Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série52« What is the Grand Canyon ? »

« What is the Grand Canyon ? »

Dans les coulisses du façonnement d’une merveille naturelle et culturelle
“What is the Grand Canyon?”: behind the scenes of the shaping of a natural and cultural wonder
Julia Vogel

Résumés

Depuis les années 1990, onze populations amérindiennes exclues du parc national du Grand Canyon lors de sa création renégocient leur position dans les lieux. Cette contribution propose de décrire la reconfiguration ambivalente des rapports de pouvoir qui sous-tendent la gestion du parc national par une description de leur matérialisation dans le lieu. Pour ce faire, il s’agit de montrer comment, par un ensemble de réglementations, d’aménagements et de pratiques représentatives et discursives, l’agence fédérale chargée de la gestion des parcs nationaux aux États-Unis, le NPS, façonne une certaine appréhension du Grand Canyon. L’autrice indique comment, à la fabrique d’une nature extérieure aux humains, s’ajoute une mise en tourisme des « cultures » des populations amérindiennes. Cette articulation nature-culture offre à ces dernières une tribune d’exposition dans le parc national tout en les maintenant dans une position périphérique par rapport au NPS.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. par exemple Anderson et Berglund, 2003 ; Blanc, 2010 ; Selmi, 2006 ; Selmi et Hirtzel, 2007 ; V(...)

1Dans le langage courant, il est fréquent de constater l’emploi interchangeable des expressions « Grand Canyon » et « parc national du Grand Canyon ». Et pour cause : le parc national entend préserver et donner accès au canyon dont il tient le nom, et les visiteurs y accèdent en se rendant dans un parc national. La distinction entre les deux ordres de phénomènes est pourtant importante, puisque le Grand Canyon se réfère à un espace qui préexiste largement à son inscription au sein du parc national créé en 1919 et administré par le NPS (National Park Service, l’agence fédérale chargée de la gestion des parcs nationaux aux États-Unis), qui définit son identité et réglemente ses usages. Aussi, lorsqu’un visiteur se rend au parc national, il est guidé dans les lieux par une série d’aménagements mis en place à partir de la fin du xixe siècle, d’abord par les pionniers puis par le NPS, dans le but de l’informer et de l’accompagner dans ses déplacements. Or, comme le synthétise Augustin Berque, « les sociétés aménagent leur environnement en fonction de l’interprétation qu’elles en font, et réciproquement elles l’interprètent en fonction de l’aménagement qu’elles en font » (1995 : 15). Autrement dit, les infrastructures du parc national, mises en place pour permettre l’accès aux visiteurs et mettre en valeur les éléments du Grand Canyon ayant justifié sa préservation, influencent en retour l’interprétation du lieu, car c’est à travers elles que les visiteurs y accèdent et l’appréhendent. Ces infrastructures apparaissent comme un outil de médiation entre les visiteurs et le lieu. Par un ensemble de réglementations, d’aménagements et de pratiques représentatives et discursives, allant des routes bétonnées jusqu’aux panneaux informatifs en passant par des vidéos dans le Visitor Center et des bâtiments historiques, le NPS entend précisément façonner une certaine appréhension du Grand Canyon afin d’influencer l’interprétation du lieu par les visiteurs. Cette situation n’est pas propre au parc national du Grand Canyon : la vaste littérature consacrée aux parcs nationaux et aux aires protégées à travers le monde montre comment derrière la gestion des parcs nationaux apparaissent des institutions de pouvoir qui exercent un contrôle sur les territoires qu’elles ont pour mission de protéger1.

  • 2 Burnham, 2000 ; Catton, 1997 ; Cronon, 1995 ; Jacoby, 2001 ; Keller et Turek, 1998 ; Nabokov et Loe (...)

2Aux États-Unis, depuis les années 1990, les recherches en sciences sociales portant sur les parcs nationaux ont montré la portée idéologique et politique de leur projet de préservation de la nature. Il est aujourd’hui admis que la création des parcs nationaux a non seulement accompagné, mais s’est encore construite par l’expulsion des Amérindiens qui occupaient l’espace avant l’arrivée des premiers explorateurs2. C’est précisément l’invisibilisation de la présence passée et actuelle des Amérindiens qui transforma certains parcs nationaux en symboles par excellence de la wilderness, comme le décrit Spence (1999). Le parc national du Grand Canyon ne fait pas exception (Hirst, 2008 ; Keller et Turek, 1998 ; Shepherd, 2010).

3Depuis la seconde moitié du xxe siècle, dans un contexte de revendications politiques amérindiennes à l’échelle nationale, un ensemble de lois au niveau fédéral autant qu’à l’échelle locale a entraîné une redéfinition progressive de la place des Amérindiens vis-à-vis du parc national du Grand Canyon (Morehouse, 1996). Onze populations (Navajo, Havasupai, Hualapai, Hopi, Yavapai-Apache, Zuni et différents groupes Paiutes) ont reçu le statut de populations dites traditionnellement ou culturellement associées au Grand Canyon (« traditionally » ou « culturally associated tribes »). Ce statut signe la reconnaissance de leur occupation des lieux avant la création du parc national et, par cet ancrage temporel, leur attribue officiellement un lien contemporain, légitime, fort et dit « culturellement saillant » (culturally significant) au Grand Canyon. Pour ces raisons, le NPS est légalement tenu de les consulter et de prendre en compte leurs recommandations dans la gestion des lieux. Depuis les années 2010, à la demande de représentants amérindiens et avec leur collaboration, le NPS met en place un ensemble de dispositifs afin de rendre ces populations actuelles visibles dans l’espace du parc national. Ainsi, aux aménagements et dispositifs interprétatifs déjà en place, s’ajoutent désormais des intervenants amérindiens proposant des manifestations culturelles aux visiteurs.

  • 3 Cette enquête s’inscrit dans le cadre de ma recherche doctorale (2015-2021) portant sur le processu (...)

4À partir de données pour la plupart recueillies au cours d’un travail de terrain de deux mois en Arizona durant l’été 2018, qui portait spécifiquement sur les dispositifs interprétatifs du parc national3, cette contribution propose de décrire l’évolution des rapports de pouvoir et leur matérialisation dans le parc national du Grand Canyon en posant un double regard sur le lieu : un premier sur le Grand Canyon à travers la médiation qu’en propose le NPS et un second sur les dispositifs de médiation eux-mêmes et sur l’armature naturaliste qui les sous-tend.

5Dans un premier temps, nous verrons que si le Grand Canyon est défini par le NPS comme un lieu dont l’appréciation repose sur un processus interprétatif personnel, celui-ci est aidé par un ensemble de dispositifs matériels et discursifs qui sont censés agir sur l’attention du visiteur. Ces dispositifs, qui visent à guider, diriger, focaliser, encourager et contraindre son attention, reposent sur une séparation entre éléments de la nature et éléments de la culture, imposée comme clé de lecture du paysage. Nous décrirons ainsi, d’une part, comment le NPS fait apparaître un paysage naturel et merveilleux aux yeux des visiteurs, créant et donnant à voir cette « naturalité de la nature » qu’il protège (Selmi et Hirtzel, 2007). D’autre part, nous montrerons comment les populations amérindiennes, exclues des lieux, réapparaissent aujourd’hui dans le paysage par la mise en scène de leur « culture ». Celle-ci constitue un outil de mise en tourisme, d’affirmation identitaire et de reconnaissance politique. Enfin, nous conclurons sur l’ambivalence des rapports de pouvoir qu’établit l’articulation entre éléments de la nature et éléments de la culture, au cœur de la gestion du parc national.

« Everyday we are creating this canyon » : des expériences individuelles au cœur de la (re)production du Grand Canyon

  • 4 Cf. par exemple Cronon, 1995 ; Descola, 2005 ; Ingold, 2000 ; Nash, 2001.

6La définition du Grand Canyon comme un bien commun de l’humanité, par le biais de l’inscription du parc national au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979 en raison de sa « valeur universelle exceptionnelle », est présentée comme évidente aujourd’hui par le NPS. En raison de cette évidence, il n’est pas inutile de rappeler que cette valeur présumée universelle est le produit d’un cheminement historique, politique et culturel. Avant même la reconnaissance des qualités spécifiques du Grand Canyon, rappelons que « [s]i les parcs ont pour finalité la protection et la conservation de l’environnement, cette finalité ne s’est pas imposée exclusivement pour minimiser des risques, ni parce que la nature aurait fait valoir d’elle-même sa franche beauté » (Selmi et Hirtzel, 2007 : 10). Aussi, pour mettre en place des mesures de préservation et de valorisation de la nature, faut-il d’abord que la nature constitue un domaine ontologique à part entière, autonome et extérieur aux humains, qu’elle soit considérée comme menacée et méritant d’être préservée. Le caractère historiquement et culturellement construit de la nature dont les humains sont exempts, et de sa variante américaine la wilderness, n’est plus à démontrer en sciences sociales4. Suivant le modèle de Yellowstone, le premier parc national qui vit le jour en 1872, les parcs nationaux aux États-Unis institutionnalisent la notion d’une nature sauvage et inviolée, la wilderness, qu’il faut protéger des activités humaines jugées déprédatrices. Ils reposent ainsi sur une vision dualiste du monde, selon laquelle les humains occupent une position d’extériorité par rapport au monde naturel. Le parc national du Grand Canyon ne fait pas exception. Lorsque Théodore Roosevelt se rendit dans la région en 1903, il prononça un discours devenu iconique à la fois de l’histoire de la création du parc national et de la perception de ce que le lieu est et doit être aujourd’hui encore pour le NPS. Décrivant une merveille de la nature, unique et grandiose, il se positionna fermement en faveur de la préservation afin que tous les Américains, de cette génération et des suivantes, puissent en bénéficier. Il désigna, en 1906, le Grand Canyon Game Preserve, afin de protéger la faune et la flore sauvage. Il renforça la protection de la région en créant le Grand Canyon National Monument en 1908. Il justifia cette proclamation en insistant sur l’existence de ruines archéologiques préhistoriques et en mettant en évidence la valeur scientifique (notamment géologique) du lieu. Le Grand Canyon est devenu un parc national en 1919, soit onze ans après la proclamation du monument national. Au cours de cette période, de multiples propositions avaient été modifiées du fait d’une opposition considérable de la part des chasseurs, des bûcherons et des éleveurs qui utilisaient les terres et voyaient l’exploitation des ressources restreinte. Aussi, face aux querelles faisant rage au sujet de l’exploitation des ressources de la région depuis l’arrivée des pionniers à la fin du xixe siècle, la création du parc national fut notamment célébrée comme la victoire de la préservation de la nature sur les entreprises d’exploitations de la terre aux effets délétères.

7Depuis sa création, le parc national du Grand Canyon est placé sous la juridiction du NPS. La définition du Grand Canyon, l’inventaire de ses ressources ainsi que les modalités de leur gestion par le NPS sont régis par différentes lois, directives et conventions à l’échelle régionale, fédérale et internationale. Celles-ci sont présentées dans un document de référence pour le NPS : le Grand Canyon General Management Plan, régulièrement mis à jour. Le plan de gestion de 1995 propose la définition suivante du parc national : « Grand Canyon National Park is a place of tremendous beauty, peace, and scenic grandeur, as well as a place of vast natural and cultural interest. The canyon is one of the world’s most spectacular products of the combined natural forces of uplift and erosion, and as a world heritage site, it has been identified as a place of universal value to all people » (United States et al., 1995 : 9). Correspondant à ses politiques de gestion à l’échelle nationale (National Park Service, 2006), la mission du NPS au sein du parc national du Grand Canyon se décline en deux volets principaux : la préservation des ressources pour assurer l’intégrité du parc (c’est-à-dire maintenir les ressources, par un ensemble de pratiques de gestion et l’intervention de rangers, dans un état qui assure la perpétuation de la définition du lieu) et les modalités d’accès à ces ressources pour les visiteurs (notamment par un système de routes, la mise à disposition de visitor centers et de musées, les présentations des rangers, les boutiques souvenirs, les randonnées sur des chemins plus ou moins entretenus, les séjours sur le fleuve et les performances d’artistes amérindiens).

  • 5 Sur l’histoire de la création du parc national du Grand Canyon, cf. notamment Anderson, 1998, 2000  (...)

8L’enjeu de la fréquentation du parc et de son appréciation par les visiteurs est de taille, puisque son existence dépend de sa popularité. Le développement du tourisme a été un facteur décisif dans la création du parc national en 1919. À la fin du xixe siècle, la région du Grand Canyon était à la fois exploitée par des pionniers pour son minerai, son bois et son gibier, et fréquentée par un nombre exponentiel de visiteurs venus admirer cette merveille géologique que les premiers explorateurs militaires puis scientifiques du canyon avaient mise en lumière. La reconnaissance de la valeur du lieu, couplée au constat des dommages causés par les pionniers et les développements touristiques non réglementés, autant que les perspectives économiques rendues possibles par cet afflux de visiteurs, ont motivé la création du parc national. Le parc national a notamment vu le jour car il a été considéré comme ayant un potentiel économique indispensable pour assurer la prospérité de l’Arizona, devenu un État en 1912. Aussi les partisans de la protection du parc sont-ils passés par un processus de valorisation et de diffusion de la beauté et de l’intérêt scientifique du parc pour assurer sa protection — en assurant parallèlement sa notoriété et sa fréquentation plus accrue5.

9Aujourd’hui, les visiteurs et leur expérience du lieu sont toujours au cœur de la raison d’être du parc et des préoccupations du NPS. L’un des objectifs définis dans le plan de gestion du parc national est précisément d’accompagner les visiteurs dans l’expérience qu’ils feront du lieu, afin de les aider à profiter et à apprécier à sa juste valeur le parc (United States et al., 1995 : 8). Pour ce faire, outre les aménagements mis en place pour permettre l’accès au lieu, le NPS propose des informations au sujet des différentes ressources naturelles et culturelles. Ainsi, à la double mission de préservation et d’accès du canyon s’ajoute la préoccupation d’interpréter les ressources auprès des visiteurs. La Division of Interpretation and Resource Education, composée de près de 70 employés, permanents et saisonniers, est chargée de la gestion des dispositifs interprétatifs, allant de la diffusion d’informations sur les réseaux sociaux aux dépliants distribués et panneaux informatifs disposés le long des chemins de randonnées, en passant par les visitor centers, les différents musées et leurs expositions permanentes et thématiques, sans oublier les présentations thématiques quotidiennes de l’équipe de rangers interprétatifs (interpretive rangers). Les différents dispositifs interprétatifs et les aménagements touristiques sont considérés comme l’une des ressources du parc national gérée par le NPS pour permettre à chaque visiteur d’en faire une « life changing experience ». Cette formule est répétée à de nombreuses reprises, souvent adressée aux visiteurs au cours des présentations données par les rangers et également au cours d’entretiens que j’ai réalisés avec différents employés du NPS entre 2016 et 2018. Elle est composée de deux idées : faire l’expérience du parc national d’une part, et en faire une expérience qui change la perception du monde des visiteurs d’autre part. Aussi le responsable de la Division of Interpretation and Resource Education m’avait-il indiqué que les dispositifs sont qualifiés d’« interprétatifs », par opposition à « éducatifs » ou « informatifs », car ils visent à permettre aux visiteurs de s’approprier les informations pour « faire leur propre expérience », unique, du Grand Canyon. Une séquence illustre cette rhétorique avec efficacité. Il s’agit de la remarque de clôture d’une présentation de près d’une heure sur l’histoire du parc national par le ranger Joel : « What is Grand Canyon ? A geologic paradise ? A place of study ? A scenic place ? I can only answer for myself. And it’s a place that one can only answer for oneself. There is a new Grand Canyon being made everyday. Everyday we are creating this canyon, a new one everyday. Thank you for being a part of this ».

