Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série52Génies, êtes-vous là ? Consultant...

Génies, êtes-vous là ? Consultant, implique-toi ! Devineresse, sois perspicace !

Pragmatique divinatoire dans le nord de la Côte d’Ivoire (Korhogo)
Spirits, are you there? Client, get involved! Diviner, be perspicacious!: Divinatory pragmatics in the northern Ivory Coast (Korhogo)
Camille Van Deputte

Résumés

Pour la devineresse, la divination est un « travail » (faliwi) nécessaire pour contenter les génies — et ainsi maintenir un équilibre dans sa vie personnelle —, mais aussi un moyen d’aider autrui. Elle ne peut être réduite à une technique de communication spécifique impliquant des entités invisibles. Ce qui se produit au cours des séances est plus complexe. Devineresse, consultant et génies contribuent ensemble à l’élaboration de ce propos intelligible et efficace qu’est le diagnostic divinatoire. Leur participation active et leur adhésion ne sont jamais acquises : les génies jouent-ils toujours leur rôle ? Le consultant parvient-il à s’impliquer correctement ? La devineresse réussit-elle à dépasser ses doutes ? La description d’une séance de divination va permettre la mise en avant des paroles, des gestes et du cadre matériel sur lesquels repose cette pragmatique divinatoire particulière.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Côte d’Ivoire
Haut de page

Texte intégral

1

  • 1 Ici, il s’agit d’une référence implicite à tout ce qu’elle a vécu depuis qu’elle porte le sandogi, (...)
  • 2 Kakologo, issu de ka (raison, motif de) et de kologi (avoir tort, tourner, faire tourner, rendre to (...)
  • 3 Fugò peut se traduire par intérieur mais aussi par « cœur », « siège de l’affection ».

Je souffre beaucoup. Depuis que j’ai pris le sandogi, fait toutes ces choses1, jusqu’à aujourd’hui, je n’ai pas eu [de réussite] dans le sandogi. J’obéis au sandogi divinatoire pour que mes enfants soient en bonne santé. Pour que mes trois enfants soient en bonne santé. Ah ! C’est pourquoi jusqu’à aujourd’hui dès que je gagne cinq francs je ne parviens pas à les garder (lit. « arrêter », yére). Même cinq francs je ne les garde pas. Ce que je souhaite et cherche réellement c’est quelqu’un pour m’aider. Qu’il m’aide. Sinon je souffre. Ils sont là, dans le village, à se moquer de moi. Tu entends que ton nom est célèbre (lit. « sorti », yiri) dans le sandogi mais tu ne vois pas cinq francs. Mon nom est célèbre. Ici et là mon nom est vraiment célèbre. Tu connais Bouaké (lit. « vois », nyaa). Je reviens de Bouaké. Quand j’ai quitté Bouaké, ils [les génies] m’ont dit que j’étais partie pour une mauvaise raison2. Ils m’ont fermé (tɔn) le sandogi. Je suis revenue sans voir cinq francs dans ma main. Je suis revenue avec ma seule personne. Or, ce sont eux [les génies] qui m’avaient dit que nous ( = elle et les génies) devions partir. Ils disent que nous nous sommes disputés (tún). D’aller à Bouaké. Donc je suis partie. Ils me reprochent d’être partie la nuit. Que je les ai fait sortir la nuit. C’est pourquoi je n’ai pas eu quelqu’un [soit de consultants, soit quelqu’un pour l’aider]. En mon for intérieur (fungui3), je souffre. Je souffre tellement en mon for intérieur, hein ! Parmi mes enfants, mon unique fille n’arrive pas à avoir rapidement d’enfant dans son foyer. En mon for intérieur, tout cela me fait souffrir (Porotioh, 10 avril 2018).

  • 4 Dans l’article, j’utiliserais le terme sénoufo tugubele comme synonyme du terme français « génies » (...)

Porotioh, devineresse expérimentée — pratiquant la divination depuis plus de trente ans et aujourd’hui seule devineresse de son village — connaît régulièrement des déboires avec ses génies (pl. tugubele4). Du non-respect d’une recommandation à la dispute entraînant la suspension de l’activité divinatoire, la relation aux entités invisibles n’est jamais évidente. Soumise à une négociation permanente voire quotidienne, elle peut s’avérer conflictuelle.

  • 5 Sandogi : terme désignant une société initiatique élective et la puissance associée au matrilignage

2Alors qu’elle évoquait son dénuement financier chronique, Porotioh se mit à exposer une dispute survenue quelques mois auparavant avec ses génies à propos d’un voyage à Bouaké, ville du centre de la Côte d’Ivoire. Son second fils, Dognima, y est installé depuis plusieurs années et y exerce le métier de tapissier. À son retour au village, la devineresse avait voulu reprendre son activité divinatoire, mais les génies, mécontents, lui avaient « fermé » le sandogi5. Leur collaboration étant suspendue, Porotioh se retrouva dans l’incapacité de « voir ». Privée de sa principale source de revenus et devant faire face aux exigences de réparation des tugubele, sa situation devint plus critique qu’elle n’était auparavant. Afin que le sandogi lui soit de nouveau « ouvert », elle dut effectuer une série de sacrifices et apporter des modifications à sa pratique quotidienne de la divination. Traces de ces sacrifices, sang et plumes sont encore visibles sur les statuettes anthropomorphes matérialisant les génies et sur le mur près de l’entrée de la « maison de divination ». Les génies lui ont également demandé de se procurer une nouvelle tenue de couleur rouge qu’elle doit revêtir lors des consultations. Toujours selon leurs instructions, un morceau du tissu a servi à confectionner une petite cape aux deux statuettes des tugubele. Enfin, les génies lui ont signifié qu’ils n’autorisaient plus que les téléphones portables, sources de perturbations, pénètrent dans leur maison. Porotioh dépose le sien et exige des consultants qu’ils fassent de même à l’entrée de l’enclos divinatoire. Une fois sa relation aux génies renégociée, elle a pu recommencer à « travailler ».

3Pour la devineresse, la divination est un « travail » (faliwi) permettant de contenter les génies, venir en aide à autrui et assurer une stabilité dans sa vie. Depuis qu’elle a commencé à pratiquer la divination, Porotioh n’a jamais cessé de « faire le travail » des génies au risque sinon qu’elle ou un de ses enfants ne tombe malade. Cependant, il arrive parfois qu’elle y soit — physiquement — contrainte. Porotioh s’est blessée une fois à la main. Cette blessure ne lui permettant plus de conduire de consultations, elle est alors tombée malade. Pendant un peu plus d’une semaine, sans ressources, son fils Fofana habitant « en ville » dut lui fournir une aide alimentaire jusqu’à sa guérison. Ce « travail » divinatoire (tyala) est souvent vécu comme un fardeau nécessaire (voire obligatoire). Exercer la divination est le signe d’une élection par des entités invisibles au terme d’un parcours de vie singulier semé d’embûches.

Sandogi des ancêtres, sandogi divinatoire

  • 6 Certains hommes y sont parfois initiés sous certaines conditions. Sur l’élection d’anciens champion (...)

4Porotioh est une sandowi (pl. sandobele), c’est-à-dire qu’elle est initiée au sandogi, une société initiatique élective presque exclusivement composée de femmes6. Sandogi désigne également la puissance liée au matrilignage qui définit le groupe exogame, celui au sein duquel les relations sexuelles sont prohibées. Elle donne des contours au matrilignage qui, en raison de la virilocalité, n’a pas de traduction dans l’espace. Les deux rôles principaux des initiées sont, d’une part, la conservation de la pureté du matrilignage pour en garantir la perpétuation et, d’autre part, le maintien de bonnes relations avec les êtres invisibles grâce à la divination (Sindzingre, 1981).

5L’entrée dans le sandogi ne relève pas d’un choix personnel, mais d’une élection. Une femme peut être élue soit par un génie (tuguwi) qui s’est « collé » à elle par un fort sentiment d’amitié ou d’inimitié causé par la transgression d’un interdit, soit par une ancêtre dont la place dans la société initiatique n’a pas été pourvue depuis sa mort. Le génie électeur est généralement un « génie de la brousse » ou un « génie de la forêt ». Ayant « surpris » la personne, il est parfois nommé nikan’awi (de kan’a, surprendre, étonner). Ce génie est souvent décrit de sexe opposé. C’est pourquoi sa victime entre en conflit avec son conjoint ou ne parvient pas à avoir d’enfants. Il y a toujours à l’origine une relation avec un génie, même dans le cas d’une élection par une ancêtre. Cette relation initiale est transmise en héritage au sein du matrilignage à travers les générations. Un « sandogi des génies » peut devenir un « sandogi des ancêtres » (ou « du lignage ») ou bien disparaître avec l’initiée si aucune transmission n’a lieu (Lemaire, 2008, 2009).

  • 7 Pour une description des différentes phases de l’initiation, cf. Sindzingre, 1981 ; Lemaire, 2008.

6Maladies et malheurs répétés, touchant une personne ou son entourage, suscitent communément le recours à l’interprétation divinatoire. Lors d’une consultation, l’élection peut être annoncée, la personne doit « porter le sandogi » pour voir ses problèmes cesser7. Aucune femme n’aspirant à l’être, un désespoir accompagne souvent ce diagnostic. Plusieurs devineresses ou devins sont consultés afin de confirmer cette élection. Il est courant de voir une personne refuser de se faire initier jusqu’au moment où l’entrée dans le sandogi lui apparaît plus soutenable que la persistance dans une situation d’infortune.

  • 8 Glaze (1981) indique que les fondements de la technique divinatoire seraient enseignés à toutes les (...)

7Dans ces trajectoires, la divination apparaît premièrement comme le moyen par lequel l’élection est mise au jour, prémices de l’entrée dans le sandogi, et ensuite comme une obligation dictée à la personne par l’entité électrice. En effet, après avoir accepté sa destinée, une sandowi a recours à plusieurs séances divinatoires, moments de négociation avec l’entité à propos du contenu des prescriptions qu’elle devra suivre. Ainsi, une activité divinatoire peut lui être prescrite soit directement par un génie qui souhaite qu’elle « prenne ses bagages » et transmette sa parole, soit par une ancêtre qui pratiquait elle-même la divination au nom d’un génie qui l’avait élue premièrement. Certaines sandobele ne pratiquent pas la divination. Elles s’occupent uniquement du culte aux ancêtres et au sandogi8. La divination permet à certaines d’entre elles d’exercer tout de même une activité bien que celle-ci soit souvent dévalorisée.

  • 9 Kabɛɛrɛ = sacrifice fait à un yasungo, souvent traduit par le terme « adoration » ; sũnɔ = sacrific (...)

