Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41I. Histoire, écriture et identitéLe chemin vers soi-même ou Le Scr...

I. Histoire, écriture et identité

Le chemin vers soi-même ou Le Scribe et son ombre.
À propos de l’écriture aventurée d’Abdelkébir Khatibi

Khalid Hadji
p. 55-67

Résumés

En réaction à la culture coloniale et au régime postcolonial, la littérature francophone au Maroc s’est articulée essentiellement autour de la question de l’identité où « soi » est nécessairement amené à se penser en fonction de l’autre. Dans cette perspective, en tant que penseur et qu’écrivain, Abdelkébir Khatibi apparaît comme figure centrale dont l’œuvre interroge en profondeur la problématique de l’altérité à travers les thématiques de l’origine, de l’étranger, de la bi-langue, du « je est un autre » appliqué à la culture, notamment dans le dernier livre Le Scribe et son ombre. La dimension interculturelle traverse l’œuvre de cet auteur en faisant de l’espace littéraire le lieu d’avènement de l’intersigne, ce qui favorise l’émergence d’une territorialité littéraire polyphonique et hybride qui tend vers l’universel.

Haut de page

Entrées d’index

Personnes citées :

Abdelkébir Khatibi
Haut de page

Texte intégral

Mise en situation

  • 1 Parmi ses écrits célèbres : Le roman maghrébin ; Figures de l’étranger dans la littérature français (...)
  • 2 Nous citons dans l’ordre les titres de ces chapitres : 1- « Signes d’appartenance », 2- « Le chemin (...)

1Le livre de Khatibi, Le Scribe et son ombre, qui était sous presses au moment du décès de cet écrivain penseur, nous offre une sorte de confession littéraire et intellectuelle importante qui examine le parcours de cet homme qui a su marquer ses contemporains marocains, maghrébins et certains des penseurs et écrivains français. Il en témoigne lui-même dans un des chapitres de son livre. Cet impact et ce voisinage concerne tant les productions en français qu’en arabe. C’est dire à quel point Khatibi a pu développer une conception littéraire inséparable d’une vision intellectuelle qui soumet aux questionnements les plus inédits le champ culturel contemporain1. Le livre en question est composé de onze chapitres2 autour de questions en rapport avec les problématiques chères à l’écrivain et au penseur.

  • 3 Le Scribe et son ombre, p. 7.
  • 4 Cf. le passage sur l’autobiographie, ibid., p. 121.

2Dès l’ouverture du livre Le Scribe et son ombre, Abdelkébir Khatibi place deux paragraphes en exergue pour souligner le parcours de l’être vers sa propre identité, un chemin qui n’est possible que par l’écoute intériorisée de son inconscient, son ombre, cet autre qui signe une relation d’altérité. Ce fragment souligne l’enjeu de la langue écrite qui bascule du littéraire à la pensée, dans la mesure où parler de soi engage l’écrivain sur le chemin d’une aventure dont la quête discursive ne peut être traduite que par une forme protéiforme et polyphonique, inscrite à la fois « entre l’autobiographie, le témoignage et le récit intellectuel »3. Déjà en impliquant la parole de soi qui emprunte la voie de la mise en récit, le lecteur comprend que la configuration de cette « histoire » passe par un processus de concordance de signes discordants à l’origine4, dans la mesure où il est question d’homogénéiser des voix définies autres, chacune par rapport aux autres.

3Ce jeu de mise à distance et ce mouvement de dispersion temporelle qui soumet les souvenirs à la dialectique du réel et de la fiction travaillent l’écrivain en quête de soi-même à travers les visages altéritaires soumis au langage, tantôt sublimés, tantôt diabolisés par le rapport que ce « je » ou « moi » développe vis-à-vis des secrets ou des illusions qui accompagnent chaque souvenir. C’est ici qu’intervient l’autre qui définit l’être, parce que

  • 5 Le Scribe et son ombre, op. cit., pp. 121-122.

entre lui et lui, le scribe glisse vers un passé qu’il partage avec autrui. Un autrui réfractaire. Il ne nie pas d’autres niveaux de réalité qu’il n’a pu atteindre un jour. Pourquoi ne pas révéler ce qui suit ? Je m’attribue volontiers une confiance circonstanciée, avec une prudence discontinue, il est vrai.5

  • 6 Ibid., p. 120.