10On voit bien se dessiner dans ce paragraphe la question qu’est-ce que le Grand Canyon ? Et sa réponse : ce que chacun en fait. Si l’on suit les propos du ranger Joel, et plus généralement la rhétorique du NPS diffusée dans le parc à travers les différents supports interprétatifs évoqués plus haut, le visiteur est présenté comme une partie intégrante de la fabrique du Grand Canyon. Les rangers interprétatifs, au détour des programmes thématiques quotidiens qu’ils proposent, remercient régulièrement les visiteurs de leur présence. Ils les présentent comme des agents actifs de la fabrique du Grand Canyon, d’une part du fait de leur appréciation et respect du lieu, et d’autre part parce qu’en se l’appropriant par leur expérience personnelle, ils renouvellent et pérennisent l’intérêt du lieu.

11L’objectif affiché du NPS est de permettre à chacun de faire sa propre expérience du Grand Canyon — définie comme un élément essentiel de l’appréciation du lieu. Cette « life-changing experience » doit néanmoins prendre une direction bien spécifique : « as they walk away, we want people to carry with them the idea that it is important to care about this place », m’expliquait le responsable de la Divison of Interpretation. Il poursuit en indiquant : « we want to instil a message about preservation and stewardship. Our goal is to make the visitors appreciate the resources and protect and become stewards of this place ». Il s’agit de faire en sorte que les visiteurs saisissent la valeur que le NPS assigne aux ressources du parc national et qu’ils se sentent concernés par leur protection. Son objectif est multiple : en assurant la pérennité de la définition du canyon qu’en donne le NPS (un lieu exceptionnel à visiter et à préserver), se dessine un double enjeu de préservation des ressources naturelles auquel s’ajoute celui, politique, de légitimer l’existence d’un parc national ainsi que la nécessité de sa gestion par l’agence fédérale. Le NPS apparaît comme l’instance politique qui définit à la fois les propriétés du paysage et les relations appropriées que les humains sont tenus d’entretenir avec celui-ci. Pour ce faire, le processus interprétatif, nécessairement personnel et individuel, est sous-tendu par un cadre façonné par l’agence fédérale qui vise à assurer autant que possible la répétition, toujours unique pour chacun, de l’expérience d’apparition du Grand Canyon tel qu’elle le définit. La description des « médiations innombrables et soigneusement cachées » (Descola, 2007 : 124) qui façonnent le lieu nous permettra en particulier de montrer les mécanismes par lesquels le NPS construit et donne à voir la naturalité du lieu — élément fondamental de ses pratiques de gestion.

Une visite libre guidée : construire, définir et donner à voir la naturalité du lieu

12L’existence territoriale du parc national se signale d’emblée par des stations de péage qui marquent les trois entrées (South Rim, Desert View et North Rim) et à partir desquelles les visiteurs accèdent au Grand Canyon. Les agents qui les accueillent leur distribuent des cartes afin de les guider en signalant notamment les routes et les lieux à visiter. En effet, au-delà de ce premier marquage de ses frontières, le parc est traversé par un ensemble de routes pavées et de sentiers qui permettent aux visiteurs de circuler entre ses différents espaces : les différentes infrastructures mises à disposition des visiteurs (visitor centers, les hôtels, les points de restauration, etc.), la promenade le long de la falaise à partir de laquelle des sentiers conduisent dans le canyon. Accessibles aux navettes mises en place par le NPS ainsi qu’aux véhicules commerciaux et particuliers, des routes bétonnées, construites à partir des années 1930, s’étendent sur près de 50 km le long de la falaise sud du canyon, le South Rim de Hermits Rest à l’ouest à Desert View à l’est. Ces routes sont ponctuées de multiples Points, Navajo Point, Lipan Point (ill. 1), Moran Point, Grandview Point, pour n’en citer que quelques-uns — des points de vue panoramiques situés aux abords de la falaise pour permettre aux visiteurs d’avoir une vue plongeante sur le Grand Canyon. Ces points de vue panoramiques sont également reliés par un sentier piéton et cyclable par endroits, le Rim Trail, qui s’étend sur une vingtaine de kilomètres. Le North Rim, situé sur le versant nord du Grand Canyon, bien que largement moins fréquenté (10 % des visiteurs d’après les statistiques du NPS), est également pourvu de routes bétonnées et de sentiers de randonnée longeant le précipice et ponctués de points de vue panoramiques. Ces différents points de vue sont délimités par des murets de pierres et des rambardes métalliques afin de permettre à un large panel de visiteurs — même en fauteuil roulant à certains endroits — de se diriger, de se déplacer et de profiter de la vue de manière sécurisée.

ill. 1 – Lipan Point, au parc national du Grand Canyon

ill. 1 – Lipan Point, au parc national du Grand Canyon

Cliché Julia Vogel

13Par ce quadrillage de l’espace et son aménagement en différents points de vue le NPS donne accès au canyon et, par là même, contrôle les modalités d’accès. Il façonne une certaine appréhension du paysage : celle d’une vue scénique, littéralement observée depuis certains points de vue. Comme l’exprime avec justesse Thomas Patin : « The controlled activity of viewing nature from elevated viewpoint […] is itself a representation of the land as much as are paintings of the landscape » (Patin, 2012 : xiii). On retrouve dans cet aménagement de l’espace une « mise en valeur esthétisante de la nature, qui doit être appréciée et aimée telle qu’elle se donne à voir, et qui par conséquent doit être aménagée de manière à ce qu’elle puisse être vue » (Selmi, 2006). Ainsi, le NPS encadre et encourage une expérience esthétique du Grand Canyon, les visiteurs étant placés dans une position de spectateurs face à sa beauté scénique.

14Loin d’être évidente, universelle ou atemporelle, la vue scénique du canyon depuis la falaise est un héritage du géophysicien Clarence Dutton, célébré pour ses explorations du canyon de la fin du xixe siècle, par lesquelles il a contribué à la compréhension scientifique du Grand Canyon, à sa popularisation en tant que merveille géologique mais également en tant que paysage « sublime ». L’une des particularités des explorations de Dutton réside dans son appréciation du canyon non plus depuis le fleuve, comme ses prédécesseurs, mais depuis le plateau. Il désigne le Grand Canyon comme « the sublimest thing on earth » et c’est à lui que l’on doit « Point Sublime », un point de vue panoramique qui porte ce nom aujourd’hui encore, aux côtés de nombreux autres points de vue à partir desquels des millions de visiteurs annuels admirent le Grand Canyon.

15De plus, tout au long des routes et au sein des points de vue, des panneaux informatifs ont été mis en place par le NPS (ill. 2). Les panneaux précisent l’intérêt de la vue devant laquelle ils sont placés par l’identification, la qualification et l’explication des ressources présentes dans le paysage en mettant l’accent sur une sélection d’éléments en particulier. Dans la majorité des cas, les panneaux informatifs prennent la forme d’une photographie ou d’une image qui reproduit le paysage devant lequel ils sont placés et d’un texte qui l’accompagne.

ill. 2 – « The Best Section », gros plan sur un panneau informatif situé à Pima Point

ill. 2 – « The Best Section », gros plan sur un panneau informatif situé à Pima Point

Cliché Julia Vogel

Situé à Pima Point, ce panneau informatif (ill. 2) propose par exemple une photographie du paysage que les visiteurs peuvent observer à leur droite. Le panneau met en lumière les couches sédimentaires, définies comme particulièrement visibles dans cette zone (« The Best Section », d’après le titre du panneau). Celles-ci sont identifiées par des numéros sur la photographie du flanc de la falaise et sont reproduites schématiquement. L’identification de ces éléments désignés comme caractéristiques du Grand Canyon est alors d’autant plus facilitée que le visiteur peut lire les informations contenues dans le panneau et les rapporter directement au paysage qui s’étend devant ses yeux. Le NPS décrypte donc le paysage à partir du point de vue des visiteurs. Le panneau prend ces derniers à partie en les invitant explicitement à observer les différentes couches sédimentaires par l’utilisation d’une apostrophe à la deuxième personne : « using this photograph of the scene directly to your right, you can identify Grand Canyon rock layers ».

