Navigation – Plan du site
II. Identités plurielles

La construction de l’identité féminine, entre héritage méditerranéen et quête émancipatoire dans trois œuvres romanesques contemporaines

Françoise Navarro
p. 113-134

Résumés

Comment s’établit l’identité féminine en Méditerranée ? Les œuvres littéraires sont « un excellent terrain d’investigation pour qui veut observer les phénomènes identitaires »1. Car, comme pour les romans de Jeanne Benameur, de Carole Martinez et de Kaoutar Harchi, ils mettent en scène l’état de crise, l’état critique de « crise identitaire »2, ce bouleversement total de la perception de soi. La littérature montre également les opérations fondamentales du travail identitaire et met en évidence le processus de construction de l’identité féminine, qui passe par la quête de l’émancipation féminine.

Haut de page

Texte intégral

  • 3 Larousse en ligne, <http://www.larousse.fr> consulté le 21/08/2014.
  • 4 Catherine Halpern et Jean-Claude Ruano-Borbalan, Identité(s). L’Individu, Le Groupe, La Société, p. (...)

1L’identité vient du latin « idem » qui signifie « le même ». Cette notion est entendue comme « le caractère permanent et fondamental de quelqu’un, d’un groupe, qui fait son individualité, sa singularité »3. La définition de l’identité (qu’elle soit individuelle ou collective) est essentielle à « la compréhension des mutations sociales contemporaines »4. La notion d’identité est multiforme et concerne différentes échelles comme l’individu, le groupe et la société.

  • 5 Nathalie Heinich, op. cit., p. 333.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.

2Elle se construit dans la relation à soi et aux autres et débute dès les premières années de vie. Et c’est évidemment une tâche difficile, parfois douloureuse, et, de ce fait, immense, car jamais terminée. Et bien que relevant d’une expérience singulière et intime, la construction de l’identité (qui est donc une construction en éternel mouvement) est une interaction, c’est-à-dire qu’elle se construit « avec d’autres sujets, avec des groupes, avec des institutions, avec des corps, avec des objets, avec des mots »5. D’après Nathalie Heinich, l’identité est vécue dans la coïncidence de trois moments fondamentaux6 que sont : « l’image qu’on a de soi-même (autoperception), celle qu’on donne à autrui (représentation), celle qui est renvoyée par autrui (désignation) »7.

3La notion d’identité ne pourrait donc être séparée de la notion d’altérité dont elle tire sa légitimité.

  • 8 Voir l’ouvrage de Catherine Tourrette et Michèle Guidetti, Introduction à la psychologie du dévelop (...)
  • 9 Edmond Marc, « La Construction identitaire de l’individu », p. 37.

4Et c’est dans les interactions avec l’entourage, et dans le cadre familial, que se construit ce sentiment d’identité chez l’enfant. Vivant en étroite symbiose avec la mère, pendant les tous premiers mois de vie, c’est la relation affective avec cette dernière qui le construit8. Ce lien à la mère demeure un des mécanismes fondamentaux de la dynamique identitaire de l’enfant. La mère en tout premier lieu, et l’entourage familial ensuite, imposent à l’enfant « des normes et des modèles auxquels il est invité à se conformer »9.

  • 10 La mère est le « premier objet d’investissement et d’identification » pour ses enfants. Et pour sa (...)
  • 11 Camille Lacoste-Dujardin, Des mères contre des filles, p. 62.
  • 12 Ibid.

5Le processus de construction de l’identité de la fille (qui est le sujet de cet article) passe donc nécessairement par une identification à la mère10. Et la mère, en engendrant un enfant du même sexe, va projeter sur sa fille, véritable « prolongement de sa destinée »11, « son insécurité, ses angoisses, ses insatisfactions »12.

  • 13 Nathalie Heinich, op. cit., p. 329.
  • 14 Ibid., p. 330.
  • 15 Ibid.

6Comment s’établit l’identité de la fille dans son rapport avec la mère ? Car, naître fille, c’est naître autre et identique (à la mère). Comment se construire alors, dans cette identification première et cette nécessaire différenciation (qui permet de se construire, « non plus comme l’autre » mais « en tant que soi »13) ? En effet, la construction identitaire apparaît bien plus problématique pour la fille que pour le garçon, car elle nécessite de se détacher de la référence à son propre sexe, incarnée par la mère14. Et c’est « cette complexité du travail identitaire chez les filles, qui contribue à rendre si sensible la question de l’identité pour les femmes »15.

  • 16 Ibid., p. 48.

7Comment la fille peut-elle se défaire de la mère et de son héritage ? Et comment peut-elle accomplir son destin de femme en revendiquant une individualité en soi et non pour autrui16 ?

  • 17 Il s’agit de trois proses narratives (une prose poétique, une fable – voire une parabole – et un co (...)

8Pour appréhender cette question de la construction identitaire féminine, j’ai choisi trois œuvres romanesques17 où s’élèvent les voix de filles. Je vais brièvement les présenter. Il s’agit de Laver les ombres (2008) de Jeanne Benameur, À l’origine notre père obscur (2014) de Kaoutar Harchi et Le cœur cousu (2007) de Carole Martinez.

  • 18 Jeanne Benameur, Laver les ombres, p. 11.
  • 19 Ibid.

9Dans le roman Laver les ombres, Jeanne Benameur raconte l’histoire de Léa, la fille, chorégraphe « par nécessité »18 et de Romilda, la mère napolitaine, « celle qui s’est toujours tue ». Un soir de forte tempête, Léa part retrouver sa mère qui lui « a murmuré qu’elle avait des choses, importantes, à lui dire »19. Cette nuit-là, Léa découvre la vérité sur son origine. Et son monde s’écroule… La vérité peut-elle sauver ? Les mots peuvent-ils libérer du poids du passé, des non-dits et des secrets… ? Face à face, mère et fille vont « laver les ombres », Romilda va dire l’indicible, Léa va entendre l’inacceptable. Deux histoires dans cette histoire, comme un écho, deux récits entre passé et présent, entre deux femmes, la mère et la fille. Qui vont se découvrir et se révéler dans cette parole partagée.

10Dans le roman À l’origine notre père obscur, Kaoutar Harchi met en scène un lieu emblématique et symbolique : la maison des femmes. Cette maison est un lieu où sont parquées les femmes reléguées, celles convaincues d’avoir fauté, celles qui ont bafoué l’honneur de leur mari et de leur famille, celles qui ont parfois simplement voulu être elles-mêmes. La narratrice, dénommée « la Fille », y vit avec sa mère. Elle y est née. Devenue adolescente, elle se heurte au silence maternel et ne supporte plus la passivité de cette communauté courbant l’échine sous le joug des traditions. Des circonstances vont lui donner la force de pousser la lourde porte en bois de cette bâtisse et d’aller chercher des réponses auprès de ce père qu’elle n’a jamais connu. Au-delà de la quête des origines, ce texte est avant tout un cri de révolte. La révolte de la fille.

