Navigazione – Mappa del sito

HomeCall for paperCall for papers - chiuseL’écriture de l’exil au féminin :...

L’écriture de l’exil au féminin : de la transgression au métissage générique, culturel et linguistique

(Italie-Méditerranée, XIXe siècle -XXe)

Coordinatrices :

  • Camilla M. Cederna (Univ. Lille, EA 4074 CECILLE)

  • Antonella Mauri (Université de Lille)

  • Antonietta Sanna (Université de Pise)

Ce numéro se propose d’étudier l’écriture des auteures en exil, volontaire ou imposé, dans l’espace méditerranéen, entre le XIXe siècle et le XXe. Il vise à faire connaître et à valoriser l’activité et la production littéraire et critique de ces écrivaines qui ont joué un rôle crucial, mais souvent ignoré, dans la création littéraire contribuant de façon fondamentale au dialogue entre les langues, les cultures et les idées.

L’axe temporel choisi va permettre de prendre en compte les expériences d’écriture d’exil entre le XIXe et le XXe siècle : de la période marquée par les entreprises coloniales à celle des premières décennies du XXe siècle caractérisées par les bouleversements politiques liés aux effondrements des empires, ainsi que par la mise en place des dictatures, les violences et les persécutions politiques et raciales, jusqu’aux années après la deuxième guerre mondiale avec leurs luttes de libération et la fin du colonialisme.

La condition d’exil ou « exilique », sera considérée comme étant « un noyau existentiel commun à toutes les expériences de sujets migrants, quelles que soient les époques, les cultures et les circonstances qui les accueillent ou les suscitent. » (NOUSS, 2015). En récréant une identité autre, multiple, dans un aller-retour permanent entre la situation d’origine et celle d’accueil, cette situation de dispatriation (« dispatrio », MENEGHELLO, 1993) constituerait, comme l’affirme Jean-Pierre Vernant, un pont vers l’autre, car « Pour être soi, il faut se projeter vers ce qui est étranger, se prolonger dans et par lui » (VERNANT, 2004, CERTEAU, 2005).

En effet, l’expérience d’exil semble constituer la condition de possibilité, au niveau politique, culturel, artistique et linguistique, d’un acte de création, aux marges et des marges, et d’une écriture étant le résultat du métissage, voire de la coexistence et de la combinaison entre plusieurs voix, genres et styles de langage (BAKHTIN, 1981 ; LAPLANTINE, NOUSS, 1997, 2001, 2015 ; GLISSANT). Par quels dispositifs le sujet de l’énonciation parvient-il à développer, inventer, recréer un idiome autre, une troisième langue, voire un système plurilingue, entre le champ linguistique de départ et celui d’arrivée ? À travers quelles modalités cette écriture nourrie de polyglottisme et de traduction peut-elle « ouvrir au niveau de l’écrit un certain rapport à l’Autre, féconder le Propre par la médiation de l’Étranger », et par ce processus même heurter « de front la structure ethnocentrique de toute culture, ou cette espèce de narcissisme qui fait que toute société voudrait être un Tout pur et non mélangé » ? (BERMAN, 1984). Dans quelle mesure incarnerait-elle ainsi « l’essence même de la traduction qui est d’être ouverture, dialogue, métissage, décentrement […] mise en rapport, ou elle n’est rien » ? (BERMAN ; SANNA, 2018).

La question de l’écriture au féminin de l’expérience exilique est restée souvent dans l’ombre, ou a été l’objet de quelques recherches portant pour la plupart sur des cas précis, tels la littérature d’auteures anglaises et françaises (KAVOLIS, 1992 ; JOUBERT, 1999), ou les récits de voyages d’exploration à la suite de la colonisation espagnole des Amériques (KEENAN, 1990 ; LOWE, 1991 ; GREENBLATT, 1991). En revanche, très peu d’études ont été consacrées à l’écriture de femmes expatriées dans les pays de la Méditerranée à l’époque moderne et contemporaine (RICORDA, 2011, 2012 ; DE LUCIA, 2017 ; TATTI, 2021). Ces réflexions pourront ouvrir un nouveau champ de recherche dédié entre autres au corpus d’écrivaines italiennes en Afrique du Nord, undomaine sur lequel peu de recherches sont attestées (SPACKMAN, 2017).