16Cette stratégie qui consiste à guider le regard du visiteur sur le paysage est d’autant plus notoire dans des panneaux informatifs qui utilisent des verbes à l’impératif, ou encore des questions adressées aux visiteurs, comme c’est le cas dans un panneau à Lipan Point qui indique : « what lies under these layers of rock ? The answer is in the view. Trace the Colorado River from right to left ; find where the river meets the Vishnu Basement Rock, and you have literally hit rock bottom ». La question posée par le NPS a pour objectif d’entraîner le lecteur vers un certain questionnement. Il lui indique qu’il peut trouver la réponse à sa question dans le paysage du Grand Canyon directement et, pour ce faire, guide son regard, étape par étape, jusqu’à cette zone du canyon où la couche sédimentaire la plus ancienne est observable. Son identification est facilitée par un ensemble de flèches marquées sur la photographie qui indiquent les différentes étapes à suivre : le fleuve Colorado, le Vishnu Basement Rock.

  • 6 Certains dispositifs fonctionnent en l’absence même d’une visite du lieu. Youngs (2012) propose une (...)

17Le système de points de vue et de panneaux informatifs associés à la vue « fixe le lieu de l’entrée de notre regard » sur le canyon, pour reprendre la formule de Daniel Arasse (2000 : 48) dans son analyse d’un tableau. À travers ces dispositifs matériels et représentatifs, le Grand Canyon s’apparente à un paysage, où l’environnement est identifié à sa représentation, telle qu’elle est fixée par le NPS. Par le jeu des correspondances entre le Grand Canyon et ses représentations, le NPS indique comment regarder le canyon et fait apparaître explicitement ce qu’il faut y voir. Si les panneaux informatifs guident le regard des visiteurs face au canyon in situ, d’autres dispositifs interprétatifs fonctionnent de la même manière, mais en amont. Les informations disponibles dans les Visitor Centers, dispensées dans les présentations des rangers interprétatifs et présentées dans les expositions des musées, s’appuient sur des images, des échantillons, des artefacts du Grand Canyon pour illustrer leurs propos. Elles ont pour objectif de préparer les visiteurs à interpréter le canyon par eux-mêmes lorsqu’ils seront hors des bâtiments et en face de la vue (Bednar, 2012)6.

18En guidant physiquement les visiteurs vers un paysage à contempler depuis des points de vue panoramiques tel un tableau qui se déploie sous leurs yeux et en identifiant des ressources que le visiteur peut observer lui-même dans le paysage, la médiation matérielle et discursive du NPS est présentée comme une forme de traduction de ce qu’offre le paysage en lui-même. Ce faisant, le NPS présente comme objective une perception scientifique de l’espace particulière. Aussi, à l’identification des ressources s’ajoutent leur qualification et l’explication de leurs propriétés. Pour reprendre notre exemple précédent, les roches sont décrites en fonction de deux éléments : leur intérêt scénique — celui de créer des vues « exceptionnelles » ou « spectaculaires » — et leur intérêt scientifique notoire — en particulier dans le domaine de la géologie. Le NPS livre ainsi des informations au sujet des écosystèmes passés ou encore des processus d’érosion à l’œuvre qui ont permis de les exposer. Lors d’une présentation sur le thème de la géologie au cours de l’été 2018, le ranger Kevin a résumé cette idée centrale en déclarant : « We are looking at a giant book of earth’s history », tandis qu’il désignait le canyon à un public composé d’une trentaine de visiteurs attentifs. Cette métaphore du livre est mobilisée de manière récurrente dans la rhétorique du NPS ; elle participe de la description des roches comme contenant des informations, des messages sur l’histoire de la Terre. Aussi, le NPS propose-t-il aux visiteurs d’apprécier la vue et d’aller au-delà de leur appréciation esthétique pour s’intéresser à ce passé que la géologie révèle, à écouter les « histoires » que les roches recèlent au sujet de la Terre. Les scientifiques sont décrits comme ayant les outils adéquats pour décrypter les messages qu’elles contiennent et pour porter un discours objectif sur la nature. Renforçant ce discours, les rangers s’amusent souvent à préciser que ce qu’ils affirment aujourd’hui, qui provient des données actuelles de la science, en constante évolution, sera probablement démenti demain. Cela, car l’interprétation humaine des roches est incomplète pour le moment, toutes les données n’ayant pas encore été découvertes. Le fait que les roches sont des témoins de l’âge de la Terre, en revanche, est présenté comme une qualité intrinsèque de l’espace que les scientifiques, avec leurs méthodes et leurs outils présentés comme objectifs, mettent au jour de manière toujours plus précise et exacte. Ainsi, à travers ces différents aménagements et dispositifs interprétatifs, la perspective du NPS sur le Grand Canyon est « naturalisée ». Autrement dit, ils font apparaître comme évident, objectif ou légitime, ce qui relève d’un processus de construction sociale lié à un contexte culturel, politique et historique spécifique (Patin, 2012 : xv).

19Or, ce processus de naturalisation est double : c’est tant une certaine construction de l’espace qui est naturalisée (notamment la nature comme paysage à admirer ou les roches comme données géologiques à analyser) que les mécanismes par lesquels cette construction s’opère, lesquels sont invisibilisés (Patin, 2012). Leur efficace repose en effet précisément sur cette invisibilisation : le système de point de vue n’est pas présenté comme un moyen par lequel le NPS peut créer un paysage, il apparaît comme un mode évident et approprié d’accès à un paysage qui lui préexiste et qu’il ne fait que dévoiler. Comme l’indique Bednar, le regard des visiteurs est dirigé vers la vue, et non vers le point de vue en lui-même, de sorte que, pour reprendre sa formule : « The whole process is presented as if it is natural for landscape to be presented as an object to be witnessed » (2012 : 13).

20Aussi, lorsque le NPS invite chaque visiteur à faire sa propre expérience du Grand Canyon, cette expérience est façonnée par un ensemble de dispositifs de médiation qui définissent tant des propriétés et une valeur intrinsèques au paysage que les modes de relation appropriés à entretenir avec celui-ci. Le cadre réglementaire du parc national participe de ce processus de médiation entre les humains et le canyon. Au détour de différents affichages ou de présentations de rangers, le NPS édicte des règles de comportement et des interdits à respecter : ramasser ses déchets, ne pas cueillir de plantes, ne pas nourrir la faune ou encore ne pas déplacer les objets dits historiques ou archéologiques, comme les canettes de bière des pionniers que l’on peut trouver au détour d’un chemin, et qui sont considérées comme des propriétés historiques, aussi bien que les pointes de flèches des chasseurs-cueilleurs de l’époque dite archaïque. Ces règles sont définies comme permettant d’assurer la préservation des ressources du parc en définissant les modes de comportements adaptés au lieu. Les visiteurs sont eux-mêmes intégrés à cette rhétorique de la préservation : ils sont définis, au détour des différents supports écrits, moins comme des visiteurs que comme des stewards du lieu, autrement dit, comme des acteurs investis d’un souci de protection du Grand Canyon et de la nature plus généralement. À travers ces dispositifs interprétatifs, ses aménagements autant que sa réglementation, le NPS encourage donc un certain registre d’expérience : une expérience contemplative et émotionnelle du Grand Canyon, une expérience provisoire, temporaire, transitoire. Dans ce cadre, les humains occupent une position d’extériorité par rapport à une nature qui doit demeurer intacte. Derrière la construction de la naturalité du lieu se dessine un programme politique : celui de justifier la création d’un parc national et de légitimer l’intervention d’une agence fédérale dans sa gestion et sa préservation. Derrière ce programme politique apparaissent notamment des relations de pouvoir qui ont opposé le NPS aux populations amérindiennes de la région, exclues des lieux précisément au nom de la préservation de la nature. La question de leur visibilité et de leur participation dans la gestion du parc national est désormais au cœur de l’actualité.