  • 20 Ibid., p. 64.

11Dans le roman Le cœur cousu, Carole Martinez nous conte une fresque familiale méditerranéenne, de l’Espagne à l’Afrique du Nord. Elle écrit la destinée d’un personnage exceptionnel, Frasquita, qui a hérité d’un don, le don de couturière. Ce talent lui confère une réputation de magicienne ou de sorcière. Le titre du roman fait référence au miracle accompli par Frasquita, qui coud un cœur à la Vierge bleue du village de Santavella20. A 16 ans, Frasquita est mariée à José. Elle a six enfants dont le dernier sera Soledad, la narratrice de l’histoire. Frasquita est pariée et perdue par son mari lors d’un combat de coqs. Elle décide alors de fuir son village, traînant derrière elle sa caravane d’enfants. Elle traversera la Méditerranée pour se réfugier en Algérie. Là, dans une rumeur faite légende, Frasquita brodera des robes de mariées pour toutes les jeunes filles de la région. Elle en mourra d’ailleurs, quand Soledad aura quatre ans. Soledad nous déroulera l’histoire de sa mère ainsi que son histoire. Elle reviendra au centre et choisira de rompre le fil. De briser l’héritage. Et d’embrasser un autre destin.

  • 21 La quête de l’identité féminine est la thématique centrale des œuvres littéraires féminines méditer (...)
  • 22 Denise Brahimi, « À la recherche du pouvoir maternel perdu », p. 166.

12Ces trois romans mettent donc en scène des personnages de filles (et de mères) et, à travers eux, de multiples chemins identitaires21. Les héroïnes soit Léa, « La Fille » et Soledad, poussées par des désirs, des convictions et des peurs aussi parfois, vont s’inventer d’autres possibles. Comme s’il y avait chez elles, « la peur d’être absorbées, dévorées et anéanties »22 par la mère tout d’abord et, à travers elle, par l’histoire de toutes les femmes.

13Et les filles, en se cherchant une nouvelle voie et en se révoltant contre le modèle dessiné pour elles, se trouvent confrontées à une véritable rupture identitaire. Cette révolte entraînera chez elles une modification profonde qu’elles devront intégrer afin d’acquérir une nouvelle identité. Contre le modèle traditionnel féminin dont elles ont hérité.

L’identité féminine : le lien à la mère

La construction de l’identité féminine

  • 23 D’après Nathalie Heinich, l’identité féminine se construit de façon endogène, à l’inverse de l’iden (...)
  • 24 Georges Devereux, Femme et mythe, p. 13.

14L’identité féminine se construit de façon endogène par rapport à ce qui est féminin et, en premier lieu, par rapport à la mère23. Dans cette perspective de non différenciation, la construction identitaire paraît plus difficile pour la fille, qui doit, d’après Georges Devereux, « “suivre un chemin plus tortueux” : elle doit devenir elle-même ce qui était d’abord l’objet de son (premier) amour. Elle doit achever son autoréalisation en devenant l’autre terme de sa première relation »24, incarnée par la mère.

  • 25 Camille Lacoste-Dujardin, Des mères contre des filles, p. 56.
  • 26 Ibid.

15Pour mieux comprendre les mécanismes de la construction de l’identité féminine, il faut observer les différentes façons d’être « une » femme depuis la naissance jusqu’à la mort dans une société donnée. Il faut penser l’infinie diversité des situations existantes (et qui échappe à toute tentative de définition réelle) au regard de la société, ici, méditerranéenne. C’est-à-dire qu’il faut essayer d’étudier « les représentations partagées par l’entourage comme les pratiques, les rites exécutés, l’éducation reçue ou les conduites prescrites aux petites filles dès le plus jeune âge »25. Il faut donc appréhender les enjeux de la transmission mère-fille, analyser tout ce qui détermine le comportement des filles, comprendre ce qui les oblige à tenir un rôle dans la société, « conformément à la culture et aux impératifs sociaux »26.

  • 27 Voir la bibliographie finale.
  • 28 Voir l’ouvrage de Jacques André et al., Mères et filles. La menace de l’identique.
  • 29 Thierry Bokanowski et Florence Guignard, op. cit., p. 13.
  • 30 Ibid.

16En effet, naître fille ne donne pas la même égalité des chances, des droits et des devoirs que naître garçon. La discrimination se fait sentir dès la naissance. Et cette différenciation entre naître fille ou garçon se poursuit tout au long de la vie. De nombreux ouvrages (scientifiques ou littéraires) parlent de cette différence très nette de traitement, du fait tout d’abord des mères27. En effet, les attentes des mères à l’égard de leur enfant sont différentes selon que ce dernier est une fille ou un garçon. Des études montrent « qu’au-delà des différences des sexes liées à la biologie ou au tempérament, on assiste à une mise en place très précoce de modulations interactives de la mère et son bébé en fonction du genre »28. Naître fille fait donc l’objet de projections identificatoires sexées. La fille est souvent prise en considération uniquement comme « mère-en-devenir »29 alors que le garçon, porteur et transmetteur du patronyme30, se doit d’être bien accueilli dans une famille.

  • 31 Voir l’ouvrage de Pierre Bourdieu, La Domination masculine.

17D’après Pierre Bourdieu31, dès la toute petite enfance, les premiers « habitus » se mettent en place, c’est-à-dire ces systèmes d’habitudes acquises soit par l’expérience, soit par l’éducation. Ce sont ces habitus qui déterminent les comportements, les aptitudes qui vont façonner l’identité de chacun. Ils sont transmis à l’enfant, d’abord par la mère, car c’est elle qui, en l’absence des hommes au sein du foyer, a la charge de l’éducation. Cette transmission s’effectue par l’entremise de tout un ensemble de gestes, de mots, de paroles, de bruits, de sons divers, d’images et de comportements.

  • 32 Camille Lacoste-Dujardin, op. cit., p. 63.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., p. 67.

18Et cette éducation transmise comprend souvent, et parfois en premier lieu pour les filles, une contrainte du corps32 et la vertu de la soumission avant tout le reste. Ou, pour le dire autrement, dès son plus jeune âge, la fille apprend à adopter un comportement de réserve, de retenue et de décence33. Camille Lacoste-Dujardin parle même de « véritable dressage »34 . Ainsi,

  • 35 Ibid.

