Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série51

51 | 2022
La nouvelle vie numérique des archives et collections ethnographiques

Partage, regards croisés, restitution et questions éthiques
The new digital life of ethnographic archives and collections: sharing, different perspectives, restitution and ethical issues
Sous la direction de Jessica De Largy Healy, Sophie Blanchy et Marie-Dominique Mouton
Couverture d'Ateliers d'anthropologie, 51|2022
Informations sur cette image
Crédits : Clichés Florence Revelin, centre Mulka et Sophie Blanchy

Qu’est-ce que le numérique fait aux archives et aux collections ethnographiques ? Sur de nombreux terrains où la question de la restitution des collections matérielles et documentaires se pose depuis trente ans comme une responsabilité éthique pour les chercheurs, les conservateurs et leurs institutions respectives, le recours aux nouvelles technologies a non seulement offert une alternative au retour physique des objets demandé par les communautés, mais aussi ouvert des possibilités de collaborations inédites entre les différents acteurs mis en relation par les objets, les sons, les images ou les textes. En réponse aux préconisations des pouvoirs publics et aux revendications de nombreux groupes autochtones, la numérisation permet ainsi de développer de nouvelles politiques d’accès aux collections et d’en développer les usages ou les valorisations, par des chercheurs ou étudiants, par les descendants des personnes représentées et par des artistes. Les collaborations sur des projets de restitution, que cela soit par la médiation de sites internet, de plateformes numériques ou d’archives communautaires, ouvrent de nouveaux horizons pour les processus locaux de revitalisation de langues et de pratiques culturelles menacées, mais aussi pour la création de nouveaux discours et de savoirs autour des matériaux restitués.

Le dossier composé de huit articles et d’une introduction générale écrite à six mains interroge à travers une diversité assumée de perspectives (ethnologues, conservateurs, responsables d’institutions patrimoniales, artistes, archivistes) les effets du numérique dans les usages des archives et des collections ethnographiques, depuis les enjeux entourant l’accès aux données par différents acteurs jusqu’aux nombreuses pratiques créatives qui en découlent, dans les institutions et au sein de différentes communautés d’utilisateurs. Les auteurs ont été encouragés à s’appuyer sur leur propre expérience de valorisation numérique pour analyser la réception de ces réalisations et examiner les usages qui en sont faits par les chercheurs, les artistes, le grand public ainsi que par les descendants des groupes concernés par les enquêtes. Au regard des injonctions de valorisation de la recherche et des archives qui nous sont faites en tant qu’anthropologues, le numérique n’apparaît-il pas trop souvent comme une panacée et ne reste-t-il pas un outil dont l’application, en particulier dans le domaine des archives ethnographiques, comporte de nombreuses difficultés, et appelle des formes spécifiques de médiation ?

Notes de la rédaction

Il nous a semblé impossible de traiter des archives ethnographiques et, en particulier, de celles de la bibliothèque Éric-de-Dampierre sans évoquer le souvenir de Marie-Line Priot.
À son entrée au CNRS, en 1978, Marie-Line a d’abord occupé des fonctions administratives au Centre de documentation scientifique et technique (CDST) pendant une dizaine d’années avant de rejoindre sur le campus de Paris Nanterre le Centre de recherche en économie du développement du professeur Hugon. Ce premier poste au CDST avait fait naître chez elle un grand intérêt pour la documentation et les bibliothèques et c’est avec enthousiasme qu’elle a accepté, en 2009, une mutation à la bibliothèque Éric-de-Dampierre.
Dès son arrivée, Marie-Line s’est immédiatement investie dans ses nouvelles fonctions. Maîtrisant très rapidement les principes du travail en bibliothèque et les différentes techniques de traitement des documents, elle a mis en pratique ses nouvelles connaissances avec une conscience et un appétit de travail rarement rencontrés.
Curieuse de tout, chaque ensemble de documents à traiter était pour elle l’occasion d’entreprendre des recherches, par intérêt, par goût de la précision et du travail bien fait, sans que cela ne ralentisse pour autant son rythme de travail. C’est grâce à son activité que nombre de fonds spéciaux et de bibliothèques de chercheurs qui sommeillaient dans les réserves faute d’avoir été traités ont été catalogués et mis à la disposition des lecteurs.
Après les ouvrages, Marie-Line a découvert le monde des archives et, en particulier, celui des collections de photographies ethnographiques. Si elle s’est beaucoup investie dans l’inventaire du fonds Stresser-Péan sur le Mexique, c’est le légendage des fonds africanistes qui l’a vraiment passionnée. Il suffisait pour s’en convaincre de la voir passer des heures, l’œil pétillant d’intérêt, penchée sur les photographies du Sénégal et de Guinée réunies par le Centre de recherche anthropologique de Monique Gessain.
Marie-Line nous a quittés en février 2021, à la veille d’une retraite bien méritée et alors qu’elle s’apprêtait à s’installer avec son mari dans la maison de Corrèze qu’ils avaient choisie et aménagée avec amour. Nous sommes infiniment tristes de son départ prématuré.

  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison des Sciences de l'Homme - Monde
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search