4Cette personnalité altéritaire réfractaire met en évidence le vœu de l’être à se libérer d’un soi qu’il estime encore inaccompli pour un autrui rêvé ou caché, en tant que niveau d’existence, quoique sous le signe de la discontinuité. Cette recherche de soi procède en fait d’une quête de langage, une « identité narrative » qui se donne à lire comme altérité et « plutôt par désir d’extranéité »6.

De la langue de l’autre à la bi-langue

  • 7 Cf. Kenza Sefrioui, La revue Souffles 1966-1973 : Espoirs de révolution culturelle au Maroc ; le co (...)

5Abdelkébir Khatibi s’est prononcé avec prudence à ses débuts sur la question linguistique au Maroc, mais l’expérience du mouvement littéraire et culturel Souffles7 et la maturité qui l’a suivie a permis à l’écrivain de développer une position qui va permettre de déplacer le débat du conflit autour du monolinguisme dominant de la langue arabe classique et du militantisme du mouvement berbère vers le plurilinguisme qui reconnaît l’importance du français pour les écrivains marocains. Abdellah Mdarhri Alaoui en s’interrogeant sur l’altérité inhérente à la langue française, à partir de la conception de Khatibi, dit :

  • 8 Aspects du roman marocain (1950-2003) : Approche historique, thématique et esthétique.

Qu’est-ce qu’un autre français, celui qui est en partage dans les pays francophones ?
C’est celui qui, Selon Khatibi, doit être privilégié au nom d’une véritable universalité, celui qui convient le mieux à la vocation de la France « à la fois européenne, méditerranéenne et francophone. Ce sont là trois éléments de son identité ». Ce destin lui incombe de s’ouvrir au plurilinguisme, si elle veut assumer une identité en devenir et être au diapason avec l’histoire.8

6Pour le français, l’universalité de la langue passe par la littérature qui a réussi à accueillir une diversité de cultures et à renouveler ainsi l’usage de la langue par les possibilités poïétiques à travers les découvertes des résonances esthétiques insoupçonnées auparavant. Nous sommes déjà dans une conception de l’ouverture sur l’autre que le concept de métissage des langues a su démontrer chez les écrivains maghrébins et subsahariens.

7Défini par Marc Gontard comme écrivain postmoderne, Khatibi a su s’inscrire donc dans une ambiance culturelle se manifestant

  • 9 Écrire la crise. L’esthétique postmoderne, pp. 120-121.

par la valorisation d’un bilinguisme qui ne s’exprime plus sur le mode du déchirement, mais sur celui de l’ouverture du sujet à sa propre altérité. C’est Abdelkébir Khatibi qui, le premier, a découvert en lui la dynamique créatrice du bilinguisme, au point d’en faire la matière même de son œuvre. Refusant le dualisme franco-arabe ave ses clivages et ses frustrations, il a d’abord cherché à déconstruire l’opposition entre les deux cultures en pratiquant la « pensée-autre » et la « double critique » qui imposent une conception rhizomatique de l’identité considérée non plus comme une donnée inaltérable du passé mais comme une articulation de traces toujours en devenir. Transposé au plan de la langue d’écriture, le refus du dualisme comme mode d’identification par opposition binaire débouche sur une notion fondamentale dans l’esthétique de Khatibi : celle de « bi-langue » […] ce n’est pas le mélange entropique de deux idiomes, mais une langue intervallaire où l’arabe habite le français de manière palimpsestique tout comme le français travaille l’arabe, avec cette part d’intraduisible qui désigne les lieux de creusement d’une double altérité sur laquelle se construit le sujet.9

  • 10 Cf. Abdelkébir Khatibi, Amour bilingue.
  • 11 Abdelkébir Khatibi, L’Aimance, repris dans Œuvres, Tome II.