8La vie d’initiée implique une soumission à de nombreuses contraintes, notamment des interdits (yafunyi, lit. « choses à détester ») touchant le travail agricole et l’alimentation dont la transgression peut avoir des conséquences sur l’initiée ou son entourage (enfants, matrilignage). Ces interdits peuvent être totaux ou partiels et concerner soit certains objets (comme la houe) soit certains types de sol (comme les cultures sur terres sèches) (Lemaire, 2009). Ainsi, les sandobele se retrouvent souvent dans une situation de dépendance économique vis-à-vis de leur famille ou de leur conjoint, marginalisées, car privées par leurs génies de la possibilité de réaliser un travail agricole et par conséquent soupçonnées de paresse puisque ne pouvant plus se rendre aux champs. De plus, elles ne peuvent mobiliser à leur guise l’argent gagné grâce aux consultations, celui-ci ne devant pas servir à des fins séculières (Sindzingre, 1983). Cet argent doit être mis en premier lieu à disposition de l’entité dont elles font le « travail », permettant de payer les différents sacrifices (kabɛɛrɛ ou sũnɔ9) exigés, l’acquisition de nouveaux objets de divination ou de culte (yasungo, lit. « choses auxquelles sacrifier ») et l’entretien de la « maison de divination ». Plusieurs années s’écoulent parfois entre le diagnostic d’une élection, l’initiation et l’installation dans l’activité divinatoire. Décider de s’« asseoir » et d’effectuer le « travail » des génies n’est pas chose évidente.

De la perte d’enfants à la divination : une élection au sein du matrilignage

9Porotioh raconte qu’avant de « porter le sandogi », elle avait mis au monde sept enfants, tous décédés en bas âge. En plus de cette répétition d’événements malheureux touchant son foyer, de nombreuses personnes tombaient malades et mouraient dans la « famille élargie ». Puis, elle-même fut atteinte d’une maladie dont la gravité laissa penser à ses proches qu’elle était condamnée. Ainsi qu’elle l’exprime elle-même, une partie de sa famille s’apprêtait même à la recouvrir du pagne blanc servant de linceul et à célébrer ses funérailles. Cependant, les aînés du matrilignage décidèrent d’aller consulter des devin·eresses car, en plus des maladies, toute la « grande famille » était affectée par l’absence d’enfants. Ces consultations révélèrent que les génies étaient responsables de tous ces malheurs affectant tant la devineresse que l’ensemble de son matrilignage. Des sacrifices sanglants (poules et coqs) et de différents aliments (maïs, igname, etc.) furent réalisés. La « famille fut alors en paix », mais Porotioh se trouvait toujours dans un état critique. C’est uniquement après avoir accepté de « s’asseoir », c’est-à-dire de prendre en charge le « travail » laissé par son ancêtre, qu’elle se « réveilla ». Elle fut alors initiée au sandogi et commença à pratiquer la divination, et cela, il y a plus de trente ans. Après son installation en tant que sandowi, elle eut trois enfants, deux garçons et une fille.

  • 10 Bakanady, chef du village, présent lors du premier entretien avec Porotioh.

10Un lien de causalité nécessaire se dessine entre infortunes (ici une maladie et la perte d’enfants) et expérimentation d’une relation avec des entités invisibles, comme le fit remarquer une fois le « petit frère » de Porotioh10 : « pour que les génies se montrent à elle, il fallut qu’elle tombe elle-même malade ». La maladie apparaît comme le signe d’une élection devant être diagnostiquée par la divination, mais aussi comme une expérience charnière dans le parcours de toute personne faisant le « travail des génies » pour qu’elle accepte son sort. Un principe de circularité semble lier la relation à l’entité électrice comme origine de la situation d’affliction et l’entretien de cette relation par l’initiation et/ou l’activité divinatoire comme mode de régulation — Sindzingre parle du sandogi « comme cause et résolution du trouble » (1981 : 334).

11Ce « travail avec les génies », Porotioh l’a hérité de sa grand-mère maternelle, Latedjo. Cette dernière avait été élue alors qu’enfant elle surveillait les champs pour protéger les semailles des singes et des oiseaux. Initiée au sandogi, elle dut pratiquer également la divination. La devineresse indique que sa grand-mère est décédée avant sa naissance. Personne dans le matrilignage n’avait repris cette position dans la société initiatique. C’est pourquoi les génies lui étaient « tombés » dessus. Après sa propre mort, ajoute-t-elle, ce « travail » devra être transmis à une autre personne de son matrilignage à l’instar de ce qui s’est passé entre elle et son aïeule. La devineresse ne manque pas de souligner le fait que si la personne accepte cette tâche, elle réussira, mais au prix de beaucoup de souffrance avant de « s’asseoir ».

  • 11 Cf. Lemaire (2008) pour une comparaison entre initiation masculine et collective (poro) où la doule (...)

12Cette souffrance prend source dans les épreuves douloureuses de la vie — maladies, décès, dénuement financier, infertilité — qui marquent le parcours de ces femmes. Elle se cristallise également autour d’un sentiment de doute auquel est confrontée toute initiée au sandogi. Avant, pendant et après l’initiation, la sandowi ne cesse de s’interroger sur le bien-fondé de son élection, la parole du devin ou de la devineresse pouvant avoir été falsifiée par un ennemi. Les épreuves auxquelles elle est confrontée visent à vérifier que ce sandogi lui est destiné ; dans le cas contraire, l’issue peut lui être fatale (Lemaire, 2008). La vie de sandowi est marquée essentiellement par une souffrance morale, ce doute qui, pour Lemaire11, se révèle n’être que le « prolongement d’une expérience féminine plus étendue » (ibid. : 215). Au fil des événements de sa vie, l’initiée peut être amenée à reconsidérer sa position vis-à-vis du sandogi. Face au doute et aux diverses pressions de son entourage, elle peut décider de le « jeter », non sans conséquences sur elle et sa famille.

13Ce doute participe à une perpétuelle réévaluation de sa position et influe nécessairement sur la manière de conduire sa vie. Expérimenté au quotidien, il se retrouve également au sein de la pratique divinatoire. La véracité des paroles communiquées par les génies n’est jamais certaine, la devineresse ne cesse de s’assurer que ces paroles n’ont pas été détournées par un ennemi pour nuire au consultant dont elle a la charge. Comme cela a déjà été évoqué, la relation avec les entités invisibles est complexe et s’avère parfois tumultueuse. Lors des consultations, cette relation est exposée au regard d’un tiers et mise à son service. Moments cruciaux, les consultations ne peuvent être comprises qu’en fonction de ce qui se joue d’une part entre l’experte et le consultant, et d’autre part entre l’experte et les entités auxiliaires.

Paroles, gestes et cadre matériel : une pragmatique divinatoire

14La divination, souvent décrite comme une « technique de communication » spécifique, met en relation humains (un spécialiste et un ou plusieurs profanes) et entités invisibles. Elle s’adresse à la fois à un consultant venu chercher des réponses et à la fois aux génies les lui délivrant. Le processus à l’œuvre ne peut se résumer à l’application stricte d’un système symbolique ou d’une procédure technique. Il dépasse également la communication ordinaire, ne se limitant pas à un espace de circulation d’informations entre les interlocuteurs. De par les acteurs impliqués, l’interaction divinatoire ne se réalise qu’au prix de conditions inhabituelles de communication. Le sujet humain est mis en retrait au profit d’un énonciateur non-humain. Certaines paroles et certains actes du spécialiste ne peuvent être rapportés à sa seule intentionnalité, ce que Boyer (2020) qualifie de « détachement ostensif ». Nécessairement médiée, la parole divinatoire se caractérise par une dissociation entre énonciateur et locuteur, l’identité de l’auteur des énoncés est profondément incertaine et ambigüe. Pour Du Bois (1987), l’interaction divinatoire est même « apersonnelle » (apersonal), dépourvue de toute intentionnalité individuelle derrière les énoncés produits, ce qui ne l’empêche pas d’être « significative » (meaninful). Pour comprendre ce qui est en jeu au cours des séances divinatoires, une « étude in situ » est essentielle (Aquino, 2004). Cela signifie s’intéresser au contexte et aux conditions de réalisation de cette interaction divinatoire.

15L’intrication entre gestes et paroles dans tous phénomènes de communication a été mise en avant depuis longtemps par les linguistes (Hanks, 2009). Or, il semble que dans la divination cette intrication revêt une teneur particulière ou tout au moins est rendue plus saillante. Plusieurs auteurs ont relevé cette caractéristique. Ainsi, Zempléni souligne que « les actes et la parole divinatoire ne peuvent être réduits à tout autre type d’actes et de paroles » (1994 : 233). Un rapport nécessaire entre actes et paroles se révèle au sein du processus divinatoire, le devin « ne peut parler sans agir et vice versa » (ibid. : 239). Liberski-Bagnoud évoque un « entrelacement » (2012 : 183). Ce même constat amène Aquino à comparer la divination à un « tour de force technique performatif » (2004 : 34-35). Les énoncés divinatoires étant le produit d’une élaboration tant technique que discursive, la compréhension du processus en lui-même (et du type de communication qu’il implique) se joue dans ce rapport spécifique entre actes et paroles. Aux gestes et aux énoncés s’ajoutent le cadre matériel et les objets manipulés au cours des séances, tout aussi essentiels pour comprendre ce qui se produit entre le spécialiste, le profane et les entités invisibles.

16La prise en compte du contexte de l’interaction, l’intrication gestes-paroles et le caractère multimodal du langage sont au centre de travaux se réclamant d’une approche dite pragmatique. Ils portent entre autres sur des cultes initiatiques (Kerestetzi, 2012), sur des cures chamaniques (Severi, 2007) ou encore sur des pratiques divinatoires (Aquino, 2004 ; Hanks, 2009). Dès les années 1990, Zeitlyn parlait déjà de la divination comme d’un « dialogue situé » dont la compréhension des énoncés produits dépend largement de son contexte d’inscription. Il insiste sur l’importance de l’étude de la « praxis » de la consultation (1995 : 197). Les outils développés par l’analyse conversationnelle et l’ethnométhodologie s’avèrent utiles pour comprendre la manière dont le sens est négocié entre les interlocuteurs — l’établissement d’un sens commun permettant que le dialogue ne s’interrompe pas.

