Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Partie VII. AnnexesJean-Marc Rivière, L’Expérience d...

Partie VII. Annexes

Jean-Marc Rivière, L’Expérience de l’autre. Les premières missions diplomatiques de Machiavel, Vettori et Guicciardini

Aix-Marseille Université, Presses Universitaires de Provence, collection « Textuelles », série « Écritures du voyage », 2018, 264 pages.
Lucie de Los Santos
Référence(s) :

Jean-Marc RIVIÈRE, traduction et commentaire, L’Expérience de l’autre. Les premières missions diplomatiques de Machiavel, Vettori et Guicciardini, Aix-en Provence, PU de Provence, 2018, 264 pages.

Texte intégral

1Dans ce bel ouvrage, Jean-Marc Rivière offre la traduction de plusieurs textes mineurs de Machiavel, Vettori et Guicciardini, tous présentés, annotés et commentés. C’est le critère de choix des textes qui donne tout son sens et son intérêt au recueil. Il s’agit d’écrits rédigés par ces auteurs, qui ont par la suite marqué la pensée politique et l’historiographie florentines du XVIe siècle, à l’occasion de missions diplomatiques remplies dans leur jeunesse. On trouve les textes de Nicolas Machiavel liés à ses quatre légations en France (1500, 1504, 1510 et 1511) : le De natura gallorum (1500-1501) et le Portrait des choses de France (Ritratto di cose di Francia, 1510). Ils sont suivis par les textes liés à sa mission en Allemagne comme secrétaire de Francesco Vettori (1508) : le Rapport sur les choses de l’Allemagne (Rapporto di cose della Magna, 1508), le Discours sur les choses de l’Allemagne et sur l’Empereur (Discorso sopra le cose della Magna e sopra l’Imperatore, 1509), et le Portrait des choses d’Allemagne (Ritratto delle cose della Magna, 1512). Jean-Marc Rivière y adjoint le Voyage en Allemagne (Viaggio in Alamagna), récit fait par Francesco Vettori suite à sa légation en Allemagne en 1507-1508. Les deux textes de Francesco Guicciardini sont le Journal de mon voyage en Espagne (Diario del viaggio in Spagna), qu’il écrit lors de son voyage vers l’Espagne où il vient d’être nommé ambassadeur de Florence (1512), et sa Relation d’Espagne (Relazione di Spagna) rédigée au terme de cette ambassade (1514). Enfin, Jean-Marc Rivière ajoute en annexe, pour son intérêt documentaire sur les usages diplomatiques de l’époque, la Notule pour qui se rend en ambassade en France (Notula per uno che va ambasciadore in Francia), parfois attribuée à Machiavel et rattachée à ses légations en France, mais écartée de l’Edizione nazionale delle Opere (Rome, Salerno Editrice, 2001).

  • 1 Voir Jean-Louis FOURNEL et Jean-Claude ZANCARINI, La Politique de l’expérience. Savonarole, Guiccia (...)

2Nous sommes donc en présence d’auteurs très dissemblables et de textes de natures différentes, allant de notations à caractère aphoristique à l’analyse synthétique de la structure politique d’un État, en passant par la prise de notes informatives sur les pays traversés, le récit d’anecdotes et même la fiction. Tous cependant sont rédigés à l’occasion de missions diplomatiques confiées, entre 1500 et 1514, à des citoyens florentins encore jeunes et peu expérimentés. Ces textes sont donc le témoin de leurs premières armes, d’un moment clé de leur formation. Quant à la période concernée, elle est cruciale, car elle coïncide avec la crise du début des guerres d’Italie. Dans la continuité des travaux initiés par Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini depuis maintenant une trentaine d’années, Jean-Marc Rivière considère l’époque des guerres d’Italie comme un moment où la nouveauté radicale de la situation remet en cause les structures traditionnelles de compréhension et d’interprétation du monde, en particulier de la politique1. De la recherche de nouvelles modalités d’analyse d’un monde en mutation dépend la possibilité de l’action politique.

3Ici, le choix de réunir et étudier des textes mineurs, mais contemporains à la fois du début de la crise et de la période de formation de trois hommes politiques et historiographes qui ont marqué la pensée florentine du XVIe siècle, permet de mettre en lumière à la fois la perte des repères de pensée traditionnels et la genèse de nouvelles méthodes d’observation et d’analyse politique.

  • 2 Sur cette question, voir J.-L. FOURNEL et J.-Cl. ZANCARINI, « Les enjeux de la traduction. Traduire (...)