La mère s’emploie donc à mettre sa fille à l’école de la soumission, à la contraindre, à mater sa personnalité, à en briser toutes les velléités d’indépendance. Elle s’emploie aussi à convaincre cette fille qu’elle est en danger, qu’elle est elle-même un danger, qu’elle se doit donc de se défier d’elle-même, qu’elle est une être marqué par une déficience fondamentale, différente des hommes, inférieure aux hommes et contrainte de vivre sous leur protection.35

  • 36 Thierry Bokanowski et Florence Guignard, op. cit., p. 115.

19Comment les filles peuvent-elles se construire dans cette relation à la mère, qui entrave toute velléité d’indépendance ? D’autant qu’étant le « premier amour et premier objet d’identification », la mère demeurera pour la vie, sa vie durant, « sa référence identitaire »36. La littérature féminine méditerranéenne fournit une multitude de représentations de cet état identitaire premier, c’est-à-dire « l’état lié à la mère ».

La construction identitaire représentée dans la littérature féminine méditerranéenne

  • 37 Selon le schéma narratif quinaire qui comporte cinq étapes : 1. Avant ou état initial ; 2. Provocat (...)

20Le processus de construction identitaire est une interrogation constante de la littérature féminine méditerranéenne. Cette littérature représente les chemins possibles pour parvenir enfin à être « soi », c’est-à-dire, paradoxalement, pour « être autre ». La notion d’identité est inséparable de la notion d’altérité. Et la narration rend compte de ce va-et-vient entre identité et altérité. En effet, la quête identitaire est la thématique centrale et elle fait référence à une différence ardemment souhaitée (« je veux être autre que ma mère »), à une identité nouvelle désirée (un être au monde à inventer). Évidemment, la question de l’identité se fonde sur la relation maternelle et l’héritage transmis. Elle pose le paradoxe entre l’identique (et la reproduction du même, soit de la mère) et la différence (et donc l’altérité ou encore l’identité « déliée »). Les écrivaines interrogent les modes d’élaboration de l’identité et en premier lieu, la relation à la mère, comme support identificatoire primordial. Elles mettent en place des stratégies narratives pour dire la construction féminine. Pour se faire, elles dotent les personnages de filles37 d’un état initial qui n’est pas figé (puisqu’il va être amené à évoluer en même temps que l’intrigue et la trame narrative). Dès le départ, l’identité des personnages de filles est indécise, comme un peu effacée, mais toujours liée à la mère. Les filles s’identifient à la mère, s’inscrivent dans « le même » maternel. Dès l’incipit des romans féminins méditerranéens, nous pouvons lire la mère et la fille étroitement mêlées. Pour exemple, les premières phrases du récit d’Andrée Chédid témoigne d’une confusion entre les deux identités (ou plutôt comme un entrelacement, un tissage entre la mère et la fille) :

  • 38 Andrée Chédid, Les Saisons de passage, p. 10.

Ma mère. […] Je suis toi, je suis moi. Telle que je deviendrai si ma vie se prolonge ; soumise à ce temps qui nous traque, déposant ses stigmates sur la surface et les recoins de notre chair.38

21Pour être, les filles disent la mère. Pour devenir ou pour s’imaginer, les personnages de filles envisagent d’abord la mère. La mère devient une projection de la fille. Dans la littérature féminine méditerranéenne, les personnages de filles se tournent vers les personnages de mères pour tenter de trouver des repères de ce qui les attend, pour trouver leur « devenir » identitaire féminin (comme ici, dans le roman d’Andrée Chédid). Et ce, quel que soit le lien qu’elles entretiennent avec leur mère (qu’il soit torturé ou passionné, plus tempéré ou à vif… Que la fille se sente trop ou mal aimé par la mère).

22Les écrivaines comme Jeanne Benameur, Kaoutar Harchi et Carole Martinez insistent sur le lien mère-fille, souvent douloureux, complexe toujours. Il est le lieu de l’être-fille, ou, plus justement, le lieu de l’apprentissage de l’être-femme. Les écrivaines inscrivent une généalogie au féminin qui raconte l’identité féminine transmise de mère en fille.

La construction identitaire des héroïnes

23Léa, « La Fille » et Soledad sont les protagonistes des trois romans de notre corpus. Ces personnages de filles ont une fonction référentielle majeure en raison de leur rôle dans les romans et, plus particulièrement, du fait de leur construction identitaire. Dès l’ouverture des romans, les héroïnes représentent des existences en devenir et elles vont contribuer à construire, à faire exister, à infléchir, donc à structurer, autour d’elles et avec elles, les textes littéraires, en fonction de leur être, de leurs actions et de leurs possibilités.

24Ainsi, dans le roman de Jeanne Benameur, Laver les ombres, l’état premier ou la première identité de Léa qui nous est présenté est peu descriptif. C’est le corps seulement qui est dit. En effet, l’incipit caractérise partiellement la protagoniste en la situant dans une certaine réalité du monde :

  • 39 Jeanne Benameur, op. cit., p. 7.

Quand Léa ne travaille pas dès le lever, juste après le premier café, ça ne lui vaut rien.
Il lui faut saisir la façon dont son corps va s’articuler au monde avant que la journée avec les autres ne commence. Seule, dans le jour qui vient, par exercices répétés, elle tisse ses liens avec l’air. Une grammaire sensible, improbable, à réexpérimenter chaque matin.
Elle s’oriente.39

  • 40 Ibid., p. 37.
  • 41 Image souvent utilisée dans ce roman. Par exemple, « le corps déployé » ou « le corps qui se déploi (...)

25Nous retenons de Léa son corps contraint sur lequel elle exerce une farouche volonté pour pouvoir être au monde. Le premier « trait » dressé peut être perçu comme le signe annonciateur de la métamorphose du personnage qui, ici dans cet extrait, doit encore s’orienter et s’exercer pour vivre chaque jour. Léa a trente-huit ans, elle est danseuse de profession. Elle est « grande, les épaules marquées, la chevelure rousse »40. C’est tout ce que nous savons. Le portrait de Léa est à peine esquissé. Le lecteur pressent, dès le départ, la volonté de Léa, sa détermination immense déployée41 chaque jour sur son corps (à la fois en retenue et en mouvement). Il ressent également la peur implicite que Léa tente de dompter en dressant son corps. En dansant.

  • 42 Ibid., p. 9.

Danser c’est trahir l’espace.
Alors autant le faire avec la plus grande précision.
C’est la loi qu’elle s’est donnée. Il faut la tenir. 
Danser c’est altérer le vide.
Pourquoi inscrire un mouvement dans le rien ? Elle voudrait tant pouvoir juste contempler et habiter simplement, sans bouger. Elle envie ceux qui le peuvent. Elle, elle n’y arrive pas.42

26Dans le roman de Kaoutar Harchi, À l’origine notre père obscur, le premier portrait qu’il nous est donné de lire est celui de « La fille » à sept ans. Ainsi,

  • 43 Kaoutar Harchi, À l’origine notre père obscur, p. 15.

Je porte des vêtements de toile. Les bras le long du corps, pieds nus, je fais les cent pas près de la grande porte de bois, m’asseyant, me relevant, donnant des coups de pied, fixant la poignée, la serrure en métal forgé, le verrou. Il faut me voir à sept ans, agressive et violente, refusant d’être approchée. Touchée. Une petite sauvage. Toujours à courir de la salle commune au grand escalier de pierre, sautant sur les paillasses, bousculant les femmes accroupies qui écossent les petits pois et les fèves, renversant les barriques d’eau, poussant des cris d’animaux mais l’espace est trop étroit, le plafond trop bas, pour ne pas me sentir prise au piège de cette maison que l’on m’autorise, quelques fois par semaine, à quitter.43

  • 44 Elle est le narrateur-personnage de ce roman.

27Comme pour le personnage de Léa, le portrait physique de l’héroïne est à peine esquissé. Dans ce roman, nous allons assister à une évolution du personnage, évolution physique d’abord car « La Fille » va grandir à mesure que se construira l’histoire. Quand le roman débute, le personnage de fille est une enfant de sept ans, une enfant sauvage, agressive qui fait preuve de violence à l’égard des autres femmes de la maison. Elle se comporte comme un animal effarouché, apeuré. Un animal en cage. Elle est la petite de la maison. La seule enfant. C’est tout ce que nous savons. Il n’y a que peu de caractérisants directs, visuels, clairs et précis permettant d’identifier son apparence. Ce qui est privilégié d’emblée c’est l’intériorité du personnage et son portrait en action. « La Fille » n’a que sept ans et déjà le lecteur sait qu’elle lutte pour sa survie, d’abord par le corps qu’elle agite sans cesse. Avec fureur. Puis par sa farouche volonté et résistance qu’elle oppose au monde clos des femmes. Le lecteur ressent la violence et la souffrance intime de l’héroïne. Et, comme pour le personnage de Léa, le lecteur se sent concerné par « La Fille » de cette histoire44 et pressent le combat à venir. Et sa métamorphose.

28Il est de même pour le personnage Soledad dans le roman de Carole Martinez, Le Cœur cousu. Ainsi, les premiers mots sont :

  • 45 Carole Martinez, Le Cœur cousu, p. 11

Mon nom est Soledad.
Je suis née, dans ce pays où les corps sèchent, avec des bras morts incapables d’enlacer et de grandes mains inutiles.
Ma mère a avalé tant de sable, avant de trouver un mur derrière lequel accoucher, qu’il m’est passé dans le sang.
Ma peau masque un long sablier impuissant à se tarir.
Nue sous le soleil peut-être verrait-on par transparence l’écoulement sableux qui me traverse.
LA TRAVERSÉE.
Il faudra bien que tout ce sable retourne un jour au désert.45

  • 46 Ibid.
  • 47 Ou sous-genre plus précisément. Ici, il s’agit d’un conte romanesque et cela est nous est signifié (...)

29Comme pour les deux autres personnages de filles, c’est le corps en premier lieu qui est dit. Un corps « traversé »46 par un écoulement sableux, par l’histoire de la mère, par l’histoire de ses ancêtres, par le récit de sa naissance aussi. Cette première description est esthétique mais elle est porteuse de sens et d’une symbolique forte. Si elle rend compte d’un genre47 spécifique, elle permet d’évaluer le personnage principal, soit Soledad, dans un monde particulier, lié à la mère et d’envisager également sa destinée. Et, comme pour les deux autres personnages de filles, de réfléchir à leur possible marge de manœuvre…

La marge de manœuvre des filles

30Mais la marge de manœuvre pour les héroïnes serait particulièrement étroite, entre identification (ressembler à sa mère) et différenciation (s’opposer et se construire un autre chemin). Pour se protéger d’un environnement plus ou moins anormal et contraignant et pour s’y adapter, les filles vont d’abord se construire une image défensive, en réaction aux réponses inadaptées de l’entourage et en représentation d’un rôle imposé. 

Le « faux-self » des héroïnes

  • 48 Françoise Couchard, Emprise et violence maternelles. Étude d’anthropologie psychanalytique, p. 65.

31D’après l’ouvrage de Françoise Couchard, les filles « se couchent dans les moules maternels, parce que trahir la mère leur serait insupportable ou trop culpabilisant ; elles tolèrent alors son emprise, en acceptant d’être sa réplique, et en escomptant que le jour venu, elles exerceront, à leur tour, le même pouvoir sur leurs propres filles »48.

  • 49 Caroline Eliacheff et Nathalie Heinich, Mères-filles. Une relation à trois, p. 52.

32À l’identique, les protagonistes de ces trois œuvres littéraires vont d’abord tenter de composer un rôle que Winnicott appelait « faux-self »49 pour supporter les contraintes imposées par la mère et la société. Niant leur propre personnalité, elles vont se créer un rôle de composition, en attendant de pouvoir se libérer de l’emprise maternelle et familiale.

  • 50 Jeanne Benameur, op. cit., p. 7.
  • 51 Ibid., p. 9.
  • 52 Ibid., p. 10.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid.

33Ainsi, Léa, dans le roman de Jeanne Benameur Laver les ombres, réitère sa façon d’être au monde qu’elle s’est fabriquée pour vivre, tous les jours. « Une grammaire sensible, improbable, à réexpérimenter chaque matin »50. C’est par le corps qu’elle joue et qu’elle s’invente. C’est une nécessité. « Sa façon de trouver place dans la vie »51. Sans ce « faux-self », Léa se connaît52, elle serait submergée par cette « malédiction »53 transmise par la mère, du fait de l’histoire tue, l’héritage tragique. Léa évite tout risque. Elle exerce un contrôle sur elle, sans ménagement ni concession54. Léa a renoncé depuis longtemps à se connaître et « à connaître l’origine de la guerre en elle »55. Léa a nié son identité profonde pour être au monde.

34Dans le roman de Kaoutar Harchi À l’origine notre père obscur, « La Fille » se compose également un rôle. Du moins au début. Elle essaye de se fondre entièrement dans les attentes et les désirs de sa mère. Dans son corps. Dans son silence. Elle n’existe pas.

  • 56 Carole Martinez, op. cit., p. 359.
  • 57 Ibid., p. 437.
  • 58 Selon D. W. Winnicott, « Objets transitionnels et phénomènes transitionnels », p. 109-125.
  • 59 Ibid., p. 172.

35C’est également le cas dans le roman de Carole Martinez, où Soledad s’est choisi une posture et une solitude pour résister au silence de sa mère Frasquita et à son désamour. Elle qui est née possédée par les fables familiales, elle ne cherche pas « à démêler les fils du temps, le réel du rêvé »56. Elle est la traversée. Soledad est enveloppée de son « prétendu » destin57 (entendu dans son nom). Elle a élaboré un rôle de composition, car, sans lui et du fait des carences maternelles, Soledad est menacée « d’annihilation »58. Et, cette annihilation est, selon Winnicott, « une angoisse primitive bien antérieure à toute angoisse, qui inclut le mot mort dans sa description »59.

36Mais alors, comment accomplir son destin de femme, comment être soi en niant son identité ?

37Dans ces romans qui illustrent l’état de crise identitaire des filles, cet état de « faux-self » ne suffit pas, ne suffit plus… Les filles doivent se défaire de la mère et du rôle attendu, prévu pour elles.

  • 60 Caroline Eliacheff et Nathalie Heinich, op. cit., p. 44.
  • 61 Ibid., p. 177.

38Alors se pose la question de l’émancipation. Qui pourrait se traduire par : comment se délier de la mère, de son emprise réelle ou inconsciente ? Comment se défaire de l’héritage maternel ? Comment être femme quand on est fille de ? Car, nous dit Caroline Eliacheff et Nathalie Heinich, il ne suffit pas de grandir, de devenir adulte, pour s’affranchir de cette relation mère-fille60. Une mère et une fille ne pouvant divorcer, la rupture entre les deux, même à l’initiative de la fille, ne serait « que le prolongement, radicalisé, de ce lien invivable »61. Telle est la difficulté que peut avoir la fille à construire son identité.

La révolte des filles

39Pour se défaire, il s’agirait alors de mettre à distance la mère. Et cette mise à distance débute souvent par une période de révolte.

40La révolte se définit comme étant « l’attitude de quelqu’un qui refuse d’obéir, de se soumettre à une autorité, à une contrainte »62. Ce comportement permet à la fille d’échapper au silence coupable, à la souffrance muette, au désarroi et à l’humiliation. Permet de dire « non ».

  • 63 Carole Martinez, op. cit., p. 417.
  • 64 Ibid.
  • 65 Ibid.

41Dans ces trois romans, les voix des filles s’élèvent, se soulèvent contre « les souvenirs et fables mêlés, bus avec le lait, avec les larmes, coulant dans [le] sang »63. Contre les fantômes du passé. Contre ce monde où rien n’attend les filles. Seulement « des douleurs anciennes »64, qui ne sont même pas les leurs. Contre la mère, « cette grande absente »65 qui aime si mal.

42Ainsi, dans le roman Laver les ombres de Jeanne Benameur, Léa, pour se faire ou, plus justement, pour se défaire et se protéger, est sans cesse dans le mouvement, entre la peur et la révolte. Au silence maternel, elle oppose une résistance du corps. La maîtrise absolue de son être. Toujours en action. Une manière d’être inaccessible. Toujours en ligne de fuite. Léa danse. Jusqu’à l’épuisement.

43En quête de son identité, elle se sent intruse, étrangère dans sa propre vie. Elle lutte, elle danse. Elle résiste contre la malédiction. Contre la peur venue de l’enfance et qu’elle n’a jamais su nommer. Léa. Sans cesse en colère. Révoltée. Ainsi,

  • 66 Jeanne Benameur, op. cit., p. 60.

Alors la rage et sa lutte de toujours, elle les sent là, en elle, qui prennent toute la place. Elle redevient cette femme farouche qui a quitté tous les hommes qu’elle a aimés. Tous. Il y a toujours eu ce point de rupture où plus rien ne peut la retenir.
La fuite.
Au risque de la désolation, elle connaît. Ce qu’elle ne connaît pas, c’est ce qui la mène jusque-là. Dans cet état de haine absolue, irrépressible. Comme si l’homme qu’elle aimait voulait la détruire. La détruire. A nouveau, elle est cette femme qu’elle déteste, qui fuit, se protège.
De quoi ? Mais de quoi ? […]
Et soudain elle voit. C’est dans les yeux de sa mère. C’est dans les yeux de sa mère qui la regarde. Ça l’a toujours été. La peur est là et la révolte.
Léa ne peut plus se retenir. Elle est envahie.
Une vague immense. Elle pourrait tuer […].66

  • 67 Ibid., p. 138.

44Alors, un soir, Léa part rejoindre sa mère. Cette nuit-là, elle va découvrir la vérité sur son origine. Entendre les mots pour comprendre son péril intérieur, comme une vacillation de l’identité. Sa révolte. Dans la métaphore de la tempête qui dévaste tout, dans les mots de sa mère, dans le secret dévoilé, Léa « est la tempête. La plus terrible de toutes les tempêtes. Plantée dans la chambre de sa mère. Et elle entend »67.

  • 68 Ibid., p. 93.

Ça hurle à l’intérieur. Devant la mère, elle retient. Laisser éclater toute la rage, elle ne peut pas. La rage dévore à l’intérieur. Contre la mère qui avait peur. Contre le père. Contre la peur. Contre l’enfance toute fausse.68

La quête de l’émancipation

Une crise identitaire

  • 69 Ibid.
  • 70 Ibid.

45Les filles, en se révoltant contre le modèle dessiné pour elles, se trouvent confrontées, comme ici le personnage de Léa, à une véritable rupture identitaire. Une douleur immense. Cette révolte entraîne, chez elles, une modification profonde. Elles doivent intégrer cette transformation et acquérir une nouvelle identité, contre le modèle traditionnel féminin. Ainsi, cette quête identitaire amène les filles à se distancier du cadre familial. Pour pouvoir modifier leur inscription dans « le système symbolique de places »69 dans lequel leur identité évoluait, les filles sont amenées, d’une certaine façon, « à réaliser le « meurtre » des images parentales et à assumer le deuil et la culpabilité qui en résultent »70.