17Cela conduit au travail de Hanks (2009) qui est révélateur quant à l’apport d’une approche pragmatique et des outils analytiques de la linguistique pour comprendre ce qui se produit lors de consultations divinatoires. Il décrit et analyse les ressorts de l’interaction entre un chamane, des patients et des esprits lors d’une consultation se déroulant en maya yucatec (Mexique). Hanks estime que l’interaction divinatoire est un cas empirique exemplaire pour observer l’établissement du « terrain d’entente », base de toute communication. Les participants à une séance divinatoire montrent un décalage important de leurs savoirs sur eux-mêmes, sur autrui et sur la finalité de l’interaction. Leur appréciation de la situation de communication et leur point de vue s’avèrent radicalement différents. L’établissement de ce « terrain d’entente » entre le chamane et le patient n’est pas évident malgré leur coprésence et le partage d’une langue commune. En dépit de ce hiatus initial, l’interaction divinatoire doit aboutir à une « appréhension cohérente du problème du patient, formulée par le chamane lui-même, mais résultant de la coopération entre les différents protagonistes » (ibid. : 89). En plus d’être intelligible, elle doit être efficace. Une « implication réciproque » des différents protagonistes doit se produire pour que l’interaction divinatoire fonctionne. Hanks montre que le chamane recourt à divers procédés « linguistiques », « sémiotiques » ou encore « perceptifs » afin d’inciter le patient à s’impliquer dans l’interaction et de susciter chez lui un acte de foi, nécessaire à l’acceptation de ce diagnostic divinatoire élaboré à plusieurs. Son analyse, centrée sur le chamane et sa relation avec le patient, accorde peu de place aux esprits dont la participation et la relation à l’expert ne sont pas interrogées. Cependant, est-il toujours acquis que les entités invisibles fassent acte de leur présence et jouent correctement leur rôle ?

18Dans son étude sur la divination tinhlolo au Mozambique, Granjo évoque cet enjeu de la participation des esprits possédant le « devin-guérisseur ». En reprenant les propos d’un devin interrogé, il précise que « l’accord des esprits est essentiel, car sans leur participation active le devin “regarde et ne voit que des os, il ne peut rien lire” » (2013 : 224). De plus, l’auteur rapporte différentes exégèses concernant les objets utilisés au cours des consultations. Par exemple, ces objets sont conçus comme des « instruments » permettant au devin de « renforcer » ses capacités perceptives, mais aussi de capter l’attention des esprits, réputés être « volatiles » et « capricieux », un « moyen de les faire se concentrer sur leur tâche » et de « leur rappeler leurs responsabilités » (ibid. : 229-230). Ainsi, le doute du devin ne viendrait pas uniquement de la crainte de voir le consultant mécontent partir avec le prix de la consultation, mais dépendrait aussi de la bonne humeur des esprits à participer et à délivrer des réponses vraies. Comment cet engagement problématique des esprits se manifeste-t-il au cours des séances divinatoires ?

19Cet article propose, en s’appuyant sur la description d’une séance de divination réalisée avec Porotioh, de mettre en avant les procédés discursifs, gestuels et matériels participants de cette pragmatique divinatoire. Il s’agit de regarder comment ces procédés visent à obtenir l’engagement progressif et minimal de la devineresse, du consultant et des génies pour que l’interaction divinatoire fonctionne. Cet engagement ne se réduit pas uniquement à une affaire de croyance, mais pour chaque acteur présente ses propres contraintes, limites et finalités.

La tyekpaag de Porotioh : maison de divination, des génies et du sandogi

  • 12 Le terme de sandokpaag est aussi utilisé, littéralement « maison du sando ».
  • 13 Terme désignant des objets hybrides qui en français ivoirien tout comme dans la littérature anthrop (...)

20La « maison de divination » (tyekpaag)12 est le lieu par excellence de rencontre et de dialogue avec les génies, celui où la devineresse reçoit les « étrangers » venus confier leurs problèmes, mais aussi celui où elle effectue les sacrifices. La tyekpaag de Porotioh se situe à la lisière du village. Les consultants attendent assis sur un banc sous un abri au toit de chaume. Trois petits bâtiments aux murs de couleur beige et aux toits de tôle forment un enclos. Disposés en triangle, ils sont orientés vers une cour centrale à ciel ouvert. À proximité du bâtiment servant d’entrée est érigé un monticule piriforme. Sa partie supérieure est ornée d’un motif de serpent-python (fɔ). Sa partie inférieure est constituée d’une cavité à l’intérieur de laquelle une bouteille en verre est fichée dans la terre et entourée d’herbes. Sa forme rappelle les autels nyɛnɛ (le ciel) se trouvant parfois devant les « maisons de divination » des sandobele : « un tumulus de terre conique autour duquel est enroulée la représentation du python » (Sindzingre, 1981 : 296). À côté sont posées deux pierres avec deux trous chacune, ce sont des « pierres aux jumeaux ». Sur le mur du bâtiment d’entrée est peint en rouge un autre serpent-python. Porotioh pratique la divination dans un bâtiment, dans l’autre elle conserve son yasungo13 (lit. « chose à laquelle sacrifier ») (ill. 1).

ill. 1 – Lieu de consultation et son abri

ill. 1 – Lieu de consultation et son abri
  • 14 La description suivante s’appuie principalement sur une séance de divination filmée le 6 juillet 20 (...)
  • 15 À propos des jours de repos imposés à tout individu par différentes entités, cf. Lemaire, 2009.
  • 16 Le jour de marché de Korhogo n’est pas fixe. Une anecdote est souvent évoquée à ce propos. Pour emp (...)

21Alors que Yacouba et moi nous approchons de la « maison de divination » pour consulter, Porotioh nous fait asseoir sous l’abri14. Elle se déchausse et salue l’« autel au python » en se courbant et en prononçant quelques paroles. Elle entre à l’intérieur de la tyekpaag. Le son de sa voix nous parvient sans que nous puissions comprendre son propos. Nous savons uniquement qu’elle interroge les génies pour savoir s’ils accepteront de nous recevoir ce jour. Le consultant n’assiste pas systématiquement à ce moment où la sandowi s’assure que les génies sont disposés à « travailler » ce jour et à l’aider à prendre en charge les consultants qui se présenteront. Les génies peuvent refuser que la devineresse consulte si elle a transgressé un interdit ou encore si elle n’a pas satisfait à temps une de leurs requêtes. La devineresse connaît par ailleurs des jours de repos imposés par ses génies15. Porotioh ne mène pas de consultation divinatoire les kakpɔgi, le lendemain du jour de marché de Korhogo16. Plusieurs indices discursifs, gestuels et matériels sont à relever. Tout d’abord, le fait que la devineresse se déchausse révèle un changement d’espace, une distinction entre l’extérieur et l’intérieur de la « maison de divination ». Par son comportement face à l’« autel au python » (elle se courbe et elle parle) et le son de sa voix perceptible depuis l’abri, la devineresse rend manifeste aux yeux des consultants l’établissement d’une première interaction d’abord à l’extérieur puis à l’intérieur de l’espace de consultation entre elle et les génies. Les consultants sont uniquement des témoins passifs. Ils ne perçoivent que des fragments de cet échange qui leur reste opaque.

  • 17 Des compétences thérapeutiques et de contre-sorcellerie sont parfois combinées à la divination. Les (...)

22Puis, la devineresse nous demande d’entrer. Nous nous déchaussons. Yacouba signale notre présence et notre entrée imminente par l’expression « koko ». Yacouba s’assoit sur le tabouret à côté de la devineresse, moi sur celui faisant face à la porte. À l’intérieur de la « maison de divination », la forme d’un python est gravée le long des murs. La devineresse est assise sur une peau tannée et fait face aux statuettes des tugubele et à une série d’autres objets : petits paniers tressés dits « paniers aux jumeaux », noix de kola, pièces de monnaie, « pierre aux jumeaux », bracelets, chapelet, calebasse-hochet (tyalu), plumes, glumelles de riz, morceau de poterie et balai miniature. Ses jambes, allongées et écartées, laissent un espace libre pour y effectuer les lancers d’artefacts divinatoires. À sa gauche, plusieurs canaris (jarre en terre cuite) et des bouteilles en plastique et en verre contiennent des remèdes à base de feuilles (wɛrɛ) (ill. 2). Bien que les génies lui aient donné une connaissance des plantes, Porotioh n’en prescrit pas aux consultants. Se revendiquant uniquement comme sandowi et sans prérogative thérapeutique, elle se limite à un usage personnel de ses préparations17.

ill. 2 – Intérieur de la « maison de divination »

ill. 2 – Intérieur de la « maison de divination »

23Les consultants sont invités à pénétrer dans la « maison des génies » sous certaines conditions, se déchausser et se signaler verbalement, comme il est d’usage de le faire dans la vie quotidienne pour n’importe quel lieu d’habitation. Glaze (1981) évoque l’atmosphère particulière qui règne dans cet espace, due notamment à la profusion d’objets aux formes diverses et à échelle miniature. Ces différents objets et le décor sur les murs constituent des indices visuels d’une présence des génies. Les acteurs, initialement séparés, se retrouvent dans un même espace dont l’exiguïté induit une proximité « adaptée à la relation intime, privée du devin et du client » (ibid. : 57) (et du devin avec ses génies).

Appel aux génies

24Porotioh commence à s’adresser aux tugubele. Elle met les cauris — coquillages ovoïdes — et les autres « artefacts divinatoires » dans une carapace de tortue qu’elle saisit à deux mains. Elle présente l’ensemble devant les génies en touchant le sol, sur sa gauche, devant les statuettes anthropomorphes, puis sur sa droite. La sandowi pose sa main, paume vers le ciel, sur la carapace. Elle la présente ensuite à Yacouba afin qu’il reproduise son geste. Elle entame alors son discours. Enfin, elle demande le billet de 500 FCFA pour le paiement de la consultation. Yacouba le dépose sur la peau tannée, entre la devineresse et les statuettes. Voici les paroles qu’elle prononce au début de la séance du 25 mai :

  • 18 La devineresse est interrompue par le chef du village qui depuis l’extérieur de la tyekpaag lui dem (...)

Excusez-moi. Je vous demande pardon. Je vous en prie. Je pose mes mains devant vous. Dites-le à vous, à vous tous. Dites au python (fɔ) que je dis de réveiller les maîtres de l’eau (logfɔlɔ ou lokfɔlɔ). Dites aux maîtres de l’eau de réveiller Wongôlé. Qu’ils viennent pour que l’on s’asseye et que l’on parle. Excusez-moi. Je vous en prie. Un étranger (nongbon ou nibɔɔ) est arrivé chez moi mais je ne le connais pas. Vous allez parler à son sujet, je ne sais pas. Laissez-moi voir. Si vous n’allez pas parler à son sujet, dites-le18.

Quand je t’appelle, génie (tugu), je te demande de ne pas répondre, hein ! Je veux que tu sois l’auditeur et que je sois celle qui parle. Tu vas parler avec elle si je touche les cauris (kpanri). Tu vas dire de quoi il est question. Tu ne vas pas parler. Si je manipule les cauris, tu vas parler. Tu as entendu.

