Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série52Traquer les reptiliens, dévoiler ...

Traquer les reptiliens, dévoiler la vérité

Récits d’apparition et preuves vidéographiques de l’existence d’un complot
Tracking down reptilians, revealing the truth: apparition stories and video evidence of the existence of a conspiracy
Théophile Robert-Rimsky

Résumés

On trouve sur Internet des communautés qui partagent les preuves de l’existence d’une race d’humanoïdes reptiliens, dont le but est d’asservir et de dominer la race humaine. Ceux qui se sont éveillés à la réalité du complot se font appeler « chercheurs de vérité ». En explorant différentes ressources textuelles et vidéographiques, cet article essaie de reconstituer le trajet qui mène de l’ignorance du complot au savoir. Il tente de montrer comment une entité cachée devient « surperceptible », visible partout, et comment les chercheurs de vérité démontrent l’existence d’humanoïdes reptiliens. Il propose que les reptiliens, invisibles, deviennent trop visibles une fois mise en place une certaine forme d’enquête, qui joue comme un révélateur de la réalité du complot. Enfin, il invite à s’interroger sur ce que signifie la dynamique de ces communautés, autour de l’enquête qui démontre l’existence d’un invisible.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : enquêter sur les chercheurs de vérité

L’hypothèse reptilienne

1Il existe sur Internet une petite communauté dédiée à diffuser l’idée que les humains sont dominés par une race d’extraterrestres humanoïdes, les reptiliens, déguisés sous des masques humains. Ces êtres cachés se nourriraient de nous, et profiteraient de leurs pouvoirs ésotérique et politique pour faire taire la vérité. Ils seraient les maîtres du complot.

2En 1998, David Icke publie The Biggest Secret (Le plus grand des secrets). Le livre est un traité qui compile les preuves de l’existence d’une race reptilienne extraterrestre, les Anunakis, qui domine l’humanité en secret, depuis la nuit des temps. Icke a pris connaissance de ces événements grâce à la révélation d’un être qu’il appelle « Godhead ». Il explique avoir eu la révélation que ce groupe reptilien habite une colonie sur la face cachée de la lune et nous torture en vue d’exploiter nos énergies négatives. Les reptiliens femelles, qui peuvent transmettre les gènes reptiliens, s’accouplent avec les humains et donnent naissance à des hybrides (des shapeshifters, ou changeurs de forme), auxquels ils octroient le pouvoir. Ces derniers, en retour, sont leurs pantins. Parmi les « changeurs de forme » les plus connus, on retrouve la famille royale du Royaume-Uni, les Clinton, les Bush ou bien Barack Obama. Puisque les reptiliens se nourrissent des énergies sexuelles et négatives des êtres humains, les changeurs de forme accomplissent pour eux des rites sanglants et sexuels en vue de nous tourmenter : sacrifices humains, pédophilie, viols, cannibalisme. C’est parce qu’ils changent parfois involontairement de forme qu’on peut, sur des temps très courts, parvenir à reconnaître leurs traits reptiliens.

3Bien que Icke ait été ridiculisé par les médias anglais, il a su trouver un public. Pour ceux qu’il a convaincus, le discours médiatique qui ne cesse de le tourner en ridicule est le fait d’un complot. Le complot cache une réalité qu’une petite partie des hommes seulement sait percevoir. Ces hommes sont l’avant-garde d’une nouvelle ère. Sa manière de communiquer touche au plus profond les individus qui le lisent, puisqu’ils trouvent avec la vision ickéenne une manière de comprendre ce qu’ils percevaient avant. « Chercheurs de vérité » (truthseekers), ainsi qu’ils se dénomment, ils racontent leur rencontre avec les reptiliens. Ils découpent des vidéos qui contiennent la preuve de l’existence de ces extraterrestres démoniaques. Sur celles-ci, on voit les masques humains tomber. Les yeux se déforment, la langue se double, les dents deviennent tranchantes. Bien qu’ils ne soient pas nombreux, les tenants de l’hypothèse reptilienne sont très actifs sur Internet. On trouve des vidéos de ces transformations par centaines sur la toile.

4Autour de ces apparitions, les chercheurs de vérité proposent un système épistémologique défini par le doute et le soupçon, dans un monde où le complot est conçu comme la force politique majeure, systémique et invisible. Pour les chercheurs de vérité, l’adhésion à la théorie semble résider dans la puissance explicative du système de preuve pour dévoiler cet invisible. Mais quel est cet invisible ? Alors qu’on nous cacherait le plus grand des secrets, tous les signes seraient néanmoins instantanément visibles pour ceux qui savent lire — ceux à qui la vérité a été révélée. Les « chercheurs de vérité » sont des quasi-prophètes, mais ils sont aussi de potentiels martyrs. Dangereux, les reptiliens sont aussi potentiellement invincibles. Les rencontrer et les combattre, c’est risquer son intégrité et sa vie.

5En tirant sur le fil du complot reptilien, on rencontre une autre réalité qui, derrière le mensonge du discours institutionnel et médiatique, vient se greffer comme la réalité sur la réalité que nous décrivent les institutions (Boltanski, 2012) ; réalité qui pourtant ne semble avoir d’unité dans aucun fait tangible, mais bien plutôt dans les instances mêmes de son dévoilement. Ce n’est pas dans l’invisible, mais dans le quasi-visible qu’il s’agit de découvrir la vérité, dans les interstices des tissus politique et social, quasi-visible qui peu à peu vient occuper tout l’espace. Mais comment dévoiler la réalité ? Quels dispositifs d’enquête permettent aux chercheurs de vérité de statuer sur le réel, et de construire par-là même une épistémologie et une ontologie de l’invisible ? Et que disent ces modes d’enquête sur la constitution de leur croyance dans l’invisible ?

6Dans cet article, je propose que l’on s’intéresse à la forme d’invisible sur laquelle enquêtent les traqueurs de reptiliens. En regardant le contenu laissé par les chercheurs de vérité sur les plateformes de partage vidéo, les forums, les sites d’information alternative, j’essaie ici de donner une image de la croyance dans l’humanoïde reptilien. Plutôt qu’une ethnographie, je présente ici un ensemble de contenus et d’hypothèses sur la constitution du phénomène « complot ». En effet, les « complotistes » sont souvent présentés par les « non-complotistes » comme des imbéciles. Dans les médias, on s’amuse à leurs dépens ; leur existence à la marge interdit de prendre au sérieux leurs manières de voir et de comprendre le monde. Il me semble pourtant que la catégorie d’êtres sur laquelle ils enquêtent, ainsi que le mode d’enquête qu’ils utilisent, révèle quelque chose sur la manière dont apparaît le complot comme forme d’invisible. En éclairant les modes de communication en ligne de cette communauté, j’espère éclairer les modes de constitution de l’apparition des reptiliens.

L’hypothèse de l’enquête

7Plusieurs problèmes méthodologiques se posent par rapport au contenu de cet article. Ce que je rassemble ici est parcellaire et n’a pas l’ambition de proposer une analyse proprement anthropologique ou sociologique du phénomène. Tout d’abord, il m’est impossible de statuer sur l’identité ou même le profil des individus qui publie le contenu sur les sites de partage. Il me semble en revanche possible d’analyser ces contenus autrement qu’en les contextualisant vis-à-vis des conditions sociologiques de leur émergence et de leur circulation. De ce point de vue, cet article fonctionne plus comme une série d’hypothèses, comme une proposition méthodologique préliminaire, que comme une monographie. C’est un « préalable » au sens de Favret-Saada (1992) : il s’agira de s’intéresser, en somme, aux conditions d’apparition et de démonstration de l’existence des reptiliens, en décrivant le processus par lequel le chercheur de vérité passe du doute et du soupçon à la certitude. Il faudra s’efforcer pour cela d’éviter les écueils usuels, en se gardant d’interpréter les croyances ickéennes selon des facteurs exogènes — les biais cognitifs, la position politique, la maladie mentale — bien que ces recours interprétatifs puissent sembler justifiés au regard de la difficulté de circonscrire un groupe ou un sous-groupe de croyants clairement constitués. Après tout, les individus dont je parle ici n’ont pas de points communs apparents et s’ils trouvent un espace commun de dissémination d’idées sur Internet, il est difficile de les retrouver en tant que communauté constituée hors de ces espaces. Les informations que l’on peut rassembler sur eux sont superficielles, mais l’on peut tout de même recueillir certains indices qu’ils laissent çà et là : un profil succinct, le contenu d’une chaîne YouTube, des commentaires laissés sur d’autres contenus, des liens extérieurs auxquels ils renvoient. Très souvent, bien que rien ne permette d’établir qui sont véritablement les auteurs de ces énoncés, des références et des méthodes communes permettent de soulever des hypothèses sur la nature de leur activité de « chercheur de vérité ».

