Navigation – Plan du site

49 | 2021
Mobilité, territoire et pouvoirs en Himalaya

Pour Philippe Sagant
Sous la direction de Gisèle Krauskopff

À la fin des années 1950, la recherche sur les régions himalayennes connaît un tournant majeur : les enquêtes de terrain des premiers ethnologues professionnels prennent le pas sur les travaux textuels orientalistes. Le Népal, royaume himalayen jamais colonisé, vient de s’ouvrir au monde. Environné d’états dorénavant fermés où s’était illustrée la recherche britannique des administrateurs coloniaux de l’Asie du Sud, il devient un laboratoire centré sur l’ethnologie des minorités dites tibéto-birmanes prises sous la double influence du monde indien et du monde sino-tibétain, une configuration d’une infinie richesse.

Engagé après la guerre d’Algérie dans le métier d’ethnologue, Philippe Sagant, à la mémoire duquel ce numéro des Ateliers d'anthropologie est consacré, est un acteur de ce moment pionnier. Ses travaux nouent les exigences de la collecte ethnographique, entièrement à faire au Népal, à une réflexion dépassant les clivages régionaux culturels ou religieux pour développer une anthropologie des sociétés des marges prises entre des forces centralisatrices où les domaines du politique et du religieux sont indissociables. Ils témoignent des réflexions à l’œuvre dans l’aire himalayenne et dans la discipline ethnologique, depuis la formation de Philippe Sagant au musée de l’Homme, sa participation aux RCP des années 1960 et aux institutions créées à cette époque, jusqu’à ses ambitions comparatives sur un modèle de pouvoir archaïque, « le chef élu des dieux ». Son engagement dans la formation à l’université de Nanterre et à l’Inalco a marqué toute une génération. Les écrits de Philippe Sagant, c’est aussi un style très personnel, une voix très moderne par l’importance qu’il attribua à la parole et au vécu de ses informateurs, à la forme en ethnologie, vecteur de l’ethnocentrisme. Cet élan fut brisé par une maladie terrible qui le coupa de la recherche en 1996 jusqu’à son décès en 2015.

Pour renouer les fils de ce temps suspendu, ce recueil propose des contributions reprenant certains de ses travaux, qui dialoguent avec des pages inédites issues de ses archives sur le vécu des Limbu de l’est du Népal à la fin des années 1960, période marquante dans l’histoire de ce pays. Il offre aussi la traduction en anglais de deux textes sur le « chef élu des dieux » en milieu hindou et bouddhiste et des inédits tardifs destinés à un public plus large.

Gisèle Krauskopff – Pour Philippe Sagant : « ethno-graphies » des figures du pouvoir

Olivia Aubriot – From “builders of rice fields” to labour migrations: noteworthy contributions by Phillipe Sagant

Catherine Warner – The power of movement: Philippe Sagant's contribution to the history of migration in the Eastern Himalaya

Gisèle Krauskopff – Migrations et frontières coloniales : à propos de la mobilité des paysans tharu de la plaine bordière du Népal

Marc Gaborieau – « À qui appartenait la terre ? » dans le royaume hindou du Népal : Conversations à bâtons rompus à travers ethnies et religions en Himalaya

Mélanie Vandenhelsken – Ils ont transformé la divinité Yuma en dieu ! Recompositions religieuses et dissensions chez les Limbu du Sikkim

Pascale Dollfus – Les dés sont jetés ! Le jeu de dés, ses enjeux et son double langage à Kharnak, une communauté de pasteurs nomades du Ladakh

Tanka Subba – Being the assistant of a shaman: an autobiographical essay

***

Philippe Sagant – Pages d'archives, traductions et inédits

  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals