Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41I. Histoire, écriture et identitéLa quête de l’identité dans la li...

I. Histoire, écriture et identité

La quête de l’identité dans la littérature algérienne d’expression française

Lakhdar Kharchi
p. 45-54

Résumés

La littérature algérienne d’expression française est un espace où se pose avec acuité la question de l’Identité. Elle exprime la haine et la douleur d’un peuple meurtri par une colonisation implacable des plus meurtrières. Elle s’engage foncièrement dans le mouvement de lutte pour la liberté. Ainsi, les écrivains en tant que « consciences » de la société, ne sont pas restés indifférents et se sont mis à penser, voire à redéfinir l’appartenance identitaire et culturelle. De ce fait, toute une production littéraire a vu le jour, dans laquelle on pourrait relever des questionnements sur l’identité, et partant sur le devenir de l’algérien. Historiens de leur temps, les écrivains s’assignent alors, pour mission de réveiller les consciences encore velléitaires de leurs compatriotes. Conscients du rôle que peut jouer la littérature dans le mouvement national, ils sont les premiers à afficher manifestement leur refus et se mobilisent ainsi contre la répression coloniale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mostefa Lacheraf, Algérie, action et société.

1La littérature algérienne d’expression française est née dans le contexte de la colonisation et des mouvements de libération nationale. La langue d’expression des écrivains n’est alors ni l’arabe classique, ni le dialecte algérien, mais la langue du colonisateur apprise à l’école, instrument de cette « culture de nécessité »1. La langue française est, d’abord, apprise sous la contrainte, puis devient un choix plus réfléchi d’offensive sur le terrain même du conquérant. Cette appropriation de la langue française et de la forme romanesque avec les représentations du monde qu’elles impliquent nécessairement, n’est pas toute négativité ou toute positivité. Certains y perçoivent surtout un procès d’aliénation à l’œuvre, tandis que d’autres y appréhendent une conquête enrichissante, « un butin de guerre » selon l’expression de Kateb Yacine. 

2Dans un premier temps, la littérature algérienne d’expression française a été une arme de revendication face à « l’Autre », puis, dans un second temps, face au « Même », le moyen de s’analyser et de mettre à nu les maux sociaux. L’identité, l’affirmation de soi, le refus de l’ordre colonial et de son idéologie sont la thématique de cette littérature, dite de « témoignage » et de « combat revendicateur » depuis sa naissance. La langue française a permis, donc, non seulement l’émergence de toute une production littéraire spécifique, mais aussi aux auteurs, d’échapper aux discours dominants, donnant ainsi une image réelle et juste de l’Algérie.

Écrire face à l’Autre

  • 2 Ibid.

3Ce qui a marqué la période coloniale, c’est la primauté du groupe sur l’individu. En matière de création littéraire, la conjoncture particulière qu’a connue le pays a dicté une forme d’écriture sensible à une certaine réalité socio-historique. Les écrivains, censés décrire la condition misérable des opprimés, se voyaient condamnés à rapporter les aspirations populaires, et dont l’une, essentielle, était la reconnaissance d’une identité collective différente de celle du colonisateur. Cette Altérité « conflictuelle » a permis l’émergence d’un nationalisme qui se définissait par l’appartenance à une religion, une langue et un territoire, c’est-à-dire une identité collective. Autrement dit, le joug colonial a exacerbé le sentiment national, lequel a occulté toute entreprise individuelle, ressentie comme non pertinente par rapport aux urgences de l’époque. On assiste ainsi, dans ce contexte marqué par la guerre, à l’émergence d’une écriture ethnographique (Mouloud Feraoun, Mouloud Mammeri et Mohamed Dib), qui valorise la vie communautaire. Sur le plan esthétique, toute référence au « je » paraissait indécente. Ainsi Lacheraf2 a qualifié de « croûte poétique » les textes d’auteurs qui se sont autorisés à utiliser ce type de discours. En somme, l’écriture semble porter le poids de la société. Malgré la prégnance du référent socio-historique, cette période a connu des œuvres qui ont assumé à la fois le projet sociétal et le projet littéraire (Kateb Yacine).

4Le combat de ces écrivains, aussi timide soit-il, est plutôt estimable et louable. A ce titre, nous citons un passage de la flatteuse préface du Gouverneur Général Jonnart pour le roman « Aux villes saintes de l’Islam », de Mohammed Ben Cherif, témoignage de l’attachement de l’auteur à ses valeurs ancestrales, malgré le déchirement et l’errance identitaires : « vous avez apporté dans vos observations et vos descriptions cette poésie faite de charme et de mystère d’une race que les siècles n’ont pas altérée, immuable comme l’immensité brûlante des déserts arabiques foulés par tant de générations en route vers la Cité Sainte où, depuis la mort du Prophète, vient s’agenouiller chaque année l’Islam en prière… Ainsi vous avez justifié la persistance et la force de vos traditions islamiques. Traditions grandes et nobles bien faites pour vous rattacher à la France généreuse et loyale !... »

  • 3 Jean Amrouche, L’Éternel « Jugurtha ».

5Cette question identitaire trouve un écho manifeste dans les écrits littéraires algériens successifs. En effet, la lecture de ces romans dits « à thèse » ou d’« assimilation », renseigne sur un déchirement ou un dédoublement identitaire qui se trouve traduit dans les fictions romanesques où le parcours des personnages se mue couramment en « quête d’identité ». Ainsi, l’Algérien, « combine dans un même homme son hérédité africaine, l’Islam, et l’enseignement de l’Occident […]. Il prend toujours d’autrui, mimant à la perfection son langage et ses mœurs ; mais tout à coup les masques les mieux ajustés tombent, et nous voici affrontés au masque premier : le visage de Jugurtha […] dans l’île tourmentée qu’enveloppent la mer et le désert, qu’on appelle le Maghreb »3.

6En convoquant la figure emblématique de Jugurtha, Amrouche met en exergue la dimension historique tant importante pour situer cet ancrage « héréditaire » de l’identité algérienne. En effet cette dernière n’est pas née du néant, ni recroquevillée sur elle-même ; c’est une identité ouverte et multiple. L’identité algérienne s’avère ainsi multiple, où se rencontrent et s’associent : l’africanité, la berbérité ; l’arabo-islamité, sans oublier l’influence de la présence française, à travers la langue française comme langue d’écriture.

Le malaise ressenti

  • 4 Jean Déjeux, Littérature maghrébine de langue française, p. 200.
  • 5 Charles Bonn, « La littérature algérienne francophone serait-elle sortie du face à face du post col (...)

7La Seconde Guerre mondiale, les massacres de mai 1945 et les mutations qui interviennent dans le monde entraînent une prise de conscience chez les Algériens, particulièrement dans le milieu intellectuel. C’est au lendemain de cette guerre, plus précisément dans les années 50, que s’élabore, « dans la gueule du loup »4 un langage littéraire original qui va progressivement se dégager de la sphère matricielle, s’individualiser et s’autonomiser ; contrecarrant la visée hégémonique de la littérature française des colonies. Cette période a connu des mutations importantes qui expliquent en partie l’écriture de la première trilogie de Mohammed Dib, La Grande Maison (1952), L’Incendie (1954) et Le Métier à tisser (1957), trilogie qui décrit l’Algérie colonisée et la lente prise de conscience progressiste5. Cette période est celle du témoignage et du dévoilement des réalités amères vécues par les algériens. La trilogie de Dib s’inscrit dans cette période du « pré-combat », se caractérise par la diversité de ses thèmes ; la révolte, l’enfant, la femme, la patrie, la mère, etc. À cette époque, la littérature est devenue une tribune d’où les écrivains plaident une cause et par voie de conséquence, l’œuvre de Dib s’est transformée en œuvre de combat politique au lieu d’être une œuvre d’art.

8Dans La Grande Maison, inspiré par sa ville natale « Tlemcen », Dib décrit à travers le regard d’un enfant de dix ans, « Omar », l’atmosphère et les profondeurs de la société algérienne. « Mon enfance n’a pas été celle d’Omar, mais tout ce qui est dit à propos de Omar et de son milieu a été pris directement dans la réalité, déclarait Dib dans une interview à « l’Effort Algérien 1954 ». C’est une réalité où règnent misère, mensonges et hypocrisie. L’action du roman se situe dans l’immédiat avant-guerre, au moment où les sirènes des exercices d’alerte emplissent déjà Tlemcen. Si cette œuvre a rencontré en général, l’adhésion du lecteur algérien, déclarait l’auteur aux « Lettres françaises 1963 » et un accueil favorable dans le milieu nationaliste, elle a été très critiquée par la presse coloniale. Une conscience et une sensibilisation se développe peu à peu et révèle le grand mensonge de la France.

