Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Les controverses à propos des Nou...

Les controverses à propos des Nouveaux-Chrétiens dans la Compagnie de Jésus. La défense des conversos du père Pedro de Ribadeneyra (1526-1611)

Controversies about New Christians in the Society of Jesus: the defense of the conversos of Father Pedro de Ribadeneyra (1526-1611)
Controversias sobre los nuevos cristianos en la Compañía de Jesús: la defensa de los conversos del Padre Pedro de Ribadeneyra (1526-1611)
Claire Bouvier

Résumés

En 1593, la cinquième Congrégation Générale de l’ordre ignacien adopta un statut de pureté de sang. Si la promulgation du décret 52 fut l’aboutissement d’un processus long et complexe, l’argument principal du rejet des conversos invoqué par une faction italo-portugaise jésuite fut la spiritualité de ces derniers, jugée exogène à l’ordre. En associant les jésuites proches du Général François de Borgia à des membres néfastes pour le corps de la Compagnie, il s’agissait pour cette faction de déplacer les jésuites espagnols qui avaient contribué à forger la première identité de la Compagnie de Jésus. La tête de file de contestation de l’adoption du décret en Espagne fut le jésuite Pedro de Ribadeneyra. Revendiquant ce qu’il jugeait être l’ « esprit du Père » et une interprétation de l’Institut fidèle aux origines, il promut une conception de l’ordre unitaire, exempte de toute discrimination et basée sur le charisme d’Ignace de Loyola, tout en défendant le privilège hispanique lié à la fondation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les statuts de pureté de sang en Espagne, nous renvoyons aux études classiques d’Antonio DOMÍNG (...)

1L’adoption d’un statut de pureté de sang par la Compagnie de Jésus lors de la cinquième Congrégation Générale (3 novembre 1593-18 janvier 1594) a été l’aboutissement d’un processus long et complexe1. L’ordre ignacien fut le dernier ordre religieux à adopter un tel statut en Espagne. La présence de Nouveaux-Chrétiens au sein de l’ordre avait été remise en cause dès ses débuts par le père Antonio Araoz, qui se faisait le porte-voix de Ruy Gómez de Silva, prince d’Éboli, puis leur éviction avait été proposée au cours de la troisième Congrégation Générale (avril-juin 1573) par une faction italo-portugaise jésuite, avant d’être entérinée par le décret 52 « De genere », le 23 décembre 1593.

  • 2 Le décret 52 « De genere » stipule que les judéo-convers ne peuvent désormais être admis dans la Co (...)
  • 3 Voir Michela CATTO, La Compagnia divisa. Il dissenso nell’ordine gesuitico tra ‘500 e ‘600, Brescia (...)

2Divers motifs ont pu être allégués pour expliquer la ratification du décret, tels une exacerbation des « nationalismes » et un rejet de la prépondérance hispanique au sein de l’ordre – qui reflétait la position de la Monarchie espagnole sur l’échiquier européen du temps, elle aussi contestée. L’adoption d’un statut de pureté de sang, promu par une faction italo-portugaise, peut être pleinement comprise comme un instrument de politique interne visant à déplacer les jésuites espagnols des charges de gouvernement de la Compagnie. Dans les divers écrits rédigés par les membres de cette faction, l’une des pierres de touche du rejet des conversos – tous espagnols, et dont la présence était vilipendée car source de divisions internes – était la dénonciation d’une spiritualité jugée étrangère à l’ordre2. Cette campagne de dénigrement s’est inscrite au cœur d’un mouvement plus ample – et hétérogène –, qui est apparu au cours des premières années de la Compagnie, tendant à redéfinir l’« identité » jésuite3.

  • 4 Nous empruntons ce terme à Miguel GOTOR, « Hagiografía y censura libraria: el quinto capítulo sobre (...)
  • 5 Sur le rôle de ces jésuites espagnols dans le développement institutionnel et la définition spiritu (...)
  • 6 Michel de CERTEAU, Le Lieu de l’autre, Histoire religieuse et mystique, Paris, Gallimard, 2005, p.  (...)
  • 7 Comme le remarque Michel de Certeau (ibid., p. 159), est considéré comme « étranger » ce qui est ju (...)
  • 8 Sur ce point, voir l’analyse de la « réforme de l’intérieur » faite par Michel de Certeau dans « L’ (...)

3Sur ce point, l’élection d’Everard Mercurian (1573-1580), candidat imposé par le pape Grégoire XIII (1572-1585) qui s’opposait à l’élection d’un quatrième préposé général espagnol, a marqué un tournant dans l’histoire de l’ordre : la déshispanisation de la Compagnie. L’offensive anti-espagnole lancée par le pape et le quatrième préposé général a touché de plein fouet les jésuites espagnols « borgianos »4 promus par le général Francisco de Borja (1565-1572), appartenant à la première et deuxième génération jésuites, et qui avaient pleinement contribué à forger la première identité de la Compagnie5. Comme l’a souligné Michel de Certeau, chaque génération se forme à son image une image des origines6. La faction jésuite italo-portugaise, dont le rôle a été primordial dans l’élection de Mercurian, a dénoncé le « modo hispano » en assimilant une « manière de faire » et une spiritualité qu’elle jugeait étrangères à l’institut à la présence d’Espagnols judéo-convers au sein de l’ordre7. Cette évolution a été menée à son terme par le successeur de Mercurian, Claudio Acquaviva (1581-1615), avec la mise en œuvre d’une « réforme de l’intérieur » 8. Il s’agissait pour le cinquième préposé général d’effacer le souvenir des origines afin d’imposer une actualité et une doctrine, en remettant en cause le privilège hispanique hérité de la fondation. Le statut de pureté de sang jésuite peut être compris comme la dernière étape de ce processus.

  • 9 José Carlos GÓMEZ-MENOR FUENTES, « La progenie hebrea del padre Pedro de Ribadeneira S.I. (hijo del (...)
  • 10 Il a été l’ouvrier de l’implantation de la Compagnie dans les Flandres et y a proclamé les Constitu (...)
  • 11 C’est après son retour dans la Péninsule ibérique, déchu de toute charge, que Ribadeneyra a pris la (...)
  • 12 Le terme « institut » renvoie au mode de vie d’une communauté religieuse ainsi qu’aux normes juridi (...)

4Pedro de Ribadeneyra, dont l’ascendance judéo-converse est avérée9, a été directement visé par cette offensive anti-espagnole. Après s’être vu confier des missions diplomatiques et politiques de premier plan sous les trois premiers préposés généraux, ainsi que des charges de gouvernement importantes10, il est renvoyé dans la Péninsule ibérique en 1574 par le général Mercurian avec d’autres frères de religion « borgianos ». Ribadeneyra ne s’est pas soumis à cette mise à l’écart, mais il a plaidé, à travers l’écriture11, en faveur de ce qu’il considérait être le legs ignacien qui selon lui conformait pleinement l’identité de l’ordre. C’est justement parce qu’il avait connu personnellement Ignace de Loyola et les premiers compagnons que Ribadeneyra se présentait comme le seul capable de témoigner et de défendre l’héritage du Père fondateur. C’est cette ligne qu’il a suivie lorsqu’il s’est élevé contre l’adoption du statut de pureté de sang et a pris la tête du mouvement de contestation de l’assistance d’Espagne. Défendant ce qu’il jugeait être l’esprit du Père et une interprétation de l’institut12 fidèle aux origines, il s’est élevé contre les velléités de réformes des « spirituels » italiens et des généraux Mercurian et Acquaviva, et a promu une conception de l’ordre unitaire, exempte de toute discrimination – suivant en cela l’enseignement paulinien –, fondée sur le charisme de son fondateur.

5Il convient donc de réinscrire la ratification du décret « De genere » au sein du débat interne à l’ordre concernant l’identité de ce dernier et de mesurer quelles en ont été les implications pour la Compagnie de Jésus, alors à un tournant de son histoire. L’adoption d’un statut de pureté de sang et la controverse que celle-ci a provoquée dans l’assistance d’Espagne peuvent être pleinement comprises comme l’une des dernières étapes du débat concernant le processus de re-conformation de l’identité de l’ordre ignacien et de son institutionnalisation. À travers l’opposition de Ribadeneyra au statut, il apparaît que ce qui a été en jeu pour la Compagnie de Jésus a été l’acceptation pleine et entière ou le refus d’un héritage tel qu’il était compris par les jésuites « borgianos ».

L’offensive de la faction jésuite italo-portugaise contre les Nouveaux-Chrétiens

  • 13 Avec Ribadeneyra, ont été renvoyés dans la Péninsule ibérique : Alonso Ruiz, Baltasar Piñas, Dionis (...)
  • 14 J. MARTÍNEZ MILLÁN, « Transformación y crisis de la Compañía de Jesús (1578-1594) », in Flavio RURA (...)
  • 15 Par la suite, nous n’utiliserons que le terme « convers » et non pas celui de « pro-convers ». En e (...)
  • 16 Sur le rôle des jésuites portugais dans le rejet des conversos lors de la troisième Congrégation Gé (...)
  • 17 R. A. MARYKS, The Jesuit Order as a Synagogue of Jews, op. cit., p. 117.
  • 18 Sur la définition du « modo hispano », voir : Mario FOIS, « Everard Mercurian », in T. MCCOGG (éd.) (...)
  • 19 Lors de la troisième Congrégation Générale, l’adoption d’un statut de pureté de sang avait été prop (...)

6L’élection du premier préposé général non espagnol de l’ordre, Everard Mercurian, ainsi que le renvoi en Espagne – ou l’éloignement de Rome – de Ribadeneyra et d’autres de ses coreligionnaires espagnols13, ont donné lieu à différentes analyses. Selon José Martínez Millán, il s’était agi pour Grégoire XIII de « déshispaniser » la Compagnie de Jésus afin de l’adapter à son projet confessionnel14. Robert Aleksander Maryks considère que le renvoi de Rome de jésuites espagnols, convers ou pro-convers15, répondit à une volonté de « house cleansing » de la part du général Mercurian, – dont l’élection avait été soutenue par un « lobby » italo-portugais s’opposant à l’élection du vicaire Juan Alfonso de Polanco, judéo-convers16 –, et à l’intention de purger la Compagnie de son sang juif17. Néanmoins, il nous semble possible d’interpréter la mise à l’écart des Nouveaux-Chrétiens, qui a débuté sous le généralat de Mercurian, comme un rejet du « modo hispano »18. C’est durant le gouvernement de Francisco de Borja qu’avaient cristallisé les oppositions à son mode de gouvernement, critiqué par une faction italo-portugaise de la Compagnie, qui rejetait les jésuites espagnols de la première et seconde générations, en majorité convers, sur lesquels s’étaient appuyé les trois premiers préposés généraux19.

  • 20 Sur l’emploi des termes « zelo » et « zelatori », nous renvoyons à l’ouvrage de M. CATTO, op. cit., (...)
  • 21 ARSI, Inst. 106, f. 92r-132r. Cité par M. CATTO, op. cit., p. 65-69. Sur la datation du mémoire, vo (...)
  • 22 M. CATTO, op. cit., p. 65.
  • 23 « Dal modo adunque di procedere del buon P. Borgia in tutto e per tutto diverso da quello che tenev (...)
  • 24 « L’asprezza del governo era talmente cresciuta che, essendosi affatto perso l’amore, si viveva col (...)
  • 25 Dionisio Vázquez est nommé recteur du Collège Romain en 1568 par Borja, contre l’avis de Palmio, al (...)

7Cette faction se composait d’une part, de jésuites italiens « réformateurs », aussi appelés par la suite, sous le général Acquaviva, « zelatori »20. Dans plusieurs mémoires, dont ceux du leader de ce groupe, le père Benedetto Palmio (1523-1598), apparaît une identification claire entre les jésuites convers, selon lui promus et protégés par Francisco de Borja, et une mise en œuvre de l’institut jésuite qu’il condamne. Ce point est prégnant dans un écrit du jésuite italien conservé à l’Archivum Historicum Societatis Iesu, « Descrittione d’alcune cause dalle quali sono procedute le discordie »21. Selon Michela Catto, le document aurait été rédigé entre 1579 et 159822. Benedetto Palmio accuse les Nouveaux-Chrétiens d’être la source des divisions intervenues au sein de l’ordre : les dissensions existant dans la société espagnole provenant de la présence de judéo-convers auraient été transférées dans la Compagnie à cause de la politique menée à leur égard par le troisième préposé général. À des temps primitifs caractérisés par l’amour fraternel et l’unité, a succédé une époque troublée23. Dans ce mémoire, après avoir dénoncé le despotisme et la tyrannie des jésuites espagnols judéo-convers24, il décrit l’état qu’il juge délétère du Collège Romain et condamne les réformes entreprises par le recteur, Dionisio Vázquez25, qui remettaient en cause le modo parisiensi. Il dénigre ces réformes, source de désunion et de désordres internes :

  • 26 R. A. MARYKS, « The Jesuit Order… », op. cit., p. 388.

[…] estinguendo la pace fra i collegiali, poiché questo modo non serviva ad altro che a separar gli animi et introdurre nel Collegio diversi modi di vivere, et che alcuni si sarebbono nominati gli osservanti, altri conventuali, questi capuzini et quelli cartusiani26.

  • 27 Sur la réforme spirituelle entreprise par Mercurian en lien avec un rejet des conversos, voir Stefa (...)
  • 28 Sur les rapports de Francisco de Borja, qui montrait des signes clairs d’inclination vers la vie ér (...)

8Nous pouvons observer ici que Palmio comprend les divisions intervenues dans l’ordre en termes spirituels (« osservanti », « conventuali », « capuzini », « cartusiani »). La question de la spiritualité propre à l’ordre a été l’une des pierres de touche des reproches adressés par la faction italo-portugaise contre Borja et les Nouveaux-Chrétiens. Ces derniers étaient accusés d’avoir introduit un esprit étranger dans la Compagnie de Jésus, qui l’éloignait de l’héritage laissé par Ignace de Loyola27. Dans son autobiographie, « Memorie e vita del P. B. Palmio », Palmio dénonce la spiritualité promue par Borja28 :

  • 29 ARSI, Vitae 164, f. 18r.

[…] benché fosso bono e santo, non era così conforme allo spirito d’Ignazio […] aveva imparato molte cose più presto da altri religiosi, con i quali aveva avuta lunga pratica, che da Ignazio, ciò si vide chiaramente nel suo generalato, perché avrebbe introdotto molte cose nuove, se avesse potuto, come pare alcune ne introdusse, parendogli che Ignazio non avesse avuta tanta inteligenza degli instituti religiosi, e questo gli avvenne perché non conobbe né raggiunse l’altezza di spirito di Ignazio e ciò che pretendeva nella Compagnia29.

  • 30 M. CATTO, op. cit., p. 104 : « In questo punto, si manifestava il nodo della vicenda: ciò che il pa (...)
  • 31 E. JIMÉNEZ PABLO, « Contrarios a la hegemonía hispana: Felipe Neri y el intento de reforma espiritu (...)
  • 32 Selon Neri, les papes voulaient « introdurre nella Chiesa la Riforma per mezzo di Roma, et in Roma (...)
  • 33 Sur les relations entre Philippe Neri et Ignace de Loyola à Rome entre 1537 et 1547 (Neri a réalisé (...)
  • 34 Ces affrontements juridictionnels ont conduit Borromée à excommunier deux gouverneurs espagnols, Lu (...)
  • 35 Leur façon de concevoir ces pratiques s’écartait de l’institut jésuite. Par exemple, aucune règle e (...)

9Si, comme le souligne Michela Catto, la spiritualité prônée par les Italiens « réformateurs » n’est pas toujours évidente à saisir30, Esther Jiménez Pablo a dressé une liste des principales caractéristiques de ce groupe31. Ces jésuites « réformateurs » ont été fortement influencés par le mouvement de rénovation religieuse promue par la papauté, qui signifiait de façon indirecte le rejet de la politique hispanique dans la péninsule italienne. Cette rénovation religieuse s’appuyait sur bon nombre de nouveaux mouvements religieux, comme l’ordre des Barnabites de Milan, fondé par Antonio Maria Zaccaria (1502-1539) ou la Congrégation de l’Oratoire de Philippe Neri32. Philippe Neri tirait une fierté certaine d’avoir été le premier à introduire des Italiens dans la Compagnie. Il souhaitait voir s’amoindrir l’emprise du roi espagnol sur l’ordre ignacien et promouvoir une spiritualité radicale afin de servir la réforme de l’Église dirigée par le pape33. Les zelatori, influencés par l’Oratoire, étaient nobles et provenaient en majorité de familles originaires du nord de l’Italie. Ceux-ci visaient deux buts : d’une part, déplacer les jésuites espagnols des deux premières générations qui avaient contribué à forger l’identité de l’ordre, et par là même subordonner les intérêts de la Monarchie hispanique aux desseins de la papauté. À titre d´exemple, Palmio et Francesco Adorno (1533-1586) ont étroitement collaboré avec le cardinal Borromée à Milan, dont les affrontements juridictionnels avec la Monarchie de Philippe II sont bien connus34. D’autre part, ce groupe de jésuites italiens voulait introduire dans la Compagnie une religiosité plus radicale, en accord avec celle promue par les nouveaux spirituels romains. Ils accordaient une place importante à l’oraison mentale affective, à la communion fréquente, voire journalière, à la pauvreté, à l’austérité, aux pénitences et aux mortifications35.

  • 36 Nous reviendrons sur ce terme lorsque nous nous pencherons sur l’un des mémoires de Rodrigues.
  • 37 « Et in effetto, la gente allevata dal P. Borgia nella conversation sua a comparation di quelli che (...)

10Dans le mémoire précédemment mentionné, Benedetto Palmio se targue de défendre l’héritage d’Ignace de Loyola. Pour ce faire, dit-il, il faut exclure les Nouveaux-Chrétiens de la Compagnie afin de maintenir la pureté de l’institut et la discipline de l’ordre, au nom de la mémoire du fondateur. Il reproche avec véhémence à Francisco de Borja d’avoir admis tellement de conversos que Philippe II en est venu à dénommer la Compagnie « synagogue de juifs »36. Borja et les judéo-convers auraient introduit un certain nombre de pratiques religieuses qui s’éloigneraient de la spiritualité primitive de l’ordre. Palmio les blâme d’accorder une importance trop grande à l’aspect cérémoniel de la religion et aux apparences, et de se rapprocher ainsi des ordres monastiques ou des chartreux37.

11Cette assimilation entre les Nouveaux-Chrétiens proches du général Borja et une mise en pratique jugée déviante de l’institut a aussi été faite par certains jésuites portugais, notamment par Manuel Rodrigues (1534-1596), alors assistant du Portugal (1581-1594).

  • 38 Sur l’aversion des jésuites portugais envers les conversos, voir Francisco RODRIGUES, História da C (...)
  • 39 Simón Rodrigues avait eu maille à partir avec le fondateur de l’ordre alors qu’il était provincial (...)
  • 40 Ces empêchements figurent dans les Constitutions [I, 3].
  • 41 Cité par F. BORJA DE MEDINA, « Ignacio de Loyola y la “limpieza de sangre” », op. cit., p. 593.

12L’opposition portugaise à la présence de conversos dans l’ordre était ancienne38. Dans un document rédigé entre 1546 et 1550, « Modo que se ha de ter nos collegios da Companhia en o receber dos estudantes d’ella », Simón Rodrigues (1510-1579), provincial du Portugal39, incluait parmi les empêchements pour être admis dans la Compagnie, outre celui de « hábito », de la maladie mentale et de l’homicide40, le fait d’avoir une ascendance juive, qu’il mettait sur le même plan que l’hérésie personnelle : « Se por alguma via descende de christiaos novos. Se ha tido alguna openião, polla qual aja sido reprovado por ereje o conhecido publicamente por tal »41.