8Je me fonderai principalement sur un texte annoté de David Icke et sur des témoignages vidéographiques produits par des chercheurs de vérité. Internet est un espace florissant d’interactions qui se suffit à lui-même pour construire des communautés autour d’une représentation, que les discussions, réflexions et enquêtes communes permettent de mettre au jour. Ces interactions sont, par ailleurs, aidées par l’ergonomie particulière des algorithmes de YouTube, qui lient les vidéos les unes aux autres ; chercher des vidéos sur le sujet amène automatiquement, machinalement même, à en regarder d’autres (Bronner, 2013). YouTube, et ce malgré l’implémentation de règles de modération de plus en plus strictes, aide sans le vouloir les chercheurs de vérité dans leur quête, et l’on trouve d’ailleurs sur les sites complotistes un foisonnement de vidéos partagées qui, toutes, renvoient les unes aux autres. J’ai tendance à croire que, de ce fait, les vidéos finissent par être visionnées en chaîne : ceux qui ont été pris par le processus d’enquête se retrouvent dans une chaîne de visionnage de preuves qui renforcent l’impression de vérité.

9Ainsi, en dépit des nombreuses difficultés méthodologiques qu’ils présentent, ces objets disséminés sur Internet par les chercheurs de vérité présentent un véritable intérêt pour l’anthropologue qui s’intéresse à l’invisible et au complot. Les enquêtes des « chercheurs de vérité » sont menées dans des cadres participatifs, au sein desquels on s’efforce de démontrer l’existence des reptiliens. Dans la théorie reptilienne, peut-être comme dans la plupart des théories du complot, les membres soupçonnés des conjurations et conspirations secrètes n’apparaissent que par intermittence. Ces individus ambigus et dangereux ne révéleraient leur véritable nature qu’entre eux, quand ils sont cachés des regards. Parfois, pourtant, ils laisseraient glisser des indices qui indiqueraient leur vraie nature. Ils rappellent de ce point de vue la théorie de « l’imperception » d’Arnaud Esquerre (2016) : comme les extraterrestres, leur mode d’existence est d’apparaître et de disparaître avant qu’on ait pu vraiment les voir, se soustrayant à l’explication rationnelle. Ils ne se dévoilent aux yeux du monde que par hasard ou par défi. De par les modalités mêmes de leur apparition, ils appellent ceux à qui ils se sont montrés à engager une enquête.

10Mais nos reptiliens diffèrent des extraterrestres d’Esquerre par la matérialité des supports de la preuve. Dans notre cas, les sources vidéographiques font apparaître un trop-plein de visible : cette langue, ces yeux, ces dents sont évidemment des organes reptiliens. De la première rencontre avec un reptilien au partage de preuves matérielles, le chercheur de vérité voit partout les traces du complot. Il n’est d’ailleurs jamais absolument certain que les matériaux prouvent bien l’existence des reptiliens : les organisateurs du complot sont trop intelligents pour se laisser voir facilement. Pourtant, ils signalent partout et tout le temps leur existence, à travers des signes explicites : un caducée, une gargouille, le serpent biblique. Une révélation première fonctionne comme un sésame, qui engage l’individu dans la communauté des chercheurs de vérité : après avoir « imperçu » une entité reptilienne, on demande la validation d’un groupe en passant par le médium du témoignage ou de la preuve vidéo et de son partage. Imperçue, mais recensée, racontée, puis fixée par la matérialité d’un enregistrement. Ces enregistrements passent aussi par des « épreuves » (Boltanski, 2009), en subissant le joug d’une communauté plus large, une forme de peer-review. Ces épreuves chargent de sens des matériaux qui, sans l’interprétation de la communauté, n’auraient jamais pu être lus pour leur signification véritable. L’enjeu de cet article, c’est de proposer le squelette ou les prolégomènes d’une « enquête sur l’enquête » (Boltanski, 2012), pour donner des pistes d’interprétation sur le chemin qui mène les chercheurs de vérité d’une imperception individuelle à ce que j’appellerai une « surperception » collective.

11Par surperçu, j’entends le passage d’une perception à une autre ; le « moment » où l’être invisible, être difficile à percevoir, devient être perçu partout. Cette surperception est le résultat d’une validation collective : d’autres « surpercevant » eux aussi un être difficile à percevoir viennent confirmer que les signes sont bien révélateurs d’un invisible. Dans les analyses d’Esquerre, l’invisible apparaît, puis disparaît, avant qu’il n’ait pu se laisser identifier. Or, dans notre cas, l’apparition se laisse percevoir pleinement grâce à des méthodes d’analyse des images, et l’on construit des preuves grâce au découpage de ces images, allant chercher dans les images le moindre détail qui montre qu’untel est reptilien. Le surperçu, en ce sens, est ce qui intervient après que l’on a déjà eu un contact avec un reptilien, quand on a trouvé validation auprès d’un collectif. La surperception est le moment où les apparitions se mettent à peupler constamment le monde du chercheur de vérité, qu’elles deviennent une évidence, qu’elles appellent à des heuristiques de la preuve plutôt que du doute et du soupçon. La surperception est aussi le moment où l’on peut enfin dire que l’on n’est ni paranoïaque, ni fou, mais éclairé. Paradoxalement, elle renforce l’obsession et la paranoïa vis-à-vis d’ennemis ultimes, supérieurs, tout à la fois omniprésents et constamment cachés. Dans la reconstruction que je propose, la surperception institue le reptilien comme tel, autour d’un certain nombre d’épreuves individuelles et collectives. Grâce au passage par des épreuves, au sens de Boltanski, de validation des preuves, les traqueurs de reptiliens valident pour eux-mêmes et pour les autres tenants de l’hypothèse ickéenne l’existence d’un invisible.

12Je propose d’utiliser ici la terminologie de l’enquête pour comprendre comment fonctionne la preuve pour les « chercheurs de vérité ». Les enquêtes se déploient autour d’une sémiotique des traces, des indices et des signes (Ginzburg, 2013). Il y a d’une part des traces qui sont involontaires, comme les empreintes laissées par un animal : dans notre cas, si l’on prend la perspective du chercheur de vérité, ces traces fonctionnent comme des indices qui désignent les individus comme reptiliens. Il y a d’autre part des signes, volontaires ou non, qui seront interprétés comme s’ils étaient révélateurs : un langage ambigu, une manière d’être qui les révèlent au monde, souvent pour se reconnaître ou se glorifier entre eux, avec une ironie et un cynisme qui ne laisse de fâcher les chercheurs de vérité. Notre hypothèse est qu’en faisant converger les sources disponibles pour reconstruire l’enquête que produisent les chercheurs de vérité, il deviendra possible de comprendre le mode d’apparition des reptiliens, et ce qui conduit l’utilisateur des réseaux sociaux, dès lors, à croire que les reptiliens existent. En suivant les traces que laissent les enquêteurs, il s’agira donc de remonter, petit à petit, jusqu’à l’apparition d’un invisible, afin de mettre en relief ce qui constitue la croyance dans le reptilien.

13Dans cet ordre, on comprendra l’intérêt des chercheurs de vérité pour la preuve par l’image. Ces preuves et les débats qui les entourent, je pense, nous permettront de comprendre aussi comment les interactions en ligne façonnent l’épistémologie des chercheurs de vérité ; comment la preuve est construite comme fait, comment l’enquête permet la construction d’une connaissance collective selon des modes bien spécifiques à la recherche de vérité.

Faire sens de l’imperçu

Texte et paratexte

  • 1 J’ai commencé à m’intéresser à cette forme particulière de complotisme en consultant le blog de Lau (...)