9La trilogie de Dib est à la fois une peinture et une dénonciation de la vie des Algériens pendant la colonisation avec une mise en contexte historique et sociale nettement affichée ; dépossession, pauvreté, désespoir d’une société qui s’use à survivre et dans la littérature prédit le réveil proche. L’école est un espace particulièrement insolite pour Omar, ses relations avec ses camarades n’étaient pas intimes, mais basées sur l’autorité et la force : « Ses dix ans le plaçaient entre les gaillards du cours supérieur ». Omar prend lentement conscience que l’instruction qu’il reçoit à l’école a quelque chose de faux, d’inadapté. Il est choqué et scandalisé par ce système éducatif qui repose, dès l’enfance, sur le mensonge et l’imposture. Il perd confiance en ces maîtres d’école qui se contredisent, et qui étouffent la vérité. Ils sont les complices de l’ennemi, « discriminer l’identité du peuple algérien » qui se manifeste tout d’abord dans la langue et dans la culture : 

  • 6 Mohamed Dib, L’incendie, p. 18-19.

La France est notre mère Patrie, […] Quel était son pays, Omar eut aimé que le maître le dît, pour savoir. Où étaient ces méchants qui se déclaraient les maîtres ? Quels étaient les ennemis de son pays, de sa patrie ? Omar n’osait pas ouvrir la bouche pour poser ces questions à cause du goût du pain ». L’œuvre dibienne sera la tribune où s’affirme et se confirme l’identité nationale. « D’une voix basse où perçait une violence qui intriguait. Ce n’est pas vrai, dit-il [Monsieur Hassan, l’instituteur], si on vous dit que la France est votre mère-patrie ».6

10En choisissant un personnage d’enfant, Mohammed Dib signifie probablement que rien n’est encore joué et que les forces neuves de la jeunesse peuvent triompher.

  • 7 Mohamed Dib, Le Métier à tisser, p. 128.

11Dans ses trois premiers romans transparaît une lente prise de conscience politique du peuple algérien devant la colonisation. Mohammed Dib montre comment était vécu le quotidien des plus humbles, là même où la Révolution s’est faite véritablement ensuite. « L’incendie » est un témoignage sur la vie à la campagne, durant l’hiver 1939-1940. Pareille à un volcan en veille, l’effervescence paysanne se manifeste pour démontrer la colère des agriculteurs devant l’exploitation dont ils sont victimes. Cette colère se traduit par une grève généralisée qui dénonce leurs conditions misérables. Malheureusement, les grévistes sont accusés d’être responsables d’un incendie qui s’est déclaré, une certaine nuit, dans les gourbis des paysans. Et ainsi, les meneurs sont arrêtés. Bientôt la seconde guerre mondiale éclate, certains hommes sont mobilisés et leurs femmes se noient de plus en plus dans la misère. Les mois passent, les années passent, le colonisateur paraît avoir oublié cette scène. Mais dans l’esprit des enfants de la patrie, témoins de toutes les scènes coloniales évoquées par sa répression et sa barbarie, grandissent le sens du patriotisme et l’éveil politique, « Un incendie avait été allumé, et jamais plus il ne s’éteindrait… Ses flammes sanglantes n’auraient de cesse qu’elles n’aient jeté sur tout le pays leur sinistre »7. Quinze ans plus tard, ces mêmes enfants se soulèveront pour mettre fin à la colonisation française et décrocher la souveraineté nationale de l’Algérie libre et indépendante !

12D’un roman à l’autre, Dib propose un panorama d’une société et d’une époque, qui représente le devenir d’un peuple spolié et menacé d’extermination. Il a voulu fondre sa voix dans celle de ses personnages, qui n’ont pour fonction qu’une mise en perspective de la misère et de la révolte qui s’inscrit dans la sphère de tout un peuple dépourvu de tout ce qui peut le rendre heureux.