  • 42 ARSI, Inst. 184 II, f. 365r : « para nuestro Padre general. Enbiele la copia a Frascati ».
  • 43 ARSI, Inst. 184 II, f. 360r-364v. Ce mémoire porte le même titre qu’un mémoire postérieur du même a (...)
  • 44 Sur le peuple juif comme peuple déicide et les préjugés contre les juifs à l’époque moderne, voir n (...)
  • 45 ARSI, Inst. 184 II, f. 361v.

13L’homonyme de Simón Rodrigues, Manuel, expose dans une lettre du 22 avril 1584 adressée à Acquaviva42 l’évolution de ses sentiments vis-à-vis des Nouveaux-Chrétiens. Depuis l’enfance et jusqu’à l’âge adulte, il n’avait jamais éprouvé la moindre aversion pour eux malgré l’avertissement d’un « cavallero », et ce « hasta que vine a tener algun cargo y comence a experimentar algo de su religion y modos de se aver en ella ». Une fois encore, un parallèle clair est fait entre des pratiques religieuses et une spiritualité exogènes à la Compagnie et les conversos. Rodrigues a poursuivi son raisonnement dans un mémoire envoyé au général en 1584 intitulé : « De baptizatis ex progenie judaeos »43. Il considère qu’il est pire d’être juif que musulman car les musulmans vénèrent le Christ alors que les juifs le haïssent44. Il dénonce la prédominance de certains Nouveaux-Chrétiens dans la Compagnie (tels Dionisio Vázquez, les pères Toledo et Possevino, ainsi que Juan Alfonso de Polanco qui, selon Rodrigues, aurait « hâté » la mort de Borja afin d’être élu préposé général). Il reproche à Borja d’avoir favorisé la présence de judéo-convers dans l’ordre ; celui-ci était « tan murmurado que un caballero llego a dezir : el padre Francisco no es confesso sino confessissimo »45. À la fin de son mémoire, Rodrigues affirme que si Ignace avait encore été vivant, il aurait adopté un décret de « limpieza de sangre » pour la Compagnie et modifié les Constitutions :

  • 46 Ibid., f. 364r. Le raisonnement est le même dans le mémoire en latin : « Quidam pater qui optime pa (...)

Un padre amigo, y criado al pecho de nuestro padre Ignacio, dixo que seria merced que nuestro senor haria a la Compañia permitir que se quemassen della media dozena de personas de aquella sangre, para que los superiores abriessen los ojos, et tandem saperent et intellegent ac providebant […]. Dizese que si nuestro padre Ignacio agora viviera dexara la cosa más apretada en las Constituciones; y que aun assi como las dexo es este impedimento de la raça, según ellos, esencial o muy proximo a esencial, por la causa de la notable deformidad y infamia que en tiempo de nuestro padre Ignacio aun no era tan descubierta como agora46.

  • 47 Ibid., f. 360r.
  • 48 Ibid., f. 360v. Nous soulignons.

14En effet, continue Rodrigues, si le gouvernement de la Compagnie est laissé entre les mains des conversos, peu portés sur les mortifications, celui-ci sera tourné vers les choses extérieures47. Dans ce mémoire apparaît la fameuse expression « sinagoga de judíos » utilisée par Palmio dans le sien. Néanmoins, Rodrigues y ajoute une information cruciale. Voici la citation : « un caballero de mucha autoridad que fue visitador de la Inquisicion dixo que el Rey Felipe llamava a la casa de Toledo o a la Compañia synagoga de judios »48. Une double assimilation est ici faite. La « casa de Toledo » renvoie bien évidemment à la maison professe de Tolède où, à cette époque, résidait une grande partie des jésuites espagnols « borgianos » renvoyés par Mercurian dans la Péninsule ibérique (comme Pedro de Ribadeneyra, Juan de Mariana, etc.). Si la maison professe de Tolède est assimilée à une « synagogue de juifs », ainsi que la Compagnie, une autre identification est faite entre, d’une part, l’ordre lui-même, et, d’autre part, la maison professe de Tolède (et donc les jésuites « borgianos » qui ont mis en œuvre le « modo hispano »), à travers la conjonction de subordination « o » avec valeur de disjonction non exclusive : c’est cette équivalence qui doit être combattue selon la faction italo-portugaise.

  • 49 Ce mémoire se trouve à l’Archivum Secretum Vaticanum, fonds Archivum Arcis, Arm. I-XVIII, pochette (...)
  • 50 L’auteur du mémoire était-il vraiment convaincu de l’ascendance judéo-converse de ces jésuites ? Ou (...)
  • 51 Voir Charles E. O’NEIL et Joaquín María DOMÍNGUEZ (dir.), Diccionario Histórico de la Compañía de J (...)
  • 52 Ibid., vol. III, p. 2793-2796.
  • 53 Voir John W. O’MALLEY, « To Travel to Any Part of the World: Jerónimo Nadal and the Jesuit Vocation (...)
  • 54 Vita Ignatii Loiolae Societatis Iesu fundatoris, Libris quinque comprehensa. In quibus initia ipsiu (...)

15Pour restituer ce qu’elle considère être l’esprit primitif de la Compagnie et l’héritage ignacien et contrecarrer l’introduction progressive dans l’ordre d’un esprit étranger né de la présence en son sein de judéo-convers, cette faction jésuite s’est adressée directement aux souverains pontifes afin qu’ils interviennent dans l’élection des préposés généraux successifs et écartent ce qu’elle présentait comme une « faction » converse ou pro-converse du gouvernement de l’ordre. Ribadeneyra est nommément cité dans un mémoire italien remis au pape49. À la fin de son écrit, l’auteur dresse la liste des principaux responsables du mauvais gouvernement de la Compagnie et de la décadence de celle-ci : Polanco, Nadal, Ribadeneyra, Vázquez, Madrid, Ruiz, Solier, et ajoute que « tutti questi livato Nadal sono spagnoli di stirpe di Giudei »50. Les trois premiers jésuites cités ont eu un rôle prépondérant dans la maturation de la première identité de la Compagnie. Juan de Polanco (1517-1576)51, secrétaire de la Compagnie de 1547 jusqu’à 1572, a participé à la rédaction des Constitutions de l’ordre aux côtés d’Ignace. Jerónimo Nadal (1507-1580)52, autre proche collaborateur d’Ignace de Loyola, a été chargé de proclamer les Constitutions en Europe (à Messine en 1552, en Espagne et au Portugal entre 1553 et 1554, puis en Italie, en Autriche et en Allemagne en 1555) et a été l’un des interprètes de l’institut (Scholia in Constitutiones, et Comentarii de Instituto Societatis Iesu)53. Quant à Pedro de Ribadeneyra, outre son rôle dans le gouvernement de la Compagnie sous les trois premiers préposés généraux, il a été le premier biographe d’Ignace de Loyola, puis de ses deux successeurs54.

  • 55 Cette interprétation de l’esprit ignacien a très vite été remise en cause par le successeur de Borj (...)
  • 56 Sur ce point et les différences entre l’hagiographie de Ribadeneyra et celle de Maffei, voir le cha (...)
  • 57 Voir les Prolegomena des Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Iesu initiis, vo (...)

16Nous pouvons considérer que l’hagiographie d’Ignace de Loyola écrite par Ribadeneyra a participé de la stratégie de défense de Borja face à ces contestations internes à l’ordre. En chargeant Ribadeneyra en 1567 de donner une version « officielle » des débuts de la Compagnie et de l’institut jésuite55, le troisième préposé général souhaitait fixer un « portrait du Père »56. Borja avait tout d’abord demandé, en 1567, que les divers écrits biographiques sur Ignace qui circulaient alors sous forme manuscrite dans la Compagnie de Jésus soient recueillis et envoyés à Ribadeneyra. Ce dernier avait insisté à son tour sur ce point auprès de Nadal et Vázquez.57 Dans la préface à ses frères de religion, le jésuite met en exergue le fait que la vie d’Ignace de Loyola est le reflet de l’institut jésuite et que sa mise en écriture est une exégèse de celui-ci :

  • 58 Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola (...)

Quae quidem, quoniam illo vel duce gesta, vel defensore propulsata, vel moderatore constituta sunt, implicata mihi cum eius vita connexaque ita videbantur, ut seiungi commode secernique non possent. Neque mihi tamen hoc propositum est, omnia ut paesequar, sed ut pauca quaedam deligam, quae vel illustriora sunt, vel Societatis quasi cursum declarant ; et quae nisi nunc recendi memoria literis consignata sint, oblivione forsitan obruantur.[…] si denique lectissimus virtutum eius omnium comitatus assidue nobis ante oculos versabitur, rectissimam habebimus regulam atque certissimam, ad quam non solum mores nostros, vitamque conformare, sed etiam verum germanumque nostrae vocationis spiritum examinare possimus ; cuius solida effigies et expressa in illius vita plane conscitur58.

17Il s’agit bien évidemment pour ses frères jésuites d’imiter ce portrait du Père :

  • 59 Ibid, p. 66. « Otra ay, que es más doméstica y propia nuestra, que es de seguir e imitar a aquél qu (...)

Atque haec quidem ratio, frates, cum ceteris nobis communis est ; illa praecipua, ut quem ducem sequimur, eius quoque virtutem imitemur. […] Nam qui alicuius vestigia persequi cupuint, vitae quoque illius explicatione delectantur ; et cum voluptate audimus, quae cum fructu imitamur59.

  • 60 Ribadeneyra a signé la préface dédiée à ses frères de religion le 1er mai 1569 avant de partir pour (...)
  • 61 Voir Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. I, Rome, MH (...)

18Il ne nous semble pas anodin que Ribadeneyra soit envoyé en Lombardie, foyer des « réformateurs » italiens, en tant que visitador60 par Borja deux jours après avoir signé la préface de son ouvrage. Dans les lettres que Ribadeneyra a envoyées au troisième préposé général pour l’informer du cours de sa visite, il le met en garde contre certaines pratiques non communes à l’institut : communion fréquente – voire journalière –, oratoires laïcs, prière des « Quarantore » etc61.

  • 62 A. A. SICROFF, op. cit., p. 281.
  • 63 Dans « Ignacio de Loyola y la “limpieza de sangre” », op. cit., p. 611, Francisco Borja de Medina r (...)

19Malgré l’ultime tentative de Francisco de Borja, à travers l’hagiographie d’Ignace écrite par Ribadeneyra, pour fixer une interprétation de l’institut, la mise en pratique de celui-ci défendue par les jésuites « borgianos » a été l’une des pierres de touche de leur éviction graduelle. Il convient donc de nuancer l’affirmation d’Albert Sicroff selon laquelle la Compagnie de Jésus n’a pas adopté un statut de pureté de sang en 1593 « pour préserver l’intégrité religieuse de l’ordre »62. Bien qu’il ne se soit pas agi de défiance vis-à-vis de possibles pratiques judaïsantes, comme dans le cas des hiéronymites, le rejet des Nouveaux-Chrétiens s’est appuyé sur la dénonciation d’une conception différente de la religiosité propre à la Compagnie de Jésus promue par des éléments jugés exogènes. Comme l’ont répété les membres de la faction anti-conversos dans leurs mémoires, le converso reste juif et se voit attribuer toutes les tares reprochées à ses ascendants63. Ribadeneyra, directement visé par la première offensive menée contre les judéo-convers par la faction italo-portugaise, a été l’un des plus ardents contempteurs du statut de pureté de sang jésuite alléguant que son adoption était une trahison envers l’esprit du Père et un amendement grave aux Constitutions. Avant d’analyser plus avant les mémoires et les lettres du jésuite, il convient d’étudier quelle est la valeur qu’a conférée Ribadeneyra à la conversion des Nouveaux-Chrétiens et partant, quel est le rôle qu’il a attribué à leur conversion au sein du projet ignacien tel qu’il le comprenait.

Pedro de Ribadeneyra et la conversion des Nouveaux-Chrétiens

20La valeur que Ribadeneyra conférait à la conversion peut être étudiée à travers la première hagiographie d’Ignace composée par le jésuite tolédan. Comme nous l’avons précédemment mentionné, cette première Vie « officielle » du fondateur de l’ordre doit être considérée comme l’interprétation de l’institut et de l’héritage du Père fondateur défendus par les jésuites « borgianos ». Si la conversion d’Ignace, la réorientation de son existence désormais vouée tout entière au service de Dieu et au bien des âmes, et la fondation de la Compagnie de Jésus, approuvée par le pape et résultat de cette conversion, occupent bien évidemment une place primordiale au sein du projet ribadeneyrien, la conversion ignacienne n’est pas l’unique conversion dont parle Ribadeneyra. Le jésuite expose en effet d’autres conversions ― qu’elles aient été des conversions au christianisme ou qu’elles aient eu trait à des retournements d’âme, des changements de vie ― dues à Ignace de Loyola. Ces conversions sont présentées par Ribadeneyra comme sincères et définitives, notamment celles des juifs.

  • 64 The Jesuit Order…, op. cit., p. 87-88. Maryks affirme que cet épisode « must raise historian’s eyeb (...)
  • 65 Voir aussi le cas d’Antonio Possevino qui a combattu le statut de pureté de sang depuis Rome et l’a (...)

21La valeur définitive de la conversion des juifs défendue par Ribadeneyra amène à discuter l’interprétation que Robert Maryks livre dans son ouvrage à propos d’un supposé «philo-judaïsme » jésuite. Robert Maryks affirme en effet que l’antisémitisme est incompatible avec une disposition favorable à l’égard des Nouveaux-Chrétiens. L’auteur va jusqu’à considérer que dans la biographie de Jerónimo Nadal, l’épisode conté par son secrétaire et biographe Diego Jiménez, et dans lequel est relatée la confrontation de Nadal avec la communauté juive d’Avignon lui proposant d’être son grand rabbin (le jésuite les accusant d’être des « espíritus diabólicos », ou des « herejes de la ley de Moíses ») est apocryphe.64 Or, contrairement à ce que suppose Maryks, si certains jésuites ont fait preuve d’un indéniable sentiment positif vis-à-vis des conversos, c’est justement parce qu’ils ne reconnaissaient pas – ou plus – le juif dans le judéo-convers, suivant en cela l’enseignement de saint Paul : le baptême avait « lavé » le Nouveau-Chrétien de toute trace judaïsante. Si le juif doit être combattu, le nouveau-converti, dont la conversion ne peut être que sincère et surtout efficace, ne doit être l’objet d’aucune forme de discrimination, en ce qu’il participe pleinement de la communauté des fidèles et à l’accroissement de celle-ci, et est ainsi le gage de la pleine réalisation de la mission de la Compagnie de Jésus. Sur ce point, la position défendue par Ribadeneyra est exemplaire65.

22Dans le Traité du Prince Chrétien, livre premier, chapitre XVI « Que los príncipes que se gobiernan por la ley de Dios más que por la falsa razón de estado son favorecidos de Dios », il fait l’éloge des Rois Catholiques ayant expulsé les juifs et les musulmans d’Espagne, ajoutant que :

  • 66 Tratado de la religión y virtudes que debe tener el Príncipe Cristiano para gobernar y conservar su (...)

[…] el mismo Dios aventajosamente se le pagó, limpiando estos reinos de toda fealtad é inmundicia de falsas sectas, y conservándolos hasta ahora en la entereza y puridad de la fe católica, y en justicia y paz, y dándolos otros reinos, y descubriendo por su mano un nuevo mundo, con tantos y tan grandes tesoros y riquezas que es uno de los mayores milagros que ha habido en él66.

23L´auteur fait ici un parallèle clair entre l´expulsion des juifs et des musulmans et la propagation de la foi catholique à travers l´expansion de l’empire américain des Rois Catholiques, entre la disparition du « juif » et de possibles conversions à venir. Ce passage est à mettre en relation avec la Vie d’Ignace.

  • 67 Voir I. de LOYOLA, Écrits, op. cit., p. 293. La première version de la Formula (1540) ne mentionnai (...)
  • 68 L’antinomie entre Ignace de Loyola et Luther a été amplement diffusée par Nadal dès la mort du fond (...)
  • 69 Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola (...)
  • 70 Ce chapitre a été ajouté à la version princeps latine de 1572, lors de la publication de l’œuvre en (...)
  • 71 Dans la Vie d’Ignace de Loyola, comme dans la Vie de Diego Laínez, Ribadeneyra met en exergue le ca (...)
  • 72 Ajouté opportunément lors de la première publication en espagnol de l’œuvre en 1583 dédiée à l’inqu (...)
  • 73 Sur l’apostolat d’Ignace de Loyola auprès des juifs à Rome voir Pietro TACCHI VENTURI, Storia della (...)
  • 74 Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola (...)

24Les jésuites appartiennent à un ordre missionnaire, comprenant autant les missions lointaines que les missions intérieures dont le but, selon la deuxième version de la Formula (1550), est la défense et propagation de la foi en vue du bien des âmes67. C’est ce que met en exergue Ribadeneyra dans le livre V de la Vie d’Ignace intitulé « De los milagros que hizo Dios por él [Ignace] ». Dans ce livre, Ribadeneyra soutient la thèse que l’authentique preuve de la sainteté ne consiste pas à faire des miracles mais à aimer son prochain, selon la seule règle de la charité. Si Dieu n’a pas offert à Ignace le don de réaliser des évènements prodigieux, il l’a fait intentionnellement afin d’éviter d’une part, la vaine gloire de ses coreligionnaires et d’autre part, parce que ceux-ci ne sont pas nécessaires. Ribadeneyra oppose les miracles corporels aux miracles spirituels, soulignant que la résurrection de l’âme a plus de valeur que celle du corps, et recourt pour ce faire à l’antinomie topique entre Lazare et Paul. Le seul miracle réalisé par Dieu à travers la personne d’Ignace est donc la fondation de la Compagnie et les conversions qui lui sont dues. Dans le chapitre XVIII du livre II : « Lo que pretendió Dios nuestro señor en la institución y confirmación de la Compañía », Ribadeneyra présente au lecteur un portrait d’Ignace comme un anti-Luther68. Ces deux figures s’opposent au sein d’une vision providentialiste de l’histoire. L’auteur souligne que Luther a déclaré la guerre à la religion catholique la même année où Ignace s’est cassé la jambe, événement qui a donné lieu à sa conversion pendant sa convalescence. De la même façon, Augustin naquit la même année que Pélage. Comme le mentionne Ribadeneyra, la bulle de confirmation de la Compagnie stipule que cette dernière a été instituée pour la défense et la propagation de la foi (il reprend ici la seconde version de la Formula, celle de 1550) : la foi se défend contre les hérétiques et se propage auprès des gentils69. Alors que, après que Luther eut propagé ses idées hérétiques, se perdaient l’Angleterre et les Flandres, Dieu a permis, en contrepartie, la découverte du Nouveau Monde par la Castille et le Portugal : les Indes Occidentales et Orientales70. Selon le jésuite espagnol, l’expansion de la foi catholique dépendant de l’expansion des empires espagnol et portugais, la conversion peut toucher le plus grand nombre d’âmes possibles, peu importe l’origine géographique ou religieuse des convertis71. Dans ce chapitre72, Ribadeneyra ne parle que de la conversion des gentils, étant donné qu’il n’y avait officiellement plus de juifs en Castille et au Portugal depuis leur expulsion – qu’il approuve, comme nous l’avons vu –, respectivement en 1492 et 1496. C’est au chapitre IX du livre III : « De las obras pías que nuestro Buen Padre Ignacio hizo fundar en Roma » que le jésuite loue la conversion des juifs due à Ignace de Loyola à Rome73. Nous retrouvons ici la doctrine paulinienne telle qu’elle est exprimée dans l’Épître aux Galates ou encore l’Épître aux Romains : le Christ a uni tous les hommes, gentils et juifs : ceux qui ont été baptisés en Christ, ont revêtu le Christ, et toutes les différences entre les hommes ont disparu. Après un éloge des Rois Catholiques dans le dernier chapitre du livre II pour avoir nettoyé l’Espagne des « suziedades y abominaciones de los judíos y moros con echarlos fuera »74, Ribadeneyra affirme l’efficacité du baptême et la sincérité de la conversion dues aux jésuites :

  • 75 Ibid., p. 405.

