Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série50La houe et la ruse

La houe et la ruse

Agriculture, mouvement et rivalité parmi les paysans du haut Jequitinhonha (Brésil)
The hoe and the ruse: agriculture, movement and rivalry among farmers of the upper Jequitinhonha valley (Brazil)
Leonardo Pires Rosse
Traduction de Jean-Michel Beaudet

Résumés

Quels principes de déplacements guident les cultivateurs lorsqu’ils nettoient collectivement les champs ? À partir de récits d’événements qui ont marqué des séances collectives de nettoyage, dans le haut Jequitinhonha (centre-sud du Brésil), cet article cherche à dégager la grammaire particulière des parcours, ainsi que ses liens simultanés à une raison productive, à des pratiques de rivalité et à une certaine expérience festive du travail.

Haut de page

Texte intégral

1

  • 1 Nous avons fait le choix de conserver ici, sans modifications, le parler de ces paysans de la vallé (...)
  • 2 Roça, un essart (NdT).

Mon cousin c’était José Mauricio1. Bon nous, on était pour travailler là pour, aujourd’hui il est défunt, le défunt Antônio Rocha, hein ? C’était un champ2 très grand, mais beaucoup comme ça plein de, plein de problèmes au milieu : c’est un rocher, c’est des pierres, c’est un tas de bois. Et ce jour-là lui [José Mauricio] est arrivé et il a dit comme ça : « Eh ! Zé, aujourd’hui, aujourd’hui nous allons travailler, c’est comme ça ; c’est un par ici et l’autre par là. » J’ai dit : « Oh, de la manière que vous voulez, Oh ! » Et c’est parti. Là nous, on a pris par le milieu, lui, il a pris comme trois personnes loin de moi. Et là il y avait un autre collègue à moi, qui était le Rosário, hein ? Il s’y entendait bien, à couper bien dans… dans la ruse, hein ? Comme on dit [il sourit]. Et là déjà nous, on prend déjà en s’éloignant de lui. Alors quand j’avançais, le Rosário s’éloignait. Quand je m’éloignais, le Rosário venait. Et l’autre restait dans ce milieu.

2C’est ainsi que Zé de Miguel a commencé à me raconter une histoire de sa jeunesse, une des fois où il a travaillé, avec d’autres camarades, dans une maromba, une séance de nettoyage collectif d’un champ. Cela s’est passé au Córrego São João, dans la commune de Turmalina, sur des terres qui, par ailleurs, seront, de nombreuses années après, acquises en partie par Zé de Miguel lui-même. C’est là que lui et son épouse, Jandira, continuent à cultiver du maïs, des haricots, des cacahuètes, de la canne à sucre, du manioc. C’est là aussi que ce couple a recommencé ces dernières années à solliciter l’aide de voisins pour nettoyer leurs champs dans des marombas comparables à celle de l’histoire ci-dessus.

  • 3 Cf. Rosse, 2017 : chap. 2.
  • 4 Je rejoins ici la proposition d’Araújo (1992, 1999) à propos de l’expression « travail acoustique » (...)

3De telles marombas, anciennement si fréquentes dans tout le haut Jequitinhonha, auraient cessé d’exister à partir des années 1980, époque où un grand projet de « modernisation de l’agriculture » s’est implanté dans la région, le travail paysan cessant alors d’en être l’activité économique principale3. Mais, auparavant, il était habituel que des groupes de trente ou même quarante voisins se réunissent successivement dans les champs de chacun, pour les nettoyer ensemble. Nombre d’entre eux étaient chanteurs, et le travail à la houe était souvent accompagné d’un « travail musical »4 par l’exécution de ce qui est nommé cantigas de roça « chansons des champs ». Ces moments étaient marqués par des libations et un repas abondant, offerts par la famille propriétaire du champ. Celle-ci pouvait aussi organiser une fête à la fin de la journée de travail, une cabocada, où les personnes participant à la maromba, les marombeiros, continuaient à boire de l’alcool et à chanter ensemble. Mais en dehors de ces moments explicitement festifs, le travail collectif lui-même était perçu par tous comme chargé de valeurs esthétiques, il pouvait être qualifié de « beau » et aussi d’amusant, fait d’échanges, de plaisanteries et de provocations entre partenaires.

4Au début de l’année 2016, j’ai pu participer à une journée de maromba organisée par le couple Zé de Miguel et Jandira. Lors de cette saison des pluies, comme l’année précédente, cette initiative n’eut pas d’échos : les voisins qui étaient venus bien volontiers participer au nettoyage du champ n’ont pas rendu l’invitation pour que d’autres séances de travail collectif puissent suivre. En 2015 et 2016, j’ai néanmoins eu l’opportunité de prendre part à plusieurs autres journées de travail agricole dans la même vallée, avec le même couple ou avec d’autres familles chez qui j’habitais. Alors, le travail de plantation ou de nettoyage, avec la seule famille propriétaire du champ, était systématiquement l’occasion de commenter la dynamique de travail en elle-même, ainsi que de rappeler des événements survenus dans les champs, où l’esprit de solidarité entre partenaires de travail était dans le même temps empreint d’une certaine rivalité. Les disputes à propos du rythme et du rendement des différents partenaires, ainsi que la capacité à amener les autres à une plus grande quantité de travail que la sienne, paraissaient des éléments indissociables des principes mêmes de l’organisation des mouvements dans les champs. Enfin, le caractère festif du travail collectif se révélait lui aussi associé à ces pratiques de rivalité.

5Je m’attacherai ici à une partie du travail des champs effectué lors de la maromba à laquelle j’ai pu assister, ainsi qu’à des faits semblables, racontés par Zé de Miguel, survenus il y a de nombreuses années, alors qu’il était encore célibataire. Attentif avant tout aux parcours tracés par les marombeiros, je chercherai à discerner comment ces parcours se forment et comment ils peuvent s’associer dans le même temps à des raisons d’ordre pratique, agonistique et festif.

6Le travail à la houe lors d’une maromba peut être « emmené » par des chansons, des cantigas de roça, interprétées par quelques-uns des paysans présents. Les mouvements et déplacements des marombeiros pourraient alors être vus comme un « geste musical » (Beaudet, 1997 : 80-87 ; Martínez, 2001). Il s’agit en effet d’une élaboration kinésique qui, même si elle n’intervient pas directement dans la production sonore, fait du corps de ces cultivateurs-chanteurs un espace d’articulation d’expériences à la fois esthétiques, productives et agonistiques. Les déplacements sur la surface cultivée se réalisent, comme nous le verrons, selon des principes d’orientation et d’évitement de trajectoires et à partir d’un dispositif qui crée des positions de plus ou moins grande influence sur les parcours effectivement réalisés par le groupe. De plus, je crois que ces parcours pourraient être vus comme une danse : la chorégraphie des cantigas de roça. Mais, au-delà du travail acoustique et kinésique, nous pourrions aussi prendre en compte d’autres formes d’expérience sensible, telles que les repas, les libations et les plaisanteries qui, elles aussi, traversent systématiquement les corps au cours du travail agricole et participent tout autant à la dynamique festive. Néanmoins, dans les limites de cet article, je ne traiterai ici que des trajets des marombeiros dans le champ, ayant déjà proposé ailleurs une description et une analyse musicale de cette maromba (Rosse, 2017).

ill. 1 – Localisation de la commune de Turmalina

ill. 1 – Localisation de la commune de Turmalina

Source fonds de carte : http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/jequitinhonha_370946#8/-16.805/-41.657 et https://d-maps.com/​carte.php?num_car=4842&lang=fr
Réalisation Emmanuelle Seguin (CNRS–UMR7186)

1. La maromba de Zé de Miguel et de Jandira : quelques principes élémentaires de déplacements dans les champs

7À la mi-journée, après la pause déjeuner, tous se sont dirigés vers la seconde surface du champ à nettoyer ce jour-là. Il y poussait surtout des cacahuètes, mais aussi un peu de haricots. En arrivant, les camarades se sont disposés dans l’espace selon le même dispositif de base que le matin, dispositif qui est systématiquement mis en œuvre lors des travaux collectifs à la houe : les uns à côté des autres, formant une ligne latérale, la distance entre chaque personne étant d’environ un mètre.