L’affirmation de soi

13Le déclenchement de la guerre de libération en 1954 a amené une prise de conscience identitaire, qui s’est développée dans une optique du désir d’une citoyenneté nouvelle fondée sur l’appartenance au même sol et aux mêmes valeurs. Les auteurs de cette période instaurent un nouveau régime de représentation de la réalité algérienne affirmative et revendicative.

14Ainsi, chaque écrivain inventera son langage propre pour raconter son vécu, faire part de ses souffrances et mettre en relief ses valeurs. Cette originalité va s’affirmer dans l’œuvre de Kateb Yacine. Nedjma est perçu comme le roman fondateur de la littérature algérienne. Écrit avant la guerre d’indépendance, il appelle à la résistance et à l’affirmation identitaire des Algériens. Selon la majeure partie des critiques, le plus ardent, le plus novateur est Nedjma, le livre phare, le chef-d’œuvre de la littérature maghrébine qui allait marquer tous les écrivains de la région et donner à voir un regard fort singulier sur l’Algérie. Jamais l’Algérie n’avait donné une œuvre littéraire aussi forte.

15Kateb Yacine raconte qu’il a essuyé plusieurs refus avant qu’une maison d’édition accepte de publier son livre. Après qu’il eût été « mis dans un coin » à Annaba. Il fallait qu’il parte à Paris. C’est pénible pour lui et cela dénote le contexte d’alors :

  • 8 Kateb Yacine, Nedjma, p. 10.

Par exemple aux éditions du Seuil, je l’ai emmené pendant sept ou huit ans. J’ai passé mon temps à l’emmener chez l’éditeur ; c’était toujours le même, je faisais semblant de changer, mais rien à faire, il était toujours refusé. Mais quand il a été accepté, c’est ça qui est triste à dire, il a été accepté à partir du moment où il y avait des embuscades, à partir du moment où le sang a commencé à couler, aussi bien du côté algérien que français. A ce moment-là on nous a pris au sérieux. À ce moment tous les éditeurs français commandaient les Algériens ; ça a commencé avec Dib, puis ensuite Mammeri, puis ensuite moi ! Eh bien s’il n’y avait pas eu la guerre, on serait encore des arrières-cousins inconnus. Et la littérature algérienne serait encore représentée par des écrivains européens.8

16Nedjma instaure un nouveau modèle de représentation de la réalité et dépasse ainsi les modèles hérités du roman réaliste :

  • 9 Salah Ameziane, « Le roman algérien : un espace de questionnement identitaire », p. 2.

17L’aspect thématique de l’œuvre s’appuie sur deux mouvements : un premier mouvement vertical qui cherche une antériorité historique de l’identité algérienne à travers le patriarche Si Mokhtar, conteur de la mémoire de sa tribu, les « Keblout », (terme qui veut dire fil, filiation), et par extension de la mémoire ancienne notamment par la convocation du passé berbère (numide) de l’Est algérien. Un second mouvement horizontal qui tient compte d’une identité présente, « mouvante » et en construction à travers la figure métisse du personnage Nedjma qui porte plusieurs origines.9

18Cette quête se fait dans une altérité (étrangeté) de « proximité » et de « familiarité ». Le travail de Kateb, dégagé de la responsabilité historique de témoignage, devient désormais disponible pour rendre lisible une pluralité de paroles nées de la causalité complexe des rapports conflictuels. Il inaugure ainsi la constitution d’une littérature qui ne projette pas la constitution d’un ordre, quel qu’il soit, et récuse toute affirmation dogmatique.

Conclusion

  • 10 Mostefa Lacheraf, Écrits didactiques sur la culture, l’histoire et la société, p. 119.

19La littérature algérienne d’expression française, précoloniale, constitue un espace d’émergence d’une écriture de revendication et de protestation politique. D’un écrivain à l’autre la question de l’identité est au cœur de toute œuvre littéraire. D’un roman à l’autre se réalise une mutation qualitative qui mène à l’éclatement de la forme littéraire initialement adoptée. La quête de l’identité trouve son origine et se développe dans un contexte politico-social assez particulier basé sur la marginalisation et le rejet. Le roman devient alors un lieu de dénonciation et de témoignage d’une réalité amère et difficile. Les auteurs se hâtent sans relâche de peindre de manière réaliste les conditions insupportables que vit la population sous l’étau de la colonisation et de crier à l’injustice. « L’apparition de romanciers algériens d’expression française va refléter pour la première fois, dans les lettres françaises, une réalité algérienne qu’aucun écrivain même Camus, n’avait eu le courage de traduire »10. De ce fait, l’écrivain ne peut être qu’un porteur de message à la fois revendicatif et contestataire. Il devient la voix de toute une nation.