Y assi, muchos judíos, movidos por la caridad de los nuestros y con el buen ejemplo de algunos de los suyos que ya avían recebido el bautismo, se convirtieron a nuestra fe, entre los quales fueron algunos principales que importavan mucho para la conversión de los demás, porque estos con grande eficacia y claridad convencían a los otros judíos, mostrándoles por las Escrituras que el prometido y verdadero Messías es Jesu Christo nuestro Señor75.

  • 76 Ibid., p. 407.
  • 77 Grâce à la bulle Illius qui pro Dominici du 19 février 1543 de Paul III. Le fondateur de l’ordre a (...)
  • 78 Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola (...)

25Le rôle des principaux néophytes – en ce qu’il convient tout d’abord de convertir la « tête » pour toucher les « membres » – apparaît primordial chez Ribadeneyra afin de contribuer à la propagation de la foi. Grâce à différentes entreprises menées à bien par Ignace76, telle la création de la Casa dei Catechumeni77, l’impératif apostolique de la Compagnie a pu être couronné de succès à Rome : « Con lo qual se a abierto une gran puerta a esta gente para su salvación, y muchos de los que quedan del desecho de Israel (que dize el Apóstol) se han allegado al conocimiento de Jesu Christo nuestro Redentor »78.

  • 79 Voir J. O’MALLEY, Les premiers jésuites…, op. cit., p. 110, à propos de Jerónimo Nadal : « Peu aprè (...)

26Ainsi, si la défense et la propagation de la foi, et donc la conversion, sont la raison d’être de la Compagnie de Jésus – répondant en cela à l’idéal apostolique visant le salut de l’âme d’autrui –, les Nouveaux-Chrétiens participent à la mise en œuvre de cet idéal de l’ordre et apparaissent comme une preuve de sa réussite79. La règle de la charité qui prévaut dans l’institut ignacien est garante de sa mission : propager la foi catholique « ad maiorem Dei gloriam ».

  • 80 Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola (...)
  • 81 Ibid., p. 813.
  • 82 « Antes que en Roma se hiziesse la casa de los catecúmenos, solían, como avemos dicho, catequizarse (...)
  • 83 Sur le motif testamentaire de la « maison », voir saint Luc, parabole du Fils Prodigue (15, 11-32).
  • 84 « Otro también conocemos en la Compañía que andava tan assombrado de un vano temor que tuvo, que au (...)
  • 85 Le manuscrit se trouve aux Archives jésuites de la province de Castille (C-323). À propos de ce man (...)
  • 86 Ce passage peut être consulté dans l’article de Portillo précédemment cité (p. 296-298), ainsi que (...)
  • 87 « ni me reprehendió, ni me exhortó, ni me amonestó, ni me dixo más palabras que éstas : – Yo os rue (...)
  • 88 « Hízela [sa confession générale] llorando yo y llorando él, y más él que no yo […] » (ibid.).
  • 89 Les jésuites entendent par « conversion » autant la conversion au catholicisme des gentils et des i (...)

27Il ne s’agit pas pour Ribadeneyra d’un seul succès institutionnel : le charisme du fondateur de l’ordre, à travers la parole duquel agit Dieu, est un instrument crucial de la conversion. Le chapitre VI du livre V présente « la modestia y eficacia » des paroles d’Ignace : grâce à la « fuerza que el Señor dava a las palabras deste su siervo », à « este don surnatural »80, l’on doit à Ignace des changements de vie, le fait de « desapasionar y sossegar almas afligidas »81 et surtout, parmi les exemples allégués par l’auteur, la conversion du juif romain Isaac. Isaac était catéchisé dans la maison occupée par les jésuites, la maison des catéchumènes n’ayant pas encore été créée. Alors qu’il se destinait au baptême, celui-ci, en proie à une crise soudaine, refuse de se convertir82. Si les efforts des jésuites alors présents se sont avérés vains, les quelques mots prononcés par Ignace de Loyola « amorosamente » sont parvenus à opérer un retournement (« tornó en sí »), dissipant les effets de l’aliénation dus à la colère, dirigeant le juif, futur chrétien, vers son véritable lieu, sa véritable « casa »83, celle des jésuites et plus généralement, le giron de l’Église catholique. Il nous semble intéressant de remarquer ici que l’exemple qui précède celui du juif romain Isaac est celui de l’auteur-même. Dans la version latine de 1572, comme dans la version espagnole de 1583, Ribadeneyra passe très rapidement sur ce cas qui reste anonyme84. Or, dans le manuscrit de la Vie de d’Ignace de Loyola en espagnol datant de 157885, plusieurs épisodes concernant Ribadeneyra – et celui-ci dit explicitement qu’il en est le protagoniste – y sont développés, notamment celui de la « crise » spirituelle qu’il a traversée en 1543, le poussant à quitter définitivement la Compagnie86. De la même façon que pour le futur néophyte Isaac, se sont quelques paroles prononcées sans animosité ou colère par Ignace qui ont permis à Ribadeneyra de rester dans la Compagnie et d’y faire sa profession solennelle.87 Un parallèle doit être fait entre les larmes versées par Ignace avant de prononcer les mots opérant le retournement de Ribadeneyra88 et l’eau du baptême d’Isaac. Ces deux épisodes étant mis en regard89, il nous faut mentionner ici la valeur définitive que Ribadeneyra accorde aux « retournements d’âmes » opérés par Ignace et donc à la conversion du juif romain :

  • 90 Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola (...)

Muchas vezes con muy pocas palabras sanava los coraçones de las personas que a él acudían tan enteramente, que parecía que les quitava como con la mano, no solamente la dolencia presente, sino que cortaba para siempre las raýzes y causas della90.

28C’est cette conception de l’institut, fondée sur le charisme de son fondateur, instrument divin œuvrant à la conversion des âmes, qui a poussé Ribadeneyra à être l’un des plus ardents opposants aux statuts de pureté de sang.

Pedro de Ribadeneyra et l’opposition au statut de pureté de sang : la défense de l’esprit du Père et des Constitutions

  • 91 Il s’agit du décret 52 « De genere » (Institutum Societatis Iesu, Rome, MHSI, 1869, vol. I, p. 257) (...)
  • 92 Voir sur ce point F. BORJA DE MEDINA, « Precursores de Vieira… », op. cit. Les autres jésuites espa (...)
  • 93 Sur la contestation du statut de pureté de sang par Pedro de Ribadeneyra, voir les articles d’E. RE (...)
  • 94 Ces mémoires peuvent être consultés dans le deuxième volume des Monumenta dédié à Ribadeneyra (Patr (...)

29C’est la cinquième Congrégation Générale, imposée en décembre 1592 par le pape Clément VIII au général Acquaviva, qui a adopté un statut de pureté de sang pour la Compagnie de Jésus91. L’opposition à ce statut a été vive dans l’assistance d’Espagne92. La figure de proue de ce mouvement de contestation a été Pedro de Ribadeneyra93. Le jésuite tolédan s’est en effet directement opposé au décret « De genere » à travers divers mémoires envoyés à Acquaviva ou aux pères réunis en Congrégation Générale94.

  • 95 ARSI, Inst. 186 e, f. 353r-358r.
  • 96 Ibid., f. 356r-v.
  • 97 Est-ce à cause de l’origine judéo-converse de ce dernier ? D’une méconnaissance de la question mori (...)

30Alors que le décret 52 touchait autant les conversos que les moriscos, Ribadeneyra, dans sa défense des Nouveaux-Chrétiens, n’a pris en compte que les premiers. Dans ses mémoires, le jésuite italien Possevino, de la même façon, ne développe que le cas des conversos. La prise en compte des moriscos est rare dans la controverse interne à l’ordre concernant le statut de pureté de sang. Leur cas se rencontre dans le mémoire adressé par Diego de Guzmán à Ribadeneyra daté de 160595 dans lequel l’auteur, dont la carrière jésuite s’est déroulée en Andalousie, allègue l’exemple du père Albotodo, morisco96. Cet exemple n’a pas été repris par Ribadeneyra97.

  • 98 Possevino subdivise les promoteurs jésuites du décret « De genere » en trois groupes, parmi lesquel (...)
  • 99 Voir F. BORJA DE MEDINA, « Precursores de Vieira… », op. cit.
  • 100 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p.(...)

31Si dans ses mémoires contre le décret, Possevino insiste sur le fait que les statuts de « limpieza de sangre » sont un instrument de discrimination sociale au sein même de la Compagnie98, Ribadeneyra ignore ce point. Mais il ne manque pas de reprendre les arguments allégués par d’autres jésuites espagnols contre le statut de pureté de sang adopté par l’ordre99. Dans le mémoire de 1597 adressé à Acquaviva, le jésuite affirme recevoir de nombreuses lettres de ses coreligionnaires espagnols condamnant le décret100. Il reprend les diverses raisons que ceux-ci lui ont présentées, chaque nouvel argument étant précédé de « otros dirán que ». D’une part, le décret 52 est inconstitutionnel en ce qu’il contrarie les vocations religieuses de certains ayant été appelés par Dieu pour servir dans la Compagnie et celle-ci ne peut plus choisir les sujets qu’elle juge être les plus aptes pour mener à bien ses ministères – les Constitutions insistent à plusieurs reprises sur l’importance qui doit être accordée à recruter les membres les plus à même de servir la Compagnie de Jésus « ad mayorem Dei gloriam ». D’autre part, le décret « no es seguro en conciencia » et a été réprouvé par de nombreuses personnes de qualité, extérieures à l’ordre (le duc de Feria, l’inquisiteur Quiroga, etc.) ― Ribadeneyra réinsère ici le débat interne à l’ordre dans une perspective plus large : la remise en cause des statuts qui a eu lieu à la fin du XVIsiècle en Espagne, l’inquisiteur général lui-même y étant opposé. Par ailleurs, écrit Ribadeneyra, les familles n’oseront plus envoyer leurs enfants dans les collèges jésuites de peur que, si ceux-ci veulent entrer par la suite dans l’ordre, l’enquête visant à prouver leur « limpieza » les déshonore, entraînant une véritable mort sociale. En outre, alors que la Compagnie reçoit des enfants d’hérétiques, elle refuse des candidats dont l’ascendance juive remonte parfois à plus de trois cents ans : Ribadeneyra semble ici reprocher à ses adversaires de considérer que le sacrement du baptême aurait une efficacité toute relative et fluctuante, etc.

  • 101 Voir sur ce point A. A. SICROFF, op. cit.
  • 102 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. (...)
  • 103 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. (...)
  • 104 Voir sur ce point E. JIMÉNEZ PABLO, La Compañía de Jesús…, op. cit., p. 214-216.

32Après avoir présenté ces différents arguments qui apparaissent chez la plupart des opposants aux statuts de pureté de sang101, Ribadeneyra replace le débat au sein de la polémique interne à la Compagnie de Jésus. En effet, il dénonce l’identification qui a été faite entre les « mémorialistes » et les judéo-convers: l’adoption du statut « se hizo en mala conyuntura y arrebatadamente, quando los ánimos estavan exasperados contra algunos inquietos desta gente, sin tener en cuenta que eran más los perturbadores, que no tenían esta nota, que los notados »102. La dissidence des « mémorialistes » n’est pas due à un vice qui proviendrait d’une ascendance juive supposée mais repose sur la responsabilité personnelle des jésuites impliqués. D’autre part, ce n’est pas la première fois que la Compagnie est attaquée par les siens : dans le mémoire de 1593, Ribadeneyra fait allusion à plusieurs « borrascas »103 survenues sous les généraux successifs. Lorsqu’il arrive au généralat de Mercurian, il mentionne les manœuvres ourdies par certains pères italiens. Si le jésuite ne nomme personne, il s’agit des pères Giovanni Pietro Maffei (1538-1603), Achille Gagliardi (1539-1607) et Benedetto Giustiniani (1550-1622), menés par Palmio, alors assistant d’Italie, et introduits auprès de Grégoire XIII par le père Toledo en 1578 pour lui remettre un mémoire critiquant le gouvernement de Mercurian et proposant une réforme de l’ordre104. Il ne nous semble pas anodin que Ribadeneyra cite ce complot étant donné le rôle joué par certains jésuites italiens, notamment Palmio, dans le rejet progressif des Nouveaux-Chrétiens par l’ordre, assimilés à des éléments exogènes et perturbateurs.

  • 105 Ces deux points se retrouvent chez tous les jésuites ayant critiqué le statut, autant chez les jésu (...)

33Cependant, les deux points névralgiques de la condamnation du décret « De genere » par Ribadeneyra ont été son inconstitutionnalité et le fait que le jésuite considère celui-ci comme une trahison envers l’esprit d’Ignace de Loyola105.

  • 106 Il convient de rappeler ici le titre complet du mémoire de 1593 de Ribadeneyra : « Las razones que (...)
  • 107 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. (...)
  • 108 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. (...)
  • 109 Ibid., p. 374-377.

34Le premier motif donné par Ribadeneyra dans le mémoire de 1593 est que la non-admission des Nouveaux-Chrétiens dans la Compagnie « es contra nuestras constituçiones, las quales no excluyen a los tales, ni ponen por impedimento essençial ni aun secundario ser de tal o tal generaçión ».106 L’ascendance juive ou musulmane du candidat à l’entrée dans la Compagnie de Jésus ne fait pas partie des empêchements stipulés dans les textes législatifs de l’ordre107. Ribadeneyra réprouve le décret « por ser contra el uso y plática de toda la Compañía hasta ahora »108 et, à travers divers exemples dont il a été le témoin direct – reprenant ainsi l’un des principaux ressorts de son écriture hagiographique –, le jésuite va s’efforcer de démontrer que le statut de pureté de sang est une trahison envers l’esprit du Père qu’ont toujours suivi, pour la plus grande gloire de Dieu, ses successeurs109.

  • 110 Or, comme le remarque Pierre Antoine Fabre (op. cit., p. 889) : « plus encore, Ignace lui-même ne r (...)
  • 111 Diego Laínez était lui-même d’origine judéo-converse et son élection en 1558 avait fortement déplu (...)
  • 112 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. (...)
  • 113 Ibid., p. 376.
  • 114 Ibid., p. 377.
  • 115 Ibid., p. 376.
  • 116 Ibid., p. 377.
  • 117 Ibid., p. 378-379. Dans The Jesuit Order… (op. cit., p. 188), Maryks écrit la chose suivante à prop (...)

35Le premier mémoire de 1593 se présente en effet comme un véritable procès, dans lequel Ribadeneyra fait intervenir des témoins et apporte des preuves. Ignace s’était toujours opposé à Antonio Araoz qui avait insisté à de nombreuses reprises pour que l’ordre acquière un statut. Ribadeneyra affirme qu’il a lui-même remis les lettres d’Araoz et les réponses d’Ignace à Jerónimo Nadal, envoyé par Laínez comme visitador en Espagne : il serait aisé de les retrouver dans les archives de l’ordre. Ainsi, à son témoignage, Ribadeneyra ajoute des preuves tangibles. Puis il recourt à un certain pathos, écrivant que « con lágrimas en los ojos », Ignace aurait dit avoir souhaité être juif afin de « ser pariente de Christo según la carne »110. L’opposition la plus violente, selon le jésuite, a été celle de Diego Laínez111. Laínez, selon les paroles que lui prête Ribadeneyra, – qui « retranscrit » une diatribe du second préposé général contre les statuts112 –, s’était opposé, comme saint Paul, à la distinction faite entre les juifs et les gentils. À cet argument théologique, il ajoute que les statuts de pureté de sang ne sont que l’expression de préjugés propres à la société espagnole du temps. D’après Ribadeneyra, Laínez aurait été jusqu’à taxer les statuts de « humor y error nacional »113, d’une « nota según las imaginaciones »114, de « vanas opiniones y errores y passiones contrarias del mundo, que los que por no desplaçer al mundo, se configuran a él, y por placerle y yr adelante dél la cabeça descubierta, afligen los inocentes, y ciérranles de su parte los ordinarios caminos de la perfection y paz evangélica »115. Selon le second préposé général, les statuts ne sont qu’une lubie espagnole, et là où les préjugés de « raza » sont forts, il convient de suivre le précepte de prudence du fondateur et d’envoyer les sujets judéo-convers à Rome. Enfin, le général Borja, qui avant de renoncer au monde avait servi les monarques espagnols, était bien au fait des préjugés contre les conversos, et Ribadeneyra affirme que « fue aún más fácil en reçibir a esta gente que los Padres Maestro Ignacio y Maestro Laínez »116. L’auteur termine d’argumenter sur ce point en affirmant que le décret est « contra el pareçer del mismo Padre N. Claudio Acquaviva »117.

  • 118 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p.(...)
  • 119 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p.(...)
  • 120 Ribadeneyra concède cependant (lettre à Acquaviva de janvier 1606) qu’une exception pourrait être f (...)

36Ribadeneyra se présente dans ses mémoires comme celui qui est le plus à même de défendre l’esprit d’Ignace de Loyola et de ses successeurs : « Y esto me toca a mí el dezirlo, porque como he dicho, no ay otro que lo pueda dezir; y porque, si no lo dixesse, temo que Dios nuestro Señor y nuestro bienaventurado Padre me pedirán cuenta dello »118 écrit-il dans la lettre adressée à Acquaviva en 1597. Cette lettre apparaît comme le testament du jésuite. Ribadeneyra étant à la fin de sa vie et prêt à mourir dit-il, sa condamnation du statut ne se fonde pas sur des considérations humaines et terrestres mais est guidée « por el puro amor de Dios y bien de la Compañía y el querer ser hasta la muerte hijo de nuestro bienaventurado Padre Ignacio, pues le escrivía al punto que iba a dar cuenta a Dios »119. Il avait tout d’abord pensé garder cette lettre scellée, celle-ci ne devant être ouverte qu’à sa mort. Mais craignant que cette échéance ne tarde, et voyant les perturbations internes occasionnées par le statut « De genere », il pense être de son devoir d’écrire à Acquaviva pour l’enjoindre d’abolir le décret 52120. Ce qu’il propose au général est un véritable examen de conscience et il va jusqu’à le menacer en recourant au jugement de Dieu :

  • 121 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p.(...)

Ésta es ser el decreto contraríssimo al espíritu, juicio y sentimiento de nuestro santo Padre Ignacio en tanto grado que juzgo delante del Señor que me ha de juzgar, que temo no ha de reconocer por hijos a todos los que anduvieren en él y persuadieron a los otros que se estableciesse, ni a los que, sabiendo y creyendo esto y pudiendo, no lo remedian121.

  • 122 « Pero entre ellas es una y no de pequeña consideración, que si se mellasse y se desportillasse una (...)
  • 123 Notamment par Nicolás de Bobadilla (1509-1590) et Simón Rodrigues. Voir sur ce point M. CATTO, op.  (...)

37D’autre part, le décret est la porte ouverte à d’autres modifications des Constitutions122. L’adoption d’un statut de pureté de sang menace de dénaturer l’institut et de porter préjudice au but visé par celui-ci, inspiré par Dieu à Ignace. La question de l’inspiration divine de l’institut (qui le rend donc intouchable) avait été remise en cause dès les débuts de la Compagnie123. Dans la lettre écrite à Acquaviva en janvier 1608, avant la sixième Congrégation Générale, Ribadeneyra, après avoir une nouvelle fois vilipendé le décret « De genere », va jusqu’à proposer à la Congrégation Générale d’en adopter un nouveau afin de punir ceux qui contestent l’inspiration divine de l’institut et souhaitent ainsi le modifier :

  • 124 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. (...)