[Porotioh rit]

J’ai perdu ma voix. C’est pour cette raison que j’avais dit de reporter à une prochaine fois [l’enregistrement].

Yacouba : Continuons, cela ne gêne pas.

  • 19 Terme servant à désigner toute personne se présentant chez soi et n’étant pas un intime, accompagné (...)

25Dans ce premier temps de la consultation, la devineresse prononce un flot de paroles continu à l’intention de différentes entités : Wongôlé, les maîtres de l’eau, le python et le génie. Elle les interpelle, leur demande de la rejoindre dans la « maison de divination ». Tous doivent s’asseoir auprès d’elle afin de venir éclairer de leur parole la situation des consultants. Elle les incite à se manifester. Puis, elle attribue un rôle à chacun des protagonistes, explicitement celui des génies qui vont parler sous certaines conditions et implicitement celui des consultants qualifiés d’étrangers19, à la fois sujet de cette parole divinatoire et témoin de ce monologue. Le canal de communication est également fixé, les génies vont s’exprimer par les artefacts divinatoires (les cauris).

26Plusieurs indices dans les paroles de la devineresse indiquent qu’il ne s’agit pas d’une interaction ordinaire qui impliquerait uniquement des sujets humains. Porotioh énumère une série d’entités, certaines sont individualisées comme Wongôlé, d’autres relèvent de catégories génériques comme le python ou les maîtres de l’eau. Puis, elle utilise le terme de génie au singulier. L’identité exacte du ou des destinataires de ses paroles n’est pas évidente en soi : s’agit-il d’une ou de plusieurs de ces entités ? La deuxième partie de son monologue est particulièrement ambigüe et révèle la spécificité de l’interaction qui va se dérouler. Les génies vont s’exprimer à propos du consultant seulement sous certaines conditions : « Quand je t’appelle, génie (tugu), je te demande de ne pas répondre, hein ! […] Si je manipule les cauris, tu vas parler. » Les génies ne peuvent répondre directement aux consultants dans un langage ordinaire. Ils ne peuvent s’exprimer que de manière détournée, ici par la manipulation d’artefacts divinatoires. Conséquence, seule la devineresse est en capacité de décrypter leur parole. Dans ces quelques phrases, elle réaffirme son rôle.

27Porotioh effectue également une série de gestes incitant génies et consultants à s’impliquer dans l’interaction. Tout d’abord, elle présente les artefacts divinatoires devant les génies (dont la présence est ici matérialisée par les statuettes). Ce geste, manifestant une certaine marque de déférence, contraste avec l’usage répété de l’impératif dans son monologue. Elle donne des ordres, semble occuper une position assez autoritaire vis-à-vis des génies pour finalement se mettre au service de leur parole. Ensuite, elle incite le consultant à venir poser sa main à l’intérieur de la carapace de tortue. Par ce geste, on dit qu’il « pose ses problèmes » et favorise ainsi l’élucidation de sa situation par les génies. La devineresse sollicite donc un premier engagement — physique — de la part d’un des consultants.

28Ses paroles et ses gestes font valoir auprès des consultants la présence d’interlocuteurs tiers, les génies, auxquels un accès direct leur est impossible ; contrairement à la sandowi qui maîtrise, elle, un registre de parole et gestuel spécifique lui permettant d’interagir avec eux. Pour la première fois, consultants et génies sont mis en coprésence non uniquement par le partage d’un même espace, mais bien par la participation à une même interaction dans laquelle la sandowi occupe une place d’intermédiaire.

Lancers d’artefacts divinatoires

  • 20 Lit. « choses pour consulter ». Il existerait des yacɛlɛrɛ qui « parlent » servant l’explicitation (...)
  • 21 Houe servant à cultiver.

29Dans un premier temps, c’est à travers la manipulation des artefacts divinatoires (yaatyalari ou yacɛlɛrɛ20) que les génies vont s’exprimer. Porotioh utilise environ une trentaine d’artefacts différents : cauris, petite daba21, charbon, noix de kola, pièces, bouchon de stylo, os, fragment de phare, rondelles de plastique ou de caoutchouc (ill. 3).

ill. 3 – Artefacts divinatoires ou « choses pour consulter » (yaatyalari)

ill. 3 – Artefacts divinatoires ou « choses pour consulter » (yaatyalari)

Certains de ces artefacts ne sont autres que des représentations miniaturisées d’objet du quotidien (ex : petite daba) ou des représentations métonymiques (ex : le bouchon de stylo faisant référence à l’école). Lors des lancers, la devineresse examine leur disposition sur le sol. Ce qui compte est un principe de contiguïté, quels artefacts sont à proximité les uns des autres, sont superposés ou non. Elle regarde également si les cauris sont tombés « ouverts » ou « fermés », c’est-à-dire si le côté présentant la fente dentelée se trouve face au sol ou non. Parfois, l’endroit précis ou la direction vers laquelle est orienté l’artefact est important, notamment lorsque celui-ci est à proximité du consultant ou le pointe.

30Porotioh se saisit à deux mains de la carapace de tortue. Elle fait sauter les artefacts divinatoires à l’intérieur de celle-ci, certains tombent à l’extérieur de la carapace sur la peau tannée. Elle effectue à deux reprises ce geste avant de déverser l’ensemble. Elle reste quelque temps silencieuse. Puis, elle en commence la lecture :

La tête est arrêtée toute droite. Vous faites arrêter la tête droite. J’ai vu une poule (gòlo) derrière. C’est cette poule que vous avez posée. Et vous avez trouvé des cauris. [Porotioh désigne de son index droit les artefacts notamment l’os]

Ces cauris-là. Hum ! [Elle tape son index sur le sol à plusieurs reprises]

A-t-elle des cauris ? [Elle rassemble les artefacts avec la main droite et les place dans la carapace de tortue tenue de sa main gauche]

[Elle fait sauter les artefacts dans la carapace tenue à deux mains, certains tombent à côté, puis déverse l’ensemble]

[Silence]

Hum…

Vous m’avez encore donné (kaana) la tête d’une personne vivante. [Elle tape son index droit sur le sol à côté des artefacts divinatoires]

J’ai vu encore la poule posée à côté. [Elle désigne avec son index l’os]

Vous avez posé les « intestins » (laha ou laagi) devant et vous avez déposé la poule à côté. [Elle tape son index droit sur le sol à côté des artefacts divinatoires. Elle désigne avec son index l’os]

Ce que vous m’avez donné, je ne veux pas, hein ! [Elle rassemble les artefacts avec la main droite et les place dans la carapace]

Il faut que vous me montriez autre chose, la vérité ! [Elle les fait sauter, certains tombent à côté, puis elle déverse l’ensemble]

[Silence]

[Elle rassemble les artefacts avec la main droite et les place dans la carapace. Elle les fait sauter, certains tombent à côté, puis elle déverse l’ensemble]

[Silence]

Hum…

Ce qui s’est passé, là, sa tête est couchée.

Sa tête est couchée. [Elle rassemble les artefacts avec la main droite et les place dans la carapace]

[Elle les fait sauter, certains tombent à côté, puis elle déverse l’ensemble. Elle tient dans le creux de sa main droite l’artefact du « danger » et celui des « jumeaux »]

[Elle pose sa main droite près des artefacts divinatoires et dépose discrètement les deux artefacts qui sont restés dans le creux de sa main]

[Elle rassemble les artefacts en un seul tas]

31Enchaînement sans accroc des gestes et paroles, fluidité dans l’exécution des lancers et de la lecture témoignent de la maîtrise technique sandowi. On peut penser que cela participe à renforcer le sentiment du consultant que quelque chose d’important — de sérieux — est en jeu. Les instants de silence et les pauses dans la lecture sont essentiels. Ils donnent un rythme particulier à cette phase de la consultation qui contraste avec le monologue continu de l’appel aux génies. Ces silences constituent des temps de réflexion, d’interprétation de la devineresse de ce que les génies lui « montrent », signe de sa concentration. L’agencement des artefacts sur le sol est la réponse des génies, assistant la devineresse dans son enquête sur la nature du problème affligeant le consultant. Dans une certaine mesure, ces silences peuvent être considérés également comme des temps de latence, ceux inhérents à toute communication, moment pendant lequel un des interlocuteurs se tait pour recevoir la réponse de son partenaire d’échange.

  • 22 La légitimité du devin et sa position particulière par rapport au consultant ne se définissent pas (...)
  • 23 Une interprétation de cette phrase est qu’elle permet à la devineresse de savoir si le consultant n (...)

32Comme lors de l’appel aux génies, le consultant reste en retrait. Pour preuve, il ne parle ni n’agit. Il n’est qu’un consultant, objet du discours divinatoire, et non un agent à part entière de l’action. De plus, ce qui est dit à son propos reste encore obscur. Des procédés linguistiques, sémiotiques et perceptifs rendent manifeste un savoir propre à la devineresse auquel il ne peut avoir accès. Premièrement, le fait que le canal de communication avec les génies passe uniquement par la manipulation des artefacts divinatoires, nécessite un savoir-faire dont seule l’experte a la maîtrise22. Deuxièmement, dans son discours la sandowi utilise des formulations opaques où le sens des termes employés n’est pas évident (ex : « la tête est arrêtée toute droite »). Bien qu’elle fasse référence à certains artefacts effectivement présents devant elle, le sens exact des paroles n’est pas saisissable pour un non-initié. C’est la manifestation de l’existence d’un sens caché dont le consultant ne peut s’emparer. Elle a recours à un registre de langage spécifique, proche de ce que Hanks (2009) qualifie de « langage ésotérique ». Ce langage intelligible en apparence pour tout locuteur ordinaire, au final, résiste, et ne permet pas une compréhension claire de ce qui est dit. Parmi les premiers énoncés, la devineresse ne demande-t-elle pas : « A-t-elle des cauris ? », autrement dit, le consultant pratique-t-il lui-même la divination23 ?

33Porotioh effectue à trois reprises la même série de gestes aboutissant toujours à une prise de parole de sa part. Or, elle réalise une quatrième et dernière fois ces gestes sans prendre la parole. Après un temps de silence, elle se contente de rassembler les artefacts dans la carapace. Comment interpréter ce changement dans la procédure ? En se limitant à l’acte technique, donc à une réponse des génies sans commentaire de sa part, la devineresse semble s’assurer de la véracité ou du moins semble chercher une confirmation de son interprétation précédente : la « tête » du consultant est-elle bien « couchée » ? Ce type de procédure est très répandu. Les auteurs la qualifient souvent de « méta-divination », c’est-à-dire une procédure technique ou discursive au sein du processus divinatoire qui a pour but d’en vérifier les résultats (Boyer, 1990 ; Zempléni, 1994).