  • 11 Mohamed Dib, cité par Charles Bonn, op. cit., p. 10.

20La langue française comme « un butin de guerre » visait à affirmer une identité algérienne et à sensibiliser l’opinion française d’abord et l’opinion internationale ensuite autour de cette même question. La langue française devient ainsi une arme de combat, car « dépeindre un paysage, ceux qui l’habitent, les faire parler comme ils parlent, c’est leur donner une existence qui ne pourra plus leur être contestée. On pose le problème en posant l’homme »11 (Dib, 1985 : 10). Il y avait besoin de communiquer la douleur d’être colonisé, montrer le malaise et cela ne peut se faire qu’en langue française.

Haut de page

Bibliographie

AMEZIANE, Salah. « Le roman algérien : un espace de questionnement identitaire ». MSHM-Doctorales, 2014,
https://www.msh-m.fr/le-numerique/edition-en-ligne/doctorales/les-numeros/histoire-et-imaginaire-dans-la/article/le-roman-algerien-un-espace-de

AMROUCHE, Jean. L’Éternel « Jugurtha », Paris : Éd. de Paris, 1946.

BERQUE, Jacques. Le Maghreb entre deux guerres, Paris : Seuil, 1970.

BONN, Charles. « La littérature algérienne francophone serait-elle sortie du face à face du post colonial », Modern & Contemporary France, n° 10, 2002, http://www.limag.com/Textes/Bonn/2002TallahasseeAlgerie.htm

DÉJEUX, Jean. Littérature maghrébine de langue française. Sherbrooke : Naaman, 1980.

DÉJEUX, Jean. La littérature féminine de langue française au Maghreb. Paris : Karthala, 1994.

DIB, Mohamed. L’Incendie. Paris : Seuil, 1952.

DIB, Mohamed. "L’Incendie : ‘Nous naissons pour souffrir’". L’Effort algérien, 24 mars 1954,
http://www.limag.com/new/index.php?inc=dspart&art=00037069

DIB, Mohamed. Le Métier à tisser. Paris : Seuil, 1954.

DIB, Mohamed. La Grande maison. Paris : Seuil, 1957.

DIB, Mohamed. Qui se souvient de la mer. Paris : Seuil, 1962.

LACHERAF, Mostefa, Algérie, action et société. Paris : Maspero, 1965.

LACHERAF, Mostefa. L’Algérie : Nation et Société, Alger, SNED et Paris : Maspero, 1974.

LACHERAF, Mostefa. Écrits didactiques sur la culture, l’histoire et la société. Alger : ENAP, 1988.

YACINE, Kateb. Nedjma. Paris : Seuil, 1956.

Haut de page

Notes

1 Mostefa Lacheraf, Algérie, action et société.

2 Ibid.

3 Jean Amrouche, L’Éternel « Jugurtha ».

4 Jean Déjeux, Littérature maghrébine de langue française, p. 200.

5 Charles Bonn, « La littérature algérienne francophone serait-elle sortie du face à face du post colonial », p. 22.

6 Mohamed Dib, L’incendie, p. 18-19.

7 Mohamed Dib, Le Métier à tisser, p. 128.

8 Kateb Yacine, Nedjma, p. 10.

9 Salah Ameziane, « Le roman algérien : un espace de questionnement identitaire », p. 2.

10 Mostefa Lacheraf, Écrits didactiques sur la culture, l’histoire et la société, p. 119.

11 Mohamed Dib, cité par Charles Bonn, op. cit., p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lakhdar Kharchi, « La quête de l’identité dans la littérature algérienne d’expression française »Babel, 41 | -1, 45-54.

Référence électronique

Lakhdar Kharchi, « La quête de l’identité dans la littérature algérienne d’expression française »Babel [En ligne], 41 | 2020, mis en ligne le 25 mai 2020, consulté le 28 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/babel/10041 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.10041

Haut de page

Auteur

Lakhdar Kharchi

Université de M’sila (Algérie)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search