8Cette « pensée-autre » que Khatibi développe dans son livre Maghreb pluriel passe dans l’œuvre de fiction par le biais de la mise en récit de la passion amoureuse comme dans Amour bilingue où la partenaire du « je » devient l’espace symbolique d’un aller vers l’autre qui habite la langue littéraire de l’auteur, une langue hybride ou bi-langue, dans la mesure où les interactions de l’une vers l’autre se confondent aux irradiations des sens de la passion amoureuse10. Le recueil poétique L’Aimance11 développe en écriture fragmentaire cette vision altéritaire. En effet, Khatibi n’écrit-il pas pour interpeller et inviter son lecteur à l’accompagner dans son acheminement vers l’autre :

  • 12 Ibid., p. 47. Le lecteur peut lire également d’autres passages où le rapport à l’autre est claireme (...)

Consentiriez-vous à un pur exercice de l’Aimance ?
Au service cordial d’un voyage à l’autre ?12

9Les bienfaits de l’accueil retrouvé se récoltent dans la temporalité de l’action de tendre vers ce qui nous est différent. Ainsi, l’écriture littéraire devient cette aventure par laquelle s’échange la passion du « je » avec celle de « l’autre » découvert. Le mouvement dans ce voyage est associé à un office sympathique (souci de soi rencontrant le souci de l’autre) de conquête bilatérale. Dans La langue de l’autre, nous pouvons lire aussi ces lignes qui précisent clairement la perspective littéraire et interculturelle de l’écrivain :

Quand j’écris, je le fais dans la langue de l’autre. Cette langue n’est pas une propriété ; c’est plutôt le lieu vide d’une identité qui se réincarne. Rien donc n’est assuré, donné ou accordé par avance, sans le risque d’une division active de soi. On est plutôt dans l’horizon d’une promesse, une possibilité productrice, un jeu avec le hasard et l’inconnu.

  • 13 Ibid., pp. 41-42.

Cependant, cette langue de l’autre, [] rien ne m’empêchait de la revendiquer à ma manière, disons comme un étranger professionnel.13

10S’aventurer dans l’espace de la langue altéritaire permet de retrouver des « possibles narratifs », c’est-à-dire des virtualités du sujet qui émerge par ce contact interculturel. Ce qui revient à dire que soi se « réincarne » autre, en précisant cependant que cette réincarnation n’est aucunement une duplication du même. L’attirance par l’autre au moyen de la langue instaure une relation à l’étranger que le discours littéraire promeut en poétique de l’altérité, une relation existentielle, mais surtout paradoxale à même d’orienter le sujet, selon les termes de l’auteur

  • 14 Abdelkébir Khatibi, Le Scribe et son ombre, op.cit., p. 12.

vers un espace ouvert et une relation de dialogue et de discorde avec n’importe quel être venant vers moi ou s’éloignant de moi, et lorsqu’il se ferme sur soi, je cherche à réveiller sa curiosité. Je me modifie au contact de l’étranger qui me veut du bien. Telle est, me semble-t-il ma communauté d’esprit avec le proche, le voisin, le lointain ou l’ancêtre qui me fait signe depuis un temps immémorial.14

  • 15 Ibid., pp. 12-13.

11Cette attention à soi via la mémoire et ses virtualités mises en perspective pour l’avenir s’avère en fait une attention à l’autre hybride fondé sur autrui et sur l’étrangeté de soi-même. Cette double affirmation définit la posture de l’écrivain intellectuel dans le cadre d’un espace de l’ouvert et de la liberté15.

L’étranger professionnel

  • 16 Ibid., p. 14.