34Dans cette phase de la consultation, les indices matériels s’avèrent tout aussi importants que les indices linguistiques. De manière encore plus saillante, le consultant est mis en présence des génies. En effet, il ne s’agit plus d’un monologue de la devineresse où l’identité du destinataire restait largement incertaine et floue. Les lancers d’artefacts divinatoires attestent la présence d’un autre interlocuteur dont le consultant perçoit directement l’intentionnalité de communication — la disposition des artefacts sur le sol.

Une enquête corporellement partagée : les frappements de main

35Les lancers d’artefacts terminés, Porotioh entame la phase des frappements de main reposant sur un jeu de questions/réponses binaires. Si les mains frappent l’intérieur de sa cuisse, la réponse des génies est positive. Si les mains évitent la cuisse, la réponse est négative. Ce changement de technique divinatoire est marqué par une séquence gestuelle singulière :

[Silence]

[Porotioh pose ses deux mains en « v » paumes vers le ciel entre les statuettes des tugubele et les artefacts divinatoires, et touche le sol à deux reprises. Puis, elle pose, de manière identique, ses mains sur les artefacts divinatoires. Elle ferme ses paumes sur ces derniers. Elle ouvre ses paumes et dirige ses mains vers sa poitrine. Elle frappe l’intérieur de sa cuisse droite avec la paume, puis le dos de sa main droite. Sa main est ouverte prête à accueillir celle du consultant]

  • 24 La personne qui saisit la main de la devineresse n’est pas forcément la personne affligée, celle po (...)

36La précision et la rapidité (environ cinq secondes) dans l’exécution rendent l’action de la devineresse saisissante. Aux yeux du consultant, on peut s’imaginer que cette série de gestes apparaît revêtir un haut degré de codification et par conséquent s’avère significatif. Un basculement crucial s’opère dans l’interaction à ce moment de la consultation. Premièrement, cette séquence gestuelle introduit un changement de technique, plus exactement de canal de communication avec les génies. Ils ne s’expriment plus par l’agencement des artefacts divinatoires, mais par les mouvements des mains liées de la sandowi et du consultant24. Deuxièmement, il y a une redistribution des rôles et un changement dans l’implication de chaque acteur dans l’interaction. Le consultant jusque-là mis à l’écart de l’échange entre la devineresse et les génies est invité à y prendre part. Aucune parole n’est prononcée mais les gestes suffisent pour qu’il comprenne qu’il doit à présent engager son corps pour se joindre à l’interrogation des génies. Tout au long de la séquence, il semble se produire un effacement progressif de la personne de la devineresse en tant qu’interlocuteur au bénéfice de la mise en relation (ou pour ainsi dire d’une mise en interaction directe) du consultant avec les génies.

37En partant de ce qui a déjà été mis en avant par la manipulation des artefacts divinatoires, une enquête auprès des génies est entamée afin de préciser la nature du problème, son origine et son mode de résolution. Yacouba saisit la main droite de Porotioh dont une des premières questions porte sur l’identité de la personne affligée.

  • 25 Dans la suite de l’article, les frappements de main positifs vont être notés par le signe « + » et (...)

La main que j’ai attrapée, je ne l’ai pas attrapée pour moi mais je l’ai attrapée pour vous, les génies (mãdebele). [Frappement de main positif. Frappement de main positif]25

Est-ce la personne qui est assise à côté qui a envoyé la personne qui a attrapé ma main (kɔlɛɔ) ? [+,+] La personne est-elle restée au village ? [−] Qui est la personne concernée ? [+,+] [Les deux mains liées me pointent, touchent mon genou et se posent à nouveau sur la cuisse de la devineresse] Est-ce la personne assise à côté (kotɛnon) ? [+,+]

38Porotioh commence toujours par adresser aux génies une question fermée ou un énoncé à confirmer ou à infirmer. Sa main droite liée à celle du consultant reste immobile à l’intérieur de sa cuisse. Sa main gauche est posée sur son pagne blanc entre ses jambes et esquisse par moments de petits balancements. Ses doigts pointent les artefacts divinatoires ou les statuettes des tugubele. Son regard, bas, est orienté dans la même direction. Ce n’est qu’après avoir fini sa phrase que les deux mains se lèvent et retombent soit en frappant énergiquement l’intérieur de sa cuisse (en témoigne le claquement entendu) soit en l’évitant, le dos de la main du consultant vient alors frôler le dessus de sa cuisse. Dans le cas d’une réponse positive, l’énoncé de Porotioh est suivi de deux frappements de main successifs, le second semblant venir confirmer la véracité du premier (en plus de la force mise dans la frappe). Dans le cas d’une réponse négative, il y a toujours un seul frappement de main. Il arrive parfois que la devineresse soumette à plusieurs reprises une question identique afin de s’assurer de la réponse des génies. À partir de l’observation de cette technique par frappements de main, Zempléni a proposé la notion d’assertive act. Pensés comme pendant aux énoncés performatifs, ce sont des actes à valeur de paroles, car ils « affirment ou établissent quelque chose que les énoncés purement verbaux du devin ne peuvent pas affirmer ou établir » (1994 : 239). Par définition, l’assertion est un type de proposition (négative ou positive) qui a la particularité d’être toujours tenue pour vraie. Cette notion d’assertive act permet de souligner de nouveau l’intrication entre parole et geste dans l’interaction divinatoire, ici poussée à l’extrême par cette technique des frappements de main. Ces frappements positifs et négatifs sont la réponse des génies, leur canal de communication spécifique. Le principe binaire laisse peu de place à la contestation, c’est soit « oui » soit « non », et dote d’une autorité unilatérale la réponse obtenue. Cela n’empêche pas la devineresse de solliciter une confirmation, s’assurant que la question a bien été comprise et que la réponse est correcte.

39Ainsi, un même énoncé peut être soumis à plusieurs reprises aux génies. Lors de cette séance aucune réponse contradictoire n’a émergé. Toutes les réponses ont permis d’éliminer des possibilités et ainsi de préciser le propos divinatoire formulé sur le consultant. Zeitlyn (1995) s’est intéressé à la gestion des contradictions pouvant émerger au cours des séances sans que toutefois celles-ci ne remettent en cause le processus divinatoire. Des hypothèses ad hoc sont avancées, les énoncés sont reformulés et réinterprétés. Ces échecs du « dialogue divinatoire » s’avèrent essentiels, car ils « amènent le devin à élargir le champ de ses questions » (ibid. : 201, ma traduction). Ainsi, il est admis que dans la « divination (comme ailleurs), on peut s’apercevoir que l’on pose les mauvaises questions » (ibid. : 203, ma traduction). Cette technique des frappements de main par son principe itératif favorise la clarification permanente du propos.

40Le processus divinatoire est empreint de doute. Tout au long de la séance se produisent une construction, une vérification et une reconstruction du discours divinatoire sur la personne affligée (ill. 4).

ill. 4 – Représentation en arborescence d’un extrait de la phase des frappements de main

ill. 4 – Représentation en arborescence d’un extrait de la phase des frappements de main

41Sindzingre décrit ainsi le principe de la divination faite par les sandobele :

elle [la devineresse] trace un chemin causal et prescriptif unique, à l’image d’un parcours le long d’une structure arborescente – analogue à celle qui fonde un programme informatique, mais où le nombre de contenus est, à chaque étape, fini. Au cours de la séance, elle ne cesse d’effectuer, des feedbacks sur les bifurcations choisies, et de réitérer celles-ci, afin d’en vérifier la certitude — et vérifier que les mãdebele « parlent bien » (1981 : 300).

42La devineresse tâtonne, hésite et veille toujours à ce que la parole des génies soit franche en usant de stratégies de contrôles, effectuant des allers-retours.

Y a-t-il quelque chose qu’elle ne comprend pas ? [−] Y a-t-il le feu (naagi) sur elle ? [+,+] Je vois le feu. [+,+] Sur son corps (tyere). [+,+]

  • 26 Sityilio = personne dotée d’un pouvoir, qui a une capacité visionnaire, thérapeutique. Cette person (...)

Est-ce quelqu’un qui est responsable de sa souffrance (tɔɔrɔ) ? [−] Est-ce une personne vivante qui est responsable de sa souffrance ? [−] Est-ce quelqu’un qui a un pouvoir (sityerou ou sityilio)26 ? [−]

Est-ce qu’il s’agit d’un sacrifice (sũnɔ) qui n’a pas été fait ? [−] Est-ce qu’il s’agit d’un sacrifice qui n’a pas été fait ? [−] Je vois une parole (kaadjola) de sacrifice. [−] Comme vous le dites. [+,+]

  • 27 Il s’agit des jumeaux du matrilignage du consultant. Les jumeaux sont parfois assimilés à une catég (...)

Demandons à leurs jumeaux27. [−] La parole des jumeaux est là. [−] Les maîtres de l’eau. [+,+] Les maîtres de l’eau ! [+,+]

Est-ce que les maîtres de l’eau demandent qu’elle vienne auprès d’eux pour que son problème (keelè) finisse (kwɔɔ) ? [+,+] Les maîtres de l’eau et le lieu de sacrifice des génies (dijnanbele tɛhɛ sũnɔ). [+,+]

Ainsi, la sandowi affine peu à peu sa connaissance de la situation du consultant grâce à cette technique singulière des frappements de main. Cette technique fonctionne de manière itérative, c’est-à-dire qu’elle repose sur des propositions à l’issue finie (soit positive soit négative), soumises à une ou plusieurs reprises, et dont l’issue oriente la chaîne de raisonnement élaborée par la devineresse. Après avoir défini l’identité de la personne affligée, elle cherche le type de problème et son origine. L’incertitude plane. Ne semblant pas obtenir de réponse à propos de l’agent ayant « mis le feu », métaphore du malheur, Porotioh demande directement quelle entité est à même de répondre et de permettre un retour à la normale. Elle cite d’abord les jumeaux, puis les maîtres de l’eau qui exigent du consultant de venir honorer leur lieu.

43Il reste à déterminer les conditions précises : actions à entreprendre, destinataires, lieu, paroles, biens à offrir.