Les cultures amérindiennes : une nouvelle ressource du parc national

21Comme l’indique Bednar : « The way the NPS organizes the space of a national park is political in that it enacts and represents choices about what to show, what not to show, how to show what it shows, and how to hide what it hides (intentionally or not) » (2012 : 18). Cette remarque est particulièrement adaptée pour évoquer le processus historique d’invisibilisation des populations amérindiennes dans le parc national, auxquelles répondent aujourd’hui des initiatives de réparation, prenant précisément la forme d’une matérialisation de leur existence à la fois passée et contemporaine. Les modalités de mise en scène touristique des populations amérindiennes et les enjeux qui les sous-tendent sont révélateurs de la manière dont se structurent aujourd’hui les rapports de pouvoir dans le parc national.

  • 7 Ferguson, 1997 ; Hart, 1995 ; Hualapai Tribe, 1993 ; Roberts et al., 1995 ; Stoffle et al., 1994.
  • 8 Parker and King, 1990. La signification culturelle traditionnelle d’une propriété est la significat (...)

22Les liens entre les onze populations amérindiennes dites « traditionnellement associées » et le Grand Canyon ont longtemps été ignorés par le NPS. Depuis les années 1990, la situation est en cours d’évolution, notamment grâce à l’élaboration par différents groupes amérindiens de rapports qui documentent les différentes ressources du Grand Canyon qui le rendent éligible en tant que Traditional Cultural Property7. Les Traditional Cultural Properties sont un type de site du registre national des lieux historiques américains éligible en raison de leur signification culturelle traditionnelle8. Loin de l’idéal d’une nature sauvage exempte de présence humaine et à préserver pour sa beauté scénique tel que le prône le NPS, les significations qui fondent la valeur traditionnelle culturelle du Grand Canyon sont multiples et varient d’un groupe à l’autre : tour à tour lieu de sépulture des ancêtres, de résidence de divinités, d’émergence, de pèlerinage, espace où se sont tenus des événements mythiques et historiques majeurs, espace domestique, lieu de récolte de plantes et autres matériaux nécessaires au déroulement et à l’efficacité de rituels, etc. (Fairley, 2003).

23Si ces onze populations amérindiennes sont aujourd’hui reconnues comme ayant occupé les lieux avant la création du parc national, jusqu’à une époque récente celles-ci étaient particulièrement absentes du paysage au profit d’une mise en valeur des acteurs anglo-américains du lieu. Une anecdote permet d’illustrer cette situation. Au cours de l’été 2018, Dennis, un représentant hopi au parc national m’avait proposé une visite guidée du Grand Canyon Village, le cœur de la partie développée du parc national. Tout en marchant, nous discutions de la place donnée aux Amérindiens dans l’interprétation du Grand Canyon. Je suggérai, faisant écho à des conversations que j’avais eues au préalable avec d’autres Amérindiens investis dans la gestion du parc national, qu’il y avait peu d’« interprétation amérindienne » du Grand Canyon. J’empruntai volontairement cette formule que je trouvais imprécise, native interpretation, que j’avais entendue au cours de mon enquête et qui semble recouvrir un ensemble divers de réalités : l’absence d’employés amérindiens chargés de l’interprétation du canyon autant que l’absence d’informations dispensées au sujet des Amérindiens. Je souhaitais, par l’usage de cette expression, saisir ce que Dennis lui-même en comprenait. À ma remarque, il souligna avec une pointe d’ironie, que d’après lui, « ce n’est pas qu’il n’y a pas assez d’interprétation… c’est qu’il n’y en a aucune ! ». Il poursuivit en me décrivant ses expériences passées au cours desquelles, lorsqu’il traversait le South Rim, tout ce qu’il voyait autour de lui qui contenait « un semblant d’interprétation » était la Hopi House, « et ce uniquement pour vendre des bijoux ». Il constatait qu’en dehors de la vente d’artisanat amérindien, il n’y avait aucune information sur « ceux qui habitaient dans le Grand Canyon ». Cette absence était interprétée par contraste avec la présence pléthorique de marques, conçues comme uniquement coloniales, de l’époque historique. Et pour cause : nous étions entourés d’une grande quantité d’informations et de traces de personnages anglo-américains, allant des Kolb Brothers, photographes dont le studio est ouvert aux visites, à John W. Powell auquel un monument commémoratif est dédié, en passant par Mary J. Colter, à laquelle le parc national doit quatre bâtiments préservés par leur inscription au Registre national des lieux historiques. Outre ces structures, en l’absence de traces physiques ou matérielles laissées sur le paysage, ce sont les noms de lieu, les panneaux informatifs, les plaques commémoratives ou les présentations des rangers et les vidéos interprétatives qui évoquent la période dite « historique » du parc national — c’est-à-dire celle s’étendant de la découverte du lieu par les expéditions de missionnaires espagnols au xvie siècle jusqu’à la moitié du xxe siècle lorsque le Grand Canyon devint un parc national. Depuis une dizaine d’années, l’omniprésence de marques de la période dite « historique » du parc national est dénoncée par Dennis et d’autres représentants amérindiens comme une facette de l’appropriation de l’espace au détriment des populations amérindiennes qui ont été exclues de force des lieux.

  • 9 McLerran, 2013 ; Neumann, 2001 ; Rolland-Francis, 2011 ; Spence, 1999.

24Les doléances de Dennis portaient également sur un deuxième élément : la présence des Amérindiens en tant qu’objets de consommation instrumentalisés par des acteurs anglo-américains. Depuis les années 2010, les représentants amérindiens expriment collectivement leur frustration et leur colère face aux modalités de représentation et de marchandisation d’éléments de leurs cultures respectives, qui perdurent depuis le début du xxe siècle. Avant même la création du parc national, tandis que leurs usages du canyon étaient limités et réglementés au point d’être quasi-interdits, les populations amérindiennes furent notamment intégrées au lieu en qualité d’artistes et d’artisans, constituant une forme d’attraction touristique au service du parc national9. De plus, au cours du xxe siècle, les différentes boutiques de souvenirs ajoutèrent à leurs marchandises (vêtements, mugs, affiches liées au parc national du Grand Canyon) des objets issus d’un mode de production industriel, importés et reproduisant des artefacts amérindiens. Ces reproductions d’objets suscitèrent une vive indignation de la part de représentants amérindiens, qui dénoncent aujourd’hui encore une exploitation mercantile des cultures amérindiennes par des concessionnaires non amérindiens.