L’objectif des différentes contributions sera alors de définir et de mettre en évidence les traits spécifiques de cette écriture nomade (DELEUZE, GUATTARI, 1980) au féminin, selon la perspective des études de genre (BRAIDOTTI, 2003). Une écriture dans lesquelles le sujet déraciné se fragmente, voire multiplie ses identités et dont le dénominateur commun est le dépassement des frontières linguistiques, culturelles et génériques, ainsi que l’attention portée à la condition féminine.

Serait-il possible de comprendre l’exil comme métaphore de la situation de déracinement de ces écrivaines, toujours partagées entre recherche et transgression de modèles et de paramètres imposés par une tradition masculine ? L’expérience vécue par ces femmes, leurs déplacements entre les espaces, sociaux et géographiques, publics et privés, entre dedans et dehors, comporte une série de modifications et de traversées des limites génériques (gender et genre). Plus spécifiquement quel type de regard sur l’altérité se déploie-t-il à travers ces expériences de l’ailleurs, de cultures et de traditions différentes ? Selon quelles modalités se développe-t-il un discours orientaliste ainsi que sa déconstruction (SAID, 1979) ? Dans quelle mesure et par quels dispositifs ces errances contribueraient-elles à la configuration d’une expression et d’une écriture caractérisées par la plurivocité et le métissage, ainsi que par le dépassement des frontières linguistiques, culturelles et génériques (KAPCHAN, 1996 ; CHIMENTI, 2009 ; MAURI, 2011 ; CEDERNA, 2019, 2021) ? Vers quels genres et vers quelles images se tourne-t-elle cette écriture des marges et de l’entre-deux – de l’entre les langues et les cultures – (FIDECARO, PARTZSCH, VAN DIJK, 2013), cette écriture de la lisière (SINOPOLI, TATTI, 2005) ? Quel est le statut de l’auteure et quel est le rôle de la voix – voire des voix – de et dans l’énonciation, et plus spécifiquement quel rôle joue l’oralité dans cette poétique du métissage ?

Informations pratiques :

Les propositions de contributions (titre et résumé de 300 mots environ) seront à envoyer pour fin février aux adresses suivantes :

  • camilla.cederna@univ-lille.fr

  • antonella.mauri@univ-lille.fr

  • antonietta.sanna@unipi.it

Les décisions d’acceptation seront communiquées aux auteurs fin mars 2022

15 mai 2022/, fin du délai de réception de la première version des articles

fin juillet 2022/, retour des avis des évaluateurs

15 octobre 2022/, Réception des textes définitifs.

Automne 2022,/ Révision des articles.

Printemps 2023,/ Publication du numéro.


Les articles pourront être rédigés en français, espagnol, italien ou portugais. Ils devront être accompagnés d’un maximum de dix mots-clés et respecter les normes de présentation d’Atlante (Voir "Consignes aux auteurs")

Bibliografia

Mikhail BAKHTIN, The Dialogic Imagination, Austin, University of Texas Press, 1981.

Antoine BERMAN, L’Épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 1984.

Michel de CERTEAU, L’Étranger, ou l’union dans la différence, Paris, Seuil, 2005.

Rosi BRAIDOTTI, “La pensée féministe nomade », Multitudes 12,Printemps 2003, pp. 27-38.

Camilla M. CEDERNA, « Elisa Chimenti (Naples, 1883-Tanger, 1969) : écrivaine et philosophe enragée, entre transgression et médiation » inElsa Chaarani, Laurence Denooz et Sylvie Thiéblemont-Dollet (dir.), Plein feux sur les femmes (in)visibles, Nancy, Presses universitaires de Lorraine, 2021, pp. 529-544.

