Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série49Dialogues posthumes…Des bâtisseurs de rizières aux mi...

Dialogues posthumes…

Des bâtisseurs de rizières aux migrations de travail : apports des thèses de Philippe Sagant

Olivia Aubriot
Traduction(s) :
From “builders of rice fields” to labour migrations: noteworthy contributions by Philippe Sagant

Résumé

Cette brève note se focalise sur deux aspects du travail de Philippe Sagant relatifs à l’histoire des populations au Népal : la conquête avant tout technique des Indo-Népalais, bâtisseurs de rizières, et l’expansion du capitalisme britannique comme explication des premières migrations de travail à l’étranger (en Inde en l’occurrence).

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Népal
Haut de page

Texte intégral

1Deux idées fortes relatives à l’histoire du peuplement du Népal ont été développées par Philippe Sagant. La surprise de ne pas les retrouver dans l’hommage rendu à ce dernier par mes deux collègues anthropologues (Gros et Schlemmer, 2016) m’a incitée à rédiger cette brève note. L’une de ces idées concerne la conquête, avant tout technique, du territoire par les Indo-Népalais, ces « bâtisseurs de rizières », et l’autre rappelle l’importance du contexte politique pour expliquer les premières migrations, qu’il s’agisse de migrations temporaires pour travailler à l’étranger ou d’installations définitives dans la plaine du Téraï. Ces thèses me semblent importantes à mettre en avant, car elles aident à structurer notre connaissance à ce sujet.

fig. 1 – Champs en terrasses, moissons

fig. 1 – Champs en terrasses, moissons

Cliché Philippe Sagant, 1966-1967 ; source : LESC_FPS_7.1.1

2Dans Le paysan limbu : sa maison et ses champs, livre issu de sa thèse soutenue en 1973, Sagant montre comment les Indo-Népalais, après leur conquête par la force de la région orientale du Népal, ont profondément modifié la société limbu à travers la transformation majeure du milieu induite par leurs techniques agricoles : ils ont importé la pratique de la riziculture irriguée, la culture en terrasse, l’araire et sans doute le fer travaillé par les forgerons de basse caste. Ainsi dès la fin du xviiie siècle, ils ont aménagé les fonds de vallées rendus plus productifs que les versants sur lesquels les Limbu pratiquaient alors l’agriculture pluviale itinérante sur brûlis. Ces bâtisseurs de rizières, que l’État, nouvellement créé, a incité à migrer vers l’est du pays pour y défricher des terres, ont transformé le paysage de la région. La népalisation et la conquête des territoires raï et limbu se sont donc réalisées à travers une suprématie technique et une lutte sans merci pour la terre. D’une région peu peuplée, couverte de forêts, où les champs en pente étaient travaillés à la houe, où les maisons étaient sur pilotis et la société Limbu organisée par clans avec des chefs à leur tête, elle est devenue, en deux siècles, une région très peuplée, reposant sur une agriculture sédentaire pour toutes les populations, des terres agricoles mises en valeur à l’araire, des maisons en dur sur des terrasses, et une société multi-ethnique dépendante de la gestion administrative centralisée.

fig. 2 – Les brûlis

fig. 2 – Les brûlis

Cliché Philippe Sagant, 1966-1967 ; source : LESC_FPS_7.1.1

3La démonstration de ce bouleversement social repose sur l’analyse de textes historiques et une étude ethnographique menée dans la vallée de la Mewa khola à partir d’observations et d’enquêtes. Elle est d’autant plus importante qu’elle pourrait être extrapolée à l’histoire des régions de l’extrême-ouest et de l’ouest du Népal peuplées depuis bien plus longtemps d’Indo-Népalais (respectivement au xiie et au xve siècle). Nous ne disposons en effet d’aucune historiographie permettant d’établir clairement la façon dont les Indo-Népalais ont réussi à s’implanter dans ces montagnes déjà peuplées. Quelques éléments permettent toutefois d’associer la riziculture de montagne aux Indo-Népalais et donc de supposer que leurs ancêtres y ont introduit cette pratique agricole (hormis pour la vallée de Katmandou où le riz existe au moins depuis le vie siècle, soit avant l’arrivée des Indo-Népalais ; Khanal et Riccardi, 1988). Ainsi, les Indo-Népalais résident principalement à moins de 2 000 m d’altitude, limite altitudinale du riz au Népal ; le riz est l’aliment préféré de cette population et de ses divinités ; et l’organisation spatiale des anciennes royautés indo-népalaises du Népal de l’Ouest montre l’importance des espaces rizicoles dans l’édification de ces principautés montagnardes (Ramirez, 1993). Par sa reconstitution historique, Sagant nous montre que la riziculture a été un maillon essentiel dans la conquête et l’hindouisation politique des royaumes du Népal par ces bâtisseurs de rizières que sont les Indo-Népalais.