12Néanmoins, la lecture des chapitres : 1- « Signes d’appartenance », 2- « Le chemin vers soi », 4- « Le chemin vers l’autre » et 10- « Fluidité identitaire » du livre Le Scribe et son ombre démontre que Khatibi conçoit à un certain niveau théorique l’altérité comme fiction de soi sur l’autre, un regard déformé par la représentation subjective que le « je » porte sur son « autre » et sur la différence de l’autre. Dès lors, elle deviendrait une mise en discours d’une figure par l’association de formes et de signes qui annuleraient la mise en récit en implication du sujet dans son dire, au lieu de fuir ou d’esquiver dans la feinte du récit. C’est ce que Khatibi exprime en termes de « fiction d’un double » en tant qu’« image de soi »16. Il ajoute :

  • 17 Ibid. Dans le dernier paragraphe de la même page, Khatibi esquisse son profil d’intellectuel en se (...)

Ce portrait ou ce multiple, on peut le représenter dans le récit d’un intellectuel et de ses capacités de connaître. Figurable plutôt par une construction des formes et de signes [] Un autoportrait, peint ou rendu par les mots, est toujours une vérité masquée dans le langage. Le masque d’une initiation à une quête dont il faudrait composer l’arrangement des signes, afin de se révéler à soi comme un étranger.17

  • 18 Expression qui revient souvent dans ses écrits, particulièrement dans La langue de l’autre (op. cit (...)

13Ce chemin vers soi, vers la différence du même est vécu comme épreuve de l’être qui passe de l’initiation avant d’achever sa véritable quête. Or, cette quête se situe au fond de soi sur le chemin de sa propre altérité. C’est la raison pour laquelle Khatibi se définit comme un « étranger professionnel18 ». Cette appellation va être reprise par lui-même dans son dernier roman, Féerie d’un mutant, pour la commenter en ces termes :

  • 19 Cité dans Le Scribe et son ombre, op. cit., p. 15.

- Ce n’est pas un métier. C’est une position mobile dans le monde. On n’est à même de traverser les frontières : entre les langues, entre les civilisations, entre les marchés. Un jour, on s’arrête pour méditer.
- Vous en êtes là, amigo ! dit-elle.
- Si, si, toujours là. Quand on me cherche, on me trouve sur le chemin – la main sur le cœur.19

14Nous rencontrons encore une fois la passion dans le rapport à l’écriture, un pathos comme espace symbolique de rencontre, et nous avons eu l’occasion de dire que le discours de l’altérité se manifeste comme un discours amoureux qui communie les êtres et jette les ponts entre les cultures. La tension vers a son paradoxe d’attirance confondant dans cette altérité le sujet et l’objet de désir par l’inversion de la réciprocité inhérente à la relation. Le mouvement vers l’autre procède d’une dynamique de l’être qui soumet sa condition à la réflexion dans ce parcours anthropologique de soi à l’autre, mais aussi de « soi-même comme un autre » pour reprendre le fameux titre de Paul Ricœur.

  • 20 Cf. Le Scribe et son ombre, op. cit., pp. 24-25.
  • 21 Ibid., p. 17.

15Ainsi, l’écriture en langue française devient pour Khatibi une aventure initiatique qui non seulement concerne la dimension interculturelle de ce rapport, mais aussi une quête de sa propre vocation littéraire pour son esthéticité20. En effet, un auteur ne choisit pas réellement une langue d’écriture, c’est la langue qui l’habite et l’élit, voire le conforte dans l’expérience scripturale ; d’où le repérage des marques du territoire pluriel du sujet comme « signes d’appartenance croisés21 ».

  • 22 À titre indicatif, on peut se référer à : Marc Gontard, Écrire la crise. L’esthétique postmoderne, (...)

16Ce chemin vers soi demeure indissociable d’une écriture aventurée chez cet écrivain penseur qui s’escrime à associer littérarité et pensée dans l’acte créatif, mais aussi dans sa position d’intellectuel cosmopolite. Cette pluralité va souligner dans les textes romanesques et poétiques une singularité polyphonique digne d’intérêt22 que l’œuvre intertextuelle enrichit par la pluralité des perspectives d’interprétation et de nuances esthétiques.

  • 23 Titre d’une publication très courte bilingue de l’auteur : Civilisation de l’intersigne.

17Défini dans une « civilisation de l’intersigne »23, le sujet évolue dans l’interstice en tant qu’espace susceptible de lui assurer la captation de l’extranéité, la sienne et celle dont les signes proviennent de son voisinage symbolique. C’est ainsi que nous pouvons cerner chez lui un souci obsédant, dans chaque approche de la pensée, de l’obligation de la variation du regard qu’il porte aux autres. Pluraliser le point de vue finit par lui assurer les moyens pour faire ressortir les affinités entre soi et l’autre, entre la littérature, la pensée et l’art. Pour ce faire, il s’agit de se soucier du mode et du style de pensée afin de transformer ces « complicités » implicites en humanisme qui libère la pensée.

  • 24 Le Scribe et son ombre, op. cit., p. 25.

Afin de m’étonner d’être un autre [dit-il]. Je n’aurai cessé de m’imposer des exercices d’altérité et une discipline austère, mystique parfois : essayer de ne rien savoir de ce que je crois avoir su.24

  • 25 Un autre livre de Khatibi publié dans Œuvres, Tome II, op. cit.

18Ce détachement débutant par l’exigence de la tabula rasa libère l’esprit des illusions du sujet sur lui-même afin d’accéder au dévoilement de l’autre de son identité renaissante par l’exercice de « l’aimance » comme le dit Khatibi dans sa Poésie de L’Aimance25. Dans une dialectique d’attirance et de régression, d’abandon et de lutte, de joie et de mélancolie, l’écrivain est contraint d’assumer son altérité en tant que genèse secrète, inavouée jusque-là par l’écriture, y compris quand cette littérature se laisse s’affilier des fois, dans certains de ses aspects, à l’autobiographie. C’est en fait une occasion pour l’écrivain de plonger au fond de sa personnalité, de revisiter les strates de son parcours et surtout de bien examiner les traces laissées en chemin. C’est ce que Khatibi exprime en le développant dans ce passage :

Celui qui écrit en cheminant vers soi et vers l’autre, n’est pas que le gardien des reliques de celui qui fait le mort durant la vie. Au-delà de ce culte, le scribe qui se souvient est prêt au sacrifice, devant le témoin anonyme qu’est le lecteur. Il élève, en vue de cette lecture, un autel réversible, une sorte de paravent qui brille dans la nuit du langage. Aussi habite-t-il cet univers de la mélancolie []

  • 26 Le Scribe et son ombre, op. cit., pp. 26-27.

Dans le récit masqué de l’autobiographie que voici, on lutte contre soi-même, contre les violences anarchiques, on se distance par rapport à ses penchants, à ses faiblesses les plus voyantes, on se désoriente dans le passé tout en se justifiant, sans trop se soucier des échecs secrets accumulés par expérience ou des erreurs inavouables, laissées à l’oubli. Quoi qu’on dise du nihilisme scriptural, l’écriture participe à l’édification de soi, menacé par la désidentification, la folie de tout dire simultanément.26

  • 27 On peut lire cette position de Khatibi dans ce petit passage : « Rappelez-vous, on proclamait, sous (...)

19Développant un ton de la confession, ce passage nous révèle une position esthétique par rapport à la mort de l’auteur27, revendiquée par le structuralisme dont se démarque nettement l’auteur. Cette prise de position justifie le regard porté sur soi par lui-même, mais comme quelqu’un qui a pris du recul vis-à-vis de toute chose. Cette ombre derrière le scribe procède de l’altérité qui sonde cet univers de l’être et son territoire intime, concourant en fin de compte à édifier une identité différente de ce que le lecteur peut avoir de l’auteur.

Le scribe et l’espace de l’ombre

  • 28 Ibid., 43.
  • 29 En partant de la déformation que l’imaginaire de l’Occident porte sur son autre et vice versa, Khat (...)

