui, en elle, résiste au désir de rejouer les évidences nocturnes », écrit M. Fœssel (2018 : 22). Il appartient évidemment à l’anthropologie de décrypter ce que masque cette abusive clarté et de comprendre comment se définit une nuit qui ne serait plus obscure, silencieuse, étoilée, bienfaisante (ou au contraire menaçante).

3Remarquons encore que la comparaison se révèle difficile malgré la surabondance des matériaux : soit que l’on en reste à l’ethnographie des croyances, des comportements, des rituels révélateurs d’une pensée de et sur la nuit ; soit que l’on cherche des interprétations généralistes, lesquelles manquent ou bien sont trop universelles. S’il n’est pas encore temps de monter en généralité pour comparer, en revanche cet Atelier est un seuil vers une recherche ouverte à d’autres thématiques, plus spécifiques et plus riches. On dispose maintenant des premiers outils techniques fiables tels les actimètres, qui mesurent l’endormissement et l’activité au cours d’un temps de sommeil ; on compte aussi tout un ensemble de correspondances entre les croyances et les activités attachées à la nuit ; on décrypte certains traits d’une civilisation ou d’une culture en mouvement, relatifs à la nuit, comme la transformation de danses paysannes nocturnes en sabbat de sorcières sous l’influence de l’Église, la contamination des rêves sous le troisième Reich par les symboles du national socialisme (Beradt, 1981), ou leur imprégnation par les violences perpétrées par le Sentier lumineux (Cecconi, 2012).

  • 1 Tel celui de « nocturnité » que nous avons repris d’une ancienne tradition historique et qui nous e (...)

4L’approche institutionnelle semble encore prudente lorsqu’il s’agit de nuit, comme si elle appartenait seulement aux parcours touristiques des monuments éclairés ou des lieux favoris de Jack the ripper à Londres et de Toulouse-Lautrec à Paris, ou bien comme si elle était l’apanage d’une typologie exténuée, nuits éclairées d’un faux-jour comme la nuit de la déprime, de l’eau ou des mathématiques ; de la poésie, de la chouette ou de la bière ; de la marionnette, de la géographie, ou de la bourrée ; de la philosophie, de l’Erdre ou de l’ESSEC ; sans compter la Nuit internationale de la chauve-souris. L’impératif est plutôt de nous laisser guider sans imposer de cadre, de concepts, de méthodes, mais en les inventant au fur et à mesure1. Un administrateur de la nuit urbaine à Paris nous donna une des réponses les plus convaincantes que nous ayons entendues : à la question « Comment aménagerez-vous la nuit urbaine et l’ouverture permanente des friches et des parcs parisiens ? », il répondit « On ne fera rien ; la nuit se fera seule avec les gens » (Hocquart, séminaire 12/01/2018) ; écho à ce qu’écrit encore Fœssel : « La nuit rend nocturnes ceux qui s’y aventurent » (2018 : 18).

5Ce numéro des Ateliers d’anthropologie, dans sa diversité et son hétérogénéité, veut montrer par quelques exemples que ceux qui dénient une méthodologie spécifique à l’étude de la nuit l’effacent en la forçant dans le lit diurne de Procuste. Nous proposons un paysage des différents réglages culturels et des ajustements nécessaires des objets et des affects obligés de s’accorder avec la nuit, qu’elle soit polaire, tropicale ou équatoriale ; la nuit partout ou la nuit nulle part ; sa négation ou sa protection. La nuit est une énigme incompressible qui doit générer ses propres outils d’analyse et ses propres catégories, car « la nuit est une vaste entreprise de désorientation » (Gallais, 2018 : 33).

Haut de page

Bibliographie

Beradt, Charlotte
1981 Das Dritte Reich des Traums (Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp).

Cabantous, Alain
2009 Histoire de la nuit : xviie-xviiie siècle (Paris, Fayard).

Cecconi, Arianna
2012 
I sogni vengono da fuori : Esplorazioni sulla notte nelle Ande Peruviane (Florence, ED.IT press).

Delattre, Simone
2000 Les douze heures noires : la nuit à Paris au xixe siècle (Paris, Albin Michel).

Fœssel, Michaël
2018 Inévidences nocturnes, in J.‑M. Gallais (éd.), Peindre la nuit (Metz, Centre Pompidou-Metz) : 11-25.

Gallais, Jean-Marie
2018 Le vertige de la nuit, in J.‑M. Gallais (éd.), Peindre la nuit (Metz, Centre Pompidou-Metz) : 27-230.

Koslofsky, Craig
2011 
Evening’s empire : A history of the night in Early Modern Europe (Cambridge, Cambridge University Press).

Reculin, Sophie
2017 « Le règne de la nuit désormais va finir ». L’invention et la diffusion de l’éclairage public dans le royaume de France (1697-1789), thèse de doctorat en histoire, université Charles de Gaulle–Lille 3.

Verdon, Jean
1994 La nuit au Moyen Âge (Paris, Perrin).

Haut de page

Notes

1 Tel celui de « nocturnité » que nous avons repris d’une ancienne tradition historique et qui nous est apparu comme essentiel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Monod Becquelin, « Prélude », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 48 | 2020, mis en ligne le 03 juillet 2020, consulté le 22 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/13391 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ateliers.13391

Haut de page

Auteur

Aurore Monod Becquelin

Directrice de recherche honoraire CNRS, LESC-UMR7186 (université Paris Nanterre/CNRS)
aurore.monod[at]free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search