  • 5 Un « groupe polyvocal », selon la terminologie d’Antonello Ricci (1993).

8Deusdete, un des participants, a occupé spontanément une des extrémités de cette ligne, comme il l’avait fait le matin. Tout le monde sait qu’il a toujours préféré travailler « sur la bordure », na beirada, comme est appelée chacune des extrémités du dispositif. Zé de Eva et Benedito, eux, se sont relayés de l’autre côté de la ligne. Ils ne semblaient pas avoir délibérément cherché à occuper cette place, mais s’y sont retrouvés un peu par hasard après que tous les autres avaient pris place au milieu du dispositif. Ces deux camarades faisaient partie d’un terno de chanteurs, c’est-à-dire un petit chœur5, une série de quatre voisins dans la ligne, qui chantaient selon quatre voix distinctes pendant le travail à la houe.

9Ceux qui occupent les deux extrémités de la ligne sont appelés beiradores « ceux de la bordure », les autres, situés entre eux, sont appelés meieiros « ceux du milieu ». Comme nous allons le voir, « ceux de la bordure » sont en général les premiers responsables du choix des trajets parcourus par l’ensemble du groupe. On s’attend à ce que leurs parcours individuels modèlent, orientent ou restreignent les directions que « ceux du milieu » devront prendre lors de leurs propres déplacements.

10À la différence de la plupart des zones cultivées de cette région, cette parcelle de cacahuètes présentait peu de dénivelé entre les parties les plus hautes et les plus basses. Pour tous, le choix des parcours était plus simple. Qu’il soit collectif ou solitaire, le travail à la houe débute systématiquement à un point bas du terrain, pour arriver à un autre point, toujours plus élevé. De plus, cette montée ne se réalise pas, en général, selon une droite, mais de manière sinueuse, en avançant graduellement (ill. 2) : par exemple, lorsqu’on bine une colline en forme de rampe, si nous nommons Y son axe haut-bas, et X son axe latéral, un homme travaillant à la houe suivra autant que possible un plan X, selon un même niveau, pour ensuite se déplacer un peu vers le haut dans l’axe Y, tout en faisant un demi-tour et revenant, longuement encore, sur une nouvelle courbe de niveau, parallèle et proche du précédent parcours. En arrivant près de son point de départ, il montera un peu à nouveau selon l’axe Y, faisant un nouveau demi-tour et recommencera le même schéma de déplacement, et cela se répétera de la même manière jusqu’à la limite supérieure de l’ensemble de la surface. En effet, le travail à la houe en descendant la colline serait particulièrement pénible, lent, et parfois même dangereux, car il impose une courbure du dos excessive.

ill. 2 – Parcours typique pour le travail à la houe

ill. 2 – Parcours typique pour le travail à la houe

11Cet après-midi-là, le nettoyage de la surface a débuté au point le plus bas de la parcelle — proche de la limite inférieure représentée sur l’illustration 3 — et s’est achevé dans sa partie la plus élevée. Néanmoins, les différences de niveau de cette surface étant faibles, il n’était pas nécessaire que les parcours suivent de près les courbes de niveau.

ill. 3 – Parcours du groupe de marombeiros (champ de Jandira et Zé de Miguel)

ill. 3 – Parcours du groupe de marombeiros (champ de Jandira et Zé de Miguel)

12Lorsque l’ensemble des marombeiros s’est ébranlé (ill. 3, n° I), celui de la bordure droite a tourné le dos à ses compagnons en suivant la limite de la parcelle. Deusdete, qui tenait la bordure de gauche, a avancé rapidement selon un tracé en diagonale vers le haut à droite, comme s’il enfermait ses compagnons, les poussant vers la droite du champ. Pour reprendre sa manière de dire, il « a chassé le groupe » de ce côté-là (ele « tocava a bandada » para esse lado). À travers leurs propres déplacements, les deux hommes qui occupaient les bordures délimitaient un couloir virtuel que devaient prendre ceux du milieu.

13À un moment donné (ill. 3, no II), Deusdete a fait demi-tour dans le sens antihoraire ; c’est alors lui qui tournait le dos aux autres, et il est redescendu vers le bas du champ, tout en longeant le chemin emprunté précédemment. Le reste des participants l’a suivi, tournant aussi vers la gauche. Après ce changement, ils ont parcouru toute la surface restant à nettoyer entre ce meneur de la bordure gauche et la limite droite puis supérieure de la parcelle, limite suivie, elle, par le meneur de la bordure droite.

14Deusdete a suivi les limites, inférieure, puis gauche, de la parcelle en contournant la partie du champ qui avait été semée de haricots. Certains de ces haricots avaient poussé, mais faute de pluie ils avaient pour la plupart séché sur pied, et cela ne valait pas la peine de les biner. Les deux hommes qui occupaient les bordures ont donc avancé, chacun à une extrémité de la surface, réduisant l’espace occupé par ceux du milieu. Et tous sont arrivés, à peu près en même temps, au terme de ce nettoyage, dans le coin le plus élevé du champ.

ill. 4 – La maromba de Jandira et Zé de Miguel

ill. 4 – La maromba de Jandira et Zé de Miguel

En haut : dispositif de base, entre les moments I et II de l’illustration 3. Les quatre premiers compagnons chantent (respectivement Benedito, Zé de Eva, Aparecida et Jandira). La femme que l’on voit se baisser pour prendre au sol une bouteille isotherme, à gauche de l’image, sert de l’eau et de la cachaça pendant toute la durée du travail. À l’arrière-plan, Deusdete occupe la bordure.
En bas : au centre du dispositif, quelques-uns « du milieu ». Zé de Miguel est sur le côté gauche de l’image. Les autres compagnons constituent un groupe (terno) de chanteurs.

Clichés Bruno Vasconcelos, avec son aimable autorisation

15À partir de cette première description, il est possible de voir que les compagnons de travail se sont toujours déplacés en donnant des coups de houe. À aucun moment les marombeiros n’ont marché en portant leur houe, pour atteindre un nouveau tronçon à nettoyer. C’est un autre point commun à toutes les marombas, associé à une nécessité pratique : au bout du compte, les déplacements « improductifs », c’est-à-dire pendant lesquels on ne bine pas, augmenteraient les efforts et le temps de travail, lui enlèveraient de la rentabilité.

16On peut aussi inférer de l’exemple ci-dessus que les parcours individuels des différents acteurs ne se recoupent jamais. Par exemple, un tronçon biné par un marombeiro de la bordure n’est jamais traversé par un autre compagnon. Lorsqu’un marombeiro de la bordure se déplace vers le centre du dispositif, ceux du milieu se réorientent dans la même direction, comme si les deux bordures définissaient l’espace, le grand couloir par où les autres doivent passer. Si pour une raison ou une autre, un ou plusieurs compagnons travaillant au milieu ne sont pas d’accord avec le trajet ainsi défini, ils devront réussir à avancer suffisamment pour dépasser et contourner un de ceux de la bordure, lequel se verra alors obligé de réorienter son propre parcours, car il lui est impossible de traverser le chemin tracé par ce(s) compagnon(s). Cela implique aussi, on le voit, qu’être à l’avant du dispositif donne la possibilité à un marombeiro, qu’il soit de la bordure ou du centre, de modifier les parcours des autres.