20La littérature francophone a permis d’élaborer sur des décennies le mouvement du regard du dominé sur soi en tant que colonisé, puis post colonisé. Cette position altéritaire a permis à Khatibi de penser ce regard de l’autre porté sur soi que traduit une image, sinon fantasmatique, du moins une représentation idéologique et culturelle de l’identité. D’où la « pensée du Dehors »28 comme révolte contre les formes d’assimilation et surtout contre les formes d’intégration culturelle que l’auteur veille à déstabiliser pour soi comme pour l’autre. Ainsi, l’écrivain et l’intellectuel francophone se trouvent dans un espace de troubles d’identité par la déformation29 causée par le regard de l’autre et par la posture de ce regard, mais aussi par les efforts de la critique et de la déconstruction de la pensée altéritaire afin de désaliéner le regard de soi.

21En réalité, la pensée de l’altérité semble ouvrir l’espace de l’autre, ouverture qui se perçoit en tant qu’invitation à explorer avec force les possibles attenances entre les cultures ; autrement dit, être dans la démarche d’une mitoyenneté qui, si elle permet de la perméabilité, n’exclut point néanmoins de la résistance, voire de la répulsion par quoi se protège toute identité.

  • 30 Abdelkébir Khatibi définit ce concept en ces termes : « Ce mot a exercé sur moi un pouvoir extensif (...)

22Dès lors, la quête de l’autre devient un élan d’élargissement des possibilités du savoir dont les voies peuvent guider vers l’universalité et par conséquent vers l’humanisme. Ce rapport à l’autre vécu comme mouvement vers, élan « protensif », ou au contraire comme mouvement de repli, élan extensif, semble être révélateur d’un entassement culturel dont la mémoire a dû développer sa propre généalogie, d’où les a priori et les erreurs de jugement des uns sur les autres. C’est la raison pour laquelle on parle d’imaginaire. L’écriture de l’altérité chez Khatibi, en tant que tentative de « libérer » la « langue de l’autre », passe par la littérature vécue comme l’acte esthétique qui semble conjurer les refoulements pluriels de l’être, d’où l’opportunité et l’importance d’un concept comme celui de « l’Aimance30 » où l’intersubjectivité est à la fois interculturelle, parce qu’altéritaire, et amoureuse par ce désir de s’unir à l’autre qui habite le même, la con-fusion mystique (anéantissement dans et fusion avec) en tant qu’attrait qui dégage toute une ambiance dont la dynamique sensorielle est indissociable des sensibilités engagées.

23Ainsi, l’expression littéraire prend en charge la perturbation ou la « désorientation » du pathos dans son aventure intersubjective (soi-l’autre), parce que

  • 31 Le Scribe et son ombre, op. cit., p. 45.

On fabrique de l’étranger rien que par un déplacement associatif de signes. Cela donne-t-il consistance, corps, sens, à la figure de l’étranger ? Oui et non. Oui, dans la mesure où le langage est une simulation de l’altérité et ses masques ; non, le langage est un pouvoir d’expropriation et de déformation mutuelles entre les interlocuteurs, s’il y en a.31

24Dans cette perspective, la question de l’appartenance à un pays ou à une patrie, au-delà de toute légitimité patriotique, va être remise en cause par l’auteur dès ses premiers écrits pour revendiquer la définition créative de cette origine par un choix réfléchi.

Haut de page

Bibliographie

Achraf, Mohamed Abdelkader, La problématique de la langue dans l’œuvre d’Abdelkébir Khatibi : le cas de La mémoire tatouée, Le livre du sang et Amour bilingue, Faculté des lettres et des sciences humaines Dhar El Mahraz, Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès, 15 janvier 2010. (Thèse réalisée sous la direction de Khalid Hadji.)

De Toro, Alfonso. « La pensée hybride, culture des diasporas et culture planétaire. Le Maghreb : Abdelkébir Khatibi, Assia Djebar ». Le Maghreb Writes Back. Figures de l’hybridité dans la culture et la littérature maghrébine. Dir. Alfonso de Toro et Charles Bonn. Hildesheim-Zurich-New York : Georg Olms Verlag, 2009.

Gontard, Marc. Écrire la crise. L’esthétique postmoderne. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2013.

Khatibi, Abdelkébir. Le roman maghrébin. Casablanca : SMER, 1979 (Maspero, 1968).

Khatibi, Abdelkébir. Amour bilingue. Paris : Fata Morgana, 1983.

Khatibi, Abdelkébir. Figures de l’étranger dans la littérature française. Paris : Denoël, 1987.

Khatibi, Abdelkébir. Penser le Maghreb. Casablanca : SMER, 1993.

Khatibi, Abdelkébir. Civilisation de l’intersigne (édition bilingue). Rabat : Institut Universitaire de la Recherche Scientifique, « Dossiers ouverts », 1996.

Khatibi, Abdelkébir. L’Aimance. Paris : Al Manar, 2003. (Repris dans Œuvres, Tome II. Paris : La Différence, 2008.)

Khatibi, Abdelkébir. Le Scribe et son ombre. Paris : La Différence, 2008

Laâbi, Abdellatif, dir. Une saison ardente. Souffles 50 ans après. Casablanca : Sirocco, 2016.

Mdarhri Alaoui, Abdellah. Aspects du roman marocain (1950-2003) : Approche historique, thématique et esthétique. Rabat : Zaouia, 2006.

Saigh Bousta, Rachida. Lecture des récits de Abdelkébir Khatibi. Casablanca : Afrique Orient, 1996.

Sefrioui, Kenza. La revue Souffles 1966-1973 : Espoirs de révolution culturelle au Maroc. Casablanca : Sirocco, 2013.

Wahbi, Hassan. La beauté de l’absent : Entretiens avec Abdelkébir Khatibi. Paris : L’Harmattan, 2010.

Haut de page

Notes

1 Parmi ses écrits célèbres : Le roman maghrébin ; Figures de l’étranger dans la littérature française ; Penser le Maghreb.

2 Nous citons dans l’ordre les titres de ces chapitres : 1- « Signes d’appartenance », 2- « Le chemin vers soi », 3- « Désir de sociologie », 4- « Le chemin vers l’autre », 5- « De l’ethnologie à la sémiologie », 6- « À la marge de la sociologie », 7- « Psychanalyse ponctuelle », 8- « Une histoire perdue, dites-vous ? », 9- « Politique épistolaire », 10- « Fluidité identitaire », 11- « Vœu de réincarnation ».

3 Le Scribe et son ombre, p. 7.

4 Cf. le passage sur l’autobiographie, ibid., p. 121.

5 Le Scribe et son ombre, op. cit., pp. 121-122.

6 Ibid., p. 120.

7 Cf. Kenza Sefrioui, La revue Souffles 1966-1973 : Espoirs de révolution culturelle au Maroc ; le collectif sous la direction d’Abdellatif Laâbi, Une saison ardente. Souffles 50 ans après.

8 Aspects du roman marocain (1950-2003) : Approche historique, thématique et esthétique.

9 Écrire la crise. L’esthétique postmoderne, pp. 120-121.

10 Cf. Abdelkébir Khatibi, Amour bilingue.

11 Abdelkébir Khatibi, L’Aimance, repris dans Œuvres, Tome II.

12 Ibid., p. 47. Le lecteur peut lire également d’autres passages où le rapport à l’autre est clairement exprimé comme dans cet exemple : « incarne plusieurs idiomes / Langue sous langue, n’est-ce pas ! / Ce que j’apprends du poème / Le Dict me le suggère par bribes ». Ibid., p. 49. 

13 Ibid., pp. 41-42.

14 Abdelkébir Khatibi, Le Scribe et son ombre, op.cit., p. 12.

15 Ibid., pp. 12-13.

16 Ibid., p. 14.

17 Ibid. Dans le dernier paragraphe de la même page, Khatibi esquisse son profil d’intellectuel en se définissant par rapport à ce qu’il n’est pas, à savoir qu’il n’est ni nihiliste, ni idéologue, ni hédoniste, ni doctrinaire, ni « esthète illusionné »…

18 Expression qui revient souvent dans ses écrits, particulièrement dans La langue de l’autre (op. cit., p. 42) et dans Le Scribe et son ombre, (op. cit., p. 15, p. 19).

