Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels closNuméro 20, Printemps 2024 – Pache...

Numéro 20, Printemps 2024 – Pacheco à la plume. Le maître de Velázquez ou la pensée de l’art

Coordinateurs :

  • Elena Escuredo (Universidad Autónoma de Madrid)

  • Hector Ruiz Soto (Université de Lille)

  • Cécile Vincent-Cassy (Cergy Paris Université)

Francisco Pacheco (1564-1644) fut bien plus que le maître, puis le beau-père de Velázquez. En plus de cultiver la peinture dans son atelier, cette « prison dorée de l’art » (Palomino), il fut un personnage important des cercles d’humanistes et d’érudits actifs à Séville entre les dernières années du xvie siècle et les premières décennies du siècle suivant. Il joua un rôle important dans les réseaux littéraires et artistiques de la ville et immortalisa ses principaux acteurs dans son Libro de Verdaderos Retratos (Livre des vrais portraits), l’un des manuscrits les plus célèbres du Siècle d’or en raison de la qualité des dessins qu’il contient, des portraits de chacun des personnages et de la production poétique qui les complète.

Théoricien et polygraphe d’exception, il pratiquait la peinture et la poésie à parts égales. Il n’est donc pas surprenant qu’Antonio Palomino, dans son Museo Pictórico, le décrive comme « un peintre spéculatif, philosophe, érudit, modeste, poète, écrivain et maître de Vélazquez ». Écrivain modeste, comme le souligne Palomino, Pacheco a peu publié de son vivant : uniquement un chapitre de son Arte de la pintura, à une date inconnue, reflétant une polémique avec le Greco, et des paratextes occasionnels, comme un éloge de Lope de Vega dans les préliminaires de sa Jerusalén conquistada. Il s’agit essentiellement d’un auteur issu du monde du manuscrit, comme le montrent ses cahiers : véritables archives, comme il le dit lui-même, «de divertissement et d’érudition ». Considérer Pacheco à travers son travail d’écriture, à travers sa patiente collecte de textes, poétiques ou érudits, et à travers le papier, sur lequel il écrit, dessine et publie à peine, revient à contempler l’auteur dans l’atelier où se forme sa personnalité artistique : dans l’atelier d'un peintre, peut-être un peu sec, comme le disaient ses détracteurs, mais dont l’érudition était respectée par les lettrés et les poètes contemporains. Il a ainsi publié deux poèmes dans les Flores de poetas ilustres d’Espinosa, en plus des nombreux poèmes de son Arte de la pintura. Mais sa plus grande œuvre littéraire est peut-être à rechercher dans son travail d’éditeur, confirmant ainsi la modestie dont parlait Palomino.

Pacheco fut également un collectionneur de poésie dans des livres manuscrits tels que les Poesías varias, datées de 1631, du codex Ms Span 56 de la Houghton Library de Harvard, catalogué par Juan Montero. Il a également rassemblé des poèmes, dont plusieurs de son ami Francisco de Rioja, dans le manuscrit 3888 de la BNE, en partie édité par Begoña López Bueno dans son édition de Rioja. Il possédait parmi ses archives les sonnets de Juan de Arguijo avec les corrections de Francisco de Medina. Mais ses archives manuscrites de poésie du Siècle d’or culminent avec l’édion de la poésie de Fernando de Herrera, publiée en 1619 sous le titre Versos de Fernando de Herrera enmendados y divididos por él en tres libros (Vers de Fernando de Herrera amendés et divisés par ses soins en trois livres).

Son œuvre comprend des peintures, des dessins, des gravures et des manuscrits, qui reflètent une idée de l’art particulièrement riche et cultivée. Son Art de la peinture (1649), publié à titre posthume, est peut-être son ouvrage le plus connu et prestigieux : « certainement le traité artistique le plus complet et le plus intéressant du xviie siècle », selon Bonaventura Bassegoda, auteur de l’édition critique canonique qui a ouvert la voie à sa relecture et à son interprétation, offrant des clés substantielles et nous invitant à poursuivre la découverte du personnage, de ses idées, de ses intérêts et de ses recherches.

Étudié aujourd’hui depuis différentes disciplines, en particulier la littérature et l'histoire de l'art, Pacheco suscite un intérêt renouvelé mais dispersé. Une grande partie de son œuvre reste inédite, et de nouveaux dessins continuent d’apparaître, enrichissant son catalogue et montrant la richesse et la fertilité de sa production.

En ce qui concerne l’idéal d’une égalité entre les arts, Pacheco a rappelé que « la poésie aussi, à sa manière, imite avec des mots, mais pas comme le peintre avec des lignes et des couleurs : et fréquemment le poète est appelé peintre et le peintre poète ». Les chemins qu’il trace entre poésie et peinture ouvrent une multiplicité d’analyses, d’approches et de perspectives pour aborder son œuvre sur papier, littéraire et artistique, afin de continuer à le découvrir en tant que dessinateur, peintre, poète et théoricien, d’un point de vue interdisciplinaire à la hauteur de la pensée de l’art qu’il a léguée à Velázquez.

Axes thématiques :

Ligne et expression : le dessin comme fondement de l’art de Pacheco

Les manuscrits de Pacheco : études, analyse et édition

Nouvelles lectures de l’Arte de la Pintura

Pacheco et la culture visuelle sévillane de son temps : orthodoxie et hétérodoxie

Velázquez à travers Pacheco : les traces du maître dans l’œuvre du disciple

Ut pictura poesis

Pacheco et la littérature du Siècle d’or

Envoi des propositions :

Les propositions, composées d’un titre et d’un résumé de 300 mots et accompagnées d’une courte présentation bio-bibliographique, seront à envoyer pour le 15 mai 2023 à l’adresse suivante :

cfp.atlante.pacheco@gmail.com

Les décisions d’acceptation seront communiquées aux auteurs en juin 2023.

1er septembre 2023 : fin du délai de réception de la première version des articles.

Novembre 2023 : envoi des avis des évaluateurs.

15 décembre 2023 : réception des textes définitifs.

Printemps 2024 : publication du numéro.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search