14Courant 2017, j’ai commencé cette enquête peu après m’être intéressé au personnage de David Icke, en suivant plusieurs chaînes de vidéos complotistes qui m’avaient conduit jusqu’à lui1. J’ai, par la suite, acheté une copie d’occasion de The Biggest Secret (Icke, 1998), qui est marquée par de nombreuses annotations dans la première partie — un paratexte écrit par un ancien lecteur (ill. 1).

ill. 1 – Paratexte anonyme d’un ancien lecteur de mon édition de The Biggest Secret de David Icke

ill. 1 – Paratexte anonyme d’un ancien lecteur de mon édition de The Biggest Secret de David Icke

Ce paratexte est le premier indice d’une lecture indigène ; en se référant au texte, en y faisant des analogies constantes, il présente l’image d’un lecteur comprenant progressivement ses propres révélations. Le lecteur a eu une apparition : un rêve ou un cauchemar qui lui a révélé la présence d’un reptilien, signalé dans la marge à de nombreuses reprises dans le texte ; un événement marquant, la mort d’un certain Tony, est lié aux révélations subséquentes ; enfin, le lecteur semble conclure sur l’effet qu’a eu sa lecture sur lui : « silence must be heard ». Le lecteur trouve une interprétation dans les visions ickéennes, qui le poussent aussi à prendre la parole.

15Ce paratexte n’a de sens qu’en relation avec le texte d’Icke, qui liste les propriétés connues des reptiliens à partir de sources archéologiques, bibliques, historiques ; or le lecteur souligne les éléments pertinents par rapport à ce qu’il a lui-même expérimenté : des signes d’une nature (ou surnature) reptilienne ; des particularités physiologiques de l’apparition, des doigts, du nez et des yeux bleus. Les apparitions prennent sens à mesure qu’elles peuvent être mises en relation avec un récit cosmologique. La révélation de l’existence des reptiliens, semble dire le paratexte, est moins le moment de la vision que le fait qu’elle puisse acquérir du sens par analogie avec l’expérience d’Icke. Sans communauté d’expérience, ne reste que la possibilité d’être isolé, fou et paranoïaque.

16Bien qu’il nous soit impossible de faire la généalogie de la croyance de notre lecteur, il semble que le contact avec de multiples entités le pousse à chercher une explication à ce qu’il interprète comme des visions. Cette entrée en relation avec diverses entités, de différentes natures — humaine, défunte, reptilienne — est à la fois une révélation qui inaugure un parcours de chercheur de vérité et une trace que la recherche de la vérité intervient avant que ne soit trouvée une explication certaine. L’interaction avec une multiplicité d’agents dans une dimension qui semble transcender la réalité ordinaire, de l’ordre du rêve ou du cauchemar, révèle une réalité cachée. Cette réalité semble alors englober toute la vie antérieure de l’individu qui vient d’être pris par l’hypothèse reptilienne. Le livre en fournit une explication. Le faisceau de signes qui a été donné engage le renouvellement d’une quête de sens antérieurement commencée, qui ne trouve de réponse que dans un faisceau de preuves convergentes, par analogie avec l’expérience d’un autre, le tout validant l’intuition déjà pressentie.

17Deux manières d’apparaître nous sont, si l’on combine texte et paratexte, présentées ; tout d’abord, une apparition dans l’infra-réalité, comme si parfois le voile semblait se soulever tout seul à travers certains signes et dans le flux ordinaire de la communication humaine (« at first looked quite human… »), puis dans une réalité autre, transcendantale, qui s’impose au témoin comme une réalité alternative (« MY DREAM BACK IN THE 1990s »). Le statut de ce paratexte nous informe sur la démarche du chercheur de vérité. Les indices laissés par l’ancien lecteur font référence à un faisceau d’expériences personnelles profondes, altérantes, traumatisantes. Parmi les souvenirs qu’ont laissé ces expériences, certains sont saillants et demandent à être interprétés. Mais comment interpréter des souvenirs qui laissent une impression si décousue ? Et que se passe-t-il si personne dans l’entourage ne comprend la valeur sémiotique des traces laissées par l’expérience personnelle ?

18Le paratexte nous donne un élément de réponse. L’événement perçu dans ce qui se donne à voir comme une dimension nouvelle ne peut être oublié. Le traumatisme qu’il provoque demande enquête. Quand les explications rationnelles ne suffisent plus, le chercheur de vérité engage une quête qui ne trouve de fin qu’avec l’explication recherchée. Dans les termes qu’emploie Lagrange, « le lecteur [de textes ésotériques] ne cherche pas à accumuler un savoir, mais à trouver une grille qui lui permette d’interpréter le réel et de donner sens à la situation qui est la sienne. Une partie de cette littérature n’est plus rédigée dans l’intention de faire circuler un savoir mais dans le but de provoquer un changement chez le lecteur, une prise de conscience » (Voisenat et Lagrange, 2005 : 60).

19Comme l’explique ailleurs Voisenat, une des caractéristiques de la littérature Nouvel Âge est de « [perturber] la notion d’autorité en situant le savoir en soi et non comme provenant d’une source extérieure […] » (Voisenat et Lagrange, 2005 : 92). Et puisque l’autorité est mise à mal, le lecteur est mis dans une « posture participative », où il contribue par son expérience à la littérature. Le paratexte de mon exemplaire du livre de David Icke montre à quel point le chercheur de vérité attendait une explication à son expérience personnelle, et quel rôle joue ce texte dans la validation de sa croyance. Les annotations révèlent ce qui fait communauté entre Icke et le lecteur. Parfois en majuscules, elles montrent aussi l’impression qu’ont produite rêves et cauchemars sur le sujet — une impression si forte qu’elle l’a laissé sans explication, sans voix, stupéfait — comme les fantômes peuvent laisser stupéfaits leurs victimes (Taylor, 1993). L’enquête cherche à recomposer le sens qui semble s’être évanoui lors du contact avec les entités reptiliennes. Cette communauté d’expérience permet la libération de la parole par la prise de conscience : on n’est plus fou, on est au contraire instruit, et il faut être entendu. L’enquête, en passant par la communauté d’expérience, permet de comprendre pourquoi cette expérience a laissé une trace émotionnelle si vive, indélébile, en donnant les outils de reconnaissance d’êtres qui se sont déjà, auparavant, révélés.

20La recherche engagée alors s’appuie sur des indices qui acquièrent une valeur de preuve, dès l’instant où ils sont envisagés selon les grilles de lectures des différents tenants de la théorie reptilienne. Ces grilles ont été initialement proposées par Icke, mais la dimension participative de la recherche fait qu’elles ont petit à petit été adoptées et transformées. Chaque signe peut potentiellement porter une valeur explicative, puisque sa valeur dépend de la charge expérientielle que le chercheur de vérité en a tiré. La force de diffusion de la théorie reptilienne est qu’elle prête un cadre explicatif à la sensation de la présence d’une altérité stupéfiante. Stupéfiante, parce qu’elle immobilise l’agent, soumis à des puissances qui l’habitent et le dominent. Comme épistémologie collective, elle fonctionne sur l’idée qu’une expérience partagée mérite explication. Vis-à-vis de l’avenir, elle promet les clés de la résistance aux entités les plus terrifiantes de l’Univers : s’engager dans la collectivité des chercheurs de vérité, c’est entrer dans un processus moral et politique, qui promet l’émancipation individuelle tout autant que la libération de l’humanité.

21Selon le récit qu’ils mettent eux-mêmes en scène, les chercheurs de vérité étaient auparavant passivement soumis à des puissances qu’ils ne pouvaient jamais pointer du doigt. En entrant dans cette communauté, ils sont non seulement devenus acteurs de leur propre existence, mais ils sont aussi devenus l’espoir de l’humanité tout entière. L’enquête joue le rôle performatif d’un rituel ; elle incite sans cesse le chercheur de vérité à se reconnaître comme voyant et combattant pour la sauvegarde de l’espèce humaine. Rituel d’interaction en chaîne (Collins, 2014 ; Goffman, 1998, 2007), l’enquête permet l’affirmation de soi comme agent par le biais d’une communauté informelle. L’appartenance à cette communauté informelle résulte de la reproduction du processus de construction de connaissance partagée. Au centre de l’hypothèse reptilienne, l’enquête apparaît comme le processus microsociologique de constitution d’une épistémologie qui permet l’identification de tout un chacun à une communauté de puissants sachants.