25Sous l’impulsion d’initiatives d’employés amérindiens puis des suggestions plus récentes de représentants amérindiens, c’est précisément dans une logique de rupture avec la mainmise anglo-américaine sur les cultures amérindiennes et la marchandisation dont elles faisaient l’objet que se sont développés, ces vingt dernières années, de nouveaux dispositifs de mise en scène touristique des populations amérindiennes. Parmi ces dispositifs, une initiative est particulièrement saillante : la reconversion de la Desert View Watchtower. Il s’agit d’une tour de guet construite dans les années 1930 par l’architecte américaine Mary Colter et décorée par l’artiste hopi Fred Kabotie, conçue pour reproduire l’architecture pueblo de la région. Au fur et à mesure des années, elle était devenue une boutique de souvenirs dont certains des produits mis en vente reproduisaient des artefacts traditionnels amérindiens, sans pour autant avoir été fabriqués par ces derniers. En mai 2016, la tour a été officiellement réinaugurée et attribuée aux Amérindiens. Autrement dit, le NPS n’a pas renouvelé les contrats des concessionnaires et l’espace de l’édifice a été rénové et réaménagé pour servir à de nouvelles fins. Il constitue désormais un centre dédié au patrimoine culturel intertribal (intertribal cultural heritage site/center), c’est-à-dire un lieu où des artistes et artisans de différentes populations amérindiennes peuvent exposer leurs œuvres, vendre leurs artefacts, proposer des démonstrations de pratiques considérées comme caractéristiques de leurs cultures respectives, tels que l’orfèvrerie, la cuisine, le tissage, les danses, etc.

26Aujourd’hui, loin des étagères de marchandises mises en vente par le concessionnaire Xanterra, la salle et l’entrée de la tour sont occupées trois jours par semaine (mercredi, samedi et dimanche — et bientôt toute la semaine) par les étals d’intervenants amérindiens. L’illustration 3 représente un sculpteur de fétiche zuni, souriant, derrière son stand à l’entrée de la tour de guet. Il a été invité en août 2018 à exposer ses fétiches et à faire une démonstration du processus de fabrication. Nous pouvons voir les fétiches en pierre qui étaient mis en vente ainsi que du matériel de sculpture, des livres au sujet des fétiches zunis et une feuille de papier sur laquelle figurait une liste de noms d’animaux accompagnée des significations symboliques qui leur sont associées. Une affiche renseignait le nom de l’intervenant (ici masqué pour assurer son anonymat), son activité de sculpteur de fétiches et enfin, son lieu d’origine : Zuni, au Nouveau Mexique.

ill. 3 – Un sculpteur de fétiches zuni à Desert View durant l’été 2018

ill. 3 – Un sculpteur de fétiches zuni à Desert View durant l’été 2018

Cliché Julia Vogel

  • 10 Les modalités contemporaines de mise en scène des cultures amérindiennes dans le parc national s’in (...)

27Les modalités de mise en scène touristique des populations amérindiennes sont structurées autour de deux caractéristiques centrales : l’importance capitale de la prise de parole directe d’intervenants amérindiens (qualifiée par l’expression « first voice interpretation », largement relayée tant par le NPS que par les Amérindiens impliqués dans la gestion du parc national) et la mise en scène des Amérindiens par leur « culture ». Ainsi, s’il apparaît que la commercialisation des cultures amérindiennes provoque des critiques lorsqu’elle est orchestrée par des individus extérieurs aux groupes amérindiens, elle constitue un outil d’affirmation identitaire pour les membres des populations amérindiennes lorsqu’ils sélectionnent eux-mêmes les éléments qu’ils donnent à voir ou mettent en vente10.

28Dans ce contexte, la culture apparaît moins en tant que « toile invisible à laquelle nous sommes suspendus » (Carneiro da Cunha, 2010), ou comme expérience vécue « qui recouvre l’ensemble des aspects de l’existence sociale et ne correspond pas à un contenu figé mais obéit à des logiques processuelles » (Vienne et Allard, 2005 : 134) ; elle correspond davantage à un ensemble d’objets, de pratiques et de savoirs qui permettent aux Amérindiens de se définir auprès des visiteurs. Elle apparaît précisément comme « détachée du vécu », « considérée à distance » et, en tant que telle, elle devient « un élément d’information que l’on peut fournir à autrui » et « un signe d’identité » (Erb, 2001 : 95). La mise en scène d’éléments dits culturels permet aux Amérindiens de rendre tangible leur identité et d’afficher leur existence actuelle. Les populations amérindiennes sont inscrites au sein du paysage, engendrant un phénomène de « naturalisation de la culture » (Blanc, 2010), où leur présence apparaît comme une caractéristique du lieu lui-même. Il s’agit là de l’un des enjeux principaux de ces dispositifs : montrer aux visiteurs que, loin d’appartenir au passé, les Amérindiens font partie intégrante de la société contemporaine et entretiennent des liens dits « culturellement saillant » aujourd’hui encore avec le Grand Canyon. Les intervenants amérindiens peuvent ainsi renverser le stigmate négatif qui entoure l’identité amérindienne dans la société états-unienne en mettant en valeur un « patrimoine » amérindien digne d’être préservé et mis en scène. Les modalités de mise en scène touristique des populations amérindiennes leur permettent également de faire passer les Amérindiens du statut d’objet de consommation à celui de sujet : les intervenants deviennent des spécialistes de leurs cultures respectives et du Grand Canyon auprès des visiteurs. De plus, ils sont rémunérés et peuvent mettre en vente les objets qu’ils exposent. Ils bénéficient ainsi de revenus économiques liés au rayonnement touristique du Grand Canyon.

29La mise en scène des populations amérindiennes dans le parc national n’est pas sans servir les intérêts du NPS également : elle participe en effet à l’attractivité du Grand Canyon et renforce la légitimité du NPS dans la gestion du lieu. Pour le responsable de la division de l’interprétation, par le truchement des intervenants amérindiens, le NPS procure aux visiteurs « a totally different experience » du Grand Canyon : une expérience des cultures amérindiennes du Sud-Ouest américain. D’après lui, par la présence d’intervenants avec lesquels les visiteurs peuvent interagir, le dispositif mis en place dans le parc national leur en offre la meilleure expérience qui soit.

30En outre, la présence et les usages du lieu par les populations amérindiennes sont ainsi contrôlés par le NPS. L’agence fédérale les autorise dans le cadre d’une mise en scène culturelle et touristique, qui améliore l’offre culturelle du parc national sans remettre en cause sa gestion par le NPS. Rappelons que les populations amérindiennes ont été exclues des lieux au nom de la préservation de la wilderness. À la fin de son ouvrage portant sur la création de la wilderness dans les parcs nationaux par l’exclusion des résidents amérindiens, Spence (1999) espérait qu’à l’avenir les parcs nationaux proposent une redéfinition épistémologique de la notion de wilderness, abolissant la séparation artificielle entre « nature » et « culture » qu’elle suppose et donnent à penser la manière dont les humains ont historiquement façonné ce qu’ils définissent comme la « nature ». Un souhait que l’on peut toujours émettre car, à l’heure actuelle au Grand Canyon, la notion de wilderness en tant qu’espace où l’homme n’est qu’un visiteur qui ne demeure pas a toujours le vent en poupe. Le Grand Canyon est présenté comme un espace naturel, dont le NPS définit les caractéristiques de manière objective, et qui sert de support aux perceptions et à une histoire cette fois-ci culturelles du lieu. La matérialisation des populations amérindiennes dans l’espace du parc national illustre ce paradigme : depuis une vingtaine d’années, les populations amérindiennes apparaissent comme une ressource culturelle supplémentaire du parc, dont la mise en scène vient enrichir l’expérience que peuvent en faire les visiteurs. La reconnaissance de leurs liens historiques et contemporains avec le Grand Canyon s’est ainsi traduite par une mise en tourisme de leurs cultures respectives, davantage que par une transformation de la définition de la nature du NPS et son articulation avec le domaine de la culture. Ainsi, ce qui est matérialisé dans l’espace, c’est davantage la reconnaissance sociale des liens entre ces groupes et le Grand Canyon que leur vision de l’espace ou du lieu. Ce faisant, le NPS a intégré les perceptions amérindiennes du lieu au modèle naturaliste par lequel il gère le parc national.

