Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série49… avec les écrits de Philippe SagantPages d'archivesEthno-graphie des funérailles

… avec les écrits de Philippe Sagant
Pages d'archives

Ethno-graphie des funérailles

Gisèle Krauskopff

Texte intégral

1Ces pages mêlant dessins, textes et photographie illustrent un certain « art » de la description ethnographique. Elles témoignent d’un genre, la monographie descriptive, que l’on ne pratique plus guère aujourd’hui, mais qui a marqué la formation de Philippe Sagant dans le « musée-laboratoire » à la française des années 1960. Un de ses maîtres, Lucien Bernot, vantait les vertus de la monographie qui peut toujours, tôt ou tard, se prêter à l’analyse structurale, non l’inverse. Il donnait une grande place à l’étude de la vie matérielle et à la technologie, donc à des outils tel le dessin. Ce fut aussi le cadre méthodologique des recherches collectives (rcp) des années 1960 en France au sein desquelles les premières missions de Sagant se tinrent et qui s’accompagnèrent d’une collecte d’objets pour le musée de l’Homme. Cette méthodologie — la description par le texte et le dessin, la « mise en fiche » non seulement de la vie matérielle mais d’autres faits de société — a laissé une empreinte forte sur Sagant.

2Ces documents sur les funérailles limbu sont extraits d’une monographie du cycle de vie (Naissance, mariage, funérailles) qui ne fut pas publiée. Dans cette forme descriptive, point de récits de vie, mais le socle brut des faits ou supposés tel.

  • 1 Marcel Maget, figure des études rurales en France, promut au travers de son manuel publié en 1953 ( (...)

3Sagant écrit : « depuis longtemps je ne travaillais plus avec les techniques du Notes and Queries ou du Maget1, mais grâce à ma formation de type série noire », cela quand il aborde l’étude du pouvoir des chefs limbu (cf. Introduction, ce volume : §44). Cette remarque est bien plus qu’une boutade. Elle signe une rupture : l’enquête, devenue « policière », car pleine de rebonds et de non-dits, se substitue à la collecte méthodique de données, d’un point de vue purement extérieur. Par le choix d’une approche sensible, à l’écoute des propos et des histoires que les villageois lui racontent, il s’attache à saisir de l’intérieur le vécu des Limbu. Cet art de la description monographique n’est donc pas seulement un procédé d’écriture, mais une manière de se positionner en tant qu’ethnologue. Cette rupture s’est aussi jouée dans le champ disciplinaire et dans la formation universitaire à l’ethnologie en France, qui abandonnera peu à peu la monographie descriptive.

4Il n’empêche : cette méthode de collecte est le socle sur lequel les travaux de Sagant se sont construits. Elle laisse d’ailleurs un ensemble de matériaux d’une très grande richesse sur les us et coutumes des populations de l’ensemble de la vallée de la Mewa.

ill. 1 – Pages extraites d’une monographie détaillée non publiée sur les funérailles chez les Limbu

ill. 1 – Pages extraites d’une monographie détaillée non publiée sur les funérailles chez les Limbu

Source : LESC_FPS_3.1.2, Cycle de vie II – La vie maritale, les funérailles

ill. 2 – Les funérailles

ill. 2 – Les funérailles

« La civière sur le chemin du cimetière »

Cliché Philippe Sagant ; source : LESC_FPS_7.1.8, film 21.7

Haut de page

Notes

1 Marcel Maget, figure des études rurales en France, promut au travers de son manuel publié en 1953 (Guide d’étude directe des comportements culturels) une méthodologie rigoureuse (fichiers d’informateurs locaux, carnets de croquis, prises de photographies, journaux de route, etc.), en quelque sorte une « mise en fiche » d’une société.

Haut de page

Table des illustrations

Titre ill. 1 – Pages extraites d’une monographie détaillée non publiée sur les funérailles chez les Limbu
Crédits Source : LESC_FPS_3.1.2, Cycle de vie II – La vie maritale, les funérailles
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/14462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre ill. 2 – Les funérailles
Légende « La civière sur le chemin du cimetière »
Crédits Cliché Philippe Sagant ; source : LESC_FPS_7.1.8, film 21.7
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/14462/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gisèle Krauskopff, « Ethno-graphie des funérailles », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 49 | 2021, mis en ligne le 11 janvier 2021, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/14462 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ateliers.14462

Haut de page

Auteur

Gisèle Krauskopff

Directeur de recherche émérite CNRS, LESC–UMR7186 (Université Paris Nanterre/CNRS)
gisele.krauskopff[at]cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search