4Comme Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, Jean-Marc Rivière s’appuie sur la traduction des textes politiques du XVIe siècle pour documenter l’élaboration d’une nouvelle langue de la politique au moment de la crise des guerres d’Italie2. Ses critères de traduction visent la fidélité au plan syntaxique et lexical, de manière à refléter le style de chacun des auteurs ainsi que l’évolution du lexique politique. Effectivement, le lecteur peut aisément comparer, à l’intérieur même du recueil, les points communs et les divergences entre les trois auteurs, mais aussi l’évolution de Machiavel et Guicciardini d’un texte à l’autre de l’ouvrage ou encore avec leurs textes postérieurs traduits par Fournel et Zancarini. Non seulement Jean-Marc Rivière traduit pour la première fois les deux textes de Guicciardini, mais il offre, par sa nouvelle traduction des textes de Machiavel et Vettori, un outil pour la réflexion sur la langue politique dans l’Italie du XVIe siècle. Notons d’ailleurs, autre intérêt de cet ouvrage, que la traduction des textes de Machiavel s’appuie sur l’Edizione nazionale delle Opere.

5Toute l’organisation du recueil contribue à éclairer la lecture des textes de Machiavel, Vettori et Guicciardini, et à servir la ligne interprétative proposée en commentaire. Les textes sont regroupés en fonction des destinations (légations en France, en Allemagne et en Espagne), et mis en contexte dans des présentations précédant chacune des parties. Un apparat de notes riche et précis élucide les éléments du contexte historique et les éléments biographiques nécessaires à la compréhension, établit des liens entre les différents récits du recueil, renvoie à la correspondance, aux écrits de gouvernement et au œuvres de maturité de Machiavel, Vettori et Guicciardini mais aussi d’autres hommes politiques et historiographes de l’époque, ou encore à des sources littéraires. Jean-Marc Rivière met ainsi en évidence et justifie son analyse des regards portés par les trois auteurs sur la réalité qui les entoure : « C’est bien parce qu’ils s’entrecroisent, se nourrissent et se répondent l’un l’autre – parce qu’ils se constituent en réseau –, que leur juxtaposition fait sens et que les écrits qui en découlent trouvent leur place, côté à côte, dans ce volume » (p. 12-13).

6L’une des grandes qualités de cet ouvrage est donc justement de donner au lecteur tous les éléments nécessaires pour comprendre les textes proposés, les situer dans leur contexte historique, politique, linguistique et littéraire, pour les mettre en lien entre eux et avec d’autres ouvrages de leurs auteurs, et pour les interroger au prisme de la crise du tournant du XVIe siècle.

7Dans son essai introductif (« L’épreuve de la nouveauté. Regards croisés sur la France, l’Allemagne et l’Espagne », p. 9-19), Jean-Marc Rivière montre que les textes choisis documentent un nœud particulier de l’histoire de la politique et de la diplomatie florentine. Entre 1500 et 1514, le gouvernement républicain cherche à trouver à l’intérieur un équilibre institutionnel entre ses différentes factions et, à l’extérieur, à maintenir l’équilibre de ses alliances dans un monde bouleversé et instable. Depuis le renversement du régime médicéen en 1494, se pose le problème d’un renouvellement du groupe dirigeant par la formation de jeunes citoyens issus pour partie des catégories médianes de la cité. Machiavel en est l’exemple emblématique, mais les nominations de Vettori et Guicciardini montrent les limites de cette politique et les compromis inévitables entre, d’une part, le désir du gonfalonier Piero Soderini de valoriser l’expérience individuelle et de favoriser l’émergence d’un nouveau personnel politique et, d’autre part, la résistance, dans une conjoncture européenne complexe, de l’oligarchie florentine attachée aux cadres de pensée traditionnels de la cité. Dans ces circonstances, la question de la stratégie diplomatique de Florence se pose avec une acuité particulière : alors que les partisans du régime républicain cherchent à tout prix à maintenir l’alliance traditionnelle avec la France, les ambitions de l’Empire et de l’Espagne contraignent les Florentins à s’interroger sur l’opportunité de maintenir ce lien privilégié.

8La question de la compréhension conditionne la possibilité de l’action politique. On voit les trois jeunes hommes se confronter chacun individuellement, par leur propre expérience, à la réalité. La variété des textes, écrits pour certains au cours de la mission, ou pour d’autres avec plus de recul, permet de constater la différence des approches, mais aussi l’évolution de la réflexion, en particulier pour Machiavel dont les textes s’échelonnent de 1500 à 1510, au fil de missions différentes. On distingue aussi, plus spécifiquement pour Machiavel et Guicciardini, les différents moments de l’investigation : observation au jour le jour, critères de choix des éléments observés, choix du point de vue, techniques analytiques, comparaisons (avec d’autres éléments de l’expérience ou avec des exemples historiques), théorisation, élaboration d’une synthèse. Ce recueil reflète ainsi la formation politique évoquée par Machiavel dans sa dédicace au Prince : « la cognizione delle actioni delli uomini grandi, imparata da me con una lunga experienza delle cose moderne et una continua lectione delle antiche ».