  • 71 Carole Martinez, op. cit., p. 21.

46Et c’est ce cheminement symbolique que l’on retrouve notamment chez Carole Martinez, à travers la voix de la narratrice Soledad qui se cherche au milieu des fables, des histoires et des monstres qui la hantent71. Ce roman parle de la quête de l’identité de Soledad, empêtrée dans cette lignée de femmes, tiraillée entre la tradition et ses propres aspirations.

  • 72 Ibid., p. 379-380.

Damnée ! Notre lignée est damnée ! Grouillante d’histoires sans queue ni tête dans lesquelles nous étouffons, grouillante de fantômes, de prières, de dons qui sont autant de plaies.
Nous voilà, nous avançons en marge de nos vies, en marge du monde, incapables d’exister pour nous-mêmes, portant des fautes que nous n’avons pas commises, pliant sous un destin de plomb, sous le fardeau des siècles de douleurs, de croyances, qui nous ont précédées ! La cour m’encercle, mes sœurs me cernent, les murmures me poursuivent, m’empoisonnent l’espace […].
Ne m’a-t’on pas raconté mon histoire avant que je la vive ? N’a-t’on pas influencé, inventé ma solitude ?
Le doute me vient sur la réalité de mes souvenirs. Suis-je bien celle qui a choisi d’être seule ? Ou celle à qui la solitude a été imposée, dictée par une mère, une sœur, une fable racontée depuis toujours dans la cour ? Suis-je seulement née ici, derrière un mur après une traversée surhumaine ? Suis-je vraiment celle qui est restée si longtemps dans la matrice de sa mère ? […]
Je ne sais plus, les fables sortent des murs, jaillissent, se contredisent, me submergent. Ça parle autour de moi, ça parle de nous, de cette mère qui ne m’a jamais aimée.72

  • 73 Nathalie Heinich, op. cit., p. 332.
  • 74 Ibid.

47Les œuvres littéraires sont « un excellent terrain d’investigation pour qui veut observer les phénomènes identitaires »73. Car, comme pour les ouvrages de Jeanne Benameur, de Kaoutar Harchi et de Carole Martinez, ils mettent en scène l’état de crise, l’état critique de « crise identitaire »74, ce bouleversement total de la perception de soi. La littérature montre également les opérations fondamentales du travail identitaire et met en évidence le processus de construction de l’identité féminine, qui passe par la quête de l’émancipation féminine.

La quête de l’émancipation féminine

48L’émancipation se définit comme étant « l’action de s’affranchir d’un lien, d’une entrave, d’un état de dépendance, d’une domination, d’un préjugé »75.

49L’émancipation féminine se base sur la réalisation personnelle, prônant l’indépendance, la liberté et l’épanouissement de la femme. Cette quête de liberté et d’émancipation constitue la recherche d’un nouveau féminin qui sort du contexte social, s’affirme comme sujet de ses actes, de ses désirs et de ses décisions. La fille veut exister en tant que telle, en tant que corps désirant. L’émancipation féminine s’inscrit d’abord par rapport au modèle présenté comme archaïque, conservateur et réduisant la femme au rôle de procréatrice et de gardienne de traditions qui l’entravent.

50La fiction donne une dimension universelle, intemporelle, à cette histoire « vieille comme le monde » : la quête de l’émancipation féminine avec tout ce que cela entraîne.

51Dans les romans, les filles/les héroïnes vont devoir se défaire de ces destinées de femmes. Se délier du poids infini qui pèse sur elles : le poids de l’héritage, des traditions et des croyances. Le poids des ancrages familiaux. Le poids des douleurs, des renoncements et de l’espérance vaine qui façonne les filles depuis des générations et des générations.

52Les auteures, par le biais de leurs romans, explorent cette quête de liberté en s’interrogeant sur : Qu’est ce qui nous rend libre ? Et comment l’être ? Est-ce vraiment nécessaire ?

53Les trois héroïnes du corpus littéraire choisi se trouvent à un moment charnière de leur vie. Comme en déséquilibre. Dans ce moment de bascule où tout semble encore possible. Ce sont trois femmes remises en mouvement par l’absence et le silence de la mère. Trois femmes en construction. Au bord de l’abîme. Qui fuient. Explorent. Se cherchent. Entre la mémoire et le désir. Entre le passé symbolisé par la mère et leur immense aspiration à être libre. Les trois héroïnes vont mener une quête intime, une lutte intérieure qui nécessite de revenir sur l’histoire familiale. De revenir à la mère. Au centre. Pour comprendre qui elles sont. Pour savoir où aller.

54La langue poétique des auteures suggère également cette quête émancipatoire féminine, suggère l’indicible qui façonne les vies, les rêves et les actes des filles. Dans ces trois romans, la langue sera ce qui permettra le mouvement libérateur. L’identité reconquise. Elle permettra de dire l’espoir. De traduire la rupture avec les générations passées.

55Ainsi, Kaoutar Harchi à travers la voix de la Fille, évoque cette seconde naissance qui va permettre à la protagoniste de l’histoire de faire seule « l’expérience du monde », d’affirmer qui elle est.

  • 76 Kaoutar Harchi, op. cit., p. 105.

Le temps a transformé ce que j’étais. Et j’ai vu. La peur, la fragilité, le désarroi. La mort surgir – le couteau dans la nuit – et écorcher, lacérer, séparer mon corps de cet autre corps qui l’avait si longtemps porté. Et il faut l’avoir ce courage de quitter le ventre éternel des mères dans lequel ils sont encore si nombreux, hommes et femmes, jeunes et vieux, à se retourner, à errer, à étouffer, dans l’exiguïté, dans le noir, dans le silence, effrayés à l’idée de sortir – comme on dit : sortir du ventre de sa mère. Pétrifiés surtout à l’idée de devoir faire seuls l’expérience du monde. Je veux dire oser ouvrir les yeux – mais les ouvrir vraiment – et ressentir, au plus profond de soi-même, sans pouvoir s’y soustraire, la misère qui rôde dans toute la ville, les plaintes lancinantes des fantômes lassés de hanter les vivants, la tristesse d’être qui on est, ni exceptionnel, ni ordinaire.76

56Dans le roman de Carole Martinez et comme nous l’avons vu précédemment, l’émancipation de Soledad, la narratrice, s’inscrit d’abord par rapport au modèle présenté de cette lignée de mères, ces mères-douleur, ces mères-tradition, ces mères-sans-amour. Sa réflexion n’est pas encore parvenue à son terme. Les mots se bousculent, les phrases s’entrechoquent. Mais le lecteur devine un autre avenir qui se dessine pour la narratrice, un autre avenir pour toutes les nouvelles générations de femmes.

