Navigation – Plan du site

AccueilLa revuePrésentation

Présentation

Le projet et l’histoire d’Austriaca

La revue Austriaca. Cahiers universitaires d’information sur l’Autriche, est la seule revue publiée en France qui soit exclusivement consacrée aux questions concernant l’Autriche et l’ancienne Autriche-Hongrie. Elle a été fondée en 1975 par Félix Kreissler et un groupe de chercheurs spécialisés dans la recherche sur l’Autriche ou l’Europe centrale. Parmi les co-fondateurs figuraient entre autres : Yvon Bourdet sociologue, les historiens Jacques Droz et Georges Castellan, Gilbert et Christiane Ravy, Richard Thieberger, spécialistes de littérature autrichienne, Pierre Bertaux, Jean-Marie Valentin ou encore Gerald Stieg.

Au fil des années, les meilleurs spécialistes de l’Autriche ont été intégrés au comité de rédaction de la revue. La revue est pluridisciplinaire et fédère les spécialistes reconnus de l’Autriche quel que soit leur lieu de rattachement universitaire.

Jusqu’au milieu des années 1980, Felix Kreissler a été aux commandes de la revue, puis plusieurs spécialistes ont co-dirigé la revue, Gérald Stieg et Gilbert Ravy puis Paul Pasteur, Ute Weinmann, Jacques Lajarrige. Les rédacteurs en chefs actuels sont le germaniste Jacques Lajarrige et l’historien Jean-Numa Ducange. Le directeur de la publication est Jacques Lajarrige.

Composition d’un numéro

Austriaca paraît deux fois par an et a retenu depuis sa fondation le principe du cahier thématique. Chaque numéro comprend deux parties. En plus d’une série d’articles en lien avec le thème du numéro ou en dehors de ce thème (contributions libres) sont publiés des chroniques sur l’actualité politique et culturelle, des bilans de recherche et des comptes rendus.

L’allemand et le français sont les deux langues de la revue. Dans l’esprit de transferts entre l’Autriche et la France, il a été à plusieurs reprises fait le choix de traduire toutes les contributions en français pour des sujets devant toucher un plus large public francophone. Les traductions sont effectuées bénévolement par des collègues germanistes ou ayant une double formation et elles sont systématiquement revues et reprises par les deux co-rédacteurs en chef.

La sélection des textes

La revue ne publie que des contributions inédites. Une exception peut être faite pour des articles déjà publiés ailleurs, mais dans une autre langue.

Chaque responsable éditorial de numéro, en lien avec les responsables de la revue s’assure en amont, et le plus tôt possible, de la qualité scientifique des articles proposés. En cas de problème, il cherche par le dialogue avec l’auteur concerné à obtenir les aménagements qui lui paraissent souhaitables. Il en avertit la direction de la revue (il faut entendre ici le directeur de la revue et les co-rédacteurs en chef).

Si le problème subsiste, le responsable du numéro et la direction de la revue désignent d’un commun accord deux rapporteurs extérieurs pour relire le texte et émettre un avis. Il peut s’agir d’un membre du comité de rédaction ou d’un expert extérieur, choisi pour ses compétences et sa proximité avec le sujet de l’article à expertiser. Il devra dire si l’article n’est pas publiable du tout, publiable après la prise en compte de certaines recommandations et propositions de corrections. Ces recommandations anonymes seront communiquées à l’auteur.

  • L’auteur de l’article devra représenter une nouvelle version de son texte ;

  • si l’article est modifié selon les recommandations, il est publié. Dans le cas contraire, le refus est signifié à l’intéressé par le responsable du numéro qui s’engage à respecter scrupuleusement l’anonymat des experts ;

  • la direction de la revue peut déclencher cette procédure si elle le juge nécessaire au moment de la relecture.

Si le principe du numéro est retenu, le comité de rédaction charge alors un·e collègue qui peut bien sûr être extérieur·e au comité de rédaction de coordonner le numéro, donc de collecter les contributions et d’effectuer un premier travail de lecture et de mise en forme. Depuis une dizaine d’années, ce ou cette collègue est épaulé·e par un·e collègue du comité de rédaction, qui propose à la lecture et à la discussion un grand nombre d’articles. Une réunion ultérieure du comité de rédaction, qui se réunit formellement deux fois par an, statue sur la publication définitive du numéro ou de tel ou tel article ayant pu poser problème.

La même procédure s’applique pour les numéros non thématiques, dont le nombre est appelé à augmenter. Ceux-ci font l’objet d’un appel à contribution ciblé, transmis notamment aux listes de diffusion scientifiques et sociétés savantes disciplinaires (par ex. Association des Germanistes de l’enseignement supérieur, H-Germanistik etc.)

En raison du caractère pluridisciplinaire de la revue et du poids des germanistes, à chaque fois qu’un auteur·e « autrichien » a été au programme des concours de l’agrégation et du CAPES, un numéro spécial faisant le point des recherches sur le sujet a été réalisé.

Parmi les auteurs prestigieux publiés par la revue, notons une contribution de l’historien de l’art Ernst Gombrich, un entretien avec Elias Canetti, un texte de l’ancien chancelier Bruno Kreisky ou du sculpteur Alfred Hrdlicka, de l’architecte Margerete Schütte-Lihotzky, ou encore de Ernst Bloch, de Claude Mauriac ou de Vercors, sans parler des écrivains autrichiens, tels que Peter Turrini ou Werner Kofler.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search