9Les trois jeunes ambassadeurs, au-delà de leurs divergences d’intérêts, et de leurs différences d’approche, mettent en perspective les paradigmes d’interprétation traditionnels de la cité et accordent toute leur attention, chacun à sa manière, à l’expérience directe de la réalité. Ils font preuve d’une même volonté de voir personnellement le monde et d’en rendre compte, et ce faisant de trouver des éléments de compréhension qui éclaireront les choix politiques du gouvernement florentin. On voit émerger la méthode de l’expérience, affirmée par Machiavel dans le chapitre 15 du Prince (« andare drieto alla verità effettuale della cosa ») et par Guicciardini dans le Dialogo del Reggimento di Firenze (« la natura delle cose in verità »).

10Ce recueil documente donc la genèse de la formation politique de ses auteurs. Il met en évidence, dans un moment de crise de l’intelligibilité du monde, l’importance de la confrontation individuelle à la réalité, du choix d’un point de vue et de la pratique de l’écriture dans le processus d’élaboration de nouvelles méthodes d’analyse politique. On constate en particulier chez Machiavel et Guicciardini les prémisses de leurs méthodes respectives, nourries par la diversité de leurs expériences et par une forme de recul par rapport à la situation florentine. Ils ne sont pas encore assez détachés des cadres de pensée traditionnels florentins pour réévaluer le poids que l’Espagne s’apprête à prendre dans la péninsule italienne, mais ils expérimentent déjà les instruments d’observation, de comparaison, d’analyse et de synthèse qu’ils mettront en œuvre par la suite en élargissant leur point de vue, de la cité florentine à l’échiquier européen. Tous deux s’opposeront par la suite à la stratégie de temporisation de la république florentine, qui est elle-même le fruit d’un « manque d’intelligibilité du monde » (p. 183).

11Dans son essai introductif, Jean-Marc Rivière s’arrête en particulier sur le Portrait des choses de France (Ritratto di cose di Francia, 1510) et sur le Portrait des choses d’Allemagne (Ritratto delle cose della Magna, 1512) de Machiavel, ainsi que sur la Relation d’Espagne (Relazione di Spagna, 1514) de Guicciardini. Ces textes, fruits d’une synthèse, s’inscrivent dans le genre des relations d’ambassade. Jean-Marc Rivière montre cependant qu’ils se distinguent par exemple des relations des ambassadeurs vénitiens. Partant du titre choisi par Machiavel (« ritratto » c’est-à-dire, littéralement, « portrait »), il approfondit la notion de regard, analyse le « rapport entre image et pratique diplomatique » (p. 15) et cherche à démontrer l’existence d’un lien entre les catégories des arts figuratifs et le champ diplomatique et politique. Cette piste d’étude, très intéressante, met en parallèle la méthode d’analyse politique de Machiavel et Guicciardini dans leurs relations d’ambassade avec l’art du portrait à la Renaissance : « il y a concomitance entre l’usage du terme ritratto dans les écrits machiavéliens et le plein développement du portrait individuel dans les arts figuratifs péninsulaires » (p. 18). Jean-Marc Rivière s’appuie sur une analyse lexicale et s’inspire d’approches esthétiques et anthropologiques.

12Cet ouvrage a donc le mérite d’offrir un recueil de textes traduits avec rigueur et présentés avec tout l’apparat critique nécessaire pour éclairer leur sens. Il est complété par une riche bibliographie clairement structurée. Le choix même des textes présentés met en lumière à la fois la formation de trois auteurs importants de l’historiographie florentine de la Renaissance, et « la crise de la représentation engendrée par les guerres d’Italie » (p. 19). Le fil interprétatif interroge les nouveaux outils explorés par les auteurs pour comprendre un monde en crise et en proposer une clé de lecture utile pour l’action politique. L’analyse prend aussi en compte la tradition des relations d’ambassade. Enfin, la réflexion entreprise sur le portrait fait du regard une question centrale et offre de nouvelles perspectives de recherche très stimulantes.

Haut de page

Notes

1 Voir Jean-Louis FOURNEL et Jean-Claude ZANCARINI, La Politique de l’expérience. Savonarole, Guicciardini et le républicanisme florentin, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2002.

2 Sur cette question, voir J.-L. FOURNEL et J.-Cl. ZANCARINI, « Les enjeux de la traduction. Traduire les penseurs politiques florentins de l’époque des guerres d’Italie », Actes de la recherche en sciences sociales 145, décembre 2002, p. 84-94, alshs-00419115.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie de Los Santos, « Jean-Marc Rivière, L’Expérience de l’autre. Les premières missions diplomatiques de Machiavel, Vettori et Guicciardini »Atlante [En ligne], 12 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/atlante/650 ; DOI : https://doi.org/10.4000/atlante.650

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search