Con esto [la révocation du décret 52] se podrá más fácilmente cerrar la puerta a las novedades y disparates de algunos contra el Instituto de la Compañía, confirmando la congregación general todas las cosas sustanciales dél, y declarando que lo que discrepare, es contrario al spíritu de N. B. Padre, y como tal se deve desechar y condenar, y tener por miembros contaminados a los que tuvieran tales opiniones ; que cierto, veo algunos tan engañados, que me parece se debe hazer alguna demostración o reprehensión, con decreto particular, para que ellos se reporten y entiendan que nuestro Instituto no es invención de Ignacio, sino don venido del cielo, y que el Señor se le dio para nuestro bien y de toda la iglesia124.

  • 125 Constitutions, huitième partie : « De tout ce qui peut maintenir l’union mutuelle des membres sépar (...)
  • 126 Dans le De Rege et Regis Institutione (1599), le jésuite espagnol Juan de Mariana étudie les divisi (...)

38Remarquons ici le renversement opéré par Ribadeneyra : les membres contaminés du Corps ne sont plus les conversos (tel que cela apparaissait dans les écrits de Palmio ou de Rodrigues par exemple) mais ceux qui promeuvent le statut, source de divisions internes. L’unité du Corps de la Compagnie – l’unité entre la « Tête » et les « membres » et les « membres » entre eux –, est l’un des principes recteurs des Constitutions125. Les membres de cet ordre missionnaire, soumis à la dispersion spatiale, doivent rechercher ce qui contribue à l’union des cœurs afin de conserver et de gouverner la Compagnie et de mener à bien la mission que Dieu a confiée à cette dernière. C’est parce que les supérieurs et leurs subordonnés seront unis entre eux que l’amour divin pourra se transmettre de la « Tête » aux « membres » et que ceux-ci pourront à leur tour œuvrer dans leurs ministères « ad mayorem Dei gloriam »126. Le statut de pureté de sang – source de divisions – remet donc en cause la fin dernière pour laquelle la Compagnie de Jésus a été instituée par Dieu et est donc contraire à l’esprit insufflé par ce dernier au fondateur de l’ordre.

  • 127 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit.,p.  (...)
  • 128 Ibid., p. 172. Ribadeneyra insiste sur l’union et la charité qui doivent régner entre les membres d (...)

39Ce que reproche aussi Ribadeneyra à Acquaviva, c’est de vouloir “dé-canoniser” l’institut alors que la cinquième Congrégation Générale a adopté le décret 71 qui ouvre la cause de la canonisation d’Ignace de Loyola : « Y paréceme cosa gravíssima que, al mismo tiempo que por una parte magnificamos el espíritu de nuestro santo Padre, y procuramos que sea canonizado y reverenciado de toda la Iglesia, por otra hagamos todo lo contrario de lo que él nos enseñó con obras y palabras »127. C’est Ribadeneyra lui-même qui avait proposé l’ouverture de la cause de la canonisation du fondateur à la cinquième Congrégation Générale. Dans une lettre adressée aux pères réunis lors de cette Congrégation extraordinaire et à Claudio Acquaviva, Ribadeneyra sollicite deux choses intrinsèquement liées. Il convient tout d’abord, dit-il, de demander au pape d’ouvrir la cause de la canonisation du fondateur. Puis il enjoint à ses coreligionnaires de ne pas modifier l’institut, d’inspiration divine128.

40Ribadeneyra était bien conscient que l’adoption d’un statut de pureté de sang par la Compagnie était la dernière étape de la déshispanisation de l’ordre, de la redéfinition de son identité, en ce qu’il visait de fait les jésuites espagnols qui n’étaient pas directement soumis à la hiérarchie romaine (présentés par les promoteurs du décret comme des éléments perturbateurs, des « mémorialistes » tous touchés par la « mácula » infamante d’une ascendance juive). Ainsi, en même temps que la cinquième Congrégation Générale faisait peser sur tout jésuite espagnol le soupçon d’une incapacité à servir la Compagnie, celle-ci décidait de forger une image du Père fondateur.

  • 129 Michel de CERTEAU, Le lieu de l’autre…, op. cit., p. 163.

41Comme le souligne Michel de Certeau, la politique de Claudio Acquaviva a consisté en la construction d’une frontière et d’un lieu intérieur grâce à deux moyens : la mise au point d’une image officielle du fondateur et la promotion d’une littérature interne, « c’est-à-dire un portrait du Père et un langage de famille »129. La représentation du fondateur exprime la définition que l’ordre se donne de lui-même et son rapport aux origines – alors débattus au sein de la Compagnie. La mise à l’écart progressive de Ribadeneyra du procès de canonisation d’Ignace de Loyola est sur ce point symptomatique.

  • 130 Scripta de Sancto Ignatio de Loyola Societatis Iesu fondatore, tomus secundus, Madrid, MHSI, 1918, (...)
  • 131 Ibid., p. 261. Pedro de Ribadeneyra, grâce au statut qui était le sien dans l’assistance d’Espagne, (...)

42Ribadeneyra avait été chargé dans un premier temps de mener à bien les différentes démarches concernant le procès ordinaire d’Ignace en Espagne. Dans une lettre à Claudio Acquaviva datée du 12 août 1595, il demande « […] que señale V. P. acá en España una persona que tenga sus vezes para todo lo que fuere menester en este negocio »130. Il conseille aussi au général d’écrire à tous les provinciaux européens afin que ceux-ci signalent « qualquier cosa que supieren y tocare a la sanctidad o milagros de nuestro Padre […] para que, siendo cosa de sustancia, se pueda averiguar y tomar por testimonio, y no siéndolo, se dexe »131. Acquaviva concède à Ribadeneyra la direction des différentes démarches dans sa réponse du 25 septembre 1595 :

  • 132 Ibid., p. 260.

Para lo de allá ninguna persona será más a propósito que V. R. Yo escribo a los provinciales, como en la suya me dize, que avisen a los nuestros, para que quien algo supiere tocante a esta materia, lo manifieste. A V. R. tocará solicitar esto, y en las ocurrencias como dize, dar de mi parte el orden que le pareciere convenir ; que yo en esto le doy mis vezes […]132.

  • 133 Le procès de canonisation d’Ignace de Loyola s’ouvre peu de temps avant l’absolution d’Henri IV par (...)
  • 134 M. GOTOR, I beati del Papa. Santità, Inquisizione e obbedienza in età moderna, Florence, Leo S. Ols (...)

43Ribadeneyra s’était donc vu confier par Acquaviva la responsabilité d’opérer un choix entre les évènements qui relèvent du miracle et les autres, de forger une image du fondateur conforme à celle d’un saint. Si le processus d’élaboration d’une telle image a été extrêmement complexe au sein-même de la Compagnie en proie aux déchirements politiques, spirituels et nationaux, il l’a été encore davantage après l’ouverture de la cause de canonisation d’Ignace. La sanctification du fondateur ne répondait pas à la seule volonté de l’ordre mais se trouvait au croisement d’intérêts divergents reflétant la complexité des rapports de force à l’œuvre sur l’échiquier européen du temps, notamment entre Rome, Madrid et Paris133. Comme le souligne Miguel Gotor, le procès de canonisation d’Ignace peut permettre de mesurer les antagonismes existant entre les jésuites espagnols « borgianos », dont la tête de file était Ribadeneyra, et les jésuites italiens liés à Acquaviva134. Si, comme l’écrit Ribadeneyra dans la Vie d’Ignace, son seul miracle est d’avoir fondé la Compagnie, l’attention du lecteur est portée sur le charisme personnel du fondateur.

  • 135 Ibid.
  • 136 El libro quinto de la Vida del Padre Ignacio de Loyola fundador de la Compañia de Jesus. En el qual (...)
  • 137 Segunda parte del Flos Sanctorum o libro de las vidas de los santos. En el qual se contiene las vid (...)
  • 138 M. GOTOR, « Hagiografía y censura literaria… », op. cit., p. 1018-1021. De plus, l’auteur souligne (...)

44Rome souhaitait enrichir cette Vie de miracles afin de normaliser la Compagnie, à travers une spiritualité plus active et plus pratique. L’étude de l’aventure éditoriale du cinquième livre de la Vie d’Ignace écrite par Ribadeneyra permet d’étudier les dissensions présentes entre les branches espagnole et italienne de l’ordre135. En 1596, Ribadeneyra avait publié le cinquième livre de la Vie d’Ignace avec les vertus de Laínez et de Borja136 : cette insistance sur les vertus des trois premiers préposés généraux espagnols mettait en exergue un ordre – originairement espagnol donc –, fondé sur le charisme intérieur de ses supérieurs, guidé par la règle de la charité, ce qui contrastait fortement avec la conception romaine du miracle comme manifestation extérieure de la sainteté. Néanmoins, Ribadeneyra a été contraint d’enrichir la Vie d’Ignace de miracles dans la version abrégée publiée en 1601 dans la deuxième partie de son Flos Sanctorum137. Miguel Gotor remarque que les versions postérieures complètes de la Vie de d’Ignace de Loyola ne sont plus divisées en livres afin de dissimuler la disparition du cinquième livre qui postulait l’existence d’un saint sans miracles138. Cependant, Ribadeneyra a fait preuve d’une certaine résistance face à ces velléités romaines : il renvoie dans la préface du Flos Sanctorum à l’édition de 1572 qui présente un saint charismatique dépourvu de la moindre manifestation extraordinaire. Mais cette résistance s’est avérée en partie vaine face aux exigences romaines – autant papales que jésuites – de redéfinir l’identité de l’ordre et d’amoindrir le poids des Espagnols au sein de la Compagnie de Jésus.

45Le général décide finalement d’écarter Ribadeneyra du procès ordinaire espagnol d’Ignace. Aussi, en février 1606, Acquaviva nomme le jésuite italien Virgilio Cepari afin d’assister Ribadeneyra dans la bonne marche du procès. Le mois suivant, le procureur général jésuite, Lorenzo Paoli, enjoint à Ribadeneyra de révoquer les ordres donnés au nom du général pour prétendument éviter toute discordance entre le pôle romain et pôle espagnol. Comme le souligne Miguel Gotor :

  • 139 Ibid., p. 1015.

Al margen de las fórmulas de circunstancia se trataba de desautorizar a Ribadeneyra en la gestión del negocio ignaciano, a fin de que fuese confiado al exclusivo control del “bando” romano que condujo a conclusión el proceso en 1609, cuando Pablo V proclamó beato al fundador de la Compañía de Jesús139.

46L’adoption d’un statut de pureté de sang par la Compagnie de Jésus a donc été la dernière étape de la redéfinition de l’identité de l’ordre ignacien. Les jésuites « borgianos » se sont vus éloignés définitivement du processus de consolidation de l’identité de l’ordre. Cette évolution du poids des Espagnols au sein de la Compagnie – ils ont été directement visés par le statut de pureté de sang, puis mis à l’écart des décisions prises par leur hiérarchie romaine – a coïncidé avec la perte d’influence de la Monarchie hispanique sur la scène européenne à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, perte d’influence due en grande partie à Clément VIII.

  • 140 J. MARTÍNEZ MILLÁN, « Transformación y crisis de la Compañía de Jesús (1578-1594) », op. cit.
  • 141 E. JIMÉNEZ PABLO, « “Que por sus pies se avía venido a la pila…” El decreto de limpieza de sangre e (...)
  • 142 F. BORJA DE MEDINA, « Precursores de Vieira… », op. cit., p. 506.
  • 143 Ibid., p. 508.
  • 144 Ibid., p. 510.
  • 145 Op. cit.

47Le rôle de ce pape dans l’adoption d’un statut de pureté de sang au sein de la Compagnie de Jésus, dont la mise en application a considérablement réduit le poids des Espagnols dans l’ordre, est à prendre en considération. Si José Martínez Millán140 ou Esther Jiménez Pablo141 considèrent que l’adoption d’un statut de pureté de sang a été une concession faite à la Monarchie hispanique et en particulier au parti « castellaniste » et à l’Inquisition, le rôle du pape Clément VIII – qui a imposé la cinquième Congrégation Générale à Acquaviva – n’est pas à négliger dans l’adoption du décret « De genere ». Francisco Borja de Medina souligne le caractère « anachronique » du décret dans la Monarchie hispanique : « En efecto, el estatuto de limpieza inmemorial sin posibilidad de dispensa, decretado en la Congregación General, llegaba tarde. En ese tiempo, los excesos en la práctica de los estatutos habían llevado a procurar una limitación »142. De fait, depuis 1580, le sujet de la limitation des statuts avait été traité par le Conseil de la Suprême ; à partir de 1596, Philippe II avait établi une junte ad hoc. Francisco Borja de Medina mentionne aussi le « Discurso » d’Agustín Salucio remis aux Cortès réunies en 1599. Celles-ci votent le 11 février 1600 un mémoire au roi conseillant la mise en application des recommandations proposées par le dominicain. Le nouvel inquisiteur général, Hernando Niño de Guevara, donne un avis favorable au discours en août 1600 et accompagne sa censure d’une consultation du Conseil de l’inquisition au roi demandant l’abolition ou la modération des statuts de pureté de sang. Acquaviva adresse d’ailleurs la réponse suivante le 11 novembre 1599 au père Quesada, alors provincial d’Andalousie : « Por acá hemos entendido que su Magestad trata de dar algún medio sobre esta materia [les statuts de pureté de sang] en las cosas universales de España. Si eso se hiziese se podra entonces tratar con titulo mas justificado lo que toca al Decreto nuestro »143. Mais surtout, c’est le pape Clément VIII qui a imposé de faire les enquêtes de « limpieza de sangre » à la manière de Tolède144. Rappelons ici que dans son Instruction secrète Acquaviva stipulait que « en recibirlos [les candidats qui n’ont pas « una nota clara »] no se haga la esquisita diligencia que se hara por ventura para una Canongia de Toledo o para ocuparlos en el Santo Oficio »145. Comme nous l’avons déjà mentionné, le décret 52 n’était pas rétroactif : il ne s’agissait donc pas de « punir » les « mémorialistes » espagnols assimilés aux conversos – les perturbateurs étaient d’ailleurs visés par le décret 54 de la même Congrégation Générale – mais de réduire le nombre de futurs candidats potentiels dans l’assistance d’Espagne. Ainsi, l’un des effets du décret est la réduction drastique d’admission de jésuites espagnols :

  • 146 F. BORJA DE MEDINA, « Precursores de Vieira… », op. cit., p. 501.

El P. General reconocía, a fin de año [1594], que el decreto de linaje reducía el número de los admitidos, lo que se agravaba por haber impuesto el propio Aquaviva a las provincias de España, un cupo máximo de ocho a diez admitidos por provincia y año y de solo cinco en las de Indias lo que suponía una drástica reducción del crecimiento de la Compañía en la Asistencia Hispana, cuyas consecuencias se hicieron patentes hacia la mitad del siglo XVII146.

  • 147 Voir notamment sur ce point l’article de José ELOY HORTAL MUÑOZ : « La lucha contra la Monarchia Un (...)
  • 148 Voir E. JIMÉNEZ PABLO, La Compañía de Jesús…, op. cit., p. 255-256 et Macarena MORALEJO ORTEGA, « E (...)
  • 149 Voir le mémoire rédigé par le jésuite à ce propos : « De Henrico IV, rege Galliae, ab haeresi absol (...)
  • 150 Voir sur ce point E. JIMÉNEZ PABLO, La Compañía de Jesús…, op. cit., p. 287-296 et M. A. VISCEGLIA, (...)

48Cet affaiblissement concerté du poids des Espagnols dans la Compagnie a fait écho à la politique de Clément VIII envers la Monarchie hispanique visant à amoindrir sa prédominance sur l’échiquier européen de l’époque. Si Rome avait toujours suivi la politique de Philippe II contre son gré (le processus de confessionnalisation du Roi Catholique reposant sur le contrôle ecclésiastique de ses royaumes et la justification religieuse de la politique menée), un changement s’est opéré après l’élection de ce pape, le 30 janvier 1592. Celui-ci s’est servi de la situation chaotique du royaume de France pour soustraire la papauté à l’emprise espagnole147, notamment en accordant l’absolution à Henri IV par une bulle datée du 17 septembre 1595. L’absolution d’Henri de Béarn a mis fin aux prétentions de Philippe II d’asseoir sa fille sur le trône et a permis au royaume de France de retrouver peu à peu le rôle qu’il avait perdu dans l’Europe du temps. L’absolution du monarque français a été vivement défendue à Rome par Philippe Neri et les Italiens « réformateurs » (qui remettaient en cause l’hégémonie espagnole dans la péninsule italienne), ainsi que par le cardinal Toledo qui partageait leurs vues quant à leurs velléités de réformes, autant spirituelles qu’institutionnelles, de la Compagnie148. Au contraire, les jésuites espagnols « borgianos » se sont opposés à l’absolution du monarque français, parmi lesquels, Pedro de Ribadeneyra149. Face à la récupération de la France promue par Rome (une faction française se reconstruit progressivement à Rome au début du XVIIe siècle parmi les cardinaux, notamment à travers la nomination de cardinaux français ou philo-français150, la Monarchie hispanique s’affaiblit en tant que première puissance catholique européenne.

49Ribadeneyra défendait une conception large et charismatique de la Compagnie de Jésus. Cette ligne l’a porté, d’une part, à contester le statut de pureté de sang adopté par la cinquième Congrégation Générale et, d’autre part, comme les « borgianos », à défendre l’image d’un saint vertueux afin de mettre en lumière le noyau mystique de l’ordre, ainsi que son origine hispanique.

  • 151 Les enquêtes devaient désormais être menées jusqu’à la cinquième génération incluse. Les juifs des (...)
  • 152 Voir J. MARTÍNEZ MILLÁN, « La crisis del “partido castellano” y la transformación de la Monarquía H (...)

50La modération du statut « De genere » a eu lieu en 1608151, après que la Compagnie a pris ses distances avec l’esprit charismatique des trois premiers préposés généraux espagnols, l’éviction de Ribadeneyra du procès ordinaire d’Ignace de Loyola étant sur ce point symptomatique. Le remplacement progressif de la Monarchie hispanique par la France sur l’échiquier européen du temps, ainsi que le changement de cap de la politique menée par celle-ci – Philippe III, à la suite du tournant opéré par son père au cours des années 1590, adhère au modèle confessionnel promu par la papauté152 –, a coïncidé avec la mise à l’écart des Espagnols de la Compagnie de Jésus qui, en 1608, était achevée. L’ordre ignacien a adopté le paradigme spirituel défendu par Clément VIII, puis Paul V (1605-1621), à travers les réformes mises en œuvre par les généraux Mercurian et Acquaviva, ainsi que leur modèle de sainteté. La rupture avec le privilège hispanique lié à la fondation était consommée.