Changer de densités

22En publiant le récit des expériences dont ils ont été témoins et en les référençant, ceux qui cherchent une communauté avec qui construire des explications ont tôt fait de la trouver. Ceux qui ont rencontré des reptiliens publient donc leur récit sur des forums ou des plateformes de partage de contenu comme YouTube. Ces vidéos sont publiées par dizaines, visionnées des milliers de fois. Des mots-clés comme « reptilian encounter », « shapeshifter encounters » permettent de trouver des exemples à foison.

  • 2 À cet égard, le site francophone de Laurent Freeman, Lumière sur Gaia, est très riche de contenu. O (...)
  • 3 Pour un exemple de cosmologie chez un chercheur de vérité, voir l’article sur les densités d’existe (...)

23Il serait impossible de faire la généalogie de l’ontologie pluraliste qui a cours dans cette littérature en ligne ; elle trouve ses sources tant dans les mystiques indiennes et grecques que dans les textes occultes du xixe siècle. On y trouve fréquemment l’idée qu’il existe plusieurs dimensions ou « densités » d’existence et que les rencontres avec les reptiliens se font le plus souvent dans celle du rêve ou du cauchemar. Les dimensions, sur les différents sites que l’on a consultés2, peuvent varier de trois à une infinité. Le reptilien, dont les pouvoirs sont bien plus puissants que ceux de l’être humain, peut sans aucun problème jouer des densités d’existence, apparaître et disparaître sous un voile que très peu savent soulever3.

24Grâce à des pratiques diverses, comme la méditation, les humains peuvent avoir accès aux densités qui leur sont habituellement cachées. Il faut bien distinguer pourtant l’accès volontaire à ces densités d’existence de celui, forcé, par des entités reptiliennes qui viennent habiter nos rêves et se nourrir de notre force vitale.

  • 4 Cette vidéo, encore accessible en juin 2022, a été supprimée depuis. Je ne dispose plus que des not (...)

25Prenons un exemple tiré de YouTube. C’est une vidéo de Miss Wee, une jeune femme néo-zélandaise4. Pendant un voyage astral, elle rencontre un reptilien. Dans le monde astral, elle ne peut ouvrir les yeux : quand elle les ouvre, explique-t-elle, elle est renvoyée dans son corps physique. Elle s’oriente donc grâce à ses autres sens. Voici le récit de sa rencontre avec un reptilien :

[…] Anyways, so the next time I projected, I um, I focused on my mind’s eye again cuz that’s good, that gets me deep in, and, hum like, wrooot, wrooot, wrooot, and I tried, and I was in, and then I tried to open my eyes, but as I was trying to to open my eyes I could feel myself being pulled back into my physical body okay I’m gonna have to do this one blind, but it felt like I was gonna be there for a while. Sometimes I project myself and I’m there for like, one minute like, nothing I don’t accomplish anything at er… I barely have any experience and, shh, and, um and then I hear this voice say, you can have whatever you want, and I’m like, it was a male voice, and I’m like, oh, is that my higher self, and so I thought I was like, that wasn’t very profound, and then I get picked up by an entity, and they carry me, and they put me down, and then like rubbing down against the side of me, and I touched it, and it was really warm, like that hand that I was holding; what the fucking fuck is this?! And it shoved its tongue in my mouth and it was this snake’s tongue, and I thought holy fuck this is a reptilian, I’m getting, he was, I think he was trying to have sex with me, a reptilian was trying to have sex with my astro body, and like, do not fuck with me because I’ll beat the shit out of you and I bit its tongue off […] I could have woken up at this point and I thought, nah, I’m staying here, because I was deep in and I just thought I don’t know I wasn’t, I mean I was scared but I wasn’t scared enough to wake up, and so I scream out for my mum and I’m like MUUUUUUM and then I get picked up by these two Cantonese women […]

C’est la première rencontre astrale avec un reptilien de Miss Wee. L’identification est progressive ; tout d’abord, l’entité fait preuve de duplicité, son comportement est étrange et ressemble à une agression sexuelle. Elle a des caractéristiques qui paraissent structurellement contradictoires : la « chaleur » semble paradoxale avec l’état de reptile, animal froid par excellence, bien que l’énergie de l’entité puisse expliquer le contact chaud. L’identification se fait alors que l’entité touche avec sa langue notre narratrice ; elle appelle à la rescousse. Cependant, l’identification reste floue ; le pronom change, et l’entité est tout à la fois qualifiée comme étant masculine, neutre et plurielle.

26Ce témoignage nous montre que la rencontre d’un reptilien, c’est la rencontre d’un être étrange, paradoxal, difficile à percevoir. Au cours de cette première rencontre, l’identification du reptilien ne se fait que par traces et indices, tirés d’une expérience sensorielle incomplète. Les contradictions apparaissent comme des signes en plus de la surnature du phénomène.

27Nombreux sont les exemples de ce type de rencontres dans des mondes parallèles, où les reptiliens tentent de forcer un acte sexuel ou de séduire leurs victimes. Toutes les narrations ne finissent pas aussi bien. Ces rencontres, dangereuses, sont partagées comme mises en garde tout autant que sources de connaissance sur la nature réelle des reptiliens. Dans la narration ci-dessus, l’identification se fait quand la langue reptilienne pénètre la bouche de la jeune femme. Elle se fait à tâtons, trace après trace, jusqu’à ce qu’une partie du corps confirme quelle est la véritable identité de l’entité astrale.

28Les commentaires sont ambivalents. Certains sont fascinés par le courage de la jeune femme. Certains s’inquiètent de ce que la jeune femme risque si gros à s’aventurer dans une autre dimension ; est-elle poursuivie par des démons ? Est-elle capable de se protéger ? Pourquoi se laisse-t-elle tenter par des voyages si risqués ? En dehors des soucis d’opinions et de croyance s’installe, à plusieurs reprises, une paranoïa constitutive de l’enquête sur le reptilien. Le reptilien, après tout, est un être dangereux. Les deux années suivantes, Miss Wee ne publie pas de vidéo, ce qui inquiètent beaucoup les internautes. Est-ce le signe qu’elle est allée trop loin dans la recherche ?

Miss Wee are you still alive right ?

Are you okay ?

Miss Wee are you still alive or did [you] really predict your death ?

Le danger que représente une telle rencontre est bien réel pour la communauté, et suscite l’inquiétude des pairs. Entre fascination et effroi, le public de ces vidéos vient s’informer sur l’expérience de ceux qui ont rencontré des reptiliens.

29Pourquoi partager un tel récit ? Ces expériences ne sont-elles pas du ressort de l’intime ? Le récit de Miss Wee nous ramène au paratexte que nous avions commenté plus haut. Sans validation collective, ne fût-ce que d’un seul pair, l’expérience de la rencontre du reptilien n’a pas de valeur. Miss Wee n’a pas vu l’entité qui l’a agressée. Elle ne peut que faire l’hypothèse que c’était bien à ça qu’elle avait affaire, bien qu’elle soit sûrement par ailleurs convaincue de comprendre ce qui lui est arrivé. La communauté lui apporte le soutien et les interprétations possibles dont elle va nourrir ses explications. Et, en écoutant Miss Wee, la communauté s’est fait une frayeur. Elle a ranimé de bien vieux démons qui, d’habitude, occupent l’imaginaire, les textes religieux et spirituels plutôt que le quotidien. Elle a renforcé son opinion en ajoutant à l’exemplaire des reptiliens l’individu particulier que Miss Wee a rencontré ; elle a aussi ajouté une agression de plus à un inventaire, rempli par le flot continu de récits qu’elle trouve en ligne.

Les densités se brouillent

  • 5 La vidéo, consultée courant 2017, est malheureusement impossible à retrouver. Je dispose néanmoins (...)

30La deuxième rencontre dont je rendrai compte ici est censée s’être déroulée dans notre densité d’existence. C’est le récit de l’utilisateur « keyon life is golden », qui se décrit comme un homme afro-américain d’âge moyen, qui travaille comme agent d’entretien dans un hôpital5. Les densités se mélangent et se brouillent et notre chercheur de vérité voit se révéler la réalité, l’espace d’un instant.