fig. 3 – L’espace cultivé à Libang

fig. 3 – L’espace cultivé à Libang

Dessin Philippe Sagant ; source : LESC_FPS_3.9.2, Le paysan limbu

4Quant à la deuxième théorie, elle est exprimée dans deux textes du même numéro de la revue L’ethnographie consacré aux migrations en Asie du Sud et coordonné par Sagant. L’un des textes, « Du village vers la ville et la plantation » (1978a), sert d’introduction au volume, les différentes études du numéro étant présentées et situées par rapport à une histoire analytique de ces phénomènes migratoires. L’auteur distingue les migrations archaïques précoloniales, des migrations récentes (auxquelles la majorité des textes se rapportent), ces dernières étant liées à l’économie coloniale et apparues en même temps qu’un marché du travail. Les besoins en main-d’œuvre dans les plantations ou dans l’armée sont ainsi pour Sagant la cause de ces mouvements de populations. À partir d’une certaine époque toutefois, ces migrations prennent un aspect spontané et massif, organisées depuis les villages d’origine par les migrants eux-mêmes. Certaines régions sont plus touchées que d’autres, en fonction des réseaux constitués. Par cette analyse, Sagant s’oppose aux études de l’époque qui expliquaient les migrations de travail par la croissance démographique et la saturation des terroirs. Pour lui, ces facteurs ont amplifié le phénomène migratoire, mais ils ne l’ont pas créé.

5Dans le deuxième texte, « Ampleur et profondeur historique des migrations népalaises » (1978b), Sagant développe à nouveau l’idée que l’extension du capitalisme est à l’origine des migrations de travail en Inde, et il la confronte aux écrits d’historiens et d’ethnologues. Il précise également dans cet article qu’à partir des années 1950, le flux migratoire tend à s’inverser en raison de la fermeture de frontières à la suite du départ des Britanniques. Les politiques gouvernementales népalaises de colonisation de la plaine du Téraï viennent le compenser. Exutoire d’un surplus de population ne pouvant guère subvenir à ses besoins en montagne, le Téraï attire également des familles désireuses d’une vie plus facile. Il est devenu depuis les années 1960 un espace de conquête agricole. Ces migrations vers la plaine népalaise sont donc à considérer comme le prolongement des migrations massives vers l’Inde suscitées par le colonialisme.

6Sagant était marqué par le marxisme, ce que l’on retrouve dans les fondements même de sa réflexion : il accorde de l’importance à la technique dans son analyse explicative des rapports politiques au Népal oriental (sans pour autant faire du matérialisme historique) ; il rend l’extension du capitalisme responsable des flux de migrations massifs en Asie du Sud. Serait-ce en raison de cette « obédience » marxiste que ses idées n’ont pas été souvent relayées ? Ou en raison de la langue utilisée (le français) alors que la recherche porte sur un pays, le Népal, où la diffusion des résultats à l’échelle internationale se fait en langue anglaise ? Serait-ce une question de discipline (il est surtout cité par des anthropologues, notamment en anglais) ? Ou alors de thématiques (migrations, technique) qui n’ont pas été privilégiées dans la collection d’articles publiés en anglais (Sagant, 1996) ? Quelle qu’en soit la raison, la lecture des écrits de Sagant ne peut être que recommandée pour la limpidité de l’écriture, la clarté de l’énoncé, l’art de présenter l’argumentaire ainsi que la réflexion que l’auteur suscite, en anthropologie comme en géographie de l’Himalaya.

Haut de page

Bibliographie

Gros, Stéphane et Schlemmer, Grégoire
2016Obituary | Philippe Sagant (1936-2015) : Thoughts on disappearing worlds, Himalaya, the Journal of the Association for Nepal and Himalayan Studies, 35 (2): 171-176.

Khanal, Mohan Prasad and Riccardi, Theodore
1988 Dumakhal: A brief report on the excavations,
Contributions to Nepalese Studies, 15 (2): 115-138.

Ramirez, Philippe
1993Patrons et clients : étude des relations politiques sur le site d’un ancien royaume indo-népalais, Argha (Népal central), thèse de doctorat en ethnologie, université Paris X-Nanterre.

Sagant, Philippe
1976Le paysan limbu : sa maison et ses champs (Paris, Mouton) [Monde d’outre-mer, passé et présent].

1978aDu village vers la ville et la plantation, L’Ethnographie, 77-78 : 11-33.

1978bAmpleur et profondeur historique des migrations népalaises, L’Ethnographie, 77-78 : 93-119.

1996 The dozing shaman: The Limbus of Eastern Nepal (Delhi et Oxford, Oxford University Press).

Haut de page

Table des illustrations

Titre fig. 1 – Champs en terrasses, moissons
Crédits Cliché Philippe Sagant, 1966-1967 ; source : LESC_FPS_7.1.1
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/14466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1002k
Titre fig. 2 – Les brûlis
Crédits Cliché Philippe Sagant, 1966-1967 ; source : LESC_FPS_7.1.1
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/14466/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 854k
Titre fig. 3 – L’espace cultivé à Libang
Crédits Dessin Philippe Sagant ; source : LESC_FPS_3.9.2, Le paysan limbu
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/14466/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivia Aubriot, « Des bâtisseurs de rizières aux migrations de travail : apports des thèses de Philippe Sagant », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 49 | 2021, mis en ligne le 11 janvier 2021, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/14466 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ateliers.14466

Haut de page

Auteur

Olivia Aubriot

Chargée de recherche CNRS, CEH-UPR299 (CNRS)
olivia.aubriot[at]cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search