*
* *

31Si chaque visiteur est invité à faire une expérience individuelle du Grand Canyon, le cadre de cette expérience se veut restreint. Par ces dispositifs matériels et discursifs mis en place pour assurer et améliorer l’accès au canyon, le NPS souhaite optimiser l’expérience que feront les visiteurs en les sensibilisant à des éléments qui, faute d’explicitation ou de mise en visibilité, leur seraient restés invisibles ou inaccessibles. Ce faisant, le NPS contrôle et limite également l’appréhension et les perceptions du lieu, en les réduisant à celles qu’il propose et qu’il fixe. Plus spécifiquement, nous avons vu que les mécanismes interprétatifs mis en place par le NPS naturalisent sa perception du lieu et visent à assurer la reproduction aux yeux de chaque visiteur d’une expérience d’apparition du Grand Canyon en tant que splendeur naturelle et culturelle, devant laquelle s’émerveiller. L’appropriation individuelle de cette perception est essentielle à la pérennité du parc national, car elle permet de légitimer auprès des visiteurs son existence en mettant en valeur ses ressources que l’agence fédérale a pour mission de préserver.

32Or, derrière ces dispositifs, c’est toute une armature naturaliste qui se déploie, en dépit de l’annonce de son obsolescence en sciences sociales. L’articulation entre éléments de la nature et éléments de la culture qui structure actuellement le parc national traduit une reconfiguration ambivalente des rapports de pouvoir entre les populations amérindiennes et le NPS. En premier lieu, elle établit une hiérarchie entre le NPS et les scientifiques, chargés de la gestion et de la définition de la nature, et les populations amérindiennes, qui apparaissent dans le paysage en qualité de « ressources culturelles ». À l’appréhension scientifique de la nature par le NPS, pensée comme universelle, s’ajoute une appréhension dite culturelle, amérindienne, et donc singulière du lieu. Les populations amérindiennes sont maintenues dans une position périphérique dans le parc national tandis que l’intervention de l’État dans la gestion de la nature demeure justifiée.

33Toutefois la dichotomie nature-culture est instrumentalisée par les intervenants amérindiens à des fins économiques et politiques. D’une part, la mise en scène de leur culture leur assure une visibilité en tant que culture et groupe légitime à être entendu au sujet de la gestion du Grand Canyon. Les populations amérindiennes passent du statut de population disparue (vanished civilization) et d’objet de consommation à celui de spécialistes habilités à divulguer des informations légitimes et officielles au sujet du Grand Canyon. D’autre part, leur intervention à la Desert View Watchtower, par la mise en scène de leur culture auprès des visiteurs, leur permet de bénéficier économiquement du rayonnement touristique du parc national.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, Michael F.
1998 Living at the edge : Explorers, exploiters, and settlers of the Grand Canyon Region (Grand Canyon, Grand Canyon Association).

2000 Polishing the jewel : An administrative history of Grand Canyon National Park (Grand Canyon, Grand Canyon Association).

Anderson, David G. et Berglund, Eeva (éd.)
2003 Ethnographies of conservation : Environmentalism and the distribution of privilege (New York, Berghahn Books).

Arasse, Daniel
2000 On n’y voit rien : descriptions (Paris, Denoël).

Bednar, Robert M.
2012 Being here, looking there, in T. Patin (éd.), Observation points : The visual poetics of National Parks (Minneapolis, University of Minnesota Press) : 1-28.

Bellier, Irène
2007 La participation des Peuples autochtones aux Nations unies : intérêts et limites d’une présence institutionnelle, in C. Neveu (éd.), Cultures et pratiques participatives : perspectives comparatives (Paris, L’Harmattan) : 175-192.

Berque, Augustin
1995 Les raisons du paysage : de la Chine antique aux environnements de synthèse (Paris, Hazan).

Blanc, Guillaume
2010 Protection de la nation et construction de la nature : une histoire des parcs nationaux français depuis 1960 (Cévennes, Pyrénées et Vanoise), Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 107 : 131-144 ; DOI : 10.3917/vin.107.0131.

Burhnam, Philip
2000 Indian country, God’s country : Native Americans and the national parks (Washington DC, Island Press).

Carneiro da Cunha, Manuela
2010 Savoir traditionnel, droits intellectuels et dialectique de la culture (Paris : Éditions de l’Éclat).

Catton, Theodore
1997 Inhabited wilderness : Indians, Eskimos, and national parks in Alaska (Albuquerque, University of New Mexico Press).

Clément, Eugénie
2020 Ethnographier les résistances diné, Terrains ethnographiques nord-américains, en ligne : https://tena.hypotheses.org/1375.

Cronon, William
1995 The trouble with wilderness ; or, getting back to the wrong nature, in W. Cronon (éd.), Uncommon ground : Rethinking the human place in nature (New York, W. W. Norton & Co.) : 69-90.

Descola, Philippe
2005 Par-delà nature et culture (Paris, Gallimard).

2007 Postface : les coulisses de la nature, Cahiers d’anthropologie sociale, 3 : 123-127 ; DOI : 10.3917/cas.003.0123.

Erb, Maribeth
2001 Le tourisme et la quête de la culture à Manggarai, Anthropologie et Sociétés, 25 (2) : 93-108 ; DOI : 10.7202/000235ar.

Fairley, Helen
2003 Changing river : Time, culture, and the transformation of landscape in the Grand Canyon (Tucson, Statistical Research Inc.).

Ferguson, T. J.
1997 Oonga, Öngtupka, Niqw Pisivayu (Salt, Salt Canyon, and Colorado River), the Hopi People and the Grand Canyon (Kykotsmovi AZ, Hopi Cultural Preservation Office).

Gulliford, Andrew
2000 Sacred objects and sacred places : Preserving tribal traditions (Boulder, University Press of Colorado).

Hart, Richard E.
1995 Zuni Glen Canyon environmental studies ethnohistorical report (Seattle, Institute of the North American West).

Hirst, Stephen
2008 A Havasupai homeland becomes a national park, in T. Berger (éd.), Reflections of Grand Canyon historians : Ideas, arguments, and first-person accounts (Grand Canyon, Grand Canyon Association) : 45-52.

Hualapai Tribe
1993 Ethnographic and oral history survey for Glen Canyon environmental studies and the Glen Canyon dam environmental impact statement (Flagstaff, USDI Bureau of Reclamation.

Hughes, J. Donald
1978 In the house of stone and light (Grand Canyon, Grand Canyon Association).

Ingold, Tim
2000 The perception of the environment : Essays on livelihood, dwelling and skill (New York, Routledge).

Jacoby, Karl
2001 Crimes against nature (Berkeley, University of California Press).

Journée-Duez, Aurélie
2020 Artistes femmes, queer et autochtones face à leur(s) image(s) : pour une histoire intersectionnelle et décoloniale des arts contemporains autochtones aux États-Unis et au Canada (1969-2019), thèse de doctorat, EHESS Paris.

Keller, Robert H. et Turek, Michael Francis
1998 American Indians and national parks (Tucson, University of Arizona Press).

Lago, Don
2015 Grand Canyon : A history of a natural wonder and national park (Reno, University of Nevada Press).

Liebmann, Matthew
2008 Postcolonial cultural affiliation : Essentialism, hybridity, and NAGPRA, in M. Liebmann et U. Z. Rivzi (éd.), Archaeology and the postcolonial critique (Lanham, Altamira Press) : 73-90.

McLerran, Jennifer
2013 The other spectacle : Navajo weavers at Grand Canyon National Park, in R. D. Quartaroli (éd.), A rendez-vous of Grand Canyon historians : Ideas, arguments, and first-person accounts (Flagstaff, Grand Canyon Historical Society) : 79-86.

Morehouse, Barbara J.
1996 A place called Grand Canyon : Contested geographies (Tucson, University of Arizona Press).

Nabokov, Peter et Loendorf, Lawrence
2004 Restoring a presence : American Indians and Yellowstone National Park (Norman, University of Oklahoma Press).

Nash, Roderick
2001 Wilderness and the American mind (New Haven, Yale University Press).