[…] There was a nurse that came in that I never really seen before and you know and she’s a nice um Caucasian woman er – but she came and she was high energy you know there was a, a patient waiting outside er — so she came in the room that I was cleaning in it like er — not in a rude way but she was asking me when er, how soon can I get this room clean and you know and I work really hard and fast so I was working sweating and all that and I was like I can get it to you in the next ten minutes and I’m cleaning the room and err, and I’m walking past her and I’m like man, I’m sorry, I’m sweaty and stinky right now, cuz you know, and she was like oh that’s ok, you know, I’m sweaty and stinky when I work hard, and I’m walking past garbage way and I throw the garbage and I’m sweaty and I’m stinky right now, and she laughs and looks down and close her eyes and when she close her eyes another pair of eyes dropped down over the closed pair — um, it was reptilian, it had like, it had the alligator crocodile lid, and one was looking this way and other one was moving all over the place and I’m staring at her and um they both come together and then stare at me like it was underwater like a crocodile underwater and you see the eyes or sumthin’ and I jump back and I pretended to laugh HAHAHA and I was so scared that I ran off the room and the nurse station was just there and I was going to the nurse station to tell, yo this lady has shapeshifted in front of me maaan, like you know I was going, I was gonna do that and I realized I’m at work, they might, they might think i’m crazy, the first thing that came to mind, after seeing that I didn’t know who to trust […]

31Dès le départ, la personne inconnue dégage quelque chose d’étrange. Elle a une forte énergie. La situation de notre narrateur est inconfortable, comme l’indique la répétition de « sweaty and stinky right now » : cet inconfort contribue au contexte d’apparition. L’environnement habituel est dérangé par la présence inhabituelle d’une certaine infirmière, qui crée un inconfort. En filigrane, on peut lire qu’une force profite d’une faiblesse tout à la fois physique et sociale, marquée par la hiérarchie professionnelle des agents : le narrateur est un agent d’entretien, un rôle certainement perçu comme subsidiaire dans l’hôpital. Ce n’est pas tout : elle le presse de l’aider, son statut d’altérité — femme, « caucasienne », supérieure hiérarchique — renforce l’étrangeté de l’interaction. Ces circonstances, dans ce témoignage, vont de pair avec l’intuition qu’il y a eu apparition. Le mouvement étrange de la tête, suivi du brouillage de la réalité, montre que la jeune infirmière est consciente de sa soudaine transformation. On remarque aussi que l’apparition brouille encore une fois le genre qu’on attribue à l’entité ; doit-on dire « she » ou « it » ? Humain ou crocodile ? Se sentant en danger, le narrateur fuit, puis cherche à raconter son histoire ; mais faut-il la raconter ? Qui le croira ? Et, peut-être, se demande-t-il : s’il y en avait d’autres ?

32Dans la vie ordinaire, les reptiliens se masquent : ils peuvent se déguiser sous un hologramme ou bien user d’énergie pour cacher leur vraie nature. Ainsi l’apparition se fait souvent progressivement : tout d’abord le témoin a la sensation qu’il se passe quelque chose d’étrange, puis il détecte la source d’une énergie anormale et, enfin, il remarque une trace laissée sur les paupières. La révélation se fait quand la combinaison des facteurs environnementaux et interactionnels se combine avec un indice de la nature profonde de la personne. C’est sous ces conditions que s’opère la perception de ce qui est ordinairement invisible.

33Mais les traits qui révèlent les reptiliens ne sont pas non plus tout à fait hasardeux. Ils apparaissent par intermittence, dans les interstices du corps d’autrui. Là où il y a mouvement, où la perception est incertaine, il y a d’autres interprétations possibles. L’œil change subitement. D’autres récits consultés montrent que, parfois, c’est un mouvement inopportun de la langue qui agit comme révélateur, ou bien une manière trop mécanique de sourire ou d’ouvrir les yeux. La nature reptilienne se révèle, alors, quand on a pu identifier que quelque chose de non humain habite un corps humain… Enfin, puisqu’il ne revoit plus jamais la jeune femme, cela ajoute l’imperception au faisceau des preuves qui permettent de comprendre la situation.

34Encore une fois, la vidéo est soumise à discussion. Elle permet aux spectateurs de venir confirmer qu’une expérience qu’ils ont eue auparavant peut être expliquée par analogie avec l’expérience de keyon life is golden.

Sharri Plaza
I’m wracking my brain trying to remember when and who I saw do this with their eyes! I dismissed it and said no that couldn’t have been real what I thought I saw… I remember that I thought my mind was playing tricks on me or that it mustve been an illusion… smh [qui veut dire, shake my head]

Sharri Plaza
omg I just remembered who the apparent reptilian is… I had filmed him and I kept looking at that part of the footage and it was completely unmistakeable! I have to go grab that footage and relook at it…

Keyon life is golden
Sharri Plaza plz let me check it out when you get the footage sista

Sharri Plaza
I’m digging for it now because I know what I saw. I’m hoping that I didn’t edit it out because it was soooo creepy…

35En partageant son expérience, keyon life is golden a donc la possibilité de trouver d’autres chercheurs de vérité qui, comme lui, ne savent pas trop quoi croire et à qui s’adresser.

Howie Feltersnatch
Sounds just like what I’ve seen in many reptilian videos on here. Check out some of the news anchor reptilian videos. Same thing. Thanks for verifying this. It shows those other videos were real. I was skeptical but now...

36Ces vidéos narratives remplissent plusieurs rôles : partager les expériences, identifier les traces pertinentes, renforcer la croyance par le collectif, trouver des interlocuteurs susceptibles de comprendre l’expérience vécue. Toutes ces manières d’interagir que YouTube permet, en dehors des cadres de l’interaction physique (avec la famille, les amis, les voisins), autorisent la discussion de l’hypothèse reptilienne sans subir moquerie ou opprobre.

37La fréquence et la quantité de vidéos permettent à celui qui se reconnaît progressivement comme « chercheur de vérité » de déterminer que l’expérience qu’il a vécue n’est pas le fait de la folie ou d’un moment d’absence. Les chercheurs de vérité construisent ensemble une épistémologie afin de pouvoir reconnaître les reptiliens par la suite. Cette épistémologie est l’extension naturelle de leurs expériences et de leurs récits de rencontre. C’est grâce à elle qu’ils passent de l’imperçu au surperçu, et qu’ils peuvent repérer désormais les failles dans la réalité.

Le surperçu dévoilé par l’image

Qualifier par l’image

38Les visions entre rêves et cauchemars lancent les témoins sur la piste des reptiliens. Mais par quelles stratégies les chercheurs de vérité qualifient une vidéo de preuve ? Pour cela, ils repèrent minutieusement, seconde par seconde, où se trouve la trace d’un bug holographique, un mouvement de nature non humaine.

39Les reptiliens, on l’a vu, apparaissent au quotidien dans les interstices de la réalité. Une fois l’expérience vécue, les individus entreprennent de qualifier ce en présence de quoi ils se sont trouvés, et ils compilent pour ce faire des traces, des indices et des signes mobilisés comme autant de preuves. L’instruction de la preuve, en effet, repose avant tout sur la possibilité de qualifier ce qui a été soudain « imperçu ». Puisque l’expérience est au centre de la production du savoir, l’exercice consiste à corréler les éléments pertinents. Désigner ce qui est apparu dans une certaine situation stupéfiante comme des reptiliens implique de collecter un certain nombre d’indices visuels, susceptibles de révéler la nature à la fois réelle et cachée d’un individu. Les chercheurs de vérité espèrent ainsi pouvoir détecter les signes par lesquels les reptiliens se reconnaissent et communiquent entre eux : repérer ces êtres fugaces et dangereux exige de jouer simultanément sur plusieurs niveaux d’enquête.

  • 6 Ses publications sur le web lui ont valu d’être victime de moqueries. Aux dernières nouvelles, il é (...)

40Des extraits de l’émission « On n’est pas couché » (vidéo 1) ont été isolés par un utilisateur sous le pseudonyme du « professeur Grandjean6 » (Grandjean ci-après).