Doit-elle venir avec une poule ? [−] Venir avec une poule. [−] Est-ce avec un petit animal (yaweelè) qu’elle doit venir ? [−] Est-ce avec de l’argent (walou ou wáli) qu’elle doit venir ? [+,+] C’est de l’argent qu’elle doit déposer. [+,+] Cet argent doit être remis aux génies (djinanbele). [+,+] Elle doit déposer l’argent auprès d’eux. [+,+]

Est-ce pour cela que vous lui avez infligé cette souffrance ? [+,+] Est-ce pour cela que vous lui avez infligé cette souffrance ? [+,+] Est-ce pour cet argent que vous lui avez infligé cette souffrance ? [+,+]

C’est un vivant, hein ! [−] C’est quelqu’un qui a un pouvoir, hein ! [−] Vous dites ce sont les génies. [+,+]

Que l’on vienne donner l’argent. [+,+] [Touche le sol devant les statuettes des tugubele avec sa main gauche]

Est-ce à quelqu’un qu’on doit le donner ? [−] Est-ce à une personne qu’on doit le donner ? [−] Est-ce à une personne qu’on doit le donner ? [−] Est-ce à un marabout (karamoho) qu’on doit le donner ? [−] Doit-on le déposer le long de la route (kologò) ? [−]

[Silence]

[Les mains liées de la devineresse et du consultant sont posées devant les statuettes des tugubele et ramenées sur sa cuisse.]

  • 28 Le sens exact de cette expression n’est pas intelligible pour un locuteur ordinaire. Elle apparaît (...)

On va déposer et parler aux génies. [+,+] Cet argent ? [+,+] La somme est-elle importante ? [+,+] La somme est importante. [+,+] Est-ce 1 000 FCFA qu’il faut donner ? [−] Est-ce 2 000 FCFA qu’il faut donner ? [−] Est-ce 10 000 FCFA qu’il faut donner ? [−] Est-ce 5 000 FCFA qu’il faut donner ? [−] 20 000 FCFA ? [+,+] C’est 20 000 FCFA que l’on doit donner. [+,+] La santé (héroho) sera là. La chance (gnoudan) sera là. [+,+] « Kandeganigui sandofohori »28 [+,+]

Si elle arrive, elle doit déposer la somme sur le lieu des génies (djinanbele tɛhɛ). Il faut qu’elle leur dise : « que ma souffrance cesse, que l’on me donne du travail (faliwi) et que je progresse (yɛhɛ figué, lit. “visage blanc”) dans ce travail ». [+,+]

Une fois les modalités de l’action définies — un sacrifice monétaire — la devineresse s’assure de la résolution du problème du consultant s’il suit cette prescription et exécute correctement les instructions. À ce moment, la divination apparaît plus comme un dispositif « pragmatique », c’est-à-dire orienté vers la formulation d’actions concrètes pour résoudre un problème, qu’un dispositif producteur de vérité absolue, d’énoncés autoritaires.

44La véracité du diagnostic divinatoire peut être remise en cause par le consultant jugeant de sa pertinence et par la devineresse elle-même ne pouvant se garantir une entière collaboration des génies. Ce doute continuel de la sandowi, sur le bien-fondé de son élection, sur sa relation aux entités invisibles et sur leur bonne foi, se manifeste par moments explicitement au sein des consultations.

Y aura-t-il de la chance ? [+,+] Est-ce la vérité (kanyɛhɛ) ? [+,+] Est-ce à ce prix qu’elle aura la santé (yɛhɛ nyimɛ, lit. « tête froide ») ? [+,+] Je doute (kabala) ! [−] Je doute ! [−] Vous dites de ne pas douter. [+,+] Il y aura la santé. Il y aura la chance. [+,+] « Kandeganigui sandofohori. » [+,+] Est-ce ici que tout va s’arrêter ? [+,+]

Si on doit faire le don, cela doit être un vendredi (djouman). [+,+] Y a-t-il une cuisine qui doit être faite comme sacrifice (sariga) ? [−] Il y a une cuisine qui doit être faite comme sacrifice. [−] 20 000 FCFA seulement à venir déposer chez les génies. [+,+]

La souffrance finie. Le travail réussi. [+,+] Tout s’arrête ici. [+,+] Donc, est-ce fini ? [+,+]

Porotioh doute. Elle fait part de ses hésitations et incite les génies à la conforter dans son interprétation. Elle demande la confirmation du mode de résolution et s’interroge sur les perspectives de réussite : s’agit-il bien d’un sacrifice d’argent à adresser aux « maîtres de l’eau », apportera-t-il chance et succès au consultant, est-ce que son infortune va s’arrêter ? Elle conclut en s’assurant que les génies n’ont plus d’autres informations à communiquer.

45Moment de formulation et d’élucidation à proprement parler de son problème, les frappements de main sont également la phase la plus intelligible pour le consultant. En effet, contrairement à l’appel aux génies et aux lancers d’artefacts divinatoires, la devineresse emploie un vocabulaire au sens transparent et des énoncés à la formulation simple. De plus, la gestuelle répétitive qui suit un principe binaire (alternance de réponses soit positives soit négatives) est aisément compréhensible et appropriable. Cependant, le processus exact à l’œuvre reste quelque peu obscur. L’interaction repose sur deux canaux de communication distincts : l’un purement langagier pour la sandowi représentant le consultant et l’autre purement gestuel (et sonore) pour la sandowi représentant les génies. La devineresse occupe une position particulière, à la jonction de ces deux canaux de communication et permettant la mise en relation du consultant avec les génies.

46Au cours de cette enquête corporellement partagée, le doute de la devineresse est exposé aux yeux du consultant et soumis au jugement des génies. Porotioh l’exprime à plusieurs reprises : « Est-ce la vérité ? », « Je doute », « Vous dites de ne pas douter ». Le corollaire de ce doute est la présence de « micro-procédures » de vérification, qui ne constituent pas une méta-divination à proprement parler. Elles permettent à la devineresse de s’assurer et de renforcer la véracité du propos divinatoire en cours d’élaboration. On en relève trois : la soumission à plusieurs reprises d’un même énoncé aux génies, le redoublement des frappements de main positifs et la force mise dans les frappements de main positifs. Lemaire rapporte qu’un devin qui « devine avec force » est celui dont la véracité de la parole est reconnue (2005 : 88). Elle analyse que la souffrance physique qui en découle atténue la souffrance morale provoquée par le doute d’une possible falsification par un ennemi et dote ainsi d’authenticité ses propos. Le corps de la devineresse est marqué par cette technique — et par cette relation aux génies qui ne lui accorde aucun repos. Sous son pagne blanc, l’intérieur de sa cuisse droite dévoile une peau rugueuse, conséquence de frappements répétés.

47Pourquoi cette phase de la consultation est-elle plus encline à de telles vérifications et à une expression directe des doutes de la devineresse ? Premièrement, parce qu’elle est le moment crucial où se parachèvent l’élaboration et l’énonciation du diagnostic divinatoire selon un principe clair et appropriable par toute personne ayant déjà assisté à une telle séance divinatoire. Deuxièmement, elle correspond également à un moment où l’interaction est la plus ténue et la moins évidente, car elle met directement en lien consultant et génies qui jusque-là étaient strictement maintenus séparés.

[Les mains de Porotioh et de Yacouba se délient. La devineresse rassemble les artefacts divinatoires avec sa main droite et les dépose dans la carapace de tortue tenue dans sa main gauche. Elle saisit la carapace à deux mains et fait sauter les artefacts, six tombent sur la peau. Elle en examine la disposition. Puis, elle les trie. Elle les classe en quatre groupes, deux groupes composés de deux artefacts et deux groupes composés d’un seul artefact, d’une part le « feu », d’autre part la « tête ». Elle se redresse, regarde Yacouba et lui dit : « Toi-même, tu as vu. »]

48La disjonction des mains de la sandowi et du consultant marque la fin de l’interaction impliquant les trois partenaires (un expert, un profane et des entités invisibles). L’échange bascule à nouveau du côté de la devineresse et des génies, le consultant étant mis à l’écart, témoin de ces gestes sans connaître précisément leur finalité. Comme à la fin des lancers d’artefacts divinatoires, Porotioh exécute une procédure de méta-divination venant conclure la séance et servant à confirmer le diagnostic divinatoire.

49Une fois la méta-divination achevée, la devineresse s’adresse à Yacouba (« Toi-même, tu as vu ») pour signifier la fin de l’interrogation des génies. L’interaction bascule de nouveau, pour cette fois impliquer seulement deux sujets humains. Les génies sont en retrait, présents uniquement comme des tiers dont on rapporte le discours (« Les génies ont dit que… »). Les conditions pragmatiques de cet échange, bien que prenant lieu dans la « maison de divination », respectent celle d’une interaction ordinaire, telle qu’elle peut se dérouler dans la vie quotidienne entre deux personnes. Chaque acteur est l’énonciateur et le locuteur de ses propres paroles et la relation d’énonciation entre la devineresse et le consultant se joue sur le mode je/tu. De plus, il y a des jeux de regards entre chaque participant. Contrairement aux autres phases de la consultation, la devineresse conserve toujours la même position assise orientée vers les statuettes des tugubele, mais regarde ses deux interlocuteurs humains. Après être resté silencieux et avoir participé à l’interaction uniquement en tendant sa main, le consultant a la possibilité de s’exprimer. Un temps de parole lui est accordé. Cette discussion permet la précision — parfois la négociation — des prescriptions qui lui ont été faites. Il peut également poser des questions supplémentaires aux génies s’il estime que certains de ses problèmes n’ont pas été abordés au cours de la séance. Dans ce cas, cette sollicitation supplémentaire des génies en tant qu’interlocuteur implique de nouveau le recours aux lancers d’artefacts divinatoires et/ou aux frappements de main.

*

* *

50La situation de communication initiale que représente une séance de divination s’avère de prime abord problématique. Elle est marquée par une asymétrie tant des savoirs que des rôles et des conditions d’existence de ses protagonistes — un profane, un expert et des entités invisibles (Hanks, 2009). Cependant, ils participent tous trois à une action commune qui vise l’élaboration d’un propos intelligible et efficace, le diagnostic divinatoire. Comment réussir à penser l’implication de chacun dans ce jeu interactionnel ?

  • 29 Déjà en 1987, Du Bois formulait une idée similaire en mettant en avant le caractère « apersonnel » (...)
  • 30 Dans d’autres contextes ethnographiques, des auteurs ont pu rapporter une implication du consultant (...)