Haut de page

Notes

1 Sur les statuts de pureté de sang en Espagne, nous renvoyons aux études classiques d’Antonio DOMÍNGUEZ ORTIZ, Los judeoconversos en la España moderna, Madrid, Mapfre, 1992 ; Los judeoconversos en España y América, Madrid, Istmo, 1969 ; La clase social de los conversos en Castilla en la Edad Moderna, Grenade, Universidad de Granada, 1991, ainsi qu’à celles de Julio CARO BAROJA, Los judíos en la España moderna y contemporánea, Madrid, Arión, 1962 et d’Albert SICROFF, Les controverses des statuts de pureté de sang du XVe au XVIIe siècle, Paris, Didier, 1960. Plus récemment voir : Jean Pierre DEDIEU, « ¿Pecado original o pecado social? Reflexiones en cuanto a la constitución y a la definición del grupo judeo-converso en Castilla », Manuscrits, n°10, 1992, p. 61-76 ; Juan HERNÁNDEZ FRANCO, Sangre limpia, sangre española: el debate sobre los estatutos de limpieza (siglos XV-XVII), Madrid, Cátedra, 2011 ; José MARTÍNEZ MILLÁN, « Nobleza hispana, nobleza cristiana: Los estatutos de limpieza de sangre », in Manuel RIVERO RODRÍGUEZ (coord.), Nobleza hispana, Nobleza cristiana. La Orden de San Juan, Madrid, Polifemo, 2009, vol. I, p. 677-757 et Rica AMRAN, De judíos a judeo conversos: reflexiones sobre el ser converso, Paris, Indigo et côté-femmes, 2003. Sur l’adoption d’un statut par la Compagnie de Jésus et l’exclusion progressive des Nouveaux-Chrétiens, il convient de se reporter aux articles suivants : Eusebio REY, « San Ignacio de Loyola y el problema de los “cristianos nuevos” », Razón y Fe, 153, 1956, p. 173-204 ; Francisco BORJA DE MEDINA, « Ignacio de Loyola y la “limpieza de sangre” », in Juan PLAZAOLA (dir.), Ignacio y su tiempo, Bilbao, Mensajero, 1992, p. 579-615 ; « Precursores de Vieira: Jesuitas andaluces y castellanos en defensa de los cristianos nuevos », in Terceiro centenário da morte do Padre António Vieira. Congresso internacional. Actas, Braga, Universidade Catolica Portugues, 1999, p. 491-519 ; « Ignacio de Loyola y los judíos », Anuario del Instituto Ignaciano de Loyola, Saint Sébastien, Universidad de Deusto, 1997, p. 37-63 ; Esther JIMÉNEZ PABLO, « “Que por sus pies se avía venido a la pila…” El decreto de limpieza de sangre en la Compañía de Jesús (1540-1608) », in M. RIVERO RODRÍGUEZ (coord.), op. cit., p. 759-794 et Robert A. MARYKS, The Jesuit Order as a Synagogue of Jews. Jesuits of Jewish Ancestry and Purity-of-Blood Laws in the Early Society of Jesus, Leiden, Brill, 2010.

2 Le décret 52 « De genere » stipule que les judéo-convers ne peuvent désormais être admis dans la Compagnie de Jésus car ils sont jugés ineptes à mener à bien les ministères de celle-ci (voir infra).

3 Voir Michela CATTO, La Compagnia divisa. Il dissenso nell’ordine gesuitico tra ‘500 e ‘600, Brescia, Morcelliana, 2009.

4 Nous empruntons ce terme à Miguel GOTOR, « Hagiografía y censura libraria: el quinto capítulo sobre los milagros de la Vida de Ignacio de Loyola de Pedro de Ribadeneyra entre corte de reyes y obediencia romana », in J. MARTÍNEZ MILLÁN, Henar PIZARRO LLORENTE et E. JIMÉNEZ PABLO (coord.), Los jesuitas: religión, política y educación (siglos XVI-XVII), Madrid, Universidad Pontificia Comillas, 2012, vol. II, p. 1007-1027. L’expression « borgianos » renvoie aux jésuites espagnols de la première et de la deuxième générations qui ont fait partie de l’entourage immédiat du troisième préposé général et qui ont été promus par celui-ci à des charges de gouvernement ou à des postes d’enseignement dans les établissements les plus prestigieux de la Compagnie, comme le Collège Romain, tels Dionisio Vázquez, Manuel de Sá ou Pedro de Ribadeneyra.

5 Sur le rôle de ces jésuites espagnols dans le développement institutionnel et la définition spirituelle de la Compagnie de Jésus, voir R. A. MARYKS, « The Jesuit Order as a “Synagogue of Jews”: Discrimination against Jesuits of jewish Ancestry in the Early Society of Jesus », AHSI, n°156, 2009, p. 339-416, p. 348-354.

6 Michel de CERTEAU, Le Lieu de l’autre, Histoire religieuse et mystique, Paris, Gallimard, 2005, p. 155-194, p. 184.

7 Comme le remarque Michel de Certeau (ibid., p. 159), est considéré comme « étranger » ce qui est jugé déviant par rapport à l’institut. Néanmoins, ce critère reste mobile et fluctuant, soumis à des interprétations diverses, voire contradictoires.

8 Sur ce point, voir l’analyse de la « réforme de l’intérieur » faite par Michel de Certeau dans « L’histoire des jésuites », in Le Lieu de l’autre…, op. cit.

9 José Carlos GÓMEZ-MENOR FUENTES, « La progenie hebrea del padre Pedro de Ribadeneira S.I. (hijo del jurado de Toledo Álvaro Husillo Ortiz de Cisneros) », Sefarad, n°36, 1976, p. 307-332.

10 Il a été l’ouvrier de l’implantation de la Compagnie dans les Flandres et y a proclamé les Constitutions (1555-1556). Il a effectué un second voyage en Flandres en 1557, afin d’y consolider l’implantation de l’ordre et de redorer son image aux yeux de Paul IV, puis a accompagné le duc de Feria en Angleterre en 1558 en vue d’y introduire les jésuites. Il a contribué à la fondation du collège de Palerme avec Jerónimo Doménech et a prononcé le discours d’inauguration du Collège Germanique en 1552. Ribadeneyra a été professeur de rhétorique dans ces deux établissements. Il a été nommé par la suite provincial de Toscane (1560), commissaire de Sicile (1562), surintendant du Collège Romain, puis de toutes les maisons jésuites de Rome (1565), visiteur de Lombardie (1569) et enfin assistant d’Espagne et du Portugal (1571).

11 C’est après son retour dans la Péninsule ibérique, déchu de toute charge, que Ribadeneyra a pris la plume. La liste des œuvres publiées par le jésuite comporte une vingtaine de pièces qui peuvent être classées comme suit : œuvres participant à la construction d’une mémoire historique de la Compagnie, écrits de théologie politique, ouvrages de dévotion, traductions. Il faut encore ajouter à ce catalogue des ouvrages restés inédits, dont la plupart se rapportent directement à la Compagnie de Jésus.

12 Le terme « institut » renvoie au mode de vie d’une communauté religieuse ainsi qu’aux normes juridiques qui la régulent. Dans le cas de la Compagnie de Jésus, le vocable recouvre les différents textes juridiques de l’ordre (les Constitutions, les différentes Règles, etc.) qui fixent « nuestro modo de proceder ». Ce dernier terme apparaît dix-sept fois dans les Constitutions, et est très souvent employé dans la correspondance et les Instructions. Très souvent « nuestro Instituto » et « nuestro modo de proceder » apparaissent ensemble, liés par la conjonction « y ». Comme le souligne Ignacio IGLESIAS dans le Diccionario de Espiritualidad Ignaciana (José GARCÍA DE CASTRO VALDÉS (dir.), Santander, Sal Terrae, 2007, p. 1270) : « La conjunción “y”, una vez más, es explicativa, “que es” ».

13 Avec Ribadeneyra, ont été renvoyés dans la Péninsule ibérique : Alonso Ruiz, Baltasar Piñas, Dionisio Vázquez, Jerónimo Doménech, Gaspar de Loarte, Pedro Ramiro, Hernando de Solier, Juan de Mariana, etc. Alfonso de Polanco est envoyé en Sicile, Jerónimo Nadal à Tivoli puis en Autriche, Alfonso de Pisa en Pologne, Pedro Parra et Manuel de Sá à Milan et Cristóbal Rodríguez en Flandres.

14 J. MARTÍNEZ MILLÁN, « Transformación y crisis de la Compañía de Jesús (1578-1594) », in Flavio RURALE (coord.), I religiosi a corte. Teologia, politica e diplomazia in antico regime, Rome, Bulzoni, 1998, p. 101-129. Voir aussi la thèse d’E. JIMÉNEZ PABLO : La lucha por la identidad en la Compañía de Jesús: entre el servicio a Roma y el influjo de la monarquía hispana (1573-1643), Universidad Autónoma de Madrid, Facultad de Filosofía y Letras, Departamento de Historia Moderna, 2011. Le projet confessionnel promu par Grégoire XIII s’inscrivait dans la continuité des réformes, autant spirituelles que politiques, commencées sous Paul III (1534-1549). Il s’agissait pour ce pape et ses successeurs sur le trône de Saint-Pierre de rénover la Ville Sainte pour en faire un centre spirituel prestigieux, à partir duquel étendre une spiritualité rénovée. Le rôle de Philippe Neri (1515-1595) dans ce mouvement de réforme est primordial. Le fondateur de la Congrégation de l’Oratoire se proposait de restaurer la confiance de la catholicité vis-à-vis du souverain pontife, chef de la chrétienté, et de rejeter la prépondérance espagnole en Italie. Neri prônait une spiritualité radicale – partagée par les jésuites italiens « réformateurs » –, mettant l’accent sur l’oraison mentale, la charité, la perfection chrétienne, les célébrations liturgiques, l’importance des sacrements (notamment la confession et la communion fréquente), ainsi que sur la proximité avec le peuple. Neri était très proche des papes successifs : Pie V, Grégoire XII, Grégoire XIV, Clément VIII et Léon XI, – et a été le confesseur des deux derniers. Il convient enfin de souligner que le cardinal Hugo Buoncompagni, futur Grégoire XIII, était un habitué des Noti Vaticane instaurées par le cardinal Borromée. Au cours de ces réunions, qui se tenaient chez le cardinal milanais, étaient traitées des questions morales et théologiques en vue de « educare lo spirito ed esercitare la virtu » (ibid., p. 136-137).

15 Par la suite, nous n’utiliserons que le terme « convers » et non pas celui de « pro-convers ». En effet, il convient de se demander si l’origine converse de ces jésuites a eu une importance quelconque pour le troisième préposé général. S’agissait-il réellement pour lui de promouvoir des jésuites d’ascendance juive ? Il nous semble, au contraire, que Francisco de Borja n’a jamais accordé le moindre intérêt à l’origine converse ou non de ses différents collaborateurs (l’ascendance de certains n’était d’ailleurs pas connue). Maryks, en attribuant à Borja une volonté de favoriser les judéo-convers au sein de l’ordre, reprend les arguments avancés fallacieusement par la faction italo-portugaise et perpétue, malgré lui, l’instrumentalisation qui a été faite des jésuites d’ascendance juive.

16 Sur le rôle des jésuites portugais dans le rejet des conversos lors de la troisième Congrégation Générale, et en particulier de León Henriques, porteur de lettres du roi du Portugal Sébastien et du cardinal infant don Henrique, enjoignant au pape Grégoire XIII de refuser l’élection d’un Espagnol à la tête de l’ordre et à écarter les conversos du gouvernement de la Compagnie de Jésus – voire à les exclure définitivement –, et des Italiens « réformateurs » menés par Benedetto Palmio, voir en particulier : John W. PADBERG, « The Third General Congregation », in Thomas M. MCCOOG (éd.), The Mercurian Project: forming jesuit culture (1573-1580), Rome, IHSI, 2004, p. 49-75 et Antonio ASTRAIN, Historia de la Compañía de Jesús en la Asistencia de España, Madrid, Razón y Fe, 1909, vol. III, p. 4-21. E. JIMÉNEZ PABLO, dans La lucha por la identidad…, op. cit., p. 98-103, insiste sur le rôle des « réformateurs » italiens et relègue à un second plan les manœuvres portugaises.

17 R. A. MARYKS, The Jesuit Order as a Synagogue of Jews, op. cit., p. 117.

18 Sur la définition du « modo hispano », voir : Mario FOIS, « Everard Mercurian », in T. MCCOGG (éd.), op. cit., p. 1- 48, p. 22 et 26. En dénonçant le mode de gouvernement de Francisco de Borja – notamment la multiplication des collèges –, Benedetto Palmio a repris à son compte les différends ayant opposé le futur troisième préposé général et Antonio de Araoz. Ce dernier – outre Diego Laínez qui, malgré son ascendance juive, aurait prôné une discrimination des Nouveaux-Chrétiens au sein de l’ordre selon Palmio –, est l’un des seuls Espagnols à trouver grâce aux yeux du jésuite italien.

19 Lors de la troisième Congrégation Générale, l’adoption d’un statut de pureté de sang avait été proposée par la faction italo-portugaise, mais rejetée (voir A. ASTRAIN, op. cit., p. 18 et M. FOIS, op. cit., ainsi que J. W. PADBERG, op. cit.).

20 Sur l’emploi des termes « zelo » et « zelatori », nous renvoyons à l’ouvrage de M. CATTO, op. cit., p. 101-111.

21 ARSI, Inst. 106, f. 92r-132r. Cité par M. CATTO, op. cit., p. 65-69. Sur la datation du mémoire, voir aussi Thomas M. COHEN, « Jesuits and New Christians. The Contested Legacy of St. Ignatius », Studies in the Spirituality of jesuits, 42/3 (Autumn 2010), 2010, p. 1-46, p. 27. Selon l’auteur, celui-ci aurait été composé entre 1584 et 1589. Le mémoire de Palmio est analysé par Cohen en regard de celui de Possevino adressé à Mercurian en 1576, p. 27-46. Voir l’édition critique du mémoire faite par R. A. MARYKS dans « The Jesuit Order… », op. cit., p. 339-416 et The Jesuit Order…, , op. cit., p. 129-142. Le mémoire est reproduit par l’auteur en appendice.

22 M. CATTO, op. cit., p. 65.

23 « Dal modo adunque di procedere del buon P. Borgia in tutto e per tutto diverso da quello che teneva il p. Araoz, nacque tanta divisione tra i nostri di Spagna che tutta la Compagnia l’ha sentita non senza grave danno et disturbo suo. Et questo particolarmente in Roma, dove essendo[si] congregati huomini di diversi nationi, mai per i tempi passati si era udito una minima parola di tal divisione, anzi si viveva con tanta semplicita, unione e pace che fra noi si vedeva adempuito per gratia di Dio quello che si legge negli Atti degli Apostoli, “erat illis anima una et cor unum”. Ne si fece mai una minima diferentia fra nationi, “nec erat inter eos neque Scyta, neque Barbarus, neque Iudaeus, neque Gentilis, sed Chritus erat omnia in omnibus et omnis eramus unum in illo” (R. A. MARYKS, « The Jesuit Order… », op. cit., p. 388).

24 « L’asprezza del governo era talmente cresciuta che, essendosi affatto perso l’amore, si viveva col timore e tremore sotto un governo dispotico et non paterno » (ibid., p. 397).

25 Dionisio Vázquez est nommé recteur du Collège Romain en 1568 par Borja, contre l’avis de Palmio, alors assistant d’Italie. Vázquez a dû quitter ses fonctions rapidement face aux critiques dont il était l’objet. Dans ce mémoire, Palmio va jusqu’à taxer le secrétaire de Borja de « rovina del Collegio » (M. CATTO, op. cit., p. 65). Voir aussi sur ce point Paolo BROGGIO, « Gesuiti spagnoli a Roma durante il generalato di Francisco Borgia: politica, cultura, spiritualità », in Enrique GARCÍA HERNÁN et María DEL PILAR RYAN (éd.), Francisco de Borja y su tiempo: política, religión y cultura en la edad moderna, Madrid, Albatros / Rome, AHSI, 2011, p. 597-608.

26 R. A. MARYKS, « The Jesuit Order… », op. cit., p. 388.

27 Sur la réforme spirituelle entreprise par Mercurian en lien avec un rejet des conversos, voir Stefania PASTORE, “La svolta antimistica di Mercuriano”: i retroscena spagnoli », Dimensioni e Problemi della Ricerca storica, n°1, 2005, p. 81-93 et Alison WEBER, « Los jesuitas y las carmelitas descalzas en tiempos de San Francisco de Borja: amistad, rivalidad y recelos », in E. GARCÍA HERNÁN et M. DEL PILAR RYAN (éd.), op. cit., p. 103-114.

28 Sur les rapports de Francisco de Borja, qui montrait des signes clairs d’inclination vers la vie érémitique et contemplative, avec Andrés de Oviedo, Francisco Onfroy et le franciscain Juan de Texeda à Gandie, voir Manuel RUIZ JURADO, « Un caso de profetismo reformista en la Compañía de Jesús. Gandía, 1547-1549 », AHSI, n°43, 1974, p. 217-266. Voir aussi la lettre écrite par Ignacio de Loyola à Borja à ce sujet dans Ignace de LOYOLA, Écrits, collection Christus, n°76, Paris, Desclée de Brouwer ; Montréal, Bellarmin, 2001, p. 744-757.

29 ARSI, Vitae 164, f. 18r.

30 M. CATTO, op. cit., p. 104 : « In questo punto, si manifestava il nodo della vicenda: ciò che il partito dei riformatori desiderava, pur con le debite differenze tra loro, era cambiare la Compagnia di Gesù per renderla più simile agli altri ordini religiosi non riuscendo più, forse, a comprendere le sue peculiarità e novità concepite al momento della fondazione dell’ordine, e celandosi dietro la convinzione che la Compagnia dovese essere riportata alla tradizione attraverso una riforma. La tradizione a cui si richiamano non è sempre chiara e oscilla spesso tra quella degli antichi usi religiosi della vita communitaria – quegli stessi che la prima Compagnia aveva rifiutato dopo lungo discernimento – e quella, come vedremo, dello spirito ignaziano e dei primi gesuiti, confondendo le carte e talvolta rendendo impossibile capire chi fosse il vero difensore dell’originaria Compagnia e del suo spirito ».

31 E. JIMÉNEZ PABLO, « Contrarios a la hegemonía hispana: Felipe Neri y el intento de reforma espiritual de la Compañía de Jesús (1553-1575) », in J. MARTÍNEZ MILLÁN, H. PIZARRO LLORENTE et E. JIMÉNEZ PABLO (coord.), op. cit., vol. I, p. 347-390. Voir en particulier p. 363-389. Id., La lucha por la identidad…, op. cit., p. 104-133.

32 Selon Neri, les papes voulaient « introdurre nella Chiesa la Riforma per mezzo di Roma, et in Roma per mezzo della Corte, et nella Corte per mezzo del clero, et nel clero per mezzo di detta Congregazione ». Cité par E. JIMÉNEZ PABLO, ibid, p. 83, d’après Louis PONNELLE et Louis BORDET, San Filippo Neri e la società romana del suo tempo (1515-1595), Florence, Librería Editrice Florentina, 1986, p. 181.

33 Sur les relations entre Philippe Neri et Ignace de Loyola à Rome entre 1537 et 1547 (Neri a réalisé les Exercices Spirituels sous la direction de ce dernier) et l’éducation spirituelle « recogida » d’Ignace alors qu’il servait Juan Velázquez de Cuellar, du « partido isabelino », voir E. JIMÉNEZ PABLO, « Contrarios a la hegemonía hispana… », op. cit., p. 350-354.