VIDÉO 1 – Exemple d’enquête : prouver que Florence Foresti est reptilienne, par le professeur Grandjean

Tout d’abord, à partir de 10 min 3 s, un extrait dans lequel Florence Foresti produit un mouvement de la langue supposé non humain. Sa langue, selon Grandjean, sort vers l’avant comme la langue d’un serpent plutôt que de lécher les lèvres dans un mouvement latéral de droite à gauche. Ensuite, toujours selon Grandjean, Foresti et Ruquier se communiquent mutuellement leur appartenance au satanisme, en reproduisant les cornes du démon l’un envers l’autre à l’aide de leurs doigts : ce que Grandjean appelle « un cornu ». Enfin, le dernier passage, à partir de 12 min 52 s, serait la trace d’une dysfonction de l’hologramme, dévoilant une réalité alternative.

41Dans les vidéos que l’on peut consulter sur Internet, les traces sont le plus fréquemment la langue qui se fend en deux, les yeux qui semblent s’allonger, la peau qui s’écaille, ou la gestuelle qui se désordonne. Ces différentes apparitions sont minutieusement collectées par des internautes qui, seconde après seconde, cherchent les anomalies vidéographiques mobilisées comme preuves. Les défenseurs de la théorie reptilienne mettent ces vidéos en ligne afin de les soumettre à l’épreuve du regard de tous.

42Dresser une liste des indices qu’utilise la communauté est impossible ; les signes évoluent et les interprétations varient — les débats sur la question dans les forums ou en commentaires peuvent être houleux. Les traces supposément laissées par les reptiliens et visibles sur ces vidéos, d’abord isolées et discrètes, saturent progressivement l’espace de l’enquête, qui en vient à se déployer dans un registre de « surperçu ». Ce surperçu, paradoxalement, se donne à voir comme un quasi-perçu : il est difficile à isoler, et demande certainement des heures de visionnage et de découpage. C’est pourtant bien de surperception dont il s’agit : les chercheurs de vérité, pris dans la lutte contre la domination reptilienne, perçoivent les métamorphoses alors qu’elles ne sont visibles que l’éclair d’un instant ; par le dispositif de visibilisation qu’ils mettent en œuvre en découpant les vidéos et en isolant les signes, ils ramènent l’occulte au premier plan et permettent à tout un chacun de ne plus voir que cela. Le savoir et la méthode qu’ils déploient visent ainsi non seulement à dénicher des preuves, mais aussi — pour eux-mêmes comme pour leurs pairs — à surpercevoir ces indices qui trahissent la réalité de la réalité.

43Il me semble important de noter malgré tout que, contrairement aux symboles qui ont une signification claire, les traces, indices et signes se condensent autour de zones qui jouent un rôle dans la communication humaine : on ne voit jamais une trace ou un indice que la communauté semble considérer comme crédible à l’arrière du cou, à l’arrière du genou ou sur les orteils. En ce sens, les éléments collectés au cours de l’enquête sont « pertinents » au sens sperbérien du terme (Sperber et Wilson, 2001), et entrent dans ce que Boyer appelle la « cage de caoutchouc » des concepts de la croyance (Boyer, 2003). Autrement dit, ils jouent sur les mécanismes inférentiels de la communication ordinaire, renforçant par là leur capacité à être crus et transmis.

La réalité dévoilée par l’image

  • 7 Cf. le documentaire fait par Vice sur David Icke (VICE Staff, 2012).

44Une des traces les plus convaincantes pour les chercheurs de vérité a trait à la forme des yeux. C’est d’ailleurs une expérience de cet ordre qui pousse David Icke à inaugurer l’enquête : il déclare en effet, dans un documentaire pour Vice7, qu’il a vu pour la première fois un reptilien en remarquant que sa pupille s’était transformée. C’est aussi le nœud du témoignage de keyon life is golden. Le repérage de cette trace repose sur l’idée que, parfois, les yeux des reptiliens reprennent leur forme originelle. Prenons l’exemple de la vidéo de l’utilisateur DrasticK 3 6 9, qui a publié le 29 mars 2013 sur YouTube une preuve de l’existence des changeurs de forme. La vidéo est partagée par bet I fucky ob itch en juin 2015, elle présente un individu à la frontière canadienne, alors qu’il parle avec le douanier au poste frontière (vidéo 2). Soudain, les pupilles de l’homme se déforment, révélant sa vraie nature. Puis il se cache les yeux, comme s’il était conscient qu’il s’était révélé.

VIDÉO 2 – Reptilien se révélant

  • 8 Ces commentaires ont été supprimés depuis leur consultation en 2017.

45Dans les commentaires, les utilisateurs s’extasient de la trouvaille : c’est une belle preuve, d’autant plus que le reptilien semble conscient de sa transformation et tente de la cacher. Il est conscient de sa nature et on le voit bien, c’est indéniable. Les commentaires sous la vidéo8 discutent de la nature exacte de l’individu qui semble indubitablement identifié comme reptilien ; c’est l’hôte d’un « archon » ou d’un « djinn », entités de la mythologie que David Icke reprend dans sa théorie apocalyptique du monde reptilien. Un certain nombre d’internautes félicitent l’utilisateur qui a publié la vidéo ; c’est un matériau solide, qui vient fortement valider la théorie.

SpecialAccJustForCommentingBecauseIHateG+
notice how he pulls up his hands right after it happens, imo [in my opinion] thats a sign of awareness, i wouldnt say he’s controlled, he is one himself

Drastick 3 6 9
+SpecialAccJustForCommentingBecauseIHateG+ a host for a djinn or archon or something else. reptilian maybe. either way its blatantly obvious.

bet I fucky ob itch
Blatant. You can tell he’s/it’s aware of its shapeshifting slitpupil by the way he covers his face.

bet I fucky ob itch
A host for a djinn or archon in alcohol isn’t hard to believe. The witches place curses on all of it before any of it is sold. That explains the evil, psychopathic, abusive, slutty behavior from when people drink.

  • 9 La vidéo originale de Conspiratruth, consultée en 2017, a été supprimée avec la chaîne. Conspiratru (...)

46Les dents font également partie des signes les plus fréquemment relevés par les « chercheurs de vérité ». Dans la vidéo 39, dont la date d’origine m’est inconnue, un utilisateur filme une émission télévisée, puis fait un gros plan sur les dents de Lee Rosenberg, un fonctionnaire de l’administration Obama. L’utilisateur zoome sur ses dents pour montrer qu’il s’agit d’un hologramme.

VIDÉO 3 – Gros plan sur les dents de Lee Rosenberg

47L’espace des commentaires est utilisé pour débattre de ces vidéos. Sous la vidéo de 2017, on pouvait lire :

Black Antrax
+tomthosen11 When someone posts this, it’s usually indicative of their low level of intelligence or awareness. This « person » could also be a replicant. It’s hard to say if this is a form of mockery being carried out by them or if it’s just dumb humans attempting to mock this concept.

_MaZ_
hissss join the dino club

Ou encore :

alex valentin
If you don’t believe it then why are u watching these videos? One after another. Because your scared to know the truth. As human beings we deny fear any way possible to convince ourselves everything is « normal » and there’s nothing to worry about. And that’s exactly what they want u to do. Stop being stupid and open ur eyes do ur research this has been going on for centuries, they have been here before your entire line of family was even born. You have no idea what’s out there don’t deny what u fear u idiots, ur scared of the truth. Typical sheep.

Conspiratruth
+alex valentin ty [thank you] Alex! I’m with u...

alex valentin
+Conspiratruth smh [shake my head] people just don’t get it the way we do... Wake up world, do ur own research and understand what’s behind the curtain.

FilthyCasualKai
because if people call out fake and hoax content, it will go away someday.

  • 10 « Troller » vient du verbe anglais « to troll » ; originellement un terme technique de la pêche, «  (...)

Certains commentaires sont amusés, d’autres « trollent10 ». Ils permettent aussi de comprendre la manière dont fonctionne l’établissement de la preuve. La mise en doute de leurs conclusions permet aux tenants de la théorie reptilienne d’apprendre à défendre leur interprétation.