17De même, une autre règle de déplacement serait qu’une surface laissée non nettoyée par quelqu’un qui marche devant, doit être binée par ceux qui sont derrière. Par exemple, à l’étape II, lorsque Deusdete a fait demi-tour et s’est dirigé vers la limite inférieure de la parcelle, la partie encore sale qu’il laissait derrière lui, c’est-à-dire toute la partie à droite du schéma, restait à nettoyer par les compagnons qui étaient derrière. Si certains de ceux-ci dépassaient les autres, en se rapprochant plus vite du niveau de Deusdete, les espaces restés sales derrière eux, devaient être nettoyés par les retardataires. L’espace sillonné par les marombeiros doit être laissé entièrement propre. S’il arrive que des compagnons situés à l’avant avancent en binant peu, la peine sera pour les plus lents, qui, au vu du plus grand volume de travail qui leur est laissé, auront tendance à être encore plus lents.

18On comprend aussi que le rythme de travail de l’ensemble est directement corrélé aux manières de dessiner les parcours. Quelqu’un qui se trouve en retard, essaiera d’avancer plus rapidement, au risque de travailler plus que les autres, et même de finir sa journée de travail plus tard que ses collègues. Ainsi, un compagnon qui se voit presque enfermé, par des camarades de chaque côté de lui, aura intérêt à presser le pas pour réussir à s’échapper du cercle avant qu’il ne se ferme, sinon il se trouvera enclos, moqué pour sa lenteur et son incapacité à dessiner son propre parcours.

  • 6 Tretas « feintes, ruses » (NdT).

19Enfin, ces différents principes et stratégies de déplacement dans une maromba peuvent s’associer pour réguler le rythme de travail des compagnons et optimiser leurs parcours, dans une optique de rendement du travail collectif. Il arrive souvent que le propriétaire du champ choisisse lui-même ceux de la bordure, cherchant des camarades qui connaissent le terrain et qui savent bien conduire les autres à travers la parcelle, selon des rythmes et des parcours appropriés. Toutefois, il arrive souvent, comme nous allons le voir, que ces parcours s’inscrivent dans une sorte de jeu, de compétition, où les uns tentent de soumettre les autres à un plus grand volume de travail que le leur, ou à des conditions de travail plus dures, et cela au moyen de différents pièges, les « ruses »6.

2. La rivalité

20Lors de la maromba à laquelle j’ai pu participer, les interactions m’ont semblé aimables, les compagnons veillant à répartir de manière équilibrée la part de travail de chacun. Le faible volume de travail relativement au nombre de participants a peut-être inhibé les ruses éventuelles. Mais à différentes occasions, j’ai pu entendre d’intéressantes histoires, où le travail collectif lors des marombas, bien loin de traduire d’éventuelles idées d’harmonie et de synchronie entre tous les participants, exposait plutôt des petites complicités, des divisions et des disputes pour travailler moins, et dans de meilleures conditions.

La maromba d’Antônio Rocha : menaces, jougs et coins

21Zé de Miguel m’a raconté l’un de ces épisodes qui illustrent bien certaines stratégies de déplacement utilisées parfois pour s’extraire d’une zone de travail et la laisser à un rival. Il s’agit de l’histoire rapportée en introduction, lorsque, dès le début de la journée, notre interlocuteur a été défié par un de ses cousins nommé José Maurício. Celui-ci, par raillerie, avait déclaré qu’il le dominerait.

22Alors, poussé à attaquer le premier pour se défendre, Zé de Miguel s’associa immédiatement, et avec subtilité, à Rosário, un très habile camarade qui était positionné à quelques places de l’autre côté de José Mauricio. Ainsi, José Mauricio et quelques autres se sont retrouvés entre Zé de Miguel et Rosário. D’emblée, ces deux partenaires se sont déplacés avec rapidité, selon des diagonales opposées : quand l’un d’eux montait vers la gauche, l’autre montait vers la droite (ill. 5, n° I). Ainsi, ils élargissaient le tronçon que devaient parcourir José Mauricio et ceux qui étaient à côté de lui. Pour avancer, ceux-ci ont dû ainsi, dès le début, se charger d’un tronçon plus large et donc progresser plus lentement que les deux « feinteurs ». Au bout d’un certain temps, lorsqu’ils s’étaient déjà bien éloignés l’un de l’autre (ill. 5, n° II), augmentant la pression sur les autres compagnons, extérieurs au tronçon qu’ils dessinaient, Zé de Miguel et Rosário changeaient de direction : tout en continuant à aller vers le haut, ils suivaient des diagonales rentrantes, et se rapprochaient l’un de l’autre. Puis, ils reprenaient la direction de diagonales vers l’extérieur, puis de nouveau vers l’intérieur, et ainsi de suite selon une sorte de zigzag double et symétrique.

ill. 5 – Stratégie de déplacement de Zé de Miguel et Rosário, consistant à enfermer José Mauricio dans des « jougs »

ill. 5 – Stratégie de déplacement de Zé de Miguel et Rosário, consistant à enfermer José Mauricio dans des « jougs »

Pour faciliter la lecture, nous ne reproduisons ici qu’une section de la file de marombeiros, ignorant ceux qui se trouvent de part et d’autre de celle-ci.

Zé de Miguel et Rosário ont ainsi délimité des poches, nommées « jougs », ou encore « cercueils », et ceux qui se trouvaient à l’intérieur étaient confrontés à une plus grande quantité de travail, avançaient plus lentement, prenaient chaque fois plus de retard, en arrière ou « au-dessous » de la paire de complices.

23Zé de Miguel a raconté ensuite comment ceux des bordures extérieures, voulant protéger José Mauricio, sont entrés dans la bataille, dans « la ruse », pour essayer de le défendre :

Et là, ceux des bordures ont commencé aussi à s’en irriter, c’est qu’ils étaient parents [avec José Mauricio], hein ? Et le voyant souffrir au milieu, hein ? Et lui [un de la bordure], voulait nous serrer au milieu pour nous faire descendre, pour aider à tirer l’autre… ces difficultés, ces jougs qu’on lui faisait, hein ? Là, on a coincé celui de la bordure, d’un côté, de l’autre. Là on montait au milieu et quand celui de la bordure s’approchait, on ne lui donnait pas de coup de main, on tournait la houe, et il restait là. Quand l’autre arrivait, on tirait aussi, tournait de l’autre côté. Et comme ça, on est monté par le milieu, et les bordures ont dû descendre.

24Ceux de la bordure ont tenté l’un après l’autre d’avancer vers le centre du dispositif dans l’intention de « serrer », de repousser les deux complices du milieu vers le centre, et d’en finir avec leurs zigzags. Ils ont essayé de pousser le groupe vers le côté, comme nous avons vu Deusdete le faire (cf. §12) : celui de la bordure qui est à l’avant du dispositif (ou « au-dessus », comme ils disent) se déplace vers le centre, tandis que ceux du milieu qui sont derrière lui (ou « plus bas ») s’orientent dans la même direction, donnant leur appui à celui de la bordure, lui « donnant un coup de main ». Mais là, comme Zé de Miguel et Rosário se trouvaient toujours au-dessus, c’est-à-dire devant ceux de la bordure, lorsque l’un d’eux essayait de s’approcher pour les enfermer, un des deux complices, le plus proche, « tournait sa houe » et « le coinçait » : il changeait de direction et « interceptait » le chemin de celui de la bordure, l’obligeant à redescendre (ill. 6).

ill. 6 – Stratégie de déplacement de Zé de Miguel et Rosário contre ceux de la bordure

ill. 6 – Stratégie de déplacement de Zé de Miguel et Rosário contre ceux de la bordure

Pour en faciliter la lecture, ce schéma n’indique pas les camarades situés entre celui de la bordure et Zé de Miguel ou Rosário.

Joug, cercueil, tétine : des métaphores ?

Joug, bât, cercueil, tétine… quelles significations ces mots portent-ils en dehors du travail des champs ?
Dans cette région, le joug est une pièce de bois dont on fait une sorte de collier pour les chiens agressifs. Fixé au cou du chien, près de sa gueule, il est attaché aux deux extrémités par de la corde. Le chien peut mordre tant qu’il veut cette espèce de bât, il ne le brisera pas.
Dans cette géométrie rurale, un joug, encore appelé cercueil, en raison de la forme : un hexagone plus long que large, est une surface à travailler, où certains camarades se font enfermer par d’autres.
Les pointes, ou coins, comme ceux que Zé de Miguel et Rosário ont formés dans l’exemple précédent, sont aussi nommés des « becs ». Ils peuvent aussi faire partie du périmètre du cercueil, mais ils ont en général des dimensions inférieures. On dit des compagnons qui se retrouvent obligés de biner de tels morceaux de terrain, qu’ils restent « à téter » : « untel a tété toute la journée, il n’a eu que des tétines, que des coins » [en portugais, bico de obra peut signifier « une chose difficile à faire »].

Ainsi, par leur stratégie, les deux complices avaient réussi à ce que ceux de la bordure se retrouvent coincés, et chaque fois repoussés plus bas qu’eux.

25Zé continue l’histoire :

  • 7 Un frère de celui de la bordure qui le matin s’était fâché.

Quand ça a été l’heure du déjeuner, là, un des frères a dit7 : « Aujourd’hui, maintenant je vais prendre la bordure, je vais commander cette bordure. On dirait qu’à cette bordure de là il n’y a pas d’homme pour prendre cette bordure. » [Zé sourit légèrement à nouveau] Là, là on était depuis le début comme ça, à travailler de cette manière, là le compagnon [Rosário] a dit : « Il a dit ça, mais lui non plus ne prendra pas. Il n’est pas plus que son frère, en aucune manière. » Et on est partis et on ne donnait jamais la main en aucune manière. Et le patron [Antônio Rocha] il appréciait, hein ? Il aimait que le champ sorte par en haut. Et là nous, on y est allé, en ne faisant que ça, cet aller et retour. On allait jusqu’à la moitié du champ et on revenait. Quand on voyait que celui de la bordure avait la possibilité de venir nous serrer, on partait loin. On partait loin et lui restait avec sa bordure sans force. Là maintenant, sa bordure n’était plus que des coins. Il n’a jamais eu la force pour, jusqu’à ce que nous sortions par en haut. Là, quand on est sortis du haut de ce champ, là sont restées les pointes d’un côté et de l’autre comme une, une lune nouvelle, d’un côté et de l’autre.

26Pour le propriétaire du champ, ces ruses étaient intéressantes. Les camarades qui prenaient part à ces disputes cherchaient certainement à travailler de manière plus vive et à se surpasser. Et en général, l’ouvrage se faisait plus rapidement, le patron était assuré que sa commande serait accomplie à temps.

27Dans l’exemple ci-dessus, les tronçons parcourus par ceux de la bordure se sont remplis de coins, c’est-à-dire délimités par des triangles successifs pointant vers l’intérieur du champ (cf. ill. 6). De tels morceaux, de même que les cercueils, doivent être nettoyés à mesure qu’avancent les camarades qui s’y trouvent, et cela rend leur progression plus lente que celle de ceux du milieu. Lorsque Rosário et Zé de Miguel, ainsi que les compagnons qui les accompagnaient, ont atteint le haut du champ, il restait encore une grande partie des deux bordures à nettoyer. Ces parties sales se trouvaient à la fois plus bas sur les bordures et plus haut vers le centre, prenant la forme d’arcs, comparés avec humour à des nouvelles lunes.

28Les camarades qui étaient en avance en arrivant en haut du champ choisirent donc le côté opposé à « celui de la bordure » qui les avait menacés au moment du déjeuner, et ils continuèrent à travailler de ce côté-là, en aidant ceux qui y étaient un peu en retard :

Zé de Miguel — […] et là, nous, on a travaillé, on a choisi ce côté qui plus, moins était parlé, hein ? Car le… le gars a dit qu’il prenait la bordure, nous, on s’est tournés de l’autre côté, tout le groupe s’est dirigé d’un seul côté et l’a laissé là, à la bordure là. On a terminé une partie du champ, et il restait une autre partie. Mon cousin était déjà mouillé [de sueur] jusqu’aux bottes [il rit]. Et là on est allés dans un autre champ. Mon gars, là ça a été pire encore. Là, ce champ a été réparti en trois équipes. Il y avait plus de vingt personnes, presque trente personnes. Là les gens se sont éparpillés dans tous les sens, tu voyais seulement des ceinturons de broussailles pour deux, trois, pour trois ou quatre. Et jusqu’à ce qu’on en finisse nous aussi, ces petits groupes de trois personnes, cinq personnes, en finirent aussi avec le champ. Et avant quatre heures de l’après-midi nous, nous avions terminé le champ et on est partis.

Moi — Et celui de la bordure est resté ?

Zé de Miguel — Ceux de la bordure, ceux de la bordure ont pris leurs bordures, ils ont atteint le haut après que ceux du milieu étaient déjà sortis, le milieu du champ était déjà parti. Et ce jour-là a été un jour des plus réjouissants. Et lui [José Mauricio] se plaint de cela jusqu’à aujourd’hui, qu’« un jour il faut prendre un champ, Zé, et travailler de cette manière ». J’ai dit : « Si c’est de cette manière, on travaille. » C’était trop bon de travailler comme ça.

29Au début de la journée ainsi que pendant la pause pour le déjeuner, certains hommes auraient proféré des menaces, disant à un autre qu’ils le domineraient, qu’ils le contraindraient à des conditions de travail particulières. Le camarade menacé, prévenu de l’attaque, l’a neutralisée par des ruses s’appuyant sur une meilleure articulation avec un partenaire et une plus grande habileté à planifier et réaliser son parcours. À la fin de la journée, alors qu’ils avaient déjà atteint le haut du champ et laissé leurs rivaux loin derrière, les deux gagnants choisirent d’aider les camarades qui ne les avaient pas défiés. Ils sont allés biner du côté opposé à celui de la bordure qui se prétendait « plus homme », meilleur que les autres.

30Fâché, José Maurício continue aujourd’hui encore à menacer verbalement son cousin, réclamant une nouvelle séance de travail pour se venger de cet affront mémorable.

Jeter sa houe : les limites d’une rivalité dans la bonne humeur

31J’ai entendu plusieurs personnes décrire le recours extrême de ceux qui se trouvent enfermés dans un joug ou dans un coin, afin de se dégager. Comme nous allons le voir, il arrive que deux marombeiros (de la bordure ou du milieu) éloignés et en avance par rapport à ceux qui se trouvent entre eux, se déplacent l’un vers l’autre, essayant de fermer le joug formé sous eux. Ce serait comme si dans la situation racontée précédemment, Zé de Miguel et Rosário, lorsqu’ils se rapprochaient l’un de l’autre lors de leurs zigzags, au lieu de retourner vers l’extérieur du dispositif, avaient continué leur trajet jusqu’à se rencontrer au centre du dispositif. Dans ce cas évidemment, José Mauricio et ceux qui étaient proches de lui auraient été totalement enfermés dans le cercueil.