  • 77 Carole Martinez, op. cit., p. 325-326.

Je suis ce dernier vers, cette main rouge, enluminée de henné, qui mit fin à notre course folle, je suis celle qui obligea ma mère à se coucher. Je suis le bout du voyage. Je suis l’ancre et je ne peux qu’écrire pour que meure l’histoire qui nous berce et nous mure et fait de nous des êtres différents, intraduisibles et étranges à tous.77

Conclusion

  • 78 Michel Erman, La Poétique du personnage de roman, p. 10.

57Les romans de Jeanne Benameur, de Kaoutar Harchi et de Carole Martinez racontent la construction identitaire féminine entre héritage méditerranéen et quête émancipatoire, à travers trois personnalités singulières inscrites dans la trame narrative, c’est-à-dire obéissant à une logique puisqu’elles vont passer d’un état à un autre. En effet, les personnages de filles vont aller d’un état initial à un état final, grâce à un élément perturbateur entrainant des changements et des perturbations « mis en continuité à travers l’enchaînement des différentes séquences de l’intrigue »78 permettant ainsi de dévoiler une vérité. Leur vérité et leur identité.

58Les filles sont mues, comme traversées par une quête absolue d’émancipation et donc de construction autre que celle transmise par leur mère. Ainsi, elles sont, in fine, sujets de leur histoire c’est-à-dire qu’elles ne sont pas uniquement le produit de la logique narrative. « Leur humanité » reposerait à la fois sur leurs actions et sur leur manière d’être au monde, de le penser, de le réfléchir et de vivre leurs aspirations, leurs désirs. Leur possibilité d’exercer leur volonté propre.

  • 79 Ibid., p. 155.

59Les combats qu’elles ont menés ont été rudes, le refus de la transmission que la lignée familiale imposait, âpre. À la clôture des romans et à l’image de Léa (la protagoniste du roman de Jeanne Benameur), les filles se cherchent un pas nouveau. Quelque chose en elles a cédé. Elles sont comme libérées. « La grande peur a reflué »79. Une nouvelle identité est en devenir.

60Les mots de Léa pour terminer (des mots qui pourraient définir les trois héroïnes des textes littéraires abordés dans cet article) :

  • 80 Ibid., p. 157.

Elle fait partie maintenant de ceux qui articulent leurs pas comme on parle après être resté trop longtemps silencieux. Avec peine. La seule grâce possible.
Partageable.80

Haut de page

Bibliographie

André, Jacques et al. Mères et filles. La menace de l’identique. Paris : PUF, 2003.

Benameur, Jeanne. Laver les ombres. Paris : Actes Sud, 2008.

Chédid, Andrée. Les Saisons de passage. Paris : Flammarion, 1996.

Bokanowski, Thierry et Florence Guignard. La Relation mère-fille. Paris : In Press, 2012.

Bourdieu, Pierre. La Domination masculine. Paris : Seuil, 1998.

Brahimi, Denise. « À la recherche du pouvoir maternel perdu ». La Puissance maternelle en méditerranée. Mythes et représentations. Eds. Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhamou et Martine Lapied. Paris : Actes Sud, 2008.

Bydlowski, Monique. La Dette de vie. Itinéraire psychanalytique de la maternité. Paris : PUF, 1997.

Couchard, Françoise. Emprise et violence maternelles. Étude d’anthropologie psychanalytique. Paris : Dunod, 1991.

Dermenjian, Geneviève, Jacques Guilhamou et Martine Lapied. La Puissance maternelle en méditerranée. Mythes et représentations. Paris : Actes Sud, 2008.

Devereux, George. Femme et mythe. Paris : Flammarion, 1988 [1982].

Eliacheff, Caroline et Nathalie Heinich. Mères-filles. Une relation à trois. Paris : Albin Michel, 2002.

Erman, Michel. La Poétique du personnage de roman. Paris : Ellipses, 2006.

Ginini Belotti, Elena. Du côté des petites filles. Paris : Ed. Des femmes, 1974.

Halpern, Catherine et Jean-Claude Ruano-Borbalan, Identité(s), L’Individu, Le Groupe, La Société. Auxerre : Sciences Humaines Éditions, 2004.

Harchi, Kaoutar. À l’origine notre père obscur, Paris : Actes Sud, 2014.

Heinich, Nathalie. États de femme. L’Identité féminine dans la fiction occidentale. Paris : Gallimard, 1996.

Héritier, Françoise. Masculin/Féminin. La pensée de la différence. Paris : Odile Jacob, 1996.

Jouve, Vincent. La Poétique du roman. Paris : Armand Colin [2ème édition revue], 2001.

Knibiehler, Yvonne. Histoire des mères et de la maternité en Occident. Paris : Presses Universitaires de France, 2012 [2000]. 

Knibiehler, Yvonne. Maternité et Parentalité. Paris : École des Hautes Études en Santé Publique, 2004.

Knibiehler, Yvonne. Qui gardera les enfants ? Mémoires d’une féministe iconoclaste. Paris : Calmann-Lévy, 2007.

Knibiehler, Yvonne. Questions pour les mères. Toulouse : Erès, 2014.

Knibiehler, Yvonne, Francesca Arena et Rosa María Cío López. La Maternité à l’épreuve du genre. Métamorphoses et permanences de la maternité dans l’aire méditerranéenne. Paris : Presses de l’EHESP, 2012.

Lacoste-Dujardin, Camille. Des mères contre les femmes. Maternité et patriarcat au Maghreb. Paris : La Découverte, 1985.

Lévêque, Laure (Dir.). Identités plurielles. Relations, transitions, tremblements. Paris : Effigi, Université de Toulon, 2018.

Marc, Edmond. « La construction identitaire de l’individu ». Identité(s), L’Individu, Le Groupe, La Société. Eds. Catherine Halpern et Jean-Claude Ruano-Borbalan. Auxerre : Sciences Humaines Éditions, 2004.

Martinez, Carole. Le Cœur cousu. Paris : Gallimard, 2007.

Mucchielli, André. L’Identité. Paris : Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? », 2009.

Tourrette, Catherine et Michèle Guidetti. Introduction à la psychologie du développement. Du bébé à l’adolescence. Paris : Armand Colin, 1998 [1994].

Winnicott, D. W. « Objets transitionnels et phénomènes transitionnels ». De la pédiatrie à psychanalyse. Paris : Petite bibliothèque Payot, 1951.