51Pour le consultant, ce qui est en jeu dans sa relation avec la devineresse se résume-t-il uniquement à un « acte de foi » (ibid. : 110) ? Les énoncés, la maîtrise technique et l’élection de l’experte peuvent être mis en doute. Ainsi, pour la sandowi, tout l’enjeu est de parvenir à impliquer progressivement le consultant dans ce processus divinatoire et qu’il adhère au diagnostic final. Cette question de l’adhésion du client est généralement pensée en lien avec celle de la véracité des énoncés divinatoires. Cette dernière question peut être posée soit de manière générale à la divination comme source de connaissance spécifique soit de manière particulière au niveau de l’expérience des consultants lors de séances passées ou présentes. P. Boyer (2020) estime par exemple que la divination apparaît comme un moyen de connaissance le « moins peu fiable » (less unreliable) pour obtenir certaines réponses. En apparaissant détaché de l’intentionnalité du devin, cela ne « fournit pas des raisons de tenir une déclaration pour vraie, mais supprime les raisons attendues de douter de sa véracité » (ibid. : 103)29. Dans notre analyse, nous nous rapprochons des conclusions de Aquino (2004) qui estime que le sentiment de véracité associé aux énoncés divinatoires ne repose ni dans la relation devin/consultant, ni dans la technique divinatoire elle-même, mais dans l’association de ces dimensions discursive et technique, c’est-à-dire dans les conditions pragmatiques induites par les séances. Nous avons montré que l’adhésion au diagnostic divinatoire ne dépend pas uniquement d’une véracité donnée aux propos, mais aussi de l’expérience du consultant et donc de son engagement dans la séance. Dans la séance de divination avec Porotioh, les corps sont fortement sollicités. Le consultant s’engage avant tout corporellement dans l’interaction, notamment lors des frappements de main. Ce sont aussi des gestes de la sandowi, supposant une imitation nécessaire de sa part, qui interviennent à des moments clés de la séance : au début, lorsque le consultant doit « poser ses problèmes » sur les artefacts ou encore lors du changement de technique divinatoire, il doit tendre sa main pour que l’interrogation des génies se poursuive30. Ainsi, l’expérience d’une séance de divination pour le consultant mêle des instants où le processus, les gestes et les paroles sont opaques (ex : les lancers d’artefacts) et d’autres où ils se laissent voir avec plus d’évidence (ex : les frappements de main). L’engagement du consultant ne se réduit pas uniquement à une adhésion sans faille au diagnostic final, mais passe par une appropriation subtile de ce qui se produit au cours de la séance et de ce qui y est dit. Cependant, celle-ci est conditionnée. Le consultant est mis sur des rails par la devineresse, laissant peu de place à l’expression de doutes et l’obligeant à s’engager un minimum. La technique et sa mise en œuvre par la devineresse donnent le sentiment d’une anticipation constante des éventuels doutes que pourrait exprimer le consultant, en témoigne le recours aux « micro-procédures » et à la méta-divination.

52Que peut-on dire à propos de l’engagement des entités invisibles, génies ou esprits, dans l’interaction divinatoire ? Au regard des données ethnographiques présentées, la participation des génies tout comme leur bonne foi se révèlent être sous conditions. Plusieurs moments trahissent cette possible soustraction des tugubele à la résolution du problème du consultant. Avant que la séance ne commence, la devineresse les consulte pour savoir s’ils vont accepter de « travailler » et de prendre en charge cet « étranger ». Ensuite, au tout début de la séance, elle use d’un ton autoritaire et les exhorte à plusieurs reprises à venir s’asseoir à ses côtés dans la « maison de divination ». Leur inclination à répondre correctement aux questions et leur franchise s’avèrent tout aussi incertaines que leur participation à l’interaction divinatoire. Un sentiment de doute traverse la séance et se manifeste par des éléments de langage (« Il faut me montrer autre chose, la vérité ») ou par le recours à des procédures techniques (méta-divination). Le doute sur la véracité des énoncés divinatoires, conditionné à la sincérité des génies et à la maîtrise technique de la devineresse, se double d’un autre doute portant cette fois sur la participation effective des génies et leur bonne volonté à venir s’exprimer à propos du consultant. L’attention de la devineresse, et par conséquent du consultant, est déplacée sur la collaboration incertaine des entités.

53Bien que la sandowi occupe une position centrale — chef d’orchestre — de cette interaction, son implication et son adhésion n’en restent pas moins incertaines. Contrairement au consultant et aux génies dont l’engagement est influencé par l’intervention d’un tiers (celle de l’experte), pour la devineresse, il est conditionné par un phénomène réflexif et circulaire. La devineresse est le moteur et le garant de son propre engagement. Le sentiment de doute, déjà évoqué, est la manifestation la plus flagrante de son implication non évidente. Gobin (2016), dans une étude sur le culte divinatoire et initiatique d’Ifà à Cuba, a montré que le doute, la négociation et le conflit sont essentiels. Un « équilibre subtil » entre orthopraxis et adaptation se réalise dont la finalité reste la conduite d’une action efficace. Plusieurs procédés sont à la disposition de la devineresse pour favoriser son engagement et renforcer sa conviction en la conduite correcte de l’action et en la véracité du discours divinatoire en cours d’élaboration. Les procédures de méta-divination en sont la forme la plus flagrante. Cependant, les autres « micro-procédures » participent de cette vérification des énoncés ou tout au moins du renforcement de leur valeur : par exemple, la soumission à plusieurs reprises d’un même énoncé aux génies, la force mise dans le geste et le redoublement du frappement de main positif. La technique des frappements de main est exemplaire à ce propos, avec son principe itératif poussant à un ajustement continu des questions et ouvrant à une possible confirmation ou infirmation de chaque réponse. La devineresse est prise par un sentiment de doute multiple, pouvant s’interroger sur la véracité du propos délivré, la participation et la sincérité des génies ou encore la transgression d’un interdit. Son engagement dans la séance revient à douter activement afin de s’assurer du bon déroulement de celle-ci. Le tâtonnement est inhérent à la divination où toute certitude ferait échouer le processus : la divination ne consiste-t-elle pas justement à une élimination progressive des possibilités et à la clarification étape par étape du propos sur le consultant. Ce processus ne peut se réaliser qu’au prix d’un doute permanent sans toutefois qu’il soit excessif, ce pourquoi de nombreuses vérifications et confirmations du propos sont effectuées. Enfin, un dernier aspect concernant la devineresse est que ce « travail des génies » influe sur sa vie quotidienne, mais aussi marque son corps (ex : blessure, vêtements et bijoux portés). Sa relation avec les génies ne s’arrête pas au seuil de la porte de la « maison de divination ». L’incertitude, l’ajustement et la négociation font partie de son quotidien.

54L’engagement des différents acteurs dans la divination repose sur un jeu interactionnel particulier passant par des éléments de langage, des gestes, des sons et un cadre matériel. Que cela soit une affaire de participation active, de bonne volonté, d’adhésion ou encore de doute, l’investissement de chacun n’est jamais acquis. Ainsi peut-on résumer la pragmatique divinatoire : Génies, êtes-vous là (et de bonne foi) ? Consultant, implique-toi (et crois) ! Devineresse, sois perspicace (et ne doute pas excessivement) !

Haut de page

Bibliographie

Aquino, Patricia de
2004 Paroles d’objets. Le carrefour des coquillages divinatoires du Candomblé, Systèmes de pensée en Afrique noire, 16 : 11-47 ; DOI : 10.4000/span.1148.

Boyer, Pascal
1990 Tradition as truth and communication : A cognitive description of traditional discourse (Cambridge, Cambridge University Press).

2020 Why divination ? Evolved psychology and strategic interaction in the production of truth, Current Anthropology, 61 (1) : 100-123 ; DOI : 10.1086/706879.

Du Bois, John W.
1987 Meaning without intention : Lessons from divination, IPra papers in pragmatics, 1 (2) : 80-122 ; DOI : 10.1075/iprapip.1.2.04boi.

Glaze, Anita
1981 Art and death in a Senufo village (Bloomington, Indiana University Press).

Gobin, Emma
2016 Le doute à l’œuvre : rituel, réflexivité critique et conflit dans le culte d’Ifá (Cuba), ethnographiques.org, 33 [n° thématique : E. Gobin, M. Vanhoenacker, T. Wendling et N. Adell (éd.), Retours aux rituels], en ligne : https://www.ethnographiques.org/2016/Gobin.

Granjo, Paulo
2013 “It’s juste the starting engine” The status of spirits and objects in South Mozambican divination, in W. van Beek et P. Peek (éd.), Reviewing reality : Dynamics of African divination (Zürich, Lit) : 211-236.

Hanks, William F.
2009 Comment établir un terrain d’entente dans un rituel ? (trad. J. Bonhomme), Cahiers d’anthropologie sociale, 5 [n° thématique : J. Bonhomme et C. Severi (éd.), Paroles en actes] : 87-113 ; DOI : 10.3917/cas.005.0087.

Kerestetzi, Katerina
2012 Un mort pour son chaudron. Ou comment faire du dieu-objet du palo monte un être irremplaçable (Cuba), Techniques & culture, 58 : 48-65 ; DOI : 10.4000/tc.6386.

Lemaire, Marianne
2005 Le travail de la souffrance : parcours biographique du cultivateur sénoufo (Côte d’Ivoire), Systèmes de pensée en Afrique noire, 17 : 71-90 ; DOI : 10.4000/span.686.

2008 Le doute et la douleur : initiations et affects en pays sénoufo (Côte d’Ivoire), Systèmes de pensée en Afrique noire, 18 : 193-218 ; DOI : 10.4000/span.810.

2009 Les sillons de la souffrance : représentations du travail en pays sénoufo, Côte d’Ivoire (Paris, CNRS éditions/Éditions de la MSH).

Liberski-Bagnoud, Danouta
2011 Le sac des devins kasena et de quelques autres, in C. Jacob (éd.), Lieux de savoir, 2 : Les mains de l’intellect (Paris, Albin Michel) : 38-58.

2012 La chorégraphie du bâton divinatoire comme écriture sonore au Burkina Faso, Gradhiva, 15 : 182-201 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2367.

Severi, Carlo
2007 Le principe de la chimère : une anthropologie de la mémoire (Paris, Éditions rue d’Ulm/Presses de l’École normale supérieure).

Sindzingre, Nicole
1981 Organisation lignagère et représentations de l’infortune chez les Fodonon, Senufo de Côte d’Ivoire, thèse de doctorat en ethnologie, École des hautes études en sciences sociales, Paris.

1983 L’interprétation de l’infortune : un itinéraire Senufo (Côte d’Ivoire), Sciences sociales et santé, 1 (3-4) : 7-36 ; DOI : 10.3406/sosan.1983.945.

Van Deputte, Camille
2017 Hétérogénéité des pratiques, pluralité des expériences divinatoires : devin, client et génies en région sénoufo (Korhogo, Côte d’Ivoire), mémoire de Master 2, université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Werbner, Richard
1989 Ritual passage, sacred journey : The process and organization of religious movement (Washington, Smithsonian Institution Press).

Zeitlyn, David
1995 Divination as dialogue : Negotiation of meaning with random responses, in E. N. Goody (éd.), Social intelligence and interaction (Cambridge, Cambridge University Press) : 189-205 ; DOI : 10.1017/CBO9780511621710.012.