32Devant l’imminence d’un tel encerclement, certains peuvent néanmoins se défendre, en lançant leur houe plusieurs mètres en avant, coupant le trajet qui les enferme, non pas avec leur propre déplacement mais avec celui de leur outil. Devant l’impossibilité de traverser la ligne tracée par le trajet des houes, les deux feinteurs sont alors obligés de reculer. Zé de Eva a commenté cette possibilité de lancer sa houe :

C’est ce genre de blague, hein ? Quand on veut enfermer ceux du milieu, hein ? Ils sont arrivés d’un coup les deux [de la bordure] pour se toucher. […] Là, ceux du milieu auraient explosé de toute façon, ils avaient dit « joug » : « Ô ! Diable ! Untel est dans le joug. » Il continuait à crier, celui qui était au-dessus [à l’avant du dispositif] : « Ô ! Qu’est-ce qui en sort ? Vous êtes dessous là bâtés ! » Là ils explosaient vraiment. Quand ils voyaient que celui de la bordure voulait toucher, il arrivait même qu’ils jettent la houe. Ils jetaient la houe là en avant pour que les autres ne se rejoignent pas, et c’était respecté, hein ? Il jetait la houe là toute seule, et de là il allait chercher la houe là et revenait, revenant d’en haut avec des coups de poitrine pour que ceux de la bordure ne se rejoignent pas.

33Celui du milieu pouvait ainsi jeter sa houe devant celui de la bordure, puis aller la chercher et revenir là où il se trouvait, « avec des coups de poitrine » en cours de route, c’est-à-dire en frappant la terre avec la houe, binant un tronçon qui concrétisait la ligne créée pour couper le parcours de celui de la bordure. Il délimitait ainsi un espace que ne pouvait pas dépasser le feinteur. C’était aussi la limite de sa propre disposition à accepter les provocations.

34Zé de Miguel a commenté lui aussi ce thème, de façon semblable, lorsque je lui ai demandé ce qui pouvait se passer si ceux du milieu se trouvaient enfermés par les camarades qui « se touchaient » au milieu du champ :

Moi — Et s’ils ne jetaient pas la houe, s’ils se laissaient enfermer ?

Zé de Miguel — Aïe ! Ça, c’est une bassesse, hein ? Ces quatre-là, rester en bas là, juste à la traîne, et en plus, laisser toucher au-dessus.

Moi — Toucher, c’est…

Zé de Miguel — C’est moche, c’est moche. Là, il y aurait une huée en plein travail, hein ? […] Qu’est-ce que tu fais là au milieu ? Alors les houes volent, hein ? On envoie les houes, que…

Moi — Ce n’est pas parce que cela va faire un joug encore plus grand n’est-ce pas ?

Zé de Miguel — Non.

Moi — Ce n’est même pas cela, n’est-ce pas ? C’est parce qu’ils ont montré qu’ils se sont rejoints au milieu, non ?

Zé de Miguel — Qui est en bas, mais c’est un homme aussi, non ? Il est en retard, mais pas parce que ce n’est pas un homme, c’est un homme lui aussi. Alors les houes volent. Et si tu ne respectes pas ça, alors là ça part vers autre chose, hein ?

Ces deux commentaires montrent que fermer ainsi complètement un joug serait une provocation très grave, comparable à l’estocade du vainqueur. Les camarades acculés, en plus de travailler continuellement à la traîne, se retrouveraient alors totalement dominés par ceux qui se moquaient d’eux, car ils ne seraient plus capables d’avancer assez vite pour couper leur jonction. Ce serait une humiliation, suivie probablement de nombreux commentaires et moqueries.

35S’ils se voyaient soumis à une telle pression, ceux du milieu se trouvant à l’arrière « exploseraient », travailleraient le plus rapidement possible et, en dernier recours, réussiraient à lancer leurs houes. Ce serait le signal que le jeu a assez duré, et que toute provocation de plus pourrait être de trop, irrespectueuse.

36On voit donc que le travail collectif à la houe peut aussi prendre la forme d’une hostilité. On perçoit de plus que cette compétition concerne non seulement la quantité de travail, le volume d’effort physique dispensé par les uns ou les autres, mais que, surtout, avec des menaces, des provocations, des disputes et des moqueries, elle met en œuvre la rivalité en elle-même.

La maromba de Bastiãozinho : l’épreuve et la ruse

37Un jour où nous travaillions dans le champ de Jandira et Zé de Miguel, celui-ci, regardant un coteau qui se trouvait sur l’autre rive du cours d’eau, à quelques dizaines de mètres de nous, a raconté une nouvelle histoire de ruse au travail. Ce récit illustre les stratégies mises en œuvre par un marombeiro, non pas tant pour enfermer un rival dans un joug, que pour dessiner pour soi-même un trajet libre de passages difficiles, où la présence de pierres et autres obstacles aurait rendu le travail à la houe (beaucoup) plus difficile que dans la terre seule. Cela s’était passé lors d’une séance de travail collectif pour Bastiãozinho, un ancien voisin dont les terrains se trouvaient justement sur une de ces zones difficiles à travailler : surface accidentée, terre emplie de différents obstacles.

Là, ce jour-là, c’étaient dans les quarante personnes, et ce champ était très mal fichu, même pour des gens qui savaient travailler. C’était très compliqué de travailler ce champ, lui qui… type des formes du terrain, hein ? Beaucoup de « ravinements », ces, ces fonds de torrent, durs à prendre. Cocotier, un tas de pierre, dur d’en sortir. Une enfilade de cocotiers. Et c’est parti, et… et le champ très grand, au-dessus du ruisseau. Et là, il y avait des compagnons, là. Arrivant sur ces cocotiers, ça commençait déjà le grondement, les cocotiers d’en bas.

Les marombeiros qui arrivaient sur des cocotiers dès le début de la journée, au tout début du champ, commençaient à protester en chœur (codongar) de devoir biner sur ces racines-là, sans compter les noix de coco et les branches tombées à terre. Tout cela irradiait autour des cocotiers, formant un excellent ensemble d’obstacles pour la houe, ce qui rendait le travail beaucoup plus dur, et lent, en plus d’émousser le fil des outils.

38Après les cocotiers, les premiers marombeiros sont confrontés à de nouveaux obstacles :

Et on continuait à monter. Quand on est arrivé, on a dit « Comment est-ce qu’on va faire ? Il y a une ravine, un talus, trop difficile à traverser. Il va nous falloir éviter ces pierres-là, nous, on ne va pas passer dessus non. On les contourne, et quand ils arrivent, ils viennent s’occuper de ces pierres, et nous, on part déjà pour le ruisseau du dessus, et resteront les ravines, pierres et ravines pour ces autres-là. »

Zé et ses compagnons les plus proches ont décidé d’orienter leurs déplacements afin de contourner un affleurement rocheux et, dans la foulée, d’éviter une « ravine », c’est-à-dire une rigole ouverte par l’érosion de la pluie où s’accumulent de nombreux sédiments, cailloux et autres détritus. S’ils avaient continué passivement dans le cadre du dispositif de marombeiros tel qu’il était projeté par ceux de la bordure, ils auraient pu, en plus des deux obstacles précédents, se heurter aussi à une sorte de mur de roches.

Ceux qui ont eu le cocotier, là on s’en est écartés. Ils avaient déjà fini avec les cocotiers mêmes, nous, on l’avait évité. Là, on a coupé, comme je te l’ai dit, on a coupé. Pour pouvoir se défendre, on a dû couper. Là, tout était déjà en bas, presque sans rien faire, mais on s’est échappés des pierres et de ce rocher, de ce talus et de cette ravine dure à prendre.

39Alors que certains compagnons terminaient de nettoyer autour des cocotiers, Zé et ceux qui étaient près de lui ont évité le premier obstacle. Avant d’arriver à l’affleurement rocheux (canga, ensemble de grosses pierres dont les pointes dépassent du sol), ils se sont réorientés vers la gauche, montant en diagonale (ill. 7, n° I et II). Ils ont ensuite profité de l’avantage pris sur leurs compagnons de gauche — ceux qui s’étaient heurtés aux cocotiers et étaient restés en arrière — pour se diriger vers eux. Ainsi, ils ont avancé rapidement et fait tout de suite un demi-tour dans le sens horaire en arrivant au bord de la canga de pierres. Les camarades sur la gauche, après avoir dû travailler dans la zone des cocotiers, ont ainsi été obligés de passer par ce nouvel obstacle.

ill. 7 – Parcours de Zé de Miguel lors du travail chez Bastiãozinho

ill. 7 – Parcours de Zé de Miguel lors du travail chez Bastiãozinho

40En longeant l’affleurement rocheux (moment II), Zé et ceux qui étaient avec lui amenuisaient l’espace par où allaient passer tous ceux qui étaient entre eux et celui de la bordure gauche. Ils coupaient le champ, c’est-à-dire qu’ils enfermaient presque les retardataires. Lesquels, en se rapprochant du point le plus étroit de passage, avaient de moins en moins de terrain à biner. Arrivés à ce goulet, les compagnons passaient presque sans travailler, « presque sans rien faire ». Cet artifice ne mettait pas vraiment à profit leur déplacement, il n’était pas intéressant en termes de rendement. C’était néanmoins la seule issue trouvée par ce petit groupe pour échapper aux obstacles qu’ils auraient rencontrés autrement.

Là, quand toute l’équipe est descendue, ils venaient déjà par ici (par l’affleurement rocheux). Nous déjà, déjà, on montait vers le ruisseau du dessus. Nous, on était déjà à une hauteur que celui de la bordure du dessus était déjà très haut, et de ce côté-ci le ruisseau fermait déjà, de sorte que les autres restaient beaucoup plus bas.

41Dès que les retardataires acculés passaient par le couloir étroit, ils se trouvaient face aux pierres que les premiers avaient réussi à éviter.

Et ceux-là qui étaient tombés sur les cocotiers, tombaient alors sur les pierres, sur cette ravine, tombaient ces, cette plaque [l’affleurement rocheux]. Et là, quand ils sont descendus en bas, nous, on a fermé en haut. Nous en haut, on en a donné un coup, là, parce qu’il y avait une autre ravine là en haut que nous, on voulait déjà s’en protéger. Un champ mauvais, trop compliqué pour y travailler. Et ça a réussi, on s’en est sorti. Un petit groupe de huit, peut-être dix personnes, on est passé sur aucune pierre, aucun cocotier, ni pierraille, on a échappé à tout.

42Après le demi-tour du moment II, Zé a continué parallèlement au cours d’eau, en ne faisant que traverser une ravine. Au moment III, il a contourné le talus de pierres, et est revenu, au moment IV, en passant juste à la pointe de la ravine qu’il avait traversée précédemment, toujours sans avoir à l’affronter. Les compagnons attardés sur sa gauche, et qui avaient déjà dû affronter les cocotiers, et l’affleurement rocheux, ont dû au contraire faire face successivement à ces différentes difficultés. Ceux qui venaient derrière, proches de celui de la bordure de droite, avançaient aussi à la fin sur un long tronçon de ravine.

43Ainsi, toujours attentif à l’espace de déplacement (avec ses obstacles éventuels) ainsi qu’aux parcours des autres compagnons, l’astucieux Zé de Miguel a terminé cette session de travail « en échappant » aux difficultés successives, s’appliquant à ne biner que de la terre molle, sans grand effort. Dans le même temps, il demeurait toujours devant les autres, en leur laissant ces passages si pénibles.

3. Relations entre travail cinétique, agriculture, productivité, rivalité et fête : autres exemples

44Comme nous l’avons vu, le travail agricole collectif — maromba — dans la région du Córrego São João (haut Jequitinhonha) est sous-tendu par des principes de déplacement qui sont d’abord et systématiquement associés à des facteurs d’ordre pratique ou productif, l’intention étant d’optimiser la force de travail des différents acteurs. Ceux-ci choisissent donc des parcours qui, en fonction du relief, tendent à éviter les déplacements improductifs et, en suivant les courbes de niveau, à réduire les montées, offrant ainsi des postures corporelles qui facilitent la manipulation de la houe. Dans le même souci de rentabilité, le dispositif stratégiquement efficace pour ces séances de maromba serait la formation en ligne de camarades menés par certains d’entre eux selon un certain rythme.

45On observe également que le travail collectif des champs, tout en suivant ces principes de déplacement, peut être le théâtre de différents types de conflits. Grâce à la complicité entre quelques camarades, l’agilité, la subtilité et la créativité dans les déplacements, divers pièges sont déployés au service de pratiques agonistiques.

46Une telle rivalité peut présenter quelques avantages d’ordre économique : les compagnons en concurrence sont stimulés, ils accélèrent leur rythme de travail, ce qui abrège la durée d’une tâche donnée ou offre des garanties sur son achèvement. Toutefois, on observe, à l’inverse, des situations où la rivalité entraîne des pertes : certains tracés peuvent obliger un nombre important de travailleurs à marcher la houe à l’épaule, sans rien faire. Si la compétitivité peut éventuellement s’accorder avec une certaine raison pratique ou économique, elle ne saurait se réduire à cela. La compétition se révèle aussi, et peut-être plus encore, motivée par l’intérêt même de la dispute. Celle-ci devient alors un jeu fondé sur l’astuce des compagnons qui travaillent ensemble.

47À travers une telle rivalité, certains, comme nous venons de le voir, peuvent réduire la quantité de travail ou le faciliter. Mais nous avons vu aussi un épisode où, étant arrivé en haut, au bout du champ, avec une certaine avance sur d’autres camarades, Zé de Miguel et Rosário se mirent à aider certains avec qui ils n’étaient pas en compétition. Ainsi, les feinteurs en avance ont fini par œuvrer aussi longtemps que leurs opposants les plus en retard.

48Une fois de plus, une telle rivalité s’insère dans le jeu même du conflit plutôt que dans la recherche de conditions de travail plus faciles. Comme l’a dit Zé de Miguel, le travail comportant des défis et des ruses devient agréable, divertissant : « C’était trop bon de travailler comme ça ! » Avec les railleries, les provocations drôles et les appels à la revanche, la rivalité ferait du moment de production agricole un espace plaisant, de jeu.