34 Ces affrontements juridictionnels ont conduit Borromée à excommunier deux gouverneurs espagnols, Luis de Requesens et le marquis d’Ayamonte. Sur ces conflits entre Borromée et Philippe II, voir, entre autres : José Luis GONZÁLEZ NOVALÍN, « San Carlos Borromeo y su relación con España », Hispania Sacra, n°81, 1988, p. 193-204 ; José Ignacio TELLECHEA IDÍGORAS, « Los conflictos de Milán (1567-1570). Cartas de S. Carlos Borromeo al Nuncio en España, Juan Bautista Castagna, Arzobispo de Rossano », Scriptorum Victoriense, n°1-2, 2000, p. 47-127 ; Paolo PRODI, « San Carlo Borromeo e le trattative tra Gregorio XIII e Filippo II sulla giurisdizione ecclesiastica », Rivista di Storia della Chiesa Italia, n°11, 1957, p. 195-240 ; Paolo PISSAVINO et Gianvittorio SIGNOROTTO (éd.), Lombardia borromaica, Lombardia spagnola (1554-1559), Rome, Bulzoni, 1995 ; Agostino BORROMEO, « L’arcivescovo Carlo Borromeo, la Corona spagnola e le controversie giurisdizionali a Milano », in Franco BUZZI, Cesare ALZATI et Danilo ZARDIN (éd.), Carlo Borromeo e l’opera della “grande reforma”, Cultura, religione e arti del governo nella Milano del pieno Cinquecento, Milan, Cinisello Bamsamo, 1997, p. 257-272.

35 Leur façon de concevoir ces pratiques s’écartait de l’institut jésuite. Par exemple, aucune règle en ce qui concerne les pénitences n’était fixée par les Constitutions (voir Constitutions, I, [8], 6). Sur l’influence du cardinal Borromée sur la spiritualité de la Compagnie, le lecteur pourra consulter l’ouvrage de Joseph de GUIBERT, La spiritualité de la Compagnie de Jésus : esquisse historique, Rome, IHSI, 1953. Borromée a en effet participé à la diffusion de la spiritualité de ces jésuites à travers la publication d’œuvres spirituelles de certains d’entre eux à Milan. À titre d’exemple, il a contribué, avec Adorno (alors provincial de Lombardie), à l’édition posthume des traités de Fulvio Androzzi (1524-1575), recueillis en trois volumes : Opere spirituali del R. P. Fulvio Androtio della Compagnia di Gesù, Divise in tre parti nelle quali si trata della meditatione della Vita e Morte del nostro Salvator Gesù Christo, Della frequenza della Communione, Et dello stato lodevole delle Vedove. Utili a tutte le persone che desiderano vivere Spiritualmente (Milan, Pacifico Da Ponte, 1579).

36 Nous reviendrons sur ce terme lorsque nous nous pencherons sur l’un des mémoires de Rodrigues.

37 « Et in effetto, la gente allevata dal P. Borgia nella conversation sua a comparation di quelli che furono instituti dal P. Ignatio parevano veramente huomini d’altra religione, dati a cerimonie et apparenze. Et piu s’accostavano al vivere monastico e Carthesiano che all’instituto della Compagnia » (A. MARYKS, « The Jesuit Order… », op. cit., p. 386).

38 Sur l’aversion des jésuites portugais envers les conversos, voir Francisco RODRIGUES, História da Companhia de Jesus na Assistência de Portugal, Porto, Apostolado da Imprensa, 1938, II/1, p 338-345, p. 360-361.

39 Simón Rodrigues avait eu maille à partir avec le fondateur de l’ordre alors qu’il était provincial du Portugal. On lui reprochait un gouvernement défectueux de la province ainsi que certaines pratiques de pénitences ou de mortifications contraires à celles que promouvait la Compagnie de Jésus. Sur le conflit ayant opposé Simón Rodrigues à sa hiérarchie, voir Pierre Antoine FABRE, Jean-Claude LABORIE, Carlos ZERON et Inès ŽUPANOV, « L’affaire Rodrigues », in P. A. FABRE et Bernard VINCENT (dir.), Missions religieuses modernes. “Notre lieu est le monde”, Rome, École française de Rome, 2007, p. 173-224. Les désordres portugais ont donné lieu à la rédaction de la fameuse « Lettre sur l’obéissance » du 26 mars 1553 d’Ignace de Loyola (Sancti Ignatii de Loyola Societatis Iesu fundatoris epistolae et instructiones. Tomus Quartus, 1551-1553, Madrid, MHSI, 1906, p. 669-681). Suite à son procès (1553), Rodrigues s’est vu interdire de retourner au Portugal, une interdiction qui a été levée par Mercurian en 1573 (voir José DE CARVALHO, « The rehabilitation of Simão Rodrigues », in T. M. MCCOOG (éd.), op. cit., p. 421-434).

40 Ces empêchements figurent dans les Constitutions [I, 3].

41 Cité par F. BORJA DE MEDINA, « Ignacio de Loyola y la “limpieza de sangre” », op. cit., p. 593.

42 ARSI, Inst. 184 II, f. 365r : « para nuestro Padre general. Enbiele la copia a Frascati ».

43 ARSI, Inst. 184 II, f. 360r-364v. Ce mémoire porte le même titre qu’un mémoire postérieur du même auteur, daté de 1593, rédigé en latin et en espagnol, et dans lequel Rodrigues développe les mêmes idées de façon plus ample à partir d’une présentation chronologique des différents « méfaits » attribués à la présence de Nouveaux-Chrétiens dans la Compagnie (ARSI, Inst. 186 e, partie 28, f. 327r-352r).

44 Sur le peuple juif comme peuple déicide et les préjugés contre les juifs à l’époque moderne, voir notamment Manuel MANDIANTES, « Conflicto teológico entre judíos y cristianos según devocionarios españoles del siglo XVI », in Joan PERE I TOUS et Heike NOTTEBAU (éd.), El olivo y la espada. Estudios sobre el antisemitismo en España (siglos XVI-XX), Tübingem, Max Niemeyer Verlag, 2003, p. 77-89 ; Dietrich BRIESEMEISTER, « Judíos y conversos en la tratadística española entre la baja Edad Media y la primera mitad del siglo XVI », in ibid., p. 47-59 ; Michèle ESCAMILLA, « Recherches sur les traités judéophobes espagnols des XVIe et XVIIe siècles », in Daniel TOLLET (éd.), Les textes judéophobes et judéophiles dans l’Europe chrétienne à l’époque moderne, Paris, PUF, 2000, p. 27-49.

45 ARSI, Inst. 184 II, f. 361v.

46 Ibid., f. 364r. Le raisonnement est le même dans le mémoire en latin : « Quidam pater qui optime patrem nostrum Ignatium familiarissimeque multo tempore cum eo egit asserebat quod si p. Ignatius his temporibus viveret strictius se perhiberet circa confesorum admisionem in Societatem. Et iam pater noster Ignatius suo tempore modum cepi ponere in eorum admissione, quamvis tunc temporis nondum tam cognita erat ipsorum deformitas atque natura » (ARSI, Inst. 186 e, f. 337v).

47 Ibid., f. 360r.

48 Ibid., f. 360v. Nous soulignons.

49 Ce mémoire se trouve à l’Archivum Secretum Vaticanum, fonds Archivum Arcis, Arm. I-XVIII, pochette 3523. Il s’intitule « Inconvenienti i disordini cagionati del mal governo d’alcuni spagnoli chi al tempo dil padri General Borgia bo.me . sin’hora governano la compagnia dil Gesu como che moltissimi siano si possó ridurr’àquesti Capi ». Ce mémoire est anonyme et non daté. Il nous semble pouvoir supposer que celui-ci a été rédigé entre le mort de Borja et l’élection de Mercurian.

50 L’auteur du mémoire était-il vraiment convaincu de l’ascendance judéo-converse de ces jésuites ? Ou ne fait-il qu’assimiler l’Espagnol au « Juif », – suivant le topique, très présent à l’époque, de l’Espagne comme « nation de marranes » –, et les promoteurs du « modo hispano » à des éléments étrangers, exogènes et corrupteurs dont la figure du converso était l’archétype ? Ribadeneyra n’est jamais cité explicitement comme étant judéo-convers, tant dans les mémoires de Possevino qui défend leur présence dans la Compagnie, que dans ceux de Benedetto Palmio, au contraire d’autres de ses coreligionnaires. Son ascendance était-elle connue ?

51 Voir Charles E. O’NEIL et Joaquín María DOMÍNGUEZ (dir.), Diccionario Histórico de la Compañía de Jesús, Madrid, 4 vol., Universidad Pontificia Comillas, 2001, vol. IV, p. 3168-3169.

52 Ibid., vol. III, p. 2793-2796.

53 Voir John W. O’MALLEY, « To Travel to Any Part of the World: Jerónimo Nadal and the Jesuit Vocation », Studies in the Spirituality of Jesuits, n°2, 1984 et aussi du même auteur : Les premiers jésuites (1540-1565), Paris, Desclée de Brouwer, 2010, p. 97-105.

54 Vita Ignatii Loiolae Societatis Iesu fundatoris, Libris quinque comprehensa. In quibus initia ipsius Societatis, ad annum usque Domini 1556, explicantur, Neapoli, [Apud Iosephum Cacchium], 1572 ; Vida del P. Francisco de Borja, que fue Duque de Gandia, y despues Religioso y III General de la Compañia de Iesus. Escrita por el P. Pedro de Ribadeneyra de la misma Compania, En Madrid, En casa de P. Madrigal, 1592. La Vie de Laínez a été publiée avec les Vies de Loyola et Borja : Vida del P. Ignacio de Loyola, fundador de la religion de la Compania de Iesus: y de los padres maestro Diego Laynez, y Francisco de Borja, segundo y tercero Preposito General de la misma Compania. En las quales se contiene su fundacion, progresso, y aumento, hasta el ano de 1572, En Madrid, Por Pedro Madrigal, 1594.

55 Cette interprétation de l’esprit ignacien a très vite été remise en cause par le successeur de Borja, Mercurian. Celui-ci s’est opposé à une seconde publication de l’œuvre et à sa traduction en langue vernaculaire. Il a chargé l’Italien Gianpietro Maffei – à qui Borja avait demandé une traduction en italien de l’ouvrage de Ribadeneyra – d’écrire une nouvelle version de cette Vie dès 1573 (Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Iesu initiis, vol. III, Rome, MHSI, 1960, p. 209-216).

56 Sur ce point et les différences entre l’hagiographie de Ribadeneyra et celle de Maffei, voir le chapitre 7 « Histoire des jésuites » de Michel de CERTEAU, Le lieu de l’autre…, op. cit., et en particulier les pages 163-165 : « Le portrait du Père et la littérature interne ». Du même auteur : « L’épreuve du temps » in La faiblesse de croire, Paris, Seuil, 1987, p. 53-74. Voir aussi F. BORJA DE MEDINA, « Controversia Ribadeneyra-Maffei, sobre las respectivas vidas de San Ignacio », in José DEL REY et Myriam MARÍN CORTÉS (éd.), La Historia de la Compañía de Jesús en la Biblioteca de la Academia Javeriana de Santa Fe de Bogotá, 1622-1767, Bogota, Pontificia Universidad Javeriana-Archivo Histórico Javeriano Juan Manuel Pacheco S.J., 2008, p. 559-636, et plus généralement : Jean-François GILMONT, « Paternité et médiation du fondateur d’ordre », Revue d’ascétique et de mystique, n°40, 1964, p. 393-426. Quant aux lettres échangées entre Acquaviva – sous le généralat duquel ont été publiées la Vie de Maffei et la seconde édition de celle de Ribadeneyra – et Maffei, et Acquaviva et Ribadeneyra, voir l’appendice II de la thèse inédite de Cándido de DALMASES, Orígenes de la hagiografía ignaciana. Pedro de Ribadeneyra biógrafo de S. Ignacio, 1944, p. 195-200. Cette thèse peut être consultée à l’ARSI ainsi qu’à l’Université Complutense de Madrid. Les censures de Ribadeneyra à l’hagiographie de Maffei ont été publiées dans Scripta de Sancto Ignatio de Loyola Societatis Iesu fundatore, tomus primus, Rome, MHSI, 1904, p. 744-757.

57 Voir les Prolegomena des Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Iesu initiis, vol. IV, MHSI, Rome, 1965, p .7-10. Il s’agissait, entre autres, du « Récit du pèlerin », récit fait par Ignace de sa propre vie au jésuite portugais Gonçalves da Câmara. Sur les différentes sources jésuites utilisées par Ribadeneyra pour rédiger son ouvrage, voir la thèse inédite de C. de DALMASES, op. cit.

58 Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Iesu Initiis, vol. IV, Vita Ignatii Loyolae, Textus latinus et hispanus cum censuris, edidit Candidus de Dalmases S.I., Rome, MHSI, 1965, p. 74-76.

Dans la version espagnole (publiée en 1583 : Vida del P. Ignacio de Loyola, fundador de la Religion de la Compania de Iesus, Escripta en Latin por el padre Pedro de Ribadeneyra de la misma Compania, y aora nuevamente traduzida en Romance, y anadida por el mismo Autor, En Madrid, Por Alonso Gomez, Impressor de su Magestad), l’auteur reprend les motifs du discours et du miroir : « Entre los cuales [« otros acaecimientos que sucedieron mientras que él vivió »] avrá muchas de las empresas señaladas, que siendo él capitán, se han acometido y acabado, y algunos de los encuentros y persecuciones que con su prudencia y valor se han evitado y resistido y otras cosas que siendo prepósito general se ordenaron y establecieron; y por estos repetos parece que están tan travadas y encadenadas con su vida, que apenas se pueden apartar della. Pero no por esto me tengo obligado de contarlo todo, sin dexar nada que de contar sea; que no es esta mi intención, sino de coger algunas cosas y entresacar las que me parecerán más notables o más a propósito, que es dar a entender el discurso de la Compañía [...] devemos tener nosotros siempre delante, y poner los ojos en aquel lucido esquadrón de heroycas y singulares virtudes que le acompañaban y hermoseavan; para que su vida nos sea dechado y como un verdadero y perfetíssimo dibuxo de nuestro istituto y vocación. A la qual nos llamó el Señor por su infinita bondad, por medio deste glorioso capitán y padre nuestro. Que siguiéndole nosotros por estos passos, como verdaderos hijos suyos, no podremos ir descaminados, ni dexar de alcançar lo que para sí y para sus verdaderos hijos alcançó» (Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Iesu Initiis, vol. IV, Vita Ignatii Loyolae, Textus latinus et hispanus cum censuris…, op.cit., p. 75-77. Nous soulignons).

59 Ibid, p. 66. « Otra ay, que es más doméstica y propia nuestra, que es de seguir e imitar a aquél que tenemos por capitán. [...] Y por ventura para esto os será mi trabajo provechoso y también gustoso y agradable, pues el deseo de imitar haze que dé contento el oyr contar lo que imitar se dessea, y que sea tan gustoso el saberlo, como es el obrarlo provechoso » (ibid., p. 67).

60 Ribadeneyra a signé la préface dédiée à ses frères de religion le 1er mai 1569 avant de partir pour la Lombardie le 2 mai (ibid., p. 12). À cette date, Benedetto Palmio était assistant d’Italie et Francesco Adorno provincial de Lombardie.

61 Voir Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. I, Rome, MHSI,1969, p. 622-720. Sur une des étapes cruciales de sa visite, la communauté de San Antonio dirigée par le père Paridisi, voir E. JIMÉNEZ PABLO, La lucha por la identidad…, op. cit., p. 171-175. Sur les critiques de Palmio envers la visite des pères Ribadeneyra et Ledesma en Lombardie formulées dans son mémoire, voir R. A. MARYKS, « The Jesuit Order… », op. cit., p. 394.

62 A. A. SICROFF, op. cit., p. 281.

63 Dans « Ignacio de Loyola y la “limpieza de sangre” », op. cit., p. 611, Francisco Borja de Medina remarque que si Lorenzo Maggio, alors assistant d’Italie, dans son mémoire « De naevis Societatis causiis ac remediis eorumdem » remis à Acquaviva le 24 janvier 1586, décrit longuement les méfaits attribués aux juifs et aux Nouveaux-Chrétiens qui, comme le souligne l’auteur de l’article, « no eran sino judíos con un exterior hipócrita » (ibid.), il reconnaît qu’il peut exister de bons chrétiens parmi les conversos. Néanmoins, Maggio s’empresse d’ajouter que cela est dû à un don spécial de la grâce : « Itaque personae privilegium est non naturae condicio » (ibid., p. 612). L’historien jésuite relève aussi que « “Racial” is not the proper term. Descent from Jews or Muslims was at that time more a sociocultural and religious issue than a racial problem in the modern sense of the word. The question of linaje (stock, progeny) included a moral disposition, or condition of the soul, a kind of original sin, as it were, that influenced the whole personality. Hence a reference to a “Christian” who previously was a Jew or Muslim » (« Everard Mercurian and Spain. Some burning issues », in T. M. MCCOOG (éd.), op. cit., p. 945-966, p. 949.

64 The Jesuit Order…, op. cit., p. 87-88. Maryks affirme que cet épisode « must raise historian’s eyebrows » (p. 87).

65 Voir aussi le cas d’Antonio Possevino qui a combattu le statut de pureté de sang depuis Rome et l’analyse faite par Emanuele COLOMBO, « The watershed of conversion: Antonio Possevino, new christians, and jews », in James BERNAUER et R. A. MARYKS (éd.), ”The Tragic Couple”: Encounters between Jews and Jesuits, Leiden, Brill, 2014, p. 25-42. Comme le souligne l’auteur : « He spent most of his life defending Jesuits of Jewish ancestry, but he defined Judaism as “vomit” and Jews as the most dangerous threat to the Catholic church. The coexistence of these two apparently opposite attitudes is key to understanding Possevino’s view : conversion is the watershed, and the power of baptism is stronger than any “racial” difference » (p. 41) et « Possevino had the same approach to converted Jews and to converted Gentiles in different parts of the world. His view was apparently: baptism and a sincere conversion are stronger that any “racial” differences. Conversion also represents a duty for every Christian, because “the purpose for which God has established and ordered the church and its leaders is solely to convert souls and to guide them to eternal glory » (p. 42). Ces deux jésuites s’inscrivent dans une tradition préexistante de défense des conversos et de la validité du baptême reposant sur l’unité du corps mystique de l’Église et la doctrine paulinienne. Voir notamment : Alfonso de CARTAGENA, Defensorium unitatis Christianae (1449), traducción, introducción y notas de Guillermo VERDÍN-DÍAZ, Oviedo, Universidad de Oviedo, 1992. Le traité de Cartagena est analysé par A. Sicroff, op. cit., p. 41-62. Voir aussi l’analyse que fait l’historien du Lumen ad revelationem gentium et gloriam plebis suae Israel (1460/1465) d’Alonso de Oropesa, op. cit., p. 71-75, ainsi que Manuel C. DÍAZ Y DÍAZ, « Alfonso de Oropesa y su obra », Studia Hieronymiana, n°2, 1973, p. 229-273. Le lecteur pourra aussi se reporter aux articles suivants : Teófanes EGIDO, « La defensa de los conversos », in Enrique MARTÍNEZ RUIZ et Magdalena DE PAZZIS PI CORRALES, Instituciones de la España Moderna. Dogmatismo e intolerancia, Madrid, Actas, 1997, p. 191-208 ; Ricardo SAEZ, « Le corps mystique comme métaphore religieuse », in Augustin REDONDO (éd.), Le corps comme métaphore dans l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle : Publications de la Sorbonne, 1992, p. 143-153 et María Laura GIODANO, « “La ciudad de nuestra conciencia”: los conversos y la construcción de la identidad judeocristiana (1449-1556) », Hispania Sacra, n°125, 2010, p. 43-91. Cette tradition sera continuée au XVIIe siècle : Antonio IRIGOYEN LÓPEZ, « Religión católica y estatutos de limpieza de sangre. A propósito de un Memorial al Conde Duque de Olivares », Sefarad, n°70, 2010, p. 141-170.

66 Tratado de la religión y virtudes que debe tener el Príncipe Cristiano para gobernar y conservar sus Estados, contra lo que Nicolás Maquiavelo y los políticos deste tiempo enseñan, in Vicente de LA FUENTE (éd.), Obras escogidas del Padre Pedro de Rivadeneyra de la Compañía de Jesús con una noticia de su vida y juicio crítico de sus escritos, Madrid, BAE, 1868, p. 481.