Zempléni, Andras
1994 How to say things with assertive acts ? About some pragmatic properties of Senoufo divination, in G. Bibeau et E. Corin (éd.), Beyond textuality : Asceticism and violence in anthropological interpretation (Berlin-New York, Mouton de Gruyter) : 233-247 ; DOI : 10.1515/9783110903010.233.

Haut de page

Notes

1 Ici, il s’agit d’une référence implicite à tout ce qu’elle a vécu depuis qu’elle porte le sandogi, toutes les souffrances mais aussi toutes les prescriptions des génies qu’elle a suivies. Cela peut aussi renvoyer aux épreuves connues jusqu’au diagnostic de son élection et jusqu’à la fin de son initiation au sandogi.

2 Kakologo, issu de ka (raison, motif de) et de kologi (avoir tort, tourner, faire tourner, rendre tordu) ou de kokologò (route, chemin tordu, sinueux).

3 Fugò peut se traduire par intérieur mais aussi par « cœur », « siège de l’affection ».

4 Dans l’article, j’utiliserais le terme sénoufo tugubele comme synonyme du terme français « génies ». Il est important de préciser que dans leurs récits ou lors des consultations, les devins et devineresses utilisent des termes variés pour faire référence aux génies. Les deux termes tuguwi (pl. tugubele) et nikan’awi sont plutôt génériques. Ils servent à désigner des génies qui surprennent et entretiennent une relation personnalisée avec un individu. Une distinction semble se jouer au niveau de l’appartenance de la locutrice, si elle parle tyebara elle utilisera plutôt tuguwi, si elle parle nafara, nikan’awi. Dans le glossaire de son ouvrage, M. Lemaire (2009) indique que le terme de tuguwi peut certes désigner un génie, mais aussi le premier occupant d’un territoire. En cela, il se rapproche d’un autre terme que j’ai entendu sur le terrain et évoqué par N. Sindzingre (1981, 1983), celui de mãdebele qu’elle traduit par « esprit de la terre ». Enfin, le dernier terme qu’il est courant de croiser est lokfɔlɔ, littéralement « propriétaire de l’eau » ou « maître de l’eau ». Ces derniers seraient plus associés au matrilignage et donc à un groupe de personnes plutôt qu’à un individu.

5 Sandogi : terme désignant une société initiatique élective et la puissance associée au matrilignage.

6 Certains hommes y sont parfois initiés sous certaines conditions. Sur l’élection d’anciens champions de travaux agricoles, cf. Lemaire, 2005. Sur l’élection d’hommes en cas d’absence de femmes dans le lignage pouvant recevoir cette charge, cf. Glaze, 1981.

7 Pour une description des différentes phases de l’initiation, cf. Sindzingre, 1981 ; Lemaire, 2008.

8 Glaze (1981) indique que les fondements de la technique divinatoire seraient enseignés à toutes les initiées, mais que seules certaines s’avèreraient compétentes dans ce domaine et pourraient exercer avec une large clientèle.

9 Kabɛɛrɛ = sacrifice fait à un yasungo, souvent traduit par le terme « adoration » ; sũnɔ = sacrifice animal.

10 Bakanady, chef du village, présent lors du premier entretien avec Porotioh.

11 Cf. Lemaire (2008) pour une comparaison entre initiation masculine et collective (poro) où la douleur est mise en avant, une souffrance physique ; et initiation féminine et individuelle (sandogi) marquée par le doute et la solitude de l’initiée, une souffrance avant tout morale.

12 Le terme de sandokpaag est aussi utilisé, littéralement « maison du sando ».

13 Terme désignant des objets hybrides qui en français ivoirien tout comme dans la littérature anthropologique sont souvent regroupés sous le terme de « fétiche ».

14 La description suivante s’appuie principalement sur une séance de divination filmée le 6 juillet 2016 et en partie sur une autre séance enregistrée le 25 mai 2016. Yacouba est le fils aîné de mon hôte à Natio, Dogafolo. Je remercie Yacouba pour son aide dans la traduction et pour sa participation aux séances divinatoires.

15 À propos des jours de repos imposés à tout individu par différentes entités, cf. Lemaire, 2009.

16 Le jour de marché de Korhogo n’est pas fixe. Une anecdote est souvent évoquée à ce propos. Pour empêcher que le conquérant Samory Touré ne s’empare de la ville — étant réputé pour attaquer les localités les jours de marché — les grandes familles de Korhogo auraient trouvé cette astuce d’un jour de marché tournant.

17 Des compétences thérapeutiques et de contre-sorcellerie sont parfois combinées à la divination. Les acteurs mobilisent alors diverses appellations pour qualifier leur pratique : « initié du sandogi » (sandowi), « celui qui consulte » (tyafɔlɔ), « tapeurs de racines » (nikmɔbele), « propriétaire de recettes de feuilles » (wɛrɛfɔlɔ), « propriétaire de fétiche » (yasungofɔlɔ), cf. Van Deputte, 2017.

18 La devineresse est interrompue par le chef du village qui depuis l’extérieur de la tyekpaag lui demande si nous sommes arrivés. Porotioh lui répond que nous consultons d’abord et qu’il doit l’attendre sous l’abri. Puis, elle reprend son échange avec les génies. L’échange avec le chef du village s’est réalisé sur le registre du discours ordinaire, déconnecté de la séance divinatoire, similaire à une interaction qui aurait pu se produire entre eux dans la vie quotidienne en dehors de la « maison de divination ».

19 Terme servant à désigner toute personne se présentant chez soi et n’étant pas un intime, accompagné souvent d’une idée de prise en charge ou de responsabilité vis-à-vis de cette personne. Peut aussi être traduit par « visiteur ».

20 Lit. « choses pour consulter ». Il existerait des yacɛlɛrɛ qui « parlent » servant l’explicitation de la situation du consultant et des yacɛlɛrɛ qui restent muets (Sindzingre, 1981). Lors d’une présentation de la signification de ses artefacts divinatoires, Porotioh a évoqué cette distinction.

21 Houe servant à cultiver.

22 La légitimité du devin et sa position particulière par rapport au consultant ne se définissent pas toujours en fonction de ses capacités techniques et de sa maîtrise d’un savoir inaccessible. Par exemple, dans la divination kasena (Burkina Faso), Liberski-Bagnoud (2011) montre que devin et consultant participent tous deux à la construction de la parole de l’oracle en se saisissant chacun d’une extrémité du bâton divinatoire. C’est au consultant que revient la tâche d’interpréter et de trier les dires de l’oracle. La distinction entre le devin et le consultant se joue dans la capacité du premier à entretenir une relation soutenue avec l’oracle et à fournir un lieu où celui-ci peut être interrogé.

23 Une interprétation de cette phrase est qu’elle permet à la devineresse de savoir si le consultant ne pratique pas lui-même la divination. En effet, il arrive qu’un devin ou une devineresse aille consulter une autre personne pratiquant la divination. Cette consultation peut être motivée par des difficultés rencontrées avec ses génies, dans son « travail », des problèmes personnels ou de son entourage.

24 La personne qui saisit la main de la devineresse n’est pas forcément la personne affligée, celle pour laquelle les génies vont « parler » et exposer les problèmes. Une personne peut également venir consulter pour quelqu’un absent lors de la séance. Une distinction est faite en sénoufo entre les consultants en fonction de leur position lors de la consultation : il y a le kɔlɛɔ (lit. « celui qui met la main ») et le kotɛnon (lit. « celui qui est assis près de la route ») qui l’accompagne.

25 Dans la suite de l’article, les frappements de main positifs vont être notés par le signe « + » et les frappements de main négatifs par le signe « − ». Quand le signe « + » est redoublé cela signifie que les mains frappent à deux reprises successives l’intérieur de la cuisse de la devineresse.

26 Sityilio = personne dotée d’un pouvoir, qui a une capacité visionnaire, thérapeutique. Cette personne peut agir sur le monde invisible et est détentrice d’un savoir spécifique. Peut servir à désigner une « personne intelligente », un « sage ». Aussi synonyme de « sorcier ».

27 Il s’agit des jumeaux du matrilignage du consultant. Les jumeaux sont parfois assimilés à une catégorie d’ancêtres au nom qu’il y aurait dans chaque matrilignage au moins une ascendante qui aurait connu une naissance gémellaire, cf. Lemaire, 2009.

28 Le sens exact de cette expression n’est pas intelligible pour un locuteur ordinaire. Elle apparaît comme une formule codée propre à la devineresse, à son initiation au sandogi ou plus largement à la pratique de la divination.

29 Déjà en 1987, Du Bois formulait une idée similaire en mettant en avant le caractère « apersonnel » de la divination comme étant un support de son autorité. En effet, la divination serait justement considérée comme un moyen fiable d’obtenir des réponses précises parce que l’on ne pourrait pas y déceler un acte de volition.

30 Dans d’autres contextes ethnographiques, des auteurs ont pu rapporter une implication du consultant sollicitée explicitement par le devin qui lui délivre des consignes claires sur la gestuelle et les paroles à prononcer. Par exemple, Werbner (1989) décrit une séance de divination tswapong (Botswana) par lancers de tablettes et de dés en os. Lors du deuxième lancer ou bien pour obtenir des précisions sur un point spécifique du problème du client, le devin demande au consultant de procéder par lui-même au lancer. Voici les paroles de Rra Mafaya à un jeune homme accompagné de son père : « Divine with them, taking off one shoe [from the right foot, the right leg being the outstretched one]. We don’t kill anyone [that is don’t be fearful]. Hold them with both hands. You have to hold them like this, my child, and blow on them like this, “Whew.” Say, “Yes, I am divining for myself to find out what bothers me” The patient repeated his words : “Yes, I am divining for myself to see what is bothering me.” Rra Mafaya directed further : “Throw them down. Right, right, you have thrown them well” » (ibid. : 50).

Haut de page

Table des illustrations

Titre ill. 1 – Lieu de consultation et son abri
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/16882/img-1.png
Fichier image/png, 29k
Titre ill. 2 – Intérieur de la « maison de divination »
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/16882/img-2.png
Fichier image/png, 76k
Titre ill. 3 – Artefacts divinatoires ou « choses pour consulter » (yaatyalari)
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/16882/img-3.png
Fichier image/png, 161k
Titre ill. 4 – Représentation en arborescence d’un extrait de la phase des frappements de main
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/16882/img-4.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Van Deputte, « Génies, êtes-vous là ? Consultant, implique-toi ! Devineresse, sois perspicace ! »Ateliers d’anthropologie [En ligne], 52 | 2022, mis en ligne le 20 octobre 2022, consulté le 06 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/16882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ateliers.16882

Haut de page

Auteur

Camille Van Deputte

Doctorante, Lesc–UMR7186, Université Paris Nanterre/CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison des Sciences de l'Homme - Monde
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search