48Ces images donnent lieu à un débat animé dans les commentaires. Les chercheurs de vérité y défendent de tout leur cœur la théorie reptilienne. Si l’on regarde le profil de l’utilisateur Conspiratruth ou bien d’alex valentin, des liens renvoient à des vidéos conspirationnistes, qui corroborent la thèse dont ils sont convaincus dans le contenu qui leur est présenté. Or pour les chercheurs de vérité, la dérision des « trolls » produit l’effet d’un sentiment de persécution. Au vu de l’évidence supposée des contenus présentés, la seule explication qu’ils envisagent pour comprendre le manque d’adhésion, voire l’ironie de certains, est qu’il existe une communauté de gens employant la dérision et le déni comme mode de domination.

49La théorie est soumise à un grand nombre d’instances de vérifications, de contre-vérifications, mais toujours avec pour finalité le renforcement de la croyance plutôt que sa réfutation. Bâtie sur une intuition, l’hypothèse reptilienne construit un mode de réflexivité propre. Cette hypothèse est justifiée par une épistémologie grâce à laquelle on peut, petit à petit, constituer un corpus, qui dépasse les indices, les traces et les signes, pour donner une interprétation en termes de connaissance et de compréhension du phénomène. Les chercheurs de vérité, peu à peu, transforment les éléments de l’enquête en faits, leurs intuitions en ontologie.

Conclusion : un savoir en archipel

50Les chercheurs de vérité sont le plus souvent assimilés au mouvement New Age. La littérature spécialisée sur le sujet voit dans l’émergence de l’hypothèse reptilienne de biens diverses sources, de l’occultisme du xixe siècle aux traités yogis et de développement personnel, en passant par la série télévisée V et les romans de Lovecraft (Lewis et Kahn, 2005). D’une manière difficile à systématiser, les chercheurs de vérité adhèrent généralement à des cosmologies pluralistes, antimatérialistes et antinaturalistes. Ces cosmologies sont nombreuses et leur analyse ne semble jamais en expliquer le développement interne. Les intuitions, considérées par les tenants du New Age comme le moteur de l’expression de la vérité, sont défendues comme ontologiquement fiables (Voisenat et Lagrange, 2005). Le texte de David Icke est un exemple probant d’une des ontologies les plus extrêmes du New Age. Avec l’identification du mal comme point de départ, il propose d’en connaître tous les attributs et de faire une révolution complète de soi et du monde — un nouvel âge donc, qui surviendra quand la théorie aura été entendue par suffisamment de gens pour que la résistance humaine s’organise.

51Ces communautés ont trouvé des sphères d’expression privilégiées dans des espaces virtuels qu’ils construisent entre eux. Il convient de préciser ce que signifie « virtuel » dans notre cadre. Tom Boellstorff (2016) explique qu’il est difficile d’établir la distinction entre réel et virtuel en termes ontologiques tout autant qu’épistémologiques. Tenir pour « virtuelles » des situations sociales relève d’une analyse métaphysiquement spécieuse. Il y a de nombreuses raisons de croire que les cadres virtuels ont un impact bien réel sur les communautés qui les fréquentent, ne serait-ce que le temps qu’ils y passent. Certains travaux soulignent que la division entre les cadres de la vie ordinaire et de la vie dite « virtuelle » peut mener à des pathologies sociales bien réelles (Granjon, 2011). Boellstorff propose pour cadre d’analyse des communautés en ligne une anthropologie de la « similitude » plutôt que de la « différence ». Les communautés Internet engagent des individus très différents qui pourtant se reconnaissent sur des points particuliers. Il propose le concept d’archipel pour parler des communautés en ligne : chaque île se donne à voir comme totalité autonome, sans pour autant exister comme une monade distincte des autres. Conjointement à la notion d’archipel, il propose le terme de « réalité digitale » plutôt que de « monde virtuel ». Dans ce cadre, « réel digital » est vidé de son sens « d’imaginaire ». Le réel digital est un autre lieu de la sociabilité, où les individus examinent d’autres communautés avec lesquelles ils exploreront autre chose : les règles changent, mais ce qui traverse ces espaces n’est ni faux, ni illusoire.

52Les tenants de l’hypothèse reptilienne sont un bon exemple d’archipel. Tous très différents, les chercheurs de vérité ont en commun l’enquête sur l’existence du reptilien. La diffusion de la preuve est associée à la diffusion de l’épistémologie qui la valide comme preuve. Les individus s’effacent derrière les modes de démonstrations qui mènent à la conclusion qu’il existe des reptiliens. La situation d’enquête collective en ligne fait que les chercheurs de vérité s’identifient par cette enquête et par ses modes particuliers de démonstration et d’argumentation. De ce point de vue, leur identité virtuelle est vraiment celle d’un chercheur de vérité. Ils se désignent et sont reconnus par leurs pairs comme tels. Le réel digital auquel participent les chercheurs de vérité est à ce point réel que leurs croyances, perceptions et existences doivent en être transformées par la participation à ces interactions en ligne. L’effacement relatif des individus qui montent les preuves vidéographiques dans les compilations montre aussi que tout processus d’enquête finit par faire émerger un phénomène social, qui fait apparaître des invisibles, selon des règles fixées par le processus d’enquête. Incidemment, chaque chercheur de vérité peut être dans un contexte sociologique particulier, cela influe peu sur les règles d’apparition.

53C’est peut-être le point le plus décisif : leur ontologie est impossible à modéliser, à arrêter dans le temps, ou à décrire fidèlement, puisqu’ils ne sont pas un groupe uni. Les modèles anthropologiques que l’on peut faire de leur croyance sont voués à échouer si on cherche leur structure ou leur contenu, puisque les ontologies de chaque individu sont fluctuantes et dépendent d’une multitude de contextes. Ce qui fait l’archipel, c’est le mode d’enquête. L’ontologie a de fixe que ce que les chercheurs de vérité ont fixé par l’enquête. Les technologies qu’ils utilisent déterminent les cadres de leur ontologie comme le font les technologies cognitives — à l’instar de l’écriture ou des tableaux de classification, qui permettent un travail de discrimination préliminaire à la constitution d’une ontologie (Goody, 1979), en rendant réelle par le travail de la preuve des distinctions qui n’étaient pas visibles auparavant. Ainsi, les chercheurs de vérité surperçoivent l’invisible, d’une manière qui, d’un point de vue extérieur, semble obsessionnelle. En trouvant des preuves matérielles dans les vidéos qu’ils ont découpées au centième de seconde, ils construisent des faits aussi implacables, dans le paradigme qu’ils ont construit, que s’il s’agissait de faits scientifiques. Ils peuvent dire : voilà la preuve.

54Les collectivités de chercheurs de vérité construisent sur Internet un Autre ultime — et ils construisent du sens en dehors des institutions traditionnelles. Internet, la paranoïa d’être traqué et l’anonymat des utilisateurs empêchent de délimiter ce groupe autrement que par ce qu’il fait émerger. L’enquête, qui est dans les mains des chercheurs de vérité devenue onto-épistémologie, a une existence en archipel qui appelle à un renouvellement des méthodes d’analyse anthropologique. Bref, il faut savoir, dans ce cas-ci, ne laisser parler que le produit des interactions : l’enquête et ce qu’elle nous dit de l’archipel des individus qui la compose.

55Dans cette réflexion préliminaire sur le complot, j’espère avoir éclairé certains ressorts de la mécanique qui mène un individu du contact avec l’invisible au moment où il peut enfin construire la preuve de l’existence de cet invisible. En choisissant les chercheurs de vérité qui s’occupent de démontrer l’hypothèse ickéenne, un cas marginal s’il en est, il a fallu se représenter comment un individu entre dans l’enquête, la rend collective, et finit par en renforcer sa croyance en l’invisible. Aujourd’hui, alors que des communautés comme QAnon deviennent des forces dans le paysage politique, il convient de se demander comment approcher la question de la constitution des représentations complotistes, d’un point de vue de l’anthropologie de la croyance et de l’invisible. Après tout, ce qui laisse pantois nombre de commentateurs du complotisme, c’est que l’ontologie des « complotistes » semble absurde. Les êtres qu’ils ne cessent de pointer du doigt ne semblent pas pouvoir exister. Mais en considérant de près les mécaniques d’apparition et de constitution des preuves, peut-être comprend-on comment émergent ces communautés autour d’êtres que l’on ne perçoit pas tous.