67 Voir I. de LOYOLA, Écrits, op. cit., p. 293. La première version de la Formula (1540) ne mentionnait que la propagation de la foi (ibid., p. 292). Sur l’assimilation progressive de la lutte contre le protestantisme comme l’un des objectifs de l’institution de la Compagnie et le rôle de Nadal dans la propagation de celui-ci, voir J. O’MALLEY, Les premiers jésuites…, op. cit., p. 32-35 et 387-402.

68 L’antinomie entre Ignace de Loyola et Luther a été amplement diffusée par Nadal dès la mort du fondateur : « Car Ignace disparu, la tentation est trop grande de le comparer à Luther. On ne peut y résister. Ainsi Nadal, par exemple, dans une exhortation donnée à Alcalá en 1576 ; mais aussi dès 1557, il a déjà suggéré le thème dans une instruction faite aux jésuites du Collège romain. Cinq ans plus tard, dans son second Dialogue, il dépeint Ignace comme le second David opposé à Luther, le nouveau Goliath. En 1567, il explique aux jésuites de Cologne (en confondant un peu les dates) que l’année même où Luther entend l’appel du démon, Ignace répond à l’appel de Dieu. » (ibid., p. 396).

69 Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Iesu Initiis, vol. IV, Vita Ignatii Loyolae, Textus latinus et hispanus cum censuris, op. cit., p. 313.

70 Ce chapitre a été ajouté à la version princeps latine de 1572, lors de la publication de l’œuvre en espagnol (1583), après l´annexion du Portugal par Philippe II.

71 Dans la Vie d’Ignace de Loyola, comme dans la Vie de Diego Laínez, Ribadeneyra met en exergue le caractère « transnational » de la Compagnie, qui participe du « miracle » de sa fondation. Voir notamment le chapitre XIII du Livre V de la Vie d’Ignace : « Pues, ¿qué diré de otra maravilla más nueva e increíble si no la huviesse hecho aquel mismo Señor con cuya poderoso virtud la muchedumbre de los creyentes era un mismo corazón y una misma ánima, como se dize en los Actos de los Apóstoles? ¿Qué españoles y franceses se hermanassen y acompañassen con tanta amistad y concordia de voluntades, que no bastasse la dessemejança natural de los costumbres, inclinaciones y exercicios, ni las guerras cruelíssimas que en aquel mismo tiempo se hazían las dos naciones, para que ellos ni viviessen en suma paz y en amor entrañable, y mucho mayor que de hermanos? ¿Dónde nació tanta concordia de ánimos en tanta discordia de naciones y opiniones? ¿De dónde vino tanta semejança y unión de voluntades, en costumbres tan dessemejantes y diversas? Pues el mismo Instituto y manera de vivir de la Compañía claramente muestra su propio autor no ser otro que Dios […] » (Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Iesu Initiis, vol. IV, Vita Ignatii Loyolae, Textus latinus et hispanus cum censuris…, op. cit., p. 907-909).

72 Ajouté opportunément lors de la première publication en espagnol de l’œuvre en 1583 dédiée à l’inquisiteur général Quiroga alors que la Compagnie était attaquée en Espagne, non seulement en son sein par les « mémorialistes », mais aussi par certains dominicains qui remettaient en cause l’orthodoxie de l’ordre.

73 Sur l’apostolat d’Ignace de Loyola auprès des juifs à Rome voir Pietro TACCHI VENTURI, Storia della Compagnia di Gesú in Italia, Rome, 1952, vol. II, p. 149-157, 190-191 et 660-661. Voir aussi Pedro de LETURIA, « Origine e senso sociale dell’apostolato di Sant’Ignazio di Loyola in Roma », in Estudios ignacianos (revisados por Ignacio IPARAGUIRRE), vol. I, Rome, IHSI, 1957, p. 257-283 ; et J. O’MALLEY, Les premiers jésuites…, op. cit., p. 273-279.

74 Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Iesu Initiis, vol. IV, Vita Ignatii Loyolae, Textus latinus et hispanus cum censuris…, op. cit., p. 339.

75 Ibid., p. 405.

76 Ibid., p. 407.

77 Grâce à la bulle Illius qui pro Dominici du 19 février 1543 de Paul III. Le fondateur de l’ordre a aussi convaincu le pape de mettre un terme à la confiscation des biens des nouveaux convertis (par la bulle Cupientes iudaeos datée du 21 mars 1542).

78 Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Iesu Initiis, vol. IV, Vita Ignatii Loyolae, Textus latinus et hispanus cum censuris…, op. cit., p. 817.

79 Voir J. O’MALLEY, Les premiers jésuites…, op. cit., p. 110, à propos de Jerónimo Nadal : « Peu après la mort d’Ignace, par exemple, il écrit dans son journal intime : “La Compagnie a le souci de ces âmes dont personne ne prend soin, ou pour lesquelles on n’a qu’un soin négligent. C’est pour elles que la Compagnie a été fondée ; c’est là sa force ; c’est là sa dignité dans l’Église.” Pour Nadal, la tâche jésuite par excellence est la recherche de la “brebis perdue” – fût-elle païenne, musulmane, hérétique ou catholique ».

80 Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Iesu Initiis, vol. IV, Vita Ignatii Loyolae, Textus latinus et hispanus cum censuris…, op. cit., p. 817.

81 Ibid., p. 813.

82 « Antes que en Roma se hiziesse la casa de los catecúmenos, solían, como avemos dicho, catequizarse en nuestra casa los que del judaísmo venían a pedir el santo bautismo. Entre estos, uno que se dezía Isaac, començó un día a estar tan fuera de juyzio y furioso, que pidió licencia para irse a su casa, porque no quería recebir ya el bautismo que antes tanto desseava; y no fueron parte para detenerle las buenas palabras de los Nuestros ni los halagos, persuasiones y ruegos que con él usaron. Súpolo nuestro padre, y haziéndole traer delante de sí, furioso como estava, le dixo amorosamente estas solas palabras: – Quedaos con nosotros, Isaac –; y con solas ellas, obrando interiormente el Espíritu Santo, al punto tornó en sí, y se aplacó y quedó con alegría en casa, y perseverando en su buen propósito, al fin recibió con gozo el agua del santo bautismo » (ibid., p. 817).

83 Sur le motif testamentaire de la « maison », voir saint Luc, parabole du Fils Prodigue (15, 11-32).

84 « Otro también conocemos en la Compañía que andava tan assombrado de un vano temor que tuvo, que aun de su sombra parece que temblaba; al qual con muy pocas palabras le quitó [Ignace de Loyola] el miedo y le asseguró » (ibid., p. 815).

85 Le manuscrit se trouve aux Archives jésuites de la province de Castille (C-323). À propos de ce manuscrit qui comporte des notes autographes de Ribadeneyra, voir Enrique PORTILLO, « El original manuscrito de la primera edición castellana de la Vida de N. P. San Ignacio, por el P. Rivadeneira », Razón y Fe, n°42, 1915, p. 289-298 et la thèse inédite de C. de DALMASES, op. cit.

86 Ce passage peut être consulté dans l’article de Portillo précédemment cité (p. 296-298), ainsi que dans le volume des Monumenta consacré à la Vie d’Ignace de Loyola par Ribadeneyra (Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Iesu Initiis, vol. IV, Vita Ignatii Loyolae, Textus latinus et hispanus cum censuris…, op. cit., p. 813-817). Ribadeneyra reprend et développe cette épreuve personnelle dans ses Confessions, chapitre 13 : « Da qüenta de una terrible tentación que tuvo y cómo le libró nuestro Señor della » (Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. I, op. cit., p. 33-37). Ce passage a été biffé dans le manuscrit : s’agit-il d’un retrait de l’auteur à qui l’on reprochait de trop se mettre en avant dans son ouvrage (la même critique a été faite à propos de la Vie de Laínez) ? Ou bien s’est-il agi de gommer le parallèle qui y est fait entre la vocation jésuite et la conversion des juifs à travers un jeu de miroir ? Le passage a-t-il été supprimé par l’auteur lui-même ou la biffure est-elle le fruit de la suggestion d’un tiers ?

87 « ni me reprehendió, ni me exhortó, ni me amonestó, ni me dixo más palabras que éstas : – Yo os ruego, Pedro, que no seáys ingrato a quien tantas mercedes os ha hecho, como Dios N. S. Cosa maravillosa, que en aquel mismo puncto que él dezía estas palabras, estava el mismo Señor que hablaba por él obrando en mí y labrando mi corazón de tal manera que, alumbrado con el resplandor de su luz y gracia, comencé a ver lo que antes no veýa y a desear lo que antes aborrecía, y desde aquella hora hasta la presente quedó mi alma tan libre de aquella angustia y afán que tenía y de toda la inconsistencia y liviandad de corazón, que era la causa della, que después acá jamás he tenido rastro della […] » (E. PORTILLO, op. cit., p. 298).

88 « Hízela [sa confession générale] llorando yo y llorando él, y más él que no yo […] » (ibid.).

89 Les jésuites entendent par « conversion » autant la conversion au catholicisme des gentils et des infidèles par le baptême, que les « retournements d’âme », les changements de vie opérés chez les catholiques afin de les gagner au service de Dieu, tel que cela apparaît dans la première Semaine des Exercices Spirituels.

90 Monumenta Ignatiana, Serie Quarta, Scripta de S. Ignatio, Fontes narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Iesu Initiis, vol. IV, Vita Ignatii Loyolae, Textus latinus et hispanus cum censuris…, op. cit., p. 817.

91 Il s’agit du décret 52 « De genere » (Institutum Societatis Iesu, Rome, MHSI, 1869, vol. I, p. 257) : les candidats d’ascendance juive ou musulmane « de tiempo inmemorial » sont déclarés ineptes à mener à bien les ministères propres à l’ordre. Si un candidat Nouveau-Chrétien a été admis par erreur, celui-ci doit être exclu avant la profession. Il s’agit d’un « impedimento no dispensable » car le général lui-même ne peut en dispenser. Il convient de remarquer ici que le décret n’a aucun caractère rétroactif : il ne concerne en aucun cas les jésuites ayant déjà fait leur profession.

92 Voir sur ce point F. BORJA DE MEDINA, « Precursores de Vieira… », op. cit. Les autres jésuites espagnols qui se sont élevés contre le statut adopté par la Compagnie sont Diego de Guzmán, Girón de Alarcón, Luis de Santander, Nicolás de Almazán, etc.

93 Sur la contestation du statut de pureté de sang par Pedro de Ribadeneyra, voir les articles d’E. REY et de F. BORJA DE MEDINA cités supra. Voir aussi : Mario PRADES VILAR, « Pedro de Ribadeneyra escribe a Claudio Aquaviva. Un episodio de la polémica jesuita sobre los estatutos de pureza de sangre », Ingenium. Revista electrónica de Pensamiento Moderna y metodología en Historia de las Ideas, n°6, 2012, p. 125-145 et Rica AMRAN, « Pedro de Rivadeneira y la oposición de los jesuitas a los estatutos de limpieza de sangre », in Marie-Lucie COPETE et Youssef EL ALAOUI (éd.), Les jésuites dans le monde moderne (XVIe-XVIIIe siècles) : textes commentés et débats historiographiques, Travaux et Documents Hispaniques / TDH de l’ERIAC, nº3, Université de Rouen, 2012. Le plus fervent contempteur du statut en Italie a été Antonio Possevino. Il a tout d’abord demandé au général Mercurian une « lettera de unione » en 1576, suite aux intrigues italo-portugaises lors de la troisième Congrégation Générale dirigées contre les Nouveaux-Chrétiens. Il a rédigé un second mémoire daté du 13 octobre 1598 contre l’adoption du décret « De genere », puis un troisième adressé au pape en 1603. Sur l’opposition de Possevino au statut de pureté de sang, voir notamment R. A. MARYKS, Jesuit Order…, op. cit., p. 160-182 ; T. M. COHEN, « Jesuits and News Christians… », op. cit., p. 8-27 et « Nation, Lineage and Jesuit Unity in Antonio Possevino’s Memorial to Everard Mercurian », in Centro inter-universitario da história da espiritualidade et Instituto de cultura portuguesa (édédéd.), A Companhia de Jesus na Penísula Ibérica nos sécs. XVI e XVII). Espiritualidade e cultura , Porto, Universidade do Porto, 2004, vol. II, p. 543-561 ; E. Colombo, op. cit. ; John P. DONNELLY, « Antonio Possevino and jesuits of jewish ancestry », AHSI, n°109, 1986, Rome, p. 3-31.

94 Ces mémoires peuvent être consultés dans le deuxième volume des Monumenta dédié à Ribadeneyra (Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit.). Il s’agit d’un mémoire en espagnol daté de 1593 adressé à Acquaviva (p. 374-384), d’une lettre à ce même préposé général de 1597 et rédigée en espagnol (p. 189-193), d’un second mémoire, toujours en espagnol et encore une fois adressé au général, de janvier 1608 (p. 241-247), et d’un mémoire en latin écrit pour les pères réunis lors de la sixième Congrégation Générale qui reprend les mêmes arguments que le mémoire de 1593 (daté du 18 janvier 1608, p. 247-254).

95 ARSI, Inst. 186 e, f. 353r-358r.

96 Ibid., f. 356r-v.

97 Est-ce à cause de l’origine judéo-converse de ce dernier ? D’une méconnaissance de la question morisque (Ribadeneyra a passé la plus grande partie de sa vie religieuse en Italie avant de retourner en Castille, et a résidé à la maison professe de Tolède puis au collège impérial de Madrid à partir de 1584) ? Est-ce parce qu’il répond directement aux Italiens et aux Portugais qui ne visent que les conversos, ou à Alonso Sánchez, mandé par Acquaviva à la cour de Philippe II en 1592 afin de tenter de résoudre le conflit juridictionnel entre l’Inquisition espagnole et la Compagnie et qui a assimilé les « mémorialistes » espagnols aux conversos ? Sur les jésuites et les morisques et les jésuites d’ascendance morisque, voir notamment : Youssef EL ALAOUI, « Ignacio de las Casas, jesuita y morisco », Sharq al-Andalus, nº14-15, 1997-1998, p. 317-339 ; Jésuites, Morisques et Indiens. Étude comparative des méthodes d’évangélisation de la Compagnie de Jésus d’après les traités de José de Acosta (1588) et d’Ignacio de las Casas (1605-1607), Honoré Champion, Collection Études et Essais sur la Renaissance, nº65, Paris, 2006 ; « Jesuitas y moriscos (comentario al “Segundo remedio” de Ignacio de las Casas) », in M.-L. COPETE et Y. EL ALAOUI (éd.), op. cit. ;« El jesuita Ignacio de las Casas y la defensa de la lengua árabe. Memorial al padre Cristóbal de los Cobos, provincial de Castilla (1607) », Areas. Revista internacional de ciencias sociales, nº30, 2011, p. 11-28 ; « Morisques et Indiens dans la hiérarchie jésuite des civilisations : la Compagnie de Jésus et les minorités aux XVIe-XVIIe siècles », in Marie-Catherine BARBAZZA et Carlos HEUTSCH (éd.), Familles, pouvoirs, solidarités. Domaine méditerranéen et hispano-américain (XVe-XXe siècles), E.T.I.L.A.L, Collection Actes 2, Université de Montpellier III, 2002, p. 185-201 ; F. BORJA DE MEDINA, « La Compañía de Jesús y la minoría morisca (1545-1614) », AHSI, n°57, 1988, p. 3-136 ; Rosaura ÁLVAREZ RODRÍGUEZ, « La Casa de doctrina del Albaicín. Labor apostólica de la Compañía de Jesús con los moriscos », Cuadernos de la Alhambra, n°19-20, 1983-1984, p. 233-246 ; Emanuele COLOMBO, Convertire i mulsulmani. L’esperienza di un gesuita spagnolo dei Seicento, Milan, Mondadori, 2007.

98 Possevino subdivise les promoteurs jésuites du décret « De genere » en trois groupes, parmi lesquels se trouve celui des « villanazzi » qui provenaient d’un milieu social pauvre et rural et qui jalousaient les membres de l’ordre jouissant d’un statut social plus élevé (T. M. COHEN, « Nation,… », op. cit., p. 554-555).

99 Voir F. BORJA DE MEDINA, « Precursores de Vieira… », op. cit.

100 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. 189-190 : « [...] que personas zelosas y santas y muy limpias de la misma Compañía, sobre este decreto con grande sentimiento me han escrito ».

101 Voir sur ce point A. A. SICROFF, op. cit.

102 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. 191. Cette remise en cause de l’identification des « mémorialistes » aux judéo-convers a été davantage développée par Ribadeneyra dans le mémoire de 1593 (ibid., p. 378-380) : il va jusqu’à avancer que la mort d’Alonso Sánchez (survenue le 27 mai 1593, quelques mois avant la cinquième Congrégation Générale) est un châtiment divin ; le jésuite lui reproche d’avoir défendu le décret lors de la Congrégation Provinciale de Tolède de 1593. Sur le poids que cette identification a eu dans la décision d’adopter le décret, voir E. REY, op. cit., p. 193 et p. 198-199 et F. BORJA DE MEDINA, « Precursores de Vieira… », op. cit., p. 494-497.

103 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. 378-379. « En todo tiempo a havido trabajo » écrit Ribadeneyra (p. 379), reprenant ainsi le thème des “tribulations” comme mise à l’épreuve de la Compagnie par Dieu (explicité par l’auteur dans le Tratado de las persecuciones, inédit).

104 Voir sur ce point E. JIMÉNEZ PABLO, La Compañía de Jesús…, op. cit., p. 214-216.

105 Ces deux points se retrouvent chez tous les jésuites ayant critiqué le statut, autant chez les jésuites espagnols que chez l’Italien Possevino.

106 Il convient de rappeler ici le titre complet du mémoire de 1593 de Ribadeneyra : « Las razones que se me ofrecen para no hazer novedad en el admitir gente en la Compañía » et de se souvenir que tout ce qui est « nuevo » est valorisé négativement au Siècle d’or en ce qu’il ne repose sur aucune base juridique préalable. C’est pourquoi Acquaviva avait chargé le jésuite Francisco Suárez de défendre le statut de pureté de sang de la Compagnie d’un point de vue juridique. Voir sur ce point Joseph A. MUNITIZ, « Francisco Suárez and the exclusion of men of Jewish or Moorish descent from the Society of Jesus » AHSI, n°73, 2004, p. 327-340.

107 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. 374. Sur la non-exclusion des Nouveaux-Chrétiens dans les Constitutions et l’Examen, voir F. BORJA DE MEDINA, « Ignacio de Loyola y los judíos », op. cit., p. 55-57 ; « Ignacio de Loyola y la “limpieza de sangre” », op. cit., p. 594-598 ; ou encore E. REY, op. cit., p. 181. Comme le souligne Borja de Medina (« Ignacio de Loyola y la “limpieza de sangre” », op. cit., p. 597), la question figurant dans l’Examen concernant l’ascendance du candidat (« S’il descend de chrétiens de vieille souche ou de chrétiens récents », I. de LOYOLA, op. cit., p. 403), comme les autres questions du chapitre 3 (« Quelques questions à poser pour mieux connaître celui qui veut entrer dans la Compagnie » (ibid.), servait au supérieur à mieux connaître ses subordonnés et à utiliser les forces dont il disposait au mieux. Si les préjugés contre l’ascendance nouvelle-chrétienne d’un candidat pouvaient représenter un obstacle aux ministères de la Compagnie dans l’assistance d’Espagne, il convenait d’envoyer la nouvelle recrue dans une autre assistance (les jésuites nouveaux-chrétiens espagnols étaient le plus souvent envoyés à Rome). Néanmoins, comme le remarque Pierre Antoine Fabre dans ses annotations aux Constitutions (I. de LOYOLA, op. cit., p. 403) : « Le nombre de conversions forcées de juifs et de musulmans espagnols éclaire les raisons de cette question, qui risque toutefois, outre qu’elle privilégie de fait le contexte espagnol, de dévaluer implicitement la solidité de ces conversions : d’où, parmi les Observata patrum de 1551-1152, un doute sur l’opportunité de la question, d’abord supprimée puis replacée de la main d’Ignace dans le texte B ». Sur la dévaluation implicite de la solidité de la conversion des Nouveaux-Chrétiens dans la Compagnie, voir l’article du même auteur : « La conversion infinie des conversos. Des “nouveaux-chrétiens” dans la Compagnie de Jésus au 16e siècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales, n°4, 1999, p. 875-893. La question portant sur l’ascendance du candidat a été utilisée par les jésuites promouvant le décret de pureté de sang, comme une preuve qu’Ignace de Loyola voulait discriminer les Nouveaux-Chrétiens. C’est un des arguments allégués par Benedetto Palmio dans le mémoire édité par Maryks (« The Jesuit Order… », op. cit., p. 383).

108 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. 377.

109 Ibid., p. 374-377.

110 Or, comme le remarque Pierre Antoine Fabre (op. cit., p. 889) : « plus encore, Ignace lui-même ne regrettait-il pas, dit-on, de ne pas être juif, pour tenir du Christ et de sa mère une parenté charnelle ? Il reste qu’il ne l’était pas, dit-il également dans le même temps ».

111 Diego Laínez était lui-même d’origine judéo-converse et son élection en 1558 avait fortement déplu autant à l’intérieur qu´à l’extérieur de la Compagnie.

112 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. 375-377.

113 Ibid., p. 376.

114 Ibid., p. 377.

115 Ibid., p. 376.

116 Ibid., p. 377.

117 Ibid., p. 378-379. Dans The Jesuit Order… (op. cit., p. 188), Maryks écrit la chose suivante à propos du passage cité : « this statement was probably a kind of captatio benevolentiae trick, aimed – as we have seen it already in the first memorial by Possevino in respect to Mercurian – at persuading the addressee to change the policy, so that his authority be not jeopardized ». Or, rien n’est moins sûr. En effet, voici ce que stipule Acquaviva dans une instruction secrète envoyée aux provinciaux espagnols le 18 avril 1590 (ARSI, Inst 184 II, f. 346r-v) : certaines « personas graves » se plaignent de ce que la Compagnie reçoive des « confesos ». Acquaviva remarque que cela a toujours été le cas, mais les plaintes se font de plus en plus vives : il faut donc faire preuve de prudence. Les mesures qui vont être annoncées ne concernent en aucun cas ceux qui sont déjà admis : aucune différence ne doit être faite entre un jésuite judéo-convers et un jésuite « limpio », si ce n’est de ne pas leur donner de charges de supérieurs là où l’Inquisition serait très active. Ce qui prévaut est l’accommodation aux circonstances, comme le préconisait Ignace de Loyola. Néanmoins, il faut redoubler de prudence : si Acquaviva souligne que « no hemos juzgado por cosa conveniente el prohibir universalmente que de qualquier manera que tal defecto les toque no se puedan recibir », « en ninguna manera se reciban los que tuvieran nota clara y que desconvenga de manera que comunmente en el concepto de los de fuera sean tenidos y notados por tales ». S’il s’agit de personnes « que tuviesen poca nota o de lejos », ou de nobles dont la famille est employée par le roi ou ses ministres, il faut les recevoir. Acquaviva termine par ces mots : « Esto nos ha parecido ser necesario pues que se vee que a la edificacion y autoridad de nuestros ministerios y buen credito de la Compañia conviene que se condescienda con la opinion de personas que no solo son tan principales mas juntamente tienen mano en el gobierno, que no sin causa la bendita memoria de N. P. Ignatio aviso que se les preguntasse deste punto, para que entendidas todas las circunstancias, se pudiese hazer la consideracion que conviene a mayor gloria Divina. Aunque por otra parte sabemos que Dios N. S. no limita la comunicacion de sus gracias y virtudes a sangre o a linajes, sed tribuit omnibus abundanter » (nous soulignons). Il faudrait ainsi ne pas prendre pour une simple figure rhétorique la défense d’Acquaviva face aux mémoires qu’il reçoit venus d’Espagne, alléguant que le décret est licite et ne peut être modifié en ce qu’il a été voté par la Congrégation Générale et qu’il ne peut rien faire. La première fois qu’il répond à Ribadeneyra sur le sujet en 1600, soit sept ans après que le jésuite espagnol lui a transmis son premier mémoire par l’intermédiaire de Francisco de Porres, le général soutient qu’il s’est opposé à l'adoption du décret : « V .R. habra entendido las dificultades que yo tuve y propuse para evitar este particular, como pueden testificar los que se hallaron presentes, bien podra creer que por todas vias y maneras buscare medios para consolar a los que lo piden, y estoy con deseos de los que con esa provincia han apuntado y trae el Procurador della, y cada dia le estamos esperando, para si podemos encontrar con algun medio que quadre a lo que se pretende » (ARSI, Tolet. 6 I, f. 3r.). En effet, suite à la Congrégation des Procureurs de 1600, durant laquelle le procureur Nicolás de Almazán lui avait remis un mémoire contre le décret au nom de la province de Tolède (ARSI, Inst. 184 I, f. 285r-286v), le général propose à ses assistants de limiter les enquêtes de pureté de sang à quatre générations : ceux-ci refusent catégoriquement (F. BORJA DE MEDINA, « Precursores de Vieira… », op. cit., p. 510). D’autre part, en réponse au mémoire de Diego de Guzmán précédemment cité, Acquaviva écrit au même Guzmán le 10 avril 1605 : « ni esta en mi mano la abrogacion, ni su Sd viene en ello » (ARSI, Baetica 3 II, f. 763). Sur le rôle du pape dans l’adoption du décret, voir infra.

118 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. 193. Ce passage renvoie à un passage de la préface au lecteur du Tratado en el qual se da razon del Instituto de la religion de la Compañia de Jesus (Madrid, Colegio de la Compañia de Jesus, 1605), dédié aux seuls jésuites « como cosa propia nuestra, y domestica y para solos nosotros » : « Y he tomado yo este trabajo mas que otro, por parecerme que me corria mas obligacion: assi por ser el mas antiguo que ay agora en toda la universal Compañia […] y por averme criado desde niño a los pechos de nuestro bienaventurado padre y aver sido el primero que le sirvio en escribirle, quando començo la traza de nuestras Constituciones: como, porque ya ha cincuenta años, que el santo Padre me embio a los Estados de Flandes, para que declarasse a los nuestros nuestro Instituto, y me dio la patente que yo tengo, en que dize, que me embia para esto como a persona que sabia su mente ».

119 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. 190.

120 Ribadeneyra concède cependant (lettre à Acquaviva de janvier 1606) qu’une exception pourrait être faite pour le Portugal : « Bien creo que los Padres de Portugal por justos respectos hallarán dificultad en deshazer el decreto; porque quizá a su provincia conviene guardarle; mas yo juzgo que se puede guardar, si conviene, sin decreto, por providencia y orden del general; el qual, mirando lo que está bien a cada provincia de España, puede estrechar o alargar más o menos la mano en el recebir » (ibid., p. 242). Sur les pratiques judaïsantes des marranes portugais, voir A. DOMÍNGUEZ ORTIZ, Los judeoconversos en España y América, op. cit., p. 61-77 et Nathan WACHTEL, La foi du souvenir. Labyrinthes marranes, Paris, Seuil, 2001.

121 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. 192.

122 « Pero entre ellas es una y no de pequeña consideración, que si se mellasse y se desportillasse una vez nuestro Instituto en cosa tan sustancial y de tanta importançia, y se hiziesse decreto tan contrario al spiritu de nuestros santos Padres Ignacio, Lainez y Francisco, y contra el uso de la Compañía, con el qual por la misericordia de Dios ella ha tanto floresçido; queda abierta la puerta para enflaquecer y tocar todas las demás cosas sustanciales del mismo Instituto; porque es cierto que no ay ninguna (exçeptuando las que son essençiales y contra nuestros Votos) que sea tan sustançial, como ésta, porque ésta toca a La Paz, a la unión, a la charidad, que es la vida y el alma de la religión y el fin y blanco della; y el dilatarse las profesiones, el poder despedir, el ser general perpetuo o ad tempus, el hazer los superiores por su mano y no por elección de los súbditos, y otras cosas semejantes; son medios que se toman para conseguir mejor este fin; y assi tanto mas cuydado se debe poner en guardarle y defenderle que en las otras cosas que no son tan sustançiales, quanto importa más el fin que los medios » (ibid., p. 383-384). Cette ligne argumentative a été reprise par Ribadeneyra dans la préface au lecteur du Tratado en el qual se da razon del Instituto de la religion de la Compañia de Jesus (op. cit.), dans lequel l’auteur explique l’origine et le but de certaines spécificités de l’institut attaquées à l’intérieur comme à l’extérieur de l’ordre (vœux, généralat à vie, absence de règle quant aux pénitences, etc.). La justification ultime du jésuite, outre que ces usages étaient déjà pratiqués par l’Église primitive, est qu’ils sont nécessaires à la fin pour laquelle Dieu a institué la Compagnie de Jésus : « [...] el fin de la Compañia es ayudar a defender la Fe contra los Hereges, y a dilatarla entre los Gentiles, y a reformar las vidas de los Christianos y encaminarlos para el cielo : y esto con tantos, y tan varios e importantes ministerios como se cuentan en las bulas ».

123 Notamment par Nicolás de Bobadilla (1509-1590) et Simón Rodrigues. Voir sur ce point M. CATTO, op. cit., p. 22-39. L’inspiration divine des Constitutions était remise en question, les deux hommes défendant une élaboration collective (par les premiers compagnons) de ces dernières. Ignace de Loyola était considéré comme « primus inter pares » (ibid., p. 26). Bobadilla avait condamné auprès de Paul IV le « laberinto confusissimo » des Constitutions, le despotisme d’Ignace de Loyola, soutenu par Polanco, Laínez et Nadal. Il souhaitait une réforme de l’ordre et « proponeva la stesura di una Regola, alla stregua di tutti gli altri ordini religiosi » (ibid., p. 33-34).

124 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. 243-244. Nous soulignons.

125 Constitutions, huitième partie : « De tout ce qui peut maintenir l’union mutuelle des membres séparés avec le chef et entre eux ». Voir en particulier le premier chapitre : « De ce qui sert à l’union des cœurs ».

126 Dans le De Rege et Regis Institutione (1599), le jésuite espagnol Juan de Mariana étudie les divisions produites dans la société espagnole par les statuts de pureté de sang. Au livre III, chapitre IV « De los honores y premios en general », Mariana analyse la situation des conversos dans la Monarchie hispanique à partir de deux points de vue : « l’injustice dont ils sont victimes en raison de l’existence des statuts de pureté de sang, et la tyrannie, c’est-à-dire ce que l’exclusion présuppose du point de vue politique. […] La division des citoyens en différents statuts en fonction de leur origine religieuse introduit, au sein de l’État, une rupture du pacte politique qui unit le prince à l’ensemble de ses sujets, aussi divers soient-ils, orientant l’exercice du pouvoir vers la tyrannie » (M.-L. COPETE, « La fidélité dans le De Rege et Regis Institutione (1599) de Juan de Mariana », in R. AMRAN (coord.), Les minorités face au poids de la fidélité dans l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles, Paris, Indigo, 2013, p. 145-156.

127 Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit.,p. 192.

128 Ibid., p. 172. Ribadeneyra insiste sur l’union et la charité qui doivent régner entre les membres de l’ordre, et renvoie pour ce faire aux parties 8 et 10 des Constitutions, puis condamne les « diversitatem spiritus, notionum discrimen, sanguinis distinctionem ».

129 Michel de CERTEAU, Le lieu de l’autre…, op. cit., p. 163.

130 Scripta de Sancto Ignatio de Loyola Societatis Iesu fondatore, tomus secundus, Madrid, MHSI, 1918, p. 260.

131 Ibid., p. 261. Pedro de Ribadeneyra, grâce au statut qui était le sien dans l’assistance d’Espagne, et surtout grâce aux relations étroites qu’il entretenait avec certaines personnalités influentes de la Monarchie hispanique qui avaient soutenu la cause d’Ignace de Loyola auprès du pape (voir sur ce point l’ouvrage du jésuite : Relacion de lo que ha sucedido en el negocio de la Canonizacion del bienaventurado Padre Ignacio de Loyola (Madrid, 1609), et à sa longue amitié avec l’inquisiteur général Quiroga, était, dans un premier temps, indispensable pour Claudio Acquaviva.

132 Ibid., p. 260.

133 Le procès de canonisation d’Ignace de Loyola s’ouvre peu de temps avant l’absolution d’Henri IV par Clément VIII, événement qui a interrompu la cause pendant quelque temps. Le monarque français a soutenu la canonisation de François Xavier et d’Ignace de Loyola, tous deux étant Navarrais (voir Maria Antonietta VISCEGLIA, « Convergencias y conflictos : la monarquía católica y la Santa Sede (siglos XV-XVIII) », Studia historica. Historia moderna, n°26, 2004, p. 155-190, p. 182). Suite à leur expulsion du royaume français en 1594, les jésuites se voient à nouveau autorisés à entrer en France par l’édit de Rouen de 1603. En contrepartie, ceux-ci doivent jurer fidélité au roi : Henri IV était bien conscient qu’il pouvait utiliser l’ordre ignacien comme un instrument pour lutter contre la Monarchie espagnole (voir Eric NELSON, The Jesuits and the Monarchy, Catholic Reform and Political Authority in France (1590-1615), Rome, IHSI, 2005 et M. GOTOR, « París bien vale una misa: herejía, conflicto político y propaganda en la corte de Roma en los años de la conversión de Enrique IV », in J. MARTÍNEZ MILLÁN, M. RIVERO RODRÍGUEZ et Gijs VERSTEEGEN (coord.), La Corte en Europa: política y religión (siglos XVI-XVIII), Madrid, Polifemo, 2012, vol. III, p. 1525-1543.

134 M. GOTOR, I beati del Papa. Santità, Inquisizione e obbedienza in età moderna, Florence, Leo S. Olschki, 2002 et « Hagiografía y censura libraría », op. cit.

135 Ibid.

136 El libro quinto de la Vida del Padre Ignacio de Loyola fundador de la Compañia de Jesus. En el qual se trata de sus particulares virtudes. Añadiose un capitulo de las virtudes del P. Diego Laynez y el quarto libro de las virtudes del P. Francisco de Borja, Madrid, en la Imprenta Real por Juan Flamenco, 1596.

137 Segunda parte del Flos Sanctorum o libro de las vidas de los santos. En el qual se contiene las vidas de todos los Santos de que reza la Yglesia Romana en los seis postreros meses del Año. Dirigida a la Reyna de España D. Margarita de Austria, nuestra Señora. Al cabo se pone la Vita del Bienaventurado P. Ignacio de Loyola Fundador de la Compañía de Jesus, Madrid, por Luis Sanchez, 1601.

138 M. GOTOR, « Hagiografía y censura literaria… », op. cit., p. 1018-1021. De plus, l’auteur souligne que si la Vida de Ribadeneyra a toujours été beaucoup lue en Espagne, sur la scène européenne, la Vie écrite par le jésuite espagnol est remplacée par celle de l’Italien Maffei qui, selon Michel de Certeau, propose un portrait de Loyola plus gouvernemental et appelle une fidélité « plus institutionnelle mais aussi plus technique » (Le lieu de l’autre…, cit., p. 163).

139 Ibid., p. 1015.

140 J. MARTÍNEZ MILLÁN, « Transformación y crisis de la Compañía de Jesús (1578-1594) », op. cit.

141 E. JIMÉNEZ PABLO, « “Que por sus pies se avía venido a la pila…” El decreto de limpieza de sangre en la Compañía de Jesús (1540-1608) », op. cit.

142 F. BORJA DE MEDINA, « Precursores de Vieira… », op. cit., p. 506.

143 Ibid., p. 508.

144 Ibid., p. 510.

145 Op. cit.

146 F. BORJA DE MEDINA, « Precursores de Vieira… », op. cit., p. 501.

147 Voir notamment sur ce point l’article de José ELOY HORTAL MUÑOZ : « La lucha contra la Monarchia Universalis de Felipe II: la modificación de la política de la Santa Sede en Flandes y Francia respecto a la Monarquía hispana a finales del siglo XVI », Hispania, vol. 71, n°237, 2011, p. 65-86.

148 Voir E. JIMÉNEZ PABLO, La Compañía de Jesús…, op. cit., p. 255-256 et Macarena MORALEJO ORTEGA, « El cardenal Francesco de Toledo S.I. (Córdoba 1532-Roma 1596), nuevos análisis a la luz de su papel en la corte pontificia », in Cristina BRAVO LOZANO et Roberto QUIRÓS ROSADO (éd.), En tierras de confluencias. Italia y la Monarquía de España. Siglos XVI-XVII, Valence, Albatros, 2013, p. 187-199.

149 Voir le mémoire rédigé par le jésuite à ce propos : « De Henrico IV, rege Galliae, ab haeresi absolvendo », in Patris Petri de Ribadeneira. Confessiones, Epistolae aliaque scripta inedita, vol. II, op. cit., p. 405-413.

150 Voir sur ce point E. JIMÉNEZ PABLO, La Compañía de Jesús…, op. cit., p. 287-296 et M. A. VISCEGLIA, Roma papale e Spagna. Diplomatici, nobili e religiosi tra due corti, Rome, Bulzoni, 2010.

151 Les enquêtes devaient désormais être menées jusqu’à la cinquième génération incluse. Les juifs des royaumes de Castille et du Portugal s’étant convertis à la fin du XVe siècle, le statut « De genere » ne touchait pour ainsi dire plus grand monde. Il nous faut souligner ici que la modération du décret de « limpieza de sangre » ne concernait que les conversos – assimilés, nous le rappelons, aux Espagnols « borgianos ». Les moriscos, expulsés des royaumes péninsulaires du monarque hispanique en 1609, se voyaient toujours refuser l’entrée dans la Compagnie.

152 Voir J. MARTÍNEZ MILLÁN, « La crisis del “partido castellano” y la transformación de la Monarquía Hispana en el cambio de reinado de Felipe II a Felipe III », Cuadernos de Historia Moderna. Anejos II, 2003, p. 11-38 ; « El triunfo de Roma. Las relaciones entre el Papado y la Monarquía católica durante el siglo XVII », in J. MARTÍNEZ MILLÁN et M. RIVERO RODRÍGUEZ (coord.), Centros de poder italianos en la Monarquía hispánica (siglos XV-XVII), Madrid, Polifemo, 2010, p. 549-556, et « La transformación del paradigma “católico hispano” en el “católico romano”: la monarquía católica de Felipe III », in Juan Luis CASTELLANO et Miguel Luis LÓPEZ-GUADALUPE MUÑOZ (coord.), Homenaje a Antonio Domínguez Ortiz, Grenade, Universidad de Granada, 2008, vol. II, p. 521-556.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Bouvier, « Les controverses à propos des Nouveaux-Chrétiens dans la Compagnie de Jésus. La défense des conversos du père Pedro de Ribadeneyra (1526-1611) »Atlante [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/atlante/28833 ; DOI : https://doi.org/10.4000/atlante.28833

Haut de page

Auteur

Claire Bouvier

Université Lille 3, CECILLE EA 4074

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search