Camilla M. CEDERNA, « Couscous, contes, sortilèges : la fabrique de l’écriture d'Elisa Chimenti (Naples 1883-Tanger 1969) Sigila, n° 44, « Secrets de fabrication – Segredos do fabrico », automne-hiver 2019, pp. 57-70.

Elisa CHIMENTI, Anthologie, Mohammedia/Casablanca, Senso Unico Editions/ Editions du Sirocco, 2009.

Gilles DELEUZE, Felix GUATTARI, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980.

Stefania DE LUCIA (dir.), Scrittrici nomadi. Passare i confini tra lingue e culture, Rome, Sapienza editrice, 2017.

Agnese FIDECARO, Henriette PARTZSCH, Suzan VAN DIJK... [et al.], Femmes écrivains à la croisée des langues, 1700-2000, Women writers at the crossroads of languages, 1700-2000, Genève, Mētis Presses, 2009.

Stephen GREENBLATT, Marvelous possession : The Wonder of the New World, Chicago, University of Chicago Press, 1991

Claire JOUBERT, « L’Écriture au féminin : Un Opérateur de poétique », dans Féminin/Masculin. Littératures et cultures anglo-saxonnes, éd. Sophie Marret, Rennes, PUR, « Interférences », 1999,

François LAPLANTINE, Alexis NOUSS, Le Métissage, Paris, Flammarion, 1997.

François LAPLANTINE, « Pour une pensée métisse », dans Silvia CAPANEMA, Quentin DELUERMOZ, Michel MOLIN, Mari REDON (dir.), Du transfert culturel au métissage, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Lisa LOWE, Critical Terrains : British and French Orientalisms, Ithaca, NY, Cornell University Press, 1991

Deborah KAPCHAN, Gender and the Market. Moroccan Women and the Revoicing of Tradition, Philadelphia, University of Pensylvania Press, 1996

Vytautas KAVOLIS, « Women Writers in Exile », World Literature Today, vol. 66, N° 1 (Winter 1992), p. 43-46.

Deborah KEENAN, Looking for Home: Women Writing About Exile, Milkweed Editions, 1990.

Antonella MAURI, « Entre colonisation et métissage culturel : Leda Rafanelli, l’anarchiste musulmane. », in Isabelle Felici et Jean-Charles Vegliante, Oublier les colonies – Contacts culturels hérités du fait colonial, Paris, Mare & Martin 2011, pp. 177-195.

Luigi MENEGHELLO, Il dispatrio, Milan, Rizzoli, 1993.

Alexis NOUSS, La Condition de l’exilé, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015.

Ricciarda RICORDA, Viaggiatrici italiane tra Settecento e Ottocento. Dall’Adriatico all’altrove, Bari, Palomar, 2011.

____, La letteratura di viaggio in Italia. Dal Settecento a oggi, Brescia, Editrice La Scuola, 2012.

Edward SAID, Orientalism, New York, Vintage Books Edition, 1979.

Antonietta SANNA, «Errare: ossia cercare, creare, trasmutare. Riflessioni sulla traduzione come creazione», Quaderna. Multilingual and transdisciplinary journal, n. 4, 2018, pp.1-14 https://quaderna.org/errare-ossia-cercare-creare-trasmutare/

Franca SINOPOLI, Silvia TATTI, a cura di, I confini della scrittura. Il dispatrio nei testi letterari, Roma, 2005.

Barbara SPACKMAN, Accidental Orientalists. Modern Italian Travelers in Ottoman Lands, Liverpool University Press, 2017.

Silvia TATTI, Esuli : scrittori e scrittrici dall’antichità a oggi, Roma, Carocci editore, 2021.

Jean-Pierre VERNANT, La Traversée des frontières, Paris, Seuil, 2004.

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search