56S’intéresser à la capacité de la théorie du complot à produire des modes d’enquête, c’est remettre au centre de l’analyse les tenants de la théorie du complot, et peut-être soi-même passer en partie de l’autre côté du miroir. On peut suivre le chemin qui mène à l’apparition d’entités qui nous paraissent absurdes. On suit de près la manière dont untel finit par constituer un savoir, une raison, une méthode. On ne traite plus la théorie du complot pour ses symboles, ses théories, l’inconscient mythique et irrationnel qui viendrait organiser la croyance, mais pour sa conception de la production de la vérité, du visible et de l’invisible, qui permet d’affirmer qu’il existe bien des reptiliens. En prenant au sérieux l’argument épistémologique de la recherche de vérité, on comprend la généalogie de la perception d’un invisible, lui-même intimement lié à l’enquête qui l’a fait émerger. Et comment, à partir de l’enquête, une ontologie vient informer un point de vue qui est finalement éminemment politique : celui de l’Autre ultime, du complot, de la paranoïa.

Haut de page

Bibliographie

Boellstorff, Tom
2016 For whom the ontology turns : Theorizing the digital real, Current Anthropology, 57 (4) : 387-407 ; DOI : 10.1086/687362.

Boltanski, Luc
2009 De la critique : précis de sociologie de l’émancipation (Paris, Gallimard) [NRF Essais].

2012 Énigmes et complots : une enquête à propos d’enquêtes (Paris, Gallimard) [NRF Essais].

Boyer, Pascal
2003 Et l’homme créa les Dieux : comment expliquer la religion (Paris, Gallimard) [Folio Essais].

Bronner, Gérald
2013 La démocratie des crédules (Paris, Presses universitaires de France).

Collins, Randall
2014 Interaction ritual chains (Princeton, Princeton University Press).

Esquerre, Arnaud
2016 Théorie des événements extraterrestres : essai sur le récit fantastique (Paris, Fayard).

Favret-Saada, Jeanne
1992 Rushdie et compagnie : préalables à une anthropologie du blasphème, Ethnologie française, 22 (3) : 251-260.

Ginzburg, Carlo
2013 Clues, myths, and the historical method (Baltimore, Johns Hopkins University Press).

Goffman, Erving
1998 Les rites d’interaction (Paris, Éditions de Minuit) [Le sens commun].

2007 Façons de parler (Paris, Éditions de Minuit) [Le sens commun].

Goody, Jack
1979 La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage (Paris, Éditions de Minuit).

Granjon, Fabien
2011 De quelques pathologies sociales de l’individualité numérique : exposition de soi et autoréification sur les sites de réseaux sociaux, Réseaux, 167 : 75-103 ; DOI : 10.3917/res.167.0075.

Lewis, Tyson et Kahn, Richard
2005 The reptoid hypothesis : Utopian and dystopian representational motifs in David Icke’s alien conspiracy theory, Utopian Studies, 16 (1) : 45-74.

Sperber, Dan et Wilson, Deirdre
2001 Relevance : Communication and cognition (Oxford et Cambridge MA, Blackwell Publishers) [2nde éd.].

Taylor, Anne-Christine
1993 Des fantômes stupéfiants : langage et croyance dans la pensée achuar, L’Homme, 126-128 : 429-447 ; DOI : 10.3406/hom.1993.369648.

Voisenat, Claudie et Lagrange, Pierre
2005 L’ésotérisme contemporain et ses lecteurs : entre savoirs, croyances et fictions (Paris, Bibliothèque publique d’information-centre Pompidou) [Études et recherche].

Sources textuelles

Icke, David
1998 The biggest secret (Bridge of Love Publications USA).

Le blog de Gérard Blannder : https://confederationliberationgaia.wordpress.com/.

Le site de Laurent Freeman : https://lumieresurgaia.com/.

Sources vidéo (consultées le 10/06/2022)

DrasticK RebEL
Reptilian shapeshifter denied access into whistler BC from, YouTube, 29/03/2013, 1 min 8 s, https://youtu.be/6SemTZFUC2s [reprise par bet I fucky ob itch, Real reptilian shapshifter demon caught on camera, YouTube, 5/06/2015, 2 min 14 s, https://youtu.be/cFrJelXZoBE].

François Grandjean
Pourquoi les reptiliens sont trahis par leurs caméras, Dailymotion, 2017, https://dai.ly/x5ckmim.

Miss Wee
Astral Projection – Dark entity reptilian attack/encounter, YouTube, 09/09/2016, 21 min 35 s, https://www.youtube.com/watch?v=Pp3-x_2CxXs.

Mario TruthWorld
Reptilian shapeshifter – Lee Rosenberg/Barack Obama, YouTube, 04/03/2012, 33 s, https://youtu.be/4JMUimxkx7c.

VICE staff
David Icke : Conspiracy of the Lizard Illuminati, YouTube, 24/08/2012, https://youtu.be/1w2dMekIJLw.

Haut de page

Notes

1 J’ai commencé à m’intéresser à cette forme particulière de complotisme en consultant le blog de Laurent Freeman, Stop Mensonges (cf. note 2), et les vidéos d’un utilisateur de YouTube, Force Pingouin, en particulier sa série « Divulgation & Vérité ». Voir sa chaîne : https://www.youtube.com/user/ForcePingouin/featured, consultée le 10/06/2022.

2 À cet égard, le site francophone de Laurent Freeman, Lumière sur Gaia, est très riche de contenu. On peut y lire : « Lumière sur Gaia a été créé fin 2012, originalement connu sous le nom de stopmensonges, ce site sans aucune prétention avait pour simple but de partager les recherches de vérités au publique [sic] francophone dans différents domaines tels que la présence extra-terrestre et intra-terrestre, la géopolitique, les anciennes civilisations, la physique quantique, la spiritualité… et autres… Beaucoup d’articles sont des traductions de sites de chercheurs de vérité anglophones » (https://lumieresurgaia.com/comment-est-ne-le-site-lumieresurgaia-com/, consulté le 10/06/2022).

3 Pour un exemple de cosmologie chez un chercheur de vérité, voir l’article sur les densités d’existence selon Gérard Blannder, aujourd’hui décédé, qui a été très impliqué dans le site Stop Mensonges et a fondé le site « la Confédération de Gaia » : https://confederationliberationgaia.wordpress.com/2016/09/29/durees-dexistences/, consulté le 10/06/2022.

4 Cette vidéo, encore accessible en juin 2022, a été supprimée depuis. Je ne dispose plus que des notes prises lors de sa première consultation.

5 La vidéo, consultée courant 2017, est malheureusement impossible à retrouver. Je dispose néanmoins des notes prises lors de sa première consultation.

6 Ses publications sur le web lui ont valu d’être victime de moqueries. Aux dernières nouvelles, il était sans-abri : il aurait saccagé une agence Pôle Emploi avant de disparaître des réseaux (voir le blog de zététique « Menace théoriste » : https://menace-theoriste.fr/petite-histoire-du-platisme/, consulté le 10/06/2022).

7 Cf. le documentaire fait par Vice sur David Icke (VICE Staff, 2012).

8 Ces commentaires ont été supprimés depuis leur consultation en 2017.

9 La vidéo originale de Conspiratruth, consultée en 2017, a été supprimée avec la chaîne. Conspiratruth a rouvert une chaîne par la suite. La vidéo de 33 secondes sur laquelle on voit Rosenberg changer de forme est encore disponible sur YouTube, sur d’autres profils, comme celui de l’utilisateur Mario TruthWorld.

10 « Troller » vient du verbe anglais « to troll » ; originellement un terme technique de la pêche, « ferrer », il signifie sur Internet publier des commentaires volontairement provocateurs. Les « trolls », ceux qui publient ces commentaires, cherchent donc à provoquer la réponse des utilisateurs non avertis, comme pour « pêcher » leurs réactions après les avoir offensés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre ill. 1 – Paratexte anonyme d’un ancien lecteur de mon édition de The Biggest Secret de David Icke
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/17060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Théophile Robert-Rimsky, « Traquer les reptiliens, dévoiler la vérité »Ateliers d’anthropologie [En ligne], 52 | 2022, mis en ligne le 20 octobre 2022, consulté le 05 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/17060 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ateliers.17060

Haut de page

Auteur

Théophile Robert-Rimsky

Doctorant, School of Social Sciences, Department of Anthropology, University of Aberdeen

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison des Sciences de l'Homme - Monde
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search