National Park Service
2006 National park service management policies (Washington DC, US Government Printing Office).

Neumann, Mark
2001 On the rim : Looking for the Grand Canyon (Minneapolis, University of Minnesota Press).

Parker, Patricia L. et King, Thomas F.
1990 Guidelines for evaluating and documenting traditional cultural properties, National Register Bulletin, 38 (Washington DC, USDI National Park Service).

Patin, Thomas (éd.)
2012 Observation points : The visual poetics of national parks (Minneapolis, University of Minnesota Press).

Pyne, Stephen J.
1999 How the canyon became grand : A short history (New York, Penguin Books).

Roberts, Alexa, Begay, Richard M. et Kelley, Klara B.
1995 Bits’iis Nineeze (The River of Neverending Life), Navajo History and Cultural Resources of the Grand Canyon and the Colorado River (Window Rock, Navajo Nation Historic Preservation Department).

Rolland-Francis, Raphaëlle
2011 Au cœur des rochers : anthropologie du canyon de Chelly, parc national en terre navajo (Paris, L’Harmattan).

Selmi, Adel
2006 Administrer la nature : le parc national de la Vanoise (Paris, Éditions de la MSH/Quae).

Selmi, Adel et Hirtzel, Vincent (éd.)
2007 Gouverner la nature (Paris, L’Herne) [Cahier d’anthropologie sociale, 3].

Shepherd, Jeffrey P.
2010 We are an Indian nation : A history of the Hualapai people (Tucson, University of Arizona Press).

Spence, Mark David
1999 Dispossessing the wilderness : Indian removal and the making of the national parks (New York, Oxford University Press).

Starn, Orin
2011 Here come the anthros (again) : The strange marriage of anthropology and Native America, Cultural Anthropology, 26 (2) : 179-204 ; DOI : 10.1111/j.1548-1360.2011.01094.x.

Stoffle, Richard W., Halmo, David B., Evans, Michael J. et Austin, Diane E.
1994 Piapaxa `Uipi (Big River Canyon) : Southern Paiute Ethnographic Resource Inventory and Assessment for Colorado River Corridor, Glen Canyon National Recreation Area, Utah and Arizona, and Grand Canyon National Park, Arizona (Tucson, University of Arizona, Bureau of Applied Ethnology).

United States, National Park Service et Denver Service Center
1995 General Management Plan : Grand Canyon National Park, Arizona (Denver, US Dept. of the Interior, National Park Service, Denver Service Center).

Vandenabeele, Valérie
2014 Les nouveaux horizons des Tibétains du Pudacuo : politique, conservation et globalisation dans le premier parc national de Chine (Shangri-La, Yunnan), thèse de doctorat, Université Paris Ouest Nanterre la Défense.

Vienne, Emmanuel de et Allard, Olivier
2005 Pour une poignée de dollars ?, Cahiers des Amériques latines, 48-49 : 127-145 ; DOI : 10.4000/cal.7907.

West, Paige, Igoe, James et Brockington, Dan
2006 Parks and peoples : The social impact of protected areas, Annual Review of Anthropology, 35 : 251-277 ; DOI : 10.1146/annurev.anthro.35.081705.123308.

Youngs, Yolonda
2012 Editing nature in Grand Canyon National Park postcards, Geographical Review, 102 (4) : 486-509 ; DOI : 10.1111/j.1931-0846.2012.00171.x.

Haut de page

Notes

1 Cf. par exemple Anderson et Berglund, 2003 ; Blanc, 2010 ; Selmi, 2006 ; Selmi et Hirtzel, 2007 ; Vandenabeele, 2014 ; West et al., 2006.

2 Burnham, 2000 ; Catton, 1997 ; Cronon, 1995 ; Jacoby, 2001 ; Keller et Turek, 1998 ; Nabokov et Loendorf, 2004.

3 Cette enquête s’inscrit dans le cadre de ma recherche doctorale (2015-2021) portant sur le processus de redéfinition du Grand Canyon en tant qu’espace dit « culturellement saillant » pour onze populations amérindiennes et l’évolution de la place de ces populations dans la gestion du lieu.

4 Cf. par exemple Cronon, 1995 ; Descola, 2005 ; Ingold, 2000 ; Nash, 2001.

5 Sur l’histoire de la création du parc national du Grand Canyon, cf. notamment Anderson, 1998, 2000 ; Hughes, 1978 ; Lago, 2015 ; Morehouse, 1996 ; Pyne, 1999.

6 Certains dispositifs fonctionnent en l’absence même d’une visite du lieu. Youngs (2012) propose une analyse de 259 cartes postales du Grand Canyon éditées au cours du xixe siècle en montrant notamment comment elles participaient au façonnement des attentes et des représentations du lieu de la population, orientées autour des notions de nature sauvage, de grandeur et de beauté scénique.

7 Ferguson, 1997 ; Hart, 1995 ; Hualapai Tribe, 1993 ; Roberts et al., 1995 ; Stoffle et al., 1994.

8 Parker and King, 1990. La signification culturelle traditionnelle d’une propriété est la signification qui provient du rôle que la propriété joue dans les croyances, coutumes et pratiques historiquement ancrées d’une communauté. « A traditional cultural property, then, can be defined generally as one that is eligible for inclusion in the National Register because of its association with cultural practices or beliefs of a living community that (a) are rooted in that community’s history, and (b) are important in maintaining the continuing cultural identity of the community » (ibid. : 1). Parker et King soulignent l’importance de la préservation de ce type de sites dans la mesure où ils jouent un rôle non négligeable dans l’identité d’un groupe et sa perpétuation. C’est donc à la fois l’ancrage du site dans le passé du groupe, son utilisation actuelle, et les ressources qu’il représente pour le futur, qui en font un site éligible au sein du Registre national des lieux historiques américains.

9 McLerran, 2013 ; Neumann, 2001 ; Rolland-Francis, 2011 ; Spence, 1999.

10 Les modalités contemporaines de mise en scène des cultures amérindiennes dans le parc national s’inscrivent dans un contexte de critique décoloniale et de lutte pour le droit à la parole légitime des populations amérindiennes, qui s’exprime dans une multitude d’autres domaines de la vie sociale, politique, intellectuelle et culturelle états-unienne. Depuis la participation aux Nations Unies (Bellier, 2007) jusqu’à l’affirmation de la présence navajo par l’occupation politique d’un café dans une ville du sud-ouest des États-Unis (Clément, 2020), en passant par les pratiques photographiques contemporaines (Journée-Duez, 2020), la production d’écrits anthropologiques (Starn, 2011), le contrôle de leurs représentants avec l’ouverture de musées tribaux (Gulliford, 2000) ou encore la reprise en main de leurs sépultures et de leurs objets funéraires et sacrés par le biais du NAGPRA en particulier (Liebmann, 2008), les situations abondent où des individus revendiquent leur identité amérindienne, militent pour la reconnaissance de leur présence, de leurs droits territoriaux et politiques, de leurs cultures et pour leur accès à la parole légitime.

Haut de page

Table des illustrations

Titre ill. 1 – Lipan Point, au parc national du Grand Canyon
Crédits Cliché Julia Vogel
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/16907/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre ill. 2 – « The Best Section », gros plan sur un panneau informatif situé à Pima Point
Crédits Cliché Julia Vogel
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/16907/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre ill. 3 – Un sculpteur de fétiches zuni à Desert View durant l’été 2018
Crédits Cliché Julia Vogel
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/16907/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Vogel, « « What is the Grand Canyon ? » »Ateliers d’anthropologie [En ligne], 52 | 2022, mis en ligne le 20 octobre 2022, consulté le 06 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/16907 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ateliers.16907

Haut de page

Auteur

Julia Vogel

Docteure, Lesc-Erea – UMR7186, Université Paris Nanterre/CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison des Sciences de l'Homme - Monde
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search