49Marianne Lemaire a décrit d’autres compétitions de travail agricole réalisées parmi les Senoufo Tyebara au nord de la Côte d’Ivoire (1999). Là aussi, il s’agit d’un entrecroisement entre travail à la houe, musique et rivalité : la rivalité s’associe à des forces productives, tout en agissant dans un système de valeurs propre. De telles compétitions, qui pourraient être perçues comme des fêtes (Lemaire, 2013 : 58), mettaient en jeu des habitants de deux villages qui, travaillant côte à côte dans le même champ, luttaient pour être les premiers à terminer leur part. Chaque équipe d’agriculteurs avait son orchestre de xylophones qui les accompagnait tout le long de la journée, jouant et interprétant les « chants de xylophone pour les cultivateurs à la houe » (tefaldyewunuyi), chants dont les paroles participaient d’ailleurs à la gestion de la rivalité en cours. La concurrence entre les travailleurs correspondait à l’intérêt pratique du propriétaire du champ, dans la mesure où en général elle favorisait l’accomplissement rapide de la tâche. Mais, comme le dit Marianne Lemaire, ces relations agonistiques et de rivalité — accompagnées de beaucoup d’humour — ne peuvent pas être seulement considérées sous un angle pratique (1999 : 16) :

[…] la rivalité, qui jauge et augmente des compétences telles que la force, la rapidité, et surtout l’aptitude à déployer ces deux qualités dans le temps — l’endurance —, entoure et célèbre le travail valorisé en tant que mobilisation en cours de toutes les forces tant morales que physiques des cultivateurs. […] si le travail de buttage des ignames est un lieu d’inscription de la rivalité, et si celle-ci mobilise à outrance l’ardeur des cultivateurs, ce n’est en aucun cas dans le but de produire des biens utiles au groupe ou dans celui d’accélérer ou d’accroître la production de tels biens.

C’est ainsi une profonde valorisation du travail et l’existence d’une éthique sénoufo du travail qui justifient qu’il s’entoure volontiers d’une compétition.

50Leila Amaral, traitant d’anciennes marombas réalisées près de Cachoeira, autre commune rurale du haut Jequitinhonha, relève d’emblée le caractère à la fois économique et festif de tels événements (1988 : 93, italiques dans l’original) :

La « maromba » […] est une séquence d’activité agricole, qui, dans une économie rustique, présente la nécessité technique d’un grand nombre de bras, plus que ceux que la famille nucléaire peut offrir. La « maromba » ne se distinguerait pas des autres formes habituelles de travail collectif pratiquées par le groupe — « travail familial », et « échange de journées » —, si ce n’est par le rassemblement d’un groupe plus important de « camarades » pour biner, et par l’atmosphère imprégnée de chaleur festive.

Bien qu’elle ne présente pas la structure, ni ne détaille certains aspects de ces journées de maromba, Leila Amaral note que le travail agricole s’accompagnait, dans cette région, de consommation d’alcool, de chants, de décontraction, d’humour et de moqueries. Elle observe également la liberté avec laquelle les paysans géraient leurs propres conditions de travail : « C’est le groupe qui impose rythme, orientation, modalité d’accomplissement de la tâche, malgré la supervision discrète, distante, et par-dessus tout bienveillante du propriétaire » (1988 : 94). De même qu’au Córrego São João, la famille propriétaire du champ pouvait offrir un divertissement à la fin d’une journée de maromba. On y conviait les participants à la maromba, ainsi que leurs familles et d’autres voisins, on offrait un repas collectif copieux, de la musique et de la danse (ibid. : 96). Mais, indépendamment de la soirée de fête, le travail même dans le cadre d’une maromba, travail qui n’était ni imposé ni contrôlé, était en général joyeux, nourri de plaisanteries, et, selon l’auteure, pouvait être compris comme une célébration.

  • 8 Tirar cantigas (NdT).

51De son côté, Valéria Martins, dans certains de ses travaux, traite de la fête du nove, à Machado (moyen Jequitinhonha) qui ressemble à la cabocada du Córrego São João. Il y a quelques décennies, la fête du nove à Machado pouvait aussi se réaliser à la fin d’une journée de maromba (Martins, 2009 : 27-28). Composé de différentes « plaisanteries à la guitare » (brincadeiras de viola), cet événement est aussi désigné comme un espace musical de disputes entre les différents chanteurs (Martins, 2013 : 256 sq.). Ceux-ci s’y affrontaient parfois en « lançant » des chansons8 qui pouvaient être reprises par un nombre plus ou moins grand d’autres participants, ou en proposant une série de vers dans une chanson donnée. Ainsi, selon le principe bien connu du « défi poétique » (desafio, repente ; Sautchuk, 2012), deux chanteurs entonnaient leurs vers en alternance, l’un répondant au précédent, et suscitant en même temps la réponse suivante. Chaque vers offert en tant que fala « parole » provoque une reposta « réponse », qui elle-même agit comme une fala, suscitant une nouvelle reposta, selon un enchaînement non fini. Se tresse ainsi une interaction continue entre les deux parties parole/réponse, c’est-à-dire entre les deux chanteurs rivaux. Celui qui a épuisé ses vers, qui n’est plus capable d’entretenir l’alternance parole/réponse et d’alimenter l’interaction est alors le perdant. Le chanteur le plus astucieux, le plus fin, capable de toujours réagir à la parole de son adversaire, gagne pour avoir réussi à produire une parole que l’autre ne peut plus suivre. Il gagne la dispute en muselant son adversaire, l’empêchant de continuer à chanter de nouveaux vers, de poursuivre la parole/réponse.

Que la défaite soit associée à l’absence de réponse — ou au silence — indiquerait que quand le répondant devient le lanceur de parole — au même moment où l’autre devient répondant — il cherche à répondre de telle sorte que la réponse apparaisse comme une fala (parole) à laquelle il n’y a pas de réponse : une parole qui fait taire. Ce qui est recherché alors, est d’être un lanceur de parole qui empêche l’autre de le devenir. L’un et l’autre veulent parler de sorte que l’autre ne puisse plus le faire. L’un et l’autre veulent vaincre (Martins, 2013 : 262).

52On retrouve une relation analogue, lors d’une soirée de nove, lorsque deux chœurs à quatre voix lancent en alternance des chansons (cantigas) différentes. De manière semblable, ces pièces chantées sont intercalées, et fonctionnent à la fois comme réponse à la précédente et proposition, provocation pour une nouvelle réponse/parole (reposta/fala) (ibid. : 263 sq.). Un tel dialogue de cantigas peut aussi devenir une joute, et la victoire d’un chœur est « recherchée en tentant de susciter l’adhésion des participants à la fête — particulièrement les femmes — au moment où on chante — où on prend la parole » (ibid. : 266). Cette victoire serait associée elle aussi à la capacité à réduire l’autre au silence, à faire taire le chœur rival.

53Ainsi, de même que les travaux agricoles sous forme de marombas dans la vallée du Córrego São João, la fête du nove, qui d’ailleurs dans les alentours de Machado pouvait parfois suivre un travail collectif, apparaît aussi comme potentiellement associée à des pratiques multisensorielles (Martínez, 2009) de rivalité. Si nous prenons le dialogue développé lors de l’enchaînement des cantigas, ainsi que les vers qui les composent, comme des métaphores pour comprendre les relations agonistiques dans le travail cinétique des marombas de Turmalina, alors, le succès d’un « feinteur » serait lié lui aussi à son astuce, sa capacité à réagir, à proposer de manière continue et rapide des réponses aux mouvements offensifs de ses rivaux. De leur côté, ces réponses seraient en même temps susceptibles de provoquer d’autres réactions qui entraîneraient de nouvelles réponses, alimentant ainsi une « conversation ». Nous pourrions aussi inférer que l’échec d’un marombeiro lors d’une joute de travail à la houe serait lui aussi lié dans une certaine mesure à son incapacité à interagir. Ne pouvant répondre à un assaut cinétique, il se trouverait dans l’impossibilité de déterminer un trajet propre et d’influencer de manière active les trajets des autres. En se déplaçant de manière autonome, on cherche à empêcher son rival de continuer à en faire de même.

54De même que pour les marombas de la vallée du Machado (Martins, 2009) et du village de Cachoeira (Amaral, 1988), une fête peut aussi ponctuer la fin des journées de travail agricole collectif dans la vallée du Córrego São João. Cette célébration, une cabocada, peut être offerte, par la famille qui a commandé le travail collectif, dans la cour de sa maison. Néanmoins, comme nous l’avons vu dans les divers exemples ci-dessus, le travail à la houe est lui-même empli de plaisanteries, de musique, de libations, de provocations et de railleries. Marianne Lemaire a noté à propos des Senoufo Tyebara que la compétition en situation de travail se déroule dans une ambiance festive et ne peut pas se passer de musique (2013 : 58). En caractérisant ces travaux de maromba comme des occasions festives, nous voyons que, comme dans le nove décrit par Valéria Martins (2013), la rivalité apparaît bien comme une composante fondatrice de ces célébrations.

Haut de page

Bibliographie

Amaral, Leila
1988 Do Jequitinhonha aos Canaviais : em busca do paraíso mineiro, mémoire de master, Departamento de Sociologia e Antropologia, Universidade Federal de Minas Gerais, Belo Horizonte.

Araújo, Samuel
1992 Descolonização e discurso : notas acerca do poder, do tempo e da noção de música, Revista Brasileira de Música, 20 : 7-15.

1999 Brega, Samba, e Trabalho Acústico : Variações em torno de uma contribuição teórica à etnomusicologia, Revista Opus, 6 : 34-43.

Beaudet, Jean-Michel
1997 Souffles d’Amazonie : les orchestres tule des Wayãpi (Nanterre, Société d’ethnologie).

Lemaire, Marianne
1999 Chants de l’agôn, chants du labeur : travail, musique et rivalité en pays sénoufo (Côte d’Ivoire), Journal des africanistes, 69 (2) : 35-65 ; DOI : 10.3406/jafr.1999.1208.

2013 Du geste technique à la geste musicale, Gradhiva, 17 : 50-69 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2598.

Martínez, Rosalía
2001 Autour du geste musical andin, Cahiers d’ethnomusicologie, 14 : 167-180.

2009 Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine : exemples boliviens, Terrain, 53 : 84-97 ; DOI : 10.4000/terrain.13788.

Martins, Valéria Cristina de Paula
2009 Uma etnografia do Nove : brincadeiras de viola em Machado e arredores (MG), mémoire de master, Programa de Pós-Graduação em Antropologia Social, Universidade de Brasília.

2013 O Brinquedo do princípio do mundo : música, dança e socialidade no córrego do Machado (Médio Jequitinhonha), thèse de doctorat, Programa de Pós-Graduação em Antropologia Social, Universidade de Brasília.

Ricci, Antonello
1993 Quelques aspects du chant polyphonique traditionnel en Calabre, Cahiers de musiques traditionnelles, 6 : 87-98.

Rosse, Leonardo Pires
2017 Música, movimento e rivalidade entre camponeses no Alto Jequitinhonha (MG), thèse de doctorat, Programa de Pós-Graduação em Música, Universidade Federal de Minas Gerais, Belo Horizonte.

Sautchuk, João Miguel
2012 A poética do improviso : prática e habilidade no repente nordestino (Brasília, Editora da Universidade de Brasília).

Haut de page

Notes

1 Nous avons fait le choix de conserver ici, sans modifications, le parler de ces paysans de la vallée du Jequitinhonha, sans chercher à transcrire ces paroles dans une langue nationale grammaticalement et sémantiquement normée. Afin que le lecteur lusophone puisse apprécier toute la richesse et la musicalité de la langue et des expressions de Zé de Miguel, voici la version originale de l’extrait : « Meu primo era José Maurício. Aí nós estava indo trabalhar lá pro, hoje é finado, o finado Antônio Rocha, né ? Era uma roça muito grande, mas muito assim cheia de, de tanto problema no meio : é um rochedo, é umas pedras, é um monte de madeira. E naquele dia ele (José Maurício) chegou e falou assim : “É Zé, hoje, hoje nós vamos trabalhar é desse jeito : é um pra cá e o outro pra lá.” Eu falei : “Uai, do jeito que o senhor quiser, uai.” E aí nós pegamos. Aí nós pegamos no meio, ele pegou umas três pessoas longe de mim. E aí tinha um outro colega meu, que era o Rosário, né ? Entendia bem de, de cortar bem na… na treta, né ? (Ele sorri) Como diz. E aí nós já pegou já tirando fora dele. Já quando eu ia, o Rosário afastava. Quando eu afastava, o Rosário vinha. E ele ficou naquele meio » (NdT).

2 Roça, un essart (NdT).

3 Cf. Rosse, 2017 : chap. 2.

4 Je rejoins ici la proposition d’Araújo (1992, 1999) à propos de l’expression « travail acoustique » ; il s’agit de mettre économie et musique, production matérielle et symbolique, sur un même plan épistémologique.

5 Un « groupe polyvocal », selon la terminologie d’Antonello Ricci (1993).

6 Tretas « feintes, ruses » (NdT).

7 Un frère de celui de la bordure qui le matin s’était fâché.

8 Tirar cantigas (NdT).

Haut de page

Table des illustrations

Titre ill. 1 – Localisation de la commune de Turmalina
Crédits Source fonds de carte : http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/jequitinhonha_370946#8/-16.805/-41.657 et https://d-maps.com/​carte.php?num_car=4842&lang=frRéalisation Emmanuelle Seguin (CNRS–UMR7186)
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/14696/img-1.png
Fichier image/png, 27k
Titre ill. 2 – Parcours typique pour le travail à la houe
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/14696/img-2.png
Fichier image/png, 5,5k
Titre ill. 3 – Parcours du groupe de marombeiros (champ de Jandira et Zé de Miguel)
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/14696/img-3.png
Fichier image/png, 55k
Titre ill. 4 – La maromba de Jandira et Zé de Miguel
Légende En haut : dispositif de base, entre les moments I et II de l’illustration 3. Les quatre premiers compagnons chantent (respectivement Benedito, Zé de Eva, Aparecida et Jandira). La femme que l’on voit se baisser pour prendre au sol une bouteille isotherme, à gauche de l’image, sert de l’eau et de la cachaça pendant toute la durée du travail. À l’arrière-plan, Deusdete occupe la bordure.En bas : au centre du dispositif, quelques-uns « du milieu ». Zé de Miguel est sur le côté gauche de l’image. Les autres compagnons constituent un groupe (terno) de chanteurs.
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/14696/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
Titre ill. 5 – Stratégie de déplacement de Zé de Miguel et Rosário, consistant à enfermer José Mauricio dans des « jougs »
Légende Pour faciliter la lecture, nous ne reproduisons ici qu’une section de la file de marombeiros, ignorant ceux qui se trouvent de part et d’autre de celle-ci.
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/14696/img-5.png
Fichier image/png, 24k
Titre ill. 6 – Stratégie de déplacement de Zé de Miguel et Rosário contre ceux de la bordure
Légende Pour en faciliter la lecture, ce schéma n’indique pas les camarades situés entre celui de la bordure et Zé de Miguel ou Rosário.
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/14696/img-6.png
Fichier image/png, 12k
Titre ill. 7 – Parcours de Zé de Miguel lors du travail chez Bastiãozinho
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/14696/img-7.png
Fichier image/png, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leonardo Pires Rosse, « La houe et la ruse », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 50 | 2021, mis en ligne le 12 juillet 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/14696 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ateliers.14696

Haut de page

Auteur

Leonardo Pires Rosse

Post-doctorant, École de musique de l’université fédérale de Minas Gerais

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison des Sciences de l'Homme - Monde
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search