19 Cité dans Le Scribe et son ombre, op. cit., p. 15.

20 Cf. Le Scribe et son ombre, op. cit., pp. 24-25.

21 Ibid., p. 17.

22 À titre indicatif, on peut se référer à : Marc Gontard, Écrire la crise. L’esthétique postmoderne, op. cit. ; Rachida Saigh Bousta, Lecture des récits de Abdelkébir Khatibi ; Alfonso De Toro, « La pensée hybride, culture des diasporas et culture planétaire. Le Maghreb (Abdelkébir Khatibi – Assia Djebar » ; Hassan Wahbi, La beauté de l’absent : Entretiens avec Abdelkébir Khatibi. Lire aussi la thèse sur Abdelkébir Khatibi réalisée sous notre direction de Mohamed Abdelkader Achraf, La problématique de la langue dans l’œuvre d’Abdelkébir Khatibi : le cas de La mémoire tatouée, Le livre du sang et Amour bilingue.

23 Titre d’une publication très courte bilingue de l’auteur : Civilisation de l’intersigne.

24 Le Scribe et son ombre, op. cit., p. 25.

25 Un autre livre de Khatibi publié dans Œuvres, Tome II, op. cit.

26 Le Scribe et son ombre, op. cit., pp. 26-27.

27 On peut lire cette position de Khatibi dans ce petit passage : « Rappelez-vous, on proclamait, sous toutes ses formes, la mort de l’auteur. La destitution de son mythe, de son sacre, sa réduction à un personnage neutre, voué à une mort portative. Ce nihilisme sophistiqué, qui a des charmes funèbres, ne convenait pas à mon penchant vital ou ai-je mal compris ce qu’est et doit être la vocation de l’écrivain et du penseur ? ». Ibid., p. 25.

28 Ibid., 43.

29 En partant de la déformation que l’imaginaire de l’Occident porte sur son autre et vice versa, Khatibi pense qu’il faut « avancer vers une penser du Dehors. Ne pas me faire assimiler et déstabiliser par ces troubles d’identité. Les rendre favorables à l’analyse critique, à l’esprit de discernement. Pas d’assimilation. L’autre, comme moi-même : inassimilable. Oui, comment cette tension entre deux altérités, qui ne manque ni de jouissance ni de désirs contrariés, est-elle un pont vers notre universalité commune ? Nous suffira-t-il de sentir et de jouir de l’autre sans le projeter dans notre reflet ? ». Ibid.

30 Abdelkébir Khatibi définit ce concept en ces termes : « Ce mot a exercé sur moi un pouvoir extensif. Ses possibilités de notion active et de concept m’ont guidé vers une quête qui ne relève pas que de la littérature, mais se veut une éthique de l’immanence, dans les relations interpersonnelles, ou bien encore dans les lieux de passage et de résistance que vivent les hommes quand ils sont confrontés à la rencontre entre les cultures, entre les pays, entre les sociétés, entre les spiritualités. Bref, la question de l’inter. » Œuvres, op. cit., p. 126.

31 Le Scribe et son ombre, op. cit., p. 45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Khalid Hadji, « Le chemin vers soi-même ou Le Scribe et son ombre.
À propos de l’écriture aventurée d’Abdelkébir Khatibi »
Babel, 41 | -1, 55-67.

Référence électronique

Khalid Hadji, « Le chemin vers soi-même ou Le Scribe et son ombre.
À propos de l’écriture aventurée d’Abdelkébir Khatibi »
Babel [En ligne], 41 | 2020, mis en ligne le 25 mai 2020, consulté le 28 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/babel/10074 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.10074

Haut de page

Auteur

Khalid Hadji

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah – Fès, Maroc
Laboratoire de Recherche sur l’Expression Littéraire et Artistique (LaRELA)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search