Haut de page

Notes

1 Nathalie Heinich, États de femme. L’Identité féminine dans la fiction occidentale, p. 332.

2 Ibid.

3 Larousse en ligne, <http://www.larousse.fr> consulté le 21/08/2014.

4 Catherine Halpern et Jean-Claude Ruano-Borbalan, Identité(s). L’Individu, Le Groupe, La Société, p. 1.

5 Nathalie Heinich, op. cit., p. 333.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Voir l’ouvrage de Catherine Tourrette et Michèle Guidetti, Introduction à la psychologie du développement. Du bébé à l’adolescence, chapitre 3.

9 Edmond Marc, « La Construction identitaire de l’individu », p. 37.

10 La mère est le « premier objet d’investissement et d’identification » pour ses enfants. Et pour sa fille, elle est également le premier « objet d’identification de genre et d’identification secondaire ». Lire Thierry Bokanowski et Florence Guignard, La Relation mère-fille, p. 9.

11 Camille Lacoste-Dujardin, Des mères contre des filles, p. 62.

12 Ibid.

13 Nathalie Heinich, op. cit., p. 329.

14 Ibid., p. 330.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 48.

17 Il s’agit de trois proses narratives (une prose poétique, une fable – voire une parabole – et un conte), dont la date de publication (située entre 2007 et 2014) est sensiblement la même. Trois récits écrits par des femmes d’origine méditerranéenne, le mot origine renvoyant aux notions « d’ascendance, de filiation, de naissance ». Le postulat est que cette origine méditerranéenne influe sur l’écriture, sur les mots choisis, la situation imaginée, la poétique comme les thématiques qui baignent ces romans et qui nous introduisent dans la singularité de leur univers imaginaire. Trois œuvres comparables, à la fois singulières et majeures de la littérature actuelle.

18 Jeanne Benameur, Laver les ombres, p. 11.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 64.

21 La quête de l’identité féminine est la thématique centrale des œuvres littéraires féminines méditerranéennes et contemporaines. En Méditerranée, les écrivaines présentent tout un entrelacement de figures et de motifs qui s’interpellent et se répondent, comme autant de possibles féminins, comme autant de questionnements sur cette notion d’identité, qu’elle soit intime, collective, mais toujours féminine, nous permettant ainsi de réfléchir à notre identité, notre être profond et intime.

22 Denise Brahimi, « À la recherche du pouvoir maternel perdu », p. 166.

23 D’après Nathalie Heinich, l’identité féminine se construit de façon endogène, à l’inverse de l’identité masculine qui, elle, se construirait majoritairement de manière exogène, c’est-à-dire par rapport à ce qui n’est pas masculin. Nathalie Heinich, op. cit. p. 330.

24 Georges Devereux, Femme et mythe, p. 13.

25 Camille Lacoste-Dujardin, Des mères contre des filles, p. 56.

26 Ibid.

27 Voir la bibliographie finale.

28 Voir l’ouvrage de Jacques André et al., Mères et filles. La menace de l’identique.

29 Thierry Bokanowski et Florence Guignard, op. cit., p. 13.

30 Ibid.

31 Voir l’ouvrage de Pierre Bourdieu, La Domination masculine.

32 Camille Lacoste-Dujardin, op. cit., p. 63.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 67.

35 Ibid.

36 Thierry Bokanowski et Florence Guignard, op. cit., p. 115.

37 Selon le schéma narratif quinaire qui comporte cinq étapes : 1. Avant ou état initial ; 2. Provocation ou élément déclencheur ; 3. Action ; 4. Sanction ou conséquence ; 5. Après ou état final. Lire Vincent Jouve, La Poétique du roman, p. 47.

38 Andrée Chédid, Les Saisons de passage, p. 10.

39 Jeanne Benameur, op. cit., p. 7.

40 Ibid., p. 37.

41 Image souvent utilisée dans ce roman. Par exemple, « le corps déployé » ou « le corps qui se déploie ». Ibid., p. 8.

42 Ibid., p. 9.

43 Kaoutar Harchi, À l’origine notre père obscur, p. 15.

44 Elle est le narrateur-personnage de ce roman.

45 Carole Martinez, Le Cœur cousu, p. 11

46 Ibid.

47 Ou sous-genre plus précisément. Ici, il s’agit d’un conte romanesque et cela est nous est signifié dès les premiers mots où abondent les métaphores comme dans cet extrait donné.

48 Françoise Couchard, Emprise et violence maternelles. Étude d’anthropologie psychanalytique, p. 65.

49 Caroline Eliacheff et Nathalie Heinich, Mères-filles. Une relation à trois, p. 52.

50 Jeanne Benameur, op. cit., p. 7.

51 Ibid., p. 9.

52 Ibid., p. 10.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Ibid.

56 Carole Martinez, op. cit., p. 359.

57 Ibid., p. 437.

58 Selon D. W. Winnicott, « Objets transitionnels et phénomènes transitionnels », p. 109-125.

59 Ibid., p. 172.

60 Caroline Eliacheff et Nathalie Heinich, op. cit., p. 44.

61 Ibid., p. 177.

62 Larousse en ligne, <http://www.larousse.fr> consulté le 30/04/2014.

63 Carole Martinez, op. cit., p. 417.

64 Ibid.

65 Ibid.

66 Jeanne Benameur, op. cit., p. 60.

67 Ibid., p. 138.

68 Ibid., p. 93.

69 Ibid.

70 Ibid.

71 Carole Martinez, op. cit., p. 21.

72 Ibid., p. 379-380.

73 Nathalie Heinich, op. cit., p. 332.

74 Ibid.

75 Larousse en ligne, <http://www.larousse.fr> consulté le 28/03/2014.

76 Kaoutar Harchi, op. cit., p. 105.

77 Carole Martinez, op. cit., p. 325-326.

78 Michel Erman, La Poétique du personnage de roman, p. 10.

79 Ibid., p. 155.

80 Ibid., p. 157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Navarro, « La construction de l’identité féminine, entre héritage méditerranéen et quête émancipatoire dans trois œuvres romanesques contemporaines »Babel, 41 | -1, 113-134.

Référence électronique

Françoise Navarro, « La construction de l’identité féminine, entre héritage méditerranéen et quête émancipatoire dans trois œuvres romanesques contemporaines »Babel [En ligne], 41 | 2020, mis en ligne le 25 mai 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/babel/10212 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.10212

Haut de page

Auteur

Françoise Navarro

Université de Toulon - Laboratoire BABEL (EA 2649)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals